Vous êtes sur la page 1sur 12

Histoire

 de  la  li,érature  espagnole

Synthèse.

Qu’est-­‐ce  que  les  romans  moresques  ?

Les   moresques   étaient   des   gens   qui   habitaient   les   territoires   arabes   de   la   péninsule  
ibérique.   Le   protagoniste  est   arabe.  «  E l   Abencerraje  y   la  bella  Jarifa  »   (il   va  raconter  ses  
amours  avec  sa   dame  lorsqu’il  est   cap:f.   Le   Chré:en  est   ému  et   le   libère   pour  trois  jours  
mais   doit   revenir   après  ?   C’est   un   mythe.   Il   ne   voulait   pas   seulement   retrouver   sa   dame  
mais   l’épouser   aussi  après   avoir   quiBé  sa  femme).  Sujet  de  la  nouvelle  :   ami:é  du  Chré:en  
et  du  Musulman.  Histoire  de  reconquête.  On  part  toujours  d’ennemis.  Ces  derniers  ont  des  
valeurs  en  commun.  L’auteur  est  inconnu.

Qu’est-­‐ce  que  les  romans  picaresques  ?

C’est  un  concept  flou,  un  phénomène  spécifique.  Le  corpus  n’est  pas  assez  homogène  pour  
le  classer  dans   une   catégorie.  Le  roman  picaresque   (qui   fait   par:  du   roman  moderne)   reste  
un  phénomène  espagnol.  Les  caractéris:ques  du  roman   picaresque  sont  que  le  héro  est  un  
an:-­‐héro   (a   travers   celui-­‐ci,   toutes   les   couches   de   la   société   sont   représentées)   et   c’est  
toujours  une  biographie.   Le   premier  roman  picaresque  est   un  roman  anonyme  (le   :tre  est  
«  la  vida  de   Lazaro  de   T ormes  »).   Mais  le   premier  a  u:lisé   le   terme  picaro  (et   qui  va  donner  
ce  nom  au  genre)  est  Mateo  Aleman.

Qu’est-­‐ce  qu’un  «  locus  amoenus  »  ?

Il   s’agit   d’un  topo  (un   sujet   typique  classique).   Le   lieu   est   aimable   et   présente   un  certain  
nombre   de   caractéris:que   iden:que.   On   recherche   l’ombre   et   la   fraîcheur   propices   aux  
dialogues   philosophiques.   Les   personnages   n’ont   qu’Les   personnages   n’ont   qu’à   chanter,  
philosopher.   Le   lieu   est   caché.   Il   ne   doit   PAS   être   réaliste,   on  va  par  exemple  trouver  des  
plantes   qui   n’existent   pas.   Le   locus   amoenus   va   être   interprété   différemment   suivant   les  
auteurs.

Qu’est-­‐ce  que  la  «  comedia  nueva  »  ?

C’est  une  nouvelle  façon  de  faire  du  théâtre,  c’est  le  nouveau  théâtre.

Les  caractéris:ques   de   la   «  comedia   nueva  »  sont  :   trois   journées   (trois   actes,   pièce  divisée  
en   trois   par:es),   versifica:on   polymétrique   (on   peut   varier   les   rythmes   des   vers),   deux  
intrique   (principale   et   secondaire),   entremés,   présence   obligatoire   d’un   valet   comique   =  
gracioso,  unité  d’ac:on.   D’autres  traits  propres  à  la   comedia  nueva  sont  de   flaBer   le   public,  
des   situa:ons   confuses   qui   re:ennent   l’aBen:on   du   public.   La   comedia   nueva   peut-­‐être  
tragique   ou   comique   mais   généralement   c’est   un   mélange   des   deux   genres.   Dans   la  
comedia  nueva  se   produit     un  mélange  social  grâce  aux  différentes  couches  représentées.  A  
la   fin  «  happy  end  »  =   formule  de   la   comedia  nueva  qui  va  être   cul:vée   mais  aussi   modifiée.  
“L’Arte  nuevo  de  hacer  comedias”=  comedia  nueva.

L’histoire  du  sonnet  en  E spagne  :

Le  premier  à  écrire   des   sonnets  est  Mendoza  ( XVe),   mais  il   va  se  tromper  car  il   croyait  qu’il  
fallait  juste  compter  les  syllabes  mais  il  faut  compter  aussi  les  accents…

Ensuite,  Garcilaso  de  la  Vega  va  écrire  des  sonnets.  Son  sonnet  est  parfais.  Le  schéma  est  
ième
systéma:que  :   il   y   a   toujours   un   ictus   et   un   accent   sur   la   6   syllabe.   Les   sources   des  
sonnets  sont  classiques.

Les  trois  volets  de  l’évoluEon  du  théâtre  au  X VIème  ?

Le  théâtre  est  le  genre  le  plus  représenta:f,  le  plus  marquant.

Le  théâtre  du  siglo  de  oro  :

Les   trois   caractéris:ques   du   théâtre   du   XVIe   sont  :   1)   l’émergence   d’un   public,   pas   une  
seule   couche  sociale   comme  seulement   la   noblesse   ou  le   roi,  c’est   un  public  populaire.  2)  
appari:on  d’acteurs  professionnels,  de  troupe.  3)  édifica:on  de  corrales,  on  va  édifier  des  
salles  permanentes  aménagées  dans  les  corrales  (=  basse  cours  ou  cours  d’une  maison).

