Vous êtes sur la page 1sur 52

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

PRATIQUES MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation

OFPPT

ROYAUME DU MAROC

DES TECHNIQUES DE REPASSAGE OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la

Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail

DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION

RESUME THEORIQUE ET PRATIQUE

MODULE N°32: MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

SECTEUR : HABILLEMENT

SPECIALITE : TECHNIQUE D’HABILLEMENT

NIVEAU : TECHNICIEN SPECIALISE

OFPPT/DRIF

ISTA.ma Un portail au de la formatio n professionnelle service Le Portail http://www.ista.ma Que vous

ISTA.ma Un portail au

de la formatio n professionnelle

service

Le Portail http://www.ista.ma

Que vous soyez étudiants, stagi aires, professionnels de terrain, formateurs,

simplement intéressé(e) par les http://www.ista.ma vous propos

ou que vous soyez tout

questions relatives aux formations profes sionnelle, aux métiers,

e un contenu mis à jour en permanence et riche ment illustré avec un suivi

quotidien de l’actualité, et une v ariété de ressources documentaires, de supp orts de formation ,et de

documents en ligne ( suppo rts de cours, mémoires, exposés, rappo rts de stage … ) .

Le site propose aussi une multi tude de conseils et des renseignements trè s utiles sur tout ce qui concerne la recherche d'un empl oi ou d'un stage : offres d’emploi, offres de stage, comment rédiger sa lettre de motivation, comment faire son CV, comment se préparer à l'entret ien d’embauche, etc.

Les forums http://forum.ista.ma

réagir à l'actualité, poser des que stionnements, susciter des réponses.N'hésitez pas à interagir avec

tout ceci et à apporter votre pierr e à l'édifice.

sont mis à votre disposition, pour faire part de vos expériences,

Notre Concept

Le portail http://www.ista.ma est basé sur un concept de gratuité intégrale du con tenu & un modèle collaboratif qui favorise la culture d ’échange et le sens du partage entre les membre s de la communauté ista.

Notre Mission

Diffusion du savoir & capitalisation des expériences.

Notre Devise

Partageons notre savoir

Notre Ambition

Devenir la plate-forme leader dans le domaine de la Formation Professionnelle.

Notre Défi

Convaincre de plus en plus de perso nnes pour rejoindre notre communauté et acce pter de partager leur savoir avec les autres membres.

Web Project Manager

- Badr FERRASSI : http://www.ferra ssi.com

- contactez :

leur savoir avec les autres membres. Web Project Manager - Badr FERRASSI : http://www.ferra ssi.com -

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

Document élaboré par :

Nom et prénom

EFP

DR

CHIBOUB MOSTAFA

CTC BEN M'SIK

DRGC

Révision linguistique

-

-

-

Validation

-

-

-

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

 

SOMMAIRE

Page

INTRODUCTION

 

I. Le materiel de repassage et pressage

1. La centrale vapeur :

2. La table de repassage :

3- les utilitaires :

4.

les accessoires :

5- le fer à repasser :

6- Les presses :

7- les mannequins form finisher :

8- les toppers :

II. Comportement des etoffes au repassage

1. Identification des matieres

2. Caracteristiques des principaux textiles

3. Entretien des matieres textiles

4. Génèralites sur les tissus

5. Désignation d’un tissu

6. Les principes de base de repassage selon l’origine des etoffes 7. Influence des caracteristiques des etoffes sur la qualite de

repassage

III. Les différentes catégories des travaux de repassage en cours de la fabrication

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

INTRODUCTION

Pourquoi doit-on repasser les tissus ? Le repassage est une technique très ancienne qui a pour but de donner au vêtement une présentation commerciale par un traitement spéciale dont l’objectif de modifier l’aspect et le toucher de l’étoffe. Tous les tissus (naturels ou synthétiques) sont composés de plusieurs fibres tissées ensemble. Bien sûr, ces fibres sont de formes différentes. Lorsqu’un tissu est nettoyé, l’action de l’eau et de la chaleur desserre les fibres et les aide à reprendre leur forme et leurs positions naturelles. Lorsque le tissu sèche, les fibres deviennent raides et adoptent des formes indistinctes et des positions désordonnées. Les fers utilisent simplement la chaleur et la pression de la semelle pour redonner aux fibres leur position appropriée, soit en faisant disparaître les froissures et les faux plis ou en créant des plis. Les fers à vapeur ont un avantage additionnel puisque la vapeur relâche les fibres textiles et la chaleur du fer les sèche ensuite, améliorant de façon considérable l’efficacité et la convivialité du repassage. Les opérations de repassage ont lieu d’une part dans les ateliers au cours de fabrication (presse en cours) et d’autre part au moment de la finition (presse finale). Ses opérations sont effectuées sur différents équipements et matériels nécessaires à l’obtention d’une bonne qualité de repassage.

En résumé, le repassage est le resultat de la combinaison simultanée des différents traitements dont le but :

1. De faire disparaître les faux plis qui peuvent nuirent certains montages ou l’aspect d’une couture (le graignage)

2. De modifier l’aspect d’une couture d’assemblage par la répartition des suépaisseurs (ouvrir couture par exemple)

3. De modifier la forme de certains éléments de vêtement pour faciliter l’assemblage (préformage poche)

4. D’assebler avec des petits thermocolllages de certaines parties de vêtements pour en assurer le fixage ou le tenu

5. De délustrer ou de défroisser un vêtement après entretien de lavage ou après montage.

I. LE MATERIEL DE REPASSAGE ET PRESSAGE

1. La centrale vapeur :

La vapeur est un gaz qui résulte de l’action de l’ébullition de l’eau sous une température supérieure ou égale à 100°C. La vapeur d’eau contient une énergie importante qui va être recédée au tissu sous forme de chaleur. En générant de la vapeur en quantité, le fer casse les liaisons qui maintenaient les fibres emmêlées, et les réoriente dans le bon sens. La centrale vapeur est utilisée pour générer de la vapeur par chauffage électrique ou thermique, elle existe dans différentes puissances de 2KW à 40KW et peut alimenter plusieurs postes de repassage et pressage. La centrale vapeur est branchée, directement à une source d’eau en continu, permet de régler le débit de vapeur ainsi que la température donnant à la vapeur sa pression. Le débit de vapeur d’une chaudière est donné en Kilogramme vapeur/heure, sa pression est en bars.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

La centrale vapeur avec système de chaudière sous pression permet d'obtenir une vapeur "sous pression". Une pression élevée permet à la vapeur de traverser les fibres du linge de part en part rendant le repassage plus efficace et plus rapide.

DESCRIPTION DES PRINCIPAUX ELEMENTS DE LA CENTRALE VAPEUR PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DE LA CENTRALE VAPEUR

VAPEUR PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT DE LA CENTRALE VAPEUR Le caisson est un réservoir en matière inoxydable

Le caisson est un réservoir en matière inoxydable rempli par La pompe qui absorbe l’eau de la bâche. Le remplissage du caisson est contrôlé par une jauge à contact électrique émergée dans ce dernier. L’eau, surchauffée par les résistances électriques, se transforme en vapeur qui sera magasinée dans le caisson. La pression de la vapeur est stabilisée au moyen d’un pressostat entre 2 et 5 bars. Cette pression dépend en particulier de la qualité de vapeur souhaitée pour le repassage (humide ou sèche). La modification de la pression agit sur la qualité de la vapeur. En effet plus on monte en pression, plus la vapeur est chaude et sèche. C'est important quand on sait que certains tissus ne se laissent repasser que s'ils sont humides et que d'autres craignent les auréoles. Une soupape de sécurité assure la protection de la centrale vapeur contre les accidents qui peuvent se produire si le pressostat tombe en panne.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

Le manomètre affiche la pression de la vapeur à l’intérieur du caisson.L’électrovanne ploque la sortie de la vapeur en amont du fer à repasser et s’ouvre lorsqu’on appui sur le micro interepteur fixé sur la manette du fer. L’étrangleur permet de régler le débit de la vapeur pendant repassage. La vapeur est ensuite dirigée vers le fer, où elle sera encore réchauffée dans la semelle à double évaporation.

