Vous êtes sur la page 1sur 6
Numéro Minute NuméroRG Jugement du Affaire :-l3t- : 10/00873 : 19 Août 2013 :S.A.S GROUPE

Numéro Minute NuméroRG Jugement du Affaire

:-l3t-

: 10/00873

: 19 Août 2013 :S.A.S GROUPE AUTODISTRIBUTION SUD OUEST CI COMMUNE DE BERGERAC prise en la personne de son maire Monsieur Dominique ROUSSEAU

en la personne de son maire Monsieur Dominique ROUSSEAU Président: Monsieur DE THEVENARD, Président, Ju~e

Président:

Monsieur DE THEVENARD, Président, Ju~e Rapporteur

Assesseurs:

Monsieur PROVENZANO, Vice-Président Madame BELANGER,

Avec l'assistance de Madame DUMAINE, Greffier,

BELANGER, Avec l'assistance de Madame DUMAINE, Greffier, En audience publique le 07 Juin 2013 Délibéré au

En audience publique le 07 Juin 2013

Délibéré au 26 juillet 2013 prorogé au 19 août 2013

Jugement rédigé par Monsieur DE THEVENARD

******************

rédigé par Monsieur DE THEVENARD ****************** S.A.S GROUPE AUTODISTRIBUTION SUD OUEST, dont le

S.A.S GROUPE AUTODISTRIBUTION SUD OUEST, dont le siège-social est sis Partd'activité Lescar Nova - Rue Saint Exupéry - 64230 LESCAR

représentée par Me Françoise CHAZEAU-PARlS, avocat au barreau de BERGERAC, Me Patrick ANTHIAN-SARBATX, avocat au barreau de NANTERRE

Me Patrick ANTHIAN-SARBATX, avocat au barreau de NANTERRE COMMUNE DE BERGERAC prise en la personne de

COMMUNE DE BERGERAC prise en la personne de son maire Monsieur Dominique ROUSSEAU, dont le siège social est sis Mairie - 19 rue neuve d'Argenson - 24100 BERGERAC

représentée par Maître Michel PERRET de la sep PERRET NUNEZ LAGARDE, avocats au barreau de BERGERAC, Me Franck SPRIET, avocat au barreau de LILLE

RAPPEL DES FAITS ET DE LA PROCEDURE

La loi n02008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l'économie prise en son article 171 a institué un nouveau régime de taxation locale de publicité en créant une taxe unique dénommée "Taxe Locale sur la Publicité extérieure" (TLPE) ;

A la différence du régime précédent où les taxes étaient perçues par les afficheurs collecteurs, la loi permet aux Communes de percevoir directement le montant en supprimant l'intermédiaire qu'était l'afficheur ;

Par acte du 9 juillet 2010 la SAS Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) a assigné le la Commune de Bergerac aux fins de voir:

Dire que privée de base légale la taxation d'office ne peut être mise en oeuvre par la commune de Bergerac pour établir la taxe locale sur la publicité extérieure; Dire que tout constat opéré par la ville de Bergerac doit être effectué par un agent assermenté et qu'à défaut la procédure est entachée d'un vice substantiel; Dire que l'exploitant n'exerçant pas d'activité au 1er janvier 2009 sur le territoire communal ne peut être redevable de la taxe pour 2009 ; Dire que le moyen tiré de l'illégalité du titre de recette est fondé; dire que le moyen tiré de l'illégalité du commandement de payer pris le 5 mai 2010 est fondé; Prononcer l'annulation du commandement de payer et du titre de recette antérieur ; Condamner la Maire de Bergerac à payer une indemnité de 3000 en application de l'article 700 du code de procédure civile, outre les dépens;

Dans le dernier état de ses conclusions, la SAS modifiant ses prétentions initiales demande:

