Vous êtes sur la page 1sur 24

Le ministère de la Santé rappelle les précautions à prendre face à la hausse des températures

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a rappelé hier dans un communiqué les précautions à prendre face à la hausse des températures annoncée, notamment pour les populations les plus vulnérables, dont les enfants, les personnes âgées et les malades chroniques. Il s'agit, entre autres précautions, explique la même source, de «fermer les volets et les rideaux des façades exposées au soleil et de maintenir les fenêtres fermées tant que la température extérieure est supé- rieure à la température intérieure». Le ministère de la Santé recommande également «d'éviter de sortir aux heures les plus chaudes, de boire suffisamment, de s’abstenir des boissons très sucrées ou à forte teneur en caféine et de réduire les activités extérieures comme le sport et le jardinage».

P. 2

DK NEWS

DK NEWS

26°

: ALGER

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

32° : TAMANRASSET

 

p. 2

Mercredi 25 mai 2016 - 18 Chaâbane 1437 - N° 1312 - 3 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

FÊTE NATIONALE

 

ALGÉRIE - QATAR

ALGÉRIE - ITALIE :

DE L’ERYTHRÉE

Message de vœux du Président Bouteflika au Président Asaias Afwerki

P. 24

LE MINISTRE MAURITANIEN DES AE À ALGER :

Les relations entre la Mauritanie et l'Algérie "solides et diversifiées"

P. 24

M.Bouchouareb

examine à Doha avec son homologue qatari le développement des relations économiques

P. 6

P. 6

Le partenariat et l’urbanisme au cœur d'une rencontre à Milan

OUVERTURE À ALGER DU 1 ER FORUM ALGÉRO-UE SUR L’ÉNERGIE Sonatrach investira plus de 73
OUVERTURE À ALGER DU 1 ER FORUM
ALGÉRO-UE SUR L’ÉNERGIE
Sonatrach
investira plus
de 73 milliards
de dollars d’ici
2020
Les investissements de la compagnie nationale des hydrocarbures Sonatrach
devraient dépasser les 73 milliards de dollars entre 2016 et 2020, a indiqué, hier
à Alger, le ministre de l’Energie, Salah Khebri. "Le volume d’investissements
prévus par Sonatrach pour 2016-2020 dépasse les 73 milliards de dollars dont
les deux tiers dans l’exploration-production. Ce qui dénote de la volonté de
l’Algérie de maintenir la production nécessaire pour satisfaire la demande
nationale en constante croissance", a affirmé le ministre dans son allocution
d’ouverture du 1er Forum algéro-UE sur l’énergie.
P. 3
EXERCICE COMBINÉ
À LA 3 E RÉGION MILITAIRE :
M.Louh :
BEM (2015-2016) : M ME BENGHEBRIT
DONNE DEPUIS EL OUED LE COUP
D’ENVOI OFFICIEL DES ÉPREUVES
Gaïd Salah salue
le "haut niveau"
d'exécution
«L'Algérie, une
référence en matière
de lutte contre
toutes les formes
d'extrémisme»
560.000
candidats briguent
une place au lycée
P. 3
P. 4
P. 5
ANP
SANTÉ UN RÉGIME SANS SEL N'EST PAS FORCÉMENT BON POUR LE CŒUR P.p 12-13
SANTÉ
UN RÉGIME
SANS SEL
N'EST PAS
FORCÉMENT
BON POUR
LE CŒUR
P.p 12-13
N'EST PAS FORCÉMENT BON POUR LE CŒUR P.p 12-13 LE PORTE-PAROLE DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DES

LE PORTE-PAROLE DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DES INSUF- FISANTS RÉNAUX, M. BOUKHORS MOHAMED, INVITÉ HIER DU FORUM DE DK NEWS

Hémodialyse :

«La prise en charge dans les centres privés doit impérativement être améliorée»

P. 8

F TBALL COUPES AFRICAINES DES POULES) : (PHASE L'ES Sétif et le MO Béjaïa connaissent
F
TBALL
COUPES AFRICAINES
DES POULES) :
(PHASE
L'ES Sétif
et le MO Béjaïa
connaissent
leurs adversaires
P. 22
MDN
MDN

4Identification

des 3 terroristes abattus lundi par l'ANP à Bouira

4Un

criminel

appréhendé et un autre abattu à Béchar

des 3 terroristes abattus lundi par l'ANP à Bouira 4 Un criminel appréhendé et un autre

P. 3

des 3 terroristes abattus lundi par l'ANP à Bouira 4 Un criminel appréhendé et un autre

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mercredi 25 mai 2016 D’ EIL FORUM Horaires des prières Fajr

2

DK NEWS

Mercredi 25 mai 2016

D’

EIL

FORUM

Horaires des prières

Mercredi 25 mai 2016 D’ EIL FORUM Horaires des prières Fajr 03:36 Dohr 12:45 Asr 16:36
Mercredi 25 mai 2016 D’ EIL FORUM Horaires des prières Fajr 03:36 Dohr 12:45 Asr 16:36
Mercredi 25 mai 2016 D’ EIL FORUM Horaires des prières Fajr 03:36 Dohr 12:45 Asr 16:36
Mercredi 25 mai 2016 D’ EIL FORUM Horaires des prières Fajr 03:36 Dohr 12:45 Asr 16:36
Fajr 03:36 Dohr 12:45 Asr 16:36 Maghreb 20:02 Isha 21:40
Fajr
03:36
Dohr
12:45
Asr
16:36
Maghreb
20:02
Isha
21:40

CE MATIN À 10H30 AU FORUM DE DK NEWS Conférence à l’occasion de la Semaine internationale de la thyroïde

A l’occasion de la célé- bration de la Semaine in- ternationale de la thy- roïde, le Forum de DK News reçoit ce matin à 10h30, le Pr Meskine Dja- mila, présidente de la So- ciété algérienne d’endo- crinologie et métabolisme (SAEM), et le Pr Mourad Semrouni, chef du ser-

métabolisme (SAEM), et le Pr Mourad Semrouni, chef du ser- vice d’endocrinologie au CHU de Beni

vice d’endocrinologie au CHU de Beni Messous, dans le cadre d’une confé- rence-débat qui portera sur le lancement d’une campagne de sensibilisa- tion à la thyroïde. La ren- contre aura lieu au Centre de presse de notre publi- cation 3, rue du Djurd- jura, Ben Aknoun, Alger.

CE MATIN AU PALAIS DES NATIONS

3 es Rencontres algéro- françaises des maires et présidents de collectivités territoriales

des maires et présidents de collectivités territoriales Le ministre de l’Intérieur et des Collectivité Locales,
des maires et présidents de collectivités territoriales Le ministre de l’Intérieur et des Collectivité Locales,

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivité Locales, M. Nou- reddine Bedoui, présidera ce matin à partir de 8h30 au Palais des Nation, en compagnie du ministre français de l'Aména- gement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités terri- toriales M. Jean-Michel Baylet, les travaux des 3es Rencontres algéro-françaises des maires et présidents de collectivités ter- ritoriales.

LE 28 MAI À ALGER

Réunion de la commission nationale de préparation du congrès de l’ANR

Le secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), le Dr BelkacemSahli, pré- sidera samedi 28 mai à partir de 11h au siège na- tional du parti à Alger, les travaux de la 2e session de la commission na- tionale de préparation du congrès.

de la commission na- tionale de préparation du congrès. 4 HAUSSE DES TEMPÉRATURES Le ministère de

4

HAUSSE DES TEMPÉRATURES

Le ministère de la Santé rappelle les précautions à prendre

ministère de la Santé rappelle les précautions à prendre Le ministère de la Santé, de la

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a rappelé hier dans un communiqué les précau- tions à prendre face à la hausse des températures annoncée, notamment pour les populations les plus vulnérables, dont les enfants, les personnes âgées et les malades chroniques. Il s'agit, entre autres précautions, explique la même source, de "fermer les volets et les rideaux des façades exposées au so- leil et de maintenir les fenêtres fermées tant que la tempéra- ture extérieure est supérieure à la température intérieure". Le ministère de la Santé recommande également d'"éviter de sortir aux heures les plus chaudes, de boire suffisamment, d'éviter les boissons très sucrées ou à forte teneur de caféine et d'éviter les activités extérieures comme le sport et le jardi- nage".

extérieures comme le sport et le jardi- nage". AUJOURD’HUI À KOUBA Cérémonie de remise de logements
AUJOURD’HUI À KOUBA Cérémonie de remise de logements aux fonctionnaires de la police Le Directeur
AUJOURD’HUI À KOUBA
Cérémonie de remise
de logements aux
fonctionnaires de
la police
Le Directeur général
de la Sûreté nationale, le
général-major Abdel-
ghani Hamel, présidera
aujourd’hui au siège de
Groupement d’interven-
tion et de réserve de
Kouba, Alger, la céré-
monie de distribution
des logements de fonc-
tion au profit des fonc-
tionnaires de police.
Cette opération entre
dans le cadre de la stra-
tégie quant à la prise en
charge des préoccupa-
tions des personnels de
la Sûreté nationale no-
tamment la partie
concernant l’habitat.
Météo
Max
Min
Alger
26°
14°
Oran
27°
16°
Annaba
30°
16°
Béjaïa
27°
19°
Tamanrasset
32°
20°
TIZI OUZOU
Une opération porte-
à-porte pour se
rapprocher du citoyen
L’agence Algé-
rie Télécom de Tizi
Ouzou a lancé ré-
cemment dans le
cadre des actions
de rapprochement
du citoyen une opé-
ration porte-à-
porte à travers cer-
taines localités.
Cette initiative vise
à faciliter l’accès
aux différentes pro-
motions et offres de l’entreprise, tout en recensant
les problèmes posés par les clients par rapport à
la qualité du service. Les équipes d’Algérie Télé-
com réalisent dans le cadre de cette opération des
installations sur place et prévoie l’envoi d’équipes
techniques qui se chargent de la réalisation des liai-
sons au réseau internet dans les régions dotées du
téléphone fixe. Des communes comme Boud-
jima, Azazga, Tigzirt, Azeffoun ont déjà été visitées
par les animateurs de cette campagne porte à
porte qui sera élargie vers Draâ Ben Khedda puis
vers toutes les communes de la wilaya de Tizi Ou-
zou.
4

CE MATIN À EL ALIA

Recueillement à la mémoire de l’Emir Abdelkader

A l’occasion de la commémo- ration du 133e anniversaire de la mort de l’Emir Abdelkader, la Fondation Emir Abdelkader orga- nise ce matin au cimetière d’El Alia, une cérémonie de recueille- ment à la mémoire de l’Emir, a- t-on appris auprès de la secrétaire générale de la fondation Mme Zhor Assia Boutaleb. La cérémo- nie se déroulera en présence de cheikh el machiakha de la confrérie de la Kadiria pour toute l’Algérie et l’Afrique cheikh Hassan El Hassani, du président de la Rabita des zaouïas d’Algérie, Hadj Smail Kadri, du cheikh de la zaouïa de l’Emir Abdelkader de Staouéli, du cheikh de la zaouia El Hamlaouia cheikh Mohamed El Hebri et du cheikh de la zaouïa Tidjania, cheikh El Aid.

Hebri et du cheikh de la zaouïa Tidjania, cheikh El Aid. BATNA Championnat national de tir
Hebri et du cheikh de la zaouïa Tidjania, cheikh El Aid. BATNA Championnat national de tir

BATNA Championnat national de tir entre les services de police

La Direction gé- nérale de la Sûreté nationale (DGSN), organise jusqu’au 26 mai la ST de wilaya de Batna, le cham- pionnat national de tir entre les services de police pour la sai- son sportive 2015/2016.

les services de police pour la sai- son sportive 2015/2016. CE MATIN À 9H Une délégation

CE MATIN À 9H Une délégation de la Protection civile française à l’Unité de Dar El Beida

Dans le cadre de la coopéra- tion algéro-française dans le secteur de la Protection civile, une délégation de l’Institut na- tional français des hautes études et de justice (INFHEJ), effec- tuera ce matin à partir de 9h, une visite à l’unité nationale d’instruction et d’intervention de Dar El Beida. A cette oc- casion, une présentation sera faite sur le rôle de la Protec- tion civile algérienne, ainsi que l’expérience acquise dans le domaine de la gestion des crises et catastrophes.

dans le domaine de la gestion des crises et catastrophes. DU 2 AU 14 JUIN À

DU 2 AU 14 JUIN À LA GALERIE ASSELAH-HOCINE

Exposition collective de peinture dirigée par M me Mira Naporowska

L’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger, or- ganise du 2 au 14 juin à la galerie d’arts Asselah Hocine, une exposition collective de peinture dirigée par Mme Mira Naporowska.

ANP

Mercredi 25 mai 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

EXERCICE COMBINÉ À LA 3 E RÉGION MILITAIRE:

Gaïd Salah salue le "haut niveau" d'exécution

Le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a supervisé hier, au troisième jour de sa visite à la 3e Région militaire, la seconde étape de l’exercice combiné à balles réelles, saluant à cette occasion le "haut niveau" d'exécution des unités participantes, toutes catégories confondues.

A l’entame de cette étape et accom- pagné du général-major Saïd Chen- griha, commandant de la 3e Région militaire, le général de corps d'armée a suivi une présentation animée par le di- recteur de l’exercice, portant essen- tiellement sur les différentes actions de combat exécutées par les différentes for- mations terrestres et aériennes, in- dique un communiqué du ministère de la Défense nationale. Au champ de manœuvres, il a super- visé de près les différentes phases de l’exécution de cette étape de l’exercice où il a affiché sa satisfaction de "la grande maîtrise et du haut niveau de professionnalisme des cadres, en ma- tière d’analyse et de prise de décisions adéquates et en temps opportun, quant aux questions tactiques relatives à l’ex- ploitation des moyens de haute préci- sion, ainsi que la bonne maîtrise de ces moyens et équipements par l’ensemble des éléments". Lors d’unerencontred’évaluationte- nue avec les éléments engagés dans cette phase de l’exercice, le général de corps d’armée "a salué tous les partici- pants en les exhortant à ne pas se contenter des résultats obtenus, mais à ambitionner toujours à davantage de succès et de persévérer à aller de l’avant dans cette démarche distinguée". "A ce

l’avant dans cette démarche distinguée". "A ce titre, il m’est agréable de souligner et de saluer,

titre, il m’est agréable de souligner et de saluer, en cette honorable occasion, le haut niveau qu’ont montré nos unités et nos éléments, toutes catégories confondues. Ils ont fait montre lors de cet exercice couronnant l’année d’ins- truction et de préparation 2015-2016 de leurs capacités à conduire des actions sur le terrain, à concrétiser les pro- grammes de préparation au combat et à maîtriser le matériel mis à leur dispo- sition", a affirmé Gaïd Salah. "Ceci té- moigne de notre réussite sous le com- mandement et avec les orientations de son excellence le président de la Répu-

blique, chef suprême des Forces ar- mées, ministre de la Défense natio- nale, à établir une cohésion entre notre volonté d’acquérir un matériel sophis- tiqué et moderne et l’ambition de pré- parer et de former une ressource hu- maine de qualité, qui maîtrise parfaite- ment ce matériel", a souligné le général de corps d’armée. Cette réussite, a-t-il dit, "constitue, sans doute, le fruit d’une vision perspi- cace et lucide et des efforts intenses qui, grâce à Dieu, ont été couronnés par la concrétisation des objectifs escomp- tés".

LUTTE

CONTRE

LE

TERRORISME

Un criminel appréhendé et un autre abattu à Béchar (MDN)

Des éléments des gardes-fron- tières relevant du secteur opéra- tionnel de Béchar ont appréhendé un criminel et abattu un autre, hierprès de la commune frontalière de Me- ridja, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale. "Dans le cadre de la sécurisation des frontières et de la lutte contre la criminalité organisée, des éléments des gardes-frontières relevant du secteur opérationnel de Béchar/3ème Région militaire ont appréhendé un (01) criminel et abattu un (01) au- tre, cet après midi du 24 mai 2016, près de la commune frontalière de Meridja et ont récupéré un (01) pis- tolet mitrailleur de type kalachnikov, cinq (05) chargeurs de munitions et un (01) véhicule tout-terrain", précise la même source.

Identification des trois terroristes abattus lundi par l'ANP à Bouira (MDN)

Les trois (3) terroristes abattus lundi par un détachement de l'Armée natio- nale populaire (ANP) dans l'opération de ratissage menée près de la forêt d'Errich, wilaya de Bouira, ont été iden- tifiés, a indiqué hier un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). "Dans le cadre de la lutte antiterro- riste, l'opération d'identification des trois (3) criminels abattus, hier 23 mai 2016, par un détachement de l'ANP près de la forêt d'Errich, commune d'Aïn Turk, wilaya de Bouira (1eRM), a permis de reconnaître: «J.Mohamed», dit «Abdellah», qui a rejoint les groupes terroristes en 1993, «Ch.Djilali» dit «Abou Sara», qui a rejoint, à son tour, les groupes terroristes en 1994 et le troi- sième, «L.Abdelghani» ,dit, «Hichem»", précise la même source. "D'autre part et à Khenchela (5e RM), un terroriste s'est rendu et deux (2) éléments de soutien aux groupes terro- ristes sont arrêtés par des éléments de la Gendarmerie nationale. Tandis que

d'autres détachements ont détruit, à Khenchela, Jijel (5e RM), Tizi Ouzou et Aïn Defla (1e RM), sept (7) casemates pour terroristes, un (1) mortier et trois (3) bombes de confection artisanale". "Par ailleurs et dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, des éléments de la Gendarmerie nationale ont arrêté, à Sidi Bel-Abbès (2e RM), qua- tre (4) narcotrafiquants et saisi une importante quantité de kif traité s'éle- vant à (19) quintaux et (62) kilo- grammes, un camion et un véhicule tou- ristique, tandis que des éléments des Gardes-frontières ont saisi, à Tlemcen (55,8) kilogrammes de kif traité". A Tamanrasset, In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar (6e RM), des détache- ments ont arrêté (101) individus et saisi (42) tonnes de denrées alimentaires, un (1) camion, (9) véhicules tout-terrain et (7) motos. "A Ouargla (4e RM), un déta- chement a intercepté quatre (4) immi- grants clandestins de nationalité maro- caine", signale également le MDN.

M. MOHAMED EL GHAZI A PARTIR DE M’SILA

La loi doit être appliquée vigoureusement contre les contrevenants à la mise en œuvre du SNMG

Le ministre du Travail, de l’emploi et de la sécurité so- ciale, Mohamed El Ghazi, a insisté hier à Boussaâda (M’sila) sur l’application ferme de la loi contre les contrevenants à

la mise en œuvre du salaire national minimum garanti (SNMG). Le ministre a insisté sur cette application après avoir suivi au siège de l’inspection de travail de cette ville un ex- posé sur le secteur faisant notamment état d’infractions par certaines entreprises à la décision de relèvement du SNMG. M. El Ghazi s’est également enquis des conditions de trai- tement par l’antenne locale de la Caisse nationale des re- traites (CNR) des dossiers dans le cadre de la décentralisa- tion visant une plus grande célérité de l’opération.

Il s’est également enquis de la mise en œuvre de la me-

sure de mise à jour des cartes magnétiques Chifa par

toutes les agences de la Caisse nationale d’assurance sociale (CNAS) du pays et non plus la seule agence où les assurés sont déclarés. A l’antenne de Sidi Aïssa de l’Agence natio- nale de main-d’œuvre, le ministre a suivi un exposé sur le secteur de l’emploi qui a fait état du recrutement de plus de 100 travailleurs par les deux nouvelles unités de soudure et fabrication de traverses de chemin de fer dans la commune de Bouti Sayeh relevant de la daïra de Sidi Aïssa où un to- tal de 333 recrutements ont été enregistrés.

A l’hôpital de Magra, M. El Ghazi avait exhorté lundi, pre-

mier jour de sa visite dans la wilaya, les responsables de l’éta- blissement à traiter la problématique de transferts des in- suffisants rénaux locaux vers M’sila alors que l’hôpital dis- pose d’un centre de dialyse équipé. Selon des informations recueillies par l’APS, les trans- porteurs privés de plus de 30 patients dialysés de la daïra de Magra préfèrent les transférer vers M’sila pour augmen- ter leurs recettes, la distance étant plus grande.

FINANCES La grève des travailleurs du secteur des finances «partiellement suivie»

La grève entamée dimanche dernier à l'appel de l'Union nationale des travailleurs des finances (UNTF) a été «par- tiellement suivie», indiquait hier le ministère des Finances dans un communiqué, en appelant les grévistes au «dia- logue» et à «la concertation dans un cadre légal et organisé». «Le secteur des finances a connu ces derniers jours un mouvement de grève partiellement suivi dans certaines

structures implantées au niveau local», relève le ministère en soulignant qu'il «a toujours privilégié la voie du dialogue et de la concertation dans un cadre légal et organisé, favo- risant les canaux de la communication institutionnelle». L'appel à la grève de l'UNTF, affiliée à la SNAPAP, n'a pro- voqué, selon la même source, qu'une «perturbation de ma-

nière éparse du fonctionnement (

«Au moment où le secteur des finances déploie des ef- forts sur plusieurs fronts pour mobiliser l'ensemble des res- sources en vue de soutenir et de stabiliser l'économie na- tionale, certains acteurs s'activent à la démobilisation des fonctionnaires et agents publics», constate le ministère. Cette grève, ajoute la même source, «intervient à un mo- ment particulier au regard de la conjoncture actuelle qui requiert un engagement et un sens élevé des responsabi- lités. Elle ne sert ni les intérêts des fonctionnaires ni ceux de l'administration». «Le ministère des Finances ne ménage aucun effort et reste à l'écoute de l'ensemble de ses fonction- naires et de ses partenaires sociaux en vue de garantir le ser- vice public», a-t-on encore indiqué.

