Vous êtes sur la page 1sur 40
Monsieur Jean-François Bayart L'analyse des situations autoritaires : étude bibliographique In: Revue française de

L'analyse des situations autoritaires : étude bibliographique

In: Revue française de science politique, 26e année, n°3, 1976. pp. 483-520.

Citer ce document / Cite this document :

Bayart Jean-François. L'analyse des situations autoritaires : étude bibliographique. In: Revue française de science politique, 26e année, n°3, 1976. pp. 483-520.

: 10.3406/rfsp.1976.393670 http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1976_num_26_3_393670

Résumé L'ANALYSE DES SITUATIONS AUTORITAIRES : ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE JEAN-FRANÇOIS BAYART L'absence de bibliographie de synthèse relative aux « autoritarismes » incite à inventorier et à évaluer les principaux modes d'appréhension de ces régimes à partir d'une centaine d'ouvrages choisis pour leur qualité monographique, leur intérêt comparatif ou leur contribution méthodologique. On peut différencier ces travaux selon trois critères majeurs : l'orientation politique et idéologique sous-jacente, l'approche utilisée, le site d'analyse retenu. Il apparaît alors que le niveau théorique et méthodologique des travaux disponibles est souvent médiocre, que peu d'entre eux étudient les régimes autoritaires en tant que tels et que les échanges scientifiques entre spécialistes des diverses aires géographiques et culturelles sont restreints. Ces constatations appellent un effort méthodologique renouvelé et adapté à une meilleure compréhension des situations autoritaires, dans une perspective comparative. [Revue française de science politique XXVI (3), juin 1976, pp. 483-520.] AN ANALYSIS OF AUTHORITARIAN SITUATIONS BIBLIOGRAPHIC STUDY JEAN-FRAN OIS BAYART The lack of consolidated bibliography on authoritarian situations provides the incentive to catalogue and evaluate the main methods of understanding these regimes on the basis of some hundred works chosen for their quality as mono graphs their comparative worth or their contribution as regards methodology These works can be distinguished by means of three major criteria the under lying political and ideological orientation the approach used and the area of analysis adopted It transpires in fact that the theoretical and methodological level of the works available is in many cases mediocre that few of them investi gate authoritarian regimes as such and that scientific exchanges between specia lists from various geographic and cultural areas are limited These findings illustrate the need for comparative purposes for new methodology appropriate to better understanding of authoritarian situations Revue fran aise de science politique XXVI 3) juin 1976 pp 483-520.

Abstract AN ANALYSIS OF AUTHORITARIAN SITUATIONS : A BIBLIOGRAPHIC STUDY, by JEAN- FRANÇOIS BAYART The lack of a consolidated bibliography on authoritarian situations provides the incentive to catalogue and evaluate the main methods of understanding these regimes on the basis of some hundred works chosen for their quality as monographs, their comparative worth or their contribution as regards methodology. These works can be distinguished by means of three major criteria : the underlying political and ideological orientation, the approach used and the area of analysis adopted. It transpires in fact that the theoretical and methodological level of the works available is in many cases mediocre, that few of them investigate authoritarian regimes as such and that scientific exchanges between specialists from various geographic and cultural areas are limited. These findings illustrate the need, for comparative purposes, for a new methodology appropriate to a better understanding of authoritarian situations. [Revue française de science politique XXVI (3), juin 1976, pp. 483-520.]

understanding of authoritarian situations. [Revue française de science politique XXVI (3), juin 1976, pp. 483-520.]

L'ANALYSE DES SITUATIONS AUTORITAIRES étude bibliographique*

JEAN-FRANÇOIS BAYART

Le politiste qu'intéressent les « autoritarismes » se heurte à une

première difficulté : il ne dispose d'aucune bibliographie de synthèse pour lui indiquer les principales études générales ou monographiques

il

s'agit, dans les pages qui suivent, d'esquisser un premier pas dans cette direction en inventoriant et en évaluant les principaux modes d'appré hension de ces régimes et situations autoritaires autour d'une centaine d'ouvrages, retenus pour leur qualité monographique, leur intérêt comparatif ou leur contribution méthodologique. Travail d'approche, cette note bibliographique utilise à peu près indifféremment les notions « d'autoritarisme », de « régime » et de « s ituation autoritaire », les entend dans leur sens commun en dépit de leur ambiguïté, et élargit son propos à l'ensemble des phénomènes les plus immédiatement contemporains habituellement qualifiés d'autoritaires. Elle tente, par ailleurs, de faciliter les échanges scientifiques dans une perspect ivecomparative : elle ne s'adresse pas aux experts des différentes aires culturelles en tant que tels, mais signale aux uns et aux autres un ensemble de travaux qui, tout en échappant à leur spécialisation géographique, pourraient néanmoins les servir dans leurs investigations. Aussi avons- nous souvent préféré mentionner des études moins connues que d'autres mais plus révélatrices de la dynamique politique du champ considéré et stimulantes du point de vue de la méthodologie comparative. Afin de favoriser certains rapprochements et de susciter la réflexion

qui relèvent de ce thème. Sans prétendre remédier à cette lacune,

* Cette étude fait partie d'un ensemble de recherches entreprises sur les régimes autoritaires. Elle est complémentaire des contributions de Guy Hermet, Denis Martin et Alain Rouquié, parues dans le numéro 6, décembre 1975 de cette même Revue, sous le titre: «Pour l'analyse des systèmes autoritaires», pp. 1029-1111.

483

Jean-François Bayart

critique, nous différencions la production scientifique relative aux situa tions autoritaires selon trois critères majeurs : l'orientation politique et idéologique sous-jacente aux études disponibles ; l'approche utilisée par celles-ci et le site d'analyse qu'elles retiennent l.

Orientations et approches

Idéologiquement et politiquement, la science n'est pas neutre. Elle reflète — et contribue à constituer — un ordre social particulier. La remarque est surtout valable pour la science politique, au sein de laquelle différents courants épousent des pratiques, des valeurs et des intérêts divergents. Les clivages entre orientations de recherche s'affirment d'autant plus que le champ d'étude évoqué au cours de ces pages est aussi, depuis plus de deux siècles, un champ privilégié d'engagement et de passion politiques.

La vision « développementaliste »

Dans une certaine mesure, la notion de développement politique ne se réduit à aucun courant scientifique particulier. Chacun à leur manière, de nombreux auteurs libéraux, structuro-fonctionnalistes, marxistes ou autres s'accordent à placer les divers types de régimes sur un continuum d'évolution : l'autoritarisme est alors généralement présenté comme une

formule politique pathologique, seconde et temporaire. L'originalité, et l'un des apports majeurs de Barrington Moore (16), furent précisément d'établir la spécificité historique de la « démocratie », de la « révolution » et de la « dictature », et le caractère « normal » sinon achevé, de l'Etat autoritaire. Point de vue que partagent désormais, plus ou moins nette

ment,

(12, 13, 121), A. Touraine (19, 53), P.C. Schmitter

G. Hermet (17, 125) ou, depuis peu, H.J. Wiarda (20). L'usage nous conduit cependant à réserver l'étiquette « développe mentaliste » à l'école de ce nom, qui rattache explicitement les régimes autoritaires à des stades d'évolution sur la voie de la modernité — pro-

des auteurs d'obédiences aussi divergentes que N. Poulantzas

(18, 62, 63, 133),

1. Notre sélection (pp. 511-520) comprend 133 titres, identifiés et analysés au cours d'une recherche bibliographique de près de deux ans — recherche qui avait pour objet les différents aspects des situations autoritaires et dépassait notablement le cadre de cet article. Nous n'avons malheureusement pas pu tenir compte des travaux disponibles en des langues autres que le français, l'anglais et l'allemand — ce qui limite la portée de nos développements. Outre les ouvrages généraux et/ou théoriques, notre sélection

comprend des

centrale et certains

Tout choix est cruel, et nous avons dû laisser dans l'ombre bien des travaux de qualité.

Que le lecteur (et les auteurs

études

relatives

à

:

1.

l'Afrique noire ;

2. l'Amérique latine ;

Sud-est ;

5. l'Europe

3.

l'Asie

pays

arabes ; 4. l'Asie du Sud

)

et du

du Sud.

veuillent bien ne pas nous en tenir rigueur.

484

L'analyse des situations autoritaires

cessus au cours duquel ils répondent à diverses conditions et exigences fonctionnelles et dont ils constituent un moment propre.

et « l'oligarchie moder-

nisatrice » sont définies comme des substituts du modèle universel de la

« démocratie politique », rendus inévitables par l'insuffisante maturité de

proche

H.J. Wiarda (54) quand il suggère, à l'exemple de J. Linz (15), que la dictature de Trujillo exprimait le passage de la tradition à la modernité et

que ce type de régime naît de la rupture de l'ordre ancien, avant qu'une

nouvelle légitimité ne s'établisse solidement. De même, S.P. Huntington (5)

prend comme point de

ment» et voit dans les « prétorianismes » le produit de la « politisation

Chez

E.

Shils (8), la « démocratie tutélaire »

« l'infrastructure » des sociétés concernées. Affirmation dont est

départ

« non la

forme

mais le degré de gouverne

générale des forces sociales et des institutions », due à l'absence d'autonomie,

de complexité, de

politique. A.F.K. Organski (7), quant à lui, différencie les autoritarismes selon la tâche primordiale spécifique qui s'impose à l'Etat à chacun des

quatre grands stades du développement : la dictature de Trujillo relève de la politique d'unification primitive, les régimes « syncrétiques » de la politique d'industrialisation, le nazisme de la politique de « bien-être natio nal». D'une façon comparable, la distinction qu'effectuent G.A. Almond et G.B. Powell (1) entre autoritarisme conservateur, autoritarisme moderni- sateur et autoritarisme de pré-mobilisation se déroule sur une échelle du développement. Enfin, D. Apter (2) renouvelle quelque peu ce courant en estimant que l'effet du gouvernement sur la forme de développement offre le principal critère d'évaluation des systèmes politiques dans les Etats nouveaux. A ses yeux, les « systèmes bureaucratiques » résolvent la contra diction entre deux types idéaux qu'il avait définis dans des travaux anté

cohérence et de capacité

d'adaptation de la sphère

rieurs

:

le

« système

de

réconciliation »

(c'est-à-dire, grosso

modo,

le

système libéral, peu apte à promouvoir la modernisation mais conforme à l'embourgeoisement qui marque les dernières étapes de celle-ci) et le

« système de mobilisation » (autrement dit, le système de forte participation politique, imposée et conforme, qui est fonctionnel du point de vue du développement mais reste difficile à instaurer).

L'orientation « développementaliste » est sous-jacente à quelques- unes des meilleures études que comprend notre sélection bibliographique.

Mais, dans son interprétation des régimes autoritaires, elle se heurte à certains « goulots d'étranglement ». Rattacher les autoritarismes à des niveaux de développement parti

culiers

Organski (7) est très clair sur ce point. S.P. Huntington (5, 6), qui semble accorder plus d'attention aux possibilités de maintien des régimes de parti unique, réserve en fait cette hypothèse aux seuls partis « révo

lutionnaires

revient à postuler leur caractère transitoire et temporaire. A.F.K.

» et continue d'opposer développement politique et autori-

485

Jean-François Bayart

tarisme, institutionalisation et « société prétorienne ». Or, d'autres auteurs sont au contraire impressionnés par la remarquable prégnance de cer

taines

P.C. Schmitter (62 et 63) souligne, par exemple, l'extraordinaire ténacité des structures interdépendantes qui constituent le « système » brésilien (o sistema) ; approuvé par A.C. Stepan (66), il voit dans l'actuel régime militaire une tentative de sauver ce « système » menacé de dégénérescence et de le purger d'une manière durable de ses contradictions, tandis que T.E. Skidmore (61) réduisait le coup d'Etat de 1964 à une crise conjonct urellede participation. Dans une contribution ultérieure (67), ce dernier reconnaîtra son erreur et, s'alignant sur le point de vue de P.C. Schmitter, mettra en valeur la continuité institutionnelle de VEstado novo au régime militaire.

situations autoritaires (20, 44, 78, 79, 81, 91, 93, 109, 116, 119).

D'autre part, l'école « développementaliste » porte en elle les germes

la « modernité »

d'une vision dichotomique de la « tradition »

et

de

(1, 3, 5, 7). Le postulat d'une société dualiste obscurcit la relation essent ielle d'interdépendance entre les deux secteurs (pour autant qu'on puisse les analyser comme des entités distinctes). Assez tôt, des praticiens de l'approche « développementaliste », spécialistes de l'Asie pour la plupart,

ont remis en cause un dualisme aussi

loppement

simpliste et ont défini le

déve

le

politique non

plus comme la victoire du moderne sur

traditionnel, mais comme un processus d'accommodation entre l'un et l'autre (115, 118). Il faudrait ajouter à ces travaux, ceux de J.H. Badgley et R. Kothari, qui ne figurent pas dans notre sélection bibliographique. Ce type de critique et de révision demeure d'une portée limitée. Ainsi que le laisse à penser l'intéressante tentative de A.R. Zolberg (43), c'est le principe même d'une vision dualiste de la société que l'on doit récuser. En distinguant analytiquement deux secteurs au sein des systèmes politiques africains, et bien qu'il parle à leur propos de « société syncré- tique », l'auteur reste prisonnier des termes « moderne » et « résiduel » qu'il utilise et, par son imprécision, réduit cette « société syncrétique » à la simple juxtaposition d'un double réseau de structures. Critiques que formule C. Coulon (27), mais auxquelles il n'échappe pas complètement en parlant de « secteur politique central » et de « secteur politique pér iphérique ». En fait, la société, dans son fonctionnement, doit être pensée comme une unité et, en dépit des apparences, le soi-disant « traditionnel » ne peut plus être analysé indépendamment du « moderne », dont il n'est

souvent plus qu'un appendice fonctionnel, réifié et détourné de sa signi fication primitive. Telle est la conclusion qu'imposent, par des voies diverses et chacun à leur manière, les études des latino-américanistes qui mettent en évidence l'osmose partielle entre l'élite agraire et l'élite

486

L'analyse des situations autoritaires

industrielle (11, 50, 59, 70, 76), les travaux de S. Amin (9

l'articulation des différents modes de production au sein des formations périphériques, l'essai de B.H. Lévy (113) sur le « féodo-capitalisme d'Etat » pakistanais, ou bien encore les analyses, d'autant plus convain cantesqu'elles sont plus limitées dans leurs ambitions, de M. Kilson (31) sur les chefs « traditionnels » en Sierra-Leone, de G. Althabe sur

et

10)

sur

la parenté au Zaïre (22), de J.A. Bill sur le système dawrah en Iran (91).

au

A

vrai

dire, les

termes

de « traditionnel »

et

de

« moderne »,

même titre que celui de développement politique, ne signifient rien en eux-mêmes et reproduisent l'idéologie dominante d'un système social particulier, faute de dégager clairement les réalités économiques, poli tiques et culturelles qu'ils prétendent désigner. Or, dans de nombreux ouvrages d'inspiration « développementaliste », cette vision dichotomique des systèmes sociaux est sous-jacente à la présentation des régimes autor itaires, déclarés modernisateurs : elle obscurcit considérablement le débat sur la nature et l'orientation de ceux-ci, notamment en inhibant toute problématique de la modernisation conservatrice (66, 94) et amène la plupart de ses praticiens à intérioriser la rationalité politique et écono mique de leur objet d'analyse.

