Vous êtes sur la page 1sur 3

LIBERTE

Lundi 2 mai 2016

L’Algérie profonde

11

CAMPAGNE DE SENSIBILISATION DES CÉRÉALICULTEURS DE BOUIRA

Comment préserver les récoltes céréalières des incendies

Comme les plus grandes superficies agricoles cultivées dans la wilaya de Bouira, sont celles des céréales, et à l’approche de la campagne moissons-battages, il fallait prendre des mesures de prévention contre les incendies des récoltes.

D eux journées de sensibilisation sur les incen- dies des ré- coltes céréa- lières ont été

organisées par la Caisse régio- nale de mutualité agricole (CRMA) au profit des agricul- teurs, céréaliculteurs et pro- priétaires de moissonneuses- batteuses. Par nécessité de co- ordonner le travail de préven- tion, des représentants des ser- vices agricoles (DSA) de la Chambre d’agriculture (CA), des forêts, de la Protection civile et de la Gendarmerie ont été conviés à présenter leurs plans de lutte. Ces programmes de sensibilisation comportent entre autres, l’initiation des agricul- teurs aux mesures à prendre afin de se prémunir des incen- dies dont les causes sont mul- tiples, dont la défaillance tech- nique dans la manipulation des moissonneuses-batteuses qui a été relevé. Les techniciens de la CRMA, de la Protection civile et des forêts présents pour cela, ont expliqué comment entretenir leurs machines pendant cette campagne. Les agriculteurs doivent se do- ter d’un système de protection et d’extincteurs pour stopper tout déclenchement d’incendie. Des exercices de simulation ont été exécutés par un techni- cien sur une moissonneuse-bat- teuse surtout sur la nécessité de mettre en place des bandes de

D. R.
D. R.

La défaillance technique lors de la manipulation des moissonneuses-batteuses est la principale cause des incendies.

sécurité qui séparent la route des champs céréaliers pour em- pêcher le feu de se propager. Il est aussi conseillé d’éviter de moissonner durant les journées caniculaires ou en période de grands vents. Ainsi, les techniciens de la CRMA ont recommandé aux céréaliculteurs et agricul-

teurs d’appliquer un travail de désherbage des bordures des terrains, dans le but de les épu- rer des objets facteurs déclen- chant d’incendies (bouts de ver- re, cigarettes, etc). Il est à rappeler, par ailleurs, que la wilaya de Bouira compte plus de 14 000 céréaliculteurs, et nombre parmi eux n’ont pas

contracté une assurance contre les incendies des récoltes. Par contre, les souscripteurs à cette assurance auront gratuite- ment des extincteurs avec droit de recharge, offerts par la CRMA, d’après l’annonce du di- recteur de la CRMA, Moha- med Becheur.

FARID HADDOUCHE

10 115 permis de conduire retirés depuis janvier

n Dans le bilan trimestriel, les éléments de la gendarmerie de la wilaya de Bouira font ressortir 10 115 permis de conduire retirés suite à des infractions au code de la route. Ces statistiques renseignent sur les usagers qui continuent à enfreindre le règlement au préjudice de leur vie. Il

a été dénombré 146 accidents de la route, qui se sont soldés par la mort de 26 personnes et des blessures à 251 autres. L’un des facteurs de ces accidents est l’élément humain, dont la responsabilité a été établie dans 85,01% des cas.

