Vous êtes sur la page 1sur 3

LIBERTE

Vendredi 17 - Samedi 18 juin 2016

L’Algérie profonde

9

AMÉNAGEMENT DU QUARTIER KRACHICHE (LAKHDARIA)

L’ultimatum du wali

“Vous avez un délai de dix jours afin de vous ressaisir, sinon, le contrat sera résilié au tort exclusif de votre entreprise”, a-t-il lancé à la face de l’entrepreneur.

L e wali de Bouira, Nacer Maaskri, s’est montré mena- çant, jeudi, à l’égard de l’entre- prise chargée de la réhabilita- tion du quartier Krachiche, sis au cœur de la ville de Lakhdaria

(ouest de Bouira). “Vous avez un délai de dix jours afin de vous ressaisir, sinon le contrat sera résilié au tort exclusif de votre entreprise”, a-t-il lancé à la face de l’entre- preneur. Ce dernier tentera de se justifier en affir- mant que ce sont les citoyens du quartier qui l’ont empêché d’effectuer les travaux. “Je fais face au blocage d’une partie de la population qui m’empêche de procéder aux travaux nécessaires”, s’est-il plaint. Néanmoins, cette excuse a été jugée “peu plausible” par le wali, qui a ordonné la reprise “immédiate” des travaux de réfec- tion de ce quartier populaire. Il y a lieu de signaler que cet entrepreneur avait déserté son chantier depuis au moins trois mois, et ce n’est qu’après avoir eu vent de la visite du wali qu’il a timidement repris les tra- vaux. D’ailleurs, et selon nos informations, les habitants de ce quartier ont fait une requête qu’ils ont transmise au P/APC, ainsi qu’au chef de daïra de Lakhdaria, dans laquelle ils ont dénoncé la “défaillance” de l’entrepreneur. Dans la foulée, Nacer Maaskri inspectera le projet de réhabilita- tion des quartiers du 5-Juillet, El Kouir et la cité Lamou Brahim où il n’a pas caché sa satisfaction. En effet, le réseau du traite-

D.R.
D.R.

Nacer Maaskri (à droite), wali de Bouira, jeudi dernier, lors de sa visite d’inspection à Lakhdaria.

ment des eaux usées est en train d'être réha- bilité par les services de l'APC. Les entre- prises de réalisation sont à pied d’œuvre pour boucler les travaux dans les délais pré- vus, à savoir en décembre 2016. Pour cer- tains habitants interrogés, cette opération vient après plusieurs requêtes et demandes introduites auprès des services locaux. “Enfin, on a eu gain de cause. Lakhdaria n'a bénéficié d'aucun plan d'aménagement

depuis plus d'une dizaine d'années”, notent les citoyens rencontrés. L'éclairage public aussi n'est pas en reste, puisque plusieurs lampadaires ont été installés le long de la rue principale. En outre, le wali a procédé au lancement d’un projet d’aménagement urbain concer- nant le quartier Hemana, lequel se trouve dans un état de délabrement avancé.

RAMDANE B.

LA CONTESTATION SUR LA RETRAITE SE POURSUIT

Les travailleurs de Sonatrach Boumerdès protestent

L a protestation des travailleurs de

Sonatrach entamée au Sud du pays

lègues exerçant au sud du pays. Par ailleurs, la puissante fédération des pétroliers FNTPGC-UGTA a fait part de son inquié- tude face à la vague de contestation qui frappe les bases-vie de Sonatrach. Dans un communiqué signé par le SG de la fédéra- tion, Hamou Touahria, adressé à Abdelmadjid Sidi Said, la FNTPGG affir- me “que de nombreux travailleurs ont exprimé leur désaveu de la décision de la tri- partite et ont fait part de leur volonté de bénéficier de cette mesure puisqu’ils ont cumulé plus de 32 ans d’exercice dans de conditions pénibles et surtout loin de leurs

MÉDÉA

Des jeunes gâchent les spectacles du Ramadhan

teuse Lilia, qui l’a précédée, a donné sa pres- tance dans le calme et a même réussi à créer beaucoup d’ambiance en gratifiant ses fans de titres tirés de son répertoire inspiré du genre marocain. Mais les choses se gâtèrent juste après et la situation a failli tourner à l'affrontement par la faute de jeunes force- nés, venus de nulle part gâcher la soirée au moment où des familles et des amateurs de chants et de musique venus oublier la

familles”. Par ailleurs, les syndicats auto- nomes se disent mobilisés pour faire capo- ter le projet de la tripartie. Ainsi le Snapest est lui aussi monté au créneau pour dénon- cer cette décision qualifiée de “grave atteinte aux acquis des travailleurs et aux droits des syndicats” selon un communiqué rendu public hier. Le document souligne “son refus catégorique et de principe de ce projet qui est considéré comme une provoca- tion et une méthode dictatoriale contre les travailleurs algériens”.

