Vous êtes sur la page 1sur 19
POUR L’ANNIVERSAIRE DE L’INDÉPENDANCE DE SON PAYS le président bouteflika félicite  son homologue paraguayen  horacio car tes    P. 32 9 Chaâbane 1437

POUR L’ANNIVERSAIRE DE L’INDÉPENDANCE DE SON PAYS

le président bouteflika félicite  son homologue paraguayen 

horacio car tes   

POUR L’ANNIVERSAIRE DE L’INDÉPENDANCE DE SON PAYS le président bouteflika félicite  son homologue paraguayen  horacio car tes    P. 32 9 Chaâbane 1437

P. 32

9 Chaâbane 1437 - Lundi 16 Mai 2016 - N° 15749 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

L A R E V O L U T I O N P A R L
L A
R E V O L U T I O N
P A R
L E
P E U P L E
E T
P O U R
L E
P E U P L E

M. SELLAL AU SALON INTERNATIONAL DU TOURISME ET DES VOYAGES

l’a lG é R i e  s u R        

la bonne Voie

É D I TO R I A L

  • M i M é t i s M e

e t d u p l i c i t é

  • l La santé du Président et l’usage politicien qui en est fait, depuis un bon moment, reviennent. Comme

par hasard, cela arrive au moment où le tweet du Premier ministre français a cessé de

produire son effet nocif. Il est dépassé, on peut le dire, malgré les ravages qu’il a causés dans la relation algéro-française et les spéculations qu’il a suscitées ici par les mêmes titres qui réagissent au quart de tour quand il s’agit d’obscurcir l’image du pays. C’est Jeune Afrique, le magazine français, sous la plume de Béchir Ben Yahmed, son fondateur, qui relance la question en faisant appel à la ruse. Il commence par écrire qu’il connaît effectivement la réponse, sans avoir vu lui-même le Président algérien, grâce aux confidences de plusieurs personnes qu’il a rencontrées en 2014 et en 2015, mais qu’il ne

pouvait évidemment pas en faire état, mais il finit tout de même par la livrer, mais pas sous la forme que l’on pourrait deviner. Non, il faudrait d’énormes prouesses pour réaliser cette performance, et Ben Yahmed maîtrise bien cet art de l’artifice scénarisé. Voilà comment le doyen des journalistes s’y prend. Il nous annonce la parution d’un livre (qui date de plus d’un mois), de Jean-Louis Debré, «un homme politique français de premier plan», dans lequel il est «écrit noir sur blanc ce qu’il a vu et entendu le 9 décembre 2015, il y a donc cinq mois, lorsqu’il a été reçu par le Président algérien». Le doyen — il venait d’avoir 88 ans — se pose la question : «Son auteur avait-il le droit de rendre publiques ses impressions et le contenu de son entretien ?» Dans sa réponse, il y a le renard et le chien : «Sans doute pas, mais il l’a fait, et son témoignage répond aux questions que l’on se pose sur l’état de santé du Président algérien. Jugez-en.» Et évidemment, il donne le texte intégral de Debré qui décrit le contenu et l’ambiance durant l’entretien. Bien sûr, ce qui intéresse Ben Yahmed, ce ne sont pas les observations du genre «j’ai été très agréablement surpris par son esprit d’ouverture, d’amitié et d’imagination», et «par sa volonté de fortifier les relations franco-algériennes», mais seulement la question de savoir s’il a la capacité de diriger le pays et le problème de la succession. Sa digression sur les présidents dont l’état de santé était précaire, est elle aussi, suggestive de son parti pris. Il cite Habib Bourguiba, Félix Houphouët-Boigny et même François Mitterrand, mais, à aucun moment, il n’évoque, par exemple, la santé trop fragile du Roi du Maroc. Une simple omission ? Si manifestement Jeune Afrique a toujours fait la promotion des thèses marocaines, concernant la question du Sahara occidental, s’alignant en cela sur la position française, ce qui intéresse Ben Yahmed, père et fils, c’est aussi de donner une image peu rassurante de l’Algérie au moment où celle-ci, parmi tous les pays de la région, est celle où règnent la stabilité et la sécurité, malgré le difficile contexte économique et géopolitique. La démarche de Jeune Afrique, étant un magazine français qui façonne l’image des pays africains selon le prisme français, ne nous étonne guère, et le papier commis par son fondateur aurait pu passer inaperçu si un site numérique se disant «algérien» ne l’avait repris dans son intégralité et un quotidien local n’en avait fait un sujet d’actualité avec les «mêmes» interrogations. Aux lecteurs d’en juger sur le mimétisme et la duplicité.

EL MOUDJAHID

La réunion tripar tite examinera le 5 juin le nouveau modèle économique l Durant les trois
La réunion tripar tite examinera le 5 juin le nouveau modèle économique
l Durant les trois
dernières années,
24.000 entreprises
privées ont été créées.
Ph : Nacéra I.

L’Algérie est sur la «bonne voie» et «maîtrise» la situation, malgré la chute des prix du pétrole sur le marché international, a affirmé, hier à Alger, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en marge du 17 e Salon international du tourisme et des voyages, précisant que «malgré des baisses en matière  de revenus, l’Algérie n’a pas été ébranlée, et ne le sera pas».

P. 3

DESTIN DE L’ESPACE SAHÉLO-SAHARIEN

DESTIN DE L’ESPACE SAHÉLO-SAHARIEN « nous assuMons plei neMent nos Responsabi li tés » P. 6

« nous assuMons plei neMent nos Responsabi li tés »

  • P. 6

LE PRÉSIDENT SERBE EN VISITE D’ÉTAT AUJOURD’HUI

l’aMoRce d’un paRtenaRiat 

P. 32

BUDGETS DES FESTIVALS

M.  Mihoubi : Rationalisation 

P. 4

HOMMAGE À CHEIKH BOUAMRANE

HOMMAGE À CHEIKH BOUAMRANE une  RéféRence intellectuelle  P. 32

une 

RéféRence

intellectuelle 

  • P. 32

Bouche 2 DE À O reille EL MOUDJAHID d’El Moudjahid CE MATIN À 10H
Bouche
2
DE
À
O reille
EL MOUDJAHID
d’El Moudjahid
CE MATIN À 10H

Le DG du Domaine national, invité du Forum Économie

Le

Forum

Économie d’El Moudjahid rece- vra ce matin à 10

heures, M. Mo- hamed Himour, directeur général du Domaine na- tional.

Le DG du Domaine national, invité du Forum Économie Le Forum Économie d’ El Moudjahid rece-

DEMAIN À 10H

Hommage à Mouloud Kacem Naït Belkacem

Le DG du Domaine national, invité du Forum Économie Le Forum Économie d’ El Moudjahid rece-

Le Forum de la mémoire d’El Moudjahid, en coordination avec l’association Ma- chaâl Echahid, or- ganise, demain à 10h, à l’occasion de célébration de la journée natio-

nale de l’Etudiant, un hommage au défunt Mouloud Kacem Naït Belkacem, re- présentant des étudiants algériens en Alle- magne.

M É T É O

Bouche 2 DE À O reille EL MOUDJAHID d’El Moudjahid CE MATIN À 10H Le DG

E N S O L E I L L É

Temps généralement ensoleillé sur l’ensemble des régions du pays. Averses à l’Est et sur les Hauts Plateaux.

Températures (maximales-mini- males) prévues aujourd’hui :

Alger (24° - 11°), Annaba (21° - 12°), Béchar (34° - 20°), Biskra (32°- 21°), Constantine (22° - 9°), Djelfa (26° - 10°), Ghardaïa (33° - 20°), Oran (25° - 13°), Sétif (22° - 8°), Tamanrasset (38°- 24°), Tlemcen (27° - 12°).

ACTIVITÉS CULTURELLES

CE MATIN À 10H À LA BIBLIOTHÈQUE DU PALAIS DE LA CULTURE

« L’esprit arabe et africain dans le récit de Don Quichotte »

Le palais de la Cul- ture organise une conférence intitulée «L’esprit arabe et afri- cain dans le récit de Don Quichotte», ani- mée par le D r Khalef Allah Miloud.

Le palais de la Cul- ture organise une conférence intitulée «L’esprit arabe et afri- cain dans

DEMAIN À 14H À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE D’EL-HAMMA

Rencontre poétique sur l’œuvre de Jean Sénac

L’Office national des droits d’auteurs et droits voisins organise, dans le cadre des «Rendez-vous avec la

L’Office national des droits d’auteurs et droits voisins organise, dans le cadre des «Rendez-vous avec la poésie», une rencontre poétique autour de l’oeuvre et de la vie du

grand poète algérien Jean Sénac, intitulée «Jean Sénac, le poète de la ville».

 

SAMEDI 21 MAI À 14H

 

Le Rebelle, de Souhila Amirat

La librairie de l’Anep Chaïb-Dzaïr abri- tera, samedi 21 mai, une vente-dédicace de

M me Souhila Amirat, pour son ouvrage le Rebelle.

A C T IV IT É S M IN IS T É R IE L L
A C T IV IT É S M IN IS T É R IE L L E S
CE MATIN À 10H
CE MATIN À 9H À L’ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE JOURNALISME
Conférence formation au profit
des professionnels de la presse
M. Boudiaf
au Conseil
de la nation
Le ministère de la Communication
organise, ce matin à 9h, à l’École na-
tionale supérieure de journalisme (Ben
Aknoun), une conférence-débat qui
s’inscrit dans le cycle de conférences
formation au profit des professionnels
de la presse. La conférence sera ani-
mée par M. Larbi Timizar, président-
directeur général du journal Horizons,
et aura pour titre «La formation conti-
nue, clé pour une professionnalisation
éthique des journalistes», elle sera re-
haussée par la présence de M. Hamid
Grine, ministre de la Communication.
La
mission de
la Santé,
des Affaires
sociales, du
Travail et de
la Solidarité
n a t i o n a l e
au Conseil
de la nation, procèdera à
l’audition du ministre de la
Santé de la Population et de
la Réforme hospitalière, Ab-
delmalek Boudiaf pour dé-
battre de la nouvelle loi sur
la santé et du plan national de
lutte contre le cancer.
com-
DEMAIN À 10H30
Convention entre l’UFC et l’APS
Le ministre de la Communication, Hamid
Grine, et le ministre de l’Enseignement supérieur
et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar,
présideront, demain à 10h30 au siège d’Algérie
Presse service, la cérémonie de signature d’une
convention de partenariat entre l’Université de
la formation continue et Algérie Presse service.
Cette convention portera sur la mise à disposi-
tion temporaire, par l’Université de la formation
continue au profit d’Algérie
Presse service, de la chaîne
universitaire du savoir, y com-
pris de ses studios de produc-
tion audiovisuels et sera
signée par le directeur général
de l’APS, Abdelhamid Kacha,
et le recteur de l’UFC, Houd Mouissa Djamel.
Ce matin à 8h20
JEUDI 19 MAI À 13H À LA SALLE AÏSSA-MESSAOUDI
M. Mihoubi
sera l’invité de
Tour final de la compétition éducative
« Entre lycées »
l ’ é m i s s i o n
«Daif
Essa-
bah»
de
la
La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghebrit, et le ministre de
la Communication, Hamid Grine, présideront la finale de la compétition édu-
cative «Entre lycées», qui se déroulera au siège de la radio Chaîne I.
Chaîne I de la
Radio
Algé-
rienne
PROTECTION CIVILE CE MATIN À 9H À L’HÔTEL HILTON Forum international du Croissant-Rouge Semaine de formation
PROTECTION CIVILE
CE MATIN À 9H À L’HÔTEL HILTON
Forum international
du Croissant-Rouge
Semaine de formation
sur les incendies de forêt
Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale
de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le Croissant-
Rouge algérien organise sous le haut patronage du Pré-
sident de la République un Forum international ce matin
à 9h.
La direction de la Protection civile de la wilaya d’Alger organise une
semaine de formation sur la prévention et la lutte contre les incendies de
forêt au profit des officiers, sous officiers et agents au siège de l’unité
principale de Baraki.
CE MATIN À 9H À SIDI BEL-ABBÈS
Challenge du sport
DEMAIN À 9H
Les débats du FCE : le secteur de
l’industrie pharmaceutique
La Direction générale de la Protection civile organise, ce
matin à la direction de la Protection civile, la 3 e phase
qualificative de la 5 e édition du Challenge national du
sport adapté aux métiers de l’agent de la Protection
civile au profit des wilayas de l’Ouest.
Le Forum des Chefs d’entreprise pour-
suit son cycle de rencontres : «Les Débats
DU 16 AU 18 MAI À BIRTOUTA
du FCE». Les invités de la 9 e édition sont le
directeur général de la Pharmacie centrale
des hôpitaux, M. Moham ed Ayad et le di-
recteur général de la Pharmacie au mi-
nistère de la Santé, de la Population
Regroupement sur les premières
interventions
La direction de la Protection civile de la wilaya
d’Alger organise un regroupement de son détachement
et de la Réforme hospitalière,
Hammou Hafed.
de renfort aux premières interventions (DRPI) au niveau de
la commune de Birtouta du 16 au 18 mai. Ce dernier procédera
à des exercices de simulation sur différents thèmes.

CE MATIN À 10H30 À L’HÔTEL MÉRIDIEN D’ORAN

BEA : rencontre d’information sur l’Emprunt national

pour la croissance

Dans le cadre de l’Emprunt national pour la croissance économique, la Banque ex- térieure d’Algérie organise une rencontre régionale d’information à Oran, à l’intention de la clientèle des wilayas de Saïda, Tlemcen, Sidi Bel-Abbès, Aïn Témouchent, Oran, Béchar, Mostaganem, Mascara et Tiaret

Bouche 2 DE À O reille EL MOUDJAHID d’El Moudjahid CE MATIN À 10H Le DG

JUSQU’AU 23 MAI À KHENCHELA

18 e édition de « Changing diabète »

La Direction de la santé et de la population de la wilaya de Khenchela et Novo Nordisk Algérie organisent, sous l’égide du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, la 18 e édition de la clinique mobile «Changing

diabète» à la place Abbes-Laghrour.

SAMEDI 21 MAI À 9H À BORDJ EL-BAHRI Campagne de nettoyage de la plage À l’occasion
SAMEDI 21 MAI À 9H
À BORDJ EL-BAHRI
Campagne de
nettoyage de la plage
À l’occasion de la journée inter-
nationale de la Méditerranée et à
l’occasion de la journée mondiale
de la Diversité le 22 mai, l’Associa-
tion nationale scientifique de
jeunes «découverte de la nature»
organise une campagne de net-
toyage des plages de La cigogne et
des Ondines .

DEMAIN À 8H30 AU SIÈGE DE LA WILAYA D’ALGER

Journée d’information et de sensibilisation

La wilaya d’Alger organise demain à 8h30 une journée d’information et de sensibilisation sur le nettoyage des rejets industriels liquides.

DEMAIN À 9H30 À L’UNIVERSITÉ HOUARI-BOUMEDIENE

UGEA : festival étudiant

Le Bureau national de l’Union générale des étudiants algériens organise le festival étudiant à l’occasion du double anniversaire, 60 e anni- versaire de la fête nationale de l’étudiant et 23e anniversaire de la création de l’Union.

LES 16 ET 17 MAI AU CRASC D’ORAN

Portes ouvertes sur la Recherche appliquée en anthropologie sociale

Sous le thème «Applied Research Days», des portes ouvertes sur la recherche scienti- fique et le développement sont organisées par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique qui à initié une cam- pagne de médiatisation sur les avancées tech- nologiques et le développement social du pays et leur impact sur l’édification d’une économie basée sur la connaissance.

L’événement

3

EL MOUDJAHID

M. SELLAL AU SALON INTERNATIONAL DU TOURISME ET DES VOYAGES

L’Algérie sur L A B O N N E V O I E

«La réunion tripartite examinera, début juin, le nouveau modèle économique», a affirmé le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal.

C’ est dans une ambiance conviviale et festive, que la 17 e édition du Salon interna-

tional du Tourisme et des voyages (SITEV) a été inaugurée, hier, au Pa- lais des expositions (Pins maritimes) par le Premier ministre, M. Abdelma- lek Sellal, qui était accompagné d’une importante délégation composée en de plusieurs personnalités et cadres du gouvernement, d’une dizaine de mi- nistres, notamment celui de l'Aména- gement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, M. Amar Ghoul. Organisée sous le slogan « Tou- risme et économie durable », cette ma- nifestation a regroupé plus de 256 exposants, dont 23 représentants de 15 pays arabes et étrangers. Pendant près de deux heures, le Premier ministre s’est rendu dans la majorité des pavillons, sillonnant les allées, s’intéressant aux produits expo- sés. Il posera, dans ce contexte plu- sieurs questions sur tel ou tel sujet, notamment aux hôtes de l’Algérie, leur demandant également leurs impres- sions. En marge de l’inauguration de ce rendez-vous, le Premier ministre a in- diqué que le développement secteur du tourisme constitue la pierre angulaire de développement de l’économie na- tionale. Il a souligné que « plus de 600 projets sont en cours de réalisation ». « Le fait qu’actuellement nous sommes dans une conjoncture écono- mique très difficile, nous a mis devant l’évidence de mettre tous les moyens pour redynamiser tous les secteurs », a- t-il dit, avant d’annoncer que « le gou- vernement a pris la décision, d’un commun accord avec les partenaires sociaux et les organisations patronales de tenir la prochain tripartite (gouver- nement-patronat-syndicat), début juin prochain, et cela pour examiner plu- sieurs dossiers relatifs à la situation économique du pays. » M. Sellal précisera dans ce contexte, que « cette réunion nous per- mettra également de trouver les moyens nécessaires pour l’améliora- tion des performances de notre écono- mie 2016-2019. » D’ailleurs, selon lui, « ce nouveau modèle économique sera présenté au gouvernement prochaine- ment ». Le Premier ministre a rassuré à cet effet sur le fait que « l’Algérie est sur

L’ événement 3 EL MOUDJAHID M. SELLAL AU SALON INTERNATIONAL DU TOURISME ET DES VOYAGES L’Algérie

notamment, la mise en place de pro- grammes de loisirs directement puisés du patrimoine culturel et historique de l’Algérie. Partant de là, Sellal a mis en avant l'impératif de promouvoir le tourisme interne en encourageant les citoyens à visiter différents sites touristiques que le pays recèle. Il a appelé à cet effet les agences de voyages à participer au dé- veloppement interne à travers l’organi- sation de circuits touristiques pour faire la promotion de différentes régions d’Algérie. « Il ne faut pas se contenter d’accompagner les touristes algériens à l’étranger. Il s’agit aussi de savoir comment attirer les touristes étrangers en Algérie », a-t-il dit à l’assemblée, avant de leur annoncer que lors de la

la bonne voie ». Il dira dans ce sens « certes nous avons enregistré une baisse des recettes pétrolières mais ce choc pétrolier, qui s’est produit en juil- let 2014, n’a pas eu d’effet déstabilisa- teur et ne le sera pas. Au contraire cette situation engendrée par la chute des prix des hydrocarbures a incité le gou- vernement à revoir son modèle écono- mique, à travers notamment la diversification de l’économie natio- nale ».

« L’Algérie est en bonne voie et notre politique est claire »

A cet effet, il estimera que « l’en- treprise joue un rôle primordial dans le développement et la création de la ri- chesse », soulignant « au cours de ces trois dernières années, plus de 24.000 entreprises privées ont été créées au ni- veau national, ce qui représente l’équi- valent de 70% des entreprises créées ces dix dernières années ». En réponse à certaines allégations de responsables étrangers, rapportées par certains médias, sur l'impact de la chute des prix de pétrole sur l'écono- mie de l’Algérie, Abdelmalek Sellal a tenu à mettre les points sur les ‘‘i’’ en signalant que « les propos tenus par ces responsables étrangers ne nous affec- teront nullement dans notre politique et notre travail ». Il n’a pas manqué de mettre l’ac- cent sur la nécessité de préserver les institutions de l’Etat, l’unité nationale et la stabilité du pays.

Ph : Nacéra I.
Ph : Nacéra I.

Au cours de ses haltes au niveau des différents stands d’exposants, le Premier ministre a insisté, là aussi, sur la nécessité d'investir davantage dans le domaine du tourisme et de faciliter les procédures administratives en indi- quant que « le développement de ce secteur fait partie des priorités du gou- vernement au même titre que l'agricul- ture, l'industrie et les services ». Evoquant le volet de la formation, Sellal affirmera que celle-ci est « pri- mordiale » pour la qualification de la ressource humaine et l'amélioration des prestations hôtelières. S’adressant au propriétaire d’un groupe hôtelier, le Premier ministre a mis en exergue le fait que la promotion du niveau des prestations touristiques se fait à travers

dernière réunion du gouvernement « nous avons pris les dispositions né- cessaires pour instaurer un climat favo- rable aux activités des agences de voyages pour leur permettre de contri- buer à la réussite de la saison esti- vale ». Parmi les mesures prises pour l’été 2016, Abdelmalek Sellal a cité à titre d’exemple, l’attribution de terrains pour installer des camps de toile.

Il y a lieu de souligner à la fin que l’objectif de cette manifestation, selon ses initiateurs, est de faire connaître la destination touristique Algérie, conso- lider le tourisme interne et appuyer le partenariat avec les opérateurs natio- naux et étrangers de par la promotion des investissements dans ce secteur.

Makhlouf Aït Ziane

Maîtrise de la situation économique

L’Algérie est sur la bonne voie et maîtrise la situation, malgré la chute des prix de pé- trole sur le marché internatio- nal, a affirmé hier à Alger le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. « Nous sommes sur la bonne voie et notre politique est claire », a déclaré M. Sel- lal en marge du 17 e Salon in- ternational du Tourisme et des voyages (SITEV), précisant que « malgré des baisses en matière de revenus, l’Algérie n’a pas été ébranlée et ne le sera pas », a-t-il dit en réponse à des allégations de responsa- bles étrangers, rapportées par certains médias, sur l’impact de la chute des prix de pétrole sur l’économie de l’Algérie. « Les propos tenus par-ci et par-là par des responsables étrangers ne nous affecteront nullement dans notre politique et notre travail, et nous n’ac- cepterons aucune ingérence dans nos affaires », a-t-il sou- ligné, mettant l’accent sur la nécessité de préserver les ins- titutions de l’Etat, l’unité na- tionale et la stabilité du pays. M. Sellal a ajouté, dans le même cadre, que la situation engendrée par la chute des prix des hydrocarbures a, au contraire, incité le gouverne- ment à revoir son modèle éco- nomique, à travers notamment la diversification de l’écono- mie nationale, citant, à titre d’exemple, le rôle de l’entre- prise dans le développement et la création de la richesse, ex- pliquant, à cet égard, que le gouvernement encourage la création d’entreprises. Le Pre- mier ministre a rappelé, à cet égard, que durant les trois der- nières années, 24.000 entre- prises privées ont été créées, l’équivalant de 70% du nom- bre créé depuis plus de dix ans, et cela démontre que « nous sommes sur la bonne voie », a-t-il insisté. Par la même occasion, M. Sellal a mis l’accent sur l’im- portance du secteur du tou- risme et le rôle qu’il peut jouer dans le développement et la diversification de l’économie nationale.

La réunion tripar tite

examinera le 5 juin

le nouveau modèle économique

Le Premier ministre, Abdelmalek Sel- lal, a indiqué que la prochaine réunion de la tripartite, le 5 juin, sera consacrée à l’examen du nouveau modèle économique (2016-2019). La réunion de la tripartite, le 5 juin, sera consacrée à l’étude des moyens de dynamiser et d’améliorer l’économie nationale ainsi qu’à l’examen du nouveau modèle économique 2016-2019, a affirmé le Premier ministre. M. Sellal a mis l’ac- cent sur la nécessité de diversifier l’écono- mie nationale, affirmant que « le développement du secteur du tourisme fait partie des priorités du gouvernement au même titre que l’agriculture, l’industrie et les services ». « L’Algérie connaît une conjoncture économique difficile du fait de la chute des prix de pétrole sur le marché international », a-t-il dit. En visitant les pa- villons du Salon, le Premier ministre a in- sisté sur l’importance d’investir dans le domaine du tourisme et de faciliter les pro- cédures administratives ». Il a appelé à pro- mouvoir le niveau des prestations touristiques à travers la mise en place de programmes de loisirs en mettant à profit le patrimoine culturel et historique de l’Al- gérie. M. Sellal a également insisté sur la

formation et la qualification de la ressource humaine pour l’amélioration des presta- tions hôtelières. Le Premier ministre a éga- lement mis en avant l’impératif de promouvoir le tourisme interne en encou- rageant les citoyens à visiter différents sites touristiques que le pays recèle. Il a exhorté, à ce titre, les agences de voyages à orga- niser des circuits touristiques pour faire la promotion de ces régions. Pour M. Sellal, les jeunes, étudiants no- tamment, ont un rôle important à jouer dans l’animation touristique à travers, a-t- il proposé, l’échange de visites entre diffé- rentes régions du territoire. « Une telle démarche est de nature à consolider l’unité nationale », a-t-il encore estimé. « L’Etat a accordé toutes les facilités aux habitants du Sud et des hauts plateaux pour visiter les wilayas côtières », a poursuivi M. Sellal faisant savoir que des espaces seront amé- nagés, lors de la prochaine saison estivale, en zone littorale pour recevoir les jeunes et les familles de ces régions ». Le Premier ministre a enfin appelé le forum des Chefs d’entreprises à contribuer au développe- ment du secteur du tourisme en accompa- gnant les investisseurs.

