Vous êtes sur la page 1sur 4

SS2 C27

( Dans le territoire qu'ils sont sur le point de quitter, il y a peu d'espèces


d'animaux; la raison ? - Les diverses espèces d'homme, et les divers
modes de conduite. Explication évangélique sur le jeune riche. )

-19 Juin 1843-de 16h45 à 19h-

-1- Je vois déjà en quelle direction vous voulez aller; acheminons-nous


donc de ce côté. Regardez, à droite et à gauche, en ce territoire que nous foulons encore,
quelle infinie somptuosité et quelle magnificence irradient des palais et des habitations qui se
dressent de tout côté, dans leur splendeur supposée, leur grandiose et leur majesté supposés.
-2- Mais vous demandez : En ce pays on se sent étouffer par le grandiose et
la magnificence; mais comment se fait-il qu'ici, en dehors des petits poissons dans le canal
autour de la montagne, on n'ait aperçu aucun quadrupède d'une certaine taille ?
-3- Mes amis et frères aimés, exception faite pour les petits poissons, et
pour quelques rares petits oiseaux, vous ne trouverez sur ce soleil central aucun autre animal.
-4- Toutes les autres espèces d'animaux existent seulement sur les Soleils
planétaires, sur leurs planètes et sur les lunes, puisque réellement ceux-ci ont été formés d'une
certaine façon, progressivement, c'est-à-dire, des soleils planétaires en descendant, par les
rebuts de tels soleils centraux, en suite de quoi - comme vous l'avez déjà appris très souvent -
la vie doit durement combattre, pour atteindre la nécessaire netteté et la pureté. A cet égard,
prenez note du rapport suivant :
-5- D'autant plus un monde cache de feu en lui, et d'autant moins il y a en
lui de matière dure et grossière, laquelle n'est pas propice à la vie, mais bien plutôt une gêne.
-6- D'autant moins un monde cache de feu en lui, et d'autant plus il est
grossièrement matériel, et la vie doit passer à travers une dure lutte pour conquérir sa liberté et
sa pureté toujours plus constantes.
-7- Et pourquoi donc ? - Comment peut-on démontrer cela de manière
évidente ? - Vous pouvez l'observer très clairement déjà sur la Terre, c'est-à-dire chez les
hommes eux-mêmes.
-8- Ceux qui sont pleins d'amour pour le Seigneur et pour leurs frères, sont
semblables aux mondes qui sont pleins de feu intérieur, comme vous l'enseignent les
nombreuses expériences que vous avez déjà faites, ainsi que la Parole du Seigneur Lui-Même,
quand Il dit : * Mon Joug est doux et Mon fardeau léger. *
-9- Par contre, ces hommes qui ont en eux peu de feu, et sont donc plus
tièdes, ont besoin déjà d'épreuves plus lourdes, avant de pouvoir s'éveiller et trouver la Vie en
eux; et les choses avec eux ne procèdent pas rapidement, parce que la matière, ou ce qui lui
est inhérent, se met toujours au milieu, comme un véritable extincteur qui rafraîchit ou éteint,
contre le feu de la vie, empêchant de cette façon un prompt réveil de l'esprit.
-10- Prenons maintenant un autre homme qui, en ce qui concerne l'amour
pour le Seigneur, est complètement froid. Celui-ci ressemble à une planète où il faut beaucoup
de poussées et d'incitations, avant qu'elle n'arrive sur un chemin de la vie bien réglé, et que,
un peu à la fois, elle se laisse éclairer et réchauffer par les rayons en action qui lui proviennent
de l'extérieur.
-11- Et pourquoi cela ? Parce qu'un tel homme s'était basé jusqu'alors
complètement sur le grossier procédé mondain, dont ensuite il est très difficile de passer à
celui spirituel.
-12- Enfin il y a des hommes que l'on peut considérer comme complètement
dépourvus de feu, comme des volcans éteints depuis longtemps. C'est pourquoi ces hommes
n'ont rien en eux que l'on puisse appeler quelque chose de spirituel; mais bien plutôt, ils sont
semblables aux lunes, qui sont dépourvues presque complètement, même de l'air
atmosphérique, au moins pour une partie.
-13- Elles tournent toujours vers leur planète la partie inhospitalière, lui
cachant cette malheureuse partie peu hospitalière; ainsi font aussi les hommes auxquels on a
