Vous êtes sur la page 1sur 20

COPPEMNEWS

Bimensuel du Coppem, année 5 n°12, Septembre 2004


12
L’EDITORIAL

de Piero Fagone

“Tire les leçons du passé mais ne vis pas dans le passé”. C’est à cet ancien dicton que se
réfère Muzzafer Baca, vice-président de la Fondation internationale Blue Crescent Re-
lief and Development (Turquie) lorsqu’il tente, en partant de la réalité de la Méditer-
COPPEMNEWS ranée, difficile et contradictoire, de définir une nouvelle identité pour les citoyens de
bimensuel édité par le Coppem. cette région et d’identifier une stratégie efficace pour surmonter les problèmes drama-
Enregistrement Tribunal de Palerme tiques actuels. “Il faut créer des instruments de concertation pour la transformer en une
n°22 du 23/12/1986.
zone de coopération, de paix, de développement et d’interaction culturelle”, ajoute-t-
il, en indiquant dans la pluralité des régions des pays méditerranéens le levier pour des-
siner une perspective inédite de croissance dans la sécurité, d’intégration dans la tolé-
Directeur
Fabio Pellegrini rance et dans le dialogue, d’affirmation de la démocratie grâce également au rôle fon-
damental des pouvoirs locaux. Ce sont justement les autonomies locales, qui conver-
Sous-directeur
gent au sein du Coppem, qui s’interrogent de nouveau sur le rôle particulier qui pourra
Lino Motta
être exercé, à travers des formes originales de partenariat et de coopération, afin de fa-
Directeur responsable voriser, en partant du bas, le processus de paix. C’est ce qui a été fait lors du Conseil de
Piero Fagone
Présidence du Coppem qui s’est réuni à Paris. Les Villes et les Régions poursuivent éga-
Rédaction lement le chemin d’une collaboration féconde, chemin ouvert par l’activité intense de
Roberta Puglisi ce même Comité pour le partenariat qui a la satisfaction de voir se concrétiser les pre-
Giovanna Cirino
miers fruits d’une initiative ininterrompue sur le versant euro-méditerranéen.
Nino Randisi
redazione@coppem.org La Région sicilienne et celle de Rabat-Salé-Zammour-Zeer au Maroc s’apprêtent à sous-
crire un protocole d’entente afin de développer les échanges culturels, valoriser le pa-
traductions (français)
Maria Flavia Marzialetti
trimoine culturel, favoriser la formation professionnelle, la tutelle environnementale et
accroître la protection civile. Les villes de Palerme et de Bizerte relancent les accords
traductions (anglais) stipulés à l’époque et mettent à leur agenda les initiatives communes possibles dans le
Roberta Italia
Stefania Di Caro
domaine touristico-culturel, de l’industrie agroalimentaire et de la conserverie, en par-
ticulier dans le secteur du bâtiment et des matériaux de construction. C’est exactement
projet graphique/editing en Tunisie que le Coppem, en séjournant dans la capitale et à Bizerte même, a organi-
Luigi Mennella
sé une série de réunions importantes dédiées aux Biens Culturels, avec pour objectif la
presse relance du projet Unimed Cultural Heritage II qui voit au premier rang les Universités
Officine Grafiche Riunite et, à l’intégration euro-méditerranéenne des réseaux stratégiques infrastructuraux, en
commençant par les transports.
Ce dernier constitue le terrain d’engagement de la III Commission du Coppem qui, du-
rant l’assemblée qui a eu lieu justement à Bizerte, a renouvelé la présidence en la
confiant au secrétaire du Conseil régional de Kairouan, Abdelkarim Mosbah, auquel le
Coppem News adresse un souhait ardent de bon travail. Mosbah succède au maire de
Tunis Abbes Moshen qui, en raison des multiples engagements de la charge qu’il re-
couvrait, rencontrait des difficultés à tenir tête également à ses autres tâches. Le Cop-
pem News continue à dédier une large place également aux transports. Suite aux ser-
vices publiés dans le précédent numéro, c’est à présent le tour de ceux dédiés au réseau
routier espagnol, au projet Alptransit, qui délestera considérablement le trafic sur le
Gothard en facilitant les transports entre l’Italie et ses régions méditerranéennes et
l’Europe du nord et, au système des transports à Stockholm. Des expériences et des réa-
lités différentes et éloignées entre elles mais toutes reconductibles à une vision d’en-
semble, sous le signe de l’intégration et de l’efficacité. Le Coppem se veut de plus en
plus un catalyseur des processus de coopération et des nouvelles formes de collaboration
entre les autonomies locales et les associations professionnelles du secteur productif. La
vaste adhésion des municipalités du Maroc, sanctionnée durant les travaux de Rabat, et
Coppem celle de la Confédération des Coopératives italiennes qui, grâce à l’activité des 18 mille
Via Emerico Amari, 162 - 90139 Palermo
tel. +39 091.662.22.38 entreprises associées, contribue de manière significative à la formation de la richesse de
www.coppem.org - coppem@coppem.org l’Italie avec un apport au PIB dans la mesure de 7 pour cent, en sont la preuve.
LA MEDITERRANEE
BERCEAU DE CIVILISATION ET DE COOPERATION
L’intégration entre les pays du bassin méditerranéen est nécessaire au soutien de la paix

qu’elles ont été dicaux de l’autre. L’énorme gap écono-


diffusées dans le mique entre les pays de la région médi-
monde entier. En terranéenne alimente ces politiques.
bref, dans la ré- Il faudrait donc créer des instruments de
gion méditerra- concertation pour transformer la région
néenne tout le en une zone de coopération, de paix, de
monde a quelque développement et d’interaction cultu-
chose en commun relle. Le choix du pluralisme de la ré-
avec autrui, que ce gion de la part de toutes les Nations ai-
soit un facteur dera fortement à atteindre cet objectif
culturel, histo- commun. En réduisant les dépenses mi-
rique, écono- litaires, en promouvant la liberté de pa-
mique ou eth- role et de religion et en développant le
nique. Les conflits système démocratique dans toute la ré-
entre arabes et gion, les gens auront voix au chapitre
juifs, turcs et en ce qui concerne leur propre futur.
grecs, la poudrière L’aspiration à un futur meilleur dépend
des Balkans, les certainement de l’élimination de préju-
Muzzafer Baca tensions entre Musulmans et Chrétiens gés et d’hostilité entre les nations de la
Vice-président International Blue Crescent Relief and “enveniment” l’harmonie et l’atmo- région et de la promotion d’une coopé-
Development Foundation (Turquie) sphère pacifique de la région. Malheu- ration au niveau culturel, économique,
reusement ces conflits sont provoqués formatif mais aussi touristique et d’in-
par les historiens, par le système éduca- ter-échange au sein des jeunes. Dans
Nous nous définissons arabes, italiens, tif, par les institutions religieuses et par notre culture et dans notre caractère
turcs, grecs, espagnols, nous vivons le les politiciens-mêmes pour leurs avan- commun, nous pouvons trouver tous les
long des rives de la Méditerranée, nous tages personnels. Au lieu de promouvoir instruments pour l’interaction. Nous
jouissons de la même mer et nous en ti- la paix et de faire connaître l’aspect po- avons besoin de gens courageux et d’or-
rons profit. Il y a une seule définition sitif des autres, la priorité est donnée aux ganisations qui fassent tout cela. Le
commune pour les gens qui y vivent guerres et aux mémoires négatives du Coppem, dont le siège est en Sicile, est
tout autour: nous sommes méditerra- passé. Un dicton turc rappelle: "Tire les l’une des associations les plus impor-
néens. La caractéristique d’un sujet mé- leçons du passé mais ne vis pas dans le tantes à avoir un rôle guide et, la Sicile
diterranéen est celle d’être parfois euro- passé". La leçon la plus grande que l’on justement, qui représente le cœur de la
péen parfois arabe ou ottoman, grec ou puisse tirer du passé doit être la mémoi- Méditerranée, devrait être transformée
italien. La civilisation méditerranéenne re des pertes et de la douleur que toutes en une terre de coopération et en un
est donc un mélange de civilisations la- les nations ont affronté lors des nom- point de repère pour tous les pays de la
tine, arabe, turque, grecque et d’autres breuses années de guerres et de conflits. zone. C’est justement dans cette op-
civilisations. Elles interagissent toutes Dans ce cadre, l’économie et les civilisa- tique que les membres du Coppem, aus-
entre-elles en devenant ainsi les élé- tions fleurissantes de la Méditerranée si bien au niveau local que national, ont
ments fondamentaux de la civilisation sont en train de souffrir et la région mé- le devoir de supporter toutes les initia-
méditerranéenne commune. Partout, la diterranéenne a perdu son rôle guide des tives visant la transformation de la Sici-
culture méditerranéenne est la culture siècles passés. Le berceau de la civilisa- le. Chacun doit donc contribuer d’une
de l’olivier, de l’hospitalité, de l’huma- tion mondiale se trouve maintenant manière ou d’une autre à la réalisation
nité, de la fraternité et de la civilisation. sous l’influence de la tendance occiden- de cet objectif commun qui se résume
Les trois religions monothéistes, chris- tale à l'utilisation immodérée des biens en: la Paix et la Coopération dans la Ré-
tianisme, judaïsme et islamisme sont de consommation, des mouvements gion, valeurs essentielles pour préserver
nées en Méditerranée et c’est d’ici pour la globalisation d’un côté et des ra- la stabilité dans le monde entier.