) des services».

AMENAGEMENT

DU

TERRITOIRE

SNAT 2030:

Installation des commissions sectorielles de suivi du rapport de mise en œuvre

Lescinqcommissionssectorielleschargées

de

l'environnement, des ressources en eau, de

tures et des services d'utilité publique.

du suivi du rapport de mise en œuvre du

la

culture et du tourisme, auront à examiner

Le SNAT offre une stratégie adéquate pour

tations qui surviennent sur les plans régional

Schéma national d'aménagement du territoire

les rapports d'étape relatifs à cet objectif et pro-

opérer les équilibres nécessaires en faveur du

(SNAT) 2030 pour la période allant de 2011 à

céder aux opérations de réorientations sur la

a

présidé la cérémonie d'installation des

développement durable, a-t-il ajouté souli-

2015

et son rapport d'actualisation à l'horizon

base de donnés fiables.

gnant que l'objectif de ce schéma était de réa-

2050

ont été mises en place. ces commissions

Le ministre de l'aménagement du territoire,

liser la sécurité économique et alimentaire et

regroupant les représentants de ministères et instances nationales devront procéder à

du Tourisme et de l'artisanat, Amar Ghoul qui

de renforcer notre capacité à faire face aux mu-

l'amendement et à l'enrichissement de la mouture initiale du rapport de mise en £uvre du SNAT 2030 pour la période 2011-2015. Composées de représentants des secteurs de l'industrie, de l'économie, d l'agriculture,

commissions a indiqué que le SNAT adopté en 2010 constituait "un outil stratégique pour la politique nationale d'aménagement du terri- toire qui définira les principes régissant la la délimitation des sites des grandes infrastruc-

et international. Le ministre a fait savoir que le SNAT s'éta- lant sur 20 années sera soumis à une évalua- tion périodique et actualisé toutes les cinq an- nées. Pour les plans d'aménagement de Wi-

laya, M. Ghoul a annoncé qu'ils seront finali- sés avant la fin de l'année. les wali concernés ont été instruits à l'effet d'accélérer la ca- dence d'élaboration des plans afin d'entamer la mise en £uvre des programmes sectoriels en découlant, a-t-il dit. En marge de la mise en place des commissions un accord a été si- gnéentrel'Agencenationaleàl'aménagement et à l'attractivité du territoire et l'Agence na- tionale de promotion du tourisme portant sur le renforcement de la coordination et l'échange d'expertise entre les deux instances. APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Mercredi 25 mai 2016

LOUH DEVANT LE PARLEMENT

L'amendement du code pénal vise à s'adapter aux engagements internationaux en matière de lutte antiterroriste

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh a affirmé hier que le projet de loi amendant et complétant l'ordonnance n° 66-156 du 08 juin 1966 portant code pénal vise à «adapter le système légis- latif national aux engagements internationaux en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité sous toutes ses formes». Présentant le projet de loi devant le Conseil de la nation lors d'une séance plénière présidée par M. Abdelkader Bensalah, M. Louh a rappelé que l'Algérie «a contribué avec la communauté internationale à la lutte

antiterroriste et qu'elle était l'un des premiers pays à mettre en garde contre le danger de ce phénomène sur la paix et la sécurité interna- tionales». Soulignant la participation de l'Algérie à l'élaboration de nom- breuses conventions internationales de lutte antiterroriste, le minis- tre de la Justice a affirmé que l'amendement du code pénal vise à «adapter le système législatif national aux engagements internatio- naux», ajoutant que «force est de constater aujourd'hui que le ter- rorisme n'est pas un phénomène conjoncturel ou régional mais une menace mondiale qui prend de l'ampleur avec le déséquilibre des relations internationales et l'incapacité de la communauté interna- tionale à coordonner ses efforts de lutte antiterroriste».

A l'issu de la présentation du projet de loi portant code pénal, il

a été procédé à la lecture du rapport préliminaire élaboré par la com- mission des Affaires juridiques, administratives et des droits de l'Homme du Conseil de la nation. La commission a «salué» dans son rapport le projet de loi portant code pénal qu'elle a qualifié de «mécanisme législatif important vi- sant à lutter contre le phénomène des combattants étrangers», mettant l'accent sur l'expérience de l'Algérie en matière de lutte an- titerroriste. Par ailleurs, les interventions des sénateurs ont porté dans leur majorité sur «la nécessité de définir le concept du terrorisme et les actes terroristes». Ils ont insisté, dans ce contexte, sur l'importance de la protection des droits et des libertés fondamentales liées à la liberté de circula- tion en raison d'éventuelles restrictions à cette liberté du fait de «l'am- biguïté» qui caractérise certaines dispositions du texte de loi. Le projet de loi portant code pénal criminalise»les actes de recru- tement pour le compte d'associations, corps, groupes, ou organisa- tions terroristes ou leur organisation ou le soutien de leurs actes ou activités ou la diffusion de leur idéologie en utilisant les TIC ou tout autre moyen».

L'Algérie, une référence en matière de lutte contre toutes les formes d'extrémisme

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a affirmé par ailleurs, que «l'Algérie est une référence en matière de lutte contre toutes les formes d'extrémisme et de radicalisation». «L'expérience algérienne en matière de lutte contre toutes les formes d'extrémisme et de radicalisation l'ont habilitée à devenir une pour nombre de pays», a indiqué M. Louh qui répondait aux mem- bres du Conseil de la nation. Après avoir rappelé l'expérience de l'Algérie dans le domaine de lutte antiterroriste notamment durant les années 90, il a précisé que l'approche du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour «éteindre le feu de la fitna» avait permis à l'Algérie de surpasser cette «étape extrêmement difficile».

Il a souligné à ce propos, que cette approche englobait plusieurs

dimensions à savoir sécuritaire, juridique, sociale, économique et même politique. Celles-ci se sont concrétisées par les lois sur la

concorde civile et la réconciliation nationale et n'avaient pas unique- ment un caractère purement répressif», a-t-il tenu à faire remarquer.

A une question sur la définition du terrorisme, le ministre de la

Justice a ajouté que l'«Algérie adopte une définition claire du terro-

risme en harmonie avec ses principes nationaux». Concernant la modernisation du secteur de la justice, il a relevé qu'une étape importante a été franchie dans ce domaine, évoquant par la même, les mesures prises à ce niveau notamment en ce qui a trait au retrait de documents et ce, après l'application de la mesure liée à la signature électronique. «Plus de 32 000 casiers judiciaires ont été retirés du registre du commerce à l'échelle nationale à la fa- veur de la signature électronique, a-t-il enfin dit.

du registre du commerce à l'échelle nationale à la fa- veur de la signature électronique, a-t-il

OULD KHELIFA :

La diplomatie algérienne préconise la paix et la solidarité et privilégie le dialogue

Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN) Mohamed Larbi Ould Khelifa a affirmé hier à Alger que la diplomatie algérienne officielle et parlementaire préco- nise la paix et la solidarité entre les peuples et les pays et privilégie le dialogue.

Lors des travaux du Colloque in- ternational sur les nouveaux défis de la diplomatie parlementaire auquel a pris part le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale Ramtane Lamamra, M. Ould Khe- lifa a précisé que la diplomatie al-

gérienne officielle et parlemen- taire "préconise la paix et la solida- rité entre les peuples et les pays et le règlement des conflits par le dialogue ce qui lui a permis de ré- soudre de nombreux conflits sans être partie". "Les valeurs d'émancipation, de paix et de sécurité sont la base de la diplomatie algérienne qui fait de la liberté un principe et un but à travers son soutien au droit des peuples colonisés à l'autodéter- mination dans le monde", a souli- gné M. Ould Khelifa. Il a ajouté qu'au regard de l'im- portance de la diplomatie parle- mentaire et de son action pour le renforcement des liens d'amitié en- tre les peuples, le parlement algé- rien "participe efficacement à l'éta- blissement de relations étroites avec les parlements des pays frères

et amis conformément aux grandes

orientations de l'Etat algérien fon- dées sur l'ouverture sur le monde".

M. Ould Khelifa a indiqué, par

sur le monde". M. Ould Khelifa a indiqué, par ailleurs, que la mise en oeuvre des

ailleurs, que la mise en oeuvre des réformes politiques profondes initiées par le président de la Ré- publique Abdelaziz Bouteflika de- puis 2011 et soutenues par les der- niers amendements constitution- nels a "renforcé les droits des ci- toyens, consolidé le socle démocra- tique et affermi l'identité natio- nale et l'immunité nationale amor- çant ainsi une nouvelle ère pour une Algérie sûre, stable et démo-

cratique".

Il a souligné que les grandes orientations du président Boute-

flika ont réussi à faire de "l'Algérie

une région de sécurité et de paix

dans un environnement arabe et africain instable et ont permis à la diplomatie nationale officielle et parlementaire de faire entendre sa voix sur les plans régional et inter- national". Cette rencontre de deux jours organisée par la Commission des affaires étrangères, de la coopéra- tion et de la communauté à l'étran- ger de l'APN, sera l'occasion notam- ment de présenter l'expérience algérienne en matière de diploma- tie parlementaire ainsi que les dif- férentes expériences des partici- pants. Elle tend également à encoura- ger la coopération en matière de di- plomatie au niveau bilatéral et multilatéral. Le colloque auquel participent des représentants de parlements et d'organisations parlementaires régionales et internationales tend par ailleurs à promouvoir l'action parlementaire dans les relations in- ternationales à travers le renforce- ment de la coopération entre les parlements et les gouvernements. Le rôle de la diplomatie parle- mentaire dans le renforcement de la sécurité et de la paix interna- tionales et de la solidarité entre les peuples sera aussi évoqué.

LAMAMRA :

La révision constitutionnelle, un saut qualitatif dans le développement de l'action diplomatique

Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la coo- pération internationale, Ramtane Lamamra, a indiqué hier à Alger que la consécration du concept de diplomatie parlementaire à la fa- veur de la dernière révision consti- tutionnelle constituait "un saut qualitatif" dans le développement des mécanismes d'action diploma- tique.

M. Lamamra qui intervenait

devant les participants au Col- loque international sur "les défis de la nouvelle diplomatie parle-

mentaire" a mis en avant le rôle du Parlement algérien "efficace" en tant que "soutien à la diplomatie gouvernementale pour concréti- ser les attentes des citoyens et faire face aux développements régionaux et internationaux. "Ce rôle a été raffermi dans le cadre de la dernière révision constitutionnelle qui a consacré le concept de diplomatie parlemen- taire favorisant un saut qualitatif dans le développement des méca- nismes d'action diplomatique",

a soutenu M. Lamamra qui s'est fé-

licité du rôle joué par le Parlement algérien avec ses deux chambres pour conférer davantage d'effi- cience à la diplomatie gouverne- mentale notamment dans les si- tuations difficiles et dans la réali- sation de la complémentarité et l'harmonie des positions natio- nales et la promotion des prin- cipes constants de notre politique

extérieure. Cette politique de la nation al- gérienne définie, conformément

à la constitution, par le président de la République, repose sur les constantes que sont le règlement

repose sur les constantes que sont le règlement pacifique et politique des conflits, le soutien aux

pacifique et politique des conflits, le soutien aux causes justes dans le monde et la non ingérence dans les affaires internes des pays, a-t-il rappelé. Le chef de la diplomatie de poursuivre:" Si le domaine de la di- plomatie officielle en tant que support de la politique extérieure dans toutes ses dimensions porte essentiellement sur l'action des

gouvernements, acteur légal sur la scène internationale, la diplo- matie parlementaire concrétise l'idée de synergie entre les peuples et un traitement des questions soulevées sur des bases qui trans- cendent les intérêts du moment. Il a ajouté que "dans ses ef- forts continus pour la réalisation de ses objectifs et le traitement des crises dans un contexte d'interdé- pendance des relations internatio- nales, la diplomatie gouverne- mentale a besoin d'être sous ten-

due par la diplomatie parlemen- taire en tant que vecteur principal de valeurs d'amitié, de coexis-

tence et de compréhension dans un monde marqué par la recru- descence des menaces et risques sécuritaires, environnementaux et économiques et l'accroisse- ment des sentiments de fana- tisme et de xénophobie". M. Lamamra n'a pas manqué, à cette occasion, de rendre hom- mage à de nombreux Parlements de par le monde pour leur rôle dans la reconnaissance par leur gouvernement de l'Etat de Pales- tine et le soutien du droit du peu- ple sahraoui à l'autodétermina- tion. Concernant le colloque, M. La- mamra a estimé qu'il revêtait "une importance majeure au vu des mutations profondes, des dévelop- pements accélérés et des défis sé- curitaires, économiques et envi- ronnementaux que connaît la communauté internationale, ca- ractérisée, a-t-il dit, par la multi- plicité des acteurs et l'enchevêtre- ment des leurs rôles en plus de l'exacerbation des crises internes et leurs implications régionales et internationales. "Cette nouvelle donne implique une plus grande ouverture sur les différends inter- venants pour la coordination des efforts et des rôles pour gagner les enjeux et faire face aux défis pré- sents et à venir, a estimé le chef de la diplomatie. "L'émergence de nouveaux ins- truments et acteurs s'avère, à la lu- mière des ces mutations, plus que nécessaire dans un monde de plus en plus complexe où la plu- part des questions ont des prolon- gements tant régionaux que mon- diaux".

APS

Mercredi 25 mai 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

BREVET D'ENSEIGNEMENT MOYEN (BEM) 2015- 2016

M me Benghebrit donne depuis El Oued le coup d’envoi officiel des épreuves

La ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, à donné hier depuis la wilaya d’El Oued le coup d’envoi officiel des épreuves nationales du Brevet d'enseignement moyen (BEM) pour l’année scolaire 2015-2016. La wilaya d’El Oued enregistre cette année un total de 14.655 candidats à ces épreuves, répartis à travers 63 centres d’examen implantés dans les trente com- munes de la wilaya.

Pas moins de 3.498 encadreurs sont mobilisés pour superviser le déroulement de ces épreuves dans cette wilaya, dont des obser- vateurs et des psychologues. Au niveau national, ce sont 559.926 candidats qui passeront les épreuves du BEM 2016, répartis à travers 2.192 centres d’exa- men, supervisés par 98.500 cadres, entre enseignants, direc- teurs d'étblissement et inspecteurs.

560.000 candidats briguent une place au lycée

n

Wilaya d'Alger: Plus de 48.000 candidats aux épreuves du BEM

n

Toutes les conditions réunies pour le bon déroulement des

épreuves du BEM à Paris

Les épreuves du Brevet d'enseigne-

ment moyen (BEM) ont débuté hier ma- tin à travers le territoire national où près de 560.000 candidats sont appelés

à passer cet examen de fin de cycle

moyen. Le coup d'envoi officiel de cet exa- men a été donné à partir de la wilaya d'El- Oued par la ministre de l'Education na- tionale, Nouria Benghebrit. Cet examen de trois jours est encadré par plus de 98.000 agents et enseignants. Selon les chiffres de l'Office national des examens et concours (ONEC), 559.926 candidats (271.856 garçons et 288.070 filles) sont concernés par les épreuves de fin de cycle moyen et seront encadrés par 98.500 enseignants, directeurs et inspec- teurs. Parmi les candidats, 551.532 sont scolarisés et 8394 sont issus des catégo- ries aux besoins spécifiques et de malades hospitalisés. Selon la même source, 2192 centres d'examen, 18 autres pour le regroupe- ment et le codage, 60 centres de correc- tion et 3 centres de regroupement pour l'annonce des résultats ont été mobilisés pour la session présente. Sur le plan de l'organisation, le direc- teur de l'enseignement fondamental

le direc- teur de l'enseignement fondamental Mohamed Mourad au niveau du minis- tère avait déclaré à

Mohamed Mourad au niveau du minis- tère avait déclaré à l'APS que "tous les moyens matériels et humains ont été mo- bilisés" pour le bon déroulement de cet examen notamment dans les wilaya du sud où les structures "ont été dotées d'appareils de climatisation et où la res- tauration est assurée pour les candi- dats et les encadreurs". Selon le calendrier des épreuves, les candidats concourront pendant trois jours dans neuf matières outre la langue amazighe. Le premier jour, hier en matinée, les candidats ont passé les épreuves de

langue arabe suivies de celles des sciences physiques et de technologie. En séance d'après midi, c’étaient les épreuves d'éducation islamique et d'édu- cation civique. Les épreuves de mathématiques et d'anglais sont programmées pour le deuxième jour, aujourd’hui, le matin tan- dis que les examens d'histoire et de géo- graphie auront lieu dans l'après-midi.

Pour demain, troisième et dernier jour, les candidats passeront, le matin, les épreuves de français et de sciences natu- relles. Les postulants concernés par la langue amazighe subiront l'épreuve dans l'après-midi. La correction des épreuves commen- cera quatre jours après la fin de l'examen

et les résultats seront annoncés en juin,

a encore fait savoir le responsable. Sont admis d'office en première an-

née secondaire les candidats ayant ob-

tenu une note supérieure ou égale à 10/20 au BEM. Pour les postulants ayant obtenu moins de 10/20 à cet examen, leur note d'admission au lycée sera comptée sur la somme de la moyenne annuelle de

la quatrième année et celle obtenue au

BEM divisée par deux.

SELON M ME BENGHEBRIT

Nécessité d’une étude de diagnostic des causes de l’échec scolaire chez les garçons

La ministre de l’Education natio- nale, Nouria Benghebrit, a jugé hier à El- Oued important d’élaborer une étude pour "diagnostiquer" les causes de l’échec scolaire chez les garçons. L’élaboration d’une étude suscepti- ble de diagnostiquer les causes de l’échec des garçons dans leur parcours scolaire s’avère nécessaire, notamment dans le palier de l’enseignement moyen où est constaté un "nombre beaucoup plus important de collégiennes, soit deux tiers, des inscrits aux épreuves du Bre- vet d’enseignement moyen (BEM) par rapport à celui des garçons qui ne dépasse pas le tiers dans plusieurs wilayas", a in- diqué Mme Benghebrit. La ministre, qui a suivi un exposé sur les conditions de déroulement de cet exa-

men à El-Oued, en marge du coup d’en- voi officiel de ses épreuves, a souligné "la nécessité de trouver, avec le concours d’experts et de pédagogues, des solutions +urgentes+ susceptibles de permettre d’offrir davantage d’opportunités de réussite aux garçons, dans tous les paliers scolaires". Le ministère de l’Education nationale s’est attelé à mener une étude

à même de cerner les causes princi-

pales de ce "phénomène", notamment les causes sociales de dimension locale, a- t-elle fait savoir. Mme Benghebrit a révélé, à ce titre, que les services centraux travailleront, à la lumière de cette étude, sur l’élabora- tion d’une stratégie devant permettre de

remédier de manière scientifique à ce phénomène qui, a-t-elle dit, a influé négativement sur les processus didac- tique et pédagogique dans plusieurs établissements scolaires. Les premières mesures préventives à prendre pour faire face à ce phénomène consistent en le traitement du phéno- mène de la déperdition scolaire, plus fré- quentechezlesgarçonsquechezlesfilles, en veillant scrupuleusement au respect de l’obligation de scolarisation jusqu’à l’âge de 16 ans, a souligné la ministre. Dans le cadre de sa visite de travail dans la wilaya d’El-Oued, Nouria Benghe- brit avait inspecté le chantier de réalisa- tion d’un lycée dans la commune de Kouinine (5 km d’El-Oued), d’une capa- cité de 800 places et dont les travaux de réalisation ont atteint un taux d’avance- ment de 85%. Elle a, sur site, insisté sur la nécessité de doter ce futur établisse- ment de structures pour les activités récréatives, facteur d’amélioration du de- gré d’assimilation de l’élève. La ministre a visité, au quartier Tak- sebt (commune d’El-Oued), un collège et un nouveau lycée de 1.000 places

ayant ouvert ses portes au début de l’an- née scolaire, avant de visiter le service de la médecine du travail à l’ancien siège de la direction de l’Education où elle a ap- pelé à améliorer les conditions sociales des travailleurs du secteur, notamment en matière de couverture médicale. Mme Benghebrit a suivi, à l’Institut de for-

mation et de perfectionnement des ca-

dres de l’Education, un exposé sur les ses- sions de formation menées par l’institut dans le cadre du perfectionnement du ni- veau pédagogique et didactique des en- seignants, avant de visiter le siège de la direction de l’éducation et de s’enquérir de la situation générale du secteur de l’Education dans la wilaya d’El-Oued. Dans la matinée, elle avait donné, à partir du CEM "Ahmed Arbia" à Chetaya, commune de Guemmar (15 km d’El- Oued), le coup d’envoi officiel des épreuves nationales du Brevet d’Ensei- gnement Moyen (BEM), session de mai

2016. Quelque 14.655 candidats, dont

7.561 filles, étaient attendus mardi pour subir ces épreuves du BEM, au niveau de

63 centres d’examen regroupant 757

salles, répartis à travers les 30 com- munes que compte la wilaya. Un total de

3.498 personnes, 2.271 surveillants et 63

chefs de centres, en plus d’observateurs

et de psychopédagogues, ont été mobi-

lisés dans cette wilaya pour encadrer l’opération et assurer son bon déroule- ment, ont indiqué les services de la direc- tion locale du secteur qui signalent aussi la participation, pour cette session, de

quatrecandidatsparmilespersonnesaux besoins spécifiques. La ministre de l’Education nationale devait présider depuis la wilaya d’Annaba l’opération d’ouverture des enveloppes d’examen pour les épreuves de l’après- midi.