Vu la loi n02008-776 du 4 août 2008, Vu les articles L65, L67, L80A et L199 du livre des procédures fiscales, Vu les articles L412-49, 1647-5°, L2333-6 à L2333-16 du code général des collectivités territoriales (CGCT), Vu le décret 2009-1696 du 29 décembre 2009 qui modifie sous son article 1, l'article R211-4 du code de l'organisation judiciaire, Vu la circulaire sur la taxe locale sur la publicité extérieure (Circulaire nOINTB0800 160C) du 24 septembre 2008 et sa publication au bulletin officiel du Ministère de l'Intérieur n02008/09, Vu l'instruction codificatrice n005-050-MO du 13 Décembre 2005 relative au recouvrement des recettes des collectivités territoriales et des établissements publics locaux - NOR :BUD R0500050 J,

Dire et juger que le point de départ du délai de deux mois de l'article 1647-5° du CGCT doit être fixé au 17 mai 2010 et qu'en conséquence l'assignation du 9 juillet 2010 rend le recours recevable Dire et juger qu'en tout état de cause l'opposition gracieuse du 30 novembre 2009 suffit à interrompre le délai de deux mois de l'article 1647-5° du CGCT en l'absence de production visant à apporter la preuve de la distribution du titre de recette;------------------------ Dire et juger que privée de base légale, la taxation d'office ne peut être mise en oeuvre par la commune de Bergerac pour établir la taxe locale sur la publicité extérieure et qu'à défaut celle-ci do.it .être précédée d'une mise en demeure préalable assortie de délais suffisants sur la procédure

SUiVIe;

Dire et juger que tout constat opéré par la ville de Bergerac doit être effectué par un agent assermenté et qu'à défaut la procédure est entachée d'un vice substantiel; Dire et juger que la réduction opérée par l'adjoint en charge des travaux est dépourvue de base légale; Dire et juger que la rétroactivité des constatations ne peut avoir d'effet rétroactif; Dire et juger que la non taxation d'une partie de l'assiette sans base légale constitue une rupture d'égalité devant l'impôt; Dire et juger que l'application du tarif majoré en lieu et place du tarif de 15 est illégale; Dire et juger que la procédure de taxation mise en oeuvre par la Ville de Bergerac est viciée de façon substantielle et que dès lors les impositions s'y rapportant doivent être annulées; Dire et juger que les moyens tirés de l'illégalité de la procédure sont fondés; Prononcer l'annulation du commandement de payer et du titre de recette antérieur ; Débouter la Ville de Bergerac de sa demande reconventionnelle;

Condamner la Mairie de Bergerac à payer une indemnité de 3000 €en application de l'article 700 du code de procédure civile, outre les dépens;

Dans le dernier état de ses conclusions en défense la Commune de BERGERAC demande de :

Rejetant toutes conclusions contraires,

Vu les articles 122 du Code de Procédure Civile, Vu les articles L2333-6 du Code Général des Collectivités Territoriales, Vu les Wlicels R2342-4, L1617-5 et D1617-23 du même Code, Vu les articles L581-3 et suivants du Code de l'Environnement;

• Constater la prescription de l'action engagée par la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO),

Par conséquent,

• Dire et juger irrevevable en ses demandes, fins et conclusions la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO),

A défaut,

• Dire et juger fondé en droit le titre exécution émis par M.le Maire de la Commune de BERGERAC le 27 janvier 2010 ;

• Enjoindre à la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) de régler la somme de 4987,20 en résultant, outre les frais du commandement de payer du 5 mai 2010 d'un montant de 150 €,

A titre reconventionnel,

• Enjoindre à la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) d'avoir à justifier de la déclaration préalable de l'ensemble de ses dispositifs telle que visése à l'article L581-6 du Code de l'Environnement,

Dans tous les cas,

• Condamner la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) à payer à la Commune de Bergerac une indemnité de 3000 € sur le fondement de l'article 700 du code de procédure civile, outre les dépens dont distraction en application de l'article 699 du code de procédure civile au profit de Maître Michel PERRET;

MOTIFS

1°) Sur la recevabilité

Attendu que l'article L 1617-5 du Code Général des Collectivités Territoriales alinéa 2 dispose que "l'action dont dispose le débiteur d'une créance assise et liquidée par une collectivité territoriale ou un établissement public local pour contester directement devant lajuridiction compétente le bien fondé de ladite créance se prescrit par un délai de deux mois suivant la réception du titre exécutoire, ou à défaut du premier acte procédant de ce titre ou de la notification d'un acte de poursuite" ;