SAISON ESTIVALE

Assurer un séjour de q u a l i t é

Le ministre de la Jeu- nesse et des Sports, El-Hadi Ould Ali, a insisté auprès des responsables de son dé- partement sur la nécessité de veiller à assurer aux jeunes les conditions « adé- quates » pour un séjour de « qualité » lors de la saison estivale. Au cours d’une réunion de la commission nationale de coordination, de prépa- ration, du suivi et de l’éva- luation de la campagne des centres des vacances et de loisirs des jeunes qu’il a présidée, le ministre a sou- ligné « la nécessité de veil- ler à assurer aux jeunes estivants, au sein des cen- tres de vacances et de loi- sirs des jeunes ou dans le cadre de la mobilité de jeunes, les conditions adéquates pour un séjour de qualité ». M. Ould Ali a demandé, à cet effet, à la com- mission de préparer « une feuille de route opé- rationnelle » et à travailler en « étroite collaboration » avec les commissions de wi- layas appelées à suivre le déroulement de la « campagne 2016 », selon un communiqué du mi-

L’ événement 3 EL MOUDJAHID M. SELLAL AU SALON INTERNATIONAL DU TOURISME ET DES VOYAGES L’Algérie

nistère de la Jeunesse et des Sports. Le ministre a indiqué que les capacités propres au secteur « peu- vent offrir des sessions aux jeunes âgés de 6 à 14 ans et issus des wilayas du Sud et des Hauts Plateaux, ainsi que des villages en- clavés, alors que le pro- gramme de mobilité des jeunes sera organisé sous forme de séjours d’une se- maine dans le cadre du ré- seau national des auberges de jeunes ». Pour renfor- cer ces capacités et mobi- liser tous les moyens pour une couverture maximale de prise en charge des jeunes, le ministre a invité les autres secteurs à «

identifier des sites dépen- dant de leurs départements », relevant que ce programme de vacances pour les jeunes est une opération d’« importance nationale ». Pour ce faire, les entreprises publiques et pri- vées seront sollicitées pour accompagner les pouvoirs publics dans cette campagne, a encore ajouté le ministre.

Lundi 16 Mai 2016

4 Nation EL MOUDJAHID
4
Nation
EL MOUDJAHID

M. aMaR ghoul

D I V E R S I F I C AT I O N

de l’économie par le tourisme

Le ministre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, Amar Ghoul, a mis en avant l'importance accordée au secteur du tourisme pour la diversification et le développement de l'économie nationale.

« L

e secteur du tourisme à la priorité dans le pro- gramme du Président de

la République et dans le plan d'ac- tion du gouvernement », a soutenu M. ghoul, rappelant les facilités accordées aux investisseurs dans ce domaine pourvoyeur d'emplois (1 million de postes). le ministre a exhorté les intervenants dans le domaine du tourisme à investir da- vantage pour concrétiser les objec- tifs tracés, d'autant plus, a-t-il dit, que le secteur a un rôle important à jouer pour la diversification de l'économie nationale et la réduc- tion de la dépendance aux hydro- carbures.

le secteur du tourisme ambi- tionne, selon son premier respon- sable, de participer à hauteur de 10% à la hausse du PiB dans les toutes prochaines années. la contribution du tourisme au PiB est passée à 4% contre seulement 2% à fin 2015, a-t-il soutenu. il a fait savoir que les revenus du sec- teur s'estimaient, à fin 2015, à 400 milliards de da générant une va- leur ajoutée de 270 milliards de da pour l'économie nationale. Pour ce qui est de l'accompagne- ment des 1.600 projets engagés par le secteur, le ministre a réitéré son appel à exploiter les produits d'ar- tisanat locaux.

4 Nation EL MOUDJAHID M. aMaR ghoul D I V E R S I F I

Budgets de festivals

M. Mihoubi « RATIONALISATION »

tant attendu par la corporation artistiques et les amoureux des spectacles et de culture, le calendrier et le programme des festivals cultu- rels de l’année 2016 ont été dévoilés hier, lors d’une conférence de presse animée par le mi- nistre de la Culture, azzedine Mihoubi, au pa- lais de la culture Moufdi-Zakaria. en présence d’un parterre impressionnant de journalistes et de responsables d’instituts et de manifestations culturelles, le ministre a pré- cisé de prime abord qu’un cahier de charges devrait voir le jour prochainement pour établir les grandes lignes des festivals institutionnali- sés, et ce, pour atteindre le professionnalisme et gérer les festivals avec beaucoup de trans- parence. azzedine Mihoubi a indiqué que son portefeuille compte organiser aussi des cycles de formations au bénéfice des commissaires et gestionnaires de festivals. Cette démarche vise à donner plus de professionnalisme et de ren- tabilité artistique au contenu des manifesta- tions. le mot d’ordre de la conférence a été la rationalisation des budgets des festivals. en effet, l’interlocuteur a déclaré que 39,28% du budget alloué aux festivals de l’année 2015 vont être attribués à l’organisation de ceux de l’année en cours. Cette recette bénéfique entre dans le cadre de la politique d’austérité qui s’étend également sur la production de diffé- rents projets culturels à l’instar de la produc- tion de cinéma. Parmi les nouveautés de la gestion des fes- tivals, on trouve la réduction du nombre de jours de la manifestation, la réduction du nom-

4 Nation EL MOUDJAHID M. aMaR ghoul D I V E R S I F I

bre de participants, le changement d’appella- tion de certains festivals sans pour autant tou- cher à leur contenu, sans oublier la programmation de certains festivals une édi- tion tous les deux ans. Pour ce qui est des festivals gelés, ils sont au nombre de cinq, dont le festival maghrébin de musique andalouse, le festival national de la tenue traditionnelle, ainsi que le festival in- ternational abalessa tinhinan des arts de l’ahaggar, unique festival international du sud algérien, et qui se déroulait dans la wilaya de tamanrasset. « Ces festivals rencontrent des problèmes dans différents domaines, nous avons décidé de geler leurs activités jusqu’à nouvel ordre », précise le ministre.

la nouvelle cartographie des 77 festivals enfante 28 festivals internationaux, 31 natio- naux et 18 locaux qui auront lieu des différents coins du pays. « douze wilayas manquent d’infrastructures pour accueillir des festivals, nous allons travailler là dessus avec les autori- tés locales. Nous allons également élargir les activités des festivals aux régions enclavées afin de faire participer le maximum de popu- lation aux manifestations culturelles », a noté le ministre. feliv n’aura pas lieu cette année, sur demande de changement de certains com- missaires. les décisions relatives au nouveau calendrier des festivals ont été prises, indique le ministre, suite à plusieurs réunions au mi- nistère de la Culture en coordination avec les

autorités locales des différentes wilayas. il

ajoute qu’une équipe se charge du suivi et de l’évaluation technique et artistique des festi- vals et de l’impact qu’ils pourraient avoir sur

la société. ayant annoncé le changement de certains commissaires, à l’exemple de celui du festival national du théâtre amateur de Mosta- ganem et celui de la musique rai à sidi Bel- abbés, le conférencier a appelé les commissaires à chercher du sponsoring dans le secteur privé et chez les hommes d’affaires. en somme, azzedine Mihoubi a révélé que le festival international de la littérature et du livre de jeunesse feliv n’aura pas lieu cette année, et ce, suite à la demande de son com- missaire azzedine guerfi, dans le but de mieux préparer l’édition du feliv 2017.

Kader Bentounès

M. aBdelMalek Boudiaf à téBessa

Réhabiliter le rôle du médecin généraliste

le ministre de la santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, abdelmalek Bou- diaf, a insisté sur la réhabilitation du rôle du médecin généraliste dans le système sanitaire national. Cette réhabilitation exige d’assurer « l’accès à une formation continue dans les di- verses spécialités sanctionnée par des certifi- cats d’études supérieures (Ces) », a affirmé le ministre lors de l’inspection de l’hôpital Mo- hamed Chebouki de Chréa au second jour de sa visite dans cette wilaya. le problème du système sanitaire réside « essentiellement dans la gestion, l’indifférence et le clientélisme », a indiqué M. Boudiaf affirmant que les ges- tionnaires de la santé doivent savoir s’adapter aux nouveaux changements que connaît le secteur à l’échelle internationale. il a annoncé à ce propos le lancement ‘‘prochain’’ de for- mations pour les gestionnaires des établisse- ments sanitaires de tout le pays et la mobilisation de plus de 60 cadres de son dé- partement pour inspecter l’ensemble des ser- vices financiers et des ressources humaines. une opération similaire d’inspection a été en- gagée depuis quatre mois dans le secteur privé, a-t-il rappelé. auparavant, le ministre a visité la polyclinique de la commune d’el ogla (70 km à l’est de tébessa) et le projet de l’hôpital

4 Nation EL MOUDJAHID M. aMaR ghoul D I V E R S I F I

de 60 lits dont la réception est annoncée pour le premier trimestre 2017. M. Boudiaf a pré- conisé à l’occasion la multiplication des initia- tives de jumelage pour améliorer la prise en charge des patients de ces localités reculées. au cours de la séance de travail, tenue samedi dernier avec les cadres locaux de son départe- ment, M. Boudiaf a indiqué que la formation des gestionnaires d’établissements de santé sera effectuée dans une université d’été ou par des stages dans des villes côtières. soulignant l’apport de l’ecole de management et adminis-

tration de la santé dans la formation des cadres gestionnaires du secteur, le ministre a précisé que la direction de formation de son départe- ment a été chargée de transformer l’ecole na- tionale de formation des cadres du secteur de la santé en école doctorale. le ministre a porté également l’accent sur le rôle des médias dans la diffusion de la culture sanitaire et l’accom- pagnement des réformes engagées par le sec- teur. il a en outre réitéré son rejet des agressions contre le corps médical et la détermination de son département à sécuriser l’ensemble des établissements sanitaires. il a également exhorté les responsables des établissements de

santé à coordonner avec les walis et les direc- tions de wilaya de l’éducation pour accompa- gner les examens de fins des cycles primaire, moyen et secondaire ainsi qu’à renforcer les permanences et les équipes de sécurité durant le ramadhan. le ministre a également insisté sur l’établissement étudié du planning des congés annuels de médecins et personnels du secteur et la constitution de stocks suffisant de médicaments. il a aussi insisté sur la densifi- cation des actions de sensibilisation sur le jeûne des malades chroniques à travers les ra- dios et mosquées.

ÉCLAIRAGE Développement
ÉCLAIRAGE
Développement

durable

Le séjour d’un touriste

dans un pays présuppose

un minimum de sécurité.

En dépit des messages d’alerte ostensiblement alarmants adressés par certaines ambassades à leurs ressortissants désireux de se rendre en Algérie, le plus souvent, ces mises en garde sont en contradiction avec la réalité que découvrent les étrangers qui arrivent chez nous. Eux qui s’attendaient à trouver un pays en état de guerre, découvrent en fait une population vaquant normalement à ses occupations, bien qu’il existe un dispositif sécuritaire pas plus contraignant que ceux en vigueur dans d’autres pays. Disons-le tout net, le tourisme n’est pas une science exacte obéis- sant exclusivement à des critères scientifiques précis ou aux lois économiques du marché. Bien au contraire, c’est un produit des plus sensibles soumis aux fluc- tuations de la situation socio-poli- tique dans un pays ou une région donnée, à l’exemple malheureux de nos frères tunisiens qui connaissent l’émergence d’un ter- rorisme qui a porté un rude coup au secteur du tourisme dont le pays est essentiellement tributaire pour ses rentrées en devises, et ce sa- chant combien les vacanciers algé- riens ont contribué, par leur présence massive, au fonctionne- ment des infrastructures touris- tiques. Le secteur touristique — et c’est important — est surtout un produit périssable, car le lit d’hôtel qui n’est pas vendu est irrémédiable- ment perdu ; et c’est là que réside toute la pertinence du programme présidentiel en matière de dévelop- pement touristique, lequel a favo- risé la création de structures d’accueil équilibrées bannissant tout esprit de gigantisme et faisant la part belle au tourisme interne pas des formules attractives acces- sibles aux familles et s’inscrivant dans la perspective d’un tourisme durable porteur de respect de nos valeurs et des patrimoines naturel et historique dont le pays dispose. En fait, il ne s’agit pas de faire peu, mais de faire bien, sans toute- fois prétendre égaler les grands pôles touristiques mondiaux, avec leurs hordes de touristes préda- teurs et peu respectueux des us et coutumes locaux. La politique de développement tou- ristique mise en œuvre par les pou- voirs publics, une des priorités du gouvernement, s’est affranchie de la recherche effrénée des chiffres d’entrées record. Elle table plutôt sur des actions concrètes et ration- nelles à l’échelle des wilayas, por- teuses d’une dynamique de création d’emplois et de promotion des secteurs collatéraux, tels que l’artisanat, et de valorisation de nos potentialités. Cela suppose cor- rélativement l’élévation du niveau des prestations hôtelières, la mise en place de programmes culturels et de loisirs, la qualification de la ressource humaine et, d’une ma- nière générale, l’implication de tous les secteurs qui interviennent dans la chaîne de confection du produit touristique, qu’un maillon vienne à rompre, c’est toute la soli- dité de la chaîne qui est remise en cause.

K. O.

lundi 16 Mai 2016

Nation 5 EL MOUDJAHID
Nation
5
EL MOUDJAHID

APPROVISIONNEMENTS DURANT RAMADHAN

Stocks alimentaires CONSÉQUENTS

Comme chaque année et en prévision du mois de Ramadhan, le marché national affichera «un approvisionnement satisfaisant». Ainsi, un dispositif important a été mis en place par le ministère du Commerce, dans le but d’avoir un bon approvisionnement, notamment une organisation spécifique du marché, une bonne programmation des permanences; à l’occasion de l’Aïd-el-Fitr, ainsi que pour assurer la protection du consommateur.

A cet effet, et selon le directeur général de la régulation et de l’organisation des activités, M. Aït Abderrahmane

Abdelaziz, «d'importants stocks de produits alimentaires de base ont été constitués par les offices publics de régulation alimentaire, afin d'assurer un approvisionnement satisfaisant durant Ramadhan». Il a fait savoir que le comité de suivi et de facilitation des approvisionnements du mar- ché en produits stratégiques, relevant du mi- nistère du Commerce, a tenu cinq réunions consécutives, consacrées aux filières straté- giques, à l’instar de celle des viandes, fruits et légumes, lait et produits laitiers, ainsi que les céréales et les légumes secs. Ces réunions, te- nues avec les Offices de régulation et des uni- tés de production (OAIC, ONIL, Onilev, Giplait, Agrodiv), visent à assurer la disponi- bilité des produits alimentaires durant Rama- dhan, notamment la couverture des besoins jusqu’au mois d’octobre prochain. «Ces quan- tités viennent renforcer l'approvisionnement normal du marché. Il s'agit de quantités complémentaires, pour satisfaire la demande durant ce mois béni», a-t-il assuré, hier, lors d'un exposé qu’il a présenté, à l’occasion de la tenue de la ren- contre consacrée à la présentation du disposi- tif arrêté pour Ramadhan. Dans ce même ordre d’idées, M. Abderrahmane a expliqué que «l'Office algérien interprofessionnel des céréales (Oaic) a constitué, jusqu'à fin avril dernier, un stock de plus de 2,1 millions de tonnes de blé tendre, destiné notamment à la fabrication du pain et de la pâtisserie, et de 1,4 million de tonnes de blé dur, soit des quantités qui couvriront une durée de plus de 6 mois». En ce qui concerne les légumes secs, cet office dispose de 2.760 t de pois chiches, de 1.305 t de riz, de 645 t de lentilles et de 2.738 t de haricots blancs. Pour le lait et les produits laitiers, l'Office national interprofessionnel du lait (Onil) a aussi renforcé ses stocks pour sa- tisfaire la forte demande en lait pasteurisé ha- bituellement exprimée durant Ramadhan. À fin mars 2016, cet office disposait de 57.099 t de poudre de lait importée et destinée exclu- sivement à la fabrication de lait pasteurisé conditionné en sachet, vendu au consomma-

Nation 5 EL MOUDJAHID APPROVISIONNEMENTS DURANT RAMADHAN Stocks alimentaires CONSÉQUENTS Comme chaque année et en prévision

teur au prix administré de 25 DA le litre. «Ces quantités assureront la couverture de 110 jours depuis mars dernier, et s’étale jusqu'au mois de juillet prochain», a-t-il soutenu, ajoutant que d'autres quantités de plus de 12.000 tonnes arriveront prochainement pour couvrir la demande jusqu'à octobre prochain. Des quantités de 7.670 t de poudre de lait sont dis- tribuées mensuellement pour le groupe public Giplait, qui gère 15 laiteries couvrant 49% de la demande nationale, et de 7.396 t pour les 102 laiteries privées ; de cette manière, il n'y aura aucune perturbation en matière d'appro- visionnement. De son côté, l'Office national interprofessionnel des légumes et viandes (Onilev) a constitué, à travers sa filiale Proda, un stock de 13.000 tonnes de viande blanche, composé de 10.000 tonnes de viandes fraîches et de 3.000 tonnes de viande congelée. Pour la viande blanche, le même responsable a af- firmé que les prix seraient «abordables» à tra- vers le réseau de distribution de Proda qui compte 114 points de vente implantés au ni- veau national. En outre, entre 300 et 400 t de viande rouge locale (ovines et bovines) sont stockées et seront distribuées, au même titre que la

viande blanche. Pour ce qui est de la partici- pation du secteur privé, l’exposant a indiqué qu’il interviendra, à travers des quantités qui seront importées par l'Association nationale des importations des viandes et poissons re- groupant 15 opérateurs, dont les importations sont effectuées auprès du Brésil, l'Inde, la Nouvelle-Zélande et l'Espagne, avec la com- mercialisation de 4.680 tonnes de viande rouge (locales et importées) réparties entre 600 tonnes de viandes bovines congelées dés- ossées, 680 tonnes de viande de buffle conge- lée découpée, 500 tonnes de viande bovine congelée découpée, 2.500 tonnes de viande bovine fraîche sous vide et de 400 tonnes de viandes ovines fraîches en carcasse. Par ailleurs, et pour assurer une meilleure protection du consommateur, le même respon-

sable a affirmé que des milliers d'agents de contrôle de la qualité et des prix seront mobi- lisés pour assurer le contrôle des produits, et plus particulièrement ceux régis par un cadre

«sensible» telles les viandes,

pâtisserie...

no-

tamment sur les conditions d'hygiène et le res- pect des prix réglementés (huile, sucre,

lait...

).

Kafia Aït Allouache

DÉCLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS

Le seuil de 1.000 euros arrêté

Les voyageurs résidents et non rési- dents sont désormais tenus de déclarer, aux services douaniers à l'entrée ou à la sortie du pays, les devises en leur possession lorsque le montant est égal ou supérieur à mille (1.000) euros, sti- pule la Banque d'Algérie dans son rè- glement publié au Journal officiel n o 25. «Les voyageurs sont soumis à l'obligation de déclarer, auprès du bu- reau des Douanes, à l'entrée et à la sortie du territoire national, les billets de banques et/ou tout instru- ment négociable, libellés en monnaies étrangères librement convertibles, qu'ils importent ou exportent et dont le montant est égal ou supérieur à l'équi- valent de 1.000 euros», note le règle- ment 16-02 de la Banque d'Algérie. L'importation de billets de banques et/ou de tout instrument négociable en devises librement convertibles reste «autorisée sans limitation de montant» sous réserve de satisfaire à l'obligation de déclaration pour les montants d'une valeur égale ou supérieure à 1.000 euros, précise le règlement. Un exem- plaire du formulaire de déclaration visé par le bureau des Douanes est conservé par le voyageur. Aussi, les voyageurs non résidents peuvent ex- porter les billets de banques et/ou de tout instrument négociable en devises librement convertibles, importés et non utilisés en Algérie, sur présenta- tion, au bureau des Douanes, du for- mulaire de déclaration d'importation. Ce formulaire, qui doit être visé par un guichet de la Banque d'Algérie, un guichet d'une banque, un intermédiaire agréé ou un bureau de change consta- tant les opérations de change effec- tuées durant le séjour en Algérie, n'est toutefois valable que pour un seul sé- jour. Pour ce qui est du seuil maximal des devises à exporter de l'Algérie par voyage, le même règlement le fixe à 7.500 euros prélevés d'un compte de- vises ouvert en Algérie. Les voyageurs sont également autorisés à exporter de l'Algérie tout montant couvert par une autorisation de change de la Banque d'Algérie.

LICENCES D’IMPORTATION DES VÉHICULES

U n e v i n g t a i n e d e r e c o u r s

Une vingtaine de recours venant de la part de concessionnaires automobiles se trouve actuellement au niveau du comité in- terministériel chargé de l'examen des de- mandes des licences d'importation des véhicules pour être réétudiés, selon les dé- clarations du ministre du Commerce, Bakhti Belaïb, en assurant que ces recours seront traités selon les normes fixées par la régle- mentation. «Nous avons reçu une vingtaine de recours dont certains sont légitimes et méritent d'être soigneusement étudiés. Nous devons répondre à certains d’entre eux», a précisé le ministre, hier, lors d’un point de presse, en marge d'une rencontre sur l'appro- visionnement en produits alimentaires, en soulignant que «les portes du dialogue sont toujours ouvertes». Le ministre a, entre autres, indiqué que l’État a entrepris une nouvelle politique qui accompagnera l’importation de véhicules, et qui consiste à avoir en échange des investis- sements dans le cadre de la conception des pièces détachées et, pourquoi pas, une conception complète des véhicules en Algé- rie. «Du moment que nous investissons dans la production des pièces détachées en Algé- rie, pourquoi ne vise-t-on pas l’objectif d’at- teindre une conception de voiture 100% algérienne ?» a-t-il suggéré. Le ministre a toutefois rappelé que le nombre des licences d’importation de véhi- cules qui ont été accordées ont touché 40

Nation 5 EL MOUDJAHID APPROVISIONNEMENTS DURANT RAMADHAN Stocks alimentaires CONSÉQUENTS Comme chaque année et en prévision

concessionnaires sur les 80 postulants, ajou- tant que le contingent quantitatif d’importa- tion des véhicules a été réduit à 83.000 unités pour l’année 2016, dans le cadre des licences d’importation, sur les 152.000 uni- tés annoncées au début. Le ministre a fait savoir que le Comité in- terministériel chargé de l’examen des de- mandes de ces licences a réparti ce quota des 83.000 véhicules entre les concessionnaires retenus, et dont la facture d’importation ne dépassera pas un milliard de dollars pour l’année en cours, contre plus de 3 milliards de dollars en 2015. Belaïb a soutenu que «nous avons fait cet effort du fait qu’il faudrait rationaliser nos importations et qu’on n’importe plus de vé- hicules pour les stocker. Et qu’on importe es- sentiellement les véhicules dont les

acheteurs sont déjà connus puisqu’ils paient des avances avant de recevoir leurs véhi- cules». Il a, dans ce sillage, relevé que si les 152.000 unités avaient été accordées, cela coûterait à l’État une enveloppe financière de 11 milliards de dollars. «En raison de la conjoncture économique actuelle, nous avons réduit de manière drastique les impor- tations de véhicules pour cette année. Cer- tains concessionnaires ne sont pas satisfaits, mais cela ne veut pas dire que notre décision est infondée. Le Comité a travaillé dans la transparence totale», a-t-il expliqué. «Nous

allons étudier l'impact de cette réduction et

voir comment la demande va évoluer. À la lumière de ces données, nous déciderons s'il y aura lieu de prendre des mesures correc- tives», a-t-il avancé. Répondant à une question relative à la possibilité de recourir à l'importation des vé- hicules d'occasion de moins de trois ans, le ministre a souligné que cette formule «tant réclamée et dont les coûts sont moindres reste une option», mais a ajouté qu'il sera d'abord examiné l'impact de la réduction du quota instauré dans le cadre des licences d'importation.

Vers la révision des marges bénéficiaires des médicaments et du pain

Le ministre du Commerce, Bakhti Belaïb, a annoncé, hier, lors de la rencontre sur l'ap-

provisionnement en produits alimentaires qui s’est tenue au siège du palais des Expo- sitions de la Safex, que les marges bénéfi- ciaires de certains produits de large consommation, dont essentiellement les mé- dicaments et le pain, font l'objet d'une révi- sion par les deux ministères, à savoir ceux des Finances et du Commerce. Il a souligné qu’un groupe de travail relevant des deux ministères a déjà «entamé une réflexion», re- levant que la révision des systèmes des marges appliquées aujourd'hui à la filière du médicament «n'a pas beaucoup de marge de manœuvre». Le ministre a précisé que le gouvernement veillera à ce que les prix soient stabilisés, surtout ceux qui concernent les produits de large consommation. «Il y a un système de subvention qui fonctionne et qui est extrêmement coûteux, surtout en rai- son de la crise économique due à la chute des cours de pétrole que traverse actuellement le pays». Il a fait savoir, entre autres, que d'autres marges bénéficiaires sont à l’étude, et feront également l’objet d’une révision, en l’occur- rence celle du pain. Pour ce qui est de la marge bénéficiaire du lait, le premier respon- sable du secteur a rappelé qu'un accord avait été conclu en février dernier avec le minis- tère des Finances, en relevant qu’elle a été déjà revue à la hausse, passant de 0,75 DA par litre à 0,90 DA par litre.

K. A. A.

Lundi 16 Mai 2016

6 Nation EL MOUDJAHID
6
Nation
EL MOUDJAHID

DESTIN DE L’ESPACE SAHÉLO-SAHARIEN

L’ALGÉRIE ASSUME PLEINEMENT

SES RESPONSABILITÉS

Le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a salué, hier à Alger, les réformes politiques et institutionnelles réalisées par le Mali, à la faveur de la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation dans ce pays. Dans un entretien accordé à l’APS, à l’occasion du premier anniversaire de la signature de cet Accord, le ministre s’est félicité de la mise en place des Agences de développement régional (ADR), prévues par l’Accord.

