Vous êtes sur la page 1sur 9

LE DOCUMENT DE LA SEMAINE

Plus encore que l' « Histoire de la folie » ou « Surveiller et Punir », « Histoire de la sexualité » -- dont seul le premier des cinq tomes est paru (*) — a reçu un accueil passionné. Certes, l'ceuvre de Michel Foucault, profes- seur au Collège de France et chef de file de toute une génération de jeunes philosophes, gagne sans cesse en aüdience. Mais c'est ailleurs aussi qu'il faut chercher les raisons d'un tel accueil : après avoir démonté les méca- nismes du pouvoir et dénoncé tant de répressions, Fou- cault s'attaque cette fois aux idées reçues concernant cette liberté sexuelle que nous serions les premiers à avoir conquise. Selon lui, loin de nier le sexe, nos socié- tés n'ont pas cessé de parler de la sexualité, de la faire

parler, et le pouvoir qui la régissait dans le passé portait

avec lui autant de curiosité que d'interdit

Si contrainte

il y a aujourd'hui, elle jouerait plutôt dans le sens du

« toujours plus de sexe » que dans celui de l' « anti- sexe ». Il s'en est expliqué avec Bernard-Henri Lévy.

(*) Chez Gallimard.

92 Samedi 12 mare 1977

°moult

Non au sexe roi

• Vous inaugurez avec « la Volonté de sa- voir » une histoire de la sexualité qui s'an- nonce monumentale. Qu'est-ce qui justifie au- jourd'hui, pour vous, Michel Foucault, une entreprise d'une telle ampleur ? MICHEL FOUCAULT. - D'une telle ampleur ? Non, non, d'une telle exiguïté plutôt. Je ne veux pas faire la chronique des comportements sexuels à travers les âges et les civilisations. Je veux suivre un fil beaucoup plus ténu : celui qui, pendant tant de siècles, a lié, dans nos sociétés, le sexe et la recherche de la vérité.

En quel sens, précisément ?

M. F. — Le problème est en fait celui-ci :

comment se fait-il que, dans une société comme la nôtre, la sexualité ne soit pas simplement ce qui permet de reproduire l'espèce, la famille, les individus ? Pas simplement quelque chose qui procure du plaisir et de la jouissance ? Comment se fait-il qu'elle ait été considérée comme le lieu privilégié où se lit, où se dit notre e vérité profonde ? Car c'est l'essen- tiel: depuis le christianisme, l'Occident n'a cessé de dire : « Pour savoir qui tu es, sache ce qu'il en est de ton sexe. Le sexe a toujours été le foyer où se noue, en même temps que le devenir de notre espèce, notre « vérité » de sujet La confession, l'examen de conscience, toute une insistance sur les secrets et l'importance de la chair n'ont pas été seulement un moyen d'interdire le sexe ou de le repousser au plus loin de la conscience, c'était une manière de placer la sexualité au coeur de l'existence et de lier le salut à la maîtrise de ses mouvements obscurs. Le sexe a été, dans les sociétés chré- tiennes, ce qu'il a fallu examiner, surveiller, avouer, transformer en discours.

D'où la thèse paradoxale qui soutient ce pre- mier tome : loin d'en faire leur tabou, leur interdit majeur, nos sociétés n'ont pas cessé de parler de la sexualité, de la faire parler—

M. F. — On pourrait très bien parler de la

sexualité, et beaucoup, mais seulement pour l'interdire. Mais j'ai voulu souligner deux choses impor- tantes. D'abord que la mise en lumière, « en éclair », de la sexualité ne s'est pas faite seule- ment dans les discours mais dans la réalité des institutions et des pratiques.

Ensuite que les interdits existent nombreux, et forts. Mais qu'ils font partie d'une économie complexe où ils côtoient des incitations, des manifestations, des valorisations. Ce sont les prohibitions qu'on souligne toujours. Je vou- drais faire un peu tourner le décor ; saisir en tout cas l'ensemble des dispositifs. Et puis vous savez bien qu'on a fait de moi l'historien mélancolique des interdits et du pou- voir répressif, quelqu'un qui raconte toujours des histoires à deux termes : la folie et son enfermement, l'anomalie et son exclusion, la délinquance et son emprisonnement. Or mon problème a toujours été du côté d'un autre terme : la vérité. Comment le pouvoir qui s'exerce sur la folie a-t-il produit le discours

« vrai » de la psychiatrie ? Même chose pour la sexualité : ressaisir la volonté de savoir où s'est engagé le pouvoir sur le sexe. Je ne veux pas faire la sociologie historique d'un interdit mais l'histoire politique d'une production de

« vérité ». Une nouvelle révolution dans le concept d'histoire ? L'aurore d'une autre « nouvelle histoire » ? M. F. — Les historiens, il y a des années, ont été très fiers de découvrir qu'ils pouvaient faire non seulement l'histoire des batailles, des rois et des institutions mais celle de l'économie. Les voilà tout éberlués parce que les plus ma- lins d'entre eux leur ont appris qu'on pouvait

faire aussi l'histoire des sentiments, des compor- tements, des corps. Que l'histoire de l'Occident ne soit pas dissociable de la manière dont la

« vérité » est produite et inscrit ses effets, ils le comprendront bientôt. L'esprit vient bien aux filles. Nous vivons dans une société qui marche en grande partie à la vérité » — je veux dire qui produit et fait circuler du discours ayant fonc- tion de vérité, passant pour tel et détenant par là des pouvoirs spécifiques. La mise en place de discours « vrais » (et qui d'ailleurs changent sans cesse) est un des problèmes fondamentaux de l'Occident, L'histoire de la « vérité » — du pouvoir propre aux discours acceptés comme vrais — est entièrement à faire. Quels sont les mécanismes positifs qui, pro- duisant la sexualité sur tel ou tel mode, entraî- nent des effets de misère ? En tout cas, ce que je voudrais étudier, Suite page 95

Le Nouvel Observateur 93

LE DOCUMENT DE LA SEMAINE

sexuelle

Il ne s'agit pas de nier la misère mais il ne s'agit pas non plus de l'expliquer négativement par une répression

Suite de la page 93.

pour ma part, ce sont tous ces mécanismes qui, dans notre société, invitent, incitent, contraignent à parler du sexe.