SEPTEMBRE 2004 1
UN PONT VERS LE MAROC

De nouvelles adhésions d’autorités locales au Coppem

organisé du 21 au 24 mai dernier une


série de rencontres sectorielles où il a
été question de protection civile, de va-
lorisation et conservation du patrimoi-
ne culturel, de télé-médecine, de pro-
duction agricole de qualité et de sys-
tèmes de distribution hydraulique. En
ce qui concerne le secteur de la restau-
ration et de la valorisation du patrimoi-
ne culturel, une délégation du cours de
Maîtrise en Sciences des Biens Cultu-
rels de l’Université de Catane, la direc-
trice de l’Institut Italien de Culture de
Rabat et l’architecte Francesco Man-
nuccia, expert du Coppem, ont rencon-
tré Aomar Akerraz, directeur adjoint de
Le président de la Région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër Abdelkébir Berkia et Omar El Bahraoui Président de la l'INSAP (Institut National des
Municipalité de Rabat, reçoivent la délégation du Coppem et de la Région Sicilienne
Sciences de l'Archéologie et du Patri-
moine). Les parties concernées ont éta-
bli l’opportunité de définir un accord
de collaboration didactico-scientifique
Alessandra Prudente caux et Régionaux et la Coordination entre l’Université de Catane et l’IN-
IV Commission Coppem socio-sanitaire des Entreprises Locales SAP sur l’étude et la valorisation du si-
des 35 Etats du partenariat euro-médi- te archéologique de Chellah afin de
terranéen. En collaboration avec la réaliser un projet qui inclue l’examen
Rabat, Tanger, Larache, Fès, Al Hocei- Municipalité de Rabat, le Coppem a de cette zone archéologique, l’impor-
ma, Bouznika, Tétouan, Oujda, Salé,
Mohamadia. Celles-ci sont les dix auto-
rités locales marocaines qui ont adhéré
au Coppem, le 22 mai dernier, à l’occa-
sion de la réunion qui a eu lieu dans le
siège de la Municipalité de Rabat, en
présence également du maire, mais aus-
si premier vice-président du Comité,
Omar El Bahraoui. Au cours de la ren-
contre, il a été décidé d’impliquer dans
les travaux du Coppem, en qualité d’in-
vité permanent, le représentant de
l’Union des Villes Arabes (UVA,
Union des Villes Arabes). Le secrétaire
général du Coppem, Carmelo Motta,
au cours de la rencontre, a illustré les
activités du Comité et a, en particulier,
présenté deux initiatives: l’ASEM, la
nouvelle Agence de Développement
Euro-méditerranéen des Pouvoirs Lo- Rencontre de la délégation du Coppem et de la Région Sicilienne avec la Présidence de la Région de Rabat

2 COPPEMNEWS
tance de l’évaluation de l’état de
conservation des monuments, les acti-
vités de fouille dans des zones bien pré-
cises, la restauration, le catalogage et la
conservation des matériaux retrouvés,
l’étude et la publication aussi bien
scientifique que de diffusion des résul-
tats obtenus et un projet de valorisation
et de jouissance du site pour une
meilleure insertion dans les circuits
touristiques. Une attention considé-
rable a été également accordée à la for-
mation d’étudiants de l’Université de
Catane et de l'INSAP, à travers leur
participation à toutes les activités, la
création de camps d’école de fouille et
La délégation Coppem-Région Sicilienne rencontre Alberto Candilio, ambassadeur italien au Maroc
restauration des matériaux, l’échange
d’enseignants et d’étudiants entre les
deux institutions. A Rabat, il a été éga-
lement question de télé-médecine. Sal- decine qui prévoit l’institution de cours tique relié aux pays du bassin de la Mé-
vatore Scribano, doyen de la Faculté de de formation à distance et de recherche diterranée. Le réseau télématique est
Médecine et Chirurgie de l’Université scientifique, l’implémentation des prévu pour la gestion des patients qui
de Messine et le professeur Filippo Li- lignes directrices pour le traitement du subissent un traumatisme dans des
vio ont rencontré le doyen de la Facul- traumatisme crânien à travers le déve- zones éloignées du centre de référence
té de Médecine de l’Université de Ra- loppement de technologies informa- et pour un échange efficace d’informa-
bat pour illustrer le projet de télé-mé- tiques et la création d’un réseau téléma- tions sanitaires et de consultation à dis-
tance on line.
Les rencontres, qui ont caractérisé les
trois journées de travaux, se sont
conclues avec une réunion préliminaire
vouée à la souscription d’un Protocole
d’Entente entre la Région de Rabat-Sa-
lé-Zemmour-Zaër et la Région Sicilien-
ne. Abdelkébir Berkia et Omar El Bah-
raoui, respectivement présidents de la
Région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër et
de la Municipalité de Rabat, ont reçu
une délégation de la Région Sicilienne
(Salvatore Cilento, Ministre plénipo-
tentiaire et chef du Bureau Relations
Diplomatiques et Internationales de la
Région Sicilienne; Calogero Speziale,
représentant de l’Assemblée Régionale
Sicilienne; Benedetto Mineo, chef de
cabinet vicaire du Président de la Ré-
Rencontre des représentants des principales villes du Maroc avec Omar El Bahraoui, Lino Motta et José Luis Ferrando gion Sicilienne; Sebastiano Di Bella,

SEPTEMBRE 2004 3
expert du Président Salvatore Cuffaro; santé, la protection civile et la pêche. secteur de la protection civile de sorte
Giuseppe Li Bassi, responsable de la Les secteurs de la gestion, de la restaura- que la délégation sicilienne a demandé
Protection Civile; prof. Santi Rizzo, tion et de la valorisation du patrimoine à ce que lui soit accordée d’avantage
Doyen de la Faculté d’Ingénierie de culturel; de la promotion des relations d’importance dans le texte du Protocole
l’Université de Palerme) et le secrétaire entre les écoles, les universités et les ins- d’Entente, où l’on souligne justement
général du Coppem, Carmelo Motta et tituts de recherche; de l’échange de que le but principal est celui de déve-
ont abouti a une entente qui prévoit connaissances dans le secteur socio-sa- lopper et de consolider les liens du par-
d’intégrer, au sein du Partenariat, de nitaire; de la formation professionnelle tenariat dans tous les secteurs en coopé-
nombreux secteurs tels l’économie, la dans les domaines de l’éducation, de la rant afin que ces derniers soient effectifs
culture, le tourisme, la formation profes- culture et de l’artisanat; de l’encourage- et concrets. Le Protocole permettra en
sionnelle, les nouvelles technologies de ment d’initiatives qui comportent la outre d’institutionnaliser les rapports et
l’information et de la communication, constitution de sociétés mixtes au sein les échanges et de créer un milieu qui
le sport et les nouvelles générations, le des PME et des entreprises des deux ré- favorise la concrétisation de leur volon-
développement rural, la protection de gions ont un intérêt spécifique. Une im- té commune de coopération dans l’es-
l’environnement, l’action associative, la portance particulière revêt également le prit du partenariat.

ARCHIPELS DE LA VISION - HORCYNUS FESTIVAL

L’Horcynus Festival fera son retour cet été avec une formule bien précise qui valorisera les arts contemporains de la Méditerranée. Le festival du
cinéma qui aura lieu du 5 au 14 août à Capo Peloro cherchera de favoriser des rencontres, des échanges, des intégrations entre des pays voi-
sins mais aussi suffisamment différents du bassin méditerranéen. Tout ceci à travers le cinéma qui doit être promu sous toutes ses formes, à travers
des rencontres culturelles avec des metteurs en scène, des acteurs, des producteurs, des poètes, des écrivains, des artistes, des savants, qui se
feront sous forme de séminaires et qui s’ouvriront largement à la multidisciplinarité et à la participation du public. Le Festival ne sera pas com-
pétitif pour valoriser au maximum l’idée de la rencontre/échange entre cultures mais, comme lors des précédentes éditions, il attribuera le prix
Horcynus Orca à des personnalités internationales qui se sont distinguées dans le domaine cinématographique et politico-social. Cette année le
prix sera attribué au metteur en scène Paolo Benvenuti, suite au grand succès de Venise 2003 pour son film Secrets d’Etat (Segreti di Stato). Ma-
re nostrum donc comme synonyme d’ouverture au monde entier, une mer qui apporte des fragments, des témoignages, des mémoires, une conti-
nuité. Des metteurs en scènes apatrides passeront également par ce Festival pour présenter des films tournés dans des lieux différents de ceux où
ils sont nés ou de résidence. Continuité et qualité pour ce Festival qui s’ouvrira à la collaboration des organismes territoriaux siciliens et qui ver-
ra l’importante implication du COPPEM qui pourra favoriser la structuration de partenariats internationaux dans le bassin méditerranéen.

