L’ACTIVISTE A OUVERT LE FEU ALORS QU’IL ÉTAIT EN COMPAGNIE

DE SA FEMME ET DE SES ENFANTS

Accrochage avec un
terroriste “en famille”

LA LFP PUBLIE LE RELIQUAT DES SANCTIONS

Kerbadj douche
les espoirs de Ghrib

P.6

LIBERTE

P.24

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

AF

AF

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7273 VENDREDI 1er - SAMEDI 2 JUILLET 2016 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

LES PROJETS DE LOI PORTANT RÉGIME ÉLECTORAL ET INSTANCE
DE SURVEILLANCE DES ÉLECTIONS VOTÉS SANS AMENDEMENTS

ÉVOQUANT DE
NOUVEAUX DISPOSITIFS
LIBERTICIDES DU
POUVOIR

APN : le diktat
de la majorité
FLN-RND

Le RCD
dénonce de
futurs hold-up
électoraux

P.3

Bedoui annonce d’autres
projets de lois restrictifs

BENFLIS DÉNONCE LES
PROJETS DE LOI RELATIFS
AUX ÉLECTIONS

“Le régime
veut
récupérer ce
qu’il a donné
en 2012”
LE PREMIER SECRÉTAIRE DU
FFS, ABDELMALEK
BOUCHAFA, DEVANT LES
MILITANTS DU PARTI

“Le régime
n’est ni
constitutionnel ni démocratique”
P.4
PÉTITION
D’“EL KHABAR”

APS

Cri des
hommes libres
pour défendre
l’Algérie des
libertés P.10
CRÉATION DE CHAÎNES DE TÉLÉVISION ET DE RADIOS EN ALGÉRIE

DÉTENTION PRÉVENTIVE DE RESPONSABLES DE KBC

Audiovisuel

La demande de liberté
provisoire examinée
le 10 juillet P.2

Ce que dispose le cahier
des charges
P.2

Vendredi 1er - Samedi 2 Juillet 2016

2 L’actualité en question

LIBERTE

DÉTENTION PRÉVENTIVE DES RESPONSABLES DE KBC

La demande de liberté provisoire
examinée le 10 juillet
C’est le 10 juillet prochain que la chambre d’accusation du tribunal de Sidi-M’hamed examinera la demande
de liberté provisoire introduite par la défense.
étenus depuis
une semaine à la
prison d’El-Harrach, dans le
cadre de ce qui
est convenu d’appeler l’affaire KBC, le directeur
de  cette chaîne TV  et gérant de
Ness-Prod, Mehdi Benaïssa, le directeur de production de la chaîne,
Ryad Hartouf, et une directrice au
ministère de la Culture n’auront
pas droit à la liberté provisoire avant
le 10 juillet.
En effet, c’est à cette date que l’appel contre l’ordonnance de leur
mise en détention préventive sera
examiné par la chambre d’accusation. “Nous avons relevé l’appel
contre cette ordonnance comme le
prévoit la loi et il ne sera examiné,
malheureusement, que le 10 juillet”,
a-t-on appris, hier, auprès des avocats de Mehdi Benaïsa et de Ryad
Hartouf, responsables à KBC.
Notre source a souligné que la même
procédure a été engagée par les avocats de Nora Nedjaï, directrice au
ministère de la Culture, pour bénéficier, elle aussi, d’une mise en liber-

D

Liberté
Le tribunal de Sidi M’hamed examinera la demande de liberté provisoire le 10 juillet prochain.

té provisoire. “Nous avions transmis
le dossier au procureur général près
la cour de Sidi-M’hamed qui l’a
transmis au parquet général de la
cour d’Alger pour que le dossier soit
fixé devant la chambre d’accusation”, a expliqué notre source qui a
indiqué que la chambre d’accusa-

tion, après traitement de l’appel,
tranchera par une infirmation de
l’ordonnance ou sa confirmation.
Contactée par Liberté, Me Fetta Sadat, membre du collectif d’avocats
des responsables de KBC en détention à El-Harrach, a regretté que “les
pouvoirs publics ne respectent pas

leurs propres lois”. Elle en veut pour
preuve les multiples entorses à la loi
et les viols des principes de liberté
consacrés dans moult textes dont la
loi fondamentale. “Les différents
textes expliquent que la liberté est le
principe”, tandis que “la détention est
exceptionnelle”. Elle a fait remarquer

que le même principe est repris
dans le code de procédure pénale,
mais regrette que dans le dossier de
KBC, “on a vu le contraire” et que le
pouvoir a privilégié la détention à la
mise en liberté, pourtant, l’institution
de justice n’est devant aucun risque
de fuite des prévenus. Me Sadat a
aussi regretté le fait que le principe
de présomption d’innocence ait été
également transgressé. Rappelons
que dans l’affaire KBC, trois prévenus, en l’occurrence le directeur
général de la chaîne, le producteur
et une directrice centrale au ministère de la Culture, sont en détention
provisoire depuis le mois passé.
Ils sont accusés de “fausses déclarations” et d’“abus de fonction”. Ils ont
été placés sous mandat de dépôt,
après un interrogatoire et une
garde à vue de 36 heures chez les
gendarmes, à Bab Djadid. Cité
également dans l’affaire, le président
du conseil d’administration du
groupe El Khabar et la comptable de
KBC ont été entendus comme
témoins.
MOHAMED MOULOUDJ

AFFAIRE EL-KHABAR, KBC, ET MISES EN GARDE CONTRE LES CHAÎNES TV

Amnesty International dénonce une restriction
envers les médias
affaire d’El-Khabar, de KBC et les velléités autoritaires du régime pour
faire main basse sur la presse n’ont
pas laissé de marbre des organisations de la
société civile, des partis politiques, des ONG
et les défenseurs de la liberté d’expression.
Amnesty International n’y voit, dans ces agissements du pouvoir, que des restrictions
croissantes envers les médias et les journalistes
indépendants.
Après avoir dénoncé cet état de fait, AI fait remarquer que ces restrictions se multiplient ces

L’

derniers mois. L’organisation a rappelé, dans
un communiqué rendu public, que le pouvoir
dans sa campagne de répression contre la presse, le 15 juin 2016, le tribunal administratif de
Bir-Mourad-Raïs a ordonné le gel du rachat
des parts du groupe de presse El-Khabar par
Ness-Prod.
AI estime que “le pluralisme est vital pour assurer une presse libre et dynamique”, avant
d’évoquer le code de l’information qui “est excessivement restrictif, et en pratique ne fait que
consolider le contrôle de l’État sur les médias

à travers un régime serré d’autorisations et de
régulations sur les propriétaires de publications”.
À propos des mises en garde contre les
chaînes TV privées, AI rappelle qu’une demande est déposée auprès des autorités algériennes exigeant la modification de la loi et de
la mettre en conformité avec les obligations internationales de l’Algérie en matière de droits
humains, et ses garanties constitutionnelles.
Concernant l’affaire KBC, l’ONG considère
que les charges retenues à l’encontre des détenus “sont motivées par des raisons poli-

tiques”. “Ils ont été mis sous mandat de dépôt
après que les gendarmes eurent mis sous scellé le studio où s'enregistrait l’émission “Ki hna
ki ennass”, le 19 juin 2016, au motif que ces studios avaient déjà été utilisés par la chaîne Atlas TV, précise AI, ajoutant que ces mêmes studios avaient été récemment utilisés par une
autre chaîne, qui n’avait pas fait face à des difficultés. “Amnesty International craint que
KBC soit punie pour sa ligne éditoriale indépendante”, alerte le communiqué.
M. MOULOUDJ

CRÉATION DE CHAÎNES DE TÉLÉVISION ET DE RADIOS EN ALGÉRIE

Audiovisuel : ce que dispose le cahier des charges
e projet de décret portant sur
le cahier des charges relatif à
l’audiovisuel a été discuté,
amendé et en voie de finalisation, a
rapporté, hier, l’agence de presse officielle qui en a publié de larges extraits. Riche de 89 articles, scindés en
11 chapitres, le texte fixe les règles relatives à l’éthique et la déontologie,
définit les relations avec les institutions, les modalités d’autorisation et
les sanctions en cas de manquement.
Le projet de décret consacre clairement que la régulation de l’audiovisuel est l’apanage de l’Arav et non du
ministère de la Communication.
En effet, il dispose que la création de
chaînes TV ou de radios pour les
candidats qui doivent “justifier du
statut de personne morale de droit algérien, de la nationalité algérienne de
tous les actionnaires” et “l’exclusivité nationale du capital social, de
l’origine des fonds investis, de la présence de journalistes professionnels et
de personnes professionnelles parmi

L

les actionnaires”, mais aussi que
l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav) exerce le droit de préemption au profit de l’État en cas de
mise en vente.
Cette procédure, précise la loi, peut
être conclue, hors appel à candidature, pour transférer les droits liés à
l’autorisation au profit du nouvel acquéreur, et ce, sous l’autorité de
l’Arav. Dans le même chapitre, il est
également précisé que les personnes
morales exploitant des services de
communication audiovisuelle
relevant du secteur public “peuvent
participer au capital social des
personnes morales exploitant des
services de communication audiovisuelle autorisés”.
Ce projet, qui sera, par ailleurs,
transmis au secrétariat du gouvernement, souffre d’ores et déjà de l’inexistence des textes d’application de
cette loi, sachant que seul le décret
relatif aux indemnités des membres
de l’Arav a été promulgué. Autre dis-

position dominante dans ce projet de
loi, la proscription de “toute offense, toute parole outrageante, injurieuse ou diffamatoire à l’encontre du
président de la République ou de l’institution représentée par ce dernier”,
aussi, “le respect des valeurs nationales et des symboles de l’État définis
par la Constitution, des exigences de
l’unité nationale, de la sécurité et de
la défense nationale, de l’ordre républicain, ainsi que des intérêts économiques et diplomatiques de la nation”.
De même, les règles générales imposables prévoient de “maintenir l’impartialité et l’objectivité et de ne pas
servir l’intérêt et la cause des groupes
d’intérêt politiques, ethniques, économiques, financiers et religieux ou
idéologiques” et de ne “pas instrumentaliser la religion à des fins partisanes et contraires aux valeurs de
tolérance et de ne pas porter atteinte à la vie privée, à l’honneur et à la
réputation des personnes”.

Au plan des relations avec les institutions, il est stipulé que les chaînes
de télévision et radios doivent observer le respect du secret de l’instruction, de ne pas diffuser les
images des plaidoiries, les images des
mineurs, etc.
Par ailleurs, l’Arav est tenue de
mettre en demeure les responsables
des chaînes en cas de non-respect
des dispositions générales pour se
conformer à cette loi. Dans le cas
contraire, des sanctions pécuniaires
sont prévues conformément à l'article 100 de cette loi, alors que l’article 101 évoque une suspension
partielle ou totale du programme
diffusé ou une suspension de l’autorisation pour tout manquement
non lié au contenu des programmes.
L’article 102 définit les cas de retrait
de l’autorisation, alors que l’article
103 stipule les modalités permettant
à l’Arav de procéder à la suspension
immédiate sans mise en demeure
préalable.

Pour ce qui est des dispositions pénales, des amendes financières allant
de deux à dix millions de dinars sont
prévues par la loi, ainsi que la confiscation des matériels et installations
utilisés.
Signalons, enfin, que l’Arav est chargée de veiller à l’impartialité des personnes morales exploitant ces
chaînes de télé et radios à garantir
l’objectivité, d’instruire les demandes
de création de nouvelles chaînes
pour se prononcer sur leur recevabilité, d’octroyer les fréquences et de
veiller à la conformité aux lois et règlements en vigueur, au respect du
cahier des charges, à arbitrer les litiges opposant les personnes morales
exploitant un service audiovisuel,
soit entre elles, soit avec les usagers,
et à instruire les plaintes émanant
des partis politiques, des organisations syndicales, des associations et
de toute autre personne physique ou
morale.
FARID BELGACEM

LIBERTE

L’actualité en question

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

3

LES PROJETS DE LOI PORTANT RÉGIME ÉLECTORAL ET INSTANCE DE SURVEILLANCE
DES ÉLECTIONS VOTÉS SANS AMENDEMENTS

APN : le diktat
de la majorité FLN-RND
Trois groupes parlementaires ont boycotté la séance consacrée au vote des deux projets de loi, dénonçant
une “mascarade” rendue possible par “la prédominance du pouvoir exécutif sur le pouvoir législatif”
et la transformation de l’Assemblée en “un simple bureau de réception des lois”.
es deux projets de loi relatifs au régime électoral
et à la Haute instance de
surveillance des élections ont été votés, jeudi dernier, à une majorité de 244 voix dont 26 par procuration, selon les chiffres annoncés à
l’issue du vote par le président de
l’Assemblée nationale. On enregistre ainsi 10 voix de plus que le minimum  requis  pour  les lois  organiques équivalant à 50% des députés plus un, soit 232 votants sur les
462 députés que compte l’Assemblée.
Trois groupes parlementaires, à savoir ceux du FFS, de l’Alliance de
l’Algérie verte et du FJD, ont boycotté la plénière consacrée au vote
des deux projets de loi. Ils ont motivé cette action par le rejet des 98
amendements proposés par les députés dont 96 au projet de code électoral et 2 à celui relatif à la Haute instance indépendante de surveillance
des élections. Dans un communiqué
distribué  à la presse,  les trois
groupes parlementaires estiment que
le Parlement “a perdu toute souveraineté à cause de la prédominance du pouvoir exécutif sur le pouvoir
législatif et sa transformation en un
simple bureau de réception des lois”.
Par conséquent, ces entités parlementaires rejettent ces deux projets de loi dans le fond et dans la forme, tels que votés, jeudi, par les élus

APS

L

Les députés de la majorité font la loi à l’APN !

de la majorité FLN-RND. Le  Parti des travailleurs a également affiché dès le début de la procédure sa
désapprobation vis-à-vis de ces projets de loi. Ses députés ont décidé,
néanmoins, d’emprunter  un autre
chemin : assister  à la plénière
pour exprimer leurs points de vue,
et voter contre les deux projets de loi.
Le député du parti Ramdane Taâzibt,
lors de son intervention en plénière, a déclaré qu’“au PT, nous allons
continuer le combat pour supprimer les  mesures contenues dans cet

IL S’EST EXPRIMÉ JEUDI EN MARGE
DE LA PLÉNIÈRE DE L’APN

E

tiques, qui ont boycotté la séance ou
qui ont voté contre ces deux projets
de loi, sont convaincus que la commission  juridique a  reçu des instructions en haut lieu  pour  voter
ces deux projets de loi tels qu’entérinés le 31 mai dernier par le Conseil
des ministres. “Notre présence à la
séance de vote n’a aucun sens parce
que nous ne savons pas d’où provient
la décision  dans ce pays.
Nous  sommes dans une situation
dangereuse et préjudiciable au multipartisme”, nous déclaré  le chef
du groupe parlementaire du FJD, Lakhdar Benkhellaf. Le FJD a proposé 15 amendements au projet de loi
portant  régime  électoral, demandant notamment l’annulation ou le
report de l’application des articles
73  et 94  jusqu'à 2022. Le  chef du
groupe parlementaire du FFS, Chafaâ Bouaïche, précise que son parti
a décidé le boycott du vote “pour ne
pas participer à la mascarade qui sera
opérée au détriment de la démocratie et du processus électoral en adoptant ces deux projets de loi”. Le représentant de l’Alliance de l’Algérie
verte est revenu, quant à lui, sur les
conditions de travail  des députés,
rappelant la  loi organique régissant les relations entre le Parlement
et le gouvernement.

L’ÉDITO

NISSA HAMMADI

PAR SAÏD CHEKRI

Arsenal restrictif et répressif

Bedoui annonce
d’autres projets
de loi restrictifs
n marge de la plénière, le ministre de l’Intérieur a annoncé que d’autres projets de loi
allant dans la même orientation que
ceux votés jeudi dernier seront examinés en Conseil des ministres dans
les prochaines semaines. Il cite
l’avant-projet de loi sur les réunions
et les manifestations publiques, les
nouveaux codes de wilaya et de
commune et l’avant-projet de loi sur
les principes de la démocratie participative. Faisant allusion à la mobilisation de l’opposition contre le
vote du projet de loi portant régime
électoral et celui relatif à la Haute instance de surveillance des élections,
il rappelle que cette dernière a également boycotté le vote de la révision
de la Constitution qui, à son avis, a
“consacré plus de liberté et d’ouverture”, estimant que “le débat doit
avoir lieu à l’intérieur et non à l’extérieur des institutions”.
Le ministre nie une quelconque volonté d’écarter l’opposition du jeu
politique à travers les deux articles

article  car, dit-il,  nous assistons à
l’émergence de lobbies d’argent puissants  qui contrôlent la  vie  politique. Je le dis même si je sais pertinemment que vous n’allez pas voter
en faveur des  amendements proposés par le PT”. Pour Djelloul Djoudi, également député du PT, “on ne
peut pas prendre les élections législatives de 2012 comme référence parce qu’elles ont été entachées de frau-

de”. Mardi dernier,  un accord  a
été conclu entre les groupes parlementaires du PT et du FJD, d'un
côté, et celui du FLN, de l'autre,
pour  la  suppression  des  deux  articles  controversés (73  et 94)
qui  conditionnent  la participation des partis politiques aux prochains scrutins de 2017 par l’obtention de 4% des suffrages exprimés
lors des élections précédentes. Ces
dispositions stipulent, en outre,
qu'une candidature aux législatives
et municipales doit être  parrainée
par une formation politique pourvue  d’au  moins 10 élus au niveau
de  la circonscription électorale
dans  laquelle elle est présentée.
Pas  moins de 31 amendements
concernant l’article 94 ont été proposés par les députés de l’opposition,  mais également par ceux de la
majorité parlementaire. Mais, coup
de théâtre, mercredi soir, les députés  du FLN et du RND  ont retiré
leurs  propositions d’amendements  sous prétexte  qu’ils
ont  été  convaincus par  les arguments  présentés  par la commission de l'APN, a déclaré en marge de
la plénière le  chef du groupe parlementaire FLN. Les députés du vieux
parti ont confirmé le retrait de leurs
amendements lors de la séance
consacrée au vote. Les partis poli-

e pouvoir cherche, de manière plus que jamais ostentatoire, à réduire
au silence toute forme de critique, qu’elle émane des médias ou de l’opposition politique. Cela n’a rien de nouveau. Ce qui est inédit dans cette entreprise de musellement des libertés d’opinion et d’expression, c’est qu’il
y met à présent un acharnement tel qu’il a fini par être nettement perçu et
largement relevé et dénoncé, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.
Jamais, en effet, le pouvoir n’a été épinglé de façon aussi consensuelle. Fait
rarissime dans les annales parlementaires en Algérie, les derniers textes proposés par le gouvernement à l’Assemblée nationale ont été votés à la hussarde, quasi clandestinement, par la grâce de cette majorité factice constituée du FLN et du RND. Ce que l’ensemble des autres partis siégeant à l’APN
ont dénoncé bruyamment.
Mais pourquoi donc le pouvoir concède-t-il ainsi à décliner sa nature liberticide et sa réalité autocratique, au lendemain d’une révision constitutionnelle qu’il espérait faire valoir comme la preuve irréfutable de sa volonté de
“renforcer la démocratie”, de “consolider l’État de droit”, de “protéger les libertés”
et de garantir de “nouveaux droits à l’opposition” ? Des analystes pensent que
le pouvoir agit de la sorte parce qu’il est dos au mur et que, comme toujours
en pareille circonstance, il fait usage du seul argument dont il dispose : le
passage en force, y compris en recourant, à la lumière du jour, à des procédés antidémocratiques.
C’est donc l’instinct de survie qui semble guider désormais l’action du pouvoir. Pareille thèse est d’ailleurs corroborée par l’annonce faite par le ministre
de l’Intérieur, jeudi, à l’Assemblée nationale où l’on venait de voter, par un
procédé qui emprunte plus au hold-up et au fait accompli qu’aux règles élémentaires de démocratie, deux projets de loi unanimement décriés par l’opposition. Le ministre a fait état d’autres projets de loi, actuellement en préparation, qui viseraient, notamment, à codifier “les réunions et manifestations publiques”. La couleur est annoncée : le pouvoir cherche, en réalité, à
s’armer d’un arsenal restrictif et, au besoin, répressif, non seulement pour
préparer les prochaines échéances électorales au mieux de ses intérêts, mais
aussi en prévision de futures contestations politiques et sociales, que d’aucuns considèrent comme inévitables, voire imminentes, en raison d’une crise économique qui menace de se corser dans les mois à venir. n

L

controversés 94 et 73. “Nous souhaitons bien au contraire impliquer
davantage les formations politiques
dans la scène politique, en dehors des
rendez-vous électoraux.” Il pense
que ceux qui pensent le contraire
“ont certainement d’autres arrièrepensées”. Concernant la Haute instance de surveillance des élections,
il soutient que “ce mécanisme est inexistant même dans certains pays les
plus démocratiques”.
Lors de son intervention en plénière, le ministre de l’Intérieur a indiqué qu’à travers les textes de loi votés jeudi, le gouvernement a tenté de
prendre en considération les recommandations des commissions de
contrôle formulées lors des précédents scrutins. Il a appelé l’opposition à se départir de ses craintes, assurant que l’actuel code électoral
consacre “l’implantation effective
des partis sur le terrain et non pas une
présence à travers seulement les sièges
obtenus”.
N. H.