2. La table de repassage :

La table de repassage est le poste de travail sur le quel sont effectués les différents travaux de repassage. La table de repassage industrielle est la plus utilisée dans les ateliers de fabrication soit en cours de fabrication, soit au repassage final pour donner au vêtement la présentation souhaitée par le client. Elle est équipée pour permettre un repassage facile et conditionné par la nature de l’étoffe, la conception et le nombre d’éléments que peut contenir un vêtement. Les principaux éléments d’une table de repassage sont :

d’ éléments que peut contenir un vêtement. Les principaux éléments d’une table de repassage sont :

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

LES CARACTERISTIQUES PRINCIPALES D’UNE TABLE DE REPASSAGE

1- la forme :

La table de repassage est caractérisée par la forme du support de présentation (SP). Sur lequel est effectué la majoriteé des opérations de préparation et de presentation. On distingue trois formes :

La table de repassage rectangulaire (TRR)

Le support de présentation est un rectangle, dont la surface est plus ou moins large sur le quel sont réalisées la majorité des travaux de repassage en cours et de repassage final des vêtements non complexes. Le SP est monté sur une colonne large, dans la quelle sont montés différents équipements nécessaires au bon fonctionnement de la table de repassage, l’ensemble repose sur le socle.

Sur le socle sont montés les pédales d’aspiration, de soufflerie ou d’autre mécanisme permettant la bonne exécution de la tâche.

pédales d’aspi ration, de soufflerie ou d’autre mécanisme permettant la bonne exécut ion de la tâche.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

La table de repassage universelle (TRU)

Le support de présentation est en forme de bras pour permettre le repassage en tubulaire. Elle est très utilisée pour le repassage final des vêtements comme les

chemises, les robes, les jupes.

Le SP est monté sur la colonne par sa partie la plus large, l’ensemble SP, colonne et socle forme le U couchée. La forme du SP dépend :

du type de vêtement à repasser (chemise, robe, ),

du tissu sur le quel est coupé le vêtement (sens des poils),

de sens d’engagement du vêtement,

On distingue deux types :

les tables de repassage à pointe gauche

les tables de repassage à pointe droite

pointe gauche les tables de repassage à pointe droite Table de repassage universelle à pointe gauche

Table de repassage universelle à pointe gauche

les tables de repassage à pointe droite Table de repassage universelle à pointe gauche OFPPT/DRIF Jupe

OFPPT/DRIF

Jupe et chemise

les tables de repassage à pointe droite Table de repassage universelle à pointe gauche OFPPT/DRIF Jupe

robe

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

PRATIQUES MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE La table de repassage spéciale (TRS) Le support de

La table de repassage spéciale (TRS)

Le support de présentation peut avoir différentes formes. Il conditionné par le type de vêtement et l’importance de la série (table spécial pour ouvrir coutures côtés et entre jambes, table spéciale pour repasser doublure,…)

entre jambes, table spéciale pour repasser doublure,…) OFPPT/DRIF Table spéciale pour ouv rir Coutures côtés et

OFPPT/DRIF

Table spéciale pour ouvrir Coutures côtés et entrejambes pantalon

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

Table spéciale pour repasser doublure veste

3- les utilitaires :

spéciale pour repasser doublure veste 3- les utilitaires : Le choix de la table de repassage

Le choix de la table de repassage dépend aussi de certaines performances qui permettent de garantir une bonne fixation du tissu.

Le chauffage :

La résistance électrique contenue dans le SP de la table de repassage est L’élément chauffant qui permet de sécher le tissu par dessous, et de stabiliser le travail. Un thermostat fixé sur la colonne permet de régler la température de chauffe entre 0 et 90°C. Le chauffage du SP permet d’éviter le condensa : c’est le mouillage qui résulte des goûtes d’eaux qui peuvent se former après repassage prolongée avec de la vapeur humide.

(1)

après repassage prol ongée avec de la vapeur humide. (1) (1) Résistances électriques L’aspiration : Un
après repassage prol ongée avec de la vapeur humide. (1) (1) Résistances électriques L’aspiration : Un
après repassage prol ongée avec de la vapeur humide. (1) (1) Résistances électriques L’aspiration : Un
après repassage prol ongée avec de la vapeur humide. (1) (1) Résistances électriques L’aspiration : Un

(1) Résistances électriques

L’aspiration :

Un ventilateur placé sous le SP permet de refroidir le tissu après repassage par aspiration. Cette option permet, aussi, d’éviter le mouillage, toutes les goûtes susceptibles de se formées pendant repassage sont évacuées par aspiration vers l’extérieur de la table de repassage.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

Air froide

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE Air froide L’air d’aspiration sentie par l’utilisateur est fr
MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE Air froide L’air d’aspiration sentie par l’utilisateur est fr

L’air d’aspiration sentie par l’utilisateur est froid. Sa puissance peut être réglée par un levier monté au dessous du SP ou sur la colonne de la table. Le SP aspire la vapeur dégagée par le fers à repasser de tel sorte qu’elle traverse convenablement les fibres. L’aspiration permet aussi de plaquer l’étoffe sur le SP, afin d’éviter son glissement ou formation de faux plis.

La durée d’aspiration peut provoquer :

Le condensa : l’air qui traverse les orifices du SP le rond très froid et participe par suite a la formation des goûtes d’eau qui mouilleront la garniture. La raideur de l’étoffe : le tissu devient de plus en plus raide si la durée de l’aspiration est très long, ce qui modifie le tenu du vêtement.

La soufflerie :

Une table soufflante est nécessairement aspirante. Un levier manuel permet d’inter changer les deux options selon les caractéristiques du tissu. Un ventilateur placé sous le SP vient gonfler la housse qui le recouvre, cela revient à repasser sur un coussin d’air. Le fer caresse délicatement les fibres, les tissus délicats sont préservés et l'on évite tout faux pli. La soufflerie permet de sécher le tissu après repassage prolongé sous une vapeur humide. La puissance de soufflerie permet aussi de déplacer l’étoffe facilement sur le SP de la table de repassage, pendant l’engagement ou l’évacuation, surtout pour la table de repassage universelle.

Air chaude

surtout pour la table de repassage universelle. Air chaude L’air de soufflerie, qui circule dans le
surtout pour la table de repassage universelle. Air chaude L’air de soufflerie, qui circule dans le

L’air de soufflerie, qui circule dans le SP avant de sortir par les orifices, est surchauffé au moyen de la résistance incorporée dans le SP. La température de séchage est réglée par le thermostat monté sur la colonne de la table de repassage.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

La

table

La vapeur :

vaporisant

permet

le

repassage

des

vêtements

coupés

dans

tissus

extensibles sensibles a la pression. Elle est très utilisée dans la bonneterie.

Vapeur

E lle est très utilisée dans la bonneterie. Vapeur Généralement la table de repassage vaporisant est

Généralement

la

table

de

repassage

vaporisant

est

équipée

d’une

chaudière

indépendante Ce qui permet de modifier les conditions de vaporisage (humide ou sèche).

4. les accessoires :

La table de repassage industrielle doit être équipée de certains accessoires qui permettent à la fois de garantir la qualité de repassage sans lustrage et la facilité de présentation des différents éléments ou partie de vêtement sur des supports appropriés.

4.1- la jeannette :

Les vêtements sont constitués de plusieurs éléments et qui sont parfois difficiles à repasser sur le support de la table. Les constructeurs proposent certains accessoires et équipements pour résoudre le problème : les jeannettes. La jeannette est un support de présentation qui permet le repassage des éléments ou des parties de vêtement qui sont difficiles ont repassé à plat. On distingue :

Jeannette droite :

Utilisée pour le repassage des éléments de vêtements en forme tubulaire comme la

manche.

Jeannette œuf :

Appelée aussi “ovale“ permet le repassage de certaines parties de vêtement telle que

les bustes des vestes et manteaux et le bassin de pantalon ou jupe. Mais il existe plusieurs formes de jeannettes qui dépendent de la complexité et la variété des modèles.

de jeannettes qui dépendent de la complexité et la variété des modèles. OFPPT/DRIF Jeannette droite Jeannette

OFPPT/DRIF

Jeannette droite

de jeannettes qui dépendent de la complexité et la variété des modèles. OFPPT/DRIF Jeannette droite Jeannette

Jeannette ovale

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

Jeannette spéciale :

Elles sont conçues pour permettre le repassage en cours de différents éléments de vêtement, elles sont désignées par le nom de l’élément pour le quel sont utilisé (col, épaule, manche raglan,…) leurs utilité se trouve dans les ateliers qui fabriquent en général, le même produit et en grande série.

en général, le même produit et en grande série. Jeannette spéciale pour ouvrir coutures coude et

Jeannette spéciale pour ouvrir coutures coude et saignée manche tailleur

pour ouvrir coutures coude et saignée manche tailleur Jeannette spéciale pour ouvrir couture col tailleur Les

Jeannette spéciale pour ouvrir couture col tailleur

Les jeannettes, comme les SP, peuvent être chauffantes, pour éviter le condensa, mais en général, elles sont toutes aspirantes. Les deux options sont réglées ou actionnées aux moyens des mêmes boutons ou pédales.