ARTICULATION DU FESTIVAL/ 1. Section cinéma: thématiques concernant la mer et le voyage, en provenance essentiellement de pays de la zone de
la Méditerranée, en jetant un regard également sur les autres cinématographies plus ou moins indépendantes et sur les films qui utilisent les nouvelles
technologies. Le lieu de projection sera plage de Capo Peloro. 2. Section documentaires: projections de pellicules et de vidéos qui ont comme toile
de fond socio-politico les rapports entre le nord et le sud de la Méditerranée ainsi que les crises et les défis d’intégration qui parcourent les régions
moyen-orientales. 3. Rétrospectives: Gauche–Droite (six films produits par la chaîne de la télévision franco-allemand ARTE). La perception des catégo-
ries de droite et gauche dans une contemporanéité qui semblerait avoir épuisé les potentialités de cette opposition. 4. Les films de Paolo Benvenuti.

EVENEMENTS SPECIAUX/ • Rencontres multidisciplinaires: réalisation durant la manifestation de rencontres ouvertes selon les thématiques du
festival. • Soirées ethno-musicales et théâtrales: soirées musicales avec des artistes internationaux du bassin de la Méditerranée. • Le prix de
l’Horcynus Festival: durant la soirée finale, le prix Horcynus Orca sera attribué à des personnalité internationales qui, comme il a déjà été pré-
cisé dans l’introduction, se sont distinguées dans le domaine cinématographique et politico-social.

4 COPPEMNEWS
PROTOCOLE D’ENTENTE ENTRE RABAT ET LA SICILE

L’île noue des liens et pointe sur la protection civile et sur la valorisation du patrimoine culturel.

cement des échanges culturels, écono- pouvoirs locaux aura-t-elle lieu ?


miques et sociaux. Les liens avec le Ma- Le Protocole d’Entente se réfère évi-
roc, pays qui, dans la zone, est en train demment à la “Déclaration de Barcelo-
d’acquérir une importance de plus en ne” du 25 novembre 1995 et il est desti-
plus grande en raison également des po- né à représenter l’exemple concret de
litiques sages de développement écono- cette coopération euro-méditerranéen-
mique et social mises en place par l’ac- ne, également au niveau des autono-
tuel souverain de façon décidée, revê- mies locales, comme c’est le souhait de
tent aujourd’hui, pour notre région, des cette déclaration.
aspects de grande importance. C’est en Dans quelle mesure le rôle du COP-
partant de cette considération que nous PEM a-t-il été déterminant dans l’ac-
avons décidé de négocier avec la région cord entre les parties?
de Rabat – Salé – Zemmour – Zeer un Le Coppem, dont l’activité est constam-
protocole d’entente qui sera souscrit dès ment soutenue par la Région Sicilienne,
Roberta Puglisi que les procédures prévues par la nor- a joué à cette occasion un important rô-
mative italienne seront conclues. le d’ouvre-piste et, les négociations ont
Quels sont les points davantage focali- sans doute été facilitées grâce aux excel-
sés dans le Protocole d’Entente? lents rapports que les dirigeants du Cop-
Dès que les procédures prévues par la L’entente a pour but de relancer les rap- pem entretiennent, également sur le
normative italienne seront conclues, les ports entre les deux régions à 360 de- plan personnel, depuis longtemps, avec
régions Sicilienne et de Rabat – Salé – grés. Dans un contexte aussi vaste, les les autorités du Maroc.
Zemmour – Zeer signeront un protocole échanges culturels qui accordent une at- La Région sicilienne a-t-elle prévu de
d’entente. L’accord entre les Parties a tention particulière à la valorisation du signer d’autres Protocoles d’Entente,
pour objectif de relancer les rapports patrimoine culturel, à la formation pro- avec l’aide du COPPEM, avec d’autres
économiques, culturels et sociaux entre fessionnelle, à la tutelle environnemen- Pays de la Méditerranée?
les deux régions. Une grande attention tale et à la protection civile, devraient Comme j’ai pu l’affirmer à plusieurs re-
sera accordée surtout au développement constituer les secteurs-cibles des princi- prises, notre intérêt à entretenir des re-
des entreprises. Le président de la Ré- pales lignes de coopération. Une grande lations plus étroites avec les pays du bas-
gion Sicilienne, Salvatore Cuffaro tra- attention sera accordée, en outre, à sin méditerranéen est prioritaire. Dans
ce, dans cette interview, les grandes toutes les actions à même de favoriser ce but, de nombreuses initiatives ont dé-
lignes du protocole. les rapports entre les entreprises des jà été réalisées et d’autres le seront. C’est
Président, en tant que représentant de la deux régions. dans ce but que j’ai l’intention de procé-
Région Sicilienne, vous devriez signer Quel est l’engagement de la Région si- der, le plus rapidement possible, à un
un Protocole d’Entente avec la Région cilienne dans cet accord bilatéral? examen soigné de l’état actuel des rap-
de Rabat (Maroc) à un moment histo- Comme c’est l’usage habituel concernant ports de la Sicile avec les autres pays de
rique particulièrement délicat. Pourquoi des ententes de cette portée, les engage- la Méditerranée. Au terme de ce par-
avez-vous retenu opportun de lancer ments spécifiques des deux parties, égale- cours nous pensons que naîtra l’exigence
cette forme étroite de coopération? ment sous le profil financier, seront préci- de négocier et de conclure d’autres en-
La Méditerranée constitue traditionnel- sées par un groupe de travail dont la com- tentes visant à donner une impulsion
lement une zone géopolitique qui béné- position sera paritaire et qui se réunira al- aux rapports bilatéraux avec des réalités
ficie d’une attention prioritaire de la ternativement au Maroc et en Sicile. régionales du bassin de la Méditerranée
part de la Sicile. En vue également de Le Protocole d’Entente rentre dans le bien précises. Certainement, dans ce
2010, ce Gouvernement a focalisé ulté- cadre de la réalisation de la “Déclara- contexte, la Région Sicilienne ne négli-
rieurement son engagement vers le bas- tion de Barcelone”. Selon vous, en gera aucunement la contribution que le
sin euro-méditerranéen avec une série qualité de représentant institutionnel, Coppem pourra offrir à ce propos grâce à
d’actions et de contacts voués au renfor- la décentralisation du pouvoir vers les son réseau de rapports fort bien articulé.

SEPTEMBRE 2004 5
CULTURE ET ECONOMIE
DANS LE VISEUR DU COPPEM
Synthèse des initiatives du Coppem adoptées en Tunisie

sité de Tunis. Etaient présents le Maire


de Bizerte, Moncef Ben Gharbia et Ra-
niero Chelli qui a illustré la structure du
projet dont UNIMED (Union des Uni-
versités de la Méditerranée) est coordi-
nateur. Les représentants des Adminis-
trations Locales et des Universités pré-
sents ont illustré de nombreux exemples
d’interventions en matière de valorisa-
tion du patrimoine culturel et de déve-
loppement socio-économique induit.
Enfin, des représentants des pouvoirs lo-
caux de la Turquie et du Maroc ont été
invités comme observateurs dans le but
de répéter des rencontres analogues
dans leur Pays. Les informations nées au
cours de la rencontre seront recueillies
dans un rapport qui intègrera la docu-
mentation du projet et insérées dans sa
Dans le cadre de son plan d’activités pour 2004, le Coppem a promu et banque de données. Elles contribueront
enfin à enrichir les travaux de la III
réalisé récemment en Tunisie certaines rencontres internationales impor-
Commission Permanente du Coppem,
tantes auxquelles des membres du monde académique, institutionnel et de dont le thème pour 2004 est "Culture et
Tourisme: promotion et gestion de
l’entreprise de la Tunisie et d’autres Pays euro-méditerranéens ont participé. zones culturelles".

Le 26 juin à Bizerte, dans la Salle du


Conseil de la Municipalité, le Coppem
Le 25 juin 2004, à la Cité des Sciences a organisé, en collaboration avec la Vil-
de Tunis, dans le cadre du développe- le, un workshop dont l’objectif est la
ment du projet MEDA appelé “UNI- promotion de contacts et de collabora-
MED Cultural Heritage II ” le Coppem tions entre représentants institutionnels
a organisé une réunion en collaboration et opérateurs économiques de la Tunisie
avec le Secrétaire du Conseil Régional et de la Sicile. Le Maire de Bizerte,
de Kairouan, Abdelkarim Mosbah, avec Moncef Ben Gharbia, a présidé la ren-
la participation de représentants de contre et le Secrétaire Général du Cop-
l’Université de Tunis et des Pouvoirs pem, Carmelo Motta, a introduit les tra-
Locaux de la Tunisie. Le Coppem, dans vaux et a présenté l’ASEM, Agence de
son rôle de partenaire du projet, a en ef- Développement Euro-méditerranéen,
fet voulu analyser les expériences et les promue par le Coppem, ainsi que le
exigences des Administrations locales Centre de Coordination Socio-Sanitai-
de la Tunisie dans la gestion au niveau re, né à l’initiative de ce même Cop-
local du patrimoine culturel. La réunion pem. Sont intervenus Calogero Spezia-
a été présidée par le Prof. Habib Bak- le, représentant de l’Assemblée parle-
loutì, Directeur de l’Institut Supérieur mentaire de la Région Sicilienne, Dario
des Métiers du Patrimoine, de l’Univer- Falzone, Maire adjoint de Palerme, qui a