Le pouvoir
cherche, en
réalité, à
s’armer d’un arsenal
restrictif et, au besoin,
répressif, non
seulement pour
préparer les
prochaines échéances
électorales au mieux
de ses intérêts, mais
aussi en prévision de
futures contestations
politiques et sociales,
que d’aucuns
considèrent comme
inévitables, voire
imminentes, en raison
d’une crise
économique qui
menace de se corser
dans les mois à venir. “

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

4 L’actualité en question

LIBERTE

ÉVOQUANT DE NOUVEAUX DISPOSITIFS LIBERTICIDES DU POUVOIR

Le RCD dénonce de futurs
hold-up électoraux
e secrétariat national du
Rassemblement pour la
culture et la démocratie,
qui s’est réuni en session
mensuelle jeudi, à Alger,
s’est penché sur “les inquiétudes pressantes des populations”. Dans le communiqué sanctionnant la réunion, rendu public
hier vendredi, le RCD a d’abord
relevé que “jamais l’unité de son
peuple et l’intégrité du pays n’ont été
aussi menacées depuis le recouvrement de l’Indépendance, y compris
pendant la période noire du terrorisme”. Le secrétariat national du
parti qualifie la fin de règne d’Abdelaziz Bouteflika de “chaotique”, et
décrit l’Algérie comme étant “une
proie qui exacerbe les luttes de clans
et les appétits des factions”. Au plan
des libertés, le RCD indique que
“l’obsession d’organiser une succession
en vase clos qui garantit la pérennité de la mainmise des clans au pouvoir sur le pays est incompatible
avec le maintien des quelques espaces

L

chèrement arrachés et exhibés, il y a
peu, comme un faire-valoir démocratique”. Il ajoute que “le verrouillage projeté de la vie publique qui
compromet et engage la mise au pas
des médias privés, qui continuent de
refuser de monnayer leur ligne éditoriale, augure des lendemains incertains”. Aussi, le RCD considère
que l’“adoption à la hussarde par un
Parlement, de surcroît illégitime, de
lois restreignant l’exercice d’une catégorie du peuple algérien de ses libertés, les militaires en retraite en l’occurrence, ainsi que de nouveaux dispositifs liberticides préparent les futurs hold-up électoraux d’un pouvoir
politique qui a fait définitivement le
choix de l’isolement”. Au plan social,
le secrétariat national du RCD souligne que l’“érosion grandissante du
pouvoir d’achat de larges couches de
la population n’est pas le résultat direct de la crise financière, encore
moins, une fatalité économique. Elle
résulte du choix du gouvernement de
faire supporter sa gabegie et ses er-

rements aux couches les plus fragiles
tels que les salariés, les retraités et la
jeunesse”. Le parti de Mohcine Belabbas fait d’ailleurs remarquer que
l’arrogance d’un patronat privé dont
les seuls faits d’armes sont l’accaparement au grand jour de la commande publique et le pillage des ressources de la nation, accélère la
désagrégation de l’autorité de l’État.
Pis encore, le RCD estime que “la
persistance de la répression contre les
syndicats autonomes et leur exclusion
des réunions tripartites, en violation des lois en vigueur, faussent le
dialogue social”, et que “les travailleurs qui ont accompli les années
légales de cotisations ont le droit de
postuler à la retraite sans condition
d’âge”. Par contre, est-il précisé dans
le communiqué, “toute autre réforme à ce sujet impose d’associer l’ensemble des représentants des salariés
au même titre que les organisations
des employeurs (publiques et privées) et de mettre fin à l’accaparement
de la gestion des caisses sociales par

la direction de l’ex-syndicat unique,
l’UGTA”. Au plan économique, le
RCD persiste à penser que “le nouveau modèle pour sortir d’une économie de rente, maintes fois évoqué,
ne semble être qu’une éternelle recherche d’argent frais pour limiter les
ponctions dans le Fonds de régulation
des recettes”. La preuve, est-il indiqué dans le même communiqué,
“l’échec des tentatives de réintégrer
l’argent de l’informel et celui de l’emprunt obligataire qui vire désormais
à des injonctions administratives
aux assurances, aux banques et
autres caisses, comme la CNR, démontre que sans projet et vision économique, il est vain de prétendre mobiliser les capitaux et les forces vives
du pays”. Dans “les faits”, conclut le
secrétariat national du parti,“le gouvernement n’a d’autre ambition que
de passer le gué en consolidant son
budget de fonctionnement pour continuer à subventionner la paix sociale et entretenir ses clientèles (…)”.
MEHDI MEHENNI

D. R.

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) considère que les récentes atteintes aux libertés
“augurent des lendemains incertains”.

BENFLIS DÉNONCE LES PROJETS DE LOI RELATIFS AUX ÉLECTIONS

“Le régime veut récupérer ce qu’il a donné en 2012”
adoption jeudi par l’Assemblée nationale des deux projets de loi relatifs,
pour l’un, au régime électoral et, pour
l’autre, à l’instance de surveillance des élections, a suscité la colère et l’indignation du président de Talaie El-Houriat, Ali Benflis, qui
met cette énième forfaiture du régime sur le
compte d’une “logique de survie et de quête
désespérée de la pérennité”.
“À travers le projet de loi organique sur le régime électoral, le régime politique en place se
prépare à récupérer d’une main ce qu’il a été
contraint de concéder de l’autre en 2012, au moment de la grande panique que les révolutions
arabes ont introduit dans ses rangs”, estime
l’ancien chef de gouvernement, dans un communiqué rendu public hier et également
consacré aux multiples atteintes aux libertés
individuelles et collectives et aux libertés de la
presse et d’expression. Pour Ali Benflis, ce projet de loi organique sur le régime électoral “n’a
qu’une finalité et une seule”, celle de “redonner à l’appareil politico-administratif en place le dernier mot dans une reconfiguration du
paysage politique conforme à ses intérêts et à

Yahia Magha/Archives Liberté

L’

ceux de ses clientèles politiques traditionnelles”. C’est à cette aune, précisément, que
M. Benflis invite à interpréter le projet de lois
sur la haute autorité indépendante de surveillance des élections. Selon lui, le texte relatif
à cette instance “laisse les portes grandes ouvertes à la tricherie politique et à la fraude électorale”. “Elle ne les endigue pas mais leur
fournit une nouvelle couverture sous laquelle
elles peuvent continuer à se perpétuer et à prospérer. Et par cet artifice peu trompeur, elle leur
donne seulement un nouveau souffle”, note le
président de Talaie El-Houriat. M. Benflis est
longuement revenu, dans son communiqué,
sur la situation difficile que vit la presse algérienne ces derniers mois et les multiples pressions politiques que la société subit pour la faire taire. “Le régime politique en place n’a plus
aucune prise sur les affaires de la nation.
Alors, il se laisse aller à faire ce qu’il maîtrise
le mieux : faire taire celles et ceux qui pointent
du doigt ses échecs et ses faillites, qui lancent des
alertes quant à la menace qu’il représente
pour le pays tout entier et qui mettent en garde contre la voie de l’aventure aux lende-

mains imprévisibles vers laquelle il n’hésite plus
à diriger le pays tout entier”, déplore-t-il.
Pour lui, ces agissements obéissent à une
seule et même logique : “Celle d’un régime politique qui persiste à se placer au-dessus de la
Constitution et des lois ; qui sait pouvoir
compter sur une justice disposée à donner un
habillage de légalité à ses abus de pouvoir ; et
qui ne recule devant aucune outrance et aucun
excès lorsque ceux-ci lui sont dictés par sa survie et qu’il croit y trouver les garanties de sa pérennité”. M. Benflis avance plusieurs explications pour le comportement du régime et ses
dépassements. “Ce régime politique est désormais dos au mur. La gestion du vide au sommet de l’État qu’il croyait pouvoir assurer
sans dégâts et sans fracas est désormais hors de
son contrôle. Il est dépassé par l’ampleur prise
par les défis politiques, économiques et sociaux
actuels. Il est miné par ses contradictions internes qu’il ne peut plus cacher et qui s’affichent
au grand jour”, relève-t-il, estimant que, dans
une telle situation, “le pays tout entier est le plus
grand perdant”.
HAMID SAÏDANI

LE PREMIER SECRÉTAIRE DU FFS, ABDELMALEK BOUCHAFA, DEVANT LES MILITANTS DU PARTI

“Le régime n’est ni constitutionnel ni démocratique”

D

cennies et qui est, une fois encore, en
train de s’approfondir et de s’aiguiser aux différents plans : politique, sécuritaire, diplomatique, économique
et socioculturel”, a estimé, d’emblée
le responsable, avant de souligner
que sur le plan politique le pouvoir
est “en proie à un spasme autoritaire qui n’a de stratégies politique et institutionnelle que celles d’assurer une
succession dans la continuité du régime”. Il a ajouté que le pouvoir fait
preuve d’une insoutenable légèreté,
voire d’irresponsabilité dans la mise
en œuvre de cette stratégie qui obéit
à une logique de judiciarisation du
politique. “La loi fondamentale et la

loi électorale révèlent la vraie nature du régime”, analyse-t-il, ajoutant
que ce régime “n’est ni constitutionnel ni pluraliste, ni démocratique”. Il en veut pour preuve  :
“l’usage des majorités parlementaires
qu’il se donne”, comme “des armes de
dissuasion, des armes de destruction massive de la séparation des pouvoirs, de la démocratie et de l’économie du pays”. Concernant la loi
électorale, M. Bouchafa décèle, à
travers les changements introduits,
“un aménagement de certains aspects
du régime” et “un procédé à une recomposition politique à sa convenance”, et pourquoi pas “une stabi-

lité parlementaire et surtout s’assurer une base de départ fiable pour la
future élection présidentielle”, car la
maîtrise “des résultats des élections législatives et locales constitue un vrai
atout”. Le FFS y voit aussi “un
moyen d’assurer la jonction entre les
fonctionnaires de la politique et les
milieux économiques et financiers sur
la base d’un deal dont nous ne faisons
qu’entrevoir les contours”. “Ce rythme est démentiel”, a encore ajouté
M. Bouchafa avant d’évoquer la situation économique et la crise dont
le régime veut faire supporter le
fardeau à la population.
MOHAMED MOULOUDJ

APS

ésigné depuis quelques semaines comme premier secrétaire du Front des forces
socialistes (FFS), Abdelmalek Bouchafa a donné, avant-hier soir, un
avant-goût de ce que seront les positions futures du parti. Dans un discours prononcé devant les militants
du FFS, M. Bouchafa a qualifié le régime en place “d’autoritaire, contraire à l’évolution historique de notre
pays”.
“Nous vivons dans un pays sans projet commun, sans vision commune,
sans initiatives fortes de ses gouvernants pour trouver une issue à une
crise complexe depuis plusieurs dé-

LIBERTE

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

LE RADAR

5

DE LIBERTÉ

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI
radar@liberte-algerie.com

PROJET DE LOI ÉLECTORALE

Le discours de Bédoui était prêt
avant le vote des députés

n Les parlementaires, notamment ceux représentant les partis de l’opposition, ont
conscience que leurs actions et prérogatives sont continuellement piétinées par le
gouvernement. Jeudi, à la faveur de la séance plénière consacrée au vote sur le projet de
révision de la loi électorale, l’hégémonie de
l’Exécutif sur le législatif a été encore une fois
illustrée. Le discours du ministre de l’Intérieur
et des Collectivités locales, Noureddine Bédoui, dans lequel il se félicitait de l’adoption
du projet de texte sans dénaturation, était prêt
avant même que les députés ne l’approuvent
effectivement dans la stricte version du gouvernement. Le membre du gouvernement

n’avait aucun doute sur l’issue de ce vote. Et
il avait entièrement raison. La majorité
FLN/RND veille, depuis au moins trois législatures, à faire passer comme une lettre à
la poste, presque sans correctifs, les projets
de l’Exécutif. Ces derniers jours, cinq projets
de loi importants (loi électorale, loi régissant
les relations entre le Parlement et le gouvernement, statuts des militaires réservistes
et obligation de réserve et enfin que le code
de l’investissement) ont été adoptés par
l’APN sans aucun amendement émanant des
députés. Ainsi en a voulu le gouvernement.
Ainsi en a consenti la majorité à l’Assemblée
nationale.

AIR ALGÉRIE

Une liaison avec Porto en hiver prochain
n À partir du 31 octobre 2016, la compagnie nationale algérienne proposera deux
vols par semaine entre Alger et Porto (Portugal), en Boeing 737-800 pouvant accueillir 48 passagers en classe affaires et 114
en économie. Selon des statistiques publiées
par PressTUR, Air Algérie a transporté entre
janvier et mai 5 622 passagers entre Alger
et Lisbonne, soit un trafic en baisse de 3,1%
par rapport à la même période en 2015 (ce
nombre a reculé de 1,7% pour le seul mois
de mai avec 1 307 voyageurs). Mais la filiale
de la compagnie nationale portugaise a dû

faire pire puisque le total de passagers vers
et depuis l’Algérie était en baisse de 6,3%
entre janvier et mai à Lisbonne.

ELLE RÉSIDE DANS UN TAUDIS DEPUIS UNE DÉCENNIE À EL-MALAH 

La famille “Ahl El-Kahf”
attend un geste des autorités

ASSEMBLÉE
NATIONALE

Les
députés
ne
pensent
qu’aux
passeports
du hadj

n Excédé par le peu
d’intérêt que les
députés de la majorité
parlementaire
(tandem FLN/RND)
accordaient au projet
de loi portant révision
de la loi électorale,
soumis au vote en
plénière jeudi, le
député du Parti des
travailleurs, Ramdane
Taâzibt, n’a pas pu se
contenir. Il a mis
ouvertement ses pairs
devant leur reflet, en
leur reprochant de se
préoccuper davantage
des deux passeports
spécial hadj, auxquels
chaque parlementaire
ouvre droit, au lieu de
se concentrer sur des
projets de loi
déterminants pour
l’avenir politique et
économique du pays.
Dans les couloirs de
l’hémicycle du palais
Zighoud-Youcef, les
députés, dans leur
majorité, ne parlaient
que de ces passeports
et de la manière de les
récupérer au plus tôt
pour en profiter ou les
offrir à des proches.

ALORS QUE L’HÔTEL DU FUTUR STADE
DE TIZI OUZOU NE SERA PAS RÉALISÉ

Le wali menace de
suspendre la subvention
annuelle de la JSK

n Le chef de l’exécutif de la
wilaya de Tizi Ouzou, Brahim Merad, a indiqué jeudi,
lors du vote sur le budget
supplémentaire à l’Assemblée populaire de wilaya
(APW), que l’hôtel de haut
standing, qui devait être annexé au futur stade de Tizi
Ouzou, ne sera pas réalisé en
raison des restrictions budgétaires induites par la baisse des ressources pétrolières
et la dépréciation du dinar.
Le wali ajoutera, dans le
sillage de son discours annonciateur d’annulation de
projets locaux, qu’il était
contre l’allocation annuelle
d’une subvention au club

phare de la wilaya, soit la
JSK. Il a asséné qu’il suspendrait ces aides financières s’il en avait la prérogative. De son point de vue,
ce club sportif n’est qu’une
entreprise comme une autre
et doit donc “se prendre en
charge”. Au fait, cette politique d’austérité s’appliquera-t-elle uniquement à la JS
Kabylie  ? Si c’est le cas, le
club fera les frais de la démarche des autorités locales,
dès lors que les autres clubs
d’Algérie continueront à bénéficier de subventions
conséquentes de leurs wilayas et communes respectives.

C’EST ARRIVÉ DANS PLUSIEURS MOSQUÉES
DE LA WILAYA DE CHLEF

Deux théologiens égyptien
et jordanien ont animé des
veillées religieuses

n Invités par la Direction des affaires religieuses et des waqfs de la wilaya de Chlef, deux professeurs en théologie, Mohamed Imam Daoud venu d’Égypte et Abderrahmane
Saoud Idriss Ibdah de Jordanie ont animé, durant plusieurs
jours, des veillées religieuses dans plusieurs mosquées de
la ville. “C’est dans le cadre des activités religieuses programmées à l’occasion du mois sacré que ces deux éminents
professeurs de la religion islamique ont été invités dans notre
wilaya”, indique-t-on auprès de la Direction locale des affaires religieuses. Les deux professeurs ont donné leurs
conférences entre les deux prières d’el-maghreb et d’el-icha
dans des mosquées à Chlef, Oued Sly, Oued Fodda, Boukadir, Ténès et enfin à Chettia à l’occasion de la célébration du 27e jour du mois de Ramadhan. “Selon le programme
défini par notre direction, les interventions sont axées sur
l’histoire et la civilisation islamiques d’une manière générale”, explique-t-on. Il est curieux, toutefois, qu’on sollicite des étrangers pour parler de religion à des Algériens.

ENTIÈREMENT FINANCÉS PAR LE PROPRIÉTAIRE DES LIEUX

Plus de 200 repas par jour au resto Rahma
“Moulay Atba Benatba”
n La famille El-Ghali, composée de cinq
membres (les parents et trois enfants âgés de
4 à 15 ans), vit depuis dix ans dans des conditions moyenâgeuses, sans que les autorités locales ne consentent, en leur faveur, un relogement dans un appartement décent. Pourtant, une distance d’à peine un kilomètre sépare le taudis du siège de l’hôtel de ville de la
commune d’El-Malah (ex-Rio Salado), à
une dizaine de kilomètres du chef-lieu de la
wilaya de Aïn Témouchent. Cette famille, que
les riverains et les proches appellent “Ahl ElKahf” (les gens de la caverne), prend son mal

en patience, bien qu’elle manque du minimum requis en matière de commodités.
Elle n’a pas de sanitaires, ni d’électricité, ni
réfrigérateur, ni carte Chiffa…
Les rats et les cafards sont leurs compagnons
de fortune. Les aînés de la famille ne fréquentent pas l’école. Ne sachant plus à quelle porte frapper pour améliorer un tant soit
peu leur quotidien et garantir aux gamins un
avenir plus clément, les parents se sont résolus
à alerter l’opinion publique sur leur situation.
Peut-être que la municipalité réagira enfin
dans le bon sens.

n Tous les restos de la
Rahma que compte la
wilaya de Chlef sont
subventionnés par l’État,
à l’exception de celui de
Moulay Atba Benatba,
ouvert pour la 13e année
consécutive à l’occasion
du mois sacré.
Situé au centre-ville, il
est entièrement pris en
charge par son

propriétaire. Dans cet
espace sont distribués
quotidiennement, depuis
le début du mois sacré,
quelque 200 repas
chauds servis sur place
ou à emporter.
Fidèle à ses principes et
aux traditions qu’il a
héritées de ses ancêtres,
le propriétaire de
l’établissement mobilise

même l’ensemble de son
personnel pour offrir aux
jeûneurs
(essentiellement des
gens de passage, mais
aussi des employés
égyptiens de la
cimenterie et des
familles démunies) une
ambiance familiale.

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

6 L’actualité en question

LIBERTE

L’ACTIVISTE A OUVERT LE FEU ALORS QU’IL ÉTAIT EN COMPAGNIE DE SA FEMME ET DE SES ENFANTS

Accrochage avec
un terroriste “en famille”
L’agresseur a été identifié comme étant G. Mohamed Saïd “dit Saâd”, un individu
qui a rallié les groupes terroristes en 1993, indique un communiqué
du ministère de la Défense nationale (MDN), rendu public, hier.

U

halouane, commune de Bordj Tahar,
dans la wilaya de Jijel, indique un
communiqué du MDN.
Deux familles de terroriste
se rendent

Les deux familles se composent de
deux femmes et de neuf enfants :
5 filles et 4 garçons. “La première famille est composée d'une femme et de
ses 4 enfants. Elle était l'épouse de
deux terroristes, B. Djamel et M.
Abdelkader, abattus précédemment
par les éléments de l'ANP, respectivement en 2008 et 2014, et a 2 enfants
activant parmi les groupes terroristes”, précise le communiqué.
“La deuxième famille est composée
d'une femme et de ses 5 enfants, mariée avec le terroriste G. Yazid, dénommé El-Mouthana”. Pour rappel, plusieurs familles de terroristes
se sont rendues aux forces de sécurité depuis 2009, et ce, généralement après la neutralisation des
chefs de famille terroristes. En 2009,
deux familles composées de 7 éléments avec des enfants âgés entre 6
mois et 14 ans, qui se trouvaient dans
une casemate au lieudit El-Harek,
dans la région d’Aïn Kechra, se sont
rendues au détachement militaire de

Archives Liberté

n détachement de
l'Armée nationale
populaire, qui était
en opération de ratissage dans la localité de Bouhalouane,
commune de Bordj-Tahar, wilaya
de Jijel, s'est accroché, dans l'aprèsmidi de jeudi, avec un terroriste, qui
avait ouvert le feu en sa direction. Réagissant à cette embuscade, les militaires ont rapidement riposté et ont
réussi à mettre en fuite le terroriste,
qui a tenté de les atteindre par surprise. L’agresseur a été identifié comme étant G. Mohamed Saïd “dit
Saâd”, un individu qui a rallié les
groupes terroristes en 1993, indique
un communiqué du ministère de la
Défense nationale (MDN), rendu
public, hier. Le communiqué ajoute,
sans plus de précision, que lors de
l’accrochage, les éléments du détachement de l’ANP ont blessé l’épouse et le bébé du terroriste et qu’ils ont
arrêté ses trois filles, alors que celuici a pu s’enfuir. Une large opération
de ratissage a été lancée à travers ladite localité pour rattraper le fuyard.   
Par ailleurs, deux familles de deux
terroristes se sont rendues, jeudi à
Djimar, près de la localité de Bou-

Sur les monts de Jijel, des terroristes vivent en famille avec femme et enfants.

Sra Lakhmis, dans la commune de
Béni Zid, massif de Collo, après
l’élimination de deux pères terroristes. En 2014, une femme s’est
rendue après la mort de son mari
abattu par les forces de sécurité suite à un accrochage, après l’intervention de sa famille originaire d’Azza-

ba. La dernière reddition en date
concerne une femme et sa fille de 12
ans. Son mari, le sinistre “émir”
connu sous le pseudonyme de Abou
Talha, originaire de Grarem, dans la
wilaya de Mila, a été éliminé lors
d’une embuscade au lieudit Oued
Zeggar. Au mois d’avril dernier, lors

BILAN DE LA LUTTE ANTITERRORISTE POUR LE MOIS DE JUIN

T

nées par les forces de l'ANP ayant permis
de mettre hors d'état de nuire 2 terroristes
abattus le 13 juin, suite à une embuscade
tendue près de la commune de Taza à
l'ouest de Jijel. À Bouira, un détachement
de l'ANP a découvert, le 25 juin, suite à une
opération de recherche et de fouille dans la
forêt d'Errich, commune d'Aïn Turk, les dépouilles de 2 terroristes, abattus lors de
l'opération lancée par les forces armées le
17 mai 2016, dont le bilan s'élève à la mise
hors d'état de nuire de 14 criminels et la récupération d'un lot d'armements et de
munitions. D'autres opérations ont permis,
par ailleurs, l'arrestation de terroristes et de
groupes de soutien aux terroristes lors
d'opérations menées dans plusieurs régions du pays. Des éléments de la Gendarmerie nationale ont arrêté, le 27 juin 2016,
un terroriste à Jijel, tandis qu'un détachement de l'ANP a arrêté un élément de sou-

A. A. ET A. B.

SOUTIEN AUX TERRORISTES

Deux personnes arrêtées à Médéa

30 terroristes abattus
et 13 autres arrêtés
rente terroristes ont été abattus et 13
autres arrêtés lors d'opérations menées par l'Armée nationale populaire (ANP) durant le mois de juin à travers
le pays, selon un décompte établi par l'APS.
Le plus grand nombre de terroristes abattus a été enregistré dans la wilaya de Médéa où des détachements de l'ANP ont
mené le 8 juin une vaste opération de lutte antiterroriste qui a duré plusieurs jours.
L'opération menée par les forces de l'ANP,
qui a eu lieu dans la zone de Rouakeche, s'est
soldée par la neutralisation de 18 terroristes,
l'arrestation de 4 autres et la récupération
d'un important lot d'armements. L'autre
opération importante s'est déroulée dans la
wilaya de Sétif où huit terroristes ont été
abattus, suite à une embuscade tendue le 1er
juin par un détachement de l'ANP qui a également saisi un lot d'armements. La wilaya
de Jijel a été aussi le théâtre d'opérations me-

d’une opération sur les hauteurs de
Kerkera, les services de sécurité ont
neutralisé 7 terroristes et trouvé la famille du chef terroriste abattu, dit
Abu Youcef El-Annabi, qui se trouvait dans l’une des deux casemates
découvertes.

tien aux groupes terroristes à Boumerdès.
Le même jour, des éléments des gardesfrontières de la wilaya d'Illizi ont appréhendé 3 terroristes recherchés, à bord d'un
véhicule tout-terrain.
Par ailleurs, à Sidi Bel-Abbès, des éléments
de la Gendarmerie nationale ont arrêté 3
terroristes, alors qu'à El-Oued, un détachement de l'ANP a appréhendé un terroriste et 4 éléments de soutien aux groupes
terroristes. Des détachements combinés de
l'ANP, en coordination avec les services de
la Sûreté nationale, ont arrêté, le 21 juin
2016, 2 éléments de soutien aux groupes terroristes à El-Oued et à Mila, tandis qu'un
détachement de l'ANP a arrêté, le 20 juin
2016, un terroriste recherché à El-Oued.
Pour rappel, le bilan des six premiers mois
de l'année fait ressortir 107 terroristes
abattus par les éléments de l'ANP.

n Les services de la Gendarmerie nationale ont mis la
main, dans la journée de jeudi, sur deux individus qui
avaient constitué une cellule d’aide et d’assistance
aux groupes terroristes et qui activaient dans quatre
wilayas du Centre, à savoir Médéa, Blida, Alger et
Boumerdès.
Originaires d’Alger et de Blida, les nommés S. F. (38
ans) et N. B. (41 ans) avaient été pistés par les
enquêteurs dans le cadre d’une information judiciaire
ouverte à leur encontre par le tribunal d’El-Omaria
(Médéa). Confiée à la brigade de de Sidi-Naâmane,
l’enquête a révélé que ces deux individus travaillaient
de connivence avec les groupes terroristes activant
sur l’axe Médéa-Blida-Alger-Boumerdès.
Un axe infecté par un important groupe
armé et soutenu par des cellules chargées de collecter
des fonds, des informations et des denrées
alimentaires.
En vertu d’une extension de compétence
dans la région de Larbâa (Blida), les gendarmes ont
interpellé les mis en cause et ont saisi un véhicule de
marque Dacia Logan utilisé lors de leurs
déplacements. Présentés devant le procureur de la
République près le tribunal d’El-Omaria, les mis en
cause ont été placés sous mandat de dépôt Alger pour
aide et assistance aux groupes terroristes activant
dans la région.

