Vous êtes sur la page 1sur 22

Press, 1974, pp. 135-197.

(Débat en français et en anglais à la télévision néerlandaise

enregistré à l'École supérieure de technologie de Eindhoven, novembre 1971.)

F. Elders: Mesdames et messieurs, bienvenue au troisième débat de l'International


Philosopher's Project. Les intervenants de ce soir sont M. Michel Foucault, du Collège de
France, et M. Noam Chomsky, du Massachusetts Institute of Technology. Les deux
philosophes ont des points de ressemblance et de divergence. Peut-être pourrait-on les
comparer à deux ouvriers qui perceraient un tunnel sous une montagne, chacun de leur côté,
avec des outils différents, sans même savoir qu'ils vont se rencontrer.
Ils accomplissent leur tâche avec des idées nouvelles, ils creusent le plus loin possible en
s'engageant également dans la philosophie et la politique: nous allons certainement, pour
toutes ces raisons, assister à un débat passionnant.
Sans plus attendre, j'aborde donc une question éternelle et essentielle: celle de la nature
humaine. Toutes les études sur l'homme, de l'histoire à la linguistique et à la psychologie,
doivent résoudre le problème suivant: sommes-nous le produit de toutes sortes de facteurs
extérieurs ou possédons-nous une nature commune grâce à laquelle nous nous reconnaissons
comme êtres humains?
C'est donc à vous, monsieur Chomsky, que j'adresse ma première question, car vous
employez souvent le concept de nature humaine, utilisant à ce propos des termes comme
«idées innées» et «structures innées». Quels arguments tirez-vous de la linguistique pour
donner à ce concept de nature humaine cette position centrale?

|PAGE 472

N. Chomsky: Je vais commencer d'une façon un peu technique. Quelqu'un qui s'intéresse à
l'étude du langage se trouve confronté à un problème empirique très précis. Il découvre en
face de lui un organisme, disons un locuteur adulte, qui a acquis un nombre étonnant de
capacités qui lui permettent en particulier d'exprimer sa pensée et de comprendre les paroles
des autres, et de faire cela d'une manière que je pense juste de qualifier de hautement
créative... car la plupart de ce que dit une personne dans ses conversations avec autrui est
nouveau, la plupart de ce que nous entendons est nouveau et n'a que peu de ressemblance
avec notre expérience; et ce comportement nouveau n'est pas le fait du hasard, il est adapté
aux situations, d'une façon difficile à caractériser. En fait, il a beaucoup de traits avec ce qui
peut être appelé la créativité.
L'individu qui a acquis la maîtrise de cet ensemble complexe, hautement articulé et
1
organisé, de capacités, que nous appelons connaissance d'une langue, a connu une expérience
donnée; au cours de son existence, il a été exposé à un certain nombre de données, il a eu
l'expérience directe d'une langue.
Si nous examinons les éléments dont il dispose finalement, nous nous trouvons alors face à
un problème scientifique parfaitement défini: comment expliquer la distance qui sépare la
petite quantité de données, de qualité médiocre, reçue par l'enfant et la connaissance
systématique, organisée en profondeur, qui dérive d'une certaine façon de ces éléments.
Bien plus, des individus différents ayant des expériences très différentes d'une certaine
langue parviennent néanmoins à des systèmes extrêmement congruents les uns aux autres.
Les systèmes auxquels deux locuteurs anglais parviennent à partir d'expériences très
différentes sont congruents au sens que, dans une très large mesure, ce que l'un énonce,
l'autre le comprend.
Mieux, et encore plus remarquable, on observe que, dans une large gamme de langues, en
fait dans toutes celles qui ont été étudiées sérieusement, les systèmes issus des expériences
vécues par les gens sont soumis à des limites précises.
A ce remarquable phénomène il n'existe qu'une seule explication possible que je vous livre
de façon schématique: l'hypothèse selon laquelle l'individu contribue en grande partie à
l'élaboration de la structure générale et peut-être au contenu spécifique de la connaissance
qu'il dérive en définitive de son expérience dispersée et limitée.
Une personne qui sait une langue a acquis ce savoir en faisant l'apprentissage d'un
schématisme explicite et détaillé, une sorte de code d'approche. Ou, pour employer des
termes moins rigoureux: l'enfant ne commence pas par se dire qu'il entend de l'anglais, du

|PAGE 473

français ou du néerlandais; il commence par savoir qu'il s'agit d'un langage humain d'un
type explicite, dont il ne peut guère s'écarter. C'est parce qu'il part d'un schématisme aussi
organisé et restrictif qu'il est capable de passer de ces données éparses et pauvres à une
connaissance si hautement organisée. J'ajoute que nous pouvons avancer même assez loin
dans la connaissance des propriétés de ce système de connaissance -que j'appellerai le
langage inné ou la connaissance instinctive -que l'enfant apporte à l'apprentissage de la
langue. Ainsi nous pouvons avancer assez loin dans la description du système qui lui est
mentalement présent lorsqu'il a acquis ce savoir.
Je prétends que cette connaissance instinctive, ou plutôt ce schématisme qui permet de
dériver une connaissance complexe à partir de données très partielles est une composante
1
fondamentale de la nature humaine. Une composante fondamentale, car le langage joue un
rôle non seulement dans la communication, mais dans l'expression de la pensée et
l'interaction entre les individus; je suppose que la même chose se vérifie dans d'autres
domaines de l'intelligence, de la connaissance et du comportement humain.
Cet ensemble, cette masse de schématisme, de principes organisateurs innés, qui guide
notre comportement social, intellectuel et individuel, c'est ce que je désigne quand je me
réfère au concept de nature humaine.
F. Elders: Eh bien, monsieur Foucault, si je pense à vos livres, L'Histoire de la folie ou
Les Mots et les Choses, j'ai l'impression que vous travaillez à un niveau très différent et que
votre but est totalement opposé. J'imagine que ce schématisme en relation avec la nature
humaine, vous essayez de le multiplier selon les périodes. Qu'en dites-vous?
M. Foucault: Si cela ne vous ennuie pas, je vais répondre en français, car mon anglais est
si pauvre que j'aurais honte d'y recourir.
Il est vrai que je me méfie un peu de cette notion de nature humaine, et pour la raison
suivante: je crois que les concepts ou les notions dont une science peut se servir n'ont pas
tous le même degré d'élaboration. Et, en général, ils n'ont ni la même fonction ni le même
type d'usage possible dans le discours scientifique. Prenons l'exemple de la biologie: certains
concepts ont une fonction de classification; d'autres, une fonction de différenciation ou
d'analyse; certains nous permettent de caractériser les objets en tissu, par exemple, d'autres
isolent des éléments comme les traits héréditaires, ou établissent le rôle du réflexe. En même
temps, il y a des éléments qui jouent un rôle dans le discours et dans les règles internes de la

|PAGE 474

pratique du raisonnement. Mais il existe aussi des notions périphériques par lesquelles la
pratique scientifique se désigne elle-même, se distingue des autres pratiques, délimite son
domaine d'objets, et définit la totalité de ses tâches futures. La notion de vie a joué ce rôle en
biologie pendant une période donnée.
Au XVIIe et au XVIIIe siècle, la notion de vie a été à peine utilisée pour l'étude de la
nature: on classait les êtres naturels vivants ou non dans un vaste tableau hiérarchique qui
allait des minéraux à l'homme; la rupture entre les minéraux et les plantes ou les animaux
était relativement imprécise; épistémologiquement, il fallait fixer leurs positions une fois
pour toutes. La seule chose qui comptait était de fixer leurs positions d'une manière
indiscutable.
À la fin du XVIIIe siècle, la description et l'analyse de ces êtres naturels montraient, grâce

