Vous êtes sur la page 1sur 24

CNAS-BDL

Signature

convention

d'une faciliter

le

pour

"e-paiement"

M. Bensalah se recueille à la mémoire du défunt Président sahraoui Mohamed Abdelaziz

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, s'est recueilli, hier à Chahid El Hafid (camps de réfugiés sah- raouis), à la mémoire du Président sahraoui et secrétaire général du Front Polisario,

Mohamed Abdelaziz, décédé mardi dernier des suites d'une longue maladie. M. Bensalah était accompagné du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, du ministre d'Etat, ministre des AE et de la Coopération internatio-

nale, Ramtane Lamamra, du vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, du ministre des Affaires maghré- bines, de l'Union africaine et de

la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, et du ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni. M. Bensalah a récité la fatiha du Saint Coran et signé le registre de condo- léances.

P. 24

Coran et signé le registre de condo- léances. P. 2 4 DK NEWS 27° : ALGER

DK NEWS

DK NEWS

27°

: ALGER

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

37° : TAMANRASSET

 

p. 2

Vendredi 3 - Samedi 4 Juin 2016 - 27-28 Chaâbane 1437 - N° 1320 - 3 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

FIN DES TRAVAUX DE LA 12 E SESSION DU COMITÉ FRONTALIER ALGÉRO-MALIEN

M. Bedoui reçu à Bamako par le Président malien

P.p 14-24

LUTTE ANTITERRORISTE :

ALGÉRIE-ONU

ALGÉRIE-FRANCE

Le Département d’Etat américain salue l’approche globale et active de l’Algérie

Le général-major Hamel prend part à New York au Sommet mondial des chefs de Police

P. 6

P. 6

M. Bartolone plaide pour la poursuite du renforcement

«remarquable»

de la coopération algéro-française

P. 7

Sortie de 3 promotions d’officiers

à l’Académie militaire de Cherchell

Le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP) a présidé, jeudi à l'Académie militaire feu président Houari Boumediene de Cherchell (AMC) (Tipasa), une cérémonie de sortie de trois promotions d'offi- ciers. Les promotions, comptant des officiers algériens et de pays amis et frères, ont été baptisées du nom du défunt moudjahid

Abderrezak Bouhara , décédé le 10 février 2013. Il s’agit de la 9e pro- motion de formation militaire commune de base, de la 47e pro- motion d’élèves officiers de car- rière de l’enseignement fonda- mental et de la 44e promotion des officiers du cours de commande- ment et d’état-major, A l’entame de la cérémonie, le général de Corps d’Armée a passé en revue les carrés des promotions sor- tantes, avant de procéder, en com- pagnie de hauts cadres du minis-

tère

Défense

nationale(MDN), à la remise des diplômes et grades aux lauréats de

chaque promotion.

de

la

P. 3

et grades aux lauréats de chaque promotion. de la P. 3 M.OUYAHIA, SG DU RND :

M.OUYAHIA, SG DU RND :

 
  FUITES DE SUJETS DU BACCALAURÉAT 2016 : COMMERCE Le "Trophée Export 2015" attribué à NCA-Rouiba

FUITES DE SUJETS DU BACCALAURÉAT 2016 :

COMMERCE Le "Trophée Export 2015"

attribué

à NCA-Rouiba

 

Le dernier mot sur la suite à donner revient au Gouvernement

P. 3

P. 4

P. 8

«La sécurité et la stabilité nationales exigent la vigilance de tous»

SANTÉ
SANTÉ
stabilité nationales exigent la vigilance de tous» SANTÉ JEUX VIDÉO 5% des ados y jouent entre
JEUX VIDÉO 5% des ados y jouent entre 5 et 10 heures par jour P.p
JEUX VIDÉO
5% des ados
y jouent entre
5 et 10 heures
par jour
P.p 12-13

P. 8

F TBALL SPORT-VIOLENCE : Préserver les jeunes de la manipulation P. 20
F
TBALL
SPORT-VIOLENCE :
Préserver
les jeunes de la
manipulation
P. 20
MDN
MDN

LUTTE CONTRE

LE TERRORISME

4 autres

terroristes des 5 abattus mardi dernier à Sétif identifiés

LUTTE CONTRE LE TERRORISME 4 autres terroristes des 5 abattus mardi dernier à Sétif identifiés P.

P.

3
3

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016 D’ EIL RAMADAN Horaires

2 DK NEWS

Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016

D’

EIL

CLIN CLIN 2 DK NEWS Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016 D’ EIL RAMADAN Horaires

RAMADAN

Horaires des prières

- Samedi 4 juin 2016 D’ EIL RAMADAN Horaires des prières Fajr 03:28 Dohr 12:47 Asr
- Samedi 4 juin 2016 D’ EIL RAMADAN Horaires des prières Fajr 03:28 Dohr 12:47 Asr
- Samedi 4 juin 2016 D’ EIL RAMADAN Horaires des prières Fajr 03:28 Dohr 12:47 Asr
- Samedi 4 juin 2016 D’ EIL RAMADAN Horaires des prières Fajr 03:28 Dohr 12:47 Asr
Fajr 03:28 Dohr 12:47 Asr 16:38 Maghreb 20:09 Isha 21:50
Fajr
03:28
Dohr
12:47
Asr
16:38
Maghreb
20:09
Isha
21:50

Les horaires de travail durant le Ramadhan sont fixés de 9h à 16h

Les horaires de travail durant le mois de Rama- dhan applicables dans les institutions et les adminis- trations publiques sont fixés de 09h00 à 16h00 du di- manche au jeudi, a indiqué hier un communiqué de la direction générale de la Fonction publique et de la Réforme administrative.

Pour ce qui est des wilayas d'Adrar, Tamanrasset, Illizi, Tindouf ,Béchar, Ouargla, Ghardaia, Laghouat, Biskra et El Oued, les horaires de travail sont fixés de 07h30 à 14h30, précise la même source. Les horaires habi- tuels de travail reprendront après l'Aïd El-Fitr, est-il rap- pelé.

COMMUNICATION

Grine à Tizi-Ouzou

Le ministre de la Com- munication, M.Hamid Grine, effectuera, au- jourd’hui, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Tizi-Ouzou.

de travail et d’inspection dans la wilaya de Tizi-Ouzou. AUJOURD’HUI AU MESRS Conférence nationale des

AUJOURD’HUI AU MESRS Conférence nationale des universités

AU MESRS Conférence nationale des universités Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la

Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scien- tifique, M. Tahar Hadjar, prési- dera aujourd’hui à partir de 8h30 au siège de son département minis- tériel, l’ouverture des travaux de la Conférence nationale des univer- sités.

AUJOURD’HUI À L’USTHB Journée d’étude sur la robotique dans le tourisme

Journée d’étude sur la robotique dans le tourisme L’Université des sciences et de la techno- logie

L’Université des sciences et de la techno- logie Houari Boumediene (USTHB), orga- nise aujourd’hui à partir de 9h, une journée sur «La robotique dans le tourisme».

4

MEILLEURS EXPORTATEURS ALGÉRIENS OOREDOO, SPONSOR GOLD DE LA CÉRÉMONIE

« Trophée Export 2015 »

Ooredoo, a été le Sponsor Gold, pour la sixième année, de la cérémonie de remise des trophées aux meil- leurs exportateurs al- gériens « Trophée Ex- port 2015», organisé dans la soirée du Mer- credi 1er juin 2016 à l’hôtel El Aurassi à Al- ger. Initié par leWorld Trade Center Algeria (WTCA), le « Tro- phée Export » distingue depuis 2003, les entreprises algériennes pour leurs performances et leurs démarches exemplaires et originales à l’exportation hors hydrocarbures. Lors de cette 1 3ème édition du Trophée Export, Ooredoo a présenté ses pro- duits et offres Voix et Data dédiés aux entreprises. Des solu- tions pratiques, innovantes et à des prix avantageux ayant per- mis à Ooredoo de conforter sa position de Partenaire télécoms de choix des professionnels. En participant à cet événement, Ooredoo a confirmé, une nouvelle fois, sa dimension d’entre- prise active dans le paysage économique de par son engage- ment pour la promotion et le soutien aux opérateurs algériens dans les défis économiques actuels.

algériens dans les défis économiques actuels. - CULTURE Mihoubi demain à Mostaganem Le ministre de la
algériens dans les défis économiques actuels. - CULTURE Mihoubi demain à Mostaganem Le ministre de la
- CULTURE Mihoubi demain à Mostaganem Le ministre de la Culture, M. Azzedine Mihoubi, effectuera
-
CULTURE
Mihoubi demain
à Mostaganem
Le ministre de la
Culture, M. Azzedine
Mihoubi, effectuera de-
main 5 juin, une visite
de travail et d’inspec-
tion dans la wilaya de
Mostaganem. Le mi-
nistre présidera une
cérémonie en hom-
mage au défunt artiste
peintre Mohamed
Khadda.
Météo
Max
Min
Alger
27°
14°
Oran
27°
17°
Annaba
24°
16°
Béjaïa
24°
17°
Tamanrasset
37°
24°
DEMAIN À L’IFEG
Conférence du DG
du groupe Sonelgaz
4
Le Directeur général
du groupe Sonelgaz, M.
Noureddine Bouterfa,
animera une conférence
de presse demain 5 juin
à partir de 9h30 à l’Ins-
titut de formation en
électricité et gaz (IFEG)
de Ben Aknoun, Alger,
consacrée à la présenta-
tion des activités du groupe au cours de l’exercice
2015.
LUNDI AU MUSÉE
DU MOUDJAHID
Enregistrement des
témoignages sur la
guerre de libération
Le musée national du moudjahid, organise
lundi 6 juin à partir de 14h, la 63e rencontre pour
l’enregistrement des témoignages de moudjahi-
dine et moudjahidate sur la guerre de libération
nationale.

AFFAIRES RELIGIEUSES

Mohamed Aïssa à Souk Ahras

Le ministre des Affaires Reli- gieuses et des Wakfs, M. Mohamed Aïssa, effectuera aujourd’hui, une vi- site de travail et d’inspection dans la wilaya de Souk Ahras.

de travail et d’inspection dans la wilaya de Souk Ahras. CE MATIN À ZÉRALDA Conseil national

CE MATIN À ZÉRALDA Conseil national du RND

Le parti du Rassemblement national démocratique (RND), tiendra ce matin à partir de 9h à la mutuelle des matériaux de la construction de Zéralda, Alger, la première session de son conseil national. Les travaux de cette session se poursuivront demain samedi. Par ailleurs, le secrétaire général du parti, M. Ahmed Ouyahia, animera une conférence de presse dimanche 5 juin à 9h30 au siège national du parti sis à Ben Ak- noun.

à 9h30 au siège national du parti sis à Ben Ak- noun. AUJOURD’HUI À LA RÉSIDENCE

AUJOURD’HUI À LA RÉSIDENCE EL MITHAK

Remise du Prix national d’architecture 2015

EL MITHAK Remise du Prix national d’architecture 2015 Le ministre de l’Ha- bitat, de l’Urbanisme et

Le ministre de l’Ha- bitat, de l’Urbanisme et de la Ville, M. Abdel- madjid Tebboune, pré- sidera aujourd’hui à partir de 8h30 à la Rési- dence El Mithak, la cé- rémonie de remise du Prix national d’architecture 2015.

COUPE D’AFRIQUE 2017

Mobilis toujours avec les Verts

Mobilis partenaire officiel de la Fédération algérienne de football (FAF) et de l’Equipe nationale A de football, a en- couragé les Verts à la veille de leur match face à l’équipe du Seychelles, comptant pour la cinquième et avant dernière journée, pour la phase quali- ficative de la Coupe d’Afrique des Nations de Football (CAN 2017), dans sa 31e édition, pré- vue du 21 janvier au 12 février 2017 au Gabon. Après s’être imposé lors de la première journée et en match aller face à son homologue des Seychelles sur le score de (4-0), notre onze a gagné son match retour face aux « pirates » du Sey- chelles au stade Linité à Vitoria. Les Verts qui dominent le groupe « J » avec 10 points, n’avaient plus besoin que d’un seul point pour assurer définitivement leur qualification à la phase finale de la CAN 2017. Mobilis, fidèle à son engage- ment d’accompagner et d’encourager les verts, durant cette phase qualificative, leur réitère son soutien incondi- tionnel, quelle que soit l’échéance sportive et le lieu de son déroulement. Bon courage et bonne chance aux Fennecs!

tionnel, quelle que soit l’échéance sportive et le lieu de son déroulement. Bon courage et bonne

Vendredi 3 -Samedi 4 juin 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

OUYAHIA :

La sécurité et la stabilité nationales exigent la vigilance de tous

La sécurité et la stabilité nationales «exigent la vigilance de tous et la contribution de chacun», a indiqué, hier à Alger, le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia.

Rassemblement national démocratique (RND), A hmed Ouyahia. «La tragédie nationale, dont les blessures n'ont pas

«La tragédie nationale, dont les blessures n'ont pas encore été cica- trisées, est là pour nous rappeler le prix des certitudes excessives ou des négligences mortelles. Alors pê- chons aujourd'hui par excès de pru- dence et de vigilance, plutôt que d'être surpris encore une fois», a déclaré M. Ouyahia à l'ouverture

des travaux de la première session du conseil national du parti après la te- nue de son 5e congrès. «En parlant de la sécurité et de la stabilité du pays, nous avons égale- ment à l'esprit les manoeuvres sub-

à la sécurité de notre territoire», sa-

versivespromuesparcertainespuis- luant ses succès dans l'éradication du

sances étrangères revanchardes qui n'acceptent pas encore l'indépen- dance de l'Algérie ou son soutien au droit des peuples à l'autodétermina- tion, exploitant quelques merce- naires politiques qui revendiquent, aujourd'hui, l'indépendance de la Kabylie ou l'autonomie du M'zab», a- t-il dénoncé. M. Ouyahia a affirmé que l'Algé- rie «s'est largement immunisée avec la politique de la réconciliation na- tionale qui a cimentée notre peuple grâce à la clairvoyance et l'engage- ment» du président de la Répu- blique,AbdelazizBouteflika,mettant en exergue l'attachement des Algé- riens à l'indépendance nationale et

terrorisme résiduel et contre les ré- seaux du crime transnational «qui tentent d'inonder le pays avec la drogue et avec les armes de guerre».

à l'unité de leur pays. Il a également rappelé que l'Algé- rie disposait d'une armée «qui dé- montre au quotidien sa compétence et sa bravoure» et qui est dirigée par des moudjahidine «toujours fi- dèles au serment qu'ils ont fait aux glorieux Chouhada de la Révolu- tion de Novembre, à leur tête le moudjahid Abdelaziz Bouteflika, chef suprême des Forces armées». M. Ouyahia a tenu, à cette occa- sion, à rendre hommage à l'Armée nationalepopulaire(ANP)«quiveille

La prise en charge des défis natio- naux nécessite un consensus na- tional Par ailleurs, le SG du RND a sou- ligné que la prise en charge des dé- fis nationaux, sécuritaires et écono- miques «nécessite un consensus national, ou tout le moins de la séré- nité dans le pays». «Le RND appelle à l'avènement d'un consensus politique dans le respect de la Constitution, des Insti- tutions de la République ainsi que de

la volonté du peuple exprimée démo- cratiquement par la voie des urnes», a-t-il affirmé. «En attendant cela, nous appelons tous les acteurs à concourir à la préservation d'un cli- mat de sérénité qu'exige d'ailleurs l'opinion nationale», a ajouté le pre- mier responsable du RND. Pour M. Ouyahia, son parti «n'acceptera ja- mais que l'Etat soit outragé dans l'impunité, car cela n'est dans l'inté- rêt de personne comme nous l'a enseigné un passé encore récent». Mettant en valeur la vertu du dia-

logue «tradition ancestrale de notre peuple», le SG du RND a indiqué que la dernière révision constitution-

nelle a permis à l'Algérie «de conso- lider son Etat de droit et ses libertés démocratiques». «Cette révision a renforcé les droits politiques de l'opposition.

Elleaapportéaussidesgarantiessup-

plémentaires à la liberté d'investir dans le respect de la loi», a-t-il ajouté, précisant également qu'elle avait consolidé la liberté de la presse et conforté l'indépendance du pou- voir judiciaire. «Alors, à défaut de solutions par la voie du dialogue, veillons à ce que la Justice arbitre tous les désac- cords et sanctionne toutes les viola- tions de la loi», a-t-il conclu.

M. Ouyahia appelle à ne pas céder aux appels aux solutions de facilité pour faire face à la crise économique

Le secrétaire général du Rassemblement national dé- mocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a appelé hier à Al- ger à ne pas céder aux appels aux solutions de facilités pour faire face à la crise économique, dont le recours à l'endettement extérieur. «Nous ne devons pas négliger les risques qui découlent de cette conjoncture (effondre- ment brutal des prix du pétrole) comme nous ne devons pas céder aux appels aux solutions de facilité, dont le re- cours à l'endettement extérieur», a déclaré M. Ouyahia à l'ouverture des travaux de la première session du conseil national du parti après la tenue du 5e congrès du parti. Le SG du RND a averti que l'endettement extérieur, en cas d'excès, «pourrait dans quelques années, hypo- théquer la souveraineté économique du pays et exposer la population à des mesures sociales dramatiques comme cela fut le cas déjà dans le cadre de l'ajustement structurel sous l'égide du FMI, alors que l'Algérie était dans l'incapacité de faire face au remboursement d'une dette extérieure qui culminait à 30 milliards de dollars». Pour M. Ouyahia, le souvenir de cette «douloureuse expérience, conjugué avec nos difficultés financières ac-

tuelles, doit nous encourager à accélérer la mise en oeu- vre des réformes économiques nécessaires tout en pré- servant la justice sociale». Dans le même contexte, M. Ouyahia a précisé que l'Algérie avait besoin d'un baril de pétrole à 90 dollars pour assurer son équilibre budgé- taire. Evoquant par ailleurs le 5ème congrès de son parti, il a indiqué que le «succès» de ce rendez-vous avait consti-

tué «un nouveau départ pour conforter notre famille po- litique et la mettre davantage au service de l'Algérie». Rap-

pelantlesdifférentesrésolutionsayantsanctionnélestra-

vaux du congrès, M. Ouyahia a réaffirmé le soutien de son parti au président de la République, Abdelaziz Bouteflika. «Conforter le RND, c'est consolider le dialogue, la démo- cratie et la stabilité dans nos rangs», a-t-il dit, précisant que le projet de règlement intérieur que le conseil na- tional aura à discuter «complètera le statut adopté par le congrès». «Ces deux textes constitueront ensemble une charte canalisant la conduite de chaque militant», a-t- il affirmé. Plusieurs points sont à l'ordre du jour de cette 1ère réunion du conseil national dont l'élection du nouveau bureau national du parti.

PRIX DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU JOURNALISTE PROFESSIONNEL:

Première réunion du jury

Le jury du prix du président de la République du journaliste profes- sionnel, sous la présidence de La- mine Bechichi, a tenu, jeudi à Alger, sa première réunion dans le cadre du lancement de la deuxième édition, indique un communiqué du mi- nistère de la Communication. Les membres du jury ont exa- miné les divers aspects rattachés à l'organisation de cette importante manifestation, dont le thème cette année est «la femme acteur majeur du développement économique et

social», comme ils ont débattu de l'importance de cette thématique et de sa portée médiatique, précise la même source. Le prix du président

de la République qui constitue le prix de référence nationale dans le do- maine journalistique, sera décerné

à l'occasion de la célébration de la

journée nationale de la presse le 22 octobre 2016. La participation à ce prix, souligne-t-on, est d'ores et déjà ouverte et se poursuivra jusqu'au 1er septembre 2016, selon les condi- tions disponibles sur le site web du

ministère de la Communication à l'adresse http://www.ministerecom- munication.gov.dz. Pour rappel, ce prix a été institué ar décret présiden- tiel le 21 mai 2015, «en signe de recon- naissance aux valeureux parcours des journalistes algériens durant la

guerre de libération nationale et d'appuiauxeffortsdesprofessionnels de la presse nationale qui contri- buent à la promotion du droit du ci- toyen à une information objective et crédible à travers la presse écrite, au- diovisuelle et électronique».

TIPASA :

Sortie de trois promotions d’officiers à l’Académie militaire de Cherchell

Le général de corps d’Armée, Ah- med Gaïd Salah, vice-ministre de la Dé- fense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire(ANP) a présidé,jeudiàl'Académiemilitairefeu

président Houari Boumediene de Cher- chell (AMC) (Tipasa), une cérémonie de sortie de trois promotions d'officiers. Les promotions, comptant desofficiersal- gériens et de pays amis et frères, ont été baptisées du nom du défunt moudjahid Abderrezak Bouhara , décédé le10 fé- vrier 2013 . Il s’agit de la 9e promotion de forma- tion militaire commune de base, de la 47e promotion d’élèves officiers de carrière de l’enseignement fondamen- tal et de la 44e promotion des officiers du cours de commandement et d’état- major. A l’entame de la cérémonie, le Gé- néral de Corps d’Armée a passé en re- vue les carrés des promotions sor- tantes, avant de procéder, en compagnie de hauts cadres du ministère de la dé- fense nationale(MDN), à la remise des diplômes et grades aux lauréats de chaque promotion. Dans on allocution, à l’occasion, le commandant de l’école, le général- major Ali Sidane a souligné la «qualité de la formation dispensée aux officiers sortants», à travers notamment une périoded’entrainement «exemplaire» durant laquelle ils ont appris l’amour du pays, la persévérance et la préserva- tion de la sécurité et de la stabilité du pays. Le commandant de l’Académie mi- litaire de Cherchell a rappelé la signa- ture, à cet effet, d’une série de conven- tions entre cet établissement de forma- tion militaire et un nombre d’univer- sités algériennes , dans un objectif de promotion de la formation et de la consécration de l’ouverture de l’insti- tution militaire sur la technologie et le savoir. La cérémonie, marquée par une forte présence des familles des élèves sortants, s’est poursuivie par la passa- tion de l’étendard de l’Académie entre

la promotion sortante et celle entrante,

avant de laisser place aux démonstra-

tions sportives, de cross-combat et d’exhibitionssportivescollectivesavec

et sans armes, ainsi qu’à un exercice dé-

monstratif d’une section en bouclage,

et la neutralisation d’un groupe de cri-

minels.Lesparticipantsàcesexhibitions ont ensuite constitué un tableau repré- sentant la carte géographique de l’Algé- rie. Les invités ont, aussi, eu droit à une

projection, sur écran géant d’un exer-

cice de simulation de la libération d’otages retenus sur un bateau de transport de voyageurs, réalisé par les

forces navales, avant la clôture de la cé- rémonie par une parade militaire au rythme de la musique militaire et d’une exhibition de saut de parachutes. Le Gé- néral de Corps d’Armée Ahmed Gaïd Sa- lah a eu droit, à l’occasion, à un exposé sur le système de simulation, en suivant deux exercices, en la matière, relatifs à Nasr 2016 et la protection d’une ins- tallation économique Il a, ensuite, as- sisté au niveau de la salle d’information géographique de la Direction de l’En- seignement Supérieur à un exercice animé par les stagiaires du cours de Commandement et d’Etat-major. L’op- portunité a, aussi, donné lieu à la tenue

d’une cérémonie en l’honneur de la fa-

mille du moudjahid Abderrezak Bou- hara. Le défunt moudjahid Abderrezak Bouhara est né en 1934 à Collo (wilaya de Skikda).

