Vous êtes sur la page 1sur 20

Chapitre 10

Les projets d’investissement

1111 ExerciceExerciceExerciceExercice 10.0710.0710.0710.07

RentabilitéRentabilitéRentabilitéRentabilité d’und’und’und’un investissementinvestissementinvestissementinvestissement –––– RésultatRésultatRésultatRésultat déficitairedéficitairedéficitairedéficitaire dansdansdansdans uneuneuneune entrepriseentrepriseentrepriseentreprise globalemeglobalemeglobalemeglobalementntntnt bénéficiairebénéficiairebénéficiairebénéficiaire

La SARL Mécanautique est soumise à l'impôt sur les sociétés au taux de 33 1/3 %. Il s'agit d'une entreprise d'entretien et réparation de petits moteurs nautiques, installée à Port-Dauphin sur la côte atlantique. La SARL dégage actuellement un bénéfice avant impôts de 36 000 €. Le gérant et principal associé, M. LE GOFF envisage d'étendre son activité à des unités navales de plus fort tonnage. Il aurait besoin d'une grue de 8 tonnes de portée pour sortir ces bateaux de l'eau. Cette grue coûterait 115 000 € à l'achat et elle aurait une durée d'utilisation de dix ans. Elle bénéficierait de l'amortissement fiscal dégressif.

M. LE GOFF vous consulte sur l'opportunité de cette acquisition. Il se demande si les

bénéfices attendus de la nouvelle activité justifient cet investissement, d'autant qu'il faudra créer une nouvelle clientèle et que les premières années risquent d'être déficitaires. Ses associés insistent pour que la mise de fonds soit récupérée si possible en trois ans, sinon en quatre ans au plus.

M. LE GOFF estime que le chiffre d'affaires annuel généré par la grue s'élèverait à

70 000 € pendant les deux premières années d'exploitation et à 150 000 € pendant les trois années suivantes. Il ne peut pas faire de prévision au-delà. Le service de la grue et les activités connexes exigeraient l'embauche de nouveaux ouvriers pour un coût annuel de 65 000 € pendant les deux premières années d'exploitation et à 80

000 € pendant les trois années suivantes.

Vos recherches dans le dossier des financements de la SARL vous montrent que le coût annuel du financement est de 12 % des capitaux propres et empruntés. Par ailleurs, vous estimez le besoin en fonds de roulement à trente fois le chiffre

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

d'affaires journalier (année de 360 jours). Vous considérez que la valeur résiduelle de la grue sera égale à sa valeur nette comptable.

1.1.1.1. CalculerCalculerCalculerCalculer lalalala VAN,VAN,VAN,VAN, lelelele TIRTIRTIRTIR etetetet lelelele délaidélaidélaidélai dededede récupératrécupératrécupératrécupérationionionion desdesdesdes capitauxcapitauxcapitauxcapitaux dudududu projetprojetprojetprojet d'achatd'achatd'achatd'achat dededede lalalala

grue.grue.grue.grue.

2.2.2.2. QuellesQuellesQuellesQuelles sontsontsontsont vosvosvosvos conclusionsconclusionsconclusionsconclusions ????

2222 CorrigéCorrigéCorrigéCorrigé dededede l’exercicel’exercicel’exercicel’exercice 10.0710.0710.0710.07

1.1.1.1. CalculsCalculsCalculsCalculs (VAN(VAN(VAN(VAN ---- TIRTIRTIRTIR ---- DéDélaiDéDélailailai dededede récupération)récupération)récupération)récupération)

 

AnnéeAnnéeAnnéeAnnée

 

0000

 

1111

 

2222

 

3333

 

4444

 

5555

Chiffre d'affaires - charges de personnel - amortissement de la grue (1)

 

70

000

70

000

150 000

150

000

150

000

65

000

65

000

80

000

80

000

80

000

25

875

20

053

15

541

12

044

9

334

Résultat fiscal

   

-20 875

-15 053

54

459

57

956

60

666

-

impôt

sur

les

-6 958

-5 018

18

153

19

319

20

222

bénéfices

     

Résultat net + amortissement de la grue

 

-13 917

-10 035

36

306

38

637

40

444

25

875

20

053

15

541

12

044

9

334

Flux nets

de

 

11

958

10

018

51

847

50

681

49

778

trésorerie Acquisition de la grue Variation du BFR Valeur résiduelle de la grue

-115

       

000

-5 833

-6 667

12

500

32

152

Total

des

flux

de

-120

11

958

10

018

45

180

50

681

94

430

trésorerie

 

833

       

VANVANVANVAN

15151515 780780780780

 

TIRTIRTIRTIR

15,70%15,70%15,70%15,70%

Flux cumulés

 

11

958

21

976

73

823

124

505

174

283

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

Délai de récupération du

capital investi

(3 ans et 10 mois)

(1) Amortissement en 10 ans ; coefficient 2,25 ; taux dégressif 22,5 %.

2.2.2.2. ConclusionsConclusionsConclusionsConclusions

Bien que l’exploitation de la grue soit déficitaire les deux premières années, l’investissement

s’avère rentable sur une durée de cinq ans. Le délai de récupération est raisonnable.

L’incidence des déficits initiaux est atténuée du fait qu’ils induisent une réduction des impôts

pesant sur l’ensemble de l’activité de la société qui resterait bénéficiaire.

3333 ExerciceExerciceExerciceExercice 10.0810.0810.0810.08

RentabilitéRentabilitéRentabilitéRentabilité d’und’und’und’un investissementinvestissementinvestissementinvestissement –––– ProjetProjetProjetProjet fiscalementfiscalementfiscalementfiscalement autonomeautonomeautonomeautonome avecavecavecavec reportreportreportreport dudududu résultarésultarésultarésultatttt

déficitairedéficitairedéficitairedéficitaire

Vous êtes employé de la société anonyme Bacchus. Cette société exploite un réseau

d'hôtels à l'enseigne du « Hibou », les uns directement, les autres par l'intermédiaire de

franchisés auxquels Entente concède par contrat le droit à l'enseigne et apporte une

assistance technique. M. Gérard Lay est en négociation avec la SA Bacchus en vue de

conclure un contrat de franchise pour un hôtel à construire au Guilvinec (Finistère). Le

service juridique a conseillé à M. Lay de créer une SARL pour construire et exploiter l'hôtel.

