Vous êtes sur la page 1sur 59

TIM204_001_COUV.

QXD 27/04/09 16:39 Page 1

DOSSIER
Le tir
Mensuel d’information et de liaison de l’armée de Terre N° 204 - Mai 2009

En direct de…
Afghanistan

Sport
Jean-Baptiste Grange
tout schuss !

Traditions
Les calots

Vie des unités

L’OTAN
3:HIKQRE=YUXUU[:?a@m@k@e@a;
M 06744 - 204 - F: 3,00 E

à Strasbourg
TIM204_003_SOMMAIRE.QXD 27/04/09 16:35 Page 3

Sommaire

À LA UNE
EN MAI
DOSSIER
L’ÉPREUVE DU FEU :
ÊTRE PRÊTS AU TIR
Dans l’armée de Terre, du secrétaire
au fantassin, tous doivent développer
leur connaissance et savoir-faire
des armes. Plus encore, ils se doivent
d’acquérir une véritable culture du tir,
en tant que membres d’une institution

26
ayant pour vocation l’usage contrôlé
de la force.

ÉDITO .......................... 5 Formation de l’armée TECHNOLOGIE SPORT


afghane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20 Le BUFFALO ................... 44
À L’HONNEUR . . . . . . . . . . .6 Le BATFRA du RC-C . . . . . . . .24
TRADITIONS
PANORAMA . . . . . . . . . . . . . . . .8 DOSSIER Les calots . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46
Filets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 L’épreuve du feu :
Le CESAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .13 être prêts au tir . . . . . . . . . . . . . .26 VIE DES UNITÉS
FOCUS Les EVAT de
POINT DE VUE . . . . . . . .39
Le CFIM de la 27e BIM . . . . .14 la maintenance ALAT ...... 48
58
EN DIRECT LE CEMAT Jean-Baptiste Grange
D’AFGHANISTAN VOUS PARLE tout schuss ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58
Convoi pour Tora . . . . . . . . . . . . .18 De la FGI aux OPEX :
une évidente continuité . . .40 QUARTIER LIBRE
18 RETEX 42 50 Brèves Sport . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60
.......................
BD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63
La sécurisation Votre agenda . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
TÉMOIGNAGE . . . . . . . . .43 du sommet de l’OTAN . . . . .50 Culture et loisirs . . . . . . . . . . . . .66
Le GIACM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 Mots fléchés . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68
Vu dans les médias . . . . . . . . .69
TIM A 20 ANS Petites annonces . . . . . . . . . . . .70
1995 et 1996 . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56
Attention ! Nos coordonnées ont changé
RÉDACTION SIRPA TERRE : 14, rue Saint-Dominique, 00453 Armées - Tél. : 01 72 69 + n° de poste ou PNIA 821 752 + n° de poste - Fax : 01 72 69 25 51 I PRÉSIDENT DU
COMITÉ DE RÉDACTION : COL Benoît Royal I DIRECTEUR DE LA RÉDACTION : COL Bruno Lafitte I RÉDACTEUR EN CHEF : LCL Michel Sabatier (poste 25 58)
I RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT : CNE Julie Cros (poste 25 50) I SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : LTN Sabine Fosseux (poste 25 50) I CHEF DES REPORTAGES : MAJ Yannick
Le Leuch (poste 25 52) I RÉDACTION : (poste 25 59 ou 25 64) - CNE Audrey Laisné, CNE Nathalie Durand, LTN Thomas Dijol, LTN Aurélie Carrière, ASP Adrien Facon, Bernard
Edinger I BRÈVES ET PETITES ANNONCES : Julie Wittmer (poste 25 55) I CELLULE PHOTOGRAPHIQUE : (poste 25 67) ADJ Jean-Raphaël Drahi, ADJ Gilles Gesquière,
CCH Jean-Baptiste Tabone I CELLULE ICONOGRAPHIQUE : (poste 25 63) BCH Christophe Deyres, BCH Pascal Villemur I MARKETING : MAJ André Le Bodic (poste 25 56) I ÉDITEUR : Délégation à
l’Information et à la Communication de la Défense - 1, place Joffre, 75007, Paris I DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : COL Benoît Royal, Chef du SIRPA Terre I PUBLICITÉ (ECPAD) : M. Thierry Lepsch -
Tél. : 01 49 60 58 56 I DIFFUSION - ABONNEMENTS : BCH Pascal Villemur - Tél. : 01 72 69 25 63 - Fax : 01 72 69 25 51 I ABONNEMENTS PAYANTS : ECPAD - Tél. : 01 49 60 52 44
I RÉALISATION : Samourai.fr I IMPRESSION : CirclePrinters - Commission paritaire n° 0211B05259 - ISSN n° 0995-6 999 - Dépôt légal : à parution. Ce numéro comprend un encart Terre
Information folioté de I à IV et un encart publicitaire La France Mutualiste. Tous droits de reproduction réservés. La reproduction des articles est soumise à l’autorisation préalable de la rédaction.
I CRÉDITS PHOTOS : SIRPAT, Agence Zoom, EMHM. I COUVERTURE : Sécurisation du sommet de l’OTAN, CCH Jean-Baptiste Tabone.
www.defense.gouv.fr/terre I sirpat-comecrite.emat@terre-net.defense.gouv.fr
TIM n° 204 - Mai 2009 3
TIM204_005_EDITO.QXD 27/04/09 16:30 Page 5

Éditorial
L’IST-C :
une plus-value
pour le combattant

D
ans un contexte d’opérations menées rités de préparation opérationnelle témoigne
au sein des populations, contre un du chemin qui reste encore à parcourir ; les
adversaire menant un combat de gué- outils de préparation opérationnelle et les
rilla, l’infanterie se retrouve au cen- moyens consentis devront en effet être adap-
tre des engagements actuels et à venir. tés pour une mise œuvre efficace de la direc-
L’environnement interarmes et interarmées de tive de préparation à l’engagement opération-
ces opérations lui apporte les appuis indispen- nel du CEMAT. Ainsi, devra être prise en compte
sables à sa manœuvre. Dans ce contexte d’ac- l’augmentation du besoin en munitions diver-
tions de guerre qui se durcissent, qui avait peut- ses de petit calibre nécessaire pour répondre
être été occulté du fait de nombreuses opérations à l’extension de l’IST-C à toute l’armée de Terre,
de maintien de la paix, les efforts entrepris par comme au durcissement des MCP de certains
l’infanterie depuis plusieurs années pour adap- théâtres.
ter la méthode d’instruction du tir à la réalité Dans le domaine de la sécurité des tirs, la mise
du combat donnent aujourd’hui des résultats en œuvre de l’IST-C a démontré une très nette
très satisfaisants. Les témoignages recueillis diminution des incidents de manipulation liée
auprès des chefs tactiques, jusqu’aux plus petits à l’apprentissage d’une gestuelle unique. Cette
échelons, témoignent de la parfaite pertinence évolution très positive du comportement du
de l’Instruction sur le tir de combat (IST-C). combattant est très souvent mise en exergue
S’appuyant sur la dynamique générée par l’in- dans les témoignages recueillis. Parfaitement
fanterie, l’IST-C s’étend à toute l’armée de Terre. adaptée à la réalité de nos engagements actuels,
Cette volonté du CEMAT demande bien évide- gage d’une sécurité accrue, l’IST-C s’appuie
ment des efforts conséquents de tous, tant en sur l’ensemble des fondamentaux qui ont tou-
termes de formation et de préparation opéra- jours prévalu dans les principes techniques
tionnelle que d’équipements, mais le durcis- d’instruction du tir, qu’il soit de combat ou de
sement de nos engagements impose d’attein- précision, à courte ou longue distance comme
dre un niveau d’excellence en tir de combat. à la hausse de combat. Fédératrice de ce qui
Dans ce même esprit, l’armée de Terre s’est se fait de mieux dans le domaine de l’instruc-
engagée dans un renouvellement global du parc tion du tir, cette nouvelle pédagogie est une
d’armements dits d’infanterie (ALI) qui pré- réelle plus-value pour le combattant.
sente un vieillissement certain, aggravé par Soucieuse de préparer au mieux ses person-
une utilisation accrue en opérations. Les équi- nels et d’apporter son expérience à l’ensem-
pements individuels du combattant arrivent ble des forces terrestres, l’infanterie se pré-
(masques balistiques, sangles IST-C et protec- sente plus que jamais comme l’expert ALI et
tions des articulations demandés par l’EAI IST-C au profit de l’armée de Terre permettant
depuis 2005) ; ses armements sont en phase ainsi de guider les évolutions en cours dans le
de renouvellement dans le sillage du système domaine du tir tactique et des équipements.
FELIN, comme ses véhicules de combat dans
celui du VBCI.
Si toutes ces évolutions sont pleinement mises
en exergue sur nos théâtres d’opérations et
principalement en Afghanistan, théâtre d’adap-
tation par excellence, les efforts d’équipements
se poursuivent. La volonté affichée par le com- Général de division Hervé CHARPENTIER
mandement de la force terrestre dans les prio- Commandant l’École d’application de l’infanterie

TIM n° 204 - Mai 2009 5


TIM204_006_013_PANORAMA.QXD 23/04/09 16:59 Page 6

A l’honneur

Hervé Morin
inaugure le SIGEM
2009

Le Séminaire interarmées des grandes


écoles militaires s’est déroulé du 9 au
19 mars à Paris. Le ministre de la

François Fillon au 2e REI Défense, Hervé Morin, a inauguré cet


événement le 10 mars à l’École militaire
Le 30 mars, le Premier Ministre s’est rendu au camp d’entraînement militaire de en s’adressant aux 550 élèves officiers
Caylus, dans le Tarn-et-Garonne. En présence du ministre de la Défense, Hervé des grandes écoles. Faisant le point sur
Morin, et du Chef d’état-major de l’armée de Terre, Elrick Irastorza, François Fil- la présidence de la France à l’Union
lon a assisté à plusieurs exercices. Le 2e Régiment étranger d’infanterie (2e REI) européenne, il a souligné la modernisa-
s’entraîne dans le cadre de sa mise en condition opérationnelle avant sa projec- tion de l’outil de Défense et les efforts
tion en Afghanistan pour six mois. Dans son discours, François Fillon a salué les faits en ce sens, notamment la réorga-
qualités de courage et de rigueur de la Légion étrangère, ajoutant qu’« elle sera nisation des structures ministérielles.
un appui et un exemple pour l’unité afghane ». Conférences et tables rondes ont per-
mis aux participants de débattre de cette
modernisation de la Défense, thème
retenu pour cette 9e édition du séminaire.

L’armée de Terre
au salon du Livre

Jean-Marie Bockel au 93e RAM Du 13 au 18 mars, l’armée de Terre était présente sur
Le 12 mars, Jean-Marie Bockel, secrétaire d’état à la Défense et aux le salon du Livre, à la Porte de Versailles. Inauguré par
anciens combattants, était en visite au 93e Régiment d’artillerie de le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général
montagne (93e RAM), dans l’Isère. C’est en Gazelle qu’il a rejoint le Elrick Irastorza, le stand de l’armée de Terre accueil-
camp des Rochilles, à 2 700 m d’altitude, où il a assisté à la présen- lait 14 de ses militaires écrivains. Le CEMAT a souli-
tation d’un observatoire d’artillerie en haute montagne. gné l’importance de la présence de l’armée de Terre à
cette manifestation culturelle, car elle est «une bonne
tribune pour montrer aux civils que nous sommes
capables de réfléchir sur le sens de notre métier ».

6 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_006_013_PANORAMA.QXD 23/04/09 17:02 Page 7

Au secours des skieurs


En Bref
Le 11 mars, au Valmeiner, un groupe de Sauvée de la noyade
huit skieurs a été emporté par une ter- Témoin d’un acci-
rible avalanche. Après avoir entendu dent de circulation
l’alerte diffusée par la direction de la alors qu’il se rendait
station, des légionnaires du 2e Régiment en famille à Saint-
étranger du génie de Saint-Christol Benoît le 1 er mars,
(Vaucluse) sont venus prêter main-forte le commandant Arguillat, du
aux secours depuis le poste de monta- 9e Bataillon du matériel, sauve
gne de Valloire. Rejoints ensuite par des la conductrice accidentée de la
chasseurs alpins du 93e Régiment d’ar- noyade. En sortant de son véhi-
tillerie de montagne, ils ont pu sauver cule tombé dans le précipice,
deux des six victimes de l’avalanche. cette dernière dévale la pente et
chute dans la rivière qui l’emporte
sur une distance de 150 mètres.
Inconsciente, elle est sortie de
l’eau par l’officier qui la place en
position latérale de sécurité et la
couvre en attendant les secours.
Ses jours ne sont plus en danger.

Secouru de justesse
Un homme d’une
soixantaine d’années
a été secouru au
moment où il était en
train de se noyer
dans une eau glaciale. Heureu-
sement, l’adjudant-chef Olivier
Ferri, du Groupement recrute-
Medal Parade de l’OHQ ment sélection de Lyon, courait
sur les rives du Rhône ce
Le Mont-Valérien, à Suresnes, a accueilli, le 18 mars. Témoin de la scène, il a
20 mars, la cérémonie de remise de décorations immédiatement plongé dans le
des membres de l’Operational headquarters (OHQ) fleuve pour secourir l’homme.
de l’opération EUFOR Tchad/RCA. À cette occasion,
les officiers et sous-officiers présents au sein de Accident
l’OHQ depuis sa création en 2007 ont reçu la
médaille de l’Union européenne. Le général d’ar- camion / scooter
mée Bentegeat, président du Comité militaire de
l’Union européenne, a souligné la réussite de l’opé-
ration EUFOR Tchad/RCA.

« Mode Immersion » récompensée


Le site Internet aux couleurs de Sky-
rock et de l’armée de Terre proposait Alors qu’ils circulaient sur l’axe
aux internautes de suivre, à travers 36 Grenoble-Sisteron le 26 mars
épisodes, l’immersion de six jeunes dernier, le maréchal des logis-
volontaires au 152e Régiment d’infante- chef Pasquier et M. Redon, du
rie de Colmar pendant une semaine 4e Régiment de chasseurs, ont été
(octobre 2008). témoins d’un violent accident de
Spontanéité et authenticité ont été les la circulation entre un scooter et
ingrédients du succès pour cette webTV, un camion. Ils sont immédiate-
récompensée par le « grand prix Stra- ment intervenus en appelant les
tégies Marketing des jeunes 2009 », secours, et ont porté assistance
catégorie « site communautaire, blog à la victime dont les blessures
de marque» décerné par un jury de pro- étaient graves. Le sang-froid du
fessionnels de la communication et du jeune sous-officier lui a permis
marketing. de prêter main-forte aux secours
pendant toute la durée des soins.

TIM n°204 - Mai 2009 7


TIM204_006_013_PANORAMA.QXD 23/04/09 17:03 Page 8

Panorama

L’agenda du CEMAT Les armées récompensées


u VENDREDI 20 MARS Le 18 mars, lors d’une cérémonie au palais
Brongniard, le général d’armée Jean-
1 RG à Illkirch.
er

Louis Georgelin, CEMA, et le général Chal-


u JEUDI 26 MARS mel, chef de la division ORH de l’EMA, ont
reçu le trophée des binômes PDG/DRH,
Visite au 35e RI à Valdahon
récompensant leur capacité à intégrer les
avec le ministre de la Défense.
jeunes engagés et à les fédérer autour de
u LUNDI 30 MARS l’identité militaire. Ces récompenses valo-
risent l’action menée par un dirigeant et
Camp de Caylus.
son DRH pour améliorer la gestion de l’hu-
u JEUDI 2 AVRIL main et l’inscrire dans la stratégie globale
de l’entreprise. Outre les armées, la SNCF
Visite du CFIM du 1-11e RC
à Carpiagne. ou encore Nestlé ont été récompensés.

u JEUDI 9 AVRIL
Le CEERAT et l’EAABC à Saumur.
La Défense se rapproche des PME
de tapis anti-sable pour une valeur de
u JEUDI 23 AVRIL 2,5 millions d’euros. Cette commande est
17e RGP et 11e BSMAT de Montauban. la première effectuée dans le cadre du
volet Défense du plan de relance pour
l’économie, qui devrait injecter près de
2,4 milliards d’euros dans l’économie
L’ARCO fait française. Fréquemment amenés à se
poser en terrains sablonneux ou boueux,
son colloque les hélicoptères, grâce à ces tapis, amé-
Le 19 mars, la Délégation générale pour liorent la sécurité des atterrissages. Les
l’armement (DGA) a commandé à la livraisons ont commencé en avril et pren-
société charentaise Deschamps 25 kits dront fin en août prochain.

Journée nationale du réserviste


Pour sa neuvième année d’existence, la flamme sous l’arc de Triomphe, en pré-
Journée nationale du réserviste aura lieu sence notamment d’un peloton de réser-
le 8 mai 2009. Organisée par le Conseil vistes de l’armée de Terre.
supérieur de la réserve militaire, en
étroite collaboration avec les ministères
de l’Éducation nationale et de l’Enseigne-
ment supérieur et de la Recherche, cette
journée a pour but de susciter l’intérêt
des lycéens et étudiants en mettant à
l’honneur cette composante des forces
armées. Cette nouvelle édition s’appuiera
sur une cérémonie de ravivage de la

1re convention « achats » du ministère


de la Défense
Le 3 mars 2009, la première convention espère de ce nouveau mode de fonction-
Le 2 avril, la péniche du Cercle de la Mer « achats » a réuni plus de 500 acheteurs, nement 5 à 10 % d’économie sur les
à Paris a accueilli un colloque sur la recon- prescripteurs et bénéficiaires du minis- dépenses d’achats courants à l’horizon
version organisé par l’Association pour la tère de la Défense. Cette réforme des 2014-2015. Une étroite collaboration entre
reconversion civile des officiers et des achats se veut être au profit de l’ensem- les acheteurs, prescripteurs et bénéficiai-
sous-officiers (ARCO). ble du ministère sans dégrader la qualité res est indispensable est nécessaire pour
Ce colloque visait à sensibiliser le monde du service. Le ministère de la Défense la réussite de ce projet.
des RH (privé et public) sur l’opportunité
que représente un cadre militaire en
reconversion. Les différentes tables ron-
Signature de partenariat
des et conférences ont permis d’analyser Le 5 mars dernier, la Direction des ressources humaines de l’armée de Terre (DRHAT)
les profils et de décrire les passerelles et la Fédération nationale des syndicats de l’assainissement (FNSA) se sont réunis à
actuelles et futures qui permettent la la caserne de Lourcine de Paris pour la signature d’une convention visant à faciliter
satisfaction de l’offre et de la demande. le placement des militaires dans les entreprises affiliées.

8 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_006_013_PANORAMA.QXD 23/04/09 17:04 Page 9

COLD RESPONSE 2009 Plan handicap


Du 11 au 28 mars 2009, un détache- de la Défense
ment de 380 hommes de la 27e Brigade
d’infanterie de montagne (27e BIM) a
participé à un exercice OTAN en Nor-
vège. 13 nations de l’OTAN dont la Tur-
quie, la Belgique, l’Espagne et la
Pologne, ainsi que des nations non-
membres comme la Finlande ou la
Suède, ont envoyé près de 7 000 sol-
dats sur le terrain dans un vaste exer-
cice de défense de frontières. L’un des
objectifs de la 27e BIM était de mieux Le 24 mars dernier, Hervé Morin a pré-
maîtriser l’utilisation du véhicule haute senté à la Section technique de l’armée
mobilité (BV 206) dans des conditions de Terre de Versailles Satory, employant
extrêmes, semblables à celles que l’on elle-même 18 personnes handicapées,
trouve en hiver en Afghanistan, où la le plan handicap 2009-2011 de la Défense.
27e BIM enverra un Groupement tacti- Ce plan fixe des objectifs d’insertion, de
que interarmes (GTIA) fin 2009. maintien des emplois des personnes han-
dicapées, notamment par l’aménagement
des accès et l’amélioration de l’ergono-
Forum de la pensée militaire mie des postes.
Les 16 et 17 mai, l’Hôtel du grand commandement de Tours Si, en 2007-2008, 300 recrutements de
accueillera pour la première fois le forum de la pensée personnes en situation de handicap ont
militaire, «la Plume et l’Épée». Organisé par le Comman- eu lieu dans la Défense, le nouveau plan
dement de la formation de l’armée de Terre, il met à en prévoit 590 sur les trois ans à venir.
l’honneur ceux qui, tout en remplissant des fonctions opé- Le ministre a rappelé que la Défense était
rationnelles, consacrent du temps à l’écriture sur le métier un exemple, puisque son taux d’emploi
des armes. de personnes handicapées est équivalent
Ce rassemblement est également ouvert aux écrivains au taux d’obligation légale fixé à 6 %.
civils. Cette manifestation délivrera deux prix récompen-
sant un auteur civil et un auteur militaire.
Ces militaires qui ont changé la France

Renseignements: CoFAT, 02 47 77 22 12 ou 06 80 47 61 35. FIGUEUR Thérèse


(1774-1861)
Séminaire tactique Une des rares femmes
combattantes pendant
les guerres de la Révolution
et de l’Empire, elle est
la véritable et historique
« madame sans gêne ».
Elle s’engage en 1793 d’abord
dans une compagnie fédéraliste
puis dans la compagnie des
Allobroges. Elle gagne son
surnom au siège de Toulon,
bataille en Espagne en Italie
où elle est blessée. Dragon
au 15e et 9e Régiment,
elle donne des coups de sabre
comme les hommes, participe
aux campagnes d’Austerlitz
et Iéna. En 1815, sa carrière
est terminée. Le cas de Thérèse
Les chefs de corps et l’ensemble des Liban et pour l’autre moitié en Afgha- Figueur est unique puisque,
commandants d’unité de la 9e Brigade nistan. Le but de l’exercice était de bien que «reconnue» à plusieurs
légère blindée de marine se sont réunis confronter les participants à des situa- reprises comme une femme,
dans l’enceinte du 3e RIMa du 2 au tions proches de celles rencontrées sur elle a poursuivi une carrière
5 mars dernier à l’occasion d’un sémi- les théâtres d’opérations extérieures. réservée à l’époque
naire tactique. Guidés par une équipe de mentors, les exclusivement aux hommes.
Les capitaines, en groupes de quatre, ont officiers devaient raisonner une idée de Sources : Patrick Bouhet, Les Militaires qui
ont changé la France, Éditions Le Cherche-Midi ;
planché sur dix thèmes tactiques sim- manœuvre, formuler leurs demandes en Dictionnaire Le Petit Larousse.
ples, se déroulant pour moitié au Sud renforcement, renseignement et appui.

