La revue du cercle et de la faculté de droit

LE BÈGUE
Spécial blocus

Mai - juin 2010

1

Mai - Juin

 P  3  :  éditos  P5  :  Mot  de  la  présidente  du  cercle  P  6  :  Semaine  Bleue  P  7-­‐8  :  Interview  ;  Histoire  du  Droit  ;  Bac  1  P  9  :  Interview;  Histoire  des  InsDtuDons;  Bac  1

SOMMAIRE

 P  10  :  Interview;  Procédure  Pénale;  Bac  2 P  11  :  Interview;  Théorie  du  Droit;  Bac  3  P  12-­‐13  :  Interview;  Droit  patrimonial  de  la  famille;  Master  1  P  14-­‐15  :  BDE  P  16  :  Elsa  P  17  :  Si  je  n’avais  pas  fais  le  droit  !  P  18  :  La  coupe  du  monde  2010  P  19:  Le  Bègue  2010-­‐2011  P  20  :  Le  Bègue  recrute  !    P  21  :  Détente  P  22  :    Galerie  Humour  P  23:  Dinner  Bègue

2

2

Chers  lecteurs,  chères  lectrices,   Je   déposais   la   semaine   passée   mon   dossier   de   candidature  pour   les  échanges   erasmus.  Une  peDte  boite  aux   leZres  pour   5  mois  d’échange...  et  une  bonne  dose  de   frustraDon   d’ici   là.   Le   classement   des   parDcipants   se   veut   équitable   :   c’est   la   première  fois   que  les  étudiants   de  Namur,   St  Louis  et  Louvain-­‐La-­‐Neuve  se  rassemblent,  il  est   logique   de   prendre   en   considéraDon   les   résultats   communs   de   janvier   2010.     C’est   face   à   beaucoup   de   flou   et   de   décepDon   que   je   me   suis   posée   différentes   quesDons.   Premièrement,   pourquoi  les   règles  du   jeu   n’ont-­‐elles   pas   été   expliquées   clairement   dès   le   départ   ?   Beaucoup   d’étudiants   n’auraient   pas   eu   l’idée   catastrophique   de   reporter   un   examen   «   abordable   »,   puisque   l’unique   conséquence   a   été   de   les   faire   descendre   dans   le   classement.   Mais   la   principale   quesDon   reste   celle-­‐ci   :   pourquoi   faire  des  4   examens  passés  en  janvier  le  critère   primordial?   Tous   mes   regards   se   sont   tournés   vers   mes   amis   de   l’IAG   (ajoutons   Solvay   pour   l’ULB).   Système   d’évaluaDon   claire,   sur   base   de   points   :   un   pourcentage   précis   pour  les  points  de  janvier,  un  pourcentage  pour   les   cotes   de  BAC,   un   pour   les   acDvités   extra-­‐scolaires,   et  un   pour  les  connaissances  linguisDques.   Le   tout  sur  100%.   On   postule,   quelqu’un   a  plus  pour  une  desDnaDon,     c’est  lui   qui  l’aura.   Que  quelqu’un  me  contredise   si  je  me  mets  le  doigt   dans   l’œil,   mais   si   un   étudiant   arrive   à   une   grande  disDncDon   dans   une   université,   son   travail   aurait   porté   au   même   résultat   dans  une  autre.   Les  points  vont   de  paire   avec   le   travail  en  Belgique  et  non  avec  l’université.  On  aurait   déjà   procédé   au   calcul   d’un   coefficient   pour   l’évaluaDon   des   notes  si  c’était  le  contraire...   Pour   terminer   sur   une   note   posiDve,   je  me   dois   tout   de   même  d’être  reconnaissante   envers  la   faculté  de  droit   et   tout  le  personnel  qui  prend   des   journées  et   certainement   des   semaines   à   meZre   ceci   en   place,   sans   parler   des   nombreux  programmes  et  desDnaDons  diversifiées.     J’aurais   juste   fortement   apprécié   que   les   critères   principaux   définissants  le  classement  des  étudiants  soient   mis  sur  un  véritable  pied  d’égalité.   Pour  changer  tout  à  fait  de  sujet,  cet  édito  étant  le  dernier,   je   voudrais  remercier   toute  l’équipe  du   Bègue  pour  ceZe   année   incroyable!   J’ai   passé   des   moments   terribles   avec   vous  tous  (parDculièrement  la  bande  des  moDvés     ;-­‐)  ),   et   espère   en   passer   encore   beaucoup!   Merci   aussi   aux   lecteurs,   et  aux   remarques   posiDves  et   construcDves  des   étudiants,   des   assistants   et   des   professeurs,   qui   feront   sans  cesse  améliorer  ce  journal.   A  l’année  prochaine  avec  une  toute  nouvelle  rédactrice  en   chef  ! Hélène

Chers   vous   tous   -­‐   pour   la   dernière  fois…  Snif,  snif…-­‐, Le   temps   de   se   meZre   sérieusement   à   l’étude   est   arrivé   !   Vive   les   joies   du   blocus   quand   le   soleil   est   au   zénith   -­‐   enfin   pour   le   moment,   ce   n’est   pas   encore   ça   –     et   les   vacances   si   proches  et  si  loin  à  la  fois,…  Votre  Bègue  spécial  blocus  est,   cependant,  fidèle  au  poste  pour  vous  apporter  les  derniers   tuyaux   de   nos   chers   professeurs,   des   conseils   pour   opDmaliser  votre   étude   mais  aussi,  et  surtout,   des  pages   et   des   pages   détentes,   culture   et   diverDssement   pour   occuper  vos  pauses.   En   ce   qui   concerne   ce   journal   et   son   avenir,   l’équipe  recrute,  d’ores  et  déjà  !  Que  tous  les  moDvés  prêts   à  se   laisser   tenter  par   cet   agréable  et  enrichissant   projet   qu’est   le  Bègue   se  fassent  connaitre  en  envoyant  un  email   s u r   l a   d é s o r m a i s   c o n n u e   a d r e s s e   «   lebegue0910@gmail.com   ».   Quant   à  moi,   ce   n’est   pas   sans  une  peDte  pointe   au  cœur  que  je  vous   annonce  que   vous   n’aurez   plus   le   plaisir   –   du   mois,   j’aurais   tout   fait   pour…-­‐   de   me   lire   en   première   page   mais   ne   vous   inquiétez  pas  –   héhé  –   vous  me  retrouverez   quand  même   dans  les  différentes  rubriques  du  Bègue…   Pauline   Ramboux,   voilà   le   nom   de   celle   qui   organisera,   dès   septembre,   les   nouvelles   acDvités   et   paruDons   de  notre   journal  préféré.  D’ailleurs,   référez-­‐vous   à  l’arDcle   sur   sa   présentaDon   pour   connaitre   qui  elle   est   mais   aussi   quelle   sera   la   dynamique   qu’elle   a   pour   but   d’apporter  au  journal…   Enfin,   un   peu  comme  dans   un   de  mes  précédents   éditos,   je  terminerais   –   la  der   des  der  !-­‐   par  un  peDt  mot   plus   personnel   et   donc,   plus   obscur,   pour   la   majorité.   Certains   évènements   peuvent,   complètement,   changer   votre  regard   sur  la  vie  alors,   avec  la  plus  grande  humilité   possible,   je   vous   soufflerais   que   l’existence   est   fragile,   qu’en   un   instant   tout   peut   basculer   ;   donc,   apprenons   à   relaDviser  et  à   profiter  de  chaque  peDte  joie  qui  nous  est   offerte…   A  bientôt,   Avec  passion,   Jea’    

3

Afficher les défis dont on est fier
Nous proposons : Pulls, Sweats, T-shirts, Polos, Chemises, Vestes, Polars, Bands de cérémonie, - … + broderie de votre logo en plusieurs couleurs, avec repiquage d’un prénom, …. Nous suivons votre fantaisie

Broderie Kani sprl 77 rue de Chastre 1325 Corroy-le-Grand En face de LLN, Au centre du village Flèché depuis la sortie n°9 Ouvert le samedi de 10h à 18h Ou sur rendez-vous Tel : 010 68 03 04 info@kani.be

4

Le mot du président du cercle de droit
Bonjour  à  tous, Ce   n’est  pas  sans  émoDon   ni  joie  que  je   ramasse  aujourd’hui  la   plume  laissée  par   notre  ancienne   présidente  afin  de  vous   écrire  ces  quelques  lignes.   En  effet,  fraichement  élu,   c’est  à  moi  que  reviens  l’illustre  honneur  d’écrire  le  dernier   «  mot  du   président  du   cercle   de   droit   »   de   l’année.   Sans   prétendre  au  talent  de  mon  prédécesseur,  j’espère   que   ce   mot   vous  sera   plaisant  à  lire. Premièrement,  pour  ceux   qui  ne  me  connaissent  pas  (encore),  je  m’appelle  Christophe  WanDez   (allias  Touf   Touf  ou  encore   Christouf),   étudiant   de   bac   3   en   droit   et   ancien   vice-­‐président   de   votre   Cercle   de   droit.   Après   des   élecDons   dont   les   présidenDelles  américaines  n’ont  rien  à  envier,  me  voilà  élu  président  du  cercle  de  droit.  Je  compte  évidemment  bien  remplir   ce  mandat  aussi   bien  (voir   mieux   si   cela   est   possible)   qu’il  ne  l’a  été   ceZe  année.   Heureusement,   pour   ce  faire,   je  peux   compter  sur  les  32  personnes  qui  m’accompagneront  dans  ceZe  aventure,   je  veux   bien  entendu  parler  de  tout  mon  comité.   Et   ce  sans  parler   du   CDS   et  de   tous   les  sympathisants  (vous   êtes   plus  nombreux   d’année  en   année)   qui  viennent   aider   ponctuellement  tantôt  pour  le  service  cours,  tantôt  pour  la  revue  ou  encore  sporadiquement  au  cours  de  l’année. Je  n’oublierai  pas  non  plus  nos  chers  professeurs  et  assistants,  qui  par  leur   présence  à  certaines  de  nos  acDvités,  leur  écoute   et  leurs  conseils   nous   permeZent  d’avoir  de   très  bonnes  relaDons  tant  avec  les  étudiants  qu’avec  la  faculté  de  droit,  chose   importante  à  nos  yeux.   Sans   oublier   le  personnel   académique   qui   nous   lit   régulièrement   (ps   :   madame   Durant   j’espère   vraiment   que  vous   aurez   dans  ce  bègue  la   case  manquante   à  votre   tableau  de  comparaison   de  prix   de  la  bière  lors  des   différentes  desDnaDons  Erasmus). Mais  bref,  arrêtons   de  parler  de  moi   et  parlons  de  choses  plus  sérieuses.  Nous  sommes  à  présent  vendredi  et  ceZe  longue   période  de  fêtes  en  tout   genre  est  malheureusement/enfin   terminée.  En  effet,  ceZe  dernière  semaine  fait  maintenant  place   à   ceZe  période  caractérisée  pour   certains   par  une  fréquentaDon  inhabituelle  des  photocopieuses,  une  hygiène  corporelle   pas  toujours   très  présente  ou   encore  par   ceZe  tendance  à  avoir  envie  de  faire  tout   ce  qui  paraît   super   chiant   pendant  le   reste  de  l'année  (rangement,  tonte  de  pelouse  etc.),   j’ai  nommé  le  BLOCUS  (ta  ta  ta   taaaaaa  !).  Période  de  fesDvités  d’une   tout  autre  mesure,  plusieurs  habitudes  de  vies  s’en  trouvent  alors  bouleversées  :  fini  les  sorDes  et  les  réveils,  parfois,  un  peu   trop  tardifs  ;  au  revoir   la   vie  sociale  ;  fini  les  plats  surgelés  achetés  à  19h  45  au  grand  Delhaize  (alors  que  tu  t ’étais  promis   d’aller  plus  tôt   pour   éviter  les  files)   ;   bonjour  papa  et   maman  et  leurs  bons  peDts  plats   ;   bonjour   Facebook  et  les  pauses   interminables  qui  nous  font  tant  culpabiliser  et  bonjour  la  réouverture  du  cinéma  de  Louvain-­‐la-­‐Neuve  (le  15  juin  pour  ceux   qui  ne  seraient  pas  encore  au  courant).   Enfin,   il  ne  me   reste  plus  qu’à  vous  souhaiter   bon   courage  pour  la  période  qui  s’annonce  et  à  remercier  tout  le  comité  de   ceZe  année   pour  le  travail  qu’il  a  fourni   mais  surtout   notre  présidente  pour  toute  l’énergie   et   la  bonne  humeur  qu’elle  a   dispensé  au  cours  de  ceZe  année. Avec  hâte  de  vous  réécrire  en  septembre, Christophe