L'interprétation marxiste

L'approche marxiste constitue le second grand courant d'étude des régimes autoritaires. Elle prend comme point de départ les textes de Engels et Marx sur le bonapartisme, avant tout le Dix-huit Brumaire de ce dernier. Remarquons immédiatement avec N. Poulantzas (12, pp. 281-

282) que Marx et Engels pensent le bonapartisme, à la fois, en tant que phénomène historique concret et en tant que caractéristique constitutive du type capitaliste d'Etat. Peu d'auteurs démêlent ces deux lectures pos

sibles,

et le césarisme) s'en trouve singulièrement embrouillé. L'interprétation marxiste des régimes autoritaires s'incarne en une problématique de l'autonomisation de l'Etat.

Marx et Engels voient dans l'autonomie relative de l'Etat bonapartiste, considéré comme « religion de la bourgeoisie », un trait constitutif du type d'Etat capitaliste, par référence à une situation d'équilibre entre les forces sociales en lutte (ce qui les conduit parfois à assimiler Etat absolutiste, bismarckisme et bonapartisme). Gramsci, quant à lui, dans ses Note sul Machiavelli, fait du bonapartisme une forme particulière de césarisme ; il rapporte celui-ci, en tant que phénomène politique spécifique, non pas à un équilibre général des forces sociales en présence, mais à un « équilibre catastrophique » entre les deux classes fondamentales antagonistes (Marx évoquait également un équilibre particulier à propos du bonapartisme fran-

et le débat sur le bonapartisme (mais aussi sur le bismarckisme

487

Jean-François Bayart

çais, en remarquant que « la classe bourgeoise avait déjà perdu, la classe ouvrière n'avait pas encore acquis la faculté de diriger la nation »), ou encore à un équilibre non catastrophique entre deux groupes qui, « bien qu'étant distincts et opposés, ne l'étaient pas au point de ne pouvoir absolument pas arriver à une fusion et à une assimilation réciproque à la suite d'un processus moléculaire » (exemple de l'antagonisme entre la bourgeoisie et l'aristocratie foncière). Le théoricien italien, d'autre part, est amené à établir une distinction entre césarisme régressif et césarisme progressif, selon que le compromis césariste favorise la classe conservatrice ou la classe progressiste, et à remarquer qu'au césarisme de « l'homme provident iel» tend à se substituer le « césarisme sans César », plus policier, institu tionnalisé et sécularisé, dont les gouvernements de coalition, les fronts nationaux, les juntes ou les partis uniques peuvent offrir des exemples.

Révisant à la fois les interprétations de Marx et Engels et de Gramsci,

N. Poulantzas relie l'autonomie relative de l'Etat bonapartiste français à

son appartenance au type capitaliste d'Etat : «(

)

Cette autonomie, ins

crite comme possibilité dans le jeu institutionnel de l'Etat capitaliste et dont les variations et les modalités de réalisation dépendent de la conjonc tureconcrète des forces sociales, ne peut être réduite ni au schéma général d'équilibre de ces forces ni à celui, catastrophique, qui sous-tend le phénomène particulier du césarisme » mais « n'élimine pas la possi bilité de fonctionnement, dans une forme historique de ce type, de l'aut onomie due à l'équilibre, général ou catastrophique, des forces en pré sence » (12, p. 285). L'auteur invite à distinguer ces modes d'autonomie relative qui, dans une forme concrète de l'Etat capitaliste, peuvent être conjugués, ou se révéler contradictoires. Cependant, cette notion d'aut onomie de l'Etat ne doit pas conduire à considérer le rapport des classes sociales à cet Etat comme une relation d'extériorité. Les contradictions de classe s'expriment toujours et de façon spécifique comme contradictions internes de l'Etat, et le poids des classes subordonnées se fait sentir au sein même d'appareils d'Etat doués d'une autonomie particulière (121, pp. 83-85). La situation économique du « Tiers Monde » et, d'une manière de plus en plus évidente, celle de l'Europe appelaient un autre type de révi sion de la théorie marxiste. Pour la théorie de la dépendance, qui ne saurait se restreindre aux Etats « sous-développés » (55, 121), « la lutte des classes ne se déroule pas dans des cadres nationaux mais dans le cadre du système mondial » (10, p. 316). Les régimes autoritaires doivent donc être replacés dans ce contexte et situés par rapport à l'ensemble des

formations capitalistes, centrales ou périphériques (9, 10, 11, 13, 14,

55,

interne à ce système capitaliste mondial : le mode de production capi-

faut d'autre part tenir compte d'une évolution

57,

58,

59, 80).

Il

488

L'analyse des situations autoritaires

taliste domine désormais les formations périphériques non plus simple mentpar la reproduction d'un rapport de dépendance externe, mais se reproduit sous une forme spécifique en leur propre sein, et cette « repro duction intériorisée et induite » du MPC s'étend au domaine de leurs appareils d'Etat institutionnels et idéologiques (13, ch. I).

Sur cette toile de fond théorique, H. Alavi (103) reconsidère, à partir des cas du Pakistan, du Bangla Desh et de l'Indonésie, la problématique de l'autonomisation de l'Etat. Selon lui, l'armée et la bureaucratie, dans les sociétés post-coloniales, ne peuvent être définies comme les instruments d'une seule classe, ainsi que le suggère la théorie marxiste classique, mais simultanément comme une force de médiation entre les intérêts concurr entsde la bourgeoisie métropolitaine, de la bourgeoisie autochtone et des propriétaires fonciers ; et une force de préservation du mode de production

capitaliste

H. Alavi n'est véritablement originale que dans le cadre de la production théorique anglophone : Gramsci, L. Althusser, N. Poulantzas (12) et les théoriciens de la dépendance ouvraient largement la porte à de tels déve loppements. Leurs propositions conceptuelles permettent même d'éviter deux écueils auxquels n'échappe pas H. Alavi. D'une part, ce dernier a tendance à sous-évaluer l'unité interne de l'ensemble des classes dominantes. De l'autre (mais il s'agit en fait du même problème), il reste prisonnier de la notion

au service commun de ces trois classes. A

vrai dire,

la

thèse de

d'arbitrage entre les forces sociales en présence, qui caractérise la démarche

de Engels ;

ou fraction

hégémonique » (12, p. 326) et son rôle de formation des classes sociales et d'une société civile autonome.

Le courant marxiste, dans son interprétation globale des régimes autoritaires, se heurte à quelques-uns des obstacles qui gênent la démarche « développementaliste ». En premier lieu, le dogmatisme et l'ethnocen- trisme le guettent également : de nombreuses contributions au ton martial

d'unité politique du bloc au pouvoir sous l'égide de la classe

il oblitère

de

la

sorte le

rôle de FEtat

en tant

que

« facteur

et militant ont vite fait de qualifier un régime de « fasciste », une classe de « bourgeoise » et une situation de « néo-coloniale ». A l'instar de leurs collègues libéraux, les chercheurs marxistes ou marxisants, tout en cr

itiquant

le concept de sous-développement (9, 10, 11), sont souvent in

capables

de concevoir un modèle de développement original et de se

dégager de la rationalité hégémonique qu'ils dénoncent (14, 23, 88). En outre, les écoles d'inspiration marxiste ont, elles aussi, tendance à ne voir dans les régimes autoritaires que des phénomènes de transition, succédant à une phase de démocratie bourgeoise, précédant un retour à celle-ci ou une victoire des forces révolutionnaires : l'accent est le plus souvent mis, par une tradition héritée de la IIP Internationale, sur les contradictions économiques internes aux autoritarismes, qui signeraient

489

Jean-François Bayart

leur arrêt de mort à terme (11,

14, 23,

32, 57,

76,

107, etc.). Pourtant,

des travaux d'économie politique classique comme ceux de S.A. Morley

et G.W. Smith {in 67) ou de C.W. Anderson (122) semblent prouver que certains régimes autoritaires sont susceptibles d'assurer une crois

sance

F.H. Cardoso (55) et N. Poulantzas (121) invitent à ne pas confondre dictature et obscurantisme économique, dépendance et stagnation, et à ne pas escompter d'une manière systématique un effondrement interne des autoritarismes. Enfin, dans la plupart des cas, les interprétations marxistes présentent les régimes autoritaires comme caractéristiques du capitalisme installé. En tant que phénomène historique concret, le bonapartisme français s'impose d'ailleurs dans une formation sociale à dominance déjà consolidée du mode de production capitaliste, et relève de la phase de reproduction élargie de ce dernier. Or, remarque P.C. Schmitter (63) à propos du

Brésil, l'autoritarisme peut être un processus d'installation du capitalisme — conclusion que confirment assez largement et d'un point de vue

marxiste R.D. de las Casas (59)

et F.H. Cardoso (55). En effet, bien

que Engels et, parfois, Marx, ne soient pas toujours eux-mêmes aussi clairs sur ce point qu'il serait souhaitable, ces critiques que l'on peut

adresser à l'encontre de l'approche marxiste mettent en cause les travaux d'application disponibles, plus que la théorie elle-même. Le bismarckisme offre un modèle d'Etat autoritaire permettant à la bourgeoisie de consol ider sa domination économique naissante et de l'ériger en domination politique, cas particulier d'autonomie de l'Etat que Marx et Engels

appréciable et cohérente ; de leur côté, dans une optique marxiste,

qualifient de

« révolution d'en

haut »,

qui ne

saurait être assimilé au

bonapartisme, mais que l'on pourrait rapprocher du Risorgimento italien tel que l'analyse Gramsci. Et, à un niveau d'abstraction plus élevé, les concepts de « statolâtrie » et de « révolution passive » (chez Gramsci) ou d'Etat capitaliste (chez N. Poulantzas) autoriseraient à rendre compte de l'activité fondatrice des autoritarismes. Il faut néanmoins reconnaître que l'utilité de ces distinguos historiques et théoriques est demeurée jusqu'à présent essentiellement virtuelle.

Positions hétérodoxes

Les limites et les réductions idéologiques propres à la fois à l'orien tation marxiste et au courant « développementaliste », ont incité certains auteurs à s'inscrire en marge de toute orthodoxie. De plus, c'est précis émentdans ces eaux que sont menés les efforts théoriques et méthodol ogiques spécifiquement consacrés à l'étude des situations autoritaires. Le point de départ de ces entreprises varie : réflexion théorique d'ordre

490

L'analyse des situations autoritaires

politique, sociologique chez Alain Touraine (19), ou économique chez

H. Jaguaribe (14), C. Furtado (57), ou beaucoup plus fréquemment, systématisation empirique de formes concrètes d'autoritarismes à partir d'une recherche historique comparative, avec l'exemple de l'ouvrage fondamental de Barrington Moore (16) ou d'une analyse politicologique contemporaine comme chez J. Linz (15, 60, 126, 127), H.J. Wiarda (20), C.W. Anderson (44, 122), A. Touraine (53), P.C. Schmitter (18,

62, 63, 133), G. Hermet (17, 125), A. Rouquié (51).

de ces auteurs indépendants, il convient en premier lieu d'identifier et de définir empiriquement les régimes et les situations autoritaires.

En effet, à ce niveau plus qu'à d'autres, la philosophie politique s'insinue dans la réflexion scientifique : les critères de détermination demeurent le plus souvent très flous, même si les différents courants de la science politique, au-delà de leurs divergences de principe, s'accordent presque tous, dans la pratique, à isoler des situations autoritaires et à les discr

iminer à la fois des démocraties libérales,

national-socialiste et des socialismes de facture stalinienne. Deux axes de différenciation se dégagent, qui fréquemment coexistent. Une pre mière solution consiste à reconnaître l'autoritarisme sur la base de ses caractéristiques internes. La principale tentative de ce genre est naturel lement celle de J. Linz (15), reprise et parfois amendée par de nombreux auteurs de diverses obédiences (dont G. A. Almond et G.B. Powell (1), HJ. Wiarda (54), P.C. Schmitter (62), R.M. Schneider (64), G. Her met (17, 125), T.A. Couloumbis (128)).

Pour la plupart

des totalitarismes du type

Soucieux d'affirmer l'irréductibilité des régimes autoritaires

afin

de

définit

comme « des systèmes politiques permettant l'expression d'un pluralisme limité et non responsable ; dépourvu d'idéologie élaborée et directrice (mais fondée sur un type distinct de mentalité) ; ne pratiquant pas une mobilisation politique intensive ou extensive (si l'on excepte certaines phases de leur développement) ; et dans lesquels un leader ou, occasionnellement, un groupe restreint, exerce le pouvoir dans des limites mal définies mais néanmoins discernables » (15, p. 297).

permettre

leur étude systématique

et

comparative,

J.