D'aucuns vous répondraient que, malgré cette mise en discours, la répression, la misère sexuelle, cela existe aussi

M. F. — Oui, l'objection m'a été faite.

Vous avez raison : nous vivons tous plus ou moins dans un cet état de misère sexuelle. Cela dit, il est exact qu'il n'est jamais question de ce vécu-là dans mon livre

Pourquoi ? Est-ce un choix délibéré ?

M. F. — Quand j'aborderai, dans les vo-

lumes suivants, les études concrètes — à pro- pos des femmes, des enfants, des pervers —, j'essaierai d'analyser les formes et les condi- tions de cette misère. Mais, pour l'instant, il s'agit de fixer la méthode. Le problème est de savoir si cette misère doit être expliquée négativement par un interdit fondamental ou par une prohibition relatiye à une situation éco-

nomique (« Travaillez, ne faites pas l'amour ») ; ou si elle n'est pas l'effet de procédures beau- coup plus complexes et beaucoup plus posi- tives.

Que pourrait être dans ce cas une explication « positive » ?

M. F. — Je vais faire une comparaison pré-

somptueuse. Qu'a fait Marx quand, dans son analyse du capital, il a rencontré le problème de la misère ouvrière ? Il a refusé l'explication habituelle, qui faisait de cette misère l'effet d'une rareté naturelle ou d'un vol concerté. Et il a dit en substance : étant donné ce qu'est, dans ses lois fondamentales, la produc- tion capitaliste, elle ne peut pas ne pas pro- duire de la misère. Le capitalisme n'a pas pour raison d'être d'affamer les travailleurs mais il ne peut se développer sans les affamer. Marx a substitué l'analyse de la production à la dénonciation du vol. Mutatis mutandis, c'est un peu cela que j'ai voulu faire. Il ne s'agit pas de nier la misère sexuelle mais il ne s'agit pas non plus de l'expliquer négativement par une répres- sion. Tout le problème est de saisir quels sont les mécanismes positifs qui, produisant la sexualité sur tel ou tel mode, entraînent des effets de misère. Un exemple que je traiterai dans un prochain volume : au début du xvine siècle, on accorde soudain une importance énorme à la mastur- bation enfantine, qu'on persécute partout comme une épidémie soudaine, terrible, suscep- tible de compromettre toute l'espèce humaine. Faut-il admettre que la masturbation des enfants était soudain devenue inacceptable pour une société capitaliste en voie de développe- ment ? C'est l'hypothèse de certains « rei- chiens » récents. Elle ne me paraît guère satis- faisante. En revanche, ce qui était important à l'épo- que, c'était la réorganisation des rapports entre enfants et adultes, parents, éducateurs, c'était une intensification des rapports intra-familiaux, c'était l'enfance devenue un enjeu commun pour les parents, les institutions éducatives, les instances d'hygiène publique, c'était l'enfance comme pépinière pour les populations à venir.

Au carrefour du corps et de l'âme, de la santé et de la morale, de l'éducation et du dressage, le sexe des enfants est devenu à la fois une

cible et un instrument de pouvoir. On a consti- tué une « sexualité des enfants » spécifique, précaire, dangereuse, à surveiller constamment. De là une misère sexuelle de l'enfance et de l'adolescence dont nos générations n'ont pas encore été affranchies, mais le but recherché n'était pas cette misère ; l'objectif n'était pas d'interdire. Il était de constituer, à travers la sexualité enfantine, devenue soudain importante et mystérieuse, un réseau .de pouvoir sur l'en- fance.

Cette idée que la misère sexuelle vient de la répression, cette idée que, pour être heureux, il faut libérer nos sexualités, c'est au fond celle des sexologues, des médecins et des policiers du sexe

M. F. — Oui, et c'est pourquoi ils nous ten-

dent un piège redoutable. Ils nous disent à peu

près : « Vous avez une sexualité, cette sexualité est à la fois frustrée et muette, d'hypocrites interdits la répriment. Alors, venez à nous, dites-nous, montrez-nous tout ça, confiez-nous

vos malheureux secrets

Ce type de discours est, en fait, un formi- dable outil de contrôle et de pouvoir. Il se sert, comme toujours, de ce que disent les gens, de

ce qu'ils ressentent, de ce qu'ils espèrent. Il

exploite leur tentation de croire qu'il suffit, pour être heureux, de franchir le seuil du dis- cours et de lever quelques interdits. Et il abou-

tit en fait à rabattre et à quadriller les mou-

vements de révolte et de libération

D'où, je suppose, le malentendu de certains commentateurs : « Selon Foucault, répression

et libération du sexe, cela revient au même

Ou encore : « Le M.L.A.C. et Laissez-les vivre,

c'est au fond le même discours

M. F. — Oui ! Sur ce point, il faut tout de

même clarifier les choses. On m'a fait dire effectivement qu'entre le langage de la cen- sure et celui de la contre-censure, entre le dis- cours des pères-la-pudeur et celui de la libéra- tion du sexe, il n'y a pas de vraie différence. On a prétendu que je les mettais dans le même sac pour les noyer comme une portée de petits chats. Radicalement faux : ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. D'ailleurs, l'important, c'est que je ne l'ai pas du tout dit.

Vous convenez tout de même qu'il y a des élé- ments, des énoncés communs

M. F. — Mais une chose est l'énoncé, une

autre le discours. Il y a des éléments tactiques

»

»

»

communs et des stratégies adverses.

Par exemple ?

M. F. — Les mouvements dits de « libéra-

tion sexuelle » doivent être compris, je crois, comme des mouvements d'affirmation « à par- tir » de la sexualité. Ce qui veut dire deux choses : ce sont des mouvements qui partent de la sexualité, du dispositif de sexualité à l'intérieur duquel nous sommes pris, qui le font fonctionner jusqu'à la limite ; mais, en même temps, ils se déplacent par rapport à lui, s'en dégagent et le débordent.

A quoi ressemblent ces débordements ?

M. F. — Prenez le cas de l'homosexualité.

C'est vers les années 1870 que les psychiatres ont commencé à en faire une analyse médicale :

point de départ, c'est certain, pour toute une série d'interventions et de contrôles nouveaux.

On commence soit à interner les homosexuels

Suite page 98

ADRESSES DE LA SEMAINE

Spécialistes

MAU B E RT

ELECTRONIC

49, bd St-Germain

%Ibert)

Paris 5', métro : Maubert-Mutualité

Tél. 329.48.04

HEWLETT-PACKARD TEXAS INSTRUMENTS COMMODORE

Sharp - Canon - Rockwell - Sanyo - Topix - Remington - Adler. Calculatrices de poche :45 F à 5 586 F. Calculatrices imprimantes de bureau de 650 F à 2 000 F. Montres électroniques de 99 F à 580 F.