FARID HADDOUCHE

MOULOUD DEBOUB, PRÉSIDENT DU BR DU RCD ET ÉLU À L'APW, DÉNONCE

“Le wali de Béjaïa récidive et le P/APW cautionne”

L premier responsable du RCD à Béjaïa

e

et

élu à l’APW a, dans une déclaration,

remis en cause la décision de puiser

il prend la précaution de s’entourer de la cau-

tion du président de l’APW. En effet, le cha- pitre 900 (services financiers) et dans l’article “transport scolaire”, doté de 64 700 000 DA dans le budget primitif 2016 (adopté par l’APW le 20 décembre 2015) se voit diminué par le wali après accord du P/APW de 18 200 000 00 DA, sans consulter la commission permanente éducation, ni celle des finances et encore moins l’assemblée, et ce, pour fi- nancer un “transport” de déchets ménagers.

dans les sommes destinées au transport scolaire pour tenter de régler (provisoirement s’entend) le problème de décharge dont

souffre notre wilaya. Dans le document, M. Deboub n’a pas manqué de dénoncer cette décision, en soulignant que le wali se permet, encore une fois, un manque de considération envers l’assemblée élue de wilaya. Cependant,

AÏN EL-HAMMAM/TIZI OUZOU

Des écoliers en danger

Le wali, sous la pression des populations, n’a rien trouvé de mieux que de puiser dans les sommes destinées au transport scolaire pour tenter de régler (provisoirement s’en- tend !) le problème de décharge dont souffre notre wilaya. Pragmatique, l’élu du RCD s’in- terroge enfin “si pour le wali, ces solutions de replâtrage font partie de sa feuille de route, comment expliquer ce nouveau mépris du pré- sident de l’APW envers son assemblée ?”

A. HAMMOUCHE

n Près de 250 écoliers de l’ancienne école primaire de garçons de Aïn El-Hammam, démolie depuis plus de six ans dans l’intention d’être reconstruite, risquent de voir l’enceinte de la maison de jeunes qui les abrite – provisoirement depuis 2009 – leur tomber sur la tête en raison de son état vétuste. Les autorités locales, de la daïra et de l’APC, ont remis le dossier à l’étude, à en croire les parents,

pour envisager une autre construction, projet pour lequel une enveloppe de plus de 4 milliards de centimes a été allouée, mais le choix d’un terrain à Ath Sidi Saïd a fini par buter sur une opposition qui l’aurait bloqué. Par ailleurs, plusieurs rencontres entre les instances concernées, les parents d’élèves et l’administration ont abouti à des solutions d’urgence. “Les salles de la maison de jeunes

sont dans un piteux état, des salles de classe menacent ruine, des murs sont lézardés au point où les enseignantes mettent des chiffons aux fissures afin de protéger les enfants du froid et des courants d’air”, nous apprend un parent d’élève désemparé. De l’avis des parents d’élèves, certaines activités, à l’exemple du club de musique, dérangent la concentration des élèves et le bon déroulement de leur

scolarité, alors que les autorités ont toute latitude de mettre à la disposition de ces jeunes musiciens une salle de répétition au sein de la bibliothèque communale ou dans l’auberge de jeunes. En attendant, les élèves et leurs parents doivent encore prendre leur mal en patience, car une solution définitive tarde à voir le jour.

LIMARA B.

une solution définitive tarde à voir le jour. LIMARA B. BRÈVES du Centre SOUR EL-GHOZLANE Campagne

BRÈVES du Centre

SOUR EL-GHOZLANE

Campagne de reboisement pour la régénération du chêne-liège

n Dans le but de sensibiliser les populations à

l’intérêt d’améliorer leur cadre de vie et aux menaces de la désertification, des actions de volontariat sont menées par le secteur des forêts sur l'ensemble de la wilaya de Bouira. C’est de la sorte que dans la daïra de Sour El-Ghozlane qui se situe à 40 km au sud de Bouira, une campagne de plantation de chêne-liège est menée par des militants des associations à caractère environnemental et des agents de la conservation forestière. Cette campagne a touché le pourtour du lycée de la commune de Dechmia, les établissements scolaires de la commune de Bordj Okhris, les rebords du chemin de wilaya 20, l’espace vert de la commune de Dirah, et le quartier B'hiret Medjber, situé dans la ville de Sour El-Ghozlane. Sur le mont Boudjmel, qui surplombe le village Ouled Yekhlef, dans la commune de Dechmia. Par ailleurs, des agents forestiers de Sour El-Ghozlane, des cadres de la conservation des forêts de Bouira, de l'Entreprise algérienne de génie rural (EAGR), de la Gendarmerie nationale, de la Protection civile et des jeunes volontaires ont participé à une opération qui a nécessité la mise en terre de 300 plants de chêne- liège afin de reconstituer cette espèce réduite par des agressions et des incendies dans le passé.

