Vous êtes sur la page 1sur 32

29/30 CoppemNews

Bimestriel du Coppem, année 8 n.29/30 janvier 2008

DUBAÏ, FORUM
DES VILLES
EURO-ARABES
ÉDITORIAL DE PIERO FAGONE

Les problèmes de la paix et du développement durable caractérisent fortement la région arabe et euro-
COPPEMNEWS péenne et lui confèrent sa fonction essentielle au sein des relations au niveau mondial. Les difficultés
BIMESTRIEL ÉDITÉ PAR LE COPPEM
ENREGISTREMENT TRIBUNAL
DE PALERME N°22 DU 23/12/1986 pour résoudre les questions dramatiques encore ouvertes sont énormes, cela à cause même de la rigidi-
té des positions prises, dans bien des cas, par les états nationaux. Mais aujourd’hui il y a un nouvel es-
poir: le devant de la scène est de nouveau occupé par les villes de ce grand bassin, prêtes à apporter leur
directeur
FABIO PELLEGRINI contribution, afin de surmonter les conflits et les inégalités. Les 10 et 11 février, à Dubaï, se tiendra le
sous-directeur Forum des villes euro-arabes, qu’il faut considérer comme la suite d’une relation, ayant connu de longs
LINO MOTTA
directeur responsable intervalles mais qui, sans doute, ne s’est jamais interrompue, comme l’expérience acquise par l’Ato et
PIERO FAGONE le Coppem ensemble le démontre, tous deux engagés en vue d’accroître le partenariat euro-méditerra-
rédaction
ROBERTA PUGLISI néen. Et oui, parce que la Méditerranée est considérée comme «une zone de rencontre idéale» et le lieu
GIOVANNA CIRINO susceptible de faire naître «un processus vigoureux de coopération, où les villes et les régions euro-
NINO RANDISI
redazione@coppem.org péennes et arabes de rives et de continents opposés doivent jouer un rôle conscient et déterminant».
Cette perspective a été exposée à grands traits par les représentants de certains parmi les plus grands
traduction
DOMINIQUE PASTA (en français) pays européens, à commencer par le président français, Nicolas Sarkozy, qui a évoqué l’hypothèse de
ELVIRA CALABRESE, MARIA CONCETTA la création de l’Union Méditerranéenne, par le chancelier allemand, Angela Merkel, et par le Pre-
SPINOSA, GIOVANNA PAGANO (en anglais)
SONIA YAKOUBI (arabe) mier ministre espagnol, José Luis Zapatero qui, au sein de l’Onu, a lancé l’idée d’une Alliance des ci-
vilisations. Toutes ces indications ont engendré un vif et large débat, qui semble loin de formuler une
projet graphique
LUIGI MENNELLA proposition concrète largement partagée. Mais au-delà de l’évolution de la confrontation, une don-
imprimerie née s’est à présent manifestée indéniablement: la reconnaissance du rôle particulier de la Méditerra-
FOTOGRAF - PALERMO
née dans une nouvelle dimension de l’économie et du développement. En quelques mots, on est en
train de recouvrer une ancienne dimension géopolitique, naturellement mise à jour par rapport aux
changements profonds s’étant produits par rapport aux équilibres à l’échelon mondial.
L’imminent Forum de Dubaï va renouer non seulement avec la mémoire mais également avec les va-
leurs inspiratrices d’une histoire fort intéressante, même si relativement récente, qui compte à son
actif trois étapes fondamentales: le traité d’amitié et de coopération signé à Valence en 1984, la pre-
mière Conférence des villes euro-arabes s’étant tenue à Marrakech en 1988, la deuxième Conféren-
ce célébrée à Valence en septembre 1994. Au bout de presque 14 ans, la confrontation directe est
rouverte à l’occasion d’un Forum qui, dès le moment où sa célébration a été annoncée, a suscité au
sein de la communauté internationale un grand intérêt et créé bon nombre d’attentes. Cela est té-
moigné par la Conférence de Presse, lors de sa présentation s’étant tenue sur l’initiative de tous les
organismes promoteurs, à Rome, au Capitole, dans une salle bondée. Il y a la solide conviction que
les Collectivités peuvent justement jouer un rôle fondamental pour la paix et le développement,
Photo de couverture étant donné qu’il s’agit de l’expression la plus directe et immédiate des citoyens et puisqu’à travers la
DUBAI, BURJ AL ARABIIN
coopération, elles disposent de marges de manœuvre amples et bien plus souples que celles qu’em-
ploie chaque Etat individuellement.
La XII Assemblée générale du Coppem, dans l’économie de ses travaux, a consacré pas mal de temps
aux sujets inscrits à l’ordre du jour de Dubaï, bien consciente que l’on se trouve face à un événement
d’une importance souveraine, tant politique qu’économique et culturelle, pouvant engendrer d’im-
portantes retombées, pour entreprendre un nouveau parcours sur le difficile chemin, que les commu-
nautés des deux régions ont amorcé vers une paix stable et durable et un développement à échelle hu-
maine et compatible avec la protection de l’environnement, qui est un bien précieux non négociable.
Le Coppem a développé, pendant ses premières années d’activité, une action en cohérence avec ces
objectifs, comme cela est documenté même par les projets les plus récents, réalisés ou encore en cours
de route, sans pour autant affaiblir son engagement vis-à-vis de l’affirmation de la démocratie, des prin-
cipes d’égalité et de l’égalité des chances entre homme et femme, pour la croissance civile et le déve-
loppement économique, en sachant bien qu’il faut identifier des modèles répondant mieux au besoin
de regarder vers l’avenir dans une dimension garantissant des processus de croissance réelle pour le pré-
sent comme pour l’avenir. Et à mieux y regarder, c’est là le grand pari du Forum de Dubaï.
LES VILLES ET UNE NOUVELLE CULTURE DU DIALOGUE
LE FORUM DE DUBAÏ OUVRE DE NOUVELLES PERSPECTIVES DE COLLABORATION ENTRE L’EUROPE ET LE
MONDE ARABE
PAR SALVATORE CUFFARO LE PRÉSIDENT DU COPPEM, ET CARMELO MOTTA LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU COPPEM

arabes et les villes européennes implique


une entente sur les sujets décisifs, tels que
les thèmes placés au centre de la confron-
tation de Dubaï. En d’autres mots, si nous
arrivons à réaliser des projets significatifs
visant au développement durable, non
seulement nous aiderons les villes à par-
courir le chemin du développement local,
de plus en plus qualifié, mais nous donne-
rons également un coup de main, en sou-
tenant ceux qui luttent dans le monde
pour affirmer que les questions les plus ar-
dues peuvent être résolues à travers le dia-
logue et de manière pacifique et certaine-
Le débat politique et culturel, ayant ca- mondial et il ne doit pas paraître contra- ment pas moyennant la guerre. Or, l’in-
ractérisé les travaux de la XII Assemblée dictoire de recouvrer pleinement le rôle tention des organisateurs de la rencontre
générale du Coppem, a fait nettement des Autonomies locales et de leurs poten- de Dubaï est de rendre systématiques les
ressortir ce que tout le monde sait bien, tialités dans la détermination et dans la relations entre les villes, en établissant,
c’est-à-dire que le Forum des villes euro- gestion des choix adoptés au sein du gou- par exemple, qu’un Forum ait lieu tous les
arabes, au programme à Dubaï les 10 et 11 vernement. Nous sommes de plus en plus deux ans, une fois dans une ville euro-
février prochains, devra représenter un persuadés que nous vivons une époque, péenne et une fois dans une ville arabe.
grand événement à l’échelon internatio- où la nécessité de la culture du dialogue De plus, un Comité de coordination de-
nal. En effet, treize ans se sont écoulés de- s’impose absolument. Aucun pays, même vrait être constitué, et dans l’intervalle
puis la Conférence de Valence, et à pré- pas le plus puissant, ne peut maîtriser à lui de temps entre une rencontre et l’autre,
sent le dialogue entre les communautés seul la gestion de la complexité. Les pro- il faudrait surtout réaliser concrètement
locales se renoue, dans le but d’apporter blèmes très difficiles et sous certains as- le programme fixé ensemble. Les rela-
une contribution à la cause de la paix, du pects dramatiques, auxquels l’humanité tions entre les villes à l’échelon interna-
développement économique, de la crois- se confronte, ne peuvent être réglés, com- tional offrent de grands avantages, cela
sance sociale et culturelle dans une di- me le soutenait Jean Jacques Rousseau, même parce que les contraintes liées au
mension de coopération et de solidarité en traçant un cercle autour de soi-même rapport entre les Etats se réduisent et il y
retrouvée. Il est tout à fait évident, et le et en proclamant: «Ceci est à moi». a là l’opportunité de mobiliser les res-
Forum va une fois de plus le confirmer, La défense d’intérêts particuliers, pire en- sources humaines, dont chaque ville dis-
que la perspective d’une collaboration in- core si en contradiction avec les intérêts pose, à partir de l’implication des jeunes,
tense et constructive entre les villes euro- généraux, n’aboutit à rien du tout. Il faut des filles comme des garçons. Dans l’his-
péennes et les villes arabes n’est pas par contre coopérer, concevoir des projets toire de l’humanité on n’a jamais
contre qui que ce soi. ensemble, il faut d’une ferme détermina- construit rien d’important sans d’abord
Au contraire, nous affirmons de manière tion atteindre les buts, dont les Etats eu- avoir une grande idée et un projet
ferme, même au nom de nos partenaires, ro-méditerranéens ont convenu en 1995, concret, susceptibles de se traduire égale-
que la coopération des villes euro-arabes à Barcelone. La paix et la sécurité, le par- ment dans des résultats partiels qu’il est
est ouverte à la contribution de tous ceux tenariat économique et financier, le par- possible de ramener au chiffre global des
qui démontrent vouloir participer à des tenariat social et culturel: voilà nos ob- objectifs identifiés. Les maires des villes
initiatives politiques et à des projets jectifs à étendre à large échelle, pour rem- sont appelés, tous les jours, à se mesurer à
s’orientant vers des objectifs de croissan- placer la logique de conflit, parfois exas- des problèmes obsédants, mais nous
ce globale des systèmes institutionnels et péré au point de le présenter comme un sommes toutefois certains que la poli-
de leurs économies. Il faut plutôt prendre conflit de civilisations, de valeurs et de tique de gestion n’empêchera pas aux
acte du changement des conditions dans politiques de socialisation et de fraternité. maires mêmes de relever le défi d’«un
le cadre des relations économiques à L’ouverture d’une nouvelle phase dans les nouveau rôle des villes euro-arabes pour
l’échelon international et au niveau relations de collaboration entre les villes un nouveau type de développement».

1 JANVIER 2008
LES POUVOIRS LOCAUX, ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT ET
DE LA DÉMOCRATIE
LE DOCUMENT PROGRAMMATIQUE DE LA RENCONTRE EURO-ARABE POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Comité d’organisation: - de la première Conférence des villes eu- pulsion à la fois au dialogue et à la
Municipalité de Dubaï, E.A.U.; Organi- ro-arabes, qui s’est tenue à Marrakech en connaissance et à la compréhension mu-
sation des villes arabes – ATO; Institut octobre 1988 tuelles, qui nous permettront d’atteindre
arabe d’aménagement urbain – AUDI; - de la deuxième Conférence des villes les objectifs que nous partageons.
Comité permanent pour le partenariat euro-arabes, qui a eu lieu à Valence en
euro-méditerranéen des pouvoirs locaux septembre 1994 ASSOCIATIONS
et régionaux – Coppem; Congrès des ET PARTENARIATS
pouvoirs locaux et régionaux du Conseil LES COLLECTIVITÉS LOCALES Les villes et les régions européennes et
de l'Europe; Conseil des communes et D’EUROPE ET DU MONDE ARABE arabes sont représentées dans un grand
des régions d’Europe - CCRE Les villes et les régions de l’espace euro- nombre d’associations et de réseaux di-
péen et du monde arabe se situent dans vers à l’échelon mondial, européen, ara-
des zones géopolitiques dont les tradi- be et euro-méditerranéen. Un dialogue
INTRODUCTION tions, les cultures et les religions diffèrent constructif et actif entre ces acteurs est
A l’ère d’une mondialisation, qui en- au même titre que les structures poli- engagé et ses perspectives d’avenir pro-
traîne une mutation socio-économique tiques, économiques et sociales; il était metteuses se dessinent déjà.
aussi rapide que celle à laquelle nous as- autrefois essentiel, et c’est encore plus Les relations et les interactions concrètes
sistons aujourd’hui, les villes et les ré- vrai aujourd’hui, du fait de l’interdépen- avec les organisations non gouverne-
gions veulent occuper une place impor- dance de ce monde rétréci dans lequel mentales et d’autres institutions interna-
tante dans la mise en oeuvre d’une pros- nous vivons, de mettre en place des es- tionales, telles que la Ligue arabe, la Fon-
périté économique et d’une protection paces de dialogue et de débat entre les re- dation Anna Lindh, l’Assemblée parle-
sociale au profit de leurs citoyens et de présentants de ces deux univers, afin de mentaire euro-méditerranéenne et
leurs communautés. réfléchir à des modèles de développe- l’Union des universités méditerra-
Tout comme la démocratie ne saurait ment fondés sur la coopération, ainsi que néennes, notamment, présentent une
exister sans démocratie locale, un véri- sur un soutien et une entente mutuels. importance capitale pour les villes et les
table développement est impossible La Méditerranée est depuis longtemps le régions euro-arabes, auxquelles elles
sans un développement local, qui offre à point de rencontre de nos cultures et de pourront apporter leurs connaissances et
chaque citoyen une meilleure qualité de nos civilisations; cet espace ambitionne leur soutien.
vie. aujourd’hui de retrouver son rôle de pro- Le partenariat euro-méditerranéen, dont
Le développement durable suppose, bien moteur de la paix et de la prospérité: une l’origine remonte à la Déclaration de
entendu, que les citoyens acceptent de mission de la plus haute importance, aus- Barcelone de 1995, se veut un processus
participer à la prise de décision et aux po- si bien pour l’Europe et le monde arabe, de coopération entre l’Europe et les pays
litiques d’urbanisme ou d’aménagement que pour le reste de la planète. des rives méridionales de la Méditerra-
du territoire; les collectivités locales doi- Les Etats et les institutions internatio- née. La politique de voisinage de l’Union
vent, dans ce cadre, tenir lieu de passe- nales tournent leurs regards vers la Médi- européenne accentue l’attention portée
relles vers leur gouvernement central et terranée, car elle apparaît comme la sour- aux pays voisins, par la recherche de
les institutions internationales. ce et l’exemple possibles d’un processus formes nouvelles et concrètes d’aide et
Le 3e Forum des villes euro-arabes a été de coopération dynamique et efficace, de coopération en faveur du développe-
organisé à Dubaï en vue de réfléchir à auquel les régions et les villes euro- ment. Enfin, certaines instances d’enver-
ces questions et à ces processus, avec péennes et arabes ont le devoir, de part et gure planétaire, telles que la Banque
l’objectif de tirer les enseignements des d’autre de ses rives et depuis leurs conti- mondiale, et les agences de l’ONU, com-
problèmes auxquels nous sommes tous nents respectifs, de s’associer d’une ma- me l’UNESCO, ONU-Habitat et le
confrontés. nière consciente et résolue. PNUD, sont elles aussi désormais
Le présent Forum s’inscrit dans la conti- Il serait inutile de chercher à masquer les convaincues de la nécessité d’encourager
nuité d’une série d’événements destinés déséquilibres et les contradictions que et de promouvoir la coopération entre les
à rassembler les villes d’Europe et du présentent encore les modèles de déve- collectivités locales de la région.
monde arabe, et notamment: loppement actuels et qui rendent ce pro- Il importe que cette vaste plateforme où
- de l’accord d’amitié et de coopération cessus de coopération difficile. Aussi est- s’échangent interventions et éléments de
signé à Valence en 1984 il indispensable de donner une forte im- réflexion intensifie ses travaux et privilé-

