Vous êtes sur la page 1sur 1

Consommation

Mythe alimentaire
par Gerald MESSADIE
En février dernier, plusieurs produits alimentaires diététiques contenant de la
carnitine étaient retirés de la vente à la suite du rapport d'une commission du
ministère de la Santé. La carnitine, ou vitamine BT (L-3-hydroxy-4- triméthylamm
onium-butyrate), est un dérivé de deux acides aminés, la lysine et la méthionine
, qui joue un rôle essentiel dans le métabolisme des graisses puisqu'il transpor
te les acides gras dans les mitochondries de la cellule. Son rôle n'a été mis en
évidence qu'à partir de 1955. Le « système carnitine » joue également un rôle i
mportant en dehors de la mitochondrie.
L'une des pistes conduisant à la compréhension du rôle de la carnitine fut offer
te par l'étude de vrais jumeaux qui, depuis l'enfance, souffraient de crampes mu
sculaires. Ces douleurs étaient bizarrement amplifiées par le jeûne, mais aussi
par un régime riche en graisses et par l'exercice. Tout leur métabolisme semblai
t normal, à l'exception toutefois de leur mode d'oxydation des acides gras : ils
manquaient de carnitine.
Approuvée en 1988 dans les produits alimentaires, mais à des taux précis (pas pl
us de 15,5 mg par jour dans les produits lactés pour enfants et pas plus de 100
mg/1 000 calories par jour dans les autres produits), la supplémentation en carn
itine connut un succès inattendu autant qu'injustifié : certaines indications su
r les emballages de produits « carnitinisés » laissèrent entendre que la carniti
ne augmentait l'énergie fournie par les cellules et donc les performances athlét
iques, par exemple. Enfin, elle passait pour « faire maigrir ».
La dose de carnitine fut donc portée à des taux extravagants dans certains alime
nts (231 g/1 000 calories pour certains produits diététiques, 343 g/1 000 calori
es dans des produits pour sportifs). Les producteurs de tous ces aliments étaie
nt donc coupables de fraude ; c'est ainsi que, sur 276 produits diététiques exam
inés par la Commission, 9 furent purement et simplement retirés. Des plaintes fu
rent déposées contre les pro- ducteurs de 47 autres produits pour sportifs, et s
ur 130 de ces produits, 33 furent spontanément retirés du marché ; des plaintes
furent déposées contre les producteurs de 48 autres.
S'il est vrai que la carence en carnitine constitue bien un trouble du métabolis
me, il n'existe pas de preuve que la supplémentation en cette substance apporte
un bénéfice à qui que ce soit et encore moins qu'elle fasse maigrir. C'est deven
u un mythe alimentaire.
Il n'y a pas qu'en France qu'on fabrique des mythes alimentaires pseudo-scientif
iques. Aux Etats-Unis, la Food & Drug Administration vient de lancer une campagn
e contre une vaste quantité d'ajouts chimiques (près de 500), acides aminés, ext
raits d'herbes, vitamines, minéraux, coiffés de vertus magiques contre le cancer
, la calvitie, l'obésité, l'impuissance, les défaillances immunitaires, l'hypert
ension, les infections et l'on en passe. Le tout nappé d'un jargon scientifique
qui n'est basé sur quasiment rien.
Réaction qui a évidemment suscité la fureur des fabricants de ces aliments « à l
a gomme ».
--------------------------------------------------------------------------------
Science & Vie N°914, Novembre 93, page 26