FARID H.

IN SALAH (TAMANRASSET)

Raccordement de 292 foyers au gaz naturel

n Deux cent quatre-vingt-douze foyers de la

commune d’In Ghar, à 60 km d’In Salah (wilaya de Tamanrasset), ont été raccordés au gaz naturel, a-t- on appris auprès de la wilaya. Le projet consiste en la réalisation d’un réseau de distribution de 60 km. L’opération, a-t-on expliqué au wali lors de son passage dans cette localité, se poursuivra pour toucher plusieurs autres concentrations d’habitants de cette municipalité, à l’instar de Meliana, Sebkha, Akbour, Douriat El-Djana, Tourfine, Lahdeb et Hay Essalam. Abdellah Talibou, chef du service du gaz à la direction locale de distribution, cité par l'APS, a fait savoir que Hassi Lahdjar, localité relevant de la commune d’In Salah, sera bientôt raccordée au réseau de gaz naturel, à la faveur d’une opération similaire ayant englouti un budget de 17 millions DA. Le projet porte sur la création d’un réseau de distribution de 8 km dont les travaux sont à 99% d’avancement. Au total, rappelle le même responsable, 3192 foyers de la nouvelle circonscription d’In Salah, notamment le chef-lieu communal et les villages d’El-Barka et d'Igostène, ont été raccordés dans le cadre de divers programmes de développement accordés à cette wilaya du grand Sud.

R. KARECHE

MÉDÉA

Une femme tente de se suicider à l’APC

n Une femme, âgée de 40 ans, a tenté de se donner

la mort, jeudi, à l’intérieur du siège de l’APC de Aïn Boucif, 100 km au sud-est du chef-lieu de wilaya, en ingurgitant un liquide toxique. Au moment de son évacuation vers l’hôpital de la ville après avoir reçu les premiers soins sur le lieu de l’accident, la victime se trouvait dans un état critique.

M. EL BEY

Un collégien absorbe un mélange toxique

n Un collégien de 17 ans du CEM Yahiaoui-

Mohammed à Chahbounia, 120 km au sud du chef-lieu de wilaya, a été transporté, jeudi, vers le centre de santé de la ville après avoir absorbé un mélange d’eau de Javel et d’insecticide. Le jeune homme a été évacué par les éléments de la Protection civile pour des vomissements et des douleurs au ventre, a-t-on appris.

M. EL BEY

Une fillette mordue par une vipère devant son école

n Une élève de 8 ans, scolarisée à l’école Bilal-

Benryah de Souagui, 70 km à l’est de Médéa, a été mordue à la main par une vipère, jeudi, alors qu’elle se trouvait devant le portail de l’établissement. La fillette a reçu les soins de secours sur les lieux avant d’être évacuée vers la polyclinique de la ville par les éléments de la Protection civile.

M. EL BEY

LIBERTE Lundi 2 mai 2016 L’Algérie profonde 11 AFFAIRE DES 63 AGRÉMENTS D’OFFICINES OCTROYÉS

LIBERTE

Lundi 2 mai 2016

L’Algérie profonde

11

AFFAIRE DES 63 AGRÉMENTS D’OFFICINES OCTROYÉS ILLÉGALEMENT

La justice déboute le ministère de la Santé et la wilaya de Sétif

Une fois de plus, la justice déboute le ministère de la Santé et la wilaya de Sétif, dans l’affaire des 63 pharmaciens ayant bénéficié d’agréments contraires à la loi.