APS

F. BELGACEM

VISITE DU MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES ET DES WAQFS À BOUIRA

Mohamed Aïssa menace de sévir contre les sectes 
e ministre des Affaires religieuses et des Waqfs, Mohamed Aïssa, s’est montré menaçant contre les sectes religieuses et
autres mouvances intégristes qui
pourrent porter atteinte à “l’intégrité de la nation”. “L’État servira par
tous les moyens légaux afin de faire
barrage aux sectes religieuses et
autres prosélytes”, a-t-il affirmé, hier,
lors de sa visite à Bouira. Le ministre,
sans doute informé de la forte acti-

L

vité de prosélytisme chiite, constaté ces derniers temps à Bouira et à
travers les wilayas de l’ouest du
pays, a indiqué que son département
“voit d’un mouvais œil” ces activités
“suspectes” et que les pouvoirs publics surveillent de “très près” ce
genre d’activités. 
Le ministre, connu pour son ouverture, mais aussi pour sa méfiance à l’égard des sectes religieuses, a
réaffirmé “le combat de l’État” mené

contres ces hérétiques. “J’ai dit et je
le redis : on craint que certaines
sectes puissent s’infiltrer en Algérie en
profitant des circonstances politiques
des révolutions. On craint que ces tendances profitent de l’organisation
du pèlerinage, des campus universitaires et de la liberté de conscience et
d’expression pour prendre pied en Algérie (…) Une chose est certaine,
l’État sevira contre les fanatiques
d’où qu’ils viennent.” Interrogé à

propos de “l’incident diplomatique”
survenu entre l’Algerie et l’Irak, le
ministre a indiqué que ce chapitre est
“clos”, tout en précisant que l’ambassadeur irakien s’est excusé. Pour
rappel, le 14 juin dernier, l’ambassade irakienne, via son site Internet,
a rendu (par inadvertance) public un
communiqué dans lequel elle invite les Algériens désirant se rendre
aux Lieux saints chiites en Irak de se
rapprocher de ses services pour la

prise en charge du séjour. Ce fait a
provoqué l’ire de Mohamed Aïssa,
qui avait convoqué l’ambassadeur
irakien afin de lui signifier que ce
genre de publications pouvait être assimilé à du prosélytisme d’État. Lors
de sa visite, hier, le ministre des Affaires religieuses a inauguré la mosquée Amaran El-M’chdalli, de
M’chedallah (est de Bouira), qui
peut contenir jusqu’à 5 000 fidèles.
RAMDANE B.

LIBERTE

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

L’actualité en question

7

CONCOURS DE RECRUTEMENT DES ENSEIGNANTS

Les contractuels dénoncent
et menacent 
La Coordination nationale évoque l’absence du barème de notation, la non-prise en compte, comme promis,
de l’expérience des enseignants contractuels et la méthode “douteuse” utilisée lors de la correction des copies.
ans une déclaration rendue
publique, dont Liberté détient
une copie, la Coordination
nationale des enseignants
contractuels dénonce de la
manière la plus énergique “les
conditions opaques” dans lesquelles s’est déroulée la correction de l’examen écrit du
concours de recrutement de l’éducation nationale.
Dans le document, qui a sanctionné une réunion des coordinateurs régionaux des enseignants contractuels, qui a eu lieu jeudi au
siège du Rassemblement action jeunesse
(RAJ), la Coordination nationale révèle avoir
constaté des “dysfonctionnements” dans le
système de correction mis en place par le département de Mme Benghabrit, tout en accusant
cette dernière d’avoir “failli” à ses engagements.
Parmi les griefs retenus conte la ministre, la
Coordination nationale évoque l’absence du
barème de notation, la non-prise en compte,
comme promis, de l’expérience des enseignants

D

D. R.
Les contractuels ne sont pas convaincus de la correction de leurs copies du concours de recrutement.

contractuels et la méthode “douteuse” utilisée
lors de la correction des copies. Cette méthode, selon les réacteurs du document, est “fallacieuse”, il n’y pas eu de double, voire de triple
correction des copies. Ensuite, le document signé par le coordinateur national des ensei-

gnants contractuels, Saïdi Bachir, rappelle à la
ministre de l’Éducation nationale ainsi qu’au
Premier ministre, Abdelmalek Sellal, les engagements pris lors de la “sortie de crise”, négociée après la très médiatique “marche de la
dignité” enclenchée au mois de mars dernier,

à savoir l’intégration sans condition dans la
Fonction publique, la régularisation de la situation financière des enseignants vacataires
et contractuels et, le cas échant, permettre aux
recalés du concours national d’introduire des
recours.
Enfin, ces enseignants n’excluent pas le recours
à des actions de rue, puisque des sit-in, à travers les diverses Directions de l’éducation du
pays, ont été programmés le 10 juillet prochain,
suivis d’un rassemblement national devant le
siège du ministère de l’Éducation, prévu le
13 du même mois. Pour rappel, ce sont 148 689
candidats sur les 677 856 candidats inscrits, qui
ont été “reçus” lors de l’épreuve écrite, soit un
taux réussite de 24,95%. Dans le détail, le taux
de réussite chez les candidats n’ayant aucune
expérience professionnelle a été de 21,75%, tandis qu’il est de 45% chez les enseignants
contractuels, un pourcentage jugé “dérisoire”
par la Coordination nationale des enseignants
contractuels.
RAMDANE B.

LE DIRECTEUR DE L’OPGI DE BOUMERDÈS L’A RÉVÉLÉ

Plus 1 400 logements sociaux vendus illégalement
et 915 autres sous-loués
lus 1 400 logements sociaux locatifs (OPGI) ont été vendus
illégalement et 915 autres ont
été sous-loués à des tiers alors que
1 051 autres logements sont inoccupés, ce qui donne un total de 3 366
logements “inexploités” par leurs
vrais bénéficiaires, a révélé avanthier, jeudi, le directeur de l’OPGI de
la wilaya de Boumerdès, Moulhi
Omar, lors de la session de l’APW
consacrée à l’examen du budget
supplémentaire et au dossier social.
“Nous avons enrôlé plusieurs affaires
dans les tribunaux et pour certains
cas au pénal pour récupérer ces logements qui tombent sous de nombreuses infractions et manquements
à la loi”, a-t-il expliqué, précisant que

P

cette enquête a été demandée par le
ministère de l’Habitat. Il a ajouté que
ses services ont réussi à restituer “pas
mal de logements à l’issue de ces investigations” alors que les autres logements ont fait l’objet d’un rapport
transmis au ministère de l’Intérieur
et au gouvernement.
Dans la majorité des cas, cette vente a été concrétisée à travers les formules “pas-de-porte” où l’hypothèque n’obéit à aucune
réglementation.
Le drame est que la plupart des acquéreurs sont vraiment dans le besoin, notamment ceux n’ayant pas
pu obtenir des logements dans le
cadre des commissions de daïra.
“Ces derniers ne demandent qu’à

être régularisés et sont prêts à s’acquitter des arriérés de loyers qui se
chiffrent à des milliards de dinars”,
a-t-il souligné. 
Cette enquête, qui a été menée dans
toutes les wilayas du pays, a été circonscrite uniquement au logement
social locatif.
Il se peut, toutefois, que les autres
formules telles que l’AADL, LSP…
connaissent les mêmes forfaitures.
L’on sait qu’en 2014, une étude élaborée par le Centre national d’études
et de recherches appliquées en urbanisme (Cneru), se rapportant au
plan d’aménagement du territoire de
la wilaya de Boumerdès, a révélé que
plus de 34 237 logements, sur les
159 557 recensés, sont inoccupés. Le

ministère de l’Habitat a estimé, l’année dernière, que 250  000 logements sociaux locatifs inoccupés
par leurs vrais acquéreurs sur tout le
territoire national,  soit près de
20% du parc national de l’OPGI.
La plupart étaient vendus ou sousloués en dehors de toute réglementation. Les chiffres d’un tel trafic sont
tellement importants qu’on se demande comment les responsables à
l’origine de cette situation n’aient jamais été inquiétés.
L’on sait que ces logements ont été
distribués par les chefs de daïra, les
walis et les élus à des personnes qui
ne sont nullement dans le besoin
pendant que d’autres, plus nécessiteux, sont éjectés des listes d’attri-

bution. Ce qui a souvent donné lieu
à des mouvements de contestation
et des émeutes. Pour d’autres responsables interrogés, le favoritisme
et le népotisme ne sont pas la seule
explication.
Ce sont  les critères d’attribution
qui sont également pointés du doigt.
Et il est temps de les revoir, disentil. “Un chômeur célibataire a plus de
chances d’obtenir un logement social
qu’un ouvrier de la SNVI qui a trois
enfants à charge et qui perçoit un salaire de 20 000 DA, soit 2 000 DA de
plus que le SMIG, tel qu’exigé par le
décret relatif au logement social”, affirme un  responsable local.
M. T.

L’APW DE TIZI OUZOU CONSACRE UNE SESSION À L’HYDRAULIQUE

100 000 ménages ne sont pas dotés de compteur d’eau
e directeur de l’ADE de la wilaya de Tizi
Ouzou, Amar Berzoug, a indiqué jeudi,
lors d’une session APW consacrée à
l’hydraulique et au vote du budget supplémentaire, que 100 000 ménages ne sont pas dotés de compteur d’eau dans toute la wilaya.
Selon M. Berzoug : “Il y a même l’absence d’un
véritable fichier clients de l’ADE qui fait ressortir
un écart de 100 000 ménages en comparaison
avec le fichier de Sonelgaz. L’estimation rapide d’un tel constat nous amène à dire que plus
d’un tiers de la population de la wilaya est desservie gratuitement en eau potable et sans aucune économie, ce qui affecte énormément
notre unité en matière de retombées financières”, et de regretter qu’“à cette situation,
s’ajoute le problème épineux des créances qui
avoisinent le 1,6 milliard de dinars avec plus de
1 500 affaires encore pendantes en justice et qui
relèvent d’un lourd contentieux”.
Par ailleurs, et dans un rapport lu à l’assistance
par Ramdane Ladaouri, président de la commission hydraulique de l’APW de Tizi Ouzou,
il a été relevé que “les services hydrauliques ont
fermé plus de quarante forages réalisés à coût
de milliards et mis hors service par le phénomène de l’extraction illicite de sable”. Selon

L

l’orateur, “il s’agit d’un phénomène  insurmontable pour notre wilaya, car tous les walis qui se sont succédé à la tête de la wilaya n’ont
pas réussi à éradiquer ce phénomène, malgré les
différents rapports transmis par les assemblées successives de l’APW”. L’élu de l’APW
soulignera qu’“avec une potentialité hydrique
estimée à plus d’un milliard de m3, la wilaya de
Tizi Ouzou arrive à peine à mobiliser 224 millions de m3 d’eau, soit à peine 20%, ce qui est
un constat alarmant”.
L’APW incombe ce déficit, notamment, à la situation financière difficile que traverse l’ADE,
qui manque cruellement de moyens humains
et techniques et qui est confrontée au problème
de créances.
À titre d’exemple, à Tizi Ouzou, les créances
non recouvertes dans des communes s’élèvent
à 38 milliards de centimes. Une telle situation
a amené l’APW à établir un ensemble de recommandations dont le renforcement en
moyens humains et matériels de l’ADE, la mise
en service de toutes les stations de refoulement
en instance de démarrage, l’élaboration d’un
diagnostic précis pour la réfection de tous les
réseaux de la wilaya, l’exigence pour toutes les
communes à concevoir des études de distri-

bution d’eau potable afin d’améliorer la gestion de tous les réseaux qui doit être totalement
confiée à l’ADE. Enfin, concernant le conflit
d’eau qui prévaut actuellement dans la commune d’Illiltène, le wali de Tizi Ouzou, Brahim Merrad, a informé l’assistance que toutes
les dispositions sont prises pour régler ce litige alors qu’un bureau d’études se rendra sur
place après l’Aïd pour entamer son travail.

“Nous devons régler le problème à long terme.
On n’a jamais été jusqu’au fond du problème
et il y a eu aussi de la manipulation. Pour le bureau d’études, il sera chargé de définir les possibilités de capter toutes les sources de la commune pour les réunir dans des ouvrages de stockage de manière à les distribuer équitablement”,
a rassuré le wali.
K. TIGHILT

Le budget supplémentaire voté dans un climat houleux

n Le vote du budget supplémentaire (BS) à l’APW, qui s’est déroulé jeudi, a été marqué par un
climat houleux et dans une confusion totale. En effet, le groupe d’élus RCD a reproché au
P/APW de “piétiner” la réglementation en confiant la lecture du BS au président de la
commission économique de l’APW, alors que cela devait être assuré par le représentant du
wali et adopté en assemblée.
Scène insolite lors de la lecture du BS, les élus contestataires se sont mis à lire en chœur le
contenu du budget pour exprimer leur désapprobation face à un tel procédé, ce qui a donné
lieu à une terrible cacophonie.
Le groupe RCD a également dénoncé l’adoption de ce budget par une minorité d’élus en
estimant que le quorum n’avait pas été atteint. Pour le RCD, seuls 14 élus ont voté sur les 37
présents dans la salle, soulignant que même l’ordre du jour de la session n’a pas été voté
conformément à la loi.
Lors de son intervention, et tout en reconnaissant la faille, le wali a souligné qu’il n’avait fait
que suivre une tradition préalablement établie à l’APW, qui avait pour habitude de présenter
le BS et qu’il est dorénavant préférable que cette tâche soit confiée à l’administration (la
wilaya) pour éviter toute confusion.
K. T.

8 L’Algérie profonde

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

LIBERTE

DRAÂ EL-MIZAN (TIZI OUZOU)

BRÈVES du Centre
CRA DE BÉJAÏA

Achats de vêtements
et trousseaux pour
les circoncis
< Le comité local du Croissant-Rouge
algérien (CRA) de Béjaïa a rassemblé les
familles, lors d’un gala de charité, en vue
de collecter des fonds, qui serviront à
l’achat de vêtements au profit des enfants
de familles démunies en prévision des
fêtes de l’Aïd. A l’affiche, deux artistes :
Nadia Yasmine et Hacen Terki, ‘‘qui ont
bénévolement égayé cette agréable soirée.’’
Quelque 600 billets ont été vendus ; la
recette est de 140 000 DA. Le Comité
Communal de Béjaïa n’en est pas à sa
première expérience, ont d’emblée
souligné les organisateurs : ‘‘Juste avant le
début du Ramdhan, un riche programme
qui s’est étalé sur un mois a été réalisé au
profit des enfants de la ville de Yemma
Gouraya.’’ A peine la soirée achevée, une
équipe de jeunes du CRA s’attellera à
organiser une réception en faveur d’une
trentaine d’enfants de familles
nécessiteuses qui doivent être circoncis le
27ème jour du ramadhan.
B. B.

MÉDÉA

Un mort et 13 blessés
en moins de 12 heures

M. EL BEY

On croit savoir que le siège de sûreté urbaine sera mis en service incessamment.
omme dans de
nombreuses localités de la wilaya
de Tizi Ouzou, le
chef-lieu communal d’Aïn Zaouia,
dans la daïra de Draâ El-Mizan
(à 40 km du chef-lieu de wilaya),
n'est toujours pas dotée de
structures de sécurité.
Pourtant, un siège de sûreté
urbaine a été réalisé dans le haut
quartier de la commune.
Mais avec le temps, la bâtisse a
déjà perdu de ses couleurs puisqu’on constate que la peinture
de sa façade s'effrite déjà.
Contacté au sujet de la dégradation, le P/APC d’Aïn-Zaouia
nous a révélé qu'une commission de la wilaya et de la Sûreté
nationale s'est récemment
déplacée récemment sur les
lieux pour une inspection. On
croit savoir que le siège de sûreté urbaine sera mis en service
incessamment.
Il faut souligner que ce commissariat de police est une nécessité
dans cette importante localité
où les vols et les agressions se
multiplient.
Par ailleurs, nous avons appris
que les travaux de réalisation de
la  brigade de gendarmerie dans
la région ont été relancés ces
derniers jours. D'ailleurs, lors

C

D. R.

< Une personne décédée et de 13 autres
blessées est le bilan des accidents
enregistrés par les services de la protection
civile en l’espace de 12 h sur les différents
axes du réseau routier local. L’accident
meurtrier a eu lieu, mercredi, au niveau du
lieudit Eucalyptus sur la RN18, dans la
commune d’Ouamri, causé par le dérapage
d’un véhicule de sa trajectoire, faisant
également 2 blessés. Les autres accidents
ont eu lieu sur la RN 62 au lieudit fraction
Oued Chaïr, commune de Souagui, après le
dérapage d’un véhicule léger, faisant 5
blessés ; alors que le renversement d’un
camion de petit tonnage sur le CW 01 à ElAzizia, et la collision entre 2 véhicules
légers sur le CW 90 à Boucherahil ;
l’écrasement d’une moto à Médéa, ont fait
11 blessés.

Aïn Zaouïa sera-t-elle
dotée de structures
de sécurité ?

En l’absence de structures de sécurité, Aïn Zaouïa compte de nombreux vols et autres délits.

d'une conférence de presse animée en février dernier, le commandant du groupement de Tizi
Ouzou, le lieutenant-colonel
Idir Mahmoudia, avait annoncé
que sept brigades seront
ouvertes avant la fin du mois de
juillet dont celle d’Aïn Zaouia.
C'est dire que ces deux structures de sécurité sont très
importantes pour sécuriser les
citoyens de cette commune où
plus des deux tiers du territoire

sont situés en zone rurale où
sont commis de nombreux vols
et autres délits.
À titre d’exemple, l'éradication
des bars clandestins du massif
forestier jouxtant certains villages et hameaux de Boumahni a
été menée par les comités de villages en l’absence de corps de
sécurité. “C'est une préoccupation qui concerne aussi bien les
citoyens que les commerçants de
cette contrée lointaine de Haute-

Kabylie. Les citoyens ne peuvent
rien faire face aux actes commis
ici et là avec les mains vides”,
nous dira un commerçant,
contraint de passer les nuits
dans son magasin de peur d'être
cambriolé.
Enfin, les citoyens se demandent
si leur localité bénéficiera bientôt de ces deux structures de
sécurité pour entrevoir la quiétude et la sécuritaire.
O. GHILÈS

ATH LAÂZIZ

Réseau d’assainissement
défectueux à Tixesraïne

SUITE À UN COUP DE FEU INVOLONTAIRE D’UN POLICIER 

< Des habitants du village Tikesraine,
dans la commune d’Ath Laâziz, se plaignent
de l’éclatement du réseau d’assainissement
dont la conduite principale, laissant se
déverser les égouts à ciel ouvert. ‘‘Nous
souhaitons qu’il soit mis fin à ces
défaillances, d’autant plus qu’avec l’arrivée
des grandes chaleurs, nous serons exposés à
des risques de maladies, avec tout ce que
cette situation entraine comme
putréfactions et insectes qui véhiculent des
infections’’, a déploré Ali, un villageois dont
l’habitation est mitoyenne d’un égout
éclaté. Les villageois interpellent les
responsables concernés pour remplacer les
égouts détériorés afin mettre fin à cette
situation.
FARID H.

AGHROUM AQURAN
ET THAMTHOUNT (GALETTES)

CONCOURS
DE RECRUTEMENT
D’ ENSEIGNANTS

Troubles à Kadiria 
a ville de Kadiria, 33 kilomètres à l’ouest
de Bouira, a connu dans la soirée de mercredi un climat tendu, avec des escarmouches survenues entre la population et le
service d’ordre. Selon des témoins oculaires,
tout est parti d’un banal accident de la circulation qui s’est produit au centre-ville, aux alentours de 19h45.
Intervenus afin de libérer la circulation, un des
agents de la police relevant de la sureté de
daïra de Kadiria, a accidentellement usé de
son arme de service, ce qui a provoqué un
mouvement de panique et surtout de colère
chez les citoyens. Ces derniers ont décidé de
prendre à partie le policier et de lui demander
des comptes sur son geste inconsidéré.
D’après les mêmes témoins, le policier aurait
proféré des menaces à l’encontre de certains

L

citoyens, qui ont vite fait d’encercler le siège
de la sureté de daïra pour dénoncer “l’abus” de
pouvoir. Des heurts ont par la suite éclaté
entre la population et le service d’ordre, sans
pour autant faire de blessés ni de dégâts matériels précise-t-on. Il aura fallu l’intervention
des sages de la région, afin d’éviter que la
situation ne tourne à l’émeute. Par ailleurs et
selon des sources proches de la Sûreté de
wilaya de Bouira, le policier incriminé a été
suspendu sur le champ et une enquête interne
a été immédiatement ouverte dans le but de
connaître les tenants et aboutissant de cette
affaire, qui aurait pu prendre une tournure
semblable à celle d’El Esnam, où pour rappel,
des émeutes ont éclaté au mois d’avril dernier
suite à des violences policières.
R. B.

