Vous êtes sur la page 1sur 2

GEJ2 C203

Le matérialisme et ses représentants

1. Jarah : « Les soi-disant serviteurs de Dieu ont commis de tout temps les
pires horreurs, et les hommes qui en ont les preuves et qui n'ignorent pas l'Ecriture,
se demandent peu à peu ce que cela signifie ! Comment peut-on pareillement aller à
l'encontre de Sa parole et permettre que ceux qui annoncent Son amour, Sa grâce,
Sa miséricorde, Sa paix se montrent avec leur prochain si cupides, si ambitieux, si
égoïstes, si insensibles et si arrogants ?
2. Il est bon de se poser de telles questions sans que ce soit pour autant sous
une contrainte quelconque, bonne ou satanique, car ces questions sont les premiers
ressorts qui poussent l'humanité à chercher sa véritable autonomie, sans laquelle
elle ne peut accéder à la véritable liberté spirituelle indispensable à la vie éternelle
de l'âme et de l'esprit !
3. Il est vrai qu'à considérer le comportement de la prêtrise, une juste colère
vous saisit et l'on voudrait s'écrier "Seigneur, n'as-Tu donc aucune foudre, aucune
grêle, aucun soufre, aucun géant pour châtier ces êtres féroces et les punir avec
toute la force de Ton divin courroux ?" Mais une voix douce au plus profond du cœur
vous dit : « Sois sage et intelligent et regarde où tu vas ! Si tu vois une vipère sur ton
chemin, évite-la, car la terre n'est pas entièrement couverte de vipères ! »
4. La nuit est aussi nécessaire que le jour, pour que l'homme reconnaisse la
valeur de la lumière. En plein jour personne ne réclame de lampe, mais la nuit
venue, tout homme ressent le manque de la lumière et s'éclaire autant qu'il peut car
la moindre lueur est plus accueillante que la nuit noire d'une chambre.
5. Voyez-vous, si le Seigneur comblait de toutes sortes de bienfaits les
hommes de cette terre, ils deviendraient vite orgueilleux et se mettraient à ne penser
qu'à leurs corps, et leur âme où demeure l'esprit de Dieu serait vite semblable à cette
noble graine décomposée et assimilée par le terreau glouton au lieu de trouver la
force pour que germe en elle l'esprit divin de la vie éternelle à la mesure de ce que
Dieu a établi, et c'est dans ce but que Dieu a donné précisément un corps à l'âme !
Mais lorsque l'âme est dévorée par le corps, les ronces, les chardons et toutes sortes
de mauvaises herbes poussent à la place des bons fruits et l'on ne peut récolter ni
figue ni raisin.
6. Un tel homme spirituellement est pour ainsi dire mort, il ne sait plus du tout
ce qu'est l'esprit, il nie tout ce qui est spirituel et matérialise tout. Seule la matière
existe pour lui. Son ventre et la sensualité de sa peau sont ses deux divinités
uniques auxquelles il est prêt nuit et jour à tout sacrifier. Dieu n'existe plus pour ces
gens-là et c'est à se demander pourquoi ces purs esclaves de la chair, pour qui en
fait l'esprit de Dieu et son ciel ne sont que des images désuètes de la fantaisie des
poètes, deviennent prêtres ou serviteurs de Dieu. Mais il n'y a qu'à voir leur ventre
énorme pour avoir la réponse !
7. Peu importe à ces dispensateurs de la parole de Dieu s'ils nourrissent les
membres de leurs communautés avec du pain céleste ou avec la pourriture des plus
infects des bourbiers, pourvu qu'ils soient royalement payés ; il n'y a pas de quoi
s'étonner si, à propos du Temple, on apprend tant de choses à vous pétrifier
d'horreur.
8. Qu'attendre d'un homme charnel qui ne comprend pas mieux qu'un
champignon de la forêt poussant dans le terreau du compost, quelle noblesse il
pourrait acquérir en accédant à la dignité d'être humain ! Il n'y a qu'à le laisser agiter
sa langue comme une vipère et ramper comme un serpent, et chercher ailleurs sur
cette vaste terre, car le Seigneur est avec celui qui cherche vraiment, Il
n'abandonnera jamais celui qui se tourne vers Lui.
9. Nous tous qui habitons sur les rives de notre vie intérieure, nous sommes
depuis longtemps les jouets du Temple. On a ménagé la Judée autant que possible,
mais pendant ce temps-là, nous les Galiléens, nous étions les boucs émissaires, les
vaches à lait du Temple, mais grâce à cela la lumière s'est levée bien plus tôt pour
nous, alors que la Judée est encore dans la nuit la plus obscure !
10. Nous avons commencé par subir l'égoïste avidité et l'avarice du Temple,
j'entends par là naturellement la prêtrise, et nous nous en sommes libérés autant que
nous avons pu ! Et nous qui sommes aussi une noble moisson de Dieu, nous
n'avons pas dissipé nos forces pour remplir le ventre du Temple, mais nous nous
sommes tournés vers notre ordonnance divine intérieure, et nous voilà maintenant
les fruits bénis du champ de Dieu. Mais les habitants de Judée, de Mésopotamie et
ceux qui habitent au midi ne sont pas près de s'apercevoir qu'ils sont les dindons de
la farce que leur joue le Temple.
11. Dans ce long développement de ma réponse à la question posée, chacun des
hôtes ici présents reconnaîtra certainement, j'espère, que la jeune fille de
Génézareth sait ce qu'elle doit penser des voies de Dieu. O Toi, Seigneur qui
permets tout cela, pardonne-moi d'avoir peut-être trop longuement bavardé
inutilement devant Toi et à Tes divins côtés. Par là, je ne voulais nullement faire
étalage de la force de mes connaissances, mais l'occasion s'étant présentée, j'ai tout
simplement montré ce qui me tient véritablement à cœur ! »

Centres d'intérêt liés