Il a fait des études au collège mo-

derne, avant de se rendre à Constan-

tinepourypoursuivresesétudessecon-

daires. Il rejoint à partir de 1955 l’Armée de Libération Nationale, où il fait car-

rière comme officier. Il est d’abord commissaire politique, avant d’être promu comandant de la Katiba 39 de la

base-Est. A l’indépendance, le défunt Bouhara poursuit sa formation à l’Ecole militaire de Homs en Syrie, il en sortira major de promotion. Il a, également, été commandement de la brigade algé- rienne en mission sur le canal de Suez lors de la guerre israélo-arabe de 1967.

Il a, entre autres, occupé les postes

de Chef d’Etat Major de la 3e Région mi- litaire à Béchar, et d’ambassadeur d’Al- gérie au Vietnam. Il sera ministre de la Santé de 1997 à 1982, avant d’être nommé, en 2004, membre du Conseil de la nation (tiers présidentiel). Le gé- néral de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Sa- lah, vice-ministre de la Défense natio- nale, chef d’état-major de l’Armée na-

tionalepopulaire(ANP)avaitprésidé,à la veille de cette sortie de promotion, une

cérémonie de baptisation de l’académie militaire de Cherchell, du nom du dé- funt président Houari Boumedienne, rappelle-t-on. Cette sortie de promotion

à l'Académie militaire feu président

Houari Boumediene de Cherchell

(AMC), couronne une série de cérémo- nies similaires organisées au niveau de différentes écoles et institutions de for- mation militaire du pays, au titre de l’an- née 2015-2016.

LUTTE CONTRE LE TERRORISME Quatre autres terroristes des huit abattus mardi dernier

à Sétif identifiés (MDN)

Quatre autres terroristes des huit abattus par un détachement de l'Armée nationale populaire (ANP) mardi der- nier près de la commune de Guelta ZarkaàSétif,ontétéidentifiés,alorsque l'identification du huitième et dernier

terroriste est toujours en cours, a indi- qué hier un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). "Dans le cadre de la lutte antiterro- riste, et après l'identification de trois (3) terroristes des huit (8) abattus, le 31 mai 2016, par un détachement de l'ANP près de la commune de Guelta Zarka, wilaya de Sétif (5e Région militaire), il

a été procédé le 02 juin 2016 à l'identi-

fication de quatre (4) autres criminels.

Il s'agit de A. Salem dit Hamza, T. Abdel-

hafid dit Ayoub, A. Abdelouaheb dit Ha- roune et de S. Mohamed dit Yakoub", précise le communiqué. "Alors que l'identification du hui- tième et dernier terroriste est toujours en cours, il est à signaler que les terro- ristes abattus activaient dans les envi- rons de la wilaya de Boumerdès en 2014, puis à Jijel. Et après avoir pisté leurs déplacements,ilsontéténeutraliséslors d'une embuscade tendue près de la commune de Guelta Zarka, wilaya de Sé- tif", souligne la même source. D'autre part, deux autres détache- ments "ont découvert et détruit, à Chlef (1e Région militaire) et Jijel (5e Région

militaire), 5 mines de confection artisa-

nale,4détonateurs,4panneauxsolaires,

une quantité de médicament, des pro- visions et d’autres objets". Dans le cadre de la lutte contre la cri- minalitéorganisée, des détachements combinés, en coordination avec des éléments de la Gendarmerie et de la Sû- reténationales, "ont appréhendéàTa- manrasset, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam (6e Région militaire), à Dja-

net (4e Région militaire) et à Mascara (2e Région militaire), 42 contrebandiers et

13 immigrants clandestins et ont saisi 11

quintaux de mélange de pierres et d'or,

8 véhicules tout-terrain, 27 détecteurs

de métaux, 5 marteaux piqueurs, 3

groupes électrogènes et 3.200 litres de carburant".

Parailleurs,desélémentsdesGarde-

côtesàEl-Tarf(5eRégionmilitaire)"ont

arrêté deux (02) contrebandiers et ont saisi 1,100 Kg de corail".

A Annaba (5e Région militaire),

"unetentatived'émigrationclandestine de 15 individus à bord d'une embarca- tion de fabrication artisanale, a été mise en échec à 10 miles nautiques à l'Est de Ras-El-Hamra". Les Garde- frontières à Souk-Ahras, Tébessa et El-Tarf (5e Région militaire) "ont éga- lement avorté des tentatives de contre- bande de 24.674 litres de carburant". APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016

Promulgation prochaine d'un décret exécutif portant enseignement obligatoire pour les handicapés

n Poursuivre l'action de solidarité en faveur des catégories vulnérables

La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem a annoncé jeudi à Alger l'élaboration prochaine d'un décret exécutif portant enseignement obligatoire au profit des handicapés dans les établissements sco- laires réguliers et ceux relevant de la forma- tion professionnelle ainsi que dans les écoles d'alphabétisation. La ministre qui répondait à une question orale d'une députée de l'Assemblée populaire nationale (APN), a indiqué que cette dé- marche visait à «consacrer l'intégration sco- laire régulière des personnes handicapées, en leur offrant l'opportunité de composer avec les autres enfants et de se présenter aux épreuves». Mme Meslem a indiqué que son secteur était en passe «d'élaborer une étude, en par- tenariat avec les différents acteurs, afin de dé- finir les causes de la hausse du taux du han- dicap et trouver des solutions à même de contribuer à un diagnostic précoce». 225 établissements spécialisés sont disponibles dans différentes wilayas. Ils prennent en charge plus de 25.000 élèves handicapés, dans le cadre d'un système global ou partiel, en tenant compte du degré du handicap. La ministre a souligné, par ailleurs, la né- cessité d»intégrer tous les enfants handica- pés dans les établissements éducatifs régu- liers en tenant compte de leurs besoins spé- cifiques, conformément aux méthodes et sys- tèmes éducatifs adoptés dans les établisse- ments spécialisés, sous la supervision d'en- cadreurs spécialisés en collaboration avec des enseignants et des professeurs». Dans ce cadre, la ministre a rappelé la cir- culaire interministérielle de 2013 entre les secteurs de la solidarité et de l'Education, des- tinée à tous les directeurs de l'Education na- tionale et de l'action sociale portant «procé- dures, d'ouverture de classes adaptées et leur organisation au sein des établissements éducatifs réguliers». Ce dispositif a permis, ajoute Mme Mes- lem, de porter le nombre de classes adaptées ouvertes dans les écoles régulières en 2015 à 405 classes au profit de 3.025 élèves handica- pés contre 54 pour 554 élèves handicapés en- tre 2010-2011.

LOUH :

Le projet de loi sur le Conseil national des droits de l'homme prévoit des mesures importantes

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh a indiqué jeudi à Alger que l'avant-projet de loi relatif au Conseil national des droits de l'homme prévoyait de nouvelles et importantes mesures pour la protection et la promotion des droits humains en Algérie.

Le projet de loi sur le Conseil des droits de l'homme approuvé mardi dernier par le conseil des ministres prévoit de «nouvelles mesures im- portantes» portant notam- ment sur l'élection du prési- dent du Conseil par ses mem- bres, a affirmé le ministre de la Justice en marge d'une séance plénière de l'Assemblée populaire nationale (APN)

plénière de l'Assemblée populaire nationale (APN) consacrée aux questions orales. Pour le ministre, cette

consacrée aux questions orales. Pour le ministre, cette dis- position renvoi à un «prin- cipe important» pour la consé- cration de la démarche d'indé- pendance de ce Conseil où siègeront des personnalités désignées par le président de la République, des représen-

tants des deux chambres du Parlement et des associations en charge des droits de l'homme, de la femme, des handicapés et des syndicats. M. Louh est revenu sur le contenu du projet de loi dans son chapitre relatif au fonc- tionnement de cette instance dotée de l'autonomie finan-

cière et administrative. Le Conseil des ministres présidé par le président de la République Abdelaziz Boute- flika, a approuvé l'avant-pro- jet de loi fixant la composition et les modalités de désignation des membres du Conseil na- tional des droits de l'homme ainsi que les règles relatives à son organisation et à son fonc- tionnement. Ce texte découle de la révi- sion constitutionnelle du 7 février dernier, et qui a elle- même codifié les missions de surveillance, d'investigation, de sensibilisation, d'informa- tion, et de proposition sur les questions des droits de l'homme, dévolues au Conseil national des droits de l'homme, qui est un organe in- dépendant, placé auprès du président de la République, garant de la Constitution.

Près d'un million de demandes en rectification d'actes d'état civil erronés enregistrées en 2015

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a indiqué jeudi à Al- ger que près d'un million de demandes de rectification d'erreurs matérielles sur des actes d'état civil ont été enregistrées en 2015. Le ministre qui répondait à la ques- tion d'un député de l'Assemblée populaire nationale (APN) sur le traitement judiciaire de ces erreurs a répondu que son service avait enregistré en 2015 «prés d'un million de demandes de rectification dont 3669 émanaient de la communauté nationale à l'étranger». Il a fait savoir que 3635 de ces de- mandes de la communauté algérienne éta- blie à l'étranger ont été traitées après examen au niveau de la Cour d'Alger,

seule juridiction compétente en la matière. Il a annoncé que le projet de loi modi- fiant le Code de l'état civil sera soumis très prochainement au conseil des ministre pour élargir le champ de compétence pour la rectification des erreurs maté- rielles à tout le territoire national. L'amendement portera également, se- lon le garde des Sceaux, sur la signature électronique ce qui permettra, a-t-il dit, aux membres de la communauté nationale à l'étranger de d'introduire leur demande en rectification au niveau des représenta- tions diplomatiques et consulaires et leur évitera le déplacement dans le pays. La stratégie du gouvernement repose sur le traitement des facteurs à l'origine

de l'accumulation des erreurs administra- tives avant d'envisager la procédure de rec- tification par la justice, a soutenu le minis- tre. Il a rappelé les mesures adoptées pour la modernisation du secteur de la justice notamment pour ce qui est du retrait de certains documents par voie électronique mettant l'accent sur la nécessité de com- battre la bureaucratie pour garantir la pro- motion du service public. Pour ce qui est de l'octroi de la nationa- lité algérienne par la mère, le ministre de la justice a répondu que «la loi est claire à ce propos». «Aucun dépassement n'est toléré dans l'application de la loi», a-t-il insisté.

Hadjar dément la rumeur sur l'augmentation de la bourse d'études universitaires

Le ministre de l'Enseignement supé- rieur et de la recherche scientifique, Ta- har Hadjar a démenti jeudi à Alger, l'infor- mation relayée par certains médias sur l'augmentation de la bourse d'études uni- versitaires. Dans une déclaration à la presse en marge d'une séance plénière de l'Assem- blée populaire nationale (APN) consa- crée aux questions orales, M. Hadjar a dé- menti l'information relayée par certains medias sur l'augmentation de la bourse d'études universitaires, précisant n'avoir fait aucune déclaration à ce sujet. Concer- nant l'allongement des heures d'études au

niveau de certains établissements univer- sitaires, M. Hadjar a rappelé que cette me- sure était déjà «en vigueur» dans cer- tains établissements notamment ceux souffrant de «surcharge». Concernant la prochaine rentrée uni- versitaire, M. Hadjar a exprimé la dispo- nibilité de son secteur à accueillir tous les lauréats du baccalauréat session 2016, évitant de commenter «la fuite de certains sujets des épreuves du baccalauréat». A une sur le sort des diplômés en Li- cence professionnelle, spécialité «sciences cliniques infirmières», des universités de Bejaia et de Mostaganem, le ministre a

affirmé la prise en charge de ces diplômés, en vertu de l'accord conclu entre son sec- teur, le ministère de la Santé et la Fonction publique. Sur la base de cet accord, ces diplômés ont été recrutés au niveau des structures relevant du ministère de la santé, en qua- lité d'infirmiers contractuels et seront titularisés, après une année de formation, a-t-il précisé. M. Hadjar a saisi cette occasion pour rappeler que les diplômes sanctionnant le cursus de formation en «sciences cli- niques infirmières» étaient des diplômes nationaux reconnus.

FUITES DE SUJETS DU BACCALAURÉAT 2016

Le dernier mot sur la suite à donner revient au Gouvernement

Les partenaires sociaux du ministère de l'Education nationale ont signé, dans la nuit de jeudi à vendredi, un com- muniqué conjoint visant à préserver la crédibilité du Bac- calauréat et à rassurer les élèves quant à leur droit à l'éga- lité des chances, suite aux fuites des sujets de certaines épreuves, soulignant que le dernier mot revenait aux Gou- vernement. Le communiqué a été signé par Mme Nouria Benghebrit, ministre de l'Education nationale, M. Meziane Meriane, Coor- donnateur national du Syndicat national autonome des pro- fesseurs de l’enseignement secondaire et technique (SNA- PEST), M. Sadek Dziri, président de l'Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef ), M. Boualem Amoura, secrétaire général du Syndicat auto- nome des travailleurs de l'Education et de la formation (SA- TEF), M. Mohamed Hamidat, secrétaire général du Syndi- cat national autonome des professeurs de l'enseignement primaire (SNAPEP), M. Sidali Bahari, secrétaire général du Syndicat national des corps communs et ouvriers profession- nels de l'Education nationale (SCCOPEN), M. Khaled Ahmed, président de l'Association nationale des parents d'élèves, Mme Dalila Khiar, présidente de la Fédération nationale des as-

sociations des parents d'élèves. Le communiqué conjoint n'a, toutefois, pas été signé par le représentant du Conseil des lycées d'Algérie (CLA), pré- sent à la réunion qui a duré près de huit heures. Les participants à cette réunion consacrée à la présen- tation de propositions concernant la suite à donner au BAC- 2016, sur l'ombre de fuites des sujets de certaines épreuves via les réseaux sociaux au deuxième jour de l'examen, ont été unanimes à affirmer que «le dernier mot revient au gou- vernement». Après avoir «fustigé et condamné» ces fuites, les parte- naires sociaux ont soumis leurs propositions au ministère. Ces propositions consiste en la réorganisation en session extraordinaire des épreuves du baccalauréat dans son in- tégralité après Aid El-Fitr, la réorganisation partielle de l'exa- men, soit uniquement les épreuves dont les sujets ont fuité, ou son maintien. Le gouvernement décidera, dans les jours à venir, de la suite à donner. Le communiqué conjoint a souligné l'impératif respect de l'égalité des chances et la préservation de la crédibilité du baccalauréat, a indiqué Meziane Meriane. Pour le syndicaliste, «il est inconcevable de corriger les

copies en sachant qu'il y a eu triche», précisant coordina- tion était pour la réorganisation des épreuves dont les su- jets ont fuité. Pour le président de l'Association des parents d'élèves, le dernier mot revient au gouvernement. Des mesures se- ront prises pour assurer la crédibilité du baccalauréat et le respect du principe de l'égalité des chances, a-t-il assuré. Selon le président du SCCOPEN, cette rencontre a per- mis de mettre à nu l'acte «lâche» qui vise à entacher la cré- dibilité du BAC. Il a appelé à réorganiser les épreuves dont les sujets ont fuité, estimant que «le dernier mot revient au gouvernement». Le représentant du CLA, Zoubir Rouina, a, pour sa part, précisé que la réunion avait permis de faire part de la condamnation par les enseignants du secondaire de ces fuites qui sapent les efforts des élèves et des enseignants, soulignant que les enseignants refusaient de corriger un examen en- taché de fraude. Cette organisation syndicale a proposé de réorganiser les épreuves dont les sujets ont fuité.

APS

Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

Tebboune réitère l'engagement de distribuer tous les logements «AADL1» avant la fin 2016

Le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la ville, Abdelmadjid Tebboune a réitéré, jeudi à Alger, l'engagement de remettre les clés de logements réalisés dans le cadre du programme «location-vente 2001- 2002» (AADL 1) avant la fin 2016.

«Je réaffirme, une autre fois, que tous les souscrip- teurs au programme loca- tion-vente 2001-2002 récep- tionneront leurs logements avec contrat en main, avant la fin 2016», a indiqué M. Teb- boune lors d'une séance plé- nière à l'Assemblée popu- laire nationale (APN) consa- crée aux questions orales. «Nous sommes sur le point de

clore le dossier de façon dé- finitive», a-t-il dit, d'autant que l'Agence nationale d'amélioration et de déve- loppement du logement (AADL), qui supervise ce pro- gramme, a déjà remis les clés du premier lot de logements,

il y a quelques jours. Dans

une déclaration à la presse en marge de cette séance, le mi- nistre s'est dit étonné que

de cette séance, le mi- nistre s'est dit étonné que ments aux souscripteurs du programme AADL

ments aux souscripteurs du programme AADL 1, aux nou- veaux souscripteurs. Les ambitions du gouver- nement en matière de loge- ment sont freinées par le manque d'assiettes foncières destinées à la construction de logements, ce qui explique le recours à l'exploitation des nouvelles villes et à la création de nouveaux pôles urbains relativement éloignés du cen- tre ville, a précisé le ministre.

A une question sur le pro-

plusieurs souscripteurs

ments AADL, qui seront livrés

et Reghaia (520), outre 814 au-

gramme AADL à Jijel, M. Teb-

convoqués à la remise des

tres unités à Sidi Abdellah.

boune a annoncé le lance-

clés n'étaient pas présents à ce rendez-vous. L'AADL compte près de 84.000 souscripteurs inscrits

Dans les autres wilayas du territoire national, l'AADL compte distribuer, avant le Ramadhan, 500 unités à Sidi

ment effectif de la réalisa- tion de 1.000 unités sur un to- tal de 2.300 logements, prévus dans cette wilaya.

au programme «2001-2002»

Bel-Abbès, 350 à Batna et 150

Il

s'agit de 400 unités à

au niveau national dont plus de 60.000 à Alger. Le ministre avait présidé lundi la cérémonie de re- mise de clefs à quelque 300 souscripteurs au programme (AADL1) au site de Ain El Malha à Alger.

autres à Tipasa. Concernant les souscrip- teurs inscrits sur Internet en 2013, le ministre a affirmé que le gouvernement avait inscrit au sein du programme quinquennal du secteur de l'habitat, la réalisation de

Tahir, 400 à Aouana et 1.200 dans la commune de Jijel, outre le lancement prochain des 300 unités restantes. L'AADL compte, dans la wilaya de Jijel, 1.189 souscrip-

teurs au programme 2001- 2002 et 7.777 souscripteurs

Selon les chiffres de

400.000

unités de type loca-

inscrits en 2013. Les projets

l'AADL, le site de Ain El Malha compte 1.137 souscripteurs. Le premier lot de loge-

avant le mois de Ramadan à

tion-vente, à raison de 80.000 unités par an jusqu'en 2019. Il s'agit également de l'ex- cèdent du programme des

logements lancé en

230.000

destinés aux souscripteurs au programme 2013 seront lancés progressivement, dans le cadre du programme quin- quennal, jusqu'a satisfaction

Alger, concerne les sites de Ouled Fayet (700 logements)

2013, qui sera remis, après la distribution de tous les loge-

de toutes les demandes, a af- firmé le ministre.

ORAN

Amar Ghoul donne le coup d’envoi de la saison estivale 2016

n Introduire des produits d’artisanat à l’évaluation des structures touristiques

Le ministre de l’Aménagement du Territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, Amar Ghoul a donné, jeudi à la plage «Les dunes» dans la commune d'Ain Turck (Oran), le coup d’envoi de la sai- son estivale 2016. Le ministre, qui a annoncé aux noms du président de la République, M. Abde- laziz Bouteflika et du Premier ministre M. Abdelmalek Sellal, l’ouverture offi- cielle de la saison estivale 2016, a affirmé, dans une déclaration à la presse, que l’Etat a pris toutes les mesures pour la réussite de cette saison à tous les niveaux pour en faire une fête en Algérie, confor- ter l’économie nationale et renforcer la paix et la stabilité. Après avoir valorisé les efforts des au- torités locales pour organiser cette sai- son dont la cérémonie d’ouverture a été riche en couleurs et en activités, Amar Ghoul a rappelé que le secteur du tou- risme à Oran a connu un bond qualita- tif où l’investissement dans ce domaine s'est renforcé par plus d’une centaine de

ce domaine s'est renforcé par plus d’une centaine de projets. Dans ce cadre, il a annoncé

projets. Dans ce cadre, il a annoncé qu’Oran offrira 40.000 lits pour l’accueil des visiteurs du pays et de l’étranger, ajoutant qu’El Bahia sera une ville du tourisme d’affaires en accueillant un premier colloque international de l’Or- ganisation mondiale du tourisme en octobre prochain avec la participation de responsables, d'experts et de profes- sionnels du tourisme des pays ayant une renommée dans ce domaine. Par la même occasion, le ministre a

visité des stands d’une exposition met- tant en exergue les missions et activités de différentes instances concernées par la saison estivale dont un réservé à l’ar- tisanat et a assisté à des activités cultu- relles, récréatives et sportives. Par ailleurs, il a posé la première pierre du projet de réalisation d’une école supérieure d’hôtellerie et de tou- risme à Oran relevant de la Société d’in- vestissement hôtelier «SIH». Cette école, la deuxième de cette société publique après celle d'Ain Benian (Alger), dispo- sera de 160 places pédagogiques et au- tres structures. M. Amar Ghoul a également inauguré un hôtel «Costa Rica» à Ain Turck d’une capacité de 22 chambres et a inspecté deux projets de réalisation de deux hôtels. Le ministre a, en outre, suivi un ex- posé sur le fichier national de l’artisanat, la nomenclature des activités d’artisanat et le programme de formation des for- mateurs.