Le directeur financier de la société Bacchus vous remet le 15 mars un dossier dans lequel

vous trouvez les informations suivantes.

- Montant à investir en fin d'année N

terrain

350 000 €

construction

2 000 000 €, amortissement fiscal linéaire 20 ans

mobilier

500 000 €, amortissement fiscal dégressif 10 ans

BFR

5 % du CA annuel

- Prévisions d'exploitation annuelles sur 5 ans :

chiffre d'affaires :

années N+1 et N+2

950 000 €

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

années N+3 à N+5 charges d'exploitation décaissées :

2 300 000 €

années N+1 et N+2 années N+3 à N+5

800 000 € 1 000 000 €

- Valeurs résiduelles en fin d'année N+5

terrain

construction

mobilier

1

- Coût des capitaux : 11,5 %

350 000 € 500 000 € 100 000 €

- Impôt sur les sociétés : 33 1/3 %. Il est rappelé que le déficit fiscal d'un exercice peut s'imputer sur les bénéfices imposables des exercices suivants, dans la limite des cinq exercices suivants.

1.1.1.1. CalculerCalculerCalculerCalculer lelelele montantmontantmontantmontant dededede l'impôtl'impôtl'impôtl'impôt sursursursur lesleslesles sociétéssociétéssociétéssociétés quiquiquiqui seraseraserasera payépayépayépayé parparparpar lalalala SARLSARLSARLSARL auauauau courscourscourscours desdesdesdes

annéesannéesannéesannées N+1N+1N+1N+1 àààà N+5.N+5.N+5.N+5.

2.2.2.2. CalculerCalculerCalculerCalculer lalalala VANVANVANVAN etetetet lelelele TIRTIRTIRTIR dudududu projetprojetprojetprojet d'hôtel.d'hôtel.d'hôtel.d'hôtel.

4444 CorrigéCorrigéCorrigéCorrigé dededede l’exerl’exercicel’exerl’exercicecicecice 10.0810.0810.0810.08

1.1.1.1. CalculCalculCalculCalcul dededede l'impôtl'impôtl'impôtl'impôt àààà payerpayerpayerpayer

AnnéeAnnéeAnnéeAnnée

 

N+1N+1N+1N+1

 

N+2N+2N+2N+2

 

N+3N+3N+3N+3

 

N+4N+4N+4N+4

 

N+5N+5N+5N+5

Produits

950

000

950

000

2 300 000

2 300 000

2 300 000

Charges décaissées Amortissement de la construction Amortissement du mobilier

800

000

800

000

1 000 000

1 000 000

1 000 000

100

000

100

000

100

000

100

000

100

000

112

500

87 188

67 570

52 367

40 584

(1)

 

Report déficitaire

-62 500

-37 188

1

132 430

1

147 633

1

159 416

Résultat fiscal

 

-62 500

-99 688

0

0

Impôt sur les bénéfices

-62 500

-99 688

1

032 742

1

147 633

1

159 416

 

0

0

344

247

382

544

386

472

(1) Amortissement en 10 ans ; coefficient 2,25 ; taux dégressif 22,5 %.

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

2.2.2.2. CalculCalculCalculCalcul (VAN(VAN(VAN(VAN etetetet TIR)TIR)TIR)TIR)

AnnéeAnnéeAnnéeAnnée

 

NNNN

 

N+1N+1N+1N+1

 

N+2N+2N+2N+2

 

N+3N+3N+3N+3

 

N+4N+4N+4N+4

N+5N+5N+5N+5

Chiffre d'affaires

 

950

000

950

000

2 300 000

2 300 000

2 300 000

Dépenses

   

800

000

800

000

1 000 000

1 000 000

1 000 000

d'exploitation

   

Impôt

sur

les

0

0

344

247

382

544

386

472

bénéfices

     

Flux

nets

de

 

150

000

150

000

955

753

917

456

913

528

trésorerie

         

Construction

 

-2 000 000 -500 000 -350 000 -47 500

Mobilier

Terrain

Variation du BFR Valeurs résiduelles

0

-67 500

0

0

115

000

- construction

 

1

500 000

- mobilier

 

100

000

- terrain

350

000

Total

-2 897 500

150

000

82 500

955

753

917

456

2

978 528

VANVANVANVAN

314314314314 789789789789

 

TIRTIRTIRTIR

14,31%14,31%14,31%14,31%

5555 ExerciceExerciceExerciceExercice 10.0910.0910.0910.09

FluxFluxFluxFlux marginauxmarginauxmarginauxmarginaux d’und’und’und’un investissementinvestissementinvestissementinvestissement –––– VANVANVANVAN etetetet TIRTIRTIRTIR La société anonyme SOFIDEC assure la production et la distribution de convecteurs électriques rayonnants de haut de gamme. L'activité de cette société a été affectée par l'aggravation de la conjoncture économique et ses responsables ont décidé de procéder à une analyse approfondie de certains aspects de la gestion. Afin d'améliorer la productivité de son outil de production, la société souhaite renouveler une partie de son équipement. Pour cela, elle envisage, dès le début de l'année N+1, d'acquérir un ensemble de deux chaînes automatisées. Par ailleurs, on procéderait à l'élimination des

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

immobilisations les plus anciennes qui représentaient 50 % de la capacité de production totale de l'année N. Ces immobilisations sont complètement amorties et leur valeur résiduelle est nulle. Vous disposez en annexe de divers renseignements.