M. T.

s’est propagée au nord, précisément à

Boumerdès où plus de 300 travailleurs du principal laboratoire de Sonatrach (CRD) ont observé, mercredi, une journée de pro- testation pour demander l’annulation de la décision de la tripartite sur la retraite. Les travailleurs ont dénoncé la décision d’abro- gation de l’ordonnance 97-13 du 31 mai 1997 instituant le départ à la retraite sans condition d’âge et ont exigé son maintien. Les manifestants ont saisi cette occasion pour exprimer leur soutien à leurs col-

L es spectacles et chants programmés

dans l’esplanade du collège Houari-

Houari du chef-lieu ont été délocalisés

vers la maison de la culture Hassan El Hassani pour des raisons de sécurité, a-t-on appris. Et pour cause, des incidents ont écla- té, mardi soir, entre un groupe de jeunes et le chanteur Hakim au moment où celui-ci a entamé son tour de chant appartenant au genre dit sétifien. Un peu plus tôt, la chan-

morosité du quotidien. Pour éviter que d’autres incidents viennent entacher le déroulement du programme, les respon- sables de la culture ont préféré déplacer les spectacles vers un endroit plus sûr et adapté à toutes les situations et où pourra se pour- suivre le programme, composé de nombre de one man shows, de pièces humoristiques, chansons modernes, chaâbi, aïssaoua, etc.

M. EL BEY

BÉJAÏA

Campagne de sensibilisation contre les risques liés aux incendies

N La Conservation des forêts de Béjaïa en collaboration avec la direction de la Jeunesse et des Sports, l’association Assirem Gouraya, l’association Oxy- Jeune de Darguina et l’association écologique de Takouchet organisent une

campagne de sensibilisation contre les risques liés aux incendies de forêt à l’ occasion de la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse qui aura lieu aujourd’hui samedi 18 Juin 2016 à proximité de la RN9. “Chaque

jour, ce sont des centaines d’espèces qui disparaissent avec la déforestation et des incendies de forêts. Et pourtant, la forêt, en plus de sa beauté et des richesses animales et végétales qu'elle abrite, a toujours été généreuse envers l’homme : elle lui fournit

du bois, bien sûr, mais aussi de la nourriture, de l’eau saine, de l’air pur et un nombre insoupçonné de plantes médicinales dont on découvre, chaque jour un peu plus, les propriétés bienfaisantes” expliquent les organisateurs.

A. H.

bienfaisantes” expliquent les organisateurs. A. H. BRÈVES du Centre M’SILA Des habitants du village El

BRÈVES du Centre

M’SILA

Des habitants du village El Hasne bloquent la route

n Des habitants du village El Hasne, dans la

commune de M’sila, ont bloqué la route, mercredi, pour réclamer de l’eau potable. Les protestataires ont investi la rue tôt dans la matinée et se disent déterminés à inscrire leur action dans la durée tant que des mesures ne sont pas prises par les autorités locales pour satisfaire leurs revendications. “Notre village manque d’eau durant cet été”, nous dira un villageois. Le P/APC a promis de régler le problème en rappelant que ce n’est pas le manque d’eau mais c’est la mauvaise gestion du chargé de réguler l’eau dans la région. Nous apprenons qu’une décision de changer le préposé a été prise avec l’ADE et l’APC.

C. BOUARISSA

SIDI AÏCH

L'abattoir communal ne désemplit pas

n Situé à la sortie est de la ville de Sidi Aïch, en

allant vers Béjaïa, l’abattoir communal ne désemplit pas en ce mois de Ramadhan. Entré en activité en 1992, l’abattoir a une capacité d'abattage de 30 bovins et 50 ovins par jour pour approvisionner les étals des localités de la daïra de Sidi Aïch et des environs en matière de viandes rouges. Sa particularité : il a toujours été bien entretenu ; les contrôles inopinés des services vétérinaires y sont pour quelque chose. Deux vétérinaires, les D r Sekkouchi Zahir et

D r Hamiria Samir témoignent aujourd’hui des améliorations apportées à cet abattoir.