La formation doit suivre l’évolution de la flotte et des technologies nouvelles dans le transport aérien

Le ministre des Transports, Boudje-

mâa Talai, a insisté, jeudi à Blida, sur la nécessité d’assurer les formations adé- quates dans les divers créneaux liés à l’aviation et le transport aérien. A l’issue d’une réunion du consor- tium aéronautique et transport aérien de l’université Saad Dahleb, le ministre

a réitéré «l’intérêt croissant» accordé par

les pouvoirs publics au volet de la forma- tion afin , a-t-il dit, d’être au diapason des nouvelles technologies en la matière et de répondre aux besoins créés par l’aug- mentation de la flotte civile et militaire. «L’Algérie enregistre des avancées considérables en termes de renforce- ment de sa flotte. Les compagnies aé- riennes nationales ont, donc, besoin de ressources humaines hautement qua-

ont, donc, besoin de ressources humaines hautement qua- lifiées dans les divers métiers de l’aéro- nautique»,

lifiées dans les divers métiers de l’aéro- nautique», a-t-il souligné. Le consortium aéronautique et trans- port aérien mis en place en 2013 par l’université Saâd-Dahleb, qui assure des formations spécialisées dans le do- maine, est une «opportunité impor- tante à saisir, à travers notamment la si-

gnature de conventions avec les compa- gnies aériennes, les services de météo- rologie, le contrôle de l’aviation ainsi qu’avec des instituts étrangers de forma- tion afin de promouvoir la qualité des formations», a, de son côté, affirmé le recteur de cette université, M.Abadlia. Des conventions ont été, en effet, si- gnées avec un institut sud africain et un autre canadien dans les domaines de maintenance aéronautique, la gestion du trafic aérien, la construction aéronau- tiqueàetc, a-t-il relevé. Le ministre a, par ailleurs, appelé les compagnies aériennes à «travailler en étroite collaboration» avec ce consortium afin d’assurer des formations convena- bles dans tous les aspects dont elles ont besoin.

RAMADHAN Évaluation des préparatifs pour l'approvisionnement du marché en produits de base

Le Comité de suivi et de facilita- tion des approvision- nements en produits de large consomma- tion s'est réuni jeudi,

et a procédé à l'éva-

luation des prépara- tifs en vue d'assurer un approvisionne- ment régulier du marché en produits de première nécessité à la veille et durant le mois de Ramadhan.

Présidé par le ministre du Commerce Bekhti Be-

laib, cette réunion a regroupé des représentants de plusieurs départements ministériels, comme l'Agri- culture et le Commerce, et qui ont souligné «la dis- ponibilité des produits très demandés durant le mois sacré à savoir, le lait, les légumes, les viandes rouges et blanches, céréales et légumes secs», selon un com- muniqué du ministère du Commerce. M. Belaib a donné des orientations pour veiller au suivi permanent et régulier du marché afin de re- médier à tout éventuel dysfonctionnement du mar- ché, en soulignant sa «satisfaction» des mesures prises par les différents organismes de régulation pour assurer une large disponibilité des différents produits. Des représentants des Douanes et ceux d'orga- nismes de régulations tels que l'Onil, l'Onilev, l'Oaic et la Sgp Proda ont également pris part à cette ren- contre. Ces organismes ont été appelés par le minis- tre «à participer par leur présence dans les marchés spécifiques qui seront organisés conjointement avec l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et l'Union générale des commerçants et ar- tisans algériens (UGCAA) à partir du 4 juin à travers le territoire national», selon la même source. Il s'agit, à travers cette initiative, de permettre aux citoyens «de s'approvisionner en produits de qua- lité à des prix abordables et en quantités suffi- santes notamment ceux issus de la production na- tionale», souligne-t-on.

HADJ 2016

Plus de 2.160 pèlerins embarqueront cette année à partir des aéroports du Sud

Quelque 2.166 pèlerins des wilayas du Sud du pays em- barqueront cette année à partir des aéroports d’Ouar- gla et d’El-Oued, vers les Lieux saints de l’islam en Ara- bie Saoudite pour l’accomplissement du rituel du Hadj (grand pèlerinage), a appris jeudi l’APS auprès de la direction régionale d’Air-Algérie à Ouargla. Neuf (9) vols d’une moyenne de 330 places sur des appareils du transporteur national Air- Algérie sont prévus, sur la période allant du 20 aout au 4 septembre prochains, à partir d’Ouargla (7 vols) et d’El-Oued (2), pour le transport des pèlerins des wilayas de Ghardaïa (637), Ouargla (594), El-Oued (520), Tamanrasset (242) et Illizi (173), a précisé le di- recteur régional, Mohamed Toufik Bounoua. Ceux de la wilaya de Laghouat (618) embarque- ront eux à partir de l’aéroport d’Alger, a-t-il fait sa- voir. Les trois premiers vols rallieront Médine et les six autres Djeddah, selon le programme de la com- pagnie nationale qui a retenu huit (8) points de vente de billets dédiés à l’opération Hadj-2016. Les vols du retour sont projetés, dans les mêmes conditions d’organisation, au départ des lieux saints de l’islam vers les aéroports d’Ouargla et El- Oued, sur la période s’étalant entre le 20 septembre et le 05 octobre prochains, selon le même respon- sable. Inversement au programme des vols aller, ceux du retour sont prévus à partir de Djeddah pour les trois (3) premiers et Médine pour les six (autres). APS

ceux du retour sont prévus à partir de Djeddah pour les trois (3) premiers et Médine
ceux du retour sont prévus à partir de Djeddah pour les trois (3) premiers et Médine

6 DK NEWS

COOPÉRATION

Vendredi 3 - samedi 4 juin 2016

Lutte antiterroriste:

Toutes les actions de coordination régionale doivent s'inspirer de l'expérience algérienne

Toutes les actions de coordination régio-

nale dans le domaine de la lutte antiterroriste doivent s'inspirer de l'expérience algérienne,

indiqué jeudi à Alger le président de l'Assem-

a

Le Département d’Etat salue l’approche globale et active de l’Algérie

Le Département d'Etat américain a salué, dans son rapport annuel 2015 sur la lutte anti- terroriste dans le monde, la vision algérienne globale de lutte contre le terrorisme et les efforts consentis par les Hautes Autorités, depuis plus de deux décennies, dans le traitement efficace de cette menace, indiquant que «l’Algérie demeure un partenaire important dans la lutte conte le terrorisme».

Le document américain, qui couvre la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2015, rappelle l’expérience de l’Algé-

rie dans le domaine de la lutte

Etats, a pris activement en compte d’autres formes de lutte contre ce groupe terroriste, à travers notamment l'adoption

de mesures de prévention, de sé- curité et de participation, comme

N'ayant pas encore pris en compte les derniers développe- ments sur cette question inter- venus

N'ayant pas encore pris en compte les derniers développe- ments sur cette question inter- venus en avril 2016, à la suite de l'adoption par l'APN du projet de

pération engagée dans le do- maine sécuritaire avec la Tuni- sie, la médiation dans le conflit malien, l’appui au processus politique de paix en Libye, ainsi que la reprise du texte de l’année

blée nationale française Claude Bartolone. «Toutes les actions de coordination régionale

doivent s'inspirer de la grande expérience de l'Algérie dans la lutte antiterroriste. Vous dis- posez de cette expérience et l'Histoire vous a contraints à la construire», a souligné M. Bartolone dans son allocution d'ouverture de la Grande commission interparlementaire France-Algérie. «Vous vous êtes battus, il n'y

contre le terrorisme et les efforts qu’elle consacre à ce sujet. Il met en exergue la stratégie poursuivie en ce sens, qui fait ap- pel aux outils d’information, de prévention et de sécurisation des frontières, dans la poursuite de sa lutte contre cinq organisa- tions terroristes, telles que Aqmi,

montre l’intérêt que l’Algérie

accordé au processus de Wash- ington de lutte contre l’extré- misme violent et la contribu-

tion substantielle au débat sur ce phénomène, à travers l’organi- sation à Alger d’une conférence internationale sur la dé- radica- lisation». Le Département d'Etat, re- lève, en outre, les mesures prises par l’Algérie en ce qui concerne les mises en garde contre les fatwas émanant de l’étranger, la mise en place d’un organe natio- nal de lutte contre la cybercrimi- nalité, la préparation du lance- ment d’un observatoire sur l’ex- trémisme violent et d’une insti- tution nationale de la Fatwa, la mise en conformité de la légis- lation nationale avec les résolu- tions pertinentes du Conseil de Sécurité de l’ONU ainsi qu’avec les recommandations du GAFI, l’adoption de nouvelles disposi- tions concernant la garde à vue,

le

a

pas si longtemps, seuls contre la furie des ces

Al Mourabitoun, Mujoa, Daech & Ansar Acharia, qui restent des menaces actives dans le pays et sur ses frontières. «Des cellules, pour la ma- jeure partie, de ces groupes ont fait état de leur allégeance à Daech, mais qu’elles comptent un nombre très réduit d’élé- ments». «Des efforts ont également été menés pour raffermir le dis- positif sécuritaire de proximité et de surveillance et de la poli- tique de non concession envers les prises d’otages par les groupes terroristes, d’où l’ab- sence de toute référence aux enlèvements par des groupes terroristes durant toute l’année 2015», relève le département d'Etat dans son rapport annuel. Selon ledit document, «la stratégie algérienne, qui se fonde par ailleurs sur le rejet de toute coalition ou alliance contre Daech, au nom du principe de non intervention dans les af- faires intérieures des autres

mêmes tortionnaires», a ajouté le président de l'Assemblée nationale française, en visite officielle de trois jours en Algérie à l'invitation du président de l'Assemblée populaire natio- nale (APN), Mohamed-Larbi Ould Khelifa. «Quel que soit l'avenir des politiques de sécu- rité, non seulement rien ne doit se faire sans l'Algérie, mais l'Algérie doit disposer d'une voix prépondérante dans les projets de l'avenir», a-t-il soutenu. «C'est ainsi que nous construi- sons ensemble la paix et des enceintes régio- nales capables de la garantir», a relevé M. Bar- tolone, ajoutant que «cela suppose de renfor- cer les mécanismes bilatéraux pour une coo- pération opérationnelle au Sahel».

Loi amendant et complétant l'ordonnance n° 66-156 portant

Code pénal, le Département d'Etat devrait refléter cette évo- lution dans son prochain rapport

dernière concernant les rela- tions algéro-marocaines, indi- quant que les divergences des positions sur la question du Sa- hara occidental demeurent un obstacle à la coopération bilaté- rale et régionale dans la lutte contre le terrorisme. Le document fait remarquer, enfin, que dans le cadre de sa stratégie de lutte antiterroriste, et en reprenant une déclaration du ministre tunisien de la Dé- fense : «l’Algérie assure la forma- tion des forces spéciales de la Tu- nisie pour la sécurisation des frontières sur la base d’un accord bilatéral».

 

2016.

En plus du volet sécuritaire et la lutte an- titerroriste, l'autre thème abordé par la grande commission interparlementaire concerne le partenariat algéro-français dans le domaine de l'investissement et du commerce, a indi- qué M. Bartolone. Relevant que les relations économiques et commerciales entre les deux pays sont «constantes, intenses et n'ont jamais cessé de se développer», le président de l'As- semblée nationale française a fait observer qu'elles ont «triplé». Il a soutenu que la France est le «deuxième partenaire écono- mique de l'Algérie et le premier investisseur en Algérie», soulignant, à cet effet, que les deux pays sont des «partenaires privilégiés et doi- vent tout faire pour améliorer la fluidité des relations entre leurs entreprises». Pour M. Bartolone, cette grande commission «c'est bien davantage qu'un acte diplomatique, c'est l'hommage d'un peuple, à la souveraineté d'un peuple frère». Par ailleurs et dans une décla- ration à la presse, M. Bartolone a indiqué au sujet du décès du président sahraoui, Moha- med Abdelaziz, qu'il a eu «une pensée pour toute sa famille et pour ceux qui se reconnais- sent dans son combat», espérant «réussir dans le cadre des Nations unies à parvenir à une solution politique acceptée par toutes les parties».

Dans l'ensemble, ces impor- tants développements juridiques et institutionnels dans la lutte

la

restructuration du DRS-SCO-

contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ont été positivement appréciés par le Département d’Etat. Une autre clé des efforts de

RAT-SCAAT et le renforcement sécuritaire des frontières. Le rapport, établi au 31 dé-

cembre 2015, note que l’Algérie

a

poursuivi la mise en œuvre de

l’Algérie en la matière consiste dans l'intérêt particulier porté à la coopération internationale, souligne, dans ce sens, le docu-

réformes internes et a fait preuve de progrès en matière de lutte contre le blanchiment d’argent

et

le financement du terrorisme.

ment, notant à cet égard, la coo-

L'Ecole internationale américaine d'Alger ouvrira ses portes à la prochaine entrée scolaire

L'école internationale américaine d'Alger (ASIA), située à Ben Aknoun, ouvrira ses portes à la prochaine entrée scolaire, a annoncé jeudi l'ambassade américaine en Algérie. Cette école, première du genre en Algérie, et dont la signa- ture de l'accord de création entre les deux Etats a eu lieu fin décembre 2015 à Washington, dispensera un enseignement en anglais confor-

mément au cursus éducatif américain. L'accord a été paraphé l'ambassadeur d'Algérie aux Etats-unis, M. Madjid Bouguerra et par la sous- secrétaire d'Etat américaine pour le Proche- Orient, Mme Anne Patterson, rappelle-t-on. Le cursus de cette école est ouverte aussi bien aux Algériens qu'aux étrangers et inclut égale- ment un module de langue arabe, et deux au-

tres sur l'histoire et la géographie de l'Algérie. Cette école ouvrira «un nouveau chapitre» dans les relations avec les Etats-Unis dans le do- maine de l'éducation. La création de cette école a été proposée lors de la deuxième session du dialogue stratégique algéro-américain, te- nue en avril 2014 à Alger. Les deux parties ont œuvré depuis à sa concrétisation.

Le général-major Hamel prend part à New York au Sommet mondial des chefs de Police

Le Directeur général de la sû- reté nationale le général-major, Ab- delghani Hamel, a pris part hier à New York au premier sommet mon- dial des chefs de police, une réunion axée sur la lutte contre la criminalité

et le terrorisme.

M. Hamel participe à ce sommet inédit, parrainé par l’ONU, avec de hauts dirigeants de police repré- sentant plus de 100 pays. La réunion ouverte vendredi par Jan Eliasson, le secrétaire général ad- joint de l’ONU, mettra l’accent sur les grands défis de maintien de la paix dans un contexte marqué par une montée en puissance des trafics illé- gaux et des menaces terroristes. Hervé Ladsous, secrétaire géné- ral adjoint aux opérations de main-

tien de la paix de l’ONU, a évoqué lors

de l’ouverture du sommet les contri-

butions des Etats membres pour apporter un soutien à la police des Nations unies sur le terrain. La police des Nations unies qui compte quelque 14.000 membres

affiche des besoins importants en matière de capacités et de moyens lui permettant de mener à bien ses mis- sions, selon l’Organisation onu- sienne. Il s’agit également de réprimer la

conduite incorrecte des membres du personnel des missions de paix suite aux allégations fondées d’abus et d’exploitation sexuels des femmes et d’enfants dans les pays où ces forces ont été déployées. L’ONU estime quÆil nécessaire d’agir pour suppléer aux lacunes de déontologie, de formation et d’ex- pertise de ses effectifs répartis dans 18 opérations et autres missions de maintien de paix dans le monde. L’Organisation avait déjà pro- cédé en 2014 et 2015 à une évaluation approfondie du déploiement de ces

effectifs dans les opérations de main- tien de la paix qui a fait ressortir la né- cessité d’améliorer leurs aptitudes afin de mieux s’acquitter des tâches que leur confie le Conseil de sécurité. La lutte contre le crime organisé

et le terrorisme pèsera, par ailleurs, sur ce sommet d’un jour, dont les tra- vaux sont dominés par la montée des menaces liées à la violence criminelle et à la multiplication des conflits. L’ONU reconnaît que les bénéfices de la criminalité transnationale organi- sée soutiennent le terrorisme et l'ex- trémisme violent, alimentant la cor- ruption, et l'affaiblissement de l'Etat de droit et rendant difficile la réso- lution des conflits. Le nombre de guerres civiles a tri- plé au cours des dix dernières an- nées, souligne l’ONU et la menace terroriste, l'extrémisme violent et le trafic de drogues, d'armes et de personnes ont pris des proportions encore plus grandes durant les der- nières années. Environ 60 millions de personnes ont été déplacées de force, soit le plus grand nombre de réfugiés depuis la seconde guerre mondiale, entraî- nant des besoins humanitaires de plus en plus importants. Par ailleurs, le sommet de New

La réunion, sans précédent, à laquelle prend part le Directeur général de la Sûreté nationale,
La réunion, sans précédent, à laquelle prend part le
Directeur général de la Sûreté nationale, le général-
major Abdelghani Hamel, vise à redynamiser le rôle
de la police des Nations unies face à la montée de la
criminalité organisée sous toutes ses formes, la
violence et l’extrémisme qui fait le lit du terrorisme.

York donnera lieu à des recomman- dations qui seront prises en compte dans le prochain rapport du secré- taire général consacré à la police des Nations unies à paraître en fin

2016. Une feuille de route sera éga- lement dégagée pour permettre le suivi concret des initiatives de la police des Nations unies.

APS

Vendredi 3 - samedi 4 juin 2016

COOPÉRATION

DK NEWS 7

ALGÉRIE-FRANCE:

Bensalah : La sécurité de l'Europe et de la rive nord de la Méditerranée liée à celle de la rive sud

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah a estimé jeudi à Alger que la sécurité de la rive nord de la Méditerranée et de l'Europe était liée à la sécurité et à la stabilité de la rive sud.

M. Bensalah a mis en avant, lors

d'une rencontre avec le président de l'Assemblée nationale française, Claude Bartolone, le rôle que les parlementaires des deux pays pou- vaient jouer dans le sens de l'inten- sification et de la diversification de la coopération pour servir leurs in- térêts mutuels et hisser le niveau de coordination sécuritaire notamment dans la lutte antiterroriste partant du principe que «la sécurité de la rive nord de la Méditerranée et de l'Eu-

rope était liée à la sécurité et à la sta- bilité de la rive sud», indique un communiqué du Conseil de la nation.

M. Bensalah a rappelé que l'Algé-

rie qui a consentis de grands efforts pour la réalisation de la sécurité, s'emploie à la concrétiser dans les pays du voisinage notamment au Sahara occidental sur la base des dé- cisions onusiennes, ajoute la même source. La rencontre a permis aux deux responsables d'évoquer l'avenir des relations algéro-françaises à la lu- mière des développements et inci- dents récents, le président du conseil de la nation a estimé à cet égard qu'elle offrait l'opportunité de clari- fier certains points qui ont pris des

de clari- fier certains points qui ont pris des dimensions et prêter à des inter- prétations

dimensions et prêter à des inter- prétations portant à croire que la re- lation entre l'Algérie et la France était au plus mal, poursuit le commu- niqué. Le président du Conseil de la nation a affirmé à ce propos que la réalité de ces relations dans le contexte des accords conclus et des rencontres multiples entre les res- ponsables des deux pays reflétait le contraire. De son coté, M. Bartolone a sou- tenu que «l'Algérie et la France étaient liées par une relation histo- riques que des faits et propos

conjoncturels émanant de parties voulant faire un usage populiste de ces relations ne sauraient affecter», poursuit la même source. Pour ce qui est de la lutte antiter- roriste, le président de l'Assemblée nationale française s'est félicité de la convergence des vues entre les deux pays en la matière soulignant que le retour de la stabilité et de la sécurité ne saurait se concrétiser sans le rè- glement des questions palestinienne et sahraouie sur la base des décisions internationales», a ajouté le commu- niqué.

L'Algérie et la France ont des approches communes sur «bon nombre» de sujets

L'Algérie et la France ont des ap- proches et des analyses «communes sur bon nombre» de sujets, a indiqué jeudi à Alger, le président de l'Assem- blé nationale française, Claude Bar- tolone. «J'ai été très heureux de consta- ter que sur bon nombre de sujets, nous avions des approches et des analyses communes», a-t-il déclaré

à la presse, au terme de ses entretiens avec le ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopéra- tion internationale, Ramtane La- mamra. Il a évoqué, dans ce cadre, ces su- jets communs, notamment les ques- tions qui touchent la Libye, «où nous

soutenons l'idée qu'il puisse vraiment

y avoir une réponse inclusive, afin de permettre de nouveau à un Etat de prendre en charge les préoccupa-

tions des Libyens et installer plus de stabilité».

M. Bartolone a indiqué avoir dis-

plus de stabilité». M. Bartolone a indiqué avoir dis- cuté avec M. Lamamra du terro- risme,

cuté avec M. Lamamra du terro-

risme, «sujet qui nous préoccupe, l'un comme l'autre, qui a marqué la vie de bon nombre d'Algériens pen- dant 10 ans. Nous avons eu un sujet nourri, à

la fois pour entendre les réflexions

et entendre l'expérience qui est celle des Algériens par rapport à ce fléau». «Nous avons échangé nos points de vue pour voir comment nous pouvions avoir des actions com- munes pour combattre la radicalisa- tion, la prévenir, et puis surtout ap- porter des réponses qui puissent amener au recul de ce fléau, qui provoque au travers de la Méditerra- née tant de morts, avec ces pauvres réfugiés qui essaient dans des condi- tions, quelque fois terribles, d'échap- per aux difficultés que connaissent leurs pays», a-t-il dit. Pour M. Bartolone, l'amitié et les relations politiques qui existent en- tre les deux pays «doivent servir de pont» pour permettre, qu'en termes de développement, d'actions pour la paix et la lutte contre le terrorisme. Par ailleurs, M. Bartolone a indi- qué avoir remercié M. Lamamra de l'action de l'Algérie au moment de la

COP21.