1.1.1.1. DéterminerDéterminerDéterminerDéterminer lelelele volumevolumevolumevolume dededede productionproductionproductionproduction àààà prendreprendreprendreprendre enenenen comptecomptecomptecompte dansdansdansdans lelelele nouveaunouveaunouveaunouveau projet.projet.projet.projet.

2.2.2.2. DéterminerDéterminerDéterminerDéterminer lalalala valeurvaleurvaleurvaleur actuelleactuelleactuelleactuelle nettenettenettenette dudududu nouveaunouveaunouveaunouveau pppprojet.rojet.rojet.rojet. ConcluConclureConcluConclurerere sursursursur lalalala rentabilitérentabilitérentabilitérentabilité dededede l'invesl'investissement.l'invesl'investissement.tissement.tissement.

3.3.3.3. QuelQuelQuelQuel estestestest lelelele tauxtauxtauxtaux interneinterneinterneinterne dededede rentabilitérentabilitérentabilitérentabilité dudududu nouvenouvenouvenouveauauauau projetprojetprojetprojet ???? ConclureConclureConclureConclure sursursursur lalalala valeurvaleurvaleurvaleur dudududu tauxtauxtauxtaux obtenu.obtenu.obtenu.obtenu.

AnnexeAnnexeAnnexeAnnexe

Informations concernant les chaînes automatisées

- Prix HT (en milliers € de chaque chaîne : 7 500

- Valeur résiduelle de chaque chaîne (en milliers d’euros), dans l'hypothèse d'une revente :

50

- Durée de vie : 5 ans

- Amortissement linéaire sur 5 ans.

Informations concernant la production

- Prix de vente HT d'un convecteur : 850 €. Ce prix restera constant pendant toute la période considérée ;

- Pour l'exercice N, la capacité de production est de 60 000 convecteurs ;

- Dans l'hypothèse où l'entreprise conserverait l'équipement actuel, la production resterait constante pendant 5 ans.

Production supplémentaire permise par l'investissement

 

AnnéesAnnéesAnnéesAnnées

N+1N+1N+1N+1

N+2N+2N+2N+2

N+3N+3N+3N+3

N+4N+4N+4N+4

N+5N+5N+5N+5

Nombre

de

convecteurs

produits

et

70 000

80 000

80 000

80 000

80 000

vendus

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

Cette production s'ajoutera à celle des équipements anciens maintenus en service.

La variation des stocks de produits finis est négligeable, de même que l'augmentation du besoin en fonds de roulement entraînée par l'opération envisagée.

Charges d'exploitation

Avant amortissement, l'accroissement des charges d'exploitation liées au nouveau projet (ancien matériel maintenu pour 50 % et nouvelles chaînes automatisées) a été estimé comme suit :

AnnéesAnnéesAnnéesAnnées

N+1N+1N+1N+1

N+2N+2N+2N+2

N+3N+3N+3N+3

N+4N+4N+4N+4

N+5N+5N+5N+5

Sommes en milliers ¼

31 000

32 500

32 500

34 500

36 500

Mise en place de l'investissement

On admettra que l'acquisition et la mise en place des deux chaînes ont lieu au début de l'exercice N+1.

On retiendra un taux d'IS de 33 1/3%. Le coût du capital de cette entreprise est de 12 %.

6666 CorrigéCorrigéCorrigéCorrigé dededede l’exercicel’exercicel’exercicel’exercice 10.0910.0910.0910.09

1.1.1.1. VolumeVolumeVolumeVolume dededede productionproductionproductionproduction

Il s'agit d'effectuer un raisonnement marginaliste pour déterminer les quantités à produire du nouveau projet. Actuellement, avant la réalisation de l'investissement, la production est de 60 000 convecteurs.

Après la réalisation de l'investissement, on produirait :

∑∑∑∑1111 èreèreèreère annéeannéeannéeannée ::::

70 000 convecteurs grâce au nouveau matériel ;

60 000

2

= 30 000 convecteurs grâce à l'ancien matériel réduit de moitié ;

production totale l'année N+1 = 100 000

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

La mise en place du nouveau matériel ainsi que le maintien de la moitié de la production, assurent donc une production marginale de 100 000 60 000 = 40 000 convecteurs.

∑∑∑∑AnnéesAnnéesAnnéesAnnées suivantessuivantessuivantessuivantes ::::

80 000 convecteurs grâce au nouveau matériel ;

60 000

2

= 30 000 convecteurs grâce à l'ancien matériel réduit de moitié ;

production totale des années N+1 et suivantes = 110 000 La mise en place du nouveau matériel ainsi que le maintien de la moitié de la production, assurent donc une production marginale de 110 000 60 000 = 50 000 convecteurs.

2.2.2.2. ValeurValeurValeurValeur actuelleactuelleactuelleactuelle nettenettenettenette

   

N+1N+1N+1N+1

 

N+2N+2N+2N+2

 

N+3N+3N+3N+3

 

N+4N+4N+4N+4

 

N+5N+5N+5N+5

Chiffre d'affaires (1) Dotation amortissements (2)

Charges d'exploitation (3) Résultat avant IS

   

34

000 000

 

42

500 000

 

42

500 000

 

42

500 000

 

42

500 000

aux

3

000 000

3

000 000

3

000 000

3

000 000

3

000 000

31

000 000

32

500 000

32

500 000

34

500 000

36

500 000

0

7

000 000

7

000 000

5

000 000

3

000 000

IS à 33 1/3

%

0

2

333 333

2

333 333

1

666 667

1

000 000

Dotation

aux

3

000 000

3

000 000

3

000 000

3

000 000

3

000 000

amortissements

         

CAF d'exploitation

 

3

000 000

7

666 667

7

666 667

6

333 333

5

000 000

(1) Chiffre d'affaires : Prix de vente unitaire Quantités = 850 40 000 et 850 50 000

(2) Dotation aux amortissements : 7 500 000

5

2

= 3 000 000

(3) Charges d'exploitation : les chiffres sont donnés dans l'annexe.