PROTIX - DECOR . Tous les rangements privé, professionnel, commerce, in- dustriel, etc Agent Installateur Agréé. PRISM'ALL - CHATIKO DECOR 101; av. du Gal-Leclerc. Paris.

540-86-46.

AUTOS

CAMIONS

277 bis rue de Paris 93100 Montreuil

858.48.60

La Courneuve 28, rue Emile Zola

833.38.07

Décoration

Nouveau : LE BANANIER

vendu en jeune plant. Une pièce maîtresse pour la décoration florale de votre appartement. Conditions avantageuses. Notice gratuite sur demande.

Pépinières MICLET

013130 Charhegne. Tél. (24) 30.23.70

Bijoux

BIJOUX ANCIENS ET BAGUES ROMANTIQUES

se choisissent chez

GILLET

19, rue d'Arcole, Paris-4° (près de Notre-Dame)

Musique

Platine Bang Olufsen mod. 1001. Parfait état. 680 F. Tél. 900.75.52.

Artisan vend plapos, occasion, révisés; à partir de 4 000 F. Location pianos neufs 150 F par mois. Tél. 956.27.40.

Beauté

Affinement de la silhouette par turbulences marines, sola- rium, soins du visage. Tél.

766.43.43.

Gastronomie

SAINEMENT VOTRE

4 bis, rue Davy, Paris 17' Tél. : 229.39.87 ALIMENTATION NATURELLE DIÉTÉTIQUE et MACROBIOTIQUE Produits sans colorant ni conservateur ni stabilisant ni traitement de synthèse

Champagne 1' qualité, 20 F. Vins coteaux champenois extra, par 12 bout., 9 F départ TTC. Chartogne, 51220 Merfy. Tél. : (26149.30.17.

Restaurants

Un club-restaurant de grande classe : LE BOUGNAT'S, 15, rue Séguier. Tél. ODE.31.55.

Mode

DES FEMMES ingénieuses et raffinées achètent, ven- dent ou louent des vêtements couture aux CHERCHEMINIPPES 105, rue du Cherche-Midi, Paris-6' Tél. :222.79.35 CHERCHEMOZART 50, rue de l'Assomption, Paris-16"

033.00.83 Tél. : 520.20.92

Antiquité

SOLDES DU 19 AU 27 MARS

avec autorisation préfectorale de 100 CHEMINÉES d'époque et de style 60 PLAQUES de cheminées 60 OBJETS DIVERS en pierre ou métal.

TL

1

y compris le dimanche de 10h à 19 h

Ets Benezech, 74, bd Garibaldi, 75015 Paris

ARTS ET SPECTACLES

ON NE BADINE PAS

AVEC 'l'AMOUR

D'ALFRED DE MUSSET compagnie MORIN-TIMMERMAN du 2 mars au 2 avril THEATRE 13 - 24 rue Daviel Paris 13e - tél. 589.06.99

Le Nouvel Observateur 95

Ne partez p1u_s à la recherche de l'information

ABONNEZ-VOUS AUI NOUVEL

A

onsmauzur

Bulletin d'abonnement

à découper et à retourner, avec votre règlement, au NOUVEL OBSERVATEUR, 11, rue d'Aboukir - 75081 PARIS Cedex 02. Je souscris un abonnement d'un an pour la somme de : France zone franc : 180 F. Etranger :

200 F (tarif avion sur demande). NOM

In

N°

RUE

VILLE

Je joins mon règlement par

644

L _

D

chèque mandat-lettre chèque postal (3 volets)

o

;X

à l'ordre du NOUVEL OBSERVATEUR •fx

98 Samedi 12 mars 1977

LE DOCUMENT DE LA SEMAINE

On a longtemps dit aux femmes : « Vous êtes la maladie de l'homme »

Suite de la page 95.

dans les asiles, soit à entreprendre de les soi- gner. On les percevait autrefois comme des libertins et parfois comme des délinquants (de là des condamnations qui pouvaient être fort sévères -- le feu parfois encore au xvure siècle — mais qui étaient forcément rares). Désormais on va tous les percevoir dans une parenté glo- bale avec les fous, comme des malades de l'ins- tinct sexuel. Mais, prenant au pied de la lettre de pareils discours et, par là même, les contour- nant, on voit apparaître des réponses en forme de défi : soit, nous sommes ce que vous dites, par nature, maladie ou perversion, comme vous

voudrez. Eh bien, si nous le sommes, soyons-le et si vous voulez savoir ce que nous sommes, nous vous le dirons nous-mêmes mieux que vous. Toute une littérature de l'homosexualité, très différente des récits libertins, apparaît à la fin du xrx' siècle : songez à Wilde ou à Gide. C'est le retournement stratégique d'une

« même » volonté de vérité.

C'est

ce qui se passe en fait pour toutes les

minorités, les femmes, les jeunes, les Noirs américains

M. F. — Oui, bien sûr. On a essayé long-

temps d'épingler les femmes à leur sexualité.

a Vous n'êtes rien d'autre que votre sexe », leur

disait-on depuis des siècles. Et ce sexe, ajou- taient les médecins, est fragile, presque tou- jours malade et toujours inducteur de maladie.

« Vous êtes la maladie de l'homme. » Et ce

mouvement très ancien s'est précipité vers le xvnr siècle, aboutissant à une pathologisation de la femme : le corps de la femme devient chose médicale par excellence. J'essaierai plus tard de faire l'histoire de cette immense « gyné- cologie » au sens large du terme. Or les mouvements féministes ont relevé le

défi. Sexe nous sommes par nature ? Eh bien, soyons-le mais dans sa singularité, dans sa spé- cificité irréductibles. Tirons-en les conséquences et réinventons notre propre type d'existence,

politique, économique, culturelle

même mouvement : partir de cette sexualité dans laquelle on veut les coloniser et la tra- verser pour aller vers d'autres affirmations.

Toujours le

stratégie que vous décrivez, cette straté-

gie à double détente, est-ce encore au sens clas- sique une stratégie de libération ? Ou ne faut- il pas dire plutôt que libérer le sexe, c'est désor- mais le haïr et le dépasser ?