COPPEMNEWS 2
gie les actions concertées à l’échelon lo- mettront d’aboutir à un processus de dé- gislative, ainsi que sur un soutien
cal et régional. Dans ce contexte, les as- veloppement respectueux des ressources concret accordé au développement du-
sociations doivent quant à elles s’atta- et fixant les limites que chacun est appe- rable.
cher à jouer un rôle moteur dans un pro- lé à respecter, dans l’intérêt de tous. La réalisation de ces objectifs suppose la
cessus de développement local conforme Au vu de cette conception, le rôle élé- création d’un climat de confiance mu-
aux véritables besoins des citoyens d’Eu- mentaire que les villes et les régions sont tuel, ainsi que le partage des modèles de
rope et du monde arabe. invitées à jouer évolue rapidement. développement réussi et des critères qui
lui sont applicables. Les villes et les ré-
DÉVELOPPEMENT DURABLE COOPÉRATION ENTRE LES VILLES gions ont vocation à collaborer pour at-
Confrontés aux profondes mutations des ET LES RÉGIONS EURO-ARABES teindre ces objectifs.
conditions socio-économiques et des Un dialogue constructif repose sur le res-
modes de vie, induites pour l’essentiel pect mutuel des spécificités politiques et LE FORUM
par la concentration inexorable des institutionnelles des villes européennes Le Forum des villes euro-arabes, qui a
zones d’habitation et l’arrivée rapide de et arabes, ainsi que de leurs différences; lieu à Dubaï les 10 et 11 février 2008, re-
nouvelles technologies, ainsi que par de cette démarche doit être à la fois une présente un enjeu de taille; un certain
nouveaux processus de production indus- condition préalable et une incitation à nombre d’éléments solides inclinent
triels, nous avons peu à peu pris l’élaboration de nos stratégies et plans pourtant à croire que de véritables avan-
conscience que le développement opérationnels de coopération. Il importe cées peuvent être enregistrées, car il est
n’étaient pas sans limite et que les res- que ceux-ci prennent en comptent res- certain que seul un dialogue ouvert et
sources ne devaient pas être imprudem- pectivement les différents systèmes de constructif sera profitable aux villes eu-
ment épuisées. décentralisation, les diverses réglemen- ropéennes et arabes.
Si la mise en œuvre des modèles de dé- tations à l’échelon national et local, les Les participants au Forum se réunissent
veloppement actuels se poursuit, ses caractéristiques socio-économiques ter- pour débattre des questions complexes
conséquences sur la collectivité modifie- ritoriales, ainsi que la situation et les be- évoquées plus haut. Leur appréciation et
ront profondément les équilibres exis- soins des populations locales. leur analyse pourraient donner une im-
tants, au point qu’à long terme le bénéfi- La stabilité politique et un climat inter- pulsion à la recherche de synergies et
ce du développement lui-même pourrait national et interrégional de paix consti- d’accords sur des programmes visant à
être anéanti, tandis que ses prétentions tuent des conditions préalables à notre réaliser, dans une atmosphère de
et ses conditions préalables élémentaires coopération. confiance et de coopération, ce dévelop-
seraient viciées. Cette coopération peut s’envisager selon pement durable qui semble être la seule
L’idée d’un développement durable les quatre axes nord-sud, sud-nord, sud- politique viable de constitution et de
conçu comme «le développement sus- sud et nord-nord, grâce auxquels la sauvegarde des communautés de ci-
ceptible de permettre la satisfaction des contribution et la participation des toyens, aujourd’hui et à l’avenir.
besoins de la génération actuelle, sans villes européennes et arabes pourront se La participation d’organisations interna-
compromettre ceux des générations fu- compléter et se renforcer mutuellement. tionales, d’associations de villes et de ré-
tures», a été adoptée par la communauté Cette coopération peut porter sur de gions, de la Commission européenne, du
internationale à l’occasion de la Confé- nombreux domaines, tels que l’environ- Conseil de l'Europe, de la Ligue arabe,
rence de Rio de Janeiro de 1992, puis re- nement, les migrations, les instruments ainsi que de personnalités marquantes
vue et corrigée lors du Sommet mondial financiers, l’aménagement du territoire, des milieux scientifiques et du monde de
de Johannesburg en 2002. les infrastructures, les transports et la l’entreprise, pourrait donner aux maires
Ces discussions ont donné naissance à circulation, l’éducation, les communica- et aux gouverneurs d’un aussi grand
un processus d’analyse et de recherche, tions, la recherche scientifique et tech- nombre de grandes villes de l’espace eu-
qui avait pour objectif de renforcer l’en- nologique, les ressources et l’approvi- ro-arabe l’occasion de mettre au point
semble des outils de concertation multi- sionnement en eau, la santé, le tourisme, des formes nouvelles et plus étroites de
latérale et multidimensionnelle, en vue le patrimoine culturel, l’emploi et dialogue permanent.
d’établir un nouvel ordre culturel et so- d’autres encore. Enfin, le Forum des villes euro-arabes de
cial. Il ne fait aucun doute que le déve- Les différentes formes de coopération 2008 entend intensifier l’élan en faveur
loppement durable doit être réalisé par peuvent être mises en place par la d’un processus de prospérité pacifique,
le biais d’une collaboration et d’une in- constitution de réseaux de villes, qui venu de la base, en soulignant les possi-
teraction complexes entre les gouverne- jouent le rôle de nœuds d’échange et bilités et les perspectives de coopération,
ments, les institutions, ainsi que les au- d’apprentissage mutuel, et dans un pre- en influant sur la prise de décision gou-
torités et la société locales. Seul un dia- mier temps par l’organisation de ré- vernementale, intergouvernementale et
logue étroit, engagé aussi bien entre les unions permettant l’établissement de re- mondiale, en respectant la coexistence
citoyens qu’entre les pays, permettra de lations d’une ville à l’autre, lesquelles pacifique et en recherchant de nouvelles
jeter les bases de l’élaboration des orien- déboucheront sur une véritable collabo- formes de partenariat, afin de promou-
tations et des feuilles de route qui per- ration en matière à la fois politique et lé- voir un développement durable effectif.

3 JANVIER 2008
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

CROISSANCE ÉCONOMIQUE POUR ENRAYER L’ÉMIGRATION


LES INDICATIONS AVANCÉES PAR LA XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU COPPEM ENGAGÉE DANS DES
QUESTIONS DE BRÛLANTE ACTUALITÉ
PAR ALESSANDRA PRUDENTE LA RESPONSABLE DES RELATIONS EXTÉRIEURES DU COPPEM

La XII Assemblée Générale du Coppem, verneur, à ce propos, a reconnu la néces- qué Angela Merkel quant à sa proposi-
ayant eu lieu à l’approche du Forum des sité d’investir sur le développement pour tion de n’attribuer à la Turquie qu’un sta-
villes euro-arabes, au programme à Dubaï enrayer l’émigration et la menace terro- tut spécial. En se rapportant aux propos
les 10 et 11 février 2008, a été l’occasion riste imminente. C’est pourquoi il a invi- du Premier ministre turc Recep Tayyip
d’un débat serré sur les questions de l’ac- té le Coppem à développer davantage les Erdogan, M. Baca juge urgent de ne pas
tualité la plus brûlante touchant la région initiatives de dialogue paraissant aujour- rater l’opportunité se présentant aujour-
méditerranéenne: la paix au Moyen- d’hui compromises, en tablant sur les d’hui aux pays de l’UE en faveur du dia-
Orient, la sécurité, le développement, grandes capacités de coopération des logue entre les religions et les cultures,
l’émigration. Le débat culturel et poli- pouvoirs locaux. Sur la même longueur qui s’avérerait d’ailleurs fort favorisé par
tique, qui est en train de se développer d’onde est Fabio Pellegrini, le Président l’adhésion éventuelle de la Turquie à
sur ces thèmes, a à présent reçu une im- Fondateur du Coppem, partisan de la l’Union Européenne (UE). La politique
pulsion nouvelle des déclarations et des création d’une charnière entre l’Europe européenne semble ne pas engendrer
propositions formulées et avancées par le et l’Afrique, en vue d’éviter le risque de beaucoup de confiance chez la popula-
président de la République française, Ni- transformer la région méditerranéenne tion musulmane à l’égard de l’Europe, ce
colas Sarkozy, d’une part et par la chan- en un îlot, un risque inné dans la propo- qui entraînerait par voie de conséquence
celière allemande, Angela Merkel, de sition de Sarkozy. Comme M. Pellegrini l’aggravation des problèmes dans la ré-
l’autre. Autant d’indications politiques et l’a bien souligné, il faut que l’Europe gion au lieu de l’élargissement de la co-
de propositions passées au crible avec le œuvre pour la paix et le développement, opération. L’Assemblée générale a mis en
sérieux qui s’impose et un sens critique avec comme résultat d’éliminer le désé- exergue, comme point de repère stable, le
aiguisé, lors de l’Assemblée générale du quilibre dû à l’élargissement vers l’Est de rôle des collectivités locales relativement
Coppem, en appréciant les aspects posi- l’UE. Il est pareillement indispensable à une politique de coopération efficace et
tifs et en dénonçant les limites inhé- d’entamer une collaboration plus étroite concrète, en réaffirmant que ce n’est jus-
rentes aux projets, dont on a tant parlé. entre les pays d’origine et de destination tement qu’à travers les collectivités lo-
Pour ce qui est de la proposition françai- des flux migratoires, en tirant profit de cales que la politique de subsidiarité
se de créer une Union Méditerranéenne, l’expérience acquise par les autorités des pourra être vraiment réalisée. Mme Jani-
le Gouverneur de Qalyubiya et vice-pré- deux rives. Dans le cadre de la politique ne Haddad, le néo-président de la V
sident du Coppem, Adly Hussein, a invi- d’immigration, M. Nourredine Sbia a af- Commission «Egalité des chances», a in-
té, lors des travaux de l’Assemblée géné- firmé que le phénomène migratoire ne sisté à son tour sur le rôle des pouvoirs lo-
rale, le Secrétariat à organiser une ré- pourra être réglé que par une politique de caux dans une perspective de croissance
union ad hoc, en vue de définir une posi- développement efficace et concrète. En de la région méditerranéenne. Dans ce
tion commune. En effet, on a de toutes ce sens, le Coppem peut encourager l’Eu- cadre la politique de subsidiarité revêt
parts affirmé, que la création d’un orga- rope à intervenir par des mesures effi- une valeur particulière. C’est à cela qu’a
nisme euro-méditerranéen pourrait servir caces visant justement à la croissance fait également allusion Ian Micallef, le
de prétexte et d’escamotage visant à ex- économique et civile. Ce qui s’est passé président de la Chambre des autorités lo-
clure la Turquie de la politique méditer- en Europe, avec l’élargissement vers les cales du Congrès des pouvoirs locaux et
ranéenne et européenne. Les conclusions pays de l’Est, pourrait être opportuné- régionaux du Conseil de l’Europe, dans le
décevantes de la réunion d’Annapolis, le ment répété avec les pays de la Méditer- cadre d’une évaluation d’ensemble du rô-
rôle des pays européens dépendant des ranée et de la région du Maghreb. Par le des collectivités locales. M. Micallef a
politiques étasuniennes, en qui concerne rapport à la question de l’adhésion de la analysé le phénomène de l’émigration,
la question moyen-orientale, la forte pré- Turquie à l’Union Européenne, une in- en soulignant comme cela se traduit en
sence de la communauté chinoise dans la tervention importante a été celle de M. un facteur d’appauvrissement supplé-
région arabe, sont d’après M. Hussein, Muzaffer Baca, le vice-président du Cop- mentaire pour les pays concernés. Le pro-
autant d’éléments et de signes inquié- pem, qui a affirmé que les leaders euro- blème peut par contre être réglé par des
tants pour le partenariat euro-méditerra- péens poursuivent une politique de interventions sur place et spécifiquement
néen, si l’on considère que l’Europe double voie concernant cette probléma- dans les domaines de la formation, du lo-
semble se soucier surtout des questions tique. M. Baca considère la proposition gement, de l’assistance, des infrastruc-
liées à la sécurité plutôt que de celles qui de Nicolas Sarkozy comme un obstacle à tures et des districts industriels. M. Mi-
se rapportent au développement. Le gou- l’adhésion turque, mais il a même criti- callef a proposé que l’indispensable parti-

COPPEMNEWS 4
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

EUROMED ET LE MONDE ARABE PLUS PROCHES L’UN DE


L’AUTRE
PROTOCOLE D’ENTENTE SIGNÉ À MARRAKECH ENTRE L’ATO ET LE COPPEM

Les relations entre le monde arabe et la région deux parties contractantes conviennent comme actions s’y rapportant;
euro-méditerranéenne s'élargissent de manière précisé ci-après: Coordonner tous les efforts, afin de renforcer la
ultérieure grâce à un Protocole de coopération • Chapitre 1 coopération avec tous leurs partenaires, leurs
signé à Marrakech entre l'ATO, l'Organisation L’ATO, représentée par son Secrétaire Général, programmes de développement et leurs
des Villes Arabes et le Coppem. Le document Son Excellence Abdul Aziz Y. Al Adsani, ayant sources de financement;
inclut des différentes formes de collaboration, son siège au Koweït Renforcer le soutien, les actions de la commu-
consultation et échange d'expériences dans le Le Coppem, représenté par son Secrétaire Gé- nauté et la coopération avec les villes, avec les
but d'élargir le développement durable, proté- néral, M. Carmelo Motta, ayant son siège en autorités locales et la société civile, avec les or-
ger l'environnement et améliorer la gestion des Italie ganisations non commerciales, le milieu urbain
villes. Voici le texte du Protocole d'entente: • Chapitre 2 et environnemental dans sa dimension sociale
Les deux parties se sont engagées à se consul- et économique;
L’ATO est une organisation non gouvernementa- ter mutuellement sur des questions d’intérêt Organiser des séances de formation et d’appro-
le sans but politique ni religieux, créée le 15 public, afin de coordonner leurs actions et de fondissement portant sur les zones concernées
mars 1967, ayant son siège au Koweït. Le Cop- s’informer réciproquement au sujet de leurs et les programmes communs;
pem est une association sans but lucratif, créée programmes respectifs. Améliorer le mécanisme de la recherche tech-
en l’an 2000, ayant son siège à Palerme. Le Président de l’ATO et celui du Coppem vont nique et scientifique; soutenir le développe-
Conscients de l’importance de la coopération nommer leurs représentants. Ces derniers au- ment de bases de données et de systèmes
entre les villes et de la coordination dans le ront la responsabilité de développer des actions d’informations à travers l’emploi de technolo-
cadre de la réalisation de leurs objectifs com- communes et d’établir des relations régulières. gies d’information et de communication;
muns dans le domaine du développement du- • Chapitre 3 Réunir des comités scientifiques régionaux et
rable, de l’environnement et de la gestion des Les deux parties se sont engagées à: internationaux, aux frais de la partie qui va ac-
villes, Compte tenu de leurs intérêts mutuels et Faciliter la coopération et l’échange d’expé- cueillir la démonstration;
de leur volonté de développer la coopération et riences sur les projets et les programmes com- A cette fin, le Coppem va se servir de l’action de
la coordination, afin de renforcer le développe- muns de développement, tant sur le plan de l’ASEM – Agence de Développement Euro-mé-
ment des établissements humains, dans le res- leur préparation que sur celui de leur adoption diterranéen, alors que l’ATO se servira de l’acti-
pect de leurs statuts fondamentaux, de leurs jusqu’à exécution et aux actions conséquentes; vité de ses agences.
politiques ainsi que de leurs plans d’action, Les Entreprendre des initiatives et développer les • Chapitre 4
Les deux parties vont s’échanger des informa-
tions, des publications, des statistiques et des
programmes régulièrement fondés sur des ac-
cipation active des collectivités locales à la politique européenne, se fasse par le biais de cords unanimes;
l’Assemblée euro-méditerranéenne des autorités locales et régionales. La volonté et l’en- Les deux parties se sont engagées, dans les li-
gagement des pouvoirs locaux à se mesurer au défi complexe posé par les thèmes du déve- mites prévues, à faciliter la distribution des ana-
loppement de la Région méditerranéenne et du Proche Orient, seront examinés lors du lyses et des recherches communes.
Forum des villes euro-arabes de Dubaï, ayant attribué un suivi - en termes de réponse ab- • Chapitre 5
solue vis-à.vis des conditions politiques, économiques et sociales qui ont changé - à la Les deux parties se sont engagées à dévelop-
Conférence des villes euro-arabes s’étant déroulée lors des premiers rendez-vous de Mar- per tout ce qui est susceptible de s’avérer utile
rakech et de Valence. Aujourd’hui le Forum, dont le Coppem est l’organisateur avec la en vue de faciliter la coordination et la coopéra-
Municipalité de Dubaï, le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Eu- tion entre elles, notamment moyennant l’échan-
ge de visites, de rencontres et d’entrevues à
rope, l’Organisation des Villes arabes, le Conseil des Communes et Régions d’Europe, ain-
tous les niveaux.
si que l’Institut Arabe de Développement Urbain, se présente avec des caractéristiques
• Chapitre 6
nouvelles et une vision plus large de la coopération et du développement durable. Le but Le présent protocole, qui est renouvelable, peut
est de donner un nouvel essor à la mise en place d’un processus de prospérité à partir du être modifié ou revu suite à un accord unanime
bas tout en favorisant l’instauration de nouvelles formes de partenariat, de permettre aux et entre en vigueur dès la date de souscription,
collectivités locales d’exprimer toutes leurs potentialités, d’influencer les décisions gou- pour une durée de 24 mois.
vernementales. L’Assemblée Générale s’est même acquittée de certaines tâches: l’appro- Chacune des deux parties peut l’annuler au
bation du budget prévisionnel, la confirmation du commissaire aux comptes dans ses fonc- moyen d’une communication écrite, au moins
tions, l’organisation des Commissions autour desquelles s’articule l’activité du Coppem. six mois avant son échéance.
Au nombre de ces mesures figure l’élection de Ghassan Samman, le responsable des rela- Le présent protocole ne s’applique pas aux or-
tions internationales et de la communication de l’Organisation des Villes Arabes, comme ganisations, aux centres et aux institutions
étant reliés aux parties concernées.
vice-président du Coppem, ce qui se révèle être particulièrement significatif.

5 JANVIER 2008
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

DES INITIATIVES LANCÉES DANS LE DOMAINE DE LA


SANTÉ ET DE LA FORMATION SUPÉRIEURE
D’IMPORTANTS PROJETS PROMUS PAR LA I COMMISSION DANS PLUSIEURS SECTEURS
PAR FRANCESCO SAMMARITANO LE RAPPORTEUR DE LA I COMMISSION DU COPPEM

Quelques initiatives importantes ont


été développées par la I Commission du
Coppem: «Politique Institutionnelle»,
surtout dans le domaine sanitaire, mais
également dans celui de la formation su-
périeure, autour de thèmes liés à la poli-
tique euro-méditerranéenne. On a no-
tamment mis en place les outils néces-
saires pour atteindre quatre buts consi-
dérés comme prioritaires et depuis long-
temps identifiés: La réalisation d’un
Centre de formation sanitaire euro-mé-
diterranéen; La réalisation de l’Univer-
sité de la Méditerranée; L’Hôpital vir-
tuel; Des stages auprès des structures du
Coppem.
Francesco Sammaritano

CENTRE DE FORMATION SANI-


TAIRE EURO-MEDITERRANEEN
Le secrétariat a officiellement présenté versitaires de disciplines données relati- STAGES AUPRES
à l’Organisation mondiale de la Santé vement au bassin euro-méditerranéen. DES STRUCTURES DU COPPEM
(OMS) le projet pour la réalisation d’un Les cours seront ouverts à tous les étu- Le Coppem est fort engagé dans une ac-
Centre euro-méditerranéen permanent diants des pays riverains de la Méditer- tion constante, visant à faire connaître
pour la formation sanitaire, siégeant à ranée et le diplôme universitaire délivré aux nouvelles générations les politiques
Palerme. D’ici le mois de février, l’Oms sera juridiquement valable dans les pays et les formes de partenariat euro-médi-
va soumettre sa première évaluation, si signataires du traité de Barcelone. terranéen. C’est dans cette perspective
celle-ci est positive, cela va permettre de travail que le Comité a signé avec
de rédiger le projet analytique définitif. HOPITAL VIRTUEL certaines Universités plusieurs proto-
Ce projet sera réalisé conjointement Paolo Binelli, le Pdg de Telespazio, lors coles d’entente, grâce auxquels des étu-
avec l’Ismett et l’Anfe et il prendra des travaux de la XII Assemblée généra- diants de la région euro-méditerranéen-
deux valeurs significatives: une à carac- le du Coppem, a présenté un projet in- ne ont été accueillis auprès des Bureaux
tère scientifique, l’autre éthique et insti- téressant dans le domaine sanitaire, du Coppem pour des stages de forma-
tutionnelle. En effet, en plus d’assurer consistant à réaliser un réseau téléma- tion. Très significatif est le fait que six
l’échange de connaissances, d’expé- tique de liaison entre des structures hos- étudiants aient passé leur thèse, en dis-
riences, de savoir-faire entre médecins pitalières italiennes. Pour un coût mo- cutant un mémoire de fin d’études cen-
et personnel para-sanitaire euro-médi- deste, ce réseau pourrait être étendu à tré sur l’activité du Coppem dans le
terranéen, le projet va même permettre des structures sanitaires des pays de la ri- cadre de la politique euro-méditerra-
d’approfondir le dialogue entre les re- ve sud de la Méditerranée, en vue d’of- néenne. Il faut en outre ajouter que les
présentants du monde scientifique de la frir aux opérateurs un instrument va- mémoires de fin d’études présentés au
même région. lable pour le diagnostic des pathologies sujet du Coppem sont déjà au nombre de
affectant les patients. De plus, grâce à ce six. Enfin, il semble opportun de signaler
UNIVERSITE réseau télématique, les cliniques spécia- que les bureaux de représentation du
DE LA MEDITERRANEE lisées indiqueraient aux autres centres Coppem dans les pays euro-méditerra-
Les points principaux sur lesquels on reliés les traitements les plus appropriés néens comptent parmi leurs buts même
entend réaliser cette initiative ont été à administrer aux malades, en évitant le celui d’encourager le dialogue, l’échange
identifiés et ils consistent, principale- transport et l’hospitalisation auprès d’expériences et de connaissances mu-
ment, à mettre en place des cours uni- d’autres hôpitaux. tuelles auprès des nouvelles générations.