Dépense d'investissement = 7 500 000 2 = 15 000 000 Valeur résiduelle des nouvelles machines à la fin de l'année N+5 = 50 000 2 = 100 000 Impôt sur les plus-values = 100 000 33 1/3 % = 33 333 Valeur résiduelle nette d'IS = 100 000 33 333 = 66 667

VAN =

+ 6 333 333 (1,12)

15 000 000 + 3 000 000 (1,12)

4 + 5 000 000 (1,12)

1 + 7 666 667 (1,12)

5 + 66 667 (1,12)

2 + 7 666 667 (1,12)

3

5 = 6 147 284 €

À 12 %, la VAN est positive, il est donc rentable de réaliser l'investissement.

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

3.3.3.3.

TIRTIRTIRTIR

Le TIR t est solution de l'équation suivante :

VAN =

+ 6 333 333 (1+t) 4 + 5 000 000 (1+t) 5 + 66 667 (1+t) 5 = 0 t = 26,46 %

15 000 000 + 3 000 000 (1+t) 1 + 7 666 667 (1+t) 2 + 7 666 667(1+t) 3

Le TIR de cet investissement est très élevé, et très nettement supérieur au coût du capital. L'investissement est donc très rentable.

Mais l'entreprise peut-elle placer ses flux de trésorerie à 26,46 % ? Cette hypothèse est peu plausible. Cependant, l'investissement peut être réalisé.

7777 ExerciceExerciceExerciceExercice 10.1010.1010.1010.10

CritèresCritèresCritèresCritères contradictoirescontradictoirescontradictoirescontradictoires dededede lalalala VANVANVANVAN etetetet dudududu TIRTIRTIRTIR Deux projets d'investissement mutuellement exclusifs sont envisagés par la société DÉCISION. Leurs flux de trésorerie (en milliers €) figurent dans le tableau ci-dessous.

 

0000

1111

 

2222

3333

ProjetProjetProjetProjet AAAA

- 15 000

1 000

8

000

13 000

ProjetProjetProjetProjet BBBB

- 15 000

12 000

5

000

2 000

Le coût du capital de l'entreprise est 10 %.

1.1.1.1. DéterminerDéterminerDéterminerDéterminer pourpourpourpour chacunchacunchacunchacun desdesdesdes projetsprojetsprojetsprojets ::::

a.a.a.a. lalalala valeurvaleurvaleurvaleur actuelleactuelleactuelleactuelle nettenettenettenette ;;;; b.b.b.b. lelelele tauxtauxtauxtaux interneinterneinterneinterne dededede rentabilité.rentabilité.rentabilité.rentabilité. c.c.c.c. ExpliquerExpliquerExpliquerExpliquer lalalala contradictioncontradictioncontradictioncontradiction etetetet conclure.conclure.conclure.conclure.

2.2.2.2. ReprésenterReprésenterReprésenterReprésenter graphiquementgraphiquementgraphiquementgraphiquement l'évolutionl'évolutionl'évolutionl'évolution dededede lalalala VANVANVANVAN enenenen fonfonctionfonfonctionctionction dudududu taux.taux.taux.taux.

3.3.3.3. ÀÀÀÀ quelquelquelquel taux,taux,taux,taux, lesleslesles deuxdeuxdeuxdeux solutionssolutionssolutionssolutions sontsont-sontsont--elles-elleselleselles équivalenteséquivalenteséquivalenteséquivalentes ????

4.4.4.4. QuelleQuelleQuelleQuelle décisiondécisiondécisiondécision doitdoit-doitdoit--on-ononon retenirretenirretenirretenir ????

5.5.5.5. PeutPeut-PeutPeut--on-ononon aussiaussiaussiaussi leverleverleverlever lelelele dilemmedilemmedilemmedilemme enenenen plaçantplaçantplaçantplaçant lesleslesles fluxfluxfluxflux dededede trtrtrtrésorerieésorerieésorerieésorerie positifspositifspositifspositifs àààà unununun tauxtauxtauxtaux dededede 9999 %%%% ???? PourPourPourPour cela,cela,cela,cela, calculercalculercalculercalculer lelelele tauxtauxtauxtaux interneinterneinterneinterne dededede rentabilrentabilitérentabilrentabilitéitéité intégréintégréintégréintégré etetetet lalalala valeurvaleurvaleurvaleur actuelleactuelleactuelleactuelle nettenettenettenette intégréeintégréeintégréeintégrée desdesdesdes deuxdeuxdeuxdeux projets,projets,projets,projets, auauauau tauxtauxtauxtaux dededede 10101010 %.%.%.%.

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

8888 CorrigéCorrigéCorrigéCorrigé dededede l’exercicel’exercicel’exercicel’exercice 10.1010.1010.1010.10

1.1.1.1. VANVANVANVAN etetetet TIRTIRTIRTIR

a.a.a.a. VANVANVANVAN

VAN A =

15 000 + 1 000 (1,10) 1 + 8 000 (1,10) 2 + 13 000 (1,10) 3 = 2 288 milliers €

VAN B =

15 000 + 12 000 (1,10) 1 + 5 000 (1,10) 2 + 2 000 (1,10)

3 = 1 544 milliers €

Selon le critère de la VAN, le projet A est le plus rentable.

b.b.b.b. TIRTIRTIRTIR

Le TIR est solution, pour chacun des projets des équations suivantes :

VAN A =

15 000 + 1 000 (1+t)

1 + 8 000 (1+t) 2 + 13 000 (1+t) 3 = 0 t = 16,42 %

VAN B =

15 000 + 12 000 (1+t) 1 + 5 000 (1+t) 2 + 2 000 (1+t) 3 = 0 t = 17,87 %

Selon le critère du TIR, le projet B est le plus rentable.

c.c.c.c. ConclusionConclusionConclusionConclusion

Les deux critères conduisent à des décisions contradictoires.