M. F. — Un mouvement se dessine aujour-

d'hui qui me paraît remonter la pente du « tou- jours plus de sexe », du « toujours plus de vérité dans le sexe » à laquelle des siècles nous avaient voués : il s'agit, je ne dis pas de

« redécouvrir » mais bel et bien de fabriquer

d'autres formes de plaisirs, de relations, de coexistences, de liens, d'amours, d'intensités. J'ai l'impression d'entendre actuellement un grondement « anti-sexo » (je ne suis pas pro- phète, tout au plus un diagnosticien), comme si un effort se faisait en profondeur pour se- couer cette grande « sexographie » qui nous fait déchiffrer le sexe comme l'universel secret.

Des signes, pour ce diagnostic ?

M. F. — Seulement une anecdote. Un jeune

écrivain, Hervé Guibert, avait écrit des contes

pour enfants : aucun éditeur n'en avait voulu. Il écrit un autre texte, d'ailleurs très remar- quable et d'apparence très « sexo ». C'était la

Cette

Suite page 100.

en- a_ cl-itrim:

e iwubte, hum_ gea,.

fAtveet,e

/4(1'0 Vte'eldei",

ectità Crv14M

/f-e 4-2,5

Fni,te• •• • cene. Si-

9

t carA,Nie

6a-oç-u

Dans un Relais Jumbo, vous trouverez des compagnons de voyage dans un pays où vous ne connaissez personne.

Quand vous partez en voyage avec Jumbo, dans un pays que vous ne connaissez pas (il y a 29 destinations au choix), vous trouvez sur place le Relais Jumbo : une équipe très débrouillarde qui vous aide à réaliser vos projets de décou- verte. Par exemple : trouver des compagnons de voyage pour faire un raid à moto à travers le Maroc. Ou trouver une camionnette — qui ne tombe pas en ruine — pour parcourir la Grèce. Car voyager avec Jumbo, ce n'est jamais voya- ger avec une armée de touristes — et être obligé de se comporter en touriste. Mais l'assistance à' destination n'est qu'une facette de la fOrmule Jumbo. Pour le prix du billet d'avion, Jumbo vous fait 3 cadeaux il vient vous chercher à l'aéroport, vous offre 2 nuits d'hôtel

à l'arrivée et des Jumbochèques (à échanger par exemple,contre des nuits d'hôtel ou une loca- tion de voiture). Jumbo, c'est la seule formule de voyage qui vous permet encore de voyager sans vous sentir perdu. Ni prisonnier. Il y a 29 Relais Jumbo sur 4 continents. En France, vous trouverez Jumbo dans 200 agences de voyages et dans les agences

A R FRANCE

• • •

Si vous voulez

.

.**

' la brochure Jumbo, écrivez ci-dessous votre nom et votre adresse complète,

• Nom

.' Prénom

Avec Jumbo, vous faites votre voyage. Pas celui des autres.

f

.• Rue

Ville

Code postal

A envoyer à Ted Bates Jumbo : 3, rue Bellini - 92800 Puteaux

100 Samedi 12 mars 1977

LE DOCUMENT DE LA SEMAINE

Un défi « anti-sexo » pour en finir avec la monarchie du sexe

Suite de la page 98.

condition pour se faire écouter et éditer. Le

voilà donc publié (il s'agit de « la Mort Pro- pagande »). Lisez-le : il me semble que c'est le contraire de cette écriture sexographique qui

a

été la loi de la pornographie et parfois de

la

bonne littérature : aller progressivement jus-

qu'à nommer du sexe ce qu'il y a de plus in- nommable. Hervé Guibert prend d'entrée de jeu

le pire et l'extrême — e Vous voulez qu'on en parle, eh bien, allons-y et vous en entendrez plus que vous n'en avez entendu » —, et avec l'in-

fâme matériau il construit des corps, des mi- rages, des châteaux, des fusions, des tendresses, des races, des ivresses ; tout le lourd coefficient du sexe s'est volatilisé. Mais ce n'est là qu'un exemple du défi « anti-sexo » dont on trouve- rait bien d'autres signes. C'est peut-être la fin de ce morne désert de la sexualité, la fin de la monarchie du sexe.

A condition que nous ne soyons pas voués, chevillés au sexe comme à une fatalité. Et cela depuis l'enfance, comme on dit

M. F. — Justement, regardez ce qui se passe

à propos des enfants. On dit : la vie des enfants,

c'est leur vie sexuelle. Du biberon à la puberté,

il n'est question que de cela. Derrière le désir

d'apprendre à lire ou le goût pour les bandes dessinées, il y a encore et toujours la sexualité. Eh bien, êtes-vous sûr que ce type de discours soit effectivement libérateur ? Etes-vous sûr qu'il n'enferme pas les enfants dans une sorte d'in- sularité sexuelle ? Et s'ils s'en fichaient après tout ? Si la liberté de ne pas être adulte consis-

tait justement à ne pas être asservi à la loi, au principe, au lieu commun, si ennuyeux finale- ment, de la sexualité ? S'il pouvait y avoir aux choses, aux gens, aux corps des rapports poly-

morphes, ne serait-ce pas cela l'enfance ? Ce polymorphisme, les adultes, pour se rassurer, l'appellent perversité, le colorant ainsi du ca- maïeu monotone de leur propre sexe.

L'enfant est opprimé par ceux-là mêmes qui prétendent le libérer ?

M. F. — Lisez le livre de Schérer et Hoc-

quenghem : il montre bien que l'enfant a un régime de plaisir pour lequel la grille « sexo »

constitue une véritable prison.

C'est un paradoxe ?

M. F. — Cela découle de l'idée que la sexua-

lité n'est pas fondamentalement ce dont le pou-

voir a peur ; mais qu'elle est sans doute bien davantage ce à travers quoi il s'exerce.

Voyez pourtant les Etats autoritaires : peut-on dire que le pouvoir s'y exerce non pas contre mais à travers la sexualité ?

M. F. — Deux faits récents, apparemment

contradictoires. Il y a dix-huit mois environ, la

Chine a commencé une campagne contre la masturbation des enfants, exactement dans le style de ce qu'avait connu le xviii° siècle euro- péen (ça empêche de travailler, ça rend sourd,

ça fait dégénérer l'espèce

). En revanche,

avant la fin de l'année, l'U.R.S.S. va recevoir, pour la première fois, un congrès de psycha- nalystes (il faut bien qu'elle les reçoive puis-

qu'elle n'en a pas chez elle). Libéralisation ?

o Dégel du côté de l'inconscient ? Printemps de la libido soviétique contre l'embourgeoisement moral des Chinois ? Dans les stupidités vieillottes de Pékin et les nouvelles curiosités des Soviétiques, je vois sur-

Suite page 105

CARTE DE VISITE DES HÔTELS SOFITEL JACQUES BOREL.