4.2- La garniture :

La qualité de repassage est assurée par les paramètres de traitement (vapeur, chaleur, séchage ), mais le choix de la garniture des SP reste déterminant pour la réduction de lustrage, ennemi n° 1 des professionnels de repassage et pressage. La garniture permet d’absorber les surépaisseurs des vêtements pendant le repassage, elle est composée de différents éléments :

- la toile d’habillage : généralement en coton ou autre selon le type d’étoffe dans le quel est coupé le vêtement. Elle recouvre la totalité de la surface du SP, et choisie en fonction du type de tissu à repasser pour éviter les marquages et les lustrages.

- le molleton : une surface textile non tissée, la mousse. Son épaisseur dépend de l’importance du repassage effectué sur les surépaisseurs d’un vêtement.

- Le grillage : permet de diffuser correctement la vapeur.

La garniture doit garantir la séparation parfaite des gouttelettes de condensation pour réduire la teneur en humidité et le passage dans les deux sens de l’air d’aspiration et de soufflerie. Elle doit être changée après une période bien déterminée pour réaliser constamment un repassage de qualité. On distingue trois types de garnitures :

- Garniture industrielle dure, utilisée généralement pour les travaux de thermocollage, de préformage et les travaux de repassage sur des éléments de vêtement qui ne comportent au maximum que deux épaisseurs, surtout en cours de fabrication.

Désignée par :

OFPPT/DRIF

qui ne comportent au maxi mum que deux épaisseurs, surtout en cours de fabrication. Désignée par

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

- Garniture industrielle moyenne, utilisée pour les travaux de repassage en cours sur des éléments de vêtement qui comportent plusieurs épaisseurs comme le pressage des bords de col ou devant veste, et pour le repassage final sur des tables ou sur presses pour des vêtements ne comportant pas des épaisseurs importants comme chemise, robe,

Désignée par :

importants co mme chemise, robe, Désignée par : - Garniture industrielle douce, très épaisse , peut

- Garniture industrielle douce, très épaisse, peut contenir plus que deux couches de molleton et très utilisées pour le repassage des vêtements contenant des nombres très important de surépaisseurs qui peuvent provoquer le lustrage et le marquage veste, manteau, pantalon,

Désignée par :

et le marquage veste, manteau, pantalon, Désignée par : 5- le fer à repasser : Les

5- le fer à repasser :

Les fers à repasser les plus utilisés dans l’industrie de l’habillement sont électriques. Le chauffage est assuré par une résistance électrique sous forme de fil d’alliage spécial noyée dans un bloc de ciment ou de céramique. Ainsi, la chaleur est transmise à la semelle du fer. Un thermostat placé sur le corps du fer à repasser permet de régler la température du fer à repasser en respectant les caractéristiques thermiques de l’étoffe. Un micro interepteur placé sur la manette permet de vaporiser les fibres uniformément par les petits orifices de la semelle.

LES ELEMENTS PRINCIPALES D’UNE FER A REPASSER ELECTRIQUE À VAPEUR

(1)

PRINCIPALES D’UNE FER A REPASSER ELECTRIQUE À VAPEUR (1) (4) (3) (2) (1) : Manette (2)

(4)

(3)

D’UNE FER A REPASSER ELECTRIQUE À VAPEUR (1) (4) (3) (2) (1) : Manette (2) :

(2)

(1)

: Manette

(2)

: Semelle

(3)

: Thermostat

(4)

: Micro interepteur

(5)

: Entrée vapeur

(5)

La semelle en acier inox glisse mieux sur le linge que l’aluminium cependant, son action sur les fibres est moindre. Non seulement l’aluminium conduit 8 fois mieux la

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

chaleur que l’inox mais de plus, l’aluminium brossé, grâce à ses microsillons, agit sur les fibres comme un peigne, permettant ainsi de mieux les réorganiser.

En bref, une semelle inox donnerait un certain confort de travail tandis que l’aluminium apporte une grande efficacité et un résultat impeccable. Des matériaux comme l’inox sont effectivement plus résistants. Mais attention aux boutons métalliques ou fermetures éclair… car une fois la semelle du fer rayée, on ne peut plus rien faire et elle aura tendance à accrocher sur les tissus. Pour plus de confort de travail, un fer léger est souvent demandé. Or, plus le fer est léger, plus il faut appuyer pour réorganiser les fibres et les remettre à plat. Une semelle lourde est donc plus efficace : elle demande moins d’effort et procure un gain de temps, puisqu’un seul passage sur le tissu suffit. Il existe plusieurs formes de semelle selon le travail à effectuer. On distingue généralement deux types :

à effectuer. On distingue généralement deux types : Semelle large pour défroissage et repassage courant

Semelle large pour défroissage et repassage courant

: Semelle large pour défroissage et repassage courant Semelle étroite pour ouvrir couture Le fer à

Semelle étroite pour ouvrir couture

Le fer à repasser est maintenu à droite sur une plaque en silicone l’ensemble est placé sur la repose fer de la table de repassage. Pour couvrir le fer à repasser, on utilise des semelles anti-lustre en pur téflon qui se fixent sous le fer pour réduire le risque de formation de lustrage sur les tissus synthétiques.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

6- Les presses :

Se sont des grandes machines qui permettent le repassage sous haute pression appelée : pression d’écrasement. Elles sont caractérisées par deux plateaux (inférieur et supérieur). Suivant les marques, la presse est conçue avec un bâti standard sur lequel sont montés des plateaux de différentes formes : universelle ou spéciale. La plus utilisée est la presse universelle qui a des plateaux qui ressemblent au SP de la table de repassage universelle, et utilisée pour effectuer plusieurs opérations. Les formes spéciales sont fonction du vêtement et de l’importance de la série, des formes pour repasser le bassin, les jambes de pantalons, des dos et devant de veste…etc. Les mécanismes utilisés pour la pression d’écrasement ou approche des plateaux sont :

(4)

(1)
(1)

(2)

(3)

ou approche des plateaux sont : (4) (1) (2) (3)   Presse ciseau Presse vertic ale
 

Presse ciseau

Presse verticale

(1)

: plateau supérieur

(2)

: plateau inférieur

(3)

: pédales

(4)

: levier d’écrasement

La presse ciseau est caractérisée par le mouvement du plateau supérieur qui ressemle à celui de la pointe d’une branche de paire de ciseaux. La presse vertcale ets caractérisée par le mouvement longitudinal de son plateau supérieur de haut ne bas et inversement. Le mouvement des plateaux est assuré par des verins pneumatiques qui sont à commande manuel par levier ou pédale ou moyen d’un bouton. La majorité des presses utilisées dans le secteur de l’habillement sont prérglées au moyen de minuteries ou processeur à programmation pré-établie par le technicien en tenant compres des critéres du vêtement à repasser (fibres, conception…etc.) Certaines presses sont conçues pour des opérations bien précises. Sur ces presses le plateau supérieur est vaporisant aspirant, le plateau inférieur est vaporisant*, aspirant et

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

soufflant. Les plateaux sont choisis dans une taille moyenne pour épouser toutes les tailles.

Presse universelle à ponte droite

sont choisis dans une taille moy enne pour épouser toutes les tailles. Presse universelle à ponte

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

7- les mannequins form finisher :

Permettent le défroissage des vêtements de buste sans exercer une pression d’écrasement qui peut provoquer le lustrage et le marquage. Une housse se gonfle sous l’action de d’une vaporisation et une soufflerie. La soufflerie de vapeur et de l’air surchauffée permet un défroissage en forme du vêtement sous l’action de la tension de la housse qui forme le mannequin. La machine est brabchée à une centrale de vapeur et necessite une alimentation éléctrique et pneumatique. Le mannequin dispose des équipements qui permettent le défroissage et la mise en forme de certaines parties de vetements : pinces de pkis, tendeurs de manches. Le cycle de défroissage est réglé en avance aux mouens des minuteries placées sur le bâti de la machine.

est réglé en avance aux mouens des minut eries placées sur le bâti de la machine.