On  retrouve   toutes  les  couches  sociales  dans  un   théâtre.  L’économie   de  théâtre  -­‐>  le  profit  
permeBait  d’entretenir  les  hôpitaux  (les  débiles,  les  vieux).

(Lope  de  R ueda  est  l’auteur  de  théâtre  le  plus  important).

Qu’es-­‐ce  que  les  «  romances  »  ?

C’est  la  forme  poé:que,  la  forme  péninsulaire  de  la  ballade.  Mais  ce  ne  sont  plus  des  vers  
anisosyllabique  car  ce  sont  des  vers  à  rime  unique.

Qu’est-­‐ce  que  le  R omancero  ?

Romancero  vient  de  «  romance  »,  sens  original  :  œuvre  narra:ve  écrite  en  langue  vulgaire  
(romane).   La  forme  des   ballades  diffèrent  selon   les   pays,  les   tradi:ons.   La  forme  espagnole  
serait  le  «  romances  ».  La  langue  est  plus  moderne,  chanson  médiévale.

Au   XVIème,   le   romancero   témoignerait   de   la   persistance   fragmentaire   d’une   poésie  


héroïque   primi:ve   que   l’on   n’a   pas   retrouvée.   Les   romances   les   plus   anciennes   qu’on   a  
retrouvée  date  de  1421/22.   Le   sujet  le   plus  ancien  est   la  mort  de  Fernando   I V   (roi).  Ce   sont  
des  scènes  drama:ques.

Les   caractéris:ques   des   Romancero   sont  :   le   dialogue   (pas   de   narra:on   donc   discour  
direct),  scène   drama:que,  monologue  drama:que  écrit  à  la  première  personne  («  yo  »)  et  
en  mélodie.

Quel  est  la  différence  entre  le  «  romancero  nuevo  »  et  le  «  romancero  viejo  »  tradiEonnel  ?

Le  romancero  nuevo  et  le  romancero  viejo  sont  opposés.

Le  romancero  viejo  =  anonyme,  médiévale,  les  sujets  sont  les  cycles  épiques,  luBe  dans  la  
fron:ère,  sujet  biblique  ou  classique  et  à  par:r  de  1580  imita:on  de  celui-­‐ci  (par  exemple  
par  Lope  de  V ega).

Le   romancero   nuevo=   vient   des   romances   moriscos.   On   écrit   sur   des   thèmes   pastoral   ou  
morisque  (souvent  non  signé  et  sa:rique).  O n  les  écrits  en  imitant  la  forme  tradi:onnelle  et  
la  façon  d’écrire  et  de  parler  du  Moyen  Age.

Pourquoi  les  frères  Valdés  ont-­‐ils  écrits  des  dialogues  ?

Erasme  de  RoBerdam  a  prôné  une  nouvelle  façon  de  comprendre  le  chris:anisme.  Alfonso  
de   V aldés  était  le  plus  grand  représentant  de  l’humanisme  en  E spagne  (dû  à  E rasme).

Pourquoi  des   dialogues  ?  Parce  que  le   dialogue  était  un  genre  prôné  par   E rasme.   Le   lecteur  
apprend   via   les   dialogues.   Ils   se   sont   inspirés   des   dialogues   classiques.   On   cul:vait   le  
dialogue  dans  l’Espagne  parce  qu’ERSAME  le  cul:vait.

Qu’est-­‐ce  que  le  «  género  chico  »  ?

C’est  un  genre  qui  coexiste  avec  le  théâtre  roman:que.  C’est  une  forme  courte,  pièce  qui  ne  
dure  qu’une  heure.  Souvent  très  drôle,  avec  de  la  musique.  La  classe  moyenne  en  raffolait.  
On  meBait  en  scène  les  mœurs  populaires  des  quar:ers.

Qu’est-­‐ce  qu’un  paso  ?

C’est  un  mot  inventé  par  J uan  T imoneda  (éditeur  de   Lope  de   R ueda)  pour  désigner  un  genre  
qui  existait  déjà  auparavant  mais  avec  un  autre  mot  (pasos  =  entremeses).   Pourquoi  avoir  
inventé   ce  mot  ?  Parce   que   durant  un  grand  repas   il  fallait   amuser  les  invités.  Ce  sont   donc  
des   intermèdes   en   prose   mêlées   avec  les   comédies.   C’est   une   grande  nouveauté.   L’ac:on  
était   très   importante.   On   imitait   les   auteurs   italiens.   Les   caractéris:ques   des   pasos   sont  
que   l’ac:on   est   généralement   une   moquerie   ou   supercherie,   le   scénario   joue   sur   une  
anecdote  de   la   vie   quo:dienne,   personnages  stéréotypés   souvent  avec  un  défaut  ou  un  vice  
par:culier   (Cervantès   a   aussi   écrit   des   entremetes)   et   origine   folklorique   de   beaucoup  de  
personnage  de  situa:on.

1948  :  Samuel  Stern  découvre  les  premiers  poèmes  en  langue  romane  péninsulaire

1421/1422  :  date  des  romances  les  plus  anciennes  qu’on   ait  retrouvées.  On  les  a  retrouvés    
dans  un  cahier  d’un  étudiant.

