Vous êtes sur la page 1sur 16
Fonds Français pour l’Environnement Mondial L’électrification L’électrification rurale rurale décentralisée

Fonds Français pour l’Environnement Mondial

L’électrificationL’électrification ruralerurale décentraliséedécentralisée auau MarocMaroc

Lutte contre l’effet de serre et les changements climatiques

Apporter l'électricité en milieu rural pour un meilleur développement humain dans le respect de l’environnement

Apporter l'électricité en milieu rural pour un meilleur développement humain dans le respect de l’environnement
Apporter l'électricité en milieu rural pour un meilleur développement humain dans le respect de l’environnement
1

1

Réchauffement climatique et

L ’effet de serre

L’effet de serre est un phénomène naturel qui permet de maintenir à la surface de la Terre une température relativement constante (autour de 15°C en moyenne).

Il est dû à la présence dans l'atmosphère de vapeur d’eau et de certains gaz (dioxyde de carbone, méthane et oxyde d’azote). Sans eux, la température moyenne de la planète avoisinerait -18°C, 2 interdisant toute forme de vie sur Terre.

Depuis quelques décennies, la communauté scientifique observe un réchauffement de la planète (+0,5°C à +0,7°C depuis un siècle), phénomène qui semble s’accentuer. Il serait causé par l’augmentation des gaz à effet de serre rejetés dans l’atmosphère par les activités humaines : production d’énergie, chauffage et climatisation, industries, déchets, transport… La production de gaz carbonique, en croissance de 2% par an, excède aujourd’hui la capacité d’absorption naturelle des océans et de la végétation.

Même si l’influence des gaz à effet de serre sur le climat reste complexe, l’augmentation constante de leur concentration inquiète les scientifiques. Des phénomènes climatiques de plus en plus extrêmes et inattendus sont observés.

2010
2010
2020 2040
2020
2040

Evolution de la consommation d’énergie dans le monde

selon le scénario tendanciel de l’IAASA (source : l’IAASA 1995)

développementdurable

© EJFR
© EJFR

D évelopper les énergies renouvelables et maîtriser la demande d'énergie

Aujourd'hui, des solutions techniques fiables existent pour la production décentralisée d'énergie utilisant les ressources naturelles locales (soleil, vent, eau, biomasse).

Le recours aux énergies renouvelables offre de nombreux avantages : chaque kWh ainsi produit évite l'émission de gaz carbonique et la production décentralisée d'énergie peut être répartie sur l'ensemble du territoire en fonction des ressour- ces disponibles et des besoins énergétiques locaux. Cependant, le financement des services énergétiques pour les

populations à bas revenus, reste un problème majeur.

La maîtrise de la demande d'énergie est également une action prioritaire à mettre en place dans les pays en développement. Il est d'autant plus important de maîtriser les consommations que l'énergie est difficile à produire et donc chère. L'achat d'équipements performants (lampes basse consommation par exemple) et l'adaptation de l'habitat aux conditions climatiques sont autant de pistes à poursuivre.

3

C oncilier croissance et développement durable dans les pays en développement

La consommation d'énergie dans les pays en développement (PED) est en forte croissance du fait de leur accroissement démographique important, de leur urbanisation et de leur développement économique. Les émissions de gaz à effet de serre de ces pays deviendront bientôt prépondérantes même si, ramenées au nombre d'habitants, elles resteront faibles par rapport aux pays de l'OCDE. En contrepoint, de nos jours, près de 2 milliards d'individus (soit un individu sur trois), vivant majoritairement en milieu rural, n'ont pas accès à l'énergie.

Le développement durable doit donc faire face à un double défi : en zone rurale, moderniser l’accès à l’énergie et en milieu urbain, maîtriser les consommations énergétiques en garantissant le développement économique.

DR

Le programme d'électrification

4

DR Le programme d'électrification 4 Extrait du réseau d'interconnexion électrique euro méditerranéen La

Extrait du réseau d'interconnexion électrique euro méditerranéen

La production d'énergie, et plus spécifiquement d'électricité, est une composante importante de l'économie marocaine. Le Maroc bénéficie d'une situation particu- lière : il est le point de bouclage de tout le réseau d'interconnexion électrique euro méditerranéen comme l'indique la carte ci-contre. Le Maroc dispose égale- ment de ressources naturelles favorables au développement des énergies renouvelables qu'il cherche à exploiter au mieux en mettant en place de nom- breuses centrales hydrauliques (pour une puissance installée de près de 1300 MW) et éoliennes de grande puissance (centrale éolienne de Koudia Al Baïda près de Tétouan - 50 MW et d’autres projets pour plusieurs centaines de MW).