M.FELIOUNE La hausse du nombre des détenus candidats à l’examen du BEM, un fruit de la politique de reforme de la Justice

Le directeur général de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion, Mokhtar Felioune a estimé, hier à Ko- léa (Tipasa), que la hausse intervenue, cette année, dans le nombre de détenus candidats à l’examen du Brevet d'en- seignement moyen (BEM), à travers les pénitenciers du pays, est le fruit de la politique de réforme de la Justice engagée depuis plusieurs années. «Le nombre de détenus candidats au BEM est de 7.062 cette année, contre 5372 en 2015, soit une hausse de 1690 détenus», a souligné M. Felioune, en procédant au lance- ment officiel de l’examen du BEM au niveau de l’établis- sement de rééducation et de réadaptation de Koléa, esti- mant que ce chiffre «est le fruit de la politique de réformes de la Justice, initiée par le président de la République Ab- delaziz Bouteflika». Le même responsable a, également, souligné l’intérêt croissant des détenus pour les différents programmes édu- catifs et de formation initiés, à leur profit, au titre de nom-

breuses conventions de partenariat signées avec différents

secteurs, qualifiant cet intérêt de «précieux», car l’objec-

tif fixé pour les établissements de rééducation est de rec- tifier le comportement du détenu, tout en facilitant sa ré- insertion sociale, une fois sa peine purgée. Il a cité parmi les structures et outils mis en œuvre, à cet effet, les cellules d’accompagnement et d’écoute, grâce auxquelles l’administration pénitentiaire a eu vent d’échos très positifs concernant des anciens détenus

ayant pu décrocher des diplômes en médecine, pharma- cie, et droit, avec à la clé des postes d’emploi honorables. S’exprimant sur l’examen du BEM, le directeur géné- ral de l'administration pénitentiaire et de la réinsertion a souligné la mobilisation de toutes les conditions nécessaires pour le bon déroulement de cet examen à travers 41 cen- tres, agrées par le ministère de l’Education nationale, au niveau des établissements pénitentiaires du pays, dont l’en- cadrement est assuré par l’Office national des examens et concours (ONEC). Outre le programme d’enseignement assuré par ces établissements, les détenus candidats aux examens ont, également, bénéficié de séances de prépa- ration psychologique, pour les aider à bien appréhender les examens, a ajouté M. Felioune, soulignant que les condi- tions sont aussi réunies pour que le détenu poursuive ses études jusqu’à un niveau supérieur. Apres avoir prévu de «très bon résultats pour les can- didats de cette année, au regard des conditions réunies», M. Felioune a fait part de la réussite, en 2015, de 3446 can- didats au BEM sur un total de 5.372. D’autre part il a été si- gnalé l’enregistrement de plus de 3000 détenus candidats au baccalauréat de la session juin 2016. Un total de 41.410 détenus poursuivent leurs études dans les différents cycles d'enseignement pour la session 2015- 2016, dont 32.796 détenus sont inscrits au système d'ensei- gnement à distance, 997 à l'enseignement supérieur et 7.617 poursuivent des cours d'alphabétisation, selon un commu- niqué du ministère de tutelle rendu public dimanche. Les candidats ont suivi des cours de soutien assurés par 720 enseignants pour préparer les examens de fin de cycle, alors que les candidats au baccalauréat et au BEM ont bénéfi- cié de séances de préparation psychologique assurées par des psychologues du département pénitentiaire, selon le

même communiqué. Outre le nombre des inscrits dans les différents cycles de l'enseignement, 40.718 détenus suivent une formation professionnelle dans 133 spécialités, y compris ceux ins- crits pour la session de février 2016.

APS

une formation professionnelle dans 133 spécialités, y compris ceux ins- crits pour la session de février

6 DK NEWS

COOPÉRATION

Mercredi 25 mai 2016

ALGÉRIE - QATAR

Bouchouareb examine à Doha avec son homologue qatari le développement des relations économiques

Le ministre de l'industrie et des mines, Abdesselam Bouchouareb a évoqué hier à Doha, avec le ministre qatari de l'énergie et de l'industrie, Mohamed Ben Salah El Sada les voies et moyens de développement des relations économiques bilatérales et les perspectives de lancement de nouveaux projets de partenariat. La rencontre est intervenue dans le cadre de la visite effectuée par M. Bouchouareb au Qatar, à l'invitation de son homologue qatari, en pré- sence de responsables du ministère de l'indus- trie et des mines et des directeurs de compa- gnies énergétiques du Qatar. Au terme de cette rencontre, M. Bouchouareb a exprimé sa satis- faction des relations "exceptionnelles" existant entre l'Algérie et le Qatar, insistant que l'impé- ratif de promouvoir le partenariat économique entre les deux pays, "lequel demeure en deçà du niveau des relations politiques bilatérales". La rencontre a été "l'occasion d'évaluer les projets en cours entre les deux pays", a affirmé le ministre soulignant que lors de ces discussions, "il été question du lancement de nouveaux pro- jets à l'avenir". M. Bouchouareb a mis en avant l'existence d'une volonté chez la partie qatarie "désireuse d'aller de l'avant pour opérer une percée dans l'économie nationale et relancer une économie affranchie de toute dépendance aux hydrocarbures". M. El Sada s'est dit satisfait du niveau des relations algéro-qataries, relan- cées depuis plusieurs années par les dirigeants des deux pays, annonçant "de nouveaux projets en perspective". "Il a été également question des projets futurs et des opportunités à exploiter, au mieux des intérêts des deux pays", a-t-il dit. Le ministre de l'Industrie et des mines, M. Abdesselam Bouchouareb effectue mardi et mercredi, une visite à Doha (Qatar), à l'invita- tion du ministre qatari de l'Energie et de l'in- dustrie.

ALGÉRIE - ALLEMAGNE - PORTUGAL

Projets ferroviaires: l'Anesrif signe 2 protocoles d'accord avec une société allemande et portugaise

L'Agence nationale d'études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaires (Anesrif) a signé hier deux protocoles d'accord avec une société allemande et une autre portugaise pour concrétiser un partenariat dans le domaine de l'assistance à la gestion des projets ferroviaires et la réalisation de projets de lignes à grande vitesse.

Les accords ont été signés en présence du ministre des Transport, Boudjemaa Talai et des ambassadeurs d'Allemagne et du Portugal à Alger. Ainsi, le premier proto- cole d'accord qui a été signé par le directeur général d'Anserif, Azzedine Fridi et le directeur des relations internationales de DB Engineering&Consulting GmbH, une filiale de la Deutsche Bahn AG, Michel Auli, porte sur l'assistance à la maîtrise d’ouvrage pour l'Anesrif dans le domaine ferroviaire, notamment la gestion et le management des projets. "Ce partenariat nous per- mettra de développer une approche concertée dans l'assistance générale et spé- cialisée des travaux en cours de réalisation ou de renou- vellement ainsi que des études de nouvelles lignes à réaliser et à électrifier", a indiqué M. Auli lors de la cérémonie de signature. Soulignant l'importance du marché algérien dont la présence de DB Engineering&Consulting GmbH remonte à 1961, le même responsable a indi- qué que cet accord permet- tra aussi d'établir un parte-

que cet accord permet- tra aussi d'établir un parte- nariat d'assistance mutuelle et de partager les

nariat d'assistance mutuelle et de partager les expé- riences et pratiques dans le secteur ferroviaire dans les deux pays. Le deuxième protocole d'accord a été signé par M. Fridi et le PDG de la société portugaise Teixeira Duarte- Indenierie&Construction SA, M. Pedro Teixeira Duarte. Dans ce cadre, les deux parties vont mettre en place un partenariat visant la réalisation des travaux de voie, d’électrification et de maintenance des lignes fer- roviaires à grande vitesse. Les deux protocoles d'ac- cords prévoient la création de deux sociétés mixtes selon la législation algé- rienne régissant l'investisse- ment étranger et qui donne la majorité de l'actionnariat

(51%) à la partie algérienne et 49% au partenaire étran- ger. Intervenant lors d'un point de presse, M. Talai a souligné l'importance de ces deux accords étant donné que la création de sociétés mixtes de droit algérien per- mettra la formation dans l'exploitation des lignes fer- roviaires à grande vitesse. "L'exploitation de ce genre de lignes doit se faire dans de meilleures condi- tions parce que la sécurité au sein de ces infrastruc- tures exige une maîtrise de toutes les techniques", a dit le ministre. Il a rappelé dans ce sens que 2.300 kilomètres de lignes électrifiées seront réceptionnées en 2017. Le transfert de ces projets par l'Anesrif vers la Société nationale du transport fer-

roviaire demande une maî- trise de technologie. "Donc, ce partenariat va aider l'Algérie à maîtriser la gestion et l'exploitation de ses projets ferroviaires", a-t- il résumé en soulignant l'importance des projets fer- roviaires engagés par l'Algérie. Le plan national de lignes ferroviaires porte sur 12.500 kilomètres. Hormis les 4.200 km déjà achevés, 2.300 km sont en cours de réalisation et 6.000 km en phase d'étude. Interrogé sur le pacte de stabilité que le ministère des Transports compte signer avec le partenaire social, M. Talai a souligné qu'il est vrai que la loi autorise la grève des travailleurs bien que leurs revendications sont parfois non légitimes. Il a expliqué que son département avait invité les différents syndicats du sec- teur pour signer un pacte de stabilité et de développe- ment pour permettre de mener les investissements en toute sérénité, "parce qu'une perturbation gêne et dérange le développement". Le ministre a affirmé, dans ce contexte, que la grève observée récemment par le personnel de la SNTF a été jugée illégale.

ALGÉRIE - ITALIE :

Le partenariat et l’urbanisme au cœur d'une rencontre à Milan

Le renforcement du partenariat écono- mique algéro-italien et la coopération entre la wilaya d’Alger et la ville de Milan dans le domaine urbanistique ont marqué la rencontre, tenue hier à Milan, sur les opportunités d’investissements et de par- tenariat entre l'Algérie et l'Italie. Organisée par le consulat général d’Algérie à Milan, cette rencontre a regroupé une centaine d'opérateurs éco- nomiques algériens des secteurs public et privé et les représentants d'une cinquan- taine d'entreprises italiennes. Dans son intervention, le consul géné- ral d’Algérie à Milan, Abdelkrim Touahria, a appelé les opérateurs écono- miques italiens à dépasser le caractère "simplement mercantile" des relations économiques avec l’Algérie pour les élar- gir à d’autres secteurs que l’énergie, et ce, dans une logique de partenariat diversifié et bénéfique pour les deux parties. En évoquant les grands axes de la nou- velle approche économique adoptée par l'Algérie visant à réhabiliter l’appareil pro-

ductif et à diversifier l’économie natio- nale, il a invité les entreprises italiennes à contribuer à la concrétisation de ces objectifs à travers l’instauration d’un "par- tenariat gagnant-gagnant basé sur l’inves- tissement productif". Selon lui, plusieurs formules de parte- nariat pourraient être mises en œuvre dont la délocalisation d'entreprises indus- trielles italiennes et la création de joint- ventures avec des sociétés algériennes. Il a également cité le secteur de la PME qui place l’Italie parmi les pays leaders dans ce domaine, en réaffirmant le souhait de l'Algérie de tirer profit de cette expé- rience. Le consul général a aussi évoqué l’agriculture et l’industrie agroalimen- taire ainsi que le BTPH comme d'autres créneaux de partenariat économique. De son côté, la vice-maire de Milan, Mme Francesca Balzani, a souligné que les efforts de diversification de l’économie algérienne devraient permettre à l’Algérie de consolider "son développement et sa modernisation". Dans ce sens, elle s’est

dite engagée à œuvrer pour le renforce- ment du partenariat économique en inci- tant les opérateurs milanais à investir davantage en Algérie. Par ailleurs, elle a affiché la disponibi- lité des autorités de la ville de Milan à accompagner les actions engagées par la wilaya d’Alger en matière d’amélioration du cadre de vie de la capitale, notamment dans les domaines de l’urbanisme et de la gestion des déchets ménagers. Selon elle, l’accord de jumelage entre ces deux villes, signé en octobre 2015, constitue le meilleur cadre institutionnel pour approfondir la coopération entre les deux parties. Mme Balzani a, d’autre part, noté que la wilaya d’Alger et Milan "parta- gent les mêmes soucis dans le secteur de l’habitat et de l’urbanisme", soulignant que le logement, qui représente un "besoin primaire", pourrait être un objet d’échanges d'expériences. Ainsi, a-t-elle poursuivi, Milan "est prête à mettre en œuvre son expérience dans la gestion et la préservation du patri-

moine urbain au profit de la partie algé- rienne". Présent à cette rencontre, le secrétaire général de la wilaya d’Alger, Djamel Eddine Berimi, a émis le souhait de voir la coopération se renforcer davan- tage, notamment dans la restauration du vieux bâti, la gestion des déchets ména- gers, les services publics de l’eau, les espaces verts et l’environnement ainsi que dans le domaine culturel. A rappeler que la wilaya d'Alger participe à ce rendez- vous d'affaires dans le cadre de la mise en £uvre de l'Accord de coopération signé, en avril dernier à Alger, à l'occasion de la visite du maire de Milan, Juliano Pisapia. A souligner que deux accords devraient être signés à l’occasion de ce forum: le premier portera sur une déclaration d’in- vestissement dans le domaine agricole, alors que le second consistera en la créa- tion d’une société mixte chargée de la res- tauration du vieux bâti de la ville d’Alger dans le cadre d’un partenariat écono- mique et institutionnel entre la wilaya d’Alger et la mairie de Milan.

Signature à Milan de deux accords en agriculture et en urbanisme

Deux accords de coopération algéro-italiens dans les domaines de l’agriculture et de la restauration du vieux bâti ont été signés, mardi à Milan, en marge de la rencon- tre sur les opportunités d’investissements et de partena- riat entre les deux pays. Le premier accord a été conclu entre la société agricole privée Sarl Fatma N’kasraoui et Indo-European sustainable development (IESD), portant sur une déclaration d’investissement dans le domaine agricole pour un montant de 50 millions d’euros. Ce partenariat portera, dans un premier temps, sur la céréaliculture (blé et maïs) dans la wilaya de Naâma, avant de l’élargir à d’autres filières notamment les agrumes, les fruits et légumes, les cultures de serre et l’élevage, a indiqué à la presse le directeur de la société algérienne signataire, Salah Gaci. Il sera mis en œuvre au niveau d’un périmètre agricole d’une superficie de 500 hectares dont 200 ha irrigués dans la wilaya de Naâma. Il s’agira, surtout, d’élargir les superficies dédiées aux cultures de blé et de maïs dans le

sud du pays avec deux campagnes par an, a-t-il expliqué. De son côté, le directeur exécutif de l’IESD, John Martin Thomas, a avancé qu'à travers cet accord, cet organisme s’engage à apporter la technologie italienne dans la céréa- liculture et l’élevage: "Avec cette coopération, nous comp- tons contribuer aux efforts de développement de l’agri- culture et de diversification des exportations en Algérie". Pour ce qui concerne le second accord, il porte sur les modalités de mise en £uvre du mémorandum d’entente, signé en avril dernier à Alger, pour la création d’une société mixte selon la règle 49/51% entre la Régie foncière de la wilaya d’Alger et la société Metropolitana Milanese (2M) laquelle opère, entre autres, dans la restauration des constructions. Cette future société mixte, qui sera opérationnelle avant la fin 2016 après validation de ses statuts, sera char- gée de la restauration du vieux bâti d'Alger, selon les explications du secrétaire général de la wilaya d’Alger, Djamel Eddine Berimi. A rappeler que la wilaya d’Alger et

la ville de Milan sont liées par un accord de jumelage, signé en avril dernier à l’occasion de la visite à Alger du maire de Milan, Juliano Pisapia, qui prévoit divers domaines de coopération entre ces deux collectivités locales, dont la gestion du patrimoine urbain, l’environ- nement et la gestion des déchets ménagers, les services publics de l’eau, la culture et la cinématographie. Par ailleurs, des rencontres B to B se sont tenues mardi entre des opérateurs institutionnels et économiques nationaux et des représentants d’entreprises italiennes dans différents secteurs, notamment le bâtiment, la construction, les travaux publics, le tourisme et l’agricul- ture. D’autre part, des discussions ont eu lieu entre des représentants du ministère de l’Habitat, de l’urbanisme et de la ville, et une société italienne de fabrication d’as- censeurs, pour un éventuel projet de réalisation en Algérie d'une unité de production d'ascenseurs destinés aux futurs sites des logements AADL.

APS

Mercredi 25 mai 2016

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

HYDROCARBURES :

M.Khebri : l’Algérie renforcera l’exploration malgré la baisse des prix

L’Algérie est déterminée à maintenir ses engagements en matière de stratégie de développement de la branche exploration-production malgré la baisse des cours du brut, a assuré, hier à Alger, le ministre de l’Energie, Salah Khebri, lors du premier forum Algérie-UE sur l’énergie.

La combinaison entre les projections d’accrois- sement de la consomma- tion nationale en énergie et les besoins d’exportations engage, en conséquence,

l’Algérie à poursuivre les ef- forts d’exploration pour élargir la base de ses res- sources et poursuivre la transformation du mix énergétique et du mode de consommation d’énergie, a avancé le ministre. C’est ainsi qu’un ac- croissement des activités d’exploration et de déve- loppement des gisements,

d’exploration et de déve- loppement des gisements, de nouvelles relations et jeter les "bases réelles

de nouvelles relations et jeter les "bases réelles d’un partenariat stratégique Al- gérie-UE". C'est dans ce sens que ce forum vient à point nommé pour mettre en relation les hommes d’affaires qui sont invités à trouver les syner- gies nécessaires pour concrétiser des partena- riats mutuellement béné- fiques, a-t-il expliqué. Par ailleurs, il a relevé que le programme des énergies renouvelables, pour lequel un texte sur le tarif d’achat garanti de

en utilisant les différentes technologies de récupéra- tion, est prévu à moyen terme, a-t-il relevé lors de cette rencontre tenue en présence du Commissaire européen chargé de l’ac- tion climatique et de l’éner- gie, Miguel Arias Canente,

milliards m3/an via les trois gazoducs dédiés à l’Europe, et le reste sous forme de GNL. "Les relations entre l’Al- gérie et l’UE sont fortes, et l’énergie y occupe une place de choix. La rencontre d’au-

trach pour 2016-2020 dé- passe les 73 milliards de dollars dont les deux tiers pour les activités d’explora- tion-production, selon lui. Des investissements de "grande ampleur" dans les hydrocarbures, dont les montants cumulés ont dé-

l’électricité d’origine re- nouvelable a été mis en place, constituait une op- portunité de créer, en par- tenariat, une industrie na- tionale du renouvelable. Ce premier forum sur l’énergie s’inscrit dans le

et

de représentants de 700

jourd’hui vise à renforcer

passé, entre 2000 et 2015, les

cadre de la mise en oeuvre du Mémorandum de parte-

entreprises dont plus de 200 sociétés européennes. Ce "recentrage de la stra- tégie énergétique" du pays a, d’ailleurs, été mis en £uvre dès la fin 2015, a-t-il affirmé. Rappelant que l’Algérie

encore davantage ces rela- tions", a-t-il assuré. Concernant la produc- tion des hydrocarbures, elle a atteint près de 200 mil- lions de TEP en 2015 et de- vrait reprendre progressi- vement sa croissance dès

100 milliards de dollars, ont déjà été consentis par Sonatrach et ses parte- naires: "Ce qui dénote la volonté du pays de mainte- nir ses engagements en ma- tière de stratégie de déve- loppement de la branche

nariat stratégique Algérie- UE, signé en juillet 2013, couvrant essentiellement les branches des hydrocar- bures, énergies renouve- lables et l’efficacité énergé- tique, la réforme du cadre juridique, le développe-

a

développé ses capacités

2016 pour atteindre 241 mil-

exploration-production

ment des infrastructures

d’exportations des hydro- carbures pour assurer un approvisionnement sûr et continu de ses clients en maintenant son "statut de fournisseur fiable même dans les conditions les plus difficiles", M. Khebri a fait savoir que la capacité d’ex- portation gazière du pays a été portée à près de 90 mil- liards m3/an dont plus de 50

lions TEP en 2020. Pour concrétiser cette stratégie et maintenir sa position de partenaire éner- gétique fiable, l’Algérie pré- voit encore d’engager de gros investissements dans le secteur des hydrocar- bures dans les prochaines années, a-t-il précisé. Le volume des investis- sements prévus par Sona-

malgré les prix bas", a sou- tenu M. Khebri. Etant donné les "besoins immenses" dans le secteur de l’énergie, les opportuni- tés qui s’offrent aux inves- tisseurs sont donc très nombreuses, a tenu à sou- ligner le ministre, en invi- tant les opérateurs algé- riens et européens à profi- ter de ce forum pour nouer

et le transfert de technolo- gie. Selon M. Khebri, un bi- lan de cette rencontre sera établi et des "actions concrètes" seront prises pour aller de l’avant dans la construction du processus de mise en place d’un par- tenariat stratégique Algérie- UE dans le secteur éner- gétique.