TIM n°204 - Mai 2009 9


TIM204_006_013_PANORAMA.QXD 27/04/09 16:28 Page 10

Panorama
Jargon
Macache COCHISE GAP travaille
Macache signifie « pas l’interopérabilité
du tout». Ce terme est issu
de l’argot des troupes
coloniales d’Afrique du Nord
dans les années 1860.
Emprunté à l’arabe algérien
mâ-kanch, il existe aussi
l’expression «macache
bono», « pas bon du tout ».
L’exercice COCHISE du 61e Régiment d’ar-
tillerie de Chaumont a eu lieu du 16 au
Des caméras à l’EAABC 23 mars 2009, dans l’enceinte du quartier Entre le 9 et 20 mars, dans la région de
Dans le cadre de la réalisation d’un docu- Général d’Aboville. Durant cette activité, Gap (Hautes-Alpes), 150 personnes ont
mentaire-fiction diffusé ce mois-ci sur le le régiment avait programmé sept vols du participé à l’exercice multinational d’hé-
général Dumas pour RFO et France Ô, Système de drone tactique intérimaire licoptères GAP 09, conduit sous l’égide de
l’École d’application de l’arme blindée (SDTI), en vue de sa projection en Afgha- l’Agence européenne de Défense Cette
cavalerie (EAABC) a accueilli dans ses nistan et qualifié cinq sous-officiers opé- initiative franco-britannique, mettant en
murs les équipes de tournage de la société rateurs de vol opérationnel (ODVO). Le œuvre 10 appareils de cinq nationalités
de production Anekdota en février dernier. SDTI est un drone de surveillance du différentes, vise à améliorer l’entraîne-
Le général Dumas, connu pour être le pre- champ de bataille. Entré en service en ment d’équipages d’hélicoptères, notam-
mier général métis, était un grand cava- 2004, il a déjà été engagé au Kosovo ou en ment dans le domaine tactique, et de
lier. C’est un cavalier du Centre sportif Afghanistan, mais également en France, répondre au déficit de disponibilité d’hé-
d’équitation militaire de Fontainebleau qui notamment dans le cadre de la protection licoptères sur les théâtres d’opérations
a tenu le rôle principal. L’EAABC offre le de deux sommets internationaux. extérieures.
décor adéquat à l’histoire : tuffeau, bâti-
ments versaillais, manèges…
DAMOCLES
Le PC régimentaire du Groupement tactique interarmes du Régiment d’infanterie de
marine du Pacifique – Nouvelle-Calédonie (RIMAP-NC) a conduit, du 2 au 4 mars,
l’exercice DAMOCLES, avec pour objectif de roder les procédures de travail et de déci-
sion. Comme son nom l’indique, cet exercice était basé sur une menace permanente,
prenant pour forme un débarquement massif de réfugiés fuyant les troubles d’un
pays voisin.

Pas de « train-train » pour les VBCI


Les 2 et 3 mars s’est déroulé le
premier transport de VBCI par
voie ferrée. Treize Véhicules
blindés de combat d’infanterie
Le chiffre

20
C’est le nombre de cercles-
sont partis de la gare militaire
de la Motte-Sainte-Roseline
à destination du quai militaire
de Belfort pour intégrer le
mess soutenus en RTNO
35e Régiment d’infanterie.
par le Centre de production
alimentaire de Coëtquidan. Les autorités compétentes de
Pour la première fois depuis la SNCF ont participé à l’em-
sept ans, ce centre a été barquement des engins dans
retenu pour ouvrir ses portes les 13 wagons de types UAIS
au public lors de la semaine (wagons surbaissés spécifi-
du développement durable, ques au parc des wagons du
qui s’est déroulée du 1er service militaire des chemins
au 7 avril. Cet organisme de fer).
du commissariat de l’armée
de Terre, à vocation
agroalimentaire, encourage
Essai du lance-grenade automatique
les collectivités, associations Le 11 mars 2009 à Mourmelon, la Section technique de l’armée de Terre (STAT) assis-
et administrations à suivre tait à la présentation de munitions principalement destinées à l’infanterie, ainsi que
un modèle de développement des lance-grenade automatiques. Cette acquisition est liée à l’urgence opérationnelle
économique respectueux des troupes sur les théâtres d’Afghanistan. Si les essais sont concluants, selon la
de l’environnement. STAT, les unités opérationnelles pourraient être très vite dotées de ce nouvel équi-
pement.

10 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_006_013_PANORAMA.QXD 23/04/09 17:26 Page 11

Concert de solidarité
Télex
LA DIRECTION DES RESSOURCES
HUMAINES DU MINISTÈRE
DE LA DÉFENSE (DRH-MD) a créé
une nouvelle bourse nationale
des emplois. Conçue pour répondre à
la mobilité accrue des agents civils du
fait de la réorganisation du ministère,
L’Association pour le développement des répertoire de plusieurs formations, du cette bourse s’appuie sur une
œuvres d’entraide dans l’armée (ADO) et quatuor de cors à la cornemuse, en pas- publication et une mise à jour en temps
l’association Terre fraternité ont conjoin- sant par un trio jazz féminin accompagné réel pour une offre d’emploi optimisée.
tement organisé un concert en faveur de par des musiciens du 6e Régiment de La nouvelle formule présente des
la Cellule d’aide aux blessés de l’armée génie d’Angers. La CABAT a pu recueillir avantages multiples comme la mise
de Terre (CABAT). Le 13 mars à Rennes, 5 300 € grâce aux droits d’entrée et à la en relation automatique entre agents et
le public s’est donc réuni pour écouter le collecte de don. employeurs via un espace d’échange
dynamique ou l’obtention rapide
d’informations sur les offres d’emplois
Centenaire de la SAMA Le retour aux sources adaptées aux agents. Rendez-vous sur :
La Société des amis du musée de l’armée e
(SAMA) fête cette année son centenaire.
du 4 RCh http://bne.sga.defense.gouv.fr

À cette occasion, la SAMA a voulu mar- L’escadron Lyautey du 4e Régiment de Le 5 mars, l’Institut universitaire
de technologie (IUT) de Metz organisait
quer son attachement au musée de l’Ar- chasseurs (4e RCh) a été intégré au dis-
le 8E FORUM DES MÉTIERS
mée en lui faisant don d’une œuvre de positif de sécurité, du 26 mars au 6 avril,
EN UNIFORME. Douze stands tenus
Maurice Denis, réalisée à l’occasion de déployé pour le 24e sommet de l’OTAN à
par les militaires des différentes
l’une des missions confiées par le minis- Strasbourg (lire pp. 50 à 53). À l’occasion
armées étaient à disposition des
tre de la Guerre à des peintres pour de sa présence dans l’est de la France, il
étudiants du campus de l’université de
témoigner de la Grande Guerre. Depuis s’est rendu à Thorey-Lyautey, sur les tra-
Metz-Saulcy. L’armée de Terre était
1909, la SAMA, avec ses 1 200 membres, ces du maréchal Lyautey, illustre com-
bien évidemment présente, ainsi que
participe au rayonnement et au dévelop- mandant d’unité du 1er escadron du 4e RCh
les militaires de l’Eurocorps. Ce forum
pement du musée de l’Armée. et précurseur en matière de commande-
avait pour vocation de mettre en valeur
ment. L’occasion pour les hommes de
les perspectives de carrières au
l’escadron de redécouvrir cet officier hors-
Contrats d’engagement norme dont l’héritage est étonnamment
sein, notamment, des ministères de
la Défense et de l’Intérieur.
à Bordeaux riche et moderne.
Clin d’œil

Les salons de l’hôtel de ville de Bordeaux


ont accueilli, le 3 mars dernier, 20 jeunes
candidats du Centre d’information et de
recrutement des forces armées (CIRFA)
pour la signature de leur contrat d’enga-
gement. Cette manifestation s’est dérou-
lée en présence des deux chefs de corps
© ADJ Gilles GESQUIERE
des groupements de recrutement, les
lieutenants-colonels Simonet et Roques, Le transport de troupes version afghane…
et sous le parrainage de Hughes Martin,
premier adjoint au maire, lui-même Faites-nous parvenir vos clins d’œil
ancien parachutiste du 2e REP. Annuelle-
>

et situations militaires originales à l’adresse Internet


ment, l’armée de Terre, qui propose sirpat-comecrite.emat@terre-net.defense.gouv.fr
15 000 postes dans 400 spécialités, signe
environ 260 contrats par an dans la ville Les meilleurs seront publiés et récompensés
de Bordeaux.

TIM n°204 - Mai 2009 11


TIM204_006_013_PANORAMA.QXD 23/04/09 17:27 Page 12

Panorama

e
La 2 Brigade blindée en marche
vers la certification NEB
L
a 2e Brigade blindée (2e BB), dont traînement au combat (CENTAC) de viduel. Le 6-12e Régiment de cuirassiers
l’état-major est situé à Orléans, Mailly-le-camp. C’est la première fois que (6-12e Cuirassiers) d’Olivet a mené l’exer-
est engagée dans un processus de l’armée de Terre mobilise un tel effectif cice, renforcé de sections d’infanterie du
certification de la Numérisation de numérisé. Régiment de marche du Tchad (RMT) de
l’espace de bataille (NEB). Cet exercice, très réaliste et exigeant, Noyon et de moyens d’appui armés par
L’évaluation d’un groupement tactique mobilise du matériel équipé « NEB », le 13e Régiment du génie (13e RG) de
numérisé, destiné à améliorer le partage c’est-à-dire relié par un véritable «Inter- Valdahon et le 1er Régiment d’artillerie
de la connaissance tactique, s’est dérou- net du champ de bataille ». Ce dispositif de marine (1er RAMa) de Laon-Couvron.
lée du 12 au 16 avril 2009. 500 soldats, spécifique d’analyse tactique s’appuie L’évaluation de toute la chaîne de com-
60 blindés numérisés dont 12 chars notamment sur un système de simula- mandement numérisée de la brigade, du
Leclerc et plusieurs drones de reconnais- tion des tirs par rayons laser qui équipe général au lieutenant, aura lieu du 22 au
sance ont été déployés au Centre d’en- chaque engin et chaque combattant indi- 26 juin à Mourmelon.

Les récipiendaires
Le CEMAT au RMT
L
e général d’armée Elrick Irastorza, Lors de la cérémonie au RMT, 13 soldats
chef d’état-major de l’armée de méritants de la mission PAMIR XIX en
Terre, a présidé le 17 mars 2009 la Afghanistan ont été décorés de la croix
cérémonie du 68e anniversaire de la vic- de la valeur militaire avec étoile de
toire de Koufra au Régiment de marche bronze. À cette occasion, un hommage a
du Tchad (RMT). En 1941, Leclerc parvient, été rendu au caporal Mélam Baouma,
en dix jours et avec seulement 300 hom- mort pour la France le 19 août 2008, dans
mes et un canon, à faire capituler les Ita- la vallée d’Uzbeen, dont la famille avait
liens qui tiennent la citadelle de Koufra fait le déplacement d’Ouvea, en Nouvelle-
(Lybie). C’est le premier succès des armes Calédonie.
de la France depuis l’été 1940. Sans atten- Les hommes de la 4e section du lieute-
dre, le colonel Leclerc engage l’avenir : nant Jean, de la 2e compagnie du RMT, LTN Philippe Florenville (RMT), SGT Julien
«Ne déposez les armes que lorsque nos commandée par le capitaine de Saint Gaudin (RMT), SGT Boris Moreau (RMT),
CPL Ludovic Colson (RMT), MDR Pierre Delamarre
couleurs, nos belles couleurs flotteront Blanquat, avaient déjà reçu des forces (RMT), ADJ Jérôme Costa (35e RAP), SCH Jean-
à nouveau sur la cathédrale de Stras- spéciales américaines le Combat Infan- Denis Huaume (RMT), SCH Jonathan Martinez
bourg. » C’est le serment de Koufra que tryman Badge (CIB), en septembre der- (RMT), BCH Julien Dubois (35e RAP), CCH Yoann
tous ceux qui, se joignant ultérieurement nier, récompensant leur action dans la Patoir (RMT), CCH Cédric Roubio (RMT), 1re CL
Joseph Nnanga (RMT), 1re CL Mathieu Tahou (RMT).
à Leclerc, se sentiront tenus d’accomplir. vallée d’Uzbeen.

12 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_006_013_PANORAMA.QXD 23/04/09 18:37 Page 13

Le Collège de l’enseignement supérieur de l’armée de terre (CESAT) rassemble


trois écoles anciennes et prestigieuses (voir encadré). Mais il est avant tout
résolument ouvert sur l’actualité des armées et tourné vers la réflexion tactique,
qu’il cherche à élargir au-delà des murs de l’Ecole militaire. Cette politique
impose à la fois une actualisation permanente du contenu des scolarités et la mise
en place d’outils comme le site TAKTIKA et la revue Les cahiers du CESAT.

Le Collège de l’enseignement supérieur


de l’armée de Terre

CESAT… ouvre-toi !
L’
un de nos objectifs est de susci- la mise en œuvre de stratégies marke-
ter la réflexion dans le domaine ting. Cette avancée est emblématique
opérationnel au sein de la com- de l’esprit du CESAT: pas de complexe
munauté militaire et de faire et de l’ouverture ! », insiste le général.
écrire les officiers », explique le géné- «De l’ouverture et de l’adaptation per-
ral de division Var, commandant du manente, poursuit-il, c’est ce que nous
CESAT. Cœur de notre métier de mili- faisons pour le CSEM, en liaison avec la
taire, la tactique, son avenir et ses raci- Force terrestre et le Centre de doctrine
nes historiques ont trouvé un espace de d’emploi des forces (CDEF), mais éga- Signature d’un partenariat
débat sur le site TAKTIKA1, où les offi- lement avec l’EMSST, où le parcours avec l’école SUPELEC en novembre 2008.
ciers-stagiaires du CESAT peuvent expri- académique et le suivi
mer leurs points de vue et leurs des stagiaires sont de
réactions. Ce site est ouvert à un public plus en plus personna- Nous nous sommes aperçus
plus large, notamment les officiers de lisés pour coller aux que les processus militaires
réserve et les centres de recherche fran- besoins réels de l’ar-
çais et étrangers, depuis sa récente mise mée de Terre et aux
pouvaient intéresser les entreprises.
sur Internet2. attentes des officiers.» Général Var, commandant du CESAT
« La qualité de la réflexion et des étu- «La vocation du CESAT
des menées au sein du CESAT méritait est de former l’élite des officiers de l’ar- n’est plus celui d’hier. Et il continuera
d’être connue, de même que la riches- mée de Terre, ce qui nécessite une à s’ouvrir », conclut le général Var.
se des débats internes et la puissance remise en cause permanente pour se
de nos méthodes de raisonnement et moderniser. Le CESAT d’aujourd’hui CNE Nathalie DURAND - Photo : DR
de planification », souligne le général.
«L’exercice de rédaction d’articles, sys-
tématiquement proposé aux stagiaires,
était ressenti comme une contrainte
Trois en un !
car il n’y avait pas de perspective réelle Le CESAT assure la formation des officiers d’active et de réserve destinés
de publication. J’ai voulu changer cela à exercer des responsabilités élevées. Il regroupe trois entités distinctes.
en leur offrant une parution large et ■ Le cours supérieur d’état-major major dans des domaines très variés
ouverte au débat, objectif ambitieux (CSEM) qui prépare les officiers (sciences de l’ingénieur, humaines
mais exigeant. » Le CSEM s’est ouvert brevetés à exercer des commande- et sociales, langues et relations
aux manageurs civils pour des échanges ments terrestres importants dans internationales).
d’expérience sur leurs méthodes respec- un environnement interarmées ■ L’école supérieure des officiers
tives. « Nous nous sommes aperçus, à et international. de réserve spécialistes d’état-major
cette occasion, que les processus mili- ■ L’enseignement militaire supérieur (ESORSEM) qui forme des officiers,
taires pouvaient intéresser les entre- scientifique et technique (EMSST) français et alliés, à tenir des postes
prises, notamment pour l’élaboration et qui prépare ses stagiaires (brevetés opérationnels en état-major.
et diplômés) à des fonctions d’état-
1 Adresse Intraterre : www.cesat.terre.defense.
gouv.fr/taktika/index.php Pour en savoir plus sur ces écoles et le contenu des formations proposées,
2 Adresse Internet : www.cesat.terre.defense. consultez le site Intraterre www.cesat.terre.defense.gouv.fr
gouv.fr/taktika.net

TIM n°204 - Mai 2009 13


TIM204_014_015_FOCUS.QXD 23/04/09 18:15 Page 14

Focus

La pédagogie mise en œuvre au CFIM


veut participer à l’aguerrissement des corps
et à la formation des esprits.

Le CFIM de la 27e BIM

Ensemble, jusqu’au bout,


par l’engagement !
S
L’armée de Terre a lancé une expérimentation oleil de printemps, montagnes
aux sommets encore enneigés
de formation générale initiale semi-centralisée en toile de fond, léger vent frais
au sein de trois centres expérimentaux sur la place d’armes, un ras-
semblement du matin, somme
de formation initiale militaire (CFIM). toute, habituel au 4e RCh de Gap. Il n’en
est rien. On peut en effet distinguer des
Objectifs : améliorer la qualité pédagogique sections de toute la 27e Brigade d’infan-
de la formation et diminuer le taux d’attrition terie de montagne (27e BIM). La tarte est
fièrement portée sur la tête de ces jeu-
des jeunes engagés. Un exemple avec nes recrues. Durant quatorze semaines
ces futurs cavaliers, artilleurs, transmet-
la 27e BIM, qui vient de former toutes les jeunes teurs de montagne et chasseurs alpins,
recrues de ses régiments au sein du quartier partageront leur quotidien dans des
locaux équipés à neuf, qui leur sont exclu-
général Guillaume, emprise du 4e Régiment sivement réservés. Concrètement, les
recrues incorporées en février 2009 dans
de chasseurs (4e RCh). les différents corps de la brigade (hors
Légion) vont suivre leur formation initiale
au 4e RCh, choisi pour ses capacités d’hé-

14 TIM n°204 - Mai 2009


TIM204_014_015_FOCUS.QXD 23/04/09 18:16 Page 15

bergement et pour son environnement


favorable en termes d’infrastructure et
d’implantation dans les Alpes du Sud.
Pour le commandant de la 27e BIM, le
général Druart, cette semi-centralisation
de la formation, qui « met en cohérence
l’ensemble des formations générales ini-
tiales de la brigade », se veut avant tout
un gage de qualité.
Les tensions sur le recrutement, ainsi
que la rotation importante des équipes
de cadres assurant la formation, ont
rendu nécessaire l’évolution des condi-
tions d’instruction. L’encadrement, issu
des différents régiments de la brigade,
est trié sur le volet. Il a été sensibilisé,
lors d’un stage de mise en condition pré-
cédant la formation, aux exigences de
qualité du CFIM. En phase avec les prin-
cipes de progressivité et de cohérence, la
pédagogie mise en œuvre au CFIM veut
participer « à l’aguerrissement des corps
et à la formation des esprits pour vain-
1
cre le milieu », dans une optique opéra-
tionnelle.
2
Gage de qualité
Cette exigence de qualité pédagogique se
traduit par la création d’une base de
cours, de fiches de séance, de diapora-
mas, qui s’échangent sur un réseau
3
interne au CFIM. Ce travail de synthèse
donne l’assurance d’une instruction de
qualité accentuée par l’instruction sur le 4
terrain. De plus, le gain de temps, qui en
découle laisse « tout le loisir aux chefs 1. Rassemblement du matin au 4e RCH, à Gap.
de groupe de s’adonner à la personnali- 2. L’encadrement, issu des différents
régiments de la brigade, est trié
sation de leurs cours, d’apporter une
sur le volet.
réelle plus-value », explique le lieutenant 3. L’instruction au tir est un point important,
Castets, du 4e RCh, responsable de la pro- de la théorie…
grammation de l’instruction au CFIM. Les 4. … à la pratique.
expertises de chacun permettent de
constituer des documents d’une grande
richesse : « Nous, cavaliers, prenons nir une formation optimale. Les nombreux Cette prise en compte au plus haut niveau
conseil auprès des chefs de section des RETEX offrent cette réactivité et le statut de la qualité de la formation des EVAT ne
bataillons de chasseurs alpins pour l’ins- d’expérimentation cette flexibilité. Le lieu- demande qu’à être étendue à d’autres
truction au combat en localité, par exem- tenant Castets insiste sur ce point: « Tout brigades. Déjà, un CFIM est adossé à la
ple », témoigne le maréchal-des-logis est sujet à RETEX. C’est comme cela que 3e Brigade mécanisée et un autre à l’École
Puche, du 4e RCh. Il se crée, par l’inter- l’on améliore les choses : c’est la certi- nationale des sous-officiers d’active
médiaire des instructeurs, une véritable tude de ne pas voir tomber dans l’oubli (ENSOA). Tous travaillent de concert pour
émulation entre les corps. les savoir-faire des anciens. » constituer une banque de données péda-
Le statut d’expérimentation amène tout gogiques, alimentée par les savoir-faire
l’encadrement à la recherche du mieux. Du côté des élèves de chacun et les RETEX des trois CFIM
Ainsi, « les chefs de section et les sous- Le soldat Benoît Pannier, du 93e Régi- expérimentaux. Ce travail de longue
officiers adjoints ont dans cette expéri- ment d’artillerie de montagne, témoigne haleine témoigne, selon le COMBIM, « de
mentation une force de proposition avec un grand discernement sur cette for- la volonté de s’inscrire dans la durée vers
inégalée », explique le lieutenant Castets. mation initiale expérimentale. Ancienne- une formation de qualité, pour recueillir
La formule étant nouvelle, « tout est à faire ment engagé dans l’armée de l’Air, à in fine des dividendes sur l’attrition ».
et les élèves ne doivent pas le sentir; c’est l’École des commandos de l’Air de Dijon, Ainsi le CFIM, faisant montre d’un enga-
un véritable challenge ». Pour ne citer il change de voie pour l’armée de Terre. gement collectif sans faille, s’est donné
qu’un exemple, le 7e Bataillon de chas- Plein d’enthousiasme, il explique: « L’en- pour devise : « Ensemble, jusqu’au bout,
seurs alpins (7e BCA) a fait remarquer l’im- seignement est parfaitement adapté: pro- par l’engagement ! »
portance de la continuité de l’instruction gressif et cohérent. Ici, l’esprit “troupes ASP Adrien FACON
au tir. La programmation des séances de de montagne” et la cohésion se forment Photos : CCH Jean-Baptiste TABONE
tir a rapidement été adaptée pour obte- petit à petit. »

TIM n°204 - Mai 2009 15


TIM204_016_025_ENDIRECT.QXD 23/04/09 17:47 Page 16

En direct de…

Afghanistan

L’effort
continue

Escorte CIMIC par le 501-503e RCC


dans le district de Shakardara.

16 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_016_025_ENDIRECT.QXD 23/04/09 17:48 Page 17

Près de 3 500 militaires français sont présents en


Afghanistan, dans la sous-région (Asie centrale) et dans
l’océan Indien. Ils sont déployés dans le cadre de la Force
internationale d’assistance à la sécurité (FIAS)1, et de
l’opération ENDURING FREEDOM (OEF). Ces militaires,
issus des trois armées mais majoritairement terriens,
sont engagés dans le cadre de deux résolutions
du conseil de sécurité des Nations unies.
La France est la 4e nation contributrice de la coalition
avec 2 900 hommes sur le sol afghan. A Kaboul et en
Kapisa, en Uruzgan et dans la vallée d’Uzbeen, comme à
Kandahar, les troupes françaises sur le terrain sont un
élément essentiel de la Force internationale d’assistance
à la sécurité (FIAS). En effet, le dispositif français est
principalement déployé sur deux régions particulièrement
sensibles : le Regional command – capital qui abrite
la capitale du pays, Kaboul, et le Regional command
– est, dans une province clé pour l’accès à la capitale.
Dans ce pays de 652 000 km2, les 58 000 soldats de
la coalition voient arriver un important renfort américain
et assisteront aux élections présidentielles afghanes à
la fin de l’été. Du challenge logistique à la formation de
l’armée nationale afghane en passant par des opérations de
contrôle de zone, l’Afghanistan reste un théâtre d’opération
riche et complexe pour les troupes françaises.
Pour en savoir plus, consultez l’infographie publiée
en page 19 du TIM 199 de novembre 2008.
LTN Thomas DIJOL
Photos : ADJ Gilles GESQUIERE

1 International security assistance force (ISAF) en anglais.

TIM n° 204 - Mai 2009 17


TIM204_016_025_ENDIRECT.QXD 23/04/09 18:45 Page 18

En direct de…

Surveillance omnidirectionnelle
en tourelle de VAB.