La contradiction est due à l'hypothèse implicite différente faite pour chaque réinvestisse- ment :

- le critère de la VAN repose sur un réinvestissement au coût du capital, soit 10 % ;

- le critère du TIR repose sur un réinvestissement au TIR lui même, soit 16,42 % pour A et 17,87 % pour B.

La VAN et le TIR sont donc uniquement des critères d'acceptation et non des critères de classement des projets.

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

2.2.2.2. ReprésentationReprésentationReprésentationReprésentation graphiquegraphiquegraphiquegraphique dededede lalalala VANVANVANVAN

Détermination des VAN à différents taux :

TauxTauxTauxTaux

ProjetProjetProjetProjet AAAA

ProjetProjetProjetProjet BBBB

5 %

4

439

2 691

10

%

2

288

1 544

15

%

466

531

20

%

-1 088

-370

25

%

-2 424

-1 176

30

%

-3 580

-1 900

VAN 5 000 Projet A Projet B 4 000 3 000 2 000 taux d'indifférence
VAN
5
000
Projet A
Projet B
4
000
3
000
2 000
taux d'indifférence
1 000
TIR de B
0
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
-1 000
taux
TIR de A
-2 000
-3 000
-4 000

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

3.3.3.3.

TauxTauxTauxTaux d'indifférenced'indifférenced'indifférenced'indifférence

Les deux solutions sont équivalentes pour un taux de 14,56 % (taux d'indifférence). En ce point, les deux courbes se coupent.

1 000 (1+i) -1 + 8 000 (1+i) -2 + 13 000 (1+i) -3 = 12 000 (1+i) -1 + 5 000 (1+i) -2 + 2 000 (1+i) -3

11 000 (1+i) -1 + 3 000 (1+i) -2 + 11 000 (1+i) -3 i = 14,56 %

4.4.4.4. DécisionDécisionDécisionDécision

Lorsque les critères de la VAN et du TIR relatifs à deux projets sont contradictoires, il est possible de lever l'indétermination en raisonnant sur l'investissement différentiel (A B) et les flux différentiels procurés par l'investissement.

 

0000

1111

 

2222

 

3333

VANVANVANVAN

TIRTIRTIRTIR

ProjetProjetProjetProjet AAAA

--15--151515 000000000000

1111 000000000000

8888

000000000000

13131313

000000000000

2222

288288288288

16,4216,4216,4216,42 %%%%

ProjetProjetProjetProjet BBBB

--15--151515 000000000000

12121212 000000000000

5555

000000000000

2222 000000000000

1111

544544544544

17,8717,8717,8717,87 %%%%

ProjetProjetProjetProjet

0000

--11--111111 000000000000

3333

000000000000

11111111

000000000000

744744744744

14,5614,5614,5614,56 %%%%

différentieldifférentieldifférentieldifférentiel

   

Déterminons la VAN au taux de 10 % de ce projet différentiel, ainsi que son TIR.

VAN = 11 000 (1,10) 1 + 3 000 (1,10) 2 + 11 000 (1,10) 3 = 744 milliers €

VAN = 11 000 (1+t) 1 + 3 000 (1+t) 2 + 11 000 (1+t) 3 = 0 t = 14,56 %

La VAN à 10 % de ce projet différentiel est positive et le TIR supérieur au taux d'actualisation de 10 %. L'investissement fictif de montant nul est donc rentable, ce qui revient à dire que le projet A est plus rentable que le projet B.

D'une manière générale, en cas de contradiction de critères, il faut préférer l'investissement qui maximise la VAN.

5.5.5.5. VANVANVANVAN intégréeintégréeintégréeintégrée etetetet TIRTIRTIRTIR intégréintégréintégréintégré

ProjetProjetProjetProjet AAAA

Valeur acquise par les flux de trésorerie à la fin de l'époque 3, au taux de 9 % :

V = 1 000 (1,09) 2 + 8 000 (1,09) 1 + 13 000 = 22 908 milliers €

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

VAN intégrée =

15 000 + 22 908 (1,10) 3 = 2 211 milliers €

TIR intégré :

15 000 = 22 908 (1+t) 3 t = 15,16 %

ProjetProjetProjetProjet BBBB

Valeur acquise par les flux de trésorerie à la fin de l'époque 3, au taux de 9 % :

V = 12 000 (1,09) 2 + 5 000 (1,09) 1 + 2 000 = 21 707 milliers €

VAN intégrée =

15 000 + 21 707 (1,10) 3 = 1 308 milliers €

TIR intégré :

15 000 = 21 907 (1+t) 3 t = 13,11 %

Le projet à retenir est donc le projet A puisque sa VAN intégrée est la plus grande, ainsi que son TIR intégré.

9999 ExerciceExerciceExerciceExercice 10.1110.1110.1110.11

CritèresCritèresCritèresCritères dededede rentabilitérentabilitérentabilitérentabilité La société anonyme Siben est l'une des toutes premières entreprises du secteur de la lunetterie et de l'optique à la fois en France et en Europe. Située dans le Nord de la région Rhône-Alpes, elle jouit d'une excellente réputation, confirmée par l'évolution favorable du cours de son action cotée sur le marché au comptant. La mondialisation de ce marché, la concurrence croissante des entreprises japonaises, ainsi que l'évolution technologique (nouveaux produits, nouveaux procédés de fabrication), contraignent les entreprises de ce secteur à se développer. Confrontés à ce problème, le comité de direction, puis le conseil d'administration de la Siben, ont défini un axe stratégique de croissance interne. Est mis notamment à l'étude, un projet d'investissement permettant de développer la capacité de production. L'entreprise s'interroge sur la rentabilité de cet investissement décrit dans les annexes. Il consiste à créer une nouvelle usine qui permettra de satisfaire la demande s'exprimant sur deux marchés distincts :

- le premier de ces marchés est celui des équipements optiques spécifiques destinés aux administrations publiques ; ce marché est dénommé « marché public » ;

- l'autre marché est celui des lentilles de contact vendues au grand public par le réseau de distribution des opticiens. Ce marché est dénommé « marché lentilles ». Aujourd'hui, il

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

connaît une forte croissance. L'évolution de la demande est essentiellement fonction de celle des revenus.