Mannequin form finisher

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

8- les toppers :

Permettent le défroissage des pantalons et bermuda sans exercer une pression d’écrasement qui peut provoquer le lustrage et le marquage. La soufflerie de vapeur et de l’air surchauffée permet un défroissage en forme du pantalon sous l’action des tensions exercées par les pinces de taille et des jambes. Un dispositif spécial permet de régler la longueur du topper selon le vêtement à défroisser.

régler la longueur du topper selon le vêtement à défroisser. Défroissage pantalon OFPPT/DRIF Défroissage bermuda

Défroissage pantalon

OFPPT/DRIF

régler la longueur du topper selon le vêtement à défroisser. Défroissage pantalon OFPPT/DRIF Défroissage bermuda

Défroissage bermuda

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

II. COMPORTEMENT DES ETOFFES AU REPASSAGE Rappel :

On appelle matière textile toute matière qui est susceptible d’être transformée en fibres longues et fines, puis en fils. La matière textile doit supporter la teinture, les divers apprêts et traitements d’entretien. On distingue plusieurs cagories de fils suivant leurs provenance. Les plus utilisées dans le secteur d’habillement peuvent être d’origine :

De l’assemblage ou de l’entrelacement de ces fils, résulte la fabrication des tissus, des cordes, des ficelles. Les tissus d’une même origine possèdent des caractères communs.

     

Capoc

Coton

Cellulosiques

Chanvre

Matières Végétales

Jute

Lin

   

Ramie

Matières Naturelles

 

Autres fibres dures (Sisal, Manille, Alfa, Coco, Genêt,

)

 

Protéiniques

Laine

Matières Animales

 

Soie

 

Poils ou Laine de divers animaux (Alpaga, Lama, Chameau, Cachemire,

 

Mohair, Angora, Yack, Castor, Loutre,

)

Matières Minérales

Silicatées

Amiante

 

Métaux (Fibres ou Filaments)

     

Acrylique

Aramide

Polymère Organique

Polyamides

Matières Synthétiques

Polyester

Polypropylène

   

Verre Textile

Polymère Inorganique

Carbone

Matières Chimiques

Céramique

   

Modal

Cellulosique

Viscose

Cupro

Matières Artificielle

Esters Cellulosique

Acétate

Triacetate

Non Cellulosique

Caoutchouc

Latex

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

1. Identification des matieres

Loin des tests poussés des laboratoires spécialisés, les tests simples de combustion et de calcination permettent d’identifier la nature de la fibre brûlée.

Cellulosiques naturelles

 

Approche de

Dans la

Hors de la flamme

Forme de la flamme

Couleur de la flamme

Fumée

Odeur

Résidu

la flamme

flamme

   

s'enflamme

         

garde la forme du fil, légère blanche et impalpable

COTON

néant

facilement brûle

vite

combustion rapide et vive

ovoïde

irrégulière

orangée

néant

piquante, acide de papier brûlé

LIN

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem

CHANVRE

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem, un peu plus abondante

JUTE

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem

RAMIE

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem

léger comme celui du coton

Cellulosiques artificielles

 
 

Approche de

Dans la

Hors de la flamme

Forme de la flamme

Couleur de la flamme

Fumée

Odeur

Résidu

la flamme

flamme

   

s'enflamme

         

garde la forme du fil, légère blanche et impalpable

VISCOSE

néant

facilement brûle

vite

combustion rapide et vive

ovoïde

irrégulière

orangée

néant

piquante, acide de papier brûlé

CUPRO

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem

   

s'enflamme

         

collant irrégulier, friable, laissant un point noir dur après refroidissement

ACETATE

rétraction

légère

facilement brûle

en fondant

idem

idem

idem

légère fumé

grise

piquante, acide de papier brûlé

   

s'enflamme

         

collant irrégulier, friable, laissant un point noir dur après refroidissement

TRIACETATE

rétraction

légère

facilement brûle

en fondant

idem

idem

idem

légère fumé

grise

piquante, acide de papier brûlé

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

Matières protéiniques animales

 

Approche de

Dans la

Hors de la flamme

Forme de la flamme

Couleur de la flamme

Fumée

Odeur

Résidu

la flamme

flamme

SOIE

rétraction

légère

s'enflamme

facilement brûle

combustion

s'arrête

ovoïde

irrégulière

orangée

néant

corne brûlée

boule irrégulière

noire, boursouflée

en crépitant

rapidement

friable

SCHAPPE

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem

idem

   

ne s'enflamme

disparition de

     

légère odeur

squelette du fil blanc et friable

SOIE

CHARGÉE

néant

pas rougit

l'incandescenc

e

néant

néant

néant

de corne

brûlée

   

s'enflamme

           

LAINE

rétraction

légère

difficilement

arrêt de la

combustion

ovoïde

irrégulière

forte odeur de corne brûlée

boule irrégulière volumineuse noire, boursouflée friable

poils

animaux

brûle lentement

crépite et

orangée

idem

 

charbonne

       

Matières synthétiques

 
 

Approche de

Dans la flamme

Hors de la flamme

Forme de la flamme

Couleur de la flamme

Fumée

Odeur

Résidu

la flamme

POLYAMIDE 6.6 et 6

rétraction

s'enflamme

lentement brûle

combustion

très lente

petite, ronde

courte peu

sommet de la flamme orange, base bleue

légère fumée

blanche

céleri

lisse, régulier, collant, filant très dur après refroidissement

en fondant

visible

   

s'enflamme facilement brûle vite en fondant

combustion

         

POLYESTER

idem

crépitante et

vive

agitée et

irrégulière

orangée

fumée noire très abondante

plastique

idem

     

combustion

forme effilée

     

irrégulier, noir collant, boursouflé cassant à l'ongle après refroidissement

ACRYLIQUE

idem

idem

rapide

ordinaire

idem

fumée grisâtre

idem

CHLOROFIB

rétraction

ne s'enflamme

néant

néant

coloration verte à la base de la flamme du briquet

fumée noir

odeur piquante

mou, élastique très dur après refroidissement

RES

sensible

pas carbonise

suffocante

POLYAMIDES

             

noir, dur et garde la forme du fil après refroidissement

ARAMIDES

ET IMIDES

rétraction

ne s'enflamme

pas carbonise

néant

néant

néant

fumée noir

plastique

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

2. Caracteristiques des principaux textiles

FIBRE

PROPRIETES

EMPLOI

 

ENTRETIEN

Laine

-

Absorption de la vapeur d’eau : très importantes.

-

La laine peut

-

Lavage à 40°C au maximale, dans un grand volume d’eau

Protection thermique : bonne, due au matelas d’air retenue entre les fibres.

-

être utilisée en tissage ou en tricotage, pure ou

pour éviter les cassures.

- Eviter les détergents alcalins qui peuvent dégrader la laine.

- Résistance : très bonne résistance à l’usage.

- Eviter l’agitation provoquant le feutrage. (Si infeutrable)

- Elasticité : excellente, les vêtements fabriqués en laine se

mélangée à des fibres chimiques.

- Ne jamais javelliser.

remettent en forme spontanément.

- Repasser avec pattemouille à 150°C maximum.

- Résistance aux acides : très bonne, même s’ils sont concentrés.

- Résistance aux champignons et aux bactéries : excellente.

 

Nettoyer a sec avec du Perchloréthyléne, ou avec des solvants fluorés en modérant l’action mécanique et la température de séchage.

-

- Résistance aux alcalis : médiocre, ce qui rend nécessaire

l’utilisation de détergents alcalins pour son lavage.

- Séchage en tambour interdit.

-

Résistance à l’eau de Javel : nulle.

Résistance aux insectes : mauvaise, des apprêts permettent de la protéger de l’attaque des larves de mites

-

Mohair

- Toucher : fibre très légère.

-

Le mohair peut

- Laver à la main, dans un grand volume d’eau à température

- Absorption de la vapeur d’eau : très importantes.

être utilisé pour des vêtements d’été en mélange avec la laine.

maximale de 40°C.

- Résistance : très bonne résistance à l’usage.

- Eviter les détergents alcalins qui peuvent dégrader le mohair.