5

Semaine Bleue
Vous   vous   êtes   peut-­‐être   demandé   pourquoi   tout   le   comité   du   cercle   de   droit   avait   subitement   rajeunit   durant   la  semaine  du  26  avril  et   pourquoi  des   jeunes   bleus  erraient  sans  cesse  autour   de  l'Adèle  au  lieu  de  chouchouter  leurs   chers   Codes   et   syllabus   d'Histoire   du   droit.  La  réponse  se  trouve  ci  dessous! et   le   Cercle   brillait   par   sa   propreté   et   son   rangement   exemplaire,   comme   nous  l'a  aimablement  fait  remarquer  un   comitard  MDS   par  une  peDte  boutade  :   «   On   dirait   l'Agro   ici!».   Pendant   la   soirée,   si   vous   éDez   des   nôtres   vous   avez  pu  assister  à  un  Cocktail  Bar  et  Jam   chaleureux   et   sans   bévue   où   chacun   a   pu   prouver   qu'il   était  capable  de  gérer   En   soit,   c'est   très   simple   :   le   lundi   26   toute  situaDon.  En  effet,  ne  perdons  pas   avril  a  débuté,  sous  le  soleil  éclatant   et   de   vue   que   les   quelques   postes   à   inhabituel   de   Louvain-­‐la-­‐Neuve,   la   prendre  étaient  en  jeu... «   semaine   bleue   »   de   l'Adèle.   Par   «   semaine   bleue   »,   on   entend   une   Mercredi  :  soirée  «  petage  de  plombs  »   bande   de   volontaires,   fraichement   mercredi   à   l'Adèle,   aussi   bien   au   sens   bapDsés,  qui   prennent  le  cercle   en  mais   liZéral   qu'au   sens   figuré.   Une   fin   de   pendant   une   semaine   complète   en   se   soirée   à   2h15   pour   cause   de   coupure   meZant   à   la  place  des   comitards  et   en   d'électricité,   agrémentée   de   l'annonce   essayant   dès   lors   de   remplir   au   mieux   des   nouveaux   postes   qui   a   suscité   leurs   foncDons   provisoires,   à   savoir   beaucoup   d'émoDon.   Profitons   en   Clash,   Midi,   service   cours,   délégué   Bar   d'ailleurs   pour     féliciter   les   nouveaux     et  bien  sur,  le  Præsidium. bleus  adhérents  au  comité  2010-­‐2011  :   Meryl,   Mich-­‐Mich   et   Jean-­‐hub   à   la   Lundi   :   un   début   de   semaine   plutôt   Clash,   Cramouille,   Flo   et   Elo   pour   le   calme   avec   une   Clash   qui   prend   les   Midi,     Victor   et   Volte-­‐face   en   délégués   choses   (colle   et   pinceaux)   en   mains   bar  et  Poussin  en  Cocktail  Bar,  Anim'   Bar   pour   placarder   tous  les  murs  de  la  ville   et  Sports. avec  leur  accroche  spéciale  Casa  Droit  :   «   Ce   soir   sort   de   ta   Ca(sa)verne   !   ».   Jeudi  :   journée  plus  calme,  les  deux   plus   Pendant   que   nos   deux   charmantes   grosses   soirées   de   la   semaine   se   déléguées   Clash   Cécile   et   Meryl   trouvant   derrière   nous,   certains   ont   arpentaient  Louvain  de  long   en  large,  le   décidé   de   profiter   du   soleil   et   de   se   premier   drame   de   la   semaine   prenait   's'tripper  autour  d'un  poker.  Une  fois   ce   place   au  xx    rue  des  Bruyères...En  effet,   radieux   soleil   disparu,   les   valeureux     même   pas  12h   après  que  nous  soyons   survivants  de  la  semaine  ont  pu  aider  à   devenus   les   rois   des   lieux,   notre   très   l'ouverture   du   cercle,   l'Adèle   étant   c h e r   P r é s i d e n t   s e   f a i s a i t   devenue,   pour   l'occasion,   une   friterie   «  malencontreusement  »    voler  les  clés   ouverte   aux   affamés   des   cercles   et   du   cercle   par   un   comitard   de   la   MDS,   régionales   présents.   Une   fois   les   venu   avec   d'autres  nous  ennuyer,   pour   estomacs   rassasiés   et   les   guindailles   le   dire   poliment,   pendant   notre   terminées,   tous   les   comitards   ayant   permanence.   Comme   le   veut   la   déserté,   nous   nous   sommes   enfin   tradiDon,  le  rachat   se  fera  à  l'afond   s'il-­‐ retrouvés   seuls   au   cercle   pour   une   vous-­‐plait,  pour  le  bonheur  de   certains   peDte   soirée   dont   certains   ne   se   gosiers   et   un   aller   simple   sommeil   de   rappellent  pas  forcément  de  la  fin... p l o m b   p o u r   d ' a u t r e s   q u i   s e   reconnaitrons. Vendredi  :  clôture  et  comptes  ;   victoire   La  journée  s'est  clôturée    par   une  Casa   pour  les  bleus,  on  a  pas  coulé  le  cercle  ! parDculièrement   peu   remplie...   Mais   malgré   les  absents,   qui   auront   eu   tort   In  fine,    nous  tenons  à  remercier  tout  le   de   ne   pas   être   venus   savourer   nos   comité   pour   la   confiance   qu'il   nous   a   bières   fraîches   excepDonnellement   accordé   en   nous   laissant   les   clés  et   la   biens  servies,    les  bleus  s'en  sont  donné   gérance   du   cercle,   ainsi   que   nos   chers   à  cœur  joie  derrière  le  bar  ou  la  pompe.   présidents   de   semaine   bleue   qui   ont   Servir   à  la  Casa,   même   trois   bières,   ce   résisté  à   la   pression   sans   faillir   :   Julien   n'est  pas  rien! Quertain   en   Président   du   cercle,   Mardi  :   deuxième  jour  de   permanence   Florence   Bourton   et   Thibault   de   Jamblinne   en   Vice-­‐Présidents,   Elodie   Koch   secrétaire   et   enfin   Victor   B o u t e i l l e r   n o t r e   t r é s o r i e r   hebdomadaire. Mais  n'oublions  pas  tous   les   autres   qui   ont   fait   de   leur   mieux   pour   accomplir   leur   vénérable   mission   :   MarDn,   Mich-­‐ Mich,   Cramouille,   Samy,   Volte-­‐face,   Divine,   Bill,   Bush,   Inès,   Cécile,   Meryl,   Géant  Vert,  Tamara,   Royal,  Alice,  Emilie,   Vincent,   Coup   de  Boule,   Froggy,   Fanny,   Alicia,    Jean-­‐Hub,   Magali,  Joschka,  Sushi   et  Loriane. On  profite  également  de  l'occasion  pour   féliciter   notre   nouveau   président,   Christophe   WanDez,   et   lui   souhaiter   bonne   chance   dans   ses   nouvelles   foncDons.   On   souhaite   aussi   un   repos   bien  mérité  à  Tess! Au   final,   une  semaine   mémorable  pour   toute   la   promoDon   des   nouveaux   bapDsés  2009-­‐2010  du  cercle  de  droit.   PS   :   DONOOOOOOOOOOO   &   AZUUUB   <3  <3  <3 Hélène  Gribomont  et  Loriane  Lion

6

Professeur Alain Wijfels - Histoire du droit - Bac 1
e la A l’occasion d nous session de juin avec recommençons des les interviews professeurs.
LB  –  Quel  était  votre  profil   d’étudiant  à   notre  âge  ?  Assidu  aux  cours   ou  plutôt   turbulent  ? AW   –   Franchement,   c’est   l’amnésie   totale   –   je   ne   peux   même   pas   me   souvenir  avoir   connu  ce  jeune  étudiant   à  votre  âge.  Les  cours  ?  J’ai  dû  beaucoup   brosser,   car   je   suivais   des   cours   en   touriste   dans   d’autres   facultés   –   à   l’époque,  les  mineures  n’existaient  pas.   LB  –   Outre  l’histoire  du   droit  –   comme   on   peut  le  constater  en  cours   –  quelles   sont  vos  principales  passions  ? AW   –   Passions   ?   Mais   voyons,   vous   n’allez   tout  de  même  pas   faire  basculer   ce   bon   vieux   Bégue   dans   la   presse   people   !?   Non,   non,   non,   j’ai   une   concepDon   très   réductrice   et   négaDve   des   passions,   qui   sont,   comme  le   nom   l’indique,  quelque  chose  que  l’on  subit,   à   laquelle  on   est   soumis   –   pour   moi,  la   personne   adulte  se   définit  précisément   par   le   contrôle   des   passions,   la   raDonalité  par  la  maîtrise   des  passions.   Bon,  qu’on  ait  des  passions  à  vingt   ans,   peut-­‐être.  Le  passage  à  l’âge  adulte   est   justement   l’émancipaDon   de   ces   passions.   La   passion,   c’est   le   contraire   de  la  liberté.   LB   -­‐   Quel   est,   en   bref,   votre   parcours   professionnel  ? AW   –   Ah,   bon,   encore   une   quesDon   d’histoire   ?   Mais   c’est   comme   les   études,   je  ne  sais  plus  moi,   c’est  passé,   quand  je  dois  envoyer  un   cv,  je  fais  cela   depuis  des  années  avec  un  copier-­‐coller,   sans   le   relire,   alors...   Ce   qui   compte,   c’est   ce   que   je   fais   aujourd’hui   (et   probablement   depuis   plus   de   vingt   ans)   :   prof   à   l’UCL,   prof   à   Leyde   (aux   Pays-­‐Bas),  et  directeur   de  recherches  en   France. LB   –   De   votre  point   de   vue,   l’étudiant   modèle  c’est...  ? AW  –   Aaaah  !  Je   l’aZendais,  celle-­‐là  !  Et   bien,   sachez,   une   fois   pour   toutes   :   l’étudiant   modèle,   cela   n’existe   pas   !   Tout   dépend   de   la   trajectoire   à   long   terme,   du   type   de   vie   que   l’on   veut   mener   passée  la  trentaine,   du   type   de   personne  que  l’on  veut  devenir.  C ’est  en   foncDon  de  cela  qu’il  faut  commencer  à   se   préparer   en   tant   qu’étudiant.   La   seule  formule  qui  me  vient  à  l’esprit  est   trop   abstraite   :   il   faut   construire   un   équilibre  entre  ses   forces,  ses  faiblesses   et   ses   ambiDons.   Mais   ces   trois   paramètres   varient   d’un   étudiant   à   l’autre  :  l’étudiant  «  modèle  »,  c’est  celle   ou   celui   qui   parvient   concrètement   à   équilibrer  ces  éléments. LB   –   Quelles   sont   les   plus   grosses   erreurs   commises   par   les   étudiants   en   général  ? AW  –  Euh,  vous  voulez  vraiment  remplir   tout   le   numéro   du   Bègue   avec   ceZe   interview   ?   Je   n’en   citerai   qu’une,   la   plus  fondamentale  à  mon  avis  :  trop  peu   d’étudiants   sont   à   la   fois   acteurs   et   spectateurs   dans  leurs  études.   On   leur   assigne   un   rôle,   ils  le   jouent   avec   plus   ou  moins  de   convicDon.   Ils   apprennent   le  rôle   qu’on   leur   donne.   Mais  cela   ne   suffit   pas   :   il   faut   en   même   temps   prendre   la   distance   pour   observer   comment   on   vous   fait  jouer  votre   rôle,   sinon,  au  terme  des  cinq  années  ou  plus   de  vos  études,  vous  ne  vous  aurez   pas   vu   progressivement   assumer   le   rôle,   vous   finirez   par   vous   idenDfier   au   masque   que   vous   avez   porté   tout   le   temps,   le   masque   sera   devenu   votre   chair,   votre   personnalité.   Vous   rendez-­‐ vous   compte   quelle   métamorphose   a   lieu   entre   17   et   23   ans   ?   Observer   comment   le   programme,   les   cours,   les   examens,   les   interacDons   avec   les   professeurs,   les  assistants,   mais  surtout   avec   les   autres   étudiants,   tout   cela   contribue   au   montage,   et   donc   à   la   manipulaDon,   de   ce   que   vous   êtes   en   passe  de   devenir,   c’est   indispensable  –   si   vous  parvenez  à  jouer  le  rôle   que   l’on   vous   assigne   de  manière  convaincante,   et  qu’en  même  temps,  vous  comprenez   la  régie,  le  décor,  l’arDfice  de  toute  ceZe   producDon,   alors,   seulement,   vous   aurez  réussi,  car   vous  serez  préparé  à  ce   que   les   étudiants   anglais   appellent   la   real  life,  la  vie  après  l’université. LB   –   Les   conseils   que   vous   donneriez   aux   étudiants  en  blocus  ?  Une  journée   type  ?   AW   –   Pour   mon   cours,   je   renvoie   simplement   au   document   que,   chaque   année   (avec   mises  à   jour),   j’affiche   sur   iCampus   au   moment   où   le   blocus   commence,   et   où   Gaston   Lagaffe   apparaît   en   maugréant   «   Les   dates   historiques,   c’est   pas   mon   truc...   ».   À   Pâques,   j’ai   déjà   suggéré   un   horaire-­‐ type   ;   pour   le  blocus,   ce  n’est  pas   très   différent.  Pensez   à  1940   :   le  10  mai,  la   bataille   commence,   dix   jours  plus  tard,   la   Belgique   est   vaincue,   fin   juin,   la   France...   mais   cinq   ans  plus  tard,   c’est   l’Allemagne  nazie  qui   est  détruite.  Allez,   de  la  mi-­‐mai   à  la   fin  juin  2010  :  il  s’agit   pendant  ceZe  brève  période  de   meZre   toute   ses   réserves,   toute   sa   force   de   frappe   en   acDon,   avec   intelligence   et   endurance.   Il   faut   savoir   un   peu   se   surpasser  en   ces  occasions.  Surtout  pas   d’atermoiements  !  Et  ce  n’est  pas  parce   qu’on   a  perdu   la  bataille  qu’on  a  perdu   la  guerre.

