Vous êtes sur la page 1sur 24

Australie

Face à la sécheresse et à la
pénurie
Introduction
Vidéo d’introduction : « un combat
politique »
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/L-eau-en-danger/2460298,Cm
Cette vidéo issue d’un
documentaire sur l’eau
d’ARTE résume les
causes, les conséquences et Mark Parnell : député
les solutions pour lutter écologique de South
contre la sécheresse. Ce Australia
politicien fait un constat
très intéressant sur l’eau en
l’Australie que ce soit dans
les campagnes ou dans les
villes. Il donne son avis en
essayant de rester le plus
I- les causes
- La première erreur remonte aux temps de la colonisation de
l’Australie par les européens.
Les colons coupèrent les arbres qui absorber l’eau de pluie.
Bouleversant alors l’écosystème australien.
- l’Australie est un pays aride, où les sols sont très riches en sel
(plusieurs milliards de tonne). Donc inadapté pour une
agriculture intensive. De plus le fleuve Murray le plus grand
d’Australie a un débit inexistant, il est maintenu artificiellement
par des barrages car ses affluent son à sec. Or son eau est pompée
par 60 000 agriculteurs qui pompent sans compter et qui cultivent
du riz ou du coton très gourmant en eau sur des terres arides.
les australiens ont beaucoup
d’eau au nord grâce au climat
tropical, mais vivent au sud dans
les villes sèches qui puisent trop
d’eau dans les rivières.

- les infrastructures sont vieilles.


- les australiens sont de grands
consommateurs d’eau.
- la population augmente, alors que
les ressources diminuent
- l’Australie est le plus gros émetteur de CO2
par habitant. Le pays rejette autant de gaz à
effet de serre que la France ou l’Italie qui sont
trois fois plus peuplé. L’Australie à longtemps
refuser de signer les accords de Kyoto,
pourtant ce sont les premiers à être touché par
le réchauffement climatique.
II- les conséquences :
- l’eau de pluie n’est plus absorber par les arbres, donc les nappes
phréatiques gonflent et fait remonter le sel sous-terrain, à la surface.
L’eau devient salé et imbuvable, le sel empoisonne aussi les sols soit
l’équivalent d’un terrain de football de terre est perdu par heure.
-la faune et la flore de l’Australie meurent, les espèces endémiques
comme certains poissons ou arbres (gum trees) meurent comme les
espèces importés (chameaux), la végétation meurt et les bêtes ne trouvent
plus de quoi manger.
- les changements climatiques ont plongé le pays dans une
sécheresse sans pluie depuis plus de 10 ans, provoquant
l’assèchement des lacs les plus grands (la plus grande
réserve d’eau douce du Victoria est à sec depuis 2000).
- l’irrigation est limité pour les agriculteurs, il faut chercher
l’eau plus loin, la production agricole diminue comme le
blé ou abandonné comme le riz, les agriculteurs produisent
autour de 15 % d’une récolte normale et de mauvaise
qualité, insuffisant pour vivre mais sert au moins à nourrir
le reste du bétail qui n’a pas été vendu.
- les infrastructures font perdre environ 80% de l’eau car les canaux
sont vétustes.
- des tensions et des conflits à cause de l’eau et son utilisation.
- d’énormes incendies, brulant des milliers d’hectares dans le sud en
été. ( plus de 200 morts)
III- les solutions :
- replanter les arbres locaux habitués à la sécheresse et moins
gourmant en eau.
-moderniser les canaux, 8000km de pipeline sous-terrain étanche et
sécurisé doivent être construit avant 2011.
- draguer les embouchures de rivières et de fleuves pour éviter
l’ensablement.