- Résistance aux acides : très bonne, même s’ils sont concentrés.

- Ne jamais javelliser

- Résistance aux champignons et aux bactéries : excellente.

- Repasser avec une pattemouille à 150°C maximum.

- Résistance aux alcalis : médiocre.

 

- Nettoyer a sec avec du Perchloréthyléne, ou avec des

Résistance à l’eau de Javel : nulle. - Résistance aux insectes : mauvaise, le mohair est sensible à l’attaque des mites.

-

solvants fluorés en modérant l’action mécanique et la température de séchage.

-

Séchage en tambour interdit.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

Soie

- Aspect : fibre brillante, ayant du lustre.

 

-

Utilisée dans

-

Laver dans un bain d’eau à température maximale de 40°C,

- Toucher : souplesse, douceur.

 

l’industrie de la chemiserie féminine, les

avec du savon en paillettes ou un détergent doux. Utiliser un

- Absorption de l’eau : importante

 

cycle à action mécanique et à essorage réduit. Ne pas tordre.

- Protection thermique : bonne.

 

-

Ne pas javelliser.

- Résistance : bonne à l’usage.

- Résistance aux alcalis : bonne résistance aux solutions diluées, qui peuvent toutefois provoquer une légère perte de résistance ou de lustre.

-

robes d soirée …

Repasser à l’état humide à température inférieure à 150°C en interposant une pattemouille.

-

-

Nettoyer a sec avec du Perchloréthyléne ou des solvants

fluorés (sauf le trichloréthylène) par les procédés normaux de nettoyage à sec.

-

Coût : très coûteuse. Résistance aux acides : médiocre lorsqu’il s’agit d’acides

-

Séchage en tambour interdit.

concentrés, bonne résistance aux solutions diluées.

 

- Résistance à l’eau de Javel : médiocre.

 

- Sensibilité à la lumière : jaunissement et perte de solidité

 

Coton

- Aspect : le traitement de mercerisage (action de la soude à 12%,

Peut être utilisé pur ou mélangé à d’autres fibres.

-

1) Fibre non teinte

le tissu étant maintenu sous tension) lui confère un aspect brillant et meilleure résistance.

-

Température de lavage 95°C.

Chlorage utilisé. Les vêtements de coton doivent être parfaitement rincées après javellisation.

-

- Toucher : agréable.

   

- Absorption de l’humidité : très importante.

 

-

Repasser à 200°C

- Résistance : bonne à l’usage (20% plus à l’état mouillé)

- Résistance aux alcalis : excellente.

 

Nettoyer à sec avec du Perchloréthyléne ou des solvants fluorés, par les procédés normaux de nettoyage à sec.

-

- Résistance aux insectes : excellente.

 

-

Séchage en tambour ménager à température modérée.

- Protection thermique : faible (froid et chaleur)

 

2) Fibre teinte

- Résistance aux acides : plus ou moins médiocre, avec diminution

- Température de lavage 60°C.

des

propriétés

mécaniques

des

fibres,

due

à

la

formation

- Chlorage interdit.

d’hydrocellulose.

 

- Repasser à 150°C

-

Résistance à l’eau de Javel et aux oxydants : médiocre.

 

Nettoyer a sec avec du Perchloréthyléne ou des solvants fluorés, par les procédés normaux de nettoyage à sec. - Séchage en tambour ménager à température modérée.

-

Résistance aux champignons et aux bactéries : mauvaise lorsque

le coton est humide.

 

Lin

- Aspect : brillant avec grande souplesse.

- Absorption de l’humidité : très importante.

 

Peut être utilisé pur ou mélangé à d’autres fibres, fabrication d’entoilage de qualité très inférieure

-

-

Chlorage utilisé. Les vêtements de lin doivent être parfaitement rincées après javellisation.

-

Température de lavage 95°C.

 

- Résistance : bonne à l’usage (plus à l’état mouillé)

 

- Résistance aux alcalis : excellente.

 

-

Repasser à 200°C

- Résistance aux insectes : excellente.

Nettoyer a sec avec du Perchloréthyléne ou des solvants fluorés, par les procédés normaux de nettoyage à sec.

-

- Protection thermique : faible (froid et chaleur)

 

- Résistance aux acides : plus ou moins médiocre, avec diminution

-

Séchage en tambour ménager à température modérée.

des

propriétés

mécaniques

des

fibres,

due

à

la

formation

 

d’hydrocellulose.

 

-

Résistance à l’eau de Javel et aux oxydants : médiocre.

 

OFPPT/DRIF

 

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

 

Résistance aux champignons et aux bactéries : mauvaise lorsque le lin est humide.

-

   

-

Sensibilité à la lumière : jaunissement.

viscose

Avantages :

Peut être utilisé pour tissus type soieries, doublure, crêpes (fibres longues) ou tissus types coton ou lainage (robes, tailleurs, chemises sport, velours).

.

Température de lavage 40°C .

.

Aspect : brillant et lisse, se froisse facilement.

.

Chlorage permit mais après dilution de l’eau de javel et à

.

Absorption de l’humidité : très importante.

froid.

Résistance aux insectes : excellente. Défauts :

.

.

Repasser à 150°C

Nettoyer à sec avec du Perchloréthyléne ou des solvants fluorés, par les procédés normaux de nettoyage à sec.

.

Résistance : perd 50 % de sa résistance à l’état mouillé ou à l’exposition au soleil.

.

.

Séchage en tambour ménager à température modérée.

.

Protection thermique : faible (froid et chaleur)

 

.

Résistance aux acides : nulle.

.

Résistance à l’eau de Javel et aux oxydants : nulle.

.

Résistance aux champignons et aux bactéries : mauvaise.

 

.

Résistance aux alcalis : excellente.

.

Tendance au retrait : très importante.

acétate

Avantages :

Peut être utilisé pour tissus imitant les soieries, tissus moirés, doublures tissus laqués, indémaillable.

 

.

Température de lavage 30°C avec action mécanique

.

Aspect : brillant, toucher agréable, et ne se froisse pas.

 

réduite.

.

Protection thermique : frais en été, chaud en hiver.

 

.

Chlorage interdit.

.

Bonne solidité des couleurs.

.

Repasser à 110°C

.

Bon pouvoir absorbant.

.

Nettoyer à sec avec les solvants usuels, sauf le

.

Résistance à l’eau de Javel et aux oxydants : bonne si la

trichloréthylène et selon les procédés normaux de nettoyage à

solution est diluée, nulle lorsque les oxydants sont concentrés.

 

sec.

.

Résistance aux insectes : excellente.

 

.

Séchage en tambour ménager interdit.

Défauts :

   

.

Résistance : mauvaise à l’usure, perd 30 % de sa résistance à

l’état mouillé, faible perte de résistance à l’exposition au soleil.

Résistance aux acides : nulle si la concentration en acides est très importante, assez bonne si diluée.

.

.

Résistance aux champignons et aux bactéries : mauvaise.

Résistance aux alcalis : nulle (les alcalis transforment l’acétate en cellulose.

.

.

Tendance au retrait : très importante.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

polyamide

Avantages :

Peut être utilisé pour tissage ou tricotage, seul ou mélange avec du coton, de la laine ou d’autres fibres synthétiques.

Température de lavage 30 à 40°C avec action mécanique réduite.

.

.

Aspect : ne se froisse pas.

.

Bonne solidité des teintures.

.

Chlorage interdit.

.

Résistance aux insectes : excellente.

.

Repasser à 110°C, mais superflu.

.

Bonne stabilité dimensionnelle.

Nettoyer à sec avec les solvants usuels et selon les procédés normaux de nettoyage à sec.

.

.

Très bonne résistance à la flexion et à l’abrasion.

.

Résistance aux alcalis : excellente.

Séchage en tambour ménager possible avec température modérée.

.

.

Résistance aux champignons et aux bactéries : excellente.

 

Défauts :

 

. Résistance : mauvaise à l’usure, perd 10 à 12 % de sa

résistance à l’état mouillé, faible perte de résistance à l’exposition au soleil.

Résistance aux acides : nulle si la concentration en acides est très importante, bonne si diluée.

.

.

Résistance à l’eau de Javel et aux oxydants : médiocre

.

Pouvoir absorbant : nul.

polyester

Avantages :

Peut être utilisé pour tissage ou tricotage, seul ou mélange avec d’autres fibres (soieries, cotonnades, draperies

.