Linz

les

Une seconde manière de démontrer la singularité des situations auto et, éventuellement, de dresser des sous-classifications, fait appel

aux facteurs de l'environnement des systèmes politiques, à l'instar par exemple de H. Jaguaribe (14) et de Barrington Moore (16). Aussi bien, les deux méthodes ne sont-elles pas exclusives l'une de l'autre et la plupart des auteurs s'y adressent-ils simultanément, se contentant de mettre l'ac cent sur l'une des deux. Ce qui est peut-être plus important et nouveau, c'est la volonté de certains de n'en sous-estimer aucune et d'extraire

ritaires

491

Jean-François Bayart

la double spécificité des autoritarismes, à la fois « externe » et « interne » — dans cette perspective, les récentes propositions théoriques de A. Tou- raine (19) sont fondamentales — ou encore de récuser partiellement ces dilemmes taxonomiques afin de privilégier la mise sur pied d'une stratégie de recherche opératoire. C'est ce dernier point de vue que défendent P.C. Schmitter (18, 62, 63, 133) et G. Hermet, D. Martin, A. Rouquié (17 et « Pour l'analyse des systèmes autoritaires », Revue française de science politique XXV (6), décembre 1975, pp. 1029-1111). Bien que ces auteurs indépendants partent d'une critique scienti fique des orientations marxiste, libérale et « développementaliste » et s'affichent comme idéologiquement neutres, ils ne se détachent pas tou jours complètement de celles-ci dans leur démarche. La distinction qu'établit Barrington Moore (16) entre les voies démocratique-libérale, capitaliste-réactionnaire et communiste-révolutionnaire, par exemple, r ecoupe partiellement les typologies ternaires d'inspiration libérale. Et cet auteur retrouve, par des chemins parfois comparables, la problématique, déjà développée par le marxisme, de l'autonomisation de l'Etat et de la « Révolution par le haut ». L'originalité de Barrington Moore consiste à préciser l'irréductibilité historique de chacune de ces trois voies de modernisation. Il se heurte pourtant aux obstacles que les autres écoles ont rencontrés avant lui : en ne voyant dans les régimes autoritaires que des formes de transition menant au fascisme, il limite la portée de son modèle, comme le fait remarquer P.C. Schmitter à propos du Brésil (62, pp. 387 et sv.). J. Linz (15), de son côté, est très proche du courant « développementaliste », lorsqu'il situe les régimes autoritaires au point de rupture des systèmes traditionnels et nous avons vu que HJ. Wiarda (54) avait repris sans peine cette assertion au sujet de la dictature Trujillo, en lui donnant une coloration purement « développementaliste ». Inversement, H. Jaguaribe (14) s'intègre plus volontiers au courant marxiste en associant une démarche infrastructurelle passablement rigide à une interprétation économiste du bismarckisme. Et A. Touraine (19, 53), qui de son propre aveu s'efforce surtout de « compléter l'analyse marxiste du système capitaliste pour l'adapter à l'étude des sociétés ( ) pénétrées par le système capitaliste» (53, p. 115), repense pour l'essent ielles thèmes avancés par celle-là. D'une manière réciproque, on remarquera que certains « orthodoxes », tels N. Poulantzas (121), F.H. Cardoso (55), D.E. Apter (2), ne sont pas loin de reconnaître l'irréductibilité des autoritarismes et poursuivent des réflexions parallèles à celles des « hétérodoxes ». L'orientation sous- jacente à la démarche méthodologique ne saurait donc, en définitive, constituer un critère de différenciation suffisant de la production scienti-

492

L'analyse des situations autoritaires

fique relative aux autoritarismes. Il convient également de faire appel aux types d'approches utilisées.

Les types d'approches

Les entreprises méthodologiques spécifiquement consacrées à l'étude

des situations autoritaires sont l'exception. Si l'on met entre parenthèses

les contributions de P.C. Schmitter (62, 63)

l'article figurant dans le numéro de décembre 1975 de la Revue française de science politique), il s'agit généralement de tentatives qui visent à définir des types idéaux d'autoritarismes plutôt que des méthodes d'ana lyseet des stratégies de recherche particulières : tel est notamment le cas des études de référence de B. Moore (16), J. Linz (15) et H. Jaguaribe

et de

G.

Hermet (17 et

(14).

Mais la plupart des travaux ayant trait à nos préoccupations ressor- tissent à la pure recherche empirique ou à différentes écoles méthodol ogiques générales, telles que l'école structuro-fonctionnaliste, le marxisme, l'approche « culturaliste », etc. D'autre part, rares sont les ouvrages qui ne se bornent pas à « consommer » académiquement les modèles et les grilles conceptuelles et s'appliquent au contraire à les employer d'une façon heuristique et à les enrichir. Au-delà de ces remarques générales, on peut distinguer deux modes d'approche des situations autoritaires, en insistant immédiatement sur l'arbitraire et les limites de cette classification : 1. l'analyse interne qui postule, théoriquement ou à un plan opératoire, que les phénomènes politiques peuvent être compris, fût-ce partiellement, sans référence à leur environnement pour les interpréter dans leur autonomie ; 2. l'a pproche externe qui, plus ou moins explicitement, voit dans le politique le reflet, directe ou médiatisé, de l'environnement économique, social, culturel et/ou international, et l'étudié en conséquence à la lumière de celui-ci.

Les approches internes

La part de l'analyse empirique est plus importante dans l'interprétation interne des phénomènes politiques que dans les approches externes. Dans ce premier ensemble, quatre modes d'appréhension, parfois confondus, se détachent plus spécialement : l'application directe d'un type idéal « interne » à une situation autoritaire particulière (utilisation du modèle de J. Linz (15) par T.A. Couloumbis (128), par exemple) ; l'étude des criptive des catégories dirigeantes et de leurs relations (24, 85, 86, 100,

493

Jean-François Bayart

108) ou de la physiologie du régime (54, 119, 123) ; la présentation de

l'évolution chronologique de celui-ci sous forme de récit explicatif (42,

56, 61, 64, 104,

du jeu » internes aux systèmes politiques (31,

93, 96, 115, 116, 118, 119 et peut-être, principalement, 44 et 46). L'analyse structuro-fonctionnaliste et systémique, au sens strict, n'a fourni de cadre conceptuel direct qu'à un nombre restreint de travaux.

108, 109, 112) ; l'exposé de la « logique » et des « règles

71,

75,

79,

81,

90,

91,

Parmi les plus marquants de ceux-ci, citons les contributions de :

L.

Rudebeck (89), qui modifie légèrement le cadre conceptuel élaboré par G.A. Almond et J.S. Coleman afin d'évaluer la contribution du parti

unique tunisien à l'exercice des fonctions de socialisation, de recrutement, de communication, d'application des décisions, d'articulation et d'agrégation des intérêts ; le numéro collectif de la Revue française de science politique (17) consacré aux organisations religieuses comme forces politiques de substi tution dans les situations autoritaires, qui a également recours à une analyse fonctionnelle de facture classique ; W.R. Johnson (30), qui conserve l'orien tation structuro-fonctionnaliste mais développe son propre appareil concept uelpour évaluer l'intégration politique poursuivie par le régime camerounais ; J.A. Fernandez (73), qui présente en termes eastoniens et almondistes la conversion, par le système administratif mexicain, des exi gences en outputs ; R. Luckham (33), qui étudie l'organisation militaire nigé- rianne en tant que système social échangeant des flux avec son environne ment; G. Hermet (125), qui dégage la contribution fonctionnelle du Parti communiste espagnol au système politique établi ; C.A. Astiz (78) qui réalise une synthèse entre les concepts de G.A. Almond et G.B. Powell et de D. Easton, d'une part, la démarche infrastructurelle, d'autre part ; A. von Lazar (47), enfin, dont l'article fondamental sur les processus de « dé

compression

» en régime militaire suit implicitement les lignes de force

de l'analyse systémique eastonienne.

Le plus souvent, c'est simplement une direction de recherche et de concepts que procure l'analyse structuro-fonctionnaliste : sous une forme latente et à des degrés divers, elle imprègne la majeure partie des études citées dans notre sélection bibliographique. Peut-être est-ce précisément

certaines insuffisances en tant

qu'approche des régimes autoritaires. En premier lieu, elle participe

de

trop intimement des carences du courant « développementaliste »

la science politique. Au plan de la recherche appliquée, les conséquences de son inféodation à cette orientation idéologique sont décisives. Bien

la

célèbre introduction de G.A. Almond (m G.A. Almond, J.S. Coleman, eds, The Politics of the Developing Areas, Princeton University Press, 1960) et aux considérations méthodologiques de R.K. Merton, la dé-

là que le bât blesse, car elle souffre de

qu'elle

puisse théoriquement en rendre

compte si

l'on se

réfère à

494

L'analyse des situations autoritaires

marche fonctionnaliste a tendance à sous-estimer les structures et les procédures informelles et latentes et à privilégier les institutions, les groupes d'intérêt et les activités les plus perceptibles à un regard occi dental, tant est forte la pesanteur des concepts de différenciation et de sécularisation pris comme unités de mesure du développement politique (62, 92). Or, ces processus latents sont fondamentaux dans les régimes que nous étudions parce qu'ils prédominent d'une manière caractéris tiqueà la fois (et indépendamment) dans les Etats nouveaux et dans les

situations autoritaires. D'autre part, les concepts structuro-fonctionnalistes centrés sur l'intégration horizontale et la stabilité interne des systèmes politiques, occultent la dimension de leur intégration verticale. Déficience gênante lorsqu'il s'agit d'une situation autoritaire, où les processus de domination interne se révèlent primordiaux et sont à la base de l'émer gence, de la nature de classe et du fonctionnement du régime. Pour ne

l'avoir pas compris,

ter (56), R.M. Schneider (64), A.C. Stepan (66), L. Binder (92), L. Ru- debeck (89) amoindrissent considérablement la valeur de leurs travaux. En définitive, l'analyse structuro-fonctionnaliste fait preuve d'une médiocre efficience opératoire. Cette constatation rend quelque peu cho quante la dominance diffuse de cette école sur la production scientifique relative aux régimes autoritaires. Certains se bornent, semble-t-il, à un travail de traduction en langage structuro-fonctionnaliste : tel J.A. Fer nandez qui, dans son ouvrage sur le Mexique (73), s'appuie exclusivement sur des sources secondaires. D'une manière plus générale, l'analyse immanente, en définissant le politique comme une sphère close sur elle-même, risque toujours de se laisser piéger par les phénomènes manifestes et de délaisser les niveaux latents. Elle est sujette à rester prisonnière du conjoncturel et du contin gentet à oblitérer le structurel, par exemple en posant le jeu conscient des acteurs politiques comme variable explicative indépendante et suffi sante (104).

des auteurs comme W.R. Johnson (30), G. A. Fiech-

Les approches externes

La distinction entre approche interne et approche externe du poli est des plus confuses. A bien des égards, l'analyse structuro-fonct

tique

ionnalisterelève théoriquement de cette dernière, qui voit dans le système politique une machine à convertir en outputs des inputs provenant de son environnement (G. A. Almond, D. Easton). Ceci est très net dans quelques-uns des travaux que nous avons précédemment cités (30, 33, 47, 73). Et l'interprétation « développementaliste » fait appel à une dé marche externe en reliant la genèse des régimes au degré de maturité

495

Jean-François Bayart

de leur environnement social, économique et culturel. Cependant, au plan de la recherche appliquée, les approches structuro-fonctionnalistes et « développementalistes » s'apparentent souvent à l'analyse interne en valorisant le poids des acteurs et en définissant le système politique comme un acteur ou un réseau d'acteurs. Nous avons donc préféré réserver

la qualification d'approche externe aux travaux centrés sur :

facteurs explicatifs appartenant à l'environnement international ; 2. une interprétation du politique de type culturaliste et 3. une problématique infrastructure^. Si l'on exclut les ouvrages inspirés par la théorie de la dépendance, lesquels s'intègrent plutôt à la problématique infrastructure^, le nombre des travaux plaçant systématiquement les situations autoritaires sous l'éclairage de leur environnement international est restreint. Ils peuvent, en premier lieu, s'attacher à discuter la thèse de la conspiration extérieure prise comme variable explicative des coups d'Etat. Ce sont les cas brésilien, chilien, zaïrois, indonésien et grec qui semblent avoir posé le problème de la manière la plus aiguë. B.H. Lévy (113) propose une perspective différente sur la base du primat heuristique et ponctuel des facteurs internationaux. Il montre comment une dynamique révolution naires'était enclenchée au Bangla-Desh qui, avec le temps, aurait pu déboucher sur une « vietnamisation » de la région, et comment l'Inde, en tant que puissance «sous-impérialiste», et en liaison avec son évo lution politique interne, joua un rôle crucial dans l'établissement à Dacca d'un régime « bourgeois » de « pluralisme fermé ». D'une manière simi laire, A. Rouquié (51, p. 1054) se demande, à propos de l'Amérique latine, « si, en dernière analyse, la conjoncture extérieure n'est pas la variable décisive dans l'orientation des interventions militaires ».

Plus importante est l'approche « culturaliste » car elle se veut par fois globalisante et se retrouve sous des formes diffuses dans de nombreux

travaux. En premier lieu, naturellement, dans les contributions anthro pologiques et intuitives/descriptives. Mais, avec la notion de « tradition », le courant « développementaliste » et structuro-fonctionnaliste lui ac

corde

une problématique autre. L'interprétation « culturaliste » du politique est au centre d'un vieux débat méthodologique : quel poids explicatif doit-on accorder aux structures et aux représentations « traditionnelles » dans l'exposé de la dynamique politique contemporaine ? Sous sa forme maximaliste, telle que la soutenaient certains analystes du « caudillisme » et que la présentent encore un K.H. Silvert (52) avec son modèle du « syndicalisme méditerranéen » ou un H.J. Wiarda (20) avec son schéma du « corporatisme latino-ibérique », l'approche « culturaliste » n'est guère

1.

des

également une place appréciable, tout en prétendant s'inscrire dans

496

L'analyse des situations autoritaires

défendable: F.W. Riggs (116, pp. 30 et sv.) souligne, par exemple, à propos du « système bureaucratique » thaïlandais, que le cabinet était aussi étranger à la culture siamoise que l'assemblée et a assuré sa préémi nencenon en raison de variables culturelles, mais grâce au contrôle des bureaucraties civile et militaire ; A.R. Zolberg (43, p. 36) va dans le même sens en écrivant que les tendances latentes des sociétés ouest- africaines militaient contre l'instauration de régimes de parti unique. Pourtant, il est incontestable que « la culture politique d'une société guide le comportement des acteurs politiques » et qu'un « régime est dans une certaine mesure le captif de sa culture » (90, p. 3). La mise en valeur opératoire, à des fins heuristiques, de facteurs « culturels » a de la sorte fourni l'armature de quelques excellentes études s 'intégrant à notre champ de recherche (96, 115, 117, 118 et, surtout, 90). Même sous cette forme opératoire, l'approche « culturaliste » demeure néanmoins contestable. D'une part, elle rend à peu près impraticable toute démarche comparative. De l'autre, elle oscille entre deux pôles aussi fragiles l'un que l'autre. Tantôt elle se résume à des propositions géné rales et subjectives, et emprunte à l'intuition plus qu'à la rigueur scien tifique : il est ainsi remarquable que l'articulation de types différents de légitimité entre eux et l'éventuelle résurgence de légitimités anciennes dans le cadre d'un autoritarisme moderne — phénomènes évoqués par plusieurs auteurs (15, 110, 116) — n'aient pas encore été exposées de façon satisfaisante. Tantôt elle restreint son objet d'étude afin d'appro fondirses analyses, mais, en se cantonnant à un échantillon modeste, elle limite alors la portée de ses conclusions. D'une manière corollaire, elle réduit presque toujours la culture politique à la culture des élites et laisse dans l'ombre la dynamique sociale populaire (90, 91, 96, 115,

117).