- les agriculteurs ont des quotas imposés par l’Etat de plus en plus
sévère pour limiter la consommation excessive.
- en contrepartie l’Etat donne du soutient psychologique aux
agriculteurs et essaye de racheter leur quotas en leur trouvant un
- abandon d’une agriculture cultivatrice au profit de l’élevage.
- augmentation du prix de l’eau.
- changement radical du mode de vie des australiens : restriction de
l’eau et interdiction d’utiliser un système d’arrosage automatique ou
d’arroser certains jours de la semaine.
- écovillages (6 en Australie) où les habitants consomment peu et
réutilise l’eau.
Mais deux grandes solutions s’opposent :
Les usines de dessalement ou la réutilisation des eaux usées.
L’Australie mise
beaucoup sur les usines
de dessalement pour
résoudre leur problème
d’eau. Les usines sont
couteuses, mais les
grandes villes profitent
de leur croissance pour
construire leur usine
(Perth a la plus grande
usine de dessalement à
osmose inverse de
l’hémisphère sud). Les
usines de dessalement
sont très énergivores,
mais les villes
australiennes
s’engagent à construire
avec l’usine des fermes
A cette solution très couteuse, beaucoup d’écologistes
s’y opposent préférant limiter la demande en eau
comme pour les agriculteurs plutôt que d’augmenter
l’offre. La première solution serait d’abord de recycler
l’eau qui l’est très peu, pour le prix d’une usine de
dessalement, les foyers de la ville de Sidney pourraient
être équipés de réservoirs pour récupérer l’eau de pluie,
et donc plus besoin d’une usine de dessalement qui
augmenterait l’offre et donc le gaspillage. Mais la
culture australienne n’est pas habituer à la réutilisation
des eaux usées, donc seuls les agriculteurs profitent de
ce système, et parfois l’eau traité est rejeté en amont de
la rivière pour âtre retraité en aval.
IV- Conclusion
L’Australie n’a pas encore trouvé de solutions à long terme.
Étant un pays des plus pollueurs au monde et n’ayant pas signé
les accords de Kyoto. Les écologistes étaient discrédités mais
avec le trou dans la couche d’ozone, l’Australie est de moins en
moins protéger face aux rayons du soleil et est directement
touché par leur comportement (effet pervers d’agrégation), les
australien sont aujourd’hui l’un des pays les plus écologistes. A
l’image de l’actuel du ministre de l’écologie Peter Garett, ancien
leader du groupe de rock « midnight oil » qui défendait déjà
l’écologie avant la grande sécheresse.
http://www.youtube.com/watch?v=bDkwUlaJhs0
I- http://oeil-sur-la-planete.france2.fr/51412833-fr.php (à partir de 1H21) ou
http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-video=000029028_CAPP_Australielepaysdelacha
http://www.guardian.co.uk/world/2006/nov/08/australia.drought

II- « 2400 hectares de poussières »


http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/L-eau-en-danger/2460298,CmC=2544508.html
http://oeil-sur-la-planete.france2.fr/51412833-fr.php (à partir de 1H21) ou
http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-video=000029028_CAPP_Australielepaysdelacha
http://www.bom.gov.au/climate/drought/livedrought.shtml
http://www.francesoir.fr/divers/australie-la-secheresse-attise-les-tensions

III- Ecovillage : « le village écol’eau »


http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/L-eau-en-danger/2460298,CmC=2544508.html
http://oeil-sur-la-planete.france2.fr/51412833-fr.php (à partir de 1H21) ou
http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-video=000029028_CAPP_Australielepaysdelachan
http://www.suez-environnement.fr/fr/activites/l-eau/nos-metiers/dessalement/nos-references-dans-le-dessalem
http://www.lesechos.fr/info/energie/300309134.htm
Commentaire des sources

