Vous êtes sur la page 1sur 2

v.

12 (14/03/2002 15:37)

Erythème noueux Q 022


 Dermohypodermite septale nodulaire aiguë non spécifique sans vascularite sans atteinte des lobules graisseux

Orientation diagnostique
• DIAGNOSTIC POSITIF
 Clinique
 Terrain : Jeune femmeQ entre 20 et 40 ans
 Nodosités dermohypodermiques Q:
 Inflammatoires : rouge, chaudeQ, douloureuse à la palpation,
orthostatisme et spontanément
 Mal limitées, environ 2-3 cm de diamètre
 BilatéralesQ et plutôt symétriques
 2-3 éléments à plusieurs dizaines
 Non mobilisable
 Prédominant aux faces d'extension des jambesQ (prétibiales) >
cuisse > avt-bras
 Phase prodromique aspécifique précédant et concommitant à l’apparition des lésions :
 FièvreQ, arthralgieQ, myalgie et asthénie, dl abdo modérée
 Evolution contusiforme par poussées successivesQ avec coexistence d'éléments d’âge différent d'aspect contusiforme Q
 Régression spontanée en 3 semaines sans cicatriceQ avec disparition de la fièvre et des S associés + rapidement que
les signes cutanées.
 Histologique
 Diagnostic histologique seulement en cas de doute clinique = l’histologie est non spécifique de l’étio (cad notamment
pas de granulome sarcoidosiqueQ ds l’EN de la sarcoidose)
 Etiologique
 En 1ière intention
 VSQ, CRP
 Rx du ThoraxQ
 IDR à la TuberculineQ
 Examen stomato-ORL

 En 2ième intention
 Prélèvement bacterien, Ac antistreptococcique, Enzyme de conversionQ, LBA,.. Biopsie
 Différentiel
 Ce qui n’est pas une hypodermite nodulaire
 phlébite superficielle (cordon inflammatoire)
 Sd de Sweet (infiltration dermique par PNN formant des placards fébriles au relief « montagneux »)
 Erysipèle
 Ce qui n’est pas une hypodermite septale
 Panniculites = Infiltrats inflammatoires des lobules adipeux et non des septa => Sd de Weber-Christian associée
aux Pancréatites chroniques ou cancer du PancréasQ qui associe des nodules dermo-hypodermiques
inflammatoires laissant des cicatrices déprimées à des foyers de cytostéatonécrose ostéo-articulaires responsable
d’une polyarthrite très inflammatoire imprévisible.
 Hypodermites infectieuses = gommes tuberculeuses, mycoses profondes, gomme syphilitiqueQ
 Ce qui est une vascularite
 PANQ (nodules, livédo actif, signes généraux et atteinte systémique)
 Vascularite leucocytoclasique
2/2

Diagnostic étiologique SYSTEM ABO (pasbo)


• SARCOÏDOSE Q
 Syndrome de LöefgrenQ = EN + arthralgie + ADP médiastinales bilatérales+ IDR négative
 RP - TDM thoracique - IDR tuberculine - ECG - Ophtalmo - Calcémie -EFR -Fibroscopie bronchique et biopsie - Enzyme
de conversion
• YERSINIA PSEUDOTUBERCULOSIS ET ENTEROCOLITICAQ
 YPT = Adénite mésentérique aiguë et périphérique (cervicales surtt) chez un enfant-adoléscent Q (pas de diarrhée)
 YE= Adénite mésentérique aigue + diarrhée fébrile type Sd gastroentéritique chez un adulte jeune
 Sérologie, Coproculture.
 Ttt par cycline ou FQ.
• STREPTOCOCCIEQ
 Angine (rythmant parfois des poussées successives d’érythème noueux)
 ASLO, antistreptodomase, RX sinus, panorex et Protéinurie
 Epreuve à la pénicilline parfois nécessaire si pas de diagnostic afin d’assurer l’éradicat°de tout foyer chronique infectieux
• PRIMO-INFECTION TUBERCULEUSEQ
 Terrain: enfant, transplanté, contage
 Autres signes de PIT : kérato-conjonctivite phlycténulaire, typhobacillose de Landouzy
 IDR: virage récent ou phlycténulaire, RP : ADP médiastinales asymétriques
• ENTEROCOLOPATHIE => Maladie de CrohnQ, RCUHQ
 Signes digestifs et Coloscopie
• MÉDICAMENTS : PASBO => pilule, aspirine, sulfamide, brome, or (sels d’or) = toxidermie médicamenteuseQ
• ACUTE LEUCÉMIE, LYMPHOME, LMC EN ACUTISATION (pas la LLCQ)
• BEHCETQ :
 Lésions hypodermiques appartiennent plutôt au cadre des vascularites mais st traditionnellement cités parmi las causes
d’EN
 Tableau = Aphtose bipolaire récidivante + uvéite + arthrite + hypersensibilté aux points de piqûre + pseudo-folliculites +
phlébites profondes et viscérales.
• ORNITHOSE PSITTACOSEQ, VIROSE (MNI, HBV, VIH), TOXOPLASMOSE, PALUDISME, HISTOPLASMOSE, BRUCELLOSE,
LEPTOSPIROSE,TULARÉMIE, PASTEURELLOSE, TYPHOIDE, RICKETTSIOSE, MIE DES GRIFFES DU CHATQ ….
• ET IDIOPATHIQUE QUAND ON NE SAIT PAS (20%Q)

Prise en charge thérapeutique


 Traitement étiologique +++
 Symptomatique
 Repos au lit (car majoré par l’orthostatisme)
 Arret de travail
 AINS (aspirine en 1ière intention) hors CI
 Antalgique
 Surveillance

Source : Fiches Rev Prat, RDP 98-99, Conf Hippo, Book Dermato, Conf Jouhet IPESUD, QCM INTEST 2000