COPPEMNEWS 6
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

VILLES UNIES POUR FAVORISER L’INTÉGRATION


LES ACTIVITÉS ET LES PROGRAMMES DE LA II COMMISSION DU COPPEM
PAR ILIA MAZZONE LE RAPPORTEUR DE LA II COMMISSION DU COPPEM

Les travaux de la II Commission rités Locales Palestiniennes) et Jalal mission par la Présidence portugaise de
concernant la question migratoire ont Abs (Tripoli) –, les contacts avec le l’Union Européenne, soulignent en
été précédés d’une réunion informelle Conseil italien pour les Réfugiés outre l’apport des migrations quant au
entre les représentants des Autorités lo- (membre du Conseil européen des réfu- développement économique et social,
cales venant d’arriver à Palerme, pour giés et exilés et du Réseau Euromed des en ébauchant des mesures d’interven-
participer à la XII Assemblée Générale droits de l’homme) et avec le Haut tion concrètes. La II Commission du
du Coppem. Cette rencontre a fourni Commissariat des Nations Unies pour Coppem va participer au Maroc à un
l’occasion d’une vive confrontation les Réfugiés ont bien été entamés. Les grand événement sur les migrations,
entre les Autorités locales des deux ministères italiens compétents en ma- voulu par le Conseil de l’Europe en col-
rives de la Méditerranée, pour planifier tière d’immigration ont été mis au cou- laboration avec l’Association française
les principaux objectifs à atteindre au rant du travail que le Coppem a amorcé Espace Alternatif. Du 23 au 26 avril
sein de la Commission. Lors de l’Assem- au sujet des migrations en Méditerra- prochains, Tanger va accueillir un col-
blée Générale, l’engagement de la II née, que la II Commission aborde selon loque international sur le thème «Mi-
Commission a été réaffirmé pour ce qui une approche holistique, en prenant en gration, co-développement et dialogue
est du renforcement du réseau avec les compte le point de vue européen, interculturel», afin de promouvoir le
Organisations internationales, les Insti- maghrébin et moyen-oriental. Faisant renforcement de la coopération sur une
tutions et les Ong base institutionnelle durable entre
se confrontant au les Pays du Nord et du Sud de la
problème de mi- Méditerranée. La participation du
grations, dont le premier adjoint au maire de Tanger,
Secrétariat du M. Mohamed Kharchich, aux tra-
Coppem a com- vaux de la II Commission, a été en
mencé de s’occu- ce sens particulièrement précieuse.
per depuis le mois Deux autres interventions externes
de juin dernier. Les ont contribué à enrichir les travaux
membres du Cop- de la Commission: à savoir celle de
pem ont été infor- M. Lima, le représentant de l’As-
més quant à la vo- sessorat à la Famille, aux Politiques
lonté de M. Shat- sociales et aux Collectivités locales
zer, le Directeur du de la Région sicilienne, qui a pré-
bureau de Rome senté un projet régional s’adressant
de l’Organisation aux mineurs étrangers non accom-
Internationale pour les Migrations suite à l’intervention du nouveau Prési- pagnés qui arrivent en Italie, en réaffir-
(OIM) chargé du dossier Méditerranée, dent de la II Commission, Ian Micallef, mant en outre l’engagement de l’Asses-
d’évaluer les axes de collaboration pos- concernant l’approche de l’Union Euro- sorat visant à supporter la réalisation
sibles, à l’occasion d’une rencontre qu’il péenne en matière d’immigration, j’ai d’un projet de documentaire: «Les diffé-
faut organiser avec le Secrétaire Géné- souligné les points cruciaux du Troisiè- rents visages de l’immigration», conçu
ral et les membres de la Commission. me Rapport sur l’immigration de la par la II Commission; Mme Frazzica, di-
Philippe Sanmarco a fait allusion à un Commission Européenne, qui met en recteur du Centre for Training and Re-
accord-cadre de coopération entre exergue l’importance des immigrés, en search in Public Health, a présenté cer-
l’OIM et Marseille, comme exemple tant que facteur principal de croissance tains projets sur l’immigration et la for-
concret d’interaction entre l’Organisa- démographique de l’Union, en faisant mation dans le bassin méditerranéen.
tion internationale et les Autorités lo- allusion à un programme commun pour Les exposés des membres du Coppem,
cales. En ce qui concerne les réfugiés et l’intégration des citoyens des pays tiers terminant les travaux de la II Commis-
les demandeurs d’asile – un sujet parti- dans l’Union Européenne. Les conclu- sion, ont animé le débat sur les migra-
culièrement actuel au Moyen Orient, sions du premier Meeting ministériel tions, en confirmant l’intérêt par rap-
comme l’ont souligné Erfan Ali (Da- euro-méditerranéen sur les migrations, port à ce thème transversal, qui concer-
mas), Isam Akel (Association des Auto- envoyées au secrétariat de la II Com- ne en fait toutes les délégations.

7 JANVIER 2008
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

LE DÉVELOPPEMENT, UN ANTIDOTE CONTRE L’IMMIGRATION


CLANDESTINE
FINANCEMENT DES PROJETS DE CROISSANCE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE DANS LES PAYS, OÙ LE PHÉNOMÈNE
PREND SA SOURCE
PAR JALAL ABS LE VICE-PRÉSIDENT DE LA II COMMISSION DU COPPEM

Parlant des phénomènes de migration,


il faut être conscient que Personne n’a
choisi son lieu de naissance, Personne
n’a choisi sa race, ni la couleur de sa
peau, ni sa religion, ni le pays où il vit.
Des milliards de gens sur cette planète
n’ont pas la chance que nous avons tous
ici: La chance d’avoir tout le confort, la
chance de pouvoir manger à sa faim, et
le luxe de jeter ce qui en reste après, le
luxe et le loisir de parler des problèmes
de l’immigration dans le but de lutter
contre les vagues d’immigration et à la
recherche d’une solution “introuvable”
pour les problèmes qui en résultent.
Nous ne sommes pas les premiers ni les
derniers à parler des problèmes de l’im-
migration mais je trouve qu’il est impor-
tant de ne pas répeter ce que les autres circulation des individus. Tout le mon- ont conçu à travers des images perçues
ont déjà dit et de ne pas faire ce que les de sait que l’obtention de Visa devient et accumulées à travers les Média sur les
autres ont déjà fait dans ce domaine. de plus en plus difficile pour l’entrée Pays “dits” Développés, n’existent pas?
On a souvent tendance à oublier que le des ressortissants des pays du Tiers- que ce ne sont qu’un mirage et que la
Canada, les Etats-Unis, l’Amérique La- monde dans les Pays “dits” dévelop- réalité est beaucoup plus dure et que
tine, l’Australie,… sont des “produits” pés(même pour les Elus et les Représen- leurs conditions de vie ne seraient pas
de l’immigration. Etant originaire du Li- tants des Autorités Locales invités à des forcément meilleures par rapport à ce
ban, d’un pays qui a connu ,avec les Conférences ou Congrès): on dresse de qu’elles étaient dans leurs pays d’origi-
Phéniciens il y a plus de 7000 ans, les plus en plus des barrières et on impose ne? Partant du principe que “la nature
premières vagues d’émigration, d’un des restrictions draconiennes. humaine désire tout ce qui est interdit
pays où la population résidente ne D’ailleurs, il ne faut pas oublier que les et inaccessible”, et conformément à
compte que 3,5 millions et la popula- Immigrés sont un ensemble d’invidus nous-mêmes et à nos convictions sur les
tion émigrante dépasse les 16 millions qui réagissent contre la misère, le sous- Droits de l’Homme, Il faut, sans tomber
éparpillés en Europe, Amérique, Cana- développement et leurs conditions de dans l’Utopie, réclamer la Libre Circu-
da, Australie, Afrique, … où ils se sont vie respectives. Pourquoi on n’essaye lation des Individus et d’oeuvrer à ou-
bien intégrés, je ne peux qu’avoir une pas de les comprendre et de se poser la vrir les Frontières (Le Mur de Berlin est
attitude et une vision différentes sur les question: Pourquoi cet Individu, cet l’exemple la plus éloquente à cet égard)
phénomènes de migration. Etre Humain, est prêt à tout quitter: sa et enlever les restrictions devenues in-
Nous sommes, en effet, dans une famille, sa Terre natale, et à s’aventurer humaines et même offensantes à la di-
époque où, grace au développement des vers l’Inconnu dans des embarcations de gnité humaine sous prétexte de vouloir
moyens de transport et de communica- fortune (payées très chères: 5-10 fois le lutter contre le Terrorisme: Tout voya-
tion, on n’arrête pas d’affirmer que le prix d’un billet d’avion), au risque de sa geur est présumé terroriste! Le Monde
Monde est devenu un Grand Village et Vie à la recherche d’un travail (gagne- Libre: les Etats-Unis, l’Europe, sont de
de vouloir créer des zones de libre pain) et de conditions de vie meilleures? plus en plus paniqués et dépensent des
échange et d’assurer la libre cirulation À la recherche d’un mirage, d’un rêve sommes faramineuses pour s’équiper et
des informations et des marchandises et perdu. Pourquoi ne pas donner aux res- s’opposer aux vagues d’immigration..
d’encourager le Dialogue des Cultures, sortissants des Pays “dits” sous-dévelop- Cet argent ,dépensé dans des projets de
mais on est bien plus discret et plus re- pés, les possibilitiés ou les opportunités développement local dans les pays d’ori-
servé (pour ne pas dire hypocrite) de ne “d’absorber le choc” et de réaliser par gine de ces immigrés, serait certaine-
pas vouloir parler et réclamer la libre eux-mêmes, que l’Idéal et le Rêve qu’ils ment plus utile et plus efficace.

COPPEMNEWS 8
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

TANGER, VILLE DU DIALOGUE ET DE LA TOLÉRANCE


C’EST ICI QUE SERONT ACCUEILLIES LES «RENCONTRES EURO-MÉDITERRANÉENNES» SUR LES THÈMES LES
PLUS ACTUELS
PAR MOHAMED KHARCHICH LE PREMIER ADJOINT AU MAIRE DE TANGER

en fixant les projecteurs sur des thèmes


d’une importance capitale. Certes, le
phénomène migratoire est un fléau pla-
nétaire qui a toujours marqué le circuit
normal de l’individu tout au niveau
temporel que spatial. Ainsi, toutes les
institutions socio-politiques et scienti-
fiques se sont penchées sur le phénomè-
ne en vue d’élaborer une approche ra-
tionnelle susceptible d’apporter des ré-
ponses adéquates à des problèmes épi-
neux et revêtant un caractère com-
plexe. Il incontestable que la probléma-
tique de l’émigration doit être abordé
d’une manière globale en essayant d’évi-
ter toute approche sécuritaire ou dog-
matique. Autrement dit, Il est difficile
de trouver des solutions définitives et
magiques à ce genre de problème, qui
est d’une grande complexité; néan-
Mohamed Kharchich
moins, il est possible, dans un premier
temps de lancer des initiatives sérieuses
visant à alléger les souffrances des popu-
Compte tenu de sa position géostraté- concernées et notamment la France et lations concernées. Et ce en renforçant
gique, Tanger, ville de jonction par ex- l’Angleterre. Toutes ces données mon- davantage le partenariat nord-sud basé
cellence entre l’Afrique et l’Europe, lieu trent bien que Tanger connaît depuis de sur une politique de coopération à trois
de transit et trait d’union entre l’occi- longues années une coexistence réelle niveaux: Etat, collectivités locales et so-
dent et l’orient, est à travers les siècles, entre les diverses communautés et le ciété civile des deux rives. Enfin, nous
une ville d’ouverture, de tolérance et un dialogue interculturel a toujours été comptons sur votre présence à Tanger
lieu de dialogue interculturel. Et à cet l’une de ses caractéristiques les plus au mois d’Avril prochain pour élargir le
égard, il faut souligner que Tanger est frappantes. C’est pour cela que je tiens à champ de nos débats et approfondir nos
une cité qui n’a cessé de fasciner ses vi- vous assurer que notre ville aura le pri- réflexions en vue d’élaborer un plan
siteurs et notamment les plus avertis vilège d’accueillir «les rencontres euro- d’action susceptible d’apporter des élé-
d’entre eux: diplomates, écrivains et ar- méditerranéennes». Qui aborderont des ments de réponse aux attentes de nos
tistes. Son caractère mythique, son pres- thèmes d’actualité à savoir: «Migration, concitoyens.
tige et son charme lui ont valu un lieu codéveloppement et dialogue intercul-
d’inspiration exceptionnel. Au début du turel» d’autant plus qu’elles sont initiées
19 siècle, Tanger est devenu de facto, la par des institutions crédibles et d’une
capitale diplomatique de l’empire chéri- réputation indéniable. Aussi faut-il rap-
fien en abritant les délégations consu- peler que Tanger connaît depuis la der-
laires de toutes les puissances étrangères nière décennie, une dynamique socio-
avant de se retrouver dans les années économique sans précédent qui s’est
vingt du XX siècle sous obédience inter- concrétisée par la réalisation de nom-
nationale. Après la signature de ce breux projets structurants ce qui est por-
qu’on appelle le statut spécial de Tanger teur d’une transformation rapide et
en 1923 qui fut l’aboutissement d’un considérable. Nous ne pouvons que sa-
long processus de négociations/tracta- luer et appuyer cette initiative qui vise à
tions diplomatiques entre les puissances avoir un débat constructif et prometteur

9 JANVIER 2008
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

APPORT DU COPPEM À LA MOBILITÉ URBAINE


PROPOSITIONS COMPLÉMENTAIRES AU «LIVRE VERT» DE L’UE EN MATIÈRE DE TRANSPORTS
PAR PAOLO CARRARA LE RAPPORTEUR DE LA III COMMISSION DU COPPEM

Palerme le 26 mai 2007. Mustafa Aydin


a illustré à l’Assemblée le séminaire sur
«La Géographie Urbaine et la Ville
Multiethnique en Europe et dans le Bas-
sin méditerranéen» s’étant tenu auprès
de l’Université Aydin d’Istanbul, dans
le cadre du projet Interreg IIIC «City to
City» sur les politiques migratoires.
Le séminaire a été l’occasion d’une ren-
contre importante entre les acteurs ins-
titutionnels du projet. Parmi les interve-
nants figuraient, entre autres: le Prési-
dent de la Région de Calabre, Agazio
Loiero; l’Adjoint délégué aux Affaires
Sociales de la Municipalité de Palerme,
Giampiero Cannella; les coordinateurs
du projet Interreg IIIC ainsi que les re-
présentants des organismes impliqués
dans le projet-pilote Re.La.Te (Réseau
des Laboratoires Territoriaux), dont le
Coppem. Benedetto Mineo, le Président
Directeur Général de l’Asem, a évoqué
La réunion des membres de la III Com- pérer les solutions susceptibles de les les activités de l’Agence, en rappelant,
mission «de la coopération économique surmonter et il fixe également un ca- entre autres, à l’Assemblée, que le Cop-
et financière», s’étant tenue le 1er dé- lendrier européen pour la mobilité ur- pem et l’Asem ont organisé à Catane
cembre 2007 dans le cadre de la XII As- baine, mais toujours dans le respect des une série de rencontres entre une délé-
semblée Générale du Coppem, s’est dé- compétences des autorités locales, ré- gation de chefs d’entreprise égyptiens et
roulée dans un climat de collaboration gionales et nationales dans ce secteur, des entrepreneurs locaux, afin de conti-
positive ayant suscité un vif intérêt de la en attachant une grande importance à nuer leurs politiques d’échange de sa-
part des membres participants. Les tra- la façon dont la recherche peut contri- voir-faire et de bonnes pratiques, mais
vaux ont été présidés par Paolo Carrara, buer à atteindre les objectifs européens surtout dans le but de nouer des rela-
le rapporteur du Secrétariat, Mustafa en matière de transports. Rédigé suite à tions commerciales en vue d’aboutir à
Aydin, le recteur de l’Université Aydin une large consultation avec les diffé- des échanges profitables entre les entre-
d’Istanbul et Benedetto Mineo, le Prési- rentes parties prenantes, ce dossier prises présentes sur le territoire de Qa-
dent Directeur Général de l’Asem. énumère les cinq défis fondamentaux, lyubiya et les zones industriellement
Dans son introduction, le rapporteur de auxquels les systèmes de transport ur- avancées, comme celles de Catane et de
la III Commission a exposé aux présents bain sont confrontés, à savoir la Palerme. Enfin, l’atelier «L’artisanat
les activités menées. congestion, les questions environne- pour le développement local et pour la
Il a en outre illustré les dossiers présen- mentales, les infrastructures pour les coopération entre les pays méditerra-
tés à l’Assemblée au sujet des trans- transports, l’accessibilité et la sécurité. néens», organisé par l’Ente Fiera del
ports dans le bassin euro-méditerra- Le Livre vert sur la mobilité urbaine se Mediterraneo et le Coppem, qui s’est
néen, en introduisant le Livre vert sur veut la prolongation naturelle du précé- déroulé le 9 juin 2006, à Palerme, lors de
la mobilité urbaine, présenté par la dent Livre blanc pour une mobilité du- la Foire de la Méditerranée, auquel ont
Commission Européenne le 25 sep- rable et sur la politique maritime des participé des élus politiques et des repré-
tembre. Ce dernier sert d’appui au tra- transports, rédigé par la Commission sentants de l’économie des pays euro-
vail de la III Commission pour cerner Européenne même et présenté aux méditerranéens ainsi que des experts de
les obstacles qui freinent la réussite de membres du Coppem à l’occasion de la la coopération et de la production arti-
la mobilité urbaine durable et pour re- XI Assemblée Générale, ayant eu lieu à sanale euro-méditerranéenne locale.