http://www.suez-environnement.fr/fr/activites/l-eau/nos-metiers/dessalem
Le site de Suez, l’entreprise qui a
construit l’usine de Perth, est donc
fiable, on est assuré d’avoir les
bons chiffres et les informations
suffisantes. On apprend aussi que
Suez a gagné un nouveau contrat
pour une nouvelle usine en
Australie dans le Victoria.
Le seul inconvénient c’est que Suez
expose ses usines de dessalement
pour se faire de la pub, et donc on
ne peut pas savoir si le dessalement
des eaux de mer est la meilleure
aborde un sujet intéressant, celui
des coûts économiques des
solutions préconisées en
Australie pour combler la
pénurie d’eau. De plus il est très
objectif car il ne défend pas une
solution plutôt qu’une autre. Il
décrit la situation et expose des
résultats chiffrés de l’usine de
Perth qui sert d’exemple pour
l’article.
Le seul défaut c’est qu’il est
vieux (2007), mais quand on le
compare avec des articles
récents on voit que le débat
entre usines de dessalement et
recyclage de l’eau persiste
toujours. Et qu’au final la
politique n’a pas beaucoup
évoluer car aucune des deux
poussières »
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/L-eau-en-danger/2460298,C

Documentaire récent issu


d’ARTE qui fait intervenir un
ancien agriculteur australien
sur la pénurie d’eau. Il montre
à quel point il est difficile de
faire de l’agriculture en
Australie. C’est aussi un
climatoseptique et c’est
intéressant d’écouter son avis,
c’était aussi un agriculteur qui
utiliser beaucoup d’eau. Il
admet quand même que la
situation actuelle est dure car
il n’y a plus d’eau et il ne
pleut plus. Le documentaire
nous montre que les
agriculteurs sont en faillites,
Ecovillage : « le village
écol’eau »
http://www.arte.tv/fr/Comprendre-l
Le documentaire nous montre
maintenant une solution :
l’écovillage, qui permet à ses
habitants de vivre avec la
modernité tout en respectant
l’environnement. Aucune eau
n’est perdue, l’eau de la
douche et de vaisselle sert
pour la lessive ou pour les
plantes. L’eau est économisée.
Ce documentaire est très
intéressant car il expose une
solution qui permet de vivre
en harmonie entre la nature et
l’homme du XXIe siècle. Le
seul point négatif c’est que le
http://oeil-sur-la-planete.france2.fr/51412833-fr.php
(à partir de 1H21) ou
http://info.francetelevisions.fr/video-info/index-fr.php?id-vi
Extrait d’un documentaire issu de France
2, donc c’est une source très fiable. Qui fait
la synthèse de tous les éléments connus.
Contrairement à ARTE, ici les agriculteurs
sont pessimistes. On insiste sur les
conséquences et on montre les causes et les
solutions. Le documentaire est très
objectif, il explique la situation présente
des agriculteurs et les solutions possibles
pour que l’Etat économise l’eau. Mais,
mais les solutions abordé dans le
documentaire ne sont juste des solutions à
court terme.
http://www.bom.gov.a
Site du
gouvernement
australien donc
fiable à propos de
la sécheresse dans
leur pays.
Très didactique, il
fonctionne en
plusieurs temps,
très rigoureux : tout
d’abord il explique
ce qu’est la
sécheresse, puis ses
conséquences, ses
causes et montre
comment il faut
gérer la sécheresse.
Le site est juste là
fiable. Il aborde les
conséquences de la sécheresse
et prouve par des chiffres que
toutes les régions sont en
pénurie est que les grands lacs
qui alimentent les villes sont
à sec. Mais surtout l’article
expose que la politique
australienne de 2007 n’était
pas la bonne. Le
gouvernement n’a rien fait
pour sauver l’eau si rare. Et
que la politique écologique a
juste commencé à un an avant
les élections et qu’elle est
insouciante par rapport à
l’avenir. Le ton est très
critique mais cherche à
convaincre les australiens
qu’il faut changer de
http://www.francesoir.fr/diver
L’article n’aborde pas
vraiment la sécheresse,
mais plutôt les
conséquences
inattendues. En effet en
2007 l’Australie rentre
dans sa sixième année de
sécheresse, les
restrictions d’eau sont
importantes il faut
l’économiser. Et le stress
n’est pas que hydrique
car il provoque aussi des
faits divers comme la
mort d’un sexagénaire
qui arrosait sa pelouse et
qui provoqua la colère
d’un passant. L’article