1
à des instruments très perfectionnés et des techniques nouvelles, un domaine entier d'objets,
un champ de relations et de processus qui nous ont permis de définir la spécificité de la
biologie dans la connaissance de la nature. Peut-on affirmer que la recherche sur la vie s'est
finalement constituée elle-même en une science biologique? Le concept de vie est-il
responsable de l'organisation du savoir biologique? Je ne le pense pas. Il me semble plus
vraisemblable que les transformations de la connaissance biologique à la fin du XVIIIe siècle
sont apparues, d'une part, grâce à une série de nouveaux concepts du discours scientifique et,
de l'autre, ont donné naissance à une notion telle que celle de vie qui nous a permis de
désigner, de délimiter et de situer ce type de discours, entre autres choses. À mon avis, la
notion de vie n'est pas un concept scientifique, mais un indicateur épistémologique
classificateur et différenciateur dont les fonctions ont un effet sur les discussions
scientifiques, mais non sur leur objet.
Il me semble que la notion de nature humaine est du même type. Ce n'est pas en étudiant la
nature humaine que les linguistes ont découvert les lois de la mutation consonante, ni Freud
les principes de l'analyse des rêves, ni les anthropologues culturels la structure des mythes.
Dans l'histoire de la connaissance, la notion de nature humaine me paraît avoir joué
essentiellement le rôle d'un indicateur épistémologique pour désigner certains types de
discours en relation ou en opposition à la théologie, à la biologie ou à l'histoire. J'aurais de la
peine à reconnaître en elle un concept scientifique.
N. Chomsky: Eh bien, tout d'abord, si nous étions capables de spécifier, en termes de
réseaux neuronaux, les propriétés de la structure cognitive humaine qui permettent à l'enfant
d'acquérir ces systèmes compliqués, je n'hésiterais nullement à décrire ces propriétés

|PAGE 475

comme une composante de la nature humaine. Il existe un élément biologique


inchangeable, un fondement sur lequel repose l'exercice de nos facultés mentales dans ce cas.
Je voudrais poursuivre plus avant le développement de votre pensée, avec laquelle je suis
entièrement d'accord, concernant le concept de vie en tant que concept organisateur dans les
sciences biologiques.
Il me semble qu'on peut se demander -nous parlons ici de l'avenir et non du passé -si le
concept de nature humaine ou de mécanismes innés d'organisation, ou encore de schématisme
mental intrinsèque, je ne vois pas la différence, mais disons la nature humaine pour résumer,
ne pourrait constituer la prochaine étape de la biologie, après avoir défini la vie d'une
manière satisfaisante pour certains -du moins dans l'esprit des biologistes, ce qui est loin
d'être convaincant.

1
En d'autres termes, pour plus de précision, n'est-il pas possible de donner une explication
biologique ou physique, n'est-il pas possible de caractériser, en fonction des concepts
physiques dont nous disposons, la capacité de l'enfant à acquérir des systèmes complexes de
connaissance et, ultérieurement, à utiliser ce savoir d'une manière libre, créative et variée?
Pouvons-nous expliquer en termes biologiques, et finalement en termes physiques, la
capacité d'acquérir la connaissance et d'en user? Je ne vois pas de raison de croire que nous le
pouvons; il s'agit donc d'une profession de foi de la part des scientifiques; puisque la science
a expliqué tant de choses, elle résoudra aussi celle-là.
En un sens, on pourrait dire qu'il s'agit d'une variante du problème corps-esprit. Si nous
considérons la façon dont la science a franchi différents paliers, et dont elle a finalement
acquis le concept de vie qui lui avait très longtemps échappé, nous remarquons, en de
nombreux moments de l'histoire -le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle en sont des exemples
limpides -, que les progrès scientifiques ont été possibles précisément parce que le domaine
de la science physique a été lui-même élargi. Les forces de gravitation de Newton sont un cas
classique. Pour les cartésiens, l'action à distance était un concept mystique, et aux yeux de
Newton c'était une qualité occulte, une entité mystique qui n'appartenait pas à la science.
Pour les générations suivantes, l'action à distance s'est naturellement intégrée dans la science.
Il s'est passé que la notion de corps, de ce qui est physique, a changé. Pour un cartésien
strict -si un tel individu existait aujourd'hui -, le comportement des corps célestes serait
inexplicable.

|PAGE 476

Certainement qu'il n'aurait pas d'explication pour les phénomènes expliqués en termes de
force électromagnétique. Mais, grâce à l'extension de la science physique qui incorpore des
concepts jusqu'ici inaccessibles, des idées entièrement neuves, il est devenu possible
d'élaborer successivement des structures de plus en plus compliquées comprenant un plus
grand nombre de phénomènes.
Par exemple, il n'est certainement pas vrai que la physique des cartésiens puisse expliquer
le comportement des particules élémentaires ou les concepts de vie.
Je pense qu'on peut aussi se poser la question de savoir si la science physique telle qu'on la
connaît aujourd'hui, y compris la biologie, incorpore les principes et les concepts qui lui
permettront de rendre compte des capacités intellectuelles humaines innées, et, plus
profondément encore, de la possibilité d'en user dans les conditions de liberté dont jouissent
les humains. Je ne vois aucune raison de croire que la biologie ou la physique contiennent ces
concepts, et peut-être devront-elles, pour franchir la prochaine étape, se concentrer sur ce

1
concept organisateur et élargir leur champ afin de s'en emparer.
M. Foucault: Oui.
F. Elders: Je vais peut-être tenter de poser une question plus spécifique à partir de vos
deux réponses, car je crains que le débat ne devienne trop technique. J'ai l'impression que
l'une des principales différences entre vous vient de votre mode d'approche. Vous êtes,
monsieur Foucault, spécialement intéressé par la manière dont la science ou les scientifiques
fonctionnent dans une période donnée, tandis que M. Chomsky est plus concerné par la
question du pourquoi: pourquoi possédons-nous le langage? pas seulement comment il
fonctionne, mais pour quelle raison en avons-nous la jouissance? Nous pouvons essayer
d'élucider cela d'une façon plus générale: vous, monsieur Foucault, vous délimitez le
rationalisme du XVIIIe siècle, tandis que M. Chomsky l'accorde avec des notions comme la
liberté ou la créativité.
Peut-être pourrions-nous illustrer cela d'une façon plus générale avec des exemples du
XVIIe et du XVIIIe siècle.
N. Chomsky: Je dois d'abord dire que je traite le rationalisme classique non comme un
historien des sciences ou un historien de la philosophie, mais comme un individu qui possède
un certain nombre de notions scientifiques et souhaite découvrir de quelle façon, à un stade
antérieur, les gens ont pu tâtonner vers ces notions sans même s'en rendre compte.
On pourrait dire que je considère l'histoire non comme un antiquaire,

|PAGE 477

désireux de rendre compte avec précision de la pensée du XVIIe siècle -je ne souhaite
nullement diminuer le mérite de cette activité, ce n'est tout simplement pas la mienne -, mais
comme un amoureux de l'art qui étudierait le XVIIe afin d'y découvrir des choses d'une
valeur particulière, valeur rehaussée par le regard qu'il porte sur elles.
Je pense que, sans contredire la première approche, mon point de vue est légitime; je crois
parfaitement possible de revenir à des étapes antérieures de la pensée scientifique à partir de
notre compréhension actuelle, et de saisir comment de grands penseurs tâtonnaient, dans les
limites de leur époque, vers des concepts et des idées dont ils n'étaient pas vraiment
conscients.
Par exemple, je pense que n'importe qui peut procéder de cette manière pour analyser sa
propre réflexion. Sans vouloir se comparer aux grands penseurs du passé, n'importe qui
peut...
F. Elders: Pourquoi pas?
N. Chomsky: Considérer...
F. Elders: Pourquoi pas?

