Vous êtes sur la page 1sur 2

Ci-contre, détails

d’un story-board
de Shéhérazade
(Anabase
Productions).
Le storyboarder
fait naître les
personnages à
partir des
premiers croquis.
Il les met en
scène, définit
leurs positions.
Son travail
permet de voir
l’action se
dérouler d’une
case à l’autre.

A Angoulême, le studio d’Anabase Productions


a besoin de créateurs. Les trois quarts de ses
salariés ont été formés sur place, à l’école d’art

De l’école d’art
au studio
C’était en 1983 et le 9e art devenait digne d’être

J
« ’allais partir aux Etats-Unis. Marie-
France Brière – responsable d’Anabase enseigné, pour la première fois en France.
Productions (Paris) – m’a appelé pour Tous ces créateurs, et d’autres, sont aujourd’hui
travailler sur Shéhérazade1. C’était en employés par un studio qui fait appel à leur main
1995, date de la naissance du studio d’An- de dessinateur et à leur imagination. Story-
goulême.» Philippe Mest est le réalisateur de board, lay out, recherche des personnages, des
la série d’animation diffusée depuis deux ans décors ou des couleurs à la gouache... Presque
par France 2. tout, excepté les phases de montage et de post-
En ce moment, l’équipe, constituée d’une ving- production réalisées à Paris, est conçu en Cha-
taine de personnes, met la touche finale au des- rente. L’animation est faite en Corée du Nord.
sin animé inspiré des Contes des Mille et une Abdel Belhadi est responsable de la création
Nuits. Au total en trois ans, 52 épisodes de 26 des personnages. A sa sortie de l’université en
minutes chacun seront sortis du studio charen- 1994, il publie un album de bande dessinée,
tais Tilt, devenu depuis peu Anabase. puis postule chez Tilt-Anabase : «Je suis venu
Avant Alain Ayroles, Abdel Belhadi et Igor Da- à Angoulême pour faire l’Atelier BD et ensuite
vid, auteurs de bandes dessinées, avant Thierry j’ai découvert les studios. En 1995, ils cher-
Leprévost, créateur de la revue BD Egocomix, chaient des gens...»
Philippe Mest a fréquenté l’Atelier BD de l’Ecole Thierry Leprévost a quitté l’école en 1992. Il a
des beaux-arts d’Angoulême. Un cursus désor- tout de suite travaillé pour les entreprises pion-
● Astrid Deroost mais intégré à l’Ecole supérieure de l’image. nières dans le domaine de l’animation en Cha-

36 L’Actualité Poitou-Charentes – N° 43
Toonimage, studio de dessin animé, est, à Angoulême,
le deuxième maillon d’une chaîne de fabrication internationale