Khebri : Sonatrach investira plus de 73 milliards de dollars d’ici à 2020

Les investissements de la compa- gnie nationale des hydrocarbures So- natrach devraient dépasser les 73 mil- liards de dollars entre 2016 et 2020, a indiqué, hier à Alger, le ministre de l’Energie, Salah Khebri. "Le volume d’investissements pré- vus par Sonatrach pour 2016-2020 dépasse les 73 milliards de dollars dont les deux tiers dans l’explora- tion-production. Ce qui dénote de la volonté de l’Al- gérie de maintenir la production né- cessaire pour satisfaire la demande na- tionale en constante croissance", a affirmé le ministre dans son allocution d’ouverture du 1er forum algéro-UE sur l’énergie. Les réalisations de l’Algérie en matière d’hydrocarbures ont néces- sité, a-t-il poursuivi, des investisse-

ments de grande ampleur dont les montants cumulés, entre 2000 et 2015, avaient atteint les 100 milliards de dollars consentis par Sonatrach et ses partenaires. Concernant la capacité installée des exportations gazières de l’Algérie, elle a été portée à près de 90 mil- liards m3/an dont plus de 50 mil- liards m3/an via les trois gazoducs dédiés à l’Europe, tandis que le reste est formé de GNL, selon lui. L’Algérie a fourni au total plus de 1.500 milliards m3 sous forme de GNL et par gazoducs, a-t-il précisé. Pour ce qui est de la production des hydrocarbures, elle a atteint près de 200 millions de TEP en 2015 et devrait reprendre progressivement sa crois- sance dès 2016 pour atteindre 241 millions TEP en 2020, a fait savoir le

ministre. A moyen terme, a-t-il avancé, il est escompté que la production pri- maire d’hydrocarbures renoue avec la croissance à partir de 2016 pour attein- dre 241 millions TEP en 2020 grâce à la mise en exploitation de nouveaux gi- sements et à l’amélioration du taux de récupération des gisements existants. Quant à l’électricité, dont le taux de couverture a atteint 98%, M. Khebri a avancé que d’ici à 2030, la demande sur l’électricité devrait tripler à 150 te- rawatts/heure alors que la consomma- tion du gaz naturel devrait plus que doubler, de même que celle des pro- duits pétroliers. Dans son intervention, le ministre a appelé les investisseurs algériens et européens à tirer profit de ce forum pour nouer des contrats d’investissements dans le sens d’un partenariat stratégique Algérie-UE.

KHEBRI CONFIRME

Le programme des énergies renouvelables ne sera pas directement financé par l’Etat

Les investissements inscrits dans le cadre du programme na- tional des énergies renouvela- bles ne seront pas directement fi- nancés par l’Etat, mais le seront par des opérateurs algériens et étrangers, a affirmé, hier à Alger, le ministre de l’Energie, Salah Khebri. «Le programme des énergies renouvelables sera réalisé en par- tenariat.L’Etat n’y investira pas di- rectement mais ce sont les opéra- teurs algériens et étrangers qui le financeront», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse tenue conjointement avec le Commis- saire européen à l'Energie, Miguel Arias Canete, en marge du pre-

lossaux, le ministre a précisé que pour financer une chaîne ga- zière, les banques et les orga- nismes de financement exigent des contrats d’achat à long terme et n’acceptent pas d’accorder leurs prêts pour des contrats à court terme. «Je comprends que les consommateurs veulent une énergie moins chère, et leur pré- férence est, évidemment, de payer le gaz au prix spot. Mais quels sont les organismes qui vont financer des projets de longue durée portant sur des contrats d'approvisionnement à court terme?», s’est-il interrogé. Evoquant le cas d’une compa- gnie gazière européenne qui a

mier forum d’affaire Algérie-UE sur l’énergie. Pour le ministre, l'un des ob- jectifs de ce forum est, justement, d’attirer les entreprises euro- péennes vers ce programme des énergies renouvelables. M. Khe-

proposé à l’Algérie, lors de ce fo- rum, de lui vendre du gaz à court terme, le ministre a affirmé que l’Algérie serait preneur si elle trouvait des financements qui ne lui exigeront pas des contrats d’achat sur le long terme.

bri a soutenu que l'Algérie ne

A

une question sur le projet de

pouvait plus continuer à avoir une électricité basée uniquement

Rouiba-éclairage qui devait fabri- quer des panneaux photovol-

sur le gaz et le diesel. D'où la né- cessité de diversifier son mix énergétique en exploitant l’im- mense gisement solaire dont dis-

taïques dans le cadre d'un parte- nariat entre une filiale de Sonel- gaz et une entreprise allemande, M. Khebri a fait savoir que ce

pose le pays. Cependant, a-t-il expliqué, l’Etat interviendra en aval en subventionnant le prix de l’électricité qui sera produite à partir des énergies renouvela- bles dont essentiellement le so- laire et l’éolien. A ce propos, il a indiqué que les énergies renouvelables étaient plus onéreuses que les énergies fossiles. Ce qui explique que tous les pays qui ont introduit ces énergies avaient mis en place une caisse pour subventionner le différentiel des prix. L’Algérie, a-t-il rappelé, dis- pose d’un cadre réglementaire qui permet à l’Etat de garantir l’achat de la production de l'éner- gie renouvelable à un prix qui couvre l’ensemble des charges et rémunère l’investissement à un taux raisonnable sur une période de 20 ans. Grâce aux premières centrales électriques mises en place en Algérie, la production de l’électricité à partir des énergies renouvelables atteindra les 368 mégawatts d’ici à la fin de l’été 2016, une première étape d'un programme qui table sur une production de 22.000 mégawatts d’électricité à partir du renouve- lable à l’horizon 2030, a-t-il rap- pelé. Interrogé par la presse sur l'éventualité pour l’Algérie d’ac- cepter de vendre son gaz à l’Eu- rope à travers des contrats à court terme (spot) où les prix sont bas vu la concurrence et l’abondance

projet n’avait pu voir le jour du fait de la mise en faillite du partenaire allemand. Mais il a annoncé qu’un projet similaire était en cours de réalisation à Sidi Bel-Ab- bès avec une capacité de produc- tion de 25 mégawatts. Abordant le partenariat éner- gétique algéro-européen, il a es- timé qu’il était temps, pour les deux parties, de passer de simples relations commerciales à des re- lations stratégiques, de manière à ce que les intérêts des entre- prises algériennes et européennes soient partagés. Questionné également sur la date de lancement du 4e appel d’offres pour la sélection des opé- rateurs pour l’exploitation de gi- sements d’ hydrocarbures en Al- gérie, le ministre a répondu que les faibles cours mondiaux du brut avaient placé les investis- seurs internationaux devant un problème de manque de liquidi- tés les ayant amenés à retarder certains projets. «Nous sommes en concertation avec des compa- gnies mondiales. Dès que le mo- ment sera opportun, nous lance- rons l’appel d’offres», a-t-il avancé. Pour sa part, le Commis- saire européen à l'Energie, Miguel Arias Canete, a considéré que l’Algérie avait commencé à déve- lopper les énergies renouvela- bles au moment adéquat, c'est-à- dire au moment où le coût de ces énergies commence à baisser.

de l’offre gazière à l’international,

Il

a alors assuré que l’Union

M. Khebri a répondu qu’il s’agis- sait d’une question purement fi- nancière. En relevant que le gaz nécessite des investissements co-

européenne allait partager son ex- périence avec l’Algérie pour l’ai- der à produire l’énergie renouve- lable à bas prix.

SELON L’UE

Le gaz algérien est nécessaire pour le mix énergétique européen

L’Algérie fait partie des impor- tants partenaires énergétiques de l’Union européenne, et le gaz algé- rien est nécessaire pour contribuer dans la démarche européenne de transition énergétique, a affirmé, hier à Alger, le Commissaire euro-

péen chargé de l’action climatique et

de l’énergie, Miguel Arias Canente. En effet, a-t-il expliqué lors du fo-

rum Algérie-UE sur l’énergie, le gaz algérien représente un composant du mix énergétique lequel devrait permettre à l’Europe de réduire de

40% ses émissions de CO2 à l’horizon 2030. "L’Algérie fait partie de nos par- tenaires énergétiques importants et nous avons besoin de son gaz pour le mix énergétique devant nous permettre de réduire nos émissions de CO2 à hauteur de 40% vers 2030",

a déclaré M. Canente.

Soutenant que l'Europe aura en- core, pour longtemps, besoin de gaz, le Commissaire européen chargé

de l’action climatique et de l’énergie

a souhaité que l’Algérie fasse le né-

cessaire pour maintenir sa position

de fournisseur-clé pour l'Europe. "L’Algérie est un partenaire de confiance sur lequel nous pouvons compter. Il est donc logique que nous choisissions ce pays pour tenir avec lui un forum dédié à l’énergie", a-t-il insisté.

D’autre part, M. Canente a attiré l’attention sur le défi à relever par l’Algérie dans un marché où la de- mande pour le gaz ne cessera d’aug- menter, dictée par la priorité de ré-

duire les émissions de gaz à effet de serre. A ce propos, il a avancé que du-

rant la prochaine décennie, la de- mande mondiale pour le Gaz de Pé- trole Liquéfié (GPL) devrait aug- menter de 50%. Dans ce sens, il a évoqué la néces- sité pour l'Algérie de miser sur les nouvelles technologies pour pou- voir continuer à répondre à la de- mande de ses clients dont principa- lement l’UE: "L’Algérie est obligée d’augmenter ses capacités de pro- duction". Par ailleurs, il a égale- ment exprimé le plein soutien de l’UE à l'Algérie pour ses efforts rela-

tifs au développement du segment des énergies propres et a fait part de la volonté des Européens de dévelop- per leur partenariat stratégique avec l’Algérie dans ce domaine. Préci- sant que l’Europe a réussi à créer deux millions de postes d’emplois dans le domaine des énergies renou- velables et de l’efficacité énergé- tique, M. Canente a encouragé l’Al- gérie à aller de l’avant dans ce cré- neau, tout en louant les efforts que le pays a déployés jusqu’ici.

APS

Ph. M Nait Kaci

8 DK NEWS

FORUM

Mercredi 25 mai 2016

LE PORTE-PAROLE DE LA FÉDÉRATION NATIONALE DES INSUFFISANTS RÉNAUX, M. BOUKHORS MOHAMED, INVITÉ HIER DU FORUM DE DK NEWS

Hémodialyse : « La prise en charge dans les centres

privés doit impérativement être améliorée»

Le porte-parole de la Fédération nationale des insuffisants rénaux, M. Boukhors Mohamed, a plaidé hier pour la révision de la convention-type conclue entre les organismes de Sécurité sociale et les centres privés d’hémodialyse, qui d’après lui n’a pas donné les résultats escomptésnotamment pour ce qui est de l’amélioration de la prise en charge médicale des insuffisants rénaux en Algérie.

en charge médicale des insuffisants rénaux en Algérie. R. Rachedi L’invité du Forum de DK News

R. Rachedi

L’invité du Forum de DK News, a souligné que la situation des insuffi- sants rénaux pris en charge par les spécialistes du secteur privé demeure inchangée malgré les batte- ries de mesures prises par les pou- voirs publics dans le but d’améliorer le traitement des hémodialysés. A cet effet, M. Boukhors a soulevé durant la conférence plusieurs points essentiels dont la composition du kit de dialyse qui, à l’heure qu’il est, n’est pas défini pour chaque malade. En effet, il existe trois types de kits : un pour les malades normaux, un autre pour ceux atteints de diabète et un troisième pour les enfants. Bien que crucial pour le traitement du

patient, ce paramètre n’est pas pris en compte par les centres d’hémo- dialyse privés, et ce pour des considé- rations purement financières. Le président de la FNIR a également souligné la nécessité de prescrire l’hormone de croissance aux enfants atteints d’insuffisance rénale, ainsi que la pommade anesthésiante qui ne figure pas dans le kit malgré une demande formulée par la fédération en 2012. L’intervenant a par ailleurs appelé à exclure les molécules EPO et de fer injectable des forfaits 2, 3, 4, et 5, car ces médicaments sont prescrits uni- quement pour les malades présen- tant une anémie sévère et une carence martiale. «Ce ne sont pas tous les malades qui ont besoin de l’EPO mais seule-

ment ceux atteints d’anémie. Ce médicament qui stimule la création de globules rouges reste primordial mais ne doit pas être automatique- ment inclus dans les forfais afin de ne pas pénaliser les malades lors de la procédure de remboursement», a-t-il expliqué. D’autre part, le conférencier a déploré la situation dans laquelle se trouvent les malades sous dialyse péritonéale dont le nombre est estimé actuellement à près de 700 malades à travers le territoire natio- nal. D’après le porte-parole de la FNIR, ces derniers ne sont pas réper- toriés et ne bénéficient pas d’une prise en charge adéquate, que ce soit en matière de transport sanitaire, de contrôle périodique ou d’appareil- lages spécifiques.

contrôle périodique ou d’appareil- lages spécifiques. 22 000 malades sous hémodialyse Avec l'augmentation
contrôle périodique ou d’appareil- lages spécifiques. 22 000 malades sous hémodialyse Avec l'augmentation
contrôle périodique ou d’appareil- lages spécifiques. 22 000 malades sous hémodialyse Avec l'augmentation

22 000 malades sous hémodialyse

Avec l'augmentation de l'es- pérance de vie, les maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension artérielle et l'in- suffisance rénale chronique gagnent du terrain. Ainsi le nombre de personnes atteintes d’insuffisance rénale chro- nique terminale en Algérie est passé de 100 en 1980 à 22 000

en 2016. Le nombre de centres d’hémodialyse a également évolué pour faire face au nom- bre important de patients (Il

est passé de 3 centres en 1980 à 313 en 2016 dont 175 étatiques et 138 privés). Le nombre de malades sous dialyse périto- néale est par ailleurs estimé à

700.

dont 175 étatiques et 138 privés). Le nombre de malades sous dialyse périto- néale est par

Des prétendants pour… une liste d’attente !

Le président de la FNIR a dénoncé le comportement non professionnel d’un ancien chef de service néphro- logie au CHU NafissaHamoud (ex-Parnet), qui une fois relevé de ses fonctions, a pris les dossiers d’une centaine de patients inscrits sur la liste d’attente pour une greffe

rénale. «Ces derniers ont effectué des tests médicaux très onéreux et se trouvent aujourd’hui dans une situa- tion très compliquée», a-t-il souligné. Un peu de bon sens suffirait pourtant pour régler définiti- vement ce problème.

R.R

compliquée», a-t-il souligné. Un peu de bon sens suffirait pourtant pour régler définiti- vement ce problème.

Mercredi 25 mai 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS

9

SETIF :

Saisie par la police de près de 4 tonnes de produits avariés

Le bilan du mois d’avril dernier des services de police de l’urbanisme et de la protection de l’environnement ainsi que celui de la Brigade d’assainissement relevant de la Sûreté de Wilaya de Sétif fait état de 141 affaires traitées.

Azzedine Tiouri

Pour atteinte à l’urbanisme,

il a été enregistré 64 infractions

liées aux constructions illicites

et 5 infractions à la non-confor-

mité au permis de construire. Pour atteinte à l’environne-

ment, les mêmes services ont relevé 7 infractions liées aux dépôts anarchiques des déchets et 2 infractions aux dépôts anar- chiques des déblais. Pour ce qui est de la santé publique, on

a noté 3 infractions pour utilisa-

tion des abattoirs clandestins et 4 infractions au transport de

viandes non conforme à la régle- mentation en vigueur et sans aucune norme d’hygiène. Par ailleurs, on nous informe que 45 infractions et 11 autres ont été émises pour respectivement vente illicite sur la voie pu- blique et obstruction de la voie publique. Il est à signaler que dans le même contexte, plus de 43 opé- rations de contrôle de maga- sins ont été effectuées durant le même mois où il a été procédé,

effectuées durant le même mois où il a été procédé, nous dit-on, à la saisie de

nous dit-on, à la saisie de 2 tonnes et 676 kg de différents produits alimentaires entre fruits et légumes et plus d’une tonne de viande, rouge, blanche et poisson étalée et exposée d’une façon non conforme et réglementaire à l’hygiène. Deux tonnes et 230 kg de viandes ava-

riées impropres à la consomma- tion ont été incinérés. Plus de 3.344 unités de différents types d’équipements et matériaux entre matériels électroniques, vêtements, vaisselles etc. ont été saisis et ont fait l’objet d’une remise aux services des Do- maines.

TISSEMSILT

Noyade d'un enfant dans une mare

à Tissemsilt

Abed Meghit

La brigade des plon- geurs, relevant des ser- vices de la protection

civile de Tissemsilt est intervenue, ce lundi dernier, aux environs de 15 heures, en vue de repêcher le corps d'un enfant répondant aux initiales de N.H., âgé de 11 ans, originaire de la

ville de Tissemsilt, qui s'est noyé dans une mare au niveau d'un chantier. Cette mare de 4 m de profondeur relève d'un chantier. Le corps de la victime a été

transporté vers le ser- vice de la morgue au- près de l'hôpital de Tis- semsilt, tandis que les services de sécurité ont ouvert une enquête au- tour de l'incident, a-t- on précisé.

MONOXYDE DE CARBONE :

Une mère

décédée

à Mascara

Une femme, âgée de 48 ans, est décédée après avoir inhalé du gaz de monoxyde de car- bone, alors que son époux et sa fille, ont été sauvés in extrémis d’une mort certaine, a-t-on appris lundi de la direction de la Protection civile de la wilaya de Mascara. Alertés par la police, les élé- ments de la protection civile se sont rendus au domicile des victimes qui les ont trouvées inconscientes. Les premiers soins ont été prodigués sur place avant leur évacuation vers les urgences de l’hôpital «Meslem Tayeb» de Mascara. La mère a rendu l’âme au niveau du service des urgences alors que la fille et le père ont été placés sous surveillance médicale. Une fuite émanant du chauffe-eau serait à l’origine du drame, a-t-on indiqué de même source.

Le stress au travail en débat lors d'une journée scientifique et économique à Alger

Le stress dans les administra- tions et le secteur économique a fait l'objet lundi à Alger d'une journée scientifique et écono-

mique sur le thème du bonheur à laquelle ont pris part une cen- taine de personnes parmi elles des chefs d'entreprise, des gestion- naires des ressources humaines, des cadres des sociétés publiques et privées et des étudiants. Selon Dr Farida Ilès, direc- trice de l’Institut national de pré- vention des risques profession- nels (INPRP) les conditions de travail dans les administrations et le secteur économique influent négativement sur la santé des employés causant un stress chez le travailleur notamment en l'ab- sence d'une réglementation spé- cifique sur la question. Elle a néanmoins souligné que même si '«en Algérie, il y a des prescrip- tions générales invitant à garan- tir la santé du travailleur», le stress au travail peut conduire à des tentatives de suicide et même au suicide et que ce phénomène est constaté dans certaines entre- prises. «Il y a deux compagnies qui ont sollicité l’institut pour une étude sur la gestion des ressources hu-

maines suite à des cas de suicide qui ont alerté les travailleurs», a- t-elle indiqué. D’autres spécialistes dans la gestion des ressources humaines dont le professeur Tabti, chef de service en psychiatrie à l’établis- sement de proximité de Cheraga, ont fait observer que «le stress au travail, ajouté à d’autres sources de stress, peut conduire à des tentatives de suicide et même au suicide». Le Pr Tabti a fait remarquer que «les citoyens, parmi lesquels les travailleurs, doivent affronter plusieurs sources de stress lors de la journée à commencer par ceux causés par les difficultés de trans- port, les conditions de travail et le mode de vie ainsi que la situation affective des familles». Il a ajouté que ces causes don- nent naissance à un bilan de santé mentale et physique très dé- gradé et peut même conduire à des suicides. Les conférenciers ont appelé les spécialistes dans l’évaluation et le développement des compé- tences, dans la psychologie du travail et des organisations à in- tervenir pour améliorer la santé au travail.

AIN DEFLA

La police multiplie les rafles dans les quartiers des grandes communes

Salim Ben

Dans le cadre de la lutte contre les fléaux sociaux ; agres- sions ; drogues ; vols et crime, les éléments de la police d'Ain De- fla multiplient leur actions dans les grandes communes de la wi- laya afin de mettre fin à ces cala- mités. Plusieurs actions poli- cières ont provoqué un soulage- ment auprès de la population qui appréhendait la recrudescence des actes criminels. Les services de police d'El At- taf ont lancé une opération d'en- vergure contre les bandes crimi- nelles qui écument les lieux pu- blics et les quartiers chauds, no- tamment au niveau de la gare routière et le quartier du 8-Mai, Hay Ahmed Nacer et le village agricole. C'est ainsi qu'une offen- sive a été déclenchée depuis hier dans ces lieux et ces cités péri- phériques. Menée surtout de nuit, l'intervention s'est déjà sol- dée par l'interpellation de 63 suspects ainsi que de trois per- sonnes recherchées par la justice pour différents délits. Elle a par ailleurs permis le démantèle- ment de nombreux points de vente illicite de boissons alcoo- lisées et du kif. Ces déploie- ments visent à renforcer le dis- positif sécuritaire et la lutte

contre ce qu'ils qualifient de pe- tite criminalité.