U ne prépondérance des énergies fossiles

A l'heure actuelle, le charbon et le fuel restent encore les principales sources énergétiques du Maroc (près de 84 %). Ces sources d'énergie, extrêmement génératrices de CO 2 , sont responsables de 27 % des émissions de gaz à effet de serre du pays soit près de 11 millions de tonnes de CO 2 par an. Afin de limiter les impacts sur l'environnement, les autorités marocaines s'orientent vers la construction de centrales au gaz plus performantes et moins polluantes et vers le développement des énergies renouvelables.

DR

rurale global du Maroc

DR rurale global du Maroc Module photovoltaïque sur une toiture U ne approche décentralisée plus en

Module photovoltaïque sur une toiture

U ne approche décentralisée plus en rapport avec les possibilités des zones rurales

Le système électrique marocain est centralisé pour répondre prioritairement aux besoins des centres urbains et des sites

industriels. Plus de 50 % de la population marocaine vit en milieu urbain et la quasi totalité (95%) est raccordée au réseau.

A la fin de l’année 2004, 72% de la population rurale bénéficiait d’un accès à l’électricité. Toutefois, il restait 18 000

villages à électrifier, soit environ 6 millions d’habitants dont la demande est plus difficile à satisfaire que celle des citadins. En effet, la demande est inégalement répartie sur le territoire, la dispersion des foyers et leur éloignement par rapport au réseau principal sont autant d’obstacles à leur raccordement.

Au début des années 90, différentes initiatives pour électrifier les zones rurales ont été mises en place par l’Office National d’Électricité (ONE), le ministère de l'Energie et les autorités locales marocaines. Puis, l’ONE a lancé en 1996 un programme qui vise à électrifier l’ensemble de son territoire avant 2007 : le programme d'électrification rurale global (PERG). Le taux de

raccordement des villages, qui était de 18 % en 1995, doit atteindre 98% en 2007 soit 34 400 villages électrifiés au total. Ainsi, sur cette période, environ 12 millions de personnes vivant en milieu rural auront accédé à l’énergie. En partenariat avec les autorités locales, l’ONE a étudié différents schémas d’électrification afin de minimiser le coût d’investissement pour le client ; et ce, dans le but d’en atteindre le plus grand nombre. Il a décidé de procéder à l’électrification par raccordement au réseau national pour 91% des villages et par un mode décentralisé d’électrification pour 9% d’entre eux: mini réseaux alimentés par l’éolien ou l’hydraulique ou systèmes photovoltaïques individuels.

En effet, en zone rurale, le principal frein à l'extension du réseau est d’ordre financier car le coût élevé du raccordement ne peut être assumé par les popula- tions. C’est pourquoi, dans sa politique d’électrification, l’ONE a opté pour des systèmes décentralisés dès lors que le coût de raccordement par foyer dépassait 27 000 MAD soit 2400 . En 1996, 150 000 foyers ruraux appartenant à cette dernière catégorie ont été recensés.

Ainsi, le PERG a permis d’introduire pour la première fois des technologies et des modes de gestion différents, en se basant notamment sur les enseignements du programme pilote d’électrification rurale (PPER).

L'électrification rurale décentralisée et le recours à l’installation de kits photovol- taïques dans les foyers sont particulièrement bien adaptés aux conditions climatiques du Maroc, aux besoins des populations rurales et à leur dispersion géographique. Le Maroc bénéficie en effet d'un fort ensoleillement tout au long de l'année permettant de faire fonctionner des panneaux photovoltaïques de manière optimale. De plus, ce système décentralisé évite le raccordement au réseau tout en répondant à la demande en électricité d'un foyer rural (jusqu'à 10 fois plus faible qu'en milieu urbain). Enfin, le coût de l'installation (en tenant compte d’une aide publique à l’investissement) et de son fonctionnement reste accessible pour un foyer rural qui consacre 15 à 20 % de son revenu à l’achat d'énergie.