Le soutien logistique

Convoi
pour
Le soutien logistique de tous les éléments français
déployés en Afghanistan : voilà la mission capitale
du bataillon de commandement et de soutien (BC-S).
Tora À
peine 9 heures à Warehouse
et le soleil brûle déjà quand
l’adjudant Pascal*, chef de pe-
loton circulation au 511e Régi-
ment du train, rassemble les
500 hommes assurent le maintien en condition partants pour la FOB Tora autour de lui.
C’est le traditionnel briefing avant départ.
opérationnelle de l’ensemble du dispositif français, Pour chaque convoi, il permet de rappe-
ler les éléments essentiels car ici, pas
des FOB1 de Kapisa aux insérés dans les états-majors de place à l’improvisation. Après avoir
de la FIAS. Dans un pays dont les infrastructures annoncé la composition de la rame et rap-
pelé l’itinéraire et ses points particuliers,
ont été détruites par 30 ans de guerre, l’essentiel de l’adjudant Pascal donne les dernières
la logistique passe par la route. Reportage sur l’un consignes concernant les pannes méca-
niques et l’ouverture du feu. « En cas de
des 117 convois que le BC-S a mené depuis octobre. panne, on sécurise la zone en attendant
de pouvoir soit réparer sur place, soit
tracter et dépanner sur une de nos empri-
ses », décrète-t-il en regardant les hom-
* Pour des raisons de sécurité, le nom de famille des militaires cités a été supprimé. mes qui l’entourent. « N’oubliez pas qu’il

18 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_016_025_ENDIRECT.QXD 23/04/09 18:46 Page 19

Dernières consignes
avant le départ.

y a une gradation avant le warning shoot2. Pas de place à res afghans ou pakistanais. Certains, à
On ne tire pas d’emblée! », ajoute l’adju- bout de souffle, roulent presque au pas
dant en haussant le ton. Puis en mimant l’improvisation sur cet axe logistique vital pour la capi-
les gestes, il reprend toutes les étapes lors des convois ! » tale, puisqu’il mène au Pakistan. Depuis
avant le tir de semonce, depuis les signes quelque temps, les militaires ne donnent
de la main destinés à éloigner les véhi- ment du matériel, il conduit son Scania, plus rien aux enfants sur le bord de
cules jusqu’au moment où le soldat doit attentif aux abords de la route. « Ça n’est la route : les attroupements, même au
finir par tirer dans le moteur. « Pour pas vraiment anodin de conduire ici, on ralenti, risquaient de provoquer un acci-
autant, ajoute-t-il, s’il faut tirer pour neu- doit être hyperattentifs », explique-t-il. dent. Les véhicules serpentent mainte-
traliser une menace ou un ennemi pour En souplesse, il double une carriole avant nant dans les lacets d’une route à flanc
de bon, on est en mesure de comprendre d’éviter une file de voitures stationnées de montagne. Les hommes en tape guet-
et de réagir très vite. On sait qu’il faut être en pleine chaussée. Le convoi dépasse ou tent les hauteurs, surveillance omnidi-
capable de décider en 1/10 de seconde ». croise sans cesse les camions multicolo- rectionnelle. Les hommes de tête >
Finalement après un dernier contrôle
radio le convoi de 20 véhicules s’ébranle
doucement et sort du camp de Ware-
house. « On a du bol, il n’y a quasiment
que du goudron », annonce tout sou-
rire le brigadier Sébastien lui aussi du
511e RT. Mais il se concentre immédiate-
ment sur sa mission, simple mais vitale,
puisqu’en tape arrière du dernier véhi-
cule, c’est lui qui doit gérer les approches
des véhicules locaux, faire respecter la
distance, menacer et tirer juste si besoin
est. Devant, le VAB TOP scrute les crêtes
au travers de son optique. Observant tout
mouvement suspect, il est toujours prêt
à riposter en quelques secondes et avec
ses « 97 % de coup au but à 1 800 m, ça
donne à réfléchir! » explique le maréchal
des logis-chef Julier aux manettes ce
jour-là. Le maréchal des logis Guillaume
fait partie des personnes « escortées ».
Le « Mont Saint-Michel » veille.
Chef de la cellule instruction au 7e Régi-

TIM n° 204 - Mai 2009 19


TIM204_016_025_ENDIRECT.QXD 23/04/09 18:49 Page 20

En direct de…

LES ESSENCES :
gérer
la complexité des
approvisionnements
Le SEA assure la distribution sur les FOB.

« Il n’existe aucune ressource Les Français sous-traitent à mais, avec les arrivées de véhicules
en propre, tout est importé par la plusieurs contractuels étrangers supplémentaires, la hausse devrait
route. » En faisant ce simple constat, et locaux. Ils ont en outre des stocks reprendre. « Un des objectifs
le commandant Gilles, adjoint leur permettant de tenir en cas de est d’alléger au maximum la facture,
interarmées au soutien pétrolier4, rupture de la chaîne. « Et si nous c’est aussi pour cela que nous sous-
est assez clair. « Nous sommes étions totalement bloqués, nous traitons y compris pour le transport
comme tout le monde, avec nos serions en mesure de faire comme de carburant vers les FOB. »
canaux d’approvisionnement via pour les lubrifiants ou le super et Pour autant, le commandant explique
le Pakistan, le Tadjikistan et de tout amener par air », détaille que la posture est réversible et
le Turkménistan », explique le le commandant. La consommation que la force peut aussi assurer
commandant du service des essences (hors aéronefs) s’est stabilisée ses approvisionnements elle-même
en raccrochant son téléphone. aux alentours de 1 200 m3 par mois en cas de besoin.

« Plus de 14 tonnes à vide, 26 tonnes quand il est chargé


à bloc, pleins faits, lots de bord et équipage embarqués »,
récite le maréchal-des-logis Anthony, du 515e Régiment
du train. « Pour nous le gros plus, c’est le plaisir
de conduire », dit son “binôme”, le brigadier-chef Sylvain.
« On est contents de sortir avec, on apprécie l’assise, la
conduite plus souple », reprend le maréchal-des-logis.
Et c’est vrai que le saut dans le temps est bien réel.
Si l’on observe n’importe quel GBC 180 avec son air fatigué,
le Scania a vraiment l’air d’un énorme jouet neuf.
« On a aussi gagné en fiabilité, en reprise et on est plus
sereins quand on prend la route, on sait qu’on aura
plus de facilité à s’extraire d’une situation tendue », ajoute
le brigadier-chef. Avec une motorisation plus puissante,
un meilleur rayon de braquage, une direction
assistée et sa cabine blindée il ne fait que des
heureux. « Comme il faut bien que l’on râle,
on a trouvé un angle mort dans le pare-brise
SCANIA : et puis il manque un bras déchargeur, ça
l’atout blindé complique un peu les livraisons de fret »,
dit en riant le maréchal-des-logis.
de la « Pour autant, ce sera difficile de quitter
logistique cette grosse limousine blindée pour
retourner sur nos matériels habituels. »

20 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_016_025_ENDIRECT.QXD 23/04/09 18:49 Page 21

> écartent les éventuels obstacles pour


le convoi, anticipent constamment le fait
d’être éventuellement bloqués ou ralen-
tis. En queue, il faut contenir le flot
grandissant de véhicules locaux qui s’im-
patientent et s’approchent parfois trop
près. Toujours à l’esprit, la possibilité d’un
véhicule suicide, mode d’action privilégié
des insurgés avec les engins explosifs
improvisés (EEI) et cause de la majorité
des décès violents de civils afghans et des
soldats de la coalition. Soudain, le convoi
s’engage dans une perpendiculaire.
Ce sont les derniers kilomètres sur une
piste qui mène à la FOB Tora. Personne
ne se déconcentre et les yeux scrutent les
abords. « Aujourd’hui, c’est le nouvel an
afghan, donc le risque que les insurgés
cherchent à marquer les esprits est
grand », explique l’adjudant Pascal. Dans
plusieurs autres régions de l’Afghanistan,
il y aura ce jour-là des morts à cause d’EEI
et d’attentats : les civils afghans sont les
premières victimes de ces attaques sans
discrimination. Le chef de bataillon qui commande la FOB reviendra selon une fréquence que la force
Une fois passée l’enceinte de la base, il déclare: « Les convois log’c’est notre lien maintient aléatoire pour toujours surpren-
faut débarquer le fret, les hommes et les avec le monde extérieur. Ils nous amè- dre les insurgés. Ici, la logistique est bel
pièces détachées. En vis-à-vis, le “mont nent l’eau potable, la nourriture, le cour- et bien au cœur de l’opérationnel.
Saint-Michel” 3 domine la FOB et permet rier. Ils permettent à mes 350 hommes
d’observer à 360 degrés la région de Tora. d’être moins isolés. » À peine deux heu- 1 Forward operating bases, bases
Paysage sec, vallées à peine ponctuées res qu’il est arrivé et déjà le convoi se pré- opérationnelles avancées.
de petits épineux, quelques troupeaux qui pare à repartir. Chacun reprend sa place 2 Tir de semonce.
3 Il a été baptisé ainsi par les hommes du
bougent à l’horizon. Au loin, on voit l’Uz- à bord des VAB et des Scania, tout le
3e RPIMA qui ont été les premiers Français
been, zone de patrouille des éléments du monde ajuste sa position, cherche son à occuper la FOB.
1er RI déployés ici, tout comme les vallées chargeur. Depuis octobre, le BC-S a déjà 4 En France, le commandant (air) Gilles est

de Mai Par, Jeg Delzay et Tizin. assuré 27 convois pour la FOB Tora. Il affecté à la cellule carburant de la BA 117.

Le BC-S : bataillon de commandement et de soutien


Mission : le soutien de tous les éléments français
déployés sur le théâtre.
Soutien et protection du camp de Warehouse.
Effectifs : 500 militaires pour la majorité issus de
la 2e BL.
Composition :
■ Une UML (unité multifonctions logistique) pour
le SEA, le ravitaillement
(transport et manutention) et l’escorte
des convois logistiques.
■ La CIMAT (compagnie de maintenance adaptée
au théâtre) s’assure de la
maintenance des matériels de l’armée de Terre,
hors hélicoptères, déployés.
■ Le groupe médico-chirurgical assurant la
mission de rôle 2.
■ La compagnie SIC en charge des moyens de
communication de l’état-major du RC-C.
■ Une compagnie de commandement, un
détachement de pompiers
ainsi qu’un détachement cynotechnique sont
associés à une compagnie
d’infanterie du BATFRA pour le soutien et la
protection du camp de Kaboul.

TIM n° 204 - Mai 2009 21


TIM204_016_025_ENDIRECT.QXD 23/04/09 18:52 Page 22

En direct de…

Outre sa participation à la FIAS, la France est engagée depuis 2001 dans


l’opération ENDURING FREEDOM (OEF), dont l’un des volets est la formation
de l’armée afghane. L’ambition des alliés est de donner au gouvernement afghan
les moyens et la compétence d’assurer lui-même la sécurité de son pays.
La contribution française à cette mission comprend la formation des officiers
(EPIDOTE) et le mentoring des instructeurs de l’École afghane des commandos.

Opération
ENDURING FREEDOM
Le sous-officier qualifié ce jour-là
pour être chef de groupe commando brandit
son diplôme devant ses camarades en criant :
« Je servirai mon pays ! »
Assurer
A
vec la montée en puissance de

l’avenir
l’Armée nationale afghane
(ANA) et la volonté de laisser
aux Afghans toute leur place
dans la lutte contre les insur-
gés, le rôle de la formation des élites mili-
taires locales prend toute son importance.
« L’objectif des alliés est de transformer
l’armée afghane en une armée moderne
en une dizaine d’années », annonce le but? Rendre autonomes au maximum les chaines années, « ce sont près de 6 000
lieutenant-colonel, chef de la Cellule formateurs afghans. Comme cette mis- officiers qui ont été formés depuis 2002,
d’aide et de conseil à la formation des offi- sion est le fruit d’une étroite collabora- dont une grande majorité d’officiers de
ciers de KMTC1. Les Français y sont prin- tion franco-américaine, les Français terrain », explique le colonel Gilles, du
cipalement en charge de la formation des d’Epidote, qui travaillent sur sept sites CoFAT, commandant le détachement EPI-
officiers, les Anglais des sous-officiers et dispersés dans Kaboul, vivent sur le camp DOTE. À partir de 2005, la France n’est
les Américains de la troupe. Le détache- Phoenix, au milieu d’un millier de soldats d’ailleurs plus la seule nation à former
ment français (EPIDOTE) est constitué US de la garde nationale. les officiers. L’académie militaire est
d’une cinquantaine de personnes, essen- Avec une armée locale qui devrait passer dotée de conseillers militaires US venant
tiellement en provenance du CoFAT. Leur de 82000 à 134000 hommes dans les pro- de West Point. « Nos actions de forma-

22 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_016_025_ENDIRECT.QXD 23/04/09 18:53 Page 23

L’Armée nationale afghane


sur le terrain
Depuis 2002, les coalitions de l’OTAN
sont engagées dans une entreprise
capitale de mise sur pied d’une armée
afghane. Pour garantir la stabilité
du pays, le gouvernement afghan
doit en effet pouvoir s’appuyer sur
une armée régulière multiethnique,
entraînée, équipée et disciplinée. Les
effectifs de l’ANA sont actuellement
d’environ 70 000 hommes répartis
sur cinq commandements régionaux.
À terme, en 2011, l’ANA devrait
compter 134 000 hommes. La montée
en puissance opérationnelle de l’ANA
Cours de topo.
lui permet déjà de participer à 80 %
des opérations menées par la FIAS
(100 % en RC Est, 90 % en RC Sud)
et de diriger la planification et
L’objectif des alliés l’exécution de 62 % des opérations
est de transformer déjà exécutées en 2008.
l’armée afghane en une
armée moderne en
une dizaine d’années. »
axe, le mentor de la section, le capitaine
laurent, de l’ENSOA, évalue en perma-
Réaction à une embuscade.
nence les stagiaires et surtout de leur for-
mateur, le capitaine Abdel de l’ANA, qu’il
tions sont assurées d’une part par les DIO conseille. « J’avais d’abord été formé par
[détachements d’instruction opération- les Russes », explique ce dernier. « Cela
nelle], et d’autre part par les cellules d’as- fait maintenant cinq ans que je travaille
sistance et de conseil [les CAC] », poursuit avec les Français. Ils nous apprennent à
le colonel Gilles. En clair, les Français être de bons chefs de section. »
Les mentors toujours présents.
fournissent cinq actions de formations Le commandant Stéphane, officier
différentes: pour les officiers d’état-major, instructeur à l’ESAG2, chef du cours,
les commandants d’unité, les chefs de acquiesce : « Ils sont rustiques, volontai- Les instructeurs français et américains
section, les officiers budget et RH ainsi res et leurs lacunes en topo ou en antici- collaborent étroitement. Certaines métho-
que pour les spécialistes du renseigne- pation sont rapidement comblées par leur des de formations viennent notamment
ment. « Les militaires français participent enthousiasme. » des Etats-Unis, qui fournissent munitions
à cette mission depuis son lancement en et matériels. En tout début de stage, les
2002 avec les Américains. Nous avions 700 commandos militaires afghans perçoivent un paque-
alors commencé à former les bataillons tous les trois mois tage complet neuf avec un M16 pour rem-
de l’ANA. Nous sommes partis de rien et De l’autre côté de Kaboul, à l’école afghane placer l’habituel AK47 dont est dotée
avons formé les trois premiers bataillons, des commandos, chaque cycle de forma- l’armée afghane. « Le partenariat avec
du militaire du rang au commandant de tion permet de monter un Kandak3 com- les Américains est très fructueux, pas uni-
bataillon. Aujourd’hui, l’ANA compte mando de 700 hommes en trois mois. À ce quement pour les Afghans. À leur contact,
82 000 hommes, nous formons les offi- jour, ce sont plus de 4 200 commandos nous en profitons pour perfectionner
ciers et surtout nous formons les instruc- qui ont été formés. Actuellement les notre Anglais et nous remettre en
teurs qui à leur tour formerons les soldats 20 conseillers français sont issus du question », explique l’un des instructeurs
afghans. Ce que nous faisons ici restera 1er RPIMA: « Nous conseillons les instruc- français.
longtemps après notre départ, nous insuf- teurs afghans formés initialement en Jor- Les sous-officiers qualifiés ce jour-là pour
flons un état d’esprit », conclut le chef du danie. Nous leur laissons une autonomie être chef de groupe commando ne disent
bureau formation de domaine au COFAT. maximale pour qu’ils puissent faire sans pas autre chose quand ils brandissent leur
nous rapidement », annonce le chef de diplôme devant leurs camarades en
Formation initiale bataillon, patron du détachement fran- criant : « Je servirai mon pays ! »
À KMTC, les cadets afghans effectuent ce çais des forces spéciales. « Notre rôle est
jour-là un exercice de restitution. Ici, les différent de celui des OMLT qui encadrent
Français sont en charge des six mois de les Afghans lors d’opérations, ce que nous
1 Kabul military training center ou centre
de formation de l’ANA, situé à Kaboul.
la formation initiale de ces élèves officiers faisons ici c’est véritablement de l’ins- 2 École supérieure et d’application du génie.
sous contrat. Alors que les futurs chefs truction et de la formation de forma- 3 Bataillon.

de section afghans doivent reconnaître un teurs », ajoute le lieutenant Brett4. 4 Pseudonyme.

TIM n° 204 - Mai 2009 23


TIM204_016_025_ENDIRECT.QXD 23/04/09 18:54 Page 24

En direct de…

Avec ses 800 hommes, le bataillon français (BATFRA) du Regional command


capital, commandement de la région de Kaboul, est la plus grande unité
du dispositif militaire français en Afghanistan. Les Français mènent des opérations
de sécurisation et de stabilité dans le secteur nord-est du RC-C, dont ils ont la
responsabilité, en liaison avec les forces de sécurité afghanes. Les patrouilles
quotidiennes permettent de rester au contact de la population afghane.

Le BATFRA du RC-C

Au contact
des Afghans
L
a 1re compagnie du 1er Régiment Afghans. Après la shoura de la veille, les d’utiliser chaque occasion de s’approprier
d’infanterie est sur plusieurs villageois ont fait le point des besoins les la zone. Connaître et être connus des
fronts ce jour-là. Une section se plus urgents pour le village, ils les expo- habitants : c’est la clé. »
rend au village d’Arzanqimat, sent aux militaires français. Un jeune
situé à proximité immédiate du homme explique qu’il est très content de « Il faut occuper le terrain »
camp et où s’est tenue une shoura la veille voir les français « débarqués ». Il expli- La section du lieutenant Gery est à
(assemblée traditionnelle). Une autre par- que que c’est bien de voir les soldats en peine rentrée que celle de l’adjudant Jean-
fait sa connaissance d’un des villages de dehors de leurs véhicules et de pouvoir Marie sort. « Il faut occuper le terrain »,
la zone tandis que le capitaine Pierric discuter avec eux. On échange des numé- annonce-t-il. « Nous essayons d’avoir les
décide de mener une aide médicale à la ros de téléphone, les Français promet- bons contacts, de savoir ce qui se passe
population avec le concours de l’équipe tent de revenir, pourquoi pas pour une dans notre zone et comment nous y
du ROLE 11 régimentaire. Aide médicale aux populations (AMP). Le sommes perçus », explique ce sous-offi-
Le lieutenant Gery, de la 1re section, fait lieutenant détaille : « C’est important cier expérimenté, « c’est clairement du
le point avec ses hommes avant de par-
tir pour la shoura. Tous l’écoutent, arme
dans le dos, attentifs aux ordres de ce chef
de section d’expérience. « Il faut rester
concentrés: il y a eu deux attentats hier »,
commence le lieutenant. D’ailleurs, un
IED constitué de 3 kg d’explosifs et d’un
peu de grenaille a été découvert quelques
jours plus tôt à proximité de la base.
Les militaires français souhaitaient faire
un point avec les habitants du village d’Ar-
zanqimat. À peine les militaires sont-ils
arrivés sur place que la conversation s’en-
gage avec les enfants, puis les adultes qui
s’attroupent autour du chef de section et
de son interprète. Comme toujours le
dispositif est posé en souplesse et cha-
cun connaît sa position pour assurer la Collaboration avec
les forces de sécurité
sécurité de la zone pendant que les mili-
locales.
taires français nouent le contact avec les

24 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_016_025_ENDIRECT.QXD 23/04/09 18:54 Page 25

L’aide médicale
à la population est
un excellent moyen de Une mission :
soigner les Afghans.
se connecter au pays. »
Toujours
sur le qui-vive…

domaine de l’opérationnel pour nous. »


Une fois dans le village, un groupe reste
en appui, un autre part parcourir les ruel-
les brulées par le soleil de midi. Les sol-
dats français discutent, écoutent surtout.
L’interprète joue alors un rôle essentiel,
il est le lien entre les Afghans et la force,
et les explications qu’il fournit sont capi-
tales pour le chef de section. Finalement,
après plus d’une heure passée dans les
rues étroites, l’adjudant retourne vers ses
VAB, discute avec des membres de la
police afghane et repart vers le camp, pré-
parer la mise en forme de toutes les infor-
mations recueillies.

« Avoir des contacts »


Le capitaine Pierric, de la 1re cie du 1er RI,
part en début d’après-midi avec une
équipe du ROLE 1. L’aide médicale à la
population (AMP) est un excellent moyen
de se connecter au pays, de ressentir les habitants les plus malades qui pourront le lieutenant Thomas, carrure de rugby-
préoccupations des habitants, de susci- voir le médecin français. « C’est impor- man, s’assure que tous ceux qui garan-
ter leur sympathie aussi. Le BATFRA pro- tant pour nous de travailler avec les auto- tissent la sécurité sont à leur place,
cède d’ailleurs à de nombreux projets rités locales. Avoir des contacts avec le « nous devons toujours être prêts, même
d’assistance à la population dans sa zone malek comme avec le chef de la police, si nous connaissons la zone, être au
d’opérations. « Nous soulageons les c’est capital », déclare le capitaine Pier- même endroit aussi longtemps ça peut
habitants les plus pauvres et, en même ric qui s’est installé pour prendre le thé nous rendre vulnérables », explique le
temps, nous montrons que la force peut avec quelques dignitaires du village. Dans jeune chef de section dont c’est la pre-
rendre service, que nous sommes fina- l’école ,la consultation se poursuit. Une mière OPEX. Sans précipitation, les hom-
lement là pour eux. » Le médecin prin- femme en burka accepte sans hésiter mes du 1er RI se préparent finalement au
cipal Christian du BATFRA commence ses d’être traitée par le médecin. Au même départ, serrent les mains tendues, rem-
consultations à l’arrière du VAB. Finale- moment l’adjudant Yann, infirmier, s’oc- barquent et retournent vers le camp de
ment, aidé par le malek (chef du village), cupe d’un enfant qui semble avoir une Warehouse. Aujourd’hui, les militaires
la consultation gratuite s’installe dans otite. Pendant trois heures les consulta- français sont probablement devenus dans
l’école. Dehors, le chef de section assure tions s’enchaînent. Partis pour ausculter ce village autre chose que des « véhicu-
le filtrage en collaboration avec les mem- 20 personnes, ce sont probablement les qui passent ».
bres de la police locale. Et la file s’allonge, 50 qui se sont finalement présentées. Les
vieux enturbannés, femmes en burkas, policiers finissent eux aussi par passer
gamins espiègles, le malek désigne les dans les mains du « doc’ ». À l’extérieur, 1 Médicalisation de l’avant.

TIM n° 204 - Mai 2009 25


TIM204_TERRE_INFO.QXD 23/04/09 16:04 Page I

Terreinfo
Organe de liaison des ressources humaines fondé en 1973
par le Général d’armée de Boissieu
Téléchargez Terre Info sur Intranet :
sommaire - Mai 2009 www.drhat.terre.defense.gouv.fr

PAGE L’application de la décote aux pensions PAGE Le complément et/ou supplément de l’indemnité
I de retraite des militaires III pour charges militaires (prime de rideaux)

PAGE Le changement de résidence PAGE • Les échelons exceptionnels officiers


II en métropole IV • Le 39e cycle de la concertation nationale, c’est parti !