Arrestation d'une association des malfaiteurs a Khemis Miliana Une bande composée de trois personnes, dont l'âge varie entre 31 et 34 ans, vient d'être arrêtée par la sûreté urbaine de Khemis Miliana dans la wilaya d'Ain De- fla pour association de malfai- teurs, et tentative de vol d'une ha- bitation. En effet, suite à un appel sur le numéro vert 15-48 sur une information qui affirmait la pré- sence d'une bande de malfai- teurs qui voulait commettre un vol sur deux domiciles en plein centre-ville de Khemis Miliana. Grâce à cet appel, les éléments de police se sont déployés pour ar- rêter ces malfaiteurs. Effective- ment dans un temps record les policiers ont réussi à mettre la main sur ces trois personnes qui étaient à bord d'un véhicule touristique vers 2h 30 du matin. Ils ont été transférés vers le siège de la police ou les victimes les ont reconnus, dès la première fois. Après leur présentation de- vant le procureur de la Répu- blique près le tribunal de Khemis Miliana, ce dernier a demandé leur emprisonnement en atten- dant leur jugement.

demandé leur emprisonnement en atten- dant leur jugement. PROTECTION CIVILE 18876 appels de secours en une

PROTECTION CIVILE

18876

appels de secours en une semaine

Durant la période du 15 au 21 mai 2016, les unités d’inter-

ont été effectuées avec la prise en charge de 1350 bles-

prises en charge par nos secours puis évacuées vers les

ventions de la pro- tection civile ont en- registré 18876 ap- pels de secours dans les différents sec-

sés traités par nos secours médicali- sés, 8903 évacua- tions sanitaires et 2142 interventions

structures hospita- lières suite à 32 acci- dents de la route. En outre, nos se- cours ont effectué

teurs d’interven-

effectuées suite à

1169

interventions

tions pour répondre aux appels de dé- tresses émis par les citoyens, suite à des accidents de la circu- lation, accidents do- mestiques, évacua- tion sanitaire, ex- tinction d’incendies et dispositif de sé-

1177 accidents de la circulation ayant causé le décès de 43 personnes et 1376 autres blessés, trai- tés et évacués vers les structures hos- pitalières. Le bilan le plus lourd a été en- registré au niveau

pour procéder à l'ex- tinction de 807 in- cendies urbains, in- dustriels et incen- dies divers. Par ailleurs 4364 interventions ont été effectuées durant la même période pour la couverture de

curité etc.

de la wilaya d’Ain

5026

opérations di-

Concernant le se- cours à personnes 10539 interventions

Defla avec 03 per- sonnes décédées et 55 autres blessées

vers et l’assistance aux personnes en danger.

ACCIDENTS DE LA CIRCULATION :

43 morts et 1.376 blessés en une semaine

Quarante-trois (43) personnes ont été tuées et 1.376 autres ont été blessées suite à 1.177 acci- dents de la circulation, survenus durant la période du 15 au 21 mai, au niveau national, a indi- qué hier un communiqué de la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été en- registré au niveau de la wilaya d'Aïn Defla avec 3 personnes dé- cédées et 55 autres blessées suite à 32 accidents de la route, précise

la même source. Les éléments la protection civile ont par ailleurs mené durant la même période 1169 interventions ayant permis l'extinction de 807 incendies ur- bains, industriels et divers. Ils ont également mené 4364 interventions pour la couver- ture de 5026 opérations diverses et l'assistance aux personnes en danger.

APS

10

DK NEWS

SOCIÉTÉ

Mercredi 25 mai 2016

BIRMANIE :

Au moins 11 morts dans un glissement de terrain près d'une mine de jade, des disparus

de terrain près d'une mine de jade, des disparus Au moins onze mineurs illé- gaux ont

Au moins onze mineurs illé- gaux ont péri lundi soir dans un glissement de terrain sur- venu à proximité d'une mine de jade dans le nord de la Birmanie et de nombreuses autres pour- raient être ensevelies, ont rap- porté les autorités locales. Des milliers de travailleurs birmans pauvres affluent dans cette région aux confins de la Chine pour tenter de trouver des morceaux de jade négligés par les pelleteuses, une activité non contrôlée sur laquelle les au- torités et compagnies ferment les yeux. "Les secours ont travaillé toute la nuit. Nous avons retrouvé 11 corps jusqu'ici", a indiqué mardi à l'AFP Nilar Myint, un responsa- ble de la province de Hpakant,

zone connue pour ses mines de jade. "Les opérations de secours se poursuivent malgré les fortes pluies qui n'ont pas cessé de la nuit", a-t-il ajouté. "Nous pensons qu'environ 200 personnes tra- vaillaient dans cette zone quand le glissement de terrain s'est produit", a déclaré un habitant de la zone, ancien bénévole pour une ONG. Ce type d'accident est fré- quent dans cette région, où le paysage est aujourd'hui lunaire tant il a été transformé par l'ex- ploitation des mines, au mépris de l'environnement. En novem- bre 2015, plus de 110 personnes étaient mortes après l'effondre- ment d'une montagne de rem- blais.

BRÉSIL

Mort de 14 prisonniers dans des affrontements

Quatorze détenus ont perdu la vie dans des affrontements ce week-end à l'intérieur de deux
Quatorze détenus
ont perdu la vie dans
des affrontements ce
week-end à l'intérieur
de deux complexes pé-
nitentiaires du nord-
est du Brésil, ont an-
noncélundilesautori-
tés.
"Les décès se sont
produits au cours de
conflits entre prison-
niers", a dit à l'AFP le
secrétariat à la Justice
de l'Etat régional du
Ceara. Les affronte-
ments se sont déroulés
à l'occasion d'une
grève des agents péni-
tentiaires pendant
quelques heures sa-
medi, selon la presse
locale.
Les prisonniers
tués avaient entre 21 et
46 ans et étaient in-
son de ces affronte-
ments et quelles
armes avaient été uti-
a
écrit le gouverneur
lisées."Jeregrettepro-
carcéréspourvols,ho-
micides et trafic de
drogue.
On ignorait la rai-
fondément ce qui
vient d'arriver dans
nos unités péniten-
tiaires et je n'économi-
serai pas mes efforts,
avec nos forces de sé-
curité, pour que la sta-
bilité revienne le plus
rapidement dans le
systèmepénitentiaire",
du Ceara, Camilo San-
tana, sur son compte
Facebook.
Au Brésil, comme
dans tout le reste de
l'Amérique latine, le
système pénitentiaire
est miné par la sur-
population, l'action
des bandes crimi-
nelles, le manque d'in-
vestissements et la cor-
ruption.

FRANCE

Blocage des raffineries, le bras de fer gouvernement-syndicats se durcit, la police intervient

Le bras de fer engagé par la Confédération générale du travail (CGT) avec le gouvernement français autour de la très controversée loi sur le travail s'est durcit hier avec le blocage de six sur les huit raffineries et l'intervention des forces de l'ordre pour débloquer la situation.

Les blocages de raffineries, par les travailleurs opposés à la loi sur le travail, provoquent depuis plusieurs jours des difficultés d'approvisionnement de stations- service, entraînant des ruées d'au- tomobilistes aux pompes. Le président François Hol- lande a dénoncé hier matin, sur France Culture, le blocage des raffineries et dépôts de carbu- rant, "une stratégie portée par une minorité". Affirmant qu'il n'y aura pas de retrait de la loi, le Premier minis- tre, Manuel Valls, a demandé aux forces de l'ordre d'intervenir pour libérer des sites tout en appelant les Français à "ne céder à aucune panique". Il a promis que d'autres sites seront libérés dans la jour- née. En réaction à l'intervention musclée des forces de l'ordre, le secrétaire général de la CGT, Phi- lippe Martinez, a estimé que le gouvernement a "choisi de bom- ber le torse, montrer les mus- cles", au lieu d'être à "l'écoute de ceux qui ne sont pas contents". Sur le terrain de la confronta- tion, parmi les cinq raffineries françaises de Total, deux subis-

les cinq raffineries françaises de Total, deux subis- saient toujours hier la mise à l'arrêt de

saient toujours hier la mise à l'arrêt de certaines unités en rai- son d'un mouvement de grève. A Fos-sur-Mer, dans le sud-est de la France, le site pétrolier a été débloqué après deux heures d'une intervention policière mus- clée, signalent des médias qui ont estimé que la CGT, dans ce bras de fer, joue son "leadership" syndical. Pour La Charente Libre, "Phi- lippe Martinez, patron de la CGT, n'a pas laissé plus de chances au dialogue avec le gouvernement que l'article 49.3 n'en a laissé aux frondeurs du PS", estimant que "les adversaires s'engagent sur un terrain de plus en plus dange- reux". De son côté, Le Figaro a tiré à boulets rouges contre "cette vieille

centrale rouillée (

lancée dans

une inexorable fuite en avant", alors que Libération a considéré que ce syndicat "joue son va- tout", en se lançant "dans un +tout ou rien+ qui comporte un risque majeur : s'enfermer dans un jusqu'au-boutisme". Par ailleurs, la réaction des politiques ne s'est pas fait atten- dre et ils ont fustigé ce blocage des

)

raffineries. Le président du groupe du Parti socialiste (PS) à l'Assem- blée française a déclaré qu'il existe un droit de grève "mais pas le droit d'asphyxier le pays". Le député LR (Les Républi- cains) a abondé dans le même sens en soulignant que le droit de grève "doit être respecté, c'est certain, mais le droit de grève ce n'est pas le droit de bloquer". Pour sa part, Florian Philippot, vice-président du Front national (FN), tient pour responsable de cette situation "de plus en plus in- tenable" le Premier ministre qui "a fait passer cette loi travail dont personne ne voulait uniquement pour obéir à l'Union européenne". Au niveau du transport ferro- viaire, la SNCF a prévu pour au- jourd’hui et demain un trafic "perturbé" mais "moins que la semaine dernière", selon un com- muniqué. Il s'agira de la cin- quième grève des cheminots, de- puis mars. Leur mouvement qui s'inscrit dans la contestation de la loi du travail, se veut également pour défendre leurs conditions de travail.

550 migrants clandestins arrêtés au large des côtes libyennes

Quelque 550 migrants qui tentaient de rejoindre l'Europe par la mer ont été arrêtés hier au large de la Libye, ont annoncé les garde-côtes libyens. "Les garde-côtes de l'ouest (de la Libye) qui pa-

trouillaient dans la zone de la raffinerie de Zaouia (45 km à l'ouest de Tripoli) ont intercepté ce mardi quatre grands canots pneumatiques transportant

quelque 550 migrants clandestins", a indiqué le co- lonel Ayoub Qassem, porte-parole de la marine li- byenne.

Ces migrants "sont originaires de plusieurs pays

d'Afrique (

enceintes, et trois enfants", a-t-il précisé. Selon le porte-parole, les migrants ont été remis aux auto- rités de lutte contre la migration clandestine avant d'être transférés dans des centres d'hébergement. Des milliers de migrants tentant de rejoindre l'Eu- rope depuis la Libye, à 300 kilomètres seulement des côtes italiennes. Dimanche, près de 850 migrants clandestins à bord de sept embarcations avaient été

Il y a parmi eux 30 femmes, dont huit

)

interceptés par les garde-côtes libyens alors que la météo, plus clémente ces derniers jours, fait crain- dre un nouvel afflux massif. Les garde-côtes italiens ont annoncé avoir se- couru lundi quelque 2.000 migrants lors d'une quinzaine d'opérations de sauvetage au large de la Libye. Depuis le début de l'année, plus de 34.000 per- sonnes ont débarqué sur les côtes italiennes après avoir été secourues en mer au large de la Libye, se- lon un décompte du Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Selon des chiffres officiels, environ 800.000 mi- grants attendent de pouvoir passer en Europe de- puis la Libye. Pour faire face à cette situation, les chefs de la di- plomatie de l'UE ont donné leur feu vert lundi à l'élar- gissement du mandat de la mission navale de lutte contre les passeurs de migrants au large de la Libye, "Sophia", pour y inclure la formation des garde-côtes libyens.

Amnesty international exhorte le gouvernement belge à veiller au respect des droits des détenus

L'Organisation non-gouvernemen- tale Amnesty International a exhorté lundi le gouvernement belge à veiller au "respect des droits fondamentaux des détenus", réclamant une solution "immé- diate" pour améliorer leur situation qui s'est "gravement détériorée" avec la grève des surveillants de prisons. Une délégation d'Amnesty Interna- tional Belgique a remis lundi à des repré- sentants du Premier ministre Charles Michel une pétition dans laquelle elle ré- clame une "solution immédiate" et des ré- formes structurelles afin de garantir "le respect des droits fondamentaux des dé-

tenus en Belgique". Les quelque 13.000 signataires de la pé- tition exigent du Premier ministre et du ministre de la Justice Koen Geens d'"amé- liorer les conditions de détention en Bel- gique, dans l'immédiat et à moyen et long termes". "Nous avons rappelé qu'il y a urgence, que les droits fondamentaux d'êtres hu- mains continuent d'être bafoués dans nos prisons et que les autorités belges se sont engagées vis-à-vis du Comité euro- péen pour la prévention de la torture à

faire significativement avancer le dossier",

a déclaré à la presse Philippe Hensmans,

directeur de la section belge francophone d'Amnesty International. Selon cette ONG, la situation des déte- nus s'est aggravée depuis le début de la grève, rappelant que le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains et dé- gradants (CPT) a observé à plusieurs re- prises les conséquences dramatiques des grèves sur la vie quotidienne des dé- tenus. "En l'absence de mise en £uvre de ses recommandations successives par les autorités belges, le CPT a décidé d'ouvrir

une nouvelle procédure pouvant mener

à une déclaration publique", a expliqué Amnesty International. Ces derniers jours, la Belgique a été condamnée à plusieurs reprises pour vio- lation des droits des détenus. Un énième round de négociations entre le ministre belge de la Justice et les syndicats, tenu lundi, a échoué à dégager un terrain d'entente. Les agents pénitentiaires des prisons en Belgique sont en grève depuis près d'un mois. Les syndicats veulent revenir au ca- dre de personnel de 2014 et demandent l'arrêt de la rationalisation. APS

Mercredi 25 mai 2016

SANTÉ

DK NEWS

11

LE MINISTRE DE LA SANTÉ M.BOUDIAF :

L'Algérie engagée dans des réformes pour répondre aux attentes de la population

L’Algérie s’est engagée dans un processus de réformes pour faire face aux nouveaux défis et répondre aux attentes, de plus en plus fortes, de la population en terme d’accès à des soins de qualité, a indiqué hier à Genève le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.

"Forte de son expérience, financée es- sentiellement sur le budget del’Etat, l’Al- gérie s’est engagée dans un processus de réformes pour faire face, d’une part, aux nouveaux défis et aux attentes de plus en plus fortes de la population en terme d’ac- cès à des soins de qualité, et, d’autre part, à des demandes émanant d'associations, d’usagers et de professionnels de la santé, pour une plus grande participation dans la gouvernance", a indiqué M. Boudiaf lors de la séance plénière de la 69e Assem- blée mondiale de la Santé. M. Boudiaf a rappelé, à ce titre, que "c’est pour mesurer les accomplissements en matière d’accès universel aux soins que le Rapporteur spécial sur le droit à la santé, Dainius Puras, avait visité l’Algérie à l’in- vitation du gouvernement du 28 avril au 10 mai 2016". "Ses conclusions préliminaires ont mis en évidence les larges progrès réalisés et les défis qui restent à relever. Nous serons aussi à l’écoute de ses recommandations que nous examinerons avec l’intérêt qu’elles méritent", a précisé M. Boudiaf qui préside la délégation algérienne à l’AG mondiale de l’OMS. En ce sens, le ministre a souligné que l’Algérie, "consciente que la santé contri- bue au bien-être social et constitue un des piliers du développement humain, a, au lendemain de son indépendance, érigé l’ac- cès, sans conditions et sans discrimination, de tous les citoyens en un droit constitu- tionnel". Dans ce sillage, le ministre a souligné qu’au titre des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), les inves- tissements consentis dans le secteur de la santé ont permis à l’Algérie de relever de nombreux défis et d’obtenir des résultats encourageants". Il s’agit notamment, a-t-il expliqué, de l’allongement de l’espérance de la vie à la naissance à 77, 1 ans en 2015, la baisse de la mortalité infantile avec un taux qui est passé de 46/l000 en 1990 à 22,3/1000 en 2015, la réduction de la mortalité mater-

à 22,3/1000 en 2015, la réduction de la mortalité mater- nelle avec un taux qui est

nelle avec un taux qui est passé de 230/100.000 en 1990 à 60,5/100 000 en 2015. A cela s’ajoute "le net recul, voire l’éli- mination, des maladies transmissibles prévalentes jusque dans les années 1990 sous l’effet de la poursuite des programmes nationaux de prévention, de l’amélioration de la couverture sanitaire et du dévelop- pement national", selon M. Boudiaf. S’exprimant sur l’AG de l’OMS, il a es-

timé qu’elle se tient dans une période marquée par un "contexte de défis" qui tou- chent de nombreuses régions du monde en particulier l’Afrique, le Proche et Moyen-Orient, appelant ainsi à la poursuite de la mobilisation internationale pour réduire les souffrances des populations ré- fugiées et déplacées. Cette AG de l’OMS se tient aussi dans une "phase charnière", marquée par le passage des Objectifs du millénaire pour le déve- loppement (OMD) 2015 aux Objectifs du dé- veloppement durable (ODD) à l’horizon

2030.

A cet égard, l’Algérie considère que le passage des OMD aux ODD "ne peut être envisagé comme un simple allongement de la liste des objectifs et des cibles, d’au- tant que les ODD diffèrent fondamentale- ment des OMD", a-t-il fait observer.

Partant du fait que l’un des principes de base qui sous-tend les Objectifs de déve- loppement durable tient au fait qu’ils sont "intégrés et indivisibles", l’Algérie consi- dère que le principal objectif de l’action stratégique de l’OMS est le soutien de la mise en £uvre des plans nationaux pour la santé dans le contexte des objectifs de développement durable, a-t-il ajouté. Il a estimé que dans le cadre de la mise en £uvre des ODD, l’OMS devrait notamment "renforcer son assistance technique aux pays, au moyen d’interventions ciblées et centrées sur l’impact escompté et faciliter le transfert de connaissances et des tech- nologies". A cet égard, la question finan- cière sera "déterminante", dés lors que face à la raréfaction des ressources financières et au recul de l’aide publique au dévelop- pement, il sera "crucial" de recourir à d’autres sources de financements complé- mentaires, a relevé M. Boudiaf. "Le gage du succès réside dans le par- tage de nos expériences et de notre savoir- faire, le transfert des technologies, le dé- veloppement des partenariats et l’aligne- ment sur les priorités à même de permet- tre des réponses adaptées aux besoins et aux priorités spécifiques à chacun de nos pays", a conclu M. Boudiaf.

« L'Algérie soutient le candidat de l'Afrique au poste de DG de l'OMS »

L'Algérie soutient le candidat de l’Afrique au poste de direc- teur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), a affirmé hier à Genève (Suisse), le ministre de la Santé, de la Po- pulation et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf. «L’Algérie, en sa qualité de coordinateur du groupe Afrique au niveau de l’OMS et de l’Union africaine (UA), a décidé de sou- tenir le candidat de l'Afrique, l'Ethiopien Adhanom Tedros», a indiqué M. Boudiaf qui a assisté à la conférence-débat animée par le candidat de l'UA, en marge de la 69e session de l'Assem- blée mondiale de la santé. Dans son intervention lors cette conférence-débat, il a pré- cisé que l’Algérie «ne fait qu’entériner cette candidature, conformément à la décision prise au dernier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement africains à Addis-Abeba en jan- vier 2016». Pour M. Boudiaf, la candidature de M. Tedros est «légitime»

et son éventuelle élection «ne serait que justice pour l’Afrique», précisant que «depuis la création de l’OMS en avril 1948, jamais un candidat africain n’a occupé le poste de directeur général de cette Organisation». La présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, a également as- sisté à cette conférence-débat en signe de soutien au candidat de l’Afrique pour le poste de DG de l’OMS. M. Tedros occupe ac- tuellement le poste de ministre des Affaires étrangères de l'Ethio- pie. Auparavant, il a été ministre de la Santé dans son pays de 2005 à 2012. L’élection du nouveau directeur général de l’OMS est prévue en avril 2017 avec trois candidats en course, à savoir M. Tedros, l’ancienne ministre pakistanaise de l'Education et de la Formation, des sciences et de la technologie Sania Nish- tar, et l’ancien ministre français de la Santé, Philippe Douste- Blazy.

L’Afrique compte sur l’Algérie pour «assister» et «aider» les pays du continent à lutter contre les épidémies

L’Afrique compte beaucoup sur l’ap- port et le savoir-faire de l’Algérie pour as- sister et aider les pays du continent à faire face aux épidémies et autres maladies, a indiqué lundi à Genève, la directrice ré- gionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Afrique, Matshidiso Moeti. «L’Algérie est un des pays africains le plus développés dans le domaine de la santé et nous comptons beaucoup sur son apport et son savoir-faire pour aider les pays du continent à faire face aux épidé- mies et autres maladies», a indiqué Mme Moeti dans une déclaration à la presse en marge de la 69e session de l'Assemblée mondiale de la santé. «L’Algérie dispose de grandes capaci- tés à même d’aider les Africains dans di-

vers domaines, comme la formation», a encore relevé la directrice régionale de l’OMS, soulignant que l’Algérie a «gran- dement amélioré la santé de sa popula- tion». Elle a en outre indiqué que «grâce à son expérience l’Algérie, à travers ses institu- tions, a les capacités d’assurer la forma- tion des personnels médical et paramé- dical des autres pays d’Afrique», ajoutant que «des experts algériens pourraient aussi effectuer des missions en Afrique pour accompagner les pays du conti- nent sur le plan technique et améliorer leurs systèmes de santé respectifs». S’ex- primant sur l’AG de l’OMS qui se dé- roule à Genève (23-28 mai), Mme Moeti, a insisté sur la «réforme» du travail de

l’Organisation sur les urgences et les épidémies, citant à cet effet les épidémies de méningite en Afrique de l’Ouest, la fiè- vre jaune en Angola ou encore le choléra en Afrique de l’Est. «Nous accordons une importance ca- pitale aux discussions et débats au sein de l’OMS, notamment sur le financement et la réforme de cette Organisation pour une meilleure efficacité dans la prise en charge et l’aide des pays touchés par les épidémies», a-t-elle conclu. L’Algérie est représentée à l'AG mon- diale de la santé, organe décisionnel su- prême de l'OMS par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.