  • C es réformes ont également permis la no- mination et l’installation des gouver- neurs des deux régions nouvellement

créées, Taoudénit et Ménaka, de même que l’adoption en cours, par l’Assemblée nationale malienne, des projets de textes relatifs aux au- torités intérimaires, conformément aux disposi- tions y afférentes de l’Accord, a expliqué le ministre. Il a relevé, dans le même sens, que «la validation par la Cour constitutionnelle de la loi relative aux autorités intérimaires contribuera à faciliter la mise en place des autorités intéri- maires et à favoriser l’avancement du processus

de mise en œuvre de l’Accord». Pour le chef de la diplomatie algérienne, ces réformes se tradui- sent aussi par l’amorce de la révision constitu- tionnelle, à travers l’élaboration de projets de décrets destinés à prendre en charge les dispositions de l’Accord

relatives à la création de la deuxième chambre du Parlement. Dans le domaine de la défense et de la sécurité, M. Lamamra a mis en exergue la création du cadre institutionnel de la Ré- forme du Secteur de la Sécurité (RSS) et la nomination d’un commissaire à la RSS, la créa- tion de la Commission nationale

désarmement-démobilisation-ré-

insertion (CN-DDR) et de la

6 Nation EL MOUDJAHID DESTIN DE L’ESPACE SAHÉLO-SAHARIEN L’ALGÉRIE ASSUME PLEINEMENT SES RESPONSABILITÉS Le ministre d’État,

rité-Justice et Réconcilia- tion (CVJR) pour améliorer le caractère inclusif de cet organe et accroître la repré- sentation des mouvements. Le ministre a en outre évo- qué les préparatifs de la Conférence d’entente na- tionale, soulignant aussi que la mise en œuvre de cet

sation du développe- ment économique au Mali, a significative- ment contribué à lever les obstacles rencontrés et stimulé la volonté de tous d’aller de l’avant dans cette entreprise sa- lutaire». «S’il y a tout à fait lieu, et à juste titre, de se réjouir des résul- tats positifs rendus pos- sibles, grâce au Processus d’Alger, le chemin parcouru autant que celui encore plus long qui reste à parcourir sont loin d’être un long fleuve tranquille, tant s’en faut», a encore re- levé M. Lamamra.

Des progrès tangibles

Des progrès tangibles ont été enregistrés

d’une part, et entre ces deux regroupements et le gouvernement, d’autre part». «Aujourd’hui, la CMA et la Plateforme travaillent ensemble et conjuguent leurs efforts en faveur de la mise en œuvre de l’Accord, chose tout à fait inimagina- ble avant le 15 mai 2015», s’est félicité M. La- mamra, affirmant que les parties «ont foi en l’Accord, revendiquent sa mise en œuvre rapide, et y œuvrent résolument, car elles considèrent qu’il n’y a pas d’alternative à cet instrument pour la paix, la sécurité et le développement au Mali». «Les changements positifs très im- portants intervenus sont, d’évidence, à mettre à l’actif du processus de mise en œuvre de l’Ac- cord», a-t-il poursuivi, précisant que «grâce à cet Accord, le Mali se transforme et avance dans la bonne direction, même à travers des réalisa- tions incomplètes et des étapes imparfaites». Le chef de la diplomatie algérienne s’est félicité que le climat politique d’ensemble au Mali n’eut jamais été «aussi favorable», même si, a- t-il relevé, «les défis restent considérables». L’Algérie assume pleinement ses responsabilités de partie prenante au destin de l’espace sahélo- saharien, a souligné M. Ramtane Lamamra. «L’Algérie, dont le rôle positif est souhaité et célébré par toutes les forces et formations poli-

tiques maliennes, ainsi que par les organisations régionales et internationales, investit son auto- rité dans l’avenir du Mali en tant qu’acteur im- portant de la paix et de la stabilité dans tout l’espace sahélo-saharien.» À cet égard, il a af- firmé que l’Algérie «assume pleinement ses res- ponsabilités de partie prenante au destin de cet espace géostraté-

gique particuliè- r e m e n t sensible». Sur la possibilité d’une plus-value algé- rienne pour l’ac- célération et le succès de l’Ac- cord de paix au

Mali, M. La- mamra a assuré qu’Alger «continue de veiller scrupuleusement à un rapprochement toujours plus grand et à une collaboration tou- jours plus confiante entre les parties maliennes, gage majeur du succès de la mise en œuvre de l’Accord». Le chef de la diplomatie algérienne a rappelé que c’est dans cet esprit que les méca- nismes bilatéraux de coopération algéro-maliens «tiennent régulièrement leurs réunions et éva- luent donc périodiquement tous les ajustements auxquels il peut être nécessaire de procéder en vue de maximiser les résultats de la coopération bilatérale dans tous les secteurs». «De nouvelles rencontres sont d’ores et déjà programmées pour l’ensemble de ces mécanismes dans les se- maines qui viennent», a-t-il annoncé. M. La- mamra a souligné que le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, «qui a une connaissance personnelle des réalités maliennes, accorde la plus haute importance aux dyna- miques qui concernent cet espace en termes de sécurité et de développement, ces deux sphères étant indissociablement liées». Il a, dans ce contexte, assuré que l’Algérie «ne ménagera aucun effort pour que l’intérêt de la commu- nauté internationale pour le Mali et pour la ré- gion sahélo-saharienne s’exprime par des actions substantielles portées par une vision lu- cide des enjeux». «En somme, l’Accord d’Alger a bien défini toutes les voies que la complexité de la crise impose d’emprunter. Il importe que la communauté internationale aide toutes les parties maliennes à réaliser concrètement les chemins de l’avenir», a-t-il insisté. Pour M. La- mamra, la plus-value de la contribution de l’Al- gérie «réside sans doute dans l’imbrication des deux pays par la géographie et l’histoire, et aussi et surtout dans la confiance que le peuple malien et son Président font à l’Algérie et à son Prési- dent». «Elle réside enfin dans la volonté de l’Algé- rie d’honorer, au Mali et à travers tout le conti- nent, son engagement en faveur de solutions africaines, justes et pacifiques, aux problèmes de l’Afrique», a conclu le chef de la diplomatie algérienne.

Dans le domaine de la défense et de la sécurité, M. Lamamra a mis en exergue la création du cadre institutionnel de la Réforme du Secteur de la Sécurité

(CI).
(CI).

(RSS), et la nomination d’un commissaire à la RSS, la création de la Commission nationale désarmement- démobilisation-réinsertion

(CN-DDR) et de la Commission d’intégration

dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, a relevé M. La- mamra. «Depuis les dates phare du 15 mai et du

  • 20 juin 2015 (dates de signature de l’Accord),

un long chemin a été parcouru, et, grâce au tra- vail sérieux et continu accompli et qui se pour- suit sans relâche, malgré les obstacles rencontrés

ici et là, des progrès tangibles ont été enregistrés dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger», a indiqué M.

Lamamra. L’Accord a été signé à Bamako le

  • 15 mai 2015 par le gou-

vernement malien, et les mouvements com- posant la Plateforme. La Coordination des Mouvements de l’Aza- wad (CMA), quant à

elle, a signé l’Accord, le 20 juin 2015 à Ba- mako. L’Accord est issu du processus d’Alger, initié par le Président de la République, Abde- laziz Bouteflika, à la demande de son homo- logue malien, Ibrahim Boubacar Keita. La

signature de l’Accord par la CMA a finalisé «la consécration de l’engagement de toutes les par- ties et augurant d’un avenir fait de paix et de ré- conciliation dans un Mali tourné vers le développement et la modernisation de sa écono- mie au profit de son peuple, et dans un contexte de renforcement de son unité nationale et d’ap- profondissement de son processus démocratique pluraliste», a affirmé le chef de la diplomatie al- gérienne. À cet égard, M. Lamamra a souligné que la mise en œuvre de cet Accord, «pour fa- voriser la paix et la sécurité au Mali, et dans la sous-région, est de l’entière responsabilité des parties maliennes,

dont, principale- ment, le gouverne- ment». Concernant le suivi du proces- sus de mise en œuvre de l’Accord, il a rappelé qu’il

Commission d’intégration (CI). Ces avancées se traduisent aussi par l’identification des 24 sites à viabiliser par la MINUSMA pour le cantonnement des combattants et début de réalisation de trois sites à Likrakar, Fafa et Inegar, ainsi que l’accord pour la construction de cinq autres sites et la réalisation de la pre- mière patrouille mixte (Forces Armées Ma- liennes, Plateforme et CMA), formule susceptible d’évoluer, selon le vœu des parties elles-mêmes, vers des «unités mixtes», a encore précisé le ministre. M. Lamamra a également relevé les «progrès appréciables» enregistrés dans le domaine du développement économique, social et culturel, notamment, a-t-il dit, la poursuite des actions de développement sur le terrain là où les condi- tions de sécurité le permettent, à travers des pro- jets et programmes sectoriels. Il a cité en outre l’organisation de la Conférence de Paris, le 22 octobre 2015, pour la mobilisation des fonds né- cessaires à la mise en œuvre de l’Accord (des annonces de contribution ont été faites pour un montant de 3,2 milliards d’euros), ainsi que la réalisation de la Mission d’Évaluation Conjointe (MIEC) sur le Nord du Mali dont le rapport final vient d’être communiqué aux parties maliennes. Toujours dans le cadre des progrès enregis- trés par l’Accord dans le domaine du dévelop- pement économique, social et culturel, le chef de la diplomatie algérienne a évoqué l’élabora- tion de la Stratégie Spécifique de Développe- ment des Régions du nord du Mali (SSD/NM), dont la première mouture est déjà prête, préci- sant que le gouvernement (malien) envisage d’organiser des missions de sa restitution sur le terrain. Dans le même sillage, il a rappelé la tenue d’une concertation (les 24 et 25 mars 2016) sur le financement des infrastructures pour le désenclavement des régions du nord du Mali, soulignant que cinq projets routiers et cinq autres projets aéroportuaires ont été soumis.

Amélioration des conditions de vie des populations du nord du Mali

Enclenchant sur le volet portant justice, ré- conciliation nationale et questions humanitaires, M. Lamamra a relevé plusieurs initiatives de na- ture à contribuer à une amélioration des condi- tions de vie des populations du nord du Mali. Il a expliqué que la relance des services sociaux de base dans les régions du Nord a constitué l’une des «priorités majeures» de l’action du gouvernement du Mali, à travers, notamment, la réouverture des écoles dans certaines villes, dont Kidal, et la mise en œuvre d’une stratégie et d’un plan d’action en faveur du retour des ré- fugiés et des personnes déplacées. M. Lamamra a également relevé le démar- rage effectif des travaux de la Commission Vé-

Accord a permis d’engran- ger, la rencontre d’Anefis, suivie d’autres rencontres dans d’autres villes ma- liennes, entre les représentants du gouvernement malien et les plus hauts dirigeants politico-mi- litaires des mouvements. «Ce canal de communication a joué un rôle- clé dans le règlement des contentieux inter et in- tracommunautaires, et dans le respect du silence des armes dans les régions du nord du Mali».

Lever les obstacles entravant l’Accord de paix

M. Ramtane Lamamra a interpellé tous les partenaires du Mali à apporter à ce pays toute l’aide à même de lever les obstacles pouvant en-

traver la mise en œuvre de l’Accord de paix et de réconciliation dans ce pays. «Tous les parte- naires du Mali sont, aujourd’hui, fortement in- terpellés pour apporter à ce pays, dans les meilleurs délais, toute l’aide et toute l’assis- tance, particulièrement dans les domaines finan- cier et de la lutte contre le terrorisme, et le narcotrafic, dont il a un besoin urgent et vital», a indiqué M. Lamamra, à l’occasion du premier anniversaire de la signature de cet Accord. Ces partenaires sont interpellés en raison «des diffi- cultés sérieuses dont le risque est grand de les voir hypothéquer ou, à tout le moins, continuer à retarder l’aboutissement du processus de paix et de réconciliation natio-

nale» au Mali, a dé- claré le ministre, estimant que «le pro- cessus de mise en œuvre de l’Accord est confronté à des diffi- cultés qui freinent le rythme de son avance-

«Depuis les dates phare du 15 mai et du 20 juin 2015 (dates de signature de l’Accord), un

6 Nation EL MOUDJAHID DESTIN DE L’ESPACE SAHÉLO-SAHARIEN L’ALGÉRIE ASSUME PLEINEMENT SES RESPONSABILITÉS Le ministre d’État,

long chemin a été parcouru, et, grâce au travail sérieux et continu accompli et qui se poursuit sans relâche, malgré les obstacles rencontrés ici et là, des progrès tangibles ont été enregistrés dans la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger.»

«Tous les partenaires du Mali sont, aujourd’hui, fortement interpellés pour

délais, toute l’aide et toute

apporter à ce pays, dans les meilleurs

l’assistance,

particulièrement dans les domaines financier et de la lutte contre le terrorisme et le narcotrafic, dont il a un besoin urgent et vital.»

était assuré par un mécanisme, dont la mise en place est prévue par l’Ac- cord lui-même, à savoir le Comité de Suivi de l’Accord (CSA), dont la présidence est confiée à l’Algérie. «Quatre sous-comités thématiques, également prévus par l’Accord et dont l’Algérie assure la présidence en partage avec quatre or- ganisations internationales, à savoir l’Union africaine, l’Union européenne, la CEDEAO et la MINUSMA (au titre de l’ONU), contribuent de façon substantielle au suivi du processus de mise en œuvre de l’Accord», a-t-il ajouté. M. Lamamra a fait remarquer que lors de la réunion consultative de haut niveau tenue à Alger en jan- vier dernier, les parties maliennes, tant le gou- vernement que les mouvements, «ont clairement reconnu l’apport de la mise en œuvre de l’Accord au retour de la paix, à travers, no- tamment, l’instauration d’un meilleur climat de coopération entre la Plateforme et la CMA,

ment et amoindrissent ses résultats». «Parmi celles-ci, on peut citer l’indisponibilité de tout le financement nécessaire à la réalisation des projets et programmes prévus à l’annexe 3 de l’Accord, la persistance de l’insécurité ambiante qui freine la relance des actions de développe- ment, en particulier au nord du Mali», a-t-il ex- pliqué. Il a également cité «les menaces liées à la persistance du terrorisme et du narcotrafic, la complexité des procédures de décaissement du financement déjà acquis et, d’une manière gé- nérale, certaines lenteurs dans le processus dé- cisionnel pour la concrétisation des mesures stipulées dans l’Accord». Toutefois, pour le chef de la diplomatie algérienne, «la grande convic- tion, qui a fini par gagner toutes les parties ma- liennes que l’Accord et son application, en toute bonne foi et avec sincérité, constituent la voie idéale pour la construction de la paix et la réali-

Nation

EL MOUDJAHID

7

EnSEignEMEnt a diStancE

Validation des COMPÉTENCES en informatique

Une convention de partenariat a été signée, hier, entre le Centre national de l’enseignement professionnel à distance CNEPD, et ICDL El-Djazaïr, portant intégration de l’ICDL (International Computer Driving Licence) dans les programmes du ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels.

  • L a cérémonie de signature a été prési- dée par le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels,

Mohamed Mebarki, en présence des repré- sentants de l’icdL à l’échelle internatio- nale et à l’échelle arabe ainsi que des cadres du secteur en charge de la formation pro- fessionnelle. En vertu de cette convention, les conte- nus correspondant aux quatre modules icdL base, seront remis sous forme de cours à distance e-learning. il est prévu éga- lement la formation et la certification de 110 formateurs et assureurs qualité icdL, désignés par le cnEPd et issus du secteur de la formation et de l’enseignement pro- fessionnels. il sera également question de l’accréditation de 110 établissements (iFEP, cFPa, inSFP, télé-centres mobiles, centres d’excellence et structures régionales du cnEPd) en tant que centre de formation et de test icdL. ce nouveau partenariat, entre dans le cadre du programme de modernisation du secteur par l’appropriation des tic à tous les niveaux notamment celui des stagiaires qui doivent compléter leur formation pro- fessionnelle par l’acquisition des compé- tences numériques ou digitales facilitant et favorisant leur intégration dans le marché de travail, d’une part, et leur accès et utili- sation des tic d’autre part. Le centre na- tional de l’enseignement professionnel à distance (cnEPd), sous tutelle du minis- tère de la Formation et de l’Enseignement professionnels, et l’icdL El djazair, en sa qualité de représentant exclusif en algérie de la fondation icdL, ont convenu à mettre en place ce partenariat actif dans le but d’in- tégrer le programme icdL de base à travers tous les niveaux de qualification et des dif- férents mode de formation relevant du mi- nistère. Le projet vise la formation et la certification des formateurs en termes de mise à niveau de leurs compétences leur permettant un meilleur encadrement de leurs stagiaires. S’exprimant à cette occa- sion, M. Mebarki a indiqué que la conven- tion signée, vient concrétiser la volonté du

Ph : Nesrine T.
Ph : Nesrine T.

gouvernement, à l’ère d’une économie mondiale en difficulté, à asseoir pour notre pays, d’autre alternatives que celles des hy- drocarbures à savoir l’industrie, l’agricul- ture, le tourisme, mais également le développement d’une économie numérique fondée sur le savoir et les nouvelle techno- logies de l’information et de la communi- cation où la ressource humaine occupe une place prépondérante. « L’élargissement des possibilités de formation dans nos établis- sements en informatique en automatisme, en téléphonie, etc., par l’acquisition de pla- teformes techniques de formation et par l’implication dans la formation d’entreprise leaders dans leur domaine de compétences, sont des premières réponses aux défis qui nous attendent », a-t-il souligné. il précisera que la convention s’y rajoute et s’inscrit parfaitement dans cette politique puisqu’elle contribue à la création de condi- tions favorisant l’émergence et la disponi- bilité de compétences nationales en mesure de produire des richesses grâce à la maîtrise des nouvelles technologies. Selon le minis- tre cette convention « s’inscrit également dans le cadre du programme du secteur de la formation et de l’enseignement profes- sionnels visant l’appropriation de l’usage des tic par nos stagiaires, en particulier, le

citoyen algérien, en général ». « L’acquisi- tion d’un standard universel dans le do- maine qui est icdL (passeport universel des compétences informatiques), valorise encore plus, la formation et le diplôme dans ce domaine », a-t-il encore ajouté. Le mi- nistre fera savoir dans le même ordre d’idée que ce nouveau partenariat avec icdL, « constitue une étape complémentaire et une consolidation des collaborations déjà engagées notamment avec des leaders mon- diaux tels que ciSco, Microsoft, et d’au- tres pour la formation et la certification des jeunes stagiaires ». En effet, l’intérêt de cette politique que mène le gouvernement, n’est pas que d’ordre économique et d’adaptation à la mondialisation. il est aussi, précise M. Mebarki, d’ordre social puisqu’en enregistrant de fortes crois- sances, le marché des tic dispose d’un po- tentiel de création d’emploi très élevé, notamment dans les domaines des télécom- munications et de la téléphonie, et offre de réelles perspectives de développement ré- gionales. « il s’agit en fait pour le secteur de former pour faciliter l’intégration des jeunes à des emplois permanents », a conclu le ministre de la Formation profes- sionnelle.

Salima Ettouahria

uniVERSité

Bénéficier de l’expérience de la Malaisie

« L’algérie aspire bénéfi- cier de l’expérience de la Malaisie, réputée pour la qualité et le niveau de l’en- seignement dispensé dans ses universités », a indiqué à alger le ministre de l’Ensei- gnement supérieur et de la Recherche scientifique, tahar Hadjar. « La Malaisie est un pays réputé pour la qualité et le ni- veau de l’enseignement dis- pensé dans ses universités, d’où notre vœu de bénéficier de cette expérience et de si- gner un accord dans ce sens », a indiqué M. Hadjar à la presse, au terme de son en- tretien avec le ministre ma- laisien de l’Enseignement supérieur, idriss Bin Jusoh. M. Hadjar a précisé que la Malaisie dispose d’une « ins- tance d’agrément et de qua- lité » dans le secteur de l’Enseignement supérieur, annonçant que l’algérie am- bitionne de mettre en place une instance identique dans le but de relever le niveau de l’enseignement. a cet effet, il a indiqué que des experts et des rec-

teurs algériens se déplaceront prochainement en Malaisie pour s’imprégner de cette ex- périence, ajoutant que des conventions et des accords de coopération seront signés entre les universités des deux pays. M. Hadjar a également annoncé l’échange de bourses entre les deux pays au profit des étudiants algé- riens et malaisiens à compter de l’année prochaine (2017), précisant que 44 enseignants algériens séjournent actuelle- ment en Malaisie dans le cadre de la préparation de leurs thèses de doctorat. Selon le ministre, plus de 240 étudiants et enseignants algériens ont visité des uni- versités malaisiennes en 2015 pour s’inspirer de l’ex- périence de ce pays en ma- tière d’enseignement supérieur. de son côté, le ministre malaisien a indiqué que sa vi- site de travail en algérie per- mettra d’élargir les échanges entre les universités des deux pays par l’échange de bourses notamment.

Perspectives de partenariat technologique

La ministre de la Poste et des technologies de l’infor- mation et de la communication, M me Houda-imane Faraoun, s’est entretenue avec le ministre malaisien de l’Enseigne- ment supérieur et de la Recherche scientifique, idriss Bin Jusoh, indique un communiqué de son département minis- tériel. Lors de l’entretien qui s’est déroulé au siège du mi- nistère, les deux parties ont procédé à l’examen de « l’état des relations bilatérales dans le domaine des technologies de l’information et de la communication et les perspectives de leur promotion », selon la même source. M me Faraoun a saisi cette opportunité pour indiquer que l’expérience de la Malaisie en matière de développement technologique « intéresse fortement l’algérie qui œuvre à réduire la fracture numérique ». Le ministre malaisien a, pour sa part, exprimé « la dis- position de son pays à promouvoir l’échange d’expertise et savoir-faire et à mettre son expérience au profit de l’algé- rie ».

ENTRETIEN
ENTRETIEN

éducation

Ahmed Tessa « Ancrer de nouvelles pratiques dans les mœurs scolaires »

« Le seul moyen de lutter contre la fraude au Bac est de baser à l’avenir les sujets de l’examen sur la compréhension », a déclaré tout récemment la ministre de l’Education nationale. En quoi consiste au juste cette dé- marche et comment sera opéré le change- ment ?

oui évidemment, que notre système d’éva- luation scolaire est dépassé par les progrès de la pédagogie. il nous appartient de dire la vé- rité : la réforme de 2003 n’a pas permis de col- ler aux avancées mondiales en matière d’évaluation. nous avons fait du sur-place. L’école algérienne est restée bétonnée sur le même rituel des examens de fin de cycle — avec des épreuves dont la nature n’a pas bougé d’un iota depuis plus d’un siècle. toutes ces épreuves convergent vers le même objectif :

évaluer la capacité des élèves à mémoriser et à restituer fidèlement ce que le maître a récité ou dicté (et que l’élève a transcrit sur son cahier). c’est la pédagogie en vogue dans les écoles re- ligieuses du Moyen Âge, quand l’Eglise diri- geait l’école. de tout temps les pédagogues novateurs n’ont eu de cesse de dénoncer cette infernale machine basée sur le bachotage du professeur — ou « remplissage de crâne » par la pédagogie « de la salive » — et le par cœurisme de l’élève. Forcément que ce genre de pédagogie favorise les épreuves dites de restitution (écrire ce que j’ai mémorisé) en sont l’émanation. une péda- gogie qui favorise aussi l’endoctrinement/ma- nipulation des mentalités. Elle donne naissance à la tentation facile à la triche et au copiage. cela dure depuis des siècles — depuis le bac

N ation EL MOUDJAHID 7 EnSEignEMEnt a diStancE Validation des en informatique Une convention de partenariat

créé par napoléon en 1806. Rien n’a bougé si ce n’est l’hyper-militarisation de son organisa- tion, avec à la clé, une facture qui s’élève à des centaines de milliards de centimes, chaque année. Faites le compte depuis des décennies ! La ministre a voulu dire que la nouvelle ap- proche en matière d’enseignement/apprentis- sage doit être suivie par une évaluation conforme. il s’agit d’évaluer les capacités intel- lectuelles supérieures de l’élève : son sens de l’analyse, de la synthèse, son esprit critique, voire son esprit créatif. c’est là l’un des fonde- ments de la stratégie du ministère telle que dé- finie par les recommandations de la conférence

nationale d’évaluation de la réforme organisée en juillet 2015. nos élèves méritent qu’ils soient évalués sur leur intelligence vive et non sur leur seule capacité à mémoriser — y com- pris en mathématiques, physique et philosophie. Le comble !

Les lycéens, habitués au « par cœurisme » seront-ils en mesure de suivre le changement envisagé ?

oui, ils peuvent s’adapter parce qu’ils sont aussi intelligents que leurs camarades des pays développés. il s’agit d’ancrer dans les mœurs scolaires de nouvelles pratiques pédagogiques basées sur le développement de l’intelligence et non sur le par cœurisme. Les nouveaux pro- grammes inscrits dans la stratégie du MEn se fixent comme objectif de rompre avec le couple bachotage du professeur/par cœurisme de l’élève. c’est une bonne chose. Et nous avons un retard de plus de trois décennies dans ce do-

maine. Seule une formation ciblée et perma-

nente des enseignants pourra concrétiser ces nouveaux objectifs. tout se joue en classe ! Et si l’élève est invité à faire travailler ses capaci- tés intellectuelles supérieures (analyse, syn- thèse, esprit critique), il agira en conséquence et avec brio. nous ne devons pas oublier que le bachotage (bourrage de crâne) et le par cœu- risme sont les terreaux fertiles au commerce des cours payants. En changeant et les pratiques pé- dagogiques et la nature des épreuves des exa- mens et composition, ce commerce n’aura plus

de prise sur nos enfants. nous sommes devant un grand défi : former des futurs adultes auto- nomes d’esprit, d’une morale à toute épreuve et

ouverts sur l’innovation et non sur le confor- misme de mauvais aloi. Quel est le parent qui refusera un tel challenge ?