En outre, elle repose fréquemment sur une vision simpliste, à la fois de la culture « traditionnelle » et des processus politiques modernes et découle de la conception dualiste de la société que nous avons préc

édemment

critiquée (66, 107, 109, 110). Il n'y a pas, d'un côté, le système

études comme

« culturel »

et, de l'autre,

le système « politique ». Des

celles de G. Althabe (21 et 22), de J.L. Peacock (114), de l'école du colo nialisme intérieur (70, 74), ou des réflexions théoriques comme celle de A. Touraine (19) dépassent la vieille problématique culturaliste et ouvrent des perspectives autrement plus fécondes en commençant à restituer la fusion dynamique des deux sphères.

L'approche externe par excellence est cependant l'analyse infrastruc-

turelle.

travaux relatifs aux situations autoritaires. La théorie « développemen-

la plupart des

On la retrouve,

elle aussi,

à l'état diffus dans

497

Jean-François Bayart

taliste » se réfère aisément aux notions de classe et d'élite : A.F.K. Or- ganski (7) définit le régime « syncratique » comme le point d'aboutis sementd'un compromis entre l'élite industrielle et l'élite agraire aux

débuts de la phase d'industrialisation, dans une conjoncture de dépression économique et d'agitation populaire, tandis que S.P. Huntington (5) relie l'orientation du « prétorianisme » à la prédominance de P« oligar chie» ou, au contraire, des « classes moyennes ». La tendance est natu

rellement encore plus nette chez certains « francs-tireurs

d'une attitude critique à l'encontre du marxisme (16, 19). Enfin, il n'est

guère d'études, au niveau de la recherche appliquée, qui ne fassent appel, à un moment ou un autre, aux agrégats de la stratification sociale dans leur présentation des situations autoritaires. Du côté de la théorie des classes sociales, les choses ne sont pas plus claires : G. Balandier (An

» qui partent

thropo-logiques,

Paris, Presses universitaires de France, 1974) peut dis

tinguer,

outre le marxisme, quatre grands courants — ce qui l'incite à

plaider en faveur d'un usage plus restrictif et rigoureux des concepts de la problématique infrastructure^. En effet, la vulgarisation de celle-ci se révèle rapidement dangereuse. Ceci est notamment le cas lorsqu'aucune réflexion, ni théorique, ni historique, n'étaye son usage : les concepts de classe moyenne, d'élite, d'oligarchie ne sont pas définis ou ne le sont que pauvrement, les débats méthodologiques sont méconnus. Déficience qu'illustre d'une manière surprenante A.F.K. Organski (7) en ne citant ni Barrington Moore (16), dont il est pourtant parfois proche dans ses conclusions, sinon dans sa démarche, ni Gramsci, bien qu'il consacre de longs développements au fascisme mussolinien et inclue dans sa bibliographie de nombreux ouvrages italiens.

Ces carences ne tardent pas à se projeter au plan de l'interprétation des situations autoritaires. Certains auteurs s'essayent à réfuter les thèses marxistes sur des bases fragiles, notamment en réduisant ces dernières à une problématique de représentation des classes sociales par les régimes, les institutions et les organisations politiques (7, 66), ou en niant l'existence des classes sociales à partir d'une définition statique et ethnocentrique de celles-ci (26). D'autres, en revanche, développent des analyses infrastruc- turelles de situations autoritaires, ou usent à leur propos de variables de cet ordre, sur ces mêmes bases simplistes. Les principales tentatives de ce genre ont eu tendance à rester prisonnières des thèmes ambigus de la « classe moyenne » et de la « modernisation » : ainsi, par exemple, J. Nun (49, p. 56), en écrivant que « l'interventionnisme militaire tend à représenter la classe moyenne et à compenser son incapacité à se constituer elle-même en classe hégémonique », prête-t-il le flanc à l'argumentation, pourtant dérisoire, de A.C. Stepan (66) (selon laquelle l'armée brésilienne ne repré sente pas la classe moyenne puisque ses officiers n'ont aucun sentiment

498

L'analyse des situations autoritaires

d'appartenance à une classe et n'a, en définitive, pas de position de classe) ; il oublie également que les régimes militaires latino-américains ne sont pas, en tout état de cause, les instruments de la seule classe moyenne, mais plutôt d'une alliance entre celle-ci et l'oligarchie (48). M. Halpern (83) avait commis des erreurs comparables à propos du Moyen-Orient en parlant lui aussi de représentation de la classe moyenne salariée par l'armée et en passant sous silence les liens du corps des officiers avec la classe moyenne rurale. Enfin, la quasi-totalité des études infrastructurelles d'inspiration « dé- veloppementaliste », structuro-fonctionnaliste ou empirique s'empêtrent dans un débat sans fin sur le rôle « modernisateur » des régimes autoritaires, en particulier militaires — débat stérile tant que l'on a négligé de poser le problème fondamental de l'orientation et de la structure de classe de la « modernisation ». Inversement, la débauche théorique peut conduire à la tautologie et à la rumination dogmatique. Les travaux d'obédience marxiste n'échappent pas toujours à ces travers. D'une façon corollaire, l'intérêt du maître livre de Barrington Moore (16) ou des contributions, moins ambitieuses, de R. First (29), M. Kilson (31), D. Martin et T. Yannopoulos (35), R.L. Sklar (39), J. Duvignaud (82), J.A. Bill (91), P. Vieille (95), E. Ozbudun (101), H.D. Evers (107), et d'autres encore, suggère qu'il n'est parfois pas néces saire de s'encombrer d'un appareil conceptuel excessif : l'esprit de la démarche infrastructure^ importe plus que le discours idéologique qui lui est associé. Ce dernier type d'études, que nous rangerons sous le label de « marxisme objectif » en empruntant l'expression à Abdallah Laroui (84), échappe au « provincialisme occidental » plus facilement que bien des analyses théoriquement mieux élaborées ; de la sorte, elles rendent souvent mieux compte des situations structurelles particulières que l'on retrouve en Afrique noire, dans les pays arabes et en Asie.

Confrontée aux situations autoritaires, et au-delà des grandes questions théoriques, l'approche infrastructurelle rencontre trois problèmes essent iels, auxquels elle répond diversement. En premier lieu, peut-on parler de classes sociales dans la formation sociale considérée ? Comment les classes se forment-elles et/ou se transforment-elle ? Comment s'allient-elles entre elles, et comment s'articulent entre eux les différents modes de production ? Si les choses sont assez simples dans les sociétés sud-euro péennes, et si le débat à propos de l'Amérique latine s'est dans l'ensemble cantonné aux rapports du capitalisme à la « féodalité », il a en revanche porté sur l'existence même de classes sociales et sur leur processus de formation en Asie (107) et en Afrique. En ce qui nous préoccupe, il s'agit avant tout de situer les régimes autoritaires par rapport à ces processus, et notamment par rapport à la formation des classes sociales (19, 53, 113). Etroitement imbriqué aux questions précédentes, se pose le problème de la nature de classe des régimes autoritaires. Les auteurs s'accordent

499

Jean-François Bayart

généralement à reconnaître la place centrale qu'occupent dans les situa tions autoritaires les classes dominantes anciennes, telles que « l'ol

igarchie

tation que systématisent Barrington Moore (16) et A.F.K. Organski (7) en faisant de ces classes anciennes l'un des pivots constitutifs des autoritarismes. Il importe, d'autre part, de dégager la position de ces der niers par rapport à la bourgeoisie nationale, à la bourgeoisie intérieure et à la bourgeoisie compradore (concepts définis en particulier par N. Poulantzas (13) et appliqués par lui aux dictatures sud-européennes (121)), et par rapport aux différents segments des « classes moyennes ».

déjà évoquée, relie d'une manière assez

confuse certaines situations autoritaires à celles-ci, N. Poulantzas (13, pp. 307 et sv., souligné par l'auteur) établit que la petite bourgeoisie, faute de mode de production propre, n'a pas de position politique de classe autonome et « n'a jamais été nulle part la classe politiquement dominante » ; elle peut toutefois se présenter comme la « classe régnante », au service de

certains secteurs de la bourgeoisie à velléités « nationales » (Pérou) ou pour le compte de la bourgeoisie compradore (Brésil), ou encore se substituer, sous forme de bourgeoisie d'Etat, à l'ancienne bourgeoisie (nassérisme) ou

à la bourgeoisie colonialiste étrangère (Afrique noire) ; dans ces cas

elle devient classe politiquement dominante en tant que bourgeoisie à part entière (et non plus en tant que petite bourgeoisie). Dans un ouvrage précédent (12), le même auteur avait développé une argumentation compar able au sujet de la bureaucratie : ce n'est pas son rapport à l'Etat qui,

éventuellement, constitue celle-ci en classe sociale, mais la place spécifique qu'elle a acquise dans les rapports de production « ou même les rapports non encore donnés de production » ; la bureaucratie peut devenir une classe

», l'aristocratie foncière (50), les chefs traditionnels (31) : consta

Alors que

toute une école,

sociale dominante en tant bureaucratie.

que « classe

effective », et

non

en

tant

que

En outre, compte tenu de l'infrastructure propre à la formation sociale

dans laquelle ils s'enracinent et/ou de leur stratégie politique et écono

mique,

les régimes autoritaires entretiennent une relation toujours im

portante

et souvent privilégiée avec les classes moyennes et la bourgeoisie

rurales, encore que l'on doive souligner la complexité et la diversité des

situations en présence (9, 10,

129, 130). La plupart des analystes s'efforcent, en troisième lieu, de tenir compte des variables infrastructurelles réputées « extérieures » aux formations sociales considérées : par exemple en rattachant la problématique de l'autonomisation de l'Etat à celle de la dépendance (59, 80, 103). Pour avoir ignoré cette dimension de l'approche infrastructurelle, J. Ziegler (41), dans un livre médiocre consacré à l'Afrique, ne comprend pas que

11, 23, 31, 32,

70, 95, 98,

101, 113,

124,

500

L'analyse des situations autoritaires

la décolonisation, loin d'être une rupture révolutionnaire, constitue plutôt un mode de reproduction et de rénovation de la dépendance. De même, la méconnaissance des formes les plus récentes de l'impérialisme conduit à l'énoncé de thèses erronées, ainsi que l'illustre la critique du modèle de « développement national » de H. Jaguaribe (14) et de C. Furtado (57) par F.H. Cardoso (55). Après avoir reconnu la nécessité d'intégrer les variables « extérieures » à l'interprétation des situations autoritaires, reste à évaluer leur poids explicatif et à préciser leur articulation aux processus « internes ». La quasi-totalité des auteurs reconnaît le primat des facteurs internes (29, 49, 121, etc.). Mais, à vrai dire, la distinction mécanique entre facteurs internes et facteurs externes doit être dépassée :

la pénétration du mode de production capitaliste dans les formations sociales périphériques entre en fusion avec les processus économiques et politiques autochtones ; la dépendance « extérieure » n'agit que par son intériorisation (121). En définitive, on peut isoler quatre types d'analyse infrastructurelle des situations autoritaires, qui recoupent ces problèmes essentiels et sont en pratique largement confondus :

base de l'étude

directe et de la reconstitution de l'infrastructure, en mettant l'accent soit

/. L'interprétation du régime en termes de classes sur la

sur le niveau des classes sociales

(29,

31,

32,

34,

35,

49,

78,

82,

91,

98,

103, 107, 113, 124,

129, 130),

soit sur celui des modes de production (9,

10,

11,

16,

55,

58,

59,

76,

95,

121). Bien que

ses

praticiens ne le spécifient

généralement pas, cette approche n'a qu'une portée hypothétique : une phase structurelle ne peut être concrètement étudiée qu'après qu'elle est venue au terme de tout son processus de développement, et non pendant le

processus lui-même.

2. La reconstitution de l'infrastructure et la mise en relation du régime

autoritaire avec cette dernière à partir de l'analyse de la superstructure

prise, plus ou moins explicitement, comme reflet de l'ensemble des rapports sociaux de production. La plupart des travaux intéressés par l'étude directe de la structure de classe recourent simultanément à cette démarche en évoquant ou en narrant l'évolution de la « vie politique ». Mais beaucoup plus originales sont les contributions qui retrouvent l'assise de classe des régimes à travers leurs discours ou leurs représentations idéologiques (2, 65,

84, 99,

111).

3. L'interprétation du régime en termes de classes sur la base de l'analyse

critique du contenu et de l'orientation de ses outputs, en particulier

les

ouvrages qui relèvent de cette approche ne se bornent pas à décrire l'orga nisation et la politique économiques et sociales du régime considéré. Ils les relient à l'infrastructure en montrant à quelles classes, constituées ou

économiques. Contrairement aux travaux de facture plus classique,

501

Jean-François Bayart

en formation, elles profitent, en mettant en évidence les liens de dépendance

entre la

classe de la situation autoritaire (outre la plupart des travaux consacrés

à l'étude directe de l'infrastructure, 23, 32, 36, 70, 80, 88).