COPPEMNEWS 10
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

L’ASEM, LE MOTEUR DU DÉVELOPPEMENT


ENTREPRENEURIAL
L’AGENCE ENGAGÉE DANS LA SOLUTION DES PROBLÈMES TECHNIQUES ET FINANCIERS DES RÉALITÉS LOCALES
PAR BENEDETTO MINEO PDG DE L’ASEM

Chers amis, Le Bassin méditerra- ject financing pour le développe-


néen est enfin en train de devenir ment des communautés locales, qui
attrayant pour les investisseurs et ont souvent bien des besoins à satis-
nous espérons que l’accord de paix faire mais qui manquent de savoir-
entre Israël et les Palestiniens met- faire, afin d’accéder au marché des
tra fin à un grand obstacle entravant capitaux. En ce moment, ces der-
le décollage économique définitif de niers sont justement la seule chose
certains pays importants et que cet- ou presque qui ne manque pas à
te zone pourra devenir un moteur de l’échelon mondial. Et bien, nous
développement économique et so- nous proposons comme trait d’union
cial. Depuis quelques temps, l’Asem entre les besoins parfois primaires
a commencé d’œuvrer en vue du dé- des petites et moyennes communau-
veloppement entrepreunarial de tés et le monde de la finance avec
cette zone, en effet l’un des prin- ses exigences, ses délais, ses techni-
cipes directeurs de sa matrice idéo- cismes. C’est un domaine très déli-
logique même. Par exemple, derniè- cat avec bien des implications, mais
rement, nous avons réussi à obtenir nous pensons être en mesure de rele-
quelques petits résultats promet- ver non seulement les défis tech-
teurs: Benedetto Mineo niques et financiers mais aussi les
• Nous avons organisé une mission défis locaux et environnementaux.
commerciale en Sicile depuis Mais le plus grand capital d’Asem,
l’Egypte, ayant abouti à l’achat d’une d’investissements; comme je l’ai déjà dit auparavant, est le
papeterie sicilienne de la part d’opéra- • Organisation et réalisation de mis- réseau de partenariats développés ces
teurs égyptiens et à la réalisation d’une sions commerciales; dernières années par le Coppem, sur le-
huilerie en Egypte par des opérateurs si- • Promotion mais également adhésion à quel nous allons notamment tabler dans
ciliens; des consortiums; le développement de notre business, qui
• Nous avons organisé une mission • Implémentation d’une branche ad est d’ailleurs le business des entreprises,
commerciale au Maroc, à Rabat; hoc qui s’occupera de Project Finan- qui voudront bien profiter de nos ser-
• Nous avons contribué à la définition cing; vices et de notre réseau – à ce propos je
d’un accord pour des fournitures en Tu- • Promotion et constitution de réseaux vais souligner seul le fait qu’à un chef
nisie d’outillage de pêche. d’entreprises; d’entreprise il faut normalement de trois
Pour en venir au futur, en 2008, nous se- • Réalisation d’un site Internet et créa- à cinq ans, pour qu’il pénètre dans un
rons engagés dans plusieurs domaines, tion de contenus interactifs, dans le but marché étranger quelconque. L’Asem va
que je vais énumérer de manière très de faire de sorte que notre site Web re- permettre aux entreprises qui voudront
synthétique, pour ne pas trop vous en- présente un véritable outil au service bien profiter de ses services, de réduire
nuyer, mais sur lesquels je voudrais bien des entreprises. de manière considérable les temps de
vous donner plus de détails, publique- Au nombre de nos différentes presta- mise en route. Pour tout cela, l’Asem est
ment comme en privé. En l’espèce, nous tions, les services relatifs à la note d’in- à votre disposition et je demande à vous
avons l’intention de travailler à la: formation sur les «Fiches Pays», sur les tous de bien vouloir apporter vos sug-
• Conception de projets portant sur les différentes «Opportunités d’Affaires» gestions et vos propositions, de collabo-
fonds nationaux ou internationaux, aus- tant publiques que privées, sur les «Ap- rer à l’élaboration de projets, d’événe-
si bien en tant que chef de file que com- pels à propositions et Financements» ments, de réseaux. Je sais qu’il y a beau-
me partenaire; mais également sur les «Appels d’offres» coup à faire, mais je compte sur votre
• Promotion d’accords commerciaux ou lancés au fur et à mesure par les diffé- appui ainsi que sur l’aide du Conseil
industriels par le biais de notre réseau de rents pays du Bassin euro-méditerra- d’Administration, M. le Président
relations; néen. Parmi tous les services que nous Omar El Barhaoui, M. le Vice-président
• Sélection d’entreprises pouvant po- souhaitons offrir, je ne vais souligner Ramòn Polo, MM. les Conseillers Car-
tentiellement faire l’objet des Fonds que l’importance des techniques de Pro- melo Motta et Adly Hussein.

11 JANVIER 2008
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

CULTURE ET DÉVELOPPEMENT POUR LA CROISSANCE DES


COMMUNAUTÉS
NOMBREUSES INITIATIVES DÉVELOPPÉES PAR LA IV COMMISSION DU COPPEM AVEC PLUSIEURS PARTENAIRES
PAR NATALE GIORDANO LE RAPPORTEUR DE LA IV COMMISSION DU COPPEM

Les liens entre la coopération culturelle,


dans le sens le plus étendu du terme, et
les politiques de développement durable,
le dialogue entre les peuples, la forma-
tion du capital humain et, enfin, la re-
connaissance et la compréhension mu-
tuelle des identités sont à présent com-
munément reconnus comme incontour-
nables, au sein de la communauté inter-
nationale. Même les résultats des ana-
lyses et des rencontres dans le cadre des
activités de la IV Commission du Cop-
pem, de 2001 à 2005, ont consolidé
l’idée inspiratrice, suivant laquelle l’évo-
lution du développement, nette de toute
standardisation, doit être développée sui-
vant une approche intégrée, en attri-
buant une centralité stratégique à la res-
source culturelle en tant que catalyseur
Roberto Albergoni et Natale Giordano
ainsi qu’élément moteur de développe-
ment pour les secteurs du tourisme cultu-
rel de qualité et de l’industrie culturelle
dans son acception la plus étendue, et en doivent donc être inscrits dans des sys- dans les milieux gastronomique, phar-
tant que tel susceptible de: renforcer les tèmes ou des réseaux d’offres. Ce princi- maceutique, cosmétique, outre que lors
processus d’identité culturelle en zones pe a inspiré les activités et projets s’étant d’événements culturels et dans le cadre
territoriales; promouvoir le développe- distingués au nombre des orientations de de projets pilote, visant à créer un
ment socio-économique local; dévelop- la IV Commission dans la deuxième consensus de la part des gouvernances
per des processus de développement du- moitié de 2005: locales sur le mouvement des écomusées.
rable et désaisonnalisé des flux touris- Les activités ont été réalisées même à
tiques. Cette perspective intégrée a été Ecomuseum district network of the travers des rencontres périodiques entre
étayée non seulement par le débat politi- Mediterranean Maquis – Interreg III B les partenaires (des meetings ont été or-
co-institutionnel au sein de la IV Com- Archimed ganisés en Italie: à Palerme, à Rome et à
mission du Coppem, mais également par La mise en valeur des territoires, en em- Bari; en Grèce: à la Crète, à Iraklion et
les orientations stratégiques internatio- ployant les principes de ce que pendant à Chania). Le projet s’est terminé en dé-
nales et par les politiques communau- les années 70 on définissait la «nouvelle cembre 2007, par une Conférence inter-
taires qui, supportées par un remarquable muséologie», au travers de la gestion in- nationale, à la quelle ont participé des
retour empirique, ont mis de plus en plus tégrée et conjointe de la part des com- experts internationaux, des acteurs so-
en évidence le fait que les ressources cul- munautés, du patrimoine et du territoire cio-économiques et des représentants
turelles matérielles et immatérielles peu- même, a été le but principal du projet d’autorités locales issus d’environ dix
vent représenter une composante de ren- Ecomemaq, ayant pu compter sur la par- pays euro-méditerranéens. Les travaux
tabilité et une armature socioculturelle ticipation de partenaires italiens, grecs de la Conférence ont donné naissance à
stratégique pour le développement des et libyens, et dont le Coppem a été le un groupe d’experts, qui a présenté un
économies locales, à condition que les chef de file. Par ce projet, qui a duré 18 document final, dans le but d’encourager
acteurs œuvrant sur le territoire maîtri- mois, des études ont été menées sur le le législateur régional à promulguer une
sent ces ressources de façon intégrée: le maquis méditerranéen, accompagnées loi, réglant l’approche des écomusées par
patrimoine culturel, l’identité culturelle, de recherches socio-économiques sur les rapport à l’évolution du développement
le milieu naturel et les produits typiques produits du maquis et sur leur emploi conjoint et avec pour fonction d’animer

COPPEMNEWS 12
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

le territoire et les communautés vers la teur de mémoires collectives différentes vulgation de séminaires et il aura pour
reconnaissance de patrimoines suscep- et exclusives, nécessitant donc pour leur tâche de soigner une publication inhé-
tibles de servir d’«idée-force» au déve- mise à disposition à l’égard des citoyens rente aux politiques de développement
loppement. La publication du projet est du monde entier, de politiques et d’opé- territorial moyennant des actions de co-
déjà en cours de préparation. Il s’agit rateurs conscients de sa grandeur ainsi opération socioculturelle. Le site Inter-
non seulement de la description des ac- que de sa valeur. C’est dans cette op- net du projet, à présent entièrement en
tivités et des projets, mais également de tique que naît le projet Medins, fondé français, est soigné par l’Université de
préciser, en le décrivant, le mouvement sur un partenariat vaste et composite Grenade et accompagné d’un Intranet
des écomusées dans l’espace euro-médi- (21 partenaires de plus de dix pays mé- entre les partenaires du projet:
terranéen. Le site Internet du projet, à diterranéens – dont au moins huit www.invisiblemedins.org
présent uniquement en anglais, accom- membres du réseau du Coppem). Le
pagné de données GIS concernant le projet, d’une durée de 24 mois, arrive Patrimoine Culturel et Développement
maquis méditerranéen sur les territoires pour la première fois à cumuler un Local – European Social Fund
impliqués dans les activités pilote, est: Fonds de la Politique de Cohésion de Ces dernières années, les organisations
www.ecomemaq.ntua.gr l’Union Européenne – le Fonds Euro- et les institutions engagées sur le ver-
péen de Développement Régional (FE- sant de la protection, de la conserva-
Medins: Identity is future – Mediterra- DER) à l’aide d’un instrument de co- tion et de la mise en valeur du patri-
nean Intangible Space – Interreg III B opération euro-méditerranéenne: le moine culturel ont développé des mo-
Medocc programme MEDA. Au cours du projet dèles et des expériences, visant à favo-
Les processus en cours dans le cadre de une fiche commune a été identifiée, riser la participation active du patri-
la reconnaissance des ressources cultu- afin d’inventorier le patrimoine culturel moine culturel aux processus de déve-
relles immatérielles, comme patrimoine immatériel, on a créé un site Internet et loppement territorial. Cette formula-
à identifier, protéger et valoriser, trou- réalisé des séminaires et des rencontres tion s’est notamment fondée sur la re-
vent leur justification dans la Déclara- publiques à Palerme, à Murcia, à Rabat, connaissance de nouvelles valeurs et
tion de l’UNESCO de 2003 «Conven- à Evora, à Bagheria et à Malte, tandis spécificités du patrimoine culturel, pre-
tion pour la sauvegarde du patrimoine que le Coppem a présenté Medins à nant en considération ses implications
culturel immatériel». La Déclaration re- l’occasion du Festival dédié à la Culture multiformes de nature immatérielle et
présente en effet l’aboutissement d’un Immatérielle de Nador. Les prochaines intangible, aussi bien que sa valeur so-
parcours de reconnaissance du patrimoi- rencontres se tiendront à Athènes, à ciale en tant que facteur d’identité et
ne culturel immatériel considéré com- Palerme, au Caire et enfin de nouveau à d’inclusion. Cette vision complexe du
me un facteur de «bien-être» (tout com- Palerme pour la Conférence de clôture patrimoine culturel l’inscrit de plein
me le patrimoine matériel, environne- en octobre 2008. Le Coppem coordon- droit au nombre des ressources partici-
mental, artistique et monumental), por- ne les actions de sensibilisation et de di- pant aux processus de développement

INTERCULTURALITE AU ROMARIN
POUR LE PROJET ECOMEMAQ

Un événement multisensoriel s’est tenu le 16 dé-


cembre dernier à Palerme, mis sur pied par ECO-
MEMAQ et promu par le COPPEM en collaboration
avec le Ce.S.I.E. Flatter le palais par des dégusta-
tions de produits méditerranéens, tandis que l’on sti-
mule l’oreille à l’aide de musique populaire et le re-
gard par des expositions de photos et des spec-
tacles de jonglage, pour une jouissance tous azimuts
de l’identité méditerranéenne franchissant les fron-
tières nationales si étroites. Applaudi par la popula-
tion locale, le véritable acteur de la promotion quoti-
dienne du maquis, cet événement a été accueilli
avec faveur tant par les autochtones que par les im-
migrés qui, au nombre de plus de trois cents, ont
rempli piazzetta Ballarò, la petite place, où a eu lieu
la manifestation. (i.p.)

13 JANVIER 2008
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

local, par l’acquisition d’une valeur so- nière remarquable aux politiques d’éco- mais également de participer à des ac-
cio-économique, grâce aux retombées nomie d’énergie, promues par tions de formation et de construction de
qu’une gestion durable des activités et Sun&Wind. Le projet, qui va se termi- réseaux de relations liés aux thèmes des
des services culturels peut produire sur ner au mois de novembre 2008 à Paler- Droits de l’Homme et à leur application
le territoire. C’est sur ces prémisses que me, par une Conférence internationale dans le cadre de la coopération culturel-
repose le projet «Patrimoine culturel et sur le thème de l’épargne énergétique et le euro-méditerranéenne, comme dans le
développement local», réalisé dans le de l’architecture bioclimatique, est à sa cas de la participation au séminaire «Les
but de tisser un réseau de relations sur dernière année d’activité. Dans cette Droits de l’Homme et l’Apprentissage
le territoire sicilien, choisi comme pilo- perspective les actions, que le Coppem Interculturel», d’une durée d’une semai-
te dans l’espace méditerranéen, parmi sera appelé à mener, représentent sa va- ne, s’étant tenu du 2 au 9 septembre der-
une multiplicité d’acteurs. Des autori- leur ajoutée: l’achèvement de la base de nier, auprès de la Heindrich Kramer
tés locales, des décideurs de la gestion donnés au moyen des cas d’étude sur Haus de Berlin. La poursuite d’objectifs
du patrimoine et des acteurs socio-éco- l’architecture traditionnelle en Médi- communs, grâce à Herimed, l’Agence de
nomiques, intéressés à participer au dé- terranée, l’animation territoriale et la gestion du patrimoine culturel méditer-
veloppement durable, ont été impliqués sensibilisation des communautés et en- ranéen, issue du projet UCH II – financé
dans des processus d’animation intégrée fin la création du réseau des villes euro- par le programme MEDA, les rapports
du territoire à travers des activités de méditerranéennes SUN&Wind pour constants avec le CESIE, pour des inter-
recherche, de formation et de sensibili- l’économie d’énergie. Le site du projet, ventions de coopération juvénile euro-
sation des communautés. C’est dans les en anglais et italien, sur lequel il est pos- méditerranéenne, les relations avec le
activités de formation qu’ont été impli- sible de trouver tous les renseignements Glocal Forum, l’œuvre d’intervention et
qués des cadres de 41 Administrations sur l’architecture bioclimatique en Mé- restauration en cours auprès du site ar-
locales, dont neuf ont été reconnues diterranée est: www.sunandwind.it chéologique de Chellah et surtout le rap-
comme Antennes culturelles locales. port continu et incessant avec la Fonda-
Le site Internet du projet, entièrement Balat – European Social Fund tion Anna Lindh pour le dialogue entre
en italien est: www.sviluppoecultura.it Le lien entre le développement culturel les cultures, installée à Alexandrie
et on peut y télécharger même le texte et la formation du capital humain est un d’Egypte, et avec son réseau italien, ont
de la recherche, qui sera bientôt pu- élément décisif pour la poursuite de garanti une confrontation permanente
bliée. D’un grand intérêt la partie stratégies durables à moyen et long ter- sur les thèmes du développement et du
consacrée à la coopération culturelle me. Réaliser des parcours de formation patrimoine. C’est justement le Secréta-
euro-méditerranéenne et aux organisa- dans des secteurs, étant reliés à la ges- riat de l’ALF à Alexandrie en Egypte, qui
tions internationales œuvrant dans le tion intégrée du patrimoine culturel et a voulu souligner les intérêts communs
secteur culturel. notamment dans le cadre de la restaura- qu’il a noué avec le Coppem, dès sa fon-
tion du patrimoine culturel architecto- dation, en présentant dans le cadre des
Sun&Wind – LIFE nique, est le but du projet Balat – finan- travaux de la IV Commission, lors de la
Les buts du projet Sun&Wind, coor- cé par le Fonds Social Européen, dans le XII Assemblée du Coppem, au mois de
donné par la Mairie de Palerme, sont cadre du programme d’Education et For- décembre dernier, la proposition de pro-
centrés sur des thèmes d’une actualité mation Technique Supérieure. Le pro- jet: «La Nuit du Dialogue». «La Nuit du
stricte et pressante. Le récent rapport de jet, qui se déroulera à Mazara del Vallo, Dialogue», promue par l’ALF, dans le
l’IEMed de Barcelone (2005) sur l’état est destiné à la formation d’environ cadre de la Campagne 1001 Actions
des Villes méditerranéennes, met en trente opérateurs œuvrant dans le sec- pour le Dialogue (www.1001actions.org),
évidence le fait que les politiques axées teur de la restauration, aussi bien de na- et par le Coppem, prévoit la réalisation,
sur la durabilité urbaine représentent un tionalité italienne qu’immigrés rési- la même nuit dans au moins dix villes eu-
défi déjà en cours et par rapport auquel dents en Italie; il s’agira d’un travail pré- ro-méditerranéennes, d’événements cul-
les réponses sont encore aujourd’hui paratoire à la réalisation d’actions et turels ayant trait au Dialogue entre les
non adéquates et en retard. Il est donc projets avec la Tunisie voisine dans le cultures et entre les peuples, visant à
nécessaire de s’équiper convenable- cadre des programmes de récupération l’échange et au mélange de traditions
ment, surtout dans le secteur énergé- urbaine. Le site du projet, en italien, est aux racines communes, réalisés à travers
tique, ayant une valeur géostratégique, www.istitutoadriamazara.it. les multiples formes d’expression de
même à l’échelon international. Re- De plus, à côté des activités et projets, le l’Homme, mais reliés par le même objec-
prendre les techniques de construction secrétariat de la IV Commission du Cop- tif de la reconnaissance identitaire de soi
traditionnelles, tout en employant des pem, a noué des relations entre acteurs et de l’autre. La Fondation Anna Lindh
matériaux innovants, susceptibles de de la coopération culturelle et institu- sera responsable des actions de divulga-
maintenir une température constante, tions régionales, nationales et internatio- tion et dissémination de l’initiative, tan-
sans conditionnement d’air d’aucune nales, afin non seulement de systématiser dis que le Coppem remplira les fonctions
sorte, dans les plus grandes villes de la les résultats acquis au cours des actions et de Secrétariat et de lien entre les Admi-
Méditerranée, pourra contribuer de ma- projets et d’optimiser leur durabilité, nistrations concernées.

