Vous êtes sur la page 1sur 16

ANALYSE FINANCIERE par Pascal QUIRY

Pascal QUIRY est responsable des opérations de fusions et acquisitions (M&A) chez BNP-Paribas, co-auteur de l’ouvrage « Finance d’entreprise » (plus connu sous le nom de son auteur, le Vernimmen) et enseignant à HEC Paris.

Ce support sappuie sur la série de vidéos disponibles sur youtube à lURL ci-dessous :

INTRODUCTION

A QUOI SERT L’ANALYSE FINANCIERE ?

à comprendre la logique de fonctionnement de l’entreprise et son équilibre sur le marché

ce qui passe par la compréhension du passé, le diagnostic du présent pour prévoir l’avenir

afin de prendre des décisions de financement (accorder un prêt ou non, se financer par capitaux propres ou par endettement) ou d’investissement (acheter ou vendre une action)

Quels que soient les objectifs de l’analyste financier ou son intérêt, la démarche d’analyse est la me. Il n’y a pas autant de méthodes différentes que d’objectifs

LES PIEGES DE L’ANALYSE FINANCIERE

commenter les tableaux comptables : bilan, comptes de résultats, voire tableaux de flux. On oublie que l’entreprise est un tout et que tout est lié.

observer des évolutions sans les expliquer. Les frais de personnel ont progressé de 10 % car ils sont passés de 100 à 110.

n’avoir aucun fil conducteur

ne tirer aucune conclusion pour l’action : acheter ou vendre, prêter ou ne pas prêter, se financer par dette ou par capitaux propres, …

ne pas faire d’analyse financière !

1
1

SOMMAIRE

Introduction

1

A quoi sert l’analyse financière ?

1

Les pièges de l’analyse financière

1

Méthodologie

3

Bien comprendre l’activité

4

Bien comprendre les choix comptables effectués par l’entreprise

4

Partie 1 : Analyse des marges

4

1a Evolution du chiffre d'affaires et effets ciseau

4

1b Le point mort

6

1c Application de l’analyse des marges au cas Gremlin

7

Partie 2 : Analyse des investissements

8

2a Les immobilisations

8

2b Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR)

9

Partie 3 : Analyse du financement

11

3a Analyse dynamique du financement

11

3b Analyse statique du financement

13

Partie 4 : Analyse de la rentabilité

14

4a Rentabilité économique et rentabilité des capitaux propres

14

4b L’effet de levier

15

Conclusion de l’analyse financière

16

2
2

METHODOLOGIE

D D

’ABORD BIEN COMPRENDRE L ’ACTIVITE

’ABORD BIEN COMPRENDRE L ’ACTIVITE

… …

ET LES CHOIX COMPTABLES

ET LES CHOIX COMPTABLES

EFFECTUES PAR L ’ENTREPRISE

EFFECTUES PAR L ’ENTREPRISE

LA CREATION DE RICHESSE

LA CREATION DE RICHESSE

NECESSITE DES INVESTISSEMENTS

NECESSITE DES INVESTISSEMENTS

QUI DOIVENT ETRE FINANCES

QUI DOIVENT ETRE FINANCES

ET ETRE SUFFISAMMENT RENTABLES.

ET ETRE SUFFISAMMENT RENTABLES.

3
3

BIEN COMPRENDRE L’ACTIVITE

Les marchés

Les produits

Le processus de fabrication

Le réseau de distribution

Les hommes

BIEN COMPRENDRE LES CHOIX COMPTABLES EFFECTUES PAR L’ENTREPRISE

Rapports des commissaires aux comptes et des auditeurs

Principes comptables

Techniques de consolidation

Survaleurs, marques

Provisions

Stocks

Crédits-baux

PARTIE 1 : ANALYSE DES MARGES

1A EVOLUTION DU CHIFFRE D'AFFAIRES ET EFFETS CISEAU

Evolution du chiffre d’affaires :

volume (quantités vendues)

valeur (inflation du PV)

variation de périmètre (croissance externe)

Evolution du résultat d’exploitation avec la double analyse de l’effet ciseau et du point mort.