1330/1350  :  plus  ou  moins  la  date  à  laquelle  le  livre  «  libro  de  buen  amor  »  a  été  écrit  par  
Juan  R UIZ.   C’est  le  livre  le  plus  important  du  Mester  de   Clerecía.

1561  :  Madrid  devient  la  capitale  de  l’Espagne.   C’est   très  important  car  c’est  l’endroit  où  se  
produisent  les  changements  liBéraires  les  plus  importants.

1609:   F.   Lope  de   Vega  crée  “l’Arte   Nuevo  de  hacer  comedias”.  Lope  de   Vega  u:lise  ceBe  
“formule”  car  c’est  une  formule  qui  plait  et  qui  fonc:onne  (1609).  =  comedia  nueva.

1737  :   date   de   la   première   biographie   de   Cervantès   par   Gregorio   Mayans   y   Siscar.   C’est  
également   le   début   du   18ième   siècle   liBéraire.   Il   y   a   aussi   l’édi:on   du   «  Diálogo   de   la  
lengua  »   de   Juan   de   Valdés   (il   l’a   édité   en   quatre   volumes).   Ignacio   de   Luzán   écrit  
«  Poé:ca  »  (il   se   fait  l’interprète  des  idées,  des  normes  classiques  qui  unissent  l’u:lité  et  la  
vérité   et   qui   proposent   une   esthé:que   d’ordre   et   de   propor:on   à   l’instar   de   l’esthé:que  
grecque  et  gréco-­‐la:ne.  1737  est  une  année  où  il  se  passe  beaucoup  de  chose.  C’est  aussi  
une  date  importante  pour  l’idée  esthé:que.

1450  :   preuves  abondantes  d’un  théâtre  liturgique  (par  rapport  à  l’église  ?),  il  faut  exclure  
ceBe  période  du  Moyen  Age.  C’est  le  début  de  l’Age   Moderne.

1550  :  c’est  l’apogée   des  romans   de  chevalerie.  C’était   une   révolu:on   quand  les  femmes   et  
les  non-­‐clercs  lisent.  C’est  un  fait  culturel  très  important.

1526  :  c’est  la  fête  des  noces  de  Charles  Quint.  On  va  proposer  a  Juan  de  Boscán  de  créer  
une   nouvelle   poésie,   il   y   pense   et   c’est   le   début   de   la   révolu:on   lyrique   et   de   la  
Renaissance  en   Espagne.   C’est  donc  une  date  décisive  pour  la  poésie  espagnole  car  ca  va  
être  la  poésie  de  la  R enaissance.

1580  :  date  de  la  première  édi:on  annotée  de  G arcilaso  qui  est  publié.

1627  :  mort  de   Luis  de   Góngora  y  Argote  (est  le  représentant  le  plus  célèbre  d’une  poésie  
différente,  très  compliquée,  pleine  d’ornements  et  de  métaphores.  R echerche  de  la  forme,  il  
u:lise   beaucoup   de   figures   de   style.   Ces   poésies   ont   déclenchées   la   plus   grande  
controverse)  et  ouverture  d’une  généra:on  d’écrivains  du  XXème.

1883:   «  Poé:ca  »   poème   de   Ramón   de   Campoamor.   Il   propose   une   langue   simple,  


apoé:que,  le  poème  doit  toujours  vouloir  dire  quelque  chose.

1898  :   indépendance   de   Cuba,   des   Philippines   et   de   Porto   Rico   (qui   étaient   les   dernières  
colonies  espagnoles).   Cela  va  provoquer  une  crise  na:onale  et  des  ques:ons.

1927  :  c’est   le  tricentenaire  de   la   mort  de  Luis   de  Góngora  y   Argote  qui  dit  que  la   poésie   se  
base  sur  la  métaphore  qui  est  l’ingrédient  fondamentale  de  la  poésie.

1931  :  c’est  la  deuxième  République  en  Espagne.  Le  roi  est  chassé  et  doit  par:r  en  exil  en  
France,   à   par:r   de   ce   moment   là  :   démocra:e   en   Espagne,   gouvernement   de   droite   de  
1933-­‐1936.  A  par:r  de  1936  le  front  populaire  de  gauche  gouverne.  Mais  les  militaires  qui  
n’étaient  pas  d’accord  avec  ont  fait  un  coup  d’état.  La  guerre  va  durée  trois  ans.

1936-­‐1939  :   c’est   la   guerre   civile.   La   conséquence   la   plus   remarquable   de   la   guerre   civile  


c’est  la  liBérature  de  guerre  qui  est  très  intéressante.

1939-­‐1975  :  c’est  la  dictature  de  F ranco.

Qu’est-­‐ce  que  la  poésie  épique  ?

Ou  la  chanson  de  geste.  La  chanson  de  geste  est  un  poème  narrant  les  faits  d’un  membre    
laïc  de  l’aristocra:e,  dépassant   le  cercle  des  leBrés  et  objet  d’une   diffusion  principalement  
orale.  Il  y  a  trois  théories  pour  la  chanson  de  geste  en  Espagne.  La  première  serait  avec  la  
chanson   de   Roland   et   donc   influence   française.   La   deuxième   serait   qu’il   y   a   surement   eu  
une   poésie   épique   mozarabe.   Et   la   troisième   serait   que   ça   vienne   des   Wisigoths   (on   sait  
qu’il  existait  parmi   eux   des  chansons   historiques).  En  Espagne,   il  n’existe  que   2chansons   et  
demi   de   geste.  «   Poema   de   mio   Cid  »,   «  Las   mocedades   de   Rodriguo  »   et   un   fragment   de  
«  Cantar  de  R oncesvalles  ».