Ould Khelifa : La sécurité et la stabilité en Méditerranée passent par un règlement juste des conflits dans la région

Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN) Mohamed Larbi Ould Khelifa, a indiqué jeudi à Alger que la préservation de la sécu- rité et de la stabilité en Méditerranée passait par un règlement «juste et durable des conflits dans la région notamment pour ce qui est du Sahara occidental et de la Palestine». La préservation de la sécurité et de la sta- bilité en Méditerranée passe par un règlement juste et durable des conflits, dans le cadre de la légalité internationale, des conflits qui secouent la région notamment au Sahara occidental et en Palestine», a soutenu le président de l'APN qui ouvrait la troisième réunion de la commission in- terparlementaire Algérie-France. «Ainsi seront concrétisées les grands objectifs qui sont la raison d'être des nations unies et stipulés expressé- ment dans la charte onusienne particulièrement ceux relatifs au droit des peuples à l'autodétermination, le respect des droits de l'Homme, la pré- servation de la vie humaine et le règlement pacifique des conflits en fai- sant la distinction entre le terrorisme et le combat légitime des peuples sous occupation», a ajouté M. Ould Khelifa. Le président de la chambre basse du Parlement a rappelé que «le monde était confronté à de multi- ples défis et menaces dans le contexte d’élargissement de la sphère du ter- rorisme et de recrudescence des actes terroristes comme nous le remar- quons aujourd'hui dans plusieurs pays de la région arabe dans le sillage du prétendu +printemps arabe+». «L'ingérence étrangère qui a généré un vide institutionnel a fragilisé les Etats qu'elle a réduits à des marchés ou- verts pour le trafic d'armes et des laboratoires de moult extrémismes», a -t-il estimé . D'autre part, M. Ould Khelifa a considéré que les opérations de consolidation de la sécurité en méditerranée «nécessitent une concer- tation approfondie, sincère et constructive entre les pays de la région dans le respect de la souveraineté, des symboles et des institutions de chaque pays et une coopération gagnant-gagnant qui favorise la promotion de la confiance mutuelle de manière à dégager des politiques sectorielles pour une coopération qui va au delà de la circulation des biens pour at- teindre la construction de l'expertise par le transfert des technologies, la formation supérieur et les investissements directs producteurs de valeur ajoutée». Pour le président de l'APN, la coopération économique intégrée entre l'Algérie et la France «est de nature à contribuer à développer une coopération positive bénéfique pour toutes les parties tant sur le plan de la production «commune de la richesse et des opportunités d'emploi qu'à celui de l'amélioration des niveaux des épargnes financiers à employer ou encore de la hausse des niveaux des échanges commerciaux et l'approfon- dissement des liens humains entre les deux peuples». Sur un autre thème, M. Ould Khelifa a fait valoir que la récente révision constitutionnelle opé- rée en Algérie et qui «consacre une nette amélioration institutionnelle, pré- voit également l'encouragement de la liberté d'investissement». «L'Algérie enregistre depuis une quinzaine d'années une relance iné- dite de son économie, grâce à la vision stratégique et rationnelle du pré- sident de la République Abdelaziz Bouteflika, qui a favorisé un saut qua- litatif au niveau des infrastructures, des outils de production, des services et de la prise en charge sociale», a-t-il argué soulignant que l'Algérie «am- bitionnait d'occuper une place parmi les Etats émergeant et de s'imposer comme un partenaire politique, sécuritaire, culturel et économique en dé- veloppant un nouveau modèle de croissance qui propose de réduire la dé- pendance aux hydrocarbures». La promulgation attendue de nouveau textes législatifs régissant l'investissement améliorera l'attractivité économique de l'Algérie en diversifiant les aspects du partenariat productif», a-t-il fait encore savoir. Concernant la troisième réunion de la commission inter- parlementaire Algérie-France, M. Ould Khelifa a affirmé qu'elle offrait l'op- portunité d'un dialogue large et franc entre les parlementaires des deux pays autour des différents enjeux et défis qui se posent à eux. «La relation algéro-française gagnerait à renforcer la coopération entre les parlemen- taires des deux pays par la concertation périodique et la coordination des positions dans les assemblées parlementaires régionales et internationales». Au début de son intervention, M. Ould Khelifa a observé une minute de silence à la mémoire du défunt président sahraoui Mohamed Abdela- ziz qui a voué sa vie au service de la cause de son peuple et son droit à l'au- todétermination et à l'indépendance.

Des parlementaires plaident pour un partenariat économique productif

Des parlementaires algériens et français ont regretté jeudi à Alger le fait que la relation économique en- tre les deux pays ne reflétait pas ses réelles potentialités plaidant pour un partenariat basé sur la production servant les intérêts des deux pays. S’exprimant lors de la 3e session

la Grande commission parlemen- taire bilatérale, la partie algérienne, représentée par le Groupe d’amitié Algérie-France, a notamment sou- haité que la France «se débarrasse» de sa perception de l’Algérie comme simple marché et s’orienter vers l’investissement alors que la partie française a plaidé pour plus de faci- lités. «Nous voulons un partenariat productif, dans les domaines des céréales, de l’agriculture et autres»,

a insisté Belkacem Belabès, président

du Groupe d’amitié parlementaire Algérie-France considérant que la re- lation algéro-française restait do-

minée par le caractère commercial. Selon lui, les inscriptions au registre du commerce algérien des opéra- teurs français ont atteint 2.674 en 2015 mais la grande majorité de ces ins- criptions portaient sur la création de société de services. Une vision qu’il faut absolument changer, selon M. Belabès. De son côté, Omar Alilat, membre du Groupe d’amitié et la Grande commission a indiqué que parmi les 41 pays étranger ayant investi en Al- gérie, la France et classée au 3e rang en termes de volume financier (après les Emirat arabes unis et le Qatar), au 2ème en termes d’emplois (derrière la Turquie) alors qu’elle est en 1ère position en termes de nombre de projets. Selon ce député du RND, même si

l’industrie est en première position dans les investissements français en Algérie, ces résultats «restent en deçà du potentiel d’investissement

et de valorisation des potentialités de l’Algérie». D’autant plus, renchérit- il, les potentialités de coopération in- dustrielle entre l’Algérie et la France sont très nombreuses.

Énorme potentiel de coopération industrielle

Il cite dans ce sens la formation technique, technologique et uni- versitaire, le développement de la re- cherche appliquée, les biotechnolo- gies, l’agriculture et le monde rural, le développement durable, les éner- gies renouvelables, le bâtiment, les industries manufacturières, la PME, l’industrie bancaire, la médecine et médicaments. Selon des chiffres présentés lors de cette rencontre, la France est le troisième client de l’Algérie (2015) avec une part de 13% des exporta- tions, devancée par l’Espagne (17,4%) et l’Italie (16,3%). Aussi, la France est restée pour la

troisième année consécutive le 2e fournisseur de l’Algérie, (derrière la Chine) avec une part de marché de 10,5% pour un montant de 5,4 mil- liards de dollars. De leur côté, des parlementaires français ont relevé l’énorme poten- tiel des relations des deux pays no- tamment dans le domaine industriel. «Beaucoup de choses ont été faites, mais il reste encore à faire», a estimé Patrick Mennucci, président, du côté français, du Groupe d’ami- tié parlementaire Algérie-France. «La France a moins, proportion- nellement, profité par rapport à ses partenaires européens notamment espagnols, italien et turques de l’ou- verture du marché algérien et de son plan quinquennal 2010-2014», a dit pour sa part Marcel Bannot, vice- président du Groupe d’amitié, déplo- rant certains «problèmes» rencontrés par des entreprises françaises. Toutefois, les deux pays peuvent

rattraper ce retard en s’associant ensemble pour que la France ac- compagne l’Algérie dans sa dé- marche de diversification écono- mique, selon le même parlementaire français. La Grande commission parlementaire algéro-française a été crée 2007 à Paris. Elle est prési- dée, du côté algérien, par le président de l’Assemblée populaire nationale (APN) et du côté français, par le pré- sident de l’Assemblée nationale. A la fin de travaux de cette troisième ses- sion, qui se tient à l'occasion de la vi- site officielle de trois jours qu'ef- fectue le président de l'Assemblée na- tionale française, Claude Bartolone en Algérie, les deux parties se sont ac- cordées sur l’organisation «bientôt» de rencontres entre les Chambres de Commerce et d’industrie ainsi que les organisations patronales pour identifier des possibilités de partena- riat bilatéral.

APS

8 DK NEWS

ÉCONOMIE

Vendredi 3 -Samedi 4 juin 2016

DOUANES

L'administration des Douanes se dotera d'un programme de modernisation

Le directeur général des Douanes Kaddour Bentahar a af- firmé jeudi à Alger que l'adminis- tration douanière adoptera in- cessamment une démarche de modernisation avec l'introduc- tion d'un nouveau système de management moderne, touchant aussi bien ses structures que les procédures douanières. Dans ce cadre, une journée d'information et de vulgarisation a été organisée par la Direction gé- nérale des douanes (DGD) à des- tination de ses cadres pour les informer et les impliquer dans cette nouvelle démarche appe- lée «approche processus». L'objectif de cette approche, selon M. Bentahar, est d'alléger les procédures douanières et de mo- derniser toutes les structures des douanes pour pouvoir accompa- gner l'entreprise algérienne et l'économie nationale à la re- cherche de son indépendance vis-à-vis des hydrocarbures et de la diversification. Ainsi, la nouvelle approche managériale devrait permettre, en premier lieu, d'identifier une car- tographie de toutes les procé- dures douanières avec une image réelle de ce qui se passe sur le ter- rain. Ensuite, une analyse pro- fonde de cette cartographie sera opérée pour cibler et identifier les actions à soustraire afin de simpli- fier et d'alléger les procédures douanières, de minimiser la bu- reaucratie et de réduire les coûts du contrôle. La nouvelle démarche per- mettra par conséquent, a-t-il poursuivi, de réduire le temps de traitement des marchandises:

réduction du nombre de docu-

ments nécessaires pour la décla-

ration de douanes et des délais de- puis l'enregistrement de la dé- claration jusqu'à l'enlèvement de la marchandise. Ce processus permettra aussi, selon la même source, de revoir la démarche de

la DGD en matière de contrôle en

introduisant le contrôle préven-

tif qui devrait contribuer à la pro- tection de l'économie nationale et

le renforcement de sa compétiti-

vité. Une opération pilote a été déjà réalisée au niveau du port d'Alger avec des résultats très satisfai- sants, d'après des participants à cette rencontre. «Une telle démarche permet- tra, une fois finalisée, de réduire de moitié le nombre des agents exerçants dans le port d'Alger es- timé à quelque 1.200 agents pour les redéployer sur d'autres sites»,

a estimé M. Bentahar. L'introduction du nouveau processus managérial est accom- pagné par la modernisation du système informatique de cette administration. Dans ce cadre,

trois conventions cadre ont été si- gnées mercredi pour la rénovation du site Web de la DGD, la réalisa- tion d'un système d'échange d'in- formations et la réalisation d'un centre de données des Douanes. La modernisation de l'adminis- tration des douanes s'inscrit dans

le cadre des orientations et direc-

tives des pouvoirs publics pour re-

lancer l'économie nationale à tra- vers notamment l'accompagne- ment des exportations et des faci- litations douanières au profit des opérateurs économiques. A cet effet, un plan stratégique 2016-2019 a été élaboré pour pren- dre en charge ces orientations.

AGRICULTURE

Un nouveau plan agricole visant une réduction de 2 milliards de dollars d’importations

d’action du gouvernement de 2014 et se traduit par la réorgani- sation de l’ensemble de la poli- tique agricole et rurale, sur la base notamment du recentrage des projets opérationnels assi- gnés, a-t-il avancé. Le plan FI-

Un plan d’action agricole a été présenté, jeudi, par le minis- tre de l’Agriculture, du dévelop- pement rural et de la pêche, Sid Ahmed Ferroukhi, visant, entre autres, de réduire les importa- tions agricoles de 2 milliards de

dollarsàl’horizon2019.AppeléFI- LAHA se décline en trois paliers:

LAHA 2019, ce dispositif porte sur le développement des filières agricoles, la mise en valeur des terres et promotion de l’investis- sement, l’investissement dans le domaine de la pêche et l’aquacul- ture ainsi que les perspectives de développement des investisse- ments dans le domaine forestier national, a souligné le ministre lors d’une réunion avec les cadres de son secteur. Cette nouvelle politique agricole, a expliqué le ministre, est d’autant plus impor- tante qu’elle intervient dans un contexte de diminution des res- sources financières du Trésor public. Pour M. Ferroukhi, les agriculteurs qui ont bénéficié des aides durant les années pré- cédentes doivent, à leurs tour, soutenir le secteur à travers des investissements ou des partena- riats privé-privé. Le plan FILAHA 2019 tire ses fondements du plan

et les bassins versants ainsi que la

l’agriculture et l’élevage, les forêts

pêche et l’aquaculture. Les nou- velles orientations du ministère de l’agriculture ont pour objectif, d’ici à 2019, d’enregistrer une croissance agricole moyenne de 5%, d’atteindre une superficie agricole irriguée de 2 millions de hectares et une valeur de pro- duction de 4.300 milliards DA dont 110 milliards pour la pêche. Comme il est attendu un taux de boisement de 13%, la réduction des importations de plus de 2 milliards de dollars par la subs- titution de la production natio- nale, une exportation de pro- duits pour une valeur de 1,1 mil- liards de dollars et la création de près de 1,5 million d’emplois per- manents dont 80.000 dans le do- maine de la pêche et de l’aquacul- ture.

APS

COMMERCE

Le «Trophée Export 2015» attribué à NCA-Rouiba

Le trophée de la meilleure entreprise algérienne exportatrice hors hydrocarbures pour l'exercice 2015 «Trophée Export 2015» a été décerné mercredi soir à la Nouvelle conserverie algérienne de Rouiba (NCA-Rouiba), société spécialisée dans la production des jus de fruits.

Organisé annuellement depuis 2003 par le World Trade Center Al- giers (WTCA), ce prix récompense et

met en avant les meilleures entre- prisesalgériennes,particulièrement

les PME, dans le domaine des expor-

tations hors hydrocarbures. La cérémonie de remise de ce prix, dans sa 13e édition, s'est dérou- lée en présence notamment du mi-

nistre du Commerce, Bakhti Be- laïb, du ministre de l'Agriculture, de développement rural et de la pêche, Sid-Ahmed Ferroukhi, du secré- taire général de l'Union générale

destravailleursalgériens(UGTA),Ab-

delmadjid Sidi Saïd, ainsi que du pré- sident du Forum des chefs d'entre- prises, Ali Haddad.

En 2015, NCA-Rouiba, première entreprise familiale cotée en bourse, avait exporté ses produits vers plu-

sieurs marchés extérieurs, notam-

ment le marché tunisien pour une valeur dépassant un (1) million d'euro, a indiqué à l'APS, en marge de la cérémonie, son patron, Slim Othmani. «Cette distinction nous a été dé- cernée grâce à notre détermination à éliminer les obstacles à l'étranger et introduire nos produits dans des marchés extérieurs. Nous avons rencontré beaucoup de difficultés à l'extérieur, mais nous avons réussi quand même à prendre position. Ce prix nous encouragera à viser d'au-

tres marchés africains, pas seule- ment dans l'export, mais nous vou- lons également nous implanter sur ces marchés», a-t-il estimé. «Trophée Export 2015» a été dé- cerné par un jury présidé par le WTCA et composé de représentants de la Direction générale des douanes, de l'Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex) la Chambre algérienne de commerce

FINANCES M. Mohamed Loukal installé officiellement gouverneur de la Banque d'Algérie

officiellement gouverneur de la Banque d'Algérie et d'industrie (Caci), du Forum des chefs

et d'industrie (Caci), du Forum des chefs d'entreprises (FCE) et de l'as- sociation nationale des exportateurs algériens (Anexal). Le trophée spé- cial du jury a été attribué à la SARL Inotis, société implantée à Es-Senia (Oran), spécialisée dans la fabrication de produits non tissés hydrolés, tels les casaques chirurgicales, blouses, adhésifs chirurgicaux et autres ap- plications proches des blocs opéra- toires. Un prix encouragement a également été attribué à la compa- gnie Bomare, entreprise spéciali- sée dans le domaine de l'industrie électronique, ainsi que la sous-trai- tance industrielle. Les huileries Ou- zellaguen ont, quant à eux, rem- porté le prix primo exportateur, tan- dis que la SARL Benzaza a décroché le prix du secteur agricole pour avoir exporté plus de 500 tonnes de pommes de terre vers des marchés européens, notamment espagnols et allemands. Lors de son allocution, le ministre du Commerce, a réaffirmé la détermination des pouvoirs pu- blics à encourager et à accompagner les opérateurs nationaux dans leur quête de commercialiser leurs pro-

duits sur les marchés extérieurs, estimant que les opérations d'export sont «une priorité» pour le ministère. M. Belaïb a rappelé, à cet effet, que deux cellules de suivi des exporta- tions hors-hydrocarbures ont été récemment installées, l'une au ni- veau du Premier ministère, l'autre au niveau du ministère du Commerce, dédiées à l'examen des contraintes rencontrées par les exportateurs et

la proposition de nouvelles mesures

permettant d'éliminer les obstacles

et de renforcer cette activité. Pour sa

part, le ministre de l'Agriculture, de développement rural et de la pêche, a indiqué que «l'Algérie se di- rige vers une nouvelle dynamique des exportations hors-hydrocar- bures avec des produits compétitifs sur les marchés internationaux». Il

a souligné, dans ce sens, que l'objec-

tif à relever par son secteur est celui

de l'exportation des produits frais, compte tenu des moyens et les cri- tères qu'exige la chaîne d'exportation de ces produits, notamment la pré- servation de leur qualité et la com- pétitivité de leur prix à l'internatio- nal.

M. Mohamed Loukal a été installé officiellement, jeudi, nouveau gouver- neur de la Banque d'Al- gérie en remplacement de M. Mohamed Laksaci, a indiqué un communiqué de la Banque d'Algérie. Avant de prendre ses nou- velles fonctions à la tête de la Banque centrale, M. Loukal occupait le poste de P-dg de la Banque exté- rieure d'Algérie (BEA). La direction, l’admi-

nistration et la surveil- lance de la Banque d'Algé- rie sont assurées, respec- tivement, par le Gouver- neur, le Conseil d'adminis- tration, présidé par le Gou- verneur et par deux cen- seurs, rappelle-t-on. Le Conseil d'administration est composé de trois vice- Gouverneurs et de trois haut fonctionnaires dési- gnés en raison de leurs compétences en matière économique et financière.

Créée par la loi du 13 décembre 1962, la Banque d’Algérie a pour mission de maintenir dans le do- maine de la monnaie, du crédit et des changes, les conditions les plus favora- bles à un développement ordonné de l’économie. Elle établit les condi- tions générales dans les- quelles les banques et les établissements financiers algériens et étrangers peu- vent être autorisés à se

constituer en Algérie et à y opérer. Elle établit, en ou- tre, les conditions dans lesquelles cette autorisa- tion peut être modifiée ou retirée. La Banque d’Algérie détermine toutes les normes que chaque banque doit respecter en permanence, notamment celles concernant les ratios de gestion bancaire, les ratios de liquidités et l’usage des fonds propres.

CNAS-BDL:

Signature d'une convention pour faciliter le «e-paiement»

La Caisse nationale des assurances socialesdestravailleurssalariés(CNAS) et la Banque de développement local (BDL) ont signé jeudi à Alger une convention pour faciliter le «e-paie- ment» des cotisations de sécurité so- ciale. La convention a été signée par le Directeur général de la CNAS, Tid- jani Hassan Haddam, et le président di- recteur général de la BDL, Mohamed Krim, en présence des directeurs d'agences CNAS des différentes wi- layas du pays. M. Tidjani a précisé que cette opération «entre dans le ca- dre de la poursuite des efforts de mo- dernisation de la CNAS et de son adap- tation aux mutations socio-écono- miques», ajoutant qu'«elle vient égale- ment en application des directives

des hautes autorités du pays pour l'amélioration du service public et la consécration de la justice sociale». La CNAS «a effectué de grands pas en matière de modernisation de la gestion», a-t-il souligné, citant la réa- lisation de la carte électronique Chifa pour les assurés sociaux et leurs ayants- droit et la télédéclaration des cotisa- tions. Le président directeur général de la BDL a, pour sa part, précisé que cette convention visait essentiellement à alléger les démarches administra- tives, simplifier les opérations de paie- ment et dispenser les employeurs de fournir les documents en papier et de se déplacer vers les services de la CNAS pour le paiement des cotisations. Par

ailleurs, des cadres de la CNAS et de la BDL ont fait une démonstration du fonctionnement des sites Web des deux organismes, assurant que «les prestations fournies étaient sécuri- sées». Le directeur général de la CNAS

a rappelé, lors d'une conférence de

presse, les mesures introduites par la Loi de finance complémentaire (LFC2015) relatives au recouvrement

des cotisations de la caisse et à la pro- rogation du délai de déclaration, esti- mantquedesrésultats«positifs»avaient été enregistrés dans ce domaine. Plus

de 20.000 personnes ont été déclarées

dans ce cadre et les recettes de la CNAS

ont progressé de 10% au cours des six premiers mois de 2016 par rapport à la même période de 2015.

Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

MÉDÉA

100 éléments des détachements de renfort et de première intervention (Drpi) dépêchés à Mihoub

Cent éléments, issus des détachements de renfort et de première intervention (DRPI) de la protection civile des wilayas de Médéa et Djelfa, ont été dépêchés, mercredi soir, à Mihoub, nord- est de Médéa, dans le cadre du renforcement du dispositif opérationnel déployé sur place, depuis le 29 mai dernier, a-t-on appris auprès de la protection civile.