Température de lavage 60°C avec action mécanique

.

Aspect : ne se froisse pas et peut être plissé en permanent.

réduite.

.

Protection thermique : faible.

.

Chlorage interdit.

.

Résistance aux insectes : excellente.

.

Repasser à 150°C, mais superflu.

.

Bonne stabilité dimensionnelle après thermo fixage.

.

Nettoyer à sec avec les solvants usuels et selon les

.

Très bonne résistance à l’abrasion, perd sa résistance lors du

procédés normaux de nettoyage à sec.

vieillissement et faible perte de résistance après exposition au

Séchage en tambour ménager possible avec température modérée

.

soleil.

.

Résistance aux champignons et aux bactéries : excellente.

   

.

Résistance à l’eau de Javel et aux oxydants : bonne.

.

Très bonne récupération élastique.

Défauts :

Résistance aux acides : nulle si la concentration en acides est très importante, bonne si diluée.

.

.

Pouvoir absorbant : nul.

.

Résistance aux alcalis : médiocre.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

3. Entretien des matieres textiles Les cinq pictogrammes constituent, après avoir été complétés, des symboles qui signifient que l’article textile sur lequel sont apposés, supporte ou non certains traitements d’entretien. Ils doivent tous figurer sur la vignette d’entretien, et ce, dans le même ordre.

sur la vi gnette d’entretien, et ce, dans le même ordre. CUVIER LAVAGE : Les chiffres

CUVIER

LAVAGE : Les chiffres inscris dans le cuvier indiquent la température de lavage en degrés Celsius. - Le ou les traits au dessous du cuvier indique qu’il faut prendre des précautions particulières pendant le lavage. - La main dans le cuvier indique qu’un lavage à la main est possible.

95° C Action mécanique normale Rinçage normal Essorage normal

95° C

Action mécanique normale Rinçage normal Essorage normal

95° C Action mécanique réduite (1) Rinçage à température décroissante Essorage réduit

95° C

Action mécanique réduite (1) Rinçage à température décroissante Essorage réduit

60° C Action mécanique normale Rinçage normal Essorage normal

60° C

Action mécanique normale Rinçage normal Essorage normal

60° C Action mécanique réduite (1) Rinçage à température décroissante Essorage réduit

60° C

Action mécanique réduite (1) Rinçage à température décroissante Essorage réduit

40° C Action mécanique normale Rinçage normal Essorage normal

40° C

Action mécanique normale Rinçage normal Essorage normal

40° C Action mécanique réduite (1) Rinçage à température décroissante Essorage réduit

40° C

Action mécanique réduite (1) Rinçage à température décroissante Essorage réduit

30° C Action mécanique très réduite Rinçage normal Essorage réduit

30° C

Action mécanique très réduite Rinçage normal Essorage réduit

40° C Lavage à la main

40° C

Lavage à la main

- Lavage interdit

-

Lavage interdit

40° C Lavage à la main - Lavage interdit TRIANGLE Traitement à l'eau de javel (c

TRIANGLE

Traitement à l'eau de javel (c hlorage dilué et à froid)

Traitement à l'eau de javel (chlorage dilué et à froid)

Chlorage interdit

Chlorage interdit

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

PRATIQUES MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE REPASSAGE FER A REPASSER Les points à l’intérieur du

REPASSAGE

FER A REPASSER Les points à l’intérieur du fer à repasser indiquent la température maximale de repassage en degrés Celsius, des articles textiles.

Repassage à une températur e maximale de 200° C

Repassage à une température maximale de 200° C

Repassage à une températur e maximale de 150° C

Repassage à une température maximale de 150° C

Repassage à une températur e maximale de 110° C (le traitement à la vapeur présente

Repassage à une température maximale de 110° C (le traitement à la vapeur présente des risques)

Repassage interdit

Repassage interdit

à la vapeur présente des risques) Repassage interdit NETTOYAGE A SEC CERCLE - Les lettres A,

NETTOYAGE A SEC

CERCLE - Les lettres A, P ou F inscrites dans le cercle indiquent les solvants qui peuvent être utilisés -Le ou les traits au dessous du cuvier indique qu’il faut prendre des précautions particulières pendant le nettoyage à sec.

Tous les solvants usuels selon le processus normal

Tous les solvants usuels selon le processus normal

Tous les solvants, sauf le trichloréthylène, selon le processus normal. Nettoyage en libre service possible

Tous les solvants, sauf le trichloréthylène, selon le processus normal. Nettoyage en libre service possible

La barre placée sous le cercle prescrit certaines restrictions au processus de nettoyage en ce

La barre placée sous le cercle prescrit certaines restrictions au processus de nettoyage en ce qui concerne les sollicitations mécaniques et/ou la température et/ou l'addition d'eau au solvant. Nettoyage en libre service impossible.

Exclusivement les solvants pétroliers selon le processus normal

Exclusivement les solvants pétroliers selon le processus normal

La barre placée sous le cercle prescrit certaines restrictions au processus de nettoyage en ce

La barre placée sous le cercle prescrit certaines restrictions au processus de nettoyage en ce qui concerne les sollicitations mécaniques et/ou l'addition d'eau au solvant. Nettoyage en libre service impossible.

Nettoyage à sec interdit

Nettoyage à sec interdit

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

PRATIQUES MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE SECHAGE EN TOMBOUR CERCLE DANS UN CAREE Les points à

SECHAGE EN TOMBOUR

CERCLE DANS UN CAREE Les points à l’intérieur du cercle indiquent la température maximale de séchage en degrés Celsius, des articles textiles

Pas de restrictions en ce qui concerne la température de séchage en tambour après lavage

Pas de restrictions en ce qui concerne la température de séchage en tambour après lavage

Séchage en tambour m énager à température modérée après lavage (60° C maximum)

Séchage en tambour ménager à température modérée après lavage (60° C maximum)

Séchage en tambour ménager interdit

Séchage en tambour ménager interdit

4. Génèralites sur les tissus

Le tissu est le résultat de l’entrecroisement deux séries de fil perpendiculaire formées par un grand nombre de fils de chaînes et un fil de trame.

Les armures :

Le mode d’entrecroisement des fils de chaîne et des fils de trame détermine l’armure du tissu. Un fil de chaîne passe au dessus d’une ou plusieurs duites (pris), puis au dessous d’une ou plusieurs duites qui suivent (laissé), et ainsi de suite jusqu'à la formation d’une surface textile chaîne et trame.

la formation d’une surface textile chaîne et trame. PRIS LAISSE On distingue trois type s fondamentaux

PRIS

la formation d’une surface textile chaîne et trame. PRIS LAISSE On distingue trois type s fondamentaux

LAISSE

On distingue trois types fondamentaux d’armures :

PRIS LAISSE On distingue trois type s fondamentaux d’armures : Armure to ile OFPPT/DRIF Armure sergé

Armure toile

OFPPT/DRIF

PRIS LAISSE On distingue trois type s fondamentaux d’armures : Armure to ile OFPPT/DRIF Armure sergé

Armure sergé

PRIS LAISSE On distingue trois type s fondamentaux d’armures : Armure to ile OFPPT/DRIF Armure sergé

Armure satin

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

5. Désignation d’un tissu

Endroit et envers d’un tissu :

- Tissu d’armure toile : Pas d’envers puisque les deux faces sont semblables.

- Tissu d’armure sergé : L’endroit est indiqué par le sens des côtes qui montent de gauche à droite et de bas vers le haut.

- Tissu d’armure satin : La face la plus brillante constitue l’endroit du tissu.

Sens d’un tissu. Dans la confection, le tissu se travaille dans plusieurs sens. Les différents sens d’un tissu sont :

Sens chaîne : Sens des fils tendus dans la longueur du tissu et parallèlement à la lisière. Sens trame : Sens du fil continu d’une lisière à l’autre. Sens biais : Sens du tissu sur la diagonale d’un carré dont les cotés sont parallèles aux sens chaîne et trame.

Repérage du sens droit fil d’un tissu :

Le sens chaîne peut être repéré :

- par les lisières ;

- par traction : Le tissu se déforme davantage quand on tire dans le sens trame ; il résiste si on tire dans le sens chaîne.

- par observation de la disposition des fils : En général l’écartement des fils de chaîne est plus régulier que celui des fils de trame.