Qu’est-­‐ce  que  le  «  mester  de  clercia  »  ?

C’est  une  poésie  cul:vée  en  Espagne.  Les  caractéris:ques  sont  :  la  manière  très  stricte,  le  
style  formel,  fixe  et  c’était  fait  pour  le  public  -­‐>pas  individuel  car  ils  étaient  lus  et  chantés  
dans  des  espaces  publics.

Mester=  mé:er,  quelqu’un  qui  sait  faire  quelque  chose.  Ici  =  manière.

Clerecía  =  religieux.  Donc  c’est  une  manière  religieuse.

Le  livre  le  plus  important  par  rapport  à  ceBe  «  période  »  c’est  «  libro  de  buen  amor  »  écrit  
par   Juan   Ruiz.   C’est   un   ensemble   apparemment   assez   chao:que,   avec   des   par:es  
dispropor:onnées.   On  peut  diviser  le  livre  en  7par:es  totalement  différentes.   Prologue  en  
prose,   exemple,   composi:ons   lyriques,   digression   (quelque   chose   de   hors   sujet),  
paragraphe   du  Pamphilus   deamore   (comédie  la:ne),  version  de  la  bataille  entre  Carême   et  
Carnaval  et  pour  finir  composi:on  sur  le  sujet  de  la   Consultado  sacerdotum.

Qu’est-­‐ce  que  la  «  généraEon  98  »  ?

José  M.  Ruiz  (Azorín)  a  inventé  ceBe  é:queBe  de  «  généra:on  98  »  (car  il  voulait  avoir   un  
pres:ge  intellectuelle  qu’il  avait  perdu).

(A   la  fin  du  siècle  les   écrivains  de  la  généra:on  de‘98,  se   concertèrent  pour  revitaliser  la  vie  
culturelle   en   Espagne.   Miguel   de   Unamuno,   en   tant   qu'essayiste,   poète,   romancier,   et  
éducateur,   a   souligné   l'aspect   donquichoBesque   des   valeurs   espagnoles   et   a   exercé   une  
grande   influence   sur   la   jeunesse   espagnole.   Azorín   créa   des   croquis   impressionnistes  
mémorables.   Ramón   del   Valle   Inclán   a   apporté   un   sens   poé:que   du   fantas:que   et   de  
l'étrange  à  ses  romans  et  ses  rôles.)
Qu’est-­‐ce  que  le  «  modernismo  »  ?

Modernismo   est   un   terme   péjora:f.   Il   était   perçu   comme   trop   moderne.   L’histoire   du  
modernisme   commence   en   1888   quand   le   livre   «  Azul  »   sort.   Les   sujets   sont   trop   flous.  
L’inspira:on   est  française.  C’est  surtout   un   mouvement   poé:que.  Du  point   de  vue   narra:f  :  
usage   de   sujets   éloignés   de   la   réalité   quo:dienne,   fuite   dans   l’espace   et   dans   le   temps  
(passé   idéalisé).   Du   point   de   vue   métrique  :   on   cherche   une   virtuosité   métrique,   la  
perfec:on   formelle,   formes   tradi:onnelle   (modifie   le   sonnet),   inven:on   de   nouvelle  
strophe.   Et   du   point   de   vue   lexique  :   vocabulaire   par:culier,   pleins   de   néologismes,   mots  
savants…

Le  modernisme  opposé  à  la  «  généraEon  98  »  ?

On   peut   voir   une   opposi:on   entre   l’art   pour   l’art   qui   part   d’une   réalité   éloigné   de   la   vie  
quo:dienne   (modernisme)   et   l’art   engagé   qui   parle   de   sujets   réels,   de   la   vie   sociale  
(généra:on  98).

Qu’est-­‐ce  que  les  gloses  ?

Les  premiers  textes  en  cas:llan  que  l’on  retrouve  ne  sont  pas  liBéraires.  Ce  sont  des  gloses.  
Les  gloses  sont  des  notes.  A  par:r  des  livres  la:ns,  on  créait  des  gloses  pour  expliquer  les  
textes,  c’était  le  but  des  gloses.

Qu’est-­‐ce  que  les  «  moaxajas  »  et  «  zéjel  »  ?

Les   moaxajas   sont   des   poèmes   arabes   classiques.   La   par:cularité   des   moaxajas   était  
qu’elles   avaient   toujours   quelques   vers   en   langue   romane   péninsulaire.   Ces   vers   étaient  
toujours  à  la  fin.  CeBe  par:cularité  s’appelle  le  «  jarcha  ».  La  moaxaja  se  propage  dans  la  
Romania  sous  une   autre   forme   appelée  «  zéjel  ».  Le  zéjel  est  composé   de  trois   par:es.  Ces  
caractéris:ques  (du  zéjel)  sont  qu’il  est  toujours  écrit  en  arabe  vulgaire  ou  en  roman,  qu’il  a  
un  nombre  plus  grand  de  strophe,  qu’il  est  plus  narra:f  que  la  moaxaja  et  que  le  sujet  est  
plus  bizarre  (connota:on  éro:que).