E n effet, le 21 avril 2016, le Conseil d’État a débouté le ministère de la Santé, de la population et de la Réforme hospitalière

et la wilaya de Sétif qui auraient été induits en erreur par la direction de la santé et de la population de la wilaya. L’arrêté du Conseil d’État est motivé par le non respect des délais. L’organe régulateur de l'ac- tivité des juridictions administra- tives a appliqué l’article 950 du code de procédure civile et admi- nistrative. Selon une des plai- gnantes qui ont pris attache avec notre bureau, le ministère et la wilaya ont fait appel avec huit mois de retard. Pis encore, la DSP continue de faire la sourde oreille devant les jugements et les arrêtés définitifs l’obligeant à fermer les officines et du coup, retirer les agréments des indus bénéficiaires pour procéder ensuite à la délivrance d’agréments aux diplômés selon l’ordre du

registre. Il est à rappeler que l’affai- re qui a fait couler beaucoup d’encre remonte à 2014 quand la direction de la santé de la wilaya de Sétif a décidé de changer les cri- tères d’attribution d’agrément pour l’ouverture d’officine, faisant fi de toutes les lois et réglementa- tions arrêtées par la tutelle, et ce, avec l’accord de l’ex-wali de Sétif Abdelkader Zoukh. Ainsi, la direc- tion de la santé a dressé une liste de 63 bénéficiaires sans respecter l’ordre des postulants inscrits sur “le registre ad hoc”, pénalisant ainsi pas moins de 700 candidats. Cette façon de faire du premier respon- sable de la DSP cautionnée par les membres de la commission a été décriée par plusieurs pharmaciens au chômage ainsi que par le Syndicat des pharmaciens. Ces derniers ont saisi la justice. Résultat des courses : l’invalida- tion, à plusieurs reprises de la liste des bénéficiaires. Cependant, deux jugements portant le sceau de la formule exécutoire, rendant

D. R.
D. R.

Malgré les jugements et arrêtés définitifs l’obligeant à fermer les officines, la DSP continue à faire la sourde oreille.

le tribunal administratif de Sétif, étaient restés lettre morte.

F. SENOUSSAOUI

illégal l’octroi desdits agréments et demandant la fermeture desdites pharmacies ont été prononcés par

Portes ouvertes sur Algérie Télécom

n L’agence commerciale El Foura, en plein centre ville de Sétif a clôturé, avant-hier, les portes ouvertes dédiés aux différents produits et services offerts par Algérie Télécom et organisés au niveau des agences commerciales mères de chaque wilaya. Selon la responsable de la communication, pas moins de 2000 visiteurs ont été reçus durant la période allant du 9 au 30 avril, par les agents réquisitionnés pour l’opération. Les

clients d’Algérie Télécom ont eu le droit de recevoir toutes les explications nécessaires inhérentes, notamment au service de contrôle parental Fi@mane, les bibliothèques numériques FIMaktabati, Oneclick, Khlass, ainsi que la nouvelle offre destinée aux professions libérales et très petites entreprises Moohtarif. Selon des visiteurs que nous avons rencontrés, beaucoup de produits étaient méconnus. “Je viens de

découvrir les produits Fimaktabati et Fi@mane c’est la première fois que j’entends parler de ces produits”, nous dira un visiteur. Et d’ajouter : “J’ai eu mon ticket et durant le temps où j’attendais mon tour, j’ai profité des explications de l’agent”. Il est à noter que cette opération doit être généralisée à travers toutes les agences de la wilaya pour le bénéfice du maximum de citoyens.