1.1.1.1. CalculerCalculerCalculerCalculer lalalala rentabilitérentabilitérentabilitérentabilité dudududu projetprojetprojetprojet d'investissemed'investissemed'investissemed'investissementntntnt enenenen utilisantutilisantutilisantutilisant lalalala méthodeméthodeméthodeméthode dededede lalalala valeurvaleurvaleurvaleur actuelleactuelleactuelleactuelle nettenettenettenette desdesdesdes fluxfluxfluxflux dededede liquidités.liquidités.liquidités.liquidités.

2.2.2.2. QuelQuelQuelQuel estestestest lelelele tauxtauxtauxtaux interneinterneinterneinterne dededede rentabilitérentabilitérentabilitérentabilité dededede cececece prprprprojetojetojetojet ???? QuelQuelQuelQuel estestestest sonsonsonson délaidélaidélaidélai dededede récupérationrécupérationrécupérationrécupération ???? Conclure.Conclure.Conclure.Conclure.

3.3.3.3. QuelleQuelleQuelleQuelle estestestest lalalala pertinencepertinencepertinencepertinence dudududu critèrecritèrecritèrecritère dededede lalalala valeurvaleurvaleurvaleur actuelleactuelleactuelleactuelle nettenettenettenette pourpourpourpour calculercalculercalculercalculer lalalala rentabilitérentabilitérentabilitérentabilité dudududu projetprojetprojetprojet ????

4.4.4.4. CommentCommentCommentComment lelelele risquerisquerisquerisque peutpeut-peutpeut--il-ililil êtreêtreêtreêtre estiméestiméestiméestimé dansdansdansdans lesleslesles calculscalculscalculscalculs précédentsprécédentsprécédentsprécédents ????

AnnexeAnnexeAnnexeAnnexe 1111 ---- DétailDétailDétailDétail desdesdesdes investissementsinvestissementsinvestissementsinvestissements

DescriptionDescriptionDescriptionDescription

EnEnEnEn millionsmillionsmillionsmillions

ModeModeModeMode

 

DuréeDuréeDuréeDurée

ValeurValeurValeurValeur vénalevénalevénalevénale

DateDateDateDate dededede réalisationréalisationréalisationréalisation (en(en(en(en débutdébutdébutdébut d'année)d'année)d'année)d'année)

d'd'd'd' €€€€

d'amortissemed'amortissemed'amortissemed'amortisseme

d'amortissementd'amortissementd'amortissementd'amortissement

finfinfinfin N+8N+8N+8N+8

ntntntnt

 

InfrastructureInfrastructureInfrastructureInfrastructure

         

Terrains

20

-

1,5

coût

N+1

d'achat

Locaux administratifs Locaux industriels Aménagements Autres investissements

10

linéaire

25

ans

VNC (2)

N+1

25

linéaire

20

ans

VNC (2)

N+1

15

linéaire

10

ans

VNC (2)

N+1

10

linéaire

10

ans

VNC (2)

N+1

ChaînesChaînesChaînesChaînes dededede productionproductionproductionproduction Chaîne de production marchés publics Chaîne 1 de production lentilles

15,80

linéaire

10

ans

VNC (2)

N+1

:

20

dégressif

4

ans

VNC (2)

N+1 puis N+5

MOCN (1) Autres équipements

24,20

fiscal

10

ans

VNC (2)

N+1

linéaire

   

Chaîne 2 de production lentilles

:

10

dégressif

4

ans

VNC (2)

 

N+2 puis N+6

MOCN (1)

20

fiscal

10

ans

VNC (2)

N+2

Autres équipements Chaîne 3 de production lentilles

linéaire

   

:

10

dégressif

4

ans

VNC (2)

 

N+4 puis N+8

MOCN (1) Autres équipements

20

fiscal

10

ans

VNC (2

N+4

linéaire

   

TOTALTOTALTOTALTOTAL

240240240240

       

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

(1) machine-outil à commande numérique (ces équipements seront remplacés aux dates indiquées en dernière colonne) (2) valeur nette comptable

AnnexeAnnexeAnnexeAnnexe 2222 ---- PlanPlanPlanPlan d'amortissementd'amortissementd'amortissementd'amortissement desdesdesdes investissementsinvestissementsinvestissementsinvestissements (en(en(en(en millimillimillmilliionsonsonsons d'euros)d'euros)d'euros)d'euros)

                 

VNCVNCVNCVNC

DescriptionDescriptionDescriptionDescription

N+1N+1N+1N+1

N+2N+2N+2N+2

N+3N+3N+3N+3

N+4N+4N+4N+4

N+5N+5N+5N+5

N+6N+6N+6N+6

N+7N+7N+7N+7

N+8N+8N+8N+8

finfinfinfin N+8N+8N+8N+8

Infrastructure

4,150

4,150

4,150

4,150

4,150

4,150

4,150

4,150

26,800

Chaînes de production

11,500

14,438

12,250

17,609

19,797

19,391

16,203

17,609

32,203

Total général

15,650

18,588

16,400

21,759

23,947

22,541

20,353

21,759

59,003

AnnexeAnnexeAnnexeAnnexe 3333 ---- PrévisionPrévisionPrévisionPrévision desdesdesdes produitsproduitsproduitsproduits etetetet chargechargeschargechargesss d'exploitationd'exploitationd'exploitationd'exploitation liésliéslliésiés auauauau projetprojetprojetprojet