fait allusion à l'instant.
-14- Ils ne sont pas aptes à accueillir une vie supérieure, dont ils sont
environnés extérieurement; mais bien plutôt ils font comme la lune qui se tient avec sa face
toujours tournée dans une direction, c'est-à-dire, qu' ils se tournent vers l'égoïsme mondain.
-15- Et si même de tels hommes tournent leur face vers la lumière, c'est
seulement pour vivifier cette partie pauvrement hospitalière, et en exploiter les avantages,
dans le sens matériel; mais jamais pour la vivification et la fondation de la vie spirituelle,
laquelle s'exprime dans l'affection réciproque, dans l'activité d'amour à travers les sphères,
dans lesquelles toute Vie spirituelle est efficacement opérante.
-16- De tels hommes ont seulement une demi-sphère active, et celle-ci
correspond à l'amour d'eux-mêmes, car cette partie de sphère est toujours tournée du côté
opposé à la sphère du prochain.
-17- Ils procèdent à dire vrai avec l'humanité la plus éminente, toutefois ils
font bien attention à ne pas risquer de perdre leurs fertiles richesses matérielles, et ils ont
toujours, en toutes leurs façons d’œuvrer, un mouvement ondulatoire, au moyen duquel ils
évitent toute occasion qui puisse les exposer au risque d'être pris en considération pour
quelque acte d'amour.
-18- Combien il est difficile à de tels hommes de parvenir à la Vie Intérieure,
le Seigneur le dit à l'occasion de la rencontrer avec le jeune homme riche, qui vint aussi au
Seigneur mais seulement pour s'enrichir de Sa Lumière, et non pour entailler ses intérêts
matériels et égoïstes; et bien au contraire, pour gagner doublement, c'est-à-dire, terrestrement
et spirituellement.
-19- Il est facile qu'à ce sujet quelqu'un demande : Pourquoi en cet exemple
évangélique s'est il agi d'un jeune homme riche, et pas plutôt d'un vilain avare et d'un vieillard
?
-20- Tout, voyez-vous, doit avoir sa multiple raison correspondante. Même
la Lune est comme un jeune dans le monde; et l'égoïsme aussi se manifeste toujours plus vif
que chez un vieillard, car sur mille vieillards, vous pourrez en trouver à peine dix d'esprit
égoïste, et qui peuvent être comparés aux planètes lointaines. Par contre, parmi mille jeunes
vous pourriez en trouver à peine dix qui ne se laissent pas guider et stimuler par l'égoïsme.
-21- Observez seulement un de ces jeunes; que ne fait-il pas et n'entreprend-
il pas pour l'amour d'une vaine et avantageuse position mondaine ! - L'un ne fait que courir
partout pour pouvoir faire un bon mariage rémunérateur; un autre perd la santé sur les livres,
pour trouver le plus vite possible un bon emploi rémunérateur; un troisième recourt à toutes
sortes de bassesses pour compenser son manque de talent; et ce faisant, tant les uns que les
autres, mettent complètement de côté tout ce qui est divin et spirituel, et se laissant
manœuvrer comme des girouettes, afin de saisir une fin terrestre la plus payante qu'il soit, et
de n'importe quel genre.
-22- C'est donc la raison pour laquelle dans l'Evangile il a été pris comme
exemple un jeune homme riche précisément : Jeune, parce que les jeunes sont plus animés de
tels intérêts égoïstes; et riche, parce qu'un jeune a en lui une plus grande aptitude à conquérir
le Royaume de Dieu, à condition qu'il veuille renoncer à lui-même, et suivre les traces du
Seigneur.
-23- J'estime que, sur la base de cet exemple, vous serez en mesure de
comprendre plus à fond le rapport que je vous ai exposé; en effet tout se trouve ici : Plus de
feu et plus de chaleur, ou d'amour qui en dérive pour Dieu et toute la proche fraternité; et
donc, moins de matière et moins de mort, et par conséquent d'autant plus de Vie en soi.
-24- Par opposition par contre on a proportionnellement : D'autant plus de
matière, d'autant moins de feu, et donc d'autant moins de la vraie Vie à disposition.
-25- Donc, c'est la raison pour laquelle, sur l'un de ces soleils centraux, dont