4. L'étude de la relation de domination du bloc au pouvoir sur les classes

subordonnées, aux plans économique, politique et/ou culturel. Les

tulats théoriques de cette approche varient, parfois sous un vocabulaire conceptuel commun : ainsi P. Gonzales Casanova (74), les co-auteurs des

et M. Zeitlin

W. Flinn

manière le « colonialisme interne ». Cependant, la perspective infrastruc-

turelle (en particulier dans sa dimension « externe ») constitue la toile de fond de l'analyse, même lorsque cette dernière se limite aux mécanismes de domination culturelle et politique. Ce type d'approche est d'un grand

intérêt car il restitue la dynamique de base et l'intégration verticale des situations autoritaires, que nous avons vues jusqu'à présent délaissées par les politistes. Il stimule, d'autre part, la réflexion sur l'orientation et le contenu de la « modernisation ». Néanmoins, si l'on excepte l'effort

récent de

même

livres

et

périphérie et le centre et en déduisant de

ces faits

la nature de

pos

dirigés par J. Petras

(70) ou B.H.

(50)

et par A.E. Havens

de

la

Lévy (76, 113) ne définissent-ils pas

A. Touraine (19),

il

ne

repose

le plus

souvent que sur un

appareil conceptuel limité ou contestable : la notion de « colonialisme inté rieur », par exemple, demeure assez intimement associée à une conception dualiste du système social. La démarche, critique mais largement intuitive,

d'un G. Althabe (21, 22)

se révèle finalement plus féconde et respecte

mieux l'unité ambiguë de l'action sociale.

Même si l'on se restreint aux travaux les plus sérieux, il est délicat d'évaluer l'efficience heuristique de l'approche infrastructurelle. Nous

l'avons pressenti : dans ses constructions théoriques les plus raffinées, elle semble inattaquable tant la complexité de son appareil conceptuel lui permet virtuellement de traiter avec rigueur un nombre infini de situations et de rétablir la dynamique et la totalité organique des systèmes sociaux. Cependant, au niveau de la recherche appliquée, l'impression d'ensemble est différente. Cet arsenal théorique est méconnu et sous-utilisé. De ce

point de vue, le sort de l'œuvre

démarche, ses analyses historiques et son apport conceptuel, se place au centre de notre champ d'étude. Le théoricien italien est ignoré par la plupart des travaux usant de l'approche infrastructurelle. Lorsqu'il est cité, c'est pour voir sa pensée gravement déformée, mutilée et vidée de sa substance : l'usage du concept de crise hégémonique chez J. Nun (49) est méthodologiquement illégitime et, chez N. Mouzelis et M. Attalides (129), la confusion entre « domination » et « direction », la qualification « d'hégémonique » de la « domination » de la bourgeoisie sur la formation sociale grecque faussent complètement le sens de ces notions. N. Poulant-

de Gramsci est exemplaire qui, par sa

502

L'analyse des situations autoritaires

zas (121) montre, au contraire, que les bourgeoisies intérieures en Grèce aussi bien qu'en Espagne et au Portugal, faute d'assises économiques suffisantes, n'ont pu mener à bien leur propre révolution démocratique et formuler de la sorte un discours idéologique à caractère hégémonique, véhiculé par des organisations politiques propres. Il rattache à cette carence la genèse et la crise actuelle des dictatures qu'ont connues et connaissent ces pays. Fréquemment, le politiste paraît n'avoir recours qu'à une terminologie marxiste et cède à la facilité. L'audience scientifique d'un F. Fanon, dont le modèle passablement obscur a empoisonné la recherche africaniste et inhibé toute interprétation des systèmes de parti unique en termes de bonapartisme, ainsi que le remarque C. Leys (32, pp. 209-212), est à cet égard révélatrice. Dans cette mesure, l'appareil théorique marxiste, en tant qu'objet de consommation universitaire, contri buemalgré lui à gêner l'étude des régimes autoritaires.

Pourtant, au plan de l'analyse de la modernisation conservatrice, l'apport de l'approche infrastructure^ est irremplaçable. En identifiant avec précision les alliances de classes sous-jacentes aux situations autori

taires et l'orientation de leur action économique, elle semble plus aisément pouvoir se dégager des fausses problématiques de la modernisation et

montre comment on peut « tout changer pour

selon l'heureuse formule que Tomasi di Lampedusa prête, dans Le Guépard, à son héros Tancrède, aristocrate confronté aux transformations profondes qui affectent l'Italie du Risorgimento. L'école marxiste ne détient pas le monopole de ce genre de démonstration (16, 31, 45, 68, 70, 91), encore que ses concepts y ajoutent plus de rigueur (95, 98, 113) et s'étendent éventuellement aux cas similaires de restructuration de la dépendance (13, 36, 80). D'une manière plus générale, la théorie marxiste reconnaît que tous les mouvements superstructuraux ne sont pas organiquement liés à la structure de classes, et le concept d'autonomisation de l'Etat valorise ce constat en ce qui concerne les situations autoritaires. La reproduction des contradictions de classe au sein des appareils d'Etat s'effectue « de façon spécifique et médiatisée en épousant les caractères propres de chaque appareil et leurs fonctions » (121, p. 217). Il n'empêche que prat iquement, l'approche infrastructurelle a tendance à ne pas reconstituer la sphère politique dans toute sa richesse. Le rapport de la société politique aux classes sociales est le plus souvent considéré sous la forme d'une relation d'extériorité : loin d'être pensées simultanément, infrastructure et superstructure sont implicitement posées comme des entités distinctes. Ceci conduit la plupart des auteurs marxisants à ne dégager que la genèse, la nature de classe et/ou les outputs socio-économiques des ré-

que tout reste pareil »,

503

Jean-François Bayart

gimes autoritaires et à oblitérer le niveau des appareils d'Etat (les

ouvrages de J. Markakis (34) et de N. Poulantzas (121) offrant les deux meilleures exceptions à cette pesanteur). Enfin, dans les cas les plus favorables, la superstructure est étudiée en tant que produit des rapports sociaux de production, ou en tant que mouvement relativement autonome, mais jamais (si l'on excepte quelques pages chez Abdallah Laroui (84)) dans sa dimension organique constitutive de la structure : de ce point de vue, l'ignorance dans laquelle est tenue l'œuvre de Gramsci n'est évidemment pas indifférente. Ces remarques nous renvoient à une critique plus générale des divers modes d'approches externes. D'une manière ou d'une autre, au plan de la recherche appliquée, ceux-ci ont tendance à postuler la séparation du système politique de son environnement. Or les structures et les contra

dictions

politique et n'agissent pas ainsi sur lui : elles se répercutent en son sein

même (19, 121).

propres à cet environnement ne sont pas à l'extérieur du système

Les pages qui précèdent ont mis en valeur l'extrême hétérogénéité des modes d'appréhension des situations autoritaires et leur fréquente irréduct ibilité théorique. La lecture comparative de travaux traitant du même sujet mais d'obédiences divergentes (par exemple, les études de A. von Lazar (47) et de N. Poulantzas (121) sur le déclin des autoritarismes,

ou les ouvrages de H. Bienen (26) et de C.

à cet égard révélatrice. Aussi bien,

une approche idéale. Seule la pluralité des démarches est véritablement féconde, et nombre d'auteurs l'ont compris, qui associent plusieurs d'entre elles dans le cadre d'un même ouvrage. C.A. Astiz (78) offre une remar quable tentative de cet ordre en greffant les concepts structuro-fonction- nalistes sur une problématique infrastructurelle. En attendant que prenne de l'ampleur l'effort théorique et méthodologique visant à retrouver l'unité de l'action sociale, le cumul des approches demeure la meilleure garantie scientifique.

Leys (32) sur le Kenya) est

convient pas

de déterminer

il

ne

Les sites d'étude

Le choix des sites d'analyse apporte un dernier critère de différen ciation des études ayant trait aux situations autoritaires. Bien qu'il n'en soit évidemment pas ainsi d'un point de vue théorique, ce mode de di

scrimination,

au niveau de la recherche appliquée, semble relativement

indépendant du type d'approche utilisé et de son orientation sous-jacente :

504

L'analyse des situations autoritaires

il recoupe assez largement l'éventail des différentes écoles en présence. L'analyse globale du régime, au niveau macropolitique, est à la base de quelques-uns des meilleurs travaux cités dans notre sélection bibliogra

phique(30, 32, 34, 42, 54, 64, 68, 78, 87, 89, 90, 92, 109, 119, 123

ou aux processus

de remise en cause

l'analyse macropolitique, à un plan horizontal, interviennent les études locales. C. Coulon (27) a souligné leur intérêt à propos de la recherche africaniste, et la remarque mérite d'être étendue à l'ensemble de notre champ de prospection. Les carences qui caractérisent les divers courants de la science politique et que nous avons évoquées trouvent en grande partie leur origine dans le cadre de référence de PEtat-nation, retenu par la majorité des études macropolitiques ou segmentaires. Certains auteurs d'analyses macropolitiques l'ont compris, qui n'hésitent pas à ouvrir une parenthèse dans la suite de leur développement en y incluant

de la situation autoritaire. A l'opposé de

Elle se limite chez certains à la genèse (53, 104,

).

129)

(47, 121)

une étude de cas locale (38, 76) ou en consacrant des pages fournies à la base du système politique (22, 34, 70, 74, 89, 116, 120). D'autres vont plus loin en faisant d'une ville, d'une région ou d'un village le site exclusif

de leur recherche,

W.S. Tuohy (72) et de A. Ugalde (77). Leur démarche, qui prend sou vent la forme d'une enquête, peut y trouver une rigueur méthodologique inusitée. En outre, la connaissance plus approfondie du sujet qu'elle procure est propice à la mise en valeur du fonctionnement réel du régime,

des phénomènes de domination, de la pratique politique des masses, et, de ce fait, à l'énoncé de thèses critiques à l'encontre des courants do minants de la science politique. Parce qu'elles rompent la routine et disent ce que les autres taisent, l'apport des études locales est inestimable. Il est enfin possible d'isoler un segment du système ou du régime et de restituer, plus ou moins complètement, à partir de celui-là, la situa tion autoritaire dans son ensemble. L'interprétation de régimes en termes

à l'instar

de

G.

Althabe (21), de

R.R. Fagen et

de classes sociales sur la

base de l'analyse critique du

contenu et de

l'orientation de leurs outputs économiques ou de leur discours idéo

logique

gamme des approches segmentaires est très vaste. Le chercheur peut tout d'abord se pencher sur les forces qui animent le système politique. L'organisation politiquement dominante constitue un premier objet pri vilégié, qu'il s'agisse de l'armée (33, 66, 100, 110, 132), du parti unique (28, 37, 40, 89, 104, 126), des partis dominants (39), de la bureaucratie (102, 105, 116) ou même, dans le cas turc, de l'assemblée nationale (97). Elle peut alors servir à identifier, à caractériser et à rétablir dans sa totalité la situation autoritaire considérée. L'utilité de ce type d'études est incontestable. Indispensables à la compréhension monographique des

a d'ores et déjà donné l'exemple

d'une telle option. Mais

la

505

Jean-François Bayart

cas particuliers d'autoritarismes, elles semblent également, dans un premier temps et dans une certaine mesure, avoir favorisé la recherche comparative. La notion de régime militaire, l'idée d'une activité et d'une orientation politiques propres aux armées ont notamment inspiré de nomb

reuses

analyses ou interprétations par aires géographiques et/ou cultu

relles,

à l'échelon de l'Asie et des pays arabes, puis à la dimension

du

continent latino-américain, enfin à l'échelle africaine. Parmi les plus récentes de ces études, mentionnons celles de E. Feit (4) et de A.C. Ste- pan {in 67), ainsi que le livre dirigé par P.C. Schmitter, non cité dans notre sélection bibliographique : Military rule in Latin America, Beverly Hills, Sage Publications, 1973. Les monographies relatives à ce sujet

s'en

cadre de référence. En revanche, en ce qui concerne les partis uniques et dominants, la contribution comparative des analyses d'organisations s'est révélée modeste : la problématique des partis uniques en Afrique a négligé les expériences lointaines que proposaient le Mexique (72, 75, 77), Singapour (104), la Corée (106), voire même le Brésil ; inversement, les travaux des africanistes sur ce thème sont peu connus des spécial istes des autres régions. Plus généralement, la valorisation des organisa tionspolitiques dominantes et de la notion de régime a inhibé la compar aison entre situations autoritaires institutionnellement hétérogènes mais néanmoins similaires.

Quoi qu'il en soit, la reconstitution des situations autoritaires à partir des organisations apparemment dirigeantes n'est pas toujours facile ni légitime. Le site d'analyse alors retenu est souvent entaché de juridisme et de formalisme. Il n'offre qu'un critère imparfait de caractérisation des autoritarismes : quels sont les instruments de mesure exacts qui per

mettraient

dominant ? Où commence la « réalité » du pluralisme ? Quand un régime

cesse-t-il d'être militaire ? Autant de faux problèmes qu'illustrent une

multitude de cas douteux, du Zaïre à l'Indonésie,

Colombie. D. Martin et T. Yannopoulos (35) suggèrent d'une manière révélatrice, au sujet de l'Afrique noire, qu'il serait préférable de ra isonner en termes de « régimes issus de coups d'Etat militaires » tant la participation des civils à ceux-ci est décisive. En fondant leur dé

marche

par organisations politiques dominantes reposent en partie sur des ill

usions

situations :

systèmes de parti unique, illusion de l'homogénéité des aires de compar aison, voire même, comme le montrent A.R. Zolberg (43) et C. Cou- lon (27), illusion de l'hégémonie de l'organisation dirigeante. S.P. Hun-

sont trouvées enrichies, ou tout au moins

ont vu s'élargir

leur

de déterminer une situation de parti unique ou de parti

de

la

Corée à

la

sur les expressions politiques les plus manifestes, les approches

qui tendent à occulter l'extrême diversité et la complexité des

illusion

de

l'uniformité du

phénomène militaire ou

des

506

L'analyse des situations autoritaires

tington et C.H. Moore (6) présentent un cas extrême de ces réductions simplistes en rangeant côte à côte, sous le même vocable de « système

de parti unique », des fascismes, des régimes socialistes, des dictatures

type de

démarche privilégie sont relativement contingentes et interchangeables, quelle que soit par ailleurs leur dynamique propre.