SELON LA DIRECTRICE DE L'OMS :

L'épidémie de zika en Amérique latine est le résultat de l'abandon des politiques anti- moustiques dans les années 1970

des politiques anti- moustiques dans les années 1970 La directrice de l'Organisation mondiale de la santé

La directrice de l'Organisation mondiale de

la santé (OMS), Margaret Chan, a estimé lundi

que l'épidémie de zika en Amérique latine est

le résultats de l'abondon des politiques anti-

moustiques dans les années 1970. «Par-dessus tout, la propagation de zika, la

résurgence de la dengue et la menace émer- gente du chikungunya sont le résultat de la po- litique désastreuse des années 1970 condui- sant à l'abandon du contrôle des moustiques»,

a déclaré Mme Chan, à l'ouverture de l'Assem-

blée mondiale de la santé à Genève. L'épidémie de zika a révélé l'«incapacité» de certains pays affectés «à proposer un accès universel aux services de planning familial»,

a-t-elle également dit, soulignant que «l'Amé- rique latine et les Caraïbes ont la plus forte pro- portion de grossesses non désirées dans le monde entier». Le zika, la dengue et le chikungunya sont trois maladies transmises par le moustique de type Aedes aegypti. L'épidémie de zika, un virus transmis par

le moustique Aedes aegypti ou lors de relations

sexuelles, s'est elle déclarée en Amérique la- tine en 2015 et s'est rapidement étendue dans la région. Le Brésil est le pays le plus touché par l'épidémie, avec 1,5 million de personnes contaminées et quelque 1.300 cas de micro- céphalie (malformation de la boîte crânienne).

L'OMS met en garde contre une reprise «dramatique» des maladies infectieuses

La directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan,

a mis en garde lundi contre une reprise dra- matique des menaces des maladies infec- tieuses. «Ce que nous voyons maintenant ressem-

ble de plus en plus à une reprise dramatique des menaces entraînées par l'apparition et la réapparition des maladies infectieuses» , a-t- elle averti lors de l'ouverture de la 69e Assem- blée mondiale de la santé au Palais des Nations

à Genève. Elle a précisé que l'évaluation sur la réponse

à la propagation du virus Ebola demande

des systèmes sanitaires plus flexibles en tant que première ligne de défense, tout en affir- mant que l'OMS portait sur la réforme en ma- tière de gestion de situation d'urgence. La 69e Assemblée mondiale de la santé s'est ouverte lundi à Genève, au cours de laquelle les représentants en provenance de 194 mem- bres de l'OMS doivent examiner et approuver plusieurs résolutions concernant la santé publique du monde. Les délégations des membres de l'OMS doivent discuter, lors de cette réunion annuelle qui durera jusqu'à samedi, de plusieurs ques- tions dans le domaine sanitaire auxquelles fait face le monde d'aujourd'hui, dont l'applica- tion des résolutions sur la santé de l'OMS, le renforcement des moyens de cette organisa- tion pour répondre à la crise d'urgence et la réforme de l'OMS.

APS

12 DK NEWS

SAN

Mercredi 2

IMMUNOTHÉRAPIE

GAGNER DEUX ANS DE VIE CONTRE LE CANCER DE LA PEAU

Utiliser deux traitements qui agissent sur le système immunitaire pourrait être la solution pour lutter contre différents cancers, en particulier le mélanome.

Les malades atteints d'un can- cer de la peau , ou mélanome, pourraient gagner près de deux ans de vie grâce à l' immunothéra- pie , soit l'association de deux trai- tements qui agissent sur le système immunitaire. Ces résul- tats ont été présentés au congrès annuel de cancérologie américain à Chicago par le laboratoire Bris- tol-Myers Squibb, et confirment la piste selon laquelle l'immunothé- rapie pourrait changer la donne dans le domaine des traitements des cancers. Si les résultats les plus encoura- geants ont été observés sur le can- cer de la peau, elle serait également efficace pour traiter d'autres types de cancer comme celui du poumon, du rein, de la vessie, de l'ovaire et les cancers ORL. Concrètement, face à un mé- lanome à un stade avancé et inopé- rable, l'essai réalisé par le laboratoire a montré une survie globale de 94% avec un an de recul et 88% avec deux ans de recul. Les thérapies précédentes n'aboutis-

saient qu'à moins de 10% de survie à deux ans, rappelle le Figaro .

Les risques du traitement

Revers de la médaille : chaque traitement comporte des risques, et ceux de l'immunothérapie ne sont pas des moindres. Pour arri- ver à gagner de précieuses années de vie, les freins du système immu- nitaire du malade, censés protéger le corps d'une auto-agression, sont relâchés. Cette technique peut provoquer des effets secondaires graves. Pendant l'essai sur le méla- nome, quatre personnes parmi les 511 volontaires sont mortes d'une perforation intestinale. Le labora- toire Bristol-Myers Squibb parle également d'un risque de réac- tions immunitaires violentes en ce qui concerne le tube digestif, le foie, la peau et le système nerveux. Cette nouvelle technique donne donc de l'espoir aux malades, mais doit être utilisée avec prudence.

aux malades, mais doit être utilisée avec prudence. L'EFFICACITÉ DE L'IMMUNOTHÉRAPIE DÉMONTRÉE SUR

L'EFFICACITÉ DE L'IMMUNOTHÉRAPIE DÉMONTRÉE SUR LES CANCERS DE LA PEAU

La stimulation du système im- munitaire serait efficace pour prolonger l'espérance de vie des patients atteints de mélanome avancé. Traiter les cancers par immunothérapie c'est-à-dire en stimulant les défenses de l'orga- nisme pour attaquer les cellules cancéreuses constitue une piste de plus en plus prometteuse. La technique serait efficace pour prolonger l'espérance de vie à trois ans chez les patients at- teints de mélanome avancé, une forme grave du cancer de la peau . Les résultats d'un essai clinique ont été présentés lors d'une télé- conférence de l' American So-

lors d'une télé- conférence de l' American So- ciety of Clinical Oncology (ASCO). Ils soulignent

ciety of Clinical Oncology (ASCO). Ils soulignent l'efficacité du "pembrolizumab", un médica- ment commercialisé sous le nom de Keytruda par les laboratoires américains Merck.

Un taux de survie à trois ans doublé

655 patients atteints de méla- nome avancé ont suivi ce traite- ment au Keytruda. Trois ans après avoir été diagnostiqués, environ 40% des volontaires trai- tés étaient encore en vie. La durée médiane de survie parmi tous les patients de cet essai a été

d'environ deux ans, et 15 % ont connu une rémission complète. Le pembrolizumab permet d'allonger de façon plus nette le taux de survie à trois ans sans en- traîner des effets secondaires trop contraignants (démangeai- sons, éruptions cutanées, fa- tigue). Avec les traitements conventionnels contre le méla- nome comme la chimiothérapie, le taux de survie est augmenté seulement de 10 à 20 %. L'immu- nothérapie intéresse les cher- cheurs pour soigner d'autres cancers comme celui du pou- mon, du foie, de la tête ou du cou.

LA LUMIÈRE LED BLEUE AIDE À MIEUX CICATRISER

L'exposition à la lumière LED bleue favoriserait la cicatrisation des plaies superficielles sans effets secondaires. L'irradiation à la lumière LED bleue contribue à l'arrêt des saignements d'une plaie. Des chercheurs italiens de l'université de Florence viennent de démontrer sur des souris que ce traitement est efficace pour accélérer le processus de cicatrisation de plaies superficielles. Après huit jours de traitement à la lumière bleue, les dix rats

utilisés pour l'expérience ont tous présenté une réponse inflammatoire réduite au niveau de la plaie. L'augmentation de la température induite par la lumière bleue s'est traduit également par une meilleure concentration en collagène et une meilleure récupération de la composition du derme. Aucune réaction indésirable au niveau des plaies ou des tissus environnants n'ont été observés après utilisation de la lumière bleue. Ces résultats, publiés dans le Journal of Biophotonics ,

avancent l'hypothèse que l'effet photo-thermique de la lumière bleue serait utile pour accélérer la cicatrisation des blessures superficielles sans effet secondaire. La lumière LED attire l'attention des chercheurs mais aussi des médecins esthétiques qui soulignent son potentiel pour effacer des cicatrices après des interventions. Certains parient sur son utilisation future comme technique anti-âge capable de stimuler les cellules et donc de ralentir le vieillissement cutané .

future comme technique anti-âge capable de stimuler les cellules et donc de ralentir le vieillissement cutané

In topsanté.fr

5 mai 2016

DK NEWS 13

UN RÉGIME SANS SEL N'EST PAS FORCÉMENT BON POUR LE CŒUR

RÉGIME SANS SEL N'EST PAS FORCÉMENT BON POUR LE CŒUR On sait qu'une alimentation trop salée

On sait qu'une alimentation trop salée est mauvaise pour le cœur. Mais ne pas consommer assez de sel augmente aussi le risque car- diovasculaire chez les personnes qui ne souffrent pas d'hyperten- sion. Selon une nouvelle étude, les seules personnes qui de- vraient réduire leur apport en sel sont celles qui souffrent d'hy- pertension artérielle ou qui dé- passent l'apport quotidien recommandé par l'Organisation mondiale de la santé. L'OMS re- commande de ne pas dépasser la consommation quotidienne de 2g de sodium soit 5g de sel par jour. Selon cette étude publiée dans The Lancet , il apparaît qu'un apport insuffisant en sel peut également augmenter le risque d' accident vasculaire cérébral ou de crise cardiaque . Un faible apport en sodium asso- cié à un risque accru de crise cardiaque Pour cette étude les chercheurs de l'Université McMaster au Ca- nada ont étudié la consomma- tion de sel de 130 000 personnes de 49 pays différents. Ils ont plus particulièrement regardé si le lien entre consommation de sel et maladie cardiovasculaire dif- férait entre les personnes souf- frant d'hypertension artérielle et celles ayant une tension nor- male. Ils ont ainsi découvert que chez les personnes n'ayant pas de problème d'hypertension, un faible apport en sodium (soit moins de 3g par jour) était asso- cié à plus de crises cardiaques, d'accidents vasculaires céré- braux et de décès par rapport à une consommation moyenne de sel .

Les régimes pauvres en sel ne sont pas bons pour tous

En outre, les résultats de cette étude ont montré que les pro- blèmes de santé associés à la consommation élevée de so- dium semblaient se limiter aux seules personnes souffrant d'hy- pertension. Dans le groupe de patients suivis pour cette étude, seule une personne sur dix avait à la fois de l'hypertension et une consommation de sel trop élevée (plus de 6g de sodium par jour soit trois fois l'apport quotidien recommandé par l'OMS). "Les régimes faibles en sodium ne devraient être recommandés qu'aux personnes souffrant d'hypertension et non à l'ensem- ble de la population" concluent les chercheurs canadiens.

JE PRENDS SOIN DE MES CERVICALES

Le cou douloureux et raide après des heures passées devant un ordinateur, les épaules qui tirent et semblent dures comme de la pierre. Ces symptômes vous parlent ? Suivez nos conseils et prenez votre nuque en main !

Les bonnes positions au bureau et en voiture

A votre poste de travail. Instal- lez-vous correctement : le fau-

teuil doit être réglé pour que les cuisses et les jambes forment un angle droit. Les coudes, eux aussi

à angle droit, sont au niveau du

plan de travail. Des accoudoirs sont un plus, car ils permettent de répartir les points d'appui. Enfin, quand la fatigue gagne, au lieu de vous pencher vers l'avant, calez- vous bien dans votre fauteuil, en faisant reposer votre tête sur le haut du dossier.

Devant votre ordinateur. Le clavier et l'écran doivent être dans le même axe. Ce dernier est placé

à la hauteur de vos yeux, assez

près pour que vous puissiez lire sans vous pencher vers l'avant. En voiture. Là aussi, réglez le siège afin que vos jambes forment un angle droit. L'appuie-tête vous soutient légèrement en arrière. Vous devez vous sentir dans une position confortable. En faisant un créneau. Ne vous tordez pas le cou pour voir derrière vous. Mais posez votre bras sur le siège pas- sager et tournez le haut du corps d'un seul bloc. En marchant. Adoptez la «mannequin attitude» : tenez- vous droite, redressez la tête comme si un livre était posé des- sus, les épaules vers l'arrière. Votre silhouette y gagnera en élé- gance. Et c'est médicalement re- commandé !

Les exercices qui soulagent

Toutes les demi-heures et dès que vous sentez la douleur gagner du terrain, consacrez une ou deux minutes à l'un des exercices suivants. Etirez. Dos bien droit, épaules basses, en vous concentrant sur votre respiration, étirez le cou comme si vous vouliez toucher le plafond avec le sommet du crâne, puis relâchez. Variante : mains croisées sur la tête, essayez de vous grandir vers le ciel contre la résistance des mains. Relaxez. Tête droite, faites des séries de moulinets avec vos épaules, d'avant en arrière puis d'arrière en avant. Parfait pour chasser vite fait les tensions au ni- veau des épaules et de la nuque.

fait les tensions au ni- veau des épaules et de la nuque. Question de posture Nous

Question de posture

Nous sommes de plus en plus nombreux à avoir mal au cou. ten- dance que le Dr Tintrelin ex- plique de façon simple : la multiplication des postes de tra- vail informatisés, souvent syno- nymes de mauvaises postures mettant nos cervicales à rude épreuve. « Bien sûr, à la base, il y a des causes morphologiques, une prédisposition individuelle comme une courbure de cou inexistante, par exemple. Mais ce qui déclenche les douleurs de la nuque, ce sont le plus souvent de mauvaises habitudes », explique la spécialiste. Avec en tête, si l'on peut dire, l'ordinateur, dont l'écran est placé trop loin, ce qui oblige à pencher la tête en avant pour pouvoir lire. Ou le fauteuil réglé à mauvaise hauteur par rapport au plan de travail. Exemple le plus frappant, l'ordinateur portable. L'écran est plus petit, sa hauteur n'est pas ré- glable, le support sur lequel on le pose est souvent inadapté et on se retrouve le dos courbé, la nuque tendue et les bras qui ne sont pas soutenus. Résultat, certaines par- ties du corps (cou, épaules) sont en tension permanente. Les pro- fessions demandant des attitudes particulières sont aussi montrées du doigt : les secrétaires qui coin- cent le téléphone entre la tête et l'épaule ; les dentistes et les coif- feurs, qui travaillent en décalé, les bras désaxés par rapport au reste du corps. Sans compter le manque d'activité physique, qui entraîne une moindre tonicité des

épaules et du cou.

Des nerfs coincés

Dans la majorité des cas, les douleurs proviennent de nerfs coincés, en raison du stress ou d'une mauvaise position prolon- gée. La racine nerveuse qui part du cou et se prolonge dans le bras est comprimée dans la nuque ou par un muscle des épaules, ce qui déclenche une névralgie cervico- brachiale. Résultat : on ne peut plus bouger le bras sans éprouver une forte douleur. Bien que bénignes, ces dou- leurs peuvent être très invali- dantes. Lorsqu'elles persistent plusieurs jours ou se répètent, il faut consulter. En général, un simple examen clinique permet au médecin d'établir son diagnos- tic. Une fois la douleur identifiée et traitée, la prévention passe par une remise en question de nos at- titudes au quotidien.

Les bonnes positions à la maison

Devant la télé. Résistez à la ten- tation de vous écrouler sur le ca- napé, la tête tournée vers le poste : fatal pour les cervicales ! Restez assise, bien calée par des cous- sins, en face de la télé, la tête dans l'axe. Au lit. Choisissez un matelas ferme, mais pas dur. Oubliez le gros coussin moelleux. Optez pour un oreiller aussi plat que possible ou ergonomique. En vous brossant les dents. Bien campée devant le lavabo, un pied légèrement en retrait, pen- chez-vous en gardant la nuque

droite. Un conseil valable égale- ment lorsque vous faites la vais- selle, passez l'aspirateur Pour nettoyer les vitres. Nuque cassée, tête levée et bras en l'air :

on évite ! Grimpez sur un esca- beau pour vous placer au niveau de la surface à laver. Pour lire. La tête baissée vers le livre posé sur les genoux : on ou- blie ! Calez-vous de façon à main- tenir la nuque droite, le livre à hauteur des yeux.

Les exercices qui soulagent

En faisant ces mouvements chaque jour, vous limiterez vos douleurs. Haussez-vous. Levez les épaules, la tête rentrée comme une tortue, puis relâchez-les d'un coup. Ce geste diminue les ten- sions au niveau des trapèzes (muscles du cou et de l'épaule). Dites oui ! Hochez la tête de haut en bas, puis de gauche à droite, par séries de 3, en faisant des mouvements amples, le men- ton venant toucher les épaules. Poussez. Pour renforcer les muscles du cou, poussez en avant, la main sur le front for- mant une résistance. Répétez le mouvement, la main sur le côté droit, puis sur l'arrière du crâne et à gauche. De petits mouve- ments par séries de cinq suffi- sent. Votre meilleure allié c'est la chaleur. Une douche ou un bain bien chaud, une bouillotte placée sur les épaules et la nuque aident les muscles à se dénouer

RAFFERMIR LE COU : QUEL EXERCICE PRATIQUER ?

La peau du cou est aussi fragile que celle du visage et du décolleté et comme elle, exposée au temps qui passe Pour préserver et entretenir sa fermeté, on l'hydrate quotidiennement. Et quand on se fait un gommage du visage, on l'étend sys- tématiquement au cou : en retirant les cel- lules mortes, la peau, purifiée, se régénère

mieux. Pour les plus courageuses, voici un

exercice hyper facile, à faire tous les jours pour de meilleurs résultats ! La gym qui tonifie

• Devant un miroir, tête et dos bien droits, épaules en arrière, prendre une grande respiration.

• Lentement, levez le menton jusqu'à sentir

que la peau du cou tire un peu.

• Fixer le plafond et, sans bouger la tête, ouvrez normalement la bouche et fermez- là.

• Poser les doigts sur les clavicules pour ressentir les muscles travailler.

• Effectuer au moins dix ouvertures-ferme-

tures tous les jours.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Mercredi 25 mai 2016

CRISE DU BURUNDI :

Le médiateur tanzanien promet de rencontrer tous les acteurs

médiateur tanzanien promet de rencontrer tous les acteurs Le facilitateur principal du Dialogue inter-bu- rundais,

Le facilitateur principal du Dialogue inter-bu- rundais, l'ancien président tanzanien Benja- min Mkapa, a promis lundi de rencontrer tous les acteurs qui n'ont pas pris part à la réunion d'Arusha. Dans un communiqué, M. Mkapa a confirmé qu'il sera en mesure de répondre à tous les in-

tervenants qui ont été invités à participer au Dia- logue d'Arusha et n'ont pas été en mesure de ve- nir pour des raisons diverses. «Les dates et lieux seront communiqués en temps voulu. Le facilitateur regrette leur absence

et note que leur participation ajouterait de la va-

leur au dialogue», selon le communiqué. Le Dialogue Inter-burundais a repris le 21 mai

à Arusha sous les auspices de l'ancien président

tanzanien Benjamin Mkapa, en tant que facili- tateur du processus. Le bureau du facilitateur a déclaré que les in- vitations pour participer au dialogue ont été en- voyées à un large éventail d'intervenants, y com- pris les représentants du gouvernement, tous les anciens chefs d'Etat, la Commission nationale

pour le Dialogue inter-burundais (CNDI), tous les partis politiques enregistrés au Burundi et des organisations de la société civile. Sont également invités des groupes confes- sionnels, des acteurs politiques de premier plan

à l'intérieur et à l'extérieur du Burundi, ainsi que des groupes de femmes et de jeunes. L'invitation a également été envoyée à la communauté diplomatique en Tanzanie, aux Na- tions unies, à l'Union africaine et aux Etats par- tenaires de la Communauté est-africaine. «En date du 22 mai 2016, il y avait 83 Burun- dais de l'intérieur et de la diaspora prenant part au dialogue et d'autres vont encore arriver»,

a indiqué le communiqué. Le dialogue a également impliqué la Commis- sion nationale pour le dialogue Inter-burundais,

le président et trois commissaires, les organisa-

tions de la société civile, les jeunes, les femmes

et les médias, le secteur privé, les envoyés spé-

ciaux et représentants des Nations Unies, de l'Union africaine, de l'Union européenne, les en- voyés spéciaux des Etats-Unis, du Royaume-Uni et de la Belgique, entre autres. Le bureau du facilitateur du Dialogue Inter- burundais, a regretté les fausses déclarations per- sistantes sur le Dialogue Inter-burundais en cours à Arusha, tout en exhortant les médias et d'autres organisations à faire des reportages ob- jectifs sur les pourparlers en cours. Le bureau a également appelé les médias à être partenaires dans la promotion de la paix et de la stabilité dans le pays déchiré par la guerre, en tan- dem avec le mandat du facilitateur.