Qu’est-­‐ce  que  la  «  jarcha  »  ?

Les   caractéris:ques   de   la   jarcha  sont  que  ce   sont  des   poèmes  romans  d’Al-­‐Andalus,  c’est  
toujours   une   fille   qui   parle,   il   y   a   toujours   la   présence   silencieuse   d’une   interlocutrice   qui  
est   la  mère  ce  ceBe   fille,   beaucoup  de  diminu:fs,   il   n’y  a  pas  de  référence  aux  paysages,  on  
nomme   toujours   les   par:es   du   corps   et   le   «  je  »   poé:que   masculin   s’oppose   au   «  je  »  
poé:que  féminin.

Qu’est-­‐ce  que  l’amour  courtois  ?

L’amour   courtois   est   le   sujet   favori   des   troubadours   (au   cours   du   XIIIème).   C’est   la  
traduc:on  analogique  des  rapports  féodaux  entre  le  seigneur  et  le  vassal.   A   la  fin  du  poème  
récompense   donné   par   la   femme   du   chevalier.   L’amour   courtois   est   opposé   à   l’amour  
goliard  (ces  poésies  ne  sont  pas  sen:mentales  mais  matérialistes.   Poésie  épicurienne.).  Les  
troubadours  ont  assurés  le  pres:ge  liBéraire  des  langues  vernaculaires  face  au  la:n.

Qu’est-­‐ce  qu’un  troubadour  ?

C’est  quelqu’un  qui  invente,  qui  trouve  l’expression  de  l’amour,  de  la  violence  poli:que.  Ils  
vont  se  servir  de  la  langue  d’occident  pour  l’expression  lyrique.  Leur  sujet  de  prédilec:on  :  
l’amour   courtois.     Les   troubadours   ont   assurés   les   pres:ges   liBéraires   des   langues  
vernaculaires  face  au  la:n.

Qu’est-­‐ce  que  les  «  villancicos  »  ?

Les   vilains   avaient   leur   propre   liBérature  :   les   villancicos   (les   «  juglars  »   ou   jongleurs  
jouaient   pour  les  vilains,   ils  sont   un   peu   comme  des  troubadours).  Les  caractéris:ques   sont  
qu’ils   n’ont   que   2   ou   3   vers   avec   une   métrique   variable.   C’est   d’abord   la   liBérature   des  
vilains,  une  poésie  cul:vée  qui  u:lise  les  trois  vers  du  villancicos  tradi:onnel  et  c’est  aussi  
une  chanson  que  l’on  chante  à  l’occasion  d’une  fête  religieuse.

Qu’est-­‐ce  que  la  «  fabla  »  ?

La   fabla   s’est   le   faite   de   faire   semblant   d’écrire   comme   avant.   Par   exemple  :   «  Le  
Romancero  nuevo  »   on   les  écrits  en   imitant   la   forme   tradi:onnel   ainsi  que   la   façon   d’écrire  
et  de  parler  du  Moyen  Age.  C’est  donc  de  la  «  fabla  ».

Qu’est-­‐ce  que  le  «  romancillo  »  ?

C’est  le   diminu:f   de  romancero  avec  un  texte  contenant  moins  de  8  syllabes.   Présence  de  
métaphore.

Qu’est-­‐ce  que  les  «  costumbrismos  »  ?

C’est   une   forma   par:culière   de   prose.   C’est   une   forme   brève   qui   doit   beaucoup   à   la  
liBérature   périodique.   Costumbre   =   mœurs,   tradi:on   d’une   région   ou   d’un  pays.   Ce   genre  
est   né   d’une  anecdote,  d’un  incident  dans  la  rue,  d’une  rencontre.   O n  représentait  donc  des  
situa:ons   de   mœurs,   de   types   sociaux   car   le   but   était   de   faire   rire,   effet   comique   ou  
piBoresque.  Ce  genre   a   aujourd’hui  disparu.  L’auteur  le  plus   célèbre   des   costumbrismos  est  
Ramón  de  Mesonero  R omanos.

Qu’est-­‐ce  que  la  «  gregueria  »  ?

C’est   un   nouveau   genre   (apparait   dans   l’avant-­‐garde   en   Espagne).   Ce   nouveau   genre  


consiste   toujours   dans   une   pe:te   phrase   où   l’auteur   montre   une   chose   tout   à   fait   banale  
dans  une  chose  tout  à  fait  bizarre,  inaBendue.  Métaphore  +  humour.  Les  métaphores  sont  
généralement   drôles.   Mais   il   peut   y   avoir   des   ingrédients   sinistres,   inquiétants   qui   n’ont  
rien  à  voir  avec  l’humour.

Qu’est-­‐ce  que  les  «  comedias  caseras  »  ?


Ce   sont  des   pièces   de   théâtres  jouées   à  la  maison  (au  18ième).  C’était  familiale.  Les  pièces  
étaient  parfois  jouées  pas  des  amateurs  de  théâtre.

Qu’est-­‐ce  que  la  «  comedia  de  magia  »  ?