L’envoi de ces deux déta- chements de ce corps spé- cialisé de la protection civile intervient, selon le lieute- nant Abdelkrim Benfahsi, chargé de la communica- tion auprès de la protec- tion civile de Médéa, après le déclenchement du plan Orsec au niveau des zones affectées par le séisme qui touché plusieurs localités dunord-est de la wilaya, a- t-il expliqué. Les détachements de la DRPI de Médéa et Djelfa, dotées de matériels et d’équipement consistants, sont positionnés actuelle- ment au niveau du centre opérationnel des secours, situé au chef-lieu de la com- mune de Mihoub, qui abrite également des unités médi- calisées et de prise en charge psychologique de la protection civile, a indiqué cet officier. Ce renforce- ment du dispositif opéra- tionnel devrait optimiser le travail des secouristes et d’étendre le champ d’in- tervention des équipes spé- cialisées, appelées à cou- vrir plusieurs communes à la fois, a-t-il ajouté. Des

cou- vrir plusieurs communes à la fois, a-t-il ajouté. Des équipes spécialisées dans le déblaiement et

équipes spécialisées dans le déblaiement et le sauve- tage, l’intervention dans les endroits difficiles et des équipes cynophiles, font

parties du dispositif opéra- tionnel déployé au niveau de la commune de Mihoub, a-t-on signalé de même source. L’on apprend par

Secousse tellurique de magnitude 4,2 à Médéa

Une secousse tellurique de magnitude 4,2 sur l'échelle ou- verte de Richter a été enregistrée mercredi dans la wilaya de Médéa, a indiqué le Centre de recherche en astronomie, as- trophysique et géophysique (Craag). L'épicentre du séisme, survenu à 23h34 (heure locale), a été localisé à 6 km au sud-ouest de Mihoub (Wilaya de Mé- déa), a précisé la même source.

ailleurs, l’arrivée, jeudi ma- tin, d’un premier lot de 100 tentes, destinées à l’héber- gement des sinistrés, dont les habitations représen- tent un risque réel pour leur sécurité. D’autres tentes devraient être ache- minées à Mihoub, dans les toutes prochaines heures, pour être dispatchées sur les zones touchées par le séisme, a indiqué le lieute- nant Benfahsi. Sur le plan de la prise en charge sanitaire et psy- chologique, la même source fait état, de l’admission, au niveau du poste sanitaire de la protection civile, de 64 personnes pour des soins divers, dont six évacués, en raison de leur état de santé, vers les structures sani- taires spécialisées de la commune d’El-Azzizia. 175 personnes, souffrants de traumatisme psycholo- gique, ont été prises en charge par l’équipe de sou- tien et d’accompagnement psychologique de la pro- tection civile, présente sur les lieus, depuis dimanche passé, selon la même source.

ALGER RAMADHAN

Un montant de 48 milliards de centimes au profit des familles nécessiteuses

A l'approche du mois de Ramadhan, une aide d'une valeur de 48 milliards de centimes a été allouée au profit des fa- milles nécessiteuses de la wilaya d'Alger, a-t-on appris auprès de l'Assemblée populaire de de wilaya (APW). La présidente de la commission des affaires sociales et culturelles, des af- faires religieuses et du waqf et de la jeu- nesse et des sports, Djabali Farida, a dé- claré à l'APS qu'une enveloppe finan- cière d'un montant de 48 milliards de centimes a été consacrée aux familles démunies et sera distribuée sous forme de couffin de Ramadhan. Elle a précisé que ce montant était une contribution des communes que

compte la wilaya à l'exception de 3 à sa- voir Bordj el Bahri, Ain Taya et El Marasa dont le budget n'a pas permis de parti- ciper à cette initiative de solidarité. Les services de la wilaya ont ap- porté, eux aussi, leur contribution à cette initiative afin d'assurer une aide au plus grand nombre de familles vulné- rables à travers une enveloppe de 30 mil- lions de DA. Celle-ci sera remise aux concernés sous forme de couffin qualques jours avant le début du mois sacré. Les bénéficiaires de cette aide ont été retenus après une mise à jour des liste des nécessiteux par les commissions communales qui ont pris en charge

l'élaboration de ces dernières avant leur transfert aux circonscriptions ad- minitratives pour une ultime révision par les walis délégués. Mme Djabali a souligné d'autre part, que le montant du couffin de Ramadhan est passée cette année de 3 500 DA à 5

500 DA en raison de la chéreté des pro-

duits alimentaires. Cette aide est appe-

lée à augmenter à 7000 DA et même 10

000 DA dans certaines communes ayant

les moyens de le faire. Enfin, l'initiative

concerne également les personnes aux besoins spécifiques sans revenu hormis la pension du handicapé, les personnes âgées et les veuves, a-t-elle tenu à faire remarquer.

Démantèlement d'un réseau national spécialisé dans le vol de véhicules

Les services de Sûreté de la wilaya d'Alger ont an- noncé, jeudi, le démantèlement d'un réseau natio- nal spécialisé dans le vol de véhicules utilitaires et touristiques, outre la récupération de plus d'une vingtaine de véhicules. Ce réseau, composé de 9 individus, âgés entre 28 et 50 ans, sera déféré devant le tribunal territo- rialement compétent, a affirmé le commissaire de police, Seghir Omar, en marge de la présentation des membres du réseau à la presse. «L'enquête, lancée depuis plus de deux mois, a permis l'arrestation d'un réseau criminel activant au niveau de 10 wilayas dont Alger, Bechar, Ain De- fla, Skikda et Blida, a-t-il précisé. Le commissaire de police a souligné «la récupé- ration de pas moins de 21 véhicules touristiques et utilitaires, de motocycles, de pièces détachées et d'outils utilisés lors des multiples vols, outre la sai- sie des documents administratifs des véhicules».

JIJEL

1 mort et 2 blessés dans un accident de la circulation

Une personne a trouvé la mort et deux autres ont été bles- sées dans un accident de la circulation sur- venu, jeudi après- midi, sur la route d’évitement à l’ouest de Jijel, a appris l’APS, auprès de la protec- tion civile. Pour des raisons indétermi- nées, un véhicule de tourisme a dérapé de la chaussée, sur la route d’évitement sur les hauteurs du bar- rage de Kissir (Ouest), faisant du coup un

du bar- rage de Kissir (Ouest), faisant du coup un mort et deux autres passagers blessés,

mort et deux autres passagers blessés, se- lon la chargée de communication de la Protection civile, le lieutenant Ahlem Boumala. La per- sonne décédée a été transférée à la

morgue de l’Etablis- sement public hos- pitalier (EPH) Moha- med Seddik Benya- hia. Les deux autres victimes ont pu re- joindre leurs domi- ciles, selon la même source.

Lancement d'un plan d'action pour la lutte contre les violences sexuelles à l'égard des adolescentes

Un plan d'action pour la lutte contre les violences sexuelles faites aux adolescentes a été lancé, mercredi à Alger, par la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la condition de la femme, Mounia Meslem. Ce plan est axé sur plusieurs actions portant notam- ment sur la mise en oeuvre de mécanismes de signale- ment à travers un numéro vert pour signaler les abus sexuels et aider à rompre le silence afin de prendre en charge les victimes. La formation spécialisée des profes- sionnels des secteurs concernés par le travail d'écoute, de suivi et d'accompagnement des victimes de vio- lences sexuelles et l'élaboration d'un guide de préven- tion pour une meilleure prise en charge assurée par un personnel qualifié et formé, figurent parmi les actions préconisées. Ce plan, visant à renforcer la coordination intersectorielle de la phase d'identification de l'abus sexuel jusqu'à la phase de réparation psychologique, porte éga- lement sur l'organisation des campagnes de sensibili- sation sur la violence sexuelle et ses conséquences et la prise en charge psychologique des victimes par les sec- teurs concernés (Santé, Solidarité, Justice et société ci- vile). Il comprend un volet portant sur «la création d'espaces de dialogue sur les relations entre jeunes en- cadrés par des professionnels dans le but de sensibili- ser sur l'éducation sexuelle». Mme Meslem a souligné que cette démarche s'inscrit dans «une réelle volonté po- litique de préservation de la cohésion familiale et de la stabilité sociale, seule à même de lutter contre toute forme de violence». La ministre a mis en exergue la nécessité de développer la culture de l'information et de la sensi- bilisation sur la violence sexuelle, soulignant l'importance d'impliquer les jeunes et les hommes dans le processus de lutte et la mise en place d'équipes pluridiscipli- naires, bien formées en matière de médiation familiale et sociale. Par ailleurs, Mme Meslem a également pro- cédé au lancement officiel conjointement avec le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) ainsi que le Fonds des Nations unies pour la population, de la cam- pagne nationale de sensibilisation des parents et de la société sur les dangers d'internet. Dans ce contexte, la ministre a souligné la généralisation de la protection de l'enfant on line à travers une action multisectorielle coor- donnée et pérenne avec l'implication de la famille et du mouvement associatif compte tenu des danger d'inter- net sur l'enfant.

La présence de l'enfant dans les crèches est un projet d'investissement stratégique pour les familles algériennes

L’intégration des enfants dans les crèches constitue ‘‘un investissement stratégique’’ pour la famille dans le développement de la personnalité de l’enfant ont es- timé jeudi à Souk Ahras, des psychologues et responsa- bles d’écoles maternelles. Le représentant des écoles ma- ternelles de la wilaya M. Nasser Dahdouh a indiqué lors d'une réunion organisée au niveau de la salle de confé- rence « Miloud Taheri « à l’occasion de la Journée mondiale de l'enfance que les crèches facilitent l’inté- gration de l’enfant à l’école soulignant que les différentes activités assurées dans les crèches £uvrent à faire déve- lopper chez les enfants des compétences, dans le respect des spécificités. Il a noté au cours de cette rencontre or- ganisée à l’initiative de la direction de l’action sociale en coordination avec les propriétaires de six jardins d'en- fants que les crèches initient les enfants à l’apprentis- sage de la langue. Pour sa part, la psychologue clinicienne Zakia Aid a appelé à la nécessitéde « prêter plus d'atten- tion à l'aspect psychologique de l’enfant «, expliquant que cette croissance de nombreuses étapes se fait principa- lement dés la naissance jusqu’aux douze mois de vie dans une première phase, expliquée par l’étape de l’acquisi-

tion de la confiance en soi. La phase allant d'un an à trois ans, a encore ajouté la praticienne est celle de l’initiative. La spécialiste a estimé que la crèche peut jouer un rôle important dans la croissance et le processus de socia- lisation de l'enfant, d'autant plus, a-t-elle appuyé que la présence d'un enfant dans ces espaces de lui permet d'ac- quérir certaines aptitudes cognitives pendant qu'il joue, a-t-elle développé. Le directeur de l’action sociale, Dja- mel Mabrouki a mis en exergue au cours de cette ren- contre suivie par de nombreux parents d'enfants inscrits dans les crèches la nécessité de protéger les droits de l’en- fant concernant la santé, l'éducation, l'alimentation saine

entre autres.

APS

Mort d'un cavalier

les eaux»

«emporté

par

Un cavalier de 74 ans est mort jeudi «emporté par les eaux» d'une ri-

vière à Evry-Grégy-sur-Yerre, dans la région au sud de Paris frappée par

des inondations, a annoncé la préfecture du département dans un com-

muniqué.

pour dire qu'il avait vu un cavalier

a appelé les pompiers

Un témoin

une rivière en crue, avec son cheval, ont relaté les

tomber dans l'Yerres,

gendarmes à l'AFP. «Il a vu le cheval regagner la berge mais l'homme avait

ont-ils expliqué. Le corps de la victime, un homme de 74 ans,

disparu»,

a été retrouvé deux heures plus tard par les pompiers en aval de la rivière.

jours ont pro- corps d'une

la France ces derniers

Les pluies qui se sont abattues sur

le

d'eau. Mercredi,

de nombreux

cours

la crue

voqué

pavillon inondé, dans le même

femme de 86 ans avait été retrouvé dans son

département de Seine-et-Marne. Une autopsie prévue hier devra déterminer si son décès est lié aux inon-

dations.

10DK NEWS

SOCIETE

Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016

INONDATIONS EN FRANCE

La situation reste difficile

juin 2016 INONDATIONS EN FRANCE La situation reste difficile La situation reste difficile dans plusieurs départements

La situation reste difficile dans plusieurs départements français touchés par des inondations suite aux fortes intempéries que connaissent plusieurs régions de l'Hexagone, a affirmé jeudi le Pre- mier ministre Manuel Valls. M. Valls, qui s'est rendu à Ne- mours, une municipalité de l’Ile- de-France (région parisienne) par- ticulièrement touchée et dont le centre-ville a été évacué, a ex- primé les inquiétudes du gouver- nement face à la montée des eaux dans plusieurs secteurs, souli- gnant «la très grande mobilisa- tion des services de l'Etat» pour ve- nir en aide aux personnes sinis- trées. «La situation reste tendue, dif- ficile dans plusieurs secteurs. Je pense notamment à l'Ile de France, et plus particulièrement aux dépar- tements de la Seine-et-Marne et de l'Essonne», avec une «situation aiguë et à venir à Longjumeau», dans ce dernier département, où près de deux mille personnes de-

vraient être évacuées, a précisé le Premier ministre depuis le Centre opérationnel de gestion intermi- nistérielle de crise. «Quand vous voyez des per- sonnes âgées, des familles, des enfants qui sont évacuées par barques, tout cela c'est une dé- chirure», a-t-il dit, appelant à faire preuve de «solidarité» avec les vic- times des inondations. Selon le ministère de l'Intérieur, 10.537 in- terventions ont eu lieu en métro- pole et 5.500 personnes ont été évacuées depuis dimanche der- nier suite aux fortes intempéries. Du côté des sapeurs-pompiers, 885 d'entre eux sont mobilisés et huit Centres d'opérations départe- mentaux ont été activés. De nou- velles pluies annoncées pour jeudi laissent craindre une aggravation des crues exceptionnelles qui tou- chent depuis plusieurs jours la France, notamment la Seine-et- Marne (Ile-de-France) et le Loiret (centre), deux départements pla- cés en alerte rouge.

(centre), deux départements pla- cés en alerte rouge. NAUFRAGE D'UN BATEAU DE MIGRANTS EN GRÈCE Au

NAUFRAGE D'UN BATEAU DE MIGRANTS EN GRÈCE

Au moins 700 personnes à bord (OIM)

DE MIGRANTS EN GRÈCE Au moins 700 personnes à bord (OIM) Au moins 700 migrants se

Au moins 700 migrants se trou- vaient à bord du bateau qui a fait naufrage au large de la Crète, a in- diqué vendredi l'Organisation in- ternationale pour les migrations (OIM). «Plus de 250 personnes ont été secourues au large de la Crète après le naufrage du bateau qui avait quitté l'Afrique avec au moins 700 migrants à son bord», a précisé l'OIM dans un communiqué publié

à Genève. Selon la police portuaire grecque, le bateau, long de 25 mè- tres, «a à moitié coulé». L'alerte a été donnée par un autre navire qui croisait à proximité. Une «im- portante» opération de sauvetage se poursuivait dans la zone, si- tuée à 75 milles au sud de la Crète. Selon une porte-parole de la police, les passagers manquants pour- raient «se compter par centaines».

PAKISTAN

13 morts et plus de 100 blessés à la suite d'orages

Au moins 13 personnes sont mortes et plus de 100 autres blessées à la suite d'orages et d'abondantes pré- cipitations dans la capitale pakistanaise Islamabad et dans la province du Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest), ont rapporté les médias pakis- tanais jeudi. Selon la chaîne d'infor- mation Samaa, les orages, qui ont frappé le pays mer- credi soir, ont endommagé de nombreux véhicules, déra- ciné des arbres et emporté des panneaux de signalisa- tion dans la capitale. Islama- bad et sa voisine Rawalpindi ont été les plus durement touchées par la catastrophe,

avec un bilan de 8 morts et 105 blessés. Les équipes de secours ont indiqué qu'un enfant avait été tué et que plusieurs autres avaient été blessés dans l'ef- fondrement du toit d'un sémi- naire dans le secteur F-7 d'Is- lamabad, et qu'une mère et ses deux filles avaient été tuées dans l'effondrement du toit de leur maison dans le quartier de Margallah. Une soeur et son frère et deux au- tres personnes ont également

ététuéesdansdesincidentssi-

milaires dans la banlieue d'Is- lamabad. Les blessés ont été transfé- rés vers l'Institut de méde- cine pakistanais et la Polycli- nique d'Islamabad. Les services météorolo- giques pakistanais ont enre- gistré des vents de 120 à 148 km/h à Rawalpindi et à Isla- mabad pendant l'orage. L'ad- ministration de la capitale a ordonné aux agents des ser- vices environnementaux de déblayer les routes encom- brées par la chute d'arbres et de panneaux. Les vols ont été suspendus temporairement à l'aéroport d'Islamabad. Dans la province de Khyber Pakhtunkhwa, cinq personnesdontdeuxfemmes, ont été tuées à la suite de l'ef- fondrement de plusieurs toits. Les services météorologiques prévoient de nouveaux orages

et des rafales dans la province et à Islamabad jeudi.

INONDATIONS

3 morts dans le sud de l'Allemagne

jeudi. INONDATIONS 3 morts dans le sud de l'Allemagne Troispersonnespiégéesdansune

Troispersonnespiégéesdansune

maisonsontmortesdanslesinonda-

tions qui ont frappé mercredi le sud- est de l'Allemagne, ainsi que l'Autriche voisine et le centre de la France, ont annoncé les autorités locales. Les secours bavarois ont découvert trois corps sans vie dans une maison de Simbach am Inn, bourgade de près de 10.000 habitants, a annoncé en début de soirée Michael Fahmüller, le pré- sident de l'arrondissement, sans pré- ciser l'âge ni le sexe des victimes. Dans la région allemande voisine du Bade-Wurtemberg, les inonda-

tions avaient déjà tué quatre per- sonnes et en avaient blessé une di- zaine dans la nuit de dimanche à

lundi, lors d'un précédent épisode de

violentsorages.Mercredi,lesdeuxdis-

tricts bavarois de Rottal-Inn et Passau, limitrophes de l'Autriche, ont été

placés en état de «catastrophe», la montée des eaux coupant routes et ponts et obligeant certains habitants à se réfugier sur les toits, alors que dans la ville de Triftern (sud), une cin- quantaine d'enfants s'apprêtent à

dormirdansleurécoledevenueinac-

cessible par la route.

Un séisme de magnitude 6,5 enregistré au large des côtes indonésiennes

Un séisme de magnitude 6,5 a été enregistré au large de l'île indoné- sienne de Sumatra jeudi matin, a annoncé l'Institut américain d'études géologiques USGS. Le séisme, qui a eu lieu à 5H56 locales (22H56 GMT mercredi), s'est produit à une profondeur d'environ 50 kilomètres, à quelque 140 kilomètres de la ville de Padang, a précisé l'Institut améri- cain. Aucune victime ni dégâts n'étaient signalés dans un premier temps. L'Indonésie est située sur la «ceinture de feu» du Pacifique, où la collision de plaques tectoniques cause de fréquents séismes et une im-

portante activité volcanique.

LIBYE

Les corps de 85 migrants rejetés par la mer en Libye

Les corps d'au moins 85 migrants ont été rejetés par la mer

secours en mer n'a en effet eu lieu cette se- maine en raison des

mène»,a-t-elledéclaré. Plus de 40 000 mi- grants ont traversé la

jeudi près de la ville de

mauvaises conditions

Méditerranéeversl'Eu-

Zwarah, dans l'ouest

climatiques,a-t-ilexpli-

rope cette année.

de la Libye, sans doute

qué.Leconseilmunici-

Selon le Haut-Com-

après avoir tenté de

palacondamné«lané-

missariat des Nations

franchir la mer Médi- terranée, a confirmé

gligence et l'inaction des institutions de l'Etat

Unies pour les réfu- giés (HCR), au moins

un responsable du Croissant-Rouge li- byen. Al-Khamis Al- Bosefi a déclaré que les secouristes étaient encore en train de ré-

et des organisations in- ternationales» vis-à- vis de la crise des mi- grants qui touche la ville de Zwarah. «La municipalité de

880 migrants se sont noyés en mer en ten- tant de gagner l'Eu- rope rien que cette se- maine. La Libye est un des points de départ

cupérerdescorps,dont

Zwarahtientlesinstitu-

favoris des migrants

ceux de femmes et d'enfants, et a ajouté que les circonstances exactes de leur décès restaient peu claires. Aucune patrouille de

tions libyennes et les organisations interna- tionales pour respon- sables de l'échec à ap- porter une solution adéquate à ce phéno-

qui tentent de franchir la mer Méditerranée et de se rendre en Eu- rope,fuyantl'insécurité et le chaos de leur pays d'origine.

USA

Un timbre très rare retrouvé 60 ans après son vol

Un timbre américain très rare, baptisé «Inverted Jenny», dont un exemplaire a récemment été vendu pour plus d'un million de dollars, a été retrouvé par hasard 60 ans après son vol et officielle- ment donné jeudi à une biblio- thèque. «Inverted Jenny» ( Jenny re- tournée) est un timbre devenu cé- lèbre car l'avion qu'il devait repré- senter a été imprimé à l'envers, la tête en bas. Les erreurs d'im- pression suscitent généralement l'intérêt des philatélistes et confè- rent aux timbres concernés un ca- ractère de rareté.

C'est le cas d'«Inverted Jenny», qui représente le biplan Curtiss Jenny JN-4HM et qui n'a été édité qu'à cent exemplaires en 1918, avec une valeur faciale de 24 cents. Lors d'une vente réalisée mardi à New York par la maison d'en- chères Robert A. Siegel, un exem- plaire de ce timbre a été adjugé 1,175 million de dollars. Jeudi, le procu- reur du district sud de New York, Preet Bharara, a annoncé qu'un autre timbre de ce modèle avait été retrouvé 60 ans après son vol. Dérobé à une philatéliste, Ethel B. Stewart McCoy, qui en possédait quatre, lors d'une réunion de col-

lectionneurs à Norfolk (sud-est) en septembre 1955, le timbre avait

disparu jusqu'en avril dernier. Une maison d'enchères, Spink, a alors

signaléauxautoritésqu'unparticu-

lier souhaitait vendre ce timbre. Informé de la provenance du timbre, Keelin O'Neill, qui a dit avoir reçu cet «Inverted Jenny» de son grand-père, a accepté de le re- mettre aux autorités, qui en ont fait officiellement don jeudi à la bi- bliothèque américaine de re- cherche philatélique (APRL), conformément à la volonté de leur propriétaire, décédée en 1980. APS

Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016

SANTÉ

DK NEWS 11

LE MINISTRE DE LA SANTÉ, M.BOUDIAF :

Un délai de deux semaines pour changer la situation à l'hopital Che Guevara de Mostaganem

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf a accordé, jeudi soir à Mostaganem, un délai de deux semaines au directeur de l’établissement hospitalier Che Guevara pour changer la situation déplorable de cette structure.