1
N, Chomsky: Très bien, n'importe qui peut considérer ce qu'il sait aujourd'hui et se
demander ce qu'il savait il y a vingt ans, et voir qu'il s'efforçait confusément de découvrir
quelque chose qu'il comprend seulement à présent... s'il a de la chance.
Je pense également qu'il est possible de regarder vers le passé, sans que notre vision soit
déformée, et c'est ainsi que j'entends considérer le XVIIe siècle. Quand je me tourne vers le
XVIIe siècle et le XVIIIe siècle, je suis frappé par la manière dont par exemple Descartes et
ses disciples ont été conduits à définir l'esprit comme une substance pensante indépendante
du corps.
Si vous examinez leurs raisons de postuler cette seconde substance, esprit, substance
pensante, il apparaît que Descartes avait réussi à se convaincre, à tort ou à raison, peu
importe, que les événements du monde physique et, en grande partie, du monde
comportemental et psychologique -en particulier, la sensation -s'expliquaient en fonction de
ce qu'il croyait -d'une manière erronée, pensons-nous maintenant -être la physique: les chocs
produits entre les objets qui se heurtent, se déplacent, etc.
Il était persuadé que ce principe mécanique lui permettait d'expliquer un certain nombre de
phénomènes, puis il a observé que ce n'était pas toujours possible. Il a donc postulé un
principe créatif dans ce dessein, le principe de l'esprit avec ses propres propriétés. Par la
suite, ses disciples, dont beaucoup ne se considéraient

|PAGE 478

pas comme cartésiens, étant fortement antirationalistes, ont développé le concept de création
à l'intérieur d'un système de règles.
Je n'entrerai pas dans les détails, mais ma propre recherche sur ce sujet m'a finalement
conduit à Wilhelm von Humboldt, qui ne se considérait certainement pas comme un
cartésien, mais a aussi développé le concept de la forme internalisée, dans une structure assez
différente, à une période historique différente et sous un angle nouveau, d'une façon
ingénieuse, à mon avis essentielle et durable; il s'agit fondamentalement du concept de la
création libre à l'intérieur d'un système de règles. Ce par quoi il s'efforçait de résoudre
certains des problèmes et difficultés affrontés par les cartésiens.
Je crois à présent, contrairement à beaucoup de mes collègues, que le choix de Descartes
de postuler une seconde substance a été très scientifique, et pas du tout métaphysique. Il
ressemblait sous beaucoup d'aspects au choix intellectuel de Newton quand il a déterminé
l'action à distance; il pénétrait dans le domaine de l'occulte, si vous voulez. Il entrait dans un
domaine qui dépassait la science établie, et tentait de l'y intégrer en développant une théorie
dans laquelle ces notions seraient convenablement clarifiées et expliquées.
1
Descartes a agi de façon similaire en définissant une seconde substance. Bien sûr, il a
échoué là où Newton a réussi; il s'est montré incapable de jeter les bases d'une théorie
mathématique de l'esprit, telle que Newton et ses disciples ont établi les fondements d'une
théorie mathématique des entités physiques qui incorporait des notions occultes comme
l'action à distance et par la suite les forces électromagnétiques, etc.
Nous avons donc la tâche de développer, si vous voulez, la théorie mathématique de
l'esprit; j'entends par là une théorie abstraite articulée avec précision, formulée clairement,
qui aura des conséquences empiriques, nous permettra de savoir si la théorie est juste ou
fausse, si sa direction est bonne ou mauvaise, et possédera en même temps les propriétés de
la science mathématique, la rigueur, la précision et la structure nous permettant de tirer des
conclusions, des hypothèses, etc.
C'est à partir de ce point de vue que j'essaie de considérer le XVIIe et le XVIIIe, pour y
découvrir des notions qui y sont certainement, bien que je reconnaisse absolument que les
individus en question ne les ont pas vues ainsi.
F. Elders: Monsieur Foucault, je suppose que vous critiquerez sévèrement ces idées?
M. Foucault: Non... il y a juste un ou deux petits points historiques. Je ne peux pas
contredire votre analyse. Mais je veux ajouter

|PAGE 479
une chose: quand vous parlez de la créativité telle que Descartes la concevait, je me demande
si vous ne lui attribuez pas une idée qui appartient à ses successeurs ou même à certains de
ses contemporains. Selon Descartes, l'esprit n'était pas très créatif. Il voyait, percevait, il était
illuminé par l'évidence.
En outre, le problème que Descartes n'a jamais résolu ni entièrement maîtrisé était de
comprendre comment on pouvait passer de l'une de ces idées claires et distinctes, de l'une de
ces intuitions à une autre, et quel statut donner à l'évidence de ce passage. Je ne peux pas voir
de création, ni au moment où l'esprit, selon Descartes, saisit la vérité, ni dans le passage d'une
vérité à l'autre.
Au contraire, vous trouverez, je crois, au même moment à la fois chez Pascal et chez
Leibniz quelque chose de plus proche de ce que vous cherchez: en d'autres termes, chez
Pascal et dans tout le courant augustinien de la pensée chrétienne, vous trouvez l'idée d'un
esprit en profondeur; d'un esprit replié dans l'intimité de soi, touché par une sorte
d'inconscience, et qui peut développer ses potentialités par l'approfondissement de soi. Et
c'est pourquoi la Grammaire de Port-Royal à laquelle vous vous référez est selon moi
beaucoup plus augustinienne que cartésienne.

1
En outre, il y a chez Leibniz quelque chose qui vous plaira certainement: l'idée que dans la
profondeur de l'esprit s'intègre un réseau de relations logiques qui constitue en un certain sens
l'inconscient rationnel de la conscience, la forme visible mais encore obscure de la raison,
que la monade ou l'individu développe peu à peu, et grâce auquel il comprend le monde
entier.
C'est là où je ferais une toute petite critique.
F. Elders: Monsieur Chomsky, un moment s'il vous plaît. Je ne pense pas qu'il soit
nécessaire de faire une critique historique, mais nous souhaiterions entendre votre opinion sur
ces concepts fondamentaux...
M. Foucault: Mais nos opinions fondamentales peuvent être démontrées dans des analyses
précises comme celles-ci.
F. Elders: Oui, très bien. Mais je me souviens de certains passages dans votre Histoire de
la folie, où vous décrivez le XVIIe et le XVIIIe en termes de répression, d'élimination et
d'exclusion, tandis que, pour M. Chomsky, cette période est pleine de créativité et
d'individualité.
Pourquoi les maisons d'internement ont-elles commencé à exister à cette époque? Je pense
que c'est une question fondamentale...

|PAGE 480

M. Foucault: ...pour la créativité, certes!

Mais je ne sais pas, peut-être que M. Chomsky souhaite en parler...