F. SENOUSSAOUI

pour le bénéfice du maximum de citoyens. F. SENOUSSAOUI BRÈVES de l’Est OUM EL-BOUAGHI Deux personnes

BRÈVES de l’Est

OUM EL-BOUAGHI

Deux personnes arrêtées pour enlèvement

n Deux personnes impliquées

dans une affaire de kidnapping ont été placées sous contrôle judiciaire en fin de semaine écoulée, avons-nous appris de sources judiciaires. Les faits remontent au 27 avril dernier lorsque les policiers ont été alertés très tôt (6 heures du matin), par un individu, de l’enlèvement de son ami âgé de 20 ans par des inconnus. Ces derniers l’avaient obligé à monter dans leur véhicule de marque Renault Symbol avant d’exiger une rançon estimée à 11 millions de centimes pour le libérer, a affirmé le témoin. Selon ce dernier, ils ont fixé le lieu de l’échange au niveau de la ville de Makomades, au sud de la wilaya d’Oum El-Bouaghi. Aussi, une souricière sera mise en place par les policiers qui permettra l’arrestation des deux ravisseurs. Ils révéleront l’endroit ou était détenu leur otage qui sera libéré. Un troisième complice est toujours en fuite. Les mis en cause ont reconnu les faits et révélé les raisons de l’enlèvement, à savoir une transaction pour l’achat d’une moto qui aurait mal tourné.

K. MESSAD

EL-TARF

La directrice de la SDE limogée

n La directrice de la SDE de la

wilaya d’El-Tarf vient d’être

limogée par la direction régionale de Constantine, avons- nous appris auprès de sources concordantes. Cette décision a été prise à la suite des nombreux rapports émis par le personnel et appuyés par la section syndicale. Selon notre source, c’est M. Ghanès, ingénieur de son état, qui assure, depuis hier, l’intérim de cette direction qui s’est caractérisée ces derniers mois par d’importantes insuffisances.

TAHAR B.

TÉBESSA

Skanska : un quartier qui attend toujours l’aménagement

L a cite Larbi-Tebessi, appelée communément Skanska, semble être complètement délaissée par les autorités locales, et pourtant elle figure sur l’extension de la nou-

velle ville de eveste. Elle est composée en majorité d’habi- tations difformes et mal agencées, ne répondant de surcroît à aucune norme urbaine. Les habitants de ce grand quartier déplorent l’absence totale d’aménagement, de commodités et d’équipements publics devant améliorer leur cadre de vie, si ce n’est quelques cafés qui ouvrent par-ci, par-là, ajouter à cela les magasins et superettes qui poussent comme des champignons. Même la maison de jeunes inaugurée il y a quelques années est complètement abandonnée faute d’acti- vités, en dépit de quelques initiatives qui ne répondent pas

aux attentes des jeunes du quartier. Pas loin de la maison de jeunes, il y a une bibliothèque, cependant elle demeure une infrastructure sans âme, vu ses horaires d’ouverture ne répondant à aucune logique, du fait que cette infrastructure est destinée en majorité aux écoliers et étudiants. Hélas, elle ferme ses portes à 15h et n’ouvre pas les fins de semaine. Aussi sommes-nous appelés à nous demander à quoi sert d’investir des sommes colossales pour un édifice public qui ne sert à rien ou presque ? Pour ce qui est des aménagements urbains, le quartier en est totalement dépourvu. Il n’y a ni jardin public ni aire de jeu, même le revêtement de la chaussée se trouve à l’état brut, ce qui rend la circulation très difficile aussi bien pour les véhi-

GUELMA

Éclairage public défaillant au square Seridi-Mostefa

cules que pour les piétons. “Même l’entretien des revêtements laisse à désirer, car la rue principale du quartier est complè- tement dégradée”, nous dit-on. Et pour preuve, la cité des 100-Logements et celle des 40-Logements, construites pour- tant il y a une quinzaine d’années, se trouvent dans un état lamentable. D’autres problèmes ont été soulevés par les habitants, entre autres l’absence de l’éclairage public, le manque d’hygiène et les perturbations récurrentes dans l’alimentation en eau potable. Aussi, les habitants lancent un appel aux autorités locales et demandent à ce que leurs revendications soient prises en charge.

RACHID G.