   

N+1N+1N+1N+1

 

N+2N+2N+2N+2

 

N+3N+3N+3N+3

 

N+4N+4N+4N+4

 

N+5N+5N+5N+5

 

N+6N+6N+6N+6

 

N+7N+7N+7N+7

 

N+8N+8N+8N+8

Chiffre

d'affaires

hors

35

35

35

35

35

35

35

35

taxes

réalisé

sur

le

« marché public »

 

Quantité de paires de lentilles vendues (en milliers de paires)

460

900

1280

1660

1820

1820

1820

1820

ChargesChargesChargesCharges totalestotalestotalestotales annuellesannuellesannuellesannuelles décaisséesdécaisséesdécaisséesdécaissées Consommations intermédiaires (en % du chiffre d'affaires) Charges de personnel :

42

%

40

%

38 %

37 %

36 %

36 %

35 %

35 %

- fixes

62

71

80

90

90

88

88

88

- variables (en % du CA)

10

%

10

%

9

%

9

%

8

%

8

%

7

%

7

%

Autres

charges

(hors

               

amortissements)

- fixes

7

7

6

6

5

5

4

4

- variables (en % du CA)

3 %

3 %

3

%

2

%

2

%

2

%

2

%

2

%

Les montants sont exprimés en millions d'euros.

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

AnnexeAnnexeAnnexeAnnexe 4444 ---- HypothèsesHypothèsesHypothèsesHypothèses retenuesretenuesretenuesretenues

Les produits et les charges sont considérés comme encaissés et décaissés en fin de période. L'entreprise Siben est supposée être bénéficiaire pour ses autres activités pendant toute la durée du projet. On retiendra un taux d'impôt sur les bénéfices et un taux d'imposition des plus-values de 33 1/3 %. Le coût moyen pondéré du capital de l'entreprise est de 11 %. Le prix de vente prévisionnel d'une paire de lentilles est de 200. Le bénéfice est juste suffisant pour assurer la rémunération requise aux apporteurs de capitaux.

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

10101010 CorrigéCorrigéCorrigéCorrigé dededede l’exercicel’exercicel’exercicel’exercice 10.1110.1110.1110.11

1.1.1.1. VANVANVANVAN

   

NNNN

N+N+N+N+ IIII

 

NNNN ++++ 2222

NNNN ++++ 3333

 

NNNN ++++ 4444

 

NNNN ++++ 5555

NNNN ++++ 6666

 

NNNN ++++ 7777

NNNN ++++ 8888

Chiffre d'affaires marché public

 

35

000 000

35

000

000

35

00 000

35

000 000

35

00 000

35

000

000

35

000 000

35

000000

Chiffre d'affaires marché lentilles Chiffre d'affaires total

92

000 000

180

000 000

256

00 000

332

000 000

364

00 000

364

000 000

364

000 000

364

000000

 

127

000 000

215

000 000

291

00 000

367

000 000

399

00 000

399

000 000

399

000 000

399

000000

CHARGESCHARGESCHARGESCHARGES HORSHORSHORSHORS AMORTISSEMENTSAMORTISSEMENTSAMORTISSEMENTSAMORTISSEMENTS

                 

Consommations intermédiaires

53

340 000

86

000

000

110

58 000

135

790 000

143

64 000

143 640000

139

650 000

139

650000

Charges fixes de personnel

62

000 000

71

000

000

80

00 000

90000

000

 

90

00 000

88

000000

88

000 000

88

000000

Charges variables de personnel

12

700 000

21

500

000

26

19 000

33030

000

31

92 000

31

920000

27

930 000

27

930000

Autres charges fixes (hors amortissements)

7

000 000

7

000

000

6

00 000

6000

000

5

00 000

 

5

000000

4

000 000

4

000000

Autres charges variables

3

810 000

6

450

000

8

73 000

7340

000

7

98 000

7

980000

7

980 000

7

980000

AMORTISSEMENTS Résultat avant IS

15

650 000

18

588

000

16

40 000

21759

000

23

94 000

22

541000

20

353 000

21

759000

 

- 27 500 000

4 462

000

43

10 000

73081

000

 

96

51000

99

919000

I I I 087 000

109

681000

IS Résultats après IS

- 9

166 667

1 487

333

14

36 667

24360

333

32

17 000

33

306333

37

029 000

36

560333

 

- 18 333 333

2 974

667

28

73 333

48720

667

 

64

34000

66

612667

74

058 000

73

120667

Dotations aux amortissements CAF d'exploitation

15

650 000

18

588

000

16

40 000

21759

000

23

94 000

22

541000

20

353 000

21

759000

 

- 2

683 333

21

562

667

45

13 333

70479

667

 

88

28 000

89

153667

94

411 000

94

879667

Investissement

-140 000 000

- 30 000 000

0

- 30

00

000

- 20000 000

-

10

00 000

 

0

- 10 000 000

0

Valeur de cession

       

89

003000

Impôt sur les cessions

- 3

333333

Flux nets de liquidités

-

140

000

850 000

21

265

200

12

26 000

45

607 600

71

85 800

82

492

400

77

005 200

180

549334

Explications relatives au tableau :

ChiffreChiffreChiffreChiffre d'affairesd'affairesd'affairesd'affaires etetetet chargeschargeschargescharges :::: les données des calculs proviennent des annexes 3 et 4. Les charges variables sont déterminées par application d'un

AmortissementsAmortissementsAmortissementsAmortissements :::: l'annexe 2 donne le détail des calculs.

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

Impôt sur lesleslesles sociétéssociétéssociétéssociétés :::: le taux de 33 1/3 % est appliqué au résultat avant IS.

