Généralités sur les fonctions

Voir des propriétés sur la calculette et de les démontrer par des calculs :
– ensemble de définition
– solutions d'équations et d'inéquations
– croissance et décroissance
– symétries
– maximum et minimum (par exemple 4+x² a 4 comme minimum)

A. Rappels
1. Image et antécédent
Une fonction f essaie d'associer à chaque réel x un unique réel noté f (x).
On dit alors que f (x) est l'image de x, et que x est un antécédent de f (x).
Si elle existe, l'image de x est unique, par contre un réel y peut avoir plusieurs antécédents.
On note : f : x ↳ f (x).
Exemple
Soit f : x ↳ x² + 2x + 3.
L'image du réel – 3 est f (– 3) = (– 3)² + 2 × (– 3) + 3 = 9 – 6 + 3 = 6.
L'image du réel 1 est f(1) = 1² + 2 × 1 + 3 = 1 + 2 + 3 = 6.
Le réel 6 a donc au moins 2 antécédents qui sont –3 et 1.

2. Ensemble de définition
L'ensemble Df des réels qui ont une image par la fonction f est appelé ensemble de définition
de f.
Exemples
1. Fonctions affines : elles sont du type x ↳ ax + b où a et b sont deux coefficients réels; leur
ensemble de définition est ℝ.
2. Fonctions monômes : elles sont du type x ↳axn avec a coefficient non nul et n entier naturel;
n est le degré du monôme. Leur ensemble de définition est ℝ.
3. Fonctions polynômes : ce sont des sommes de monômes; le degré d'un polynôme est le degré
de son monôme de plus haut degré. Leur ensemble de définition est ℝ.
La fonction f : x ↳ 2x3 – 4x2 + 1 est un polynôme de degré 3.
1
4. Fonction inverse : x ↳
; son ensemble de définition est ℝ – {0} ou ℝ*, car on ne peut pas
x
diviser par 0.
5. Fonction racine carrée : x ↳ x ; son ensemble de définition est [0; + ∞[, car seuls les
nombres positifs ont une racine carrée.

3. Courbe représentative d'une fonction
Dans le plan muni d'un repère O, i , j , on appelle courbe représentative d'une fonction f
définie sur Df l'ensemble des points de coordonnées (x , f (x) ) avec x élément de Df.
Un point M(x, y) se trouve sur la courbe si et seulement si y = f (x).
KB 1 sur 6

si u < v alors f (u) > f (v).On dit que y = f (x) est une équation de la courbe. Lors de l'étude d'une fonction on essaie de déterminer les intervalles sur lesquels elle est monotone. Pour tous les réels u et v de I. Sens de variations Fonction croissante Une fonction f est croissante sur un intervalle I lorsqu'elle conserve l'ordre des nombres. 4] par f (x) = x² – 5. Tableau de variations Une fonction qui est constamment croissante ou décroissante sur un intervalle est dite monotone sur cet intervalle. On note le résultat dans un tableau de variations. Exemple Soit f la fonction définie sur [– 4. La courbe représentative « descend » lorsqu'on la parcourt de la gauche vers la droite. . si u < v alors f (u) < f (v). Fonction décroissante Une fonction f est décroissante sur un intervalle I lorsqu'elle inverse l'ordre des nombres. Exemple Soit f la fonction définie par f (x) = x² – 5 sur [– 4. La courbe représentative « monte » lorsqu'on la parcourt de la gauche vers la droite. On a le tableau de valeurs suivants : x -4 -3 -2 -1 0 f(x) 11 4 -1 -4 -5 1 2 3 4 -4 -1 4 11 On construit la courbe : 4. 4]. Pour tous les réels u et v de I. Elle a le tableau de variations suivant : KB 2 sur 6 .

B. f est une fonction constante. Fonctions affines Une fonction f est une fonction affine s'il existe deux réels a et b tels que f (x) = ax + b.4. – x ∈ Df et f (– x) = f (x). La courbe représentative d'une fonction paire admet l'axe des ordonnées du repère comme axe de symétrie. Sa représentation graphique est la droite d'équation y = ax + b.5 pour x = 0.5 sur [. 4]. racine carrée. Parité et symétries Fonction paire Une fonction f définie sur Df est paire si pour tout réel x de Df .x -4 f(x) 11 0 4 11 -5 La fonction f est décroissante de 11 à . a On distingue les deux cas suivants : KB 3 sur 6 . Fonctions de référence Une série de tableaux de variations à connaître pour certaines fonctions usuelles : fonctions affines. valeur absolue. Si a = 0. Exemples • Les fonctions monômes de degré pair sont des fonctions paires. – x ∈ Df et f (– x) = – f (x). Fonction impaire Une fonction f définie sur Df est impaire si pour tout réel x de Df . • La fonction inverse est une fonction impaire. f (x) = b. carré. 0] et croissante de . Pour tout réel x. (le réel a est appelé coefficient directeur de la droite. inverse. Si a  0. Elle est définie sur ℝ. 1. • La fonction valeur absolue est une fonction paire. Exemples • Les fonctions monômes de degré impair sont des fonctions impaires. 5.5 à 11 sur [0 . f s'annule pour x = − b . Elle a un minimum égal à . La courbe représentative d'une fonction paire admet l'origine du repère comme centre de symétrie. le réel b est appelé ordonnée à l'origine (image de 0) ). La représentation graphique de f est une droite horizontale (parallèle à l'axe des abscisses du repère).