L’application de la décote aux pensions


de retraite des militaires
D
ans un contexte de vieillissement de Calcul de la décote « carrière courte », la 2) La décote « carrière longue » concerne
la population, l’objectif de la loi du solution la plus favorable (plus petit nombre les militaires radiés des cadres à partir de
21 août 2003 est d’assurer le finan- de trimestres manquants) est retenue l’âge de 50 ans, dont la limite d’âge du
cement des retraites. Aussi, elle entre : grade détenu est égale ou supérieure à
encourage les agents de l’État et les mili- n le nombre de trimestres manquants pour 55 ans.
taires à prolonger au mieux leur activité obtenir le taux de pension de 75 %, Calcul de la décote « carrière longue », la
professionnelle pour percevoir une pension plafonné à 20 trimestres ; solution la plus favorable est retenue
de retraite au taux maximum. Une décote n le nombre de trimestres manquants pour entre :
peut être appliquée. Quelques éléments à accomplir, selon le cas, 17,5 ans ou n le nombre de trimestres manquants pour
prendre en compte pour faire le bon calcul. 27,5 ans de services militaires effectifs, obtenir le taux de pension de 75 %,
L’année d’ouverture des droits (AOD) est plafonné à 10 trimestres. plafonné à 20 trimestres ;
l’année durant laquelle le militaire a acquis Le nombre de trimestres manquants est n le nombre de trimestres manquants pour
les droits à la liquidation immédiate de sa arrondi à l’entier supérieur. Un pourcen- atteindre la limite d’âge (LA) ou l’âge
pension, soit 15 ans de services (non-offi- tage de décote par trimestre manquant est butoir plafonné à 20 trimestres ;
ciers), 20 ans (officiers sous contrat) et 25 appliqué (voir tableau ci-dessous).
ans (officiers de carrière). AOD Âge butoir
Le calcul de la pension de retraite quelle AOD Taux de la décote par 2009 LA-11 trimestres
trimestre manquant
que soit l’année de liquidation s’effectue 2010 LA-10 trimestres
selon les règles définies pour l’année d’ou- 2009 0,500 %
2010 0,625 % Exemple d’un lieutenant-colonel de carrière, 3e éche-
verture des droits. lon, indice de solde 721, né le 02/05/1962, radié des
La durée d’assurance, comprenant les ser- Exemple d’un adjudant, échelle de solde n° 4, 3e éche- cadres le 02/05/2013, avec 29 ans de services et 6 ans
vices civils et militaires effectifs et les boni- lon, indice de solde 409, 16 ans de services et 5 années de bonifications. Son AOD est 2009. Sa durée des ser-
fications, est la période servant de base de de bonifications (durée d’assurance totale : 84 tri- vices et ses bonifications sont égales à 140 trimestres.
mestres) et une AOD en 2009. Le nombre de tri- Il lui manque donc 21 trimestres (plafonnés à 20) pour
calcul du taux de pension de retraite. À titre mestres manquants pour obtenir le taux de pension bénéficier du taux de 75 %. L’âge butoir est 57 ans –
d’exemple : durée en trimestres pour une de 75 % en 2009 est de 77 trimestres, plafonné à 20 11 trimestres soit 54 ans et un trimestre. Ce militaire
pension à taux plein (75 %). trimestres. Il n’est que de 6 trimestres pour avoir 17,5 a 51 ans, soit 13 trimestres de moins que l’âge butoir.
ans de services. C’est cette solution qui sera retenue. C’est cette solution qui sera retenue. (Taux de décote :
AOD Trimestres requis (Taux de décote = 6*0,5 = 3%). Sans décote, ce mili- 13*0,5 = 6,5 %). Sans décote, il aurait perçu 1996,59 €
taire aurait perçu 679,56 € de pension nette men- de pension nette mensuelle. Avec la décote, il perce-
2009 161 suelle. Avec la décote, il percevra 659,17 €. vra 1866,82 €.
2010 162
Si cette durée n’est pas atteinte, une décote ATTENTION : la décote ne s’applique pas lorsque :
est appliquée. n vos droits à liquidation ont été ouverts avant 2006 ;
n vous totalisez le nombre de trimestres requis (bonifications incluses)
Une décote adaptée pour obtenir un taux de pension de 75 % ;
au parcours professionnel n vous atteignez la limite d’âge de votre grade ou l’âge butoir défini par la loi
(âge à partir duquel la décote s’annule) ;
n le montant de votre pension est inférieur au minimum garanti :
1) La décote « carrière courte » concerne les
militaires dont la durée des services effec-
dans ce cas, vous percevez le minimum garanti ;
n vous êtes radié des cadres par suite d’infirmités.
tifs (hors bonifications) est inférieure à
17,5 ans (non-officiers) ou 27,5 ans (officiers).

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site : Intradef/Vie professionnelle/ Retraites et le site de la DRHAT en tapant le mot-clef « décote pension ».

I
!
TIM204_TERRE_INFO.QXD 23/04/09 16:06 Page II

Terreinfo

Le changement de résidence en
Muté en 2009 ? Le changement de résidence est souvent problématique pour les militaires
et leur famille. Un certain nombre de dispositifs existe. Petit panorama des éléments à connaître
pour préparer au mieux les mouvements de l’été prochain !

Les droits De nombreux dispositifs existent pour aider les militaires


dans leurs démarches de changement de résidence.

du militaire
n Mouvement
Droit à déménagement = ouvert pendant
3 ans à partir de la date de mutation.
Cubage autorisé = dépend désormais de
l’ancienneté de service et prend en compte,
pour les droits, les partenaires d’un PACS
de plus de 3 ans comme pour les conjoints
mariés.
Nota : si le cubage est supérieur aux droits,
les frais supplémentaires restent à la
charge du militaire.
Sur demande, il est possible de béné-
ficier d'une avance de 90 %. L'allocation
d’accompagnement à la mobilité géogra-
phique (ACMOBGEO) vise, si la facture
acquittée est inférieure à la valeur du taire et sa famille, sous réserve d’un trans- famille = prise en charge du déplacement
plafond, à accorder au militaire la moitié de port effectif de mobilier ou de bagages. entre garnisons. L'indemnisation se fait sur
la différence. L’IFHR, c’est : la base d’indemnités kilométriques voie
Ne pas hésiter à négocier les devis pour • 3 jours de frais de mission, ferrée sur le trajet le plus économique et
obtenir des prix sous le plafond. • pour le conjoint et pour chaque enfant ou le plus direct.
ascendant à charge, respectivement 2/3
n Défraiement et la moitié de l’IFHR perçue par le mili- n Facilités matérielles
Indemnité forfaitaire pour frais d’hôtel et taire. Autorisation d’absence = Bénéfice de
de restaurant (IFHR) = attribuée au mili- Frais de transport du militaire et de sa 4 jours d’autorisation d’absence pour dé-
ménager.
Ancienneté Militaire Conjoint (marié Enfant Ascendant à charge Reconnaissance de garnison = Attribution
de service ou pacsé depuis à charge fiscale vivant sous de 3 jours de frais de mission pour la recon-
au moins 3 ans) fiscale le toit du militaire naissance de garnison.
Nota : ces 2 dispositions concernent uni-
15 ans et + 25 m3 20 m3 5 m3 5 m3 quement les mutations ACR.
Moins de 15 ans 20 m3 15 m3 5 m3 5 m3

Dispositifs d’aide
La loi du 8 février 2008 relative ment et en cas de recours à une société d’assistance à la
au pouvoir d'achat mobilité géographique effectuant la recherche d’un loge-
Le montant du dépôt de garantie en cas de location a été ment à la place du ressortissant.
ramené de 2 à 1 mois. Nota : les renseignements et les dossiers concernant ces
quatre aides sont à demander à l’assistant de service social
L'Action sociale de rattachement.
•Prêt à la mobilité1 : montant maximum de 2 400 € pour une Les services de sociétés d'aide
installation en Ile-de-France (IDF) et de 1 800 € pour une au déménagement
installation hors IDF (à 0 % d’intérêt).
•Prêt caution1 : il peut être demandé lorsque le montant du Muté au départ de la RTIDF ou depuis une garnison restruc-
dépôt de garantie dépasse le montant maximum du prêt à la turée, le militaire peut recourir aux services d’une société de
mobilité (2 400 € à 0 % d’intérêt). « relocation » du type « Executive Relocations ». Le dispositif
Nota : ces 2 prêts ne sont pas cumulables. proposé permet d’accompagner le militaire dans sa recherche
de déménageurs en l’informant notamment sur le cubage
•Prêt personnel1 : de 480 € à 960 € sur 12 mois maximum réel du mobilier et en recherchant les devis les moins-disants.
(à 0 % d’intérêt). Nota : la prestation proposée est entièrement gratuite.
•Aide à la reconnaissance d’une nouvelle garnison (quand le
conjoint se déplace seul ou accompagne le militaire muté).
Cette aide peut aussi être allouée en l’absence de déplace- 1
Les frais de gestion et d’assurance représentent moins de 2 % par an.

II
!
TIM204_TERRE_INFO.QXD 23/04/09 19:35 Page III

e en métropole

Le Bureau du logement
en Ile-de-France (BILRIF).

Le complément et/ou supplément


de l’indemnité pour charges militaires
dits « prime de rideaux »

E
ntre le 1er janvier 2009 et le 31 décem- justificatives à fournir pour le versement • dans le cas contraire : document attestant
bre 2014, les militaires non chargés de la prime sont : l'occupation d'un logement ou d'une
de famille d’une formation restruc- > si utilisation d’un véhicule de tourisme chambre = une quittance de loyer ou toute
turée1 percevront à l'occasion de leur ou utilitaire, personnel ou de location : facture à son nom permettant de justifier
mutation la « prime de rideaux », dans les facture de location, de tickets d'autoroute de cette occupation dans la nouvelle affec-
mêmes conditions que ceux mariés ou ayant ou de carburant ; tation.
au moins un enfant à charge. > si le militaire les transporte lui-même > si utilisation des services d'un profes-
Le versement est désormais subordonné à par voie ferrée : pas de document spéci- sionnel du transport du type SERNAM : la
la réalisation effective : fique demandé au titre du transport. facture correspondante.
• soit du transport de mobilier effectué obli- Pour ces 2 derniers cas, il convient de four-
gatoirement par un déménageur profes- nir en plus : ATTENTION !
sionnel (la facture acquittée fait foi) ; • logement par l'administration militaire : Le versement de la « prime de
• soit du transport de bagages effectué par attestation du commandant de la forma- rideaux » :
tout moyen adapté. Dans ce cas, les pièces tion ; • n’est plus effectué avant
la mutation au seul vu de l'ordre
de mutation ACR. Il est
BESOIN D'INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES ? subordonné au dépôt d’un
dossier de déménagement ;
• Notices d'information de la DRH-MD : DRHAT « condition du personnel » • signifie la perte de tout droit à
INTRADEF/SGA/ et DCCAT « déménagements/ déménagement ultérieur
vie professionnelle/ militaires/ personnel militaire ». jusqu’au prochain ordre de
déménagements. • Conseils pratiques : site Internet : mutation avec ACR.
• Simulateur de changement de www.defense.gouv.fr/ familles/votre
résidence en métropole espace/votre mutation.
Source : DRHAT/BCPEH,
et informations diverses : sites
en liaison avec DCCAT
Dans tous les cas, et pour de plus amples informations, contacter les services
compétents de la formation et notamment le trésorier pour connaître les droits
et les aides susceptibles d'être accordées.
1
Cf. DM 17789 du 17 décembre 2008.

III


TIM204_TERRE_INFO.QXD 23/04/09 16:40 Page IV

Terreinfo
Les échelons exceptionnels des officiers
Les décrets portant statuts particuliers dans les différents corps parus en septembre 2008 fixent de nombreuses règles, allant
du recrutement à l’avancement dans les grades comme dans les échelons, auxquels se rapportent les indices de solde.
S’appuyant sur les principes de la différenciation et de l’attractivité des parcours, les règles de l’avancement dans les échelons
se caractérisent par :
n l’ancienneté de grade comme le seul critère retenu ;
n l’accélération du rythme de progression dans les premiers échelons ;
n l’accès contingenté aux échelons exceptionnels.

COA / CS / CTA CRE


COLONEL + de 5 ans de grade dont 1 an à l’ECH précédent et emploi fonctionnel fixé par arrêté
MINDEF/MINEFI et MIN Fonction publique.
Ou après 7 ans de grade dont 1 an à l’échelon précédent.
164 primes HEB (chiffre 2008 – en cours de définition pour 2009)

LIEUTENANT-COLONEL 1er ECH : après 9 ans de grade et avant 13 ans dans la limite de 7 % de l’effectif du grade.
2e ECH : après 3 ans dans l’échelon précédent dans la limite de 25 % de l’échelon 1.

COMMANDANT 1er ECH : après 8 ans de grade et avant 11 ans 1er ECH : après 10 ans de grade et avant 13 ans
dans la limite de 5 % de l’effectif du grade. dans la limite de 5 % de l’effectif du grade.
2e ECH : après 3 ans dans l’échelon précédent 2e ECH : après 3 ans dans l’échelon précédent
dans la limite de 25 % de l’échelon 1. dans la limite de 25 % de l’échelon 1.

CAPITAINE ECH EXCEPTIONNEL : après 10 ans de grade et avant 14 ans dans la limite
de 3 % de l’effectif du grade.

1- Règle d’attribution des de CNE, CDT, LCL), du CS (aux grades de Les critères d’attribution reposeront sur
échelons exceptionnels CNE, CDT, LCL), et les OSC (à tous les la qualité des services rendus, le niveau
grades) entraîne l’impossibilité d’être pro- de diplôme détenu et les responsabilités
Seul un contingent limité dans une popu- posé à l’avancement dans le grade supé- exercées.
lation donnée accède aux échelons rieur. Une commission type L 4136-3 (avance-
exceptionnels. À titre d’exemple, sur la ment) présidée par le CEMAT attribuera les
population des lieutenants colonels du 2- Modalités d’attribution échelons pour les colonels et les officiers
COA (2560 en 2009), les droits ouverts en pour 2009 pour qui l’attribution de cet échelon bloque
1er échelon s’élèvent à 2560 x 7% = 179 l’avancement, après avoir fait choisir les
soit un volume annuel de l’ordre de 15 à Afin d’atteindre les volumes cibles, une éventuels attributaires entre l’avancement
20 selon la durée de perception de l’éche- attribution progressive au regard de la dans le grade ou dans l’échelon (convoca-
lon qui peut varier de 5 à 10 ans. durée de perception a été décidée, de tion à la DRHAT). Elle se réunira à l’été 2009.
Il faut souligner que l’attribution d’un même qu’une attribution très exception- Une commission interne DRHAT attribuera
échelon exceptionnel pour les officiers du nelle pour le grade de commandant, grade les échelons pour les autres catégories
CAT (au grade de LCL), du CTA (aux grades nouvellement terminal. d’officiers à la même période. BPRH

Le 39e cycle de la concertation


nationale, c’est parti !
L
e Conseil de la fonction militaire de • un projet de décret portant sur le professionnelle et géographique. Les
l’armée de Terre (CFMT) se réunira nombre de candidatures aux épreuves remarques qu’il exprimera sur les
en session à Dourdan (91), du 25 au de sélection professionnelles pour le présentations faites par la DRHAT sont
29 mai 2009. Instance de concertation du grade de major ; attendues avec un grand intérêt par le
niveau national, elle représente toute • un projet de décret (modificatif de l’ar- commandement. Tous ces travaux feront
notre communauté militaire à travers ses ticle L 4139-2, anciennement 70-2) por- l’objet d’un communiqué final publié
88 membres de tous les grades, officiers, tant sur le détachement des militaires le mardi 2 juin. Ce cycle de printemps
sous-officiers et militaires du rang. détenant un indice supérieur à l’indice s’achèvera par la 79e session du Conseil
Le CEMAT viendra présider la séance de référence ; supérieur de la fonction militaire (CSFM)
plénière vendredi 29 mai, accompagné • un projet de décret modifiant les condi- présidée par le ministre à Paris, le 19 juin
de ses grands subordonnés. tions d’élection des membres du CSFM prochain.
Un programme très chargé attend les (amendement « Goachet ») ; Pour en savoir plus, consultez le site intra-
membres du conseil. • un projet d’instruction sur les frais de terre de l’armée de Terre (www.terre.
Tout d’abord, le commandement leur déplacement. defense.gouv.fr), rubrique « La concerta-
demandera leur avis sur une vingtaine de Mais le conseil se concentrera aussi sur tion ».
projets de texte comprenant notamment : un thème d’étude majeur : la mobilité CFMT

IV
!
TIM204_039_POINT_DE_VUE.QXD 24/04/09 10:01 Page 39

Point de vue

En poste depuis novembre 2008, j’ai été choisi pour représenter les sous-officiers
de l’armée de Terre auprès du général Chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT),
que j’accompagne lors de ses visites dans les formations. À ce titre, je l’informe
des principales préoccupations des sous-officiers tout en apportant une aide en direct
aux présidents des sous-officiers. Enfin, dans le domaine des ressources humaines,
je participe aux réflexions menées sur l’évolution du corps des sous-officiers.

Améliorer
la promotion interne
C’
est pour moi un grand hon- ter à franchir ce palier qui leur permettra
neur d’inaugurer cette nou- de trouver leur voie sur des parcours pro-
velle rubrique « Point de fessionnels attrayants où ils pourront valo-
vue », qui me donne l’occa- riser leur expérience, progresser, accéder
sion de mettre en valeur la aux responsabilités; bref, s’épanouir dans
promotion interne (ou l’ascenseur social) leur travail. Ils contribueront à pérenni-
qui fonde la cohésion et la stabilité de ser un système reconnu, efficace et sur-
notre institution. L’image de l’ascenseur tout essentiel pour notre armée engagée
n’est pas nécessairement la mieux adap- dans des opérations de plus en plus dures.
tée car elle ne demande aucun effort pour de Terre moderne dont le cœur du métier Mais, je me tournerai aussi vers le com-
gravir les étages – tout est automatisé –, reste l’Homme ; c’est ce principe qui mandement de proximité, les parrains et
je préfère utiliser le mot “escalier” qui me génère l’esprit de corps essentiel à son tuteurs de nos jeunes ainsi que les prési-
semble plus approprié, car une fois le engagement opérationnel. dents de catégorie, pour leur rappeler le
palier franchi, il faut un minimum d’effort Cette promotion interne, qui nous place rôle primordial et le devoir qu’ils ont en-
pour monter les marches et atteindre le en pointe en termes de progression so- vers leurs subordonnés : c’est leur mis-
sommet, à l’image de la devise de l’EN- ciale, ne suscite pas assez, probablement sion de les conseiller, de les orienter puis
SOA, « s’élever par l’effort ». par manque d’ambition ou peut être par de sélectionner les meilleurs.
Dans notre armée professionnelle, la moi- peur de l’échec, l’engouement que l’on Ayant moi-même bénéficié de cette pro-
tié des officiers proviennent du corps des serait en droit d’attendre de nos jeunes. motion sociale puisque j’ai débuté ma car-
sous-officiers, lui-même issu pour moi- C’est donc, en premier lieu, aux jeunes rière comme soldat, j’ai l’honneur d’occu-
tié des militaires du rang. Voilà le ciment sous-officiers mais surtout aux engagés per aujourd’hui cette fonction de conseil-
indispensable qui sert à bâtir une armée volontaires que je m’adresse pour les inci- ler auprès de notre chef d’état-major,
après 35 ans de services. J’en suis fier.
Mais surtout, je suis profondément recon-
Cette promotion interne ne suscite naissant envers mes chefs successifs de
pas assez l’engouement que l’on serait m’avoir poussé et aidé à gravir cette suc-
cession de marches, à aller toujours plus
en droit d’attendre de nos jeunes. » haut vers ce que je suis aujourd’hui : un
Major Cacan, conseiller sous-officiers auprès du CEMAT sous-officier comblé par sa carrière!

Major Cacan,
conseiller sous-officiers
auprès du CEMAT.

TIM n° 204 - Mai 2009 39


TIM204_040_041_CEMAT.QXD 23/04/09 19:03 Page 40

Le CEMAT vous parle


De la FGI aux OPEX :
une évidente
continuité !
Les retours d’expérience de nos opérations me confortent
dans l’idée qu’il y a une véritable continuité, un lien indéfectible
entre la préparation opérationnelle et les opérations.

D
ans le feu de l’action, quand la réflexion cède le pas formante, elle doit s’appuyer sur le « roc » que constituent les
au stress voire à la confusion, le combattant resti- textes et règlements en vigueur, fruits de notre expérience et
tue de façon réflexe voire instinctive tout ce qu’il a de celle de nos anciens. Sans application stricte des règles de
appris. C’est ce que j’appelle les fondamentaux ou sécurité, la mise en œuvre de l’Instruction sur le tir de com-
le socle de notre préparation opérationnelle, consti- bat (ISTC) conduit à coup sûr à la méprise, l’accident, au cama-
tué de cet ensemble de connaissances et d’expériences chère- rade blessé, mutilé ou pire tué. Et que penser du chef en
ment acquises tout au long de notre carrière en écoles, dans opérations qui, avant un départ en mission, n’aurait pas par-
les centres spécialisés, dans nos régiments ou en opérations. faitement analysé le terrain, l’ennemi, l’environnement ou la
Mais pour être fructueux, ce socle ne doit pas être négligé, au mission elle-même comme il l’aurait fait un jour d’examen…
prétexte qu’il serait acquis une bonne fois pour toutes. Au Soyons donc convaincus que les règlements que nous appre-
contraire, il doit être en permanence entre-
tenu, actualisé, valorisé, car il est notre « assu-
rance-vie » au combat! La finalité de tout soldat, c’est l’engagement
Je le répète à l’envi, la finalité de tout soldat, opérationnel. Dès lors, la préparation
c’est l’engagement opérationnel. Dès lors, la
préparation à nos engagements futurs doit
à nos engagements futurs doit être notre
être notre obsession permanente dans la obsession permanente dans la durée. »
durée. La formation –c’est-à-dire l’instruction
et l’éducation– et l’entraînement sont les deux piliers de cette nons et appliquons ne sont pas rédigés pour entraver notre
PREPAOPS, et les forces morales en sont la clé de voûte. Que liberté d’action mais pour réguler toutes nos activités, qui sont
l’un d’eux vienne à défaillir et c’est toute la structure de notre par essence dangereuses et encadrer ces machines à tuer
capacité opérationnelle qui s’en trouvera ébranlée. légalement que sont les armes que nous confie la République.
Premier volet de la formation, l’instruction consiste à acqué- C’est ce que rappelait le général de Gaulle dans Le Fil de l’Épée:
rir ou faire acquérir les savoir-faire techniques et tactiques du « La règle le guide [le militaire], soutenant ses faiblesses et
cœur de métier ou des missions communes de l’armée de multipliant ses aptitudes, mais aussi elle le contraint, forçant
Terre, en privilégiant le drill, c’est-à-dire la répétition inlassa- ses doutes et refrénant ses élans (…) C’est pourquoi, s’il gémit
ble des gestes appropriés jusqu’à la perfection. Pour être per- souvent de la règle, il la garde, bien mieux : il l’aime et se

40 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_040_041_CEMAT.QXD 27/04/09 16:22 Page 41

L’entraînement,
ici le 1er RCP au CEITO.