7

LB  –  Un  peXt  truc  pour  l’examen...  ? AW   –   Emmener   son   gri-­‐gri.   Non,   sérieusement   :   sur   toute   une  session,  il  faut  aussi  un  peu  de  chance.  Mais  je  reviens  à   votre  quesDon  comment   éviter  les  erreurs   :  pour  l’examen,   il   est   uDle,   pendant   l’année,   d’avoir   bien   observé   ses   professeurs,  non  seulement  d’avoir  pris  de  bonnes  notes.  Les   profs,  c’est  comme  les  étudiants  :   il  n’y  a  pas  de  prof  modèle.   Vous   avez   le   prof   relax   et   celui  qui   est   collet   monté,   vous   avez   le  bosseur  et  celui  qui  a  la  flemme...   Mais  tous  ont  un   ego  plus   ou  moins   démesuré,  nous  sommes   tous  vaniteux.   Pensez   :   la  vanité   d’occuper  un   poste   qui   suppose   que   l’on   puisse   transmeZre   des   expériences,   des   connaissances...   à   votre  généraDon,  même  si,  au  fil  des  années,  on   s’éloigne  de   plus  en   plus  de  ceZe  généraDon.  Et  bien,  ceZe  vanité,  c’est  la   brèche   dans   laquelle   vous   devez   sauter   à   l’examen,   si   la   chance   s’en   offre.   Cela   suppose   que   l’on   ait   été   non   seulement   un   bon   acteur,  mais  aussi  un   spectateur   aZenDf   pendant   l’année.   Reconnaître   comment   s’arDcule   la  vanité   parDculière  de  chaque  enseignant,  c’est  ça,  le  truc. LB   –   Trouvez-­‐vous   que   le   système  universitaire   actuel   est   justement   adapté  ?  Si  vous  deviez  y   changer   quelque  chose,   que  feriez-­‐vous  ? AW   –   Un   collègue   français   a   un   jour   lancé   la   boutade   :   ‘Donnez   le  diplôme   de  fin  d’études  dès  la  première  semaine   de  la  première  année.   Tout   le   monde  reçoit  le  diplôme.   Et   puis,  on  commence  à  enseigner’.  CeZe  remarque  est  inspirée   par   le   système   français   où   tout   le   monde   (ou   presque)   a   accès  à   l’université,  comme  en  Belgique.  À   Cambridge,  tout   le  monde   (ou   presque)   reçoit   le  diplôme   (en   fin   d’études),   mais   si   vous   avez   un   grade   III,   c’est   comme   si   vous   aviez   échoué   (et  il  n’y  a  pas  d’examens  de  passage,  ni  vraiment  de   système   pour   bisser)   ;   et   là,   en   revanche,   la   sélecDon   au   départ   est   assez   sévère.  Ici  en   Belgique,   les  bons   étudiants   reçoivent   à   peine   l’enseignement   qu’ils   méritent,   et   ils   ne   sont   pas   formés   pour   devenir   les   universitaires   dont   la   société  a  besoin.  Mais  l’essenDel   des  études  n’est  même  pas   dans  le   système  tel  qu’il   existe  sur   papier   :  l’université  doit   avant   tout   créer   le   cadre   de   formaDon,   ce   qui   comprend   beaucoup   plus  que  les  cours,  les  syllabus,  les  examens.  Il  faut   aussi   acquérir   des   techniques   sociales,   construire   et   s’intégrer  dans  des  réseaux...  LLN   offre  l’avantage  d’un  grand   campus   universitaire,   avec   des   tas   d’acDvités,   des   kots   à   projets,   la   revue,   des   conférences-­‐débats...   Il   faut   absolument   en   profiter,   et   pour   cela,   vivre   au   moins   une   parDe   de   ses   études   en   kot,   mais   de   manière   acDve.   Le   meilleur   système   universitaire  –   et   nous   en   sommes   loin  –   doit   en   tout   cas   éviter   le   cocooning   à   la   maison   pendant   toute  la  durée  des  études  !

LB  –  Un  dernier  mot  pour  rassurer  les  étudiants  ? AW   –   Mais  je  ne  Dens  pas   du  tout   à  les   rassurer   !  Les  jeux   sont   presque   faits,   les   règles   sont   là   !   En   théorie,   tout   le   monde   pourrait   passer,   mais   en   praDque...   De  toute   façon,   j’esDme   que   la   grande   majorité   des   échecs   en   première   année   de   droit   est   l’effet   d’une   auto-­‐sélecDon,   c’est-­‐à-­‐dire   d’un   manque  de   travail   et   de   persévérance.   Ceci  dit,   ceZe   interview   a  un   effet   d’anamnèse   :   là,   je  me  souviens  qu’en   première   année,   ayant   appris   que   le  taux   d’échecs   en   juin   était  de  plus  de  80%,  j’ai  eu  un  doute...  et  je   suis  allé  suivre   un  cours  en   deuxième  année.  J’ai   observé  les  étudiants  dans   la  salle,  et  je   me  suis  dit  :  si  ceux-­‐là  y  sont   arrivés,  pourquoi   pas  moi  ?  

8

Professeur Michel Dumoulin - Histoire des Institutions - Bac 1
Nous   avons   eu   le   plaisir   d'interviewer   Monsieur   Dumoulin,   professeur,  entre   autres,   d'Histoire   des   InsXtuXons   en   première   baccalauréat   avec  Mme   Van   Ypersele.   Il   nous   a   aimablement   reçu   dans   son   bureau,   et   nous   a   livré   ses   réponses   dans   une   atmosphère   de   b o n n e   h u m e u r   e t   d e   g r a n d e   disponibilité. LB:   Quel   étudiant   éXez   vous   à   notre   âge  ?     Quelles  sont  les  différences  avec   l'étudiant  actuel? MD   :   Durant   mes   études   d'histoire   à   Louvain   –   à   Saint-­‐Louis   –   j'allais   régulièrement   en   cours,   mais   je   n'hésitais   pas   à   exprimer,   calmement,   m o n   d é s a c c o rd   l o rs q u e   c ' é ta i t   nécessaire.   Les   étudiants   étaient   beaucoup   plus   respectueux   de   leur   professeur   qu'aujourd'hui.   Par   exemple,   lorsque   l'on   s'adressait   à   un   professeur,   on   aurait  jamais  osé  le  faire  autrement  que   par   une   formule   respectueuse   qui   co mmen ça i t   à   ch a q u e   fo i s   p a r   «   Monsieur   le   professeur.   ».   Les   étudiant   étaient   aussi   beaucoup   plus   acDfs   en   cours   et   n'hésitaient   pas   à   poser  leurs  quesDons  durant  le  cours. Le   principal,   dans   la   relaDon   entre   professeur   et   élèves   c'est   de   savoir   garder   ses   distances,   tout   en   gardant   une  a‡tude   de  sympathie,   d'aZenDon   et   de   disponibilité   envers   ses   élèves,   sans   pour   autant   jouer   «   copain   copain   »,   ce   qui   pourrait   devenir   préjudiciable  en  cas  de  problème. Une   autre   chose   assez   importante   est   de   ne   pas   tutoyer   ses   élèves.   Le   vouvoiement   est   un   signe   de   respect   réciproque  ! sombre   pour   faire   ressorDr   la   face   lumineuse  de  son  époque.   Ce   qui   ressort   le   plus   souvent   à   ce   propos,   c'est   que   dans   les   années   60,   dans  l'ancien  système,   la  jeunesse  était   confrontée   à  un   mur   quasi   absolu.   Ce   qui   a   suivit   fut   donc   une   période   de   libéraDon   des   mœurs,   prenons   pour   exemple   le  Concile   VaDcan   II,   le  début   de   l'électroménager,   le   début   de   la   pilule,  l'appariDon  de  la  minijupe,  etc.  À   mon   époque   l'on   était   régulièrement   confronté   à   des   obstacles   qu'il   fallait   apprendre  à  surmonter.  On  était  amené   à  manifester   son  désaccord,  à  arDculer   clairement  une  argumentaDon.   C'est   ce   qui,   selon   moi,   et   sans   vouloir   généraliser,   nous   manque   cruellement   actuellement.   L'opportunité   d'être   confronté   à   un   mur,   de   mener   une   bataille   contre   quelqu'un,   quelque   chose.   Beaucoup   trop   d'instruments   conceptuels   nous   manquent,   l'on   est   exempté  d'une  série   de   responsabilités   et   manquons   de   projets   concrets   à   réaliser    dans  la  conDnuité. Pour   finir,   je   citerais   un   manque   cruel   de   balisage  dans  le   périmètre  social  de   l'étudiant   lors   de   sa   croissance.   Il   est   souvent  compromis  par  «  l'immédiateté   des  choses  »,  la  saDsfacDon  trop  rapide   des   besoins.   Ceci   n'est   pas   un   senDment   de   nostalgie   mais   plutôt   de   tristesse,  c'était  une  autre  époque. LB:   Quels   sont   les   points   sur   lesquels   l'étudiant  se  doit  d'insister   en   blocus  et   devant  sa   feuille  d'examen?  Quelle  est   la  meilleure  manière  d'étudier? consDtue   la   colonne   vertébrale   de   l'apprenDssage.   Il   est   important   d'avoir   une  bonne  structure  et  un  bon  sens  qui   nous   permeZe  de   faire   des  liens  entre   les   différentes  parDes  du   cours.   Il   faut   bien  comprendre  le  plan  de  la  maDère   en   premier  lieu.  Ensuite   une  lecture   et   une   relecture   du   cours   autant   de   fois   que  nécessaire,  sont  un  bon  moyen   de   procéder,   cela   permet   de   mieux   s'imprégner  du  cours.   Après   avoir   compris   le   ''tronc''   de   la   maDère,   l'étude   des   détails,   des   dates   ne  sont  que  les  branches  et  feuilles  de   ce  tronc  solide.   Le   plus   important,   c'est   la   d'adopter   une  «  pédagogie  de  l'effort  ».  Même  si   l'on   aime   guindailler   l'important   c'est   de  pouvoir   se   lever   le  lendemain   pour   aller   en   cours   et   se   meZre   en   ordre.   Pour   moi,   les   études  sont  à  considérer   comme  un  méDer  à  part  enDère  et  non   pas  comme  un   simple  loisir.   Le   respect   que  l'on   porte   vis   à   vis   de  nos  études   doit   donc   être   le   même   que   vis   à   vis   d'un   méDer  que   l'on   exercerait  à   plein   temps. À   l'examen,   une   bonne   rédacDon   de   réponses  se  structure  comme  suit;  Il  ne   faut   surtout  pas  ambiDonner   de  rédiger   un  nouveau  traité  d'histoire   !  Ce  qui  est   important  c'est  tout  d'abord  de   réaliser   brièvement   l'équivalent   d'une   peDte   introducDon   tout   en   citant  la  structure   de   la   réponse,   ensuite   commencer   l'argumentaDon   tout  en  veillant  que   ce   ne  soit  pas  une  simple  énuméraDon  des   différents   points,   mais   que   cela   reste   quand  même  court  et  précis.   Et   ce   qui   est   encore   mieux   c'est   d'introduire,   à   la   fin,   les   nuances   ou   quesDons   que   tels   ou   tels   éléments   soulèvent,  tout  en   expliquant,  bien  sûr,   quelles  sont   ces   quesDons   et   sur   quoi   elles  portent. Ce  qu'il   faut   surtout   éviter   c'est  d'être   trop  généraliste.