6 COPPEMNEWS
des transports” en s’engageant à l’inté-
grer éventuellement avec des notes d’ici
le mois d’août 2004, de façon à préparer
en temps utile la version finale qui sera
soumise, pour son adoption, à l’Assem-
blée Générale du Coppem prévue pour
le mois de novembre prochain. Les po-
sitions politiques stratégiques exprimées
dans le rapport constituent la base
qu’une délégation restreinte de la Com-
mission rencontre des responsables de la
Commission Européenne, afin de pro-
poser une participation plus concrète
des représentants des Pouvoirs Locaux
euro-méditerranéens aux travaux
concernant le développement du pro-
cessus euro-méditerranéen sur ce thè-
me. Un tel schéma de travail, proposé
par le Secrétariat, sera également suggé-
proposé des protocoles d’entente pour plaçant et sur proposition du Maire de ré aux trois autres Commissions du
réaliser pleinement le jumelage entre Tunis, Abbes Moshen, dont les engage- Coppem (la IV Commission se réunira à
Palerme et Bizerte, Alberto Tulumello, ments institutionnels rendaient difficile Amman, Jordanie, fin septembre) afin
Professeur de sociologie économique à sa pleine participation aux travaux. En d’arriver, de façon homogène, à une plus
l’Université de Palerme, des représen- raison de sa nouvelle position, il entrera grande visibilité et autorité des adminis-
tants de la Confcooperative Sicile, du de droit comme membre du Conseil de trations locales et régionales dans le
Parc Economique de Bizerte, du Port Présidence du Coppem. Les participants contexte euro-méditerranéen.
commercial de Bizerte, du Port touris- ont examiné et approuvé le rapport pré-
tique de Bizerte, de la Chambre de paré par le Secrétariat sur le thème assi- Le 27 juin, à Kairouan, une délégation
Commerce de Bizerte, de l’Association gné à la Commission en 2004 “Intégra- du Coppem, guidée par le secrétaire gé-
industriels de Palerme, des entrepre- tion Euro-méditerranéenne des réseaux néral, Carmelo Motta, a rencontré le vi-
neurs siciliens ainsi que le Doyen de la stratégiques infrastructuraux: l’exemple ce-gouverneur M. Chaheredine Miladi.
Faculté de Médecine de l’Université de
Messine. Dans l’après-midi des ren-
contres bilatérales entre les opérateurs
présents ont eu lieu.
ABDELKARIM MOSBAH ELU
Le 26 juin, à la Municipalité de Bizer- PRESIDENT COMMISSION COPPEM
te, une réunion de la III Commission
Permanente du Coppem a eu lieu, à la- Abdelkarim Mosbah, Secrétaire du Conseil régio-
quelle ont participé des membres de la nal de Kairouan, a été élu à l’unanimité Président
Tunisie, Turquie, Grèce, Malte, Espagne de la 3ème Commission du Coppem pour la " Co-
et Italie. Abdelkarim Mosbah, Secrétai- opération économique et financière ". Nommé sur
re du Conseil régional de Kairouan et proposition du président sortant Abbes Moshen,
rapporteur de la III Commission a été Maire de Tunis, Abdelkarim Mosbah entrera de
nommé à l’unanimité nouveau prési- droit parmi les membres du Conseil de Présidence
dent de cette Commission, comme rem- du Comité permanent.

SEPTEMBRE 2004 7
PALERME ET BIZERTE SE "SERRENT LA MAIN"

Le Maire adjoint de Palerme, Dario Falzone, demande l’extension du protocole d’entente


entre la capitale de la Sicile et Bizerte.

re”. L’Adminis- rait également souhaitable. Les entre-


tration commu- prises de conservation alimentaire sici-
nale de Palerme, liennes et tunisiennes, en particulier du
de concert avec poisson, sont parmi les meilleures au
le Coppem, a monde. Les standards hygiéno-qualita-
pensé à trois hy- tifs des produits de nos conserveries
pothèses de pro- sont très élevés, les règles imposées par
tocole d’entente l’UE sont parmi les plus sévères au
dans ces sec- monde et elles offrent le maximum de
teurs qui peu- tutelle au consommateur. Dans le sec-
vent constituer teur agro-alimentaire il est donc pos-
une base d’où sible d’imaginer la création de conser-
partira une veries mixtes sicilio-tunisiennes de
table technique haut niveau qualitatif capables d’ex-
de gauche à droite: Dario Falzone, Carmelo Motta
conjointe pour ploiter les ressources en poisson tuni-
définir de façon siennes et agricoles siciliennes.
plus détaillée Parmi les objectifs, il y a l’hypothèse de

U n nouvel élan au rapport d’amitié


et de collaboration entre les villes
de Palerme et de Bizerte. Etendre le pro-
l’élargissement du pacte d’amitié entre
Bizerte et Palerme. Dans le cadre du
secteur touristico-hôtelier, il serait pos-
favoriser la constitution de sociétés
mixtes italo-tunisiennes pour favoriser
l’amélioration des techniques de
tocole d’entente qui existe déjà entre les sible d’insérer les œuvres d’art des deux construction, en introduisant des cri-
deux municipalités afin d’élargir ulté- villes dans des liens spéciaux sur les tères antisismiques, mais également en
rieurement les opportunités des Tuni- sites internet des villes de Palerme et de améliorant l’isolation des bâtiments.
siens et des Siciliens. Les champs d’ac- Bizerte qui auraient l’avantage de pro- L’un des domaines pourrait être celui
tion peuvent être différents: accords mouvoir, au niveau mondial, le patri- des huisseries et châssis, aussi bien en
concernant la tutelle environnementa- moine artistique aux opérateurs touris- métal qu’en bois, qui utilisent des car-
le, en particulier l’élimination des dé- tiques intéressés par cette zone de la reaux isolants. “Les entreprises sici-
chets qui aujourd’hui doivent devenir Méditerranée. “La facilité de liaison liennes sont vraiment à l’avant-garde
une ressource dans le secteur touristico- entre Palerme et la Tunisie – a affirmé dans ce secteur – a souligné Falzone – et
hôtelier et dans l’agroalimentaire et le Falzone – permet d’imaginer des par- leur expansion dans le marché tunisien
bâtiment. C’est ce qu’a annoncé, au cours historiques et touristiques entre comporterait, par conséquent, l’utilisa-
nom du maire Diego Cammarata, le les deux rives et la valorisation des tion d’ouvriers locaux qui recevraient
maire adjoint Dario Falzone, à Bizerte, zones archéologiques, comme il a été une formation spéciale”. Non seule-
en soulignant “l’importance et l’incita- fait en Sicile, pourrait constituer un ment pour les huisseries et les châssis,
tion que peuvent fournir les conditions modèle exportable également en Tuni- les entreprises siciliennes sont égale-
fiscales favorables que le gouvernement sie, en impliquant la Surintendance ment renommées pour les carrelages, la
a mises au point pour les entrepreneurs Biens archéologiques de Palerme, l’Ins- faïence, la production d’hydro-sani-
étrangers qui ont veulent investir en titut pour l’étude de l’Afrique romaine taires et pour l’exportation du marbre.
Tunisie. Ce n’est pas tout, les entre- de l’Université de Palerme et des orga- “Avec l’arrivée de la zone de libre
prises palermitaines – a ajouté Falzone – nismes culturels tunisiens analogues”. échange en Méditerranée – a dit Falzo-
qui veulent s’étendre en s’ouvrant aux Mais la réalisation d’espaces culturels, ne – l’on assistera à une augmentation
marchés étrangers, ou également au sein de centres multimédias tuniso-arabes à considérable des marchandises en tran-
du territoire tunisien ou dans les états Palerme et italiens en Tunisie pour sit entre l’Europe et l’Afrique et nous,
voisins avec lesquels la Tunisie entre- mettre en contact les deux mondes par qui sommes au centre de cette grande
tient des accords particuliers sur l’expor- le biais de la ville où s’est déroulée la région économique, nous ne pouvons
tation, ont toutes les chances de le fai- rencontre de ces deux civilisations se- pas perdre cette grande occasion”.