MALI :

Lamamra : «La confiance en l'Algérie pousse à plus d'efforts pour accélérer la cadence de la mise en œuvre de l'accord »

La confiance placée en l'Algérie, par toutes les parties maliennes, signataires de l'accord de paix et de la réconciliation au Mali, encourage à fournir plus d'efforts pour accélérer la cadence de la mise en ouvre de cet accord, a indiqué hier à Alger, le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra.

«Nous exerçons toujours une diplomatie apaisée et

constructive. La confiance placée en l'Algérie, par toutes les parties maliennes, encou- rage à fournir plus d'efforts pour accélérer la cadence de

la mise en œuvre de l'accord»,

a déclaré M. Lamamra à la

presse, en marge de l'audience qu'il a accordée à une déléga- tion de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA). Ces rencontres de consul-

tations, dira-t-il, seront suivies

par d'autres, avec notamment la Plateforme pour qu'elle

fasse part de ses points de

vue, ainsi qu'avec le gouverne- ment malien. «Nous allons vers une réu- nion du Comité internatio-

nal de suivi de l'Accord de paix et de réconciliation au Mali, présidé par l'Algérie, pour voir comment accélérer

la cadence de la mise en ouvre

de l'accord et ainsi vaincre quelques difficultés qui empê- chent d'atteindre des objectifs

nécessaires, concernant la paix et la sécurité ou les volets institutionnel et administra-

la sécurité ou les volets institutionnel et administra- tif», a-t-il souligné. Il a ajouté qu'il y

tif», a-t-il souligné. Il a ajouté qu'il y avait également ce qui touchait directement les conditions de vie des citoyens au Nord du Mali et en dehors du pays, précisant que les dé- placés et les réfugiés nécessi- tent un intérêt particulier des parties maliennes et de la

communauté internationale.

«Nous sommes tous tenus

par la mise en œuvre de l'ac- cord, en associant nos efforts et c'est dans notre intérêt de trouver la voie pour aller de

l'avant», a soutenu M. La- mamra. Pour lui, à l'approche du premier anniversaire de la signature de l'accord, «nous sommes obligés de nous ren- contrer avec les frères (ma- liens) au plus haut niveau, pour prendre en considéra- tion leurs points de vue et leur approche future pour la mise en œuvre de l'accord». Il a rappelé, dans ce sillage, que cette confiance a été mise en avant dès le départ, à com- mencer par le président ma-

lien, Ibrahim Boubacar Keïta qui avait demandé, en jan- vier 2014, au président de la République, Abdelaziz Boute- flika, l'aide de l'Algérie pour un dénouement heureux de la crise malienne. «Tous les frères (maliens) présents ou même ceux qui étaient absents des négocia- tions, ont apporté leur contri- bution, avec un esprit constructif pour parvenir à l'accord de paix, qui repré- sente un acquis pour tous, notamment le continent afri- cain et la communauté inter- nationale», a-t-il souligné. L'accord de paix et de ré- conciliation au Mali qui avait été signé dans une première étape en mai 2015 et dans une deuxième phase en juin de la même année, par toutes les parties maliennes, à Bamako, avait été obtenu après cinq rounds de dialogue, engagé en juillet 2014 sous la conduite d'une médiation internatio- nale, dont l'Algérie avait été le chef de file.

La CMA convaincue de la nécessité de se mobiliser pour affronter les défis sécuritaires

La Coordination des mouvements de l'Aza- wad (CMA) s'est dite hier «convaincue» de la nécessité de la mobilisation de toutes les parties maliennes pour une meilleure prise en charge des besoins humains et faire face aux défis sécuritaires pour aller vers une situation meilleure au Mali. «Nous sommes convaincus que nous de- vons nous mobiliser, car il y a des défis sécu-

ritaires qui se posent et des besoins humains

à prendre en charge», a déclaré à la presse le représentant de la CMA, Bilal Ag Charif, au terme des entretiens accordés par le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane La- mamra.

Il a ajouté que la CMA avait évoqué avec M. Lamamra les possibilités de créer une nouvelle dynamique pour accélérer la cadence de la mise en œuvre de l'accord de l'accord de paix et de la réconciliation au Mali. Bilal Ag Cha- rif était accompagné d'autres responsables composant la CMA, à savoir Ibrahim Ould Si- dati, Ibrahim Agh Saleh, Abbas Agh Intala. L'accord de paix et de réconciliation au Mali, signé dans une première étape en mai 2015, et dans une deuxième phase en juin de la même année, par toutes les parties ma- liennes à Bamako, avait été obtenu après cinq rounds de dialogue, engagé en juillet 2014 sous la conduite d'une médiation internatio- nale, dont l'Algérie a été le chef de file.

RDC :

L'armée reprend le contrôle de plusieurs positions des rebelles ougandais dans l'est du pays

Les Forces armées de la République démocratique du

Congo (FARDC), conjointe-

ment avec la mission onu-

sienne Monusco, ont repris

plusieurs positions des re-

belles ougandais des ADF dans l'est du pays, selon un bilan fourni lundi à Goma par un commandant de l'armée dans

la région.

Ce bilan est livré neuf jours après le lancement officiel de l'opération conjointe FARDC- Monusco dénommée «USA- LAMA» avec l'objectif de met- tre fin à l'existence des ces rebelles ADF dans le terri- toire de Beni. «Nous avons réussi à déga- ger l'espace que l'ennemi oc-

réussi à déga- ger l'espace que l'ennemi oc- cupait depuis très longtemps. Nous avons conquis un

cupait depuis très longtemps. Nous avons conquis un certain nombre de camps. Nous sommes parvenus à neutrali- ser un certain nombre d'ADF mais nous ne voulons pas donner de chiffres», a déclaré à la presse le général Léon Mushale en charge de la troi-

sième zone des défenses de l'armée dans l'est du pays. Malgré ce résultat, le géné- ral Jean Baillaud, comman- dant adjoint de la force de la Monusco, a indiqué que les re- belles ougandais des ADF conservent encore leur capa- cité de nuisance et que cette

opération militaire se poursui- vrait pour protéger les civils. «Ce sont des résultats que nous avons initiés depuis pas mal de temps et en particulier après les attaques du mois de novembre dernier à Eringeti où les ADF avaient mené une action de grande envergure. Je pense qu'il n'en sont plus ca- pables mais ils conservent leur capacité de nuisance et nous avons le devoir de proté- ger les populations», a insisté Jean Baillaud. Des milliers des civils ont été tués depuis l'année der- nière dans le territoire de Beni, dans l'est du pays, suite aux atrocités des rebelles ADF ougandais.

MALI

Un contingent de Casques bleus chinois achève sa mission

La contribution de la Chine à la paix et à la stabilisation du Mali a été saluée au terme de la mission du 3e contin- gent de Casques bleus dans ce pays. Les Casques bleus chinois viennent de prendre leur avion pour la Chine, «heureux d'avoir accompli leur mis- sion d'accompagnement et de soutien au gouvernement malien dans le processus de paix en cours», indique un communiqué de la Mission maintien de la paix de l'ONU au Mali (MINUSMA). Ils sont remplacés par les éléments du 4e contingent.

M. Mohamed El-Amine Souef, chef du bureau de la mis- sion onusienne à Gao, a remis un certificat d'appréciation qui «reconnaît les réalisations et la contribution des élé- ments du 3e contingent chinois après 12 mois de travail dans la région de Gao», indique le texte. A cette occasion, M. Souef a mis en valeur la contribu- tion que la Chine apporte à la paix et à la stabilisation du Mali, mais aussi son rôle important au niveau du Conseil de sécurité des Nations unies, ajoute le texte. Toujours se- lon le communiqué, avant le départ du contingent, une

haute délégation militaire chinoise conduite par le colo- nel Li a rendu visite à la MINUSMA en vue d'évaluer la contribution et le travail accompli par ledit contingent au Mali. «Au nom du gouvernement chinois, nous vous remer- cions pour cette marque de reconnaissance à l'endroit de nos troupes engagées dans les opérations de maintien de la paix au Mali», a déclaré le colonel Li après la remise de certificat d'appréciation.

APS

Mercredi 25 mai 2016

MONDE

DK NEWS

15

TURQUIE-ONU

Le premier Sommet humanitaire mondial veut s'attaquer aux causes profondes des conflits

Le vice-secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson a déclaré lundi que le premier Sommet humanitaire
Le vice-secrétaire
général de l'ONU, Jan
Eliasson a déclaré lundi
que le premier Sommet
humanitaire mondial
était déterminé à
s'attaquer en priorité
aux causes profondes
des conflits actuels
plutôt qu'à leurs
symptômes.
Certains des responsables
invités au Sommet humani-
taire se sont réunis pour une
table ronde sur le sujet «Une
gouvernance politique pour
prévenir et résoudre les
conflits». Cette discussion
fait partie d'une série
d'échanges et de dialogues
destinés à améliorer le sys-
tème d'aide humanitaire ac-
tuel, afin de faire face à la pire
crise que le monde ait
connue depuis la Seconde
Guerre mondiale en termes
de souffrances humaines.
ders mondiaux avaient éga-
lement compris la nécessité
d'élargir la définition de la
notion de conflit, de manière
à y inclure «les premières
vibrations avant-coureuses,
et les moyens de réagir à ces
signaux». La capacité à pré-
venir les conflits doit devenir
un atout clé de l'ONU, selon
Bettel a estimé à la presse
qu'un esprit de solidarité al-
lait se répandre en Europe, et
qu'une «volonté commune»
verrait bientôt le jour pour
répondre à la crise humani-
taire.
M. Bettel a invité la com-
munauté internationale à se
réunir chaque année pour
M.
Eliasson, s'adressant
M. Eliasson. Le Premier mi-
à
la presse après la discus-
nistre du Luxembourg Xavier
évaluer les progrès accom-
plis, une condition essen-

tielle pour que le Sommet soit une véritable réussite. Le vice-président de l'Union africaine (UA) Eras- tus Mwencha a dit à Xinhua qu'il était urgent de déve- lopper des mécanismes au niveau local pour répondre aux besoins des personnes déplacées et pour coordon- ner les efforts d'aide huma- nitaire en Afrique. Il a souli- gné le besoin d'une véritable gouvernance politique pour aider les 15 millions de per- sonnes dans le besoin en Afrique. «Sans quoi, l'aide devient elle-même un pro- blème», a-t-il ajouté. «Une gouvernance poli- tique pour prévenir et ré- soudre les conflits» est consi- dérée comme l'un des plus importants axes de travail définis par le secrétaire géné- ral de l'ONU Ban Ki-moon pour le sommet d'Istanbul. Ce sommet de deux jours a attiré 5 200 participants, dont 65 chefs d'Etat ou de gouvernement.

sion, a affirmé avoir constaté «une grande unité» parmi les responsables sur le fait que la communauté interna- tionale s'était trop longtemps concentrée sur la gestion des crises en cours, tout en négli- geant les phases pré-conflic- tuelles et la résolution des conflits. «Nous commençons à comprendre que la vie des conflits est plus longue que ce que nous avions coutume de penser», a-t-il souligné, expliquant que «maisons en feu et enfants mourants» n'étaient en réalité que la partie visible d'un conflit. Le vice-secrétaire général

a fait remarquer que les lea-

Binali Yildirim présente un nouveau gouvernement

Le Premier ministre turc, Binali Yildirim,

a présenté hier un nouveau gouvernement,

deux jours après avoir reçu son mandat, ont rapporté des médias turcs. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan,

a approuvé la nouvelle équipe ministérielle

où la plupart des ministres du précédent gou- vernement gardent leur poste, comme Mev- lüt Cavusoglu aux Affaires étrangères et Mehmet Simsek, qui conserve le porte- feuille de vice-Premier ministre chargé de l'Economie. Le principal changement réside dans l'arrivée d'Omer Celik, porte-parole du Parti

de la justice et du développement (AKP), aux

Affaires européennes, remplaçant Volkan

Bozkir, un diplomate de carrière qui avait né- gocié un accord controversé signé le 18 mars avec l'Union européenne pour juguler le flux migratoire vers l'Europe, a-t-on indi-

qué. Berat Albayrak, gendre de M. Erdogan, a conservé son portefeuille de l'Energie et Efkan Ala est reconduit à l'Intérieur. Suite à la démission du chef du gouver- nement sortant, Ahmet Davutoglu, Binali Yil- dirim, qui occupait le poste de ministre des Transports, a été élu dimanche à la tête du parti au pouvoir en Turquie lors d'un congrès où il était le seul candidat.

BRÉSIL/CORRUPTION :

Le ministre de la Planification se met en réserve du nouveau gouvernement

Le ministre brésilien de la Planifica- tion Romero Juca a annoncé qu'il se met- tait «en réserve» du nouveau gouverne- ment après sa mise en cause dans le scandale de corruption Petrobras. «Je me mets en réserve à partir de de- main», a déclaré M. Juca, accusé d'avoir oeuvré à la destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff dans l'objec- tif de stopper l'enquête sur le scandale de corruption Petrobras, selon un enre- gistrement compromettant publié lundi par le quotidien Folha de Sao Paulo. «Je ne veux qu'aucune manipula- tion malintentionnée puisse porter pré-

judice à l'action du gouvernement» mis en place le 12 mai par le vice-président Michel Temer, après la suspension du mandat de la présidente Dilma Rousseff par le Sénat dans le cadre d'une procé- dure de destitution controversée pour maquillage des comptes publics.

M. Juca a expliqué qu'il allait de-

mander au parquet fédéral de se pronon- cer rapidement sur la légalité du contenu

de se pronon- cer rapidement sur la légalité du contenu de sa conversation enregistrée en mars

de sa conversation enregistrée en mars par un ancien sénateur de son parti, Ser- gio Machado, ex-président de la compa-

gnie pétrolière Transpetro, soupçonné comme lui de corruption dans le dossier Petrobras.

«La destitution est nécessaire. Il n'y

a pas d'autre issue. Il faut résoudre toute cette merde. Il faut changer le gouvernement pour stopper l'hémorra- gie», déclare notamment M. Juca dans

cette conversation qui a fait l'effet d'une nouvelle bombe politique au Brésil. Romero Juca a assumé récemment la présidence du grand parti centriste PMDB de Michel Temer, qui a précipité

la chute de Mme Rousseff en claquant la

porte de sa coalition chancelante fin mars. Cette nouvelle crise tombe au plus mal pour Michel Temer, dont la vo- lonté déclarée de ne pas entraver l'en- quête Petrobras avait déjà été mise en doute par la nomination de sept minis- tres visés par la justice dans son gouver- nement de «salut national», dont M.

Juca. Dilma Rousseff a été suspendue de ses fonctions pour six mois dans l'attente du jugement final des sénateurs sur sa destitution pour maquillage des comptes publics.

AFGHANISTAN :

Un chef taliban abattu dans la province du Helmand

Un chef taliban a été tué lors d'un assaut des forces sécu- ritaires afghanes contre son repaire dans la province du Hel- mand (sud afghan), a annoncé hier la police locale. Les forces de sécurité opérant contre des insurgés armés «ont ciblé leurs repaires lundi dans le district de Marja, tuant le mollah Mazamal, gouverneur fantôme pour les talibans

de la province du Helmand», a indiqué le chef de la police, Agha Noor Kintoz. «L'opération a également permis de neutraliser plusieurs autres insurgés talibans», a-t-il précisé. Les districts de Marja, Nad Ali, Sangin, Khanshin et Garmsir ont été le théâtre ces derniers mois de violents com- bats entres les forces afghanes et les insurgés.

UKRAINE:

Paris, Moscou, Kiev et Berlin «déterminés» à faire appliquer les accords de Minsk

«déterminés» à faire appliquer les accords de Minsk Les présidents français, russe, ukrainien et la

Les présidents français, russe, ukrainien et la chancelière allemande ont réitéré, lors d'un entre- tien téléphonique, leur «détermination» à faire ap- pliquer les accords de Minsk, alors que les affron- tements se poursuivent dans l'est de l'Ukraine, a indiqué l'Elysée lundi soir. François Hollande, Vladimir Poutine, Petro Porochenko et Angela Merkel ont «rappelé leur at- tachement aux accords de Minsk» qui prévoient un cessez-le-feu entre forces armées et séparatistes dans l'est ukrainien et leur «détermination à tout faire pour qu'ils soient appliqués dans leur inté- gralité le plus rapidement possible», précise l'Ely- sée dans un communiqué. Cet entretien en «format Normandie» a eu lieu

alors que l'armée ukrainienne a annoncé lundi qu'un soldat ukrainien a été tué et trois autres bles- sés après une attaque au mortier dans l'est sépa- ratiste du pays, dernier épisode de violences sur

la

ligne de front malgré l'instauration de trêves. Le «format Normandie» a été mis en place par

la

France, l'Allemagne, l'Ukraine et la Russie pour

trouver une solution à la question des régions re- belles prorusses dans l'est de l'Ukraine. Les quatre dirigeants ont insisté sur l'impor- tance de mettre en oeuvre «toutes les mesures né- cessaires à la consolidation du cessez-le-feu, à com- mencer par le retrait des armes et la planification du désengagement des forces, comme la libération des prisonniers», a indiqué l'Elysée. Ils sont également revenus sur «le travail qui avait été accompli sur les différentes questions po- litiques devant en particulier conduire à la tenue d'élections locales dans le Donbass, dans le respect de la loi ukrainienne et selon les standards de l'OSCE», a encore ajouté la présidence française.

RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Le gouvernement met fin aux mesures de sécurité prises après les attentats de Bruxelles

Le ministre tchèque de la Défense Martin Stropnicky a annoncé que les mesures de sécurité

prises par le gouvernement après les attentats de Bruxelles ont pris fin lundi. En réaction aux attentats de Bruxelles survenus

le 22 mars, le gouvernement tchèque a mis en place

des patrouilles armées de soldats et de policiers dans les aéroports, les gares et les espaces publics

bondés. Quelque 550 soldats ont été déployés

pour participer aux mesures de sécurités. Fin avril, les patrouilles dans les villes de Brno et d'Ostrava ont pris fin. Mais le premier niveau de menace terroriste, qui

a été déclaré par le gouvernement tchèque il y a

deux mois, a été maintenu, a fait savoir M. Strop- nicky. Davantage de policiers continueront de patrouiller dans les endroits à forte concentration de personnes. Les mesures de sécurité concernent égale- ment les centrales nucléaires, certaines ambas- sades et le métro de Prague. M. Stropnicky a déclaré qu'il considérait la participation de l'armée comme «standard» pour l'application de telles mesures de sécurité, ajou- tant que cela est commun dans les pays européens. Le ministre tchèque de l'Intérieur Milan Cho- vanec a indiqué lundi que si aucun incident ma- jeur n'était rapporté dans les trois semaines à ve- nir dans le monde, il y aurait une «vraie chance» de faire passer le niveau d'alerte du pays au niveau zéro. Mais cela dépendra des recommandations des experts.

APS

16 DK NEWS

CULTURE

Mercredi 25 mai 2016

Abdelkrim Tazarourte revisite dans Cinéma algérien, des films et des hommages les classiques du cinéma algérien

«Cinéma algérien, des films et des hommages», le nouvel ouvrage du journa- liste Abdelkrim Tazarourte paru récem- ment aux éditions Rafar retrace les pre- mières œuvres ayant marqué le cinéma al- gérien après l'indépendance du pays et ses grandes figures. Scindé en deux parties, l'ouvrage de 237 pages porte un regard rétrospectif sur les classiques du cinéma en Algérie, repré- senté par une pléiade d'acteurs et de ci- néastes algériens et étrangers. Dans la première partie, l'ouvrage met en lumière de vieux films tels que «La Ba- taille d'Alger»(1966) de Gillo Pontecorvo, l'un des premiers films sur la guerre de li- bération , «L'opium et le bâton» (1969) d'Ahmed Rachedi, «Le vent des Au- rès»(1966) , «Chronique des années de braise» (1975) et «Hassan Terro»(1967) de Mohamed Lakhdar Hamina. Illustré de photos et d'affiches et accom- pagné de synopsis, l'auteur propose une présentation succincte des films qui ont marqué à la fois le cinéma et les cinéphiles algériens. L'auteur suscite, ainsi, chez le lecteur un sentiment de nostalgie et le désir de re- voir ces œuvres cinématographiques lui rappelant les années fastes du 7e art algé- rien. D'autres films réalisés plus tard tels que Le Clandestin (1991) de Benamar Bakhti, La montagne de Baya (1997) d'Azzedine Me- dour, Mascarades (2008) de Lyes Salem ainsi que des productions plus récentes dont Ben Boulaid (2008) d'Ahmed Ra- chedi et Le puits (2015) de Lotfi Bouchou-

chi font partie de cette filmographie. Dans la seconde partie, Abdelkrim Tazarourte brosse des portraits, concis et vifs, dédiés à des cinéastes et comédiens qui ont mar- qué par leurs talents le cinéma et le théâ- tre en Algérie. L'icône Aicha Djouri, plus connue sous le nom artistique de Keltoum, qui s'est il- lustrée dans Le Vent des Aurès, Roui- ched, Sid Ali Kouiret, Rachid Farès ou encore le cinéaste anticolonialiste français René Vautier sont les autres figures évo- qués par l'auteur. S'appuyant sur leur parcours artis- tiques, Tazarourte décrit ces artistes dans leurs traits singuliers, révélateurs de leur personnalité, souvent méconnue du public. Truffés d'anecdotes, le livre révèle des témoignages authentiques et des faits concrets de ces artistes que l'auteur a cô- toyés en tant que journaliste et critique de cinéma. Dans un langage journalistique acces- sible, «Cinéma algérien, des films et des hommages» rend hommage à une époque qui a vu naître un cinéma «militant» dis- tingué, outre ses acteurs, par l'«audace de sa thématique». Journaliste et critique de cinéma, Abdel- krim Tazarourte est l'auteur de quatre ou- vrages dont «Guerouabi ou le triomphe du chaâbi» (2008), un Beau-livre consacré au grand maître du chaâbi, El-Hachemi Gue- rouabi et «Lamari, le ténor de la Cas- bah»(2012). Scénariste, auteur de trois do- cumentaires, ce sexagénaire originaire de Béjaia a fait partie des jury de plu- sieurs festivals de cinéma en Algérie.