MD   :   Au   fil   des   études   on   aZrape   un   savoir  assez   important.  Mais  ce  qui  me   choque  principalement  c'est   le  manque   d e   s u b s t a n c e   e n   m a D è r e   d e   connaissance   de   la   langue   maternelle   des  étudiants.  Ceci  reflète   à  nouveau  la   LB   :   Quels   sont,   selon   vous,   les   perte  de  repères,   d'idenDté  propre  dont   changements   posiXfs   ou   négaXfs   de   nous  souffrons.   l'université   en   comparaison   avec   ce   que   vous   avez   connu   durant   vos   En  ce  qui   concerne  l'étude,  rien  ne  sert   études  ? d'apprendre  par  cœur  des   pages  et  des   Propos  recueillis  par  Hélène  Gribomont   pages,  ce   qu'il  faut,  c'est  avoir  la  bonne   et  Loriane  Lion MD   :   C'est   toujours   mieux   de   son   manière   d'étudier.   Pour   ceux   qui   sont   temps,  surtout  quand  on  est  historien  !   venus  en  cours  et  qui  ont  leurs  notes  en   (Rires)   On   évacue   toujours   la   face   ordre   c'est   déjà   un   bon   début   et  

9

Professeur Marie-Aude Beernaert - Procédure Pénale Bac 2

1)  Quel  est  votre  parcours  professionnel  ?   J'ai  commencé  ma  vie  professionnelle  en  cumulant,  pendant   quatre   ans,   une   praDque   d'avocate   (stagiaire   dans   un   premier   temps)   au   barreau   de   Bruxelles   avec   un   mandat   d'assistante  à  1/3  temps  à  l'UCL.  Ce  furent   des  années   très   denses   mais   passionnantes...   Au   bout   de   ces   quatre   premières  années,   j'ai  obtenu   un   mandat   d'aspirante   FNRS   pour  me  lancer   (à  temps   plein  ceZe  fois)  dans  l'aventure  de   la  thèse  de  doctorat.   Je  l'ai  défendue  trois  ans   et  demi  plus   tard,   puis   j'ai   été   engagée   (après   un   passage   de   quelques   mois  au  Conseil  supérieur  de  la  JusDce)  comme  académique.   La  première  année  de  mon   engagement  comme  professeur,   j'avais  relaDvement   peu   d'heures  de   cours  à  donner,  et  l'UCL   m'a   dès   lors   proposé   de   faire   un   séjour   de   6   mois   à   l'étranger.  J'ai  ainsi  eu   l'occasion   de  passer  3  mois  à  la  Cour   européenne  des  droits  de  l'homme  puis  3  mois  à  l'université   d'Oxford.

4)   Quelles   sont  vos   agentes   pour   l'examen   de  droit   de   la   procédure  pénale  ?  Et  quel  support  de  cours  uXliser  ?   Mes   aZentes   sont   assez   classiques   :   l'étudiant   doit   faire   preuve   de   rigueur,   d'exacDtude   et   de   précision   dans   ses   réponses;   il   doit   être   capable   d'uDliser   correctement   son   code   et   de   faire   des   liens   entre   différentes   parDes   de   la   maDère.   Quant   au   support,   je   conseillerais   plutôt   d'étudier   dans   le   manuel,  et  d'uDliser  les  powerpoints  comme  ouDl  de  révision   la  veille  de  l'examen. 5)  Des  tuyaux  parXculiers  ?   Les  trois  maDères  vues  en  exercices  praDques  (prescripDon,   détenDon  prévenDve  et  voies  de  recours)   n'ont  évidemment   pas   été  choisies  au  hasard   :  ce  sont  des  incontournables  de   la  procédure  pénale  et...  de  l'examen.  

2)   Qu'est-­‐ce   qui   vous   a   poussé   à   devenir   professeur   d'université  ?  Et  depuis  combien  de  temps  exercez-­‐vous  ?   Chat  ou  chien  ?   Ce   n'est   pas   du   tout   un   plan   de   carrière   que   j'aurais   eu   Ni  l'un  ni  l'autre.  Par  contre,  et  depuis  quelques  mois,  poules   depuis  mon  plus  âge.  Plutôt  une  décision   qui  s'est   dessinée   et  moutons  (on   a  déménagé  à  la  campagne  l'été  dernier,   ce   progressivement,  au  fil  des  opportunités.   qui  nous  vaut  d'avoir  une  vue  imprenable  sur  les  moutons  du   voisin   et   d'être   réveillés   tous   les   maDns   par   un   coq   Ce   qui   n'empêche  pas  qu'aujourd'hui   (après  bientôt   7   ans   asthmaDque).     comme  prof),  je  suis  convaincue  qu'enseigner  est  un  des  plus   beaux   méDers  du   monde  :  faire  partager  ses  connaissances,   Café  ou  thé  ?   susciter   la   curiosité,   bousculer   les   idées   reçues,   et   voir   (parfois)   s'allumer   dans  les   yeux   des  étudiants   ceZe   peDte   Très  régulièrement  (au  moins  tous  les  1er  de  l'an)   je  prends   éDncelle   qui   vous   dit   "j'ai   compris   !"...   c'est   réellement   la  résoluDon  d'arrêter  le  café  et  de  passer   au  thé  (vert)  censé   passionnant  ! être  tellement  plus  sain  et  plus  zen.  Je  Dens  une   semaine  ou   deux...  puis  je  ressors  ma  Senseo  ! 3)  Et  pourquoi  à  l'UCL  ?   Plutôt  Alexander  de  Croo  ou  Marianne  Thyssen  ?   Cela  s'est  fait   tout  naturellement  :  c'est  là  que  j'avais   passé   ma  licence,  c'est  là  que  j'ai  fait   mes  premières  armes  comme   Thyssen,   sans   hésiter.   Parce  qu'elle  semble   neZement   plus   assistante,  puis  défendu  ma  thèse  de   doctorat;  c'est  là   aussi   raisonnable   que   le   jeune   Kamikaze   de   Croo,   et   qu'elle   ne   qu'il  y  avait  un  poste  vacant.... donne  pas  l'impression  de  souffrir  de  l'hypertrophie  de  l'égo   tellement  courante  en  poliDque... Charles  Brauns

10

Professeur Olivier De Schutter - Théorie du droit Bac 3

L’examen  de  théorie  du  droit  se  révèle  assez   mystérieux   aux   Qu'ils   me   surprennent,   qu'ils   me   criDquent,   que   j'en   yeux   des   bac   3   ;   c’est   pourquoi,   il   nous   a   paru   assez   apprenne  quelque  chose. intéressant   d’interviewer   son   auteur   que   nous   remercions   d’avoir   genDment   et   rapidement   répondu   par   mail   à   ces   5) Sur   quoi   vous   basez-­‐vous   pour   noter   l'examen?   Avez-­‐ quelques  quesDons. vous  des  critères? 1) Pouvez-­‐vous  vous  décrire  en  quelques  mots   Je   suis   juriste,   j'enseigne   actuellement   à   l'UCL   le   droit   internaDonal  des  droits  de   l'homme   et  un  cours  portant  sur   "Théorie   du   droit   et   pensée   juridique   contemporaine".   J'enseigne  aussi  au  Collège  d'Europe  un  cours  portant   sur  la   protecDon   des   droits   fondamentaux   dans   l'Union   européenne. 2) Pourquoi  avez-­‐vous   choisi  de  donner   le  cours  de  théorie   du  droit  et  de  la  pensée  juridique  contemporaine  ? En   principe,  j'aZache  une  importance  égale  à  a)  la  rigueur  de   l'argumentaDon;   b)   la  qualité   de   l'expression;  c)   l'originalité   du   propos;  et  d)  la  capacité  à  solidement  ancrer  la   réflexion   personnelle  dans  la  maDère  du  cours.  Chacun  de  ces  aspects   est  coté  sur  5,  le  total  est  sur  20. Un  étudiant  qui  remet  un  examen  impeccablement  structuré   et   très   clair   dans   son   expression,   mais   qui   échoue   à   développer  une   réflexion  originale  et  à  nouer  ceZe   réflexion   avec  le  cours,   aura  sans  doute  12  ou  13  sur  20.  Un  étudiant   qui  met  en   avant  quelques  proposiDons  géniales  mais  qui  ne   parvient   pas   à   me   convaincre   qu'il   peut   conduire   une   argumentaDon  structurée,  aura   sans  doute  la  même.   Il  n'est   pas  interdit  de  combiner  rigueur  et  originalité  de  la  pensée.