©EJFR
©EJFR

5

DR

DR

L e programme pilote d’électrification rurale

Dès 1995, le programme pilote d'électrification rurale (PPER) a été mis en œuvre dans le cadre d’un protocole franco-marocain et d’un accord quadri- partite : la direction générale des Collectivités locales (DGCL) et le ministère de l’Énergie pour la partie marocaine, le ministère des Affaires étrangères (MAE) (assisté de l’agence française pour le Développement (AFD)) et l’agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) pour la partie française.

Ce programme a permis d'installer 2 000 systèmes photovoltaïques, finan- cés en partie par les utilisateurs mais aussi des systèmes plus collectifs tels 6 que des micro centrales hydraulique ou diesel associées à des micro réseaux. Des maisons de l'énergie ont aussi été mises en place dans les villages afin de permettre la maintenance et le suivi des installations, créant ainsi des emplois nouveaux pour les populations locales. Les clients des systèmes photovoltaïques payaient leur électricité et recevaient en échange un service garanti.

électricité et recevaient en échange un service garanti. Installations photovoltaïques dans un village marocain

Installations photovoltaïques dans un village marocain

Installations photovoltaïques dans un village marocain Eclairage électrique intérieur grâce à un kit

Eclairage électrique intérieur grâce à un kit photovoltaïque

Ce programme a été très riche d'enseignements :

Exemple de consommation électrique journalière pour un foyer urbain :

8 lampes 60W - 3h / jour

1440 Wh

TV couleur 100W - 4h / jour

400 Wh

Réfrigération 24h / jour

2000 Wh

Ventilation 300W - 4h / jour

1200 Wh

Lave linge 1000 Wh / lavage

500 Wh

Appareils divers

500 Wh

Total journalier :

6040 Wh ou 2 kgep

Total annuel :

2200 kWh ou 726 kgep

Exemple de consommation électrique journalière pour un foyer rural :

4 lampes 10 W - 3h / jour

120 Wh

TV + parabole 15 W - 3h / jour

45 Wh

Radio 10 W - 4h / jour

40 Wh

Téléphone portable

5 Wh

Total journalier :

210 Wh ou 0,069 kgep

Total annuel :

75 kWh ou 24,75 kgep 75 Wc : 270 Wh/j

Production d'un kit photovoltaïque :

l'offre et la demande d'électricité ont, pour la première fois, été confrontées ; ce qui a permis de vérifier que l'habitude de paiement pouvait s'instaurer chez les clients avec un schéma organisationnel adapté. les technologies ont pu être éprouvées en situation réelle et des améliorations ont ensuite été introduites, notamment sur la partie électronique.

L'intérêt des pays du Sud pour l'électrification rurale décentralisée a été confirmé lors du séminaire de Marrakech, en 1995, où ils se sont exprimés massivement pour un changement d'échelle de tels programmes : les pays du Sud souhaitent passer de programmes pilotes à des opérations de plus grande envergure répondant à un réel besoin du marché.

Les conclusions du séminaire de Marrakech, l’expérience du PPER et l'intérêt évident d'un grand nombre pour les énergies renouvelables ont convaincu les autorités marocaines d'étendre plus largement l'électrification rurale grâce aux systèmes photovoltaïques et de permettre à plus de 150 000 foyers d’en bénéficier.

DR

Un programme à grande éc h elle

Le problème crucial rencontré dans le cadre du PPER concernait la maintenance des ins- tallations sur le long terme. Pour résoudre cela, l'ONE a décidé de déléguer la gestion du service d’électrification (fourniture, installation, maintenance des kits photovoltaïques) à des opérateurs privés.

Sur cette idée, s'est mise en place une première société privée TEMASOL que l'ONE a retenue après consultation pour apporter l'électricité à plus de 16 000 foyers ruraux sur 4 provinces dans le cadre d’un premier marché signé en 2002.

dans le cadre d’un premier marché signé en 2002. Collecte des abonnements au souk L a

Collecte des abonnements au souk

L a délégation de la gestion de services

7

La réussite de la délégation de la gestion de services se fonde sur une démarche partenariale élaborée qui associe l’ONE à de nombreux acteurs. Tout d’abord, les communes participent en amont à la planification du programme de diffusion photovoltaïque. Les choix sont officialisés par une convention avec l’ONE auquel elles confient la gestion de l’électricité. L’Office définit ensuite les zones, le cahier des charges, sélectionne et mandate l’opérateur, contrôle le respect des engagements et mesure la satisfaction des clients. L’ONE apporte le financement de péréquation qui permet à l’opérateur de pratiquer un tarif équitable.