EL-KSEUR

A. HAMMOUCHE

Le conflit perdure à l’unité Agglo-béton

n Le bras de fer continue entre les travailleurs et

le directeur de l’unité Aglo-béton El-Kseur relevant de la Société des matériaux de construction (Somacob). Les poursuites judiciaires engagées par la direction à l’encontre de trois syndicalistes et leur sanction, jeudi dernier, a envenimé les choses au point où le dialogue est rompu et la guerre est déclarée entre les deux parties. Les travailleurs ont décidé de soutenir leurs collègues sanctionnés et de radicaliser leur mouvement et exigent “la levée des poursuites judiciaires à l’encontre de leurs collègues et leur réintégration à leurs postes, sinon le blocage se poursuivra”. Ils dénoncent également les dépassements et les manquements à la réglementation et à la convention collective.

A. H.

OUARGLA

3 commerces proposés à la fermeture

n Les agents de contrôle des prix et de la qualité

mobilisés, dernièrement, par la direction du commerce d’Ouargla ont pu enregistrer durant la première semaine du Ramadhan, plus de 80 infractions liées au commerce illégal, défaut d’hygiène, mauvaises conditions de conservation des produits alimentaire et à leur exposition à l’extérieur des magasins. Les agents ont dressé 76 procès-verbaux et proposé à la fermeture 3 commerces, a indiqué M.Abderrahmane Mammeri, chef de service du contentieux et des affaires juridiques à la direction du commerce. À rappeler que 66 brigades spécialisées dans le contrôle des prix et de la qualité ont été mobilisées à l’occasion du Ramadhan.

AMMAR DAFEUR

ILIIZI

2500 couffins offerts par Sonatrach

n Les familles démunies de plusieurs localités

de la wilaya d’Illizi ont bénéficié de 2500 kits alimentaires offerts par la direction des œuvres sociales de Sonatrach, région In Amenas. L’opération a commencé quelques jours avant le début du Ramadhan à partir de Médéa. De par sa vocation d’entreprise citoyenne, Sonatrach a toujours été solidaire avec les couches vulnérables, en menant aussi des actions de sponsoring et de mécénat.

B. AREZKI

D. R.

LIBERTE

Vendredi 17 - Samedi 18 juin 2016

L’Algérie profonde

9

MILA : LE WALI IMPOSE LE RESPECT DE LA RÉGLEMENTATION

Les registres du commerce délivrés sous condition

“L’exercice de l’activité commerciale ne doit plus se faire dans des locaux délabrés, aux façades décrépies ; ce manque de civisme et de respect à l’activité doit cesser”, a annoncé le wali.

D ans le cadre de sa politique visant à réhabi- liter la physio- nomie du chef- lieu de wilaya

défigurée par des années de lais- ser-aller, le nouveau wali, Abderrahame-Madani Fouatih, a instruit les services du registre du commerce des conditions à exiger de tout nouveau deman- deur de registre du commerce, à savoir la finition totale de la façade du magasin, dans les couleurs retenues par la wilaya. En effet, aucun commerçant ne sera, désormais, autorisé à exer- cer son activité avant d’avoir achevé tous les travaux de fini- tion de la façade de son local, dans l’une des deux couleurs officiellement indiquées. “J’ai instruit les services concernés pour qu’ils contrôlent la finition de la façade des magasins avant d’accorder les registres du com- merce”, a déclaré le wali récem- ment. Critiquant l’ordre établi en matière de look des locaux

de commerce, il exigera de l’en- semble des commerçants de la wilaya de se conformer aux

semble des commerçants de la wilaya de se conformer aux nouvelles règles de travail afin de

nouvelles règles de travail afin de donner à la ville la physiono- mie qui lui sied. “L’exercice de l’activité commerciale ne doit plus se faire dans des locaux délabrés, aux façades décrépies ; ce manque de civisme et de res- pect à l’activité doit cesser”, a-t- il assené. D’ailleurs, les commerces ne

Le nouveau wali, Abderrahame-Madani Fouatih exige le respect des normes.

sont pas les seuls à être concer- nés par les mesures visant à améliorer l’aura du chef-lieu de wilaya. Une série d’actions sont mises en application depuis le mois de novembre 2015, dont l’unifor- misation des auvents des maga- sins, l’élargissement des rues, la création de pénétrantes, l’orga-

nisation de la collecte des ordures ménagères, la coupe des arbres forestiers plantés anarchiquement le long des avenues et la création d’espaces de détente, à l’image de la place Aïn Sayah, de ronds-points à jets d’eau et de terrains gazon- nés de proximité.