M me Benghebrit a également annoncé des examens de rattrapage aux élèves des trois cycles qui auront obtenu une moyenne entre

4 et 4,99 pour ceux du cycle primaire notés sur 10 et entre 9 et 9,99 pour les élèves notés sur 20. Ne pensez-vous que cette « faveur » risque d’avoir un effet négatif sur le taux de réussite au Bac ?

Le rattrapage et une dénomination ancienne qui émane de la vision quantitative de l’éduca- tion scolaire. on rattrape des leçons comme si c’était un retard de production industrielle ou agricole. non, ce terme est à bannir. on parle de remise à niveau, voire de remédiation pour des élèves qui ont eu des difficultés. Quant au bac napoléonien de 1806, sa mère créatrice, la France s’apprête à le supprimer pour le rempla- cer par le système anglo-saxon, plus équitable et plus efficace. c’est à l’université d’organiser

ses propres concours d’admission en fonction du profil de la filière choisie par le candidat. Le lycée, lui donnera un quitus d’admissibilité, un certificat de fin d’études secondaires. on fera des économies énormes en argent et en énergie. Et les élèves ne déserteront plus les établisse- ments dès début avril. Pourquoi s’entêter à faire comme avant avec, malheureusement, des élé- ments aggravants (angoisse des parents, pres- sion sur les élèves et rapacités d’enseignants/commerçants)...

Propos recueillis par : Fouad Irnatene

Lundi 16 Mai 2016

Nation

8

EL MOUDJAHID

COOPÉRATION INTERNATIONALE ET DIPLOMATIE

GRANDE CONTRIBUTION

des délégations parlementaires

N ation 8 EL MOUDJAHID COOPÉRATION INTERNATIONALE ET DIPLOMATIE GRANDE CONTRIBUTION des délégations parlementaires Le Parlement,
N ation 8 EL MOUDJAHID COOPÉRATION INTERNATIONALE ET DIPLOMATIE GRANDE CONTRIBUTION des délégations parlementaires Le Parlement,

Le Parlement, dans ses deux chambres, le Conseil de la nation et l’Assemblée populaire nationale, en tant que pouvoir législatif, enceintes de débats démocratiques et de contrôle de l’action de l’Exécutif, représente généralement les citoyens par leurs élus, en prenant une part active à la vie nationale dans ses différents domaines et en exerçant les compétences et les attributions fixées par la Constitution, à travers l’organisation et le fonctionnement d’organes internes qui sont le bureau et la présidence, les groupes parlementaires et les commissions spécialisées.

  • L e Parlement exerce par ailleurs un rôle im- portant dans le renforcement de la coopé- ration et de la relance des relations

bilatérales, notamment au niveau parlementaire. Il apporte sa contribution au plan de la diploma- tie parlementaire, un nouveau phénomène né dans le sillage du processus d’internationalisa- tion des rapports et les effets qui en résultent aux plans internes et externes. C’est à ce titre que le parlement algérien qui est représenté dans l’en- semble des cadres institutionnels régionaux et internationaux, l’UIP, l’UPA, l’UIPA, l’UMA ou encore l’UPM, exerce sa mission diplomatique, participe aux rencontres bilatérales et prend part aux différents organisations, représenté par une délégation commune ou des parlementaires de l’une ou de l’autre chambre, siégeant au sein de leurs commissions spécialisées que conduit le président de l’institution ou le président de la commission spécialisée. Le même cadre régit les visites des délégations et des représentants de parlements étrangers en Algérie. En suivant le fil des activités des deux insti- tutions, on remarquera que d’intenses pro- grammes ont figuré au volet de leur action au niveau de la diplomatie, de la coopération et des échanges de délégations durant ces trois derniers mois. En effet, durant ces quatre derniers mois, le calendrier national a enregistré plusieurs ren- contres et participations à des réunions parle- mentaires. C’est dans ce cadre que l’on cite la participation en janvier d’une délégation de l’Assemblée populaire nationale à la session an- nuelle ordinaire de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe à Strasbourg en France dont le but a été de voir les voies et moyens de

renforcer la coopération entre le Conseil de l’Eu- rope et les Etats du Maghreb arabe. Dans le cadre de la coopération, une autre délégation de l’Assemblée s’est déplacée à Cuba entrant dans le cadre du renforcement des activités relevant des domaines médical et pharmaceutique. Un peu avant, une commission du Conseil de la na- tion, recevait le rapporteur de l’ONU sur le droit à la santé, une rencontre ayant permis aux deux parties d’évoquer le développement du secteur de la santé. Des parlementaires, femmes, ont dernière- ment pris part aux travaux du forum global des femmes parlementaires qui s’est tenu à Amman (Jordanie) en se voyant attribuer le Prix spécial à l’Algérie, en reconnaissance de ses efforts et réalisations en faveur de la promotion et l’auto- nomisation de la femme algérienne, notamment au volet politique.

L’action parlementaire au service de la paix de la coopération et des intérêts communs

En activité national, le Parlement algérien, re- présenté par une délégation des deux chambres, a participé en avril au Caire, aux travaux de la 23 e conférence de l’Union Interparlementaire arabe (UIPA) et à la 19 e session de son comité exécutif. D’autres actions ont été inscrites puisqu’une délégation parlementaire algérienne a pris part aux travaux de la 14 e Conférence du dialogue parlementaire arabo-africain au début du mois de mai dans la capitale Abidjan de la Côte d’Ivoire, pour débattre du développement de l’échange entre pays arabes et africains dans le but de la promotion et le renforcement de la

sécurité et du développement durable. Durant ce même mois, alors qu’une délégation du Conseil de la nation a pris part, à Midrand en Afrique du Sud, à la deuxième session ordinaire de la 4 e lé- gislature du Parlement panafricain, une autre dé- légation participait au Caire en Egypte au premier atelier sur la santé procréative, un atelier organisé par la Ligue arabe en collaboration avec le secrétariat général du forum des parlemen- taires arabes sur la population et le développe- ment ainsi que le Fonds des Nations unies pour la population. Le parlement algérien a en outre participé avec une délégation aux travaux du sé- minaire Rose-Roth conjoint avec le Groupe spé- cial Méditerranée et Moyen-Orient de l’Assemblée parlementaire de l’Organisation du traité de l'Atlantique nord (AP-OTAN) à Rabat au Maroc. Les questions sont à l'ordre du jour de la rencontre qui se poursuivra sur des thèmes liés à la Stratégie internationale unifiée face aux défis sécuritaires au Moyen-Orient, à la Réforme du secteur de la sécurité et gouvernance, la crise libyenne et la sécurité dans le Sahel… Une délégation du Conseil de la nation qui a participé avec une délégation en mars à Khar- toum au Soudan, aux travaux de la 9 e conférence de la Ligue des Sénats, Conseils consultatifs (choura) et Conseils similaires d’Afrique et du monde arabe, entrant dans le cadre du renforce- ment de la coopération arabo-africaine, vient de participer à une conférence sur l’évaluation des Objectifs de développement durable au regard de l’égalité entre les hommes et les femmes et des droits de l'homme dont les travaux se sont tenus en Tunisie.

Houria Akram

CONSEIL DE LA NATION

Reprise des travaux le 23 mai

Le Conseil de la nation reprendra ses travaux le 23 mai en séances plénières consacrées à la présentation et au débat de plusieurs projets de loi, a indiqué hier un communiqué du Conseil. Le bureau du Conseil réuni sous la présidence de M. Abdelkader Bensalah a examiné une série de questions inhérentes au fonctionnement du Conseil, ainsi que nombre de questions orales et écrites adressées par les membres aux premiers responsables des secteurs de l'Intérieur, de l'Energie, du Commerce, de la Solidarité nationale et de la Famille, de la Poste et des technologies de l'information et de la Communication, outre les Ressources en eau et les Transports et décidé leur validation et soumission au gouvernement car remplissant les conditions requises". Le bureau a examiné "les travaux législatifs prévues pour la période allant du 23 au 29 mai 2016, et consacrés à la présentation et au débat des projets de loi relatifs à la normalisation, à l'empreinte génétique et au code pénal". Les membres du bureau ont également écouté le rapport du secrétaire général du Conseil sur le bilan d'activités de l'instance pour la période allant d'octobre 2015 à avril 2016, ainsi que les actions programmées pour le 2 e semestre 2016.

FORUM MINISTÉRIEL DE LA CONFÉRENCE 2016 « WOMEN DELIVER »

M me Meslem Si Amer à Copenhague

Mme Mounia Meslem Si Amer, ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme, représentera l’Algérie aux travux du Forum ministériel de la Conférence 2016 «Women Deliver», qui se tiendra du 16 au 19 mai à Copenhague (Danemark). Cette conférence est le plus grand rassemblement mondial sur la santé des filles et des femmes, leurs droits et leur bien-être.

ALGÉRIE - JORDANIE

Ould Khelifa souligne l’impératif de resserrer le rang palestinien

Le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa a souligné dimanche l’impératif de resserrer le rang palestinien pour que cette cause aboutisse à l’issue unique qu’elle requiert, à savoir la libération et l’indépendance. M. Ould Khelifa a ap- pelé, lors de l’audience qu’il a accordée à l’ancien ministre jordanien de l’Infor- mation, Samir Motawie, les factions pa- lestiniennes à «tirer profit de l’expérience algérienne qui a servi de modèle aux peuples épris de liberté», in- dique un communiqué de l’APN.

L’entretien a porté sur plusieurs thèmes dont la guerre de libération et ses valeurs et la situation actuelle de la nation arabe notamment la cause palestinienne. Pour sa part, M. Samir Motawie a évoqué son expérience avec nombre de dirigeants de la Révolution algérienne rappelant que la guerre d’Algérie «fut une réplique positive à la défaire de 1948 confirmant ainsi que la nation arabe était capable de vaincre». Il a appelé, dans ce contexte, à la «préservation des valeurs de la glorieuse Révolution du 1er no- vembre».

Hommage à la Révolution algérienne

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensa- lah, a reçu à Alger l'ancien mi- nistre jordanien de l'Information, l'écrivain-jour- naliste, Samir Motawie qui était accompagné de l'ambas- sadeur de Jordanie à Alger, Ahmed Djeradat, indique un communiqué du Conseil. Lors de la rencontre, M. Mota- wie a rendu hommage à la Ré- volution algérienne qu'il a qualifiée de "légende de la li-

berté au 20 e siècle", ajoute le document. L'ancien ministre jordanien a exprimé son admiration des "efforts consentis par les Algé- riens pour préserver leur sou- veraineté, en témoigne le niveau de développement que connaît l'Algérie depuis 1962". Pour sa part, le président du Conseil de la nation s'est féli- cité du niveau des "relations historiques" unissant l'Algérie et la Jordanie, mettant en avant

"le soutien du peuple et gou- vernement jordaniens à la guerre de libération", précise la même source. M. Bensalah a indiqué que "notre Glorieuse Guerre de libération a servi d'exemple pour les autres mou- vements de libération". Il a, par ailleurs, indiqué que "l'Algérie était à l'avant- garde de la lutte contre le co- lonialisme, une position qu'elle occupe toujours en matière de lutte antiterroriste".

Nation

EL MOUDJAHID

9

GESTION DES ZONES PASTORALES

Un projet de loi en cours

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Sid Ahmed Ferroukhi, a affirmé, hier à Boussaâda (M’sila), qu’un projet d’une nouvelle loi sur la gestion de zones pastorales se trouve actuellement «en cours d’élaboration».

  • C e nouveau texte, qui concerne 63.000 hectares de parcours, sera «un méca-

nisme d’organisation et de protec- tion contre les facteurs de dégradation des régions pasto- rales» qui représentent une res- source économique importante pour le développement du cheptel, notamment en zones steppiques, a assuré M. Ferroukhi, lors d'un point de presse animé, en marge de l’ouverture d’une journée d’étude sur le barrage vert à l’Institut d’hô- tellerie et du tourisme de Bous- saâda. Dans son allocution durant la rencontre, il a relevé qu’une nouvelle vision est donnée au bar- rage vert, le présentant comme «un espace économique de création de la richesse et de développement de l’économie agricole», à travers l’introduction d’arbres fruitiers et

le soutien aux plantations fourra- gères. «Stopper l’avancée du désert ne doit pas être l’unique raison d’être du barrage vert», a précisé le ministre, soulignant que le bar- rage vert doit constituer «un espace de complémentarité entre les ré- gions du Nord, les parcours, l’agri- culture saharienne et les villes» avec leur potentiel industriel, a ajouté M. Ferroukhi qui a plaidé pour l’implication des universités et bureaux d’études par l’élabora- tion d’études sur le suivi et l’éva- luation du barrage vert. Le ministre a assuré également que le barrage vert sera «une aire ouverte» à l’in- vestissement public et privé, la création de richesse, la gestion des parcours et la modernisation des fi- lières agricoles, notamment les éle- vages ovins. Il a aussi indiqué que son département rectifiera son pro-

N ation EL MOUDJAHID 9 GESTION DES ZONES PASTORALES Un projet de loi en cours Le

gramme de plantation fourragère engagé depuis 2000, pour amélio- rer la gestion de ces ressources. Dans la commune d’Ouled Sli- mane, le ministre a inspecté le pro- jet d’aménagement de pistes agricoles desservant le périmètre de plasticulture, dont la superficie, qui étaient de 50 hectares en 2000, est passée à 150 hectares actuelle- ment, et devra encore quadrupler d’ici 2019, selon les prévisions de la direction services agricoles. Le ministre devait également inspec- ter une exploitation agricole privée dans la commune de Maârif qui ac- cueille une exposition des produits agricoles, avant de visiter, dans la commune de M’sila, une ferme pri- vée de production de viande banche, un abattoir, une chambre froide et une ferme laitière à Mez- rir.

PÊCHE AU THON ROUGE

Onze navires retenus

La commission nationale de pêche de thon rouge a retenu 11 thoniers sur les 14 demandes de participation à la campagne 2016, qui se déroulera du 26 mai au 24 juin, selon le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche. La liste des thoniers retenus a été notifiée, mercredi dernier, à la Commission inter- nationale de la conservation des thonidés de l’Atlantique (Cicta), précise le chef de cabinet chargé de la pêche auprès de ce mi- nistère, Kamel Neghli. Le rejet des de- mandes de trois thoniers s’explique par des risques pour la campagne du fait que ces trois navires en question présentent des problèmes de conformité avec les prescrip- tions techniques édictées par la réglemen- tation nationale ou internationale et/ou au niveau de la justice. C’est qu’en 2015, l’Al- gérie avait couru le sérieux risque de se voir annuler sa campagne de pêche au thon rouge, en raison de deux navires qui avaient été retenus parmi les 12 navires no- tifiés à la Cicta, fait savoir M. Neghli. En effet, l’un des deux navires, rattrapé par la justice, avait fait l’objet d’une saisie conservatoire, tandis que le second avait été interdit de sortir de son port d’attache pour non respect des prescriptions tech- niques édictées par la réglementation na- tionale. L’Administration algérienne s’est retrouvée donc devant un choix cornélien, après avoir appris ces faits : soit les notifier à la Cicta, avec le risque de perdre le tiers de la campagne de pêche, soit ne pas lui notifier ces changements et courir le risque de se voir annuler totalement la campagne

N ation EL MOUDJAHID 9 GESTION DES ZONES PASTORALES Un projet de loi en cours Le

par le comité d’application de la commis- sion internationale. Selon les règles appli- quées par la Cicta, cette dernière ne répond aux changements notifiés qu’après dix jours. Par conséquent, tous les autres na- vires seront contraints de rester à quai pen- dant cette période. À ce propos, M. Neghli explique que la pêche du thon rouge est une opération de pêche conjointe, c’est-à- dire qu’elle est effectuée par des navires or- ganisés en groupes de pêche. Dans ce cas de figure, si un bateau est interdit de parti- ciper à la campagne, ce sont tous les na- vires engagés qui sont pénalisés. Pour cette année 2016, «la commission nationale de pêche du thon rouge a décidé de ne tolérer aucun risque de ce genre. Désormais, s’il y

a une enquête judiciaire avancée et/ou un problème de conformité technique, le na- vire concerné est exclu d’office de la liste des navires notifiée à la Cicta», note M. Neghli. La saisie des deux bateaux en 2015 a constitué une «alerte sérieuse» pour le pays qui aspire non seulement à pêcher la totalité de son quota du thon rouge cette année, mais à récupérer sa quote-part his- torique perdue en 2010. En 2014, l’Algérie a bénéficié d’une augmentation graduelle de son quota qui est passé de 243 tonnes

en 2014 à 370 tonnes en 2015 puis à 460 tonnes en 2016 avant d’arriver à 543 tonnes en 2017, soit environ 2% du Total admissible de captures (Tac) contre 1% en

2010.

TECHNOLOGIES DE LA COMMUNICATION

L’entrepreneuriat en débat

L’Institut national des télécommunications et des technologies de l’information et de la com- munication (INTTIC) d’Oran organisera demain un séminaire sur l’entrepreneuriat dans le sec- teur des TIC, a-t-on appris du directeur, Rachid Nourine. Ce séminaire, organisé à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des télé- communications et de la société de l’information sur le thème «L’entrepreneuriat dans le secteur des TIC au service du progrès», réunira les en- trepreneurs du secteur des TIC, les jeunes entre- prises et les PME, qui jouent un rôle déterminant pour assurer une croissance écono- mique durable. L’évènement sera animé par des enseignants de l’INTTIC et des spécialistes étrangers repré- sentant d’instituts et de laboratoires de recherche français, notamment. Cette rencontre sera l’oc- casion pour discuter des possibilités de partena- riat et d’échange en termes de formation et recherche, a noté M. Nourine, notamment avec la diaspora algérienne dont l’apport et la contri- bution peuvent être précieux. Le directeur de l’INTTIC a insisté sur la nécessité d’assurer une formation de qualité pour les étudiants algériens, qui «participent à l’élaboration de solutions no- vatrices dans le domaine des TIC et, grâce à leur potentiel, sont appelés à avoir une incidence du- rable sur l’économie», a-t-il estimé. L’INTTIC s’est d’ailleurs récemment engagé dans une stra- tégie de perfectionnement des formations qu’il dispense se basant sur la concertation avec les opérateurs socio-économique pour l’améliora-

tion, l’adaptation et la mise à jour des contenus de ces formations.

Publicité

du El Moudjahid/Pub
du
El Moudjahid/Pub
N ation EL MOUDJAHID 9 GESTION DES ZONES PASTORALES Un projet de loi en cours Le

Lundi 16 Mai 2016

Nation

11

EL MOUDJAHID

PerMis à Points BioMétrique et cartes grise électronique

ENTRÉE EN VIGUEUR

à la fin de l’année

«Le permis de conduire biométrique et électronique, ainsi que la carte électronique d’immatriculation des véhicules (carte grise) seront mis en circulation par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales à la fin de l’année 2016», a déclaré, hier, M. Lyes Ma- hieddine, cadre au même ministère, chargé du développement informatique.

  • L es supports pré-personnalisés, comme il l’affirmera, seront réa- lisés au niveau national grâce à

la mise en contribution complémen- taire de deux organismes nationaux il s’agit, en l’occurrence de l’imprimerie officielle et tant qu’organisme public et de la société spécialisée HB techno- logies. selon le responsable, qui ani- mait une conférence de presse, au siège de la direction générale de la moderni- sation à dely Brahim, les deux nou- veaux documents sécurisés sont «conformes aux standards mondiaux en vigueur et seront personnalisés au niveau des deux sites de production des titres et documents sécurisés à alger et laghouat, dépendant du mi- nistère de l’intérieur. ces deux projets s’inscrivent en ligne droite avec le projet de moderni- sation de l’administration publique porté par le gouvernement et sont es- sentiellement basés sur l’introduction des nouvelles technologies de l’infor- mation et de la communication ainsi que sur la mise en circulation de docu- ments hautement sécurisés en connexion avec des systèmes intégrés de gestion automatisée. a la question de la généralisation à travers l’ensemble du territoire natio- nal des deux documents en question, M. Mahieddine indiquera qu’il faut compter 4 à 5 ans pour remplacer tous les permis de conduire et les cartes grises actuellement en circulation. outre ses fonctions d’identification et vérification qui s’effectueront de manière électronique, M. Mahieddine affirmera que le nouveau permis de conduire biométrique et électronique «implémentera une fonctionnalité de permis à points en relation avec un sys- tème de gestion automatisée des règles de la circulation et de la sécurité rou- tière». Pour réussir ces nouveaux projets, le représentant du ministère de l’inté- rieur indiquera, à l’occasion, qu’une «nouvelle organisation institutionnelle a été adoptée pour la mise en œuvre de cette gestion intégrée sous forme d’une délégation nationale installée auprès du ministère de l’intérieur et des col- lectivités locales et qui aura pour mis- sion, en exécution de la politique nationale, la gestion du problème com- plexe multidimensionnelle de la sécu- rité routière».

Ph : Billal
Ph : Billal

Une nouvelle plaque d’immatriculation

les nouveaux documents seront gérés par un système d’information de pointe et connectés à une base de don- nées qui permettra d’effectuer des ana- lyses «une sorte de tableau de bord permettant aux décideurs de prendre des mesures en matière de sécurité», ajoutera M. Mahieddine, qui a souligné que les mesures actuelles de retrait de permis de conduire ne sont pas «effi- caces» et n’ont pas «donné de résultats probants dans la mesure où certains conducteurs ne payent pas leurs contraventions en sus des interventions pour la récupération des permis de conduire». ce dispositif sera associé à un sys- tème d’information global de gestion de la sécurité routière (la surveillance et contrôle, l’accidentologie, l’aména- gement, les assurances, la prise en charge sanitaire, l’étude statistique et la prévention). le coût des deux docu- ments sera raisonnable d’autant plus qu’aujourd’hui le ministère maîtrise ce système de technologie nouvelle, dira le conférencier. selon lui, la sécurisa- tion des documents électronique «em- pêchera la falsification et le trafic des nouveaux permis de conduire et carte grise biométriques qui intégreront un processus de sécurité automatisé». Pour le nouveau permis de conduire qui comporte 24 points, qui s’inscrit dans une gestion globale de la sécurité routière, «le conducteur perdra des points à chaque infraction commise». néanmoins, ce nouveau dispositif don-

nera la possibilité aux conducteurs ayant commis des infractions de s’ac- quitter de leurs contraventions sur place «toute la gestion de l’infraction se fera automatiquement sur place en présence de l’agent de l’ordre», expli- quera le représentant du ministère. «avec les nouveaux documents au- tomatisés et électroniques, le compor- tement du conducteur changera automatiquement car il ne sera pas question d’intervention d’une tierce personne ou le non paiement des contraventions», précisera notre inter- locuteur. Pour ce qui de la nouvelle carte grise, elle intégrera les fonctionnalités associés au contrôle et la vérification qui s’effectueront de manière automa- tique. «elle implémentera des fonc- tionnalités liées au contrôle du véhicule et aux assurances et essentiel- lement à la nationalisation de la consommation de carburant et ce, en étant associé à un système d’informa- tion dédié à cet effet», expliquera le re- présentant du ministère de tutelle. au même titre que la carte natio- nale d’identité biométrique et des re- gistres d’etat civil numérisés, la mise en place de plateformes information- nelles associées à des documents élec- troniques sécurisées permettra de structurer, dans une action cohérente, les systèmes d’information des diffé- rents départements ministériels dans le but d’une interopérabilité fonctionnelle favorisant progressivement la concré- tisation d’une e-administration effec- tive.

Mohamed Mendaci

grève des conducteurs de train de la sntF

80 MILLIONS

de dinars de pertes

N ation 11 EL MOUDJAHID PerMis à Points BioMétrique et cartes grise électronique ENTRÉE EN VIGUEUR

les pertes essuyées par la société nationale du transport ferroviaire suite à la grève des conducteurs de train qui bou- cle sa première semaine ont été estimées à 80 millions de di- nars, a indiqué hier, le directeur général adjoint de la sntF, aktouche abdelouahab. la sntF enregistre des pertes allant de 10 à 11 millions da/j, soit un total de plus de 80 millions de dinars après 8 jours de débrayage, a précisé M. aktouche dans une déclaration à l'aPs. outre l'aspect matériel, la sntF subit un dommage moral qui relève d'une l'atteinte à sa notoriété en tant qu'entreprise "responsable, sérieuse et soucieuse d'offrir un service de qua- lité à ses clients", a-t-il ajouté. il a, à cette occasion, rappelé la décision de justice portant illégalité de la grève des conducteurs de trains ainsi que les tentatives de la direction générale pour entamer des négociations avec les grévistes. Face à cette situation, la direction générale, a-t-il pour- suivi, se trouve dans l'obligation d'"appliquer le règlement intérieur de la sntF afin que l'entreprise ne reste pas otage des mouvements de grève. Pour sa part, le secrétaire général de le Fédération nationale des cheminots (Fnc), abdessalam albane a fait savoir que les négociations avec les conduc- teurs grévistes et leurs représentants étaient dans l' "impasse" du fait de leur attachement à des revendications qui ne peu- vent être satisfaites par la sntF dans l'immédiat. les gré- vistes n'ont donné aucun préavis de grève ni affiché leur intention dans ce sens bien que la Fnc soit la seule partie syndicale habilité à prendre une telle décision. concernant la grève qui se poursuite pour la 8 e journée consécutive, M. albane a précisé que "chacun doit assumer ses responsabili- tés", indiquant que la Fnc et la sntF ont toujours prôné le principe du dialogue, sauf que les grévistes "ont décidé de fermer la porte du dialogue et doivent aujourd'hui en assumer la responsabilité, d'autant que la justice a qualifié cette grève d'illégale". le protocole d'accord sntF/Fnc conclu au pre- mier jour de la grève englobe cinq points précédemment sou- mis dans une plateforme de revendications à la direction le 12 avril 2016. la plateforme de revendications concerne le repositionnement des mécaniciens selon le niveau d'études exigé, une opération qui sera confiée, selon la direction gé- nérale, à un bureau d'études externe. le directeur général de la société nationale du transport ferroviaire, Yacine Bendjaballah avait indiqué dans une dé- claration à l'aPs que le bureau d'études définirait les aspects professionnels des travailleurs des 36 filiales de la sntF. le partenaire social sera informé des résultats du bureau d'études dans les délais. le service minimum a été assuré au 8 e jour de la grève.