C'est   un   cours   passionnant   qui   permet   de   traverser   les   6) Quel   est  le   taux   de  réussite  à   la   session   de   juin?   Selon   époques  et  les   cultures  juridiques,  et  qui  donne  une   grande   vous,   quelle   est   en   générale   la   cause   de   l'échec   d'un   liberté   d'examiner   les   liens   entre   le   droit   et   les   autres   étudiant  à  cet  examen  ? sciences   sociales.   L'enseignement   me   permet   en   outre   de   tester   des  hypothèses  que  je  développe  dans  ma  recherche   Je  ne  sais  pas  quel  est  le  taux   de  réussite.  Je  sais  qu'il  se  situe   au  sein  du  Centre  de  philosophie  du  droit. dans   la   moyenne   des   autres   enseignements.   En   général   l'échec   s'explique   par   une   incapacité   à   saDsfaire   aux   exigences   de   l'examen.   Cela   paraît   tautologique,   et   cela   3) Pourquoi   avez-­‐vous   optez   pour   un   examen   à   cours   l'est  :  en  fait,   les  examens  ne  mesurent  rien  d'autres,  et   il  est   ouvert  ? illusoire   à   travers   un   examen,   quel   que   soit   sa   forme,   de   prétendre   "mesurer"   les  qualités   intrinsèques  de   l'individu,   C'est  plus  intéressant  pour  moi  comme  pour  les  étudiant(e)s.   auquel  l'examen  permeZrait  une  sorte  d'accès  privilégié. Répéter,   c'est   un   exercice   où   priment   la   mémoire   et   la   capacité   de   synthèse   –   qualités   importantes   mais   non   suffisantes.   Savoir   développer   une   réflexion   personnelle   à   7) Avez-­‐vous   des   conseils   à   donner   aux   étudiants,   voire   parDr   d'un   corpus  qui  a  été  enseigné,   c'est  infiniment   plus   même  des  tuyaux  ? riche.  Et  l'imaginaDon  est,   de  toutes,   la  qualité  la  plus  sous-­‐ évaluée  parmi  les  juristes. Il   faut   je   crois   lire   au-­‐delà   de   la   maDère   enseignée,   approfondir   par   soi-­‐même   l'un   ou   l'autre   point   qui   a   été   abordé. 4) Qu'agendez-­‐vous  des  étudiants  lors  de  cet  examen  ? Pauline

11

Professeur Fabienne Tainmont - Droit patrimonial de la famille - Master 1
1)   Pourriez-­‐vous   nous   présenter   les   disponible  pour  les  garder...Un  mercredi   cours   que   vous   donnez   au   sein   de   la   soir,  j'ai  dû  embarquer  les  enfants   avec   faculté?   moi   à   Louvain-­‐la-­‐Neuve   et   ai   été   contrainte  de  les  faire  paDenter  dans  un   Je  dispense  la  moiDé   du   cours  de  droit   local   de   TP   (avec   moult   jeux   et   patrimonial   de   la   famille   en   Master   1   biscuits...)   en   aZendant  que   mon   mari,   (horaire  du  jour  et  horaire  décalé)  et   je   qui  se  trouvait   dans  le   local   voisin,   ait   collabore  au  cours  de  droit   notarial  du   fini   une   réunion   et   les   ramène   à   la   couple   (master   en   notariat)   dont   le   maison...Ils   ont   trouvé   ça   assez   drôle   Dtulaire   est   Monsieur   Renchon   (je   mais  ont  moyennement   apprécié  l'aller-­‐ donne   la   parDe  relaDve  aux   contrats  de   retour  Bruxelles-­‐  LLN... mariage). En  ce  qui  concerne  le  cours  en  notariat,   il  faut   connaître  la  maDère  sur   le   bout   2)   Quelles   sont   les   différences   entre   des  doigts  car  les  étudiants   ces   cours?   L'un   est-­‐il  plus   exigent   que   font   partager   les   difficultés   qu'ils   l'autre?   rencontrent  dans   leur   praDque   (ils   ont   en   effet   trois   jours   de   stage   par   En  réalité,  chaque  cours  a  des  exigences   semaine)   et   il   faut   essayer   de   leur   qui  lui  sont  propres. apporter   l'une   ou   l'autre   piste   de   soluDon.   Pour  le  cours  de  droit  patrimonial,  vu  le   nombre   d'étudiants,   il   faut   parvenir   à   capter   et   à   maintenir   l'aZenDon   de   3)   Comment   se  passe  la   collaboraXon   l'auditoire   pendant   deux   heures   en   avec  Monsieur  Renchon?   alternant   les  parDes  plus  techniques   et   l'exposé   de   cas   concrets   vécus   en   Cela   va   faire   14   ans   que   l'on   travaille   praDque,   le   tout   selon   un   rythme   ensemble   et   la   collaboraDon   se   passe   soutenu   parce   que   d'une   part,   le   très   bien.   Le   terme   'collaboraDon'   est   nombre   d'heures   de   cours   est   plus   bien   choisi   car   même   lorsque   j'étais   limité   que   du   temps   -­‐   lointain   -­‐   où   assistante,  j'ai  toujours  ressenD  que  l'on   j'étais   étudiante,  et    parce  que   d'autre   foncDonnait,  au  sein  du  Centre,  plus  en   part,   nous   abordons   depuis   quelques   équipe   qu'avec   un   chef   et   ses   peDtes   années   le   droit   fiscal   successoral   (qui   assistantes...Je  me  rappelle  que   lors  de   était  raZaché  auparvavant   au   cours   de   mon  premier  jour  à  l'unif,  il  m'a  dit  que   droit  fiscal  proprement  dit)  . je   devais  le   tutoyer   et   que   si   je   ne   le   faisais   pas,   il   me   revouvoyait...A   Mais   un   de  mes  plus  grands   défis  reste   l'époque,   c'était   peu   fréquent   au   sein   sans   conteste   de   tenter   de   ne   pas   de  la  faculté  !  Ceci  étant,  même  si  je  ne   m'étaler   en  me  prenant   les  pieds   dans   le  considère   pas  comme   un   "chef",   et   le  fil  du  micro... même   si,   scienDfiquement,   nous   ne   sommes   pas  toujours  d'accord,  il   reste   En  ce  qui  concerne  plus  spécifiquement   pour  moi  mon  "maître"  (je  crois  qu'il  va   le  cours  du   soir,   le   rythme  doit  encore   détester   que   j'écrive   cela   !   )   dans   le   être   plus   soutenu   puisque   nous   avons   sens  où   il   parvient,   selon  moi,   à   réunir   encore   moins   d'heures   de   cours...c'est   toutes  les  qualités  d'un  bon  professeur  :   d'autant  plus  difficile  que  les  étudiants,   il  allie  une  intelligence  excepDonnelle  à   plus   âgés,   posent   beaucoup   plus   de   des   compétences   pédagogiques   quesDons   par   rapport   aux   situaDons   indéniables,   tout   en   ayant   un   grand   qu'ils   vivent   personnellement.   CeZe   souci  de  l'étudiant. interacDon   est   très   agréable   mais   est   compliquée   à   gérer   au   niveau   du   Dming... Quand   on   a   des   enfants,   il   faut   aussi   faire   en   sorte   que   quelqu'un   soit   En   ce   qui   concerne   la   collaboraDon   proprement   dite   pour   les   cours,   je   pense   que   nous  nous  complétons  bien   pour   faire  partager   aux   étudiants  notre   propre   expérience   professionnelle   (d'avocat   pour   lui   et   de   collaboratrice   notariale  pour  moi).   4)   Comment  souhaiteriez  vous   que  les   élèves   étudient   ces   cours?   Par   quelle   méthode?   Aaahhh....Bonne  quesDon...Je  crois  que   le  meilleur  moyen  d'étudier  ce  cours  est   d e   d ' a b o r d   a s s i s t e r   a u   c o u r s   magistral...la  maDère  est  très  technique   et   les   étudiants   qui   se   contentent   d'étudier   le   syllabus   sont   souvent   un   peu  surpris  par   le  style  du  syllabus,   qui   ressemble   parfois   davantage   à   un   arDcle   de   doctrine   qu'à   des   notes   de   cours...J'ai   pu   constater,   lors   de   la   c o r r e c D o n   d e s   e x a m e n s ,   q u e   généralement,   ceux   qui   étaient   venus   au   cours   s'en   sortaient   mieux   que   les   autres.   Ils   ajoutaient   l'une   ou   l'autre   peDte   précision   indiquée   oralement   et     qui  leur  permeZait  de  mieux   répondre   à   la   quesDon.   Globalement,   on   sent   qu'ils  maîtrisent  mieux  la  maDère. Pour   le  reste,   je   pense  qu'il  faut  étudier   dans   le   syllabus   (quiZe   à   reformuler   certains   passages   de   manière   plus   simple)   en   parallèle   avec   les   notes   de   cours. Il  faut  surtout  bien  dormir  la  veille  !!!  

12

5)   Entre   "l'université   c'est   travailler   peu,   souvent"   et   "l'université   c'est   travailler   beaucoup,   rarement"   que   choisir? Sans   hésiter,   travailler   peu   (mais   s u ffi s a m m e n t   q u a n d -­‐ m ê m e )   e t   souvent...ça,  c'est,   selon  moi,  la  clé   de   la  réussite... 6 )   Ve n o n s -­‐ e n   à   v o t r e   p r o p r e   expérience.   Quel   était   votre   parcours   universitaire?  

manger   (je   mangeais  des  quanDtés   de   cerises),  m'aérer   un  peu,  jouer  au  ping-­‐ pong   ou   au   baby-­‐foot,   regarder   la   télé   (le  plus  créDn   des  feuilletons  pour   ados   -­‐   je  ne  dirai   pas  lequel   -­‐   ou  les  résultats   de  Roland-­‐Garros)  ou  encore  passer  l'un   ou   l'autre   coup   de   fil   aux   copains.   Je   pense   qu'on   était   moins   distrait   car   à   l'époque,   il   n'y   avait   pas   encore   les   GSM,  internet  et  les  mails... Je  ne  garde  pas  un  très  bon  souvenir  de   ces  périodes  et  chaque   année,   à  parDr   du  mois  de  mai,  j'en  rêve  encore  !

11)  Un  super  tuyau  pour  vos  cours?   A   l'étude,   j'ai   eu   beaucoup   de   dossiers   de   successions   avec   des   familles   recomposées   où   le   nouveau   conjoint   était   fortement   avantagé.   Ce   genre   de   dossiers  est   de  plus   en  plus  fréquent   et   est  assez   complexe  sur  le  plan   juridique   et   humain.   J'aZache   une   grande   importance  à  toutes  les  règles  de  droit   qui,   de   près   ou   de   loin,   s'appliquent   dans   le   cadre   de   recomposiDons   familiales,   et   visent   à   protéger   les   enfants.