D’irrésistibles envies
< En ce mois de Ramadhan, de nombreux
citoyens ne peuvent se passer de la galette
traditionnelle, Aghroum aquran (leftir) ou
thamethount (kessra, matloue). Même si
cette tendance commence à disparaître des
coutumes familiales, le produit est
omniprésent dans les rues commerçantes
de la ville, et à profusion. Ces galettes sont
généralement préparées par des mères de
familles et des femmes au foyer pour se
faire un revenu en les vendant dans les
rues ou chez les épiciers.
F. H.

BOUIRA

1134 foyers raccordés au gaz naturel
< Dans le cadre des festivités du 5 juillet, les autorités de la wilaya de Bouira viennent de
procéder au raccordement de 1134 foyers au gaz naturel, dans les communes d’El Hachimia, Bouira
et Ath Rached. Cette opération est venue après moultes réclamations de la part de la population.
C’est également la fin du calvaire pour les villageois d’Ouled Kfifa, dans la commune de Bouira,
qui se sont vus raccordés au réseau de gaz. La plus grosse opération a eu lieu dans la commune
d’Ath Rached (sud-est de Bouira), où plus de 800 foyers ont été raccordés au gaz naturel. Il y’a lieu
de noter que la wilaya de Bouira est l’une des wilayas “leader” en matière de raccordement au gaz
de naturel. Ainsi, selon Boukhalfa Abdelmadjid, responsable à la SDC de Bouira, le taux de
couverture de Bouira avoisine actuellement 75%, et d'ici 2019, la SDC de Bouira s’est fixé l’objectif
d’atteindre 85%.
R. B.

À Béjaïa, le taux
de réussite est de 20%
à l’écrit
< Le taux de réussite aux résultats
des épreuves écrites du concours de
recrutement des enseignants est de
20% dans la wilaya de Béjaïa, ce
qu’indique un communiqué de la
cellule de communication de la
direction de l’éducation. Le taux de
réussite est inférieur à la moyenne
nationale, qui est de 24,95%.
Ainsi, sur les 20 509 inscrits au
concours, quelque 3 508 candidats sur
17 345 candidats ont été admis. Pour
rappel, il n’y a que 591 postes
budgétaires à pourvoir. Les candidats
auront quasiment une chance sur six
d’être retenus. C’est dire si le grand
oral sera déterminant.
Le communiqué de la DE indique que
dans le secondaire, le taux de réussite
est de 18%, soit 221 admis sur 1245
présents à l'examen sur les 1509
inscrits. Au cycle moyen, le taux est de
13%, soit 436 admis sur 3 269 présents.
Quant au primaire, ils sont 2 851
admis sur 12 831 candidats présents
sur un total de 15 160 inscrits, soit un
taux de 22%. Et sur les 2 851 admis au
primaire, 569 l’ont été en tamazight,
379 en français et 1903 en langue et
littérature arabes.
M. OUYOUGOUTE

L’Algérie profonde

LIBERTE

UN VIRUS “NON IDENTIFIÉ” Y FAIT DES RAVAGES À BATNA

BRÈVES de l’Est
DRÉAN (EL-TARF)

Une bande
de malfaiteurs mise
hors d’état de nuire

n Les éléments de la brigade
judiciaire de la Sûreté de daïra de
Dréan ont mis hors d’état de nuire
une bande de malfaiteurs spécialisée
dans les vols et les agressions et deux
revendeurs de kif traité. Les éléments
selon notre source ont agi en
fonction de renseignements faisant
état de la présence à Dréan, à
soixante- dix kilomètres du chef-lieu
de la wilaya d’El-Tarf, d’une bande
composée de trois personnes âgées
entre 20 et 40 ans qui agressait
pendant la nuit des passants de
retour chez eux ainsi que la présence
de deux dealers à Zourami. Se
déplaçant immédiatement sur les
lieux, les policiers en civil constitué
en deux groupes ont mis hors d’état
de nuire les agresseurs et les
revendeurs du kif. Lors de leur
arrestation, moins d’une centaine de
grammes de kif traité a été saisie. Ce
poison allait être cédé à des clients
dans la localité de Zourami. Selon
notre source, après leur arrestation,
les mis en cause dans ces deux
affaires d’agression et de kif ont été
présentés dans la journée par devant
le procureur de la République de
Dréan. Après constitution de dossiers
judiciaires, quatre d’entre eux
impliqués dans cette affaire ont été
incarcérés à la prison civile
communale de la même localité. Un
seul a bénéficié de la liberté
provisoire en attendant le jugement
de son affaire.
TAHAR BOUDJEMA

AIN M’LILA
(OUM EL-BOUAGHI)

1 mort et 2 blessés
dans le renversement
d'une voiture

n La route continue à endeuiller les
familles en ce mois sacré dans la
wilaya d'Oum El-Bouaghi. C'est ainsi
que ce mercredi matin, la bourgade
de Bastil (commune de AÏn M’lila ) a
comptabilisé un accident mortel sur
la RN100. Il s'agit selon des sources
concordantes de la Protection civile
du dérapage puis renversement d'un
véhicule de type Volkswagen Caddy,
qui a causé la mort de R. H., âgé de 24
ans et occasionné des blessures à H.
T., 20 ans et J. A., 20 ans. Les victimes
ont été transportées vers l'EPH de Aïn
M’lila, alors qu’une enquête a été
ouverte par les services de la
Gendarmerie pour determiner les
circonstances exactes de cet accident.

L’avenir de l’aviculture
menacé à Aïn Touta
Le virus non encore identifié compterait vraisemblablement 367 souches ou variétés, ce
qui dénote de la gravité de la situation.
epuis son fief de
Aïn Touta, commune située à 35
km de Batna, le
sénateur de Batna
A y a c h e
Djebablia,d’obédience FLN, docteur vétérinaire de son état, est
monté au créneau pour alerter les
pouvoirs publics quant aux conséquences graves d’un virus avicole
“non identifié”. Selon lui, c’est
depuis 2014 que rien ne va plus
dans cette localité d’Aïn Touta,
qui est l’un des pôles par excellence de l’aviculture de ponte (œufs
de consommation). C’est, en effet,
grâce aux 3 000 aviculteurs que la
wilaya de Batna a pu se classer des
années durant comme leader de la
ponte sur les plans local, régional
et national. Djebablia est catégorique : 1/3 de la production nationale d’œufs de consommation est
issu
de
Aïn
Touta.
Malheureusement, ce pôle d’envergure nationale –économiquement parlant- est aujourd’hui
sérieusement menacé à terme de
désastre foudroyant si on tient
compte de la persistance de
pathologies avicoles non encore
cernées et élucidées tel ce virus
“non identifié”. Il y a donc urgence pour les pouvoirs publics, selon
lui, de dégager une stratégie d’urgence basée sur une enquête épidémiologique à mener sur le terrain et d’un protocole vaccinal
national. Le virus non encore
identifié compterait vraisemblablement 367 souches ou variétés,
ce qui dénote de la gravité de la
situation. De vives inquiétudes
sont ressenties ces derniers temps
chez les producteurs de Aïn Touta
mais aussi de Mérouana, Oued ElMa, Zana et El-Madher. Les poulaillers de ponte et aussi de production de poulet de chair (viande
blanche) font vivre des milliers de

D

D. R.

8

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

La situation est telle que les pouvoirs publics doivent mener un protocole vaccinal national.

familles dans la région. Il était
question il n’y a pas longtemps
pour l’ensemble de ces producteurs de se lancer dans l’exportation des produits locaux vers les
marchés extérieurs. Mais il fallait
compter sans certains facteurs de
découragement. La tentative lancée par M.Djebablia (lui-même
producteur) avec un groupe de
producteurs de Aïn Touta,
Mérouana, Oued el Ma, Zana et El
Madher à l’effet de mettre sur pied
une association touchant Batna,
Sétif , Tadjnanent, aurait malheureusement capoté. À présent, le
souci de tous est de faire face aux
épidémies pathologiques propres
à l’activité avicole  : maladies
aviaires, bactériennes et virales.
Sans quoi un anéantissement des
cheptels risquerait de se produire
surtout si les pouvoirs publics ne

K. MESSAAD

n Un adolescent, Z. N., âgé de 16 ans a
trouvé la mort, avant-hier, lors d’un
accident de la circulation survenu à
Oued Bousselam à Béni Ouartilène
au nord de la wilaya de Sétif. Cet
accident a fait également deux
blessés, dont l’un se trouve dans un
état critique. Selon des informations
en notre possession, l’accident s’est
produit lors d’une collision d’une rare
violence entre 3 motos dans des
circonstances qui restent à
déterminer. À rappeler que les trois
personnes sont originaires de la
commune de Béni Chebana.
Les éléments de la Protection civile
sont intervenus pour les évacuer à
l’hôpital de Béni Ouartilène. Deux
des victimes ont été transférés
quelques minutes après vers le CHU
de Sétif.
F. S.

t-il. Mais il estime urgente voire
même déterminante l’entrée en
fonction du laboratoire régional
vétérinaire de Batna et également
le laboratoire régional sous tutelle
du commerce lequel a été
construit au sein de l’agglomération de Hamla (sud immédiat de
Batna). Le premier laboratoire
étant dépourvu d’un budget de
fonctionnement et le second est
toujours une coquille vide. Seul le
bâtiment avait été réceptionné
tandis que la dotation en équipements de laboratoire tarde à se
concrétiser. Un appel d’offres
international avait été lancé par
voie de presse depuis bien longtemps. Il s’agit pour ce labo des
services de commerce d’une opération centralisée gérée directement par les services du ministère.
ALI BENBELGACEM

GUELMA

SÉTIF

Une collision entre
trois motos fait
un mort et deux blessés

réagissaient pas et se contentaient
du rôle de spectateurs passifs. Le
sénateur Djebablia Ayache suggère l’élaboration d’une prophylaxie
à respecter par les aviculteursproducteurs de la région, une cessation de production d’œufs de
consommation durant une période d’une année entière, la mise en
place d’une barrière sanitaire
contrôlée par les structures
publiques (inspection vétérinaire/DSA et bureau d’hygiène de
l’APC). Le sénateur (et docteur
vétérinaire qui s’efface devant la
fonction politique) déclare qu’il
faut également établir un recensement de l’ensemble des bâtiments
avicoles implantés à Aïn Touta et
aussi ceux sur le territoire de la
wilaya. Un plan de prophylaxie
devra être imposé aux aviculteurs
sans aucune exception, conseille-

Assassinat d’un bijoutier à Bouchegouf
a localité de Bouchegouf à
une quarantaine de kilomètres de Guelma a été le
théâtre ce week-end d'un crime
crapuleux suivi d'un vol qualifié.
Selon des sources sécuritaires, C.
H., 63 ans, propriétaire d'une
bijouterie sise cité du 24-Février,
ne répondait pas aux appels téléphoniques de son ami, commer-

L

çant à Bouchegouf, avec lequel il
effectuait quotidiennement la
navette entre cette localité et
Guelma, leur lieu commun de
résidence. Intrigué et inquiet, ce
dernier se précipite vers la bijouterie et découvre, mercredi vers
16h20, le corps sans vie de son
compagnon, le crâne fracassé par
un marteau, semble-t-il, et le cou

étranglé avec une corde. Alertés,
les fonctionnaires des services de
sécurité se rendent sur les lieux du
drame et entament l'enquête
d'usage. Le mobile de cette lâche
agression serait le vol, puisque
tous les bijoux avaient été dérobés. Ce crime a jeté émoi et
consternation au sein de la population. La dépouille a été trans-

portée à 18h20 à la morgue de
l’EPH par les sapeurs-pompiers
où une autopsie a été pratiquée
sur réquisition du procureur de la
République de Bouchegouf. La
victime a été enterrée jeudi après
la prière d’el-asr au cimetière de
Oued Maïz à Guelma en présence
d'une foule nombreuse.
HAMID BAALI

La collision entre un semi-remorque
et un véhicule léger fait un mort
a RN 21 reliant Guelma à Annaba a, une
fois de plus, été le théâtre d'un terrible
accident de la circulation à quelques
heures de la rupture du f'tour. Mercredi, à 16
h, à l'entrée de la localité de Guelaât Bou Sbaâ,
un véhicule léger de marque Ibiza est entré en

L

collision avec un camion semi-remorque qui
se dirigeait vers Annaba. Sous la violence du
choc frontal, la voiture de tourisme est devenue un tas de ferraille. Les agents de la
Protection civile de l'unité principale de
Guelma, sont parvenus à désincarcérer le

corps inerte du chauffeur âgé de 46 ans dont la
dépouille a été évacuée à la morgue de l’EPH
Docteur-Okbi à Guelma. Les gendarmes de la
brigade territorialement compétente se sont
déplacés sur les lieux et ont enclenché l'enquête pour déterminer les causes de ce sinistre.
HAMID BAALI

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

8 L’Algérie profonde

LIBERTE

AÏN TÉMOUCHENT

BRÈVES de l’Ouest
ORAN

12 blessés sur les routes

n 12 blessés à divers degrés de gravité,
dont un enfant, ont été enregistrés ces
dernières heures sur les routes d’Oran.
L’accident le plus grave s’est produit au
niveau de l’échangeur de Aïn El-Beida
où une Golf série 6 s’est renversée
blessant ses quatre occupants. Les
victimes âgées entre 19 et 50 ans ont
été évacuées aux urgences du CHUO.

Le wali tire
sur les responsables locaux
Le chef de l’exécutif a dressé un véritable réquisitoire contre certaines mairies à l’image
de celles d’El Malah et de Béni Saf.

AYOUB A.

n Un court-circuit a provoqué un
début d’incendie dans le siège de la
wilaya d’Oran, ce jeudi, vers 14h45.
L’intervention des pompiers a permis
d’éviter le pire.
A. A.

Un atelier de confection
en feu à Bousfer
n Un incendie s’est déclaré ce jeudi,
vers 13h15, à l’intérieur de l’entrepôt
d’un atelier de couture dans le village
de Fellaoucène, commune de Bousfer
appartenant à T. B., 38 ans. Le feu a
détruit des couvertures et des tapis
prêts à la commercialisation.

A. A.

Arrestation de deux
frères dealers
à Sidi Bachir

n Agissant sur renseignements et en
vertu d’un mandat de perquisition, les
gendarmes ont interpellé deux frères
âgés de 20 et 25 ans et saisi dans leur
domicile à Sidi Bachir 90 comprimés
psychotropes et 120 grammes de kif
traité.
A. A.

MOSTAGANEM

Un appartement brûle
à Bouguirat

n Un incendie s’est déclaré au premier
étage d’un immeuble de la cité Kroum
de Bouguirat, mercredi dernier vers
11h30, ravageant un appartement. Un
nourrisson se trouvant dans
l’appartement souffre d’un malaise
respiratoire, rapidement pris en
charge par l’équipe médicale des
sapeurs-pompiers. Un court-circuit
serait à l’origine du sinistre qui a
endommagé 20 compteurs de
l’immeuble en question. Une enquête
a été ouverte par la Gendarmerie
nationale pour déterminer les
circonstances exactes du départ du
feu.
M. SALAH

L

D. R.

Début d’incendie
au siège de la wilaya

es collectivités locales
ont été rattrapées par la
crise financière que vit
le pays au vu des restrictions budgétaires
ayant donné lieu au gel
de nombreux projets structurants
dans le cadre des programmes sectoriels de développement (PCD) et
programmes communaux de développements (PSD).
C’est du moins ce qui s’est dégagé
de la réunion qualifiée de cruciale
consacrée à la situation de ces deux
programmes qui s’est tenue mercredi dernier au complexe culturel
de Aïn Témouchent et qui a regroupé autour wali, l’ensemble des
membres de l’exécutif de la wilaya
élargie aux P/APC et au SG des
communes et de daïras.
Une manière de secouer le cocotier
afin d’éliminer tout responsable
improductif et de tenter de modifier
les habitudes des responsables locaux dont la gestion a toujours
fonctionné sous perfusion subventionnelle. Dans sa longue intervention qui a duré près de quatre
heures, le chef de l’exécutif a dressé un véritable réquisitoire contre
certaines mairies à l’image de celles
d’El Malah et de Béni Saf pour ne citer que ces deux exemples qui sont
secouées, la première par une crise
interne qui couve depuis 2015 et la
seconde pour une affaire pendante
au niveau de la justice avec la suspension du P/APC pénalisant de
facto le citoyen. À ce titre, le wali
n’est pas allé avec le dos de la cuillère en menaçant de procéder à une
véritable purge lors des prochaines
élections locales pour barrer la route aux futurs candidats parmi les actuels élus qui sont à l’origine de ces
crises à répétition. Même les chefs
de daïras qui ont un rôle à jouer
dans l’animation communale n’ont
pas été ménagés. Pour le wali, certains chefs de daïras se confinent
dans une position de spectateurs au
lieu de s’impliquer dans le suivi des

Ahmed Hamou Touhami, wali de Aïn Témouchent, compte épurer la situation locale.

activités communales. La récente
rencontre régionale qui a regroupé
les walis de la région ouest avec le
ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales a défini les nouvelles missions dévolues aux collectivités locales qui devront être gérées comme de véritables entreprises face au rétrécissement des ressources financières. ‘‘L’ère des subventions octroyées par l’État à travers
le FCCL et les différents fonds au profit des communes pour l’équilibre
budgétaire est révolue. Même le système de péréquation solidaire qui
profitait aux communes déshéritées

risque de disparaitre en 2017. Désormais chaque commune doit
compter sur ses propres ressources’’,
a martelé le wali.
Cela donnera certainement à réfléchir à tous ceux qui veulent se porter candidats aux prochaines élections communales qui devront avoir

le sens de la créativité afin de faire
face aux besoins de leur population.
‘‘Les 60 milliards de DA allouées à la
wilaya dans le cadre des PDC dont
ont bénéficié les communes pourraient être les derniers’’.
M. LARADJ

20 kg de kif rejetés par les vagues
à Rachgoune 2
n En patrouille, les gendarmes de la brigade de Beni-Saf ont récupéré un
sac contenant 20 kg de kif traité, rejeté par les vagues à la plage de
Rachgoune 2. Une enquête est ouverte.
A. A.

TLEMCEN
Nouvelle zone industrielle
à Ghazaouet

n Ghazaouet aura sa nouvelle zone
industrielle qui couvrira une superficie de 40
hectares et sera implantée au quartier de Sidi
Amar. Dans une première phase, 46 lots
seront mis à la disposition des investisseurs
potentiels. Pour s’enquérir de l’état
d’avancement du projet en question qui
devrait être livré dans quelques mois, le wali
de Tlemcen s’est rendu sur place et a instruit
les ingénieurs à activer les travaux de
réhabilitation de la zone qui devra disposer de
toutes les commodités à même de permettre
aux opérateurs économiques de travailler
dans les meilleures conditions. Avec le port
industriel et la gare maritime, cette zone
devrait jouer un rôle économique important
pour la région Ouest.
B. ABDELMAJID

Promotion de 50 diplômés
de l’Itma de Mansourah

n 50 stagiaires ayant suivi une formation de
12 à 30 mois à l’institut de technologie moyen

agricole de Mansourah (Tlemcen) ont reçu
jeudi leurs diplômes. Formés dans plusieurs
spécialités dont la peinture-vitrerie, la
maçonnerie, la ferronnerie d’art, l’électricité
bâtiment, la peinture auto, le costume
traditionnel, la broderie, l’hôtellerie, les
jeunes stagiaires vont à présent entrer dans le
monde du travail à la faveur du financement
par l’Ansej de leurs microentreprises.
B. A.

Le nouveau port
de Sidna Youcha accueillera
300 embarcations

n Le nouveau port de pêche de Sidna Youcha
situé dans la commune de Dar Yaghmoracen
(Ghazaouet) devrait entrer en activité en 2017.
Il pourra accueillir environ 300 embarcations
pour la pêche en haute mer. Actuellement les
travaux confiés à la société Cosider et à une
entreprise espagnole, sont consacrés à la
réalisation de plusieurs digues ainsi que des
quais d’accostage et de jetées. Financé à
hauteur de 1 400 milliards de centimes, ce
port couvrira une superficie de terre-plein de

11 600 hectares et d’un plan d’eau de 2 600
hectares. Sa prochaine mise en exploitation
offrira une bouffée d’oxygène à l’activité
économique de la région en sus de la création
de nouveaux emplois pour les jeunes.

jours auparavant, le train assurant la liaison
Tlemcen-Maghnia a percuté un citoyen qui
traversait imprudemment la voie ferrée. Il a
été tué sur le coup.
B. A.