COPPEMNEWS 14
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

PROGRAMME «PROGRESS» CONTRE LES DISCRIMINATIONS


APPEL DE LA V COMMISSION AFIN DE LES PRÉVENIR ET LES COMBATTRE DANS LE MONDE DU TRAVAIL
PAR GIOVANNA CIRINO LE RAPPORTEUR DE LA V COMMISSION DU COPPEM

Madame Janine Haddad, française, vice- créatifs sur MTV, 47 programmes diffé-
président du Conseil Régional d’Ile-de- rents de formation à l’anti-discrimina-
France, spécialiste des rapports entre tion, 31 études et 21 concours dans les
l’Europe et les pays de la Méditerranée, écoles, ainsi que le concours Eurovision
est le nouveau Président de la V Com- de la chanson s’étant tenu à Helsinki. Et
mission du Coppem: «Egalité des encore les campagnes publicitaires me-
Chances». Mme Haddad, qui prend la nées en Autriche et en Belgique tout
place de Mme Lucile Schmid, pendant comme les festivals de musique et les fes-
la XII Assemblée Générale de Palerme, tivals des jeunes si importants, s’étant
a débuté les travaux de la cinquième déroulés en France et à Chypre et ayant
commission en illustrant les actions me- véhiculé le message de la diversité: voilà
nées au cours de 2007, en s’arrêtant no- autant de sujets au centre du débat. Le
tamment sur les liens noués avec des as- Ministre italien du Travail a présenté le
sociations euro-méditerranéennes, des projet d’une pastille rose dénommée
universités, des institutions et des ré- Palerme, représentants des collectivités «SONO» - Stesse Opportunità Nuove
seaux. Le but de la V Commission est de locales et territoriales, de la rive nord et Opportunità (Chances Egales Chances
décliner le thème de l’Egalité des de la rive sud de la Méditerranée, afin Nouvelles), à propos de qualité des em-
Chances sous plusieurs formes: le dia- qu’ils s’engagent à prévenir et lutter plois et genre. En Lituanie, le bureau de
logue entre les deux rives de la Méditer- contre la discrimination au travail, en l’Ombudsman pour l’égalité des chances
ranée, la confrontation continue sur les mettant en œuvre des politiques et des a été sélectionné pour un prix de la télé-
différents aspects législatifs, la réflexion instruments aptes à améliorer l’inclusion vision nationale et les nouveaux parte-
sur la signification de la lutte contre les sociale et dans le monde du travail dans nariats, créés en vue de promouvoir
discriminations dans un monde en une optique globale de développement l’égalité, ont été de la plus grande im-
constante évolution, le renforcement et de mobilité. Les rapporteurs et les ex- portance. Pour la première fois, les Etats
des relations en réseau et la sensibilisa- perts de la V commission ont analysé membres ont développé des stratégies
tion de l’opinion publique quant aux bé- certains projets, tels que par exemple nationales axées sur toutes les causes de
néfices apportés par une société valori- l’Eu partnership for peace project, en discrimination, en entamant un dia-
sant les diversités, en offrant à tous les avançant quelques propositions pour le logue entre les différents ministères et la
citoyens des opportunités égales sans proche avenir, conscients du fait qu’il y soi-disant «société civile», autant d’ini-
discrimination aucune. En 2008 une a encore bien des discriminations pré- tiatives visant à faire de l’égalité des
nouvelle initiative de la Commission sentes dans la société. Une enquête chances une réalité pour tous en Europe.
européenne va aborder le problème de la d’Eurobaromètre, publiée au début de Le but de la V Commission du Coppem
discrimination hors de son poste de tra- cette année, a souligné que seul un tiers est de faire de sorte, à partir des résultats
vail. En effet, des enquêtes récentes ont des citoyens de l’UE interviewés esti- positifs issus de l’Année européenne,
souligné que malgré la législation pro- maient connaître leurs propres droits, au que ses activités aient un effet durable et
gressiste de l’UE – visant à lutter contre cas où ils seraient victimes de discrimi- de soutenir un travail commun, afin de
les discriminations fondées sur le sexe, la nations ou persécutions. donner de l’essor à la participation des
race ou l’origine ethnique, la religion, les Droits, représentativité, reconnaissance femmes à la vie politique et sociale, en
tendances sexuelles, l’âge et les handi- et respect, voilà les concepts-clés qui ont favorisant la suppression de tout cliché
caps – bien des citoyens ignorent leurs été réaffirmés lors de la rencontre de Pa- et préjugé. Pour utiliser des mots de Pier
droits et ils ne savent même pas com- lerme, par les déléguées qui ont bien rap- Virgilio Dastoli, le directeur du bureau
ment les faire valoir. Les meilleures idées pelé les objectifs préfixés à l’occasion de de représentation en Italie de la Com-
élaborées au cours de l’année seront l’Année européenne de l’Egalité des mission européenne: «Il y a un pont
mises en valeur dans le cadre du nou- Chances pour tous, célébrée en 2007, entre garantie des droits et du principe
veau programme PROGRESS. Une in- touchant à sa fin. On a même cité les d’égalité des chances et le dialogue entre
vitation explicite a été adressée par la V nombreuses activités lancées dans les les différentes cultures, dont les bases
commission du Coppem, «Egalité des pays de l’Union: des prix pour la diversi- sont le respect envers les différences et la
Chances», à tous les délégués présents à té décernés aux entreprises, des spots volonté commune de confrontation».

15 JANVIER 2008
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

MME JANINE HADDAD À LA TÊTE DE LA V COMMISSION


ELLE A MENÉ UNE INTENSE ACTIVITÉ POLITIQUE ET ADMINISTRATIVE EN FRANCE

JANINE HADDAD, VICE-PRÉSIDENTE DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE, CHARGÉE DES


AFFAIRES INTERNATIONALES ET EUROPÉENNES

• Conseillère municipale de Sarcelles, Val d’Oise – 1989


• Adjointe au maire de Sarcelles, Dominique STRAUSS-KAHN, chargée de l’action so-
ciale et de la petite enfance – 1995
• Conseillère régionale d’Ile-de-France – 1998
• Présidente de la Commission des Finances du Conseil régional d’Ile-de-France – 2002
• Chargée de suivre les travaux de la Convention sur l’avenir de l’Union auprès de Jean-
Paul HUCHON, Président de la Région Ile-de-France – 2002
• Conseillère régionale et Vice-présidente en charge des actions internationales et eu-
ropéennes de la Région Ile-de-France - 2004
• Présidente de la Commission Egalité des genres de Cités et Gouvernements Locaux
Unis (CGLU) – 2005
• Secrétaire générale Europe de Metropolis (Association mondiale des Métropoles et
des Villes capitales) - 2006

Janine Haddad, personnalité importante suite, et c’est une des principales rai- sant état d’avancements importants et
du monde politique français à été nom- sons pour laquelle j’ai souhaité parti- de propositions très concrètes, qui me
mée à la présidence de la 5ème Com- ciper au Coppem, pour le choix de permettent d’envisager nos travaux de
mission qui s'occupe de la condition fé- travailler sur le processus Euro médi- la manière la plus optimiste. Le choix
minine dans l'espace public and des terranée. Les relations entre l’Europe de la commission, lors de sa création,
égalités des chances. Convaincue défen- et les pays du de la Méditerranée a été de travailler sur l’égalité des
seuse de la politique Euro-Méditerra- constituent un sujet sur lequel je tra- chances dans tous les secteurs de la
néenne, elle a mûri une expérience pré- vaille depuis déjà plusieurs années, au vie et je tiens énormément à cette
cieuse dans le cadre des charges acquit- sein du Conseil Régional d’Ile-de- pluralité. Il est indispensable d’abor-
tées au Conseil Régional Ile-de-France, France, et que j’essaie d’approfondir der autant le droit des femmes, la lut-
dès que l’occasion m’en ait donné. De te contre les violences, l’éducation au
A l’occasion de la XIIème Assemblée plus, cette année, la France sera tout respect, que l’égalité dans tous les do-
Générale du Coppem, j’ai eu l’hon- particulièrement au cœur de cette maines, professionnels, sociaux, mais
neur d’être élue Présidente de la cin- problématique avec le sommet prépa- aussi dans la participation à la vie pu-
quième commission, chargée de l’éga- ré par le gouvernement, qui devrait se blique. La présence des femmes dans
lité des chances. Un honneur dont je tenir au mois de juin, et en prévision l’espace public était en effet le sujet
remercie à nouveau le Président et les de la Présidence Française de l’Union de la cinquième commission pour la
Vice-présidents. C’était également la Européenne. Enfin, la cinquième dernière assemblée générale et il est
première fois que je participais aux commission. J’ai l’occasion de partici- primordial car il traduit de manière
travaux du Coppem, que j’ai trouvé per régulièrement à des commissions plus globale la place des femmes dans
très intéressants à divers points de sur l’égalité des chances, au niveau la société. Ainsi, je souhaite conti-
vue. Tout d’abord, j’ai apprécié la qua- européen et international, et notam- nuer le travail très bien commencé de
lité des interventions, démontrant ment au sein de CGLU. Cependant, la commission «Egalité des chances»
une grande expérience et une réelle j’ai rencontré à Palerme des femmes avec comme maîtres mots la transver-
franchise, notamment politique. En- apportant des témoignages précis, fai- salité et l’opérationnalité.

COPPEMNEWS 16
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

LE MANQUE D’ÉGALITÉ NUIT TANT AUX HOMMES QU’AUX


FEMMES
EN TURQUIE LE PROCESSUS POUR L’ÉGALITÉ DES GENRES AVANCE, MAIS IL RESTE ENCORE BEAUCOUP À FAIRE
PAR ZEYNEP KARAHAN USLU LE PRÉSIDENT DU TURKEY RESEARCH CENTRE AYDIN UNIVERSITY D’ISTANBUL

Bien que la définition des femmes: «archi- ve à la Protection de la Famille a été adop- gnificatifs ont été accomplis, en garantis-
tectes de la société», reflète une vérité, tée visant à prévenir les violences domes- sant l’égalité des genres dans la vie pro-
dans l’histoire mondiale il n’y a jamais eu tiques; Le nouveau Code Civil turc conte- fessionnelle. A moyen terme, on s’attend
de périodes, où les femmes aient partagé le nant des dispositions plus égalitaires est à ce que ces changements entraînent une
monde avec les hommes de façon paritai- entré en vigueur en 2002; La loi relative à augmentation de la population féminine
re. Cette inégalité profonde et fondamen- la création des Tribunaux Familiaux a été active, qui s’est stabilisée sur des niveaux
tale porte atteinte non seulement aux adoptée par la Grande Assemblée natio- plutôt bas dans notre pays. A cette fin,
femmes mais également aux hommes, nale turque et est entrée en vigueur le 18 des programmes de formation profession-
avec qui elles partagent le même monde. janvier 2003; Le nouveau Code Pénal nelle et des activités ayant trait au micro-
Je crois que la nouvelle action de la V turc, rédigé dans le but d’assurer l’égalité crédit sont menés à bien. Il faut égale-
Commission du Coppem va représenter de genre, a été amendé moyennant ment souligner le fait que le nombre de
une valeur ajoutée d’une grande impor- l’adoption de dispositions législatives pré- femmes dans le processus de décision et
tance. En d’autres mots, améliorer la posi- voyant des sanctions sévères, afin de pré- dans la politique n’est pas satisfaisant.
tion des femmes, protéger ses droits et ses venir la violence à l’encontre des femmes. Même si les femmes ont atteint des rangs
intérêts, exploiter son potentiel et assurer Il est entré en vigueur le 1er juin 2005; élevés, comme cela a été le cas une fois en
l’égalité des genres sont devenus autant Une autre amélioration importante est Turquie, lorsqu’une femme a été nommée
d’éléments d’un accord commun entre la l’entrée en vigueur, en novembre 2004, de Premier ministre, à présent les femmes
communauté internationale et les autori- la loi institutionnelle concernant le méca- parlementaires qui siègent dans la Gran-
tés nationales, en renforçant ainsi les at- nisme national pour l’égalité de genre. de Assemblée nationale turque sont au
tentes par rapport à la disparition de cette Même si ce mécanisme national a été nombre de 50, ce qui représente 10% du
inégalité universelle d’ici la fin du siècle. créé en 1990, les activités y étant reliées total. Le nombre de femmes s’avère in-
L’une des contributions de cette politique avaient été menées sans aucune base juri- adéquat même au sein du gouvernement
à l’égard des pays, où l’inégalité de genre dique. Grâce à cette base juridique, le local. Lors des élections locales de 2004,
est en train de diminuer, est le développe- mécanisme national arrivera à œuvrer 18 femmes furent élues maire, mais nous
ment atteint aussi bien dans le domaine avec plus d’efficacité; Conformément au avons déjà commencé de déployer tous
des affaires que dans d’autres secteurs. nouveau droit communal, les municipali- nos efforts, afin d’augmenter le nombre
Cela est dû surtout au fait que l’intégra- tés comptant plus de 50.000 habitants et de femmes dans les fonctions du gouver-
tion des femmes dans la vie sociale permet les municipalités plus grandes sont tenues nement local et national. Toutefois, en
un emploi productif des ressources hu- de fournir un abri aux femmes et aux en- Turquie, la proportion de femmes dans les
maines dans ces pays-là. En ce sens, le fait fants. Il sera donc possible de délivrer des métiers nécessitant des compétences spé-
que la Turquie ait signé, sans réserve au- services de prévention et de protection cifiques est assez élevée.
cune, la Déclaration de Pékin et qu’elle des femmes ayant subi des violences; De nos jours, dans le cadre de l’Universi-
soit dans les vingt premiers Etats signa- Conformément au susdit droit, le Conseil té, le pourcentage de femmes parmi les
taires du Protocole Optionnel à la citadin se compose des représentants personnels enseignants est de 36% et
Convention, atteste l’engagement de ce d’institutions publiques, d’ONG, de syn- 25% des professeurs des Universités sont
pays quant à l’élimination de la discrimi- dicats, d’universités et d’ordres profes- des femmes. Dans les autres secteurs, les
nation de genre à l’égard des femmes. Le sionnels. Les décisions des Conseils cita- femmes sont 31% chez les architectes,
Protocole Optionnel est entré en vigueur dins, prises suivant le principe de partici- 29% chez les médecins et les chirurgiens
en Turquie en janvier 2003. En l’espèce, pation et d’administration décentralisée, et 26% chez les avocats. Pour en arriver
pour ce qui concerne le processus d’adhé- sont également débattues au sein du à la conclusion de mon exposé, malgré
sion de la Turquie à l’Union européenne, Conseil municipal; Je suis en outre fier les réformes juridiques et les résultats qui
en plus des si importants amendements à d’avoir proposé le projet de loi relatif au évidemment en découlent, en sachant
la Constitution, ayant rendu l’égalité des congé parental rémunéré pour les enfants bien que les progrès atteints ne suffisent
genres une responsabilité fondamentale d’employés du secteur public et du secteur pas, je voudrais réaffirmer notre détermi-
de l’Etat, les normes principales du systè- privé, déterminant la durée d’absence au- nation et remercier tous les participants
me juridique turc ont été complètement torisée, qui peut être de 16 à 18 semaines; pour les efforts que nous avons faits en-
modifiées dans cette même perspective. Grâce aux modifications apportées au semble, afin de contribuer à un monde
Dans ce contexte: En 1998 une loi relati- Code du Travail en 2003, des progrès si- meilleur pour les femmes.