- par le toucher : Les fils de chaîne sont souvent plus raides que ceux de trame car ils sont enduits de colle au moment du tissage.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

6. Les principes de base de repassage selon l’origine des etoffes

   

TEMPERATURE

 

TISSUS

HUMECTAGE

DU FER

OBSERVATIONS

Acétate

Nul, mais pattemouille bien essorée

Très douce

Repassage à la pattemouille très essorée, mais ne pas peser sur le fer surtout sur parties doubles

.

Crêpes

Nul

Moyenne

Légèrement sur flanelle : crêpes légers. Comme velours au- dessus vapeur : crêpes épais

Velours de soie

Humecter envers avec mouille

Moyenne

Tenir fer, semelle en l’air, ou poser un ou deux fers dans l’appareil spécial appelé boîte velours, tendre le velours sur les fers et brosser dans tous les sens

.

.

Garnir jeannette avec velours et repassage légèrement en mettant poil sur poil

Velours de rayonne

Ne pas humecter

Moyenne

.

Tendre étoffe au-dessus casserole contenant eau bouillante

Velours

Pattemouille moyennement essorée

Moyenne

.

Repasser sur l’envers

Tulle, voile, dentelle

Moyen

Plutôt élevée

.

Apprêt à l’amidon cuit ou apprêt spécial, repasser envers sur molleton, épingler

dentelles avec épingles inoxydables pour rendre forme primitive ; on repasse ou laisse sécher : rideaux tendus à la fenêtre ou sur métier spécial

Piqué

Moyen

Elevée

.

Légèrement empesé, repassage sur l’envers

Tissus éponges et nid d’abeille

Nul

Moyenne

.

Bien étirer à la main, ne marquer que la pliure au fer et défroisser seulement le bord uni

Voilettes

a) Nul

Moyenne

.

Repassage sur papier

b) Trempage dans eau sucrée

.

Etirer et interposer linge propre voilette et fer

et essorée dans serviette éponge

Coton

Moyennement abondant, régulier

Elevée

.

Linge plat, envers puis endroit (en pliant) linge de corps sur endroit

Lin

Abondant, régulier

Elevée

Envers : toile de lin dite toile ancienne qui doit rester mate

Endroit puis envers : damassé

Vêtements confectionnés en lin

Pattemouille essorée

Elevée

Séchage sur doublure

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

Lainage

a)

Interposer pattemouille entre

Très élevée

a)

Ne pas promener le fer, mais presser, poser le fer successivement sur toute la

fer et tissu sec

surface ; pour délustrer, brosser avant séchage complet sur endroit

b)

Fer à vapeur sans

b) Sur l’envers

pattemouille

c)

Bien humecté

Moyenne

c)

A l’envers avec ou sans pattemouille sèche ; lainage épais : sur planche recouverte

 

toile

Soie

Entièrement mouillée, bien essorée dans serviette éponge

Elevée

A

l’envers tous tissus de couleurs foncées ; à l’envers, puis à l’endroit : tous tissus de

teintes claires

Robe, tailleur, etc.

Pattemouille bien essorée

Elevée

A

l’envers

Rubans

Plongés dans eau sucrée, essorés entre 2 serviettes sèches

Fer

Eviter de caraméliser le sucre en posant linge sec entre ruban et fer à repasser

moyennement

chaud

Tussor

Comme soie

Elevée

A l’endroit : pattemouille de mousseline à beurre très essorée en cas de faux plis

Nul

Elevée

 

A l’envers

Rayonne

Presque nul mais bien régulièrement humide

Très douce

Sur l’envers puis sur l’endroit : éviter en double épaisseur

Nylon et fibres synthétiques

 

Sec

Très douce

Sur l’envers puis sur l’endroit : éviter en double épaisseur

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

Tous les tissus (naturels ou synthétiques) sont composés de plusieurs fibres de formes différentes tissées entre elles pour former une surface textile. Chaque tissu a ses propres besoins en matière de repassage. Lorsqu’il est nettoyé, l’action de l’eau et de la chaleur desserre les fibres et les aide à reprendre leur forme et leur position naturelles. Lorsque le tissu sèche, les fibres deviennent raides et adoptent des formes indistinctes et des positions désordonnées. Le repassage est simplement l’action combinée de la chaleur, la vapeur et la pression de la semelle du fer à repasser ou des plateaux de la presse pour redonner aux fibres leur position appropriée, soit en faisant disparaître les froissures et les faux plis ou en créant des plis. La vapeur a un avantage additionnel puisque elle relâche les fibres textiles et la chaleur du fer les sèche ensuite, améliorant de façon considérable l’efficacité et la convivialité du repassage Tout comme le lavage, on doit d’abord trier les vêtements selon la température requise pour les repasser : en commençant par les températures plus faibles, pour les fibres synthétiques, et en terminant par les températures élevées, pour le lin et le coton. Un fer nécessite moins de temps pour se réchauffer que pour refroidir.

Attention : Chaque tissu a sa température de repassage. N'oubliez pas de régler votre fer pour chaque cas et suivez les instructions des étiquettes des codes d'entretien. Moins chaud :

Soie, Viscose, Nylon : sans vapeur. Plus chaud :

Lin, Coton, Laine : avec vapeur.

Pour la laine : Repassez-la au fer tiède voir chaud, et utilisez obligatoirement une pattemouille (un linge humidifié posé à même le vêtement qui fait barrage entre la semelle du fer et le vêtement) afin d'éviter l'effet de brillance. Pour le velours côtelé et veloutine : Placez une serviette épaisse sur la planche à repasser, retournez le vêtement à l'envers et repassez-le rapidement. Pour les endroits difficiles, vaporisez un jet de vapeur à la verticale. Pour la soie : Repassez-la mouillée. Pour le coton : Avec un fer sec ou à vapeur, repassez le vêtement à l'endroit. Pour repasser un article de couleur unie et foncée, retournez-le à l'envers pour éviter l'effet de brillance. Pour les tissus métalliques : Evitez la chaleur. Repassez plutôt l'article au moyen d'un fer froid, en prenant soin de recouvrir le tissu d'un linge mince. Pour le polyester : Prenez le temps de bien lire les étiquettes pour connaître les réglages de température appropriés car il n'est pas une fibre naturelle et son point de fusion est souvent plus bas que ces dernières. Pour la broderie et la dentelle : Placez la pièce sur du tissu éponge. Utilisez le jet de vapeur et n'appliquez pas de pression.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

7. Influence des caracteristiques des etoffes sur la qualite de repassage

1. Variation des dimensions au pressage

Definition Retrait au allongement permanent du tissu en chaîne ou en trame lors du pressage au cours des opérations de confection.

Causes du defaut

- Lors du tissage et au cours des opérations d’ennoblissement les filés du tissu sont soumis à des tentions provoquant leur allongement.

- Les traitements visant à donner à l’étoffe un aspect brillant, le cati, pourront la déformer de façon important. Il est parfois difficile de concilier le brillant et une bonne stabilité dimensionnelle.

- La mise à la laize demandée d’un tissu, qui en voie d’achèvement n’a pas la largeur requise, nécessitera une extension qui la rendra instable dans le sens de la trame.

- Un traitement thermique, insuffisant des tissus contenant des fibres synthétiques, ne leur donnera pas la stabilité qu’ils pourraient avoir.

- Certaines armures sont difficiles à stabiliser.

- Un tissu peu clos, pourra avoir un retrait plus important qu’une qualité dont la structure plus serrée bloquera le retrait.

- Un excès de tension lors de l’enroulage de la pièce, par le tisseur ou lors de visite en entreprise pourra augmenter son retrait.

Moyens d’attenuer le defaut.

-

L’augmentation des dimensions des patrons citées précédemment ne peut que composer un retrait faible.

-

Si les variations sont importantes, il conviendra de faire réapprêter la pièce. Dans le cas de livraison de provenance lointaine, on pourra la confier à un ennoblissement à moins que l’on préfère la stabiliser sur les décatisseuses proposées aux industries de l’habillement.

-

Si la pièce a été enroulée sous tension, sa relaxation nécessitera de la dérouler pour la disposer en vagues, ce qui pose des problèmes d’encombrement. le repos du matelas avant coupe a peu d’effet par suite de l’adhérence des couches entre elles.

2.