F. Elders: Non, non, non, continuez, je vous prie.


M. Foucault: Je voudrais simplement dire ceci: dans les étude historiques que j'ai pu faire, ou
que je me suis efforcé de faire, j'ai sans aucun doute laissé très peu de place à ce que vous
appelez la créativité des individus, à leur capacité de création, à leur aptitude à inventer des
concepts, des théories ou des vérités scientifiques.
Mais je crois que mon problème est différent de celui de M. Chomsky. M. Chomsky s'est
battu contre le béhaviorisme linguistique, qui n'attribuait presque rien à la créativité du sujet
parlant: celui-ci était une sorte de surface où se rassemblait peu à peu l'information qu'il
combinait ensuite.
Dans le champ de l'histoire des sciences, ou, plus généralement, de l'histoire de la pensée,
le problème était entièrement différent.
L'histoire de la connaissance s'est longtemps efforcée d'obéir à deux exigences. D'abord,
une exigence d'attribution: chaque découverte devait non seulement être située et datée, mais

1
attribuée à quelqu'un; elle devait avoir un inventeur; quelqu'un devait en être responsable.
Les phénomènes généraux ou collectifs, qui par définition ne peuvent être attribués, sont
normalement dévalués: on les décrit traditionnellement avec des mots comme «tradition»,
«mentalité», «modes»; et on leur fait jouer le rôle négatif d'un frein en relation avec l'
«originalité» de l'inventeur. En bref, cela a un rapport avec le principe de la souveraineté du
sujet, appliqué à l'histoire de la connaissance. La seconde exigence, elle, ne permet pas de
sauver le sujet, mais la vérité: pour qu'elle ne soit pas compromise par l'histoire, il est
nécessaire non pas que la vérité se constitue dans l'histoire, mais seulement qu'elle se révèle
en elle; cachée aux yeux des hommes, provisoirement inaccessible, tapie dans l'ombre, elle
attendra d'être dévoilée. L'histoire de la vérité serait essentiellement son retard, sa chute ou la
disparition des obstacles qui l'ont empêchée jusqu'à maintenant de venir à la lumière. La
dimension historique de la connaissance est toujours négative par rapport à la vérité.
Il n'est pas difficile de voir comment ces deux exigences se sont imbriquées: les
phénomènes d'ordre collectif, la pensée commune, les préjugés liés aux mythes d'une période
constituaient les obstacles que le sujet de la connaissance devait surmonter afin d'accéder
enfin à la vérité; il devait se trouver dans une position excentrique afin de découvrir. À un
certain niveau, cela semble donner un certain

|PAGE 481

romantisme à l'histoire de la science: solitude de l'homme de vérité, originalité qui


retrouvait l'origine par l'histoire et malgré elle. Je pense que, plus fondamentalement, il s'agit
de surimposer théorie de la connaissance et sujet de la connaissance sur l' histoire de la
connaissance.
Et si le simple fait de comprendre la relation du sujet à la vérité était simplement un effet
de la connaissance? Si la compréhension était une formation complexe, multiple, non
individuelle, non assujettie au sujet, produisant des effets de vérité? Il faudrait alors rendre
son aspect positif à toute cette dimension que l'histoire de la science a rejetée; analyser la
capacité productive de la connaissance comme pratique collective; et replacer les individus et
leur connaissance dans le développement d'un savoir qui, à un moment donné, fonctionne
selon certaines règles qu'on peut enregistrer et décrire.
Vous me direz que tous les historiens marxistes de la science le font depuis longtemps.
Mais quand on voit comment ils travaillent avec ces faits et en particulier la façon dont ils
opposent les notions de conscience et d'idéologie à la science, on se rend compte qu'ils sont
plus ou moins détachés de la théorie de la connaissance.
Quant à moi, je suis surtout préoccupé de substituer les transformations de la

1
compréhension à l'histoire des découvertes de la connaissance. J'ai donc, du moins en
apparence, une attitude complètement différente à propos de la créativité de celle de M.
Chomsky, parce que, pour moi, il s'agit d'effacer le dilemme du sujet connaissant, tandis que
lui souhaite faire réapparaître le dilemme du sujet parlant.
S'il a pu le faire réapparaître, s'il le décrit, c'est parce que c'était possible. Les linguistes
ont depuis longtemps analysé le langage comme un système ayant une valeur collective. La
compréhension comme totalité collective de règles permettant tel ou tel type de connaissance
produite dans une certaine période n'a guère été étudiée jusqu'à présent. Elle présente
cependant quelques caractéristiques positives. Prenons l'exemple de la médecine à la fin du
XVIIIe siècle: lisez une vingtaine d'oeuvres médicales, peu importe lesquelles, des années
1770 à 1780, puis une vingtaine d'autres des années 1820 à 1830, et je dirais tout à fait au
hasard que, en quarante ou cinquante ans, tout a changé; ce dont on parlait, la manière dont
on en parlait, non seulement les remèdes bien sûr, non seulement les maladies ou leur
classification, mais la perspective, l 'horizon. Qui en était responsable? Qui en était l'auteur?
Il est artificiel de répondre Bichat ou même les premiers tenants de l'anatomie clinique. Il
s'agit d'une transformation collective et complexe de la

|PAGE 482

compréhension médicale dans sa pratique et ses règles. Et cette transformation est loin
d'être un phénomène négatif, suppression de la négativité, effacement d'un obstacle,
disparition des préjugés, abandon des vieux mythes, recul des croyances irrationnelles, accès
enfin libre à l'expérience et à la raison. Cela représente l'application d'une grille, entièrement
nouvelle, avec ses choix et ses exclusions; une nouvelle pièce avec ses propres règles,
décisions et limites, sa propre logique interne, ses paramètres et ses impasses, toutes choses
qui conduisent à la modification du point de vue d'origine. Et c'est dans ce fonctionnement
que réside la compréhension. Si on étudie l'histoire de la connaissance, on voit qu'il y a deux
directions d'analyse: selon la première, on doit montrer comment, dans quelles conditions et
pour quelle raison la compréhension se modifie dans ses règles formatrices, sans passer par
un «inventeur» original qui découvre la «vérité»; selon la seconde, on doit montrer comment
le fonctionnement des règles de compréhension peut produire chez un individu une
connaissance nouvelle et inédite.
Ici, mon travail rejoint, avec des méthodes imparfaites et sur un mode inférieur, le projet
de M. Chomsky: grâce à quelques éléments définis, des totalités inconnues, jamais apparues
encore, peuvent être mises en lumière par les individus. Pour résoudre ce problème, M.
Chomsky doit réintroduire le dilemme du sujet dans le domaine de l'analyse grammaticale.
Pour résoudre un problème analogue, dans le secteur historique qui me concerne, il faut faire