C’est   tout   d’abord   un   progrès   technique.   C’est   un   nouveau   genre   qui   met   en   scène   des  
fééries,   de   la   magie.   Ca   a„re   beaucoup   de   public,   car   il   y   a   aussi   des   changements   de  
décors,   des   appari:ons   et   dispari:ons   grâce   aux   trappes.   On   se   croyait   vraiment   dans   la  
ville  grâce  aux  décors  superposés,  c’est  «  photographique  ».  les  caractéris:ques  par  rapport  
à   ce   nouveau   genre   sont   qu’il   y   a   des   autres   machines,   des   inven:ons   techniques   et   des  
jeux  de  lumière  qui  permeBait  de  jouer  des  scènes  de  magie.  Le  cinéma  va  hériter  de  tous  
ces  trucs  techniques.  Il  y  a  une  con:nuité  entre  les  «  comedias  magia  »  et  les  premiers  films  
(même  au  niveau  théma:que).

Qu’est-­‐ce  qu’un  «  almanaque  »  ?

C’est   un   livre   que   l’on   achète   la   première   semaine   de   janvier   et   où   l’on   trouve   des  
pronos:cs  de  l’année,  des  conseils…  ils  ont  toujours  la  même  structure  :  dédicace,  prologue,  
introduc:on,   4   pronos:cs   pour   l’année   (un   par   saison)   et   des   éphémérides   (anniversaire  
commémora:fs)  et  conseils.

Qu’est-­‐ce  que  la  «  lyra  »  ?

La  «  lyra  »  est  un  type  de  strophe.  Sa  forme  métrique  est  :  deux  formes  de  vers  (des  courts  
et  des  longs),  des  vers  en  décasyllabes  et  heptasyllabes,  ce  sont  des  rimes  consonantes,  et  
il  faut   essayer   de   comprendre  ce  que   l’auteur   voulait   faire  passer   dans   le  poème   pour  avoir  
la  bonne  prononcia:on  (la  prononcia:on  est/a  un  rapport  avec  le  sens  !).

Quels  sont  les  traits  typiques  des  poèmes  de  la  R enaissance  ?

Les   enjambements   (adjec:fs   et   substan:fs   qui   appar:ennent   à   la   même   phrase   mais   se  


trouvent   dans   des   vers   différents),   l’allitéra:on,   on   ne   trouve   pas   de   néologisme   et  
d’archaïsme,  et  pas  de  métaphore  audacieuse  -­‐>  phrase  naturelle.

Qu’est-­‐ce  que  le  roman  senEmentale  ?

Il   apparaît  entre  1440-­‐1550.  Il   s’adresse  à  un  autre  public  :  les   bourgeois.   Ce   n’est  pas  un  
genre  populaire.   Il   n  y  a  pas  d’histoire.   C’est  juste  une  histoire  allégorique  <>  aux  romans  
de   chevaleries.   Il   y   a   trois   éléments   typiques  :   1)   héroïne,   2)   pénitence   sen:mentale  :  
l’homme   doit   montrer   qu’il   souffre   pour   mériter   l’amour   de   la   dame,   3)   conflit.   Juan   de  
Segura  avec  «  Processo  de  carta  »  (1548)  fait  le  dernier  roman  sen:mentale  et  le  premier  
roman  épistolaire  (qui  est  le  premier  roman  épistolaire  de  la  liBérature  européenne).

Qu’est-­‐ce  que  le  roman  pastoral  ?

Le   scénario   se   passe   toujours   dans   l’Arcadie  =   terre   mythique   quia   un   rapport   avec   l’âge  
d’or   (=âge   mythique).   C’est   un   monde   sans   propriété,   sans   travail,   sans   hivers,   on   peut   y  
voir  des  aventures  sen:mentales.  C’est  un  monde  parfait,  idéal.

C’est  un  locus  amoenus   =  il   s’agit  d’un  topo  (un  sujet  typique  classique).   Le   lieu  est  aimable  
et   présente   un   certain   nombre   de   caractéris:que   iden:que.   On   recherche   l’ombre   et   la  
fraîcheur  propices  aux  dialogues  philosophiques.   Les   personnages  n’ont  qu’Les   personnages  
n’ont   qu’à   chanter,   philosopher.   Le   lieu   est   caché.   Il   ne   doit   PAS   être   réaliste,   on   va   par  
exemple   trouver   des   plantes   qui   n’existent   pas.   Le   locus   amoenus   va   être   interprété  
différemment  suivant  les  auteurs.

Le   personnage   typique   est   le   berger   typique.   C’est   d’ailleurs   le   seul   personnage   que   l’on  
retrouve  dans  ce  roman.  Sa  vie  est  une  vie  de  loisir.

On   va   parler   aussi   de   l’amour   dans   le   roman   pastoral,   un   amour   idéalisé,   platonique.   Le  


problème  de   ce  genre,   c’est   qu’il   n’y  a   pas   d’évolu:on  possible.  L’histoire   est  fermée   dés  le  
début.   Ils   ne   peuvent   parler   que   de   leur   rela:on   sen:mentale.   C’est   un   genre   assez  
ennuyant.  Il  faut  le  lire  d’une  autre  façon  :  les  personnages  représentent  des  personnages  
réels,  l’histoire  cache  une  histoire  réelle  =  une  hypothèse  intéressante.

Le   premier  roman  pastoral  espagnol  et  qui  est  le   roman  le   plus  célèbre  :  «  Los  siste  libros  
de  D iana  »  (1558/1559).

Qu’est-­‐ce  que  la  chanson  de  geste  ?

