Vous êtes sur la page 1sur 2

recherche

Nanoparticules
apprendre
à les utiliser
Entretien avec Jean-Michel Léger,
directeur du laboratoire de catalyse
en chimie organique du CNRS
et de l’Université de Poitiers.

Entretien Laetitia Rouleau

Photo Noémie Pinganaud

U
ne part importante de l’activité du Lacco, le
laboratoire de catalyse en chimie organique
de l’Université de Poitiers (umr cnrs
6503), est dédiée à l’étude de divers nanomatériaux :
nanoparticules, nanostructures et nanotextures. La
recherche est à la fois fondamentale et tournée vers Pour Jean-Michel observés. La chimie, qui s’intéresse depuis toujours
des applications dans les domaines de la chimie fine, Léger, «le danger
potentiel des
à l’échelle de l’atome (quelques angströms, donc une
des carburants, de l’énergie ou de la dépollution. Jean- nanoparticules échelle dix fois inférieure au nanomètre), est en consé-
Michel Léger est le directeur de ce laboratoire au sein quence partie intégrante des nanosciences. C’est le cas
est lié à la
méconnaissance
duquel travaillent près de 150 personnes, chercheurs que nous avons de en particulier de la catalyse hétérogène, qui concerne
et enseignants-chercheurs, techniciens, ingénieurs, des particules solides de petite taille (la catalyse est
leurs interactions
avec le milieu
doctorants et post-doctorants. vivant». l’action d’une substance appelée catalyseur sur une
transformation chimique dans le but de modifier sa
L’Actualité. – Que représentent, pour le chimiste vitesse de réaction).
que vous êtes, les nanosciences dans leur en-
semble ? Comment les nanotechnologies ont-elle fait évo-
Jean-Michel Léger. – Les nanosciences sont l’étude luer la catalyse ?
et la compréhension des phénomènes se produisant En catalyse, notre laboratoire synthétise des particules
par ou en présence d’«objets» de la taille de quelques de catalyseurs de quelques nanomètres (2 à 10 environ).
nanomètres. C’est l’évolution de la recherche scien- L’étude des propriétés de ces catalyseurs et la possibilité
tifique dans de nombreux domaines qui, suite aux de les observer par la microscopie électronique ont fait
progrès des techniques, permet des observations de fortement progresser la connaissance. On sait aujourd’hui
plus en plus fines. Ce qui est remarquable, c’est que construire des nanoparticules possédant des propriétés
de nouveaux phénomènes, apparement inexistants particulières et choisies, conduisant à des catalyseurs plus
aux échelles macro- ou micro-métriques, sont ainsi actifs et plus sélectifs pour une réaction donnée.