1
le contraire: introduire le point de vue de la compréhension, de ses règles, de ses systèmes, de
ses transformations de totalités dans le jeu de la connaissance individuelle. Ici et là, le
problème de la créativité ne peut être résolu de la même manière, ou plutôt, il ne peut être
formulé dans les mêmes termes, étant donné les disciplines dans lesquelles il s'inscrit.
N. Chomsky: Je pense que nous sommes en léger désaccord à cause d'un usage différent du
terme de créativité. En fait, je l'emploie d'une manière un peu particulière, c'est donc à moi
qu'incombe cette responsabilité. Quand je parle de créativité, je n'attribue pas à ce concept la
notion de valeur habituellement attachée à ce terme. Quand on évoque la créativité
scientifique, on se réfère, par exemple, aux réalisations d'un Newton. Mais, dans le contexte
où je m'exprime, c'est un acte humain normal.
Je parle de la créativité dont fait preuve n'importe quel enfant aux prises avec une situation
nouvelle: il apprend à la décrire convenablement, à y réagir convenablement, à en parler, à y
penser

|PAGE 483

d'une manière neuve pour lui. Je pense qu'il est possible de qualifier ces actes de créatifs,
sans qu'ils aient à être les actes d'un Newton.
Peut-être la créativité dans les arts et les sciences nécessite-t-elle certaines propriétés qui
n'appartiennent pas à la masse de l'humanité et ne font pas partie de la créativité normale de
la vie de tous les jours.
Je suis convaincu que la science peut envisager d'intégrer le sujet de la créativité normale.
Mais je ne crois pas que, dans un proche avenir, elle soit en mesure de s'affronter à la vraie
créativité, à l'oeuvre d'un grand artiste et d'un grand savant. Elle n'a aucun espoir de
s'approprier ces phénomènes uniques. Je ne parle maintenant que du niveau le plus bas de la
créativité.
En ce qui concerne votre opinion sur l 'histoire de la science, je la trouve très juste,
éclairante et parfaitement adaptée au type d'entreprise qui nous attend en psychologie, en
linguistique et dans la philosophie de l'esprit.
Je pense que certains thèmes ont été réprimés ou écartés durant les progrès scientifiques
des derniers siècles. Par exemple, ce souci de la créativité à bas régime auquel je me réfère
existait vraiment aussi chez Descartes. Quand il parle de la différence entre un perroquet,
capable de reproduire des paroles, et un être humain, en mesure de prononcer des choses
nouvelles appropriées à la situation, et quand il précise que cette propriété distincte indique
les limites de la physique et nous entraîne dans la science de l'esprit, pour employer des
termes modernes, je pense qu'il se réfère au genre de créativité que j'ai en tête; et je suis

1
d'accord avec vos commentaires sur les autres origines de ces notions.
Ces concepts, en fait toute la notion d'organisation de la structure de la phrase, ont été
écartés pendant la période de grands progrès qui a suivi sir William Jones et d'autres, et le
développement de la philologie comparative dans son ensemble.
Mais, à présent, je pense que nous pouvons dépasser cette époque où il était nécessaire
d'oublier, de prétendre que ces phénomènes n'existaient pas pour se tourner vers autre chose.
Dans cette période-ci de philologie comparative, et aussi, à mon avis, de linguistique
structurale, de psychologie comportementale, et de tout ce qui découle de la tradition
empiriste dans l'étude de l'esprit et du comportement, il est possible d'écarter ces limitations
et de considérer les thèmes qui ont animé une bonne partie de la pensée et de la spéculation
du XVIIe et du XVIIIe siècle, et de les incorporer dans une science beaucoup plus large et
plus profonde de l'homme, qui donnera un rôle plus vaste -sans en fournir, bien sûr, une
compréhension

|PAGE 484
totale -à des notions telles que l'innovation, la créativité, la liberté et la production
d'entités nouvelles, d'éléments nouveaux de la pensée et du comportement dans un système
de règles et de schématismes. Ce sont des concepts que nous pouvons saisir.
F. Elders: Puis-je d'abord vous demander de ne pas répondre aussi longuement?
Quand vous discutez de créativité et de liberté, je pense que l'un des malentendus, si
malentendu il y a, vient du fait que M. Chomsky part d'un nombre de règles limité avec des
possibilités infinies d'application, tandis que vous, monsieur Foucault, soulignez
l'inévitabilité de la «grille» de nos déterminismes historiques et psychologiques, qui
s'applique aussi à la manière dont nous découvrons les idées nouvelles.
Peut-être pouvons-nous résoudre cela, en analysant non le processus scientifique, mais
notre propre processus de pensée.
Quand vous découvrez une nouvelle idée fondamentale, M. Foucault, croyez-vous, en ce
qui concerne votre créativité personnelle, que cet événement soit le signe d'une libération, de
l'apparition de quelque chose de neuf? Peut-être découvrez-vous ensuite que c'était faux?
Mais croyez-vous que la créativité et la liberté travaillent ensemble au sein de votre
personnalité?
M. Foucault: Oh, vous savez, je ne crois pas que le problème de l'expérience personnelle
soit très important...
F. Elders: Pourquoi?
M. Foucault: ...dans une question comme celle-ci. Non, je crois qu'il existe en réalité une
forte ressemblance entre ce que M. Chomsky a dit et ce que j'essaie de montrer: en d'autres
termes, il existe en fait seulement des créations possibles, des innovations possibles. On peut
1
seulement, dans l'ordre du langage ou du savoir, produire quelque chose de nouveau en
mettant en jeu un certain nombre de règles qui vont définir l'acceptabilité ou la
grammaticalité des énoncés, ou qui vont définir, dans le cadre du savoir, la scientificité des
énoncés.
Ainsi les linguistes, avant M. Chomsky, ont surtout insisté sur les règles de construction
des énoncés et moins sur l'innovation que représente tout énoncé nouveau ou l'écoute d'un
énoncé nouveau. Dans l'histoire des sciences ou l'histoire de la pensée, on avait l'habitude
d'insister sur la création individuelle, et on avait tenu à l'écart ces espèces de règles
communes, générales, qui sont à l'oeuvre obscurément à travers toute découverte scientifique,
toute invention scientifique, ou même d'ailleurs toute innovation philosophique. Et

|PAGE 485

dans cette mesure, quand je crois à tort que je dis quelque chose de nouveau, je suis conscient
néanmoins du fait que dans mon énoncé il y a des règles à l'oeuvre, des règles non seulement
linguistiques mais épistémologiques, et qui caractérisent le savoir contemporain.
N. Chomsky: Je vais peut-être tenter de réagir à ces commentaires d'une manière qui
pourra éclairer tout cela.
Songeons de nouveau à l'enfant qui possède quelque schématisme déterminant la sorte de
langue qu'il peut apprendre. Bon. Avec l'expérience, il apprend très vite la langue dont fait
partie cette expérience ou dans laquelle elle est inclue.
Il s'agit d'un acte normal; un acte d'intelligence normale, mais hautement créatif.
Si un Martien considérait ce processus d'acquisition d'un système vaste et complexe de
connaissance sur la base d'une quantité de données ridiculement réduite, il penserait qu'il
s'agit d'un acte immense de création et d'invention. En fait, un Martien, je pense,
considérerait cela comme une réussite, au même titre que l'invention, disons, d'un aspect de la
théorie physique fondé sur les données fournies au physicien.
Cependant, si cet hypothétique Martien devait s'apercevoir que tout enfant normal
accomplit immédiatement cet acte créatif, sans la moindre difficulté, et de la même manière,
alors qu'il faut des siècles de génie pour parvenir à la lente élaboration d'une théorie
scientifique, il conclurait logiquement que la structure de la connaissance acquise dans le cas
de la langue est interne à l'esprit humain; tandis que la structure de la physique ne l'est pas
aussi directement. Notre esprit n'est pas construit de la sorte qu'en observant le phénomène du
monde la théorie physique en surgisse et que nous n'ayons qu'à l'écrire et la produire. Ce n'est
pas ainsi que notre esprit se construit.
Je crois néanmoins qu'il existe un point de rencontre et qu'il peut être utile de le travailler:

1
comment se fait-il que nous parvenions à élaborer une quelconque théorie scientifique? Si on
considère le peu de données dont disposent les divers savants et aussi les divers génies, même
sur une longue période, pour aboutir à une théorie plus ou moins profonde et adéquate à
l'expérience, cela est remarquable.
En fait, si ces scientifiques, y compris les génies, ne commençaient pas leurs recherches
avec des limites très étroites quant à la classe de théories scientifiques possibles, s'ils
n'avaient pas établi dans leur esprit une spécification inconsciente d'une théorie scientifique
éventuelle, ce saut inductif serait impossible; de même, si

|PAGE 486

l'enfant n'avait pas le concept du langage humain de façon très restrictive, le saut inductif des
données à la connaissance de la langue n'aurait jamais lieu.
Bien sûr, le processus de dérivation de connaissance à partir des données est beaucoup
plus complexe dans le domaine de la physique, beaucoup plus difficile pour un organisme
comme le nôtre, plus étalé dans le temps aussi; il nécessite l'intervention du génie, mais, en
un sens, la réussite de la science physique ou de la biologie, ou toute autre discipline, est
fondée sur un parcours similaire à celui de l'enfant normal qui découvre la structure de sa
langue: ce processus doit s'accomplir sur la base d'une limitation initiale, d'une restriction de
la classe des théories possibles. Si on ne sait pas dès le départ que seuls certains éléments
conduisent à une théorie, aucune induction n'est possible. Les données peuvent vous conduire
dans n'importe quelle direction. Le fait que la science converge et progresse elle-même nous
montre que les limitations initiales et ces structures existent.
Si nous voulons réellement développer une théorie de la création scientifique, ou, dans ce
cas, de la création artistique, je pense que nous devons nous concentrer précisément sur cet
ensemble de conditions qui, d'un côté, limite et restreint l'étendue de notre connaissance
possible et, de l'autre, permet le saut inductif vers des systèmes compliqués de connaissance,
sur la base d'un très petit nombre de données. Il me semble que cette voie pourrait aboutir à
une théorie de la créativité scientifique, ou à une solution des questions d'épistémologie.
F. Elders: Eh bien, si nous admettons cette limitation initiale avec toutes ses possibilités
créatrices, j'ai l'impression que, pour M. Chomsky, les règles et la liberté ne sont pas
opposées, s'impliquent l'une l'autre. Tandis que c'est exactement le contraire pour vous,
monsieur Foucault. Quelles sont vos raisons pour l'affirmer? Il s'agit d'un point fondamental
de ce débat et j'espère que nous pourrons le développer.
Pour formuler différemment le problème: pouvez-vous envisager une forme de

1
connaissance universelle sans aucune forme de répression?
M. Foucault: Eh bien, j'ai peut-être mal compris ce qu'a dit M. Chomsky, mais il me
semble qu'il y a une petite difficulté.
Je crois que vous parlez d'un nombre limité de possibilités dans l'ordre d'une théorie
scientifique. C'est vrai, si vous vous limitez à une période assez courte. Mais si vous
considérez une longue

|PAGE 487

période, ce qui est frappant, c'est la prolifération des possibilités par divergences.
Longtemps on a pensé que les sciences, le savoir suivaient une certaine ligne de «progrès»,
obéissant au principe de la «croissance», et à celui de la convergence de toutes ces sortes de
connaissance. Pourtant, quand on voit comment s'est développée la compréhension
européenne, qui finit par devenir la compréhension mondiale et universelle, historiquement et
géographiquement, peut-on affirmer qu'il y a eu croissance? Je dirais qu'il s'agit plutôt de
transformation.
Prenons, par exemple, les classifications d'animaux et de plantes. Combien de fois
ont-elles été réécrites depuis le Moyen Âge, selon des règles complètement différentes? Par
le symbolisme, par l'histoire naturelle, par l'anatomie comparative, par la théorie de
l'évolution. Chaque fois cette réécriture rend le savoir complètement différent dans ses
fonctions, son économie, ses relations internes. Vous avez ici un principe de divergence,
beaucoup plus que de croissance. Je dirais plutôt qu'il existe de multiples façons de rendre
simultanément possibles un petit nombre de savoirs. En conséquence, d'un certain point de
vue, il y a toujours un excès de données en relation avec des systèmes possibles pour une
période donnée, ce qui leur impose d'être expérimentées dans ces limites et dans leur
pauvreté, ce qui empêche que se réalise leur créativité; d'un autre point de vue, celui de
l'historien, il y a un excès, une prolifération de systèmes pour une petite quantité de données;
de là vient l'idée répandue que c'est la découverte de faits nouveaux qui détermine le
mouvement dans l'histoire de la science.
N. Chomsky: Je vais essayer de synthétiser ma pensée. Je suis d'accord avec votre
conception du progrès scientifique; c'est-à-dire que je ne crois pas que ce soit une question
d'accumulation de connaissances nouvelles, d'absorption de nouvelles théories, etc. Je pense
plutôt qu'il suit la voie en zigzag que vous décrivez, oubliant certains problèmes pour
s'emparer de théories nouvelles.
M. Foucault: Et transformer la même connaissance.
1
N. Chomsky: Je pense qu'il est possible d'avancer une explication. En simplifiant
grossièrement on peut supposer que les grandes lignes que je vais exposer sont exactes: tout
se passe comme si, en tant qu'êtres humains doués d'une organisation biologique donnée,
nous disposions au départ dans nos têtes d'un certain jeu de structures intellectuelles
possibles, de sciences possibles.
Si, par chance, un aspect de la réalité a le caractère de l'une de ces structures de notre
esprit, alors nous possédons une science: c'est-à-dire