Attendu qu'en l'espèce la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) conteste avoir été destinataire du titre exécutoire adressé à "SA AUTO DISTRIBUTION ZA VALLADE NORD 24100 Bergerac" par lettre simple, le titre indiquant "émis et rendu exécutoire le 31 décembre 2009" ;

Que la Commune à qui incombe la charge de la preuve n'établit pas que ce courrier a bien été distribué a

la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) étant observé qu'il n'existe aucune société sur les

lieux dénommée "SA AUTO DISTRIBUTION";

Que le titre exécutoire ne pouvant servir de point de départ pour la computation du délai de prescription, seul le premier acte d'exécution procédant de celui-ci reçu par la société, Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) est susceptible de faire courir le délai de prescription;

Qu'à ce titre la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) est fondée à invoquer le fait que la lettre de rappel, adressée par lettre simple, reçue le 6 mai 2010 est insusceptible, de constituer ce premier acte ence qu'en application de l'article R421-5 du code de la Justice Administrative, Hies délais de recours contre' une décision administrative ne sont opposables qu'à là condition d'avoir été mentionnés, ainsi que les délais de recours dans la notification de la décision" qu'en l'occurrence aucune mention des voies de recours ne figure sur ce courrier ;

Qu'en 'conséquence seul le commandement de payer reçu le 17 Mai 2010 par la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) est susceptible de constituer le point de départ de la computation du délai de prescription, l'assignation étant du 9 juillet 2010, il convient de rejeter l'exception d'irrecevabilité ;

2°) Au fond Attendu que les parties s'accordent sur le fait que l'article 171 de la loi n02008-776 du 4 août 2008 de modernisation de l'économie, codifiée aux articles L2333-6 à L2333-16 du code général des collectivités territoriales (CGCT) est applicable à l'espèce;

Attendu que le litige porte plus précisément sur les dispositions relatives au recouvrement de la TLPE tant sur la procédure suivie par la Commune que l'identité de l'entreprise redevable et que sur l'assiette du recouvrement ;

Attendu que l'article L2333-14 du CGCT dispose que:

"La taxe est payable sur la base d'une déclaration annuelle à la commune

effectuée avant le rr mars

de l'année d'imposition pour les dispositifs existant au r' janvier et dans les deux mois à compter de leur installation ou de leur suppression.

Le recouvrement de la taxe est opéré par les soins de l'administration de la commune

Septembre de l'année d'imposition. Le recouvrement peut être poursuivi solidairement contre les personnes visées au premier alinéa de l'article L2333-13"

à compter du r'

Attendu que les parties s'accordent sur le fait qu'il est constant que à la date du 1er Mars 2009 la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) n'occupait pas les lieux puisque celle-ci n'a commencé son activité que le 1er juin 2009, que dans ces conditions, elle n'a pu accomplir les formalités prescrites par la loi dont la date limite est fixée au 1er mars ;

Que par ailleurs il ne semble pas que la société des Etablissements Lacour qui exploitait antérieurement

ait procédé à cette

déclaration ;--

------- ---- --------

---

- -- - ------- ---

Qu'en l'absence de déclaration la Commune de Bergerac a adressé à la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) une lettre datée du 20 novembre 2009 dans laquelle il est mentionné notamment:

H ••• A défaut d'avoir obtenu l'ensemble des déclarations (comme l'exigent d'une part, la loi du 4 août 2008 et d'autre part le code de l'environnement), la ville de Bergerac afait réaliser un dénombrement précis des équipements soumis au barème de cette taxe. Cette nouvelle base de données a nécessité plusieurs semaines de travail sur le terrain pour répertorier les dispositifs soumis à cette taxation et mettre en place un outil informatique permettant d'en assurer la gestion et le suivi dans le temps. Le tableau descriptif de vos équipements -cf document joint- est le résultat de ce travail d'analyse de l'existant. Vous voudrez bien valider les éléments y figurant. En cas d'interprétation différente de votre part, vous voudrez bien me faire parvenir vos remarques. "

Qu'il résulte des termes de ce courrier que confrontée à l'absence de déclarations de la part des entreprises assujetties la Commune de Bergerac a entrepris de tourner la difficulté en leur soumettant un état descriptif valant accord sur l'assiette de la taxe à défaut de contestation dans un délai de 8 jours était-il précisé;