_ Ee

PERONNE

ROISSY•

PARIS •

RPEN

• BRUSVL

NAMUR

METZ

NANCY

STRASBOURG

soRLÉAKis" .

MULHOUSE

MACON • V. LYON •

GRENOBLE

. AvioNON

NIMES • • NADA MONTPEWER

TOULOUSE•

•LANÇON

LE DOCUMENT DE LA SEMAINE

Craignons, craignons le socialisme à visage sexuel

Suite de la page 100.

tout la double reconnaissance du fait que, for- mulée et prohibée, dite et interdite,. la sexualité est un relais dont nul système moderne de pou- voir ne peut se passer. Craignons, craignons le

socialisme à visage sexuel.

Le pouvoir, autrement dit, ce n'est plus néces- sairement ce qui censure et enferme ?

D'une façon générale, je dirais que

l'interdit, le refus, la prohibition, loin d'être

les formes essentielles du pouvoir, n'en sont que les limites, les formes frustes ou extrêmes.

Les relations de pouvoir sont, avant tout, pro- ductives.

C'est une idée neuve par rapport à vos livres antérieurs.

M. F.

MINNEAPOar

ETATB-UNIS

M.

F. Si je voulais prendre la pose et me

draper dans une cohérence un peu fictive, je vous dirais que ça a toujours été mon pro- blème: effets de pouvoir et production de vérité p. Je me suis toujours senti mal à l'aise devant cette notion d'idéologie qui a été si utilisée ces dernières années. On s'en est servi pour expliquer les erreurs, les illusions, les représentations-écrans, bref, tout ce qui empê- che , de former des discours vrais. On s'en est servi aussi pour montrer le rapport entre ce qui se passe dans la tête dès gens et leur place dans les rapports de production. En gros, l'éco- nomie du non-vrai. Mon problème, c'est la politique du vrai. J'ai mis longtemps à m'en rendre compte.

Pourquoi'?

M. F. Pour plusieurs raisons. D'abord

parce que le pouvoir en Occident, c'est ce qui

se montre le plus, donc ce qui se cache le mieux : ce qu'on appelle la « vie politique », depuis le xix° siècle, c'est (un peu comme la Cour à l'époque monarchique) la manière dont le pouvoir se donne en représentation. Ce n'est ni là ni comme cela qu'il fonctionne. Les rela- tions de pouvoir sont peut-être parmi les choses les plus cachées dans le corps social. D'autre part, depuis le xixe siècle, la critique de la société s'est faite, pour l'essentiel, à partir du caractère effectivement déterminant de l'éco-

nomie. Saine réduction du « politique », à coup sûr, mais tendance aussi à négliger les relations de pouvoir élémentaires qui peuvent être consti- tuantes des rapports économiques. Troisième raison : une tendance qui, elle, est commune aux institutions, aux partis, à tout un courant de la pensée et de l'action révo- lutionnaires et qui consiste à ne voir le pouvoir que dans la forme et les appareils de l'Etat. Ce qui conduit, quand on se tourne 'vers les individus, à ne plus trouver le pouvoir que dans leur tête (sous forme de représentation, d'acceptation, ou d'intériorisation).

Et, en face de cela, vous avez voulu faine quoi ?

'FRANCE. AVIGNON. Tél. (90) 31.16.43. BORDEAUX LE LAC. Tél. (56) 50.90.14. CANNES:

Tél. (93) 99.22.75. CHERBOURG. Tél. (33) 53.30.11. FLAINE. Tél. (50) 90.80.30. GRENOBLE. Tél. (76) 09.54.27 LYON. Tél. (78) 4272.50. MACON SAINT ALBAIN' Têt (85) 38.16.17. MARSEILLE. • Aéroport. . Tél. (91) 89.91.02. Vieux Port. Tél. (91) 52.90.19. METZ. 'Tél. (87) 74.57.27 MONTPELLIER. Ouverture Oct,1977. MULHOUSE Tél. (89) 44.75.75. NANCY. • Tél. (28) 96.42.21. NANTES. Tél. (4()) 47.61.03. NICE. Tél. (93) 88.69.54. NIMES.

(66) 84.40.44. ORLEANS. Tél. (38) 62.17.39 PARIS. Sofitel Bourbon. - Tél. (1) 555.91.80.

Sofitel Paris. Tél. (1) 657.11.43. Roissy Charles de Gaulle. Tél. (1) 862.23.23. PÉRONNE ASSEVILLERS Tél. (22) 84.12.76. PORTICCIO. Tél. (95) 25.00.34. QUIBERON. Sofitel Thalaffl.

Sofitel Thalassa Diététique. Tél. (97) 50.22.05 SALON LANÇON DE PROVENCE. Tél. (90) 56.07.15. STRASBOURG

• Tél. (88) 32.99.30. TOULOUSE AEROPORT. Tél. (61) 49.11.30. VAL D'ISÈRE. Tél. (79) 06.08.30:

BELGIQUE ANVERS. Tél. (31) 87.68.50. • BRUXELLES AÉROPORT. Tél. KNOKKE LE ZOUTE. Tél. (50)• 60.06.06. •

NAMUR. Tél. (81) 71.58.11. - IRAN. AHWAZ. ÉTATS-UNIS MINNEAPOLIS. INSTITUTS DE THALASSOTHÉRAPIE. KNOKKE, OLÉRON.

-

PoRTIcao. QUIBERON.

36 HOTELS

RÉSERVATION CENTRALE PARIS: TÉL. 657.11.43. TÉLEX. 200 432.

Quatre choses : rechercher ce qu'il

peut y avoir de plus caché dans les relations

de pouvoir ; les ressaisir jusque dans les infra-

structures économiques ; les suivre dans leurs formes non seulement étatiques mais infra- étatiques ou para-étatiques ; les retrouver dans leur jeu matériel.

A partir de quel moment avez-vous fait ce genre d'analyse ?

Si vous voulez une référence livreS-

M. F.

.

.

Vous pouvez aussi réserver dans tous les Sofitel Jacques Borel ou chez votre agent de voyages.

