Vous êtes sur la page 1sur 4

HYPERBUS

Quoi de neuf sur la ligne ?

PRESENTATION DU PROJET

En synthèse
L’Hyperbus est un projet
collaboratif dont le principe est de
transformer les trajets quotidiens
en voyages de découverte du
territoire. L’Hyperbus est pensé
comme un lieu à part entière, il
permet de faciliter la rencontre, le
dialogue et l’évasion poétique tout
en donnant accès aux
informations importantes.
Ce bus nouvelle génération agit
aussi comme un détecteur
environnemental mobile. En effet, il intègre des capteurs de pollutions (taux de gaz
carbonique, taux d’Ozone, et le nombre de particules en suspension dans l’atmosphère)
et de bruit. En plus de la présence de capteurs, le bus est équipé un outil de réseau
social et de « micro bloggage », permettant à l’usager de recevoir des courts messages
textuels à propos d’évènements culturels et singuliers.
Toutes les informations collectés par ce bus sont géolocalisées et partagées avec le plus
grand nombre.
> Voir aussi : le scénario d'usage illustré de l’Hyperbus.

Pourquoi ce projet est important


• Permettre la collecte de données environnementales
avec un maillage fin
• Transformer les transports en commun de lieux subis
en lieux à vivre
• Afficher la vie des quartiers traversés par l’Hyperbus
pour donner envie aux passagers de s’y arrêter
• Sentir et ressentir la ville par son pouls (activités
culturelles, commerciales, sportives, …)
Ce bus permet aux acteurs de Marseille Provence 2013 de
prendre le pouls de la cité. Tout en donnant la possibilité aux
habitants de connaitre et de faire connaitre leur quartier en
temps réel. Ce qui permet d’ajouter à la strate de
communication culturelle institutionnelle, une couche de
communication horizontale. Ce qui amène de la fraicheur et
de la spontanéité aux évènements de MP2013 en donnant la
parole, ainsi qu’un porte-voix, aux acteurs locaux (habitants,
associations, commerçants, etc).

1
Ce projet s’adresse ainsi :
• Aux acteurs publics : connaitre en temps réel l’état de leur cité (pics d’ozone,
évènement culturels, etc.)
• Aux habitants : découvrir les quartiers qu’ils traversent quotidiennement sans
jamais s’être arrêté.
• Aux commerçants : avoir un appui supplémentaire de communication pertinent
car local
• Aux artistes : avoir un support de communication autour de leurs dates
• Aux touristes : avoir une alternative aux guides touristiques traditionnels

Quelles sont les composantes du projet


Le fonctionnement de l’Hyperbus :
1- le bus récolte des données sur son environnement direct (évènements, pollution,
trafic, …)
2- une plateforme internet centralise puis redistribue les données aux Hyperbus du
réseau (dont les données des Hyperbus eux-mêmes)
3- le bus affiche les informations locales, aussi disponibles sur les Smartphones

L’Hyperbus doit être constitué de 3 éléments principaux:


1. Une Plateforme de données
• Agrège les données
• Dispache les données
• Dispose de fonctions de modération et de publication

2. Des données géolocalisées :


• Des fiches sur des lieux (histoire,
ouverture/fermeture, etc.)
• Des fiches sur des évènements (horaires, type,
tarifs, etc.)
• Des données environnementales autour des
lignes
• Des données « du bas » en provenance des
usagers et habitants

3. Des dispositifs de collecte, de consultation et de publication :


• Equipement des bus en capteurs, écrans, écrans tactiles
• Aménagement des abris bus en capteurs et écrans.
• Application pour Smartphones

2
Quels ingrédients pour un premier prototype à bas coût ?
Un premier prototype sur quelques bus doit permettre de tester et d’améliorer le
dispositif dans des conditions proche d’une exploitation.
Quelques éléments sont indispensables à la confection d’un
prototype d’Hyperbus. Tout d’abord, la mise à disposition d’un
ou plusieurs bus, transformés et équipés de capteurs, d’écrans
tactiles, pouvant communiquer avec internet et géolocalisés. Il
faut aussi qu’il y ait la construction d’une plateforme en ligne
consultable pour ordinateurs et Smartphones. Ce qui
nécessitera donc la création d’applications utilisables par ces
derniers.
De plus, succès il faut que les informations disponibles aient
un intérêt aux yeux des usagers des transports en commun.
C’est pourquoi, en premier lieu, il convient de se concentrer
sur l’affichage de données pratiques, comme par exemple les
temps d’attentes, la vitesse moyenne, la durée estimée du
trajet, les positions des bus ainsi que l’état de remplissage du
bus. Pour cela on peut sélectionner un panel de béta testeurs
qui feront remonter leurs remarques et avis.

2 scénarii envisageables ?
Le projet d’Hyperbus est ambitieux, c’est pourquoi il peut être scindé en deux scénarii de
mise en service. Le premier en présentant est une version simplifiée mais viable.

Scénario 1
Lors d’une mise en place partielle, on peut tabler sur la récolte et l’affichage de quelques
données sur quelques bus concernant une poignée de lignes. Pour cela, les efforts
devront se concentrer sur des informations pouvant être collectés par des capteurs « sur
l’étagère » afin de limiter le cout de l’expérimentation. Dans le même souci d’efficacité à
faible coût, les supports d’affichage privilégiés doivent être des applications pour
Smartphones, un site internet et quelques bus équipés d’écrans.

 Choix de quelques données : quelques infos


environnementales (ozone et bruit) + info trafic
(vitesse bus, position bus, temps d’attentes, état
circulation)
 supports: site internet, application Smartphone, bus
 la régie de transport assure à ses passagers un
nouveau confort en donnant accès à des informations
sur l’état du réseau en direct

3
Scénario 2
Une mise en place plus aboutie du programme Hyperbus, peut être effectuée après une
première version qui aurait pris les traits du scénario 1. En plus des informations de
l’étape précédente, on s’attachera à la récolte de données complexes qui nécessitent des
capteurs sophistiqués (CO², nombre de particules en suspension dans l’air). De plus,
l’Hyperbus devient aussi un support de communication en affichant des histoires sur la
ville, du microblogging, des agendas culturels, le tout classés dans 3 thématiques :
culture, histoires, micro messages. Le périmètre de mise en service peut concerner une
demi-douzaine de lignes et une trentaine de bus, avant un déploiement, pourquoi pas,
plus ambitieux encore.

 Infos environnementales (bruit, ozone, CO²,


particules en suspension), cartes, histoires,
évènements, microblogging, info trafic (vitesse
bus, position bus, temps d’attentes, état
circulation)
 supports: bus, site internet, application
Smartphone, éventuellement des abris bus et
des sucettes Decaux
 la régie des transports offre à ses utilisateurs
un service complet et performant

Partenaires éventuels :
 Une régie de transports urbains
 Un constructeur de bus
 Une CCI
 Une agglomération
 Un office de tourisme
 Des organismes culturels (musées, collectifs d’artistes, etc)
 Des associations de commerçants
 Des associations d’habitants de quartier
 Une agence de la qualité de l’air
 …

Ce pré-projet est né et a été maquetté lors des ateliers créatifs du forum Villes 2.0, organisé à Marseille entre
décembre 2009 et mars 2010 : "La fabrique des services urbains dans Marseille Provence 2013".
Pour toute info complémentaire, notamment toute velléité d'aller plus loin (maquettage plus poussé,
prototypage, expérimentation), contacter Renaud Francou rfrancou@fing.org ou tmarcou@fing.org,
coordinateurs des ateliers.