Publicité

du El Moudjahid/Pub
du
El Moudjahid/Pub
lundi 16 Mai 2016
lundi 16 Mai 2016

Economie

13

EL MOUDJAHID

DeuxièMe ForuM D’aFFaires algéro-iranien aujourD’hui à téhéran

Confor ter le par tenariat

Le deuxième Forum d’affaires algéro-iranien se tiendra, aujourd’hui à Téhéran (Iran), dans l'objectif d'exami- ner les opportunités d'investissements et de partenariat entre les deux pays.

  • D ans ce cadre, le ministre de l'industrie et des Mines, abdessalem bouchoua- reb, conduit une délégation composée

de plus de 80 chefs d'entreprises publiques et

privées (énergie, btph, agriculture et agroa- limentaire, textile, industrie mécanique, indus-

trie

pharmaceutique...)

ainsi

que

des

représentants de la Chambre algérienne de commerce et d'industrie (CaCi) et de l'agence nationale du développement de l'investisse- ment (anDi). Coprésidé par M. bouchouareb et le ministre iranien de l'industrie, des Mines et du Commerce, Mohamed reza nematza- deh, ce forum se tiendra après celui organisé, en décembre dernier, à alger. à travers cette rencontre dans la capitale iranienne, l'algérie vise à intensifier sa coopération économique avec l'iran, qui ne reflète pas, actuellement, les potentialités importantes que recèlent les deux pays, en restant en deçà des ambitions de ces derniers. à titre d'exemple, les échanges com- merciaux entre l'algérie et l'iran ne dépassent pas les 10 millions de dollars, tandis que les projets d'investissement et de partenariat de- meurent minimes, avec une faible présence des sociétés iraniennes en algérie. C'est dans ce sens que lors de la deuxième session de la haute commission mixte algéro-iranienne, tenue en décembre dernier à alger, les deux pays avaient affiché leur volonté de conforter le partenariat et la coopération économiques.

Réactivation du comité industriel

De nouvelles perspectives de coopération s'ouvrent aux deux pays qui veulent hisser leurs relations économiques au niveau d'excel- lence des relations politiques bilatérales. la partie algérienne vise, à cet effet, à attirer des investissements productifs avec un réel trans- fert de technologie par l'iran qui a réalisé des avancées importantes dans ce domaine, ex- plique à l'aps le président de la commission mixte économique algéro-iranienne, abdel- madjid Khobzi. «notre objectif est de ramener la technologie et non pas de se contenter des échanges commerciaux. la partie iranienne a affirmé sa disponibilité à nous aider dans ce cadre», avance-t-il. Dans cette optique, plu- sieurs projets de partenariat sont en cours de discussions et pourraient aboutir à la signature d'accords ou de contrats lors du forum d’af- faires à téhéran, selon M. Khobzi. la méca- nique, la pétrochimie, l'électronique, l'industrie pharmaceutique, l'agroalimentaire et l'agricul- ture, le bâtiment et les travaux publics ainsi que les énergies électriques et renouvelables figurent parmi les principaux secteurs dans les- quels les deux parties envisagent de mettre sur pied des projets de partenariat. s'agissant de

E conomie 13 EL MOUDJAHID DeuxièMe ForuM D’aFFaires algéro-iranien aujourD’hui à téhéran Confor ter le par

l'industrie automobile, les constructeurs ira- niens Khodro et saipa ont signé récemment des accords de partenariat avec des investis- seurs privés algériens pour l'installation d'usines d'assemblage et de montage de véhi- cules en algérie. le constructeur Khodro compte, ainsi, créer son unité vers la fin 2016 avec une capacité de production de 30.000 vé- hicules par an, selon le constructeur iranien. quant au constructeur saipa, il prévoit la sortie de la première voiture de sa future usine en al- gérie, début 2017. Dans le domaine énergé- tique, l'algérie et l'iran se sont accordés à établir des partenariats entre le groupe sona- trach et la société iranienne de pétrole. Ces deux groupes sont actuellement en discussions pour élargir la coopération bilatérale dans l'amont et l'aval pétroliers, la recherche et dé- veloppement ainsi que dans la commercialisa- tion du pétrole et du gaz. les deux pays envisagent aussi la création prochaine de so- ciétés mixtes spécialisées dans la production de l'électricité, des énergies renouvelables et des pièces de rechange. D'autres sociétés mixtes activant dans l'entretien, la surveillance et le contrôle des routes et des autoroutes pour- raient également être créées pour permettre à l'algérie de tirer profit de l'expérience ira- nienne dans ce créneau du transport. pour ren- forcer les échanges commerciaux et d'affaires bilatéraux, les deux pays veulent créer une ligne aérienne alger-téhéran et une ligne ma- ritime. les deux parties ont également convenu d'étudier la possibilité d'établir un ju- melage entre le port de béjaïa et celui d'al

Khomeïni, lequel est le plus important port en iran en étant doté, en outre, d'un complexe pé- trochimique. la visite de M. bouchouareb à téhéran verra aussi la réactivation du comité mixte al- géro-iranien de l'industrie qui devra constituer, selon la partie algérienne, un «mécanisme ef- ficace» de coopération industrielle entre les deux pays, notamment en matière d'investisse- ments. une réunion de ce comité, créé en 2003 par le bais d'un mémorandum d'entente indus- triel entre l'algérie et l'iran, mais qui n'a pas fonctionné depuis quelques années, est prévue en marge du forum. sur le plan économique, il est à rappeler qu'au terme des travaux de la haute commission mixte algéro-iranienne de coopération, tenue en décembre dernier à alger, un programme exécutif de coopération dans le secteur des travaux publics avait été signé. quant à la première session de cette haute commission mixte, tenue en 2010 à té- héran, elle avait été sanctionnée par la signa- ture de conventions portant sur l'investissement, l'agriculture et l'habitat. les deux pays avaient aussi signé plusieurs mémo- randums d'entente : le premier concerne la création d'un conseil mixte des hommes d'af- faires, alors que le deuxième a été conclu entre l'agence nationale de développement des in- vestissements (anDi) et l'organisme iranien en charge des investissements et de l'assistance technique et économique. s'y ajoutent un mé- morandum d'entente pour la création d'un fonds algéro-iranien et deux autres dans les secteurs agricole et de l'habitat.

1 er ForuM D’aFFaires DéDié à l’énergie, les 23 et 24 Mai à alger

O p p o r t u n i t é s é n o r m e s

Ce forum vise à présenter les potentialités de l’algérie en termes d’opportunités d’af- faires et d’investissements et permettra aux participants d’échanger avec leurs homologues européens et d’étudier les possibilités de par- tenariats. Cet évènement, qui réunit une palette des plus importants investisseurs européens, constitue une réelle opportunité pour prospec- ter un marché fort prometteur. Cette rencontre de haut niveau s’inscrit dans le cadre d’un mé- morandum d’entente sur l’établissement d’un partenariat stratégique dans le domaine de l’énergie, signé en juillet 2013, entre l’algérie et l’union européenne. l'ordre du jour de ce forum comprend des séances de travail axées sur le développement des relations écono- miques, les opportunités d'investissement en algérie, l'énergie, l'environnement et les infra- structures. Cet événement de grande envergure vise le développement de partenariat, le ren- forcement des relations économiques et l’ex- ploration des opportunités d’investissement entre l’algérie, et l’ue constitue également un point de contact-clé entre la délégation euro- péenne et les acteurs économiques algériens. il convient de rappeler que le mémorandum prévoit d’élargir le domaine de la coopéra-

tion aux énergies renouvelables, et l’efficacité énergétique. le forum permettra aux partici- pants d’examiner un certain nombre de dos- siers dans le domaine de l’énergie. le sujet passionne toujours autant. D'abord, pour les in- croyables potentiels de l'algérie en matière énergétique, mais également pour les possibi- lités exceptionnelles qui se chiffrent en cen- taines de milliards de dollars pour l'industrie. Car l'énergie touche tout et tous les domaines. la clé est de savoir maximiser les retombées grâce aux partenariats. De nombreuses oppor- tunités s'offrent ainsi pour les partenaires de part et d’autre. les débats porteront également sur les moyens de promouvoir le domaine mi- nier algérien, favoriser les partenariats dans le gaz en amont en algérie, et d’assurer des op- portunités au gaz algérien sur le marché euro- péen, et pour l’union européenne, d’assurer la diversification de son approvisionnement en gaz naturel. Ce forum aura lieu dans une conjoncture où l’europe a besoin de nouvelles sources d’approvisionnement en énergie, ce qui va donc participer au renforcement de la coopération énergétique. Dans ce sens, les or- ganisateurs de l’évènement soulignent que la programmation du forum vient à point nommé,

surtout que les intérêts, algériens et européens, dans le secteur des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, sont complémentaires. l’union européenne qui est un partenaire-clé de l’algérie, essentiellement dans le domaine de l’énergie, ambitionne de confirmer sa posi- tion en tant qu’acteur et chef de file mondial dans les technologies renouvelables et l’effi- cacité énergétique. une position que l’ue compte renforcer en algérie qui a engagé d’importants investissements dans ces sec- teurs. l’algérie est un marché de l'énergie, très prometteur et attrayant pour les entreprises spécialisées du domaine. s’agissant du gaz na- turel, l’algérie, qui est le troisième fournisseur de l’union européenne, dispose aussi

d’énormes ressources inexploitées et l’avan- tage de la proximité géographique ainsi que la disponibilité des infrastructures de transport, soit tout ce qu’il faut pour propulser le pays au rang de fournisseur fiable de l’union euro- péenne. à noter que des réunions de travail ont été programmées en marge de ce forum, qui se veut une plateforme b to b par excellence pour les opérateurs de l’industrie énergétique, leur permettant de tisser des relations d’affaires.

Farid Bouyahia

Coopération

algéro-britannique

Nouvelle vision

quelque 200 hommes d’affaires britanniques devront séjourner dans notre pays, durant ce mois-ci. l’am- bassadeur de la grande bretagne en

algérie, M. andrew nobles, qui a an- noncé l’évènement à partir d’oran, à l’occasion de la 3 e édition d'une confé- rence internationale «elt» dédiée à l’enseignement de la langue anglaise, précisait que cette mission constituera une occasion pour la délégation bri- tannique d’explorer avec leurs homo- logues algériens les opportunités de coopération économique et de parte- nariat entre les deux pays. le marché algérien étant considéré à fort poten- tiel par les britanniques, de nom- breuses missions économiques se sont déjà succédé en algérie au cours de ces dernières années, notamment dans le cadre du Conseil d'affaires algéro- britannique. traditionnellement confi- née dans le secteur des hydrocarbures, la coopération entre les deux pays tend à s’orienter vers d’autres secteurs d’activité, entre autres, l'agriculture, l'industrie, l'éducation et les énergies renouvelables. premier partenaire commercial du royaume-uni dans la région, selon des statistiques récentes de la Cham- bre de commerce arabo-britannique (abCC), notre pays qui ambitionne de diversifier son économie s’intéresse de plus en plus aux iDe hors hydro- carbures, demeurant en deçà du ni- veau souhaité. les britanniques, qui adhèrent à cette détermination expri- mée par les autorités algériennes d’opérer une transition économique basée sur des objectifs nouveaux, af- fichent une volonté quant à inaugurer une nouvelle étape dans leur relations d’affaires avec l’algérie. l’ambassa- deur de la grande bretagne avait dé- claré, à Médéa, en février dernier, que de «réelles avancées» marquaient les relations entre l’algérie et la grande- bretagne, tout en insistant sur la né- cessité de développer davantage les relations économiques bilatérales pour les hisser à un niveau qui traduit l’ex- cellence des rapports politiques. en fait, cette nouvelle vision en matière de coopération a été inaugurée à l’oc- casion de la visite au royaume-uni, du président de la république, en

2006.

une visite qui sera marquée d’ail- leurs par la signature d’une série de conventions et l’établissement d’un plan devant cadrer les relations écono- miques entre les deux pays. il est utile de souligner que le volume des échanges commerciaux entre l’algé- rie et la grande bretagne ont évolué

entre 2011 et 2014 pour progresser 3,8 milliards à 6,9 milliards de dollars, soit une hausse de 78% sachant que 98% des exportations de l’algérie vers ce pays sont constituées d’hydro- carbures.

D. Akila

65.000 véhicules Le port de Djendjen (Jijel) traitera un quota d’environ 65.000 véhi- cules dans le
 

65.000

véhicules

Le port de Djendjen (Jijel) traitera un quota d’environ 65.000 véhi- cules dans le cadre du contingent quantitatif fixé par le ministère du Commerce à 83.000 unités, au titre de l’année 2016, a appris l’APS, hier, du président-directeur général de l’Entreprise portuaire de Djendjen (EPJ), Abderazak Sellami. Ce quota tient compte des capacités d'accueil du port de Djendjen de 80% du trafic véhi- cules, a-t-il indiqué, précisant que le reste sera opéré par le port de

Mostaganem (Ouest).

lundi 16 Mai 2016

Monde

15

EL MOUDJAHID

68 e ANNIVERSAIRE DE LA NAKBA

Les Palestiniens D É T E R M I N É S à recouvrer leurs droits

Les Palestiniens ont commémoré, hier, le 68 e anniversaire de la «Nakba», avec détermination à recouvrer leurs droits spoliés par l'occupant israélien.

GRAND ANGLE Accord à consolider
GRAND ANGLE
Accord
à consolider

l L’Accord de paix et de réconciliation au Mali a

bouclé hier son premier anniversaire. L’heure est au bilan. Forcément. Dès lors la question qui se pose est la suivante : Que faut-il retenir de cette première année de la mise en œuvre de cet accord issu du processus d’Alger ? Si le bilan peut sembler mitigé au regard des attentes des uns et des autres de ceux qui sont partie prenante ou qui ont accompagné tout au long de la crise les parties maliennes, il reste cependant que tous seront d’accord pour affirmer qu’en premier lieu, ce qu’il faut retenir c’est la volonté des Maliens de tourner cette page de leur histoire marquée par une crise politico-sécuritaire. A cela il y a lieu d’ajouter leur engagement à transcender tous les obstacles pour aller de l’avant pour qu’enfin la paix soit effective sur l’ensemble du territoire malien et notamment sur sa partie Nord. Il est vrai que cette œuvre ne sera pas de tout repos. Une difficulté courue d’avance, tant le laps de temps qui sépare la date du 15 mai 2015 de celle du 15 mai 2016 est court. De plus, les divergences qui existaient entre les parties maliennes seront aplanies progressivement et à force d’un dialogue permanent et inclusif. Ce que Gouvernement, Plate-forme et Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA ) apprennent à instaurer. «S'il y a tout à fait lieu, et à juste titre, de se réjouir des résultats positifs rendus possibles grâce au Processus d'Alger, le chemin parcouru autant que celui encore plus long qui reste à parcourir sont loin d'être un long fleuve tranquille, tant s'en faut», a rappelé le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale hier dans un entretien accordé à l’APS. M. Lamamra, qui a conduit les négociations au nom de l’Algérie en sa qualité de chef de file de la médiation internationale, mesure à leur juste importance les progrès enregistrés. Mais les éventuels écueils qui surgiront sur le chemin de la paix pourront être levés, pour peu que les Maliens gardent à l’esprit la finalité de l’accord conclu. Et il faudrait être frappé de cécité pour ne pas réaliser que «grâce à cet accord, le Mali se transforme et avance dans la bonne direction», et ce même si, comme le souligne le chef de la diplomatie algérienne, «à travers des réalisations incomplètes et des étapes imparfaites». Mais pour que le Mali ne gâche cette opportunité qui s’offre à lui, d’autant qu’il a eu par le passé à rater des occasions de paix, tous ses partenaires doivent apporter leur soutien et ne pas se contenter de déclarations d’intention.

Nadia K.

  • L a Nakba désigne la "catas- trophe" que fut pour les Palesti- niens la création d'Israël en 1948

M onde 15 EL MOUDJAHID 68 ANNIVERSAIRE DE LA NAKBA Les Palestiniens D É T E

Israël avait suspendu les discussions à la suite de la signature d'un nouvel accord de réconcilia- tion entre l'Organisation de libération de la Pales- tine (OLP) et le mouvement Hamas.

La réconciliation et l’adhésion aux institutions internationales, priorité des Palestiniens

Face à la poursuite des exactions israéliennes au mépris du droit international, les Palestiniens ont affiché leur détermination à recouvrer leurs droits spoliés par l'occupant israélien. Par la voix de chef du bureau politique du mouvement de résistance Hamas, Khaled Me-

chaâl, le mouvement a appelé à adop- ter «une stratégie nationale palesti- nienne basée sur les constantes communes, (attachement à la terre, l'unité et à la résistance), insistant sur le droit du peuple palestinien à libérer sa terre et ses Lieux saints islamiques et chrétiens». Il a affirmé la nécessité de réorga- niser la maison palestinienne interne, appelant tout le monde à travailler en- semble, (toutes les forces palesti- niennes et personnalités) avec une stratégie nationale commune basée sur les principes fondamentaux du peuple palestinien et de ses droits légitime. Les Palestiniens réaffirment à chaque fois leur volonté à mettre fin aux divisions internes. A la veille des commémorations de la Nakba, l'Ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie, Louaï Aïssa, a affirmé que «le processus de dialogue en vue de régler les dif- férends se poursuit à Ghaza, en Cisjordanie et dans d'autres lieux et sera sanctionné à la fin du mois par une rencontre entre le chef de l'Autau- rité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le prési- dent du Bureau politique du Mouvement Hamas, Khaled Machaâl, pour préserver l'intérêt de notre peuple, de notre cause et de notre Nation, pour- suivre la résistance et réaliser notre projet natio- nal».

sur les trois quarts de la Palestine poussant plus de 760.000 Palestiniens — aujourd'hui quelque 4,8 millions avec leurs descendants — à se réfu- gier dans des pays voisins. La catas- trophe de la Nakba fût aussi la destruction entre 1947 et 1949, de plus de 500 villages palestiniens, dont le plus connu est Deir Yassine, avec ses 250 habitants massacrés par les forces militaires israéliennes. Lors de la Nakba, les Israéliens ont mis la main sur 774 villes et villages palestiniens et ont détruit quelque 531 autres villes et villages palestiniens, d'après les sta- tistiques. Les forces d'occupation is- raéliennes ont commis durant cette époque 70 carnages lors desquels plus de 15.000 Palestiniens ont été tués. Pour ce 68 e anniversaire de la Nakba, qui in- tervient alors que le processus de paix israélo-pa- lestinien est au point mort, le président palestinien, Mahmoud Abbas, a réaffirmé dans son allocation depuis à Ramallah en Cisjordanie, que son pays œuvre à ramener le sujet de l'occu-

pation de la Palestine devant la scène internatio- nale. La Palestine jouit aujourd'hui du statut d'Etat non membre observateur aux Nations unies. Les négociations de paix entre Palestiniens et Israé- liens se sont arrêtées en avril 2014.

Le Maroc continue d'entraver les négociations avec le Front Polisario sous les auspices de l’ONU visant à parvenir à une solution garantis- sant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermi- nation, a déploré l'ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) au Nica- ragua, Suleiman Tayeb. L’ambassadeur sahraoui a, dans une déclara- tion samedi à l’agence cubaine "Prensa Latina", rappelé qu’après son désaccord avec le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, en mars dernier, le Maroc a expulsé la composante civile de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO). La Mission a été mise en place en 1991 afin d'assurer la tenue d’un référendum d'autodétermination du peuple du Sa- hara occidental occupé depuis 1975 par le Maroc, consultation bloquée au cours de 25 années d'existence de la force de casques bleus.

IRAK

Plusieurs attentats déjoués

Les forces de sécurité irakiennes ont réussi à déjouer hier plusieurs attentats suicides visant une raffinerie de gaz dans la banlieue nord de la capitale Baghdad, a déclaré une source du ministère de l'Intérieur. "Les attaques sont sur- venues tôt le matin lorsque deux kamikazes ont lancé leurs véhicules remplis d'explosifs dans l'enceinte de la raffinerie et les ont fait exploser près de la zone de Taji, permettant à six kami- kazes portant des gilets explosifs d'entrer dans l'enceinte et de mettre le feu à deux réservoirs de gaz", a indiqué la même source citée par des agences. "Les énormes incendies causés par l'explosion se sont propagés à plusieurs bâti- ments à proximité", a-t-elle précisé. "Les forces de sécurité qui gardaient le complexe se sont engagées dans de violents affrontements avec les assaillants et ont réussi à tous les abat- tre", a-t-elle indiqué, ajoutant qu'au moins trois employés avaient également été tués et 13 au- tres blessés. Des équipes de pompiers et de défense ci- vile se sont précipitées sur les lieux et ont dé- buté à éteindre les flammes, a ajouté la source. L'Irak fait face à une vague de violences depuis que le groupe terroriste autoproclamé "Etat is- lamique" (EI/Daech) s'est emparé de parties des régions du nord et de l'ouest du pays en juin 2014. Un rapport de la Mission d'assis- tance des Nations Unies pour l'Irak (MANUI) estime que 741 Irakiens ont été tués et 1.374 autres blessés en avril dans des actes terro- ristes, des violences et des conflits armés à tra- vers le pays.

AUTODÉTERMINATION DU PEUPLE SAHRAOUI

Le Maroc continue d’E N T R A V E R les négociations

M onde 15 EL MOUDJAHID 68 ANNIVERSAIRE DE LA NAKBA Les Palestiniens D É T E

Le référendum, a-t- il réaffirmé, est la princi- pale mission de la MINURSO dont elle porte le nom et pour laquelle a été créé, et son retour pour exercer ses pleines fonctions est une demande de

la communauté internationale. Le responsable sahraoui a, en outre, affirmé que le Maroc est le seul pays dans la région qui empêche la paix en privant le peuple sahraoui d’exprimer librement sur son avenir et violant ses droits humains, ainsi que le pillage illégal des ressources naturelles du Sahara occidental. L’ambassadeur a appelé le Maroc à "respecter ses engagements et permettre au peuple sahraoui d'exercer librement son droit à l'autodétermination". En 1963, l'ONU a inscrit le Sahara occidental sur sa liste des territoires non-autonomes et il y figure toujours. Le 20 dé- cembre 1966, l'Assemblée générale de l'ONU a

réaffirmé le "droit inaliénable" du peuple du Sa-

hara occidental à l'autodétermination. Dernière colonie en Afrique, le Sahara occidental a été en- vahi par le Maroc en 1975 après que l'Espagne s'y soit retirée.

CRÉATION DU FRONT POLISARIO

La diaspora sahraouie célèbre le 43 e anniversaire

réaffirmé la détermination du peuple sahraoui à poursuivre sa lutte jusqu’à l'indépendance. «Nous sommes fiers des acquis réalisés, fiers d'avoir créé l'Etat sahraoui, reconnu aujourd'hui par plus de 80 pays dans le monde, et mis en place ses insti- tutions», s'est-il réjoui au cours d'une cérémonie organisée au Centre culturel de Geel dans la province d'Anvers. Selon M. Za- kari, les Sahraouis ne veulent

La communauté sahraouie établie en Belgique a célébré, sa- medi, le 43 e anniversaire de la création du Front Polisario, le 10 mai 1973, et le déclenchement de la lutte armée pour la libéra- tion du Sahara Occidental, dix jours plus tard. Enumérant les nombreux ac- quis concrétisés dans différents domaines depuis la création du Front Polisario, son représentant en Belgique, Jamal Zakari a

que jouir de leur droit à disposer d'eux-mêmes, soutenant que l'échéance de l'indépendance du peuple sahraoui «est inéluctable, car les Sahraouis sont plus que jamais déterminés et unis». Rien ne peut dissuader le peuple sah- raoui de lutter pour ses droits, a- t-il poursuivi, réitérant sa conviction d'une victoire pro- chaine pour retourner sur la terre de ses ancêtres.

LUTTE CONTRE BOKO HARAM

L’armée camerounaise annonce la capture d’un chef au Nigeria

M onde 15 EL MOUDJAHID 68 ANNIVERSAIRE DE LA NAKBA Les Palestiniens D É T E

Kumche, le nommé Bukar Kawu, par ailleurs redoutable chef de guerre du groupe terroriste,

L'armée camerounaise a annoncé avoir cap- turé un dirigeant du groupe terroriste nigérian Boko Haram, lors d'une opération menée à Ma- dawaya, dans le nord-est du Nigeria. La capture a été réalisée lors d'une "offen- sive d'envergure" menée dans la nuit du 10 au 11 mai par les forces spéciales camerounaises dans la forêt de Madawaya, une des positions stratégiques de Boko Haram au Nord-est nigé- rian, a indiqué samedi le ministre de la Com- munication, Issa Tchiroma Bakary, dans une déclaration diffusée par la radio et la télévision publiques, Cameroon Radio and Television (CRTV). «Au cours de cet assaut victorieux, qui s'est soldé par la destruction complète de trois camps de Boko Haram, l'émir Boko Haram de

a été capturé en même temps que cinq de ses comparses criminels. Cinquante-huit de ces ter- roristes ont été définitivement neutralisés», a indiqué le ministre. L'armée du Cameroun a fait cette annonce à l'occasion d'un sommet régio- nal sur la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram tenu samedi à Abuja, capitale du Nige- ria, avec la participation du président camerou- nais Paul Biya. La forêt de Madawaya, située à 7 km de la frontière camerounaise, représente un des "nou- veaux camps d'entraînement où s'étaient repliés les terroristes ayant échappé aux offensives précédentes" et surtout "une véritable base de

lancement des kamikazes et d'attaques dirigées contre notre pays", a précisé le ministre came- rounais.