Présidant une rencontre avec des cadres locaux de son secteur et des représentants du mouvement associatif, M. Boudiaf a an- noncé qu’une commission d’inspection sera dépêchée la semaine prochaine à l’éta- blissement hospitalier Che Guevara du chef-lieu de wilaya, pour s'assurer de la le- vée des réserves formulées par des inspec- teurs centraux lors d’une visite inopinée mercredi à cet établissement. Le ministre a ajouté qu’un rapport sera présenté en début de semaine prochaine au directeur de wilaya de la santé et du direc- teur de cet hôpital comportant 24 réserves enregistrés lors d’une visite inopinée effec- tuée mercredi par des inspecteurs cen- traux. M. Boudiaf a insisté sur l’application des décisions du ministère, surtout celles

portant sur des sorties de spécialistes de cet hôpital pour effectuer des consultations

dansétablissementspublicshospitaliersdé-

pourvues de spécialités afin d'épargner aux malades les déplacements et alléger la tension sur cet hôpital. Par ailleurs, le ministre a souligné que la facture des médicaments contre le can- cer a augmenté à 64 pour cent par rapport à l’année dernière, affirmant que le prési- dent de la République, Abdelaziz Bouteflika

veille sur la prise en charge de cette facture de ces médicaments offerts gratuitement aux malades en dépit de leur cherté au marché international. Il a ajouté que l’Algérie est le seul pays à offrir ces médicaments gratuitement, tout en soulignant que le système sanitaire en Al- gérie est qualifié «d'excellent» par des ins- tances internationales en se reférant à plu-

sieursrapportscesdernièresannéesnotam-

ment de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). D'autre part, M. Boudiaf a indiqué que la nouvelle loi sur la santé qui sera approuvée

que la nouvelle loi sur la santé qui sera approuvée bientôt permettra la création de circonscrip-

bientôt permettra la création de circonscrip-

tionssanitairespourmettrefinauxdysfonc-

tionnements du secteur, annonçant que cette loi entrera en vigueur dans six mois au niveau national et devra apporter un chan- gement radical au système sanitaire le ren- dant une référence au niveau régional et in- ternational. Il a également appelé à accorder un in- térêt particulier à la formation d’agents paramédicaux dans les maladies dange- reuses comme le cancer, à réhabiliter le rôle du médecin généraliste en collaboration avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, à consacrer le principe de complémentarité entre sec- teurs public et privé et à préserver la sécu- rité dans les établissements hospitaliers. Par ailleurs, M. Abdelmalek Boudiaf a si- gnalé que son département ministériel est en phase d’élaboration d’un cahier de

charges des distributeurs de médicaments en gros en coordination avec leurs représen- tants veillant sur les règles de distribution de produits pharmaceutiques selon les conditions de moralisation. Le ministre a exhorté, en outre, les syn- dicats à œuvrer à la réussite des réformes en mobilisant le personnel autour de ce pro- jet, tout en rappelant que la plupart des pro- blèmes professionnels ont été pris en charge. En marge de cette rencontre, des déci- sions d’ouverture de deux cliniques den- taires dans le cadre du dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes ont été attribuées et une convention entre l’Of- fice de promotion et de gestion immobilière (OPGI) et la direction de la santé de Mosta- ganem a été signée portant sur la réalisation de 40 logements au profit de médecins spécialistes.

MOSTAGANEM

Inauguration de trois nouveaux hôpitaux

La wilaya de Mostaganem a bénéficié de trois nouveaux hô- pitaux dotés d’une capacité d’accueil globale de 180 lits, qui ont été inaugurés, jeudi, par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Bou- diaf. Ces nouvelles infrastruc- tures, implantées dans les com- munes de Mesra, Bouguiret et Achaacha, ont nécessité une enveloppe global ayant dépassé les 1,9 milliard DA. Elles dispo- sent des services de gynécolo- gie obstétrique, de chirurgie générale, de médecine interne,

tions et les spécialités de base. Abdelmalek Boudiaf a ins- truit les responsables du secteur d’ouvrir une unité de chimio- thérapie au niveau de l’établis- sement hospitalier d’Achaa- cha (90 km à l’Est du chef lieu de wilaya) où un staff médical spécialisé en oncologie de l’hô- pital Che Guevara de Mostaga- nem devra l’encadrer. Le ministre a appelé les pra- ticiens et les professionnels à re- lever le défi et assurer de meil- leures prestations aux citoyens soulignant que parmi les pro- blèmes que rencontre le malade

tance. Par ailleurs, le ministre a annoncé que quelque 27.000 postes budgétaires sont réser- vés, cette année, à l’échelle na- tionale, aux différentes spécia- lités du secteur. 43 spécialistes et 80 paramédicaux seront af- fectés à la wilaya de Mostaga- nem. Abdelmalek Boudiaf a an- noncé que la nouvelle carte sa- nitaire entrera en vigueur avant la fin de 2016, assurant que le secteur de la santé ne connaitra aucune difficulté en dépit de la conjoncture économique que traverse le pays.

ment, à Achaacha, de la deuxième phase de la cam- pagne de dépistage des can- cers du col de l’utérus et du sein touchant les femmes des douars, villages et communes éloignés. Des généralistes et spécialistes encadreront ces deux campagnes pour les- quelles des cliniques médicales mobiles dotées d’équipements médicaux sophistiqués ont été mobilisées. Abdelmalek Boudiaf s’est enquis de l’avancement des travaux de réalisation d’un nou- vel hôpital de 240 lits en cours

de pédiatrie, des urgences mé- dicales, des blocs opératoires, de laboratoires et autres struc- tures. Ces trois hôpitaux permet- tront d’atténuer la tension en- registrée au niveau des autres établissements de santé de la wi- laya. Ils permettront d’épar- gner aux malades des déplace- ments v ers le chef-lieu de wilaya et vers les établissements sani- taires de la région comme ils permettront d’améliorer la cou-

lors de son hospitalisation est l’absence de médecin et les pannes récurrentes des équipe- ments médicaux. Par ailleurs, Abdelmalek Boudiaf a invité des spécialistes de l’hôpital de Mostaganem à effectuer des consultations aux établissements hospitaliers pour combler au manque du personnel spécialisé afin d’épargner aux malades les dé- placements et d’alléger la pres- sion sur cet hôpital. Il a égale-

Concernant la situation des malades atteints du cancer, le ministre a noté qu’en applica- tion aux instructions du prési- dent de la République, Abdela- ziz Bouteflika, des centres spé- cialisés ont été ouverts pour s’approcher davantage des ma- lades au niveau national, où le taux de couverture en chimio- thérapie a atteint 100 pour cent et celui de la radiothérapie est de 98 pour cent. Dans ce contexte, il a annoncé l’ouver-

réalisation à Kherrouba, à la

périphérie est de la ville de Mostaganem. Le chantier enre- gistre un taux d’avancement de 90 pour cent. Sur place, le ministre a mis l’accent sur la né- cessité de livrer cette infra- structure en décembre pro- chain et lui donner un statut de Centre hospitalo-universitaire. Ce projet, lancé en travaux en 2007, a été suspendu du- rant quatre années faute de maitrise de sa gestion et puis

de

a

présidé, dans l’après-midi,

verture

sanitaire assurée aux ci-

ment proposé la signature de

ture d’un service de chimiothé-

pour sa réévaluation. Les tra-

toyens. Dans une déclaration à la presse, le ministre a relevé que ces trois établissements disposent d’équipements mo- dernes qui seront mis en service graduellement à condition que le corps médical assure des soins de base comme les ur- gences médicales, les consulta-

conventions avec des entre- prises et sociétés spécialisées dans les équipements médi- caux afin d’assurer les volets de la formation et de la mainte- nance, comme il a souligné la nécessité de connecter tous les hôpitaux au réseau national de diagnostic et traitement à dis-

rapie au niveau de l’hôpital de 240 lits, en cours de réalisa- tion au chef- lieu de wilaya de Mostaganem. Par ailleurs, le ministre a procédé au lancement d’équipes mobiles d’hospitali- sation à domicile dans la com- mune de Bouguiret et au lance-

vaux qui ont repris en 2014 ont été confiés à cinq entreprises nationales, signale-t-on. Son coût global a atteint 2 ,24 mil- liards DA. Enfin, le ministre de la Santé

une rencontre avec les cadres de son secteur.

5 E JOURNÉE DES PATHOLOGIES PSYCHIATRIQUES

Plaidoyer pour une meilleure prise en charge des malades

Plaidoyer pour une meilleure prise en charge des malades Les participants à la cinquième jour- née

Les participants à la cinquième jour-

née des pathologies psychiatriques ou- verte jeudi à l’hôpital militaire régional universitaire «Commandant Abdelaâli Benbaâtouche» de Constantine (HMRUC) ont plaidé pour une meilleure prise en charge des malades souffrant des différents troubles psychiatriques. Les présents, praticiens, représentant de plusieurs structures de santé à travers le pays ont estimé dans la psychiatrie, la prévention demeure possible souli- gnant que beaucoup reste à faire pour informer sur les pathologies psychia- triques, les facteurs à risque ou encore les prises en charge disponibles. Ils ont soutenu qu’une prise en charge ‘‘à temps’’ améliore le diagnostic et donne des meilleurs résultats. Abordant l’ap- proche évolutive du concept de l’état de stress post-traumatique (ESPT), le Dr Mohamed Ykhlef du HMRUC a expliqué que «le trouble anxieux sévère consécu- tif est souvent lié à un événement trau- matisant».

Il a ajouté qu’une situation ou à un

événement stressant, de courte ou de longue durée, exceptionnellement me- naçant tel que les drames familiaux, le viol ou les accidents déclenche l’ESPT soulignant l’importance de consulter des spécialistes, dés l’apparition des si-

gnaux d’alertes, les troubles de compor- tement notamment. La pharmacothérapie par antidé- presseurs dans la prise en charge des ESPT peut être «efficace» a-t-on noté, soulignant que le procédé «réduit les symptômes principaux» de cette pa- thologie.

Il a été également souligné que les an-

tidépresseurs devraient être considérés comme «partie intégrante du traite- ment des ESPT» avec la précaution de

ne pas exposer le malade «au risque de la dépendance». De son côté, le Dr Ahmed Messaoudi du centre hospitalo-universitaire (CHU)

de Tizi Ouzou a indiqué dans son inter- vention que les femmes sont plus vul- nérables que les hommes en matière de

dépression et de troubles anxieux, sou- lignant que les statistiques révèlent que 80% des dépressions et troubles anxieux observés dans les sociétés sont localisés chez la gent féminine.

A l’ouverture de la 5ème journée

des pathologies psychiatriques, le direc- teur du HMRUC, le général Mabrouk Cheddadi a souligné que le choix de ce thème s’inscrit dans l’objectif de se met- tre en diapason avec «les nouveaux défis de traitement, de prise en charge». L’officier, insistant sur la formation continue assurée par les différentes manifestations scientifiques organi- sées par l’hôpital a précisé que l’HMRUC se veut «un espace d’échange au profit du développement de la science». Plu- sieurs communications abordant les différents aspects des maladies psy-

chiatriques sont programmées au cours

de cette journées scientifqiue. APS

12 DK NEWS

SAN

Vendredi 3 - Sa

ADO : IL DÉVORE, C'EST NORMAL ?

Voir son ado s'empiffrer à table et au goûter a parfois de quoi inquiéter les parents. Qu'ils se rassurent, les ados ont besoin de manger, et vraiment plus que nous !

"Un ado, il vaut mieux l'avoir en photo qu'en pension", dit-on souvent. Ce coup de four- chette spectaculaire est donné généralement autour de 12 ans pour les filles, quand elles sont en pleine croissance et ont besoin de 2200 Cal par jour environ. Pour les garçons, cela peut arriver plus tard, entre 14 et 17 ans. Il leur faut alors 3000 à 3500 Cal quotidiennement.

Il lui faut davantage de glucides

Effrayantes, la quantité de pâtes qu'il peut ingurgiter ! En fait, c'est une manière de cou- vrir des besoins plus importants en glucides. « Impossible d'évaluer précisément la quantité nécessaire, mais ce qui est certain, c'est que votre ado peut sans problème en manger midi et soir », rassure le Dr Dominique-Adèle Cas- suto, endocrinologue-diabétologue, attachée au service nutrition de l'hôpital de la Pitié-Sal- pêtrière (Paris). Ce qui permet aussi de limiter ses grignotages entre les repas. « Laissez-le gérer les quantités à table, sans lui dire qu'il va se rendre malade, ou pire, qu'il (et surtout elle) va grossir, recommande le Dr Cassuto. A vous de veiller à la qualité et à l'équilibre alimen- taire. » Bien sûr, votre ado doit aussi avoir son quota de fruits, de légumes, de laitages, de viande et de poisson. S'il décrète que les lé- gumes le dégoûtent, tentez les crudités qui passent mieux. Et si il ne veut plus entendre parler de viande , compensez avec des légumes farcis à la viande hachée.

Il mange plus souvent pour fractionner

« Trois repas par jour ne suffisent pas à cou- vrir l'apport calorique dont un ado a besoin,

à cou- vrir l'apport calorique dont un ado a besoin, explique le Dr Cassuto, car il

explique le Dr Cassuto, car il faudrait alors des portions géantes. » Laissez-le donc fractionner en musclant le petit déjeuner et en le laissant prendre de solides goûters. Il n'est pas inquié- tant qu'un ado dévore en rentrant du collège ou du lycée, et s'il vous dit qu'il a faim, croyez- le. En général, c'est qu'il n'a pas son compte à la cantine. N'hésitez pas à lui demander ce qu'il a mangé pour équilibrer le dîner. Manger beaucoup n'est pas un problème à l'adolescence, mais manger tout le temps pose question. Votre ado mange-t-il suffisamment à table ? « Demandez-lui aussi s'il mange vrai- ment par faim ou plutôt par ennui ou quand il est stressé… L'occasion de réfléchir ensemble aux dérivatifs possibles, aux causes du stress et aux moyens de le contrôler », conseille le Dr Cassuto.

S'il est en surpoids, on reste vigilant

Vérifiez d'abord que votre ado est en sur- poids avec votre médecin, qui prendra en compte la croissance et la taille. Beaucoup d' adolescentes se trouvent trop rondes mais avoir des rondeurs à 15 ou 16 ans, c'est normal et ça passe. Surtout si on ne fait pas une fixa- tion dessus. Faites le point sur l'activité phy- sique. C'est peut-être sur le sport qu'il faut forcer. Pour que votre ado soit mieux dans son as-

siette , évitez à la maison les aliments trop ca- loriques (pâtes à tartiner, chips, mais aussi

inutiles, gras et sucrés, surtout

smoothies

en gros conditionnements qui sont vidés au même rythme que les petits. Proposez tou- jours des légumes à table pour accompagner les féculents. Laissez-le se resservir, mais en petite quantité. Incitez-le à manger lentement et jamais devant l'ordinateur ou la télévision.

),

JEUX VIDÉO : 5% DES ADOS Y JOUENT ENTRE CINQ ET DIX HEURES PAR JOUR

L'utilisation excessive de jeux vidéo peut entrainer des conséquences graves chez l'adolescent. Un nouveau rap- port de l'Inserm préconise le développement de leurs com- pétences psychosociales. L'Institut national de la santé (Inserm) a rendu public un rapport concernant la vulné- rabilité des adolescents face aux pratiques addictives. Si le bilan montre que la consommation de certaines substances psychoactives reste élevée chez les adoles- cents, elle se penche égale-

ment sur les nouvelles formes d'addiction, à savoir, les jeux vidéo et l'usage d'In- ternet. Selon les données re- cueillies par l'Inserm en 2011, 5% des adolescents de 17 ans joueraient aux jeux vidéo entre cinq et dix heures par jour et 3 à 5% passent plus de dix heures par jour sur Internet. Par jeu vidéo, l'Inserm entend tous les jeux réalisés à travers un disposi- tif informatique comme un ordinateur, une tablette ou un smartphone, relié ou non à une connexion Internet,

dans lequel le joueur agit seul ou en réseau avec d'au- tres joueurs sur un environ- nement virtuel. « Les critères d'addiction sont en discus- sion mais un consensus sem- ble émerger sur l'usage problématique avec des cri- tères qui intègrent l'isole- ment, la perte de contrôle et les conflits avec l'entourage. L'adolescent ressent rare- ment de la souffrance, à l'in- verse de son entourage », indique l'établissement pu- blic. Les chercheurs reconnais-

sent un côté positif aux jeux vidéo concernant le dévelop- pement des fonctions cogni- tives et spatiales, mais conseillent une certaine vigi- lance et préconisent de déve- lopper les compétences psychosociales des adoles- cents. En effet, les conséquences d'une addiction aux jeux vidéo peuvent se traduire par un fort isolement, de la tris- tesse, de l'anxiété, des diffi- cultés pour dormir et, plus généralement, des pro- blèmes d'ordre psychique et

somatique. Environ 26% des jeunes affirment rencontrer des problèmes à l'école à cause des jeux vidéo. L'In- serm note également un lien entre l'utilisation excessive des jeux vidéo et l'usage de substances addictive comme le tabac, le cannabis, l'alcool et les boissons énergisantes. Les adolescents issus de mi- lieux sociaux défavorisés au- raient plus de chance de devenir accro aux jeux vidéo, tout comme ceux dont les pa- rents souffrent de conduites addictives.

JOUER DE

LA MUSIQUE AMÉLIORE

LE LANGAGE

Les personnes qui ont des qualités ryth- miques en musique ou en danse montreraient de meilleures performances en compréhen- sion et en lecture. Une étude suggère que la pratique de la musique peut aider dans votre pratique du Français. Parue dans le Journal of neuroscience, cette étude menée par les cher- cheurs de l’Université de l’Illinois, aux Etats- Unis, suggère que le sens du rythme fait partie intégrante du langage. Pour s’en rendre compte, il a été demandé à 100 adolescents de claquer leurs doigts sur le tempo d’un morceau de musique. Pour mesu- rer le plus précisément possible leur capacité

de synchronisation, le rythme d’un métro- nome accompagnait la musique. Pour mieux comprendre la base biologique de la compétence rythmique, les chercheurs ont complété ce premier test d’un enregistre- ment des ondes cérébrales des participants à l’aide d’électrodes. Avec une technique appe- lée électroencéphalographie, l’activité céré- brale a été mesurée en réponse aux sons. Ainsi, on a observé que les jeunes les plus en rythme ont affiché les meilleures réponses cérébrales aux sons. La réponse cérébrale était moindre chez les adolescents médiocres en lecture. "Nous savons que calquer un mouve-

ment sur un rythme est une compétence fon- damentale pas seulement en musique mais aussi dans le langage, explique Nina Kraus, de l’Auditory Neuroscience Laboratory à l’univer- sité de l’Illinois. "Il s’avère que les adolescents mauvais en lecture peinent à effectuer une tache moteur sur un rythme précis, poursuit le professeur Kraus, interrogée par BBC news. Il semble que les ingrédients requis pour la lecture se renforcent grâce à la musique". Si vous aimez la musique et que vos qualités de lecture et de compréhension laissent à désirer, sautez sur l’occasion pour vous mettre à un instrument.

qualités de lecture et de compréhension laissent à désirer, sautez sur l’occasion pour vous mettre à

In topsanté.fr

DK NEWS 13

medi 4 juin 2016

LES ADOS MANQUENT DE PLUS EN PLUS DE SOMMEIL

Les ados devraient dormir entre 8

et 10 heures par nuit pour ne pas

souffrir de problèmes de concen- tration ou de troubles alimen- taires. Pourtant, ils sont de moins en moins nombreux à avoir leur compte d'heures de sommeil. Des chercheurs de l'Université de santé publique de Columbia (Etats-Unis) ont constaté que le nombre d'heures de sommeil noc- turne chez les adolescents avait di- minué au cours des 20 dernières années. Selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médi- cale Pediatrics, les étudiants et les adolescents des classes socio-éco- nomiques les plus faibles sont moins susceptibles de dormir 7 heures ou plus chaque nuit. Pourtant, avoir suffisamment d'heures de sommeil est vital pour la bonne santé. La durée idéale d'une nuit de sommeil diffère

selon l'âge et devrait être de 8 à 10

h pour les adolescents. S'ils n'attei-

gnent pas ce compte optimal de sommeil, les ados voient diminuer leurs capacités à réfléchir et à rai- sonner et peuvent être sujets à des sautes d'humeur. Le manque de sommeil est également associé au gain de poids, aux problèmes sco- laires et la toxicomanie.

63% des ados dorment plus de 7 heures par nuit

Pour leur étude, les chercheurs ont analysé les données de surveil- lance épidémiologique de 272 077 adolescents, entre 1991 et 2012. Ils se sont ainsi aperçu que la durée de sommeil des adolescents avait diminué au cours des 20 dernières années, et que la plus forte baisse touchait les ados de 15 ans. "En 1991, 72% d'entre eux déclaraient dormir plus de 7 heures par nuit. En 2012, le nombre était tombé à 63%" expliquent les chercheurs. "Un manque de sommeil peut sé- rieusement compromettre les an- nées d'adolescence, affectant les performances dans les examens scolaires. Cela influe négative- ment sur leur état de santé mais pourrait également affecter leur santé future". Pour confirmer leurs dires, une étude récente a montré que les adolescents qui avaient du mal à dormir avaient plus de risques d'être adeptes du "binge-drinking"

, d'avoir une sexualité à risque ou encore de prendre de la drogue

plus tard. Tandis que d'autres re- cherches, portant sur le surpoids,

a montré que les ados qui accu-

mulent une dette de sommeil ont un risque d'obésité accru de de 20% à l'âge adulte.

MON ADO EST EN CRISE :

COMMENT L'AIDER ?

C'est parfois compliqué de rester calme lorsque vous ne comprenez pas les réactions bizarres des adolescents. Les clés pour adopter la bonne habitude.