38 ■ L’Actualité Poitou-Charentes ■ N° 88 ■
Quelles sont les exemples développés par le
Lacco ?
L’exemple le plus typique est sans doute celui du pot
catalytique des voitures. Les nanoparticules utilisées
sont plurimétalliques (composées de deux ou trois mé-
taux différents) et le catalyseur est alors apte à réaliser
plusieurs réactions simultanément : il est plurifonction-
nel. Ces catalyseurs sont déposés sur des supports qui
jouent aussi un rôle pendant les réactions chimiques.
Un autre exemple est celui des piles à combustibles
qui utilisent un catalyseur pour transformer l’énergie Sciences et société
chimique en énergie électrique. On peut contrôler le
«design» des électrodes contenant ces catalyseurs Les nanotechnologies
en synthétisant des nanoparticules et améliorer ainsi
fortement leurs performances, tout en diminuant les et leurs applications
quantités de métaux précieux impliqués. Cette dimi-
nution est essentielle pour une application destinée à
être produite à grande échelle. L ’Espace Mendès France prépare une
exposition sur les nanosciences et
nanotechnologies qui ouvrira le 21 octobre
nanosciences et des technologies pour
le diagnostic précoce et le traitement
ciblé du cancer (Noël Magnéa, CEA
2010, mais auparavant des journées d’étu- Grenoble), le pot catalytique (Daniel
De nombreux intérêts sont prêtés aux nanopar- des sont organisées en partenariat avec Deprez, Lacco, CNRS-Université de
ticules, mais ne sont-elles pas aussi sources l’école de l’ADN en Poitou-Charentes, le Poitiers), les systèmes pour les environ-
d’interrogations quant au danger qu’elles pour- CNRS et l’Université de Poitiers. nements intelligents, la microfluidique
Le sociologue des sciences Dominique et les transports (Philippe Pernod, École
raient représenter ?
Vink était invité à donner la conférence centrale de Lille), la propriété intellec-
Du point de vue du chimiste, le premier grand intérêt est introductive le 10 novembre 2009 (lire tuelle (Julie Cenatiempo et Marion Faure,
lié à leurs propriétés, nouvelles et différentes de celles pp. 34-36). Des journées d’études ont Aquinov), quelle régulation pour les
des particules plus grosses. Le second est économique : été consacrées aux nanobiotechnologies nanotechnologies ? (Stéphanie Lacour,
(2 décembre) puis aux nanosciences et Cecoji, CNRS-Université de Poitiers),
il est de réduire considérablement la quantité de cata- nanotechnologies (10 mars). nanomatériaux pour un développement
lyseurs, ce qui est essentiel lorsqu’il s’agit de métaux La prochaine abordera les nanotechnolo- durable (Eric Gaffet, Université de tech-
précieux tels que l’or ou le platine. A l’inverse, on peut gies et leurs applications, le 19 mai de 9 h nologie de Belfort-Montbéliard).
à 18 h. Après la conférence introductive Le cycle sera clos par une journée d’étu-
effectivement émettre diverses retenues quant à l’utilisa-
d’Yves Cenatiempo, professeur de bio- des le 15 décembre 2010 sur les aspects
tion sans restriction aucune de ces nanoparticules. Leur chimie et biologie moléculaire, directeur sociétaux des nanotechnologies.
danger potentiel est lié à la méconnaissance que nous scientifique de l’Espace Mendès France,
avons de leurs interactions avec le milieu vivant. De par voici les thèmes prévus  : l’apport des Contact : anne.bonnefoy@emf.ccsti.eu
leur taille extrêment petite, ces petites particules peuvent
a priori pénétrer le corps et les cellules vivantes. Mais il Des nanomatériaux cutanée, respiratoire et digestive.
faut cependant bien noter qu’il existe depuis toujours de au quotidien Pourtant, seulement 2 % des études
tels nano-objets dans notre environnement et que nous Des applications issues des publiées sur les nanomatériaux
nanotechnologies dans la plupart concernent leur risque éventuel
ne pouvions simplement pas les observer !
des secteurs existent et sont déjà sur la santé et l’environnement
sur le marché : peintures, ciment, à long terme, tout le reste étant
Quelles sont donc les perspectives d’utilisation articles de sport (raquettes de consacré à leur développement.
des nanoparticules ? tennis), crèmes anti-uv, anti-rides et Aussi, face aux incertitudes
cosmétiques divers, shampoings, concernant les nanomatériaux
Certaines applications sont d’ores et déjà sur le marché sels de cuisine, sucres, emballages présents dans les produits de
dans des domaines aussi variés que les révêtements, (films plastiques contenant des consommation, un premier pas
les peintures ou la cosmétique. Des développements nanoparticules de silicate, réduisant vient d’être franchi : «Le principe
les échanges gazeux entre l’exterieur de précaution s’impose» selon
sont en cours en électronique et en médecine. Selon
et l’intérieur, protégeant des l’Agence française de sécurité
moi, il s’agit d’une évolution irréversible. L’homme moisissure) et même vêtements sanitaire et de l’environnement au
sera toujours avide de connaissances nouvelles et de la (collants hydratants ou amincissants, travail (Afsset), qui recommande,
nécessité de comprendre les phénomènes. En ce sens, chaussettes désodorisantes), la liste dans un rapport publié le 24 mars
d’exemples est longue ! Et pourrait 2010, un étiquetage clair, voire
les nanosciences doivent l’aider à mieux maîtriser des
ne pas être terminée avant longtemps des interdictions (chaussettes
domaines jusqu’ici inexplorés. Cependant, des pré- tant la recherche progresse dans ce anti-bactériennes contenant des
cautions sont indispensables. Il faut impérativement domaine. nanoparticules d’argent). Dans ce
réfléchir à des modes de recherche puis de productions Les objets nanométriques – cadre, il reste encore à résoudre
nonanocubes, nanosphères, le problème de la traçabilité et
sans risques. Ce sont des systèmes et des procédés à
nanocristaux, nanotubes – sont ceux des importations et de la
inventer avec des objets que le chercheur ne savait pas si petits, qu’ils peuvent pénétrer discrétion de certaines entreprises
manipuler il y a encore quelques années. n dans l’organisme selon trois voies : agroalimentaires sur ce sujet. L. R.

■ L’Actualité Poitou-Charentes ■ N° 88 ■ 39