Tourne image
autour du monde
Philippe Mest De l’entreprise traditionnelle à Régis Drujont, directeur des studios,
Toonimage, il y a le monde ne cache pas l’intérêt économique de
rente. Depuis trois ans et demi, il a rejoint le informatique et l’organisation ce trois-huit intercontinental : «Nous
studio Anabase et supervise maintenant le lay virtuelle. Installé à Angoulême sommes des industriels et pourtant
out. Un parcours voisin de celui de Philippe depuis 1997, le plus gros studio local parmi les derniers Européens à
Mest qui a découvert le dessin animé à An- de dessin animé, filiale du groupe proposer des emplois de gouacheurs.
goulême dès 1986, fait des expériences à liégeois Neurones, emploie 70 Les autres le font faire dans les pays
l’étranger notamment en Angleterre, avant de personnes. Tous les gouacheurs, les émergents.»
se lancer dans la réalisation de Shéhérazade. décorateurs et les professionnels de Alors qu’Angoulême forme
Ces intégrations rapides cachent pourtant un réel l’assemblage travaillent sur écran essentiellement des créateurs,
décalage entre formation initiale et réalité pro- pour des scénarios imaginés ailleurs. pourquoi avoir choisi cette ville ?
fessionnelle. Les élèves des beaux-arts n’avaient Les dessinateurs – intervallistes et «Un choix stratégique», répond
pas étudié l’image en mouvement et ils ont dé- animateurs – se trouvent sur les Régis Drujont qui évoque l’image de
couvert sur le tas les techniques de l’animation. rives de la mer de Chine. la capitale de l’image. Paul
«La bande dessinée et le cinéma d’animation Toonimage intervient Hannequart et Marc Minjauw, les
sont des disciplines totalement différentes. Mais essentiellement sur des épisodes dirigeants belges, ont cru au Pôle
télévisés en deux dimensions image. La première étape consistait
à l’époque, explique Abdel Belhadi, l’Atelier
destinés à un studio canadien qui se à s’implanter dans un environnement
BD était le creuset dans lequel puisaient les
charge du montage final. Les dessins économique favorable.
studios d’Angoulême.» Les formations désor-
animés sont ensuite diffusés sur les A son arrivée, le studio a en effet
mais proposées par le Laboratoire d’imagerie chaînes anglo-saxonnes, certains formé le gros de ses effectifs et
numérique et l’Ecole supérieure de l’image élar- sont en cours de traduction pour TF1 souhaite encore encourager
gissent peu à peu le champ des compétences ou d’autres canaux francophones. l’évolution de ses salariés. L’été
locales. La future Ecole des métiers de l’ani- Ambition nouvelle pour l’unité dernier, huit personnes sont passées
mation est également prévue à cet effet. d’Angoulême : l’animation en 3D. du métier répétitif de gouacheur à
Les anciens de la BD ont toutefois trouvé un Cette année, le second studio une fonction plus élaborée. En ce
emploi à leur mesure. Philippe Mest trouve sa Animatoon participera à la création moment, un employé de Toonimage
première expérience de réalisateur «passion- de séries mettant en scène des encadre un cycle compositing-
nante», Thierry Leprévost a le sentiment d’ac- marionnettes virtuelles. Doctoon, le checking au CNBDI. Toutefois, dans
complir un «vrai travail d’artiste» et Abdel cyber-acteur-fétiche du groupe, un avenir très proche, les talents
Belhadi estime «avoir découvert un monde nou- dialogue déjà en temps réel avec les sortis de l’Ecole d’art d’Angoulême
veau». De plus, la bonne santé de l’entreprise, petits malades d’un hôpital wallon. ou du Laboratoire d’imagerie
qui entame – entre autres – la production de la Huit fuseaux horaires séparent Séoul numérique pourraient accompagner
série télé Ambos Mundos, est un gage de con- de la France. Dans les locaux de le développement d’Animatoon et de
fort matériel. Toonimage, les salariés attendent le la 3D.
travail des Coréens pour commencer Convaincu de l’énormité du marché,
L’ombre d’Hergé plane pourtant sur le studio
le leur. Chaque jour, l’inforoute notamment télévisé, le directeur de
de dessin animé. Alain Ayroles (Garulfo, De
livre des milliers de dessins en noir Toonimage voit l’avenir d’un œil
Cape et de Crocs) ou Igor David (Les Neuf
et blanc par compression numérique. serein. Son groupe occupe une
Têtes) publient régulièrement des albums, Captées par les informaticiens de la position leader en Europe et l’unité
Thierry Leprévost fait office de coloriste «régie», les œuvres s’enrichissent charentaise a toutes les bonnes
(Garulfo) et confie quelques planches à la re- avant de filer vers Toronto. Entre- raisons de grandir. A une condition :
vue BD Egocomix, créée à Angoulême en temps, elles auront été colorisées, «La formation sera décisive pour le
1994... Une façon pour ces auteurs-dessinateurs superposées aux décors créés sur Pôle Image, insiste Régis Drujont.
de rester fidèles à l’image fixe. ■ place, assemblées et filmées. La L’évolution des métiers de la
tortue Franklin ou Flying Rhino sont communication audiovisuelle est très
1. La série Princesse Shéhérazade est une coproduction
Anabase Productions (groupe Expand), France 2, Carrere nés de ce voyage virtuel. De 7 000 à rapide. Pour qu’Angoulême soit un
Television, avec la participation du Conseil régional Poitou- 10 000 dessins, soit l’équivalent vrai pôle magnétique, il faut former
Charentes et du Centre national du cinéma, et le concours de
l’Ecole supérieure de l’image. Scénario de Viviane et Mohamed d’un épisode, sont traités chaque rapidement des compétences pour
Salah Bettaïb d’après une idée de Marie-France Brière. semaine à Angoulême. tous les métiers de l’image.» A D

L’Actualité Poitou-Charentes – N° 43 37