Fait   par:e   de   la   poésie   épique.   Nouvelle   version   de   la   chanson   de   Roland.   Il   y   a   trois  


théories   pour  la   chanson  de   geste   en   Espagne  :   1)   influence   française   avec  la   chanson  de  
Roland,  2)  il  a  dû  exister  une  poésie  épique  mozarabe,  3)  on  sait  que  parmi  les   Wisigoths  
existaient  des  chansons  historiques.

La  chanson  de  geste  est  un    poème  narrant  les  faits  d’un  membre  laïque  de  l’aristocra:e,  
des:né   à   un   public   dépassant   le   cercle   des   leBrés   et   est   objet   d’une   diffusion  
principalement  orale.

En   Espagne,   il   n   y   a   que   2chansons   et   demi   de   geste  :   «Poema   de   moi   çid  »,   «  Las  
mocedades  de  R odrigo  »  et  un  fragment  de  «  Cantar  de  R oncesvalles  ».

Qu’est-­‐ce  que  «  La   CelesEna  »  ?

C’est  une   œuvre   écrite  par  Fernando  de  Rojas.  Celes:na   est  une   entremeBeuse.  Elle  est  la  
figure   principale   du   récit.   Elle   a   une   mauvaise   vie.   Son   nom  a   un   rapport  ironique   avec   le  
ciel.   Il  lui  arrive  des  choses  bizarres.

Il  y  a  eu  plusieurs  versions.  La  deuxième  version  est  plus  longue  et  a  été  écrite  3ans  après  
et  le  langage  est  plus  familier.
Les  livres  de  chevaleries  :

Les   livres  de  chevaleries  sont  à  cheval  sur  les   deux  époques,  les   deux  siècles.   Ce   sont  des  
œuvres  hybrides,  il  n’y  a  pas  de  conscience  de  genre.  Dans  ces  livres,  tout  est  très  simple,  
très   linéaire.   L’ac:on   suit   une   courbe.   On   a   hérité   de   toutes   ces   histoires.   (Harry   PoBer,  
Don   QuichoBe   sont  des   livres  de  chevaleries).   L’apogée  des   romans  de  chevaleries  est   en  
1550.

Qu’est-­‐ce  que  le  S iglo  de  Oro  ?

C’est  une  nouvelle  époque.  C’est  le  nom  donné  a  une  grandeur  économique  et  culturelle.  Il  y  
a  beaucoup  de  représenta:on  symbolique.  La  défini:on  temporelle  du  siècle  d’or  est  assez  
floue.  Elle  ne   commence  pas   avant  1492.  La  Renaissance   et   le  Baroque  font   par:e  de   ceBe  
époque.  Le   Siglo  de  O ro  est  un  synonyme  de  la  R enaissance  espagnole.

Quels  sont  les  auteurs  du  S iglo  de  Oro  ?

Mateo   Alemán,   Cristóbal   de   Cas:llejo,   Miguel   de   Cervantes,   Pedro   Calderón   de   la   Barca,  


Luis  de  Góngora,  Baltasar  Gracián,  Fernando  de  Herrera,  Félix  Lope  de  Vega,  Fray  Luis  de  
León,   Tirso   de   Molina,   Francisco   de   Quevedo,   Francisco   de   Rojas   Zorilla,   Garcilaso   de   la  
Vega.

L’humanisme  :

Fait   par:e   de   la   Renaissance.   Erasme   de   RoBerdam   a   prôné   une   nouvelle   façon   de  


comprendre   le  chris:anisme.  L’idée  érasmienne  c’est  l’a„tude  personnelle  dans  la  religion  
qui  est  la  plus  importante.

Le  plus  grand  représentant  de  l’Humanisme  en  E spagne  est  Alfonso  de  V aldès.

Qu’est-­‐ce  que  Charon  ?

C’était   la   figure   mythologique   qui   faisait   passer   les   âmes   de   l’autre   coté   du   Styx   (=fleuve  
des  enfers).   Il  faisait  ça  grâce  à  sa  barque.  Les  âmes  oublient  leurs  vies  quand  elles  arrivent  
dans   l’autre   monde.   Seuls   les   hommes   simples   et   honnêtes   peuvent   passer.   La   cita:on  
mythologique   est   u:lisée   pour   faire   une   cri:que   sociale.   (Dans   le   livre   de   Alfonso   de  
Valdés).

Qu’est-­‐ce  que  l’  «  U ltraísmo  »  ?

C’est  un  mouvement  de  liBérature  qui  voulait  introduire  toutes  les   nouveautés  liBéraires  de  
l’Europe.  (en  1918).

«  Platero  y  yo  »  ?

C’est  écrit  par  Juan  R.   Jiménez.   C’est  de  la  prose  poé:que.  La  poésie  poursuit  un  idéal  de  
simplicité,   dépouillé   d’ornements.   C’est   de   la   poésie   pure   (très   facile,   pas   de   métaphore,  
trouver  le  nom  exacte  des  choses).  C’est  l’éloignement  du  modernisme.

GénéraEon  de  1927  ?

En   1927,   c’est   le   tricentenaire   de   Góngora.   Une   généra:on   de   1927   parallélisme   avec   la  


généra:on  de  98.  Mais  on  ne  peut  pas  vraiment  parler  d’une  généra:on  poé:que  puisque  
chacun   des   écrivains   écrits   de   façon   différente,   chacun   à   son   propre   style   et   cherche   son  
propre  style.