En   ce  qui  concerne  mes  études  ou   ma   8)   Percevez-­‐vous   des   différences   entre   profession  ??? l'enseignement   que   vous   avez   reçu   et   12)  Un  dernier  mot?   Je  réponds  aux  deux. celui  qui  est  dispensé  aujourd'hui?   Lors   de   notre   dernier   jour   en   kot,   chacun   d'entre   nous  faisait  part   de   ses   J'ai   fait   mes   candidatures   en   droit   à   C'est   un   peu   difficile   de   répondre   à   rêves  professionnels. Saint-­‐Louis   et   ma   licence   en   droit   à   ceZe  quesDon   car   je  ne  dispense  qu'un   En   ce   qui   me   concerne,   c'était   l'UCL.   Je   suis   également   licenciée   en   seul   cours   et   j'ignore   comment   les   d'enseigner   en   droit   patrimonial   de   la   notariat  de  l'UCL.  Durant  ceZe  dernière   autres   cours   sont   donnés.   Disons   famille.   Quelques   semaines   plus   tard,   année,  j'étais  parallèlement   assistante  à   simplement  que  ce  à  quoi  je  suis  le  plus   lorsque  j'ai  été  contactée   par  Monsieur   mi-­‐temps   en   droit   patrimonial   de   la   aZenDve   est   de   faire   en   sorte   que   les   Renchon   pour   un   poste   d'assistant   (la   famille   et   puis   je   suis   passée   à   temps   étudiants   puissent   se   débrouiller   si   veille   de   mon   examen   de   droit   plein   pendant   7   ans.   Mes   mandats   d'aventure,   on   venait,   dans   leur   vie   patrimonial   approfondi   !),   j'ai   éclatée   successifs   étant   venus   à   échéance   et   professionnelle,   à   leur   poser   l'une   ou   de   rire   lorsque   ma  mère   m'a  passé   la   n'ayant  plus  la  possibilité  de   demander   l'autre   quesDon   en   droit   successoral.   communicaDon   car   j'ai   cru   que   c'était   de   renouvellement   de   mandat,   je   suis   J'essaie   qu'ils   puissent   avoir   une   ma   co-­‐koteuse   qui   me   faisait   une   retournée   dans   le   notariat   où   j'ai   connaissance  théorique   suffisante,   à  la   blague... travaillé   en   tant   que   collaboratrice   lumière   de   mon   peDte   expérience   En   enseignant   ce   cours   de   droit   notariale.  Je  ne   traitais   que  les   dossiers   praDque   que   je  leur   fait   partager,   tout   patrimonial,   mon   rêve   est   donc   relaDfs   au   droit   de   la   famille   et   au   en   insistant   sur   les   qualités   humaines   (presque...il   manque   la   thèse)   devenu   patrimonial   de   la   famille   (contrats   de   dont  il  faut   faire  preuve  pour  traiter  un   réalité. mariage,   divorce   par   consentement   dossier  en  droit  des  successions. C'est   un   réel   plaisir,   à   chaque   fois,   de   m u t u e l ,   s u c c e s s i o n s ,   e t c . . . ) .   donner   cours   aux   étudiants   qui,   ceZe   Parallèlement,   j'ai   remplacé   Monsieur   9)  Thé  ou  café?   année   encore,   sont   très   agréables.   Je   Renchon,   pendant   trois   ans,   pour   une   leur   souhaite   beaucoup   de   courage   parDe  de  ses  cours  lorsqu'il  était  doyen.   Café  au  lait  le  maDn  et   thé  le  reste  de  la   pour   leur   blocus   et   pour   leurs   Depuis   ceZe   année,  je   suis  co-­‐Dtulaire   journée. examens...et   comme   dirait   mon   fils   :   du   cours   de   droit   patrimonial   de   la   allez  !  à  fond  les  maneZes  !!! famille.   J'ai   quiZé   provisoirement   10)   Communauté   ou   séparaXon   de   l'étude   en   février   pour   me   consacrer   bien?     pleinement   à  ma  thèse   de  doctorat  sur   la  réserve  héréditaire. U n e   s é p a ra D o n   d e   b i e n s   a v e c   parDcipaDon   aux   acquêts.   C'est   le   7)  Comment  se  déroulait  votre  blocus?   régime   qui   allie   une   indépendance   Quel  était  votre  journée  type?   qu'on   aime   préserver   à   une   solidarité   indispensable  dans  la  vie  de  couple.   D'après   mes   souvenirs   (mais   cela   remonte   tout   de   même   à   quelques   années...),   je   commençais   à   travailler   vers  9   heures.   Chaque  jour,   j'avais  une   maDère   bien   déterminée   à   voir   et   je   n'allais   pas   dormir   tant   que   ceZe   maDère  n'était  pas  vue...J'étudiais   dans   m o n   l i t   a v e c   l a   r a d i o   ( e h   oui...)...J'étudiais   en   fait   tout   le   temps...Je  m'arrêtais   uniquement   pour  

13

LE BILAN DU BDE 2009-2010 ?
Chers  étudiants, Le  BDE   (Bureau  des  Etudiants)   est   un  organe   qui  vous   représente.   CeAe   année,  nous   éBons  18  délégués,   réparBs   entre   les   différentes  années  d’étude,  pour  défendre  vos  intérêts.  Des  soupers  cours   aux  pulls  d’année,  en  passant  par  l’organisaBon  des   anBcipaBons  de  cours,  le  BDE  est  en  perpétuelle  acBon… Je  vous  propose  d’en  juger  vous-­‐mêmes  et  je  laisse  la  plume  à  vos  élus  !                                                                                          CorenBn  DESMET,  Président. BAC  1 Les  délégués  de  première  BAC   ceZe  année,   c'est  une  équipe  de  4  étudiants  s'étant   donnés   pour  mission  de  représenter   au   mieux  leur  auditoire.  Des  pulls  d'année  en  passant  par  les  annonces  au  micro,  il  nous  semble  que  la  mission  est  réussie. CeZe  année,  c'est  surtout  une  année  record.  En  effet,   lors  de  l'organisaDon  du  célèbre  souper  d'auditoire,  mis  en  place  pour   permeZre   aux   étudiants   d'élargir   leur   cercle   de   connaissances,   ce   ne  sont   pas   50,   100,   150   ou   200  personnes  qui   ont   répondues   à   l'appel   mais   c'est   au   nombre   de   272   que   nous   avons   envahi   le   restaurant   «   le   Piano   »   pour   une   soirée   mémorable  !  Les  BAC  1  Droit  2009-­‐2010  en  Force  ! Ce  n'est  donc  que  sur  des  notes  impressionnantes  et  posiDves  que  nous  allons  terminer  ceZe  année  pour  se  retrouver  plus   moDvés  que  jamais  en  BAC  2  ! Les  délégués  de  Bac  1

BAC  2 Bientôt  la  fin  de  la  seconde...  Dme  flies.  Comme  à  chaque  fin  d'année,  le  bilan  s'impose.  Alors  quel  est  le  bilan  ?   Demander  aux   délégués  de  dresser  le  bilan   de  leur  année  est  un  peu  comme  demander   à  Michel  Daerden  ce  qu'il  pense  de   ce  peDt  vin  qu'il  boit  sous  les  tonnelles  :     "Une  bonne  annéée  saiiis-­‐tu".  Bon,  ok,  on  a  été  un  peu   lent   pour  le   souper  cours  et  le  pull.  Mais  bon,   c'est   comme  pour   démarrer  une  vieille  voiture  :  on  mets  le  choke  pour   augmenter  l'arrivée  d'essence,  et  ça  démarre  au  quart  de  tour  !  Et  puis,   une   fois   le   moteur   chaud,   on   roule,   sans   s'apercevoir   qu'on   mange   du   bitume   (comprenez   de  la   maDère   d'obli'   et   de   consDt'),  et  le  trajet  passe  bien  plus  vite  que  prévu.   Au  final  c'est   vrai,   tout  s'est  bien  passé  :  le  souper  cours  a  finalement  eu  lieu,  et  nous  éDons  plus  nombreux  que  prévu  ;  les   anDcipaDons,   toujours  en  cours,   sont  toutes  programmées  ;  le  soleil  pointe  enfin   le  bout  de  son  nez,  et  l'on  votera  plus  que   probablement  pendant  notre  blocus  :  tout  roule  donc.  Evidemment,   il  y  a  eu   quelques  rebondissements  de  dernière  minute,   mais  tout  cela  ne  fait-­‐il  pas  parDe  de  la  course  ? Quoiqu'il   en   soit,   on   a   été   content   de   pouvoir   représenter   l'auditoire   de   Bac2,   rempli   de   gens   sympas,   et   de   faire   connaissance  avec  beaucoup  d'entre  vous  !   Bref,  soyez  forts,  soyez...droits,  et  à  très  bientôt!                                                                                                                                                                                    Mélodie,  Urbain  et  Olivier
14

BAC  3 Chères  toutes  et  tous! Voici  passé  le  half-­‐Dme  et  nous  nous  approchons  à  une  vitesse  verDgineuse  de  la  session  qui  marquera  les  trois-­‐cinquièmes   de  notre  parcours  universitaire.   Il  est  encore  temps  de  faire  quelques  barbec's  au  lac  avant  de  disparaître  de  la  surface  de  la   terre  et  de  s'enterrer  sous  les  syllabi  de  droit  commercial,  administraDf  et  social. Nous  espérons  que  ceZe  année,  «  la  plus  difficile  du  parcours  universitaire  »  selon  les  dires  de  M   Van   Drooghenbroeck   et   alii,  a  tout  de  même  été  agréable  pour  vous  tous  et  que  vous  avez  eu  de  bons  moments,  que  ce  soit  entre  nous  lors  du  half-­‐ Bme   ou   avec   des   professeurs   et   assistants,   lors   du   verre   BDE   et   du   souper   cours   (même   si   la   parDcipaDon   du   corps   universitaire  a  été  assez  réduite). En  tout  cas,  cela  a  été  un  plaisir  de  vous  représenter  ceZe  année. Vos  délégués  :  Anna  DEJONCKHEERE,  Tharathip  SIPHANTHAVONG  et  Aleksander  TOMBINSKI MASTER  1 En  master  1,  l’équipe  de  déléguée  élue,  composée  de  Maud,  ValenDne,  CorenDn  et  Oriane,  a  bien  représenté  l’auditoire  avec   des  délégués  issus  de   Louvain-­‐la-­‐Neuve,   Namur  et  Saint-­‐Louis.  Un   bon  présage  dans  l’opDque  de  rapprocher  les   étudiants   des  différentes  universités  dans  l’auditoire  ! Vos  délégués  ont  organisé  les  deux  tradiDonnels  soupers  de  cours,  un  au  premier  quadri  au  Piano,  et  un  deuxième  en  mai  au   Guinch.   Avec  beaucoup  d’étudiants  présents,  ces  soupers  ont  été  une  réussite  !  Ils  se  sont  également  occupé  de  faire  un  pull   d’auditoire  pour  les   deux   années  de  master   à  venir  en   reprenant   le  logo   des   années  précédents  «  UCL  Law  School  2009  –   2011   ».  Près   de   250  étudiants  ont  commandé   ce   pull.   Enfin   ils   ont,   en   collaboraDon  avec  le  Comité,   organisé   une   Saint-­‐ Nicolas  d’auditoire  pour  les  étudiants  qui  avaient  été  sages  (merci  à  Mme  Durant  d’avoir  joué  le  jeu  !). Être  délégué,   c’est   aussi  gérer   la   vie   quoDdienne  de   l’auditoire   et   parDculièrement   tous  les   peDts  tracas  qui  peuvent   se   poser  :  cours  à  déplacer,   anDciper,  harceler  les  profs  d’email  pour  avoir  des  consignes  claires  pour  l’examen  («  on  peut   faire   des  renvois   ?   »,   «   est-­‐ce  que  le  chapitre   5  de  la  parDe  2   est  maDère   d’examen   ?   »,…)   et  intervenir   auprès  des  instances   facultaires  quand   ces  derniers  se  sont   mal   passés  (QCM   en   fiscal   pour   ne   citer   que   lui).   Les   délégués  ont   essayé   d’être   présents  à  chaque  instant  et  d’être  à  l’écoute  de  vos  problèmes  ! MASTER  2 En   Master   2,   chaque   finalité   élit   –   ou   désigne   –   son   ou   sa   délégué(e).   Les   acDvités   que   nous   organisons   sont   assez   classiques  :  on   se   charge  de  l’anDcipaDon  des  derniers  cours,  on  se  déguise  en  Saint-­‐Nicolas,  on  veille  au  bon   déroulement   général  de  la  finalité.  La  mission  est,  en  théorie,  de  courte  durée  vu  qu’au   second  quadrimestre  la  plupart  des  étudiants  sont   en  Erasmus,   en  stage,  et  que  les  groupes  de  finalité  sont   ‘dissous’.  Cependant,  loin  d’être  démissionnaires,   les  délégués  de   Master   2,   qui   ont   renoncé   à   l’exoDsme   de   l’Erasmus,   conDnuent   à   s’engager   dans   les  tâches   quoDdiennes   et   assistent   toujours  aux  réunions  hebdomadaires  du  BDE.  Les  délégués  de  Master  2