KAMEL B.

d’eau et de terrains gazon- nés de proximité. KAMEL B. BRÈVES de l’Est OUM EL-BOUAGHI Saisie

BRÈVES de l’Est

OUM EL-BOUAGHI

Saisie de cinq camions chargés de produits de contrebande

Les éléments de la brigade territoriale de

la Gendarmerie nationale à Berriche, relevant du groupement de la Gendarmerie nationale d'Oum El-Bouaghi, ont, lors d'une opération menée le 15 juin, sur la RN 80 reliant Berriche à Aïn Beida, intercepté 5 camions en provenance de Tébessa se dirigeant vers Oum El-Bouaghi, immatriculés dans les wilayas de Tébessa et d'Alger. La fouille de ces véhicules a permis la découverte d'importantes quantités de shampoing Sunsilk et de friperie de contrebande, 990 ballots de friperie d'une valeur estimée à 7 milliards de centimes et 23 778 bouteilles de shampoing d'une valeur de 640 millions de centimes. Les véhicules ne disposant pas de documents pour le transport et le passage de ces produits ont été saisis et 5 personnes ont été arrêtées, il s'agit de H. A., 46 ans, originaire de la wilaya de Sétif, D. A., 38 ans, originaire, lui aussi, de la wilaya de Sétif, S. B., 35 ans, de la wilaya de Tébessa, B. F., 40 ans, de la wilaya de Tébessa et B. M., 29 ans, de la wilaya de Sétif. Les saisies ont été remises à l'inspection divisionnaire des Douanes d'Oum El- Bouaghi alors que les personnes arrêtées ont été présentées devant la justice et écrouées.

B. NACER

HAMMADI-KROUMA (SKIKDA)

Un homme percuté mortellement par un train

Un jeune homme de 34 ans, répondant

aux initiales M. A., a été mortellement percuté par un train de marchandises, mercredi en fin de journée, dans la commune de Hammadi-Krouma, 5 km à l’est de Skikda. Le corps de la victime, qui est morte sur le coup, a été déposé par la Protection civile à la morgue de l’ancien hôpital de Skikda. La gendarmerie a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de ce drame.

A. B.

GUELMA

Le ministre de la Santé limoge deux directeurs d’EPH

C es derniers mois, dans le secteur de la santé de la wilaya de Guelma

régnait un climat malsain orchestré, selon les respon- sables de la DSP, par deux directeurs d'établissements publics hospitaliers du chef- lieu. En effet, ces derniers contestaient, semble-t-il, l'au- torité de leur tutelle et agis- saient selon leur bon vouloir, créant des dysfonctionne- ments regrettables au détri- ment des malades. Abdelghani Fadel, directeur de l’EPH Docteur-Okbi à Guelma, a dû faire front à la colère des méde- cins qui observèrent, maintes fois, des sit-in dans l'enceinte de cette structure sanitaire, refusant tout dialogue avec ses partenaires. Nourredine Ababsa, directeur de l’EPH Ibn-Zohr à Guelma, dont c'était le premier poste, s'illus- trait par son abus d'autorité, sa

gestion en solo, son mépris envers les cadres de la DSP lors de leurs opérations de contrô- le. Cette regrettable situation perdurait, et c'est à la faveur des rapports circonstanciés établis par le directeur de la santé et de madame la wali de Guelma, que le ministre de la Santé a enfin réagi en mettant, mercredi dernier, fin aux fonc- tions de ces deux gestionnaires décriés. Madame Nadjette Segni, mère de trois enfants, énarque, licenciée en droit, directrice des finances et des moyens à la DSP, a été nom- mée directrice de l'EPH Ibn- Zohr. Amar Goudjil, qui diri- geait le centre hospitalier de N'Gaous (Batna), est nommé directeur de l’EPH Docteur- Okbi. Ces deux gestionnaires ont été installés jeudi par le DSP dans leurs postes respec- tifs.