Lundi 16 Mai 2016

16 Société EL MOUDJAHID
16
Société
EL MOUDJAHID

LA CnAS LAnCe Une CAMpAgne nATionALe De CoLLeCTe De SAng

a c t e d e s o L i D a r i t é

«Soyons solidaires pour sauver une vie avec une goutte de sang», tel est le slogan choisi pour la campagne nationale de don de sang de la Caisse nationale d'assurances sociales d'Alger (CNAS), organisée hier. L’opportunité est offerte aux employés de la CNAS de s'unir et de se solidariser avec les malades.

  • L e don de sang demeure un souci majeur pour les ma- lades et les services hospita-

liers, chargés de constituer des stocks de produits sanguins pour satisfaire les besoins, lors d'inter- ventions chirurgicales ou pour venir à bout de certaines maladies graves. Les plaquettes de sang qui res- tent un problème, à cause de leur durée de vie limitée, leur récolte re- présente un vrai challenge pour les centres de transfusion et un besoin pressant pour les malades. pour pallier ce manque crucial de sang, une campagne nationale de collecte a été lancée par la direction de la CnAS et qui a été généralisée à tra- vers toutes les directions et les agences des 48 wilayas. organisée sous le haut patronage du ministre du Travail, de l’emploi et de la Sécurité sociale, M. Moha- med el-ghazi, cette initiative hu- manitaire a été initiée par la direction générale de la CnAS, en coordination avec l’Agence natio- nale de sang, et ce dans la perspec- tive de favoriser son rôle dans la solidarité nationale. Une équipe de médecins spécialistes, ainsi que les moyens et matériels médicaux né- cessaires pour la collecte selon les normes universelles ont été mobi- lisés pour garantir un bon déroule- ment de l’opération, et ce en présence du pDg de la CnAS, D r hassene Tidjani haddam, et D r Lynda ould Kablia, directrice de l’Agence nationale du sang. «C’est une première dans l’histoire de la caisse et dans le cadre de la sécurité sociale que nous nous engageons

Ph. : Louisa
Ph. : Louisa

aujourd’hui», a déclaré, à El Moud- jahid, D r Tidjani haddam, en marge du lancement de la cam- pagne. Dans ce contexte, il a estimé qu’elle n’a pu être concrétisée sans l’aide et le soutien indéfectible de l’Agence nationale du sang. Le pre- mier responsable de la CnAS a tenu à souligner que cette opération est généralisée à travers le territoire national. «Donner son sang est un acte ci- toyen, un geste de solidarité que le peuple algérien connaît très bien. nous sommes à la veille du mois béni. Vous savez que durant cette période, il y a une diminution de don de sang. Ce n’est pas normal, car nous savons très bien être à jeun et donner son sang», estime le pDg de la CnAS, qui a, en outre, affirmé que «cette opération entre

dans le cadre de l’activité de la caisse, car, en dehors des presta- tions à nos assurés sociaux et à nos ayants droit, nous sommes à leur disposition ; c’est au personnel de la CnAS qui est rémunéré pour cela. C’est dans le cadre de la soli- darité avec nos salariés sociaux que nous donnons de nous-mêmes pour sauver une vie». Questionné sur la possibilité de recommencer cette opération, D r Tidjani haddam a in- diqué : «nous avons entamé cette opération très tôt dans la journée. S’il y a nécessité d’augmenter le nombre de journées, on le fera l’an- née prochaine.» De son côté, la di- rectrice de l’Agence nationale du sang a estimé que «seuls les dons de sang volontaires, réguliers et bé- névoles peuvent garantir un appro- visionnement suffisant». il faut

néphRoLogie

savoir que le sang est un produit

qui n’a pas de substitut, il est indis- pensable pour les centaines de mil- liers de patients nécessiteux». elle a rappelé que pas moins de 540.000 poches de sang ont été récoltées en 2015, avec une augmentation de 30.000 poches par rapport à l’année 2014, «c’est un résultat encoura- geant, mais qui demeure insuffisant par rapport à la demande», a-t-elle précisé. Le D r ould Kablia a pré- cisé qu’«un tiers des dons sont constitués par des offres fami- liales». Dans ce contexte, elle a

rappelé

que «la politique de

l’Agence, et du ministère de la Santé est de bannir les dons fami- liaux, pour éviter qu’on demande aux malades de ramener des don- neurs». S’adressant à la population, elle a lancé un appel de don de sang. «nous savons que le peuple est solidaire et généreux. nous l’avons constaté plusieurs fois, lors des évènements majeurs, comme les tremblements de terre… il suf- fit, aujourd’hui, de sensibiliser et d’informer», dit-elle. Un des donneurs estime qu’ac- complir cet acte civique relève de la générosité, précisant que «la col- lecte de sang devrait être une action quotidienne». «il n'y a pas de mal

à donner du sang. Je dirai qu'il faut le faire pour sauver des milliers de malades», a-t-il ajouté. Une autre volontaire souhaite qu'il y ait beau- coup de publicité, à travers les mé- dias, afin que les gens sachent qu'un don de sang n'est pas dange- reux pour la santé.

Sihem Oubraham

1.500 patients a u s c u Lt é s à Ghardaïa

plus de 1.500 patients souffrant de patholo- gies néphrologiques à ghardaïa ont été auscultés par une caravane sanitaire volontaire du Centre hospitalo-universitaire (ChU) de Mustapha pacha (Alger), a indiqué hier, le pr Farid had- doum, Chef service de néphrologie au ChU- Mustapha. Cette caravane médicale, qui a prodigué durant cinq jours des prestations mé- dicales à des personnes atteintes de pathologies néphrologiques à berriane, guerrara, ghardaïa, Métlili et el-Menea, a également dispensé une formation au profit du personnel médical et pa- ramédical local, a-t-il signalé. Selon le pr Farid haddoum qui dirige cette caravane, plusieurs activités de sensibilisation pour prévenir des maladies néphrologiques, l’éducation des diabétiques, la recherche d’ hy- pertension artérielle, de maladie rénale par ban- delette urinaire et l’examen échographique, ont été menées en présence du personnel paramédi- cal et praticiens locaux. Cette caravane a permis aussi, outre l’échange de connaissances entre praticiens, de développer les compétences du

personnel médical et paramédical afin d'accom- pagner les nouveautés scientifiques dans le do- maine et répondre aux besoins spécifiques des patients, dans le but d’améliorer les qualifica- tions et la qualité des soins prodigués, a-t-il ajouté. Cette manifestation médicale, qui s’ins- crit dans le cadre de la formation continue, a donné lieu aussi à des ateliers pour soutenir les efforts du ministère de la Santé visant l'élargis- sement de la couverture médicale et de la qualité des prestations de santé, à travers des approches médicales et sociales innovantes. A travers, cette caravane médicale de proxi- mité, "nous avons tenté d’expliquer aux patients et leurs familles la problématique de la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique (iRC) qui souvent contraint le patient à effectuer une dialyse (ndlr : technique d’épuration du sang très couteuse et contraignante), la nécessité de la greffe et de la transplantation , pour peu de trou- ver un donneur", a expliqué le pr haddoum. "bien que l’etat algérien prend en charge l’ensemble des malades hémodialysés dans

notre pays et c’est une lourde facture, il faut ar- river à convaincre les membres de la famille du malade de l’importance du don d’organe, no- tamment le rein, afin de sauver le malade hémo- dialysé et de le libérer de la dépendance à la machine", a-t-il souligné. Le pr Antar Degai- chia, doyen des néphrologues de l'est du pays, estime, de son côté, que l’objectif de cette mis- sion dans la région de ghardaia est la prévention chez les hypertendus et les diabétiques, pour les éloigner de l’hémodialyse ainsi que la formation et l’amélioration des praticiens et personnel pa- ramédical sur la prise en charge des hémodialy- sés. il a déploré, toutefois, l’absence de culture de don d’organes dans nos mœurs, bien que cela apporte une réelle solution définitive aux patients souffrant d’insuffisance rénale chro- nique. Les praticiens spécialisés dans les mala- dies rénales prônent pour une meilleure sensibilisation la prévention contre les risques pouvant affecter le rein et alertent des dangers de l’utilisation des plantes, sans tenir compte des effets toxiques qu’elles pourraient engendrer.

pRiSe en ChARge De L’AUTiSMe

Des avancées et beaucoup de retard

Les parents ont souvent tendance à cacher leur enfant atteint d’autisme et ainsi l’éloigner davantage de la société, a estimé samedi dernier le pr. Madjid Tabti de l’établissement public hos- pitalier de Cheraga. Ayant animé une conférence à l’occasion de la Journée sur l’autisme, organi- sée par l’association « Ajegu Alemas » à la mai- son de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi ouzou, l’intervenant a mis le point sur certains comportements négatifs de parents envers leurs enfants après le diagnostic de cette maladie. « nous constatons souvent une tension entre l’en- fant autiste et sa famille. Les parents mettent beaucoup de temps pour se familiariser avec celui-ci, ce qui complique sa situation et retarde sa prise en charge », a-t-il précisé. Le pr. Tabti a signalé que des confrontations parents-enfants autistes sont «très récurrentes» dans la société al- gérienne et l’incompréhension de la personne malade entraîne, dans la majorité des cas, « une dépression » chez les parents qui refusent l’idée

de la maladie, à cause de leur inconscience et l’absence d’une prise en charge psychologique. Un travail de longue haleine basée sur des mé- thodes éducatives doit être mené avant d’amener l’enfant à la compréhension, puis l’établissement d’un contact et la coopération dans une troisième phase, a-t-il fait savoir. il a signalé dans le même ordre d’idées que tout schéma de travail avec un enfant autiste doit prendre en compte trois prin- cipales étapes, à savoir l’intérêt, l’attention puis l’action. Ce processus évitera aux parents les confrontations et les incompréhensions qui pous- sent la personne malade à se renfermer davan- tage et rejeter tout contact avec le monde extérieur. Dr. Laurent Morelle Jean (France) a souligné, pour sa part, la nécessité d’un plan d’accompagnement individuel en faveur des pa- rents dès la connaissance de la maladie, tout en leur offrant un espace d’écoute qui les aidera à dépasser leur traumatisme, tout en les guidant sur les méthodes à suivre pour contribuer à la guéri-

son de l’enfant atteint d’autisme. « Annoncer à un parent que son enfant est autiste n’est pas chose facile et l’aider à surmonter le choc et ac- cepter la maladie nécessite un accompagnement réel et durable. Car ce n’est qu’après l’accepta- tion de cette réalité par les parents que nous pou- vons penser à la prise en charge du cas de l’enfant à laquelle les parents sont fortement as- sociés », a-t-il laissé entendre. Abordant de la prévalence de l’autisme, Dr. belkehla de l’hS de Cheraga a évoqué une augmentation du nombre de cas, d’année en année, tout en signalant une prédominance beaucoup plus importante chez les garçons que chez les filles (4 garçons pour une fille). elle a signalé également que les jumeaux homozygotes sont exposés, à raison de 60 à 90%, à l’autisme contrairement aux jumeaux hétéro- zygotes. Le retard mental est la principale carac- téristique d’un enfant autiste, a-t-elle ajouté, en plus de l’absence de sensations, l’isolement et les crises émotionnelles inexpliquées.

REGARD
REGARD

Redonner la vie

l Le sang est pour notre corps ce qu’est

l’eau pour la terre, l’oxygène pour la

vie. Ce ne sont sûrement pas les spé-

cialistes de la santé, les hémodialysés et les patients (devant subir une intervention chirurgicale) qui vont nous contredire ou fuir cette réalité absolue. Cette substance, en effet, reste la plus noble de tous les temps, que seule la « machine » humaine est en mesure de pro- duire, d’où sa spécificité mais également son utilité pour le corps. Avec chaque goutte, le donneur transmet toutes les valeurs hu- maines tels l’altruisme, la compassion et le partage. C’est comme une autre vie qui com- mence pour le receveur. Aujourd’hui, des milliers de malades sont sauvés grâce à des volontaires fidèles qui font du «don du sang» une tradition vénérée et un devoir, au delà du simple acte qui permet de renouveler leur sang. Il faut dire que la ra- reté de poches de sang disponibles dans les hôpitaux est fortement ressentie chez-nous, à tel point que l’on exige des malades, devant subir une opération, de préparer quelques po- chettes de sang par le biais de la famille, amis, histoire de parer à toute éventualité d’hémorragie durant l’opération et donc un besoin crucial du noble produit. On parle de fidéliser désormais les donneurs afin de parer aux insuffisances de la banque de sang et mieux répondre aux besoins des malades, sans cesse croissants au niveau des hôpitaux. Il suffit de constater ces milliers de victimes d’accidents de la route évacuées vers les ser- vices des urgences, au quotidien, d’où l’inté- rêt pressant de redoubler d’efforts et d’investir le terrain, par des actions régu- lières de sensibilisation et d’informations dans les quartiers, les cités, les écoles et les places publiques. Il faut sensibiliser le citoyen au don de sang et en faire un futur donneur et pourquoi pas lutter contre la peur injusti- fiée des réticents, d’autant plus que la trans- fusion sanguine est sécurisée, et à son avantage puisqu’elle permet même de dépister certaines maladies et une prise en charge mé- dicale, à temps.

Samia D.

AnnAbA

L’auteur de l’enlèvement d’un enfant et ses deux complices arrêtes

L’auteur du rapt d’un enfant de 8 ans et ses deux complices, ses propres frères, tous des recidivistes, ont été arrêtés et présentés devant le procureur de la République près le tribunal d’Annaba. Une foule nombreuse arborant des banderoles dénonçant cet enlè- vement abject de la victime et les sévices sexuelles qu’elle a subies était visible devant le tribunal au moment du transfèrement des mis en cause, âgés entre 35 et 38 ans, arrêtes vendredi dernier quelques instants après l’enlèvement de l’enfant, a indiqué le chef de service de la police judiciaire, Yazid bou- bakri. Leur arrestation a été rendue possible, grâce au numéro vert et aux renseignements fournis par des citoyens. Cet enlèvement a suscite la réprobation et l’émoi de la popu- lation.

B. G.

VISA

 

Sans

Une dizaine de fonctionnaires mexicains

ont été condamnés à des peines allant de 20 à 29 ans de prison pour la mort de 49 enfants dans l'incendie d'une garderie en 2009, dans l'Etat de Sonora (nord), a annoncé samedi le Conseil fédéral de la

magistrature.

Un juge de Sonora a

condamné ces fonctionnaires pour homicide aggravé à la suite du décès de 49 mineurs et pour coups et blessures aggravés pour des lésions subies par 38 mineurs et cinq adultes blessés dans le sinistre. Un total de 141 enfants se trouvaient dans la garderie à Hermosillo,

un centre appartenant à la sécurité sociale mexicaine, quand l'incendie s'est déclaré le 5 juin 2009.

Lundi 16 Mai 2016

Culture

17

EL MOUDJAHID

REPRÉSENTATION DE L’HISTOIRE DANS LES LITTÉRATURES AFRICAINES

Un champ de recherche INEXPLOITÉ

Le continent africain est riche par sa diversité culturelle, ses traditions séculaires, son histoire millénaire et tant d’autres domaines liés à la vie humaine, qui font son originalité, voire sa singularité.

  • L e continent africain, un vi- vier fécond, recèle tant d’avantages souvent mécon-

nus, mais en tout cas bien réels. Il

n’en demeure pas moins que l’ac- tivité littéraire et artistique reste toujours insuffisante en matière de recherche par rapport à ce qui est accompli par ailleurs. Le 1 er jour du colloque interna- tional sur la représentation de l’Histoire dans les arts littéraires africains, à la bibliothèque natio- nale d’Alger, était marqué par la présence d’hommes de culture et de chercheurs académiques. Dans son intervention, M me Eliane Elmalrh, professeur des uni- versités à l’université du Maine au Mans, qui enseigne la civilisation et l’histoire américaine ainsi que l’histoire de l’art au département d’études anglophones, a remis en question le statut de la littérature africaine dans le continent noir, considérant que cette recherche n’est pas vraiment à la hauteur de son legs et de son poids culturel, car le continent africain est passé par différentes phases durant son existence, indiquant que la majorité

C ulture 17 EL MOUDJAHID REPRÉSENTATION DE L’HISTOIRE DANS LES LITTÉRATURES AFRICAINES Un champ de recherche

des chercheurs africains ont hérité la pratique des lettres et l’écriture des colonialismes qui ont envahi et conquis les pays africains. L’intervenante, qui s’est spécia- lisée dans l’art américain contem- porain, les médias, les discours identitaires et féministes, s’est de- mandée pourquoi les chercheurs africains «brillent» en dehors du

continent et n’ont pas chez eux l’intérêt qui leur est dû, indiquant que différents littérateurs africains ont une bonne réputation, car ils ont réalisé d’intelligentes œuvres artistiques, par exemple, dans le dessin, l’écriture… On peut citer Ousmane Sow qui travaille actuel- lement à la création de sculptures monumentales, l’artiste béninois

Romuald Hazoumé et le dessina- teur et poète ivoirien Frédéric Bruly Bouabré. Pour sa part, le dra- maturge Arezki Mellal a considéré que la promotion des genres litté- raires se base sur l’ouverture d’un débat littéraire afin d’échanger des idées entre les intervenants, souli- gnant que le statut de la littérature africaine s’explique, entre autres, par l’absence de flux et reflux entre les littéraires et aussi par les décisions politiques. Farid Benyaa, artiste plasticien et architecte de profession, a mis en exergue la femme algérienne et sa relation avec son environnement et sa région, à travers des portraits et des dessins qui mettent en valeur le visage de la femme algérienne,

son accoutrement qui varie d’une région à l’autre, et cela revient à la diversité culturelle et traditionnelle du pays, montrant dans ses ta- bleaux des femmes révoltées, fé- condes et aussi les paysages de l’Algérie, dont la baie d’Alger…, n’omettant pas de faire remarquer que le travail ne sera jamais un aboutissement ou une fin en soi.

Hamza Hichem

Rabéa Douibi « Poésie de l’Ahaggar, patrimoine à valoriser »

C'est dans une ambiance convi- viale, à la librairie Chaïb Dzaïr que l’écrivaine Rabéa Douibi a rencontré, samedi dernier, ses lecteurs pour une vente-dédicace de son recueil de poésie, intitulé «Poésie de l’Ahag- gar».

Un recueil de poésie riche, dans lequel vous mettez en avant la cul- ture targuie en rassemblant poèmes anciens et contemporains, c’est une découverte que vous voulez parta- ger… ?

En 1987, je suis partie en touriste

Ph : Louiza

Ph : Louiza Comment s’est fait le choix des poètes ? Je me suis entretenu avec

Comment s’est fait le choix des poètes ?

Je me suis entretenu avec plusieurs poètes et artistes, j’ai pris les plus représentatifs et populaires à l’Ahaggar, ceux qui ont une âme de poète et qui s’investissent pleinement dans la poésie.

L’amour a la part belle, mais nombre d’autres thèmes sont évoqués dans ce recueil ; pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui, il est vrai que le thème de l’amour est à l’honneur et revient souvent dans la poésie targuie. La guerre, la solitude, la tristesse et le voyage sont également des sujets qu’on retrouve dans ce recueil.

En quoi la poésie targuie d’au- jourd’hui diffère de l’ancienne ?

La poésie ancienne est extraordinaire comparée à celle d’aujourd’hui. Elle s’est beaucoup dégradée.

La culture targuie est-elle menacée ?

L’avantage des Touaregs est qu’ils sont artistes de père en fils. Hélas, cette richesse culturelle s’érode de plus en plus. Auparavant, les poètes récitaient leurs poèmes dans une rencontre cultu- relle appelée l’Ahal. Malheureusement, de nos jours, ce rendez-vous poétique et musical n’est plus. Aujourd’hui, il

n’existe aucun espace pour perpétuer cette culture orale, ce qui a conduit à des pertes vraiment regrettables.

Que faut-il faire pour préserver et promouvoir ce précieux héritage culturel ?

Il faut lui donner de la visibilité au même titre que les autres cultures. Un travail de tra- duction serait d’un grand apport. Il convient aussi d’impliquer massivement les médias lourds afin de porter ce patrimoine au delà de nos frontières. Bien sûr, l’organisation de ma- nifestations culturelles de manière régulière permettra également de sauvegarder et valoriser cette culture.

Réalisé par : Mourad Mancer

à Tamanrasset. Après deux ou trois périples, j’ai décidé de m’installer dans cette magnifique région. Lors d’une veillée au Tassili N'Ajjer, un vieux guide targui m’a récité des poèmes de l’un de leurs grands poètes. J’étais vraiment émerveillée. C’est ce qui m’a poussé à mener des recherches sur cette poésie. Chose qui de- mande des moyens logistiques importants car il fallait sillonner le désert et parcourir de longues distances pour rencontrer les poètes. Pour ce faire, la Maison de la culture et l’Of- fice du parc national de l'Ahaggar m’ont ac- cordé une subvention. Une expérience très difficile qui exige énormément d’efforts, mais qui en valait la peine.

E N T R E T I E N
E N T R E T I E N
LE COIN DU COPISTE
LE COIN DU COPISTE

A ï n M a d h i

b e r c e a u

  • d e l a T i d j a n i a

  • l Venant d'Alger et après avoir longé une série de petites montagnes

pierreuses couleur miel, la route menant de Djelfa à Laghouat arrive à la vallée du M'zi, d'une largeur impressionnante. Après Laghouat et ses crêtes rocheuses, direction vers le sud-ouest. Sur pas moins de 60 km, la route est carrossable jusqu'à Ain Madhi, berceau de la confrérie Tidjania qui fut longtemps très puissante au Sahara et garde encore de l’influence en raison de la place qu’elle a prise et qu’elle occupe à ce jour au Soudan et dans les pays subsahariens. Commence alors ce que le peintre Eugène Fromentin, il y a bien plus d’un siècle, considérait comme le vrai Sahara, le grand désert, ce qui fait un peu sourire les Sahariens d’aujourd’hui qui ont vu le Tidikelt et les Ajjers. Pour accéder à Aïn Madhi par la route, on suit de loin la falaise rose ou ocre du djebel Milok, régulière, entaillée, de temps à autre par un triangle de verdure auprès de quelques maisons couleur du sol. de cette faille sort un léger cours d’eau auquel tout est dû. Après avoir traversé la luzernière et les plantations de Tadjemout —là où se trouve aujourd’hui le fameux barrage inféroflux—, et salué, au passage, la "qoubba" de Sidi-Athallah, bizarrement appelé "gouwwàd ech-chems" (le conducteur du soleil) nous nous trouvons bientôt devant la "grande porte" du ksar qui a si longtemps résisté à l’émir Abdelkader. Au milieu du XIX e siècle, c’était un ksar d’une centaine de maisons et de quelques cent cinquante jardins, pour une population qui avoisinait les sept cents habitants. Toute l’importance de ce fort, bien fortifié pour l’époque et le pays, venait de sa zaouia, la plus grande de la région. Vers 1730, naquit ici Ahmed Tidjàni, fils de Si Ahmed, serviteur d’un marabout surnommé El-Màdhi (le tranchant) parce qu’il tranchait les difficultés, installé près d’une source : Ain-el-Madhi. La visite d’Ain Madhi donne bien une impression de puissance un peu mystérieuse. Entre quatre piliers centraux qui soutiennent la coupole- lanterne de la mosquée de la zaouia, les quelques tombes, demeurées intactes, disparaissent sous les soieries. Des assiettes géantes de porcelaine sont incrustées dans les murs. Dans une armoire séjournent quelques manuscrits, mais non le fameux "Kounnache" (histoire de la vie de Si Ahmed et somme de ses enseignements).

Kamel Bouslama

EXPOSITION DU PHOTOGRAPHE KAYS DJILALI

LES CHAOUIS, L’AMOUR ET L A TERRE

Le palais de la culture Moufdi-Zakaria propose aux amoureux de la photographie de faire immersion dans la vie quotidienne de la société chaouie à travers une centaine de clichés de l'artiste photographe Kays Djilali. Intitulée «Aurès, patrimoine, mémoire et résistance», l'exposition est présentée par l'association Les amis de Medghacen. C’est un travail de plusieurs années où le photographe est allé à la conquête de la région chaouie et de ses caractéristiques qui font que l'exposition a pu révéler une aura qui se dégage des Aurès, merveilleuse- ment hospitalière, mais surtout, historiquement résis- tante grâce aux valeurs morales de ses habitants. Celles-ci, justement, ont été mises en valeur à travers les œuvres placardées sur les murs de la galerie Baya. Kays Djilali a mis en avant, en sus des fabuleux pay- sages naturels et architecturaux, la dimension humaine de la société chaouie. Il est parti à la recherche des gens simples, d'artisans, d'enfants, de vieillards et de tous

Ph : Neserine
Ph : Neserine

Légendées par Azzedine Guerfi, les photos présentent des héros locaux, des acteurs de la guerre de Libération nationale, des pionniers de la chanson chaouie, des écrivains, des comé- diens, des peintres, des artisans, des éleveurs, des gardiens de sites protégés, mais aussi des collectionneurs et des amoureux de la chasse. Toutes ces rencontres faites à Batna, Khenchla, Oum El Bouaghi et Biskra ouvrent des fenêtres sur la géogra- phie, l'histoire, l'architecture, la faune, la flore; les thermes,

les sites, les forets de la région chaouie. Rencontré à l'is- sue du vernissage de l'exposition qui a vu la présence d'un nombreux public, Kays Djilali précise que la rencontre de l'homme et de la femme chaouis se passe en deux étapes, et qu'il faut faire preuve de patience. «D'emblée, les Chaouis semblent rudes, il faut aller découvrir ce qui se cache derrière pour découvrir la grande douceur, le sens de l'hospitalité, la grande tolérance et la joie de vivre. J'ai travaillé avec Hadda la danseuse qui est respectée dans son village. Elle est intégrée dans la société sans le moindre tabou, les Chaouis sont un exemple de tolérance artistique», a-t-il fait savoir avant d'espérer voir un beau jour l'épanouissement touristique de cette région d'excep- tion. «Les Algériens, notamment les jeunes, s'intéressent de plus en plus à découvrir le fond de l'Algérie, à l'exem- ple de Tamanrasset et Timimoun, il serait bien de décou- vrir la région chaouie qui regorge de potentiel

touristique», a-t-il ajouté. Il y a lieu de noter que cette exposition devrait se pro- duire dans neuf pays du monde à commencer par le Vene- zuela, suite à une entente trouvée avec l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel AARC. Photographe professionnel depuis de nombreuses années, il a exposé dans de nombreux pays, à l'exemple du Maroc, Pékin, Prague ou encore Moscou. Ses photographies illustrent également une dizaine d'ouvrages et de beaux livres.