la substance est presque un pur feu, il manque complètement une vie matérielle animale, à
l'exception de quelques cas particuliers de peu d'importance.
-26- A présent que nous savons cela, nous pouvons continuer notre chemin
avec un esprit plus libre, du point de vue vital. C'est pourquoi, regardez devant vous parce que
nous nous trouvons réellement sur la rive de l'un de ces fleuves d'eau lumineuse, dont nous
avons déjà parlé, fleuve sur lequel nous devrons continuer notre chemin, pour atteindre une
autre zone circonscrite de ce monde.
-27- Mais vous, en observant avec vos yeux spirituels cette immense surface
de lumière irradiante, vous dites dans votre esprit : Comment pourrons-nous arriver au-delà de
cette mer de feu solaire avec les pieds encore sains, et des yeux pas complètement aveuglés ?
- Je ne peux que vous répéter ce que je vous ai déjà dit une fois :
-28- Pour l'Esprit il ne doit jamais y avoir de difficultés; une ferme volonté
et une confiance inébranlable doivent être la règle éternelle de l'esprit.
-29- Ne vous perdez donc pas en considérations, mais bien plutôt veuillez et
ayez confiance, car alors cet élément devra nous être utile selon votre volonté et selon votre
confiance.
-30- Vous maintenant, suivez mon conseil, et les flots brillants nous
porteront sains et saufs avec la rapidité de l'éclair dans une autre lointaine circonscription de
ce monde.
-31- Regardez là au fond, à une distance considérable, jaillit déjà des ondes
lumineuses une rive solide; on voit déjà des montagnes qui semblent toucher la voûte céleste,
couvertes de bois d'un vert brillant.
-32- Ce sont les premiers trophées d'une vaste région habitée, qui nous
saluent d'une manière vraiment plaisante et hautement splendide pour nos yeux. Qui sait si
cette montagne sera trop raide à monter ?
-33- Quand donc un esprit demande-t-il si une montagne d'un monde est
raide, du moment que pour lui toutes les voies sont ouvertes entre monde et monde ? - Raison
aussi pour que nous franchissions cette dure montée, avec une peine minime et sans ressentir
aucune sorte de fatigue.
-34- Nous voici au pied de la montage. Regardez comme le sol est
doucement recouvert d'une fine herbe très moelleuse, et quelle fraîcheur et quelle pureté elle
offre à notre vue. N'est-ce pas un plaisir de marcher sur un semblable terrain, sous les brillants
arbres verts ? En vérité, ceci est déjà splendidement magnifique !
-35- Vous voudriez savoir si ces arbres produisent des fruits ! Non, ils n'en
produisent pas, mais en compensation, leur rayon vert s'unit avec le rayon blanc du fleuve, et
le rend par là plus intense, plus vif et plus opérant à des distances très grandes.
-36- Et c'est presque la même chose que si quelqu'un observait la verte
lumière de l'espérance, unie à celle blanche, lumière de la vraie foi, et s'aperçût suite à cela,
que la foi-même est rassasiée, et devient aussi plus vive; car, une foi sans espérance serait une
lumière insupportable.
-37- Tandis que la fusion de ces deux lumières engendre l'amour; car, celui
qui croit et espère, commence bien vite aussi à aimer celui en qui il croit et repose sa
confiance.
-38- Et c'est pourquoi, même cette zone boisée, d'étendue incalculable, qui
couvre la montagne qui se trouve devant nous, avec ses rayons verts, constitue un
rassasiement de la lumière blanche du fleuve.
-39- Regardez donc là-bas vers l'ondoiement du fleuve, et vous apercevrez
les deux lumières se fondre dans une lumière rouge, ce qui vient aussi signifier que, par suite
de la volonté et de la confiance, l'amour commence à se développer.
-40- Un arc-en-ciel vous montre aussi quelque chose de semblable, raison
pour laquelle il peut être effectivement appelé, un véritable arc de la paix, mais, comme on
peut le comprendre de soi-même, au sens spirituel.
Etant donné que maintenant mous savons aussi cela, nous pouvons nous
engager de bon cœur sur la douce montée du bois.