L' emblématique square Séridi- Mostefa, édifié durant l'époque colo- niale et réaménagé à la fin des années

90, a accueilli des générations de Guelmis qui privilégiaient cet espace abritant des ves- tiges romains et des arbres de différentes essences. Implanté au centre-ville, il est le passage obligé des familles et des passants, car la clôture en fer forgé avait été enlevée et

il est ouvert aux quatre vents. Durant la journée, des retraités, des couples et des familles investissent ce square en s'installant sur les bancs publics et les lieux sont désor- mais bien entretenus par les ouvriers com- munaux. Cependant, tous les lampadaires ont subi des actes de vandalisme de la part de délinquants qui ont brisé les globes en verre et les ampoules. D'autre part, les fils

sont dénudés et présentent un danger potentiel, notamment pour les enfants. Des citoyens se sont rapprochés de nous pour décrier cette situation qui perdure dans l'in- différence totale. En effet, dès la tombée de la nuit, ce site convivial devient le refuge de bandes de voyous qui, à la faveur de l'obscu- rité totale, se réunissent pour s'adonner à la consommation de stupéfiants et de boissons

alcoolisées. Des agressions et des rixes sont fréquentes, et les citoyens désertent ces lieux le soir. Nos interlocuteurs saisissent cette opportunité pour lancer un appel pressant aux responsables locaux pour que ce square soit réhabilité et sécurisé, et ce, à l'image des autres jardins publics de la ville qui ont été pris en charge.

HAMID BAALI

LIBERTE Lundi 2 mai 2016 L’Algérie profonde 11 ORAN Un an de prison pour attentat

LIBERTE

Lundi 2 mai 2016

L’Algérie profonde

11

ORAN

Un an de prison pour attentat à la pudeur sur mineur

L’enquête ouverte par les services de gendarmerie aboutira à l’interpellation des mis en cause et la saisie d’un téléphone portable contenant les photos de la victime.

L a semaine dernière, le tri- bunal criminel près la cour d’Oran a examiné une affaire dans laquelle quatre jeunes hommes étaient poursuivis pour tentative

d’attentat à la pudeur sur mineur, prise de photos compromettantes et chanta-

ge. Les faits remontent à mai 2015 lors-

qu’une femme se présente à la gendar- merie de Sidi Chahmi pour porter plainte contre quatre jeunes hommes,

H. A., B. S. A. et les frères B. N. et B. A.,

qui, a-t-elle déclaré, ont conduit son fils de force dans une habitation située dans un bidonville de haï Nedjma et ont abusé de lui. Elle soulignera que ces agresseurs ont également contraint son enfant à porter des dessous féminins et l’ont pris en photos pour, par la suite, le faire chanter. C’est, a-t-elle dit, ce que lui a confié son fils qui se trouve dans un état de choc émotionnel. L’enquête ouverte par les services de gendarmerie aboutira à l’interpellation des mis en cause et la saisie d’un télé- phone portable contenant les photos de la victime. Lors de la confrontation, la victime présumée reconnaîtra trois suspects en expliquant que H. A. ne

faisait pas partie de ceux qui l’avaient kidnappé. À la barre, les inculpés ten-

Une enfant se blesse à l’œil

Ce samedi, une enfant de 11 ans,

A. B., a failli perdre son œil après avoir été blessé par un bout de fil de fer. L’accident s’est produit à la rue Tlemcen, à Oran. L’intervention du médecin de la Protection civile a été salutaire pour la victime.

AYOUB A.

Quatre blessés sur la route

Deux blessés à divers degrés de

gravité ont été enregistrés dans un accident de la circulation au niveau de Oued Tlélat qui s’est produit ce samedi vers 11h40. Un tracteur et une camionnette de type Chana ont été à l’origine de cet accident. Deux autres blessés ont été enregistrés dans un accident survenu sur le 4e boulevard périphérique.