B. A.

Recrudescence
des accidents
de la circulation

n La wilaya de Tlemcen figure dans la liste
des zones à forte concentration de véhicules.
De ce fait le nombre d’accidents de la
circulation ne cesse d’augmenter
particulièrement en cette période du
Ramadhan dans le créneau horaire précédant
la rupture du jeûne. C’est le cas de la collision
survenue dernièrement entre deux véhicules
de tourisme sur la RN près du village de
Boukiou (commune de Fellaoucène) faisant
un mort et deux blessés graves. L’une des
voitures percutée de front a basculé dans un
ravin de 30 mètres, obligeant les services de la
Protection civile à utiliser de gros moyens
pour remonter les corps des victimes. Deux

Distribution de plus de 3 000
logements sociaux en juillet

n 3104 logements sociaux locatifs sont
programmés par la wilaya de Tlemcen pour
être distribués aux faibles revenus. Selon un
communiqué de la wilaya, 2 opérations de
distribution de 500 logements sociaux locatifs
et 304 unités de relogement auront lieu,
respectivemen dans la commune de Sebdou le
4 juillet et Sidi Ahmed dans la commune de
Remchi les 10 et 11 juillet. Par ailleurs, le
communiqué ajoute que les bénéficiaires de 1
600 logements sociaux locatifs de Boudjlida
dans la commune de Tlemcen et ceux de 700
Logements seront connus au cours du même
mois. D’autres communes seront touchées
durant le 2e semestre par cette opération,
telles Ghazaouet, Remchi, Hennaya, Aïn
Tallout, Beni Snous, Ouled Mimoun, Aïn
Fezza, et Sid Jilali.
AMMAMI MOHAMMED

LIBERTE

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

L’internationale

9

QUATRE MINISTRES DU GOUVERNEMENT D’UNION LIMOGÉS

EXPLOSION TERRORISTE
PRÈS DE MANAMA

La Libye s’enfonce
dans la crise

Bahreïn : une femme
tuée

La communauté internationale continue de porter ses espoirs sur le gouvernement d’union
nationale pour sortir la Libye de l’impasse. Mais la situation sur le terrain compromet tout
règlement pacifique de la crise libyenne.
ouveau coup de
théâtre en Libye et
première crise grave au sein du gouvernement d’union
nationale dirigé par
Fayez al-Sarraj qui a décidé de limoger quatre ministres, après leur
refus d’assumer leurs fonctions, liton dans un communiqué officiel
diffusé sur le site de l’Exécutif. “Les
ministre limogés étaient, non pas
seulement, absents, mais ils ont carrément refusé de prendre leurs fonctions et d’assumer leurs missions au
sein du gouvernement d’union nationale”, a expliqué le président du
Conseil présidentiel, également Premier ministre de cet Exécutif, M. AlSarraj, dans son communiqué diffusé
hier matin sur les pages officielles du
GNA dans les réseaux sociaux. “il
n’existe pas de loi spécifique aux ministres et aux hauts fonctionnaires
concernant les cas d’absentéisme ou
de refus de rejoindre leur poste, ce
pourquoi il sera applicable sur eux les
dispositions liées à la démission de fait
en cas d’absence et de refus d’assumer
ses responsabilités au-delà de trente
jours”, a ajouté le communiqué en
question.
Les ministres limogés sont celui de
la Justice (Jouma Abdallah el-Dressi), de l'Économie et de l'Industrie
(Abdelmatloub Ahmad Abou Farwa), des Finances (Fakher Moftah
Abou Farna) et de la Réconciliation
nationale (Abdeljawad Faraj alObeidi), a précisé le GNA dans son

N

D. R.
Fayez al-Sarraj, chef du gouvernement Libyen.

communiqué. Aucune précision n’a
été donnée sur leurs remplaçants.
Installé depuis trois mois à Tripoli,
le gouvernement Al-Sarraj éprouve
toutes les difficultés à asseoir son autorité, manquant de cette légitimité

que le Parlement reconnu et exilé à
Tobrouk ne veut toujours pas lui accorder. Le GNA s'était autoproclamé en fonctions le 12 mars, sur la
base d'un communiqué de soutien
d'une centaine de députés (sur 198)

du Parlement exilé Tobrouk. mais il
a besoin de la totalité du vote des députés de Tobrouk pour disposer de
cette liberté d’exercer pleinement son
pouvoir dans un pays plongé dans le
chaos, notamment dans l'Est où siège un gouvernement parallèle qui,
jusqu’au mois d’octobre dernier
était reconnu par la communauté internationale, au même titre que son
Parlement légitimement élu. Ces
deux institutions siègent à Tobrouk
alors que dans la capitale, Tripoli, un
troisième gouvernement a pris ses
quartiers depuis l’automne 2014,
sous la direction d’une coalition de
milices islamistes, Fajr Libya. Les
quatre ministres concernés sont
tous originaires de l'est du pays. Le
gouvernement dirigé par Fayez alSarraj était initialement formé de 18
ministres, dont 13 avec portefeuille
et cinq ministres d'État. Après son
installation fin mars à Tripoli, où une
partie des milices qui contrôlaient la
capitale libyenne s'étaient ralliées à
lui, une partie des ministres avaient
pris leurs fonctions comme ceux des
Affaires étrangères et de la Défense.
Le 22 juin, M. Al-Sarraj avait présidé son premier Conseil des ministres, avec l'objectif d'établir une
autorité unifiée dans le pays miné
par les luttes de pouvoir et livré aux
milices depuis la chute du régime de
Mouammar Kadhafi après huit mois
de “révolte populaire” en 2011, au
lendemain de l’intervention de
l’Otan.
L. M. /AGENCES

n Une femme a été tuée et trois
enfants blessés dans une explosion
“terroriste” près de la capitale
Manama (Bahreïn), a annoncé hier
la police. Les quatre victimes
circulaient dans une voiture,
touchée par “des éclats d'une
explosion terroriste” jeudi soir à
Ekar-Est, un village situé près de la
capitale Manama, a ajouté la police
dans un communiqué publié par
l'agence officielle BNA. Une
enquête a été ouverte pour
retrouver les auteurs de l'attaque, a
ajouté la police sans donner plus
de précisions. Bahreïn reste le
théâtre de troubles sporadiques
depuis la répression d'un
mouvement de contestation lancé
en février 2011 dans la foulée du
Printemps arabe, et animé par la
majorité chiite qui réclame une
véritable monarchie
constitutionnelle dans le royaume
dirigé par une dynastie sunnite.
R. I./AGENCES

VIOLENCES ARMÉES
ET SEXUELLES EN IRAK

Plus de 3,6 millions
d'enfants exposés

n Le Fonds des Nations unies pour
l'enfance (Unicef) a averti jeudi
que 3,6 millions d'enfants irakiens
avaient un besoin urgent de
protection, sur fond de violence
croissante dans le pays. Le rapport
de l'Unicef, intitulé “Un lourd prix
pour les enfants”, a révélé qu'un
enfant sur cinq en Irak courait un
risque élevé de décès, de blessure,
de violences sexuelles,
d'enlèvement ou de recrutement
par des groupes armés. Le nombre
d'enfants exposés à ce type de
risques a augmenté de 1,3 million
au cours des 18 derniers mois, selon
le rapport. Le rapport a également
établi que 4,7 millions d'enfants
avaient besoin d'aide humanitaire,
soit un tiers de tous les enfants
irakiens. De nombreuses familles
sont confrontées à une
détérioration de leurs conditions
de vie en raison des violences et
des opérations militaires en cours
à Fallouja et aux alentours de
Mossoul, dans le nord de l'Irak.
R. I./AGENCES

PLUS DE 2 500 SOLDATS SUPPLÉMENTAIRES POUR UN RÔLE PLUS OFFENSIF

Mali : le mandat de la Minusma renouvelé pour un an
e Conseil de sécurité de l’ONU a accepté le renouvellement, jusqu’au 30 juin 2017, de la Mission intégrée multidimensionnelle des Nations unies pour la stabilisation
du Mali (Minusma). “L’effectif de cette mission sera à l’occasion renforcé de 2500 éléments supplémentaires. La résolution
adoptée par le Conseil dans la nuit de mercredi à jeudi prévoit
en effet de porter l’effectif de la Minusma à un maximum de
13 289 militaires (11 240 jusque-là) et 1 920 policiers (1 440 auparavant)”, lit-on sur le site d’information de l’ONU. Outre
cette décision, le Conseil de sécurité a donné son feu vert pour
une mission onusienne plus offensive, après les attaques de ces
derniers mois, faisant au moins 69 morts dans ses rangs et des
dizaines de blessés. Ainsi, la Minusma est désormais autorisée à utiliser tous les moyens nécessaires pour accomplir son
mandat, dans les limites de ses capacités et dans ses zones de

L

déploiement, mais aussi de prendre des mesures robustes et
actives pour contrer les attaques asymétriques contre les civils ou le personnel des Nations unies. Car l’ONU considère
que la priorité stratégique de la mission consiste à appuyer la
mise en œuvre par le gouvernement, les groupes armés des coalitions Plateforme et Coordination, ainsi que par d'autres parties prenantes maliennes, de l'Accord pour la paix et la réconciliation au Mali. Ce pourquoi, la résolution adoptée à l’unanimité par les membres du Conseil exhorte également les pays
contributeurs de troupes et de police de la Minusma d’accélérer l'acquisition et le déploiement de tous les équipements
nécessaires aux contingents et salue l'assistance aux pays contributeurs de troupes à cette mission, a indiqué son porte-parole,
Radhia Achouri, lors d’un point de presse. Par ailleurs, la résolution a également approuvé la proposition du secrétaire gé-

néral de transférer la Force de réaction rapide et l'unité d'aviation associée de l'ONUCI à la Minusma, après leur retrait de
la Côte d'Ivoire au plus tard le 31 mars 2017. À noter que le
renouvellement du mandat de la Minusma intervient dans un
contexte sécuritaire explosif, avec la recrudescence des attaques
armées contre ses troupes et les Forces armées maliennes (Famas). Le dernier en date remonte à mercredi dernier durant
lequel quatre soldats maliens ont été tués dans une embuscade
près de Tombouctou. Les militaires maliens assuraient la sécurité des travailleurs d'une société entre Tombouctou et Goundam (nord-ouest) quand ils ont été attaqués. Trois militaires
ont été tués et deux autres blessés dans cette attaque survenue,
mercredi dernier, a-t-on précisé de même source. Le quatrième
soldat a succombé à ses blessures jeudi.
L. M.

ASSASSINAT DE THOMAS SANKARA

De nouvelles expertises réclamées
e parquet militaire va étendre la contreexpertise ADN aux douze autres victimes dans le dossier Thomas Sankara,
afin d'étoffer le dossier et éviter un vice de procédure”, a annoncé jeudi Me Bénéwendé Sankara, l'avocat de la famille Sankara. Thomas
Sankara, le père de la révolution burkinabée,
a été tué lors du putsch qui porta au pouvoir,
le 15 octobre 1987, l'ex-président Blaise Compaoré. “Le juge d'instruction va étendre la
contre-expertise à tous les 13 corps et a requis

L

à cet effet le consentement des familles concernées”, a déclaré à l'AFP Me Sankara. Les familles ont marqué leur accord, et cette contreexpertise, dont les résultats pourront être
disponibles dans quelques semaines, sera
réalisée à Santiago en Espagne, a-t-il précisé.
Les corps présumés de Sankara et de ses 12
compagnons tués avec lui ont été exhumés fin
mai 2015 afin de déterminer avec certitude
l'identité des victimes et lever le voile sur les
circonstances de leur mort. Les résultats de ces

tests ADN, réalisés en France, indiquaient que
les ADN n'étaient pas détectables et ne permettaient pas d'identifier à coup sûr les victimes. Selon Me Sankara, seulement deux familles, dont celle de Thomas Sankara, avaient
demandé une contre-expertise ADN des présumés restes de leurs proches enterrés à la sauvette au cimetière de Dagnoën, un quartier populaire à l'est de Ouagadougou, la capitale burkinabée. “Étendre cette contre-expertise à tous
les treize corps permettra d'étoffer davantage

le dossier et éviter tout vice de procédure”, s'estil réjoui. La justice militaire avait émis début
décembre 2015 un mandat d'arrêt international contre M. Compaoré, qui vit en exil en
Côte d'Ivoire, pour son implication présumée
dans l'assassinat du président Thomas Sankara.
Il est poursuivi pour assassinat, attentat et recel de cadavres dans le cadre de l'enquête ouverte fin mars 2015 par les autorités de la transition burkinabée.
R. I./AGENCES

10 L’actualité en question

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet2016

LIBERTE

PÉTITION D’“EL KHABAR”

Cri des hommes libres
pour défendre l’Algérie des libertés
e gouvernement a déclaré, par le
biais de son ministre de la Communication, une sale guerre contre
le journal El Khabar. À travers El
Khabar, c’est une guerre qui est déclarée contre les titres de la presse
indépendante, la liberté de la presse et les
droits de l’Homme en Algérie.
Les événements se sont accélérés en moins d’une
semaine et le journal El Khabar s’est retrouvé
dans une bataille politique sous couvert juridique. Le hasard a fait que cela coïncide avec le
3 mai, Journée internationale de la liberté

L

d’expression, un des principes fondamentaux
des droits de l’Homme. Un principe qu’El
Khabar considère comme référence principale de sa ligne éditoriale dont il n’a pas dévié,
quels que soient les circonstances et les chantages. El Khabar, qui est né dans un climat politique particulier, est l’un des acquis des événements d’Octobre 1988.
Il a fait ses premiers pas dans une conjoncture difficile durant laquelle des journalistes ont
sacrifié leur vie pour la consécration de la démocratie, de la liberté d’opinion, de pensée et
d’expression. El Khabar a mené, durant cette pé-

riode, des batailles contre des groupes sanguinaires et obscurantistes et à plusieurs occasions
contre les autorités publiques (publicité, contrôle et poursuites judiciaires, fermeture de sources
d’information et redressements fiscaux…)
Grâce à son ancrage dans les milieux sociaux,
El Khabar a réussi à gagner ces batailles, car son
unique appui est le citoyen de l’Algérie profonde. Et personne d’autre. En réponse à cette
campagne féroce que mène le ministre de la
Communication contre le journal El Khabar, et
à travers lui tout journal libre et noble et tout
journaliste libre, nous, signataires de cette pé-

tition, exprimons notre refus absolu de la position du ministre de la Communication ou de
toute autre partie visant à étrangler ou à tuer
toute presse libre. Nous dénonçons avec force
ces pratiques staliniennes et nous exprimons
notre refus de toutes les pressions que subit El
Khabar. Nous exigeons, également, que cessent
tous les harcèlements qui visent la presse et les
journalistes. Nous œuvrons à améliorer les acquis de la liberté d’expression et de la presse en
Algérie.
Téléphone : 021 48 47 67 - Fax : 021 48 44 26
email : elkhabarpetition16@gmail.com

Suite des signataires de la pétition d’“El Khabar”
Ben Ayad Fatma (Femme au foyer – Tlemcen), Ben Ayad Badia (Femme au foyer – Tlemcen), Ben Ayad Khaldia (femme
au foyer – Tlemcen), Ben Ouda Abderrahmane (retraité
–Tlemcen), Ben Achi Ammar (Comptable - Khenchla), Aloualia Achour (Village Felden – Akbou, Béjaïa), Kezzoula Abdallah (Fonctionnaire – Chelghoum Laïd, Mila), Mehenni Khelifa (Village Snadla – Kherrata Béjaïa), Ben Arab Abdennour
(Conférencier – Bouira), Hadjar Madjid (Homme D’affaires –
Bouira), Akli Hamadache (Village Mahfouda – Béjaïa), Meziti Abdelmadjid (Alger), Zohir Belaid (Fonctionnaire – Ahnif
Bouira), Lamri Mouzaoui, Benat Younes (Président d’une Association/Militant Politique – Chlef), Mohamed Elhadi Hebbache (Assureur – Annaba), Oudia Amar (Écrivain publique
adjoint), Derradji Nacer (Commerçant – Barika Batna), Mokdad Messaoud (Secrétaire Général de l’Organisation des Fils de
Chouhadas/Benisaf, Ain Temouchent), Boufniche Yahia
(Transporteur – Béjaïa), Samir Boumaza (Ex-officier - Tebessa), Khelifi Yacine (Gendarme à la retraite - Oum El Bouaghi),
Belagrouz Mounir (Fonctionnaire APC Rasfa - Sétif), Loukad
Ghani (Artiste dessinateur - Tizi Ouzou ), Zahreddine Allalouche (Constantine), Henine Brahim (journaliste - Aïn-Séfra),
Gouissem Lakhdar (Cadre dirigeant à la retraite - Alger), Kadaoui Khadra (fonctionnaire - Tlemcen), Kadaoui Aïcha
(couturière - Tlemcen), Kadaoui Keltouma (femme au foyer Tlemcen), Belahcen Fadila (Femme au foyer -Tlemcen), Hassem Yamna (femme au foyer - Tlemcen), Messabhi Saïd
(Lutte contre le terrorisme - Tlemcen), Amrouche Rachid (Commerçant - Tlemcen), Belgherbi Abdehak (Chauffeur - Tlemcen), Khebichet Kamel (Agent de sécurité et protection - Tlemcen), Kadaoui Fatma (fille de Mustapha - Tlemcen), Belgherbi Madjid (Fonctionnaire - Tlemcen), Fathi Smail (Entrepreneur - Tlemcen), Bouriah Amar (opérateur SEOL - Oran), Bouriah Khadidja (Citoyenne - Oran), Alioua Yacine (Snadla - Béjaïa), Djebouri Idir Alger, Khettab Abdelkader Tiaret, Kedadra
Hachani Ben Bachir (Moudjahid/directeur d’un CEM à la retraite - El Oued), Bitam Raouf (Enseignant - Batna), Hadaoui Keddour (Employé - Sétif), Belaïd Mohamed (Comptable - Tamalaht,
Ahnif, Bouira), Ben Djelloul Ahmed (Cadre syndicaliste à Sonatrach - Touggourt), Touahri Malek (Retraité - Béjaïa), Mechdou Abdelghani (Tamalaht, Ahnif, Bouira), Madjid Mansouri (Prof de lycée), Ghouat Saïd (Pes en EPS Setif), Laïd Helal (Avocat/Prof en
Droit à l’universdité de Béjaïa), Labri Irid (Citoyen -Aïn Fakroun,
Oum El Bouaghi), Bekka Razik (Entrepreneur - Kendira, Béjaïa),
Khellaf Bekka (Élu FFS Kendira - Béjaïa), Chaâbna Abdelatif (Batna), Merdji Rachid (Fonctionnaire au secteur de l’éducation - Gouraya, Tipaza), Ben Yakhlef Mohamed (Fonctionnaire - Médéa), Tahir Rabah (Enseignant à l’université de Béjaïa), Zahreddine Allalouche (Constantine), Ramdani Boualem (Journaliste - Paris), Messaoudene Youcef (Chercheur), Cherif Dris (École nationale supérieure de journalisme et des sSciences de l'information d’Alger),
Atamna Abdelouahab Chômeur (Ras El Oued, Bordj Bou Arréridj),
Inouri Ali (Militant Droit de l’Homme/Militant démocrate M’chedallah, Bouira), Saddam Karkouri (Militant /Parti Jabhat El
Moustakbal - commune de Yabous, Khenchla), Djamel Belaouedj
(Militant /Parti Jabhat El Moustakbal - commune de Kaïs, Khenchla), Khaled Mehnachi (Militant /Parti Jabhat El Moustakbal - commune de Kaïs, Khenchla), Imad Eddine Ben Henia (Militant /Parti Jabhat El Moustakbal - commune de Kaïs, Khenchla), Aïssa Ben
Mohamed Deradji (Bouira), Hamidi Noureddine (Membre du
Conseil National du FNA/Coordinateur de l’Organisation Natioanle
de la Recherche Scientifique - Saïda), Saoudi Mohamed (Boufarik,
Blida), Aroussi Lakhdar (Boufarik, Blida), Ben Zerfa Sabrina (Blida), Naceri Mohamed Laïd (Retraité/Militant FLN (Kasr Al Abtal, Sétif), Berkat Ahmed (Retraité - Sidi Bel Abbès), Ben Tayeb Ahmed (Retraité - Ouassif, Tizi Ouzou), Serdi Brahim (Oran), Medjdoub Aïssa (Retraité - Kherrata, Béjaïa), Medjdoub Farid (Cuisinier dans l’hôpital – Kherrata, Béjaïa), Medjdoub Kassi (Cuisinier
- Kherrata, Béjaïa), Medjdoub Abdelali (Receveur de bus - Kherrata, Béjaïa), Bediar Saïd (Enseignant à la retraite - Souk Ahras),

Souad épouse Boughdiri Salah (Souk Ahras), Aïssa Azzi (Président
de l’association Haï Sakia, Hammam Delaâ - Msila), Bouabdelli Abdelhak (Oran), Abderrahmane Nour Elhouda (Oran), Maâmar Ayeb
(Fonctionnaire Sonelgaz - Khenchla), Miloudi Mohamed (Enseignant universitaire - Tizi Ouzou), Mellouk Youcef (Commerçant
- Oran), Mellouk Mohamed Kamel (Étudiant - Oran), Yousfi Khatir (Commerçant - Oran), Yousfi Khatirou (Oran), Saïd Sabeg (Cor-

respondant d’El Khabar Erriadhi – Khenchela), Guellel Abdelkrim (Enseignant à la retraite – Bouira), Guellel Mounira
(Enseignante à la retraite – Bouira), Beriche Salah (Citoyen –
Bentalha, Baraki), Mohamed Naïli (Journaliste, Paris), Merouani
Mohamed (Commerçant – Aïn Fekroun, Oum El-Bouaghi),
Hamdi Nacer (Chef de service à la retraite – Tigzirt Tizi Ouzou), Dahdah Mouhoub (Président de l’association Tefernine
– Tizi N’barbar, Béjaïa), Medjadi Ben Djediane (Secrétaire général de l'Association de Wilaya de Football – Saïda), Boualem
Abdelkader (Étudiant universitaire – Mostaganem), Ghoul Abdelkader (Employé – Frenda, Tiaret), Berkouk Toufik (chauffeur
de camion – Béjaïa), Leklhal Sebti (Retraité – Yabous, Khenchela), Zerzour Brahim (Infirmier secteur santé publique – Boumerdès), Akerkar Akli (Universitaire – Paris), Mourad Kerbache
(Ingénieur – Alger), Ali Slimane Samir (Photographe – Tizi Ouzou), Halimi Mohamed (Fonctionnaire), Halimi Idir (Étudaint),
Noureddine Adjam (Kherrata – Béjaïa), Daoued Rachida (Fonctionnaire APC Ahnif – Bouira), Bouder Abdelghani (citoyen
– Chelghoum-Laïd, Mila), Kherchi Benani Yacine (Commerçant – Bab El-Oued, Alger), Redjradj Djamel (Fonctionnaire
– Béjaïa), Chaâbna Samir (Takeslanet – Batna), Bekka Arezki
(Front El Mostakbal, Kendira, Béjaïa), Dechoune Lynda
(Fonctionnaire APC Ahnif, Bouira), Djaffar Benabdellah (Ingénieur – Paris), Bouchakel Youba (Fonctionnaire -Feraoun,
Béjaïa), Safia Blidi (Cadre de banque – Béjaïa), Loucif Taïbi, Ali
Boukhalfa Badis (Commerçant), Mokrane Bouzid (Batna),
Deghdouch Ammar (officier à la retraite - Jijel), Samrelil Aïssa (avocat - Alger), Yahia Ben Ammar (militant au comité national pour la défense des droits des chômeurs - El Oued), Bouchair Madjid (chauffeur de taxi - Larbaâ Nath Irathen Tizi Ouzou), Khenoun Nabil (fonctionnaire - Amalou Béjaia), Smail
Bedreddine (fonctionnaire - Amalou Béjaia), Ben Ameur
Ammar (militant droit de l’homme/commerçant - Bordj Bou
Arriridji), Abdelouaheb Bakhouche (chômeur - Khenchla), Boulila Abbes (retraité - Bouira), Benali Abdallah Mahmoud
(professeur en Medecine Faculté de médecine d'Alger), Benali Abdallah Saliha (professeur en Pharmacie faculté de médecine d'Alger) , Fares bedhouche (vétérianire/Jil Jadid - Kherrata Béjaia), Ghellaf bilel (Jil Jadid - Kherrata Béjaia), Azeddine Bedhouche (artisant - Kherrata Béjaia), Abdelali Maouche
(Jil Jadid - Kherrata Béjaia), Abdennacer Mai (Jil Jadid Kherrata Béjaia), Yacine Bachioua (ingénieur/Jil Jadid - Kherrata Béjaia), Rezzam Bilel (citoyen - Ain Fekroun Oum El Bouaghi), Merouani Mohamed (commerçant - Ain Fekroun Oum
El Bouaghi), Fares Khaled (universitaire - France), Khalf Allah Abdelmalek (étudiant universitaire - Jijel), Chami Tarik (doctorant en journalisme), Mederbel Hacene, Ait Abdelmalek Fateh (salarié - Boumerdes), Berkane Abdelmadjid (instituteur
à la commune Tazmalt Béjaia), Moussa Ben Abdesslam (étudiant universitaire - Béjaia), Benabdelaziz Mokhtar (Alger), Madouni Bouziane (fonctionnaire - Tipaza), Ammar Hamel (directeur d’une école primaire - Ksar Sbahi Oum El-Bouaghi),
Alimarina Seddik (Retraité, Iloula Tizi Ouzou), Samet Djamel
(cadre architecte Alger), Naceri Abdelhamid (Médecin Tiaret),
Chouaïb Benferdi (correspondant Souk Naâman, Oum El-Bouaghi), Kara Belkacem (intendant à la retraite Ouassif Tizi Ouzou), Saâdi Abdesslam (enseignant de lycée à la retraite, Boufarik, Blida), Dahdah Nadir (vice-président de l’association village Tala Khaled Aokas Béjaïa), Khadri Messaoud (maçon Batna), Ben Medjkoun Ferhat (commerçant Ighrem Akbou Béjaïa),
Abrous Hassen (ex-militant des droits de l’homme à la coordination national des recrues de l'armée/président de l’asso-