Qu’est-­‐ce  que  la  «  danse  de  la  mort  »  ?

C’est  le  fait  d’aller  du  cas  général  au  cas  par:culier.  C’est  un  genre  poé:que  très  répandu  
dans  le  Moyen   Age.  La  Mort  venait  comme  un  cadavre  et   prenait  les  gens   au  milieu  de   leur  
tâche.  C’était  une  façon  de  faire  une  énuméra:on  des  couches  sociales.

Qu’est-­‐ce  que  la  «  tertulia  »  ?

Ce  n’est  pas  un  café  mais  c’est  le  nom  donné  a  une  réunion  de  personne  dans  un  café.   La  
plupart  des  avant-­‐gardistes  espagnols  ont  fait  par:e  de  la  tertulia  un  jour  ou  l’autre.

L’avant-­‐garde  en  E spagne  :

Ca  ne  commence  pas  avant  1909  qui  est  la  date  de  la  traduc:on  du  manifeste  du  tourisme.

«  Niebla  »:

Ecrit   par   Miguel   de   Unamuno.   C’est   une   histoire   sen:mentale.     L’auteur   se   met   dans   le  
roman.  C’est  un  jeu  liBéraire.  On  peut  percevoir  aussi  son  angoisse  religieuse  :  idée  d’être  
un  personnage  inventé  par  quelqu’un  (par  Dieu).

«  La   R egenta  »:

C’est   le   deuxième/troisième   roman   le   plus   important   de   la   liBérature   espagnole.   Il   a   été  


écrit  par  Leopoldo  Alas   Clarín.

Ana  a  le  caractère  roman:que  de  Bovary   de  Flaubert,  et  tout  comme   un  roman   de  Zola  (la  
faute  de  l’abbé  Mouret)  ils  traitent  tout  de  la  sexualité  des  prêtres.

«  Pepita  Jiménez  »:

C’est  un  roman  épistolaire  écrit  par  J uan  V alera.   Le  récit  nous  parvient  comme  un  recueil  de  
leBres.   Le   roman   s’intéresse   à   la   psychologie   des   personnages   et   parfois   ces   derniers  
agissent  comme  dans  la  vie  réelle.

Qu’est-­‐ce  que  la  «  silva  »  ?

Combinaison  libre  de  vers  de  7  et  11  syllabes.


RomanEcismo  ?

La  première  fois   que  ce   mot  apparait  c’est   dans  la   revue  espagnole  «  E l  Europeo  ».  L’image  
du  roman:sme   était   une   image  réac:onnaire,  extrêmement  conseratrice   dans  le   domaine  
des  idées  poli:ques.  Le  problème   des  premiers   roman:ques  espagnols   c’est  qu’ils  sont   des  
réac:onnaires.

Le  roman:que  espagnol  par  excellence  est   Mariano  J osé  de   Larra  qui  va  devenir  un  mythe.

«  Juan  José  »  ?

De  Joaquín  Dicenta.   Mise   en  scène  d’ouvriers  espagnols.   CeBe   pièce  a  été  comprise  comme  
une   pièce   socialiste.   C’est   le   début   d’une   longue   série   de   théâtre   à   thèse   poli:que.   Le  
contenu   n’est   pas   révolu:onnaire   en   soi   car   il   renvoie   à   la   morale   tradi:onnelle   (idée  
d’honneur).

Qu’est-­‐ce  que  «  l’Arte  Mayor  »  ?

C’est  une  autre  façon  d’écrire  la  poésie  qui  fait  très  aBen:on  au  rythme.  S’il  manque  une  
syllabe  au  début  d’un  vers,  c’est  normal  car  il  y  a  une  pause  à  la  fin  du  vers  du  dessus.  On  
fait  une  pause  et  on  garde  le  rythme.

C’est  toujours  un  schéma  régulier  :  un  ictus  puis  2  syllabes.   Il  y  a  toujours  une  césure  qui  est  
très  forte  et  qui  peut  parfois  compter  comme  une  syllabe.

Quels  sont  les  traits  typiques  des  poèmes  de  la  R enaissance  ?

Les   enjambements   (adjec:f   et   substan:f   qui   appar:ennent   à   la   même   phrase   mais   se  


trouvent  dans  des  vers  différents).  L’allitéra:on  (répé::on  du  même  vers  à  l’intérieur  d’un  
vers).   On   ne   trouve   pas   les   néologismes   et   les   archaïsmes.   Et   il   n’y  a   pas   de   métaphores  
audacieuse  (phrase  naturelle).

(La  culture  de  la  R enaissance  s’est  développée  autour  de  la  religion).

Qu’est-­‐ce  que  des  «  tonadillas  »  ?

A   par:r  de  1780,  les   entremeses  sont  remplacés  par  des   tonadillas,  ce   sont  des   chansons  
courtes.   A   par:r  de  celle-­‐ci,  un  nouveau  théâtre  se   développe.   O n  second  entracte  on  jouait  
une  sainete  (=  forme  plus  élaborée  de  l’entremeses).   O n  développe  un  genre  de  cabaret.

«  La   Tribuna  »  :

C’est   le   premier   roman   écrit   sur   le   prolétariat,   c’est   l’histoire   de   femmes   qui   travaillent  
dans  une  fabrique  de  tabac.  E crit  par  E milia  Pardo  B azán.