A. A.

D. R.
D. R.

teront de se disculper des charges qui pèsent sur eux et trouveront une aide aussi surprenante qu’inattendue de la part de la victime qui innocentera H. A. et minimisera les actes des trois autres. L’avocat de la victime déposera même une requête stipulant que la vic- time a décidé de ne pas se constituer partie civile. L’explication résiderait dans le fait que le père de la victime, incarcéré dans le cadre d’une affaire de stupéfiants, connaît les quatre mis en

Le jeune mineur a été kidnappé et a subi des sévices.

cause et aurait insisté auprès de son fils pour qu’il ne les charge pas. Estimant que ce revirement de dernière minute n’enlève rien à la gravité des charges, le représentant du ministère public requiert la peine de 10 ans de réclusion criminelle contre les quatre inculpés. Au terme des délibérations B. N., considéré coπmme le meneur du grou- pe, est condamné à un an de prison ferme alors que les trois autres sont acquittés.

S. OULD ALI

APRÈS 12 SEMAINES DE PERTURBATIONS

Mise en service du tramway d’Oran

A près 12 semaines de travaux de

réaménagement et d’optimisa-

tion des performances du tram-

way, la Setram-Oran a annoncé, jeudi, que les travaux en cours de la première ligne se sont achevés hier avec une reprise du trafic normal prévu pour aujourd’hui. Ces travaux ont permis la

suppression de 10 voies de communica- tion (aiguillage permettant de faire demi-tour en cas d’incident) qui étaient peu ou non utilisées, selon notre source auprès de la Setram-Oran. Ainsi, en supprimant ces voies de communica- tion, l’entreprise, en collaboration avec la direction générale de l’Entreprise du métro d’Alger (EMA), vise à améliorer le confort de ses voyageurs tout en réduisant le temps de parcours entre les

deux terminus de quelques minutes. Toutefois, précise-t-on, ces résultats ne seront visibles que dans plusieurs semaines en attendant de connaître les résultats des études engagées devant déterminer avec exactitude les vitesses maximales applicables sur ces zones. La date de fin des travaux qui étaient ini- tialement fixée au 21 avril 2016, ont été interrompues pendant une dizaine de jours à l’effet de réaliser une campagne de mesures sécuritaires urgentes, a-t-on souligné. “Avec un gain de 2 à 3 minutes par station, nous pouvons espérer gagner plusieurs minutes sur les 64 actuellement au compteur du parcours de la ligne entre les stations de Sidi Maârouf et l’université d’Es Sénia”, a-t-on expliqué.

K. REGUIEG-ISSAAD

CENTRE UNIVERSITAIRE DE NAÂMA

3 e Colloque national de langues étrangères

L a langue a “une valeur marchan- de” qui dépend des rapports de force exprimés par “le marché lin-

guistique”. Ce constat général est d’au- tant plus vérifiable en Algérie depuis l’ouverture récente du pays à l’écono- mie de marché et l’installation des firmes internationales. Aujourd’hui, plus que jamais, les langues étrangères sont devenues des compétences requises et nécessaires pour toute rela- tion professionnelle, des produits éco- nomiques à faire valoir. Mais, qu’en

est-il de la réalité en Algérie ? Les for- mations prodiguées en langues étran- gères répondent-elles de la meilleure manière à ce constat ? A quel niveau se situe la faille ? Comment y remédier ? Que faut-il changer ? Comment har- moniser l’offre universitaire et l’attente des entreprises ? C’est autour de la thé- matique “Formation en langues étran- gères : qu’est-ce qui doit changer pour quelles perspectives socioprofession- nelles ?” que se tiendra le 3 e Colloque national organisé les 3 et 4 mai pro-

chains par le département des langues étrangères du Centre universitaire Salhi-Ahmed de Naâma. 22 interve- nants des différentes universités du pays sont invités à prendre part à cette rencontre scientifique initiée conjoin- tement par le professeur Saâdane Braïk et le docteur Baghdad Remmas. Les participants développeront leurs com- munications respectives autour de trois optiques : ingénieurique, didac- tique et professionnelle.