Analyse des marges et effets ciseau :

L’effet ciseau renvoie à votre position stratégique et rapport de force avec ses clients

4
4

Différents exemples de l'effet ciseau

montants

Effet ciseau charges produits
Effet ciseau
charges
produits

temps

De la maladresse

Fuite en avant

charges produits Hausse très importante du coût d'un facteur de
charges
produits
Hausse très importante du coût d'un facteur de

Diminution du taux de croissance des produits

mais maintien du taux de croissance

des charges

mais maintien du taux de croissance des charges charges produits

charges

produits

production, augmentation avec retard des

Faible diminution des produits

produits en raison de l'inertie

produits charges Forte croissance des produits qui reste
produits
charges
Forte croissance des produits qui reste
mais maintien des charges charges produits
mais maintien des charges
charges
produits

à l'excellence

Faible croissance des produits mais lente décrue

supérieure à celle des charges produits charges
supérieure à celle des charges
produits
charges

des charges grâce à des gains de

productivité par exemple produits charges
productivité par exemple
produits
charges

Bénéficesdes charges produits charges des charges grâce à des gains de productivité par exemple produits charges

Pertescharges produits charges des charges grâce à des gains de productivité par exemple produits charges Bénéfices

5
5

1B LE POINT MORT

Formule du point mort :

Point Mort = Coûts Fixes / Marge sur Coûts variables

Marge sur coûts variables = (CA Coûts variables) / CA

1 ère loi du point mort : plus les coûts fixes sont élevés, plus le point mort est sensible à une variation de l’activité

2 ème loi du point mort : Plus le point mort est proche, plus le résultat est sensible à une variation de l’activité

3 ème loi du point mort : il existe plusieurs points morts à différentes périodes. Il se déplace au cours du temps.

Les coûts fixes ne sont fixes que par plage d’activité. (Activité saisonnière). Cette lecture décomposée des coûts nécessite d’avoir accès à la comptabilité analytique de l’entreprise

6
6

1C APPLICATION DE L’ANALYSE DES MARGES AU CAS GREMLIN

7
7

PARTIE 2 : ANALYSE DES INVESTISSEMENTS

L’investissement en finance prend deux formes

Immobilisations corporelles (usines/machines…), incorporelles (brevets, licences…)

BFR

2A LES IMMOBILISATIONS

Mesure de l’usure de l’outil industriel : ratio Immobilisation nette / Immobilisation brute.

Plus le ratio se rapproche de 1, plus l’outil industriel est récent et productif. L’incidence sur le prix de revient est forte si le ratio est éloigné de 1 entraînant un problème de compétitivité.

Quelle est la politique d’investissement de l’entreprise ?

Comparaison du montant de l’investissement et de la dotation aux amortissements. Si le ratio se rapproche de 1, on ne fait que renouveler l’outil industriel sans en étendre sa capacité de production.

Si le rapport est inférieur à 1, l’entreprise réduit sa capacité de production.

Ex : Tableau de Trésorerie de Gremlin (cas d’étude)

8
8

2B LE BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT (BFR)

BFR = Working Capital

C’est la mesure des ressources financières qu'une entreprise doit mettre en œuvre pour couvrir le besoin financier résultant des décalages des flux de trésorerie correspondant aux décaissements (dépenses et recettes d'exploitation nécessaires à la production) et aux encaissements (commercialisation des biens et services) liés à son activité.

Le BFR a plusieurs caractéristiques :

Sensible à l’activité de l’entreprise

Liquidité et permanent. Processus cyclique et continu

Saisonnier. Il faut être vigilant sur les opérations de « Window Dressing » dont le but est d’embellir les états financiers présentés aux investisseurs.

9
9

DSODIO DPO Pour rappel, un stock est une somme de coûts dont l’entreprise n’a pas

DIODSO DPO Pour rappel, un stock est une somme de coûts dont l’entreprise n’a pas encore

DPO
DPO
DSO DIO DPO Pour rappel, un stock est une somme de coûts dont l’entreprise n’a pas

Pour rappel, un stock est une somme de coûts dont l’entreprise n’a pas encore obtenu la contrepartie en terme de cash puisque les produits ne sont pas encore vendus.

10
10

PARTIE 3 : ANALYSE DU FINANCEMENT

Deux points de vue du financement une analyse dynamique évoluant dans le temps une analyse statique donnée à un instant t (clôture).

Le suivi du cash et l’évolution de son niveau au sein de l’entreprise.

3A ANALYSE DYNAMIQUE DU FINANCEMENT

Comment l’entreprise a-t-elle financé ses investissements sur plusieurs années.

Hypothèse 1: Calcul de la variation de cash suivant une hypothèse simplifiée de paiement comptant

Compte de Résultat simplifié

Tableau de Trésorerie

Chiffre d’affaires Consommation de matières premières Frais de personnel Dotations aux amortissements Frais Financiers IS (33%)

100

100

-40

-40

-20

-20

-10

-12

-12

-6

-6

Frais Financiers IS (33%) 100 100 -40 -40 -20 -20 -10 -12 -12 -6 -6 Résultat

Résultat Net

12

22

La variation de cash correspond à la Capacité d’autofinancement (CAF) – Cashflow.