La première année, on a un déficit de 27 500 000 €. Il est imputé, conformément aux renseignements de l'annexe 4, sur les autres activités bénéficiaires de l'entreprise. On a

donc une économie d'impôt.

DépensesDépensesDépensesDépenses d'investissementd'investissementd'investissementd'investissement

FINFINFINFIN NNNN FINFINFINFIN NNNN ++++ IIII FINFINFINFIN NNNN ++++ 2222 FINFINFINFIN NNNN ++++ 3333 FINFINFINFIN
FINFINFINFIN NNNN
FINFINFINFIN NNNN ++++ IIII
FINFINFINFIN NNNN ++++ 2222
FINFINFINFIN NNNN ++++ 3333
FINFINFINFIN NNNN ++++ 4444
FINFINFINFIN NNNN ++++ 5555
FINFINFINFIN NNNN ++++ 6666
FINFINFINFIN NNNN ++++ 7777
FINFINFINFIN NNNN ++++ 8888
Terrains
Locaux administratifs
Locaux industriels
Aménagements
Autres investissements
Chaîne de production marchés publics
Chaîne I MOCN
Chaîne I Autres équipements
Chaîne 2 MOCN
Chaîne 2 Autres équipements
Chaîne 3 MOCN
20
000
000
10
000
000
25
000
000
15
000
000
10
000
000
15
800
000
20
000
000
20
000 000
24
200
000
I 0 000 000
10
000 000
20
000 000
10
000000
10
000 000
Chaîne 3 Autres équipements
20
000000
Total des dépenses d'investissement
140 000 000
30
000 000
0
30000 000
20
000 000
I 0 000 000
0
10
000 000
0
ValeurValeurValeurValeur dededede cescessioncescessionsionsion
FIN N + 8
Valeur vénale du terrain
30
00 000
Infrastructure : VNC
Chaînes de production : VNC
26
80 000
32
20 000
Total
89
00
000

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

ImpôtImpôtImpôtImpôt sursursursur lesleslesles cessionscessionscessionscessions

Terrain : (30 000 000 - 20 000 000) x 0,33 1/3 = 3 333 333.

ActualisationActualisationActualisationActualisation desdesdesdes fluxfluxfluxflux ddeddeee liquiditésliquiditésliquiditésliquidités

AnnéeAnnéeAnnéeAnnée NNNN NNNN ++++ IIII NNNN ++++ 2222 NNNN ++++3333 NNNN ++++ 4444 NNNN ++++
AnnéeAnnéeAnnéeAnnée
NNNN
NNNN ++++
IIII
NNNN ++++
2222
NNNN ++++3333
NNNN ++++ 4444
NNNN ++++ 5555
NNNN ++++
6666
NNNN ++++ 7777
NNNN ++++ 8888
TotalTotalTotalTotal ==== VANVANVANVAN
Flux nets de liquidités
Flux nets de liquidités actualisés
– 140 000
000
–32 683 333
21562 667
15 133333
50
479 667
78289 000
89
153 667
84
411 000
180 549
334
à 11 %, à l'époque 0
– 140 000
000 –29 444 444
17500 744
11 065363 33
252 520
46460 711 47
665 191 40
657
268
78
345
140 105 502 493

VAN à 11 % = 105 502 493 €.

Le projet est donc très rentable pour le coût du capital de 11 % et il peut être retenu.

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007

2.2.2.2.

TIRTIRTIRTIR etetetet délaidélaidélaidélai dededede récupérationrécupérationrécupérationrécupération

La VAN est nulle pour un taux de 20,98 %. Ce taux confirme que la rentabilité est très bonne. mais il signifie aussi que l'entreprise peut placer ses flux de trésorerie à ce taux, ce qui est peu vraisemblable.

Le délai de récupération du capital investi est obtenu à partir du tableau ci-dessous :

AnnéeAnnéeAnnéeAnnée

NNNN ++++ 1111

 

NNNN ++++ 2222

NNNN ++++ 3333

 

NNNN ++++ 4444

 

NNNN ++++ 5555

 

NNNN ++++ 6666

 

Flux de trésorerie

— 85 00021 265

 

200

12

26 000

45

60 600

71

58

80

82

49 400

Cumul des flux de trésorerie

— 68 333

I667

4

01 667

54

49 333

132

78

33

221

93 000

L'investissement initial de 140 000 000 est remboursé dans l'année N + 6, soit :

5 ans +

140 000 000 132

781 333

89153 667

12 = 5 ans et 29 jours.

Cet investissement est donc très rentable, mais aussi très risqué car le délai de récupération est long et, en six ans, bien des imprévus peuvent surgir.

3.3.3.3. PertinencePertinencePertinencePertinence dudududu critèrecritèrecritèrecritère dededede lalalala VANVANVANVAN

La VAN représente en principe l'excédent du profit réalisé sur le coût des capitaux investis. Ceci suppose que le taux d'actualisation des flux de liquidités soit égal au coût des capitaux. Une VAN positive signifie que l'investisseur sera remboursé de son investissement (principal et intérêts des capitaux investis) grâce aux flux de trésorerie générés.

4.4.4.4. PrisePrisePrisePrise enenenen comptecomptecomptecompte dudududu risquerisquerisquerisque

Le risque est pris en compte dans le calcul de la VAN car le coût du capital est d'autant plus élevé que l'activité de l'entreprise est risquée. La majoration du taux d'actualisation qui en résulte a pour effet de réduire la VAN.

Par ailleurs, la notion de risque est implicite dans le critère du délai de récupération. En effet, les recettes sont d'autant plus incertaines que leur date est lointaine. La récupération du capital investi est donc très aléatoire si elle n'est prévue qu'à une échéance éloignée. C'est pourquoi l'on considère que le risque d'un investissement croît avec le délai de récupération.

© Éditions Foucher – Collection Expertise Comptable 2007