On a le tableau de variations suivant : 0 x x² 0 La fonction carrée est décroissante sur ]- . Son ensemble de définition est [0. La courbe est une parabole. 0 est un minimum : un carré est toujours positif. +∞[. Fonction inverse 1 . Fonction racine carrée Il s'agit de la fonction x ↳ KB 4 sur 6 x . On a le tableau de variations suivant : Il s'agit de la fonction x ↳ x 0 1/x La courbe est une hyperbole. f est une fonction croissante. 4. . 3. C'est une fonction paire définie sur ℝ. C'est une fonction impaire. -b/a x 0 f(x) -b/a 0 2. +].Si a > 0. f est une fonction décroissante. 0 ] et croissante sur ]0 . Son ensemble de définition est ℝ* (on ne peut pas diviser par x 0). Fonction carré Il s'agit de la fonction x ↳ x². x f(x) Si a < 0.

f (x) a les variations inverses de celles de f. C. Il s'agit de la fonction x ↳∣x∣. Si k est positif. la fonction x ↳ k. Si k est négatif. +∞[. Multiplication par un réel. ∣x∣ = x. x −2 la fonction x ↳ est croissante sur ]0. Exemple On sait que la fonction x ↳ • • • 1 est décroissante sur ]0. On a le tableau de variations suivant : x 0 |x| 0 La courbe est formée de deux demi-droites issues des droites d'équation y = x et y = – x. Opérations sur les fonctions 1. +∞[. +∞[. Si x  0. Soit f une fonction définie sur Df et k un réel. Addition d'un réel. Fonction valeur absolue. la fonction x ↳ k. si x < 0. +∞[.On a le tableau de variations suivant : ∞ x 0  x La courbe est une demi-parabole. x la fonction x ↳ KB 5 sur 6 . On en déduit que : x 1 4 est décroissante sur ]0. C'est une fonction paire définie sur ℝ. La fonction x ↳ f (x) + k a les mêmes variations que la fonction f. x 3 la fonction x ↳ est décroissante sur]0. ∣x∣ = x. 5.f (x) a les mêmes variations que f.

Opérations algébriques Soient f et g deux fonctions dont les ensembles de définition sont Df et Dg. On en déduit que f2 ° f1 est décroissante sur I. En général les fonctions g ° f et f ° g sont différentes. f  x f • La fonction :x↳ . 1. On a f = f2 ° f1. Composition des fonctions Soient f et g deux fonctions dont les ensembles de définition sont Df et Dg. 2. La fonction g ° f (lire g rond f) est la fonction qui à x associe g[ f (x) ]. • La fonction f. Pour tout x de I.g : x ↳ f (x) × g(x). + ∞[ et f2 est croissante sur J. on a g ° f (x) = g[ f (x) ]. KB 6 sur 6 . 2]. Pour tout x de I. f1 (x) est dans J avec J = [0. • Lorsque f et g ont des sens de variation différents. • La somme de deux fonctions décroissantes est décroissante. f1 est croissante sur I. son ensemble de définition est l'intersection de Df et Dg. g ° f est définie pour x ∈ Df et f (x) ∈ Dg. 3. On définit les fonctions suivantes : • La fonction f +g : x ↳f (x)+ g(x). • Lorsque f et g ont même sens de variation. Attention : il n'y a pas de règles générales de ce genre pour les autres opérations. g ° f est décroissante sur I. Soit J un intervalle de Dg sur lequel g est monotone et tel que si x est dans I. son ensemble de définition est l'intersection de Df et Dg. On prend I = [2. Soit I un intervalle de Df sur lequel f est monotone. Exemple Soient f : x ↳2x – 1 et g : x ↳ x² – x. f1 est croissante sur I. Propriétés Soient f et g deux fonctions dont les ensembles de définition sont Df et Dg. On a g ° f (x) = g(2x – 1) = (2x – 1)² – (2x – 1) = 4x² – 6x + 2 et f ° g (x) = f (x² – 1) = 2(x² – x) – 1 = 2x² – 2x – 1. g ° f est croissante sur I. pour tout x. son ensemble de définition est l'intersection de Df et Dg privée g x  g des valeurs de x qui annulent g (x). Ainsi. Exemple Etudier les variations de la fonction f : x ↳ (x – 2)² . Soient f1 : x ↳ x – 2 et f2 : x ↳ x². + ∞[. On en déduit que f2 ° f1 est croissante sur I. • La fonction f – g : x ↳f (x)+ g(x). Propriétés : • La somme de deux fonctions croissantes est croissante.2. 0] et f2 est décroissante sur J. son ensemble de définition est l'intersection de Df et Dg. On prend I = ] –∞. f1(x) est dans J avec J =] –∞. f (x) est dans J.