|PAGE 488

que, fort heureusement, la structure de notre esprit et celle d'un aspect de la réalité coïncident
suffisamment pour que nous développions une science intelligible.
C'est précisément cette limitation initiale de nos esprits à une certaine sorte de science qui
fournit l'énorme richesse et la créativité de la connaissance scientifique. Il est important de
souligner -ici je reviens au rapport entre limitation et liberté -que, sans ces restrictions, nous
n'aurions pas l'acte créatif conduisant d'une connaissance infime, d'une expérience infime à ce
déploiement de connaissances hautement articulé et compliqué. Parce que si tout était
possible, rien ne serait possible.
Précisément à cause de cette propriété de notre esprit, que nous ne comprenons pas en
détail mais que nous commençons à percevoir d'une manière générale, qui nous propose
certaines structures intelligibles possibles, et qui, dans le cours de l'histoire, de la recherche,
de l'expérience, apparaît ou disparaît... à cause précisément de cette propriété de notre esprit,
le progrès de la science a ce caractère chaotique et heurté que vous décrivez.
Cela ne signifie pas que tout finisse par être englobé dans le domaine de la science. Je
crois personnellement que beaucoup de choses que nous souhaiterions comprendre à tout
prix, comme la nature de l'homme, la nature d'une société décente, et tant d'autres questions,
échappent en réalité à la portée de la science humaine.
F. Elders: Je crois que nous voici de nouveau confrontés à la question de la relation
interne entre la limitation et la liberté. Monsieur Foucault, êtes-vous d'accord avec
l'affirmation sur la combinaison de la limitation, la limitation fondamentale...
M. Foucault: Ce n'est pas une question de combinaison. Il n'y a de créativité possible qu'à
partir d'un système de règles. Ce n'est pas un mélange de régularité et de liberté.
Là où je ne suis peut-être pas tout à fait d'accord avec M. Chomsky, c'est quand il place le
principe de ces régularités à l'intérieur, en quelque sorte, de l'esprit ou de la nature humaine.
Si la question est de savoir si ces règles sont effectivement mises en oeuvre par l'esprit
humain, très bien; si l 'historien et le linguiste peuvent y méditer à leur tour, très bien; ces
1
règles devraient nous permettre de saisir ce qui est dit ou pensé par ces individus. Mais j'ai du
mal à accepter que ces régularités soient liées à l'esprit humain ou à sa nature, comme
conditions d'existence: il me semble qu'on doit, avant d'atteindre ce point -de toute manière,
je parle uniquement de la compréhension -, les replacer dans le domaine des autres pratiques
humaines, économiques, techniques, politiques,

|PAGE 489

sociologiques, qui leur servent de conditions de formation, d'apparition, de modèles. Je me


demande si le système de régularité, de contrainte qui rend possible la science ne se trouve
pas ailleurs, hors même de l'esprit humain, dans des formes sociales, des rapports de
production, les luttes de classe, etc.
Par exemple, le fait qu'à une certaine époque la folie est devenue un objet d'étude
scientifique et de savoir en Occident me paraît lié à une situation économique et sociale
particulière.
Peut-être que la différence entre M. Chomsky et moi-même est que, quand il parle de
science, il pense probablement à l'organisation formelle de la connaissance, tandis que je
parle de la connaissance même, c'est-à-dire du contenu des diverses connaissances dispersé
dans une société particulière, qui imprègne cette société, et constitue le fondement de
l'éducation, des théories, des pratiques, etc.
F. Elders: Mais que signifie cette théorie de la connaissance par rapport à votre thème de
la mort de l'homme à la fin de la période XIXe - XXe siècle?
M. Foucault: Mais cela n'a aucun rapport avec ce dont nous débattons.
F, Elders: Je ne sais pas, j'essayais d'appliquer vos propos à votre conception
anthropologique. Vous avez déjà refusé de parler de votre propre créativité et de votre liberté,
n'est-ce pas? Je me demande quelles sont les raisons psychologiques de ce...
M. Foucault: Eh bien, vous pouvez vous le demander, je n'y peux rien.
F. Elders: Ah bon.
M. Foucault: Ce n'est pas mon problème.
F. Elders: Mais quelles sont, en relation avec votre conception de la compréhension, de la
connaissance, de la science, les raisons objectives de ce refus de répondre à des questions
personnelles?
Quand vous devez résoudre un problème, pourquoi transformez vous une question
personnelle en problème?
M. Foucault: Non, je ne fais pas un problème d'une question personnelle; je fais d'une
question personnelle une absence de problème.

1
Je vais prendre un exemple très simple, sans l'analyser: comment des hommes ont-ils pu, à
la fin du XVIIIe siècle, pour la première fois dans l 'histoire de la pensée et du savoir
occidental, ouvrir les cadavres des gens pour découvrir la source, l'origine, la raison
anatomique de la maladie particulière qui avait causé leur mort?

|PAGE 490

L'idée paraît assez simple. Il a fallu quatre mille ou cinq mille ans de médecine à
l'Occident pour avoir l'idée de rechercher la cause de la maladie dans la lésion d'un cadavre.
Essayer d'expliquer cela par la personnalité de Bichat est, je crois, sans intérêt. Si, au
contraire, vous essayez d'établir la place de la maladie et de la mort dans la société à la fin du
XVIIIe siècle, et l'intérêt, pour la société industrielle, de quadrupler la population pour se
développer; en conséquence de quoi ont été faites des enquêtes sanitaires sur la société et ont
été ouverts de grands hôpitaux; si vous essayez de découvrir comment la connaissance
médicale a été institutionnalisée à cette époque, comment ses relations avec d'autres sortes de
savoir se sont organisées, alors vous saisirez le rapport entre la maladie, la personne malade,
hospitalisée, le cadavre et l'anatomie pathologique.
Voilà, je crois, une forme d'analyse dont je ne prétends pas qu'elle soit neuve, mais qui a
été beaucoup trop négligée; les événements d'ordre personnel n'ont pratiquement rien à faire
ici.
F. Elders: Oui, mais nous aurions aimé en savoir un peu plus sur vos arguments.
Monsieur Chomsky, pourriez-vous -ce sera ma dernière question sur cette partie
philosophique du débat -nous donner vos idées sur la manière dont fonctionnent les sciences
sociales? Je pense en particulier à vos attaques sévères du béhaviorisme. Peut-être
pourriez-vous même expliquer un peu la manière plus ou moins béhavioriste dont M.
Foucault travaille à présent.
N. Chomsky: Avant de satisfaire votre demande, je souhaiterais commenter brièvement ce
que M. Foucault vient de dire.
Je pense que cela illustre parfaitement votre image selon laquelle nous serions en train,
chacun de son côté, de creuser un tunnel sous une montagne. Je pense qu'un acte de création
scientifique dépend de deux faits: premièrement, une propriété intrinsèque de l'esprit,
deuxièmement, un ensemble donné de conditions sociales et intellectuelles. La question n'est
pas de savoir lequel nous devons étudier; nous comprendrons la découverte scientifique, et
toute autre découverte, quand nous connaîtrons ces facteurs et que nous pourrons expliquer
de quelle manière ils agissent l'un sur l'autre.