R. L.

: ingénieurique, didac- tique et professionnelle. R. L. BRÈVES de l’Ouest TIARET Un homme mortellement fauché

BRÈVES de l’Ouest

TIARET

Un homme mortellement fauché par une voiture

 

Un homme a été mortellement fauché par une Renault

Express, aux premières heures de vendredi dernier, sur la voie d’évitement ouest de Tiaret. Le conducteur du véhicule, âgé de 48 ans, avait pris la fuite avant d’être arrêté au niveau du quartier Bellevue quelques instants plus tard par les services de la police qui se sont appuyés sur des témoins oculaires. Durant la même journée, un autre accident de la route a eu lieu sur le chemin de wilaya 111, reliant la wilaya de Tiaret à celle d’El-Bayadh, quand une autre Renault Express s’est renversée faisant un mort et un blessé.

 

R. SALEM

 

Arrestation de trois personnes en possession de deux fusils

Lors d'un point de contrôle dressé sur la RN90, reliant

Tiaret à Tissemsilt, dans la commune de Medrissa, les gendarmes ont interpellé trois personnes se trouvant à bord d'un camion, en possession de deux fusils de chasse, avec 137 cartouches, 300 grammes de pulvérin et du matériel de bourrage de cartouches, détenus illégalement. Ils ont été remis en liberté par la justice et les armes et minutions ont été récupérées.

 

A.

A.

 

MOSTAGANEM

Un 1 er mai sans voitures

Le 1er mai à Mostaganem a été une journée sans véhicules

au moment où justement la circulation routière est à son plus faible niveau du fait de l’absence quasi totale de déplacements d’automobilistes dans la ville.

 

M.

S.

Des rues sans bitumage

à

la Salamandre

Depuis la livraison de la cité voilà plus de 5 années, et

malgré des dizaines de doléances adressées aux autorités concernées, les résidents de la cité des 18-Logements de la Salamandre sont las d'attendre le bitumage de la route qui mène vers leurs foyers.

 
 

M.

S.

MASCARA

Un meeting annulé à cause d’un poulet avarié

 

Le docteur Hamana Boucherama, secrétaire national du

Parti des Jeunes, qui devait animer un meeting à la salle Feth à Mascara, a été selon une source proche, pris d’un malaise suite à une intoxication alimentaire. La rencontre a été immédiatement annulée avec ses militants et il est retourné chez lui. Selon la même source, le chef du parti a consommé du poulet la veille et a été contraint de rejoindre Alger.

 

M.

S.

SIDI BEL-ABBÈS

Deux frères meurent au fond d’un puits

 

Un enfant âgé de 11 ans, qui jouait à proximité d’un puits,

vendredi dernier, aux environs de 17 h à la ferme Si Salah, commune de Aïn Trid (10 km au nord du chef-lieu de wilaya)

a fait une chute accidentelle à l’intérieur dudit puits et a

trouvé la mort par noyade. Son frère âgé de 16 ans, qui est

intervenu pour le secourir, a subi le même sort. Une enquête

a été ouverte.

A. BOUSMAHA

TLEMCEN

Arrestation d’un Marocain pour vol

n Un ressortissant marocain a été placé sous mandat de

dépôt pour immigration clandestine et vol qualifié. Le mis en cause a été arrêté en situation irrégulière pour vol d'une motocyclette commis au préjudice de la victime, âgée de 44 ans.

 

A.

A.

 

RELIZANE

 

Découverte d’ossements humains

 

à

El-Hamri

 

Un agriculteur qui labourait sa parcelle de terre à la

commune d'El-Hamri a déterré des ossements et un crâne humain. Les ossements humains ont été déposés à la morgue de l'hôpital de Oued Rhiou et la gendarmerie a ouvert une enquête.

 
 

A.

A.