Qu'en l'occurrence, la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) a répondu par courrier du 30 novembre 2009 en indiquant que compte tenu du grand nombre d'équipements soumis à taxation et du manque d'informations communiquées, elle n'était "pas en mesure de valider les bases retenues" ;

Que la Commune expose qu'en réponse à ce courrier elle a communiqué un relevé détaillé et produit aux débats, au soutien de sa démonstration, une pièce datée du 9 décembre 2009 faisant apparaître des photos des éléments publicitaires ainsi que des chiffres censés représenter les dimensions et la surface de ces éléments;

Que cependant, la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) conteste avoir été destinataire de ces doçuments dont elle observe au surplus que si l'on s'en rapporte aux pièces versées aux débats, ils ne lui auraient été adressés que par courrier du Il février 2010 (pièce n04 de la Commune) soit postérieurement à l'émission du titre exécutoire;

Qu'il est donc constant, que la Commune de Bergerac a établi un titre exécutoire en vue du recouvrement de la TLPE sans avoir reçu la déclaration requise par la loi, ni obtenu l'accord de la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) sur le calcul de l'assiette de la taxe;

Qu'il n'est pas contesté par la Commune qu'elle ne pouvait au vu du texte dans sa rédaction de 2009, avoir recours à une mesure de taxation d'office pour procéder au recouvrement;

Qu'il convient par conséquent de faire droit à la demande d'annulation du commandement de payer et du titre exécutoire de recouvrement de la TLPE établie par la Commune de Bergerac;

Qu'à titre surabondant, ainsi qu'il résulte de la jurisprudence citée par la Commune de Bergerac Conseil d'Etat du 21 août 1996 (IFREMER p.341) les bases de la liquidation n'ont pas à être mentionnées sur le titre lorsque celles-ci ont été préalablement portées à la connaissance du débiteur, que la Commune de Bergerac ne rapporte pas la preuve qui lui incombe que tel a été le cas en l'espèce, que par conséquent le titre exécutoire émis en recouvrement de la TLPE encours également la nullité de ce chef;

Qu'en outre et contrairement à ce que soutient la Commune de Bergerac le titre exécutoire vise bien la période du 1er Janvier au 31 décembre 2009 que là encore le calcul de l'assiette est erroné la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) n'étant pas redevable de la TLPE pour la période antérieure au 1 er juin 2009;

Que de même s'agissant des diligences effectuées par le cabinet de Maître ANTHIAN-SARBATX, selon décision du n039-0810, de manière non contradictoire, par un préposé non assermenté, elles encourent nombre de critiques parmi lesquelles le fait que certains éléments pris en photo et retenus pour le calcul de l'assiette impliquent de s'être introduit dans l'enceinte de l'entreprise car non visibles de l'extérieur et par conséquent ne devant pas être pris en considération, de même le calcul des surfaces est critiquable dans la mesure ou le procédé pour définir les dimensions n'est pas indiqué et que de surcroît certaines photos présentent des déformations;

3°) Sur l'article l'article 700 du code de procédure civile

Attendu que l'équité commande de laisser à la charge de chacune des parties les frais irrépétibles qu'elles ont exposés ;

PAR CES MOTIFS

Le Tribunal statuant publiquement, par jugement contradictoire, mis à disposition au greffe, les parties en ayant été avisées préalablement dans les conditions prévues au second alinéa de l'article 450 du code de procédure civile, et en premier ressort ;

Rejette l'exception d'irrecevabilité soulevée par la Commune de Bergerac;

'.

Prononce l'annulation du commandement de payer et du titre de recette antérieur émis en recouvrement de la Taxe Locale sur la Publicité Extérieure à l'encontre de la société Groupe Autodistribution Sud Ouest (GADSO) pour l'année 2009;

Déboute les parties de toutes autres fins et conclusions;

Condamne la Commune de Bergerac aux dépens;

Ainsi fait et prononcé les jour, mois et an que dessus.

P()Ü~COPIE CErmnr::

Le Président

V

Centres d'intérêt liés