Kader Bentounès

ceux qui, en dépit de la dépression de la ville, parvien- nent à garder une relation intime avec la terre qui les a vus

naitre. Une palette de photos qui propose un visage humain à la fois réel et contemporain, mais aussi ancestral et authen- tique de cette région d'exception. Ce sont des hommes et des femmes, tous âges confondus, ayant attiré l'attention du pho- tographe de part l'émotion qu’ils dégageaient, et on peut confirmer que les photos exposées parlent un langage émo- tionnel tantôt explicite, tantôt énigmatique.

  • 18 Régions société des ciments d’Aïn el-KebirA

EL MOUDJAHID

18 R égions société des ciments d’Aïn el-KebirA EL MOUDJAHID Entrée en Bourse C’est en présence

Entrée en Bourse

C’est en présence du wali de Sétif, Mohamed Bouderbali, du président de l’APW, du directeur général de la Bourse d’Alger, Yazid Benmouhoub, du président-directeur général de la Société des ciments d’Aïn El-Kebira (SCAEK) et des représentants des banques et institutions financières, de même que de nombreux opérateurs économiques et cadres de la société, que s’est tenue, jeudi dernier à Sétif, la journée «Road Show» tendant à faire connaître l’opération d’ouverture de capital de cette société et son entrée en Bourse.

  • L a rencontre qui s’est tenue à la maison de la culture houari-boumediène a permis aux nombreux responsables

présents de s’enquérir, dans le détail, de cette grande opération qui fait suite à l’aval de la commission d’organisation et de surveil- lance des entrées de bourse (cosob) pour l’introduction en bourse de la société des ci- ments d’Aïn el-Kebira qui relève du groupe gicA, et qui n’a cessé de se distinguer par des avancées constantes aux différents plans de la production avec, en perspective, la mise en service prochaine d’une deuxième ligne qui se traduira par une production sup- plémentaire de 2 millions de tonnes. un bond qualitatif supplémentaire qui s’inscrit dans la stratégie mise en œuvre par le groupe gicA et qui permet donc à cette cimenterie, entrée en service en 1978, avec une capacité nominale de 1 million de tonnes de ciments, déjà pulvérisée pour atteindre plus de 1.300.000 tonnes actuellement, d’al- ler, grâce à cette nouvelle extension, vers une capacité de production de 3 millions de tonnes par année. Khaber laid, président-directeur général de cette société ne manque justement pas de se pencher sur tous ces axes qui font que la cimenterie d’Aïn el-Kebira constitue, au- jourd’hui, un maillon fort de la stratégie ini- tiée par le groupe veillant particulièrement à la protection de l’environnement, et la mise en service prochaine d’une seconde ligne permettra d’assurer une production supplé-

18 R égions société des ciments d’Aïn el-KebirA EL MOUDJAHID Entrée en Bourse C’est en présence

mentaire de 2 millions de tonnes de ciments par an. il s’agira de diversifier les produits pour aller vers la production d’autres ci- ments et répondre ainsi aux besoins en ci- ments spéciaux qui sont importés, ajoute le Pdg de la scAeK. Autant d’objectifs stratégiques qu’il dé- veloppera, ne manquant pas, dans ce contexte, de souligner la nécessité de garder une position de leader dans ce monde mar- qué par une concurrence rude. il fera état, tout comme le directeur des finances et du

budget, de la bonne santé de la société qui, énumérant avec fierté les résultats financiers, a réalisé 8,5 milliards de dinars de chiffre d’affaires, avec un résultat net après impôts de 3,3 milliards de dinars. la projection d’un film documentaire sera accompagnée par une intervention du directeur général de la bourse d’Alger qui fera état de l’importance et de l’impact qu’est appelée à produire cette entrée en bourse de la scAeK, qui permettra d’animer le marché secondaire de la bourse et sera sui-

vie prochainement par d’autres opérations analogues de sociétés publiques. «Avec l’in- troduction en bourse de la société des ci- ments d’Aïn el Kebira, nous allons fêter le premier milliard de dollars de capitalisation boursière», avait annoncé, la veille, le dg de la bourse d’Alger, lors d’une journée d’in- formation sur la souscription en bourse de cette filiale du groupe gicA, qui s’étalera du 16 mai au 13 juin 2016. une entrée en bourse qui consistera, pour le propriétaire de la société, en la dynamisa- tion du marché financier et, pour la société émettrice, la levée de fonds qui lui permet- tront de financer l’achèvement de son pro- gramme de développement, notamment la réalisation de la 2 e chaîne de production, de même que l’ouverture d’un nouveau canal de financement. en termes d’orientation stratégique, il s’agira d’augmenter la capa- cité de production de la société pour répon- dre à la forte demande de ciment avec une optimisation des coûts de production et une diversification de la gamme . c’est ainsi que 11.846.000 actions seront

émises entre le 15 mai au 13 juin 2016 pour un montant d’émission de l’ordre de 18.953.600.000 dinars et a raison de 1.600 dA l’action. la répartition du nombre global des actions consacre 37% à l’investissement institutionnel, 1% aux cadres et personnels de la société, 37% pour les personnels phy- siques et 25% pour les personnes morales.

F. Zoghbi

Publicité

18 R égions société des ciments d’Aïn el-KebirA EL MOUDJAHID Entrée en Bourse C’est en présence

Ath Yenni : Premier sAlon locAl de l’Agriculture de montAgne

Promouvoir le produit du terroir

18 R égions société des ciments d’Aïn el-KebirA EL MOUDJAHID Entrée en Bourse C’est en présence

le premier salon local de l’agriculture de montagne s’est ouvert, jeudi dernier, au niveau de l’espace culturel mouloud-mam- meri dans la commune d’Ath Yenni, une trentaine de kilomètres au sud-est du chef- lieu de wilaya de tizi ouzou. organisé par l’assemblée populaire de ladite commune, en collaboration avec la subdivision agri- cole de la daïra éponyme, ce premier salon local de l’agriculture de montagne s’assigne comme objectif la vulgarisation de tous les produits du terroir, et offrir des opportunités de développement de l’agriculture de mon- tagne, une activité fortement prisée par les populations de toutes les localités monta- gneuses de la wilaya de tizi ouzou. ce salon constitue aussi une opportunité pour les agriculteurs locaux d’écouler leurs pro- duits agricoles et d’élevages, selon les ini- tiateurs de cette louable et non moins importante manifestation de promotion des produits du terroir. une vingtaine d’agricul- teurs ont pris part à ce premier salon local de l’agriculture de montagne où différents produits, agrumes, légumes, lait, huile, miel… étaient exposés et proposés à la vente aux visiteurs. ce salon est, pour ses initiateurs, «un coup d’essai», d’où sa durée

courte, de deux journées seulement. en at- tendant la prochaine édition, cette première expérience a été une réussite dès lors qu’elle a permis aux agriculteurs et à la population de se rencontrer dans la convivialité, et de se partager le savoir-faire dans le domaine de l’agriculture de montagne dans toutes ses facettes. Au programme de ce premier salon local de l’agriculture de montagne, les or- ganisateurs ont initié des rencontres-débats entre les agriculteurs de la région et les re- présentants des organismes d’aide à la créa- tion de micro-entreprises, à savoir l’AnseJ, Angem et cnAc, qui ont eu lieu au ni- veau de la salle de l’espace culturel mou- loud-mammeri, et un séminaire sur la promotion de l’agriculture de montagne d’Ath Yenni, animé par des universitaires, des chercheurs et des spécialistes dans le monde agricole et animal. «l’agriculture de montagne au service du développement du- rable», «rage et brucellose», «l’apiculture, des différents programmes des formations agricoles» et de «l’importance de l’oléicul- ture en Kabylie», tels étaient les thèmes des communications données durant ce sémi- naire.

Bel. Adrar

El Moudjahid/Pub du 16/05/2016

lundi 16 mai 2016

29 EL MOUDJAHID Vie pratique Vie religieuse PENSéE horaires des prières de la journée du lundi
29
EL MOUDJAHID
Vie pratique
Vie religieuse
PENSéE
horaires des prières de la journée du lundi 9 chaâbane 1437
correspondant au 16 mai 2016 :
14/05/2013 -
14/05/2016
-
Dohr … 12h45
.........
..............
-
Asr 16h34 ..............................
- Maghreb 19h53 .....................
Cela fait trois années
que nous à quittés notre
très chère mère et sœur
adorée la regrettée,
- Ichaa……………… 21h27 ...
Mardi
10
chaâbane
1437
correspondant au 17 mai 2016 :
- Fedjr
........................
03h56
- Echourouk
.................
05h39
Nassima HABLAL,
moudjahida, grande
militante de la cause
nationale, secrétaire
de Abane Ramdane
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
En ce douloureux souvenir, nous
demandons à tous ceux et celles qui l’ont
connue et aimée, en particulier ses sœurs et
frères de combat, d’avoir une pieuse pensée
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
à sa mémoire et de prier Dieu le Tout-
Puissant de lui accorder Sa Sainte
Miséricorde et de l’accueillir en Son Vaste
Paradis, Inch’Allah.
Nous ne t’oublierons jamais Nassima, tu
resteras gravée dans nos cœurs jusqu’à
l’éternité
Président-Directeur Général
de la Publication
Achour Cheurfi
« À Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons. »
El Moudjahid/Pub du 16/05/2016
Directeur de la rédaction
Mohamed Koursi
rédacteur en chef
Kamal oulMAne
DireCtion GenerAle
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DireCtion De lA reDACtion
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
internet : http://www.elmoudjahid.com
e-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BureAuX reGionAuX
ConstAntine
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
orAn
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
AnnABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
El Moudjahid/Pub du 16/05/2016
BorDJ Bou-ArreriDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Demandes d’emploi
Tél/Fax : (035) 68.69.63
siDi Bel-ABBes
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
El Moudjahid/Pub du 16/05/2016
BeJAiA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
PENSéE
tiZi ouZou :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
19/05/2015
Jeune homme, titulaire d’un master en
Génie Civil, option construction, année
2015, université USTHB. Expérience
professionnelle : formateur de logiciel
Robot bat. /Maîtrise AUTOCAD, Robot bat,
logiciels informatiques (Word, Excel),
cherche emploi dans la spécialité ou
autres domaines.
tleMCen :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
19/05/2016
Mob : 0552 60 27 95
MAsCArA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
Cela fait une année
que nous a quittés pour
un monde meilleur
notre très cher père
E-mail : hichem-pippo@outlook.fr
——0o0——
Centre Ain-DeflA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PuBliCite
Hadj Ramdane
J.h., 28 ans, master GC - option
construction année 2015 maîtrise logiciels
: Autocad, Robot Bat. Maîtrise l’outil
informatique, cherche emploi.
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de
Publicité “ANEP”
AlGer : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
Fekrache
Contacter le : 0552 60 27 45
0554 92 74 23
orAn : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
Cette disparition
silencieuse nous a
laissé un très grand vide que nous ne
pourrons jamais combler.
Nous demandons à tous ceux qui l’ont
connu et aimé d’avoir une pieuse pensée
à sa mémoire.
——0o0——
AnnABA :
7, cours de la Révolution
h., 53 ans, ex-conducteur de travaux,
ex-métreur-vérificateur, chef de service, 20
ans d’expérience prof. BTPH-TCE-
réalisation projets - suivi et contrôle,
ingénieur de formation, cherche poste en
rapport.
Allah yarahmak ya papa
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Tél. : 0657.18.37.59
Régie publicitaire
——0o0——
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
Ta femme, tes enfants, tes petits-
enfants qui ne t’oublieront jamais.
ABonneMents
J.h. cherche emploi comme agent d’ad-
ministration.
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service commercial
« À Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons. »
Contacter le 0799 90 78 12
——0o0——
: 20, rue de la Liberté, Alger.
CoMPtes BAnCAires
Almagharibia
(0661) 31 - 53 –53
El Moudjahid/Pub du 16/05/2016
Agence CPA Che-Guevara - Alger
J.h. cherche emploi comme chauffeur
poids-lourd, axe Alger/Blida.
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
Tél. : 0555.36.73.10
CONDOLéANCES
0556.03.44.52
- Dinars : 605.300.004.413/14
——0o0——
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
J.h, 39 ans, cherche emploi comme
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
aide en maçonnerie dans société privée ou
étatique.
Edité par l’EPE-SPA
Le président et les membres du conseil
d’administration de la Caisse nationale d’assurance
E-mail : Mouh-59@hotamail.com
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
——0o0——
iMPression
Edition du Centre :
société d’impression d’Alger (siA)
J.F , 36 ans , cherche emploi comme
garde-malade ou nourrice aux environs de
Bordj El-Kiffan.
Edition de l’Est :
société d’impression de l’est, Constantine
chômage, ainsi que le directeur général, M. Taleb
Ahmed Chawki , et l’ensemble du personnel, très
affectés par le décès de la mère de Monsieur
FERNANE Toufik, cadre à la direction régionale de
Tél. : 0799 98.27.74
Edition de l’Ouest :
——0o0——
société d’impression de l’ouest, oran
Edition du Sud :
unité d’impression de ouargla (siA)
unité d’impression de Béchar (siA)
Diffusion
Centre : EL MOUDJAHID
tél. : 021 73.94.82
la wilaya de Tiaret , présentent à la famille de la
défunte leurs sincères condoléances et l’assurent en
cette pénible circonstance de leur profonde
compassion.
J.h , 34 ans, sérieux, licence en
sciences politiques (spécialité relations
est : sArl “soDiPresse” :
internationales), 3 ans d’expérience dans
l'administration, polyglotte : arabe, français,
anglais, espagnol, turc (notions de base),
maîtrise l'outil informatique, dégagé de
toute obligation nationale, cherche emploi
tél-fax : 031 92.73.58
Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte
Sa sainte miséricorde et l’accueille en Son vaste
Royaume.
« À Allah nous appartenons et à Lui nous
retournons. »
stable dans la wilaya d'Alger ou environs.
Tél. : 0798 67.75.36
ouest : sArl “sDPo”
tél-fax : 041 46.84.87 : sud : sArl “tDs”
tél-fax : 029 75.02.02
——0o0——
france : iPs (international Presse service)
tél. 01-46-07-63-90
J.h., 33 ans, ingénieur d’Etat en
agronomie (culture pérenne) cherche
emploi.
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation ..
Tél. : 0558 61 41 05
El Moudjahid/Pub
Anep 416705 du 16/05/2016
El Moudjahid/Pub du 16/05/2016
Lundi 16 Mai 2016
El Moudjahid/Pub du 16/05/2016

Sports

30

EL MOUDJAHID

COUPE D’ALGÉRIE DE BASKET-BALL (DEMI-FINALES)

Le GS Pétroliers en F I N A L E

ESPAGNE

Le Barça décroche son 24 e titre

Le GS Pétroliers a rejoint l’US Sétif en finale de la coupe d’Algérie de basket-ball (seniors messieurs) en s’imposant sur le fil face à une héroïque équipe du NA Hussein-Dey (88-85), en demi-finale disputée samedi à la coupole du complexe olympique Mohamed-Boudiaf.

  • D ans un match marqué par beaucoup d’animosité et d’agressivité dans le jeu, avec notamment une décision d’arbi-

trage litigieuse lors de la dernière action de la rencontre, c’est le GS Pétroliers qui a pris le meilleur départ en s’appuyant sur ses points forts à savoir le jeu rapide en transition et ses pivots de grande taille en attaque placée, parve- nant à conclure les deux premiers quarts temps à son avantage : (21-18) au premier quart, et (48-42) à la mi-temps. «Au retour des vestiaires, les Pétroliers emmenés par Mohamed Harat (27 points) sont parvenus à maintenir l’écart et ter- miner le 3 e quart temps avec un avantage de six points (68-62).» Dans le dernier quart, c’est le meneur de poche du NAHD, Zaki Guermat, au- teur d’un match héroïque avec 30 points au compteur, qui sonne la révolte des siens en en- chainant les paniers à trois points, permettant à son équipe d’égaliser (85-85) à 1 minute 30 se- condes de la fin du match. «C’est ensuite au tour de Hocine Gaham (GSP) de briller lors de la dernière minute du match, inscrivant un shoot à deux points décisifs en sortie de temps mort, qui permet de donner 2 points d’avance à son équipe (87-85) à 18 secondes du terme. «Balle de match en main, les joueurs du NAHD par manque de lucidité ont laissé filer la qualifica- tion en perdant la possession du ballon à 7 se- condes du coup de sifflet ne parvenant même pas à prendre un dernier tir pour égaliser ou passer devant. «Les Pétroliers, tenant du trophée depuis 2011, concluent le match avec un lancer franc réussi de Halim Kaouane qui offre la vic- toire à son équipe (88-85). «L’entraineur du GS Pétroliers, Bilal Faid, s’est montré soulagé après

S ports 30 EL MOUDJAHID COUPE D’ALGÉRIE DE BASKET-BALL (DEMI-FINALES) Le GS Pétroliers en F I

la qualification de son équipe, qui, selon lui, a très mal géré la fin de match laissant le NAHD revenir dans la partie.» «C’est pas le première fois que nous laissons l’adversaire revenir dans le match après avoir dominé toute la rencontre, je m’attendais au retour du NAHD qui a fait un énorme match dans le dernier quart. Mes joueurs sont restés concentrés jusqu’à la der- nière minute pour arracher la qualification», a déclaré, Faid, à l’APS. «De son côté, le coach du NA Hussein-Dey, Djamel Rekik, très déçu après l’élimination de son équipe, a estimé que le manque de lucidité et surtout d’expérience

lors de la dernière possession de balle a couté la qualification aux Sang et Or. «Nous avons très mal géré la dernière possession de balle qui devait revenir à Guermat, mais je pense que c’est un joueur du GSP qui fait sortir la balle et la remise en jeu devait nous revenir. L’arbitre en a décidé autrement ; félicitations au GSP pour sa qualification», a déclaré Rekik. La pre- mière demi-finale, toute aussi disputée, qui s’est également déroulée samedi à la coupole, a vu la qualification de l’US Sétif au dépend du NB Staoueli sur le score de 80 à 75 (mi-temps : 35-35).

VOLLEYBALL : COUPE D’ALGÉRIE 2016 ( FINALE DAMES)

L’expérience du GSP fait la D I F F É R E N C E

Fiche technique Salle Harcha-Hacène (Alger). Affluence : moyenne. Bonne organisation.’ Arbitrage : Dalila Arzoug, Torkia Benamirouche, Kahina Benbeka et Rania Benmakhlouf. Score des sets : 1er set : 25-22 (GSP) 2e set : 25-23 (GSP) 3e set : 25-13 (GSP)’’ Les équipes :

Groupement sportif des pétroliers :

Hammouche Salima (Libéro), Chettout Kahina, Amrani Ahlam, Khamtache Amel, Djebbar Asma, Belhocine Sara, Bensalem Zohra, Attouche Djouher, Me- rouane Nesrine, Boukhima Safia, Oudni Yasmine, Mezemat Aïcha. Entraîneur : Rabia Kamel.’ Nedjmet Chlef : Guimour Zahra, Tamelloulet Sabrina, Achour Ha- kima, Touil Zahra, Djoualeh Djedjiga, Meheni Kawther, Rabah-Mazari Bakhta, Saïd Sara, Chenouf Naïma, Traiche Fatima- Zohra, Djakmim Boutheïna (Li- béro), Achour Dalal Marwa.’ Entraîneur : Medjber Khaled. «Le manque d'expérience a été fatal au NR Chlef, en finale de la 49 e édition de la coupe d'Algérie

S ports 30 EL MOUDJAHID COUPE D’ALGÉRIE DE BASKET-BALL (DEMI-FINALES) Le GS Pétroliers en F I

(seniors dames) de volley-ball, disputée samedi à la salle Harcha- Hacène (Alger) et remportée fina- lement par le GS Pétroliers (3-0). Les jeunes Chélifiennes n'avaient, en effet, rien à envier aux Pétro- lières sur le plan de l'engagement de la détermination et de la qualité de jeu, sauf qu'elles n'ont pas géré les tournants décisifs de cette finale aussi bien que leurs homologues algéroises. "Nous avons fait un bon match dans l'ensemble et je suis sa- tisfait du rendement de mes joueuses. La seule chose dans la- quelle elles ont plus ou moins

pêché, c'est la gestion des moments forts de la rencontre, et c'est cela qui a fait la différence" a estimé le coach du NRC, Khaled Medjber. Le NRC a en effet opposé une fa- rouche concurrence au GSP, parti- culièrement pendant les deux premiers sets, marqués par des scores étriqués : (8-6), (12-12), (16-12), (18-18), (22-20) et même (23-23), avant de s'effondrer au finish. Les protégées du coach ,Medjber, avaient même dominé l'entame du 3e set, menant (3-2), puis (5-2) avant de subir le retour dévastateur du GSP, ayant encore

une fois fait la différence dans la dernière ligne droite. "Les Chéli- fiennes ont été très coriaces et nous ont posé de gros problèmes tout au long de cette rencontre, mais à aucun moment nous n'avions douté. J'ai même évité d'exercer la moindre pression sur mes joueuses, pour ne pas les perturber" a expli- qué à l'APS l'entraîneur des Pétro- lières, Kamel Rabia. Un coaching judicieux, puisque les coéquipières de Salima Hammouche ont évolué dans des conditions favorables, grâce auxquelles elles se sont im- posées (25-22, 25-23, 25-13). Mal- gré la défaite, l'entraîneur du NRC est resté positif, considérant "avoir une jeune équipe qui a de l'ave- nir".’ Côté Pétroliers, Rabia s'est dit "très heureux de remporter cette Coupe", la 9e consécutive depuis 2008 et la 26e en incluant le pal- marès de l'ex-MC Alger.

CHAMPIONNAT NATIONAL DE GYMNASTIQUE ARTISTIQUE

Les athlètes d’Alger et de Saïda dominent

Les athlètes des wilayas d’Alger et de Saida ont dominé la deuxième phase du championnat national de gymnastique artistique des petites catégories filles, abritée par la salle sportive "Souih Salem" de Saida. Cette compétition, organisée par la ligue de wilaya et la Fédération algérienne de gymnastique, a vu la domination de Smati Widad du club Baladiet Saida chez les benjamines, suivie de Ghizlane Allal du même club et Alache et de Imene d’Alger en deuxième place ex-aequo. Chez les minimes filles, la gymnaste, Taslim Benslimane d’Alger a remporté la première place devant Azouz Aya de Baladiet

Saida et Kamilia Alache d’Alger en 3 e position. Chez les cadettes, la victoire est revenue à Amira Ham- douche d’Alger, alors que Lamis Mezough du MC Saida a occupé la deuxième place suivie de la gym- naste Maria Hamza d’Alger. Cette compétition a réuni 50 gymnastes représentant des benjamines, minimes et cadettes de dix clubs des wilayas d’Al- ger, Béjaia, Sidi Bel-Abbès, Saida, Ain Defla et Oran. Les filles vainqueurs de cette phase prendront part au Festival national de gymnastique artistique prévu à Alger.

Le FC Barcelone a décroché son 24 e titre de champion d'Espagne, samedi, lors de la 38 e et dernière journée de la saison 2015-2016, devançant le Real Madrid grâce à une victoire (3-0) à Grenade et un triplé de Luis Suarez, sacré meilleur buteur. Après avoir survolé la Liga pendant sept mois, puis manqué de tout perdre en avril, le Barça a tenu bon dans une fin de saison haletante, avec l'appui de son avant-centre uruguayen, auteur de 14 buts sur les cinq dernières journées et de 40 unités au total. Le club Blaugrana (1 er , 91 pts) a résisté au retour du Real Madrid (2e, 90 pts), qui a battu en vain La Corogne (2-0) avec un doublé de Cristiano Ronaldo. Le Barça peut désormais boucler sa saison sur un doublé s'il remporte la finale de la Coupe du Roi, le 22 mai contre Séville.

SUR UNE SAISON AVEC 36 UNITÉS

Higuain bat le record de buts

L'attaquant argentin de Naples, Gonzalo Higuain, a battu samedi le record de buts marqués en une saison de Serie A avec 36 réalisations, grâce à un triplé contre Frosinone. Avec ces 36 buts, Higuain fait mieux que le Suédois, Gunnar Nordahl, en 1950 avec l'AC Milan. La performance de Higuain est d'autant plus remarquable qu'il a été freiné en fin de saison par trois matches de suspension (32e, 33e et 34e journées). A 28 ans, l'attaquant argentin est au sommet de son art pour sa troisième saison avec Naples, qui jouera la saison prochaine en Ligue des Champions grâce à une deuxième place, qui doit beaucoup aux buts de son avant- centre. Lors de ses deux premières saisons napolitaines, l'ancien avant-centre du Real Madrid avait marqué 17 et 18 buts en Serie A. Avant Higuain, seul Luca Toni avait réussi à passer la barre des 30 buts en championnat d'Italie depuis 1959. Il en avait marqué 31 avec la Fiorentina lors de la saison

2005-2006.