Resistance de la teinture au pressage ou au repassage

Definition Dégradation du coloris de la teinture et/ou dégorgement sous influence du pressage ou du repassage. L'essai avec humectage permet d'apprécier la dégradation et/ou le dégorgement au cours du pressage et/ou du repassage.

Causes du defaut

- les colorants utilisés pour la teinture sont de mauvaise qualité

- la température de repassage est très supérieur à 150°C

Moyens d’attenuer le defaut.

- repasser tous les éléments du vêtements dans les même conditions de traitement.

- repasser superficiellement avec température reduite ou éviter completement le repassage.

OFPPT/DRIF

RESUME THEORIQUE ET GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES

MAITRISE DES TECHNIQUES DE REPASSAGE

3. Modification de l’aspect au pressage ou au repassage

Definition Le changement que peut attenuer la surface de tissu après repassage ou pressage. Le lustrage est l’un des défauts les plus coûteu

Causes du defaut

- la pression exercée pendant repassage ou pressage est trés élevée.

- le vêtemnt comporte tros d’épaisseurs.

- tissu cellulosique semsible aux goûtes d’eau.

Moyens d’attenuer le defaut.

- repasser avec pression très reduite ou utiliser les machines de défroissage (mannequin et topper).

- concevoir des vêtements avec moins d’épaisseur

- repasser a sec

OFPPT/DRIF

III. Les différentes catégories des travaux de repassage en cours de la fabrication

I.1. Objectif(s) visé(s) :

- Maîtriser les techniques de repassage au cours de la fabrication du vêtement, ainsi que l’exploitation des tables de repassage universelles et rectangulaires.

- Savoir fixer les conditions d’approvisionnement et d’évacuation du poste

- Appliquer la méthode de travail la plus rationnelle pour manipuler le fer à repasser

électrique à vapeur tout on se préservant des accidents qui peuvent surgir pendant l’exécution de la tache

I.2. Durée du TP:

………………………………………………………………………………………

I.3. Matériel (Équipement et matière d’œuvre) par équipe :

a - Equipement :

- Table de repassage universelle chauffante aspirante

- Table de repassage rectangulaire chauffante aspirante

- Fer à repasser électrique à vapeur

b - Matière d’œuvre :

- Différents tissus purs ou mixtes de différentes natures coupés en bandes, de différentes longueurs, assemblées au point noué dans les ateliers de piquage montage de l’établissement.

- Des carrés en tissus coupés en forme de poche plaquée.

- Des bandes petites et moyennes en viselline.

I.4. Description du TP :

1

Modification de l’aspect d’une couture

On entend par modification de l’aspect d’une couture, la transformation qui peut surgir sur les bords assemblés d’une couture, après repassage au fer à repasser électrique à vapeur.

Rappel : L’assemblage est le maintien de deux ou plusieurs épaisseurs par une piqûre de maintien parallèle aux bords, selon un profil droit ou courbe.

On distingue trois catégories principales :

- Couture d’assemblage ouverte (schéma de base)

: - Couture d’assemblage ouverte (schéma de base) - Couture d’assemblage couchée (schéma de base) -

- Couture d’assemblage couchée (schéma de base)

de base) - Couture d’assemblage couchée (schéma de base) - Couture d’assemblage retournée (schéma de base)

- Couture d’assemblage retournée (schéma de base)

base) - Couture d’assemblage retournée (schéma de base) 1- Ouvrir couture : C’est coucher les bords

1- Ouvrir couture :

C’est coucher les bords de par et d’autre de la piqûre préalable d’assemblage, sous l’action du poids du fer à repasser, la chaleur, la vapeur et l’air de séchage

2- Coucher couture :

C’est coucher les deux bords vers l’un des cotés de la piqûre préalable d’assemblage, sous l’action du poids du fer à repasser, la chaleur, la vapeur et l’air de séchage 3- Presser bord :

C’est coucher les deux bords et les épaisseurs vers l’un des cotés de la piqûre préalable d’assemblage, sous l’action du poids du fer à repasser, la chaleur, la vapeur et l’air de séchage, en assurant le centrage de la couture par roulage entre les doigts.

2 Modification de la forme d’une pièce

On entend par modification de la forme d’une pièce, la transformation qui peut surgir sur les bords d’une pièce ou sur la pièce elle même, après repassage au fer à repasser électrique à vapeur, pour en faciliter le montage comme les poches plaquées, ou marquage d’un endroit tel que les plis de droit fil du pantalon classique.

Le moyen le plus pratique pour exécuter ce travail, est de casser les plis contre un buté appelé en général, le gabarit de préformage. (Sous l’action du poids du fer à repasser, la chaleur, la vapeur et l’air de séchage, en se referant à un gabarit en carton fort ou fer plat, ayant la forme finale, pour en faciliter le montage sur une autre pièce).

finale, pour en faciliter le montage sur une autre pièce). 3 Fixation des petits thermocollants ou

3 Fixation des petits thermocollants ou assemblage par des petits thermocollages

On entend par fixation de petits thermocollants, le travail qui a pour objectif de fixer par thermo fusion et pression, des petites bandes ou des petits morceaux de viselline sur les parties de quelques éléments de vêtement, sous l’action de la chaleur et la pression du fer à repasser, pour renforcer ces dernières.

pression du fer à repasser, pour renforcer ces dernières. On entend par fixage par des petits

On entend par fixage par des petits thermocollages, le travail qui a pour objectif de fixer par thermo fusion et pression, des petites bandes ne dépassant pas 1 cm de largeur en deux épaisseurs de tissu pour permettre l’assemblage.

des petites bandes ne dépassant pas 1 cm de largeur en deux épaisseurs de tissu pour

I.5. Déroulement du TP

Le déroulement des travaux pratiques relatifs à cette partie du module, sera traité d’une façon à amener le stagiaire vers une analyse détaillée de la méthode de travail.

Pour cela, le stagiaire doit définir la méthode de travail à un poste donné, par :

La description du poste de travail concerné

Le relevé des conditions matérielles du poste et des opérations

L’analyse du processus opératoires de chaque opération

La description du poste de travail :

La description du poste de travail permet la schématisation à plat du poste sur lequel le stagiaire doit effectuer son travail. La table ou la presse sont symbolisées selon la normalisation en usage :

presse sont symbolisées selon la normalisation en usage : Presse Tabl e de repassage rectangulaire La

Presse

sont symbolisées selon la normalisation en usage : Presse Tabl e de repassage rectangulaire La description
sont symbolisées selon la normalisation en usage : Presse Tabl e de repassage rectangulaire La description
sont symbolisées selon la normalisation en usage : Presse Tabl e de repassage rectangulaire La description
sont symbolisées selon la normalisation en usage : Presse Tabl e de repassage rectangulaire La description

Table de repassage rectangulaire

La description du poste de travail permet aussi de fixer les équipements tel que les dessertes, chariots, chevalets, tablettes,…etc. qui interviennent dans les conditions générales d’aménagement du poste.

Selon les pièces concernées par les opérations de repassage faites au poste, tant à œuvrer

qu’à évacuer, le stagiaire doit préciser les conditions concernant

L’approvisionnement :

:

Il faut indiquer s’il s’agit de pièce ou de vêtement ainsi que le nombre par paquet. Et l’état initial des pièces ( à plat, pliées…etc. )

L’évacuation :

Il faut indiquer l’état final des pièces tant en fin d’opération qu’en fin de paquet ainsi que les conditions de disposition pour le poste suivant.

Le relevé des conditions matérielles du poste et des opérations:

On appelle conditions matérielles l’ensemble des caractéristiques des moyens utilisés et du travail accompli. On distingue :

Le matériel, outillage et accessoires divers Les prescriptions d’utilisation : réglage, tolérance de précision,…etc.

matériel, outillage et accessoires divers Les prescriptions d’utilisation : réglage, tolérance de précision,…etc.

La description du poste de travail concerné et le relevé des conditions matérielles du poste et des opérations sont rédigées sur la fiche de consignes au poste.( voir planche n° 1 )

L’analyse du processus opératoires de chaque opération :

On appelle processus opératoire la suite chronologique des actions accomplies par l’opérateur pour réaliser son travail.

L’analyse du processus opératoire de l’ensemble de ces travaux est rédigée sur la feuille d’analyse d’opération. (Voir planche n° 2)

Planche n° 1

 

FICHE DE CONSIGNES AU POSTE

 

Opération :

 

Exercice n° : ……………………

 

Réaliser par : ……………………