L'adolescence est un proces- sus normal du développement d'un individu. Elle marque le pas-

sage de l'enfance à la vie d'adulte. Ce qui ne peut se faire qu'en pre- nant de la distance par rapport à ses parents. Souvent par l'opposi- tion. Pour certains, ce passage se fait sans trop de bruit, pour d'au- tres la crise d'adolescence est plus violente. Plus le lien aura été fu- sionnel, plus la séparation sera

difficile

"Un enfant qui ne fait

pas de crise du tout, c'est parfois un enfant qui ne s'autonomise

pas et qui risque de le faire plus tard", constate Catherine Vanier, psychanalyste, auteure de "Qu'est-ce qu'on a fait à Freud pour avoir des enfants pareils ?" (éd. Flammarion).

Il (elle) s'enferme dans sa chambre

Il s'isole , claque la porte, vous

interdit de le déranger, reste des

heures à "larver" sur son lit, sa chambre commence à ressem-

"Incons-

ciemment, il cherche à marquer son territoire, à vous signifier des limites, car il vous trouve trop in- trusif, curieux ou moralisateur, explique Catherine Vanier. Il veut aussi vous dire qu'il grandi et qu'il cherche de toutes ses forces à se séparer de vous, pour exister en tant qu'individu. "Sa chambre, en quelque sorte, c'est comme son corps : c'est privé. Le mieux, respecter son terri- toire, même si cela est difficile pour vous. Il ne veut pas faire le ménage, c'est son droit. Mais à son tour ensuite de respecter la

dépotoir

bler

à

un

à son tour ensuite de respecter la dépotoir bler à un vie dans les pièces communes

vie dans les pièces communes de la maison où là, il devra se mon- trer plus sociable et coopératif. Cet isolement n'est pas inquiétant si votre enfant continue d'être en contact avec le monde extérieur :

ses copains, ses cousins, ses profs, son grand-frère, une grand-

mère

sauf vous !

Bref, avec tout le monde,

Elle veut faire un régime

Elle a un appétit d'oiseau , fait un passage éclair tous les soirs à table et vient de bannir à jamais les pains au chocolat du di- manche matin ! "En pleine pu- berté, votre adolescente est en train de prendre des formes, alors

que tous les magazines lui disent que d'être féminine, c'est de ne pas en avoir, explique Dominique Tourrès, pédopsychiatre, auteure de "J'ai un ado à la maison" (éd. Scrineo). Prendre des formes, c'est aussi réaliser qu'elle peut plaire aux garçons, ce qui peut parfois lui paraître effrayant." Que faire ? L'aider à prendre conscience que l'idéal de beauté vanté dans les magazines fémi- nins n'est pas la réalité. Les pho- tos des mannequins sont retouchées par un logiciel gom- mant les imperfections. "Mieux qu'un beau sermon sur les dan- gers d'un régime, je préfère en- courager les mères à montrer leur propre féminité", explique

Dominique Tourrès. Lorsque vous apercevez une femme dans la rue que vous trouvez belle,

n'hésitez pas à le dire, en préci- sant que cette fille a du charme,

est lumineuse

tine, mais ne maigrit pas pour au- tant, il n'y a pas de quoi s'alarmer. Si son alimentation devient trop sélective et son poids diminue, une visite chez le médecin est utile.

Si la vôtre s'obs-

Elle pleure car elle insultée sur les réseaux sociaux

Elle vous avoue que depuis quelques jours des élèves sont en train de colporter des ragots sur elle sur le Internet . En effet boule de neige, elle reçoit des messages insultants d'amis de ses amis. "Ce qui pose problème, c'est l'am- pleur donnée par les réseaux so- ciaux. Autrefois la rumeur ne dépassait pas les limites de la cour d'école, ce qui limitait l'im- pact psychologique sur l'ado visé", déplore Dominique Tour- rès. Vous pouvez d'abord la félici- ter d'avoir eu le courage de vous en parler. Puis lui expliquer qu'elle n'y est pour rien, que vous auriez dû contrôler de plus près son compte Facebook. Deman- dez-lui de ne pas répondre aux at- taques (on ne joue pas longtemps avec une balle qui ne rebondit pas). Pourquoi ne pas clôturer son compte avec son accord puis en recréer un autre sous un pseudo qu'elle ne communiquera qu'à ses proches.

ADOS : PLUS ON LEUR HURLE DESSUS, PLUS ILS ONT DES COMPORTEMENTS À RISQUE

nos ados a souvent

gonds.

nous disent que

plus ont leur crie dessus, plus ils s’installent

Pourtant,

tendance

Le

comportement de

à

nous

faire sortir

de nos

les chercheurs

dans des comportements à risque.

« Arrête

de crier » n’est pas seulement le

qui avaient de

avec leurs

parents, avaient plus de problèmes dans les mois qui suivaient : dépression, mensonges,

désobéissance

bagarre

se

régulières altercations verbales

sont aperçus que

les ados

vol

scolaire,

ou

étaient le plus souvent enregistrés chez ces

conseil que

vous pourriez donner à

votre

ados.

Et plus les

parents montraient des

adolescent.

C’est aussi

un conseil que les

signes d’hostilité verbale, plus les jeunes de-

ados pourraient donner à leurs parents si ces derniers ne veulent pas les voir sombrer dans une forme de dépression ou s’installer dans des comportements à risque. C’est en tous cas la conclusion d’une étude menée par les chercheurs de l’Université de Pittsburgh, aux Etats-Unis et qui vient d’être

publiée dans la revue Child development .

et

tenir des propos sévères ou rigides face à des

adolescents est contre-productif.

en choisissant des

mots parfois durs à entendre, vous espérez

attirer

comportement.

s’installer dans un comportement rebelle.

cette étude,

les chercheurs

américains ont suivi les 970 élèves d’un lycée

de Pennsylvanie

qu’à leurs parents) de remplir des question-

naires régulièrement pendant deux ans. Ils

et leur ont demandé (ainsi

à l’inverse, il va alors

de l’adolescent sur son

Cette étude

montre qu’élever

le ton et

la

voix

En haussant

l’attention

Pour mener

Mais,

venaient rebelles et irritables.

Parler plutôt que crier

« Avons-nous été surpris par les résultats de cette étude ? Oui et non ! » a déclaré le Dr Wang, professeur de psychologie à l’Univer-

sité

de Pittsburgh, qui a dirigé cette étude. «

Oui parce qu’en tant que parent, j’ai le senti-

ment

pour rappeler un

enfant à l’ordre et lui rappeler les limites à ne

pas franchir est un comportement que nous partageons tous.

ados

sont très sensibles à la façon dont on les voit

et on les juge. Nous en avons conclu que crier est préju- diciable en toutes circonstances et qu’il vaut

mieux prendre

d’expliquer pour-

quoi un comportement n’est pas acceptable plutôt que de laisser exploser sa colère.»

que

hausser

le

ton

Non parce que je

sais aussi que

les

le temps

acceptable plutôt que de laisser exploser sa colère.» que hausser le ton Non parce que je

14 DK NEWS

AFRIQUE

Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016

SAHARA OCCIDENTAL-

PERSONNALITÉS-DÉCÈS-

RÉACTIONS Décès du président sahraoui: le président mauritanien présente ses condoléances au président du Conseil national sahraoui

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz,

a adressé mercredi un message de condoléances au pré-

sident du Conseil national sahraoui, Khatri Addouh, suite au décès du président de la République arabe sahraouie dé- mocratique, Mohamed Abdelaziz. «Nous avons appris avec une profonde consternation et tristesse la nouvelle du décès de Mohamed Abdelaziz, président de la République arabe sahraouie démocratique. En cette douloureuse circonstance, je vous présente, ainsi qu'au peuple sahraoui frère et à la famille du défunt, mes sincères condoléances et vous assure de ma profonde compassion, implorant Dieu Tout-puissant d'accueillir le défunt en Son vaste paradis et de lui accorder Sa sainte mi- séricorde», a écrit le président mauritanien dans son mes- sage. Le président de la République arabe sahraouie démo- cratique et secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, est décédé, mardi, à l'âge de 68 ans des suites d'une longue maladie. Le secrétariat général du Front Polisario

a décrété 40 jours de deuil national. Le parti de l'Union pour la République (au pouvoir en Mauritanie) a, de son côté, présenté ses condoléances au gouvernement sahraoui et à la direction du Front Polisa- rio, et, à travers eux, à la famille du défunt et au peuple sah- raoui frère, en les assurant de sa compassion et de sa sym- pathie en cette douloureuse épreuve. Le président de l'Association des amis du peuple sahraoui en Mauritanie, Mohamed Fall Ould Sidi Mila, avait, pour sa part, indiqué que le décès du président sahraoui était «une perte pour le processus de lutte pour l'indépendance et l'af- franchissement dans le continent africain». «Avec la disparition de Mohamed Abdelaziz, le continent africain perd un des plus grands militants pour l'indépen- dance après Nelson Mandela», avait affirmé, mardi, M. Ould Sidi Mila dans une déclaration à la presse.

Plusieurs pays rendent hommage à un «grand combattant»

Des représentants de plusieurs pays africains et de la- tino-américains ont rendu, vendredi à Tindouf, un vibrant hommage au défunt président Mohamed Abdelaziz, esti- mant que la cause sahraouie a perdu un «grand combat- tant» qui a milité pour l'autodétermination et l'indépendance de son pays. Ainsi, l'ambassadeur du Zimbabwe en Algérie, George Edvin Mondaza, a déclaré à l'APS que les deux peuples du Zimbabwe et du Sahara occidental étaient «amis» dans la lutte contre le colonialisme, soulignant qu'«en dépit de toutes les difficultés», son pays «continuera à soutenir le peuple sahraoui dans sa lutte pour l'indépendance». De son côté, l'ambassadeur du Venezuela en Algérie, José Sojo, a indiqué qu'il était venu assister aux funérailles du président Abdelaziz (prévues aujourd’hui à Bir Lahlou) pour transmettre un message de condoléances du président de son pays au peuple sahraoui, soulignant que le défunt avait «dignement» représenté son peuple dans sa lutte pour l'in- dépendance. «Il a laissé au peuple sahraoui un message de dignité et de lutte pour l'indépendance avec un esprit anti- impérialiste», a-t-il souligné. L'ambassadeur de Cuba en Algérie, Raul Navas, a, quant à lui, estimé que le président sahraoui était un «vieil ami» de Cuba, saluant, au passage, un «grand combattant» pour l'indépendance de son pays. Pour sa part, l'ambassadeur d'Afrique du Sud en Algé- rie, Dennis Dlomo, a relevé que le président sahraoui était «un leader et un visionnaire qui a incarné la lutte et le com- bat pour l'indépendance du Sahara occidental». «Nous sommes persuadés que le peuple sahraoui pour- suivra son combat jusqu'à la victoire finale», a-t-il af- firmé, assurant que l'Afrique du Sud «restera toujours aux côtés du peuple sahraoui dans sa lutte pour l'autodétermi- nation». Dans la même optique, Cristina Amaral, représen- tante de l'ONU, a indiqué que le secrétaire général des Na- tions unies (Ban Ki-moon) lui avait demandé de transmet- tre ses condoléances au peuple sahraoui, rendant ainsi hom- mage à celui qui a été, durant toute sa vie, «un combattant pour la paix». De son côté, Jesus Garay, président de l'association des amis de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) des pays basques (Espagne) a exprimé sa solidarité envers le peuple sahraoui en cette douloureuse circonstance, affirmant que les pays basques «seront toujours avec le peu- ple sahraoui dans sa lutte pour l'indépendance».

APS

AUTODÉTERMINATION DU PEUPLE SAHRAOUI :

Des universitaires déplorent la faiblesse du CDH

«Le droit à l’autodétermi- nation ne fait plus partie de l’agenda du Conseil des droits de l’homme (CDH)», a fait constater la juriste Delphine Lourtau de l’Université de Cornell (NewYork), alors que «c’est un droit humain très clair en attente d’exécution»,

a-t-elle souligné dans son in-

tervention intitulée «Revendi- quer les droits économiques, sociaux et culturels au Sa- hara occidental». «Ceci montre, a-t-elle ajouté, les limites du système international et la faiblesse du droit international», re- commandant de poursuivre la lutte pour mettre «toute la lumière» sur la question du Sahara occidental. Pratiquement, le débat a tourné, au cours de la ses- sion, purement scientifique, sur «Une question de droit(s) avant tout», autour de cette

faille du système international

et ses institutions, en met- tant en relief, notamment, que les multiples consé- quences de l’occupation ma- rocaine du territoire du Sa- hara occidental sur les droits de l’homme. C’est dans ce contexte que Joanna Allan (Université de Leeds, GB) a fait état, sur la base de témoignages poi- gnants et reportages, des at- teintes et des abus sexuels subis par les femmes sah-

Des universitaires et participants au colloque, organisé à l’Université Paris Descartes-Sorbonne sur le Sahara occidental, ont déploré jeudi la «faiblesse» des institutions internationales à l’égard de l’autodétermination du peuple sahraoui, notamment du Conseil des droits de l’homme.

sahraoui, notamment du Conseil des droits de l’homme. raouies au moment de l’occu- pation. D’autres

raouies au moment de l’occu- pation. D’autres intervenants ont relevé la sensibilité nationa- liste «très élevée» chez les femmes sahraouies qui parti- cipent «activement» à la vie so- cio-politique sahraouie et sont, dans les territoires occu- pées, «les premières à protes- ter contre l’occupant». Au cours des débats, le rôle «négatif» joué par les puis- sances dans le maintien du statu quo a été également abordé dans le sens où aucun des pays occidentaux, qui sou- tiennent le Maroc, n’est inté- ressé par l’intégration ma- ghrébine. «La France favo- rise le Maroc contre les inté- rêts de la région», a affirmé Ya- hia Zoubir, chercheur algé-

rien spécialiste du Sahara oc- cidental et du Sahel, qui a dé- ploré la politique de «deux poids deux mesures» dans le règlement de la question sah- raouie par rapport aux au- tres conflits dans le monde. «Le soutien occidental pour le plan d'autonomie du Maroc n’est qu'un subterfuge bien concocté pour légitimer l'annexion par le Maroc de l'anciennecolonieespagnole», a-t-il soutenu, relevant que la France est le pays qui a joué le rôle le «plus essentiel» dans la colonisation par le Maroc du territoire du Sahara occiden- tal. «La classe politique, droite ou gauche, n’ont jamais caché son alignement au Maroc, ce qui est en fait clair que la France utiliserait son droit

de veto au Conseil de sécurité de l'ONU pour ne pas imposer une solution qui ne soit pas ac- ceptable par le Maroc», a ajouté ce professeur en rela- tions internationales de Kedge Business School du campus de Marseille. Pour sa part, l’anthropo- logue Alice Wilson (Université de Durham, GB) a indiqué que le mouvement de libéra- tion sahraoui est un mouve- ment qui «dure dans le temps», relevant que la révo- lution sahraouie qui s’est dé- clenchée à une époque don- née, se retrouve actuellement dans un espace temporel. Elle a mis en exergue, dans son intervention, la transfor- mation de la société sahraouie d’une organisation tribale et celle moderne avec les efforts de la République arabe sah- raouie démocratique de doter les Sahraouis d’institutions, d’une organisation politique et administrative et veiller à un service public (éducation, santé). AliceWilsonadéplorécette attente pour l’autodétermi- nation, «voulue sciemment», pour apporter une «fatigue révolutionnaire» à la lutte des Sahraouis pour l’indépen- dance, que certains interve- nants au débat ont souligné que l’arrêt de sa lutte armée contre l’occupant «a affecté l’élan révolutionnaire».

TUNISIE

Le Premier ministre tunisien prêt à démissionner «si l'intérêt du pays l'exige»

Le Premier ministre tunisien Habib

Essid a affirmé hier qu'il était prêt à dé- missionner «si l'intérêt du pays l'exige», après que le président Béji Caïd Essebsi se soit dit favorable à un gouvernement d'union nationale. Réagissant aux cri- tiques contre l'actuel exécutif, M. Es-

sebsis'estditjeudisoirfavorable,souscer-

taines conditions, à un gouvernement d'union. Il a ajouté que celui-ci pourrait être dirigé par M. Essid ou une autre per- sonnalité. «Je ne vais pas démissionner, (au moins) jusqu'à ma réunion lundi avec le président», a réagi l'actuel Premier mi- nistre dans une interview à la radio pri- vée tunisienne Express FM. Il a ajouté être prêt à quitter son poste «si l'intérêt du pays l'exige», et s'est dit de la même manière

«d'accord» pour un gouvernement

d'union «s'il sert l'intérêt de la Tunisie». Face aux critiques sur sa gestion écono- mique et sécuritaire, Habib Essid, un in- dépendant nommé en février 2015, a déjà été contraint en janvier de procéder à un largement remaniement. Jeudi soir, dans son interview, le président Béji Caïd Essebsi a noté la persistance de critiques envers le gouvernement, actuel- lement composé de quatre formations dont Nidaa Tounes --fondé en 2012 par M. Essebsi-- et d'Ennahda. Il s'est dit favora- ble à l'idée d'un gouvernement d'union nationale à condition qu'il inclue le syn- dicat UGTT et l'organisation patronale Utica, Prix Nobel de la Paix en 2015 pour leur rôle dans la transition politique de la Tunisie. Le secrétaire général de l'UGTT, Houcine Abassi, s'est montré

général de l'UGTT, Houcine Abassi, s'est montré sceptique dès jeudi. «Nous ne pourrons pas» faire partie

sceptique dès jeudi. «Nous ne pourrons pas» faire partie d'un gouvernement d'union nationale car l'UGTT doit rester «la force qui unit toutes les institutions et le lieu de refuge de toutes les sensibilités», a-t-il fait valoir sur Mosaïque FM.

ONU-MALI Ban Ki-moon condamne fermement les attaques meurtrières contre la MINUSMA et l'UNMAS

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a fermement condamné mercredi deux attaques meurtrières perpétrées mardi contre un camp de la Mission multidimensionnelle in- tégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) et le local d'un prestataire de services du Service de lutte anti- mine des Nations unies (UNMAS) à Gao (nord), provoquant la mort de quatre personnes, dont un casque bleu chinois, et plu- sieurs autres blessés. «Le secrétaire général est scandalisé par ces attaques terroristes perpétrées hier à Gao, au Mali, contre les Nations unies», a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse. «Ce soir, à environ 20h45, le camp de la MINUSMA, situé dans le quartier Château d'Eau à Gao, a été la cible d'une attaque par mortiers ou roquettes. Les faits exacts sont encore à détermi- ner», a souligné la MINUSMA dans un communiqué de presse. L'attaque du camp de la MINUSMA a été suivie d'une autre at- taque à l'arme légère qui a ciblé le local d'un prestataire de ser- vices de l'UNMAS situé dans un autre quartier de la ville le Gao. Deux agents maliens privés de sécurité qui gardaient le local et un expert français de la compagnie ont été tués.

Ban Ki-moon a présenté ses sincères condoléances aux fa- milles des victimes et aux gouvernements de Chine, de France et du Mali. Il a souhaité un prompt rétablissement aux blessés. «Le secrétaire général est profondément préoccupé par la ré- cente série d'attaques dirigées contre la MINUSMA qui ont tué 12 soldats de la paix et blessé beaucoup d'autres rien qu'en mai. Il rappelle que rien ne peut excuser ces actes de terrorisme contre les hommes et les femmes qui servent au sein des Nations Unies pour aider le peuple du Mali à rétablir la stabilité et la paix à tra- vers le pays. Le secrétaire général exhorte le gouvernement du Mali, avec le soutien de ses partenaires, à enquêter rapidement et à faire en sorte que les auteurs rendent des comptes. Il ap- pelle également les populations du Mali à fournir des informa- tions sur les attaques aux autorités», a ajouté le porte-parole. «Les dégâts matériels sont en cours d'évaluation et les informa- tions préliminaires indiquent que des conteneurs de logement du personnel ont été détruits. La MINUSMA a déployé des hé- licoptères d'attaques pour effectuer des surveillances aé- riennes et une force de réaction rapide est en train de patrouil- ler dans la ville de Gao», a précisé la Mission.

Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016

AFRIQUE

DK NEWS

15

Fin des travaux de la 12 e session

du Comité frontalier algéro-malien

Les travaux de la 12e session du Comité frontalier algéro- malien sous la coprésidence du ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui, et du ministre malien de l'Administration territoriale, Idrissa Maïga, ont pris fin jeudi après midi à Bamako (Mali).

Dans un communiqué sanction- nant la session MM Nouredine Be- doui et Idrissa Maïga se sont dits sa- tisfaits de la signature par les par- ties maliennes, de l'accord de paix et de réconciliation au Mali, signé dans une première étape en mai 2015, puis en juin de la même année au terme de 5 tours d'un dialogue lancé en juillet 2014 sous une mé- diation internationale conduite par l'Algérie. La partie malienne a rendu

conduite par l'Algérie. La partie malienne a rendu hommage dans le communiqué à l'Algérie pour le

hommage dans le communiqué à l'Algérie pour le rôle qu'elle joué

sous la direction du président de la République Abdelaziz Bouteflika pour la «promotion» de la sécurité

et de la réconciliation au Mali. Pour sa part, la partie algérienne

a réaffirmé «son engagement» à

aider et à accompagner le Mali dans

ses efforts visant à concrétiser la sé- curité et la réconciliation. A L'issue de la signature du com- muniqué, M. Bedoui s'est félicité des résultats positifs enregistrés lors

de cette session grâce, a-t-il dit à l'es- prit d'entente et de compréhen-

sion qui a présidée au débat des dos- siers soumis.