HAMID BAALI

SÉTIF

Malaise à la maternité d’El-Eulma

L’établissement hospitalier mère-enfant d’El-Eulma couve un véritable malaise. L’établisement serait, selon les travailleurs, malade de la gestion de son premier responsable. Avant-hier, plusieurs dizaines de médecins, pramédicaux et ouvriers professionnels ont observé un mouvement de protestation devant le cabinet du directeur de l’établissement. Les protestataires ont demandé au premier responsable installé depuis quelques mois d’ouvrir les portes du dialogue et mettre fin aux pratiques qualifié de “hogra” et de marginalisation, voire de harcèlement tout en condamnant avec véhémence, les agissements de leur directeur. Les fonctionnaires ont aussi tenu à dénoncer le deux poids, deux mesures. “Nous ne sommes pas égaux aux yeux de la direction. Depuis l’installation du nouveau directeur, notre établissement va de mal en pis. La situation s’envenime et le risque qu’elle tourne au vinaigre est omniprésent. Nous risquons de perdre patience” a fulminé une sage-femme qui a pris attache avec notre bureau. Les protestataires ont aussi évoqué le manque de personnel au niveau de la structure. “Nous savons que le problème du manque de personnel au niveau des structures de santé publique est national, cependant il est du rôle du directeur d’encourager le personnel afin de faire de leur mieux. Nous sommes là pour travailler, mais dans un climat sain et en appliquant les lois sur tous les personnels” nous dira une infirmière. Les protestataires ont aussi déploré la façon de gérer le dossier des confirmations dans les postes ouverts dernièrement tout en affirmant que le critère relatif à l’ancienneté n’aurait pas été respecté. Pis encore, ils disent que tous les travailleurs qui se plaignent devant l’administration sont écartés des promotions. Devant cette situation qualifiée d’insupportable, les médecins et paramédicaux interpellent le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière pour intervenir et mettre fin à cette gestion qui ne profite ni au personnel, ni aux malades et leurs parents.

F. SENOUSSAOUI

Le manque de transport pénalise les habitants d’Ouled Adouane

Le manque de transport se pose avec acquitté dans la commune d’Ouled Adouane située à seulement une vingtaine de kilomètres au nord-est du chef-lieu de wilaya. En effet, les habitants de cette localité dénoncent le manque de moyens de transport individuels et collectifs qui assurent la navette entre cette localité et le chef-lieu de wilaya. “Cette situation dure depuis plusieurs années. Nous n’avons ni bus ni taxi assurant cette ligne. Chaque jour, nous vivons le calvaire”, nous dira un habitant. Cette situation se fait ressentir, notamment pour les travailleurs. “Pour rejoindre le chef-lieu de wilaya, il faut attendre des heures dans l’espoir de voir les bus en provenance de la commune d’Aïn Kébira vers Sétif qui traversent notre commune. Ces derniers sont souvent complets, surtout pendant les heures de pointe. Souvent, les chauffeurs préfèrent emprunter l’autre route via Zaïri sans traverser notre commune”. Ainsi, pour se déplacer vers le chef-lieu de wilaya, ces derniers sont obligés de faire une escale à El Ouricia. Selon les élus locaux de cette localité, cette situation est due à l’absence des demandeurs de cette ligne. Les habitants de cette commune interpellent les responsables concernés pour se pencher sérieusement sur la doléance des habitants afin de trouver une solution à ce problème.

A. LOUCIF

LIBERTE

Vendredi 17 - Samedi 18 juin 2016

L’Algérie profonde

9

MOSTAGANEM

Les communes ne payent pas leurs factures d’électricité

971 millions de DA de créances sont détenues, en 2015, par la SDO de Mostaganem auprès des collectivités locales

L a Sonelgaz détient 971 millions de dinars de créances impayées, soit une hausse de 17% par rapport à 2014, auprès des col-

lectivités locales de Mostaganem qui tardent souvent à honorer leurs factures énergétiques. C’est ce que nous avons appris, mercredi dernier, en marge d’une confé- rence de presse animée par le di- recteur de wilaya de la Société de distribution de l’électricité et du gaz de l’Ouest (SDO) sur le bilan 2015 de l’entreprise. Actuellement, la SDO compte 170715 clients ap- provisionnés en énergie électrique et 58913 abonnés en gaz de ville, avec une hausse de 10% par rap- port à 2014, en vente totale d’élec- tricité et de 6% de vente totale de gaz de ville. Cependant, cette entreprise a en- registré des dépenses d’investisse- ment de l’ordre de 1517 MDA avec une hausse de 133% par rapport à la même année 2014. L’évolution de la clientèle électricité indique 104% de nouveaux clients pendant 2015, et 107% de nouveaux abon- nés en gaz. “Ces créances influent négativement sur l’investissement alors que notre entreprise a été sollicitée pour approvisionner les projets de développement dans la petite et moyenne entreprise en énergie électrique”, a souligné le di- recteur de la SDO. En plus de cette obligation, la SDO déplore un taux de déperdition sur le réseau d’électricité et celui du gaz naturel suite à des actes frauduleux no- tamment les branchements illi- cites. Le non-paiement des dettes influe aussi sur le prix du KWH. Par ailleurs, les communes de