ciation El Wafa à la commision du village Chegga Chlef), Ben
Abdelaziz Bachir Mohamed Lamine (Baraki), Hamza Keniza
(médecin Annaba), Mokhtari Samir (fonctionnaire Boghni Tizi Ouzou), Houari Hamid (technicien supérieur en automatisation Tizi-Ouzou), Messaoude Amraoui (cadre syndicaliste
Unpef/inspecteur au secteur de l’éducation nationale), Sara Amroun, Odina Fares (étudiant universitaire), Hamid Dahmani
(citoyen Béni Amrane), Debbou Abdelhalim (ingénieur d'État
(école nationale polytechnique) contrôleur de gestion (Entreprise nationale de forage), Khelil Bouabdellah (agent général
d'assurance Relizane), Boudjakdji Abdelkader (avocat à la Cour
de Blida), Boudjakdji Nadjmeddien (avocat à la Cour suprême Bilda), Oufi Rafik (avocat à la Cour de Blida), Berrichi épouse Boudjakdji Abdelkader (femme au foyer Blida), Ayad Salim
(enseignant – commune Bitam Batna), Djerrah Abdrafai
(transporteur public – Sedrata Souk Ahras), Ahcen Cherifi (Ighil
Amoula – Tizi Ouzou), Boualem Aït Chalal, Bouguerniz Ali
(médecin – Khenchla), Khemissi Hassane (étudiant universitaire – Bir El Ater Tébessa), Maifi Salah (Citoyen – Bir El Ater
Tébessa), Ben Brik Abdelkader (officier à la retraite – Thénia
El Had Tissemsilt), Haroune Rachid Ben Terad (citoyen –Sebaâ – El Taref), Hichem Berdouk (acteur et cinéaste – Khenchla), Farid Abrous (militant droit de l’homme/représentant
de l’association nationale de droits de l’homme à Chlef), Djamel Bouaoud (comptable – Sétif), Elhadi Kechroud (retraité –
Alger), Barache Hafid (Tazmalt – Béjaïa), Ramdan Karboue
(ex-journaliste – Bouira), Belhadj Lachen (Paris), Mustapha Tadjadit (cadre en gestion – France), Ben Achour Mohand (retraité
– Béjaïa), Kechiche Aboubakr (employé – Barika, Batna), Tchatchi Madjid (militant du RCD), Salah Kaki (cadre de Naftal à
la retraite), Esseghir Abdelkader (retraité-Alger), Souidi Khelifa (militant/ingénieur – Aïn El-Hadjar, Saïda), Souidi Mohamed (médecin – Aïn El-Hadjar, Saïda), Yahia Cherif Aïssa
(ingénieur – Aïn El-Hadjar, Saïda), Yahia Cherif Abderrahmane
(militant/laboratin – Aïn El-Hadjar, Saïda), Yahia Cherif Belaïd (enseignant – Aïn El-Hadjar, Saïda), Kotb Aïssa (médecin
spécialiste - Aïn El-Hadjar, Saïda), Slimani Abdelkrim (commerçant - Aïn El-Hadjar, Saïda), Labane Abdelkrim (comptable
- Aïn El-Hadjar, Saïda), Hadji Chikh (intendant – Aïn El-Hadjar, Saïda), Hadji Mohamed (enseignant universitaire – Aïn ElHadjar, Saïda), Tigrine Abdelkader (militant/ingénieur – Aïn
El-Hadjar, Saïda), Bouanani Abbès (administrateur – Aïn ElHadjar, Saïda), Chikh Abdeslam (commerçant – Aïn El-Hadjar, Saïda), Aliouat Moussa (directeur de CEM – Bir El-Ater,
Tébessa), Aliouat Ghania (femme au foyer – Bir El-Ater, Tébessa), Aliouat Zakaria (stagiaire – Bir El-Ater, Tébessa), Halimi Toufik (Khenchla), Khalfaoui Saïd (retraité – Tizi Ouzou),
Chaketni Aboubakr (Skikda), Kamfouche Khaled (entrepreneur
– Aïn Defla), Chouchaoui Zoulikha (enseignant français – Aïn
Defla), Kamfouche Aïda (infirmière – Aïn Defla), Bougri Yazid (ingénieur – Aïn Defla), Kamfouche Abdallah (retraité de
l’armée – Aïn Defla), Kamfouche Samir (agriculteur – Aïn Defla), Kamfouche Ammar (directeur – Aïn Defla), Kamfouche
Abdelkader (surveillant – Aïn Defla), Kamfouche Mokrane
(fonctionnaire – Aïn Defla), Kamfouche Ouahid (agriculteur
– Aïn Defla), Kamfouche Fadila (profession libérale – Aïn Defla), Kamfouche Naïma (fonctionnaire – Aïn Defla), Djebbour
Fatma (femme au foyer – Aïn Defla), Zougar Djelloul (chômeur
– Aïn Defla), Zougar Sabiha (couturière – Aïn Defla), Guechouk
Takfarinès (commerçant – Ksar Boukhari, Médéa), Kahlal Massinissa (Ksar Boukhari, Médéa), Kahlal Abderrezak (Ksar
Boukhari, Médéa), Mebarkia Mustapha (Bir Mokkadem, Tébessa), Mebarkia Mohamed (Bir Mokkadem, Tébessa), Mebarkia Fethi (Bir Mokkadem, Tébessa), Mebarkia Asma (Bir
Mokkadem, Tébessa), Taleb Djamel (secrétaire d’avocat – Blida), Adda Ahlem (femme au foyer – Blida), Abbad M’hamed
(directeur à la retraite – Oum Drou, Chlef), Lakroum Abdelhakim (sergent-chef à la gendarmerie à la retraite – Jijel), Madouni Souad (inspecteur des forêts – Tipasa).

LIBERTE

Supplément TIC 11

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

QE3DA DIGITAL

L’évènement numérique
DZ phare de Ramadhan 2016

D.R.

incenzo Nesci, président exécutif de Djezzy, se manifeste sur le blog de VimpelCom et se range clairement du côté des partisans du déploiement du LTE
(4G) en Algérie. Dans des mots très clairs, Vincenzo pense
que le “switching” de l’Algérie à la 4G ouvrira des opportunités
aux concepteurs du nouveau modèle économique du pays
d’inclure le paramètre de la vitesse de connexion dans le
chapitre des liens entre l’économie et l’évolution technologique. Il est tout à fait logique de considérer le débit d’une
connexion comme un facteur économique important. Plusieurs économistes travaillant pour des bureaux d’études
mondiaux estiment que la vitesse de connexion des réseaux
mobiles à large bande stimule la rentabilité. En clair, le mobinaute qui peut être considéré comme le produit essentiel
de l’économie numérique est beaucoup plus attiré par les
grandes vitesses de connexion. D’où l’importance d’offrir aux
Algériens un accès internet rapide. Les chiffres de la
Banque mondiale qui sont publiés annuellement sont
éloquents : à chaque augmentation de 10% dans les
connexions mobiles de l’internet à haut débit correspond
une augmentation de 1,38 dans la croissance économique.
Les opérateurs de la téléphonie mobile activant en Algérie
doivent donc utiliser la technologie à large bande pour dé-

V

Pour Vincenzo
Nesci, le “switching”
de l’Algérie vers
la 4G est source
de performance
Par : FARID FARAH

ployer leurs réseaux. Ils permettront donc aux Algériens de
participer à l’instauration de l’économie numérique. Plus le
nombre de citoyens connectés augmente, plus la question
d’intégrer l’économie numérique au cœur du programme
politique du pays devient prioritaire. Décryptage : pas
d’économie numérique sans citoyens connectés. En Algérie, la technologie LTE (4G) va être l’accélérateur de la connectivité mobile de la population. Les usages de la data mobile vont se développer à une vitesse considérable grâce à cette technologie et surtout à un modèle économique qui ne
doit pas placer le revenu mensuel de l’usager comme premier critère d’accès aux réseaux cellulaires à grande vitesse.
Ces derniers peuvent aider les consommateurs à mieux comprendre les différences qui existent entre les services commercialisés par les opérateurs. Les “branchés” ne seront plus
amenés à se poser des questions sur le choix de la vitesse
de connexion. La vitesse de la technologie LTE apporte au
citoyen algérien l’unique accès haut débit à fluidité absolue. La FTTH est toujours absente des foyers algériens faute de modèle économique adéquat, mais la 4G sera bientôt
à leur portée de main.
F. F.

Publicité

12 Supplément TIC

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

LIBERTE

LE MOINS CHER DANS SA CATÉGORIE

Doogee X5, le smartphone
5 pouces HD à petit prix
Pendant tout le mois de Ramadhan, Matos Algérie, le représentant exclusif de la marque chinoise des
smartphones Doogee en Algérie, propose le smartphone Doogee X5 au prix incroyable de 10 500 DA.

D

dimensionnée avec 1 Go de RAM et 8
Go de stockage extensible à 32 Go via
un slot pour microcarte SD.
Pour les amateurs de bonne
sonorité

Ce smartphone, aux dimensions de
143 x 72,2 x 8,8 mm et d’un poids de
130 g, est livré avec Android 5.1
Lollipop. Sa batterie est d’une capacité
de 2400 mAh (11 heures d’autonomie
en mode 2G). Pour ce qui est de sa
connectivité cellulaire, il est compatible
avec
les
bandes
850/900/1800/1900 MHz pour la 2G, et
les 850/900/1900/2100 MHz pour la
3G. Il est compatible avec les supports
de communication Bluetooth 4.0, WiFi
a, b, g, n, ac et Wifi Hotspot, et doté
d’un port micro USB 2.0, du GPS (GPS
+ A-GPS) et d’un slot pour micro SIM.
Les acquéreurs algériens de ce smartphone auront l’exclusivité de bénéficier
de 4 carcasses supplémentaires. Enfin,
pour les amateurs de la bonne sonorité,
le X5 inclut le Box Sound Cavity, un
système sonore très sophistiqué.
Doogee X5 est livré avec une garantie
d’une année. D’autre part, Matos
Algérie assure une qualité de service
après-vente optimale.
D. R.

oogee est une marque
chinoise qui a beaucoup fait parler d’elle
ces derniers temps, si
on compte le nombre
des nouveaux produits
à petits prix mis sur le marché, comme
les smartphones Doogee F3 et F3 Pro
et le Doogee X1. Doogee revient donc
sur son terde
Par : FARID FARAH rain
chasse historique : les terminaux téléphoniques
mobiles low-cost à haute performance.
Et c’est dans cette lignée que se positionne le Doogee X5 que l’on trouve
aujourd’hui à moins de 11 000 DA.
Ainsi, avec son X5, Doogee s’attaque
au segment des prix imbattables. Ce
modèle est uniquement compatible
3G. Néanmoins, il n’est pas cher pour
un terminal mobile intelligent 5 pouces
à dalle IPS qui propose une résolution
de 1280 x 720 pixels (soit une densité
d’environ 294 ppp). N’hésitez pas à
prendre des photos et faire des selfies
avec ses deux caméras, 5 MP à l’avant
et 8 MP à l’arrière. Le Doogee X5 est
animé par un processeur quatre cœurs
32 bits MediaTek MT6580 cadencés à
1,3 GHz et par le GPU Mali-400-MP1.
Côté stockage, la mémoire est bien

F. F.

VINCENZO NESCI, PRÉSIDENT EXÉCUTIF DE DJEZZY

La 4G annonce l’ère d’une “économie fondée
sur la connaissance” en Algérie
“En Algérie, de grandes choses sont en cours dans le domaine numérique”, affirme Vincenzo Nesci, le président
exécutif de Djezzy, dans une contribution publiée, le 22 juin 2016, sur le blog de VimpelCom.
ous le titre “L’effet 4G  : le besoin de
vitesse”, le président exécutif de Djezzy,
a publié une contribution sur le blog de
VimpelCom, dans laquelle il estime qu’en
Algérie “de grandes choses sont en cours dans
le domaine numérique”. Vincenzo Nesci
considère que dans
Par : ABDELKADER le cadre du plan eZAHAR
Algérie du gouvernement, “les services
publics, les entreprises, et la population en
général vont se connecter, avec des réseaux de
fibres à haute vitesse et 4G LTE comme fondation”. Pour le patron de Djezzy ce “bon
coup de pouce” vise à “moderniser les télécommunications en Algérie, en créant un
plus grand accès numérique et en utilisant la
technologie pour diriger le pays vers une nouvelle économie fondée sur la connaissance”.
Il rappelle que dans le cadre de ce plan,
“Djezzy est parmi les trois sociétés à qui il a
été accordé, récemment, une licence pour la
construction et l’exploitation des services 4G
LTE”. “Des mois d’un travail acharné, des
équipes en Algérie et à l'étranger ont permis
d’engager la finalisation du déploiement de
la 3G en 2016, ce qui permettra de consolider
la position de Djezzy sur le marché algérien
et de renforcer davantage le patrimoine de
l’opérateuren tant que pionnier de la technologie”, affirme-t-il. Concernant l’apport de
l’opérateur dans le domaine de la 4G LTE,
Nesci rappelle que Djezzy est “membre du
groupe VimpelCom” et qu’il a donc accès à la

S

fois à “l'expérience mondiale” et à “la
connaissance  du marché local”. Selon lui,
Djezzy va bénéficier de “la stratégie de leadership numérique de VimpelCom, dans le
sens de l’amélioration de la connectivité”.
“Que passera-t-il lorsque l'Algérie basculera
vers la 4G  ?”, s’interroge Vincenzo Nesci
dans sa contribution publiée sur le blog de
VimpelCom. “Pour certains, cela signifiera
une connexion plus rapide, plus fiable, tandis
que d'autres seront connectés pour la première fois”, affirme-t-il. “À la base, tout est au
sujet de la vitesse : les téléchargements et les
uploads sont plus rapides avec 4G, ce qui permet des services où la vitesse fait toute la différence. Pensez au HD streaming, au partage
de médias, et à des services qui sont actuellement à l’étape d’embryon, comme la réalité
virtuelle”, ajoute Nesci.
Évoquant d’autres contextes de la 4G dans le
monde, le président exécutif de Djezzy affirme : “L'accent de VimpelCom est mis sur les
marchés émergents, où l'accès à Internet est
plus susceptible d'être synonyme de posséder
un smartphone. Si vous habitez au Pakistan,
vous pourriez bien lire ceci sur votre mobile,
où seulement 11% des personnes ont une
connexion en ligne fixe, mais 28% (et c’est
constamment en hausse) ont accès à
l’Internet mobile”, ajoute-t-il.
Quelle 4G pour l’Algérie ?

Selon Nesci, “les données mobiles sont une
partie croissante de l’activité de VimpelCom

en Algérie, et à travers le groupe, et elles
seront au cœur de notre succès continu dans
les mois et les années à venir”. “Mais la
valeur réelle est non seulement dans la simple
transaction d'établir une connexion, mais
dans les possibilités qu’ouvre chaque
connexion”, affirme encore Vincenzo Nesci.
Il cite, d’ailleurs, une panoplie de possibilités qui seront “débloquées pour une nouvelle
vague de clients”, passant du “divertissement  à l’éducation en passant par le commerce électronique, la santé, les finances, et
l'information”. Citant l’expérience “au sein
du Groupe”, il affirme l’existence d’une
“demande prometteuse pour les services en
ligne”. “Lorsque la 4G a été introduite en
Géorgie, l'utilisation des données a augmenté
de près de sept fois. En dehors de l'entreprise
(VimpelCom, ndlr), nous entendons la même
chose. Le GSMA a révélé que les consommateurs dans les marchés émergents sont plus
disposés à payer pour les services 4G que ceux
des marchés matures”, précise encore le
patron de Djezzy.
Pour l’opérateur, la 4G LTE en Algérie c’est
aussi une question d’écosystème. “Nous
sommes heureux de soutenir la création d'un
écosystème de développeurs d'applications et
d’entrepreneurs mobiles qui seront nos partenaires et fournisseurs, et qui nous aideront à
adapter l'expérience de VimpelCom dans le
monde à la réalité de l'Algérie”. “Et c’est justement le résultat naturel que notre partenaire, le Fonds national d'investissement (FNI),

attend de notre partenariat public-privé qui
a le potentiel d'être un excellent exemple de
coopération entre un groupe international et
un important investisseur institutionnel
local”, explique Nesci.
Il existe, cependant, certains obstacles à
dépasser. “Bien sûr, il y a encore du travail à
faire. Globalement, l'écart entre les populations urbaines et rurales est toujours un problème, mais beaucoup moins qu'il ne l'était
lorsque les connexions comptaient sur les
infrastructures de téléphonie fixe”, affirme le
président exécutif de Djezzy. Autre élément
mis avant : la cherté des terminaux. “Les dispositifs intelligents restent coûteux et hors de
portée pour beaucoup de personnes, bien que
cela est en train de changer aussi”, dit-il.
Vincenzo Nesci étaye sa contribution en
affirmant que l'Algérie a la possibilité de
“sauter des décennies de développement des
infrastructures et d’aller directement à la
technologie qui est en exécution à l'échelle
mondiale”. L’opérateur considère qu’il est
en train d’apporter sa contribution à
“construire les fondations pour permettre à
chacun d’exploiter la puissance de la technologie, soutenir une nouvelle génération d'entrepreneurs numériques et ouvrir les portes à
l'innovation qui aura des répercussions générales”. “L'Algérie est à l’entame d'une transformation technologique. Et à Djezzy et
VimpelCom, nous sommes ravis d'être aux
premiers rangs”, conclut-il.
A. Z.

LIBERTE

Supplément TIC 13

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

QE3DA DIGITAL

L’évènement numérique
DZ phare de Ramadhan 2016
Prévue le 27 juin, la Qe3da Digital, l’événement organisé par Buzz Solution, se tiendra
finalement ce samedi 2 juillet au Hilton d’Alger. Un report certes démoralisant mais qui
a apporté de nouveaux sponsors.

J

amais deux sans trois. Après
avoir participé à l’organisation des deux éditions du
Geekftour en 2013 et 2014
puis celle de Ftoorcom l’année dernière, Rached Guettouche nous surprend cette année
avec un concept novateur : Qe3da
Digital. Un
Par : MELIZA é v è n e m e n t
100% connecté
BEGHDAD
qui va rassembler autour d’un ftour plus de 200
professionnels et passionnés du web,
ce samedi 2 juillet, à l’hôtel Hilton
d’Alger. Écouter, apprendre, échanger et profiter de moments privilégiés avec les meilleurs spécialistes du
digital, tels sont les mots d’ordre de
cette rencontre.
Co-fondateur de Solution, une société 360° dont les services vont du
marketing digital, à l’événementiel,
allant jusqu’au développement d’applications mobiles et de sites web,
Rached Guettouche, lance Qe3da Digital, un nouveau-né de l’écosystème numérique algérien, avec six
partenaires, dont Microsoft Algérie,
et deux sponsors, à savoir l’opérateur
Mobilis et Huawei Algérie. Fraîchement diplômé d’Exia.CESI, école d’ingénieurs informatique de
Toulouse, cet ambitieux jeune homme cumule déjà une grande expérience. En plus d’avoir co-organisé
plusieurs évènements dans le domaine du web et des nouvelles technologies auparavant, son profil LinkedIn (réseau social professionnel),
nous informe qu’il a été consultant
IT auprès de Ooredoo, et a effectué
plusieurs stages au sein d’impor-

tantes compagnies, notamment Icosnet et Mobilis.
Avant même le début du Ramadhan,
Rached Guettouche avait déjà commencé à constituer son équipe. “Organiser une rencontre d’une telle envergure nécessite du temps et beaucoup de ressources”, affirme-t-il.
Alors que, communément, une
qe3da est synonyme de thé à la
menthe et de gâteaux orientaux,
Rached Guettouche révolutionne le
concept en fusionnant ce moment de
pure convivialité avec le monde numérique. C’est un programme dense d’alternance entre conférences,
networking, et détente qui attend les
participants, qui pourront débattre
des dernières tendances numériques,
et des innovations futures en Algérie, un pays très en retard en la matière.
Pour les sponsors, c’est l’occasion inespérée de rencontrer, en seulement une nuit, une multitude d’experts et d’influenceurs. Ils pourront

profiter de la présence de ces
membres, pour prendre une longueur d’avance sur leurs concurrents, en lançant de nouveaux produits lors de cette soirée.
Du thé à la menthe, mais pas
que !
Sur le site dédié à l’évènement, les
speakers ont déjà été annoncés depuis son lancement. Ils sont trois, et
viendront partager leur expérience
et prodiguer des conseils à l’assistance. La première est Leïla Akli, fondatrice de l’agence PI Relations,
spécialisée en communication corporative et relations publiques hybrides. Seront aussi au rendez-vous,
Ryadh Baghdadi, chercheur postdoctoral au Massachusetts Institute
of Technology (MIT), et Taher Alami, directeur général d’Abweb,
Agence marocaine spécialisée dans
la création de sites, le conseil et le
commerce électronique.
Quant au programme, il est frag-

menté en trois parties. La première
étant la “Qe3da découverte”, elle va
permettre aux invités de patienter
jusqu’à l’heure de la rupture du jeûne, en testant des technologies de
pointe, en matière de gaming, ainsi
que des imprimantes 3D. Juste après
le mot d’ouverture de l’organisateur
et des sponsors, toute la communauté se réunira autour d’un ftour
convivial, tout au long duquel les
speakers prendront parole tour à
tour pour parler de différentes thématiques relatives au monde digital
en Algérie et en Afrique.
S’ensuivra ensuite la troisième et dernière partie : la “Qe3da networking”.
Celle-ci comprendra des échanges et
des partages de retour d’expérience
entre les invités, tout en sirotant du
bon thé, et sous des airs de musique
chaabi et andalouse. Cette initiative
a d’ores et déjà charmé la Toile. Sur
les comptes sociaux de cette dernière,
on ne retrouve que des commentaires positifs et encourageants.
Comme la participation à “Qe3da digital” est totalement gratuite, la sélection des invités s’est faite à partir
de formulaires à remplir sur le site,
après plusieurs vagues d’inscription. Seuls les plus motivés ont pu
décrocher le fameux sésame.
Un report… nouveau souffle
Initialement prévue pour le 27 juin,
la date de l’évènement tant attendu
a été contrainte d’être décalée d’une
semaine, engendrant, de ce fait, un
changement de lieu, passant de l’hôtel Eshra de Aïn Benian, à l’hôte Hilton, aux Pins Maritimes. En plus
d’avoir engendré des dommages

collatéraux importants, ce report
survenu à seulement deux jours de
la date fatidique a eu pour effet de
démoraliser Rached Guettouche et
son équipe. Mais malgré ces perturbations de dernière minute qui
ont porté un gros coup au moral de
ces jeunes, ces derniers ne se sont pas
laissés abattre, et ont redoublé d’efforts.
“Depuis une semaine, on ne dort pas
plus de 3h par jour”, témoigne Naceron Dzigner, chargé du design
de “Qe3da  Digital”. Animés par une
envie ardente de mener le projet à
terme et d’en faire un évènement qui
marque les esprits, ni la faim ni la soif
d’un Ramadhan qui coïncide avec la
saison estivale, particulièrement difficile cette année à cause de la canicule, n’a réussi à les ralentir.
Leurs efforts ont été vite été récompensés. Entre-temps, deux nouveaux sponsors sont arrivés et ont rejoint les six partenaires qui soutiennent cette initiative singulière,
depuis le début de l’aventure. Le chef
d’orchestre Rached Guettouche parle déjà d’autres éditions. Il ambitionne de faire de “Qe3da digital” un
rendez-vous annuel et incontournable pour les acteurs numériques en
Algérie.
“Le développement de notre pays repose sur le pétrole, et les réserves de
celui-ci s’amenuisent. Il est plus que
jamais temps de trouver des solutions
alternatives, et rattraper le retard numérique en est une. On peut faire de
l’Algérie un leader technologique
dans la région”, conclut le jeune
homme.
M. B.