Les principaux points du communiqué commun

Les travaux de la 12e session du Comité frontalier al- géro-malien ont été sanctionnés, jeudi à Bamako, par un communiqué commun dans lequel les deux parties se sont félicitées de la coopération étroite entre les deux pays, en appelant à développer davantage les régions frontalières. La 12e session de ce comité a été tenue sous la copré- sidence du ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui, et du ministre malien de l'Administration territoriale, Idrissa Maïga. Dans le communiqué commun, les deux parties ont salué et confirmé l’élargissement de la composante du Comité bilatéral frontalier aux deux régions de Taou- denit et de Ménaka nouvellement créées. Les deux pays ont convenu aussi de la relance des concertations entre les walis et les gouverneurs des ré- gions concernées. A ce titre, une rencontre est prévue en décembre 2016 en Algérie à Adrar ou à Tamanras- set. Les deux parties vont tenir la 13e session de ce Co- mité en Algérie au courant de l’année 2017, à une date qui sera arrêtée de commun accord, d'après le commu- niqué commun. Elles ont rappelé avec satisfaction la signature de l’Ac- cord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Pro- cessus d’Alger et se sont félicitées ensuite de la coopé- ration «étroite, développée autour de la promotion de la cause de la paix et de la réconciliation au Mali à tra- vers la mise en £uvre de cet Accord». Elles ont également souligné «l’importance d’adap- ter leurs actions de coopération dans la zone frontalière aux objectifs de l’accord».

La partie malienne a réitéré la reconnaissance du Mali pour le rôle joué par l’Algérie sous l’égide du pré- sident de la République M. Abdelaziz Bouteflika, dans la promotion de la paix et la réconciliation au Mali. Quant à la partie algérienne, elle «a réitéré l’enga- gement de l’Algérie à rester au côté du Mali en l’accom- pagnant dans ses efforts pour consolider la paix et la ré- conciliation nationale». Les deux ministres ont exprimé leur «vive préoccu- pation devant la persistance des menaces sécuritaires dans la zone sahélo-saharienne d’appartenance com- mune notamment les phénomènes du terrorisme et de la criminalité transnationale organisée qui mettent en péril la stabilité des Etats et la cohésion des sociétés dans cette région déjà confrontée aux vulnérabilités liées no- tamment au climat». Ils ont, à cet égard, mis l’accent sur l’importance de «la conjugaison des efforts pour lutter efficacement contre ces menaces», ajoute la même source. Lors de cette réunion, les deux délégations ont procédé à un exa- men approfondi de la coopération bilatérale frontalière dans les domaines prioritaires de l’agriculture, de l’élevage, et de la pêche, des échanges commerciaux, de l’énergie, des mines, des transports et des travaux publics, de l’industrie, de l’habitat et de l’urbanisme. Les secteurs des PTIC, de la santé, de l’éducation, de la culture et des sports, du tourisme et de l’artisanat, des ressources en eau, de la formation professionnelle, des affaires religieuses, de l’administration territoriale, de la sécurité et de la libre circulation des personnes et des biens, ont été également examinés lors de cette réunion, précise-t-on.

Le 12 e comité frontalier algéro-malien a permis l'instauration d'une nouvelle dynamique de coopération dans la région

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a affirmé jeudi à Bamako que la réunion de la 12e session du comité frontalier algéro-malien avait permis l'instauration d'une nouvelle dynamique de coopération et de solidarité dans la région et l'ou- verture de nouvelles perspectives dans les relations algéro-maliennes. A l'issue des travaux de la session co-présidée par le ministre malien de l'Administration territoriale, M. Bedoui a souligné que la session «a permis une évaluation globale des relations de coopération bilatérale et l'ouverture de nouvelle perspec- tives en vue de les enrichir. La ren- contre a également permis de consolider les «relations d'amitié traditionnelles entre les deux pays et d'instaurer une nouvelle dyna- mique de coopération et de solida- rité dans la région, marquant de ce fait l'amorce d'une nouvelle étape dans l'approfondissment des rela-

nouvelle étape dans l'approfondissment des rela- tions bilatérales». La réunion a été une occasion pour

tions bilatérales». La réunion a été une occasion pour renforcer la vo- lonté commune à poursuivre l'ac- tion pour la consécration de la sta- bilité et la consolidation de la coo- pération, conformément aux prin- cipes et valeurs des deux pays, a in- diqué le ministre. Il s'agit également du suivi et de l'approfondissement

des consultations entre les deux pays sur les grandes mutations survenues dans les régions fronta- lières aux niveaux sécuritaire, so- ciale, économique et culturelle», a-t-il ajouté. M. Bedoui a enfin ap- pelé le ministre malien a effectuer une visite en Algérie pour examiner d'autres domaines de partenariat.

Bedoui appelle

à mobiliser toutes les capacités pour faire face aux organisations terroristes

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Noure- dine Bedoui a appelé jeudi à Bamako, à mobiliser toutes les ca- pacités pour faire face aux groupes terroristes et «éradiquer» les organisations criminelles qui veulent porter atteinte à la sécu- rité de la région. «Il faut mobiliser toutes nos capacités pour faire face aux groupes terroristes et éradiquer les organisations criminelles qui veulent porter atteinte à la sécurité de la région» a indiqué M. Be- doui dans une allocution à l'ouverture de la 12e session du Co- mité frontalier algéro-malien qu'il co-préside avec son homo- logue malien. Se félicitant de la qualité de coopération bilatérale et régio- nale entre les deux pays notamment au niveau de l'unité de fu- sion et de liaison (UFL) et du Comité d'Etat-major opérationnel conjoint (CEMOC), M. Bedoui a souligné que les actes terroristes, l'immigration clandestine, le trafic de drogue, la traite des êtres humains et la contrebande «constituent des menaces vi- sant à porter atteinte à la sécurité des frontières, à entraver le dé- placement des personnes et des biens et à paralyser l'économie de la région». Il a indiqué que les groupes terroristes et les organisations cri-

minelles «profitent de l'absence des institutions et la perméabi- lité des frontières et l'instabilité de leurs populations pour les in- fluencer par des idéologies extrémistes». Insistant sur la nécessité de «faire des frontières entre les deux pays un facteur de rapprochement et de coopération dans divers domaines», M. Bedoui a rappelé que l'approche sécuritaire dans la sécurisation des frontières «ne doit pas être l'unique op- tion pour éradiquer le terrorisme», considérant que la pauvreté, l'exclusion et la marginalisation sont des facteurs qui nourris- sent le terrorisme et autres formes de criminalité. Les deux pays doivent «oeuvrer à intensifier les efforts pour lutter contre la pauvreté et le sous-développement notamment dans les régions frontalières communes qui constituent un défi complexe», a-t-il souligné, appelant à «assurer aux popula- tions des régions frontalières particulièrement les jeunes un ave- nir meilleur, en proposant des solutions sous formes d'initiatives qui répondent aux besoins des populations des ces régions, en encourageant le développement socio-économique et en per- mettant à leurs populations l'accès à l'enseignement, à la forma- tion professionnelle et aux soins». Ces initiatives «doivent prendre en considération la poursuite des efforts consentis dans le cadre d'une lutte efficace contre le crime organisé transnational, développer un mécanisme de coor- dination de la gestion des frontières à travers l'échange d'infor- mations, et garantir une exploitation optimale de la bande frontalière pour empêcher l'escalade de l'activité des groupes ter- roristes et des bandes criminelles organisées, encourager le troc, relancer les manifestations conjointes et inciter les opérateurs économiques à y prendre part», a-t-il dit. Il a également insisté sur la nécessité de prendre en considé- ration «la création des petites et moyennes entreprises (PME) en matière d'artisanat et le lancement des programmes d'échange culturel et sportif entre les populations des régions frontalières des deux pays». L'Algérie est «convaincue que le Comité frontalier algéro-ma- lien reste le meilleur cadre pour valoriser les initiatives et coordonner les efforts communs visant à faire face aux défis com- muns et à prendre les décisions nécessaires à la promotion et l'amélioration des conditions de vie des populations frontalières»,

a encore souligné le ministre.

M. Bedoui reçu par le Premier ministre malien

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Nou- reddine Bedoui a été reçu jeudi à Bamako par le Premier mi- nistre malien, Modibo Kaïta. L'entretien s'est déroulé en présence du ministre malien de

l'Administration territoriale, Idrissa Maïga, de l'ambassadeur algérien au Mali, Boualem Chebihi et de l'ambassadeur malien

à Alger, Nainy Touré.

M. Bedoui a indiqué dans une déclaration à la presse que la

rencontre a été l'occasion de «souligner le rôle de l'Algérie dans l'accompagnement du gouvernement et du peuple maliens en vue de concrétiser la charte de paix et de réconciliation natio-

nale en application des instructions du président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika et d'oeuvrer à assurer la périodi- cité de ces rencontres à même de permettre la concrétisation des conventions conclues par les deux pays». Le ministre a souligné que les entretiens entre les deux par- ties ont permis «d'évaluer ce qui a été réalisé lors des travaux de la 11e session du Comité frontalier algéro-malien tenue à Al- ger en juin 2011» et d'évoquer les «perspectives de coopération entre les deux pays notamment dans les domaines sécuritaire, de lutte antiterrorisme et économique et les voies et moyens de développer la coopération pour la promotion des zones fron-

talières, ainsi que la question de la circulation des personnes».

M. Bedoui se trouve à Bamako dans le cadre des travaux de

la 12e session du Comité frontalier algéro-malien.

APS

16 DK NEWS

CULTURE

Vendredi 3 - samedi 4 juin 2016

LE MINISTRE DE LA CULTURE, M. MIHOUBI :

Des mécanisme de soutien à la distribution du livre en cours d'élaboration

Des «mécanismes de soutien du coût de distribution du livre» pour en assurer un prix unifié en Algérie sont en cours d'élaboration au ministère de la Culture, a indiqué jeudi à Alger le ministre du secteur Azzedine Mihoubi.

S'exprimant à l'ouverture d'une journée d'étude sur le prix unique du livre, le minis- tre de la Culture a expliqué que ces mécanismes de- vront assurer un prix unique du livre sur tout le territoire natio- nal, pour mettre un terme à la si- tuation actuelle où le prix du livre est différencié d'une région à une autre. Selon lui, l'Etat devra «prendre en charge la différence des coûts de transport» pour les zones les plus éloignées. La loi sur les activités du marché du livre, pro- mulguée en juillet 2015, stipule que le prix de vente public du livre doit être unifié sur tout le territoire nationale et imprimé sur la couverture des publica- tions. Selon les textes, l'unifi- cation des prix de vente public est applicable pour les livres édités en Algérie comme pour les publica- tions importées.

en Algérie comme pour les publica- tions importées. Azzedine Mihoubi a également indiqué que les premiers

Azzedine Mihoubi a également indiqué que les premiers textes d'applica- tion sont «en cours de dis- cussion» au niveau du gouvernement. Le ministre a en outre révélé qu'un cahier des charges et un «système de notation» des maisons d'édition ont été mis en place, sans fournir plus de détails. Ces nouvelles mesures sont censées accompa- gner les éditeurs pour être plus professionnels. Plusieurs éditeurs pré- sent à cette rencontre ont

exprimé leur satisfaction des mécanismes d'aide à la distribution du livre et de la mise en place d'un cahier des charges, tout en réservant leurs avis sur les détails du contenu des nouvelles mesures et de leur application concrète. Organisée par le Centre national du livre (Cnl) cette journée d'étude a réuni des professionnels algériens de l'édition, de la distribution et de la com- mercialisation du livre. Deux experts euro- péens du secteur du livre y ont également assisté.

Les œuvres de Khedda font ressentir l’histoire nationale dans la toile

Des académiciens et artistes plasti- ciens algériens ont estimé, jeudi à Mosta- ganem, que les œuvres de Mohamed Khedda, un des fondateurs de l’art plas- tique contemporain, font ressentir l’his- toire algérienne profonde dans la toile. Animant une communication dans le cadre d’une journée d’étude en commé- moration du 25e anniversaire de la mort de Mohamed Khedda, le professeur Be- namar Mediène de l’université d’Oran et d’Aix en Provence a mis en relief les ca- ractéristiques des œuvres du défunt «qui ont contribué de façon exemplaire à la transmission des faits de l’histoire natio- nale par les formes et les couleurs dans les toiles». «L’Algérie a hérité, de Khedda, des £uvres retraçant son histoire, ses gloires, ses combats et résistance pour la libération nationale et donnant égale- ment un reflet artistique de son patri- moine et sa culture multiple», a-t-il souligné dans sa communication intitu- lée «Mohamed Khedda: figures de l’ima- ginaire». Le conférencier a affirmé aussi la capacité de Khedda d'imprégner la réa- lité à l’imaginaire, déclarant que «l’ima- ginaire de cet artiste lui a permis aussi de poétiser ses £uvres qui suscitent des lec- tures poétiques et artistiques». De son coté, l’enseignant de l’univer- sité de Mostaganem et artiste peintre, Saïd Debladji a évoqué le grand exploit de Khedda dans le patrimoine national, no- tamment la lettre arabe et les richesses nationales telles que le Tassili, tout en

cherchant à donner des visions nouvelles et différentes sur ce patrimoine. Il a jouté que les œuvres de l’artiste in- fluencent toujours la scène de l’art, no- tant que les chercheurs académiciens devront travailler d’avantage pour étu- dier ces œuvres et les exploiter dans le dé- veloppement de l’art. L’artiste peintre Mohamed Oulhaci a mis en exergue, quant à lui, la qualité des £uvres de Khedda et leur rayonnement sur la croissance de l’art actuellement, soutenant que le défunt artiste était d’une grande technicité de l’art, notam- ment dans la gravure. Il a appelé, à l’oc- casion, à soutenir des jeunes talents plasticiens algériens, tout en déplorant l’insuffisance des galeries d’exposition des arts dans les villes du pays, tenant compte que ces structures font partie d’un contexte encourageant du dévelop- pement de l’art en question. Le directeur de la culture de Mostaga- nem a fait savoir, de son côté, que la tenue de cette journée d’étude constitue une occasion pour débattre l’actualité de cet art et chercher les moyens pour le hisser vers de grandes perspectives. Organisée à l’initiative de la faculté des lettres Arabe et des arts de l’université de Mostaganem «Abdelhamid Ibn Badis», cette journée d’étude a été marquée par la participation de chercheurs de l’uni- versité de Mostaganem et d'artistes pein- tres de la wilaya, lieu de naissance de l’artiste Khedda.

SKIKDA

Ouverture de la 8 e édition des journées nationales du théâtre pour enfants

La 8e édi- tion des jour- nées nationales du théâtre pour enfants a été ouverte mercredi à la maison de la culture Moha- med-Serradj de Skikda, lan- cée sous le slo- gan «L’enfant, espoir d’Algé- rie». Organisée par l’associa- tion culturelle Hawa et la di- rection et la maison de la culture, la manifestation a été ouverte par la pièce «Rahounafis» signée pour le théâtre régional de Skikda par Seifeddine Bouha. L’œuvre relate le voyage merveilleux de deux enfants partis sauver des dinosaures, sous les applaudissements des tous petits. Des compagnies de Bé- jaia, de Mila, d’Oran, de Tiaret, de Khenchela et d’Oum El-Bouaghi partici- pent à cette nouvelle édi- tion de quatre (4) jours, où

pent à cette nouvelle édi- tion de quatre (4) jours, où deux (2) spectacles sont programmés

deux (2) spectacles sont programmés par jour. Ces journées qui coïn- cident avec la journée mondiale de l’enfance vise à inculquer aux enfants la passion du spectacle et du théâtre, selon la prési- dente de l’association Hawa, Mme Atika El Ouadi. Une exposition sur les activités de l’association, les réalisations des ateliers de dessin et sur les deux artistes Mama Nadjoua et Hdidouane a été organisée en marge des spectacles. Les deux sœurs Wissal

et Arridj Bouakaz ont af- firmé être des fidèles à cette manifestation théâ- trale qu’elles poursuivent depuis quatre ans, assu- rant que les journées théâ- trales leur procurent «des moments de pure délecta- tion». La journée mondiale de l’enfant a donné lieu pa- rallèlement à des «portes ouvertes» sur la brigade de protection de l’enfance or- ganisées au siège de la sû- reté de wilaya avec le concours du mouvement associatif.

Trois monuments classés au patrimoine culturel national (JO)

Trois monu- ments datant de différentes périodes de l'histoire de l'Algérie ont été classés au pa- trimoine cultu- rel national par arrêtés minis- tériels publiés récemment dans le Journal Officiel du 8 mai 2016. Ces arrêtés concernent le Mausolée du roi numide Sy- phax (IIIe siè- cle avant JC) à Aïn Témouchent, le bâtiment ex-Rocher noir à Boumerdes -siège de l'Exécutif du Gouvernement provisoire de la Répu- blique algérienne (GPRA) entre le 19 mars et le 3 juillet 1962- et le site archéo- logique de gravures rupestres «Bélier de Boualem» à El Bayadh. Les textes fixent les superficies des zones classées et leur délimitation, y compris la délimitation des périmètres de protection au delà des sites concernés. De ce fait, sont interdits toute «construction ou intervention sur et dans les abords immédiats» des sites, tout «autre type d'aménagement» ou de «nou- velle construction»dans les zones de pro- tection afin de «ne pas gêner la visibilité des monuments». Des plans permanents de sauvegarde et de mise en valeur fixeront, ainsi, les «obligations à la charge des occupants» des sites et de leurs alentours immédiats pour le Mausolée royal de Syphax et la station de gravures rupestres du Bélier de Boualem. Les arrêtés, datés du 3 décembre 2015, prévoient également des «sanctions», en

décembre 2015, prévoient également des «sanctions», en vertu de la loi n°98-04 du 15 juin 1998

vertu de la loi n°98-04 du 15 juin 1998 re- lative à la protection du bien culturel pour tout contrevenant. Le monument «Mausolée royal de Sy- phax», un des témoins matériels de la pé- riode numide en Algérie, avait fait l'objet d'actes de vandalisme, avait alerté la di- rection de la Culture de Aïn Témouchent. Pour sa part, le Centre national de re- cherches archéologiques (Cnra) prévoit, avant la fin de l'année, des opérations de prospection et de fouilles dans ce périmè- tre en collaboration avec des experts au- trichiens, a indiqué son directeur, Farid Ighilahriz . Situé en plein centre ville de Boumer- dès, le «siège de l'exécutif provisoire- Ro- cher noir» a gardé, à ce jour, son architecture originelle. Dans cette même édition du Journal Officiel, trois instances de classement de l'ex hôtel communal, du siège de la poste centrale et de la gare ferroviaire de la ville de Skikda au titre de monument histo- rique de style néo-mauresque ont été pu- bliées.

APS

Vendredi 3 - Samedi 4 juin 2016

TECHNOLOGIE

DK NEWS

17

SALON INTERNATIONAL DES TIC (SITIC AFRICA) À TUNIS

SELON DES EXPERTS

L’Afrique doit se doter d’un cadre légal pour sécuriser son économie numérique

Le Continent africain doit se doter d’un cadre légal régional lui permettant d’instaurer un système d’identification électronique en vue de sécuriser son économie numérique qui est en plein essor, ont indiqué mercredi à Tunis des experts africains dans le domaine des TIC.

à Tunis des experts africains dans le domaine des TIC. «L’économie numérique commence à prendre forme

«L’économie numérique commence à prendre forme au niveau du continent d’où la nécessité d’asseoir ce cadre de confiance numérique au niveau de la ré- gionarabe et africaine», a indiqué à l’APS, Mohamed Ben Amor, secrétaire général de l’Organisation arabe des technologies de l’information et de la communication (OATIC) basée à Tunis. Cet expert s’exprimait en marge d’un atelier sur l’identification électronique et services de confiance dans les régions arabe et africaine organisé dans le cadre du Salon international des technologies de l’information et de la communication dédié à l’Afrique (SITIC Africa) qui se teint du 31 mai au 2 juin au Palais des exposition de Kram à Tunis. «L’objectif de cet atelier est de sensibi- liser les Etats arabes et africains pour avoir une même vision et une approche régio- nale dans tout ce qui concerne l’économie numérique», a-t-il expliqué. Si dans l’éco- nomie traditionnelle les personnes phy- siques sont identifiées et les transactions sont matérialisées, dans l’économie nu- mérique tout se fait de manière électro- nique. «Dans ce nouveau monde appelé communément cyber espace, il est néces- saire d’avoir un système qui permet d’identifier et d’authentifier ces per- sonnes et ces transactions», explique M. Ben Amor. Donc, la certification électro- nique permet d’asseoir un climat de confiance qui permet aux personnes qui s’adonnent à ces transactions électro- niques ou qui traitent dans ce nouveau model économique numérique d’avoir la certitude qu’il y a une certaine confiance établie au niveau de ce cyber space. L’économie numérique représente une part de 5 à 10% du PIB dans l’ensemble des économies des pays arabe et africains. «10% du PIB est quelque chose de très im- portant pour un pays», selon cet expert tu- nisien. L’enjeu pour l’Afrique est de pouvoir animer cette économie numérique pour créer des champions en mesure de créer des applications et créer ainsi de la ri- chesse au niveau du continent.

Or, l’instauration de ce climat de confiance commence d’abord par «la mis en place d’un cadre légal régional», estime pour sa part, Meriem Slimani, coordina- trice chargée de la standardisation et du développement au sein de l’Union afri- caine des télécommunications (UAT) basée à Nairobi au Kenya.

Cette experte algérienne a présenté lors de cet atelier la convention sur la cyber cri- minalité adoptée en 2014 par les pays membres l’Union africaine et dont le pro- cessus de ratification est en cours. «La ratification de cette convention est importante pour sa mise en £uvre. C’est une convention qui touche aux transac- tions économiques, aux données person- nelles etc.», a-t-elle souligné. D’après elle, l’Afrique ne peut pas faire une transition vers l’économie numérique si elle ne met pas au préalable un environ- nement sécurisé. «Les risques sont énormes : perte d’argent, pertes de don- nées personnelles. Toutes les applications sont sensibles comme les transactions fi- nancières, échange de données privées,

». climat de confiance, ce cadre légal régio- nal en matière d’économie numérique permettra aussi à l’Afrique de se position- ner au niveau régional et international et défendre ses intérêts face aux autres groupes régionaux qui sont en avance. «Aujourd’hui, les régions commencent à s’organiser. L’Union européenne a établi son cadre réglementaire pour la certifica- tion électronique en vue d’assurer cette homogénéité de ces opérations au niveau régional et aller défendre ses intérêts au niveau international», souligne à ce pro- pos M. Ben Amor. «Pour notre région, le travail n’a pas en- core commencé. Nous sommes en train d’établir une certaine cohésion au sein de nos régions, de créer un cadre régional à travers lequel nous allons faciliter les transactions et aller ensuite discuter de manière forte dans les négociations qui se font à l’échelle internationale», a-t-il ajouté.

APS