Aussi les études d'organisations politiques dominantes ont-elles une valeur heuristique limitée. Bâties sur des généralisations contestables, elles se dessèchent rapidement en un discours désincarné. Le débat sur le rôle « modernisateur » des armées n'en est pas le seul exemple. I. Wallerstein (40), qui s'était d'abord érigé en zélateur des systèmes africains de parti unique, a été amené ultérieurement à parler à leur

de

africain ne méritait ni cet

propos de « no-party state », bientôt rejoint par un article vengeur

de droite et divers cas ambigus.

Enfin, les structures que ce

S.E. Finer (28). En réalité, le parti unique

excès d'honneur, ni ces outrages. Les études monographiques (24, 26, 30, 82, 87, 89) ne confirment aucune des deux thèses, et l'ambivalence des partis uniques était très tôt perceptible (37, 42) : ceux-ci demeurent les institutions populaires de régimes à prédominance bureaucratique et conservent à ce titre d'importantes fonctions (43). De plus, le choix de l'organisation politique apparemment dirigeante comme site d'étude privilégié entraîne presque toujours une exagération de l'importance de celle-ci et de ses caractéristiques internes au sein du système politique, même chez les auteurs comme R. Luckham (33), A.C. Stepan (66) ou S.J. Kim (110) qui prétendent pondérer le poids respectif des facteurs « organisationnels » et « environnementaux ».

De ces études d'organisations nous devons rapprocher les analyses, géné

à dominante qualitative (90, 91,

115,

117) ou,

inverse

ralement

dans une optique

ment, dans une perspective quantitative (33, 66, 96, 97). Ces travaux

poursuivent des objectifs divers : la

plupart d'entre eux accordent une

par voie d'enquêtes, du personnel politique au pouvoir, menées

place plus ou moins grande à l'origine de l'élite (15,

certains auteurs, tel J. Linz (15), R. Luckham (33), A.C. Stepan (66),

33,

66, 96,

97,

110) ;

S.J.

Kim (110), se penchent sur l'organisation et les clivages internes à celle-là ; d'autres se préoccupent des attitudes politiques et/ou culturelles avec L.W. Pye (115), M. Zonis (96), J.A. Bill (91), des systèmes manifestes de

croyance et de valeurs, à l'exemple de J.C. Scott (117), ou au contraire des modèles latents de comportement à l'instar de J. Waterbury (90). Le plus souvent, ces études suivent des règles méthodologiques et soulèvent des problèmes théoriques spécifiques que l'on ne saurait aborder dans le cadre de cet article. Pour ce qui nous concerne directement, les analyses empiriques du personnel dirigeant paraissent pouvoir contribuer à éclairer des hypot hèses précises, telles que l'existence d'un type d'élite gouvernante propre

507

Jean-François Bayart

aux régimes autoritaires dont fait état J. Linz (15), ou, comme chez L.W. Pye (115), F.W. Frey (97), L.L. Roos et N.P. Roos (102), J.C. Scott (117), la légitimité de la distinction entre « bureaucrates » et « politiques » qu'éta blissent sous une forme ou sous une autre certaines spéculations théoriques (2) et études monographiques (24, 108). Plus généralement, dans la mesure où elles débordent le cadre d'étude qu'elles s'étaient primitivement assigné, elles véhiculent une compréhension intime des rouages internes à la situation autoritaire considérée : de ce point de vue, les ouvrages de

M. Zonis

(96), J.A.

Bill (91), F.W. Frey

(97),

J. Waterbury

(90) sont

exemplaires. Mais, en réduisant le système politique à la seule couche gouver

nanteet à ses institutions, ces travaux tendent à surévaluer le poids expli catif des caractéristiques internes de « l'élite » aux dépens des autres facteurs structurels (comme chez R. Luckham (33), A.C. Stepan (66), J.C. Scott (117), SJ. Kim (110)) et à laisser dans l'ombre les classes subordonnées et « la classe dominante non tenant de l'appareil d'Etat » selon la formule de

N. Poulantzas (33,

66,

96,

97,

115, 117).

En

bref, au

même

titre que

les

études d'organisations politiques dominantes, avec lesquelles elles se confon dentd'ailleurs souvent (33, 66, 97, 102, 110), les analyses empiriques du personnel dirigeant semblent prisonnières de la définition la plus étroite et la plus traditionnelle du politique. Alourdies par la complexité de leur appareil méthodologique, elles oblitèrent aisément les autres dimensions théoriques envisageables — le livre de J.A. Bill (91) faisant exception, dans notre sélection bibliographique.

Les travaux consacrés aux idéologies se rangent assez naturellement aux côtés des études ayant trait aux organisations et aux personnels dirigeants, tant le concept d'idéologie est abusivement rattaché à la notion d'élite chez la plupart des auteurs. Seuls dans notre sélection

bibliographique, G. Althabe (21), J.L. Peacock (114) et, moins net tement, J. Leclerc (111) se démarquent de cette propension et s'attachent à rendre compte de l'idéologie des masses populaires en situations auto

ritaires.

et aux représentations politiques des catégories gouvernantes, des contri

butions comme celles de A. Kazancigil (99), A. Laroui (84), J. Leclerc (111), Y. Benot (25), M. Schooyans (65) retrouvent les autres niveaux du système politique en extrayant de la superstructure l'infrastructure sous-jacente au régime autoritaire, suivant la ligne de recherche que nous avons précédemment mentionnée.

Cependant, les forces politiques intégrées aux régimes ne sont pas les seules à animer les systèmes autoritaires. J. Linz (15), en remarquant que ceux-ci permettent « l'expression d'un pluralisme limité et non re

Tout en se cantonnant

pour l'essentiel aux idées, au discours

sponsable

» (p. 297), suggérait assez tôt l'idée de modes d'activité poli

tique

oppositionnelle qui leur seraient spécifiques. Dans une contribution

ultérieure (127), il développe cette perspective pour distinguer et décrire

508

L'analyse des situations autoritaires

différents types de semi-opposition, de pseudo-opposition, d'opposition « alégale » et illégale dans l'Espagne franquiste. Dès lors, l'appréhension de la situation autoritaire par l'intermédiaire de semblables forces non constitutives du régime paraît légitime : J.A. Bill (91) consacre l'essent ielde son ouvrage à l'étude des classes moyennes hostiles ou réservées à l'encontre du Shah d'Iran ; et G. Hermet (125) envisage le franquisme sous l'angle du Parti communiste espagnol. Un premier thème se dégage de ces travaux : les forces d'opposition aux régimes autoritaires, tout en contestant ceux-ci, contribuent souvent à leur fonctionnement et à leur maintien (125, 127). D'autre part, et plus typiquement, la forme répres sivedu gouvernement et l'effort de dépolitisation qu'il entreprend (15, 63) impliquent l'émergence d'expressions oppositionnelles de substitu tionque G. Hermet, S. Cerqueira, J.-F. Bayart (17), G. Althabe (21)

organisations et des mouvements

religieux. Plutôt que d'observer les organisations politiques, intégrées ou non au régime, le chercheur peut enfin porter son attention sur la physiologie de la situation autoritaire. Il la considérera, alors, à travers le prisme de l'une des grandes questions politiques ou économiques qu'affrontent les autorités avec, avant tout, la question agraire, étroitement liée à la structure de classes de la plupart des autoritarismes et qui offre de ce fait une procédure commode de reconstitution du niveau macropolitique global (38, 69, 95), ou par le biais d'un processus fonctionnel interne au régime, tels le recrutement du personnel dirigeant (15), les règles du jeu politique (71), la résolution des conflits (77), la prise de décision (38, 122), la représentation des intérêts (62, 133), l'institutionalisation (60), la « décompression » politique (47), certains modes caractéristiques de suppléance fonctionnelle (17).

étudient par exemple

au

plan des

Il apparaît, en définitive, que les conceptions libérales traditionnelles continuent à influencer le choix des sites d'analyse : les institutions, les organisations et les processus les plus formels, le cadre de l'Etat-nation sont valorisés par la quasi-totalité des auteurs, aux dépens de l'étude de la dynamique politique latente aux yeux des sciences sociales établies. La plupart des travaux disponibles reposent implicitement sur une vision fragmentaire et statique du système social, non sur le postulat de son unité en action. Aussi des pans entiers de la réalité sociale sont-ils actuellement négligés, qui constitueraient pourtant de remarquables postes d'observation des situations autoritaires : telle la société civile, ainsi que le suggèrent les contributions stimulantes de G. Althabe (21, 22), K.F. Johnson (75), N. Jacobs (93), P. Vieille et A.H. Banisadr (95), J.L. Peacock (114), ou les réflexions théoriques de Gramsci, de A. Tou-

raine (19) et de N. Poulantzas (13,

121).

509

Jean-François Bayart

La présentation des différents modes d'analyse des régimes autori taires conduit à formuler quelques remarques d'ordre général. Il convient,

en premier lieu, de souligner la distorsion qui survient entre la réflexion théorique et les travaux d'application. Chaque approche essuie un certain nombre de critiques de base, auxquelles la théorie le plus souvent répond dans l'abstrait, sans que la recherche appliquée puisse pour autant les surmonter. Cela est frappant dans les démarches d'inspiration marxiste mais vaut également pour les autres courants. Tout se passe comme si les constructions théoriques étaient condamnées à se voir appauvries

et à

en œuvre. Et

force est de reconnaître que le niveau théorique et méthodologique et l'intérêt de la réflexion de la majorité des études spécifiques que nous avons rencontrées sont médiocres. En second lieu, peu de travaux, en définitive, étudient les régimes autoritaires en tant que tels, dans l'une ou l'autre de leurs dimensions — et ce, en dépit de leur irréductibilité reconnue. La plupart des études

ne servent qu'indirectement cette préoccupation. Elles déduisent alors leur propos sur l'autoritarisme de considérations plus vastes sur le déve

loppement,

politiques ou, dans le cas de la recherche empirique, se penchent sur

des Etats dont les régimes sont autoritaires ou qui connaissent des s

ituations

élaborer des stratégies de recherche opératoires spécifiques.

se vider de leur substance au moment de leur mise

la lutte des classes, la nature de l'autorité et de la légitimité

autoritaires. Cette constatation devrait naturellement inciter à

Le problème de la délimitation du phénomène autoritaire, en parti

culier,

loppementaliste » ou marxiste, ou qu'ils suivent une démarche indépen dante,distinguent des sous-types d'autoritarisme. Soucieux d'exposer di

se pose. De nombreux auteurs, qu'ils soient d'obédience « déve-

verses

approches méthodologiques qui dépassent ces classifications in

ternes,

le présent article a plutôt insisté sur l'unité

du phénomène. Mais

la recherche empirique ne peut reposer que sur la définition de champs d'analyse homogènes et cohérents. Enfin, les échanges scientifiques entre spécialistes des diverses aires géographiques et culturelles sont restreints. Ces dernières fournissent en core les cadres privilégiés des travaux disponibles. Chacune d'entre elles semble dominée par des ouvrages de référence, des modèles et des problématiques propres qu'investissent et assument, dans un second temps, les grands courants méthodologiques. Cet enclavement rend indi spensable la démarche comparative. Plus généralement, toutes ces r emarques appellent un effort méthodologique renouvelé et adapté à une meilleure compréhension des situations autoritaires. Notre espoir est d'y avoir contribué, ne serait-ce que modestement.

510

Ouvrages généraux et/ou théoriques *

Approche « développementaliste »

(1) Almond (Gabriel Abraham), Powell (G. Bingham) Jr. — Comparative Politics. A developmental approach. An analytic study. — Boston (Mass.), Little, Brown, 1966, xvin-348 p. Index. (The Little, Brown series in comparative politics). (2) Apter (David Ernest). — Choice and the politics of allocation. A mental theory. — New Haven (Conn.), Yale University Press, 1971, x-212 p. Index.

(3) Eisenstadt (S.N.). — « The development of socio-political centers at the second stage of modernization », International Journal of Comparat iveSociology, 7 (1-2), march 1966, pp. 119-137. (4) Feit (Edward). — The Armed Bureaucrats. Military administrative regimes and political development. — Boston, Houghton Mifflin, 1973, vin-

199 p. Bibliogr.

(5) Hungtington (Samuel Phillips). — Political order in changing societies. —

New Haven

(Conn.), Yale University Press, 1968, xiv-488

p. Index.

(Harvard University Press. Center for International Affairs). (6) Huntington (Samuel Phillips), Moore (Clement Henry) ed. —

tarian politics in modern society. The dynamics of established one

party systems.

— New

York,

Basic

Books,

1970, x-533

p.

Index.

(7) Organski (Abram. F.K.). — The stages of political development. — New York, A.A. Knopf, 1965, xiv-23-vi p. Bibliogr. Index. (8) Shils (Edward Albert). — Political development in the new states. — Gravenhage, Mouton, 1962, 91 p. (Extrait de Comparative studies in society and history) II (1959-1960).

Approche marxiste

(9) Amin (Samir). — L'accumulation à l'échelle mondiale. Critique de théorie du sous-développement. — Dakar IFAN ; Paris, Anthropos, 1970, 592 p.

la

(10) Amin (Samir). — Le développement inégal. Essai sur les formations

ciales du capitalisme périphérique. — Paris,

367 p. Bibliogr.

Ed.

de Minuit,

1973,

(11) Franck (André Gunder). — Le développement du sous-développement :

l'Amérique latine. Traduit

Paris, Maspero, 2e éd. augm., 1972, 400 p. Bibliogr. (Textes à l'appui).

Passados. —

de l'anglais par Christos

(12) Poulantzas (Nicos). — Pouvoir politique et classes sociales de l'Etat

capitaliste.

— Paris, Maspero,

1968,

399 p. (Textes

à l'appui).

(13) Poulantzas (Nicos). — Les classes sociales dans le capitalisme

d'hui.

— Paris,

Ed.

du Seuil, 1974, 364 p. (Sociologie politique).

* Cette bibliographie présente les ouvrages dans l'ordre de leur évocation dans le texte numérique et, en est même parfois temps, rompu les rassemble pour les ouvrages par aires qui, géographiques. du fait de Cela leurs explique caractères que généraux l'ordre

et/ou avec leur théoriques, premier sont numéro, numérotés dans leur dans rubrique la première « géographique rubrique mais ». sont aussi « rappelés »,

511

Jean-François Bayart

Approches indépendantes

(14) Jaguaribe (Helio). — Economie and political development. A theoretical approach and a Brasilian case study. — Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1968, x-202 p. Index.