15

«   A   small  step   during   your   studies,  but  a  giant  leap  for   your  career  »
Etudiant  en   droit  bac   3,   master   1   et   2,   tu   n’as   pas   encore   eu   l’occasion   de   parDciper   à   la   vie   trépidante   d’ELSA   LLN   ?   Afin  de  t’absoudre,   ELSA   te  tend   une   nouvelle   perche   !   Marre   des   vacances   passées   à   Salou   à  se   rôDr   la   panse   (à   bières)   avec   des   copains   au   bord  de  la  piscine  (la  vie  est  dure,  c’est   vrai   !)   ?     Envie   de   meZre   en   praDque   toute  la  science  Drée  de  ces  montagnes   de  syllabus,  histoire  de   se  dire  qu’on  n’a   pas   souffert   pour   rien   ?   Tiraillé   entre   l’âme   du   backpacker   qui   te   pousse   à   parDr   à   la   recherche   effrénée   de   nouvelles  aventures  en  terres  inconnues   et  la  pression  d’acquérir  une  expérience   professionnelle   à   inscrire   sur   ton   CV   ?   ELSA   a   la   soluDon   et   te   permet   de   combiner   ces   différentes   –et   trop   souvent  antagonistes-­‐    aspiraDons  !    

difficultés   pour   y   accéder,   contacte   le   service  STEP  LLN*.  Chaque  employeur     y   inscrit   le   profil-­‐type   de   stagiaire   r e c h e r c h é   :   a n n é e   d ’ é t u d e ,   compétences   juridiques   et   langues   à   maitriser.   Pour   te   donner   une   idée,   la   troisième   version   de   la   newsleZer   de   mars   propose   des   stages,   en   Autriche,   République   Tchèque,   Allemagne,   Géorgie,   Italie,   Lituanie,   Monténégro,   Pays-­‐Bas,   Pologne,   Serbie,   Turquie   et   Royaume-­‐Uni.   La  plupart   de  ces  stages   se   dérouleront   en   été.   Des   stages   au   Conseil   de   l’Europe   sont   également   proposés   deux   fois   par   an   pour   une   période  de  4  mois. Les  détails  praDques  ?  Un  stage  STEP  est   toujours   rémunéré.   Ce   salaire   te   permeZra  de  couvrir  les  frais   sur  places   et   variera   donc   fortement   en   foncDon   des   desDnaDons.   Certains   employeurs   te  fourniront  directement  un  logement,   voire  même  certains  repas.  Dans  le   cas   contraire,   l’équipe   Elsa   de   ton   pays   d’accueil   se   chargera   de   trouver   un   logement   à   un   prix   abordable.     Elle   prendra  également   soin   de   toi   dès   ton   a r r i v é e   :   a c c u e i l   à   l ’a é r o p o r t ,   présentaDon   avec   ton   employeur   premières  infos  sur   la   ville  de   ton  stage   et   invitaDons  plus  que  nombreuses  aux   divers  évènements   locaux.  Bref,  c’est  le   cocooning   assuré.   Si,   par   contre,   tu   as   l’âme   débrouillarde,   l’équipe   d’accueil   se   meZra   un   point   d’honneur   à   te   laisser   découvrir   la   ville   par   toi-­‐même,   comme   bon   te   semble   en   t’assurant   tout  de  même  de  leur  support  si  jamais   tu  étais  dans  le  pétrin.  

étudiants   erasmus,   appréciant   leur  mobilité,  leur  connaissance   des   langues   ainsi   que   leur   ouverture   à   d’autres   cultures,   un   stage  STEP   te  permet  de   te   disDnguer   plus   encore   ainsi   d’avoir   une   longueur   d’avance   lors  de  la  prospecDon  d’emploi • Une   approche   nouvelle   du   droit   ;   qu'elle  soit   la  rencontre   d’un   droit   naDonal   peu   ou   pas   connu   ou   l’approche   d’une   maDère   juridique   traitée   sous   un  angle  différent.  Dans  tous  les   cas,  ton  stage  te  permeZre  une   vision   plus   criDque   et   plus   globale  du  droit   La   découverte   de   ton   pays   d’accueil  et  l’accueil   chaleureux   du  groupe  ELSA  local  

Si   ces   quelques  lignes   t’ont   convaincu,   n’hésite   pas   à   contacter   l’équipe   STEP   Louvain-­‐la-­‐Neuve   Step  up  with  ELSA  !   *JusDne  Diepart    vpstep@elsalln.be     +32/474/45.28.76 h Z p : / / w w w . e l s a -­‐ l l n . o r g /   ( e n   construcDon)

Le   département   STEP   (Student   Trainee   Exchange   Programme)   te   propose   des   stages  d’une  durée  de  2  semaines  à     18   mois   à   travers   l’Europe   (et   très   excepDonnellement   hors  Europe   ;   USA   et   Brésil   notamment).   Ces   stages   sont   totalement   indépendants   de   la   faculté   et   te   permeZent   de   bénéficier   d’une   première   expérience   dans   le   milieu   juridique  ou,  si  c’est  déjà  fait,   une  belle   expérience   supplémentaire   :   cabinet   d ’a v o c a t s ,   c o u r s   e t   t r i b u n a u x ,   insDtuDons   publiques,   universités,   départements   juridiques   d’entreprises,   organisaDons   internaDonales   etc.   Ces   stages   sont   proposés   tout   au   long   de   A  la  clé  de  ce  stage  : l’année   bien   que   la   demande   des   • Un  stage  à  l’étranger   te   permet   étudiants   soit   plus   forte   pendant   les   d’entretenir   ou   d’approfondir   mois   d’été.   Chaque   mois,   ELSA   tes   connaissances   dans   une   InternaDonal   publie   la   newsleZer   de   langue  étrangère   tous   les   stages   disponibles,   celle-­‐ci   est   disponible   au   lien   suivant   :   hZp:// • Un   super   atout   pour   ton   CV.   w w w. e l s a . o r g / n c / t r a i n e e s h i p s / L o r s q u ’ o n   s a i t   q u e   l e s   availabletraineeships.html.   Si   tu   as  des   employeurs   favorisent   les  

16

Si je n’avais pas fait le droit, j’aurais été...
Voici un article rédigé par une étudiante qui nous a fait plaisir en contribuant à notre concours ; ‘Si je n’avais pas fait le droit, j’aurais été...’ Si  je  n’avais  pas  fait  le  droit,  j’aurais  été  …  Inventeur. Mais   qu’avez-­‐vous   donc   inventé,   me   direz-­‐vous.   J’ai   inventé   une   chose   révoluDonnaire   pour   tous   les   myopes,   hypermétropes,  asDgmates  et  presbytes  du  monde  !  Laissez-­‐moi  vous  expliquer. Nous  vivons  dans  un  pays  où   le  beau  temps   –   malheureusement  pour  nous  -­‐   n’a   pas   toujours  l’envie   d’être  parmi   nous.  Autrement  dit,  il  pleut  souvent  en  Belgique.  CeZe  pluie,  outre  nous  tremper  dès  que  nous  meZons  le  nez  dehors  a  un   autre  inconvénient  non  négligeable   pour  les   gens  qui  portent  des   luneZes.  En  effet,  lorsqu’il  pleut,  les  luneZes  deviennent   vite  à  ce  point  mouillées  que  l’on  n’y  voit  plus  rien.  Or,  pour  beaucoup  d’entre  nous,   les  luneZes  sont  comme  des  yeux  :  sans   elles,  nous  ne  voyons  rien.  Ceci  nous  entraine  vite  à  un  dilemme  :   choisir   entre,  d’une  part,  enlever  ses  luneZes  mais  ne  plus   rien  y  voir  et,  d’autre  part,  laisser  ses  luneZes  mais  ne  plus  rien  y  voir  non  plus.  Quel  triste  sort  pour  tous  les  bigleux  !   Et   les  lenDlles  m’objecteriez-­‐vous   ?   Bien  que   je  doive   admeZre   que  les  lenDlles  soient  également  une  découverte   très  importante,  celles-­‐ci  ne   résolvent  pas   tous   les  problèmes.   En   effet,   certaines  personnes  malchanceuses   ne  peuvent   porter   des   lenDlles  en   raison   de   la   trop   grande   sécheresse   de   leurs   yeux.   D’autres   ne   les   supportent   simplement   pas.   D’autres   encore   sont   trop   jeunes   pour   en   porter.   Toutes   ces   personnes   doivent   donc   conDnuer   à   porter   des   luneZes.   Cependant,  la  pluie  n’épargne  personne  ;  ces  gens-­‐là  sont  donc  contraints  de  subir  les  assauts  de  la  pluie  sur  leurs  luneZes.   Pour  ces  deux  raisons  –  et  parce  qu’étant  porteuse  de  luneZes,  je  sais  que  ça  peut  être  très  énervant  -­‐,   j’ai  décidé  de   créer  ceZe  invenDon  révoluDonnaire.   Mon   invenDon   consDtue  –   vous  l’aurez   peut-­‐être   déjà   compris  –   en   des  essuie-­‐glaces  pour   luneZes.   Comme   les   voitures   disposent  d’essuie-­‐glace   pour   leur   pare-­‐brise   lorsqu’il  pleut   afin   de  pouvoir   conDnuer   à  avancer,  les   luneZes  auront  des   essuie-­‐glaces.  CeZe  créaDon   permet  aux   porteurs  de  luneZes  de  ne  plus  tomber,   de  ne  plus  trébucher,   de   ne  plus  pester   contre  le  mauvais  temps,  …  lorsque  la  pluie  montre  le  bout  de  son  nez.     Les   technologies  ne   faisant  que  progresser,  nous  nous   penchons  actuellement  sur  un  nouveau  projet  :   nous  avons   l’ambiDon  très  prochainement  de  sorDr   des  verres  anDbuée  afin   d’éviter  que  les  luneZes  ne   s’en  remplissent   et  empêche  à   nouveau  les  gens  de  voir.     Les   essuie-­‐glaces   pour   luneges   se   vendent   aujourd'hui   chez   tous   les   opXciens.   Très   fins,   les   essuie-­‐glaces   s’adaptent  à   tous   les   genres  de  luneges   afin   de   vous   garanXr   une  visibilité  opXmale  en  toutes   circonstances  !   N’hésitez   plus,  allez  en  acheter  ! Anne-­‐Laure  Muraille  Bac  3  Droit

17

Une fin de session d’exam en … Afrique du Sud ! La 19e Coupe du Monde approche à grands pas.
Voilà  4  ans  que  nous   aZenDons  tous   avec   impaDence   ceZe   splendide   compéDDon   qui   réunit   ceZe  année,   en   Afrique   du   Sud,   les   pays   des   quatre  coins  du  monde. En   effet,  du  11  juin  au  11  juillet,  tous   les  yeux  seront  rivés  sur  ces  32  belles   équipes   qui   seront   prêtes   à   tout   pour  décrocher  ce  grand  sésame   qui   apparDent  depuis  4  ans  à  Italie.   Et   comme   d’habitude,   à   l’instar   de   l’Euro   ou   de   Roland   Garros,   ces   g r a n d s   m o m e n t s   s p o r D f s   s e   déroulent  pendant  le  blocus.  Afin  de   vous   faciliter   la   vie   (car   nous   souhaitons  tous  votre  réussite    ),  le   B è g u e   a   r e p r i s   l e   t a b l e a u   r é c a p i t u l a D f   d e   l a   F I F A   (www.fifa.com).   Heureusement,   pas   de   décalage   horaire   !   Les   beaux   matchs  se  déroulant   principalement   en   fin   de   journée,   après   une   dure   journée  d’étude,  quoi  de  mieux   pour   se  détendre.
Groupe  A  Match 1   11/06  16:00   Mexique 2   France   11/06  20:30   Afrique  du  Sud/ Groupe  C  Match 5   12/06  20:30                                  Angleterre  /Etats-­‐ Unis  d'Amérique   6   13/06  13:30   Slovénie   22   18/06  16:00   Unis  d'Amérique   23   Algérie   18/06  20:30   Algérie/ 42   24/06  16:00   Nouvelle-­‐Zélande Groupe  G  Match   13   Portugal 14   Corée   29   d'Ivoire   30   Corée   45   Brésil   46   d'Ivoire   Côte  d'Ivoire/ Paraguay/