17 JANVIER 2008
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

LE GRAND DÉFI POUR L’ÉGALITÉ AU MAROC


LES DIFFICULTÉS MAJEURES CERNÉES DANS L’EXERCICE DES ACTIVITÉS POLITIQUES ET DANS LA VIE DU PARTI
DI OUAFAE BENFEDDOUL CONSEIL MUNICIPAL DE RABAT (MAROC)

Le Maroc, au cours de ces dernières an- cain est reprise dans le Code électoral et longues luttes des ONG féminines. Les
nées, a vécu d’importantes transforma- dans la Loi sur les organisations poli- quotas de représentation des femmes au
tions concernant le rôle des femmes, aus- tiques. Conformément au Code électo- sein des organes consultatifs et délibé-
si bien dans l’espace public que dans la ral, sont électeurs les citoyens marocains rants des partis politiques sont de 20%,
sphère privée. Face au droit, dans l’espa- des deux sexes, âgés de dix-huit ans révo- un pourcentage inscrit au statut de cer-
ce public, les femmes sont des sujets au- lus, jouissant de leurs droits civils et poli- tains partis, mais qui n’est pas généralisé
tonomes. Le principe d’égalité et de non- tiques, n’étant dans aucun des cas d’inca- à tous. De toute façon, les partis poli-
discrimination entre homme et femme pacité prévus par la loi. La Loi sur les or- tiques ne fixent aucun quota pour les
est sanctionné par la Constitution maro- ganisations politiques reconnaît aux ci- candidatures aux élections locales, pro-
caine, en particulier pour ce qui concer- toyens marocains majeurs des deux sexes vinciales et régionales. A l’échelon local,
ne les droits politiques, civils et le droit le droit d’adhérer librement à tout parti la pratique de la «démocratie interne» au
au travail. L’égalité des droits, proclamée politique légalement constitué, dont le sein des partis détermine de manière né-
par la Constitution marocaine et par les statut impose un nombre proportionnel gative la désignation des têtes de liste. En
Traités internationaux souscrits par le de femmes et de jeunes devant siéger cas d’élection, les femmes marocaines
Maroc, est confirmée par plusieurs textes dans les instances dirigeantes des partis. souffrent de l’appétit des hommes, tous
législatifs, dont ceux qui concernent Quant aux problématiques liées à la par- désireux de devenir président d’une com-
l’élection et la composition du Parle- ticipation dans les organismes de masse, mune ou au moins le vice-président (à
ment. Mais les données sur la participa- on enregistre encore aujourd’hui un titre d’exemple, à la tête de la Mairie de
tion politique des femmes démontrent faible taux d’adhésion aux partis, tant la capitale du Maroc, il n’y a même pas
toutefois que la pleine égalité des sexes, pour des raisons conjugales et familiales, une femme élue vice-président, il est tou-
en fait, n’existe pas, même si ces der- que pour raisons sociales, ce qui im- tefois possible de trouver, même si excep-
nières années quelques progrès ont été plique: une participation insignifiante tionnellement, la présidence d’une com-
enregistrés. La présence féminine s’avère des femmes à la cellule, au cercle, à la mune rurale occupée par une femme).
modeste dans les lieux de pouvoir et de section de parti; une présence exiguë aux Au niveau régional, il n’y a pas de quotas
décision, mais les femmes ont acquis les réunions, aux meetings, aux congrès or- préétablis, ce qui pousse la conseillère lo-
moyens d’une participation active dans ganisés tard le soir et les week-ends; ab- cale à lutter pour obtenir un siège dans le
le secteur associatif. Cependant, depuis sence de contact avec les citoyens et mê- conseil régional au moyen de la «démo-
le 6 septembre 2000, le jour où SM le Roi me avec les membres du parti; manque cratie interne» au sein du parti politique
Mohammed VI a nommé pour la pre- d’expérience politique à l’échelon local, et donc moyennant un vote interne.
mière fois une femme à la tête du Minis- régional, national. De plus, il nous doit Un autre terrain de bataille qui n’est pas
tère des Affaires Sociales, la présence fé- de constater une faible participation de favorable aux femmes, pour les raisons
minine au Gouvernement, aussi limitée la femme au niveau des organes diri- précisées ci-haut, est celui de la constitu-
soit-elle, est en croissance. geants des partis pour de multiples rai- tion du Bureau du Conseil. En conclu-
La Constitution garantit à tous les ci- sons: absence de femmes responsables à sion, le jeu demeure ouvert dans ce
toyens les droits politiques et civils. l’échelon local; multiplicité de fonctions «grand défi» pour renforcer la pratique
L’égalité des chances dans le droit privé chez elle aussi bien que hors de son foyer; de l’égalité des chances au Maroc au ni-
marocain s’appuie sur quelques points si- la concession dans les cas d’alternance au veau de la représentation politique des
gnificatifs repérables dans le Code de la niveau des responsabilités locales et na- femmes. Les partis politiques joueront un
famille et dans le Code du travail. Le pre- tionales s’accorde souvent au détriment rôle positif, en adoptant les quotas au ni-
mier garantit les droits de la femme (dans de la femme. Un volet à part concerne veau des candidatures locales, provin-
le préambule du code) et assure l’égalité les limites dans l’attribution des quotas ciales et régionales, tandis que les
de traitement entre les hommes et les pour les femmes, ce qui représente la por- hommes devront prendre conscience
femmes. Le Code du travail, au-delà du te d’entrée de la participation des qu’ils ont un seul partenaire dans la lutte
préambule, fort important, sanctionne femmes au pouvoir décisionnel, en res- contre la pauvreté et le chômage, en la
l’interdiction des discriminations en ma- tant toutefois proportionnels et limités personne de la femme, justement. La
tière d’emploi et en milieu professionnel non pas au niveau local mais national. femme est l’artisan du développement
ainsi que l’égalité des salaires. L’égalité L’usage des quotas a pratiquement été dé- humain, mais pourquoi pas du dévelop-
des chances dans le droit public maro- tourné des objectifs poursuivis durant les pement local et régional?

COPPEMNEWS 18
XII ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

UN NOUVEL INSTRUMENT DE COHÉSION POUR LA


JEUNESSE
IL EST FONDAMENTAL DE RÉORIENTER LES NOUVELLES GÉNÉRATIONS VERS UNE COOPÉRATION ÉTROITE
PAR GEHAD GALAL AMER RESPONSABILE PER IL PROGRAMMA EUROMEDITERRANEO SULLA GIOVENTÙ IN EGITTO

Permettez-moi tout d’abord de vous dire


combien je vous sais gré d’être ici parmi
vous. C’est un véritable honneur que de
faire partie de la famille du Coppem,
mais c’est aussi une grande responsabili-
té, non seulement par rapport aux enga-
gements au sein de ma commission,
mais également pour ce qui est des buts
du Coppem à atteindre et en ce qui
concerne le travail a mener en harmo-
nie avec tous mes illustres partenaires.
J’ai acquis mon expérience en qualité de
chef d’Unité Euro-Med Jeunesse en
Egypte; cette unité, qui est affiliée au
Conseil National de Jeunesse, travaille
afin d’atteindre les objectifs du Proces-
sud de Barcelone dans la section Jeunes-
se et société civile. Le programme Euro-
Giovanna Cirino et Gehad Galal Amer
Med Jeunesse (Euro-Med Youth) est un
programme régional créé dans le troisiè-
me volet du processus de Barcelone, qui
se nomme «Partenariat dans le secteur nérations à venir à une coopération de qui œuvrent dans le cadre d’organisa-
social, culturel et humain». La Déclara- plus en plus étroite entre les partenaires tions juvéniles, d’organisations civiles
tion de Barcelone, adoptée en 1995, a euro-méditerranéens». Le programme qui ont affaire à des jeunes. Le program-
jeté les bases pour le programme Euro- Euro-med Jeunesse porte sur la mobilité, me a été conçu, afin de faciliter les ren-
Med Jeunesse, en soulignant que «les l’éducation non formelle et l’apprentis- contres, les partenariats et les réseaux
échanges entre les jeunes devraient être sage interculturel entre les jeunes, des au sein du partenariat euro-méditerra-
les instruments aptes à préparer les gé- jeunes leaders et des jeunes travailleurs, néen. Le programme Euro-med Jeunesse
devient de plus en plus important dans
le cadre de la politique européenne de
voisinage, qui a mis en exergue le rôle
fondamental du dialogue entre civilisa-
tions et des relations humaines entre les
peuples de l’Europe élargie et leurs voi-
sins. La coopération directe «People to
peopl», c’est-à-dire entre les sociétés ci-
viles, peut contribuer de manière remar-
quable à la stabilité politique, au déve-
loppement économique et à la cohésion
sociale dans les régions. Je ne vais pas
trop m’attarder. Je souhaite que nous
réussissions à profiter de notre expérien-
ce pour atteindre non seulement les ob-
jectifs de chaque commission, mais tous
les objectifs du Coppem. Avec vous, je
souhaite pouvoir développer mon baga-
ge d’expériences et je m’engage à tra-
Ouafae Benfeddoul et Fatiha Bakkali vailler pour arriver à nos fins.

19 JANVIER 2008
COMMENTAIRES

UN MOTEUR POUR LE PARTENARIAT EURO-MÉDITERRANÉEN


DÉBAT OUVERT SUR LA RELANCE DU PROCESSUS DE BARCELONE
PAR FABIO PELLEGRINI LE PRÉSIDENT FONDATEUR DU COPPEM

modestes avec des mécanismes d’utilisa- économiques. Mais l’Union Européen-


tion ni simples ni efficaces du tout. Cer- ne n’a pas de force, n’a pas de cohésion
tains objectifs envisagés par le «Proces- ni d’unité d’intentions: les Etats sont
sus de Barcelone» sont issus d’autres faibles et leurs cadres n’ont pas les idées
succès, comme la croissance et le ren- bien claires, ils sont confus, ils n’ont pas
forcement du rôle des sociétés civiles, d’autorité ni de qualités politiques à la
étant liés à la croissance économique, hauteur des défis, cependant ils empê-
au fonctionnement des institutions pu- chent ou bien, dans le meilleur des cas,
bliques, à l’existence d’un Etat de droit, ils retardent un processus d’intégration
à la diffusion du secteur privé, à la crois- plus avancé et une Union économique,
sance et à la stabilisation de systèmes politique et institutionnelle, afin de
démocratiques en tant que tissu de sy- pouvoir définir des politiques com-
nergies. La société civile doit s’entendre munes, de prendre des décisions rapides
comme une formation articulée de la so- et efficaces, de parler à une seule voix et
ciété qui s’accroît grâce à des formes de mettre à disposition les ressources
d’association de tout genre: écono- économiques et financières pour sup-
miques, sociales, syndicales et patro- porter et atteindre des objectifs ambi-
nales, professionnelles, culturelles, poli- tieux sur le plan international et, en
Fabio Pellegrini
tiques (les partis), etc. Certes, rien ne l’espèce, dans le cadre de la Méditerra-
reste statique, figé, immobile: bien des née. Ce n’est pas en accumulant des ré-
réalités bougent et se transforment, sultats, aussi positifs soient-ils, concer-
Douze années se sont écoulées depuis la mais les tendances sont lentes par rap- nant un nombre limité de projets plus
Déclaration de Barcelone (27-28 no- port aux défis dérivant de solutions à ou moins importants, que l’on pourra
vembre 1995) et bien qu’il soit coutume des problèmes ne laissant pas assez de promouvoir et accompagner un si pro-
de dresser les bilans seulement à la fin temps pour les trouver: la création de fond bouleversement qui demande, jus-
de tout parcours, nous pouvons au millions d’emplois en recrutant en mas- tement, tant de ressources mais égale-
moins faire le point sur la situation à se des jeunes, qui autrement n’ont plus ment une vision stratégique de grande
trois ans de la date limite, ce fameux qu’à se résigner et à mourir d’ennui, à se envergure, tout comme des relations dé-
2010, avant lequel l’un des objectifs les révolter ou à émigrer, même clandesti- mocratiques entre les partenaires.
plus importants devrait être atteint, ce- nement, à la recherche de meilleures Nous n’avons pas été les seuls à consi-
lui de la création d’une zone de libre conditions de vie. L’émigration ne peut dérer négativement le mécanisme d’en-
échange euro-méditerranéenne. Un être une solution pour régler le problè- tente bilatérale entre les pays membres
but, ce dernier, qui réclame quelques ré- me de l’emploi. Elle peut mitiger de ma- de l’Union Européenne et les PTM, le
formes importantes à caractère écono- nière temporaire les tensions et satisfai- Parlement européen a fait pareil, en
mique, social, politique, juridique et re les besoins des pays européens néces- proposant de dépasser une démarche
institutionnel, telles à modifier profon- sitant une main d’uvre nouvelle, mais à lente et complexe, en chargeant la
dément la nature essentielle des pays moyen et long terme on court le risque Commission européenne de définir les
tiers méditerranéens. d’une paupérisation des ressources hu- conventions avec les PTM, en augmen-
Autant de processus de transformation maines, ce qui pourrait compromettre tant son efficacité et la possibilité de
profonde qui demandent non seulement les opportunités d’une croissance locale. réaliser des projets de partenariat. Les
une volonté et une stabilité politique, Le «Processus de Barcelone» devrait Etats, dans ce cas-là aussi, en réservant
mais également du temps, des instru- produire, après l’échéance de 2010, une pour eux ces compétences, ont engen-
ments et des ressources financières révolution pacifique de la réalité dans le dré un mécanisme inefficace et relégué
considérables. Ces conditions ne sont Bassin méditerranéen, à travers une la Commission à un rôle déficitaire. De
pas toutes remplies, pas même dans tous considérable utilisation de ressources plus, les relations bilatérales entre les
les pays méditerranéens; les ressources humaines, d’apports culturels et intel- Etats n’ont pas permis aux collectivités
mises à disposition pour créer les condi- lectuels, d’innovation et de transferts de territoriales de s’intégrer et d’apporter
tions de la réussite des réformes ont été nouvelles technologies, de ressources leur contribution par rapport au parte-

COPPEMNEWS 20
COMMENTAIRES

nariat euro-méditerranéen. A la lumière reille pourrait stimuler l’intérêt des cembre, a dressé un consistant dossier à
de ces résultats modestes, il s’avère d’au- riches Pays arabes du Golfe disposant à ce sujet, mais les termes et le caractère
tant plus nécessaire de créer un Comité présent déjà de considérables ressources de cette fameuse «Union» ne sont pas
permanent, qui représente les collecti- (les soi-disant pétrodollars), mais atti- encore très clairs. On parle beaucoup de
vités territoriales, comme cela a été ré- rées par les opportunités d’affaires à complémentarité par rapport au «Pro-
clamé même par le Parlement européen l’Occident plutôt que d’investir dans les cessus de Barcelone», mais d’après ce
et le Comité des Régions. La naissance pays arabes méditerranéens et dans qui a été dit et entendu, on dirait que
de l’Assemblée Parlementaire Euro-mé- l’Afrique du nord. A l’en croire à cer- l’on pense à quelque chose d’autre.
diterranéenne (APEM) et de la Fonda- taines prévisions, dans les vingt pro- Lors de la dernière réunion à Lisbonne
tion Anna Lindt est au nombre des dé- chaines années, les pays arabes du Gol- des 37 Ministres des Affaires Etrangères,
cisions positives, qui vont profiter aux fe vont encaisser 24 mille milliards de la proposition de Nicolas Sarkozy a été
échanges institutionnels, en appuyant dollars de la vente du pétrole et du gaz. débattue et accueillie avec faveur à
la coopération et le dialogue intercultu- Si seulement la moindre partie de cette quelques nuances près. L’idée prédomi-
rel par le biais de la Fondation, qui est considérable somme trouvait dans la nante est qu’elle devrait de toute façon
basée à Alexandrie d’Egypte. Banque la juste voie pour investir dans s’inscrire dans le «Processus de Barcelo-
Il faut également souligner le grave re- le bassin méditerranéen, le problème ne», et non pas être une alternative,
tard concernant la création d’une des ressources serait au moins ramené à pouvant de toute manière représenter
Banque euro-méditerranéenne. On a de plus justes proportions. Au cours de une impulsion de volonté politique et
parlé d’autres solutions, reliées à la BEI l’année dernière, on a avancé des pro- opérationnelle, susceptible de réaliser le
ou autres, mais c’est sur la Banque qu’il positions concernant une nouvelle ini- plus rapidement et efficacement pos-
faut insister, car c’est l’instrument le tiative institutionnelle. Le nouveau sible le projet d’un partenariat euro-mé-
plus structuré sur le plan opérationnel, Président de la République française, diterranéen. Mais c’est cela, ce que l’on
mais surtout pour ce qui est des disponi- aussi bien pendant la campagne électo- doit soutenir, même si les énigmes
bilités financières, pouvant être utilisées rale que par la suite, a lancé l’idée d’une concernant les intentions ne sont pas
dans le but de la coopération et du par- «Union Méditerranéenne». L’Assem- encore claires. En tout cas, cela doit être
tenariat. L’existence d’une Banque pa- blée Nationale française, au mois de dé- la position du Coppem.

21 JANVIER 2008
PROPOSITIONS ET COMMENTAIRES

L’AVENIR DE L’HUMANITÉ PASSE PAR CELUI DE SES VILLES


SÉMINAIRE À FAVARA SUR LA COOPÉRATION ENTRE LES COLLECTIVITÉS LOCALES
PAR NOUREDDINE SBIA LE PRÉSIDENT DU FORUM ALGÉRIEN POUR LA CITOYENNETÉ ET LA MODERNITÉ

A l’invitation de l’Administration mu-


nicipale de Favara, petite ville dans la
province d’Agrigente, s’est tenu le 29
novembre dernier, le Séminaire sur le
thème «La Coopération euro-méditer-
ranéenne entre les villes». Les travaux
ont été ouverts par le Premier adjoint au
maire de Favara, M. Filippo Lentini qui,
après avoir salué les participants, a affir-
mé considérer comme un fait d’un grand
intérêt pour la ville l’invitation que le
Coppem, à l’occasion du Séminaire, a
adressée à quelques-uns de ses membres
les plus prestigieux, dont M. le profes-
seur Said El Dakkak, M. le professeur
Ali Abu Ganimeh, M. le professeur Phi-
lippe Sanmarco, M. Nouredinne Sbia,
Mme Fatiha Bakkali, député du Parle-
ment du Royaume du Maroc.
Les éminents rapporteurs, dans leurs in-
terventions, ont exposé la possibilité
à droite: Noureddine Sbia
d’actions concrètes vis-à-vis de la co-
opération entre les Villes et les Régions
dans le Bassin euro-méditerranéen. De
telles actions pourraient se développer çon à assurer le développement durable rapprocher les Institutions locales au
surtout dans le domaine social et chez des villes, conformément aux standards sein de l’espace euro-méditerranéen et a
les jeunes. Aux travaux, ayant eu un internationaux, étant donné que «l’ave- placé ces initiatives dans le cadre de
modérateur attentif en la personne de nir de l’humanité dépend de celui de ses toute une série d’actions positives à
Francesco Sammaritano, a même parti- villes», comme cela a été opportuné- l’échelon international, auxquelles l’Al-
cipé le Secrétaire général du Coppem, ment souligné par l’Onu, lors de l’ou- gérie a participé avec intérêt, et de
Lino Motta. En particulier, Nourreddi- verture du Forum Urbain Mondial III, prises de position témoignant égale-
ne Sbia, le président du Forum Algérien ayant eu lieu à Vancouver (Canada). M. ment de l’engagement à favoriser de
pour la Citoyenneté et la Modernité, a le professeur Sbia a réaffirmé la ferme nouveaux processus de collaboration
affirmé que «la mondialisation des volonté de l’Algérie de s’ouvrir à l’éche- pour le développement, à partir des ef-
échanges et l’exigence, pour les villes de lon mondial et il a cité, dans cette pers- forts diplomatiques du Premier ministre
la Méditerranée, de s’élever au rang des pective, la fondation de l’Union du espagnol Zapatero pour l’Alliance des
grandes métropoles du Nord, pousse Maghreb arabe (UMA), en tant qu’ob- civilisations, lancée au sein de l’Onu en
l’Algérie à rechercher des formes de co- jectif stratégique de premier ordre, pour septembre 2004. Il faut faire davantage
opération, ayant une forte valeur ajou- traduire en réalité la zone de libre de progrès sur ce chemin, en favorisant
tée et, par conséquent, à nouer des rela- échange, tant envisagée, dans toute la une prise de conscience euro-méditerra-
tions de partenariat entre les organismes région; et encore, la création projetée néenne, et sortir des paradigmes liés aux
institutionnels des pays des deux rives d’une aire de libre échange arabe aussi problèmes de la sécurité et de leur co-
de la Méditerranée». bien que les accords souscrits avec le rollaire d’alarmismes, pour se réconci-
Ces accords sont à définir surtout entre Nigeria et l’Afrique du Sud permettant lier avec la grande tradition du dia-
les acteurs de la société civile, entre les de réaliser, en fait, un pôle de dévelop- logue, de la circulation des idées et de la
autorités urbaines et universitaires, par pement africain. coopération avantageuse, au profit du
le transfert de connaissances et l’échan- Le représentant algérien a donné acte progrès partagé et du développement
ge d’expériences et de savoir-faire, de fa- au Coppem des efforts accomplis pour commun de nos sociétés.