1
Je m'intéresse surtout aux capacités intrinsèques de l'esprit; tandis que vous apportez une
attention particulière à l'organisation des conditions sociales, économiques et autres.
M. Foucault: Mais je ne crois pas que la différence soit liée à nos caractères, parce que
dans ce cas, Elders aurait raison, et il ne doit pas avoir raison.

|PAGE 491

N. Chomsky: Non, je suis d'accord, mais...


M. Foucault: C'est lié à l'état de la connaissance, du savoir au sein duquel nous travaillons.
La linguistique, qui vous est familière et que vous avez réussi à transformer, excluait
l'importance du sujet créatif, du sujet parlant créatif; tandis que l'histoire des sciences telle
qu'elle existait quand les gens de ma génération ont commencé à travailler exaltait au
contraire la créativité individuelle...
N. Chomsky: Oui.
M. Foucault: ...et écartait ces règles collectives.
Intervenant dans la salle: Je voudrais revenir un peu en arrière dans votre discussion; voici
ce que j'aimerais savoir, monsieur Chomsky: vous imaginez à la base un système de
limitations élémentaires, présentes dans ce que vous appelez la nature humaine; dans quelle
mesure pensez-vous que celles-ci soient soumises au changement historique? Croyez-vous,
par exemple, qu'elles se soient transformées de façon substantielle depuis, disons, le XVIIe
siècle? Dans ce cas, pourriez-vous relier cette notion aux idées de M. Foucault?
N. Chomsky: Eh bien, je pense que c'est une question de faits biologiques et
anthropologiques, la nature de l'intelligence humaine n'a certainement pas beaucoup changé
depuis le XVIIe, ni probablement depuis l'homme de Cro-Magnon. Je pense que les
propriétés fondamentales de notre intelligence, celles que nous évoquons dans notre débat de
ce soir, sont certainement très anciennes; si un homme vivant il y a cinq mille ou vingt mille
ans se trouvait dans la peau d'un enfant de la société d'aujourd'hui, il apprendrait la même
chose que tout le monde, et il pourrait être un génie ou un imbécile, mais ne serait pas
fondamentalement différent.
Bien sûr, le niveau de la connaissance acquise change, ainsi que les conditions sociales,
qui permettent à une personne de penser librement et de rompre les liens de la contrainte
superstitieuse. À mesure que ces conditions changent, une intelligence humaine donnée
progressera vers de nouvelles formes de création. Cela répond à la dernière question de M.
Elders, sur laquelle je vais m'attarder un peu.
Prenons la science béhavioriste, et replaçons-la dans ces contextes. Il me semble que la
propriété fondamentale du béhaviorisme, suggérée par ce terme étrange de science
1
comportementale, est qu'il représente une négation de la possibilité de développer une théorie
scientifique. Ce qui définit le béhaviorisme est l'hypothèse curieuse et autodestructrice selon
laquelle nous ne sommes pas autorisés à créer une théorie intéressante.

|PAGE 492

Si la physique, par exemple, avait émis l'hypothèse qu'il faut s'en tenir aux phénomènes, à
leur agencement, nous ferions aujourd'hui de l'astronomie babylonienne. Heureusement, les
physiciens n'ont jamais formulé cette hypothèse ridicule, insensée, qui a ses raisons
historiques et concerne toutes sortes de faits curieux sur le contexte historique dans lequel le
béhaviorisme a évolué.
Si on le considère d'un point de vue purement intellectuel, le béhaviorisme se résume à
interdire arbitrairement de créer une théorie scientifique du comportement humain; plus, on
doit aborder directement les phénomènes et leur interrelation, et rien de plus -chose tout à fait
impossible dans un autre domaine, et sans doute dans celui de l'intelligence ou du
comportement humain. Dans ce sens, je ne pense pas que le béhaviorisme soit une science. Je
reviens à votre question et à ce que M. Foucault développe: dans certaines circonstances
historiques, où s'est développée, par exemple, la psychologie expérimentale, il était -pour une
raison que je n'approfondirai pas -intéressant et peut-être important d'imposer d'étranges
limitations à la construction de théorie scientifique autorisée -limitations qui s'appellent le
béhaviorisme. Ces idées-là ont fait leur temps. Sans doute avaient-elles quelque valeur en
1880, mais, à présent, leur unique fonction est de limiter et de restreindre l'enquête
scientifique, aussi doit-on simplement s'en débarrasser, comme d'un physicien qui dirait: vous
n'avez pas le droit de formuler une théorie physique générale, mais seulement celui d'étudier
les mouvements des planètes et de découvrir de nouveaux épicycles. On oublie cela. Il serait
aussi nécessaire d'écarter les curieuses restrictions qui définissent le béhaviorisme; qui sont
elles-mêmes suggérées par le terme même de science comportementale.
Admettons que le comportement dans son sens large constitue les données de la science de
l'homme. Mais définir une science par ces données reviendrait à définir la physique comme la
théorie de la lecture des appareils de mesure, et si un physicien affirmait: je me consacre à la
science de lire les mesures, il n'irait sûrement pas très loin. Il pourrait parler de mesures et de
corrélation entre elles, mais il ne créerait jamais une théorie physique.
Dans ce cas, le terme est donc symptomatique. Nous devons comprendre le contexte
historique dans lequel ces étranges limitations se sont développées, puis les rejeter et
progresser dans la science de l'homme comme dans tout autre domaine, en éliminant
1
totalement le béhaviorisme et, à mon avis, toute la tradition empirique dont il est sorti.

|PAGE 493

Intervenant dans la salle: Vous ne souhaitez donc pas relier votre théorie sur les
limitations innées avec la théorie de la «grille» de M. Foucault. Il existe peut-être un certain
rapport entre les deux. Vous voyez, M. Foucault dit qu'un débordement de créativité dans une
certaine direction déplace automatiquement la connaissance, par un système de «grilles». Si
votre système de limitations changeait, cela vous rapprocherait.
N. Chomsky: À mon avis, ses raisons sont différentes. Je simplifie à l'excès. Un grand
nombre de sciences possibles sont accessibles intellectuellement. Quand nous essayons ces
constructions intellectuelles dans un monde de faits changeant, nous ne trouvons pas de
croissance cumulative, mais des décalages étranges: voici un domaine de phénomènes où
s'applique une certaine science; élargissons l'horizon, et une autre science s'appliquera
admirablement aux phénomènes, mais en oubliera quelques-uns. Cela fait partie du progrès
scientifique et conduit à l'omission ou l'oubli de certains domaines. La raison de ce processus
est précisément cet ensemble de principes que nous ne connaissons malheureusement pas, et
qui rend toute la discussion assez abstraite, en définissant une structure intellectuelle
possible, une science profonde, si vous préférez.
F. Elders: Passons maintenant à la seconde partie de la discussion, la politique. Je
voudrais d'abord demander à monsieur Foucault pourquoi il s'intéresse autant à la politique,
qu'il préfère, m'a-t-il dit, à la philosophie.
M. Foucault: Je ne me suis jamais occupé de philosophie. Mais ce n'est pas le problème.
Votre question est: pourquoi est-ce que je m'intéresse autant à la politique? Pour vous
répondre très simplement, je dirais: pourquoi ne devrais-je pas être intéressé? Quelle cécité,
quelle surdité, quelle densité d'idéologie auraient le pouvoir de m'empêcher de m'intéresser
au sujet sans doute le plus crucial de notre existence, c'est-à-dire la société dans laquelle nous
vivons, les relations économiques dans lesquelles elle fonctionne, et le système qui définit les
formes régulières, les permissions et les interdictions régissant régulièrement notre conduite?
L'essence de notre vie est faite, après tout, du fonctionnement politique de la société dans
laquelle nous nous trouvons.
Aussi je ne peux pas répondre à la question pourquoi je devrais m 'y intéresser; je ne peux
que vous répondre en vous demandant pourquoi je ne devrais pas être intéressé.
F. Elders: Vous êtes obligé de vous y intéresser, c'est cela?