L’Office assure ainsi la cohérence globale du schéma contractuel et financier d’électrification rurale dans lequel sont impliqués :

Le client qui bénéficie d’un service (installation, maintenance et remplacement de l’équipement) en contrepartie d’une redevance ; L’opérateur dont le savoir-faire permet de garantir la qualité de l’installation des kits photovoltaïques, la gestion d’un portefeuille de clients dispersés, l’intervention rapide en cas de défaillance du matériel ou du non recouvrement grâce à un réseau d’agences de proximité très efficace ; Les banques commerciales et de développement (KFW) qui apportent leurs contributions financières nécessaires à la mise en œuvre du programme ; Le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM/AFD) dont le soutien permet de financer une assistance technique et de mettre en place une coordination de qualité.

DR

DR

8

DR DR 8 Montage d’une installation Aujourd'hui, les différentes parties se déclarent très satisfaites de ce

Montage d’une installation

Aujourd'hui, les différentes parties se déclarent très satisfaites de ce mode de gestion : l’ONE maîtrise le coût de l’électrification rurale des sites les plus dispersés ; les habitants de ces régions reculées ont accès au service de l’électricité dans des conditions de rapidité, de fiabilité et de prix intéressantes. TEMASOL réalise un marché à grande échelle, qui ne pourrait pas exister sans l’implication de l’ONE. Sur la base du succès de la première phase qui a bénéficié de la bonne communication entre les différents acteurs, une extension du programme d'électrifi- cation rurale a été mise en marche par l’ONE. Suite à de nouveaux appels d’offres lancés par l’ONE, Temasol s’est vue confiée à nouveau l’installation de 37 000 kits, la société Sunlight Power Maroc 12 000 et la société Apex BP Solar 4 000.

L ‘offre de services de TEMASOL

TEMASOL est une société de services décentralisés créée par des entreprises françai- ses : TOTAL, EDF et leur filiale commune TENESOL (anciennement Total Énergie). Elle opère pour le compte de l'ONE pour mettre en place un programme d'électrification rurale dans 24 provinces marocaines. TEMASOL vend aux populations rurales des services énergétiques domestiques basés sur des kits photovoltaïques. La société assure également la garantie totale du service pendant 10 ans (maintenance des équipements et remplacement des batteries) ainsi que le contact avec les clients lors des souks hebdomadaires pour les paiements et les questions de maintenance. TEMASOL suit l'ensemble de l'opération d'électrification et restera l'interlocuteur privilégié des clients tout au long des 10 années contractuelles.

En tant qu’opérateur, l'activité de la société se décline à plusieurs niveaux :

la prospection : promotion de l’offre solaire ; la contractualisation : signature des contrats d'abonnement avec les clients intéressés pour une durée de 10 ans ; la fourniture et l'installation des kits dans un délai de 15 jours après signature des contrats ; le recouvrement des redevances mensuelles auprès des clients ; la maintenance : renouvellement des composants (batterie, régulateur, ampoules et dépannage (avec un engagement d’intervention en moins de 48 heures) ; le recyclage des batteries ; la gestion du programme.

de 48 heures) ; le recyclage des batteries ; la gestion du programme. Promotion de l'offre

Promotion de l'offre solaire au souk

Schéma organisationnel de la délégation de la gestion de services Banque de développement ONE Convention
Schéma organisationnel de la délégation de la gestion de services
Banque de développement
ONE
Convention
Contrat de services
Contrat d’abonnement
Installation, maintenance
Commune
Opérateur solaire
Contrat de services
Clients
TEMASOL
FFEM
redevances

9

DR

DR

10

L a pertinence du modèle adopté

Cette première expérience de partenariat public-privé dans l’électrification rurale donne des résultats encourageants :

le déploiement des kits solaires est en avance sur les prévisions : entre septembre 2002 et juillet 2005, le consortium a réalisé plus de 14 000 installations dans plus de 400 villages, avec une capacité d’installation supérieure à 500 kits par mois ; le taux de recouvrement des redevances mensuelles des clients est supérieur à 98%, la demande au sein des villages est très élevée. le transfert de savoir-faire aux populations locales est en marche. Le personnel de TEMASOL a été embauché localement et a bénéficié d'une formation pratique ciblée sur l'énergie photovoltaïque (matériels, installation, entretien, gestion). Les

agents de proximité sont, sans nul doute, une des clés de la réussite du programme.