Hypothèse 2: Calcul de la variation de cash suivant une hypothèse simplifiée avec des délais de paiement

Compte de Résultat simplifié

Tableau de Trésorerie

Chiffre d’affaires

100

81

Consommation de matières premières

-40

-28

Frais de personnel

-20

-20

Dotations aux amortissements

-10

Frais Financiers

-12

-12

IS (33%)

-6

-6

Dotations aux amortissements -10 Frais Financiers -12 -12 IS (33%) -6 -6 Résultat Net 12 15

Résultat Net

12

15

On constate l’apparition d’une variation du BFR (Working Capital) liée au décalage des flux de cash.

11
11

Flux de trésorerie d’activité (Cashflow from Operating activities) = CAF (Cashflow) Variation du BFR (Working Capital)

Ex : Tableau de Trésorerie de Gremlin (cas d’étude)

Ex : Tableau de Trésorerie de Gremlin (cas d’étude) Lecture à partir de l’agrégat comptable d’un

Lecture à partir de l’agrégat comptable d’un niveau enrichissement patrimonial de l’entreprise (Résultat Net) jusqu’à sa traduction en création de cash.

12
12

3B ANALYSE STATIQUE DU FINANCEMENT

Le TFT est l’outil utilisé pour comprendre comment l’entreprise s’est financée.

Ex : Bilan consolidé de Gremlin (cas d’étude)

Ex : Bilan consolidé de Gremlin (cas d’étude) Utilisation de proxy pour effectuer des sondages. Dette

Utilisation de proxy pour effectuer des sondages.

Dette financière nette / Excèdent Brut d’Exploitation (EBITDA :

Earning Before Interest, Taxes, Depreciation & Amortization)

Et

EBE = Chiffre d’affaires – Charges d’exploitation (générant un débours de Cash)

Ce ratio permet d’appréhender la capacité d’une entreprise à rembourser sa dette grâce aux revenus générés par son exploitation.

Ratio <3 => entreprise en capacité de rembourser sa dette.

La pratique va très certainement aller vers une utilisation d’un ratio qui serait Dette financière nette / Cashflow.

13
13

PARTIE 4 : ANALYSE DE LA RENTABILITE

4A RENTABILITE ECONOMIQUE ET RENTABILITE DES CAPITAUX PROPRES

Deux indices permettent de mesurer la rentabilité.

Bilan simplifié

Immobilisations Immobilisations Capitaux Propres Capitaux Propres Stocks BFR Dettes bancaires et financières
Immobilisations
Immobilisations
Capitaux Propres
Capitaux Propres
Stocks
BFR
Dettes bancaires et
financières
Dettes bancaires et
financières
Clients
Fournisseurs
Disponibilités
Disponibilités
Immobilisations BFR
Immobilisations
BFR
Capitaux Propres Dettes bancaires et financières Nettes
Capitaux Propres
Dettes bancaires et
financières Nettes
Capitaux Propres Dettes bancaires et financières Nettes Actif Economique Rentabilité économique après impôt =

Actif Economique

Rentabilité économique après impôt = ROCE (Return on Capital Employed)

Rentabilité économique après Impôt = Résultat d’exploitation – (1- taux d’impôt) / Actif économique

Rentabilité des Capitaux Propres = ROE (Return On Equity)

Rentabilité des capitaux propres = Résultat Net / Capitaux Investis (Capitaux propres)

14
14

4B L’EFFET DE LEVIER

Explication de l’effet de levier avec deux exemples d’entreprise A et B

Entreprise A :

Actif Economique = 100 / Capitaux Propres = 100 Résultat d’Exploitation = 24 Rentabilité économique après Impôt = (24 (1-33%)) / 100 = 16 % Frais financiers (î) = 0 Résultat Net = 16 Rentabilité des Capitaux Propres = 16 / 100 = 16%

Entreprise B :

Actif Economique = 100 / Capitaux Propres = 50 + Dettes bancaires = 50 Résultat d’Exploitation = 24 Rentabilité économique après Impôt = (24 (1-33%)) / 100 = 16 % Frais Financiers (î) = 3 (6% î) Résultat Net = 14 Rentabilité des Capitaux Propres = 14 / 50 = 28%

L’écart entre la rentabilité des capitaux propres et la rentabilité économique (l’effet de levier) correspond à la marge perçue par l’investisseur.

Formule de l’effet de levier :

ROE ROCE + (ROCE î après IS) * (Dettes / CP)

L’effet de levier est proportionnel à :

l’écart entre coût de la dette et la rentabilité de l’actif économique

l’importance des dettes par rapport aux capitaux propres

Le levier financier (Financial Leverage) = Dettes (Debts) / Capitaux Propres (Equities)

L’effet de levier est à double tranchant puisque dans le cas où l’entreprise ne dégage pas de résultat d’exploitation, le levier financier a un effet négatif sur la rentabilité.

15
15

CONCLUSION DE L’ANALYSE FINANCIERE

Conclure une analyse financière : l’exemple de Gremlin

16
16