M. F.

Suite page 113

psiguship

Vous y trouverez tout ce que vous cherchez pour vos vacances

• Les plages de l'Adriatique

Un folklore riche et diversifié

La montagne

• Les lacs, les rivières, les cascades

Les couleurs de l'Orient

Les stations thermales

111 Des millénaires de créations artistiques

un immense musée !

La navigation (le paradis des plaisanciers)

La pêche Nombreux villages de naturisme

Des hommes et des femmes qui seront vos amis

Des vacances inoubliables à un prix raison- nable.

A 1 200 km'en voiture dont près de 1 000 d'auto-

route. A 2 heures de vol (la compagnie aérienne

Yougoslave JAT propose 12 départs par semaine

de Paris et 2 de Lyon). Aucune formalité la carte

d'identité suffit pour un séjour d'un mois (au-delà passeport en cours de validité sans visa):

ET PARTOUT > LE SOLEIL

AORIMII•1•MMIZIIIMM•••••n ••••••Mill

'Renseignez-vous à votre agence de voyages habi-1

I DU TOURISME YOUGOSLAVE ou à la COMPAGNIE I AERIENNE YOUGOSLAVE JAT :

tuelle ou demandez une documentation à :

OFFICE 1

I

• 31, bd des Italiens - 75002 PARIS - Tél. 292.10.59 - I

292.11.19

à LYON, 3, rue du Pdt-Carnot - Tél. (15.78) 42.40.75 I

II NOM

i

% ADRESSE

'

Iiimmummummouniummeamommomi

Nij

LE DOCUMENT DE LA SEMAINE

Derrière les murs de l'asile, la spontanéité de la folie ; à travers le système. pénal, la fièvre généreuse de la délinquance ; sous l'interdit sexuel, la fraîcheur du désir

Suite de la page 105.

que, c'est dans « Surveiller et Punir ». J'aime- rais mieux dire que c'est à partir d'une série d'événements et d'expériences qu'on a pu faire depuis 1968 à propos de la psychiatrie, la délin- quance, la scolarité, etc. Mais je crois que ces événements eux-mêmes n'auraient jamais pu prendre leur sens et leur intensité s'il n'y avait eu derrière eux ces deux ombres gigantesques qu'ont été le fascisme et le stalinisme. Si la misère ouvrière — cette sous-existence — a fait pivoter la pensée politique du xixe siècle autour de l'économie, le fascisme et le stalinisme — ces sur-pouvoirs — induisent l'inquiétude politique de nos sociétés actuelles. De là, deux problèmes : le pouvoir, ça marche comment ? Suffit-il qu'il interdise fortement pour fonctionner réellement ? Et puis : est-ce qu'il s'abat toujours de haut en bas et du centre à la périphérie ?

De fait, j'ai vu, dans « la Volonté de savoir », ce déplacement, ce glissement essentiel : que vous rompez nettement cette fois avec un natu- ralisme diffus qui hantait vos livres précé- dents

M. F. — Ce que vous appelez le « natura-

lisme » désigne, je crois, deux choses. Une cer- taine théorie, l'idée que sous le pouvoir, ses violences et ses artifices on doit retrouver les choses mêmes dans leur vivacité primitive : der- rière les murs de l'asile, la spontanéité de la folie ; à travers le système pénal, la fièvre géné- reuse de la délinquance ; sous l'interdit sexuel, la fraîcheur du désir. Et aussi un certain choix

esthético-moral : le pouvoir, c'est mal, c'est laid, c'est pauvre, stérile, monotone, mort ; et ce sur quoi s'exerce le pouvoir, c'est bien, c'est bon, c'est riche. Oui. Le thème finalement commun à la Vulgate marxiste et au néo-gauchisme : « Sous les pa- vés, la plage. »

M. F. — Si vous voulez. Il y a des moments

où ces simplifications sont nécessaires. Pour re-

tourner de temps en temps le décor et passer du pour au contre, un tel dualisme est provi- soirement utile.

Et puis vient le temps d'arrêt, le moment de la réflexion et du rééquilibrage ?

M. F. — Au contraire. Doit venir le moment

de la nouvelle mobilité et du nouveau déplace- ment. Car ces renversements du pour au contre se bloquent vite, ne pouvant faire autre chose que se répéter et formant ce que Jacques Pan- cière appelle la « doxa gauchiste ». Dès lors qu'on répète indéfiniment le même refrain de la chansonnette antirépressive, les choses restent en place et n'importe qui peut chanter le même air sans qu'on y prête attention. Ce retourne-

ment des valeurs et des vérités, dont je parlais tout à l'heure, a été important dans la mesure où il n'en reste pas à de simples vivats '(vive la folie, vive la délinquance, vive le sexe) mais où il permet de nouvelles stratégies. Voyez- vous, ce qui me gêne souvent aujourd'hui — à la limite, ce qui me fait de la peine —, c'est que tout ce travail fait depuis maintenant une quinzaine d'années, souvent dans la difficulté et parfois dans la solitude, ne fonctionne plus pour certains que comme signe d'appartenance :

être du « bon côté », du côté de la folie, des enfants, de la délinquance, du sexe. Il n'y a pas de bon côté ?

M. F. — Il faut passer de l'autre côté — du

« bon côté » — mais pour essayer de se dé-

prendre de ces: mécanismes qui font apparaître deux côtés, pour dissoudre la fausse unité, la

« nature » illusoire de cet autre côté dont on a pris le parti. C'est là que commence le vrai travail, celui de l'historien du présent.

Plusieurs fois déjà que vous vous définissez comme « historien ». Qu'est-ce que cela signi- fie ? Pourquoi « historien » et non cc philo- sophe » ?

M. F. — Sous une forme aussi naïve qu'une

fable pour enfants, je dirai que la question de

la philosophie a longtemps été : « Dans ce

Inonde où tout périt, qu'est-ce qui ne passe pas? Que sommes-nous, nous qui devons mourir, par rapport à ce qui ne passe pas? » Il me semble

que, depuis le me siècle, la philosophie n'a pas cessé de se rapprocher de la question : « Qu'est-

ce qui se passe actuellement, et que sommes- nous, nous qui ne sommes peut-être rien d'au- tre et rien de plus que ce qui se passe actuel-

lement ? » La question de la philosophie, c'est la question de ce présent qui est nous-mêmes. C'est pourquoi la philosophie aujourd'hui est entièrement politique et entièrement historienne. Elle est la politique immanente à l'histoire, elle est l'histoire indispensable à la politique. N'y a-t-il pas aussi aujourd'hui un retour à la plus classique, à la plus métaphysicienne des philosophies ?