En mai 2005, près de 85 000 personnes disposent désormais de l’accès à l'électricité. De plus, 140 emplois ont été créés (emplois directs ou de sous-traitance) dans cette filière nouvelle, répartis entre le siège à Rabat et 7 agences locales implantées au cœur des provinces.

et 7 agences locales implantées au cœur des provinces. L'accès à l'électricité pour les familles en

L'accès à l'électricité pour les familles en zone rurale

Enseignements

pour les familles en zone rurale Enseignements Contrôle du module photovoltaïque Ce programme

Contrôle du module photovoltaïque

Ce programme d'électrification à grande échelle démontre la faisabilité technique de l’électrification rurale décentralisée de type photovoltaïque ainsi que la validité d’un schéma contractuel et financier. L'Office National de l'Électricité a d’ores et déjà lancé plusieurs appels d’offres pour amener le parc photovoltaïque marocain à 120 000 kits en 2007.

Ainsi, à l’échelle mondiale, le Maroc est un des pays les plus avancés dans son programme d’électrification rurale décentralisée qui représente 10% de son programme d’électrification rurale.

Dans ce pays, les bons résultats de la première phase du programme d’électrification rurale décentralisée, démontrent la pertinence du modèle type « vente de services » pour assurer la péren- nité des systèmes photovoltaïques. Dans ce modèle et sa déclinaison marocaine, l'opérateur réseau (l'ONE), est propriétaire des équipements tandis que l'opérateur solaire les entretient et les renouvelle tout en fournissant, dans la durée, l'énergie dont les bénéficiaires ont besoin, en contrepartie d'une redevance périodique. Au contraire, dans le modèle type « vente d’équipements », chaque bénéficiaire devient propriétaire de l’installation photovoltaïque et doit assurer lui-même la maintenance et le renouvellement.

DR

et perspectives

L ’ouverture d'un service de distribution d'eau par pompage photovoltaïque

L'Office National de l'Eau Potable du Maroc (ONEP) a pour objectif d’atteindre un taux d'accès à l'eau potable en milieu rural de plus de 90 % à l'horizon 2007. Dans ce cadre, des avancées importantes dans son programme de généralisation de l'eau ont été franchies en atteignant un taux d'accès de 60% fin 2004, contre 48 % fin 2002. Par ailleurs, et pour les agglomérations isolées pour lesquelles la solution d'une desserte par adduction structurante s'avère très onéreuse, l'ONEP est à la recherche de nouvelles formules et modes de gestion adaptés à ces situations.

Ainsi, un partenariat public-privé à l'instar de celui de l'ONE a été initié. En effet, en juillet 2004, un protocole d'accord a été signé entre l'ONEP, TEMASOL et le FFEM/AFD visant le développement et la gestion de quinze systèmes photovoltaïques pour le pompage d'eau potable destinée à la desserte de localités isolées dans les provinces de Kemisset, Khouribga, Settat, Khenifra et dans la Wilaya de Marrakech. Dans le cadre de ce partenariat, la "Fondation Énergies pour le Monde" vient en soutien à la maîtrise d'ouvrage. En juillet 2005, 2 sites sont opérationnels : celui de Sidi Lakbir (province de Khémisset) qui dessert plus de 300 habitants et celui de Oulad Khail (province de Khouribga) près de 500 habitants.

Il est attendu à l’issue de ces deux programmes riches en expériences et en enseignements, un regard nouveau sur les possibilités de développement des services décentralisés en milieu rural, pour répondre à des besoins essentiels, pour satisfaire une demande sans cesse croissante en services, pour aider à créer les conditions permettant aux populations locales de se développer sur leurs propres terres.

locales de se développer sur leurs propres terres. Site de pompage photovoltaïque au Maroc, Sidi Lakbir

Site de pompage photovoltaïque au Maroc, Sidi Lakbir (province de Khémisset)

11

DR

12

DR 12 L ’impact sur les émissions de gaz à effet de serre L’utilisation de systèmes

L ’impact sur les émissions de gaz à effet de serre

L’utilisation de systèmes photovoltaïques permet d’éviter le recours aux énergies fossiles. En effet, un foyer rural, non équipé, utilise traditionnellement des bougies et des lampes à pétrole pour son éclairage.