Les opérations extérieures :


un marsouin du 3e RPIMa en patrouille en Afghanistan.

glorifie de ce qu’elle lui coûte. C’est mon honneur! dit-il. » Mais


la formation ne serait pas complète sans une nécessaire édu-
cation qui doit nous permettre d’assimiler les règles de fonc-
tionnement courant et professionnel et les principes éthiques
qui donnent un sens à notre métier et nos engagements opé-
rationnels en les rendant accessibles et compréhensibles par
tous: notre code du soldat en est la pierre angulaire. Cette édu-
cation nous permettra, le jour venu, d’engager le combat en
maîtrisant la force, sans jamais céder à la haine, sans som-
brer dans l’abîme de la violence gratuite.
La formation générale
Une fois ces fondamentaux acquis, l’entraînement permet de initiale au 6-12e RC.
faire vivre nos savoir-faire et de les intégrer dans un ensem-
ble plus vaste, généralement interarmes voire interarmées,
afin d’atteindre cette efficacité collective qui permet d’empor- nement dans le respect de nos lois et de nos règlements.
ter la décision sur le terrain. L’entraînement, qu’il soit géné- Car lorsqu’il est projeté, le soldat français ne laisse pas « en
rique ou adapté à un théâtre particulier dans le cadre d’une base arrière », ou ne remise pas au fin fond de sa mémoire,
mise en condition pour la projection (MCP) différenciée, ne peut tout ou partie du précieux capital professionnel et comporte-
être rentable que si chaque personnel est correctement formé. mental accumulé au fil des mois, le plus souvent au fil des ans.
Quelle plus-value peut apporter en opérations un escadron Ce trésor irremplaçable, il doit l’emporter avec lui, dans sa tête,
blindé qui manœuvre parfaitement mais ne sait pas tirer ! À au bout de ses doigts, dans ses mémentos, ses carnets de
l’inverse, quelle efficacité pour un sous-groupement tactique chef de groupe ou de section, et ensuite savoir le restituer rigou-
particulièrement affûté qui ne sait ni maîtriser ni intégrer dans reusement, comme à l’exercice, sans hésitation, instinctive-
sa manœuvre l’emploi des appuis interarmes ou des appuis ment.
air-sol, plus que jamais indispensables. Soyez persuadés que la mauvaise application ou la non-obser-
Mes visites me montrent qu’en dépit de contraintes que je ne vance de ces fondamentaux, quels qu’ils soient, conduit iné-
mésestime pas, tout cela est acquis de mieux en mieux grâce vita- blement à l’impasse : l’Histoire nous rappelle que
à l’effort et à l’imagination de tous. Vous voilà prêts! Puis vient l’imprudence au combat se paie généralement de la vie de nos
enfin le jour de la projection, l’euphorie des premiers engage- hommes et qu’elle est à l’origine de la plupart de nos défaites.
ments mais aussi le stress du combat, bref tout ce pour quoi Il n’y a donc pas rupture entre la préparation opérationnelle
nous nous sommes préparés sans relâche. Grandit alors en et les opérations mais simplement une évidente et nécessaire
nous la satisfaction professionnelle d’être capable de mettre continuité de la FGI aux théâtres d’opérations les plus exi-
en œuvre, dans toutes les situations, ce que l’on a appris, tout geants.
ce que l’on a appris au cours de notre formation ou à l’entraî- Photos: ADC Olivier Dubois, CCH Jean-Baptiste Tabone

TIM n° 204 - Mai 2009 41


TIM204_042_043_RETEX.QXD 23/04/09 19:00 Page 42

RETEX
Le capitaine
Jaime Cotrina

Afghanistan: Fernandez,
de l’armée bolivienne,
était officier de liaison

savoir de la Mission
des Nations unies
en Centrafrique

s’adapter et au Tchad
(MINURCAT)
auprès du Bataillon
Vos comptes-rendus et expérimentations multinational centre
ne sont pas inutiles. Le Centre de doctrine (BMN-C), d’avril 2008
et d’emploi des forces (CDEF) vous à avril 2009.
Une mission
propose ainsi chaque mois un point, en quelques
inoubliable aux côtés
brèves, sur les RETEX en cours. La Mission Innovation des militaires français
participe dorénavant à cette page avec une rubrique de l’opération EUFOR.
qui évoque des innovations en cours au profit
on déploiement au Tchad dans

S
de l’armée de Terre. le cadre de la MINURCAT a
été une expérience inoublia-
est possible sur deux sites avec les ble. J’ai été déployé avec la
ENTRAINEMENT moyens de simulation des réseaux radio force de l’EUFOR du BMN-C,
Concept de l’entraînement actuellement utilisés dans les écoles d’ap- composé de la force française et d’une
à distance plication. SYRUS 3, planifié pour la fin de section slovène, à Farchana. Avant de
l’année 2009, permettra d’approfondir ce quitter mon pays, la Bolivie, j’étais
type de simulation. affecté à l’école militaire de cavalerie.
Après avoir été sélectionné, je pensais
être observateur militaire comme en
ÉTRANGER Côte d’Ivoire, où j’ai travaillé avec la
mission de l’ONUCI en 2004-2005. Mais
Contrôle de zone en Afghanistan dès que je suis arrivé à N’Djamena, où
En mars 2009, les soldats de la Coalition j’ai pris les consignes de la MINURCAT,
ont repris le contrôle de la vallée de Tan- première surprise et première satis-
gui située à la frontière du Wardak et du faction: je suis affecté à Farchana avec
Logar où, depuis l’été 2008, les insurgés
En 2008, SYRUS 2 était un exercice expé- s’étaient fortement implantés.
rimental qui visait à démontrer la faisa- Cette opération interarmées a requis des ADAPTATION
bilité technique de l’entraînement d’une moyens importants: chasseurs-bombar- Plus de réalisme
unité en garnison avec une simulation1 diers F-15 et hélicoptères Apache ont
dans l’entraînement
mise en œuvre à distance. Le PC du 13e RG fourni l’appui air-sol. Forces spéciales
avait alors été déployé avec ses moyens américaines et commandos afghans ont L’engagement des forces sur des théâ-
Système d’information régimentaire (SIR) saisi les points-clés du terrain. Deux tres de plus en plus difficiles, notamment
ainsi que les commandants d’unité avec bataillons américains et deux compa- en Afghanistan, a mis en lumière la
leur SIR détachés ou non auprès des GTIA. gnies afghanes, accompagnées de leurs nécessité de s’entraîner en France avec
L’expérimentation s’est appuyée sur mentors français, ont opéré simultané- les mêmes équipements qu’en opération.
l’exercice VENDOME, au cours duquel le ment dans les villages et sur les axes. Pour l’entraînement au tir, le personnel
13e RG de Valdahon, resté en garnison, a Agissant en deuxième rideau, la police des régiments d’infanterie et des forces
pu s’entraîner de façon satisfaisante à tra- nationale afghane était chargée des spéciales a reçu une dotation individuelle,
vers un exercice de type offensif compre- investigations dans les habitations. Plus les autres unités et les écoles de l’armée
nant un franchissement. Le service de de trois jours ont été nécessaires pour de Terre bénéficiant de lots collectifs
simulation distante était fourni par l’ESAG. sécuriser cette vallée longue de quinze d’instruction. Cette distribution, déjà réa-
Techniquement, la simulation à distance kilomètres ainsi que la route baptisée lisée dans les unités de combat, devrait
jusqu’alors « IED alley » – la « route des s’achever en septembre 2009 dans les
Pour en savoir plus, rendez-vous pièges ». La coopération interalliée et organismes de formation et d’entraîne-
sur le site Intraterre du CDEF: le volume important des forces engagées ment. Dans le cadre de la mise en condi-
www.cdef.terre.defense.gouv.fr ont permis la reconquête de la vallée en tion avant projection (MCP), pilotée par le
sûreté. CFT, le détachement d’assistance opéra-

42 TIM n°204 - Mai 2009


TIM204_042_043_RETEX.QXD 23/04/09 19:01 Page 43

Au cours de la visite de liaison


aux autorités du camp
de réfugiés de Farchana.

Le capitaine Jaime Cotrina Fernandez, de


l’École militaire de Bolivie, outre l’espagnol,
il parle le français, l’anglais et l’arabe
basique. Il est titulaire d’un master
en Politique internationale obtenu
en Argentine. Il a fait aussi des études en
relations internationales et diplomatiques
à l’université française d’Abidjan.
Il a notamment participé à la mise en place
du premier groupe d’observateurs militaires
déployé par la mission ONUCI comme
Observateur militaire en Côte d’Ivoire
en 2004-2005. Il est l’auteur de plusieurs
articles publiés dans le magazine militaire
bolivien.

-
« L’armee francaise a des valeurs
-

humaines et militaires » ger l’expérience du personnel du BMN-C


L’officier de liaison doit gagner la confiance
le BMN-C, c’est-à-dire avec le Bataillon de ses partenaires militaires et civils, afin
avec le 2e RIMa, puis avec le 7 BCA. A cette
e

français de l’EUFOR! Je vais être dans le d’avoir une meilleure compréhension dans
même camp que l’armée française, eux période (juin 2008), l’échange d’expérien-
les relations de travail.
sous le drapeau de l’EUFOR, et moi sous ces a véritablement commencé avec l’en-
Durant mon séjour à Farchana, nous avons
trée sur Goz Beida de groupes rebelles
le drapeau de l’ONU. pu établ ir une confi ance mutu elle de
La mission de la MINURCAT commençait venus du Soudan, qui souhaitaient prendre
travail. J’ai rencontré des soldats, des
à se développer. Au début, à Farchana, il N’Djamena.Cette expérience a permis
sous-officiers, des officiers possédant de
y avait juste des tentes. C’est avec beau- assez rapidement d’avoir une relation très
grandes valeurs humaines et militaires
coup de satisfaction que j’ai travaillé avec proche entre le BMN-C et les acteurs
chères à l’armée française. Le travail sous
le premier mandat de l’EUFOR. C’est le humanitaires de la zone de responsabilité.
le drapeau des Nations unies et le dra-
2e RIMa qui a commencé à installer le C’est pendant le deuxième mandat que le
peau de votre pays exige beaucoup d’ef-
camp isolé de Farchana, où il n’y avait rien, personnel de la MINURCAT est arrivé
forts et de responsabilités. »
dans le camp. Le 1 RHP puis le 21 RIMa
er e

ni même l’eau sanitaire, qu’il a fallu trou- pour le troisième


ver et acheminer. se sont ensuite succédé APPEL A TÉMOIGNAGES !
et le quatrième mand at du BMN -C. Les Faites partager vos expériences
Ma mission principale a été la liaison entre
militaires du 21 RIMa étaient mandatés
e
opérationnelles à nos lecteurs. Envoyez
l’EUFOR et l’armée nationale du Tchad , vos textes à la rédaction par internet à
ce qui m’a permis d’être en contact per- pour la transition et la relève de l’EUFOR sirpat-comecrite.emat@
manent avec le contingent français de et l’arrivée des contingents onusiens de terre-net.defense.gouv.fr
l’EUFOR. Durant mon séjour, j’ai pu parta- la MINURCAT.

tionnelle de Canjuers sera doté d’un parc offrent un regard sur les relations inter-
d’entraînement réservé à la mise en nationales et sont regroupées sous de
condition avant projection, composé des grands thèmes généraux transverses. Le
équipements et matériels mis en place Cahier 2008 des fiches de la recherche
sur le théâtre afghan, y compris les der- aborde ces problématiques sous trois
niers projetés. angles : la stabilisation, mission dont
l’armée de Terre connaît la difficulté ;
l’adaptation de la doctrine d’emploi des
INNOVATION forces face aux menaces asymétriques
SALAGE qui prolifèrent dans ce
de guerre électronique (SALAGE) qui per- nouveau contexte opé-
Face à la menace des systèmes d’armes met un gain de temps considérable dans rationnel ; et la surprise
sol-air, les aéronefs sont équipés de sys- le traitement des comptes-rendus de dont l’adversaire asymé-
tèmes de contremesure. Ces systèmes contremesures électroniques. trique fait un grand
sont normalement paramétrés « à la usage en modifiant ses
main » à l’aide de grands tableaux noirs modes opératoires pour
de chiffres. Mais c’était sans compter avec PUBLICATIONS exploiter les faiblesses
la détermination de l’adjudant-chef Bres- de la Force.
son, du groupement aéromobile de la sec- Pour suivre l’actualité stratégique et dans 1
Au CDEF, c’est la DSRO (Division simulation
tion technique de l’armée de Terre. Cet un souci de veille, le CDEF participe à de et recherche opérationnelle) qui est détentrice
informaticien expérimenté est parvenu à nombreux colloques, symposiums et de l’expertise simulation pour l’armée de
réaliser un Système d’aides logiciels ALAT conférences. Les fiches qui en sont issues Terre.

TIM n°204 - Mai 2009 43


TIM204_044_045_INNOVATION.QXD 23/04/09 18:54 Page 44

Technologie

Lutte anti-EEI1

Le BUFFALO :
le Génie a bonne mine
Le 4 avril est un grand jour à l’aéroport de Kaboul. L’“énormité” de l’Antonov 124
en annonce une autre dès l’ouverture de la trappe arrière : le BUFFALO, véritable
mastodonte blindé, qui vient prêter main-forte au Génie dans la lutte contre
les Engins explosifs improvisés (EEI). Il est accompagné du VTR2, élément clé
du Système d’ouverture d’itinéraire miné (SOUVIM).

B
on marché et facile à fabriquer, sont de loin les premières victimes. » La “couteau”. Ces outils d’investigation per-
l’Engin explosif improvisé (EEI) technologie arrive donc sur le théâtre mettent, en cas de doute ou de détection
est un mode d’action privilégié afghan afin de lutter contre ces efforts arti- avérée, de travailler le sol à distance afin
des insurgés », témoigne le sanaux de destruction. de déblayer la zone dangereuse et éven-
lieutenant-colonel responsable Avec 8,74 m de longueur sur 2,58 m de tuellement de mettre à vue l’EEI enterré.
Génie du Regional commandant capital large par près de 4 m de haut : voilà, au Une caméra avec zoom, fixée sur le bras,
(RC-C). Les EEI sont des engins explosifs bas mot, les mensurations du géant du permet d’observer l’EEI. Cette caméra
artisanaux de constitution diverse, de la parc automobile déployé en Afghanistan. gyroscopique et thermique offre aussi une
nitroglycérine “classique” au nitrate d’am- Il est doté d’un bras d’investigation pou- grande capacité d’observation du sol de
monium contenu dans certains engrais. vant intervenir à 8,80 m en avant du véhi- jour comme de nuit, rendue nécessaire
Le bilan est sans concession: «Sur 192 sol- cule. À l’extrémité de ce bras, une fourche par la hauteur des personnels navigants.
dats de la coalition décédés en 2008, 175 d’investigation et une griffe de scarifica- Par ailleurs, un système de caméra ther-
ont perdu la vie à cause d’un EEI, mais les tion, appelés par les utilisateurs, le sou- mique permet même de déceler d’éven-
civils, les soldats et les policiers afghans rire aux lèvres, la “fourchette” et le tuels tireurs. Travaillant au profit d’une

44 TIM n°204 - Mai 2009


TIM204_044_045_INNOVATION.QXD 23/04/09 18:54 Page 45

L’Élément opérationnel de déminage peut


section de génie combat, le BUFFALO,
après son travail d’investigation à distance, ainsi agir sur un Engin explosif improvisé
offre à l’Élément opérationnel de démi- dans conditions moins périlleuses.
nage (EOD), la possibilité d’agir sur l’EEI
dans des conditions moins périlleuses. L’équipage est toujours composé d’exac-
Avant d’être projeté sur le théâtre afghan, tement six hommes: un pilote, un opéra-
le BUFFALO, acheté en urgence opéra- teur bras, un chef d’engin, un EOD level23,
tionnelle aux États-Unis, a été évalué sur deux observateurs. Tout l’équipage, gilet
le plan technico-opérationnel par la sec- pare-balles sur le dos et ceinture attachée,
tion technique de l’armée de Terre. a “visuel” sur un écran, qui transmet les
images de la caméra du bras, ou des deux
Caractéristiques techniques autres fixées à l’avant et à l’arrière du véhi-
La caisse du BUFFALO est un seul bloc cule. Ceci permet une observation collec- Le VTR accompagne souvent le BUFFALO
blindé en forme de V. Le blindage de la tive du terrain. Travaillant à une vitesse en tête du dispositif.
caisse moteur permet de protéger le moyenne de 15 km par heure, le BUFFALO,
moteur. La forme en V permet d’évacuer doté d’un réservoir de 322 l, permet d’ou- des observateurs de l’équipage du BUF-
les effets de souffle lors d’une explosion. vrir des itinéraires logistiques avec une FALO peut servir de relève au conducteur
De plus, en limitant le nombre d’ouvertu- rapidité et efficacité sans comparaison du VTR. « La lutte contre les EEI, c’est
res et de soudures (il n’y a qu’une seule avec le travail d’une section Génie à pied. 60 % d’entraînement, 30 % de procédure
porte), toujours synonymes de point sen- et de choix tactique et 10 % de chance »,
sible, la caisse constitue une véritable cel- Le VTR précise le détaché de liaison Génie du GTIA
lule de survie. Celle-ci est par ailleurs Le BUFFALO est souvent associé au VTR Kapisa. L’action conjointe de ces deux nou-
dotée d’une protection antiblast, qui empê- en tête du dispositif. Muni du même sys- veaux matériels devrait aboutir à une plus
che que le déchirement du blindage ne tème d’arrachement des trains avant et grande rapidité et efficacité dans l’ouver-
blesse l’équipage. En effet, tous les essieux arrière en cas d’explosion grâce à des bou- ture d’itinéraire.
sont directement fixés sur la caisse par lons-fusibles, le VTR est une sorte de ASP Adrien FACON
des boulons qui servent de fusibles. En détecteur de métaux motorisé. La basse Photos : ADJ Jean-Raphaël DRAHI
cas d’explosion, les fusibles sautent, mais pression des pneus permet d’éviter l’ex- 1
Engin explosif improvisé ou, en anglais,
la caisse reste intacte et l’équipage est plosion des EEI dépassés. En cas de détec- Improvised Explosive Devise (IED).
indemne. L’ensemble peut même être tion, un système de marquage peinture 2
Véhicule tracteur de remorques.
remonté en une heure. permet de marquer la zone suspecte. Un 3
2e niveau.

Le BUFFALO

TIM n°204 - Mai 2009 45


TIM204_046_047_TRADITIONS.QXD 27/04/09 16:19 Page 46

Traditions
Fier sous le calot
du 2e Dragons,
le brigadier-chef
Bernard de Lattre
de Tassigny,
en mai 1945.
Il a 17 ans et est
titulaire de la
médaille militaire.
Devenu lieutenant,
l’enfant unique
du maréchal de
Lattre sera tué en
Indochine en
1951, peu avant
la fin d’un séjour
de deux ans.
Il avait
catégoriquement
refusé une
Les bonnets suggestion
paternelle de
de police, plus passer les six
dernières
connus dans l’armée semaines de son
séjour dans un
de Terre sous stage de formation
qui l’aurait éloigné
le nom de calots, des combats.

sont devenus
incontournables
dans les tenues
traditionnelles
de nombreuses unités.
Retour sur l’histoire
d’un couvre-chef Les calots

Un bonnet
qui a longtemps
tenu tête au béret.

entêtant
D
epuis quelques années, on voit Fils et petit-fils de militaires de carrière, que des unités le consultent concernant
ressurgir dans l’armée de Terre l’adjudant-chef Génu est adjoint à l’officier leurs propres traditions vestimentaires.
des coiffures abandonnées traditions et culture d’arme du commis- «Certaines unités qui me connaissent me
depuis près de quarante ans ; sariat de l’armée de Terre ainsi qu’adjoint posent des questions et je peux, ou ne
les bonnets de police, articles de au conservateur du musée de l’Adminis- peux pas répondre », admet-il avec
tradition par excellence car ayant de tous tration militaire et du commissariat de l’ar- modestie. Tout d’abord, il clarifie une
temps constitué des références histo- mée de Terre. confusion assez commune : «Le véritable
riques quant aux coloris usités pour leur «Je suis passionné des uniformes et c’est nom est “bonnet de police”. Le terme
confection. » cette passion qui m’a conduit à choisir la “calot” ne se réfère qu’à une partie consti-
L’adjudant-chef Xavier Génu, expert des spécialité d’expertise habillement», expli- tutive de la coiffure, la partie principale
fabrications d’habillement au commissa- que-t-il. Ses connaissances sont telles sur laquelle sont cousus le bandeau, qui
riat de l’armée de Terre, est fier de faire
découvrir la collection de dizaines de bon-
nets de police exposés dans la salle des Passionné des uniformes, j’ai choisi
traditions du Service central d’études et
de réalisation du commissariat de l’armée la spécialité d’expertise habillement. »
de Terre au quartier général d’Estienne, à Adjudant-chef Xavier Génu, expert des fabrications
Rambouillet près de Paris. d’habillement au commissariat de l’armée de Terre

46 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_046_047_TRADITIONS.QXD 23/04/09 19:32 Page 47

Commémoration du 63e anniversaire de la libération de Paris avec la présence


d'un piquet d'honneur du 1er Régiment de spahis.
peut théoriquement être rabattu pour pro-
téger les oreilles, et le fond. » Et pourquoi
bonnet « de police » ? « Car il était utilisé
lors des gardes aux quartiers quand les
militaires se trouvaient au poste de garde
qui, selon les époques, se dénommait salle
des gardes, puis salle de police et enfin
poste de police. » L’adjudant-chef Génu
explique qu’à l’origine, le bonnet de police
était une coiffure de repos utilisée au quar-
tier et dans les bivouacs car moins lourde
et moins encombrante que le shako ou le
casque. « C’est une coiffure ancienne car
on parle dans certains documents de l’In-
tendance de bonnets de police avec ou
sans visière, c’est-à-dire que c’est un
ancêtre du képi. »

Un peu d’histoire Bonnets de police (1er et 2e personnages à partir de


Selon Jérôme Croyet, un historien spécia- la gauche) chez les Grenadiers de Napoléon.
liste du costume militaire, la première réfé-
rence aux bonnets de police dans un Certains restent attachés à des modèles de
règlement militaire date de 1786. Mais la calots encore plus anciens, notamment les
coiffure était déjà apparue vers la fin du militaires des troupes de marine, attachés
règne de Louis XV, décédé en 1774. « La à leur calot modèle 1918 (c’est-à-dire sans
coiffure apparaît en premier chez les cava- soufflet) bleu foncé avec passepoil écarlate
liers, et plutôt chez les dragons qui, autre- et marqué de l’ancre d’or. Pour eux, les
ment, portaient un casque. Les règlements fonds de calots sont des «fesses» ou des
précisent que le bonnet de police devait «tranches de citrons».
être découpé dans de vieux habits ! » « On ne touche pas au calot de la Colo-
Le bonnet de police va coiffer des millions niale ! », dit avec emphase et amusement
des soldats à partir de 1915, quand le cas- le colonel (er) Maurice Courdesses, qui se
que est introduit. De couleur bleu horizon, remémore le début des années 1950 où on
le calot est bien plus facile à ranger que le chercha à remplacer chez les marsouins
képi en cas de bombardement. L’armée rents selon l’origine des troupes. C’est ainsi le calot « à l’ancienne » par des calots à
conserve le bonnet de police quand la qu’aujourd’hui, le 1er Régiment de tirail- soufflet.
tenue kaki est adoptée dans les années leurs d’Épinal, héritier de traditions de l’ar- «J’étais lieutenant, de retour d’Indochine
1930. Il entre dans la culture populaire, mée d’Afrique, est l’une des rares unités et basé en Allemagne, quand on a voulu
comme en témoignent certains films où où le bonnet de police se différencie selon nous imposer un calot à tranche de citron.
l’acteur Fernandel, adoré du public, joue les compagnies. Ainsi, certaines compa- De plus, je faisais partie du 110e Régiment
des rôles de comique troupier. gnies portent le calot bleu ciel avec fond d’infanterie, constitué de deux bataillons
Le bonnet de police, dit « de tradition », si vert hérité des Tirailleurs marocains, tan- d’infanterie “métro” et d’un bataillon de
apprécié aujourd’hui pour des activités de dis que d’autres compagnies portent le la “Colo”, le mien. Bien sûr, nous nous
cohésion, n’a été en service que de 1944 à calot bleu ciel à fond jaune des Tirailleurs moquions gentiment de nos camarades
1962. «C’est l’époque où l’armée française algériens ou tunisiens. métropolitains que nous appelions des
bascule “sous l’orbite” de l’armée améri- Au 1er Tirailleurs, le bonnet de police est “culs rouges” car leurs calots avaient des
caine, dont elle reçoit les équipements qui porté chaque vendredi, ainsi que le pre- fonds rouges », explique-t-il à TIM.
ne laissent aucune indication d’origine mier jour de chaque mois. Pour être auto- « Quand on a essayé de nous imposer les
nationale. Or, les Français veulent franci- risé au port, le nouvel arrivant doit passer nouveaux calots, on a tout simplement
ser la tenue. Les unités rivalisent d’ima- le « baptême du Tirailleur », une épreuve décidé de ne plus porter que le képi. Et
gination ou de fantaisie avec l’introduction conduite dans la salle d’honneur où les bientôt, presque tous les lieutenants ont
de nouvelles coiffures qui ont quand même nouveaux doivent répondre à des questions demandé à repartir en Indochine où on
une base qui rappelle les attributs et cou- portant sur les batailles inscrites au dra- pouvait porter ce qu’on voulait ! »
leurs des tenues d’antan », explique le peau et sur l’esprit du régiment. C’est à la fin des années 1950 qu’il a été
colonel (er) Paul Gaujac, historien spécia- décidé que toute l’armée porterait le béret
liste de l’époque et ancien patron de Ser- qui avait, en Algérie, une connotation “trou-
vice historique de l’armée de Terre1. On n’en fait pas qu’à sa tête pes d’élite”. Mais c’est également, ajoute
quand on porte le bonnet l’adjudant-chef Génu, parce qu’il s’avérait
Le calot aujourd’hui Le port du bonnet de police que… la fabrication du béret coûtait moi-
La grande innovation des nouveaux bon- de tradition est strictement limité tié moins chère que celle du bonnet de
nets de police est l’introduction d’un souf- aux activités de cohésion hors police !
flet, ou fond, dont la couleur peut-être service (instruction n° 10300 du Bernard EDINGER
différente du reste de la coiffure. Dans les 13 juin 2005 relative aux tenues et Photos : DR, CCH Jean-Baptiste TABONE
régiments de tirailleurs d’Afrique du nord uniformes des militaires des armes
par exemple, les bonnets de police sont et service de l’armée de Terre). 1
Devenu Service historique de la Défense
tous bleu ciel mais leurs fonds sont diffé- (SHD).