42 E FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE SEATTLE (SIFF) AUX USA

Le documentaire Contre-pouvoirs de Malek Bensmaïl sera présenté

Le long métrage documentaire «Contre-Pouvoirs» (Checks and Balances), du réalisa- teur Malek Bensmaïl sera présenté en «première américaine» lors du 42e Festival inter- national du film de Seattle (SIFF), aux Etats-Unis, qui se poursuit jusqu'au 12 juin prochain. D'une durée de 97 mn, le documentaire rend hommage aux 120 journalistes assassinés durant la décennie noire en répercutant le travail de la presse, en plein période électorale, dans la salle de rédaction du quotidien algérien «El Watan», où des journalistes montrent leur attachement à leur métier, fondé sur la liberté et le devoir d'informer. Réalisé en 2015 et coproduit par les sociétés algérienne «Cirta films» et française «Zeugma film», le documentaire «Contre-pouvoirs» avait été projeté en septembre 2015 lors des 13e Rencontres cinématographiques de Béjaia. Le film a déjà participé à de nombreuses manifestations cinématographiques en France, en Suisse, aux Pays-Bas, à Taiwan, en Ita- lie ou encore en Autriche. Il avait également été projeté aux 26e Journées cinématographiques de Carthage ( Jcc, Tunisie, novembre 2015) et récemment au Festival international du film de Tétouan au Maroc où il avait obtenu une mention spéciale du jury. Ouvert le 19 mai dernier, la 42e édition du festival, s'étalant sur 24 jours, a sélectionné plus de 450 films représentant 90 pays dont 75 documentaires. Fondé en 1976, le Festival international du film de Seattle est une manifestation non com- pétitive de cinéma dédiée aux films non américains.

FESTIVAL DU CINÉMA DU BURUNDI

Rêveries de l'acteur solitaire en compétition

Le long métrage «Rêveries de l'acteur solitaire» du réalisateur algérien Hamid Benamra prendra part à la compétition officielle du 8e Festival international du cinéma et de l'au- diovisuel du Burundi (Festicab) qui se tiendra du 17 au 24 juin 2016 dans la capitale Bujum- bura, a-t-on appris des organisateurs. Le film produit par «Nunfilm» se focalise sur les préoc- cupations d'un acteur, ses rêves, ses ambitions à travers le comédien Mohamed Adar, per- sonnage principal du film, lors du montage d'une pièce de théâtre. Exploitant beaucoup d'images d'archives, ce film se veut également un hommage aux artistes, cinéastes et hommes de culture algériens et dans les pays arabes. Réalisateur, acteur et photographe, Hamid Benamra, avait sorti sa première œuvre, «Pour une vie meilleure» en 1981, avant de se consacrer aux courts métrages puis aux documen- taires à partir de 2007. «Rêveries de l'acteur solitaire» avait décroché une mention spéciale du jury lors des dernières Journées cinématographiques d'Alger, une distinction qui lui reviendra également au Festival du film africain de Louxor tenu en mars dernier. Créé à l'initiative de l' «Association burundaise des créateurs d'images et du son», le Fes- ticab vise à créer un espace de rencontre et d'échange pour la promotion de la coopération et la coproduction dans le domaine du cinéma et de l'audiovisuel. Depuis sa création en 2009, cette manifestation s'était spécialisée dans la promotion des œuvres réalisées entièrement ou en partie dans le continent africain.Cette édition sera consa- cré au thème «Cinéma au service de la réconciliation».

PROTECTION DES DROITS D'AUTEUR

Des organisations internationales saluent les efforts de l'Algérie

Des organisations internationales concernées par la protection de la propriété intellectuelle ont salué lundi à Alger les efforts de l'Algérie en matière de protection des droits d'auteur, soulignant le rôle important qu'elle accomplit en Afrique.

Les représentants de ces organisations ont affirmé lors d'un forum internatio- nal qui s'est tenu lundi à Alger dans le cadre de l'opé- ration de destruction de deux millions de CD piratés que l'Algérie était «pion- nière en Afrique» en ma- tière de protection des droits d'auteur et reste «un exem- ple» pour les pays africains et arabes. La représentante du di- recteur général de l'Organi- sation mondiale de la pro- priété intellectuelle (OMPI) -dont le siège est en Suisse- Dalila Hammou a salué «les efforts colossaux» déployés par les autorités algériennes dans le domaine de la pro- tection des droits d'auteur, affirmant que l'Office na- tional de protection des droits d'auteur et des droits annexes (ONDA) «est un exemple» pour de nom- breux pays dans le monde arabe et en Afrique. Mme Hammou qui est également directrice des re- lations extérieures au sein de l'organisation- a souli- gné à ce propos le «rôle im- portant» de l'ONDA en ma- tière de protection des droits des artistes et des écrivains ainsi que le rôle de l'Institut national de protection de la propriété industrielle. Le président de l'Alliance africaine des auteurs com- positeurs, Samuel Mobandi -dont le siège est en Afrique du Sud- a indiqué de son côté que l'ONDA était le pre- mier établissement africain en matière de protection des droits d'auteur». Il a estimé que l'opération

pre- mier établissement africain en matière de protection des droits d'auteur». Il a estimé que l'opération

de destruction de deux mil- lions de CD piratés «revêt une grande symbolique» car elle prouve réellement que l'Algérie «est pionnière en matière de protection des droits d'auteur qu'il s'agisse des citoyens algériens ou des étrangers». Le président du conseil d'administration de la Confédération internatio- nale des sociétés d'auteurs compositeurs -dont le siège est en France- a souligné pour sa part le rôle impor- tant de l'ONDA en Afrique dans la protection des droits d'auteur, affirmant le sou- tien de sa fédération à cet or- ganisme. Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a indiqué que l'expérience al- gérienne ainsi saluée par les organisations interna- tionales de la protection des droits d'auteur encourage le secteur à «consolider ses mécanismes de lutte contre ces moyens frauduleux». M. Mihoubi a dénoncé ce qu'il a qualifié de «terro- risme numérique» qui touche aujourd'hui les diffé-

rents supports artistiques et littéraires, soulignant l'im- portance de contrer «toute agression contre la propriété intellectuelle». Le Premier ministre Ab- delmalek Sellal a affirmé à l'ouverture du forum que le gouvernement était «fer- mement déterminé à proté- ger les droits d'auteur et à préserver le patrimoine cul- turel national» conformé- ment à l'esprit de la Consti- tution algérienne qui a réaf- firmé le droit à la culture et la liberté de création intel- lectuelle, artistique et scien- tifique. Deux millions de sup- ports audiovisuels piratés (CD et DVD),ont été détruits lundi au Palais de la cul- ture à Alger au cours d'une opération organisée par l'ONDA en présence du Pre- mier ministre Abdelmalek Sellal et des membres du gouvernement, d'artistes et de représentants d'instances internationales concernées par les droits d'auteur et de médias nationaux et étran- gers.

SELON DES ARTISTES ET AUTEURS ALGÉRIENS

La destruction de deux millions de CD piratés, une consolidation du rôle de l'ONDA

Des artistes et des auteurs algériens ont estimé lundi que l'opération de destruc- tion de deux millions de CD piratés «ren- force du rôle» de l'Office national des droits d'auteurs et des droits voisins (ONDA). Le chanteur kabyle Idir a estimé, à ce propos, qu'il «est important pour l'artiste d'assister à de telles manifestations qui in- terviennent dans le cadre des démarches visant la protection de ses droits et qui l'en- couragent à poursuivre son parcours créa- tif». Pour sa part, le chanteur Hamdi Bennani s'est félicité de «l'amélioration qu'a connu récemment la scène artistique en matière de protection des droits d'auteur d'autant que de nombreux artistes ont été réhabi- lités dans ce cadre». Il a regretté cependant que le piratage qui a pris de l'ampleur ces dernières années ait été à l'origine du recul des ventes de ses vingt albums, ajoutant que de nombreux artistes ont été et continuent à être lésés.

genre d'initiatives qui le rassure et l'inci- tent à innover» ajoutant que «l'innovation demande beaucoup de temps et d'efforts». De son côté, cheb Khaled a salué cette initiative rappelant «ce qu'il a enduré pen- dant son parcours artistique avec ceux qui l'ont accusé d'avoir piraté plusieurs de ses chansons qui l'ont rendu célèbre». L'opération de destruction d'un lot de deux millions de supports audiovisuels piratés a eu lieu lundi en présence du Pre- mier ministre, Abdelmalek Sellal et d'un grand nombre de ministres, de responsa- bles et cadres de l'Office national des droits d'auteurs et des droits voisins (ONDA) et de représentants d'organismes internatio- naux de droits d'auteurs. La cérémonie s'est déroulée également en présence de plu- sieurs artistes et auteurs algériens dont des chanteurs, des paroliers, des cinéastes et dramaturges de l'intérieur et de l'exté- rieur du pays comme les chanteurs Rabah Deriassa, Lounis Ait Menguellat et Zakia Kara, la romancière Ahlam Mostegha- nemi et l'acteur Mohamed Adjaimi.

Pour sa part, le chanteur du rai, cheb Mami estime que l'artiste a besoin de «ce

APS

Mercredi 25 mai 2016

COOPÉRATION

DK NEWS 17

ALGÉRIE - MAURITANIE

M. Lamamra s'entretient avec son homologue mauritanien

Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane Lamamra s'est entretenu hier à Alger avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération de la République islamique de Mauritanie, Isselkou Ould Ahmed Izid Bih.

Les entretiens ont porté sur les relations bilatérales et les moyens de dynamiser et d'élargir la coopération entre les deux pays en prévision de la tenue de 18e ses- sion de la grande commission mixte prévue avant la fin de l'année 2016. Les deux responsables ont passé en revue des questions politiques et économiques interna- tionales et les questions arabes d'actualité dans le contexte des préparatifs du sommet arabe prévu fin juil- let à Nouakchott.

du sommet arabe prévu fin juil- let à Nouakchott. Partenariat algéro-turc pour un quai minéralier à

Partenariat algéro-turc pour un quai minéralier à Arzew

Un pacte d’actionnaires a été signé, hier à Alger, entre l’en- treprise portuaire d’Arzew et la société turque Tosyali pour la construction d’un quai minéralier spécialisé dans l’acier et le fer ainsi pour l’acquisition et l’exploitation d’équipements de déchargement du minerai brut. "L’exploitation du port et du complexe sidérurgique nécessite des équipements de haute technologie. C’est ce que permettra cet accord", a indiqué le ministre des Transports, Boudjemaa Talaï, lors de la cérémo- nie de signature. De son côté, M. Alp Topcuoglu, membre du conseil d’administration de Tosyali, a indiqué que le minerai de fer sera déchargé au port qui accueillera des navires de 200.000 tonnes, pour être transporté ensuite par convoyeur sur une distance de 8 kms jusqu’au complexe sidérurgique situé à la zone industrielle de Bethioua (wilaya d’Oran). Ce complexe sera capable de produire 4 millions de tonnes d’acier en 2017 contre une capacité actuelle de 1,5 million de tonnes.

Réunion de travail entre M. Lamamra et son homologue mauritanien

Le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane Lamamra a tenu hier à Alger une réunion de travail avec son homo- logue mauritanien, Isselkou Ould Ahmed Izidbih. La réu- nion, qui s'est déroulée au siège du ministère des Affaires

étrangères, en présence des membres des délégations des deux pays, a porté sur les relations bilatérales et les moyens de dynamiser et d'élargir la coopération entre les deux pays en prévision de la tenue de 18e session de la grande commission mixte prévue avant la fin de l'année 2016.

FRANCE :

Installation du Conseil scientifique d’orientation religieuse à la Mosquée de Paris

Le Conseil scientifique d’orientation religieuse de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris a été installé à Paris, a indiqué hier un communiqué de la Mosquée de Paris. Au cours d’une séance de travail tenue lundi, l’Institut musulman de la Mosquée de Paris a réuni l’ensemble de ses 150 imams ré- partis sur le territoire français pour formaliser l’installation de son Conseil scientifique d’orientation religieuse, "organe théologique chargé notam- ment d’une mobilisation permanente

contre le radicalisme à travers des ré- férents-imams dans chaque départe- ment", a précisé le communiqué par- venu à l’APS. A cette occasion, il a été réaffirmé "le refus déterminé de l’islam politique et radical" ainsi que "la volonté d’œuvrer pour la paix, la fraternité et la convi- vialité", a ajouté la même source qui souligne que la priorité est donnée, dans l’esprit d’un islam moderne œu- vrant pour le "juste milieu" au "respect de la dignité de la femme, la bonne

éducation des familles et particuliè- rement celle des jeunes confrontés parfois aux discours déviants de l’is- lamisme radical sur le Web". L’Institut musulman de la Mosquée de Paris rappelle que ce conseil, qui "s’inspire de l’islam de la tradition, du texte dans le contexte, du dialogue et du discernement", se réunira en plé- nière deux à trois fois par an et "pourra être saisi à tout moment sur des ques- tions qui se poseront à la communauté musulmane".

69 E SESSION DE L'AG DE L’OMS À GENEVE

Boudiaf s'entretient à Genève avec son homologue cubain

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, s’est entretenu hier à Ge- nève avec son homologue cubain, Roberto Morales Ojeda. L’entretien qui s’est déroulé en marge de la 69e session de l'Assemblée mondiale de la santé, organe décisionnel su- prême de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a porté sur les relations bilatérales et la coopération qu’entretiennent les deux pays dans divers secteurs, notamment la santé. Dans un déclaration à la presse, le ministre cubain s’est fé- licité du niveau de coopération entre les deux pays, précisant que son entretien avec M. Boudiaf lui a permis de passer en revue et d’évaluer l’ensemble des projets de partenariat lancés par l’Algérie et Cuba. M. Ojeda a mis l’accent aussi sur l’échange d’expérience et le transfert de technologie et du sa- voir-faire, soulignant que son pays œuvrait dans le sens de dé- velopper avec l’Algérie l’industrie pharmaceutique et les vaccins.

APS

PUBLICITÉ

DK NEWS Anep : 417 896 du 25/05/2016
DK NEWS
Anep : 417 896 du 25/05/2016

18

DK NEWS

TÉLÉ

Mercredi 25 mai 2016

PROGRAMME DU JOUR

PROGRAMME

DU

JOUR

PROGRAMME DU JOUR
T É L É Mercredi 25 mai 2016 PROGRAMME DU JOUR 06:25 : TFou 08:25 :

06:25 : TFou 08:25 : Météo 08:30 : Téléshopping 09:15 : Météo 09:20 : Petits secrets entre voisins 09:50 : Petits secrets entre voisins 10:20 : Grey's Anatomy 11:05 : Grey's Anatomy 11:55 : Petits plats en équilibre 12:00 : Les douze coups de midi 12:55 : L'affiche du jour 13:00 : Journal 13:35 : La belle histoire 13:40 : Météo 13:45 : Sam 14:40 : Sam 15:25 : Petits plats en équilibre 15:30 : Baby boom 17:00 : Quatre mariages pour une lune de miel 18:00 : Bienvenue au camping 19:00 : Money Drop 19:50 : C'est presque Canteloup 19:55 : Météo 20:00 : Journal 20:35 : Météo 20:38 : Tirage du Loto 20:40 : Nos chers voisins 20:45 : C'est Canteloup 20:55 : Grey's Anatomy 21:45 : Grey's Anatomy 22:40 : Night Shift 23:25 : Night Shift

Grey's Anatomy 22:40 : Night Shift 23:25 : Night Shift 06:00 : Les Z'amours 06:25 :

06:00 : Les Z'amours 06:25 : Point route 06:30 : Journal 06:35 : Télématin 06:57 : Météo 2 07:00 : Journal 07:10 : Télématin (suite) 08:00 : Journal 08:10 : Télématin (suite) 09:25 : Dans quelle éta-gère 09:35 : Amour, gloire et beauté 10:00 : C'est au programme 10:50 : Météo outremer 10:55 : Motus 11:25 : Les Z'amours 12:00 : Tout le monde veut prendre sa place 12:55 : Météo 2 13:00 : Journal 13:50 : Météo 2 13:51 : Consomag 14:00 : Toute une histoire 15:00 : Tennis 18:50 : N'oubliez pas les paroles 19:25 : N'oubliez pas les paroles 19:55 : Météo 2 20:00 : Journal 20:40 : Parents mode d'emploi 20:41 : Parents mode d'emploi 20:45 : Le village préféré des Français 20:46 : Image du jour : Roland Garros 20:47 : Alcaline l'instant 20:50 : Météo 2 20:55 : Lanester 22:35 : Délit de fuite

20:50 : Météo 2 20:55 : Lanester 22:35 : Délit de fuite 06:00 : EuroNews 06:30

06:00 : EuroNews 06:30 : Garfield & Cie 06:42 : Garfield & Cie 06:54 : Garfield & Cie 07:11 : Boule et Bill 07:23 : Boule et Bill 07:35 : Boule et Bill 07:52 : Titeuf 07:58 : Titeuf 08:05 : Titeuf 08:16 : La chouette & Cie 08:23 : En sortant de l'école 08:40 : Inspecteur Lewis

10:15 : 30 millions d'amis 10:45 : Consomag 10:50 : Midi en France 11:50 : Météo 12:00 : 12/13 : Journal régional 12:25 : 12/13 : Journal national 12:55 : Météo à la carte 13:50 : Un cas pour deux 14:55 : Questions au gouvernement 16:05 : Un livre, un jour 16:15 : Des chiffres et des lettres 16:55 : Harry 17:30 : Slam 18:10 : Questions pour un champion 19:00 : 19/20 : Journal régional 19:18 : 19/20 : Edition locale 19:30 : 19/20 : Journal national 19:58 : Météo 20:00 : Tout le sport 20:05 : Le club Roland-Garros 20:20 : Météo régionale 20:25 : Plus belle la vie 20:50 : Rallye de Merzouga 20:55 : Des racines et des ailes 22:50 : Météo 22:55 : Grand Soir 3 23:25 : Enquêtes de régions

: Météo 22:55 : Grand Soir 3 23:25 : Enquêtes de régions 06:50 : Le JT

06:50 : Le JT du Grand Journal 07:20 : Le grand journal 08:05 : Mon oncle Charlie 08:25 : En équilibre 09:50 : Jurassic World 11:55 : Parks and Recreation 12:15 : Parks and Recreation 12:39 : Connasse 12:45 : La nouvelle édition 14:05 : Carte blanche 14:07 : Black Storm 15:30 : Les nouveaux explorateurs 16:30 : La grande aventure de Maya l'abeille 17:55 : Les Guignols 18:05 : Parks and Recreation 18:30 : Album de la semaine 18:37 : Connasse 18:41 : Carte blanche 18:45 : Le JT du Grand Journal 19:15 : Le grand journal 20:10 : Le petit journal 20:50 : Les Guignols 21:00 : Un peu, beaucoup, aveuglément 22:25 : Qui c'est les plus forts ?

aveuglément 22:25 : Qui c'est les plus forts ? 06:00 : M6 Music 07:05 : Matt

06:00 : M6 Music 07:05 : Matt et les monstres 07:15 : Kid & toi 07:20 : La boutique de Minnie 07:25 : Princesse Sofia 07:45 : Princesse Sofia 08:10 : K3 08:20 : Alvinnn !!! et les Chipmunks 08:35 : Alvinnn !!! et les Chipmunks 08:50 : M6 boutique 10:00 : Malcolm 10:25 : Malcolm 10:50 : Malcolm 11:15 : Malcolm 11:40 : Malcolm 12:05 : Malcolm 12:40 : Météo 12:45 : Le 12.45 13:10 : Scènes de ménages 13:40 : Météo 13:45 : Au nom de l'amitié 15:35 : Mariage contrarié 17:20 : Les reines du shopping 18:35 : Chasseurs d'appart' 19:40 : Météo 19:45 : Le 19.45 20:10 : Scènes de ménages 20:55 : Le meilleur pâtissier - Spéciale célébrités 23:25 : Le meilleur pâtissier - Spéciale célébrités : à vos fourneaux !

La sélection

20h55 Grey's Anatomy L'équipe du Grey Sloan Me- morial soigne deux adolescentes percutées par un
20h55
Grey's Anatomy
L'équipe du Grey Sloan Me-
morial soigne deux adolescentes
percutées par un train. De son
coté, Meredith a du mal à s'habi-
tuer à la cohabitation avec Ame-
lia et Maggie. Arizona cherche un