8 COPPEMNEWS
LES PORTS MARITIMES DE COMMERCE TUNISIENS
DONNENT UNE IMPULSION AU COMMERCE TU-
NISIEN

En augmentation le volume des échanges avec les Pays euro-méditerranéens

Le port de Sousse rections régionales, à jouer un rôle de


régulateur en sa qualité d'autorité por-
tuaire au niveau des opérateurs et ce de-
puis l'intégration, en 1998, des services
de la Marine Marchande au sein de
l'Office. Un certain nombre de fonc-
tions, jadis gérées par l'Office, commen-
cent à être privatisées. Cette privatisa-
tion est programmée pour se faire selon
un cahier des charges précis où sont dé-
finies toutes les règles et les limites d'ac-
tivité que l'attributaire du marché doit
accomplir. Les services de lamanage et
d'approvisionnement ont été complète-
ment privatisés au niveau de tous les
ports de commerce tunisiens gérés par
l'O.M.M.P. et, pour des raisons straté-
Sahbene Ben Fadhel giques, l'acconage n'a été privatisé
Directeur du Port de Bizerte qu'au niveau des ports de l'intérieur
contrairement à l'acconage aux ports de
la capitale (La Goulette et Radès) qui
Le système portuaire tunisien est au ser- est monopolisé par la Société Tunisien-
vice de l'économie locale et il est appe- ne d'Acconage et de Manutention
lé à s'adapter continuellement pour ne (S.T.A.M.). Cette démarche de privati-
pas la pénaliser. Ce système n'a pas le sation est, à notre avis, judicieuse étant
caractère concurrentiel comme on peut donné que les sociétés d'acconage im-
l'observer en Europe. Le système por- plantées dans les ports de l'intérieur
tuaire tunisien est composé de sept n'ont pas accompli leur devoir pour
ports: le port de La Goulette caractérisé l’équipement des ports de matériel de
notamment par le trafic Passagers et manutention et ainsi on se trouve peu à
Croisiéristes, le port de Radès spécialisé peu d émuni d’équipements aux ports de
principalement par le trafic Conteneurs l’intérieur, contrairement aux ports de
et Unités roulantes; le port de Bizerte - la capitale où S.T.A.M. investit dans les
Menzel-Bourguiba dominé par le trafic équipements de manutention.
pétrolier; le port de Sousse traitant le Il est rappelé que l’Office de la Marine
trafic de divers; le port de Sfax: port po- Marchande et des Ports, autorité por-
lyvalent; le port de Gabès, port indus- tuaire et maritime, est chargé du fonc-
triel, traitant les produits chimiques; le tionnement, de l’entretien et du deve-
port de Zarzis qui démarre avec le trafic loppement des ports de commerce tuni-
pétrolier et évoluera avec la Zone sien ainsi que des attributions de l’admi-
Franche. Les sept ports sont gérés par nistration maritime et ce depuis la pro-
l'Office de la Marine Marchande et des mulgation de la loi n° 98-109 du 28 Dé-
Ports (O.M.M.P.) dont le siège de la Di- cembre 1998. L'extension des fonctions
rection Générale est situé à La Goulet- de l'O.M.M.P. à celle de la Marine Mar-
te dans la banlieue Nord de Tunis. chande se résume comme suit:
L'O.M.M.P. est appelé, à travers ses di- * l'administration des navires

SEPTEMBRE 2004 9
* la gestion des gens de mer 2002. Le tonnage
* la police de la navigation maritime transporté s'est élevé
à 1,9 millions de
Environnement international tonnes. Le trafic des
L'environnement international a été unités roulantes a
caractérisé au cours de l'année 2003 par enregistré une légère
le ralentissement du rythme de croissan- augmentation pas-
ce dans les pays industrialisés et la dété- sant de 78.447 uni-
rioration du marché de l'emploi résul- tés en 2002 à 80.948
tant de la persistance des tensions géo- unités en 2003. Le
politiques se traduisant par la flambée taux d'unitisation
des cours du pétrole et le scepticisme des marchandises
des investisseurs. générales a ainsi at-
Il porto di Biserta
teint 51,6 % en
Conjoncture nationale 2003 contre 53,8 %
L'économie tunisienne a pu surmonter en 2002 (35,4 %
les difficultés économiques survenues à pour les conteneurs et 16,2 % pour les (109 mille tonnes) et la Mauritanie (32
l'échelle mondiale et assurer un regain unités roulantes). Par ailleurs, le trafic mille tonnes). Les exportations ont
de l'activité dans la plupart des secteurs des passagers poursuit son expansion connu une progression de 22 % passant
en l'occurrence la production agricole avec une progression de 11 % en pas- de 105 mille tonnes à 128 mille tonnes.
saisonnière, les industries manufactu- sant de 478.149 voyageurs en 2002 à Ce trafic se concentre sur l’Algérie (72
rières, le tourisme et le transport aérien 528.775 voyageurs en 2003. Parallèle- mille tonnes) et le Maroc (48 mille
face à la contraction de la demande ex- ment, le nombre de voitures accompa- tonnes) constitué essentiellement de
térieure, notamment celle de l'Union gnées a enregistré une augmentation de dérivés phosphatés.
Européenne et au recul de l'activité tou- 5 % passant de 174.884 véhicules en
ristique. Concernant les échanges com- 2002 à 183.971 véhicules en 2003. Les échanges
merciaux de la Tunisie durant l'année avec l’Afrique (hors UMA)
2003, le volume des flux de trafic, par Les échanges A l’instar de l’année précédente, les
voie maritime, s'est élevé à 20,6 mil- avec les pays de l’UM échanges avec les pays africains (hors
lions de tonnes. Le nombre de navires Les échanges commerciaux avec les UMA) ont connu cette année une amé-
reçus est passé de 6.949 unités en 2002 pays du Maghreb Arabe ont subi une lé- lioration de 6 % passant de 364 mille
à 6.643 en 2003 soit une légère baisse de gère baisse de 2 % par rapport à l’année tonnes à 386 mille tonnes. Les importa-
4,4 %. Le trafic réalisé par les ports rele- précédente passant de 1,694 mille tions en provenance de ces pays sont de
vant de l'O.M.M.P. a porté sur 20,6 mil- tonnes en 2001à 1,655 mille tonnes en 241 mille tonnes en 2002 soit + 1,5 %
lions de tonnes dont 13,9 millions de 2002. Cette baisse provient essentielle- par rapport à 2001. Elles proviennent
tonnes en entrée et 6,7 millions de ment des importations lesquelles se sont principalement de l’Egypte (195 mille
tonnes en sortie. Cette diminution du élevées à 1,526 mille tonnes cette an- tonnes de clinker et coke débarqués au
trafic n'a été observée qu'au niveau des née contre 1,589 mille tonnes en 2001 port de Bizerte) et du Gabon (20 mille
entrées (- 9,19 % par rapport à 2002) et (soit en effet ces dernières représentent tonnes de bois débarqué au port de
ce suite à une baisse d'importation des 92 % du total des échanges avec cette Sfax). Les exportations constituées de
céréales (- 35 %) ; ceci est dû à la bon- zone et sont constituées à 94 % de pé- produits chimiques, dérivés phosphatés
ne saison agricole enregistrée en trole brut en provenance de la Libye à et de sel marin destinées à l’Egypte, la
2002/2003. D'autre part, le trafic conte- destination du port de Bizerte. Le reste Côte d’ivoire et le Cameroun ont porté
neurisé a porté sur 284.000 équivalents est constitué de produits divers prove- sur 145 mille tonnes cette année réali-
vingt pieds (EVP) en 2003 soit une lé- nant des autres pays de l’UMA à savoir sant ainsi une progression de 15 % par
gère augmentation de 1 % par rapport à l’Algérie (8 mille tonnes), le Maroc rapport à 200l.

10 COPPEMNEWS
Les échanges me de 2.700 mille tonnes. Les importa-
avec les pays de l’union européenne tions de cette région ont augmenté de
Le trafic maritime des marchandises 14 % (2.142 mille tonnes en 2002
avec l’Union Européenne, premier par- contre 1.870 mille tonnes en 2001).
tenaire commercial de la Tunisie, s’est Elles proviennent en majorité des Etats
élevé à 9,228 mille tonnes pour cette Unis (639 mille tonne, en hausse de 4
année accusant une baisse de 5 % par %), de l’Argentine (590 mille tonnes en
rapport aux 9,681 mille tonnes réalisées hausse de 41%) et du Canada (403 mil-
en 2001. Cette baisse est observée au le tonnes en hausse de 114 %) et com-
niveau des importations, soit - 10%, les- posées de céréales et de tourteaux de so-
quelles sont passées de 6.426 mille ja. Les exportations ont par contre subi
tonnes en 2001 à 5.803 mille tonnes en une régression de 31% en réalisant un
2002. Ces importations sont en prove- trafic de 573 mille tonnes en 2002
nance essentiellement de l’Espagne contre 830 mille tonnes en 2001. Les
(938 mille tonnes, en hausse de 26%), principaux clients de la Tunisie de ce
de la France (926 mille tonnes en bais- continent sont le Brésil (284 mille
se de 24 %), de la Belgique (311 mille tonnes en hausse de 31 % et constituées
tonnes en baisse de 27 %) et de l’Italie de produits phosphatés) et les Etats
(2810 mille tonnes en baisse de 2 %). Unis (164 mille tonnes en baisse de 65
Le volume des importations de ces % et constituées de fuel-oil).
quatre pays représente 42 % du total de
l’import constitué en majeure partie de Les échanges
marchandises générales et de blé. Les avec l’Asie
exportations ont connu en revanche Les échanges commerciaux avec les
une hausse de 5 % passant de 3.255 mil- de haut en bas les ports de: La Goulette, Gabès, Bizerte pays de l’Asie ont connu une légère
le tonnes en 2001 à 3.424 mille tonnes hausse de 1% avec un volume de 1.590
en 2002. Ce trafic est destiné principa- mille tonnes en 2002 contre 1.578 mil-
lement à l’Italie (1.646 mille tonnes en zone sont la Russie (2.567 mille tonnes le tonnes l’année passée. Les importa-
hausse de 7 %), la France (752 mille en hausse de 54 %) et la Turquie (553 tions ont baissé de 13 % passant de 734
tonnes en stagnation) et l’Espagne (517 mille tonnes en hausse de 16 %) avec mille tonnes en 2001 à 640 mille tonnes
mille tonnes en hausse de 21 %), avec comme produits le clinker, le souffre et en 2002. Les plus importants fournis-
comme principaux produits des mar- l’ammoniac. En revanche, les exporta- seurs sont les Emirats Arabes Unis (223
chandises générales, du fuel-oil et des tions ont subi une diminution de 8 % mille tonnes en hausse de 21 %) et
engrais phosphatés. puisqu’elles se sont élevées à 1.306 mil- l’Arabie Saoudite (175 mille tonnes en
le tonnes cette année contre 1.423 mil- hausse de 62 %). Les exportations, par
Les échanges le tonnes en 2001. Les flux à l’export contre, ont progressé de 13 % passant de
avec les pays de l’Europe (Hors U.E) sont destinés à la Turquie (481 mille 844 mille tonnes en 2001 à 951 mille
Les flux commerciaux avec cette zone tonnes en baisse de 8 %) et à la Pologne tonnes en 2002. Les principaux clients
du monde se sont élevés à 5.501 mille (353 mille tonnes en baisse de 4 %) et de cette zone sont l’Iran (224 mille
tonnes cette année contre 4.697 mille composés principalement de produits tonnes en baisse de 18 %), l’Inde (131
tonnes en 2001, soit une progression de phosphatés. mille tonnes en baisse de 18 %), la Ma-
17 %. Les importations ont connu une laisie (130 mille tonnes en baisse de 15
augmentation de 28 % et ont atteint Les échanges %) et la Chine (103 mille tonnes en
4.196 mille tonnes en 2002 contre avec le continent américain hausse de 26%). Ces flux de marchan-
3.274 mille tonnes en 2001. Les princi- Les flux commerciaux avec ce conti- dises sont constitués en majeure partie
paux fournisseurs de la Tunisie de cette nent ont stagné en 2002 avec un volu- de produits phosphatés.