TIM n° 204 - Mai 2009 47


TIM204_048_049_UNITES_MAI.QXD 23/04/09 18:42 Page 48

Vie des unités

La maintenance ALAT
est une filière aux
attraits insoupçonnés
pour les Engagés
volontaires de l’armée
de Terre (EVAT).
En effet, cette filière
responsabilise ces
jeunes engagés
volontaires en leur
offrant des postes aux
enjeux sécuritaires
avérés, où il leur est
conféré une certaine
autonomie.

Les EVAT ALAT


ance

h
de la mainten

Une filière de
E
fois-ci encadrés par un sous-officier, qui
n salle des batteries, le briga- est seul habilité à lire les fiches de rap-
dier Chabaud, mécanicien dans port ou cartes de travail. En outre, il entre-
l’Aviation légère de l’armée de tient et répare les casques de vol et se
Terre (ALAT) spécialité avioni- charge de l’entretien des groupes de
que au 5e Régiment d’hélicop- démarrage, nécessaires à la mise en
tères de combat (5e RHC), jouit d’une œuvre donc à tout envol d’aéronef.
totale autonomie. Loin des inquiétudes que pourraient sus-
Devant nous, il remonte les soupapes, citer l’intégration d’une filière si pointue,
graisse les connexions, repose le capot le travail au quotidien des EVAT, titulaires
puis remplit finalement une fiche suiveuse du Certificat technique élémentaire
qui servira au contrôleur. Sur l’aéronef, (CTE), est motivant, tourné vers des actes
l’entretien et les réparations sont cette techniques essentiels au bon fonction-

48 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_048_049_UNITES_MAI.QXD 23/04/09 18:43 Page 49

Que ce soit en OPEX ou à l’atelier,


c’est spectaculaire de travailler dans
un cadre pareil. On ne s’en lasse jamais ! »
Brigadier Chabaud

autonome. Le brigadier Chabaud est


ensuite affecté en escadrille et obtient,
quelques mois plus tard, son Certificat
technique élémentaire (CTE).

Les plus
Brigadier Moricet, mécanicien des structures d’aéronef Les avantages, pour un EVAT, d’être titu-
« Ma spécialité me permet de travailler sur tous les types d’aéronef : Puma, laire du CTE dans la maintenance ALAT
Caracal, Super-caracal, Gazelle… Je suis totalement autonome sur machines, sont multiples : « C’est une autre vision
sur lesquelles j’applique les actes de maintenance appris pendant mes de l’aéronautique », affirme le brigadier
classes : formage, pliage, ajustage, riftage rivetage… C’est un privilège ! Lors Chabaud, épanoui à son poste d’aide-
des premières manipulations, on est encadré, puis avec le temps on gagne en mécanicien. Et d’ajouter : « Ça ouvre des
marge de manœuvre. Dans l’aéronautique, la sécurité engagée nécessite un portes considérables.» En effet, être titu-
travail d’une qualité sans faille, primant sur la productivité. La sécurité, c’est laire du CTE permet de partir en OPEX.
une mentalité… Je rentre tout juste de N’Djamena, au Tchad, et c’est un réel « Le CTE est une étape incontournable
épanouissement de travailler sur de tels appareils dans de telles conditions. » pour travailler sur aéronef. Cela n’exige
pas de prérequis techniques énormes, il
faut juste assimiler les enjeux en matière
de sécurité de ce poste », témoigne le

ol
commandant Philippe Assens, chef de

t v
division à l’ESAM de Bourges.

hau
Revenant du Tchad, le brigadier Chabaud

e
a, en somme, pu toucher du doigt com-
bien son métier est épanouissant. Il en
tire un heureux bilan : « Que ce soit en
OPEX ou à l’atelier, c’est spectaculaire de
travailler dans un cadre pareil. Regardez!
Vous avez ici des Puma, dehors des
Gazelle et un peu plus loin des Tigre ! On
ne s’en lasse jamais ! »
responsabilités décuplées et une pers- Par ailleurs, depuis 2006, la maintenance
nement des appareils. Fort de connais- pective de carrière à long terme. ALAT a fait peau neuve et entend séduire
sances techniques très précises, un EVAT Il commence sa formation à l’Ecole supé- encore plus d’EVAT. En effet, la possibi-
occupe dans cette filière un poste à res- rieure d’application du matériel (ESAM) lité tout récente pour les EVAT de devenir
ponsabilité. de Bourges, où il apprend, durant deux titulaire du CT1, qui était auparavant l’apa-
C’est en se présentant pour la première mois, le fonctionnement des appareils sur nage des sous-officiers, responsabilise
fois au Centre d’information et de recru- lesquels il travaillera, ainsi que des ges- ces jeunes engagés volontaires, en leur
tement de l’armée de Terre (CIRAT)1, le tes pratiques comme le freinage, le sertis- offrant plus encore plus d’autonomie.
brevet des collèges en poche, que le bri- sage, la soudure, ainsi que les techniques
gadier Chabaud a vu s’ouvrir des portes de décharge et de chargement des bat- ASP Adrien FACON
vers des carrières insoupçonnées. Pas- teries. A Bourges, il apprend à travailler Photos : CCH Jean-Baptiste TABONE
sionné de mécanique, il veut devenir tout autant sur Puma que sur Gazelle.
mécanicien dans l’ALAT, spécialité avio- Ainsi, la diversité des connaissances
nique. La maintenance ALAT est, en effet, enseignées lui donne l’assurance d’un 1
L’actuel Centre d’information et de
une jeune filière, qui offre aux EVAT des travail peu monotone, et relativement recrutement des forces armées (CIRFA).

TIM n° 204 - Mai 2009 49


TIM204_050_053_UNITES_OTAN.QXD 23/04/09 18:33 Page 50

Vie des unités

Le sommet de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), qui se


tenait à Strasbourg-Kehl-Baden Baden les 3 et 4 avril, célébrait non seulement
« l’intronisation » de la Croatie et de l’Albanie comme membres de l’OTAN mais
aussi le 60e anniversaire de l’Alliance. Avec la présence des 28 chefs d’État
et de gouvernement de l’Alliance, la mobilisation sécuritaire était maximale.
Dans ce cadre, le préfet du Bas-Rhin a sollicité les armées et a signé
une réquisition. Plus de 1 500 militaires de l’armée de Terre (sur quelque
2 000 toutes armées confondues) intégrés au dispositif interministériel
de sécurité, ont pleinement participé à cette mission de sécurisation grâce
notamment à un réservoir unique de capacités spécifiques. Focus sur quelque
savoir-faire mis en œuvre par l’armée de Terre déployée au nord et au sud
de la ville de Strasbourg.

60e anniversaire de l’Alliance atlantique

Sécurité intérieure :
l’armée d e Te r r e
> Le groupement aéromobile (GAM)
Le groupement aéromobile, armé par le 3e Régiment
d’hélicoptères de combat et appuyé par le 1er Régiment
d’hélicoptères de combat, le 5e Régiment d’hélicoptères
de combat et le détachement ALAT des opérations
spéciales (DAOS), sous le commandement du colonel
Bouillaud, a été mobilisé en appui de la gendarmerie
mobile. Dans ce cadre, les gendarmes ont été formés
aux procédures d’embarquement et de débarquement
pour des interventions au sol. Le GAM a également assuré l’hélitransport de toutes
les délégations officielles de Strasbourg à Baden-Baden (sauf ceux du président
de la République française et des États-Unis). Trois Cougar et 12 Puma participaient
à ces missions.

50 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_050_053_UNITES_OTAN.QXD 23/04/09 18:35 Page 51

>Gazelle Viviane
Les Gazelle Viviane ont effectué des missions de
renseignement en vérifiant les mouvements des trains
et ceux sur les berges du Rhin au moyen de caméras
thermiques. Deux Gazelle Viviane assuraient la
mission.

e au s o m m e t !
> Détachement systèmes
d’information et de
communication (DETSIC)
Le détachement du 53e Régiment
de transmissions, aux ordres du capitaine
Lahurte, fournissait les moyens de
transmission pour l’ensemble des unités
déployées pour le sommet et assurait la
mise en place des réseaux informatiques.
Cette infrastructure comprenait notamment
un relais radio en plein cœur du centre-ville
de Strasbourg (ci-dessous).

TIM n° 204 - Mai 2009 51


TIM204_050_053_UNITES_OTAN.QXD 23/04/09 18:36 Page 52

Vie des unités

>Plongeurs de combat
du génie (PCG)
Issus des 1er Régiment de génie, 19e Régiment de génie,
3e Régiment de génie, 6e Régiment de génie, 13e Régiment
de génie, 17e Régiment de génie parachutistes, 1er et
2e Régiments étrangers de génie, BSP (division formation
plongeurs), 31e Régiment de génie et 2e Régiment de
hussards, les 58 plongeurs de l’armée de Terre, placés sous
le commandement du lieutenant Marcadal, étaient en charge
de la reconnaissance des parties subaquatiques. Le jour de
la rencontre des 28 chefs d’États et de gouvernement sur le
pont « jardin des deux rives » de Strasbourg, les PCG étaient
les seuls à assurer la surveillance du milieu subaquatique.

À l’honneur >L’escadron d’éclairage et


Les militaires déployés lors du 24e sommet de l’OTAN d’investigation (EEI)
ont été remerciés et félicités par M. Rebière, préfet de
la région Alsace et du Bas-Rhin, et par le général Dexter,
du 4e Régiment de chasseurs
gouverneur militaire de Strasbourg, commandant L’EEI, armé par l’escadron Lyautey, placé sous
la Brigade du génie et délégué militaire départemental le commandement du capitaine Lafforgue, était chargé
du Bas-Rhin. Ont été particulièrement félicités le CNE de surveiller les approches de l’aéroport d’Entzheim
Roubaud, commandant la compagnie modulaire d’aide ainsi qu’une douzaine de points sensibles dispersés
au déploiement du 1er RG, qui a effectué les travaux en zone rurale dans les alentours de Strasbourg.
de pose et dépose de Concertina dans des conditions
contraintes de temps et d’approvisionnement ;
les renforts de l’EMF 3, qui ont apporté toute leur
remarquable compétence d’état-major au PCMO ;
les formations ayant participé aux cérémonies du
vendredi 3 avril (honneurs au président des États-Unis
d’Amérique) et du samedi 4 avril (hommage aux morts
et aux blessés au cours des opérations extérieures
de l’OTAN), pour leur prestance et leur rigueur ; et enfin le
lieutenant Thierry Mithouard, du 1er RA, qui, confronté
à des manifestants extrêmement violents, a eu une
réaction déterminée appropriée et mesurée, ce qui lui
a permis de désengager ses deux P4 sans encombre.

52 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_050_053_UNITES_OTAN.QXD 23/04/09 18:37 Page 53

Et aussi…

>La section cynophile 13 compagnies PROTERRE


participaient au sommet :
Armée par le 132e Bataillon cynotechnique de l’armée de Terre et placée
sous le commandement du lieutenant Karmann, la section avait pour AU NORD
mission d’appuyer la surveillance du fort Hoche et d’être en mesure n le 13e Régiment du génie
de renforcer la sécurisation du palais de la Musique et du Congrès, où (Valdahon) ;
se déroulait le sommet. Outre sa capacité d’intervention sur ces deux n le 1er Régiment d’artillerie
points, la section cynophile appuyait les démineurs de la sécurité civile (Belfort-Montbéliard) ;
en mettant à leur disposition, sous le commandement de l’adjudant n le 1er Régiment d’artillerie de
Fraîche, un groupe chargé du contrôle des cortèges d’autorités ainsi marine (Laon) ;
que des hôtels et des salles de conférence. n le 61e Régiment d’artillerie
(Chaumont) ;
n le 402e Régiment d’artillerie
(Chalons-en Champagne) ;
>Les missions PROTERRE n le 57e Régiment d’artillerie
(Bitche) ;
de l’armée de Terre n le 1er Régiment d’hélicoptères de
combat (Phalsbourg).
La compagnie PROTERRE du
1er Régiment médical, aux ordres AU SUD
du capitaine Granier, était déployée n le 1er Régiment de génie au
au niveau du port autonome complet (Illkirch) ;
de Strasbourg afin de surveiller n le 2e Régiment de génie (Metz) ;
les darses et d’interdire le jour même n le 5e Régiment de génie
du sommet la mise à l’eau de toute (Versailles) ;
embarcation. n le 503e Régiment du train (Souge) ;
n le 1er Régiment médical (Metz) ;
n le 53e Régiment de transmissions
La 974e compagnie de production (Lunéville).
d’énergie, aux ordres du capitaine
Laforce, du 2e Régiment du génie, n Un peloton de sécurité routière
fournissait une compagnie PROTERRE, était armé par le 515e Régiment
en charge de tenir la zone sud du du train (La Braconne).
Polygone. n Des militaires du 2e Régiment de
dragons – Nucléaire, biologique
chimique (2e RD-NBC)
renforçaient le dispositif
de sécurité NRBC du sommet
avec la mise en place de deux
À savoir chaînes de décontamination
Si le concept initial des missions PROTERRE n’a pas varié (il concerne toujours prêtes à l’emploi.
les missions communes de l’armée de Terre ou MICAT), quelques évolutions n L’EMF 3 renforçait le poste
ont été apportées à son format. L’évolution principale consiste en la de commandement en moyens
diversification des modèles d’unités PROTERRE, apportant au planificateur opérationnels (PCMO).
et à l’employeur des capacités plus en rapport avec le besoin. Ainsi, ces unités
peuvent être déployées dans le cadre strict des MICAT, mais en adaptant les
savoir-faire métiers détenus aux besoins de certains théâtres. Ces unités CNE Nathalie DURAND,
peuvent au besoin reconstituer des sections métiers avec le matériel Lieutenant Maroussia MAUNOURY/
spécifique prépositionné sur le théâtre pour effectuer certaines tâches officier communication
spécifiques et/ou poursuivre leur entraînement métier. du 1er-2e Régiment de chasseurs
Photos : CCH Jean-Baptiste TABONE

TIM n° 204 - Mai 2009 53


TIM204_054_055_VIE_UNITES_GIACM.QXD 23/04/09 18:21 Page 54

Vie des unités

Le GIACM

De la théorie...
à l’Afghanistan Dans le cadre de la formation opérationnelle
de son personnel d’active et de réserve,
le Groupement interarmées d’actions civilo-
militaires (GIACM) organisait en février un
exercice de restitution globale. Au même
moment, le GIACM est présent sur la plupart
des théâtres où opèrent les forces françaises.
De la préparation en France à l’engagement
dans les vallées afghanes, reportage sur les
spécialistes de la coopération civilo-militaires.

D
u 23 au 27 février, dans la tion du stress sous pression médiatique…
région d’Ambérieu-en-Bugey une situation plausible sur le terrain.
(Ain), le GIACM organise un L’incident résolu, l’équipe CIMIC poursuit
exercice dont l’objectif est la sa tâche d’évaluation de la situation sur
maîtrise des techniques spéci- zone en s’entretenant avec les autorités
fiques de la Coopération civilo-militaire locales à la mairie. Un tel entretien per-
(CCM), ou Civil military cooperation (CIMIC) met de faciliter les rapports avec les
en anglais. Constitués en équipes d’ap- entreprises locales et d’analyser les
pui tactique (Tactical support team, TST), besoins de la population. « Lors de ce type
les militaires effectuent un travail gran- d’entretien, l’importance des questions
deur nature en terrain libre, avec des “découverte”, qui s’intéressent longue-
interlocuteurs « réels ». ment à la détresse de l’interlocuteur, est
8 h 30 : après un briefing sur la mission cruciale », explique le lieutenant-colonel
d’évaluation de zone qu’elle va devoir René, encadrant l’exercice.
mener, l’équipe TST du major Deshaies, En fin de journée, toutes les équipes CIMIC
composée de deux sous-officiers et trois en exercice rendent compte de leurs acti-
militaires du rang, reçoit un appel radio : vités et des informations acquises sur le
un paysan a besoin de leur aide sur les terrain. Ce rapport permet de s’assurer
abords de son champ. « C’est peut-être chaque jour de la cohérence “espace-
une embuscade, on ne sait pas ! », souli- temps” des actions en cours.
gne le major Deshaies, qui rappelle la La préparation opérationnelle du GIACM
conduite à tenir dans ce type de situation:
distance de sécurité entre les véhicules,
liaison à vue, radio… Sur zone: un paysan Le GIACM est présent
avec une jambe arrachée par une mine
et une équipe de presse, caméra à
sur la plupart des théâtres
l’épaule. Un incident fictif destiné à la ges- où opèrent les forces françaises.
54 TIM n° 204 - Mai 2009
TIM204_054_055_VIE_UNITES_GIACM.QXD 23/04/09 18:22 Page 55

Aujourd’hui, le GIACM c’est…


inclut de nombreuses activités dites ne pourrait pas passer. L’adjudant Chris-
« TTA » (toutes armes). Au programme : tophe, de l’escadron d’éclairage et d’in- … des hommes
conduite d’une P4, d’un Land-Rover, tir vestigation, sait que la zone est calme. Constitué de 96 permanents et de
au FAMAS, au PA et à l’arme collective, Elle peut cependant toujours servir de 350 réservistes, pouvant être renforcés
maniement des grenades, transmissions, « zone de transit et de trafic pour les par 96 compléments opérationnels
topographie et secourisme… La TST est insurgés », et que ses hommes doivent d’active, le GIACM se déploie sur de
avant tout une équipe de militaires, qui être sur le qui-vive. multiples théâtres :
travaillent au profit de la force. Une fois sur place, le détachement cher- n 5 équipes en Afghanistan ;
che à recueillir le ressenti des habitants n 2 équipes en Côte d’Ivoire ;
Les enjeux liés à la CCM et ce qui se passe dans la zone. Ici, les n 2 équipes au Tchad ;
En mars, à quelques milliers de kilomè- militaires français de la FIAS ont passé la n 1 équipe au Liban ;
tres de là, sur le terrain, en Afghanistan, main aux forces de sécurité afghanes il y n 1 équipe au Kosovo.
les TST sont intégrées dans des patrouil- a plusieurs mois. Les projets CIMIC per-
les françaises. « Les équipes sont un appui mettent de valoriser la présence de l’ar- … une fonction
à la Force. À ce titre nous sortons toujours mée afghane et, en maintenant un contact La coopération civilo-militaire (CIMIC)
avec la patrouille », explique l’adjudant- régulier avec la population, de suivre l’évo- est une fonction opérationnelle
chef Marc*, du GIACM. Des conditions de lution de la situation sécuritaire de cette destinée à optimiser l'intégration
travail qui sont une bonne occasion de tra- zone. À pied, avec quelques hommes et de la force dans son environnement
vailler main dans la main avec les unités le TST, l’adjudant Christophe rejoint le humain afin de faciliter
de mêlée. « Tous ici comprennent les flanc de montagne où le projet est l'accomplissement de sa mission,
enjeux liés à la CCM. Ils savent que c’est construit par les habitants eux-mêmes. le rétablissement d'une situation
un bon moyen d’entrer en contact avec les « Financer leurs activités, c’est aussi un sécuritaire normale et la gestion
habitants et de collecter des informations moyen de les impliquer et de relancer de la crise par les autorités civiles...
d’ambiance », ajoute l’adjudant-chef Marc. l’économie locale », explique le chef
À 9 heures ce jour-là, l’équipe d’appui tac- d’équipe. Les terrasses aménagées sur
tique part vérifier l’avancée de travaux sur près de 78 000 m2 sont cachées par la
un bassin versant, dans le district de brume et les arbres fruitiers ne sont
Shakardara, au nord-ouest de Kaboul. encore que des pousses, mais le projet
Ce type d’ouvrage permet une meilleure est bien là et les Afghans ont travaillé dur.
infiltration de l’eau dans le sol et offre « On n’est pas là pour se substituer aux
donc la possibilité de cultiver des terres ONG ou aux organisations internatio-
jusque-là incultes. De l’eau, il y en a à foi- nales », conclut le lieutenant-colonel
son sur les routes couvertes de boue, pour Romain, chef des CIMIC pour le théâtre.
la colonne de VBL du 501-503e Régiment « Mais avec tous nos projets, on permet
de chars de combat, dans laquelle sont véritablement à la force d’entrer en * Pour des raisons de sécurité,
intégrés les CIMIC en route vers la ville contact avec le pays. » Un paramètre les noms de famille des militaires
interviewés ont été supprimés.
de Ghaza, où le projet est mené. Les 9 VBL indispensable alors que le soutien de la
offrent une escorte légère qui se faufile population est un enjeu essentiel dans les
dans les ruelles des villages, là où un VAB opérations contre-insurectionnelles.

LTN Thomas DIJOL et ASP Adrien FACON


Photos : ADJ Jean-Raphaël DRAHI,
ADJ Gilles GESQUIÈRE

Une équipe TST du GIACM


fait un briefing avant
100_NOTES l’évaluation opérationnelle.

TIM n° 204 - Mai 2009 55


TIM204_056_057_TIM20 ans.QXD 23/04/09 18:15 Page 56

TIM a 20 ans

Joyeux anniversaire

Sous le feu
1995 est une année marquée par l’engagement au combat de nos hommes
en ex-Yougoslavie. L’armée de Terre sera alors endeuillée et le magazine
s’en fait largement l’écho. L’année suivante, Terre Magazine axe ses reportages
sur les nombreux exercices internationaux et également les opérations.