15/06  16:00  

Slovénie/Etats-­‐

15/06  20:30  

Brésil/RDP  

Angleterre  /

20/06  20:30  

Brésil/Côte  

37   23/06  16:00   Angleterre 38   23/06  16:00   d'Amérique/Algérie GroupeD   Match    

Slovénie/

21/06  13:30  

Portugal/RDP  

Etats-­‐Unis  

25/06  16:00  

Portugal/

25/06  16:00  

RDP  Corée  /Côte  

 

  Allemagne  /

7   13/06  20:30   Australie   8   Ghana   21   Serbie   13/06  16:00  

Groupe  H  Match   15   Chili   16   Suisse   31   Suisse  

  Honduras/

16/06  13:30  

Serbie/

16/06  16:00  

Espagne/

18/06  13:30  

Allemagne  /

21/06  16:00  

Chili/

24   19/06  16:00   Australie     39   23/06  20:30   Allemagne     40   Serbie   23/06  20:30  

Ghana/

Ghana/

32   21/06  20:30   Honduras   47   25/06  20:30   Espagne   48   25/06  20:30   Honduras  

Espagne/

Chili/

Uruguay-­‐

Australie/

Suisse/

17   16/06  20:30   Uruguay 18   17/06  20:30   Mexique   33   22/06  16:00   Uruguay   34   Sud 22/06  16:00  

Afrique  du  Sud  /  

Groupe  E  Match  

  Pays-­‐Bas/

France/  

9   14/06  13:30   Danemark   10   14/06  16:00   Cameroun   25   Japon   19/06  13:30  

Japon/

Mexique  /

Pays-­‐Bas/

France/Afrique  du  

Groupe  B  Match 3   Nigeria   12/06  16:00   ArgenDne/

26   19/06  20:30   Danemark   43   Japon   44   Bas 24/06  20:30  

Cameroun/

Danemark  /

4   12/06  13:30   Corée/Grèce 19   Nigeria   17/06  16:00  

République  de  

24/06  20:30  

Cameroun  /Pays-­‐

Grèce/

Groupe  F  Match  

  Italie/

20   17/06  13:30   République  de  Corée 35   22/06  20:30   République  de  Corée 36   22/06  20:30   ArgenDne  

ArgenDne   /

11   14/06  20:30   Paraguay   12   15/06  13:30   Zélande/Slovaquie 27     28   Zélande 41   Italie  

Difficile   de   donner   des   favoris   …   quoique  …  l’équipe  de  France  semble   déjà   bien   parDe   pour   remporter   le   prix   de   l’équipe   la   plus   «   hot   »   du   mondial.   En   effet,   pour   certains   joueurs,   les  3e   mi-­‐temps  deviennent   plus   torrides   qu’arrosées.   L’escort   girl,   Zahia   Dehar,   18   ans,   s’est   fait   connaitre   en   l’espace   de   quelques   semaines   pour   ses   rencontres   d’après   matchs   plutôt   …   coquines   avec,   notamment,   Franck   Ribery.   Paris   Match   en   a   même   fait   sa   «   cover   »  du  mois  d’avril  «   Zahia,  la   Scandaleuse  »  !  Les  photos  et  vidéos   arrivent   de  toute  part,  notamment  la   vidéo   de   la   nouvelle   mascoZe   de   l’équipe  de  France  :  «  PuBx  ».   Quoiqu’il   en   soit,   au-­‐delà   des   rumeurs   concernant   les   «   relaDons   privées   »  des  joueurs  professionnels,   l’Afrique   du   Sud   s’aZend   à  vivre   un   très  grand  moment.   Bon  blocus  à  tous,  Thomas  Dubuison
18

Nouvelle-­‐

Nigeria/

Grèce/

20/06  13:30   Slovaquie Slovaquie/Paraguay 20/06  16:00   Italie/Nouvelle-­‐

24/06  16:00  

Slovaquie/

Le  Bègue  2010-­‐2011
Une  année  se  termine,   une   autre  commence…  voilà   l’état   d’esprit   actuel  du   Bègue.   L’heure   est  ainsi   aux   préparaDfs   de   l’année  prochaine  :  une  nouvelle  équipe  se  forme,  des  nouveaux  projets  voient  le  jour,…mais  rien  de  contraire  à  ceZe  année.   En  effet,  le  mot  d’ordre  est  conDnuité  ;  conDnuité  dans  la  structure  mais  aussi  dans  l’idéologie,  «  un  journal  d’étudiants  pour   les  étudiants  ».   Nous  ne  parlerons  donc  pas  de  changements  mais  d’amélioraDons.   La  principale  :  la  chasse  aux   fautes  d’orthographe  est  ouverte  !  Mais  pour  ça,  notre  cher   correcteur,  Wesley  Horion,   devra   avoir  le   temps  de  corriger  ;  ce   qui  implique   des   délais  plus   serrés  et  plus  strictes,   ce  qui   devrait  également  permeZre  une   publicaDon  régulière  et  à  jour  déterminé. A  part  cela,  le  but  est  de  faire  une  revue  toujours  aussi  complète  et  diversifiée  avec  plusieurs  secDons  dont  une  réservée  à  la   vie  facultaire  et  universitaire  mais  aussi  sur   ce  qu’il   se   passe  dans  notre  ville  dont,  j’en  suis  sûre,   beaucoup  ne   connaissent   pas  le  nom  ni  la  couleur  poliDque  du  bourgmestre. Ce  qui  fait  que  LLN  est  LLN,  ce  sont  aussi  ses  cercles  et  régionales,  forts  acDfs  ceZe  année,  certains  changements  pourraient   prendre  place  notamment  pour   les  24H  vélo,  on  parle  aussi  d’une  troisième  casa,…vous  saurez   tout  grâce  à  une  rubrique  sur   le  cercle  de  droit  où  ses  adeptes  vous  l’expliqueront,  de  même  vous  serez  averDs  de  tout  ce  qu’il  se  passe  Chez  Adèle.   Mais   aZenDon,  on  ne  vous  oublie  pas  !  Il  est  prévu  de   vous  laisser   une  page  où  vous  aurez   carte  libre  pour  écrire  ce  qu’il   vous  plaît,  réagir  à  des  arDcles,… Je  dois  l’avouer,  il  y  a  bien  un  changement  mais  il  se  situe  au  niveau  de  l’équipe  et  donc  pas  de  grands  bouleversements  pour   vous.  Vous  l’aurez   compris,  si  je  vous  parle  moi-­‐même  du  Bègue  2010-­‐2011,   c’est   parce  qu’il  m’a  été   confié  la  tâche   de   rédactrice  en  chef.   Je   ne  serai  cependant  pas  seule  puisque  j’ai  deux  vices…Pierre-­‐Emmanuel  Vergote   et  Charles  Brauns.   Le   premier   sera  chargé  de   la   mise   en   page   (et   je   compte   également  sur   lui  pour   donner   son   avis   ;-­‐)   )   alors  que  le  second   m’aidera  plus  dans  tout  ce  qui  est  administraDf,  c’est-­‐à-­‐dire  coordinaDon  pour  la  distribuDon,  envoi  des  mails,… Si  vous  avez  des  suggesDons  ou  envie  de  faire  parDe  de  ceZe  aventure,  envoyez  nous  un  mail  à  lebegue1011@gmail.com. Pauline Quelques mots de la part des membres du Bègue...
Le Bègue, c’est un investissement enrichissant, amusant et différent tous les mois.Une aventure que je ne peux que conseiller à toute personne qui aime écrire, dessiner et mener à bien un projet d’équipe. A bientôt, bizooo,  Jea

Je ne regrette pas du tout d’avoir rejoint léquipe du Bègue. ' ' Outre les rencontres qu’on y fait, le Bègue donne une réelle ' occasion à tous ceux qui aiment écrire (chacun à son niveau, chacun dans son style) de se faire plaisir tout en parlant de sujets sérieux et intéressants de l’actualité. ' A côté de ça, je vous assure, on oublie très vite les quelques heures (parfois pénibles) passées à la rédaction. Voilà, bloquez bien les amis, je vous embrasse. Maxime

Plus que la rédaction, ce sont toutes les réunions, toutes les activités et le bonheur de découvrir le Bègue imprimé chaque mois qui seront de superbes souvenirs. N’hésitez ' surtout pas à tenter de faire partie de l‘équipe. Hélène '

J’ai passé cette année au sein d’une merveilleuse équipe (du Bègue) en contribuant à la mise en page et à la gestion des ‘sponsors’. Je trouve que c’étais une expérience très enrichissante et si j’ai pu apporter ma pierre à la construction d’un édifice commun comme celui de l’UCL cela sera mon plus grand bonheur. Nous avons de la chance d’étudier dans une telle université, nous devons à notre tours lui rendre et cela, chacun par rapport à ses moyens. Je vous remercie, Ihsan Osman Yarsuvat.

19

LE BEGUE RECRUTE!
Envie de rejoindre une équipe de rédacteurs motivés ? De participer à la rédaction d’articles, aux interview de profs ? De t'investir dans un projet ? Envie d’avoir ton mot à dire dans la faculté ?

Alors n’ hésites pas à envoyer un mail au Bègue! (lebegue1011@gmail.com)

20

DÉTENTE

N’oubliez pas de vous détendre et de faire autre chose que lire vos syllabi...

Un  pe=t  coup  de  mou  pendant  le  blocus  ? Chercher  sur  google,  le  discours  de  Steve   Jobs  à  Stanford  en  2005,  remo=va=on   garan=e  !

Petit jeu pour se détendre...

21

GALERIE HUMOUR

Bizz & Baffe
Bises  à  nos  deux  rédac’  chef.   Bises   à   Osman  pour   la  mise  en  page  (P-­‐ E). Baffe  au  mauvais  temps  qui  revient. Baffe  au  blocus  qui  commence  ! Bises  à  toute  l'équipe  du  Bègue.   Bizz  à  tous  les  masters  2  qui  quiZent  LLN Bizz  à  LLN  et  ses  très  belles  années.   Bizz,  vous  allez  tous  me  manquer  .... Baffe  à  celui  qui  a  volé  mon  chargeur  MAC   dans  le  MORE  51. Bises  aux  secrétaires  de  la  faculté. Bizz  au  gars  en  T-­‐shirt  vert  dans  mon  lit  ! Bizz  à  la  Coupe  du  monde  qui  approche  ! Baffe  à  ceZe  aZente  interminable  !  

22

DERNIER DINNER DU BÈGUE 2010

23

L A FA M I L L E D U B È G U E
Nous remercions la société Kani.be pour nos Polos...

Nous remercions tous nos collaborateurs et très chers parrains...
Bègueʼ Team
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • Hélène  Djaoudi  -­‐  (Rédac’chef) Jeanine  Dirosa  -­‐  (Rédac’chef) Anaelle  Tramasure Arnaud  de  Ghellinck  d’Elseghem Camille  Noel Charles  Brauns Coralie  Beaumont Déborah  Moens Florence  Demoulin GenIane  Demeesters Ihsan  Osman  Yarsuvat  -­‐  (mise  en  page) Jennifer  Sevrin Margarita  Hernandez  -­‐  Dispaux Marie  Loiseau  -­‐  (dessinatrice) Mathieu  Raedts Maxime  Hendrickx  Vandenbosch Olivier  Vandenabeele Pauline  Ramboux Pierre  Emmanuel  Vergote  -­‐  (dessinateur) Sarah  Janssens

BRUYLANT
24

• Thomas  Dubuisson • Wesley  Horion  -­‐  (correcteur)

Centres d'intérêt liés