D. R.
D. R.

Une hausse de 17% de créances impayées a été enregistrée par rapport à 2014.

Kheireddine et Aïn Tédelès seront dotées d’une armoire mobile d’une capacité de 60 KV pour le renfor- cement du réseau d’électricité. Quant aux localités de Hassi Ma- mèche, Stidia et Fornaka, elles bé- néficieront d’une nouvelle ligne électrique qui sera réalisée à Has- si Mamèche et qui permettra d’ap- provisionner en énergie électrique, Hassi Mamèche et Stidia pour al-

léger la tension sur Aïn Nouissy et Fornaka. S’agissant des coupures d’électricité, elles sont dues aux mauvaises conditions climatiques et aux différents travaux sur le ré- seau électrique pour le projet tram- way, explique-t-on. Pour améliorer l’alimentation en électricité, un poste transformateur haute tension de 60 KV va être ins- tallé le 15 juillet prochain pour évi-

Découverte du cadavre d’un bébé à Ouled Maâllah

n La découverte, ce jeudi, d’un nouveau-né sans vie dans le douar de Sidi Massoud, commune de Ouled Maâllah, près de Sidi Ali, a jeté l’émoi parmi les citoyens. Le corps a été transféré à l’EPH de Mostaganem pour autopsie afin de déterminer les circonstances exactes du décès.

M. S.

ter les pannes en ville. Une troi- sième ligne est prévue sur une distance de 27 km ce mois-ci pour améliorer l’approvisionner de l’électricité en vue de réduire au maximum les coupures fréquentes.

M. SALAH

Un adolescent se pend à Khadra

n Un nouveau cas de suicide a

été enregistré, mercredi dernier,

à douar Dadas dans la commune

de Khadra, daïra de Achaâcha,

où un adolescent, âgé de 17 ans,

a mis fin à ses jours par

pendaison. La victime a été retrouvée pendue à un support dans le domicile familial. Une enquête a été ouverte.

M. S.

TLEMCEN

La station de dessalement d’eau de mer de Souk Tlétat en panne

À cause de problèmes techniques, la sta- tion de dessalement de l’eau de mer de Souk Tlétat , au nord de la wilaya de

Tlemcen, qui détient une capacité de traitement

de 200 000 m 3 /jour est tombée en panne. Cet- te situation a été à l’origine de désagréments pour les populations des communes de Gha- zaouet, Nédroma, Marsat Ben M’hidi et Soua-

ni (environ 200 000 habitants) situés sur le tron- çon qui d’habitude assure leur alimentation en eau potable à partir de l’usine à l’arrêt. Pour fai- re face à cette situation, le wali a dépêché une commission regroupant les responsables de l’ADE et des services hydrauliques pour s’en- quérir sur place du problème afin de lui trou- ver une solution dans les meilleurs délais pos-

sibles. Ainsi il a été décidé dans une première phase de compenser le déficit en question par l’apport d’un volume de 40 000 m 3 /jour en at- tendant la remise en activité de la station de des- salement de Souk Tlétat. Cette dernière finan- cée à hauteur de 250 millions de dollars a été mise en exploitation le 22 avril 2011.

B. ABDELMAJID

Saisie de 4 q de kif à Sidi Djilali

n Une cargaison de plus de quatre quintaux de résine de cannabis a été saisie dernièrement par les éléments de la brigade régionale de lutte contre les stupéfiants de Tlemcen, près du village d’El-Aricha, dans la commune de Sidi Djilali, située à une cinquantaine de kilomètres au sud de Tlemcen. Les narcotrafiquants qui roulaient à bord d’un véhicule particulier ont pris la fuite à la vue d’une patrouille

motorisée antidrogue, pour se diriger en courant vers une zone montagneuse difficile d’accès. La commune de Sidi Djilali est située à quelques encablures de la frontière algéro-marocaine. Du fait du verrouillage du tracé frontalier où des fossés ont été profondément creusés par l’armée, les contrebandiers ont tendance à opérer maintenant vers le sud où l’accès est plus facile pour eux, ceci en attendant l’extension de l’opération d’obstruction de cette zone terrestre.