SEPTEMBRE 2004 11
TRANSPORTS, LE FUTUR EST LA VOIE FERREE

La ville de Côme renforce le trafic sur rail

Alberto Botta trafic marchan-


III Commission Coppem dises à travers les
Alpes dans le res-
pect total de l’en-
Une attention particulière a été dédiée vironnement et
par l'administration communale de Cô- avec une capacité
me, que j’ai eu l’honneur de guider de de transit à même
1994 à 2002, au parcours de la ligne Alp- de faire face à
transit au sud du Gothard, avec deux ob- l'augmentation
jectifs principaux: éviter que la ligne tra- prévue. La réalisa-
ditionnelle Côme-Chiasso soit exclue du tion de ce projet,
nouveau parcours à grande vitesse et di- avec le raccorde-
riger le plus possible le trafic des mar- ment de la Suisse
chandises vers les rails afin de réduire au réseau euro-
sensiblement la pollution causée par les péen à grande vi-
milliers de camionneurs qui passent tesse et à l'insono-
chaque jour par le territoire communal, risation des lignes existantes, permettra comporte un risque d’accidents d’environ
avec de graves effets liés surtout à l’arrêt d’atteindre ces objectifs ambitieux. Le 100 fois plus petit par rapport à un voya-
nocturne aux heures de fermeture de la chemin de fer deviendra ainsi un vecteur ge en voiture. Cette œuvre permettra
douane des marchandises (de 22h00 à moderne et efficace: il offrira une plus d’obtenir un progrès considérable en
5h00). Le trafic des marchandises trans- grande capacité de transport avec un termes d’efficacité également dans les
alpin a constamment augmenté lors des temps de parcours inférieur. De cette fa- liaisons entre les régions méditerra-
trente dernières années et l’augmenta- çon, les centres situés en Allemagne mé- néennes de l'Italie avec l'Europe du nord,
tion du trafic de et vers l’Italie a été en- ridionale se rapprocheront considérable- en contribuant de cette façon à l'intégra-
core plus grande. Le transport des mar- ment des villes industrielles italiennes et tion entre les différents Pays et en encou-
chandises à travers les Alpes pèse actuel- en particulier de celles lombardes. La rageant le développement économique
lement en grande partie sur la route: le réalisation d’AlpTransit, en union avec de zones qui ont un potentiel considé-
trafic routier transalpin double tous les l'introduction d’un nouveau matériel rable inexprimé. L'activité de l'adminis-
huit ans alors que le trafic par rail reste roulant moderne permettra d’avoir une tration communale de Côme a été exer-
stable. La persistance de cette tendance réduction considérable des temps de par- cée en collaboration avec la Région Lom-
menace la qualité de notre espace vital et cours: si aujourd’hui le parcours Milan- bardie, l’Etat du Canton Tessin et la ville
de celui des générations futures. La seule Saint-Gothard-Zurich requiert 3h40 de helvétique de Chiasso, en jouissant égale-
solution compatible avec un développe- voyage, par le futur cette durée sera ré- ment de fonds européens dans le cadre du
ment respectueux du territoire est celle duite à 2h40 par le biais du plein emploi projet Interreg II. C’est un programme à
d’orienter l'augmentation du trafic non des potentialités des trains "Cisalpin", long terme (le tunnel de base du Gothard
pas sur les routes mais sur les rails. La rendu possible par la réalisation des nou- ouvrira dans dix ans) mais l’engagement
ligne actuelle du Saint-Gothard, qui a velles lignes à grande vitesse. Ce n’est des chemins de fer italiens de quadrupler
désormais presque 120 ans, n’est pas ca- que de cette façon que le chemin de fer la ligne Côme-Milan (section terminale
pable d’affronter de tels volumes de com- pourra constituer une alternative sérieu- du projet Alptransit) est déjà un résultat
merce: d’ici la nécessité d’une transfor- se et réelle au trafic routier et aérien. positif. Il n’y aura plus de mélange dans
mation radicale de l'infrastructure ferro- L'image des trains, aussi bien pour les une section fortement utilisée entre les
viaire, afin de pouvoir faire face au trafic voyageurs que pour les marchandises, trains internationaux, les trains locaux
marchandises toujours croissant et aux changera radicalement: ils deviendront pour ceux qui font la navette et les trains
exigences des passagers de plus en plus plus rapides, plus silencieux et plus marchandises et, toute la zone en tirera
grandes. La nouvelle ligne Alptransit du confortables; à ceci s’ajoute plus de sécu- avantage en termes de développement et
Saint-Gothard permettra de diriger le rité: statistiquement le voyage par rail de protection environnementale.

12 COPPEMNEWS
INFRASTRTUCTURES INDISPENSABLES
POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE LOCAL
Rapport sur la situation actuelle du réseau routier provincial espagnol

Ramon Polo Bernardo la population dépend réellement de ces table des ressources essentielles comme
III Commission Coppem voies. Les infrastructures contribuent l’eau, l’énergie, les services, le commer-
de manière décisive à adapter le terri- ce et, ce qui est plus important, les
toire à la demande sociale aussi bien in- connaissances et les idées. Actuelle-
Le réseau autoroutier espagnol est for- térieure qu’en provenance des marchés ment, le rôle des infrastructures sera
mé, actuellement de 163.00 kilomètres. extérieurs. Ils représentent un facteur encore plus important, du fait que les
Il comprend des autoroutes payantes et indispensable pour le développement régions les plus préparées seront celles
gratuites, des routes à double sens et des des économies locales et régionales. qui seront intégrées dans un tissu plus
routes conventionnelles. Ce nombre ne C’est pour cela que la planification des vaste de relations plus ouvertes, fré-
comprend ni les autoroutes ni les routes infrastructures doit être adaptée à quentes, complexes et continues.
urbaines et pas même les autoroutes ou l’aménagement du territoire et, afin que
les routes agricoles et forestières, à l’im- la capacité des infrastructures ait une Infrastructures et services
portance vitale pour les campagnes. influence directe sur l’aménagement de transport, communications
physique et sur le développement éco- Les reliefs montagneux ont condition-
Réseau Autoroutier national: 24.000 Km nomique des régions, il faut qu’elle ait né fortement le développement des
Réseaux de communication à la charge les caractéristiques suivantes: communications en Andalousie. Les
des Communautés autonomes: 70.500 Km montagnes occupent une surface relati-
Réseaux Provinciaux: 69.000 Km • Disposition, en configurant des axes vement supérieure à celle de la majeu-
Réseaux municipaux: 490.000 Km et des réseaux qui couvrent le territoire, re partie des régions espagnoles et eu-
l’on rend possible l’organisation entre ropéennes, à cause de cela, la création
Malgré l’importance évidente du réseau les différents espaces, en en exploitant et le maintien des infrastructures a né-
provincial (qui représente plus de 42% les potentialités de développement. cessité depuis toujours des coûts plus
du réseau national), il est utile de souli- • Durée, parce que le temps les élevés. La région de la Serra Morena,
gner, encore une fois, l’importance de ce convertit en des éléments stables du tis- au nord de la Communauté, a toujours
moyen pour le milieu rural et son inci- su économique et social. été un obstacle. Jusqu’à il y a quelques
dence sur le développement local et • Usage collectif, qui accélère les pro- années, les communications entre
l’articulation du territoire, étant donné cessus d’innovation, de modernisation l’Andalousie et les autres régions se
que ces voies unissent différentes muni- et de diversification de la structure pro- réalisaient à travers le col Despeñaper-
cipalités et constituent dans la majeure ductive, en contribuant ainsi à amélio- ros en déterminant ainsi la configura-
partie des cas la seule voie d’accès pour rer la qualité de la vie, en assumant le tion générale du réseau de communica-
un grand nombre de populations rurales caractère de patrimoine social. tions et en limitant les rapports éco-
et sont aussi largement utilisées car es- nomiques et régionaux. La vallée du
sentielles pour le transport de produits Les infrastructures, en outre, contri- Guadalquivir a été, depuis fort long-
agricoles et de biens de consommation. buent indirectement aux processus temps, l’axe principal de communica-
En ce qui concerne la population plus économiques et territoriaux, qui tra- tion et d’organisation du territoire. Ce-
ou mois fortement touchée par l’état cent le modèle de développement ré- la a permis une plus grande augmenta-
actuel du réseau routier provincial, gional. Le développement des infra- tion de la population et des activités
nous pouvons noter que 15,5% de la structures permettrait une plus grande économiques mais également la forma-
population totale vit au sein de munici- ouverture et intégration de l’économie tion d’un réseau routier et ferroviaire
palités constituées de moins de 5.000 régionale et locale dans le contexte na- dense mis en communication avec les
habitants (6.95 communes), chiffre qui tional et international et, en même ports atlantiques pour le transport ma-
augmente ultérieurement si l’on consi- temps, corrigerait les déséquilibres à ritime. Il existe cependant d’autres
dère les municipalités de moins de l’intérieur de la région, grâce à ses ef- axes de moindre importance dans
20.000 habitants (7.808 communes), fets qui diffusent la modernisation éco- notre région, ceux que nous avons dé-
ces pourcentages ne sont en aucun cas nomique et l’innovation technolo- crits précédemment ont une répercus-
négatifs si l’on tient compte du fait que gique qui permet une distribution équi- sion directe sur notre territoire.