Sur la base de 16 000 installations, les émissions de CO 2 évitées peuvent s’appréhender de plusieurs façons :

par rapport aux utilisations traditionnelles d’énergie, ce programme permet d’éviter 32 000 tonnes de CO 2 sur 10 ans, par rapport à une alimentation par groupes diesel et micro réseau basse tension, l’éco- nomie est de 10 000 tonnes de CO 2 sur 10 ans (production de CO 2 par kWh : 0,9 kg), par rapport à une alimentation par le réseau électrique national, l’économie est de 8 400 tonnes de CO 2 sur 10 ans (production de CO 2 par kWh : 0,7 kg),

Ces économies peuvent être étendues en fonction du nombre de foyers bénéficiaires et se prolongent, bien entendu, au delà de la période de 10 ans.

L’Autorité nationale désignée du Maroc en charge des questions des changements cli- matiques et du Protocole de Kyoto (ministère de l’Aménagement du Territoire,de l’Eau et de l’Environnement), a retenu le programme d’électrification par kits photovoltaïques de l’ONE parmi les projets éligibles au Mécanisme pour le Développement Propre du Protocole de Kyoto. Les réductions de gaz à effet de serre pourront être ainsi reconnues et valorisées sur la base des émissions de CO 2 évitées par la communauté internationale.

De plus, ce programme d'électrification rurale par système photovoltaïque, ayant prouvé son efficacité, peut inciter d'autres pays à reprendre la même démarche.

Le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM)

Le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) a été

créé en 1994 par le gouvernement français, suite au sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, pour favoriser la protection de l’environnement dans les pays en développement et en transition. Constitué initialement pour 4 ans, il a été reconduit à plusieurs reprises : la première fois en 1998 et la seconde en 2003.

Le FFEM est placé sous la tutelle des ministères chargés de l’Economie et des Finances, des Affaires étrangères, de l’Environnement, de la Recherche ainsi que de l’Agence Française de Développement ; cette dernière en assure le secrétariat.

Le FFEM contribue, sous forme de subventions, au financement de projets de développement durable ayant un impact significatif sur l’un des quatre grands domaines de l’environnement mondial : la biodiversité, l’effet de serre, les eaux internationales, la couche d’ozone. Deux nouveaux thèmes sont également éligibles depuis 2002 : la dégradation des sols incluant la désertification et le déboisement, les polluants organiques persistants.

Répartition géographique des projets*

Afrique sub saharienne 48 % Méditerranée Asie et Pacifique 13 % 12 % Amérique latine
Afrique sub saharienne
48 %
Méditerranée
Asie et Pacifique
13
%
12
%
Amérique latine et Caraïbe
Europe de l’Est
19 %
8 %

Répartition sectorielle des projets*

Changements climatiques

Biodiversité

Mixtes

Eaux internationales

Désertification et POPs

* entre 1994 et 2004

25 % 18 % 15 % 3 %
25 %
18 %
15 %
3 %

39 %

Conception : E. Riche / Odyssée (01 46 65 05 08) © ADEME / FFEM - Coordination éditoriale : F. Clément et A. de Bohan - tirée à 1 800 exemplaires français - Imprimé sur papier sans bois, sans chlore. en France.

- Imprimé sur papier sans bois, sans chlore. en France. Office National d’Electricité marocain www.one.org.ma

Office National d’Electricité marocain www.one.org.ma

Office National d’Electricité marocain www.one.org.ma Entwicklungsbank www.kfw-entwicklungsbank.de Fonds Français

Entwicklungsbank

www.kfw-entwicklungsbank.de

www.one.org.ma Entwicklungsbank www.kfw-entwicklungsbank.de Fonds Français pour l’Environnement Mondial www.ffem.net

Fonds Français pour l’Environnement Mondial www.ffem.net

Fonds Français pour l’Environnement Mondial www.ffem.net L’électrification L’électrification rurale rurale

L’électrificationL’électrification ruralerurale décentraliséedécentralisée auau MarocMaroc

Office National de l’Eau Potable www.onep.org.ma

Maroc Office National de l’Eau Potable www.onep.org.ma Agence Française de Développement www.afd.fr TEMASOL

Agence Française de Développement www.afd.fr

Agence Française de Développement www.afd.fr TEMASOL www.tenesol.com Avec la participation de l’ADEME

TEMASOL

www.tenesol.com

Avec la participation de l’ADEME et d’EDF

Réf. : 5670 Juin 2005
Réf. : 5670
Juin 2005