BRÈVES
L’Argentine offre aux opérateurs mobiles un accès aux
sites gouvernementaux
n Le gouvernement argentin a déclaré qu'il
permettra aux opérateurs de
télécommunications d’accéder, sans frais, à
des sites appartenant à l'État afin de leur
faciliter l'élargissement de leur couverture
réseau. Selon un décret publié par le
gouvernement, les réseaux de
télécommunications privés se verront
accorder un accès raisonnable aux “terrasses,
des toits, des tours ou toute autre installation,
usine ou propriété de l'Etat”. L'objectif est
d'accélérer l'expansion de la couverture de
téléphonie mobile et d'accroître la
compétitivité du marché. Cette décision
intervient après un rapport suggérant que les
réseaux mobiles ont du mal à trouver des
sites appropriés pour leurs antennes.

marques, mais elle est principalement conçue
pour les marchés asiatiques. Le fabricant
chinois de smartphones veut donc améliorer
cette interface pour attirer un public plus
exigeant, notamment aux États-Unis. Il
travaillerait actuellement sur une version
EMUI 5.0 dont le lancement est prévu cet
automne, avec un design qui correspond plus
étroitement à vanille Android OS, tout en
conservant ses options de personnalisation.
Le changement vise une conception plus
simple et plus attrayante pour le public
occidental, mais avec l'inconvénient que cela
finirait par perdre une partie du caractère
distinctif qui démarquent les smartphones
Huawei du reste des marques fonctionnant
sous Android. Huawei semble, en tout cas,
mettre tous les atouts de son côté en allant
jusqu’à embaucher une conceptrice du géant
Apple pour revoir le design de l’interface
EMUI.

L’opérateur brésilien Oi s’insHuawei travaillerait sur une crit en protection de la faillite
nouvelle interface utilisateur n L’opérateur mobile brésilien, Oi s’engage
dans une procédure de faillite. Oi est à la
pour ses téléphones Android recherche
de protection de la faillite suite à

n Huawei travaillerait sur la refonte de son
interface utilisateur Android pour le rendre
plus attrayant pour le public occidental. Le
EMUI (Emotion UI) est une surcouche
développée par Huawei pour ses appareils
fonctionnant sous l’OS Android afin de se
différencier des smartphones d'autres

l'échec de renégocier les paiements de sa
dette de 19,4 milliards de dollars détenue par
plusieurs créanciers. Le dépôt de la faillite
volontaire a été déclenché après qu’aucun
accord n'a été conclu avec les détenteurs
d'obligations dans une négociation
impliquant des coupes allant jusqu'à 75% par

rapport à la valeur nominale de la dette. Dans
un communiqué, la société a déclaré qu'il
aura pour objectif de continuer à servir les
clients, tandis que les tribunaux tentent de
forcer une restructuration avec les détenteurs
de la dette. La société est sous pression de
devoir payer un montant de 231 millions
dollars qui doit être remboursé dans le mois,
au moment où elle avait du mal à soulever de
nouveaux emprunts pour s’acquitter des
anciens. Oi a accusé un certain nombre de
créanciers de s’être opposés au
refinancement de ses dettes. Cette affaire est
la plus grande faillite jamais enregistrée au
Brésil. Les deux tiers de la dette sont détenus
par des investisseurs étrangers. La taille de la
dette met également la pression sur les
banques du Brésil, qui souffrent déjà d'une
hausse de la récession liées aux faillites. Pour
Anatel, le régulateur des télécommunications
du Brésil, Oi a besoin de son consentement
pour vendre plusieurs de ses actifs ou les
utiliser comme garantie. Si Oi ne parvient pas
à un règlement avec ses créanciers, la
prochaine étape serait de permettre aux trois
autres opérateurs mobiles du pays de choisir
les actifs à acheter.

La Chine renforce le contrôle
sur les annonces de recherche
sur Internet payants
n Le régulateur internet de la Chine a déclaré
que les moteurs de recherche devraient

resserrer la gestion des primes pour les
annonces dans les résultats de recherche, et
rendre clair lorsque les résultats sont payants
et en limitant leur nombre. Le régulateur a
imposé, depuis le mois dernier, des limites
sur le nombre d'annonces de soins de santé
lucratifs portés par Baidu Inc, suite à la mort
d'un étudiant qui a subi un traitement
expérimental du cancer dont qu’il a trouvé en
utilisant ce moteur de recherche sur Internet,
suscitant la colère à grande échelle du public.
L'administration du cyberspace de Chine a
déclaré que les moteurs de recherche
devraient enquêter sur les “aptitudes” des
clients qui offrent des annonces payantes,
d’en fixer une limite supérieure, et de les
distinguer clairement des autres résultats de
recherche. “Les utilisateurs ont été
particulièrement concernés par les publicités
médicales, qui sont une menace pour la santé
des gens”, a ajouté le régulateur. Baidu a
déclaré dans un communiqué qu’“il va
travailler en étroite collaboration avec les
organismes gouvernementaux, la
communauté des internautes pour maintenir
un environnement internet sain, et fournir des
résultats de recherche faisant autorité
objective, impartiale”. Des officiels affirment
que des restrictions sur internet, y compris le
blocage des sites étrangers populaires comme
Google et Facebook, sont nécessaires pour
assurer la sécurité face aux menaces
croissantes, comme le terrorisme.

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

14 Sport

LIBERTE

MCA

Ce Mouloudia fait déjà rêver
ses supporters
es spécialistes s’accordent à dire
que le Mouloudia d’Alger aura fière allure et sera le principal candidat à la succession de l’USM Alger pour le titre de champion
d’Algérie la saison prochaine. Personne ne peut nier que le club phare de la capitale a réussi son mercato en réalisant un recrutement, qualifié d’excellent. Le MCA a sensiblement remanié son effectif et a engagé un
nouvel entraîneur. Désormais, c’est Djamel
Menad qui s’occupe de la barre technique, alors
que l’équipe a enregistré l'arrivée de dix nouveaux joueurs de qualité.
Il s’agit de Zahir Zerdab, Zidane Mebarakou
(ex-MOB), Brahim Boudebouda, Mohamed
Seguer (ex-USMA), Hicham Nekkache (exCRB), Antar Djemaouni (ex-ASMO), Hadj
Bougueche (ex-USMH), Zakaria Mansouri
(PAC), Kheireddine Boussouf et Elyes Seddiki (ex-NAHD). Le club a également récupéré
son gardien de but international olympique,
Farid Chaâl, prêté la saison passée à l'USMH.
De plus, le portier international a prolongé son
contrat jusqu’à 2019. Mieux encore, la plupart
des joueurs sont sous contrat jusqu’à 2018, ce
qui assurera une certaine stabilité de l’effectif.
À l’exception de Gourmi, parti au Qatar, tous
les joueurs que le club voulait garder ont rempilé. Il n’en restait qu’un seul…
Il avait mis beaucoup de temps avant de trancher, mais finalement le milieu de terrain, Amir
Karaoui, a été convaincu et a prolongé son
contrat de deux ans avec les Vert et Rouge tout
en acceptant de baisser son salaire, selon des
informations. Et ce n’est pas fini puisque le dernier signataire n’est autre que le milieu de terrain récupérateur du NAHD, Elyes Seddiki.
L’ancien Sedanais a paraphé un contrat de trois
ans jeudi dans la soirée et devient ainsi la 10e et

L

D. R.

dernière recrue estivale des Vert et Rouge.
Contrairement aux précédentes saisons, l’opération renforcement de l’effectif a été minutieusement étudiée. Menad, associé à Omar
Ghrib, ont réussi à convaincre des joueurs de
qualité à rejoindre le Mouloudia et ceux en “fin
de contrat” de prolonger. Il s’agit là d’un
coup double. Le compartiment offensif a eu la
part du lion. Et comment puisque c’était le
point faible de l’équipe la saison dernière
avec une moyenne négative de 28 buts en 30
matches. Quatre nouveaux attaquants ont
rejoint l’équipe. Il s’agit d’éléments confirmés
ayant réalisé d’excellents parcours avec leurs
précédents clubs respectifs. Et lorsqu’on parle de Seguer, Nekkache, Bouguèche et Djemaouni, on ne peut que se frotter les mains
dans le camp du MCA. A tout ce beau mon-

de, on pourrait rajouter au moins cinq joueurs
à vocation offensive du milieu de terrain.
Avec la présence de joueurs tels que Karaoui,
Mokdad et Derrardja du précédent effectif ainsi que le recrutement de Mansouri et Zerdab,
l’attaque du Mouloudia fait déjà peur. L’arrièregarde, en revanche, a connu une certaine stabilité puisque deux nouveaux joueurs ont
renforcé l’effectif. On peut même dire qu’il n’y
a eu qu’un seul nouveau joueur en la personne de Mebarakou puisque Boudebouda n’a effectué qu’un come-back, lui qui a fait toutes ses
classes au Mouloudia. En faisant une lecture
de l’effectif du MCA version 2016-2017, on
constate deux équipes de même niveau.
Chaque poste possède deux joueurs capables
de prétendre à une place de titulaire. Les
places seront très chères et le coach Menad aura

à gérer les humeurs des joueurs puisqu’il fera
certainement des mécontents. Le MCA abordera la saison prochaine avec 24 joueurs,
dont deux avec des licences de l’équipe U-21.
Il s’agit de Chita et Chérif El-Ouazzani. Le
contingent a fière allure et les Mouloudéens
commencent déjà à rêver d’une saison exceptionnelle, une saison de titres et la reconquête du continent africain. L’équipe vient de
clore son premier stage de préparation d’intersaison après avoir passé une dizaine de jours
dans la ville frontalière tunisienne de Aïn Draham. Hormis Chita, blessé, et les deux internationaux, Demou et Chaâl, ainsi que le nouvel arrivé Seddiki, tout le monde était présent.
Même les retardataires, Karaoui et Seguer ont
rejoint l’équipe en Tunisie jeudi dernier.
L’équipe du MCA sera de retour ce soir.
Les joueurs vont en profiter pour passer l’Aïd
en famille avant de retourner au travail pour
un second stage à l'étranger, plus précisément
dans la ville polonaise de Wisla, du 9 au 25
juillet. Un retour en Tunisie est programmé au
mois d'août après le report du match de la Super-coupe.
MALIK A.

Effectif officiel
saison 2016-2017 :
w Gardiens de but : Châal, Boussouf (exNAHD), Chaouchi
w Défenseurs : Hachoud, Azzi, Bouhenna,
Demou, Mebarakou (ex-MOB), Boudebouda
(ex-USMA)
w Milieux de terrain : Karaoui, Boucherit,
Kacem, Chérif El-Ouazzani, Derrardja, Chita,
Mokdad, Mansouri (ex-PAC), Zerdab (exMOB), Seddiki (ex-NAHD)
w Attaquants : Aouedj, Seguer (ex-USMA),
Nekkache (ex-CRB), Bouguèche (ex-USMH),
Djemaouni (ex-ASMO).

HUGO BROOS (SÉLECTIONNEUR DU CAMEROUN) :

“J'aurais souhaité éviter l'Algérie”
entraîneur belge de la sélection camerounaise, Hugo
Broos a estimé que l'Algérie, l'un des trois adversaires
de son équipe dans le groupe B des éliminatoires du
Mondial-2018, est pour le moment la meilleure équipe
d'Afrique, avouant avoir souhaité l'éviter.
“Ce n'est pas un bon tirage. Dans notre groupe, il y a 3 candidats qui attendent de se qualifier. L'Algérie est pour le moment
la meilleure équipe d'Afrique”, a déclaré Bross dans un entretien accordé au quotidien Camerron en commentant le tirage au sort du dernier tour qualificatif pour le rendez-vous russe, qui a eu lieu vendredi dernier au Caire. Outre l'Algérie et
le Cameroun, le groupe B est composé également du Nigeria
et de la Zambie. “Les rencontres avec le Nigeria sont toujours

L'

musclées. La lutte va être difficile mais nous devons être
confiants parce que nous avons beaucoup progressé ces deux derniers mois”, a-t-il ajouté. En revanche, il s'est dit content du calendrier des Lions indomptables dans cette phase de poules,
qu'ils vont commencer par un déplacement en Algérie le 3 octobre 2016.
“Commencer en Algérie n'est pas  mauvais. À ce niveau là, je
suis content de l’ordre des matchs. Nous jouons d'abord en déplacement contre l'Algérie et le Nigeria. Nous pouvons encore
nous remettre à domicile s'il le faut. En plus, un bon résultat en
Algérie serait fantastique et une défaite ne serait pas une catastrophe”, a-t-il expliqué. Questionné sur l'équipe qu'il redoutait
le plus, celui qui a entraîné la JS Kabylie et le NA Hussein Dey

EN U-23 

CSC

Manucho acquis
sous forme de prêt
n L'attaquant ivoirien, Kouadio dit “Manucho'” a été
prêté par l'USM Alger au CS Constantine où il a signé
son contrat jeudi soir, a-t-on appris auprès de la
direction de ce club de Ligue 1 algérienne de football. Il
s'agit de la deuxième saison de suite que Kouadio soit
prêté à un autre club après avoir évolué lors de
l'exercice 2015-2016 sous les couleurs du RC Relizane où
il s'était illustré en signant dix buts. Le CSC s'est
sensiblement renforcé cet été. Outre l'attaquant
ivoirien, le club a engagé également Zerara et
Benlameiri de l'ES Sétif, Baiteche, Tayeb et Aoudia de
l'USM Alger, Gharbi de l'USM El Harrach, Zaâlani du RC
Arbaâ, Benbraham du MC Alger), Belkheir de la JS
Saoura, et le milieu offensif franco-algérien Amir
Bourekab venu d'un club de petite division en France.
En revanche, 13 éléments de la saison dernière ont été
libérés, parmi eux, Mekkaoui, Aksas, Cheklam et
Boulemdaïs. Les changements ont également touché le
staff technique, puisque l'entraîneur franco-portugais,
en poste depuis huit mois, a décidé de se passer des
services de son assistant Mounir Zeghdoud ainsi que de
l'entraîneur des gardiens, Mourad Benameur.

lors de l'exercice 2014-2015, a répondu que “tous les adversaires
sont à redouter, mais si je devais choisir l’équipe à éviter, ce serait l'Algérie”. À propos de son passage en Algérie et s'il constituait un atout supplémentaire pour lui afin de passer l'écueil
des Verts, le technicien belge de 64 ans, a précisé qu' “il y a une
grande différence de niveau entre le football local algérien et
l'équipe nationale”, soulignant qu'il n'y a même pas de locaux
dans la sélection et que cette dernière est composée de
joueurs évoluant dans des grands clubs européens. Broos s'attend en outre à ce que la pression soit sur les Algériens lors du
premier match, car “ils ne peuvent pas se permettre de perdre
des points à domicile contre nous. Nous devons en profiter. Faire un bon résultat est certainement possible”, a-t-il encore dit.

Benrahma : un renfort de choix pour les JO
a sélection nationale olympique a
bouclé un premier stage d’une vingtaine de jours, jeudi dernier. Selon les
échos parvenus des monts du Djurdjura,
l’équipe vivait parfaitement bien. Loin des
regards, les hommes d’André-Pierre Schürmann ont travaillé dans la sérénité et surtout la bonne humeur.
Les Verts vont bénéficier de quelques
jours de repos pour passer l’Aïd en famille. Ils devront, néanmoins, vite retourner
au travail pour la suite de la préparation,
sachant que moins d’un mois nous séparera des JO. L’équipe aura à préparer les
deux rencontres amicales face à l’Iraq, les
13 et 17 juillet où le sélectionneur aura à
dévoiler la liste des 18 joueurs concernés
par la compétition au Brésil. Pour le moment, rien n’a filtré concernant le contingent que Schürmann va emmener avec lui
au pays du roi Pelé. Mais la bonne nouvelle
c’est que la Fédération algérienne de football (FAF) a réussi à convaincre l’OGC Nice

L

de libérer l’attaquant algérien, Saïd Benrahma, pour les JO. Prêté à Angers SCO,
l’Algérien est retourné en Côte d’Azur où
il a repris les entraînements. Benrahma devrait rejoindre le centre de Sidi Moussa
pour participer au stage qui débutera le 8
juillet en prévision des JO. Le joueur a été
autorisé par les dirigeants niçois pour
prendre part aux JO avec l’Algérie. Il remplacera, ainsi, Zinedine Ferhat exclu par la
FAF. Benrahma va prendre part aux deux
matches amicaux face à l’Irak, avant d’effectuer un autre stage en Suisse à partir du
19 juillet. Concernant les adversaires des
Verts aux JO, l'Argentine a confié la tâche
d’emmener l’équipe à Tata Martino, qui
vient juste de connaître une défaite en finale de la Copa America face au Chili. L’ancien entraîneur du Barça a dévoilé une partie de la liste des joueurs qui participeront
aux Jeux olympiques de Rio. Il n’y aura,
certes, pas Lionel Messi, mais on retrouve Giovani Lo Celso (Rosario Central), un

élément annoncé au Paris SG, Geronimo
Rulli (Real Sociedad) et l'attaquant de
l’Atletico Madrid, Angel Correa. Pour ce
qui est du Portugal, l’absence de Ronaldo
reste une certitude, mais l’équipe comptera sur des joueurs talentueux, à l’image
de William Carvalho. Il faut dire que les
clubs peuvent garder leurs stars puisque les
JO ne sont pas inclus dans les dates Fifa.
Pour le Honduras, premier adversaire des
Verts, rien n’a filtré.
L’équipe nationale abordera ce premier
match sans la moindre idée sur l’équipe
hondurienne, avant d’affronter l’Albiceleste
puis terminer avec le Portugal. Les Verts
vont bénéficier des services du Niçois
Benrahma, de l’attaquant d’Al-Sadd Bounedjah, Bensebaïni annoncé au Stade Rennais, du milieu de terrain du FC Tours Belkebla et d’Aït-Atmane, le joueur du Sporting Gijón, sans oublier les “hors catégorie”, à l’image de Demou et Bendebka.
MALIK A.

LIBERTE

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

Sport 15

LA JSK A REPRIS LE CHEMIN DE L’ENTRAÎNEMENT 

USMA 

Hammar 7e
recrue des Rouge
et Noir

Mouassa : “Retroussons
les manches !”
près un mois de vacances amplement
méritées, les footballeurs de la JS Kabylie
ont donc repris le chemin de l’entraînement
mercredi soir. Certes, il n’y avait pas
encore tout le monde en cette fraîche
soirée de Ramadhan mais les retrouvailles étaient chaudes entres les anciens et les nouveaux joueurs alors que
le coach kabyle, Kamel Mouassa,
était bien là pour donner le coup d’envoi solennel de cette préparation estivale qui sera scindée, comme on le
sait, en trois étapes. Une première semaine de contact et de remise en forme au stade du 1er-Novembre, puis un
premier stage d’oxygénation d’une dizaine de jours dans la station climatique de Tikjda, dans la wilaya de
Bouira, et, enfin, un second stage de
deux semaines en principe en Tunisie où les Canaris sont appelés, comme chaque été, à disputer trois ou
quatre matches amicaux pour rôder
la machine. Et si le mercato estival est
toujours d’actualité pour les dirigeants kabyles puisqu’on reparle de
contacts avancés encore avec le stratège offensif de l’ASM Oran, Larbi
Tabti,  pour qui le président Hannachi et son bras droit Azlef se sont déplacés mercredi à Oran, mais on parle aussi de la signature imminente
d’un avant-centre d’envergure dont le

A

D. R.

nom est toujours gardé secret, l’affaire
du joueur Fawzi Rahal est toujours en
suspens. Présent à la reprise mais en
tenue de ville, le natif de Sidi-Aïch réclame toujours cinq mensualités qui
ne lui auraient pas été versées, jusquelà, et a exigé aussi sa lettre de libération sans aucune contrepartie. “Je ne
quitterai pas Tizi Ouzou sans avoir
mon argent et mes papiers !” répète à
qui veut bien l’entendre l’ancien attaquant du Mouloudia de Béjaïa qui
bénéficie du soutien d’un grand
nombre de supporters kabyles.
D’ailleurs, des centaines de fans qui
étaient confrontés, mercredi soir, au
huis clos imposé par la direction de la

JSK en cette soirée de reprise, ont exigé de rentrer au stade et ont fini par
obtenir gain de cause pour découvrir
les nouvelles recrues, encourager leur
équipe favorite à l’orée de cette nouvelle saison qu’ils espèrent pleine de
promesses et témoigner, à l’occasion, toute leur sympathie et leur solidarité avec le joueur Fawzi Rahal
confronté à un véritable bras de fer
avec ses dirigeants.
Ceci dit, avant d’aborder leur première séance d’entraînement en nocturne,  les joueurs kabyles ont eu
droit à une réunion animée aux vestiaires par l’entraîneur Kamel Mouassa qui a tracé le programme de travail

conçu pour la préparation estivale et
qui a surtout insisté sur le respect des
droits et des devoirs de tout un chacun. “La reprise s’est déroulée dans de
bonnes conditions et après cette première prise de contact, nous allons augmenter progressivement la charge de
travail”, dira Kamel Mouassa
qui semble satisfait dans l’ensemble
du recrutement des nouveaux
joueurs.  “Nous avons recruté des
joueurs en fonction des besoins précis
de l’équipe. J’estime que c’est un recrutement judicieux surtout que nous
avons assuré des doublures pratiquement à chaque poste. L’essentiel est que
tous les joueurs mouillent le maillot et
les éléments les plus en forme seront alignés les jours de match”, enchaînera
Mouassa qui précisera que “pour le cas
Rahal, je n’y suis pour rien car je sais
qu’il recèle de bonnes qualités footballistiques, qu’il a prouvées depuis
mon arrivée à la JSK, mais la direction
du club l’a libéré pour des raisons qui
la concernent”.  Enfin, Kamel Mouassa a tenu à préciser que le recrutement
d’un entraîneur-adjoint n’est pas une
urgence, comme il a tenu à exprimer
sa colère et son indignation à propos
de certains joueurs d’autres clubs
qui ont été malhonnêtes en faisant
croire à des contacts supposés avec la
JSK, tout cela pour faire de la surenchère sur le dos du club kabyle.