Témoignage : Sergent Bindah, du BATINF 2 Saravejo (9e RCP)


1995
avec une mission de protection
de la population. Un échange de tirs
se produit entre les deux parties
opposées. Un groupe d’enfants,
qui apprécient toujours le contact
avec nos soldats, se réfugie derrière
le VAB français. Le VAB reçoit
une quinzaine d’impacts. Bindah
riposte d’une quarantaine de coups,
aidé par son pilote, le caporal Alliotte.
Le sergent est blessé au bras gauche.
Après avoir reçu l’ordre de rejoindre
« À Sarajevo, près de l’aéroport, son bataillon, Bindah fait embarquer
EN FRANCE ET DANS le sergent Bindah du BATINF2 à bord les cinq enfants terrorisés
LE MONDE EN 1995 (9e RCP) se trouve à bord de son VAB, pour les mettre à l’abri. C’était le
; 17 JANVIER : posté dans le quartier de Dobrinja 16 novembre 1994. »
Tremblement de terre de Köbe ;
; 7 MAI : élection de monsieur

1995-96
Jacques Chirac au poste de Hommage aux morts
président de la République ; « Mardi 14 mars à 8 h 30 : treize
; 19 AVRIL : attentat meurtrier Casques bleus du 5e Bataillon
à Oklahoma City ; d’infanterie de Sarajevo (4e RG)
; 25 JUILLET : attentat terroriste se rendent sur les monts Igman
à la station parisienne Saint- pour effectuer une mission
Michel ; grèves en France ; de déminage. Sur la piste enneigée,
; 21 NOVEMBRE : accords de paix à hauteur de Krupac, leur chenillette
de Dayton sur l’État bosniaque ; dérape et s’abîme 80 mètres plus bas,
; 5 DÉCEMBRE : le Chef d’état- dans un ravin miné. Les secours,
major de l’armée française considérablement gênés par les mines,
reprend sa place au sein remontent, après des opérations
du Comité militaire de l’OTAN, d’élingage difficiles, neuf Casques
29 ans après que le général bleus, sans vie, et quatre grièvement
de Gaulle s’en soit retiré. blessés. »

AUTRES REPORTAGES
L’hommage de la nation DU MAGAZINE
« En cet après-midi de 1er juin, le ciel est lourd, gris • Dossiers sur le
et triste. Comme tous les visages… Depuis le matin, service militaire,
on ne cesse d’apporter des gerbes de fleurs dans la l’armée et la nation,
le corps européen,
chapelle où reposent encore le marsouin de 1re classe
la 11e DP ;
Amaru et le marsouin Humblot. Le président de la • VIGIPIRATE Paris ;
République, M. Jacques Chirac, s’est rendu, à Vannes • 9e RCP
pour « un hommage solennel » aux deux casques à Mogadiscio ;
Bleus du 3e Régiment d’infanterie de marine (RIMa) • 5e RIAOM
tués au combat, à Sarajevo, au cours de l’assaut aux Comores.
donné le 27 mai pour reprendre le pont de Verbanja. »

56 TIM n°204 - Mai 2009


TIM204_056_057_TIM20 ans.QXD 23/04/09 18:16 Page 57

Toujours plus haut Opérations ALMANDIN


Du nouveau à l’ETAP
« Monter plus haut pour aller
plus loin… Depuis de nombreuses
années, les chuteurs opérationnels
plafonnaient… Cette année,
l’ETAP a repoussé les limites
du saut en altitude (7 200 m). »

La compagnie d’appui du 8e RPIMa


en Centrafrique
« Mi-avril, des troubles éclatent en
République Centrafricaine. Une partie
des forces armées du pays se mutine.
En vertu des accords de coopération et
de défense liant la France à ce pays,
EN FRANCE ET DANS les troupes françaises stationnées au
LE MONDE EN 1996 Tchad dans le cadre du dispositif Epervier
interviennent. Leur mission est d’assurer
; 8 JANVIER : décès la sécurité dans la capitale Bangui et
1996
de François Mitterrand ; Une rencontre au sommet d’évacuer si nécessaire les ressortissants
; 29 JANVIER : dernier essai Exercice franco-polonais
français et étrangers en danger.
nucléaire de la France MONT DES BOULEAUX 96
Les opérations ALMANDIN débutent. »
dans le Pacifique ; « “C’était une belle opération,
; 22 FÉVRIER : annonce nous avons écrit une page d’histoire
par Jacques Chirac de en ouvrant une piste dans la jungle”,
la suspension du service raconte, encore ému, le colonel
militaire dans un délai Najean, commandant le groupe
de six ans ; d’escadrons du 12e Régiment
; 27 SEPTEMBRE : de cuirassiers. Description
Kaboul tombe aux mains des premières manœuvres franco-
des Talibans qui exécutent polonaises qui se sont déroulées
l’ancien président du 25 mai au 2 juin à Okenek. »
Najibullah après avoir
décrété l’application
COOPERATIVE LANTERN
de la charia ;
et COOPERATIVE DRAGOON
Partenariat pour la paix : « L’armée
; 3 DÉCEMBRE : attentat
de Terre participe aux différents
terroriste dans le RER
exercices de l’OTAN dans le cadre
à Paris.
des accords de “partenariat pour
la paix”, depuis leur signature en
1994. Du 5 au 14 septembre,
elle a participé simultanément à
deux de ces exercices. »

Le cœur européen à l’ouvrage


MARESCOT 96 exercice interallié du génie européen :
« Comment traverser le Danube avec des matériels de
franchissement différents voire incompatibles ? Comment diriger
une opération de minage de pont lorsqu’on ne parle pas la même

1996
langue que ses hommes ? Difficile, mais néanmoins possible :
Français, Belges et Allemands ont surmonté leurs « différences »
lors d’un exercice réunissant, fin avril, des unités de sapeurs
du Corps européen à Bogen, en Allemagne. »

AUTRES REPORTAGES DU MAGAZINE


Repères • Terre Magazine spécial insignes n°77 ;
• 3e Corps d’armée OTAN ;
• Ministre de la Défense : François Léotard (jusqu’au 18 mai 1995) • Exercice PEGASUS 95 Corps européen,
puis Charles Millon ; MONTAUBAN 96, 6e RPIMa, GERANIUM 96 ;
• CEMA : Amiral Jacques Lanxade (24 avril 1991 - 8 septembre 1995) • Dossiers Ex-Yougoslavie, 9e DIMa, 27e DIM,
puis général d’armée aérienne Jean-Philippe Douin 6e DLB, armée de Terre objectif 2002, EUROFOR ;
(9 septembre 1995 – 29 avril 1998) ; • Challenge des réserves.
• CEMAT : Général d’armée Monchal puis général d’armée Mercier.
Rubrique réalisée par le CNE Audrey LAISNÉ

TIM n°204 - Mai 2009 57


TIM204_058_059_SPORT.QXD 23/04/09 18:04 Page 58

Sport

Depuis deux ans,


il est le leader de l’équipe
de France de ski alpin.
Premier tricolore vainqueur
d’un Globe depuis 2002,
il a sublimé les légendaires
pistes d’Alta Badia (Italie),
Wengen (Suisse) ou Kitzbühel
(Autriche). La carrière
du caporal Jean-Baptiste Grange
a fait couler beaucoup d’encre,
TIM n’échappe pas
à la tendance. Portrait
d’une étoile des neiges.

Jean-Baptiste Grange

Tout
schuss !
S
IRPA RTSE1 de Lyon, mercredi
8 avril, 11 h 15. Une dizaine
de personnes piaffent d’im-
patience au fur et à mesure
que les minutes s’égrènent.
On demande des nouvelles du car, on
suppose qu’il est perdu, on devine qu’il
a du retard. Une heure plus tard, le véhi-
cule tant attendu arrive dans la cour du
SIRPA et libère la trentaine d’athlètes de
l’Équipe de France militaire de ski (EFMS).
Hommes et femmes, le teint hâlé, bas-
kets et survêtement blanc estampillé
“France”, déboulent au pas de course
!
drait bien. C’est le caporal Jean-Baptiste
Grange, celui que la presse encense
autant qu’elle l’encourage, vainqueur du
Globe de cristal en slalom le 14 mars
dernier à Äre (Suède).
Né à Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie)
en 1984, Jean-Baptiste a baigné dans le
ski dès son plus jeune âge. « Mes deux
parents étaient en équipe de France
dans les années 1970. Là où je suis né,
le ski est incontournable, que ce soit
pour la compétition ou pour le loisir. Je
n’aurais pas pu faire autre chose de ma
vie, et malgré les doutes sur l’aboutis-
dans le grand hall d’accueil. sement de mes projets, j’ai toujours
Parmi eux, un jeune homme brun, arbo- voulu faire ça », raconte-t-il. Depuis,
rant un timide sourire, presque gêné, se Jean-Baptiste Grange trace son chemin
fond dans la foule, ou tout du moins, vou- à la force de ses skis, pas à pas.

58 TIM n°204 - Mai 2009


TIM204_058_059_SPORT.QXD 23/04/09 18:05 Page 59

Ses préférences vont au slalom et au


combiné, et c’est dans cette discipline L’Équipe de France militaire de ski
qu’il réalise sa première grande perfor-
Née au sortir de la Seconde Guerre l’EFMS représente la volonté
mance lors des championnats du monde
mondiale, l’EFMS est implantée de l’armée de participer au sport
junior de ski alpin à Serre Chevalier, en
à l’École militaire de haute montagne de haut niveau. Elle promeut
2003. Il enchaîne ensuite les compéti-
(EMHM) à Chamonix. L’équipe compte non seulement le ski, mais surtout
tions, participe à sa première épreuve
28 athlètes à l’EMHM, cinq autres un système, celui de l’armée,
de Coupe du monde en 2004, puis court
répartis aux 7e, 27e, et 13e Bataillon qui offre un soutien logistique
la coupe d’Europe. Sa bonne saison
de chasseurs alpins (BCA), et et une logique de carrière par
2005-2006 marque un tournant dans la une formation militaire et sportive,
un dans l’armée de l’Air. Encadrés
carrière du jeune athlète qui intègre, par le commandant Persicot des contrats d’objectifs et
sur les conseils de Jean-Pierre Vidal2, et le major Bernard Stocard, des reconversions adaptées.
l’Équipe de France militaire de ski. les hommes et les femmes L’EFMS et la Fédération française
« Au-delà du soutien matériel et moral, de l’équipe, avant d’être des sportifs, de ski (FFS) travaillent conjointement
un des grands bénéfices d’être rentré sont d’abord des soldats en vue d’un seul objectif, comme
à l’EFMS, explique Jean-Baptiste Grange, sous contrat. À ce titre, et en l’explique le commandant Persicot :
est que l’on passe beaucoup de temps parallèle de leurs activités sportives, «Lorsque le drapeau tricolore
avec les biathlètes et les skieurs de ils ont des activités militaires, comme monte dans le ciel et que retentit
fond. Le fait de pouvoir échanger avec les autres. Placée sous l’autorité La Marseillaise, c’est gagnant-
des Vittoz et des Poirée est un réel enri- sportive de Centre national gagnant. On travaille vraiment
chissement. » des sports de la Défense (CNSD), main dans la main.»

Porté par l’armée de Terre


Mais le succès n’a pas toujours été au de l’équipe ? Comment gère-t-on la L’avenir, pour Jean-Baptiste Grange,
rendez-vous, et malgré les efforts, rien compétition avec ses frères d’armes ? c’est d’abord du repos. Repos, parce
n’est gagné d’avance. Jean-Baptiste Ça ne pose aucun problème à Jean- qu’à l’horizon se profilent des échéan-
Grange le sait pour avoir perdu le Globe Baptiste Grange, qui se félicite que «tout ces sportives importantes dans la car-
à quatre portes de l’arrivée en Coupe du le monde dans le groupe a compris qu’il rière d’un jeune athlète : la Coupe du

!
monde l’année dernière, et être passé fallait qu’on travaille tous ensemble monde, bien sur, mais surtout les Jeux
à côté des mondiaux cette année. La sans se tirer dans les pattes, qu’on était olympiques de Vancouver en 2010, l’ob-
Coupe du monde 2009 a été une revan- bien plus fort en équipe. » jectif principal de la saison pour le
che pour le skieur. Il a porté le dossard Citant l’exemple de l’excellente fin de champion. Du haut de ses 24 ans, Jean-
rouge de leader du classement en sla- saison de son ami Julien Lizeroux contre Baptiste Grange est prêt à embrasser
lom du début à la fin de la saison 2008- lequel les médias ont tenté de le mon- le succès, une fois de plus.
2009 avant d’embrasser son Globe de ter, en vain, le slalomeur ne cache pas
cristal en slalom, récompense tant dési- qu’il préfère être en compétition avec Julie WITTMER
rée. Il s’est battu pour ce sacre, depuis lui plutôt qu’avec un inconnu. Photos : Agence Zoom, EMHM
la première course à Levi (Finlande)
jusqu’au jour de la dernière épreuve.
Quand un athlète arrive à un tel niveau,
Là où je suis né, 1
Service d’information et de relations
publiques de l’armée de Terre,
la gestion de la pression est détermi- le ski est région Terre nord-est.
nante pour la victoire. « Il faut arriver à
2
Médaillé d’or en slalom aux JO 2002, médaillé
se protéger de tout ce qui se dit pour ne
incontournable, que ce de bronze aux championnats du monde 2005.

pas perdre son objectif de vue », témoi- soit pour la compétition


gne l’athlète. « On est ballotté par les ou pour le loisir. »
médias, chacun y va de son conseil,
alors il faut savoir rester dans ce que
l’on sait faire. J’ai tendance à n’avoir Palmarès
pas assez confiance en moi, c’est un
travail quotidien que de maintenir n Coupe du monde
confiance et constance. » 2009 : Globe de
Les principes inculqués par l’armée de cristal en slalom ;
Terre le soutiennent quand la pression n Coupe du monde
se fait trop lourde. « Quand je doute et 2008 : 2e en slalom ;
que j’ai envie de lâcher prise, les n Championnats
valeurs de travail et de rigueur véhi- du monde 2007 :
culées par l’armée me permettent médaille de bronze
de continuer à m’accrocher », confie en slalom.
le jeune caporal.
Au-delà des moments difficiles, les prin-
cipes de cohésion, de partage et de pro-
gression animent l’EFMS, la poussant
sans cesse à se dépasser, tant collec-
tivement qu’individuellement. Mais alors
qu’en est-il de la concurrence intestine

TIM n°204 - Mai 2009 59


TIM204_060_BREV_SPORTS.QXD 23/04/09 17:58 Page 60

Brèves sport
Sport

Le 1er RPIMa s’en tire Les Spahis au marathon de Monaco


très bien !

L’adjudant-chef Pouillard, du 1er Régi-


ment de parachutistes d’infanterie
de marine (1er RPIMA) de Bayonne, Le 22 mars, 43 militaires du 4e escadron dron termine le circuit en 3h18mn alors
et l’adjudant Maire, réserviste de la du 1er Régiment de spahis ont participé que les autres coureurs ont mis, en
2e compagnie du régiment, se sont au marathon de Monaco. Ils ont par- moyenne, entre 4 et 5 heures. Le
illustrés lors d’un concours de tir à couru 43 km et traversé la France, l’Ita- 1re classe Ortiz et le brigadier Hortez se
Metz les 14 et 15 mars. Ce concours lie, pour franchir enfin la ligne d’arrivée sont vu remettre une coupe dans la
civil était ouvert à toute personne se du stade Louis-II. Le premier de l’esca- catégorie espoir moins de 21 ans.
servant d’une arme dans le cadre de
son métier. Le binôme militaire a sur-
volé la compétition qui comportait dix
Le 54e RA dans la fournaise
ateliers de tirs, de l’arme individuelle
au fusil d’assaut, en passant par
de Singapour
l’arme de tireur d’élite. Ils ont ainsi La 4e étape du circuit mondial de triathlon Iron-
pris la première place, devant les man 70.3 s’est déroulée le 22 mars à Singapour.
197 concurrents civils, des douanes Les 936 athlètes de 48 nationalités ont été sou-
ou de la police. mis à rude épreuve : une température de 38 °C,
du vent, un taux d’humidité à 100 %, toutes les
conditions étaient réunies pour éprouver les
organismes durant les 2 km de natation, 90 km
Victoire inédite du de cyclisme en contre la montre et les 21 km de
Prytanée en natation course à pied. Forts de leurs quatre mois de
préparation, le capitaine Prenel et l’adjudant
Montpellier a accueilli, du 18 au 20 mars, Mordant, du 54e Régiment d’artillerie (RA), se
les équipes des 39 établissements par- sont qualifiés pour le Championnat du monde
ticipant aux championnats de France du 14 novembre 2009 qui aura lieu en Floride.
UNSS de natation. L’équipe du Prytanée
a été couronnée championne de France,
distançant ses concurrents des lycées
Tournoi des grandes écoles 2009
de la Défense d’Aix-en-Provence et de Le Tournoi sportif des grandes écoles de la Défense (TSGED) s’est
Saint-Cyr-l’École (respectivement 5e et déroulé au Centre national des sports de la Défense les 20 et
22e). Pour la première fois de son his- 21 mars. Neuf grandes écoles (Polytechnique, les écoles de Coët-
toire, l’équipe du Prytanée remporte ce quidan, Navale...), soit 1 300 étudiants, ont défendu leurs cou-
titre, loin devant les lycées Sport-études! leurs sur 13 disciplines (handball, cross-country, football...).
Lors de cette manifestation, Polytechnique a décroché la pre-
mière place dans six catégories, notamment en handball, football et volley-ball,
et établi un nouveau record TSGED en natation au 100 m dos (58’’65) grâce à Ralph
Blumenthal.

Alexis Vastine frappe un grand coup


Les 101e finales nationales de et remporte ainsi le titre
boxe amateur se sont dérou- de champion de France en
lées à Auxerre le 14 mars. l’emportant 18 points à 7.
Dans la catégorie des 64 kg, Déjà champion militaire et
le 1re classe Alexis Vastine, du médaillé de bronze aux Jeux
121e RT, était opposé à Samir de Pékin en 2008, la grande
Machrouh. Dès le début, le militaire forme du 1re classe est de bonne augure
prend l’avantage sur son concurrent pour la suite des compétitions !

60 TIM n° 204 - Mai 2009


Gab pub pleine page.QXD 16/01/09 15:58 Page 60
TIM204_063_BD.QXD 24/04/09 10:39 Page 63

BD

TIM n°204 - Mai 2009 63


TIM204_064_065_AGENDA.QXD 24/04/09 10:43 Page 64

Quartier libre

4
23 05 09 16 05 09
40 bougies Rencontres napoléoniennes
pour le 40 e RT 2009 à Brienne
Le 40e Régiment de transmis- La ville de Brienne-le-Château accueil-
sions s’apprête à célébrer son lera le week-end des 16 et 17 mai les
quarantième anniversaire et deuxièmes rencontres napoléoniennes
ses vingt-cinq ans de présence sur l’esplanade de son château, excep-
dans la garnison de Thionville. Au tionnellement ouvert au public à cette
programme des réjouissances : occasion. Au programme : manœuvres
concert d’un pianiste de renom, militaires des groupes napoléoniens,
John-Frédéric Lippis, le 16 mai ; reconstitution de combats, tirs au canon,
gala de prestige le 22 ; cérémo- mais aussi conférences, expovente et war-
nie militaire le 23 ; puis portes games. Buvette et « potée du grognard »
ouvertes du régiment jusqu’au 24 sur place, entrée gratuite.
au soir. D’autres activités comme Accueil du 16 mai à partir de 9 h 30
des expositions, démonstrations jusqu’au 17 mai à 17 h.
de matériel, rallye cyclo-pédes-
tre sont prévues.
Renseignements auprès du
secrétariat du chef de corps :
03 82 88 81 64.
4
4

03 06 09 06 06 09
26 e Congrès national Meeting aérien
des transmissions au Cannet-des-Maures
Organisé par l’Union nationale des Trans- Les 6 et 7 juin, l’École d’application de
missions (UNATRANS) et placé sous l’aviation légère de l’armée de Terre (EAA-
le haut patronage du ministère de la LAT) et l’École franco-allemande (EFA) de
Défense, le 26e Congrès national des formation des équipages Tigre organisent
transmissions aura lieu les 3 et 4 juin 2009 un meeting aérien sur l’aérodrome du
à l’École militaire à Paris. De nombreu- Cannet-des-Maures, dans le Var.
ses conférences sont dispensées sur le Au programme des festivités : démons-
thème « le renseignement et la sécurité trations dynamiques, présentations sta-
de l’information ». tiques et baptême de l’air en hélicoptère
Renseignements auprès pour les visiteurs qui le souhaitent.
de l’UNATRANS au 01 56 20 35 45. Renseignement : Capitaine Bertrand,
04 98 11 76 79.
4

17 05 09 13 05 09
Exposition de peinture Forum entreprises Défense
au 54 e RT La 11e édition du Forum entreprises
Le 54 Régiment de transmissions orga-
e
Défense (FED), organisée conjointement
nise le 17 mai au camp d’Oberhoffen par la Chambre de commerce et d’indus-
une exposition de peinture d’artistes de trie de Versailles (CCIV) et l’armée de
la région. Cette manifestation sera Terre, se déroulera les 13 et 14 mai à la
clôturée par un concours sur le thème base militaire de Versailles-Satory. Depuis
« le régiment à travers ses hommes et 20 ans, le forum rassemble les acheteurs
ses femmes, ses missions et ses maté- et les fournisseurs de la Défense dans le
riels ». Exposition, concours et accès but de faciliter leurs échanges et de
gratuit. consolider les partenariats d’affaires. Au
Renseignements auprès du Comité programme de ces deux jours, l’inaugu-
d’organisation Exposition de peinture ration officielle par le directeur central du
2009 : exposition_peinture2009_54rt matériel et des conférences animées par
@yahoo.fr des spécialistes de la Défense.
Contact et inscription : CCIV,
Sandrine Le Du, 01 30 75 35 67.

64 TIM n°204 - Mai 2009


TIM204_064_065_AGENDA.QXD 24/04/09 15:11 Page 65

Votre agenda

4
14 05 09 17 05 09
Exposition dédiée à la BD Les Diables Rouges
L’Historial de la Grande Guerre, basé à vous accueillent au 152 e RI
Péronne (Picardie), organise une exposi- À l’occasion de leur 90e année de présence
tion dédiée à la bande dessinée du 14 mai à Colmar, les Diables Rouges organisent
au 23 août 2009. Intitulée « Tardi - Putain une journée portes ouvertes, le 17 mai.
de guerre », cette exposition traitera de
la fabrication de la mémoire de 1914-1918
par Jacques Tardi, auteur de BD telles que
C’était la guerre des tranchées et La fleur
au fusil. Elle montre comment se fabri-
que une mémoire de la Grande Guerre à
travers les différents filtres culturels et
mémoriels d’un itinéraire d’auteur: témoi-
gnage indirect, utilisation de sources
historiques, influences artistiques…
Entrée libre tous les jours de 10 h à 18 h.
4

13 05 09
Portes ouvertes du 43 e Régiment d’infanterie
Le 43e Régiment d’infanterie de Lille orga- game, des reconstitutions historiques et
nise ses portes ouvertes les 13 et 14 juin. une présentation de matériels.
À l’occasion de cette grande manifesta- Rendez-vous au quartier Saint-Ruth, rue
tion annuelle sont prévues des aubades de la Porte d’Ypres, à Lille.
du brass band et de cornemuses écossai- Renseignements au secrétariat du chef
ses, une initiation au paint ball et au laser de corps : 03 28 38 20 40.