COPPEMNEWS 22
PROJETS

L’HÔPITAL VIRTUEL AU SERVICE DE LA MÉDITERRANÉE


LE SOUTIEN DU COPPEM POUR RENDRE OPÉRATIONNEL UN NOUVEAU RÉSEAU DE CENTRES D’EXCELLENCE
PAR PAOLO BINELLI LE PDG DE TELESPAZIO

Au début de 2005, suite à une intuition, Consulting, à travers HCSat, a identifié sin méditerranéen, jusqu’à s’étendre à
l’ingénieur Viliani d’Hospital Consulting un instrument innovant, susceptible de une grande partie du monde arabe: cela
(une réalité œuvrant sur le territoire ita- créer un véritable réseau de communica- veut dire que n’importe quelle station sa-
lien depuis plus de 20 ans et offrant des tion entre les différentes structures, ayant tellite, installée auprès d’une structure
Services au milieu hospitalier national), un impact simple et facile sur les utilisa- hospitalière, située dans l’aire de couver-
rencontrait à Florence Paolo Binelli de teurs, à même de permettre la confronta- ture du satellite, peut immédiatement se
Telespazio et M. Poggiolini de Telecom tion, le travail de groupe et l’échange connecter au réseau d’hôpitaux déjà opé-
Italia. A cette occasion, on mettait au d’expériences entre tous les sujets impli- rationnel en Italie et devenir immédiate-
point ce qu’il deviendrait en quelques qués. Chaque structure est un usager po- ment utilisateur et fournisseur de ser-
mois, en Italie, une réalité opérationnel- tentiel et en même temps un fournisseur vices. Les trois partenaires italiens ont
le: l’Hôpital Virtuel (HCSat). Grâce aux de services potentiel, grâce à la disponi- donc illustré leur projet au Coppem, qui
technologies mises à disposition par Te- bilité, auprès de chaque siège, d’une sta- a immédiatement cerné ses potentialités
lecom Italia et par Telespazio, qui a réali- tion satellite de taille réduite (1 m de énormes, c’est-à-dire la possibilité de
sé une infrastructure satellitaire unique diamètre environ), permettant de rece- créer en quelques mois un Hôpital Vir-
en son genre, et à l’obstination d’Hospi- voir et de transmettre des informations tuel embrassant tous les pays adhérents
tal Consulting, qui a conçu et rendu dis- jusqu’à 700 Kbit/s environ dans n’impor- au Coppem. A plein régime, l’Hôpital
ponible une série de services téléma- te quelle zone d’Italie, sans limites de na- Virtuel pourrait travailler de la manière
tiques pour les hôpitaux italiens et qui a ture logistique. Le projet est ambitieux et suivante: parmi toutes les structures hos-
surtout entrepris une action massive en les trois partenaires n’entendent pas s’ar- pitalières reliées entre elles, on choisirait,
vue de convaincre de la bonté de l’initia- rêter à ce résultat déjà si prestigieux, ils pour chacune des spécialisations, dans
tive ses bénéficiaires potentiels, déjà à sont en effet en train de travailler dans le lesquelles la médecine est subdivisée, 2
partir de la fin de 2007, 30 structures but d’étendre le réseau à 60 structures ou 3 centres d’excellence, et c’est à ces
hospitalières italiennes sont reliées en ré- hospitalières italiennes en 2008 et en ar- derniers que, suivant les cas, les autres
seau entre elles par des liens à large ban- river à 100 à la fin de 2009. Et ce n’est structures s’adresseraient en cas de
de pour l’échange d’informations et la pas tout, car le satellite sur lequel œuvre consultation ou d’urgence sanitaire: en-
mise à disposition au profit de tous du sa- le réseau couvre non seulement l’Italie, core une fois, chaque structure pourrait
voir-faire spécifique disponible. Hospital mais également toute l’Europe et le Bas- devenir un centre d’excellence ou le bé-
néficiaire d’un service. A titre
d’exemple, ci-après la liste de quelques-
unes des spécialisations déjà présentes
dans le réseau actuel: Allergologie, Der-
matologie, Cardiologie, Hématologie,
Maladies Infectieuses, Neurologie, Oph-
talmologie, Oncologie, Pédiatrie, Urolo-
gie etc. Comme il a bien été souligné, ce
projet est ambitieux et il y a quelques
mois on pouvait encore le cataloguer
dans le livre des rêves, mais aujourd’hui
les trois partenaires concernés sont
convaincus qu’en 2008, avec le soutien
du Coppem, l’Hôpital Virtuel Méditerra-
néen deviendra une réalité opérationnel-
le, en habilitant tous les sujets publics et
privés, reliés à HCSat, à des processus et
des méthodologies de communication
innovants, présentant des standards de
qualité et de sécurité élevés, que seul le
satellite bidirectionnel peut garantir.

23 JANVIER 2008
PROJETS

EN SICILE, UN CENTRE POUR LES MINEURS NON ACCOMPAGNÉS


LE GOUVERNEMENT RÉGIONAL INTERVIENT PAR UNE INITIATIVE ABORDANT UN ASPECT DRAMATIQUE DE
L’ÉMIGRATION
PAR BEPI LIMA LE REPRÉSENTANT DE L’ASSESSORAT DES POLITIQUES SOCIALES

gration du jeune en question. Ce n’est pas


un parcours facile, mais Monsieur l’asses-
seur Paolo Colianni a déjà alloué 6 mil-
lions d’euros pour la création de ces
centres, en déterminant même un modèle
opérationnel. Nous sommes de l’avis que
le Coppem, par son expérience et sa capa-
cité d’agrégation d’autant d’expériences,
peut accompagner l’Assessorat pour ce qui
est de la gestion de ce moment si impor-
tant, en vue de garantir un accueil digne
d’un pays civil. On a déjà repéré les struc-
tures qui devront accueillir cette initiative
avec l’Assessorat de la Région Sicilienne
délégué à la santé et au début de l’année
prochaine, nous devrions commencer par
une phase d’expérimentation. Le ministè-
re italien de l’Intérieur participera à cette
En 2005 aussi bien qu’en 2006 ce sont à tion, en effet, ce n’est que quelques-uns initiative qui d’après nous pourra devenir
peu près 1.500 les mineurs étrangers non qui arrivent à rejoindre leurs familles émi- un exemple d’accueil pour toute l’Union
accompagnés qui sont débarqués: puisque grées en Europe. Ce genre d’accueil ne Européenne, un exemple auquel on pour-
la loi italienne n’en prévoit pas l’expul- peut être considéré comme digne d’un ra ensuite se rapporter.
sion, il nous doit de nous occuper de leur pays civil, il est donc essentiel qu’au mo-
accueil. Au moment du débarquement de ment du débarquement il y ait une orga- Réalisation du documentaire «Les diffé-
l’embarcation, les mineurs sont pris en nisation prête à prendre en charge ces en- rents visages de l’Emigration»
charge par les forces de police, qui dans la fants, et surtout à entamer un parcours A notre sens, la connaissance du phéno-
plupart des cas ne parlent pas la langue du d’intégration réel dans une structure dotée mène de l’immigration est importante.
mineur et ne peuvent pas savoir quels sont des figures professionnelles essentielles, La Sicile le sait encore mieux, puisqu’el-
ses besoins réels. Ensuite, voilà c’est la re- pour garantir une véritable compréhen- le a vécu ce phénomène lors du premier
cherche fébrile d’une communauté pour sion de leurs exigences et inclinations. après-guerre. Ce concept d’accueil est
mineurs qui ait des places disponibles qui L’idée est de créer un centre temporaire particulièrement évident chez le peuple
commence; ces communautés n’ont géné- pour une période de pas plus de 3 mois sicilien, car ils savent bien ce que cela
ralement pas d’interprète ni de médiateur avec la présence de psychothérapeutes, veut dire que de partir à l’étranger et y
culturel, on n’a donc pas bien de mal à psychologues, assistants sociaux et éduca- trouver parfois un milieu hostile, où il est
comprendre, qu’au bout d’une semaine, à teurs, quelques-uns de la même langue difficile de s’intégrer. C’est pour cela que
peu près 70 pour cent des mineurs étran- maternelle que la leur (c’est pourquoi la capacité d’accueil de notre peuple est
gers, sans aucun point de repère, se sau- nous avons amorcé un parcours de colla- en moyenne plus développée que chez les
vent, en faisant perdre leurs traces. boration avec les pays de la Méditerranée, autres. Nous sommes persuadés que ce
Sur la base des données comparées avec pour que chacun puisse indiquer ces fi- qui favorise la capacité de connaissance
celles du Ministère italien de l’Intérieur, gures professionnelles). Au cours de ces 3 du phénomène peut contribuer à faciliter
parmi les 1.500 jeunes étrangers non ac- mois, on devra tout d’abord faire le scree- l’intégration des migrants qui arrivent en
compagnés qui arrivent, rien que 300 sont ning non seulement sanitaire du mineur, Sicile ou qui traversent l’île comme terre
par la suite régulièrement identifiés et en vérifiant aussi son origine effective, en de passage. M. Colianni a donc été très
conduits vers le parcours légal de l’inté- vue d’évaluer: 1. les possibilités d’attribu- content de pouvoir contribuer par l’ap-
gration. Cela veut dire que chaque année tion de la garde à sa famille d’origine; 2. port de son Assessorat à la réalisation de
rien qu’en Sicile, il y a 1.200 enfants qui l’assignation à des communautés mul- ce documentaire et à sa diffusion, afin de
très probablement seront les victimes de tiethniques effectivement dotées des fi- renforcer la capacité d’intégration, sur-
la criminalité organisée et de l’exploita- gures indispensables pour garantir l’inté- tout sur le plan culturel.

COPPEMNEWS 24
PROJETS

UN MASTÈRE POUR LA MÉDITERRANÉE


LE PROJET «MASTERMED» DÉVELOPPÉ EN SICILE PAR LE CENTRE DE FORMATION CEFPAS

Le CEFPAS (Centre de formation perma- sur le terrain, 60 heures de formation à ces composants TIC permettra également
nente et perfectionnement du personnel distance (FAD) et un examen final. Pour de soutenir la formation résidentielle et de
de santé), organisme instrumental de la la formation théorique, 540 heures de for- la coupler avec la formation à distance, de
Région Sicilienne, installé à Caltanisset- mation de base sont prévues, avec des la- créer un réseau entre les acteurs italiens,
ta, a entamé le projet «MasterMed - Lea- boratoires de langue arabe, anglaise et locaux et méditerranéens qui sont intéres-
der dans la méditerranéisation de la Sici- française, un laboratoire d’informatique et sés à adhérer au projet. Le volet commu-
le», ayant pris naissance d’une entente 4 modules de formation portant sur des su- nication accompagne l’évolution du pro-
avec le Ministère du Travail. Le CEFPAS, jets à caractère général (anthropologie jet et prévoit, pour sa phase initiale, une
institué par la Loi régionale 30/93, a dé- culturelle, systèmes politiques, sociaux, sa- action de publicisation, visant à présenter
buté son activité en janvier 1996 et depuis nitaires, économiques du bassin euro-mé- l’intervention et à mettre en réseau les dif-
lors des milliers d’ateliers de formation diterranéen) en plus de 500 heures de for- férents acteurs, à travers la réalisation de
d’excellence ont été réalisés outre les di- mation spécialisée/ professionnalisante en colloques, de rencontres, de brochures in-
zaines de projets novateurs nationaux, eu- 4 différents domaines thématiques: les sys- formatives, d’affiches, de publicité au tra-
ropéens et internationaux, axés essentiel- tèmes socio-sanitaires, les systèmes des vers des médias, de communiqués de pres-
lement sur le secteur social, des soins de collectivités locales et des organisations se et du site web du projet.
santé et du monde du travail. Ce projet vi- sans but lucratif, les systèmes bancaires et Dans sa phase finale, un colloque de clô-
se à réaliser un Master innovation, en vue les marchés de valeurs mobilières, le com- ture sera organisé et un volume rassemble-
de former un pool de jeunes diplômés, merce international. Pour la formation sur ra les résultats acquis, les contributions des
pour qu’ils remplissent la charge de leader le terrain 400 heures de stage sont prévues différents acteurs du réseau et les expé-
dans le processus d’internationalisation de en Italie, 400 heures de stage à l’étranger riences les plus intéressantes, dont les
l’économie sicilienne dans le bassin de la et 100 heures pour l’élaboration d’un Pro- meilleurs Project Works réalisés par les
Méditerranée, afin de mettre en œuvre, ject Work (travail sur projet). 60 heures stagiaires du Master. Le congrès d’ouver-
d’ici 2010, la zone de libre échange (Free de formation supplémentaires seront dis- ture s’est tenu le 17 novembre auprès du
Trade Area), envisagée par la Conférence pensées, utilisant la modalité de Forma- Cefpas, où de nombreuses autorités et un
de Barcelone de 1995. A la fin du par- tion à distance/e-Learning. A la fin de vaste public sont intervenus, avec la par-
cours de formation, les participants auront leur formation théorique, un certificat de ticipation totale d’à peu près 100 per-
acquis une bonne connaissance des réali- présence sera délivré aux participants, sonnes. On a notamment enregistré la
tés de l’univers sanitaire, social, écono- tandis que ceux qui auront fréquenté les présence du Secrétaire Général du Cop-
mique, bancaire et culturel des pays de la deux stages et réussi l’examen final, en ex- pem (Comité Permanent pour le Partena-
Méditerranée et des organismes interna- posant le Project Work qu’ils auront éla- riat Euro-méditerranéen des Pouvoirs Lo-
tionaux y œuvrant, et ils auront progressé boré, seront les titulaires d’un master. caux et Régionaux), Carmelo Motta, qui
dans leur connaissance de la langue arabe, Le volet technologie prévoit la réalisation a présenté l’état d’avancement actuel
anglaise et française. d’un site web, d’une plateforme KMS quant à la réalisation de la Free Trade
Les bénéficiaires du projet sont 80 jeunes (Knowledge Management System) et de Area, préconisée par la Conférence de
diplômés, au chômage, âgés de moins de l’«Agora», où se développera la commu- Barcelone. Le Secrétaire adjoint Antonio
30 ans, titulaires d’un diplôme universitai- nauté virtuelle de pratiques. La platefor- Montagnino a présidé les travaux. Le di-
re de niveau bac + 5 (au moins 105 points me KMS sera notamment le support pour recteur général des politiques d’orienta-
sur 110) avec des connaissances de base la diffusion des contenus d’e-Learning, tion et de formation du Ministère du Tra-
de la langue anglaise et en informatique, pour la création d’un répertoire de régle- vail, Vera Marincioni, a exposé un rapport
résidents domiciliés en Italie depuis au mentation générale et sectorielle des dif- sur la «Transnationalité et le renforce-
moins deux ans. Les volets les plus impor- férents pays, pour la mise en place de la- ment du capital humain: l’expérience du
tants du projet sont la formation, la tech- boratoires thématiques en ligne et de fo- Fond social européen dans le bassin euro-
nologie et la communication. Le volet rums, tandis que dans l’Agora on mènera méditerranéen», tandis que le Directeur
formation prévoit 2.000 heures en alter- des actions d’échange d’informations et Général du Cefpas, Rosa Giuseppa Frazzi-
nance, enseignement théorique et forma- d’expériences (analyse comparative) et on ca, a exposé le projet dans son ensemble.
tion pratique, d’une durée de 2 ans, s’arti- développera la rencontre de l’offre et de la Les médias imprimés et radiotélévisés, ré-
culant autour de 1.040 heures de forma- demande de biens, de services et d’oppor- gionaux et locaux, ont donné un grand re-
tion théorique, 900 heures de formation tunités d’emploi. Le développement de tentissement à l’événement.

25 JANVIER 2008
PROJETS

LE PROJET «RELATE» POUR LA PLANIFICATION URBAINE


VOICI SES POINTS FORTS: LA PARTICIPATION SOCIALE ET LA COEXISTENCE CIVILE

nés: le droit à la résidence, le droit à la


mise à disposition d’espaces publics, le
droit à la participation et le droit à l’édu-
cation et à la formation. Le Manuel Re-
late décrit les expériences acquises au
sein de chaque Laboratoire Territorial,
dans lesquels les projet s'est développé,
des expériences qui peuvent s’avérer de
bonnes pratiques à diffuser dans toute la
région euro-méditerranéenne. Le projet
Relate a contribué à une participation
consistante des immigrés, à impliquer
davantage les associations opération-
nelles sur le terrain; il a contribué sur-
tout en faisant asseoir autour d’une mê-
me table des administrateurs locaux, des
représentants d’associations d’immigrés,
des architectes, des sociologues, des an-
thropologues, des étudiants, en vue de
sensibiliser et de rendre conscients de la
réalité urbaine et sociale de leur propre
territoire, ceux qui gèrent les décisions
Les villes, cette invention de l’homme, bon nombre d’activités, l’application de politiques retombant sur les thématiques
sont au centre des processus de mondia- méthodologies de participation a été prises en compte.
lisation, de transformation technolo- considérable, ce qui a permis d’implé- Les résultats se traduisent en une offerte
gique et de recomposition économique menter plusieurs phases du projet. Par à la ville des projets de réaménagement
et sociale des territoires. Elles sont cos- exemple: la capacité de partage et d’in- urbain, sur lesquels pouvoir se confron-
mopolites par définition et par tradi- térêt conjoint, le respect et la connais- ter quant aux problèmes de qualité et
tion, et l’urbanisme rassemble et sance de la culture d’autrui, le dialogue aux réflexions sur les espaces, des expé-
concentre sur un territoire restreint des interreligieux en tant que facteur de co- riences qui puissent être au service des
individus aux cultures différentes et is- hésion sociale et instrument de paix. villes. L’approche est globale et le mo-
sus de milieux divers. Cette dimension Il s’agit d’une expérience en mesure de dèle proposé à une partie de la ville re-
représente le point fort des villes, mais modifier la ville multiculturelle et de la présente la tentative de penser à des es-
d'après la définition de Mario Polèse, au transformer en une ville interethnique paces qui puissent exprimer des voix et
même temps leur talon d’Achille. Les rendant possibles l’échange et la partici- des façons différentes, dans lesquelles
villes multiculturelles, multiethniques, pation active de la communauté locale les gens qui vivent la ville puissent se
méditerranéennes sont toutes caractéri- et étrangère présente dans le territoire. reconnaître, penser à un mode de mobi-
sées par un espace urbain plein de Les documents finals du projet pilot sont lier urbain, accueillir des exigences ve-
contradictions, de difficultés, d’élé- deux et seront preséntés aux institutions nant directement de ceux qui vivent la
ments désagrégeants et hétérogènes. communautaires: la Charte européenne ville. Les domaines pris en compte par
Le projet C2C Relate, développé par le des villes multi-culturellement orientées le projet ont été au nombre de deux: la
Coppem avec des nombreux parte- et le Manuel relate sur les nouveaux scé- vision urbanistique et la vision sociale.
naires, s’est voulu un instrument démo- narios urbains. La Charte est un pacte La vision urbanistique a caractérisé sur-
cratique de participation, où les immi- entre les villes, où des principes et des tout les Laboratoires territoriaux de Vil-
grés ne sont pas seulement les destina- lignes d’orientation vont être établis la San Giovanni et de Palerme, tandis
taires des actions, mais jouent un rôle pour une meilleure gestion sociale et ur- que l’approche sociale, de participation
actif dans les dynamiques urbaines de baine des villes de la part de tout le active de la ville, a caractérisé les Labo-
participation sociale. Dans le cadre de monde. Quatre droits-clefs ont été cer- ratoires de Valence et de Crotone.