(15) Linz

Allardt (Erik), Littunen (Yrjo) ed. — Cleavages, ideologies and party systems. Contributions to comparative political sociology. — Helsinki,

The Academic Bookstore, 1964, 464 p. (Transactions of the Westmarck Society. Vol. X).

(16) Moore (Barrington) Jr. — Les origines sociales de la dictature et de la démocratie. (Social origin of dictatorship and democracy : Land and peasant in the making of the modern world). Traduit de l'anglais par Pierre Clinquart. — Paris, Maspero, 1969, 432 p. Bibliogr. (Textes à l'appui).

(17) « Organisations

tiques de substitution », Revue française de science politique XXIII (3), juin 1973, pp. 439-536. (Contributions de Guy Hermet, Silas Cerqueira, Jean-François Bayart).

(18) Schmitter (Philippe C).

(Juan). —

« An

authoritarian regime :

Spain »,

pp.

291-341.

in :

(Les)

catholiques

« Still

et

protestantes comme forces

the century

1974, pp.

of corporatism ? », The

85-131.

Review

of

Politics, 36

(1), January

(19) Touraine (Alain). — Production de la société. — Paris, Ed. du Seuil, 1973, 543 p. Index. (Sociologie).

(20) Wiarda (Howard J.). — « Toward a framework for the study of political change in the iberic-latin tradition : the corporative model », World Politics, XXV (2), January 1973, pp. 206-235.

Afrique noire

(21) Althabe (Gérard). — Oppression et libération dans l'imaginaire. Les munautés villageoises de la côte orientale de Madagascar. — Paris,

Maspero, 1969, 359 p.

(Textes à l'appui).

(22) Althabe (Gérard). — Les fleurs du Congo. Le Manifeste de la fraternité prolétarienne des paysans, ouvriers, intellectuels et étudiants congol aisconscients et révolutionnaires, (suivi de commentaires par Gérard Althabe). — Paris, Maspero, 1972, 384 p. (Cahiers libres, 232-233).

(23)

Amin (Samir). — Le développement du capitalisme en Côte-d' Ivoire. —

Paris, Ed.

de Minuit,

1967,

331

p.

Bibliogr.

(Grands

documents 28).

(24) Bayart (Jean-François). — « Les catégories dirigeantes au Cameroun », Revue française d'études politiques africaines, IX (105), septembre 1974, pp. 66-90.

(25) Benot (Yves). — Idéologie des indépendances africaines. — Paris, Maspero,

(Cahiers libres 234-

1972,

235).

2e éd.

augm. et

mise à

jour,

547

p.

Index.

(26) Bienen (Henry). — Kenya: the politics of participation and control. — Princeton (N.J.), Princeton University Press, 1974, vin-215 p. Bibliogr. Index.

Etats

(27) Coulon (Christian). —

« Système politique et

la

société

dans

les

d'Afrique

Revue française de science politique XXII (5), octobre 1972, pp. 1049-

noire. A

recherche d'un cadre conceptuel nouveau »,

1073.

512

L'analyse des situations autoritaires

(28) Finer (S.E.).

« The

one

party regimes in Africa : reconsiderations »,

Government and opposition, II (4), july-october 1967, pp. 491-509.

1970,

xix-513 p. Bibliogr. Index. (30) Johnson (Willard R.). — The Cameroun Federation. Political integration in a fragmentary society. — Princeton (N.J.), Princeton University Press, 1970, xn-426 p. Bibliogr. Index.

(29) First (Ruth).

— Power in Africa. — New York, Pantheon Books,

(31) Kilson (Martin). — Political change in a West African State. A study of

the modernization process in Sierra Leone.

Harvard University Press, 1966, xvi-304 p. Bibliogr. Index. (Harvard University Center for International Affairs).

— Cambridge (Mass.),

(32) Leys (Colin). — Underdevelopment in Kenya. The political economy of neo-colonialism. 1964-1971. — London, Heinemann, 1975, xv-284 p. Bi

bliogr.

Index.

(33) Luckham (Robin). — The Nigerian military. A sociological analysis of authority and revolt. 1960-1967. — Cambridge, Cambridge University Press, 1971, xiv-376 p. Index. (African studies series. 4.). (34) Markakis (John). — Ethiopia : anatomy of a traditional polity. — Oxford, Clarendon Press, 1974, vin-409 p. Bibliogr. Index. (Oxford studies in African Affairs).

(35) Martin (Denis), Yannopoulos (Tatiana). — « Régimes militaires et classes

de

sociales

en

Afrique

noire :

une

hypothèse »,

Revue française

science politique XXII (4), août 1972, pp. 847-882. (36) Peemans (J. Ph.). — « The social and economic development of Zaïre since independence : an historical outline », African Affairs, 74 (295), april 1975, pp. 148-179.

(37) Schachter (Ruth). — « Single-party systems in West-Africa », American Political Science Review, LV (2), June 1961, pp. 294-307.

(38) Schwab (Peter). — Decision making in Ethiopia : a study of the political process. — Rutherford (N.J.), Fairleigh Dickinson University Press, 1972, 201 p. Bibliogr. Index. (39) Sklar (Richard L.). — Nigerian political parties. Power in an emergent African nation. — Princeton (N.J.), Princeton University Press, 1963, xii-578 p. Bibliogr. Index. (Princeton University Woodrow Wilson School of public and international affairs. The Center of interna tionalstudies). (40) Wallerstein (Immanuel). — « The decline of the party in single-party

African state »,

(Myron) ed. — Political parties and political development. — Prin

pp. 201-214

in :

La Palombara (Joseph G.), Weiner

(N.J.), Princeton University Press, 1966, vni-487 p. Bibliogr.

Index. (Studies in political development. 6). (41) Ziegler (Jean). — Sociologie de la nouvelle Afrique. — Paris, Gallimard, 1964, 384 p. (Idées 59). (42) Zolberg (Aristide R.). — One party government in the Ivory Coast. — Princeton (N.J.), Princeton University Press, 1964, xiv-374 p. Bibliogr. Index. (43) Zolberg (Aristide R.). — Creating political order. The party-states of West-Africa. — Chicago (111.), Rand Mac Nally, 1967, vm-168 p. Index. (Rand Mac Nally studies in political change).

ceton

513

Jean-François Bayart

Amérique latine

(44) Anderson (Charles W.). — Politics and economic change in Latin America. The governing of restless Nations. — Princeton (N.J.), Van Nostrand,

1967,

xii-388 p. Index.

(11) Franck (André Gunder). — Le développement du sous-développement :

Paris, Maspero, 2e éd. augm., 1972, 400 p. Bibliogr. (Textes à l'appui). (45) Garces (Joan E.). — Développement politique et développement mique. Etude comparative de la Colombie et du Chili. — Paris, 1970, vi-495 p. Bibliogr. (Thèse Doctorat de recherches. Mention études politiques. Paris, Fondation nationale des sciences politiques. Cycle supérieur d'études politiques. 1970. Sous la direction de Serge Hurtig).

l'Amérique latine.

Traduit de l'anglais par Christos Passados.

(46) Horowitz (Irving Louis). —

the political

in : Horowitz (Irving Louis),

Castro (Josue de), Gerassi (John) ed. — Latin America radicalism. A documentary report on left and nationalist movements. — London, J. Cape, 1969, xvi-656 p. Bibliogr. Index.

« The

norm of illegitimacy ;

sociology of Latin America », pp. 3-28

(47)

Lazar (Arpad von). —

« Latin America and the politics of

tarianism : a model for decompression », Comparative Political Stu

dies,

I (3), oct.-déc.

1968, pp. 419429.

(48) Lindenberg (Klaus). — « Zur politischen Funktion des Militars in Latein Amerika », pp. 61-81 in : Lindenberg (Klaus) ed. — Politik in Latei- namerika. Interne und externe Faktoren einer konfliktorientierten Entwicklung. — Hannover, Verlag fur Literatur und Zeitgeschechen,

1971,

260 p. Bibliogr. Index.

the military

coup. — Berkeley (Calif.), University Press of California, 1969, vm- 73 p. Bibliogr. (University of California. Institute of International Studies. Politics of modernization series. 7).

(50) Petras (James Franck), Zeitlin (Maurice) ed. — Latin America. Reform or Revolution ? A reader. — Greenwich Conn.), Fawcett, 1968, 511 p. Bibliogr. Index. (A Fawcett premier book. Political perspectives series).

(51) Rouquie (Alain). — « Revolutions militaires et indépendance nationale en Amérique Latine (1968-1971) », Revue française de science politique

(5), octobre 1971, pp. 1045-1069 et XXI (6), décembre 1971, pp. 1234-

(49) Nun

(Jose). — Latin

America : the hegemonic crisis

and

XXI

1259.

(52) Silvert (Kalman Hirsch) ed. — « The cost of anti-nationalism :

tina »,

peoples. Nationalism and development. Preface by Kenneth W. Thomps on.— New York, Random House, 1963, xxv-490 p. Bibliogr. Index.

pp.

347-372

in :

Silvert

(Kalman Hirsch) ed. — Expectant

(53) Touraine (Alain). — Vie et mort du Chili populaire. Journal sociologique.

Juillet-Septembre 1773. — Paris, Ed. du Seuil,

1973,

287

p.

Bibliogr.

(L'histoire immédiate). (54) Wiarda (Howard John). — Dictatorship and development. The methods of control in Trujillo's Dominican Republic. — Gainesville (Flo.), University of Florida Press, 1968, 224 p. Bibliogr. Index. (University of Florida. Center for Latin American studies. Latin american monog raphs. Second Series. 5).

514

L'analyse des situations autoritaires

Brésil

(55) Cardoso (Fernando Enrique). — « Associated-dependent development :

retical and practical implications », pp. 142-176 in : Stepan (Alfred C.) ed. — Authoritarian Brazil, Origins, policies and future. New Haven, Yale University Press, 1973, xi-265 p. Index.

(56) Fiechter (Georges André). — Le régime modernisateur du Brésil. 1964-1972. Etude sur les interactions politico-économiques dans un régime mili taire contemporain. — Leyden, A.W. Sigthoff, 1972, xvi-297 p. Bibliogr. Index. (Thèse sciences politiques. Genève. 1972. N° 243).

(57) Furtado (Celso). —

« De l'oligarchie

à

l'Etat

militaire ». Les

Modernes, XXIII (257), octobre 1967, pp. 578-601.

Temps

(58) Ianni (Octavio). — Crisis

by Phyllis

1970, 244

p.

B.

in Brazil (O colapso do populismo). Transi.

Eveleth. — New York, Columbia University Press,

Bibliogr. Index. (Institute of Latin American Studies.

Columbia University). (14) Jaguaribe (Helio). — Economie and political development. A theoriticàl approach and a Brazilian case study. — Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1968, x-202 p. Index. (59) Las Casas (R. D. de). — « L'Etat autoritaire. Essai sur les formes actuelles de domination impérialiste », L'homme et la société, 18, octobre- décembre 1970, pp. 99-111.

(60) Linz (Juan J.). — « The future of an authoritarian situation or the insti-

Brazil »,

tutionalization of an authoritarian regime : the case

of

pp. 233-254 in Stepan (Alfred C.) éd., Authoritarian Brazil. Origins,

policies and future. — New Haven,

Yale

University Press, 1973, xi-

265 p. Index.

(61) Skidmore (Thomas E.). — Politics in Brazil, 1930-1964. An experiment in democracy. — New York, Oxford University Press, 1967, xvni-446 p. Bibliogr. Index.

change in

xvi-

(62) Schmitter (Philippe

C). — Interest conflict

and political

Brazil.

— Stanford (Calif.), Stanford University Press,

1971,

499 p. Bibliogr. Index.

(63) Schmitter (Philippe C). — « The " portugalization " of Brazil ? », pp. 179-

in : Stepan (Alfred) ed. — Authoritarian Brazil. Origins, policies

xi-265 p.

232

and future.

Index.

— New Haven,

Yale

University Press, 1973,

(64) Schneider (Ronald M.). — The political system of Brazil: emergence of

a « modernizing » authoritarian regime. 1964-1970. — New York ,

Columbia University Press, 1971, xx-432 p. Bibliogr. Index. (Columbia University Institute of Latin American Studies). (65) Schooyans (Michel). — Destin du Brésil : la technocratie militaire et son idéologie. — Gembloux, J. Duculot, 1973, 230 p. Index. (Sociologie nouvelle : situation. 6)

Changing patterns in

1971, xiv-

(66) Stepan (Alfred C).

The

military in politics.

Brazil. — Princeton (N.J.), Princeton University Press,

313

p. Bibliogr. Index. (Rand Corporation research study).

(67) Stepan (Alfred C.)

ed. — Authoritarian Brazil. Origins, policies and

Yale University Press, 1973, xi-265 p. Index.

future. — New Haven

,

515

Jean-François Bayart

Colombie

(68) Dix (Robert H.). — Colombia:

the political dimensions of change. —

New Haven (Conn.), Yale University Press, 1967, xiv452 p. Bibliogr. Index. (Yale Studies in political science. 20).

(69) Gilhodes (Pierre). — La question agraire en Colombie (1958-1971) :

tique

et violence.

— Paris,

Presses

de

la

Fondation nationale des

(Cahiers de la Fon

sciences politiques, 1974, 537 p. Bibliogr. Index.

dation

nationale des sciences politiques. 191).

(70) Havens (Arthur Eugène), Flinn (William L.). — Internal colonialism and

F.A. Praeger, 1970,

, xxn-250 p. Bibliogr. (Praeger special studies in international econo micsand development).

structural change in Colombia. — New York

Mexique

(71) Anderson (B.), Cockcroft (James D.). — « Control and cooptation in

politics », pp. 366-389 in : Horowitz (Irving Louis), Castro (Josue de), Gerassi (John) ed. — Latin American radicalism. A documentary report on left and nationalist movements. — London, J. Cape, 1969, xvi-656 p. Bibliogr. Index.

can

(72) Fagen (Richard Rees), Tuohy (William S.). — Politics and privilege in a Mexican city. — Stanford (Cal.), Stanford University Press, 1972, xiv-209 p. Index. (Stanford Studies in comparative politics. 5). (73) Fernandez (Julio A.). — Political administration in Mexico. — Boulder (Color.), University of Colorado, 1969, xn-80 p. Bibliogr. Index. (Uni

of Colorado. Bureau of Governmental research and service).