HANDISPORT : VOLLEYBALL ASSIS

L’association sportive « Mohamed Boudiaf » d’Oran sacrée

L'association sportive "Mohamed Boudiaf" d'Oran a été sacrée championne d'Algérie de volley-ball assis/hommes, à l'issue du tournoi play-off, qui a pris fin samedi, au palais des sports "Hamou Boutlélis" d’Oran. L'association "Mohamed Boudiaf" réalise ainsi son 9ème titre consécutif de champion d’Algérie et domine cette discipline. «Cette phase finale, organisée deux jours durant par la ligue oranaise en col- laboration avec la Fédération algérienne de handisports, a regroupé les quatre clubs classés premiers à l’issue de la première phase du cham- pionnat disputée en six tournois, à Oran, Ouargla, Médéa, Chlef, Batna et Souk Ahras.’ Il s'agit de l'association "Mohamed Boudiaf" d’Oran, du club Sportif de handisport d’Ouargla, le Raja de Batna et l'associa- tion sportive d'Ain Merane de Chlef. Cette compétition s’est clôturée par une cérémonie de remise de trophées et médailles aux vainqueurs, en présence de membres de la Fédération algérienne de handisports et de représentants de la direction de la Jeunesse et des Sports de la wilaya d'Oran.

Lundi 16 Mai 2016

Sports

31

EL MOUDJAHID

LIGUE 1-MOBILIS (28 e JOURNÉE - MISE À JOUR)

JS SAOURA - CRB : AUJOURd’hUi, à BéChAR, 18h

F a v o r a b l e a u x L O C A U X

La 28 e journée de la Ligue 1-Mobilis a été tronquée du match JS Saoura-CRB, comme on le sait, en raison de l’impossibilité du CRB de se rendre à Béchar, vu les conditions climatiques des plus déplorables.

  • L avion qui transportait les Belouizdadis a été obligé de rebrousser che-

min. Par conséquent, la Ligue de Football Professionnel a re- programmé cette rencontre pour aujourd’hui lundi au stade du 20-Août 55 de Béchar, à partir de 18h00 en raison de la chaleur qui y sévit actuellement. Il est clair que cette rencontre s’avère indécise, même si les locaux partiront avec les faveurs des pronostics, eu égard au fait qu’ils vont s’exhiber devant leurs fans. Les deux formations évolueront avec leurs meilleurs atouts. Il faut admettre que cette équipe du Sud du pays est sur une phase pour le moins eupho- rique, car étant sur une série de matches victorieux. La victoire, au stade de Bologhine, devant le leader, l’USM Alger (2 à 1) leur avait permis de se requin- quer le moral. Aujourd’hui, cette équipe de la JS Saoura ne perd pas et a fortiori à domicile. Avant le déroulement de cette 28e journée, elle occupait la deuxième place en compagnie de la JSK avec 41 pts chacune. Comme la JSK a gagné, à Bouakeul (Oran), face à l’ASMO (1 à 0), la JSS n’est plus sur le podium. Elle est obligée de réaliser un bon résul- tat aujourd’hui, devant son pu- blic, face à cette redoutable formation du CRB qui n’a pas encore remisé ses ambitions. En

S ports EL MOUDJAHID LIGUE 1-MOBILIS (28 JOURNÉE - MISE À JOUR) JS SAOURA - CRB :

effet, les Belouizdadis rêvent toujours de monter sur le po- dium et même prendre la deuxième place qui est convoi- tée par tous. Alain Michel fait de cette place de dauphin un vé- ritable challenge, surtout que la formation de Laâqiba avait raté l’autre objectif du club : la coupe d’Algérie. Il est certain que cette em- poignade comptant pour la mise à jour de cette 28e journée sera

très animée entre les deux pro- tagonistes. Toutefois, et selon la grande majorité des observa- teurs, cette équipe de la JS Saoura ne perd que rarement at- home. D’ailleurs, les « Canaris» avaient vérifié cela à leurs dé- pens en se faisant battre sur le net score de 3 à 0 au stade du 20-Août 55 de Béchar. Par conséquent, il sera très difficile aux Belouizdadis de s’en tirer

sans « casse ». Toujours est-il, cette empoignade sera très im- portante pour les locaux en vue de reprendre la deuxième place

qu’il vient de perdre au profit de la JSK. Cette sortie sera très suivie par les fans locaux et aussi les amateurs de la balle ronde, notamment les suppor- ters de la JSK qui tiennent à cette deuxième place.

H. Gharbi

JSK : OUVERTURE DU MERCATO

Plusieurs joueurs C I B L É S

Malgré un début de saison, pour le moins difficile, la JS Kabylie est en pole position pour s’emparer de la seconde place au championnat, synonyme de participation à la ligue des champions d’Afrique. Dans le but de se renforcer en prévision de la compétition continentale, la forma- tion kabyle est l’une des premières à ouvrir le mercato estival. Ainsi, le président Hannachi, très déçu par le recrutement de l’an dernier, a d’ores et déjà entamé des négociations avec les éléments susceptibles de répondre aux pro- fils recherchés par son staff technique. A en croire la direction du club, la JSK va

connaître un lifting de fond en comble au niveau de son effectif. Au niveau de la dé- fense, les dirigeants ont déjà obtenu l’ac- cord de principe de l’arrière centre du MO Bejaia, Mebarakou, et du latéral droit de la JS Saoura, Amrane. Au milieu du terrain, Bentiba (ASM Oran) et Ait Ouameur (USM Harach). Pour ce qui est du compartiment offensif, Benkablya (ASMO) est la pre- mière recrue, en attendant l’arrivée d’un autre élément en attaque. On parle de Ham- zaoui (MOB) et d’un attaquant africain pour pallier un éventuel départ de Diawara. Par ailleurs, on parle au sein du club du probable retour d’anciens joueurs. Notam-

ment les deux Belouizdadis, Assellah, en fin de contrat, et le défenseur central, Khel- lili. Le premier dit vouloir revenir, en cas de départ de Doukha, alors que son coéqui- pier au CRB, encore sous contrat, serait prêt à faire des concessions pour réintégrer l’ef- fectif de la JSK. Pour rappel, des négocia- tions avaient déjà été entreprises lors du mercato hivernal entre Khellili et Hannachi. Celui-ci serait le remplaçant idéal en cas de départ de Malo. À en croire la presse spécialisée, la JSK serait, en tout et pour tout, en contact avec une vingtaine de joueurs.

R. M.

CHAMPIONNAT AMATEUR (GR. EST)

L’US Biskra en Ligue 2

S ports EL MOUDJAHID LIGUE 1-MOBILIS (28 JOURNÉE - MISE À JOUR) JS SAOURA - CRB :

L'US Biskra, vainqueur de l'USM Khenchela (3-1), vendredi, lors de la 29 e journée du championnat d'Algérie amateur de football, groupe Est, accède en Ligue 2 Mobilis. A la faveur de cette victoire, l'US Biskra (59 points), est assurée de terminer à la première place du classement, alors que son poursuivant direct, l'USM Annaba, a fait match nul face à l'AB Merouna (0-0).

Résultats E Collo - CR Village-Moussa US Biskra - USM Khenchela AB Merouana - USM Annaba
Résultats
E Collo - CR Village-Moussa
US Biskra - USM Khenchela
AB Merouana - USM Annaba
USM Aïn Beïda - US Tébessa
HB Chelghoum Laïd - ES Guelma
NRB Touggourt - NC Magra
1-1
3-1
0-0
2-0
0-0
1-2
Hamra Annaba - MSP Batna 3-0
Classement
Pts
J
1). US Biskra
59
29
2).
USM Annaba
55
29
3). E. Collo
4). MO Constantine
--). NC Magra
6). NRB Touggourt
--). HAMRA Annaba
8). AB Merouana
9). AS Aïn M'lila
10). USM Khenchela
--). US Tébessa
--). HB Chelghoum Laïd
--). CR Village-Moussa
14). ES Guelma
--). USM Aïn Beïda
16). MSP Batna
48
29
43
28
43
29
38
29
38
29
36
29
35
28
34
29
34
29
34
29
34
29
32
29
32
29
7
29
DANS LA LUCARNE
DANS LA LUCARNE

C o n t r e l e d o p a g e

l Ces derniers temps, on ne parle que de ce procédé (dopage) qui permet aux « tricheurs » de décupler

leurs performances physiques, au point de tenir sur un terrain aussi longtemps que possible, sans voir leurs forces décliner ou les trahir. Le dopage est devenu un véritable phénomène, même s’il l’a toujours été depuis que le « chimique » avait fait son apparition dans le sport pour améliorer les capacités et l’endurance des athlètes à travers le monde. On se dope, comme dirait l’autre, avec tout. Le sport de compétition est ainsi fait, car étroitement lié à l’argent. En dépit de la lutte implacable de l’AMA et des différentes institutions comme l’IAAF, le CIO, la FIFA… contre ce fléau, il est toujours là comme une tache indélibile. Chez nous, la commission médicale de la FAF a fait plus de 1300 tests antidopage, attrapant seulement cinq joueurs. Les autres sont-ils passés sans « casse » à travers les mailles » du filet ? Personne ne peut y répondre avec exactitude. Car les tests sont très coûteux, surtout par leur régularité. C’est ce que la LFP a fait pour sauvegarder la santé des athlètes algériens. Après les cas de Belaïli, Merzougui, Ghassiri, Amrous, Boussaïd, on n’en avait pas attrapé de nouveaux. Tout le monde avait estimé que nos footballeurs, qui se sont dopés, parfois, à leur insu ou par méconnaissance, ont compris la leçon, puisque le dopage est très dangereux pour leur santé. Une accalmie qui montre un peu que les efforts consentis, çà et là, ont commencé à donner leurs fruits en parvenant à dissuader d’éventuels amateurs de ce genre de procédés. Il est clair que les séminaires de formation organisés conjointement par la FAF et la LFP pour la formation de médecins au niveau de nos clubs avaient poussé ces derniers à se secouer. Malgré cela, le football algérien est confronté de nouveau à ce phénomène, puisqu’un joueur de l’USMA, à qui on avait demandé de faire un test antidopage par la commission médicale du club, avait tout simplement refusé. Le refus signifie qu’il s’agit d’un cas « positif » dans les règles de l’art. Car, faut-il le rappeler, dans tous les cas, le refus de passer un test antidopage équivaut automatiquement à un cas positif et cela dans tous les pays du monde. Cela n’est pas spécifique aux clubs algériens seulement. Il faut mettre en exergue le côté professionnel du club de l’USMA dont les dirigeants ont pris la louable initiative de faire eux-mêmes les tests antidopage pour leurs joueurs. On peut même dire qu’ils sont les premiers à le faire. Les tests qu’ils peuvent effectuer sont pris au sérieux et reconnus, sinon, il n’y a pas lieu de les faire. Ceux qui affirment qu’il s’agit de tests « officieux » n’ont rien compris à la procédure suivie par le club usmiste, « échaudé » par le cas Belaïli. Il est de leur droit de mettre tout un arsenal pour que la lutte antidopage ne soit pas une vue de l’esprit ou seulement pour frimer. C’est du sérieux ! Et les spécialistes ne comprennent pas l’attitude du joueur qui a refusé de faire le test. Les arguments relatifs au fait qu’il était mécontent par- ce que l’entraîneur ne le faisait pas jouer depuis une longue période, qu’un parent à lui était malade, ne tiennent pas la route. La lutte contre le dopage est loin d’être une mince affaire. Et chaque joueur à qui on demande de passer des tests doit le faire sans rechigner, sinon il est considéré de facto comme s’étant dopé. C’est comme les athlètes de haut niveau à qui l’IAAF demande, lorsqu’ils sont en stage, aussi bien localement qu’à l’étranger, de fournir des informations minutieuses sur leur calendrier, l’heure de leur entraînement, le lieu de stage, l’adresse de l’hôtel… C'est-à-dire fournir toutes les informations possibles et inimaginables de l’athlète. Si, par malheur, les contrôleurs de l’IAAF ne les trouvent pas à l’entraînement suivant le calendrier qu’ils auront transmis, ils seront considérés tout simplement comme s’étant dopés. Et là personne ne peut les défendre. Nos footballeurs doivent faire très attention avec les tests antidopage. Ce n’est pas de la rigolade.

Hamid Gharbi

T

O P S

NOUVEAU SG DE LA FIFA

Fatma Samoura « Un jour formidable »

La nouvelle secrétaire générale de la Fédération internationale de football (FIFA), la Sénégalaise Fatma Samoura, a qualifié sa nomination au sein de l'instance dirigeante du football mondial de "jour formidable". "C'est un jour formidable pour moi, je suis honorée d'occuper ce poste de secrétaire générale de la FIFA", a déclaré Fatma Samoura, quelques minutes après sa nomination. "Je suis impatiente d'apporter mon expérience en matière de gouvernance au service de cet important travail de réforme déjà engagé", a-t-elle ajouté. La Sénégalaise de 54 ans était jusqu'à présent diplomate aux Nations unies. Après avoir débuté sa carrière au sein du Programme alimentaire de l'ONU à Rome en 1995 comme responsable logistique, M me Samoura a occupé différents postes de responsabilité pour l'ONU dans six pays, Djibouti, Cameroun, Tchad, Guinée, Madagascar et Nigeria, a précisé la FIFA. Elle parle français, anglais, espagnol et italien.

Lundi 16 Mai 2016

Ph. : Wafa

Ph. : Wafa FÉDÉRATION INTERNATIONALE ANTI- CORRUPTION SPOR TIVE M. Abdelghani Hamel honoré Le Directeur Général de

FÉDÉRATION INTERNATIONALE ANTI- CORRUPTION SPOR TIVE

M. Abdelghani Hamel honoré

Le Directeur Général de la Sûreté nationale, le général major Abdelghani Hamel, a été honoré, hier à l’école supÉrieure de po- lice Ali-Tounsi, par le pré- sident de la Fédération internationale anti-corrup- tion sportive (FIACS), Mourad Mazar. en présence du minis- tre de l’Intérieur et des Collectivités locales, et de représentants du gouverne- ment, des walis d’Alger et de Tipasa, de diplomates et

de représentants de diffé- rentes institution, le prési- dent de la FIACS a précisé que ce

«couronnement revient à votre ex- périence et à votre connaissance de l’institution, acquise lorsque vous étiez dans le corps de l’ANP, et qui font de vous un responsable compé- tent et un précieux interlocuteur de notre fédération». Le premier responsable de la FIACS a félicité M. Hamel pour ses efforts dans la lutte contre la vio-

Ph. : Wafa FÉDÉRATION INTERNATIONALE ANTI- CORRUPTION SPOR TIVE M. Abdelghani Hamel honoré Le Directeur Général de

lence dans les stades, en particulier, précisant : «Je vous félicite, mon général, d’être le premier récipien- daire de cette brillante distinction

qui honore toute l’action humaine, généreuse et effi- cace que vous avez menée pendant toute votre vie pro- fessionnelle, et pour tout le bien que vous avez fait au- tour de vous. Je suis heu- reux de voir ainsi reconnue votre carrière faite de dis- tinction, de rectitude, de dévouement et de grande compétence.» M. Mazar a conclu :

«en vous remerciant de vos innombrables contribu- tions pour l’intégrité dans

le sport, j’ai le grand plaisir de vous remettre le trophée spécial du Jury de la Fédération in- ternationale anti-corruption spor- tive.»

Hamza Hichem

Le DG de la Sûreté nationale offre le trophée spécial du Jury de la FIACS au président Abdelaziz Bouteflika M. Abdelghani Hamel a offert le trophée spécial du Jury de la Fédé- ration internationale anti-corruption sportive, au Président Abdelaziz

Bouteflika.

H. H.

A S S E M B L É E D E L A B A N Q U E I S L A M I Q U E D E D É V E LO P P E M E N T

M. Benk halfa à Djakar ta

Le ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa, se rendra, aujourd’hui, à Djakarta (Indonésie) pour parti- ciper aux travaux de la 41 e session du Conseil des gou- verneurs de la Banque islamique de développement (BID), indique un communiqué du ministère des Fi- nances. Dans le cadre de cette 41 e session, qui se tiendra du 17 au 19 mai, le ministre prendra part aux assemblées annuelles des filiales de la BID qui sont la Société isla- mique d’assurance des investissements et du crédit à l’ex- portation (SIAICe), le Fonds de solidarité islamique de développement (FSID), la Société islamique pour le dé- veloppement du secteur privé (SID) et la Société interna- tionale islamique de financement du commerce (SIFC). en outre, M. Benkhalfa interviendra, au nom du groupe des pays arabes, et présidera les travaux de la 16 e réunion annuelle du haut conseil des fonds d’el-Qods et d’el-Aqsa, dont l’Algérie assure la présidence depuis 2005. Les réunions de cette 41 e session «se tiennent dans

un contexte particulier marqué par la mobilisation de res- sources substitutives et complémentaires aux revenus des hydrocarbures», note le communiqué. C’est dans ce contexte, poursuit-il, que les membres de la BID sont ap- pelés «à relever les défis du développement alors qu’ils sont eux-mêmes confrontés à des difficultés conjonctu- relles, voire structurelles, en dépit des progrès enregistrés dans la lutte contre le chômage et dans le soutien à la croissance». Par ailleurs, le ministre aura à rencontrer le président de la BID et les hauts responsables des institu- tions financières présents à ces assemblées, ainsi que cer- tains de ses homologues. La rencontre de Djakarta sera l’occasion pour les responsables du monde économique et financier des pays membres de la BID de passer en revue la situation économique et financière internationale et d’examiner particulièrement les perturbations aux- quelles sont confrontées les économies de ces pays.

CO N F É R E N C E M I N I S T É R I E L L E S U R L A L I BY E

M. Messahel à Vienne

Le ministre des Affaires maghré- bines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, Abdelkader Messahel, prend part, aujourd’hui à Vienne, à la conférence ministérielle sur la Libye, dont l’objectif est de «consolider les efforts de stabilisation dans ce pays», a indiqué, hier, le minis- tère des Affaires étrangères dans un communiqué. Cette 2 e conférence mi- nistérielle sur la Libye, qui intervient après celle tenue le 13 décembre 2015 à Rome, a pour objectif de «consolider les efforts de stabilisation dans ce pays et de conforter le soutien international au processus de règlement politique mené par les Nations unies pour le re- couvrement de la paix, de la sécurité et de la stabilité», a-t-on précisé de même source. La conférence, à laquelle M. Messahel participe, à l’invitation du se-

Ph. : Wafa FÉDÉRATION INTERNATIONALE ANTI- CORRUPTION SPOR TIVE M. Abdelghani Hamel honoré Le Directeur Général de

crétaire d’État américain, John Kerry, et du ministre italien des Affaires étran- gères, Paolo Gentiloni, verra la partici- pation, outre de M. Faïz Serradj, président du Conseil présidentiel li- byen, des ministres des Affaires étran- gères d’une vingtaine de pays, ainsi que les représentants des organisations internationales et régionales, selon le communiqué. Depuis le déclenchement

de la crise en Libye, pays voisin, l’Al- gérie avait «fortement» soutenu ce pro- cessus politique initié par les Nations unies, et avait, dans ce cadre, abrité, à la demande de l’organisation onu- sienne et des parties libyennes, plu- sieurs rencontres directes entre les partis politiques et activistes politiques, pour «rapprocher les points de vue entre les acteurs libyens et favoriser

une solution à travers le dialogue inclu- sif et la réconciliation nationale», a rap- pelé le ministère. M. Messahel avait effectué, le 20 avril 2016, une visite à Tripoli, et s’était entretenu avec le pré- sident et les membres du Conseil pré- sidentiel, réaffirmant, à cette occasion, «le soutien indéfectible de l’Algérie aux efforts du Conseil présidentiel en faveur du retour à la paix, à la sécurité et à la stabilité dans ce pays».

À L’ I N V I TAT I O N D U P R É S I D E N T A B D E L A Z I Z B O U T E F L I K A

Le Président Tomislav Nikolic en visite d’État à Alger

Le Président de la République de Serbie, Tomis- lav Nikolic, effectuera, à partir d’aujourd’hui, une visite d’État de trois jours en Algérie, à l’invitation du Président de la République, Abdelaziz Boute- flika, a indiqué, hier, la présidence de la République dans un communiqué. «Cette visite, la première d’un président serbe en Algérie, sera l’occasion pour les deux Chefs d’État de procéder à un large échange de vues sur les questions internationales et régionales d’intérêt commun», précise la même source. Le séjour du président Nikolic en Algérie permettra également aux deux parties d’examiner «les voies et moyens d’élargir et d’approfondir leur coopération bilatérale tra- ditionnelle et aussi de développer davantage le partenariat qui s’amorce entre les opérateurs algériens et serbes», ajoute le communiqué.

Ph. : Wafa FÉDÉRATION INTERNATIONALE ANTI- CORRUPTION SPOR TIVE M. Abdelghani Hamel honoré Le Directeur Général de

A N N I V E R S A I R E D E L’ I N D É P E N DA N C E D U PA R AG UAY

Le Président Bouteflika félicite le Président Horacio Car tes

Le Président de la République, Abdelaziz Bou- teflika, a adressé un message de félicitations à son homologue paraguayen, Horacio Cartes, à l’occa- sion de l’anniversaire de l’indépendance de son pays. «Il m’est particulièrement agréable, au mo- ment où votre pays célèbre le 205 e anniversaire de son indépendance, de vous adresser, au nom du peu- ple et du gouvernement algériens ainsi qu’en mon nom personnel, nos chaleureuses félicitations et mes vœux de bonne santé et de bien-être pour vous- même, et davantage de progrès et de prospérité pour le peuple paraguayen ami», a écrit le Chef de l’État dans son message. «C’est aussi l’occasion pour moi de vous réitérer mon entière disponibilité à œuvrer, avec vous, au renforcement des relations d’amitié et de solidarité entre nos deux pays», a ajouté le Prési- dent Bouteflika.

Ph. : Wafa FÉDÉRATION INTERNATIONALE ANTI- CORRUPTION SPOR TIVE M. Abdelghani Hamel honoré Le Directeur Général de
D I P L O M A T I E
D I P L O M A T I E

M. Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur du Tchad...

Le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopéra- tion internationale, Ramtane Lamamra, a reçu, à Alger, M. Haroune Bra- him Baharadine Haroune, qui lui a remis les copies figurées des lettres de créances l’accréditant en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plé- nipotentiaire de la République du Tchad auprès de la République algé- rienne démocratique et populaire, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

...

le nouvel ambassadeur du Pak istan...

Le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopéra- tion internationale, Ramtane Lamamra, a reçu, hier à Alger, Imran Yawar, qui lui a remis les copies figurées des lettres de créances l’accréditant en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République islamique du Pakistan auprès de la République algérienne démocratique populaire, indique le ministère des Affaires étrangères dans un commu- niqué.

...

et le nouveau représentant de l’OIM

Le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopéra- tion internationale, Ramtane Lamamra, a reçu, hier à Alger, M. Pascal Reyntejens, qui lui a remis ses lettres de Cabinet l’accréditant en qualité de représentant de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) auprès de la République algérienne démocratique et populaire, in- dique un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

H O M M AG E À C H E I K H B O UA M R A N E

U N E R É F É R E N C E I N T E L L E C T U E L L E

La disparition du professeur Cheikh Bouamrane est une grande perte. Il fut un de mes maîtres intellectuels. Il a formé plusieurs générations de chercheurs. Je retiens de lui plusieurs leçons fortes. La première est celle de la probité. Il don- nait la plus haute importance à la rectitude, à l’honnêteté, au respect des valeurs et de la pa- role donnée. La deuxième est celle de la pas- sion de transmettre, d’enseigner, d’éduquer, d’écrire. Il représente toute la vocation de l’intellectuel attaché à la spiritualité éclairée, du savant épris d’amour de la vérité et de la connaissance, au service du peuple et de la jeunesse. La troisième leçon à retenir est le respect du droit à la différence, le besoin

P r Mustapha Cherif (*)

d’être à l’écoute, de dialoguer, d’échanger. Il était attentif, humble et ouvert. A ses côtés, nous avons participé aux plus grands colloques internationaux sur le dia- logue des cultures, des religions et des civili- sations. Sa sagesse marquée toujours ses interlocuteurs. Il avait un haut sens de la Nation algé- rienne. Il visait rien de moins que la civilisa- tion et l’universel. Sa ligne doctrinaire était celle du juste milieu, de l’harmonie entre la foi et la raison, entre le spécifique et le global. Pour cela, il a étudié et écrit à propos des grands savants musulmans, d’Abu Hamed Ghazali à d’Ibn Rochd, d’Ibn Khaldoun à Mo- hamed Iqbal, de l’Émir Abdelkader à Abdel-

hamid Ibn Badis. Il se voulait réformiste et ré- formateur, profondément croyant et rationnel, philosophe et pieux, engagé et scientifique. Un savant total et complet. Il fut une réfé- rence intellectuelle qui a voué sa vie à garder vivant le patrimoine culturel du pays dans sa diversité et à combattre, par la production d’idées, loyalement et rationnellement, les ex- trémistes de tous bords. Il conciliait entre la tradition et la moder- nité, entre l’unité et la pluralité. Il fut une école du patriotisme, ayant été un des mem- bres historiques du scoutisme musulman. Il ne pratiquait pas la langue de bois. Respectueux du bien commun, il avait le sens de la critique constructive. est restée dans les annales son

opinion académique afin de ne pas confondre entre l'investissement dans les biens wakfs et l'argent de la zakat. Depuis sa jeunesse, il était préoccupé par le « Problème de la liberté hu- maine dans la pensée islamique » intitulé de sa thèse. Il était un savant rigoureux, qui conjuguait la transmission de l’héritage des anciens et la créativité pour notre temps. Cheikh Bouamrane, comme son prédécesseur le défunt professeur Abdelmadjid Meziane, était un savant exemplaire, un des dignes fils de l’Algérie.

-----

M. C.

(*) Philosophe et islamologue.