M. F. — Je ne crois à aucune forme de

retour. Je dirais seulement ceci, et un peu par jeu. La pensée des premiers siècles chrétiens avait eu à répondre à la question : « Qu'est- ce

qui se passe actuellement ? Qu'est-ce que ce temps qui est le nôtre ? Comment et quand se fera ce retour de Dieu qui nous est promis ? Que faire de ce temps qui est comme en trop ? Et que sommes-nous, nous qui sommes ce pas- sage ? »

On pourrait dire que sur ce versant de l'his- toire, où la révolution doit retenir et n'est pas encore venue, nous posons la même question :

« Qui sommes-nous, nous qui sommes en trop, en ce temps où ne se passe pas ce qui devrait

se passer ? » Toute la pensée moderne, comme toute la politique, a été commandée par la question de la révolution.

Cette question de la révolution, continuez-vous, pour votre part, de la poser et de la réfléchir ? Demeure-t-elle à vos yeux la question par ex- cellence ?

M. F. — Si la politique existe depuis le xix°

siècle, c'est parce qu'il y a eu la Révolution. Celle-ci n'est pas une espèce, une région de celle-là. C'est la politique qui, toujours, se situe par rapport à la révolution. Quand Napoléon

disait : « La _forme moderne du destin, c'est la

politique », il ne faisait que tirer les consé- quences de cette vérité, car il venait après la Révolution et avant le retour éventuel d'une autre. Le retour de la révolution, c'est bien là notre problème. Il est certain que, sans lui, la ques- tion du stalinisme ne serait qu'une question d'école — simple problème d'organisation des sociétés ou de validité du schéma marxiste. Or c'est de bien autre chose qu'il s'agit, dans le stalinisme. Vous le savez bien : c'est la désira- bilité même de la révolution qui fait aujour- d'hui problème Désirez-vous la révolution ? Désirez-vous quel-

Suite page 124

Envolez-vous pour l'autre page avec Air Canada.

Air Canada est la seule compagnie en mesure de vous proposer 31 destina- tions au Canada. Et de plus, étant la compagnie aérienne qui connaît le mieux le Canada, Air Canada vous propose de très nombreu- ses formules de voyages organisés ou "d'aventures individuelles". Quant aux prix Air Canada, ils ont aussi de quoi vous intéresser : l'aller et retour de Paris à Montréal, par exemple, ne coûte que 1800 F*.

Si vous allez au Canada, ne décidez rien avant d'avoir vu notre catalogue. Demandez-le à votre agent de voyages ou renvoyez-nous ce coupon.

AIR CANADA

* Tarif spécial Apex pour un séjour de 22 à 45 jours avec réser- vation 2 mois à l'avance. Tarif valable du ler avril au 14 juin sous réserve d'homologation gouvernementale. Supplément été du 15-6 au 15-10 :485 F.•

Vous pouvez obtenir gratuitement notre catalogue "Aventures au Canada" en re- tournant ce coupon à Air Canada, 24, Boulevard des Capucines - 75009 Paris. Nom Adresse •

Code postal • Ville •

Le Nouvel Observateur 113

- La Copropriété Saisonnière à la montagne ne vous offre aucun aigument décisif!

Seuls les Arcs

vous offrent

Une semaine de vacances scolaires à vie avec 2.300 F

(apport minimum et 60 mensualités de 497 F)

La rentabilité de votre capital vacances.

Aux Arcs le prix d'un studio de résidence saisonnière équivaut à la location d'une semaine par an à la montagne pendant environ 10 ans. Votre investissement est vite amorti et votre bien est transmissible.

L'économie de 50% de réduction sur les remontées mécaniques pour 4 personnes.

Faites le calcul : en 10 ans vous avez déjà économisé environ 6.000 F, sans tenir compte de l'augmentation du coût de la vie.

les Arcs

Bon pour 50% de réduction sur 4 radians remontées mécaniques

valable du

au

r

La sécurité d'un placement de qualité.

Un studio entièrement équipé pour 4 personnes dans un immeuble de grand standing, dans un site exceptionnel, au coeur d'une station bien gérée (le promoteur est en même temps l'exploitant).

Et surtout la liberté de choisir chaque année vos dates de vacances.

Une grande exclusivité des Arcs : chaque année vous pouvez choisir les dates de vacances qui vous conviennent et changer de dates chaque année si vous voulez. Vous partez au moment qui vous convient, pendant les vacances scolaires, ou en dehors Vous n'êtes plus esclaves des semaines de vacances à date fixe N'est-ce pas là un argument décisif?

Aux Arcs : nous respectons votre liberté.

-

,

iiji ii

z

ti

Je désire des renseignements supplémentaires sur cette formule inédite.

Monsieur :

Profession Retournez ce coupon à ERCI : 83, bd du Montparnasse, 75006 Paris. Tél. : 325.24.53 - 322.43.32.

Adresse

Té! •

124 Samedi 12 mg 1977

les Arcs

LE DOCUMENT DE LA SEMAINE

Dès lors qu'il y a un rapport de pouvoir, il y a une possibilité de résistance

Suite de la page 113,

que chose qui excède le simple devoir éthique de lutter, ici et maintenant, aux côtés de tels ou tels, fous et prisonniers, opprimés et misé- rables ?

M. F. — Je n'ai pas de réponse. Mais je

crois, si vous voulez, que faire de la politique autrement que politicienne, c'est essayer de sa- voir avec le plus d'honnêteté possible si la révo- lution est désirable. C'est explorer cette ter- rible taupinière où la politique risque de bas- culer.

Si la révolution n'était plus désirable, la poli- tique demeurerait-elle ce que vous dites ?

Non, je ne crois pas. Il faudrait en

inventer une autre ou quelque chose qui se substituerait à elle. Nous vivons peut-être la fin de la politique. Car, s'il est vrai que la poli-

tique est un champ qui a été ouvert par l'exis- tence de la révolution, et si la question de la révolution ne peut plus se poser en ces termes, alors la politique risque de disparaître.

Revenons à votre politique, celle que vous avez consignée dans « la Volonté de savoir ». Vous dites : Là où il y a du pouvoir, il y a de la résistance. » Ne ramenez-vous pas ainsi cette nature que vous souhaitiez tout à l'heure congédier ?

Je ne pense pas, car cette résistance

dont je parle n'est pas une substance. Elle n'est pas antérieure au pouvoir qu'elle contre. Elle lui est coextensive et absolument contem- poraine.