COPPEMNEWS 26
PROJETS

UNE NOUVELLE VIE POUR LE SITE ARCHÉOLOGIQUE DE CHELLAH


GRÂCE À L'ACCORD ITALO-MAROCAIN PROMU PAR LE COPPEM ET LA RÉGION SICILE
PAR SALVO BAIO PRÉSIDENT DU CONSORTIUM UNIVERSITAIRE "ARCHIMÈDE"

Le projet de récupération et restaura-


tion du prestigieux site archéologique
de Chellah (Rabat) est le fruit de la col-
laboration entre le consortium universi-
taire Archimède, le Ministère marocain
de la Culture, l’Institut universitaire de
la Recherche scientifique, l’Université
Mohammed V Souissi, l’Institut Natio-
nal des Sciences, de l’Archéologie et du
Patrimoine (INSAP) du Maroc. Cette
collaboration est prévue par le protoco-
le d’entente signé au cours de l’année
dernière entre lesdits partenaires sous
les auspices de la Région Rabat-Salé-
Zemmour-Zaër, de la Région de Sicile
(il faut signaler à cet égard le soutien in-
fluent de M. le Président Cuffaro) et du
Coppem, auquel on se doit de recon-
naître le rôle décisif joué dans la prépa-
ration de l’accord. Francesco Mannuccia, spécialiste de la vateur du site de Chellah, Mohammed
Un programme d’interventions, visant restauration; le professeur Lorenzo Laz- Kbiri Alaoui; Aomar Acherraz, le res-
d’une part à mettre en valeur Chellah et zarini de l’Université de Venise, pétro- ponsable de l’INSAP; l’archéologue
de l’autre à une collaboration entre graphe connu dans le monde entier; le Layla Es-Sadra. Un rôle important
l’Université Mohammed V et l’Univer- doyen de la faculté des Lettres de Cata- quant à la mise en oeuvre de l’accord est
sité de Catane (notamment le cursus ne, Enrico Iachello; l’archéologue Fran- à reconnaître à l’association Lapis ainsi
Patrimoine culturel et la Faculté des cesco Tomasello; Eva Cantarella de qu’à son président, Sebastiano Di Bella.
Lettres), a été établi pour la période l’Université de Milan, spécialiste de Le plan opérationnel, qui compte parmi
2007-2008. A cette fin, des groupes de droit grec et romain très connue; et pour ses participants même des étudiants de
travail ont été mis en place, dont font ce qui est du Maroc: Amina Aouchar de la Faculté du Patrimoine culturel, a dé-
partie des experts italiens: l’architecte l’Université Mohammed V; le Conser- marré en début de décembre, l’année
dernière. Durant son déroulement, les
groupes de travail italiens et marocains
ont mis au point les priorités d’inter-
vention et les méthodologies de conser-
vation les plus appropriées à employer
pour certains ouvrages de Chellah. La
deuxième phase opérationnelle, de la
durée d’un mois, débutera entre mai et
juin 2008, pendant laquelle les groupes
de travail mettront en pratique les
connaissances acquises au cours de la
première phase. L’accord pour la récupé-
ration e la mise en valeur de Chellah
doit s’inscrire dans le contexte plus lar-
ge de la coopération culturelle et scien-
tifique entre l’Italie et le Maroc, et il re-
présente une contribution majeure au
dialogue entre les deux pays.

27 JANVIER 2008
PROJETS

1001 ACTIONS POUR LE DIALOGUE EN 2008


LA CAMPAGNE D’INITIATIVES CULMINERA LE 22 MAI AVEC LA «NUIT EURO-MÉDITERRANÉENNE»
PAR ELEONORA INSALACO ALF ALEXANDRIE D’EGYPTE, NATALE GIORDANO COPPEM PALERME

Le Coppem et la Fonda- Quant au Coppem, tous


tion euro-méditerranéen- ses membres ont été invi-
ne Anna Lindh pour le tés à s’unir, en apportant
Dialogue entre les Cul- leur appui à cette cam-
tures ont entamé un parte- pagne, moyennant l’orga-
nariat, afin de travailler nisation d’une Nuit Euro-
ensemble pour la cam- Méditerranéenne du Dia-
pagne «1001 Actions pour logue le 22 mai 2008.
le Dialogue». Il s’agit Chaque événement sera
d’une opération régionale relié par des moyens tech-
lancée pour 2008 - l’année nologiques à tous les
européenne du dialogue autres, qui vont avoir lieu
interculturel – en vue dans les trente-sept pays
d’encourager, dans le mê- euro-méditerranéens par-
me laps de temps, la mise tenaires, ce qui donnera
en place de nombreuses assurément une grande vi-
actions avec la participa- sibilité à la ville hôte. A
tion d’un nombre considé- ce propos, aussi bien la
rable de personnes pour la Fondation Anna Lindh
promotion de la coexis- que le Coppem se sont en-
tence pacifique et du dia- gagés à promouvoir et
logue interculturel dans améliorer la visibilité des
l’espace euro-méditerra- événements et de leurs or-
néen. Les initiatives à dé- ganisateurs à l’échelon in-
velopper dans le cadre de ternational chez le grand
cette action seront les plus public et les cadres poli-
variées, tant en terme de tiques. La Fondation An-
taille que de modalité, na Lindh a lancé un appel
mais elles porteront toutes à candidatures pour des
sur le dialogue, ayant micro-financements d’ini-
comme objectif la promo- tiatives de soutien au dia-
tion de la connaissance et logue dans le cadre de cet-
du respect d’autrui. Le te campagne. La procédu-
point d’orgue de la campagne sera la avec des artistes locaux, des festivals cu- re de demande est très simple, vous la
Nuit Euroméditerranéenne du Dia- linaires en présence de communautés trouvez en ligne et elle a comme
logue, un événement qui va se dérouler étrangères, en vue d’offrir au public une échéance le 31 janvier 2008. Tous les
simultanément dans l’ensemble des expérience enrichissante sur le plan cul- renseignements concernant l’appel à
trente-sept pays participant au Partena- turel et récréatif, permettant de mieux candidatures sont disponibles sur le site:
riat euro-méditerranéen. Cet événe- connaître son propre voisin et de stimu- www.1001actions.org. Le Directeur
ment d’envergure se tiendra le 22 mai ler la curiosité envers l’autre. La Fonda- Exécutif de la Fondation Anna Lindh,
2008, une semaine avant la Conférence tion Anna Lindh a déjà informé et mo- M. l’ambassadeur Lucio Guerrato, va
euro-méditerranéenne des Ministres de bilisé les membres de son réseau, qui participer au Forum des Villes euro-
la Culture, en Grèce, lors de laquelle se- compte à l’heure actuelle 1.600 organi- arabes à Dubaï, à l’occasion duquel il
ront présentés les messages collectés du- sations environ, les Ministres des Af- promouvra davantage la campagne
rant la Nuit du Dialogue. Au program- faires Etrangères, dont se compose son «1001 actions for dialogue». Pour plus
me déjà toutes sortes d’activités, dont Conseil des Gouverneurs, ainsi que les d’informations, contactez le Coppem en
des débats publics terminant par des Ministres de la Culture des trente-sept la personne de M. Natale Giordano
concerts, des représentations théâtrales pays euro-méditerranéens partenaires. (ngiordano@coppem.org).

COPPEMNEWS 28
COPPEM - ORGANISATION

CONSEIL DE PRÉSIDENCE MEMBRES COPPEM


Abdelkarim Misbah (TN), Katalin Sabjan (HU), Francisco Iglesias
PRÉSIDENT: Salvatore Cuffaro (IT) Garcia (ES), Isabelle Compagnie (BE), Lakhdar Haddouch (MA), Via E. Amari, 162
Waleed Hamad (ANP), Ibrahim Karaosmanogolu (TR), Andris 90139 Palermo (Italia)
1ER VICE PRÉSIDENT: Omar Bahraoui (MA) Jaunsleinis (LV), Abbes Mohsen (TN), Mara Scagni (IT), Michele tel. +39 091.662.22.38
Scandroglio (IT), Rachid Alami Talbi (MA), Kiriakos Virvidakis (GR), www.coppem.org
VICE PRÉSIDENTS: Adly Hussein (EG), Andrzey Porawski (PL), Nikolas Cveta Zalokar Orazoem (SL), Jan Maciej Czajkowski (PL), Hayrettin
Papamikroulis (GR), Nourredine Sbia (DZ), Muzaffer Baca (TR), Kilic (TR), Mimoune Bouras (DZ), Mohamed Thaminy (DZ), Mohammed SIÈGES DE REPRÉSENTATION
Ghassan Samman (KWT) Hashem Almasri (ANP), Haitham Al-Hyasat (JO)
EGYPTE
SECRÉTAIRE GÉNÉRAL: Carmelo Motta (IT) 4ème COMMISSION - POUR LA CULTURE, LA TECHNOLOGIE, LE Governorate Benha
TOURISME ET L’ENVIRONNEMENT Kornish El-Nil st.
PRÉSIDENT FONDATEUR: Fabio Pellegrini (IT) 113111 Egypt
PRÉSIDENT: Falah Al Omoush (JO) tel: 0020.13.32.32.280
1ÈRE COMMISSION - POLITIQUE ET INSTITUTIONELLE 1ER VICE PRÉSIDENT: Keith Whitmore (GB) qalyubiya_gov@hotmail.com
VICE PRÉSIDENT: Antonio Cabrita (PT)
PRÉSIDENT: Jan Mans (NL) Rapporteurs: Mustafa Aydin (TR), Viera Krakovska (SK) ISRAËL
1ER VICE PRÉSIDENT: Said El Dakkak (EG) Contact pour le Secrétariat: Natale Giordano (IT) at Red Sea Tourism Administration
VICE PRÉSIDENT: Marc Thoulen (BE) P.O box 4298
Rapporteurs: Toivo Riimaa (EE), Nabil Shawagfeh (JO) MEMBRES Eilat 88,000
Contact pour le Secrétariat: Francesco Sammaritano (IT) Falah Al Omoush (JO), Keith Whitmore (UK), Antonio Cabrita (PT),
Sara Akavia (IL), Francisco Caimoto Amaral (PT), Mohamed Tel: +972-8-6340253
MEMBRES Atouani (MA), Ramon Polo Bernardo (ES), Krzysztof Chromy (PL), Fax: +972-8-6375729
Omar El Bahraoui (MA), Jan Mans (NL), Mohammed Said El Dakkak Petros Filippou (GR), Ali Abu Ghanimeh (JO), Moncef Ben Gharbia yossiani@eilat.muni.il
(EG), Marc Thoulen (BE), Harrie Jeurissen (NL), Jirí Bytel (CZ), Salvatore (TN), Mohamed Karimine (MA), Fikri Köse (TR), Eliahu Levy (IL),
Cuffaro (IT), Betty De Wachter (BE), Dahmane Derhem (MA), Gina Fasan Kathleen Maher (IE), Catherine McDermott (Nord-Irlanda UK), MAROC
(IT), Adly Hussein (EG), Abdel Ilah Hssissen (MA), Luigi Minardi (IT), Michele Picciano (IT), Hassan Sayed Ahmed Sherif (EG), Mohamed Association Nationale
Fabio Pellegrini (IT), Giacomo Spissu (IT), Mohammed Taibi (DZ), Saied Belhaj Taib (TN), Kevin Thorp (IE), Jasmina Vidmar (SL), Viera des Collectivités locales
Zourob (ANP), Francesco Crocetto (IT), Mohammed Ibrahim El Fayoumi Krakovska (SK), Boris Tonhauser (SK), Maa’n Chibli (SY), Jalal Abs du Maroc
(EG), Iwona Kowalska Nawrocka (PL), Andrzej Porawski (PL), Erol Kaya (LB), Naif Alibeyodlu (TR), Mustafa Aydin (TR), Ramon Polo Av. Mohamed Bel Hassan
(TR), Nourredine Sbia (DZ), Miguel Sanchez de Alcázar Ocanoa (ES), Bernardo (ES), Ahmed Mezmaz (DZ), Hocine Cherhabil (DZ), Pirkko El Ouazani Hay Ennahda
Ramón Ropero Mancera (ES), Nabil Shawagfeh (JO), Toivo Riimaa (EE) Paranko (FI), Assaad Barrak (LB), Povilas Kuprys (LT), Vytautas Rabat
Kvietkauskas (LT)
Tel./fax +212 37754294
2ème COMMISSION - POUR LA COOPERATION ENTRE VILLES ET REGIONS
5ÈME COMMISSION - ÉGALITÉS DES CHANCES
PALESTINE
PRÉSIDENT: Jan Micallef (MT)
At APLA - Association
1ER VICE PRÉSIDENT: Mr. Tamer Alhajeh (SY) PRÉSIDENT: Janine Haddad (FR)
of Palestinian local Authorities
VICE PRÉSIDENT: Jalal Abs (LB) 1ER VICE PRÉSIDENT: Hala Mansor Abdul Rahman (EG)
P.O. Box 3633 Al-Bireh - AL Quds st.
Rapporteurs: Philippe Sanmarco (FR), Jalal Abs (LB) VICE PRÉSIDENT: Gina Fasan (IT)
El Bireh/Ramallah
Expert: Pina Frazzica (IT) Rapporteurs: Zeynep Karahan Uslu (TR), Nikolas Papmikroulis (GR)
Contact pour le Secrétariat: Ilia Mazzone (IT) Contact pour le Secrétariat: Giovanna Cirino (IT) Tel 00972.22.980601
Experts: Maria Teresa Coppo Gavazzi (IT), Patrizia Dini (IT) Fax 00972.22.980602
MEMBRES apla@palnet.com
Ian Micallef (MT), Muzzafer Baca (TR), Tamer Alhajeh (SY), Jalal Abs MEMBRES
(LB), Claudio Basso (IT), Jan Mans (NL), Pierre Wies (LU), Vladimír Janine Haddad (FR), Lucile Schmid (FR), Hala Mansor Abdul Rahman POLOGNE
Bártl (CZ), Mohamed Boudra (MA), Hamid Chabat (MA), José Macário (EG), Betty De Wachter (BE), Gina Fasan (IT), Iwona Kowalska Ul. Robocza 46 a ? 61-517,?
Correia (PT), Manuel Antonio da Luz (PT), Riccardo Di Palma (IT), Navrocka (PL), Gehad Galal Amer (EG), Catalina Schezzini (IT), Kahina Poznan
Ahmet Duyar (TR), Adi Eldar (IL), Athos Germanos (CY), Frank Godfrey Abderrahmane (DZ), Isabelle Compagnie (BE), Mara Scagni (IT), Cveta
tel: + 48 61 633 50 61
(IE), Harrie Jeurissen (NL), Nikos Papamikroulis (GR), Avraham Zalokar Orazoem (SL), Nadya Kssaibi (SY), Sara Akavia (IL), Kathleen
fax: + 48 61 633 50 60
Rabinovitch (IL), Catalina Schezzini (IT), Driss Sentissi (MA), Erfan Ali Maher (IE), Catherine McDermott (IE), Jasmina Vidmar (SL), Viera
coppem.poland@coppem.org
(SY), Med-Meziani Mouloud (DZ), Kahina Abderrahmane (DZ), Krakovska (SK), Pirkko Paranko (FI), Ramon Polo Bernardo (ES),
Jacques De Grave (BE), Philippe Sanmarco (FR), Mohammed Said El Philippe Sanmarco (FR), Nikos Papamikroulis (GR), Marc Thoulen (BE),
TURQUIE
Dakkak (EG), Doru Laurian Badulescu (R). Jan Micallef (MT), Ali Abu Ghanimeh (JO), Veronika Krausz (HU),
International Relations Office
Zeynep Karahan Uslu (TR), Saime Yildiz (TR), Samar Bouhairi (LB),
Adnan Kahveci Bulvari No:78
3ème COMMISSION - POUR LA COOPERATION ECONOMIQUE ET Latifa Remki (DZ), Hiba-Soraya Belarbi (DZ)
Bahcelievler, Istanbul
FINANCIERE
INVITATE PERMANENTI Tel: +90 212 441 10 95
PRÉSIDENT: Abdelkarim Misbah (TN) Sandra Ceciarini (FR), Antonella Cagnolati (FR) Marijke Vanbiervliet www.anadolubil.edu.tr
1ER VICE PRÉSIDENT: Katalin Sabjan (HU) (IT), Azza Nardini (EG), Claudia Serio (IT), Halima Hadir (MA),
VICE PRÉSIDENT: Francisco Iglesias Garcia (ES) Giovanna Livreri (IT), Rosalia Schirò (IT), Stefania Toriello (IT), Najoua
Rapporteurs: Jan Maciej Czajkowski (PL), Mimoune Bouras (DZ) Mahjoub (TN), Hayet Mrabet (TN), Cristina Stimolo (IT), Ouafae
Contact pour le Secrétariat: Paolo Carrara (IT) Benfeddoul (MA), Fatiha Bakkali, (MA), Maria Luisa Troja (IT), Fiorella
Experts: Lorenzo Barbera (IT), Alberto Tulumello (IT), Giuseppe Salmé (IT). Friscia (IT), Isabella Rauti (IT)
UN NOUVEAU DIALOGUE EN FAVEUR DU DÉVELOPPEMENT

FORUM DES VILLES EURO-ARABES


Dubaï – E.A.U., 10-11 février 2008