TIM n°204 - Mai 2009 65


TIM204_066_067_CULTURE.QXD 24/04/09 10:16 Page 66

Quartier libre

La cyberguerre, ESSAI ESSAI


la guerre numérique a commencé Sans blessures apparentes Les guerres modernes racontées
ESSAI Jean-Paul Mari. Éd. Robert Laffont, 306 p, 20 € aux civils et aux militaires
ISBN 9782221107317 Pierre Servent. Éd. Buchet Chastel, 300 p, 22 €
Nicolas Arpagian
« Pas plus que le soleil, la mort 9782283023655
Vuibert, 256 p, 26 €
ISBN 9782711768936
ne peut se regarder en face », Ancien journaliste de La Croix
disaient les anciens. Comment et du Monde, ancien consultant
Depuis sa création il y a qua- font-ils, alors, ceux qui l’ont vue en communication du ministre
rante ans, Internet est ancré de près, qui l’ont regardée pren- de la Défense entre 1995 et 1997
dans notre vie quotidienne. dre la vie d’un enfant, d’un frère d’armes? et colonel de réserve, l’auteur a
Spécialiste des questions Jean-Paul Mari enquête sur la douleur de notamment servi dans les Balkans et en
d’influences, Nicolas Arpa- la guerre qu’on doit combattre si l’on veut Afghanistan. Il présente les nouveaux
gian donne ici les clés pour revivre. Ce livre est un témoignage sur visages de la guerre, à travers des récits
mieux comprendre les enjeux de cette l’épouvante que l’auteur, grand reporter, inédits, des portraits de soldats et d’offi-
technologie mise en action par les col- a côtoyée pendant ses 25 ans de carrière. ciers, Américains et Français.
lectivités nationales pour mener des opé-
rations de déstabilisation. En bref, l’auteur
PHOTOGRAPHIE HISTOIRE
décrypte la cyberguerre pour la rendre
accessible au plus grand nombre. Secours en montagne Le Viêt-Minh
Marcel Peres, Philippe Poulet Éric Deroo, Christophe Dutrône
Les Indes Savantes, 237 p, 47 €
Trois questions à Mission Spéciale Productions, 200 p, 49,90 €
ISBN 9782916357157 ISBN 9782846541459
Ce livre de référence pré- Le Viêt-Minh, d’abord sous-
Nicolas Arpagian sente tous les acteurs du estimé, a été ensuite perçu
Comment les États peuvent-ils secours en milieu vertical. comme l’incarnation du
se prémunir d'une cyberguerre ? Un historique complet et un communisme totalitaire à la
Faute de pouvoir empêcher les cyberat- point détaillé et illustré des conquête de l’Asie. Voici un
taques – la robustesse des systèmes hélicoptères aux secours étrangers. Les panorama d’ensemble de l’« aventure
d’information n’étant jamais certaine – photographies de Philippe Poulet vien- Viêt-Minh». La collecte et la consultation
les États doivent préparer des scéna- nent compléter le texte de Marcel Peres, des archives militaires et des récents tra-
rios de secours pour pallier les effets ancien directeur de l’École nationale de vaux universitaires ont permis aux auteurs
de telles agressions. Comme les atta- ski et d’alpinisme, aujourd’hui préfet et d’illustrer leur propos de manière vivante.
ques « en déni de service » qui visent à spécialisé dans le droit en montagne.
saturer un site Internet par la connexion
HISTOIRE
simultanée d’un très grand nombre
d’ordinateurs. De même, les adminis- BIOGRAPHIE Les 300 jours de Verdun
trations doivent pouvoir activer des Homme de Dieu… Homme €
Jean-Pierre Tubergue. Éd. Italiques, 550 p, 59€
dispositifs de secours en cas de conta- de guerre ISBN 9782910536664
mination de leur réseau informatique François Casta. L’Esprit du Livre Éditions, Publié en partenariat avec le
principal. 275 p, 22 € Service historique de la Défen-
Dans quelle mesure l'émergence ISBN 9782915960440 se et le Mémorial de Verdun,
des réseaux sociaux influe-t-elle La biographie d’un aumônier cet ouvrage retrace la plus
sur la cybersécurité ? parachutiste, né en 1919 à grande bataille de la Première
Ces réseaux sociaux sont des mines Calenzana, en Corse, engagé Guerre mondiale. 300 jours et 300 nuits
d’informations personnelles et profes- volontaire au 1er BPC qui, sous où des villages sont rayés de la carte, le
sionnelles, qui peuvent faciliter les tra- l’anonymat de la tenue de com- paysage labouré par 60 millions d’obus,
vaux d’approche d’un cadre ou d’un haut bat camouflée, a été confronté aux dures où 300 000 soldats trouvent la mort ou
fonctionnaire par des services de ren- réalités de la guerre. Sa carrière l’a disparaissent. Extrêmement bien docu-
seignement ou des professionnels de conduit à une réflexion profonde sur menté, ce livre d’exception commémore
l’intelligence économique. C’est égale- l’usage de la force. ce duel de Titans.
ment un bouleversement de la commu-
nication des armées, notamment avec
Rubrique réalisée par Julie WITTMER

les blogs tenus par des militaires.


Où en est la France en matière La BD du mois
de cybersécurité ? Les dragons de Pékin
À la suite du Livre Blanc sur la Défense Collection Insiders, tome 7
de 2008, une agence en charge de la Bartoll et Garreta
sécurité des systèmes d’information Dargaud, 48 p, 10,40 €
devrait voir le jour. À ce propos, l’État ISBN 9782205062335
devra développer une véritable politi- Tout juste échappée du goulag, Najah se retrouve
que managériale au profit des spécia- entre les mains de la mafia chinoise. Elle doit
listes de la cybersécurité pour attirer et poursuivre sa mission d’infiltration. Pour cela, une
fidéliser plusieurs années ces profes- seule priorité, rester en vie, et une seule solution,
sionnels dont la cote grimpe constam- pactiser avec le diable…
ment sur le marché privé de l’emploi.

66 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_066_067_CULTURE.QXD 24/04/09 10:17 Page 67

· ¨ ^ ³ · ¨ ^ ³ ¨ · ¨ ^ ³ · ¨ Culture et loisirs

Et aussi… A l’affiche
ESSAI FANTASTIQUE
Les menaces biologiques X-Men Origins : Wolverine
Henri Korn, Patrick Berche, Patrice Binder Réalisé par Gavin Hood
Puf, 169 p, 15 € Avec Hugh Jackman, Ryan Reynolds, Dominic
ISBN 9782130571599 Monaghan, Liev Schreiber
Ce livre est le fruit d’une réflexion Cet opus relate les événements survenus
menée sur les menaces biologiques de avant ceux de X-Men et s’intéresse plus
ce début du XXIe siècle. Il dresse la liste particulièrement au passé romantique et
des agents militarisables (bactéries, violent de Wolverine, et à ses liens avec
virus, toxines) et décrit l’arsenal juri- Victor Creed et le terrible programme
dique censé prévenir le bioterrorisme. Weapon X. Au cours de cette aventure,
La principale proposition de cet ouvrage Wolverine rencontre de nombreux
est de mieux former et informer les mutants.
acteurs en science de la vie sur leurs
responsabilités face aux potentielles
dérives de leurs recherches.

ESSAI COMÉDIE
Les DVD
L’odyssée des mercenaires Vilaine
Michel Klen. Éd. Ellipses, 336 p, 23 € Réalisé par Jean-Patrick Benes, Allan Mauduit
ISBN 9782729840198 Avec Marilou Berry, Chantal Lauby, François Berléand
Depuis l’antiquité jusqu’à la période Mélanie est une fille trop gentille qui, un désastreux jour de Saint-
contemporaine, les mercenaires ont Valentin, finit par comprendre que dans notre monde, ça ne paie
traversé les siècles et le monde. Ces pas d'être gentil. Elle décide alors de devenir «une injusticière»:
soldats sans frontières ont tenu un rôle Vilaine est née. Elle va se venger de ceux qui lui ont fait du mal, mais aussi, à
considérable dans toutes les guerres coups de méchancetés, rééduquer les gentils pour leur apprendre à devenir
et c’est cette saga que retrace Michel méchants.
Klen, ancien officier. La privatisation
des guerres modernes leur confère un ESPIONNAGE
rôle de premier plan. Quantum of Solace
Réalisé par Marc Forster
HISTOIRE Avec Daniel Craig, Olga Kurylenko, Mathieu Amalric
Bir Hakeim, mai-juin 1942 Bien décidé à traquer ceux qui ont forcé Vesper à le trahir,
François Broche. Éd. Perrin, 208 p, 18 € l’agent 007 se met sur la piste de Dominic Green, un homme
ISBN 9782262024024 d'affaires impitoyable et un des piliers de la mystérieuse orga-
Ce livre est conçu comme un drame en nisation qui tenait Vesper à sa merci. Bond découvre que ce dernier manœuvre
cinq actes, divisés en épisodes courts. pour prendre le contrôle de l'une des ressources naturelles les plus importan-
Les nombreux témoignages d’anciens tes au monde en utilisant la puissance de l'organisation et en manipulant la CIA
de Bir Hakeim viennent soutenir le pro- et le gouvernement britannique...
pos de l’auteur, lui-même fils d’un lieu-
DRAME
tenant-colonel qui a trouvé la mort
là-bas, en juin 1942. François Broche Million dollar baby – Édition collector
fait le point notamment sur les raisons Réalisé par Clint Eastwood
qui ont poussé Rommel à s’emparer Avec Clint Eastwood, Morgan Freeman, Hilary Swank
d’une position a priori non stratégique. Frankie Dunn, entraîneur de boxe, vit dans un désert affectif
depuis que sa fille l’a rejeté, jusqu’au jour où une jeune femme,
Maggie, pousse la porte de son gymnase à la recherche d’un
coach, poussée par le désir vital de monter sur un ring. Frankie, d’abord réti-
le jeu cent, fini par accepter de l’entraîner. Commence alors entre eux une relation
mouvementée.
GUERRE
Call of duty, COMÉDIE
World at War Musée haut, musée bas
Activision Réalisé par Jean-Michel Ribes
Ce cinquième volet de la saga replonge Avec Michel Blanc, Victoria Abril, Pierre Arditi
les joueurs dans la Seconde Guerre Un conservateur terrorisé par les plantes vertes, une mère
mondiale, et tout spécialement dans plastifiée pour être exposée, des gardiens épuisés par Rodin,
la bataille du Pacifique et du front de un ministre perdu dans une exposition de sexes, des touristes
l’Est. Call of Duty, World at War offre galopins galopant d'une salle à l'autre, Picasso, Warhol, ils sont tous là dans ce
des scènes d’anthologie qui monopo- petit monde qui ressemble au grand, dans ce musée pas si imaginaire que ça,
lisent tous les sens du joueur. Émo- valsant la comédie humaine jusqu'au burlesque.
tions fortes à la clé.

TIM n° 204 - Mai 2009 67


TIM204_068_MF.QXD 24/04/09 10:05 Page 68

Mots fléchés
Quartier libre

68 TIM n°204 - Mai 2009


TIM204_069_VU.QXD 24/04/09 10:04 Page 69

Vu dans les médias


Quartier libre

La Dépêche du Midi rapporte la signature d’une convention de partenariat


entre Airbus Industrie et le 17e RGP. L’AFP revient sur les propos du secrétaire
d’État à la Défense et aux Anciens combattants Jean-Marie Bockel lors d’un forum
organisé à l’université Paris-Dauphine, fixant les futurs objectifs quantitatifs
de la réserve opérationnelle. Enfin, La Montagne fait le point sur les débuts
expérimentaux de la base de Défense de Clermont-Ferrand.

Airbus et le 17e RGP partagent leur expertise

A
Montauban, le 17e Régiment de de maîtrise du risque terroriste. « L’ob- sifs, devrait donc être en mesure d’ap-
génie parachutiste et Airbus jet de cette charte est d’encadrer les porter son expertise à l’avionneur dans
Industrie ont signé le 13 mars der- conseils dispensés par le régiment au le domaine de la prévention du risque ter-
nier une convention visant à développer bénéfice d’Airbus dans le domaine de la roriste. Une préoccupation constante
un partenariat dans le domaine de l’avia- sureté aéronautique appliqué aux explo- dans l’aéronautique civile. Néanmoins,
tion civile. « Tout le monde trouve son sifs », précise le colonel de Noray, chef cet accord ne fait que formaliser une
intérêt dans cette réflexion commune » : de corps du 17e RGP. collaboration entre l’armée et Airbus
La Dépêche du Midi rapporte ainsi les Selon le quotidien du Tarn-et-Garonne, Industrie entamée depuis longtemps,
propos de l’émissaire d’Airbus Industrie le 17 pourra suggérer à Airbus des pis- notamment par le biais des journées anti-
Pascal Andrei. tes de réflexion sur les nécessaires dis- terroriste que le 17e RGP organise régu-
La convention de partenariat signée entre positifs de sureté. Ce régiment, dont le lièrement à l’adresse des industriels de
les responsables d’Airbus et le régiment pôle innovation effectue des recherches l’armement et de l’aéronautique.
montalbanais s’inscrit dans une volonté très poussées dans le domaine des explo-

Bockel : la réserve opérationnelle


portée à 40 000 hommes d’ici à 2015

L
a réserve opérationnelle des de la Défense) consiste en un format de sident Nicolas Sarkozy. Ce document, a-
armées, composée de civils et 40 000 hommes pour 25 jours par an à t-il rappelé, prône « la constitution d’un
d’anciens militaires, sera portée l’horizon de 2015 », a-t-il enchaîné lors socle de réservistes, plus spécialisés,
de 33 000 hommes aujourd’hui à 40 000 de ce forum organisé à l’université Paris- mieux formés et mieux intégrés dans le
en 2015, hors gendarmerie, a annoncé Dauphine en prélude à la Journée natio- nouveau dispositif de défense et de sécu-
mercredi 7 avril le secrétaire d’État à la nale du réserviste. Celle-ci se tiendra rité ». Monsieur Bockel a également indi-
Défense et aux Anciens combattants cette année conjointement aux cérémo- qué que « pour 2010 une augmentation
Jean-Marie Bockel, ainsi que l’a rapporté nies du 8 mai. L’AFP précise que mon- du budget, rémunérations et charges
l’AFP. sieur Bockel veut adapter la réserve sociales des réservistes » avait été
«Le modèle de la réserve opérationnelle opérationnelle aux objectifs fixés au Prin- « actée » sans en révéler le montant.
des armées (…) que j’ai validé en liaison temps par le Livre Blanc sur la Défense « Son volume est en train d’être affiné »,
avec le cabinet d’Hervé Morin (Ministre et la Sécurité nationale, signé par le pré- a-t-il simplement ajouté.
Rubrique réalisée par Cédric BEYSSAC

Un groupement de soutien aux unités

L
a base de défense expérimentale missions assignés aux forces armées par retrouve au sein d’un groupement de
de Clermont-Ferrand a été crée au le livre blanc pour la Défense et la Sécu- soutien directement rattaché à la base
1er janvier. Sa mission, ainsi que le rité nationale : le but est «de mutualiser de Défense.
rappelle le journal La Montagne, est les fonctions ne concourant pas directe- Mais s’il y a mutualisation, le colonel
d’assurer l’administration générale et ment au métier des forces et de les ren- Brochier tient à préciser qu’il ne s’agit
le soutien commun de l’ensemble des dre interarmées afin de réaliser les nullement « de déposséder les unités
organismes relevant du ministère de la économies demandées aux armées ». opérationnelles au profit de la base de
Défense en Auvergne. Le colonel Hubert Le quotidien auvergnat précise que l’en- soutien, pas plus que de démanteler les
Brochier dirige cette base de Défense semble des moyens humains et maté- chaînes de commandement.» Enfin, il se
dont le concept est né de la confronta- riels dédiés par le passé au soutien défend, avec cette organisation de «toute
tion des contraintes imposées par le commun et à l’administration des diffé- dérive technocratique». Il préfère parler
RGPP au ministère et des objectifs et rentes unités situés en Auvergne se de « qualité de service ».

TIM n°204 - Mai 2009 69


TIM204_070_PA.QXD 23/04/09 17:44 Page 70

Petites annonces
Quartier libre
Avant de replier son drapeau en
INSIGNES A VENDRE 2011, le 42e RT de Laval vous
propose son couteau Laguiole
A 1 500 mètres du centre souvenir. Précommandes et
de Draguignan (Var) terrain chèques de 16 € (+ 5,50 € FP).
constructible de 1 089 m2 et Contact : Directeur Cercle mess du
SHON 240 m2, toutes viabilités et 42e RT, BP 1307, 53013 Laval Cedex.
accès. Exposé sud, quartier
résidentiel. Contact : 04 94 45 06 83.
A LOUER
Vends appartement T2 de
46,23 m2, 2e étage avec ascenseur Loue près Lezignan (11), 30 km de
1 2
dans résidence du centre à Guer, la mer, maison T3 tout confort,
à 5 mn des écoles de Coëtquidan ensoleillée, avec combles carrelés
(collectif récent), exposé ouest. + terrain séparé de loisirs de
Prix : 75 000 €. Tél. : 06 31 35 49 85. 150 m2, 395 € mensuels.
Contact : 06 25 04 35 62.
Vends apt T2, 40 m2, TBE, centre-
ville loué pour investissement,
55 000 € à Laval (53) + studio
20 m2, TBE à Laval 35 000 €.
RECHERCHE
Contact : 06 80 14 86 22. Lycée militaire Saint-Cyr-l'École
(78) recrute étudiants pour devenir
Vends Audi A3 très bon état, maître d'internat ou surveillant
nombreuses pièces changées d'externat pour rentrée 2009/
3 4
année 2000, 162 000 km, CT ok, 2010. Conditions : âgés de 20 à
facture réparations 1,9 TDI, 28 ans, niveau bac + 2, en études
130 ch, finition ambiante noir, supérieures. Poste à mi-temps,
8 000 €. Contact : 06 70 33 39 84. contrat d'un an renouvelable.
1 L’amicale de la 1re Compagnie de 20 € (frais de port inclus). Rémunération : 550 € nets.
médico-chirurgicale du Contact : l’Amicale des Scorpions Vends montre-chronographe Rens. et retraits dossiers : Lycée
1er Régiment médical du 1er escadron, 2e RDNBC, Tutima automatique (modèle militaire de Saint-Cyr/DRH, BP 101,
met en vente son insigne Camp de Gaulle, 49590 Fontevraud. civil) neuf, mouvement Lemania 78211 Saint-Cyr-l'École Cedex.
créé depuis peu. Celui-ci 5100, avec boîte d’origine et Tél. : 01 30 85 88 27/88 26.
est vendu au prix de 3 1er RCP EPERVIER 2008-2009
papiers, 1200 € ferme + port. Courriel : ressouces-humaines.lm-
13 € pour les insignes (avec des éléments du 17e RGP Contact : 06 43 10 27 21 après 20 h. st-cyr@terre-net.defense.gouv.fr
numérotés, 9 € pour les + 35e RAP + 1er RHP).
insignes non numérotés. Fabricant IMC. Prix : 16 € +
Chèque à l’ordre de l’Amicale 3 timbres à 0,56 € (pour envoi Malgré tout le soin apporté à la relecture des annonces, la rédaction
de la 1re Compagnie. en lettre suivie). de TIM ne saurait être tenue responsable en cas de défaillance
Contact : MCH Kant, Régiment Commande et paiement : d’un annonceur ou d'une information erronée. La rédaction rappelle
médical, quartier Serret, IMC, 300 RTE de Monclair, qu’il s’agit d’un service gratuit, cependant elle se réserve le droit
21, avenue de la Libération, 82410 Saint-Etienne-de-Tulmont. d'opérer une sélection des demandes.
BP 90025, 57161 Moulins
-lès-Metz Cedex 4 Bagad de Lann-Bihoué
(Aéronavale). Musique. Fabricant Faites parvenir vos petites annonces à
2 Insigne de l’Amicale des IMC. Prix : 13 € + 3 timbres «Terre Information Magazine » par courrier ou par internet à :
Scorpions du 1 escadron
er
à 0,56 €. Commande et paiement :
du 2e RDNBC met en vente IMC, 300 RTE de Monclair,
sirpat-comecrite.emat@terre-net. defense. gouv. fr
son insigne avec son cuir au prix 82410 Saint-Etienne-de-Tulmont.

SOLUTION DE LA GRILLE DU N° 203

70 TIM n° 204 - Mai 2009


TIM204_070_PA.QXD 23/04/09 17:44 Page 71

MARBRE MARBRE MARBRE


A LOUER A VENDRE INSIGNES
Loue près Lezignan (11), 30 km de Le cercle mess du 601e RCR met
la mer, maison T3 tout confort, en vente les derniers exemplaires
ensoleillée, avec combles carrelés du survêtement aux couleurs du
+ terrain séparé de loisirs de régiment au prix de 40 €.
150 m2, 395 € mensuels. Contact : Gérant loisirs / cadre de
Contact : 06 25 04 35 62. vie du cercle mess du 601e RCR au
821 621 72 54 ou 03 21 21 72 54.

Ile d'Oléron (17), près port la Vends 3 tenues blanches


Cotinière, maison 3 chambres complètes de Tae Kwon Do (veste
dans impasse calme à 300 m de + pantalon + ceinture), stature
la plage. Cour fermée, parking. 1,60 m, 10 €/tenue et appareil à A B
Idéal pour enfant en bas-âge. abdominaux avec notices à 15 €.
Contact : 06 08 49 98 44. Contact : 821 753 56 77.

Ile d'Oléron, maison 5/6


personnes, jardin clos, garage,
proximité rue commerçante
menant au port, plage à 600 m.
450 à 600 €/semaine. Site :
www.ile-d-oleron.e-monsite.com
Contact : 05 65 31 84 28.

A louer à 20 mn de Guer à 4 km C
de Bourg-Maure (35300), maison
65 m2 (T3) : salon, cheminée, 1 à
2 chambres ou chambre + salle à non numéroté au prix de 12 €,
manger, chauffage électrique, A La 24e promotion frais de port compris.
VMC. Loyer : 450 € + charges. des commissaires élèves Le chèque est établir à l'ordre
Contact : BPS au 02 97 22 00 19. de l'École militaire supérieure de l'Amicale de la 1re cie
d'administration et de et à adresser au CDU 1re cie,
Profitez d'une villa (170 m2) ou management met en vente son 152e RI, Quartier Walter,
d'un bungalow (69 m2) face à la insigne promotion « Commissaire rue des Belges, 68000 Colmar.
mer et entouré d'un magnifique ordonnateur Boinod », 20 €
jardin tropical de 5 800 m2 (frais de port compris). Chèque à C Le 4e escadron du 1er RCA
agrémenté d'une table de pique- l'ordre de l'association promotion met en vente son insigne
nique et d'un parcours de sportif commissaire ordonnateur non numéroté (15 € frais de
privé au lieu-dit Pichéry, 97140 Boinod. Commande à adresser port compris), ainsi que
Capesterre de Marie-Galante. à l'École militaire supérieure les insignes du CIABC
Contact : kristallin@orange.fr, d'administration et de management, non numérotés (40 € frais de port
http://kristallin.venez.fr 4, rue du 81e Régiment d'infanterie, compris). Chèque à l'ordre
34000 Montpellier, CSL. du capitaine Bachelier,
commande à adresser au 4e ESC,
MARBRE B La 1re cie du 152e RI
met en vente son insigne
1er RCA, BP 04, Quartier Bernard
de Lattre, 83998 Canjuers Cedex.
RECHERCHE
Recherche camarade de
régiment section habillement,
Coëtquidan, contingent 76/04
incorporé le 01/04/1976.
Contact : Yannick Clochard, PNIA
821 351 42 12 ou 02 99 77 12 80.

Ancien appelé 71/08 du 9e RG,


section pontage, recherche ses
anciens camarades. Contact :
Jean-Claude Roy, 3, route
de Montferrand, 25320 Rancenay.
Tél. : 03 81 51 18 58.

TIM n°204 - Mai 2009 71