L'image inversée du pouvoir ? Cela reviendrait au même. Les pavés sous la plage, toujours

Ce n'est pas cela non plus. Car, si

elle n'était que cela, elle ne résisterait pas. Pour

résister, il faut qu'elle soit comme le pouvoir. Aussi inventive, aussi mobile, aussi productive que lui. Que, comme lui, elle s'organise, se coagule et se cimente. Que, comme lui, elle vienne d' s en bas et se distribue stratégique- ment.

Là où il y a du pouvoir, il y a de la résis- ance », c'est presque une tautologie, par consé- quent

Absolument. Je ne pose pas une

substance de la résistance en face de la sub-

stance du pouvoir. Je dis simplement dès lors qu'il y a un rapport de pouvoir, il y a une possibilité de résistance. Nous ne sommes

jamais piégés par le pouvoir : on peut toujours en modifier l'emprise, dans des conditions déter- minées et selon une stratégie précise.

M. F,

M. F.

M. F.

M. F.

Pouvoir et résistance

Pourquoi ce fond de métaphores guerrières ? Pensez-vous que le pouvoir soit à penser désor- mais dans la forme de la guerre ?

Tactique et stratégie

M, F.

Je n'en sais trop rien pour Pins-

tant. Une chose me paraît certaine, c'est que, pour analyser les rapports de pouvoir, nous ne disposons guère pour le moment que de deux modèles celui que nous propose le droit (le pouvoir comme loi, interdit, institution) et le modèle guerrier ou stratégique en termes de rapports de forces. Le premier a été fort uti- lisé et il a montré, je crois, son caractère ina- déquat: on sait bien que le droit ne décrit pas le pouvoir.

L'autre, je sais bien qu'on en parle beaucoup aussi. Mais on en reste aux mots : on utilise des

Suite page 130.

elles

jour, impossible: la synchronisation programmable

et l'enchaînement automatique du début à la fin des séquences sonores.

permettent de réaliser ce qui était, jusqu'à ce

Telle est la grande différence qui existe entre

eumig 820 sonomatic

rtigh Quality Sound

et

tous les autres -

() II est désormais possible de changer à - yolorité la séquence sonore directe, pour la - remplacer par le son de vôtre choix synchronisé à l'image prés. ' - .Plus de "blancs sonores": la programmation automatique garantit la synchronisation de l'enchainement sonore de chaque séquence sans risque d'endommager le son direct.

Noblesse oblige: chaque certificat d'essai sonore

EUMIG 820 SONOMA TIC possède son propre individuel High Quality Sound,

flimer facile!., filmez

DEMONSTRATIONS CHEZ TOUS LES CONCESSIONNAIRES AGREES

130 Samedi 12 mars 1977

LE DOCUMENT DE LA SEMAINE

Je pense que les intellectuels renoncent à leur vieille fonction prophétique.

Suite de la page 124.

notions toutes faites, ou métaphores (e guerre de tous contre tous », e lutte pour la vie »); où encore des schémas formels (les stratégies sont très à la mode chez certains sociOlogues économistes, surtout américains). Je crois qu'il faudrait essayer de resserrer cette analyse des rapports de forces. Cette conception guerrière des rapports du pouvoir, elle était déjà citez les marxistes ?

M. F. — Ce qui me 'frappe, dans les ana-

lyses marxistes, c'est qu'il est toujours question de' e lutte des classes » mais qu'if y a un mot dans l'expression auquel on prête moins atteil l tion, c'est « lutte ». Là encore il faut. nuancez% Les plus grands d'entre les marxistes (à Com- mencer par Marx) ont beaucoup indsté suries problèmes « militaires » (année comme appareil d'Etat, soulèvement artné, guerre révolution- naire). Mais, quand ils parlent dé elutte de Clas- ses comme ressort général de l'histoire; ils s'inquiètent surtout de 'savoir ce qu'est la.' classe, où elle se situe, qui elle englebe, jamais ce qu'est concrètement la lutte. A une réserve près d'ailleurs : les textes non pas théoriqUes mais historiques de Marx lui-Même qui sont autre-, ment plus fins.

Pensez-vous que yofre livre puisse combler cette lacune ? • -

M. F. Je n'ai pas cette prétention. D'une

fa9on générale, je pense que les intellectuels -- si cette catégorie existe ou si elle doit encore

exister, ce qui n'est pas certain, •ce qui n'ed peut-être pas souhaitable — renoncent à leur vieille fonction prophétique. .Et, par-là, je ne pense pas seulement

à leur prétention à dire ce qui va sé passer mais

à la fonction de législateur à laquelle ils _Ont si longtemps aspiré : « Voilà çe fautifairé,

voilà ce qui est bien, suivez-moi: Dans l'agita= tion où vous êtes tous, voici le point fixe, c'est

celui où je suis. » Le sage grec, le prophète juif et le législateur romain sont toujours des mo- dèles qui hantent ceux qui, aujourd'hui, fOnt profession de parler et d'écrite. Je rêve de l'intellectuel destructeur des évidence§ et des universalités, celui qui repère et indique 'dans les inerties et contraintes du présent les pnints, de faiblesse, les ouvertures, les lignes dé fore; celui qui, sans cesse, se déplace, ne sait pas au juste où il sera ni ce qu'il pensera demain, car il est trop attentif au présent; celui qui contribue, là où il est de passage, à poser la question de savoir si la révolutiOn, a vain la peine, et laquelle (je veux dire quelle -révolution et qUelle peine), étant entendu: que seuls peu:. vent y répondre ceux qui acceptent de risquer leur vie pour la faire. • Quant à toutes les questions de - clasSement ou de programme qu'on nous, pose : e Etes7

vous marxiste?», e Que feriez-vous si vous aviez le pouvoir ? », e Quels sont vos alliés et VOS' ap-

partenances? », ce sont dès questions sont vraiment secondaires pax rappért à celle que je viens d'indiquer : car elle est la' question d'au-

jourd'hui. ,ProprOs Tecueillis par BERNARD-HENRI LEVY

Composition : Publications-Elysées, 91,. ayenue des Champs-glysées, 75008 - Paris" Imprimerie Paul-Dupont, 12, rue du Bac=d'Asnières, 92 - Clichy. Directeur de la publication : Claude Perdrlel. Numéro d'enrègistrement à la commission paritaire

58153.

Diffusé par les N.M.P.P.