B. A.

La distribution des couffins de Ramadhan perturbée à Maghnia

n Avec plus de 800 millions de centimes alloués pour les couffins de Ramadhan pour qu’un maximum de nécessiteux bénéficient de produits alimentaires, la valeur du colis prévu pour chaque famille n’a pas dépassé 2000 DA. Une somme considérée dérisoire par rapport aux prix élevés des produits et à l’importante consommation du ménage durant le mois sacré. En plus de cela, la distribution des colis qui revient en premier lieu à la commission sociale de l’APC a connu une perturbation à cause de l’implication de certains élus à des fins politiques.

AMMAMI MOHAMMED

de certains élus à des fins politiques. AMMAMI MOHAMMED BRÈVES de l’Ouest ACCIDENTS DE LA ROUTE

BRÈVES de l’Ouest

ACCIDENTS DE LA ROUTE À ORAN

Un mort et 16 blessés en 24 heures

Un mort et 16 blessés à divers degrés de

gravité, dont des enfants, ont été enregistrés, ce jeudi, dans neuf accidents de la route. Une Toyota Hilux a heurté un motocycliste D. M., 42 ans, qui circulait sur une Peugeot 103, près du café Dubaï à haï El Yasmine. La victime est décédée des suites de ses blessures à la tête alors que le conducteur du véhicule n’était pas présent sur les lieux de l’accident à l’arrivée des secours. Par ailleurs, Y. A., 5 ans, a été renversé à Gambetta, vers 15h, par un camion de marque Daihatsu.

AYOUB A.

Incendiedans unemosquée à Kouchet El-Jir

Un incendie s’est déclaré dans la nuit de

jeudi, vers 22h15, dans une salle au deuxième étage de la mosquée Zine El Abiddine, à Kouchet El-Jir, douar B. Quelques tapis de prière ont été détruits par le feu.

 

A.

A.

 

Un cadavre sur la voie publique

Le corps sans vie de M. B., 39 ans, a été

retrouvé ce jeudi matin, vers 9 h, sur la voie publique au Centre-ville d’Oran. Une enquête a été ouverte.

 

A.

A.

 

Des repris de justice arrêtés à Hassi Amer

Un dangereux groupe de malfaiteurs a été

démantelé par la police au bidonville de Hassi Amer. Il était composé de trois repris de justice, âgés entre 22 et 30 ans, déjà sous le coup de plusieurs mandats de recherches dans des affaires d’agressions avec violence et vol. Six armes blanches de différents calibres, un taser et des feux d’artifice utilisés dans des bagarres entre bandes rivales ont été saisis.

 

A.

A.

 

AÏN TÉMOUCHENT

Fin de cavale

pour un narcotrafiquant

La fouille corporelle d’un suspect a permis

à des policiers en patrouille de découvrir en sa possession un faux permis de conduire. Passé au fichier local des empreintes au système d’identification automatique par empreintes digitales (AFIS), le mis en cause a été identifié et reconnu comme étant DJ. A., 35 ans activement recherché par le tribunal de Béni Saf pour son implication dans une affaire de trafic de drogue. Le mis en cause a été placé sous mandat de dépôt. Il est aussi poursuivi pour usurpation d’identité, faux et usage de faux sur document officiel.

 

M. LARADJ

 

TIARET

Des élus de Takhemaret devant le juge d’instruction

Des élus communaux de Takhemaret ont

été auditionnés, ce jeudi, par le juge d’instruction près le tribunal de Sougueur pour l’octroi de trois marchés publics, après finalisation de l’enquête de la brigade économique et financière de la sûreté de daïra de Frenda. Joint au téléphone, le maire, d’obédience FNA, qui sera entendu la semaine prochaine par le même magistrat, nous dira que l’enquête a été déclenchée suite à une lettre anonyme envoyée en 2014 par son prédécesseur qui est sous le coup d’une suspension, tout comme deux de ses membres qui sont frappés de la même sanction à titre conservatoire. Ce dernier nous a affirmé qu’il n’a rien à se reprocher et qu’il sera présent devant le juge d’instruction pour se défendre.

R. SALEM