(74) Gonzales Casanova (Pablo). — La démocratie au Mexique (La democracia en Mexico). Trad, de l'espagnol par Mme Jimeno-Grendi. — Paris, Ed. Anthropos, 1969, xx-371 p. (Sociologie et Tiers Monde).

(75) Johnson (Kenneth F.). — Mexican democracy : a critical view. — Boston

(The Allyn and

versity

(Mass.),

Bacon series in Latin American politics).

Allyn and Bacon,

1971.

xiv-190 p.

Index.

(76) Levy (Bernard Henry). — « Mexique : nationalisation de l'impérialisme »,

Les Temps Modernes, 26 (291), octobre (77) Ugalde (Antonio). — Power and conflict

1970, pp. 625-635.

in a Mexican community. A

study of political integration. — Albuquerque (N.M.), University

of New Mexico Press, 1970, xxn-193 p. Bibliogr. Index.

Pérou

(78) Astiz (Carlos Alberto). — Pressure groups and power elites in Peruvian

xx-316 p.

politics. ~

Bibliogr. Index.

Ithaca (N. Y.), Cornell University Press,

1969,

(79) Bourricaud (François). — Pouvoir et société dans le Pérou contemporain. — Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1967, n-319 p. Index. (Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques. 149).

(80) Quijano (Anibal).

a study in Monthly

— « Nationalism

and capitalism in Peru :

R.

Lane ».

neo-imperialism. ».

Review Press, 1971, 123 p. Bibliogr. (Monthly Review, Special Issue, Vol. 23 July-Aug. 1971, N° 3).

Trans, by Helen

New York,

516

L'analyse des situations autoritairer

(81) Stephens (Richard H.). — Wealth and power in Peru with an introd. by Harold D. Lasswell. — Metuchen (N.J.), Scarecrow Press, 1971, x-219 p. Bibliogr. Index.

Asie centrale et pays arabes (82) Duvignaud (Jean). —

« Classe

et conscience de classe

dans un pays

du

Maghreb : la Tunisie », Cahiers internationaux de sociologie, 12 (38), 1965, pp. 185-200.

(83) Halpern (Manfred). — The politics of social change in the Middle East and North Africa. — Princeton (N.J.), Princeton University Press, 1963, xxviii-431 p. Index. (84) Laroui (Abdallah). — L'idéologie arabe contemporaine. Essai critique. Préf. de Maxime Rodinson. — Paris, Maspero, 1967, xiv-225 p. Index. (Textes à l'appui).

(85)

Marais (Octave). — « La classe dirigeante au Maroc », Revue française de science politique XIV (4), août 1964. — pp. 709-737.

(86)

décembre 1969, pp. 1172-1185. (87) Moore (Clement Henry). — Tunisia since independence. The dynamics of one-party governement. — Berkeley, University of California Press, 1965, xiv-230 p. Bibliogr. Index.

(88) Poncet (Jean). — La Tunisie à la recherche de son avenir: indépendance

Marais (Octave). geante au

— Maroc », Revue

« La

relation entre la monarchie et la classe

française de science politique

XIV

(6),

ou néo-colonialisme ? — Paris, (Notre temps - Monde. 6).

Ed.

Sociales, 1974, 219

p. Bibliogr.

(89) Rudebeck (Lars). — Party and people. A study of political change in sia. — Stockholm, Almquist och wiksell, 1967, 275 p. Bibliogr. (Publi cations of the political science Association of Upsala. 48).

(90) Waterbury (John).

The

commander of the faithful :

the Moroccan

political elite. A study in segmented politics. — New York, Columb iaUniversity Press, 1970, xvin-367 p. Bibliogr. Index. (The modern middle East series. 2).

Iran

(91) Bill (James Alban). — The politics of Iran: groups, classes and

nization. — Columbus (Ohio), CE. Merrill, 1972, ix-174 Index. (Merrill Political Science series).

p. Bibliogr.

(92) Binder (Leonard). — Iran. Political development in a changing society. — Berkeley. University of California Press, 1962, xn-362 p. Index. (Uni

versity

of California. The Near Eastern Center).

(93) Jacobs (Norman). — The sociology of development. —

case study.

Bibliogr. (Praeger special development).

New York,

F.A.

Praeger,

studies in

1966,

Iran as

vin-543

an Asian

p. multip.

and

international economics

(94) Ramazani

(Rouhallah K.). — « Iran's white

revolution :

a

study in

tical development », International Journal of Middle East Studies,

(5), 1974, pp. 124-139.

(95) Vieille (Paul), Banisadr (Abol Hassan), dir. — Pétrole et violence :

reur blanche et résistance en Iran.

— Paris, Anthropos,

1974,

346

p.

517

Jean-François Bayart

(96) Zonis (Marvin). — The political elite of Iran. — Princeton (N.J.), ceton University Press, 1971, xvi-389 p. Bibliogr. Index. (Princeton Studies on the Near East).

Turquie

(97) Frey (Frederick Ward). — The Turkish political elite. — Cambridge (Mass.), M.I.T. Press, 1965, xxvi-483 p. Bibliogr. Index. (Massachusetts Institute of Technology). (98) Harputlu (Kamuran Bekir). — La Turquie dans l'impasse. Une analyse marxiste de l'Empire ottoman à nos jours. — Paris, Anthropos, 1974, 344 p.

dans un système

politique en crise : le cas de la Turquie », Revue française de science politique XXIII (1), février 1973, pp. 5-32.

(99) Kazancigil (Ali).

« La participation et

les élites

(100) Lerner (Daniel), Robinson (Richard D.). — «Swords and ploughshares:

Bienen

— Chicago (111.),

the Turkish army as

(Henry)

a modernizing force », pp.

117-148

in :

ed. — The military and modernization.

Aldine-Atherton, 1971, x-242 p. Bibliogr. Index. (Atherton controversies). (101) Ozbudun (Ergun). — « Established revolution versus unfinished revolution :

contrasting patterns of democratization in Mexico and Turkey », pp. 380-405 in : Huntington (Samuel Phillips), Moore (Clement Henry) ed. — Authoritarian politics in modern society. The dynamics of established one-party systems. — New York, Basic Books, 1970, x-533 p. Index. (102) Roos (Leslie), Roos (Noralou P.). — Managers of modernization. zations and elites in Turkey. 1950-1969. — Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1971, xiv-292 p. Bibliogr. Index.

Asie du Sud et du Sud-Est

(103) Ala vi (Hamza). —

« The state in post-colonial societies :

Pakistan and

Bangla-Desh », New Left Review, 74, july-august 1972, pp. 59-81.

(104) Bellows (Thomas J.). — The People's Action Party of Singapore :

gence

of

a

dominant party system. — New Haven (Conn.),

Yale

University, 1970, xn-199 p. Bibliogr. (Yale University Southeast Asia studies. Monograph series. 14). (105) Braibanti (Ralph) ed. — Asian bureaucratic systems emergent from the British imperial tradition. — Durham (N. C), Duke University Press, 1966, x-733 p. Index. (Duke University Commonwealth studies center publications. 28).

(106) Cole (David Chamberlin), Lyma (Princeton N.). — Korean development. The interplay of politics and economics. — Cambridge (Mass.), Har

vard

University Center for International Affairs).

University Press,

1971,

xvi-320

p.

Bibliogr.

Index.

(Harvard

(107)

theast Asia », pp. 108-131 in : Evers (Hans-Dieter) ed. — Moderniz ationin South East Asia. — Singapore, London, New York, Oxford University Press, 1973, xix- Bibliogr. Index. (108) Feith (Herbert). — The decline of constitutional democracy in nesia. — Ithaca (N. Y.), Cornell University Press, 1962, xxn-628 p. Index.

Evers (Hans-Dieter). — « Group

conflict and class formation in

518

L'analyse des situations autoritaires

(109) Fistié (Pierre). — L'évolution de la Thaïlande contemporaine. — Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1967, 391 p.

sciences

(110) Kim (Se-Jin). — The politics of military revolution in Korea. — Chapel

p.

Bibliogr. Index. (Cahiers de la Fondation nationale des politiques. 156. Relations internationales).

Hill (N.C.),

University of North

Bibliogr. Index.

Carolina Press,

1971, xvi-239

(111) Leclerc (Jacques). — «Vocabulaire social et repression politique: un exemple indonésien », Annales, Economies, Sociétés, Civilisations, 2, mars-avril 1973, pp. 407-428. (112) Lev (Daniel S.). — The transition to guided democracy. Indonesian

tics 1957-1959. — Ithaca (N.Y.), Cornell University, (Cornell University Department of Asian Studies.

1966,

vni-298 p.

Southeast Asia

Program. Modern Indonesia Project. Monograph Series). (113) Levy (Bernard Henry). — Bangla-Desh, nationalisme dans la révolution. — Paris, Maspero, 1973, 327 p. Bibliogr. (Cahiers libres 253-254). (114) Peacock (James L.). — Rites of modernization. Symbolic and social aspects of Indonesian proletarian drama. — Chicago (111.), University of Chicago Press, 1968, xxvi-306 p. Bibliogr. Index. (Symbolic anthro pology). (115) Pye (Lucian Wilmot). — Politics, personality and nation-building: Burma's search for identity. — New Haven, London, Yale University Press, 1962, xx-307 p. Index. (Center for International Studies. Massachussetts Institute of Technology).

(116) RlGGs (Fred Warren). — Thailand : the modernization of a bureaucratic polity. — Honolulu (Hawaii), East-West Center, 1966, xiv-470 p. Index.

(117) Scott (James C). — Political ideology in Malaysia. Reality and the beliefs

Yale University Press, 1968, xiv-302 p. Index.

of an elite. — New Haven

(Yale

, Southeast Asia Studies. 3).

(118) Willner (Ann Ruth). — « The neo traditional accommodation to political

Pye (Lucian

of Indonesia », pp.

Wilmot) ed. — Cases in comparative politics : Asia. — Boston (Mass.),

independence : the case

242-306

in :

Little, Brown, 1970, x-306 p. Bibliogr.

(119) Wilson (David Allen). — Politics in Thailand. — Ithaca (N.Y.), Cornell

Bibliogr. Index. (Cornell Univ.

Southeast Asia Program). (120) Ziring (Lawrence). — The Ayub Khan era. Politics in Pakistan. 1958-1969. — Syracuse (N.Y.), Syracuse University Press, 1971, xiv-234 p. Bibliogr. Index.

University Press, 1962, xvm-307 p.

Europe

(121) Poulantzas (Nicos). — La crise des dictatures européennes (Portugal, Grèce, Espagne). — Paris, Maspero, 1975. (Cahiers libres 302).

Espagne

(122) Anderson (Charles W.). — The political economy of modem Spain. Policy- making in an authoritarian system. — Madison (Mil.), The Univers ityof Wisconsin Press, 1970, xvi-282 p. Index.

519

Jean-François Bayart

(123) Georgel (Jacques). — Le franquisme : histoire et bilan {1939-1969). — Paris,

Ed.

ouverte »).

du

Seuil,

1970,

400

p.

Bibliogr.

(Collée.

Esprit

« Frontière

(124) Giner (Salvador). — « Spain », pp. 125-161 in : Archer (Margaret Scotford), Giner (Salvador) éd. — Contemporary Europe. Class, status and power. — London, Weidenfeld and Nicolson, 1971, xn-443 p. Bibliogr. Index. (Reading University Studies on contemporary Europe). (125) Hermet (Guy). — Les communistes en Espagne. Etude d'un mouvement politique clandestin. — Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1971, 216 p. Bibliogr. (Presses de la Fondation nationale des sciences politiques. Centre d'étude des relations inter

nationales.

Travaux et recherches de science politique. 15). —

(15) Linz

(Juan J.).

«An authoritarian regime: Spain», pp. 291-341 in:

Littunen (Yrjo) ed. — Cleavages, ideologies and

, party systems. Contribution to comparative political sociology. — Helsinki, The Academic Bookstore, 1964, 464 p. (Transactions of the Westmarck society. Vol. X).

Allardt (Erik)

(126) Linz (Juan J.). — « From Falange to Movimiento organizacion : the nish single party and the Franco regime, 1939-1968 », pp. 128-203 in :

Huntington (Samuel Phillips), Moore (Clement Henry) ed. — Author

itarian

politics in modern society. The dynamics of established one-

party systems. — New York, Basic Books,

1970, x-533

p.

Index.

(127) Linz (Juan J.). — «Opposition in and under an authoritarian regime:

the

and oppositions. — New Haven (Conn.), Yale University Press, 1973, 411 p. Index.

case of Spain», pp. 171-259 in: Dahl (Robert Alan) ed. — Regimes

Grèce

(128) Couloumbis

VI (3),

(Theodore A.). — « The Greek Junta phenomenon », Polity,

Spring 1974, pp. 345-374.

(129) Mouzelis (Nikos), Attalides (Michael). — « Greece », pp. 162-197 in : Archer (Margaret Scotford), Giner (Salvador) ed. — Contemporary Europe. Class, status and power. — London, Weidenfeld and Nicolson, 1971, xn-443 p. Bibliogr. Index. (Reading University Studies on Contem poraryEurope). (130) Tsoucalas (Constantine). — « Class struggle and dictatorship in Greece », New Left Review, 56, july-august 1969, pp. 3-16.

(131) Xydis

(Stephen

17-35

in :

G.).

« Coups and countercoups in Greece,

1967-1973

(with postcript) », Political Science Quarterly, 89 (3), Fall 1974, pp. 507-
538.

(132) Zaharopoulos (George). — « Politics and the army in post-war Greece »,

Clogg (Richard), Yannopoulos (George) ed. — Greece

under military rule. — New York, Basic Books, 1972, xxn-272 p. Bibliogr. Index.

pp.

Portugal (133) Schmitter (Philippe C). — Corporatism and public policy in tarian Portugal. London, Beverly Hills (Calif.), Sage Publications, 1975, 72 p. Bibliogr. (A Sage Professional Paper. Contemporary Poli tical Sociology Series, vol. 1).

520