SEPTEMBRE 2004 13
A STOCKHOLM
UN FREIN AU TRANSPORT VEHICULAIRE
Le Maire Bilström approuve les plans de développement urbain durable

l’élan qu’elle avait eu par le passé et elle


attire aujourd’hui de nouveaux investis-
sements en fournissant des services de
plus en plus élevés en termes de qualité.
Stockholm, construite à cheval sur quin-
ze îles et port important, compte une po-
pulation d’environ 700.000 habitants,
qui deviennent 4 millions par jour si l’on
considère ceux qui font la navette.
La ville constitue le plus grand centre
industriel et commercial du pays où sont
concentrées des industries mécaniques,
de conception d’installations, d’équipe-
ments électriques, des industries tex-
tiles, de peaux, des industries de trans-
formation alimentaire et de pneus. Dix
millions de tonnes de marchandises pas-
sent par la capitale du Baltique. Le
pourcentage du transport public est éle-
Giovanna Cirino coup de choses ont déjà été faites et il vé (55%) et le nombre de moyens privés
Responsable Relations Extérieures Coppem faut en faire encore beaucoup pour ré- sur les routes est en augmentation
duire les émissions qui dérivent des sys- constante. Comme dans de nombreuses
tèmes de chauffage et de refroidisse- autres villes, également dans la capitale
Qualité du travail, qualité de la vie. Ce slo- ment. Stockholm a été l’une des pre- suédoise, le trafic routier est la principa-
gan peut synthétiser l’agenda politique mières villes à adopter une knowledge le source de pollution (entre 70% et
de Stockholm, capitale guidée par une economy, l’industrie de la technologie et 80% d’émissions) et le secteur des trans-
coalition de Social-Démocrates, Left de l’information est en train de regagner ports est celui qui utilise le plus d’éner-
Party et Green Party. gie (20% de l’énergie
Selon ce qu’a affirmé consommée). Une
récemment le Maire des solutions identi-
de la capitale suédoi- fiées par la municipa-
se, Mme Annika Bil- lité de Stockholm,
ström, ce binôme est pour augmenter la
en effet nécessaire qualité de la vie et
pour créer une ville améliorer la situation
qui offre aussi bien un environnementale à
milieu compétitif long terme consiste
qu’un standard de vie en l’utilisation
élevé. Les villes euro- d’énergie renouve-
péennes se trouvent lable. Le problème de
aujourd’hui à devoir la pollution/consom-
faire face à de nou- mation est très diffusé
veaux défis pour la et a conduit diffé-
réalisation de plans de rentes villes suédoises
développement ur- à financer des re-
bain durable. Beau- cherches sur les utili-

14 COPPEMNEWS
sations énergétiques possibles de bio-
carburant, une source énergétique re-
nouvelable produite par les ordures mé-
nagères et/ou par les déchets agricoles
dans les décharges publiques ou dans le
traitement des eaux usées. Dans le sec-
teur des transports les efforts du conseil
de Stockholm pour réduire les émissions
de gaz d’échappement ont conduit à la
création d’un transport auxiliaire qui
utilise les moyens publics au lieu des
privés et qui limite en même temps les
émissions produites par le transport ur-
bain public et par le parc automobile.
L’introduction de véhicules moins pol-
luants et plus efficaces semble être pour
le moment la solution à ce problème.
En 1994, Stockholm, en collaboration
avec d’autres villes européennes, a dé-
veloppé le projet “Zeus” qui vise l’intro- cemment la ville de Stockholm a modi-
duction d’un nombre de plus en plus fié son plan d’action environnementale
élevé de véhicules qui ne dégradent pas en s’engageant à réduire l’utilisation Le 26 septembre prochain aura
l’environnement. “Zeus” est en partie fi- ménagère du méthane en le remplaçant lieu à Amman (Jordanie) la ré-
nancé par le programme Termie du DG graduellement par un combustible fossi- union de la IV Commission du
XVII de la Commission Européenne et le. Si l’on veut créer sérieusement des Coppem. Le lendemain aura lieu
un de ses sous-projets concerne l’intro- conditions durables pour le développe- la réunion du Conseil de Prési-
duction de véhicules qui utilisent le bio- ment urbain et pour la qualité de vie en dence pour l’élection du nouveau
carburant dérivant du traitement de li- général, il faut réduire le trafic de voi- Président du Comité Permanent.
quide de rebut des déchets solides. tures privées en encourageant le trans-
En 1996, l’engagement positif de rédui- port public.
re la pollution a rendu possible aussi C’est pour cette raison que Stockholm
bien l’introduction des 20 premiers vé- adoptera, en début d’année prochaine,
hicules avec les deux carburants essen- la “road pricing” pour traverser le centre
ce/biogas que la construction d’un site historique, en introduisant le système
pilote pour la production de biogas déri- voulu par le maire de Londres Ken Li-
vant de l’assimilation de matières orga- vingstone qui consiste à faire payer 5
niques dirigées vers des structures de livres sterling pour entrer dans le centre
traitements des eaux usées à Gromma. ville. Une avalanche de critiques
Fin 1997, la société suédoise Scania a li- avaient plu au début sur cette décision
vré les premiers camions à biogas, ca- de la part des londoniens mais l’énorme
pables de transporter le biocarburant succès de l’initiative a conduit à l’ex-
pour ravitailler jusqu’à 160 voitures du portation du modèle qui, outre à rédui-
site de production à celui de distribu- re le trafic (-16%) et à contribuer à ren-
tion. Aujourd’hui, à Stockholm, envi- flouer les caisses communales, a une in-
ron 200 automobiles circulent avec les fluence indirecte sur l’amélioration des
deux carburants, essence et biogas. Ré- moyens de transport public.

