Vous êtes sur la page 1sur 1

GEJ5 C178

Le chemin de la vraie foi

1. (Jean :) « L'authentique vraie foi ressemble, chez un homme qui commence à


croire, au moût de vin qui se forme dans une outre. Si c'est un vrai moût de vin, il se met
rapidement à fermenter, fermentation dans laquelle il rejette tout ce qui n'est pas tout à fait vin
en lui. Une fois débarrassé de tout ce qui n'était pas de son espèce, il devient un vin pur et
puissant qui, lorsqu'on le boit, vivifie tout, parce qu'il est lui-même en quelque sorte la vie.
Mais si tu mets dans l'outre quelque autre liquide, il ne fermentera pas, ou bien il se mettra
tout au plus à pourrir, entrant dans une décomposition puante qui finira par s'emparer de
l'outre elle-même et la détruira.
2. Et le cœur humain est pareil à cette outre, car la vérité le rend sans cesse plus vivant
et plus fort, mais le mensonge et la tromperie finissent par le tuer tout à fait, lui qui portait
pourtant la vie.
3. Si tu crois en Dieu dans ton cœur, tu L'aimeras, parce que tout dans ton cœur sera
pénétré d'amour. Et si tu aimes Dieu, la force suprême de Dieu envahira ton cœur, donc ta vie
même.
4. Et la force de Dieu n'est en rien limitée ; au contraire, elle pénètre l'infini tout entier.
Lorsque tu es ainsi uni à cette force divine, si quelque chose s'émeut au fond de toi-même, la
force divine en toi est aussitôt éveillée, et si elle veut quelque chose, cette chose arrivera
infailliblement.
5. Extérieurement, je suis sans doute un homme comme toi ; mais dans mon cœur, je
n'existe plus seulement pour moi-même, mais, à cause précisément de mon grand amour pour
Dieu, Sa force a élu domicile en mon cœur et s'est unie à mon amour. C'est cette force de
Dieu qui m'a permis de voir et de percevoir tout ce que vous aviez vécu au cours de vos
voyages, toi et tes compagnons. Tout est là !
6. Tu dois d'abord connaître Dieu, et un bon jugement te sera donné par surcroît. Mais
il ne faut pas s'en tenir à la seule raison. Lorsque tu comprends une chose, tu dois la faire
entrer au plus tôt dans ton cœur, c'est-à-dire dans ta vie, et par là la rendre vivante, et tu seras
alors assurément sur le bon chemin ! As-tu bien compris cela ? »
7. Aziona dit : « Je l'ai certes compris : mais que faire quand le cœur est déjà rempli de
tout un fatras de mensonges et d'erreurs ? Comment les en chasser d'abord ? »
8. Jean dit : « Contente-toi de recevoir la vérité, et elle fera son travail, même sans ta
contribution ! Quand tu vois les ténèbres du milieu de la nuit, tu peux aussi te demander avec
inquiétude comment le jour naissant pourra les faire reculer. Qui les chassera ? Pourtant, je te
le dis, ne te soucie pas de cela ! Que le soleil du jour arrive, et il viendra bientôt à bout des
plus épaisses ténèbres ! Et comme Dieu agit dans la grande nature extérieure des mondes, de
même Il agit par le soleil vivant de Sa grâce dans les cœurs humains. Comprends-tu cela ?
9. Aziona : « Oui, je le comprends à présent ; mais permets-moi d'aller trouver
quelques-uns de mes voisins, afin de leur dire ce que j'ai appris ici ! »
10. Là-dessus, notre Aziona s'en fut très vite, et, appelant à grands cris ses voisins, les
rassembla tous et leur conta par le menu tout ce qu'il avait appris, vu et entendu.