SEPTEMBRE 2004 15
LA CONFCOOPERATIVE AUX COTES DU COPPEM

Cesare Arangio vice-président de la Confcoopérative, illustre les projets


de coopération internationale auxquels l’association qu’il représente a adhéré

tional. Les co- grandes autoroutes de la mer dont on


opératives ad- parle tant. Dans ce cas la Sicile pourrait
hérentes repré- devenir le pivot de la Méditerranée. Si
sentent tous les nous parlons de marchés, d’échanges
secteurs de l’en- commerciaux, il faut en outre impliquer
treprise: de la toutes les entreprises et les associations
pêche au social; professionnelles". "Même en parlant de
de l’habitat à la tutelle de la Médina, a poursuivi Aran-
consommation, gio, nous avons certainement de nom-
des construc- breuses expériences à nous échanger; il
tions à la cultu- fait référence aux projets URBAN, UR-
re et au touris- BAN II et aux contrats de quartier qui
me et enfin, au ont concerné nos centres historiques.
système de cré- Les opportunités d’échange, de collabo-
dit des Banques ration et de croissance réciproque sont
de Crédit Co- sûrement immenses".
La ConfCooperative sicilienne adhère opératif. En intervenant au congrès, Ce- La coopération représente certainement
aux projets promus par le Coppem sare Arangio a mis l’accent sur la "né- une forme de développement local car
concernant la coopération. Cette an- cessité de bien se préparer au rendez- elle naît de l’exigence de créer des op-
nonce a été faite à Bizerte par Cesare vous de 2010, car l’échange et les activi- portunités professionnelles pour les asso-
Arangio, vice-président de l’organisa- té entrepreneuriales en Méditerranée ciés (principe de subsidiarité) en créant
tion, à l’occasion de la réunion qui a sont fondamentales et il faut pour cela des entreprises. C’est du reste la forme
abordé les questions liées aux Pouvoirs informer et former les entreprises sur les d’entreprise locale la plus authentique,
locaux et au partenariat euro-méditerra- importantes opportunités qui s’ouvrent à enracinée et née dans le territoire, la for-
néen pour la coopération et le dévelop- elles et sur tout ce qui est en étroite col- me d’entreprise la plus démocratique,
pement local. La ConfCooperative est laboration avec le Coppem". Toujours qui valorise l’associé qui, de cette façon,
aujourd’hui la plus grande organisation selon le vice-président de ConfCoopera- est non seulement un travailleur mais
de coopération en Italie; elle compte tive "il est fondamental de prêter atten- également un propriétaire. "Cette typo-
plus de 18.000 entreprises, dont 1.900 tion aux infrastructures pour aider les logie de forme sociétaire, a-t-il conclu,
en Sicile, qui produisent 7% du PIB na- marchés, en réalisant par exemple les doit être sûrement analysée et promue
dans les pays qui ont de grands pro-
blèmes d’emploi. Je fais référence égale-
ment aux instituts de crédit qui limitent
La Confédération Coopératives Italiennes – dont Confcooperative est la dénomi- de plus en plus le développement de la
nation abrégée - est la principale organisation, juridiquement reconnue, de représenta- petite et moyenne entreprise. Exception
tion, d’assistance et de tutelle du mouvement coopératif et des entreprises sociales. Elle faite pour les Banques de Crédit Coopé-
s’inspire des principes coopératifs, fixés et mis à jour périodiquement par l’ACI (Alliance ratif qui, par contre, donnent des ré-
Coopérative Internationale) et, en raison de sa fonction sociale reconnue constitutionnel- ponses concrètes car ces banques nais-
lement (art. 45) à la coopération, elle promeut son développement, sa croissance et sa dif- sent sur le territoire et vivent le territoi-
fusion à travers les actions qui s’adaptent au fur et à mesure. L’article 1 des Statuts re- re". La ConfCooperative a communiqué
connaît également que l’action de Confcooperative se relie aux principes et à la tradition enfin que dans les prochaines semaines
de la doctrine sociale de l’Eglise. Confcooperative a une présence minutieuse sur tout le une réunion aura lieu en Tunisie avec
territoire national, avec une organisation qui s’articule horizontalement en: 22 Unions ré- toutes les entreprises siciliennes qui ad-
gionales; 80 Unions Provinciales et 5 Unions interprovinciales. La structure en secteurs de hèrent à cette association et qui enten-
Confcooperative comprend 8 Fédérations nationales et le Secrétariat Mutuelles. dent prendre connaissance des opportu-
nités qu’offre le pays méditerranéen.

16 COPPEMNEWS
EN EUROPE

JOSE MANUEL rémonie officielle pour la signature de la nou- tembre dans les locaux du Comité écono-
BARROSO, 48 ans, an- velle Constitution aura lieu à Rome, le 29 oc- mique et social de Bruxelles, ont eu pour ob-
cien premier ministre du tobre prochain dans la Salle des Horaces et jectif de considérer les tendances et les dé-
Portugal, y est arrivé. Le Curiaces au Capitole, qui accueillit déjà la veloppements récents et d’examiner le rôle
Parlement européen a ap- signature historique des Traités constitutifs de des acteurs régionaux et locaux dans les po-
prouvé sa désignation à la Communauté européenne en 1957. litiques sectorielles concernant la dimension
la présidence de la Com- régionale de la R&D/ des actions innova-
mission. Il sera, dès le 1er trices pour la réalisation des objectifs de Lis-
novembre, le successeur de Romano Prodi. UNE CHARTE EUROPEENNE bonne en cherchant de formuler des orienta-
Il a obtenu 413 voix pour, 251 contre et 44 SUR LE ROLE DES FEMMES DANS tions capable de saisir les opportunités of-
abstentions. Barroso a dit d’"être honoré" et LA VIE LOCALE, est le titre du projet du fertes par la nouvelle économie, dans le but
a insisté sur son rôle de "pontonnier", d’hom- CCRE dans le cadre du 5ème programme entre autres d’atteindre le plein emploi au ni-
me qui s’est désormais libéré de son passé d’action communautaire pour l’égalité à la- veau UE d’ici 2010. Parmi les autres objec-
de chef de gouvernement pour se dédier au quelle a adhéré le COPPEM. Le projet pré- tifs soulignons la tendance à la relocalisation
"service" de l'Europe. "Je veux être un cour- senté à la Commission européenne permettra et aux transformations structurelles dans les
tier" a dit le neo Président. aux collectivités locales européennes d’adop- collectivités territoriales de l’Europe élargie; et
ter une Charte sur le rôle des femmes dans la enfin la relance du processus EUROMED
vie locale, qui devra constituer, de la part des pour familiariser ces partenaires les principes
JOSEP signataires, un engagement politique qui de- et modèles de l’Union européenne. (g.c.)
BORRELL FONTELLES vra se traduire dans la pratique. La Charte se-
est le nouveau président ra rédigée en partant d’une enquête menée
du Parlement européen. Le dans tous les pays européens à travers les as- "JUMELAGES ENTRE ITALIE
socialiste espagnol a été sociations du CCRE et les différents parte- ET IRLANDE", est le livre du journaliste
élu avec 388 voix par naires dans le but de découvrir les images Enzo Farinella, irlandais d’adoption depuis
l'assemblée de Stras- liées aux femmes dans chaque pays et étudier plus de 30 ans qui revit l’histoire des jume-
bourg. Borrel a souligné les moyens pour les améliorer si nécessaire. lages des der-
que la robuste majorité qui l’a élu "permettra Ceci permettra de tenir compte, lors de la ré- nières décennies,
la stabilité de l'institution" et a indiqué les daction du texte, de la diversité de la condi- organisés par
priorités de son mandat, qui sont l’élargisse- tion des femmes dans les sociétés des diffé- l’Irish-Italian Twin-
ment de l'Union à la Bulgarie et à la Rou- rents pays. La Commission européenne a ning Committee.
manie, "l’analyse de la situation" du Pacte de communiqué qu’elle donnera une réponse sur C’est un livre qui
Stabilité, la ratification de la Constitution eu- le co-financement en automne prochain, dans veut renforcer les
ropéenne et un engagement renouvelé pour le cas d’une réponse positive la 1ère réunion liens d’amitié
la résolution de la crise moyen-orientale. devrait s’organiser en décembre 2004. (g.c.) entre les deux na-
tions et créer les
bases pour une
A ROME LA SIGNATURE SAISIR LES OPPORTUNITES Europe meilleure
DE LA NOUVELLE CONSTITUTION OFFERTES PAR LA NOUVELLE avec l’implication de 7 régions italiennes et
EUROPEENNE. Au cours du sommet de ECONOMIE. Le Centre européen des Ré- 4 irlandaises, 11 provinces et 14 contées,
Bruxelles du 18 juin 2004, les 25 Chefs gions (CER) et l’Institut Européen d’Adminis- 16 villes italiennes et 16 irlandaises. L’am-
d’Etat et de Gouvernement de l’Union euro- tration Publique (IEAP) ont organisé à bassadeur irlandais à Rome, John F. Cogan,
péenne ont approuvé la Constitution pour Bruxelles la table ronde annuelle intitulée “Les en se félicitant avec l’auteur de ce livre, a été
l'Europe. Un résultat historique qui permet de politiques sectorielles et les collectivités territo- surpris par l’intensité des contacts que l’on
jeter d’importantes bases solides pour riales européennes: le rôle des acteurs régio- peut observer entre les deux nations et par le
l'Union européenne et de donner un nouvel naux et locaux dans la nouvelle Europe des niveau d’intérêt réciproque qui existe entre
élan au cheminement communautaire. La cé- 25”. Les travaux, qui ont eu lieu le 9 sep- l’Italie et l’Irlande. (r.p.)
dans la photo: le Président du Parlement euro-
péen, Pat Cox, et Enzo Farinella lors de la présenta-
tion de son livre
parcours de travail

automne
hiver 2004
• Alphabets des deux mers Parcours permanent entre art contemporain et divulgation scientifique

• Réseau de télécommunications En direct des fonds marins, wold web cam, visions astronomiques

printemps
été 2005
• Horcynus festival Archipels de la vision revue cinématographique internationale

• Laboratoires environnementaux off-shore


En collaboration avec " Ponte di Archimede spa ", Institut ITAE et Institut Thalassographique du Détroit CNR

• Inauguration du siège calabrais du Parc à Scilla


2004/ 05

Salle de projection vidéo sous-marine et liaisons directes avec les plongeurs dans le Détroit

• Rencontres méditerranéennes et espaces de l’art contemporain


Langages artistiques européens, nord-africains et moyen-orientaux en rapport – avant-première mondiale

• Détroit labyrinthe d’histoires Laboratoire international de littérature méditerranéenne

automne
hiver 2005
Système Enermar Expérimentation d’énergie alternative à partir des courants marins – avant-première mondiale
En collaboration avec " Ponte di Archimede spa "

parco Horcynus Orca _nuovi sensi del viaggiare_info@horcynusorca.it