L

Benyahia : “Baba est
un menteur !”
n Le défenseur
Mohamed Benyahia
n’est pas allé par trentesix chemins pour
démentir publiquement
son président et “rétablir
certaines vérités”.
“C’est Baba qui ne veut
plus de moi. Il ne répond
pas à mes appels, c’est un
menteur. De plus, il me
prend pour un c... Il me
doit huit mois de salaire
mais il refuse toujours de
me payer. Il préfère payer
les nouveaux et ne pas
me verser mes arriérés,
moi, qui ai tout donné
pour l’équipe.
Je lui avais même
proposé de prolonger
mon contrat contre une
augmentation de salaire.
Mais il ne m’a pas
répondu. 
Mon agent l’a appelé
pour lui dire que je veux
prolonger à condition

RACHID BELARBI

AHMED IFTICEN

jak, dira : “Je pense que cette performance tombe
à point nommé pour nous, notamment sur le
plan mental. Cela va nous aider à surmonter les moments quelque peu difficiles que nous avons vécus
ces derniers temps. Mais, attention, la qualification
n'est pas encore acquise. Il faudra demeurer sur nos
gardes car il reste encore quatre matches. On fera
tout pour gagner notre prochain rendez- vous
face à Mazembe.” À signaler que pour son prochain
match dans cette compétition, le MOB aura comme renfort Yesli et enregistrera peut-être le retour
de Ndoye.
A. HAMMOUCHE

NOUVELLE CRISE AU MCO

AFFIRMANT QU’IL LUI DOIT 8 SALAIRES

Le CA lâche Belhadj

qu’il m’augmente. Il a dit
non. J’essaye de l’appeler
sur ses deux numéros, il
ne répond pas. Il ne m’a
même pas rappelé
sachant qu’il me doit
huit mois de salaire ! Je
n’ai jamais vu ça de ma
vie. Je n’ai pas saisi la
CRL, mais j’ai négocié
avec l’USMA, car
personne n’accepterait
de travailler huit mois
sans être payé. Faudrait
alors arrêter de parler
de moi. Je n’ai rien dit
alors mettez-vous à ma
place et vous
comprendrez”, c’est, en
substance, ce qu’a
affirmé Mohamed
Benyahia sur sa page
facebook en réponse aux
questions des supporters
du MCO sur les raisons
de son bras de fer avec le
président Belhadj.
R. B.

es rapports entre le président Belhadj Mohamed et ses proches collaborateurs du
conseil d’administration de la SSPA/MCO
se sont énormément détériorés ces dernières
quarante-huit heures. La raison ? “Des décisions
aussi bizarres qu’incompréhensibles que le président prend seul”, argumente un de ces actionnaires.
Abdelkader Benzerbadj, Nacereddine Bessedjrari et Kheireddine Chorfi, ainsi que le directeur général Hafid Belabbès ont, ainsi, pris beaucoup de
recul ces deux derniers jours après avoir remarqué que Belhadj ne se concertait pas avec eux avant
la moindre prise de décision.
“Il a libéré Dahar gratuitement à l’USMH alors que
l’équipe n’a pas d’avant-centre. Il a refait la même
erreur que la saison dernière lorsqu’il avait cédé
Nekkache gratos au CRB qui l’a revendu depuis
1,8 milliard au MCA ! Le recrutement de Ziaya ?
On l’a appris dans la presse comme n’importe quel
supporter. Si Baba nous avait consulté, on lui aurait bien entendu déconseillé cet attaquant en préretraite. Nous ne comprenons, également, pas sa
démarche de mener des négociations secrètes avec
Haddad pour lâcher Benyahia à l’USMA. Encore
moins son souhait de recruter Delhoum, un autre

L

Blocage
au niveau
de l’ouverture
du capital

élément qui n’apporterait rien à l’équipe et qui coûterait, comme son compère Ziaya, une fortune à
la trésorerie du club”, fulmine, à ce sujet, ce dirigeant aujourd’hui en conflit ouvert avec son
président.
Les trois dirigeants cités sont, en parallèle, “très
remontés contre le secrétaire général, Toufik
Bellahcène, qui a fait mine de ne rien savoir alors
qu’il devait nous informer de telles tractations tenues secrètes, mais qui demeure le premier fournisseur de l’opposition en matière d’informations
internes”. Dès lors, “un ultimatum s’impose et Baba
doit choisir : soit son conseil d’administration qui
l’a soutenu dans les moments difficiles et qui lui a
toujours été fidèle, soit son secrétaire qui est en train
de le mener droit dans le mur”, lâche même ledit
actionnaire. À l’instar de Habib Benmimoun,
l’éphémère manager qui a démissionné avant
même d’être officiellement installé, les membres
du conseil d’administration du MCO ont surtout
voulu prendre à témoin l’opinion mouloudéenne et se laver les mains de tout éventuel échec dû,
en grande partie, aux choix grandement discutables du président Baba.

MOHAMED HAOUCHINE  

Sandjak : “À présent, il faudra battre le TP Mazembe”
actionnaires), a su trouver les ressources nécessaires pour faire honneur  aux couleurs du club.
Le MOB qui recevra le TP Mazembe le 17 du mois
en cours aura là une belle carte à jouer en vue d’une
qualification aux demi-finales de cette Coupe de
la CAF. Ce qui sera véritablement un exploit grandeur nature pour cette jeune formation kabyle inexpérimentée. “Bien qu’on ait vécu des moments
très difficiles ces derniers jours et malgré aussi qu’on
était bousculés par les supporters qui eux-mêmes
étaient inquiets pour leur équipe, nous, les joueurs,
le staff technique et les dirigeants, avons opté pour
la patience et le travail.” S’agissant de leur prochain
match à domicile, le driver des Vert et Noir, Send-

CRB : ALORS QUE LE CA
REFUSE LA DÉMISSION
DE MALEK

n Les membres du conseil
d’administration du CRB se
sont réunis jeudi dernier à
Dar El-Beida. Plusieurs
dossiers financiers et
organisationnels qui
concernent  en particulier
l’avenir proche du Chabab
étaient à l’ordre du
jour. L’ensemble des
dirigeants du CRB ont profité
de l’occasion pour rejeter la
démission du président
Malek. Ce dernier sous
pression des supporters et
face à des soucis financiers
n’envisage toutefois pas de
revenir sur sa décision. Malek
s’est trouvé obligé de
poursuivre sa mission en tant
qu’intérimaire, comme il l’a
souligné. “J’ai décidé de partir,
j’ai avisé tout le monde au CA
que ma mission se poursuivra
jusqu’à la fin du mois d’août
prochain mais pas au-delà. Je
me considère comme
intérimaire, je vais continuer à
gérer cette période de l’entame
de la saison en attendant de
trouver un remplaçant, c’est
une sorte de préavis”, a-t-il dit.
En outre, les  membres du
CA ont décidé d’élargir sa
composante mais sans pour
autant l’expliquer
concrètement, car cela
nécessite également
l’ouverture du capital. Une
opération qui a déjà échoué il
y a quelques mois pour
absence d’investisseurs. Le CA
du Chabab a décidé
notamment de rouvrir le
dossier de la Coupe arabe. “On
a décidé de saisir une nouvelle
fois l’instance fédérale
algérienne pour demander
plus d’explications”. 
Par ailleurs, le CRB a
finalement échoué dans le
recrutement du gardien
international olympique,
Abdelkader Salhi, pour qui
selon le président Malek, la
direction de l’ASO a demandé
un prix élevé pour sa
libération. Salhi est donc une
piste abandonnée et le club
comptera sur Boukacem pour
garder les bois durant la
saison tout en poursuivant sa
quête pour trouver des
gardiens en renfort.

MO BÉJAÏA
e club ghanéen de Medeama et le MO Béjaïa
ont fait match nul (0-0) mercredi à Sekondi pour le compte de la 2e journée (groupe
A) de la phase de poules de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF). Le représentant algérien en phase de poules de la Coupe
de la CAF s’était imposé face aux Tanzaniens de
Young Africans (1-0) lors de la première journée.
De ce fait et grâce à ce nul, les Béjaouis totalisent
4 points dans un groupe dominé par le TP Mazembe (RD Congo, 6 pts), vainqueur mardi sur le
terrain des Young Africans (1-0). C’est dire que
le MOB, traversé par des turbulences technique
(effectif réduit) et administrative (démission des

n Le milieu de terrain offensif
de la JS Saoura, Ziri Hammar,
est devenu la 7e recrue estivale
de l'USM Alger. En
contrepartie, la JSS va
bénéficier, à titre de prêt, des
services du milieu de terrain
Amar Bourdim pour deux
saisons en plus d'une somme
d'argent, précise une source
de l’USMA. L'USM Alger, sous
la houlette du nouvel
entraîneur, Adel Amrouche, a
repris les entraînements
mardi dernier à l'École
supérieure d'hôtellerie et de
restauration d'Aïn Benian
(Alger) en prévision de la
saison 2016-2017. L'USMA,
championne d'Algérie,
prendra part à la prochaine
édition de la Ligue des
champions d'Afrique, dont
elle a atteint la finale en 2015.

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

16 Publicité

LIBERTE PUB
TIARET
Maison de la presse
Saim-Djillali
Tél. / Fax : (046) 41 66 92

OFFRES
D’EMPLOI

—————————————
Hôtel à Alger cherche gérant
de restaurant, dîner dansant,
boissons alcoolisées, expérience exigée, âge 45 ans min.,
responsable de sécurité, expérience exigée.
Tél. : 023 20.11.57 - Fax : 023
20.13.72 -0555 24.61.46 BR20474

—————————————
Restaurant à Alger cherche
serveur, serveuse, saisonnier,
horaire de travail 9h 17h 16h 00h.
Tél. : 0553 24.21.75 - BR20462
—————————————
Société recrute pour son siège
à Hydra un comptable confirmé (5 ans d’exp.), un cadre
commercial avec exp., un
magasinier (avec exp).
Ecrire à l’adresse email suivante :
recrutes.alger@gmail.com-XMT

COURS
ET LEÇONS
—————————————
SBL English School, votre
partenaire pour améliorer
votre anglais, lance cours
accélérés, 12 juin, SBL Alger,
Grande-Poste. Tél. : 021 74 20
58 - 0550 86 47 84
SBL Rouiba, proximité CEM
Ibn El Khatib.
Tél. : 0549 39 80 56 - 0561 38
64 33
SBL Boumerdès, Coop. 11
Déc., en face pâtisserie
Mezghena.
Tél. : 024 91 41 95 - 0550 10 14 16
www.sblschool.org - F.570
—————————————
ELTC Language School lance
cours accélérés français et
anglais 12 juin, Cité Bouzegza,
Frantz Fanon, Réghaïa.
Tél. : 0542 27 78 17 - 0549 53
92 93
Facebook : etlc.school - F.571

AVIS DIVERS

—————————————
Rép.
réfrigérateur
clim.
machine à laver, congélateur,
chambre froide, machine à
crème et jus, refroidisseur
CTA.
Tél. : 0660 820 176 - 021
86.20.79 -XMT

APPARTEMENTS

—————————————
Particulier vend F4 de 158m2
+ parking dans une résidence
clôturée à Staouéli-Centre.
Tél. : 0550 76 55 11 - BR20427
—————————————
Eurl promotion immobilière
vend appartements type F2,
F3, F4 à Tigzirt et Tizi Ouzou,
crédit bancaire, permis de
construire.
Tél. : 0552 28.22.13 - 026
20.67.93 - T.O-BR22823

LOCATIONS

—————————————
Béjaïa centre-ville, pour saison estivale, loue des F4 meublés, équipés 100%
Tél. : 0540 01.13.57
Voir facebook residence Ayaden.
Gardez référence. BJ-BR3276

DEMANDES
D’EMPLOI

—————————————
JH sérieux, dynamique, présentable, avec exp. cherche

PETITES
ANNONCES

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane,
El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

emploi comme agent de sécurité, étudie toute proposition.
Tél. : 0550 88.03.41
—————————————
JH 28 ans TS en travaux
publics cherche emploi dans
le domaine, 2 ans d’expérience. Tél. : 0670 02 89 78
—————————————
JH marié, résidant à Alger,
ing. en hydrocarbures option
instrumentation plus de 15
ans d’exp. dans le domaine
industriel et notamment l’instrumentation automatisme la
maintenance ind. et supervision trvx instrumentation
cherche emploi.
Tél. : 0696 29 61 14
—————————————
JH 30 ans, licencié en sciences
commerciales option marketing de l’université d’Alger, 3
ans d’exp. dans le domaine
commercial, gestion des
stocks, administration des
ventes, maîtrise de la comptabilité, PC Compta, maîtrise de
l’outil informatique Word,
Excel, internet, grande capacité d’apprentissage et de savoirfaire dégagé de toute obligation, cherche emploi dans le
domaine commercial, financier ou de comptabilité.
Tél. : 0773 84 51 16
—————————————
H marié, sérieux, exp. cherche
emploi comme chauffeur ou
autre. Tél. : 0795 75 68 48
—————————————
JH 25 ans cherche activité
soudeur ayant une année d’expérience comme soudeur
polyvalent, apte aux déplacements. Tél. : 0557 64 78 35
—————————————
Retraité
de
Boumerdès
cherche
emploi
gardieannage ou agent de
sécurité, bureau, crèche, villa,
école privée ou particulier.
Tél. : 0557 64 78 35
—————————————
JH cherche emploi comme
chauffeur dans la wilaya
d’Alger avec son véhicule
Tél. : 0550 45 82 26
—————————————
JH cherche emploi comme
chauffeur dans la wilaya
d’Alger 20 ans d’expérience.
Tél. : 0773 89 53 31
—————————————
JH gestionnaire des stocks +
commercial ayant 5 ans d’expérience diplôme DEUA en
info. de gestion, cherche
emploi. Tél. : 0665 28 08 60
—————————————
JF mariée sérieuse réside El
Biar ayant CAP, CMTC, CED
avec 6 ans d’exp. en gestion
des stocks et gestion des ressources humaines cherche
emploi. Tél. : 0557 58.88.01
—————————————
Retraité Boumerdès cherche
emploi comme chauffeur
léger, lourd, transport en commun apte aux déplacements.
Tél. : 0557 64 78 35
—————————————
H sérieux marié âgé 41 ans
cherche emploi stable comme
chef de rang, magasinier,
démarcheur ou chauffeur.
Tél. : 0551 44.09.03
—————————————
JH 23 ans titulaire licence de
gestion option comptabilité
plus master un dans le domaine cherche emploi à Alger ou
environs.
Tél. : 0554 03.66.44
—————————————
JH 27 ans habitant Réghaïa
(Alger) ayant sens des responsabilités et très sérieux
avec exp. de 10 ans comme

menuisier avec montage ainsi
qu’autres domaines (agent
polyvalent) cherche dans les
environs emploi dans société.
Tél. : 0674 55.89.72 - 0775
99.93.38
—————————————
JH ing. en instrumentation plus
15 ans d’exp. dans le domaine
ind., notamment pétrol et gaz,
bonne connaissance en instrumentation automatisme maintenance ind. et supervision travaux de construction instrumentation cherche emploi.
Tél. : 0696 29 61 14
—————————————
JH gestionnaire des stocks,
5 ans d’exp. diplôme DEUA
en informatique de gestion,
cherche emploi.
Tél. : 0665 28 08 60
—————————————
JH cadre chargé de l’administration, 5 ans d’exp., cherche
emploi dans le domaine.
Tél. : 0661 53 36 24
—————————————
H cadre comptable titulaire
CMTC, CED plus de 15 ans
d’exp. NFS décl. fiscale, PC
Compta cherche emploi.
Tél. : 0782 94 20 07
—————————————
H grand exp. cherche emploi
chauffeur chez famille ou privée. Tél. : 0771 54 07 33
—————————————
JF responsable mg, assurances et approvisionnement
cherche emploi, habitant à
BEZ. Tél. : 0555 01 98 49
—————————————
JH niveau universitaire médecine, 5e niveau en langue allemande, traduction et interprète de la langue allemande,
sérieux, dynamique, habitant
Alger,
véhiculé
cherche
emploi stable.
Tél. : 0554 09 31 09
—————————————
JH cadre chargé du personnel
5 ans d’exp. cherche emploi
dans le domaine.
Tél. : 0661 53 36 24
—————————————
JH 27 ans bac + 5 master en
informatique cherche emploi.
Tél. : 0666 15 36 79
—————————————
JH gestionnaire des stocks
5 ans d’exp. cherche emploi.
Tél. : 0665 28 08 60
—————————————
JF 27 ans, licence en comptabilité cherche emploi assistante. Tél. : 0794 48.77.91
sima.samantha@gmx.fr
—————————————
JH marié résidant à Alger,
ing. en instrumentation plus
de 10 ans d’exp. dans le
domaine industriel, bonnes
connaissances en instrumentation, automatisme, maintenance ind. et supervision des
travaux
instrumentation
cherche emploi.
Tél. : 0696 29 61 14
—————————————
H marié, sérieux, ponctuel
exp. cherche emploi comme
chauffeur ou autre.
Tél. : 0660 42 46 78
—————————————
Ingénieur bâtiment génie civil
retraité, grande exp. chantiers, cherche emploi suivi de
chantier ou travaux, région
Staouéli. Tél. : 0559 61 52 15
—————————————
Couple retraité francophone s.
enfant, fiable, de confiance,
cherche emploi gardiennage
travaux ménagers, coursier,
accepte déplacement toutes
régions. Tél. : 0557 21 00 64
—————————————
Jeune avocate ayant licence et

master en droit penal ayant
prêter et sermen,t sur le point
de finir son stage pratique
cherche convention auprès
d’un cabinet d’avocats au
niveau de Blida, Boufarik
Tél. : 0550 20 00 42
—————————————
JF mariée sérieuse réside El
Biar ayant CAP, CMTC, CED
avec 5 ans d’exp. en gestion
des stocks et gestion des ressources humaines cherche
emploi. Tél. : 0557 58 88 01
—————————————
JH 23 ans étudiant en fin
d’études
universitaires
cherche emploi pour l’été
durant les vacances, sérieux
dynamique ponctuel.
Tél. : 0551 61 82 13
—————————————
Conducteur de travaux, long.
exp. avec équipes maçons,
coffreurs, ferrailleurs disponible cherche emploi.
Tél. : 0557 92 61 77
—————————————
JH 30 ans cherche emploi
comme chauffeur-démarcheur
ou acheteur-démarcheur ou
représentant
commercial
Alger. Tél. : 0550 83.26.09
—————————————
JH marié 36 ans licence en
comptabilité exp. plus de 11
ans comme DFC et cadre
comptable cherche emploi
dans les environs de Beni
Messous. Tél. : 0550 39 33 99
—————————————
JH 37 ans marié commissaire aux
comptes et comptable agréé avec
14 ans d’exp. en comptabilité
audit finance cherche emploi
dans les environs de Chéraga.
Tél. : 0551 48 31 46
—————————————
JH 37 ans cherche emploi
avec exp. plus de 9 ans dans
les moyens g. les achats
démarches, diplôme DES en
marketing, manager en HSE
et informatique.
Tél. : 0551 00 13 38
sobalg@hotmail.com
—————————————
JH marié résidant Alger, ing.
en instrumentation plus de
15 ans d’exp. dans le domaine
industriel bonnes connaissances en instrumentation,
automatisme,
maintenance
industrielle et supervision travaux de construction instr.
cherche emploi.
Tél. : 0696 29 61 14
—————————————
JF cherche emploi comme
femme de ménage env.
Draria, O. Romane.
Tél. : 0558 92.95.84
—————————————
JH cadre chargé de l’administration ayant 5 ans d’exp.
cherche emploi dans le
domaine. Tél. : 0661 53.36.24
—————————————
H 27 ans soutien de famille
licence en droit + CAPA 2014
cherche emploi dans n’importe quel domaine.
Tél. : 0697 80.53.59
—————————————
JH
cadre
administratif,
5 ans d’exp. cherche emploi
dans le domaine.
Tél. : 0661 53 36 24
—————————————
JH gestionnaire des stocks,
5 ans d’exp. cherche emploi à
Hassi Messaoud.
Tél. : 0665 28.08.60
—————————————
JH 38 ans master en comptabilité et finance 10 ans d’exp.
cherche emploi dans une
société privée ou étatique.
Tél. : 0770 68 06 18
—————————————

LIBERTE

LIBERTE PUB
ALGER

37, rue Larbi Ben M’hidi
Tél : 021 73 04 89
Fax : 021 73 06 08

JH TS métreur vérificateur
(ITTPB) cherche emploi dans
le domaine ou autre.
Tél. : 0554 65 96 75
—————————————
JH 24 ans TS en maintenance
véhicule cherche emploi en
rapport, libre de suite et disponible. Tél. : 0665 10 75 58
—————————————
JH 38 ans marié cherche
emploi comme réceptionniste
dans un hôtel.
Tél. : 0554 01 24 73
—————————————
Chauffeur catégorie B, 53 ans
ponctuel, sérieux, ayant travaillé beaucoup avec délégations étrangères, habitant à
Draria, cherche emploi.
Tél. : 0554 76 91 17
—————————————
JH marié résidant à Alger ing.
en instrumentation plus de
15 ans d’exp. dans le domaine
ind. bonne connaissance en
instrumentation automatisme
électricité maintenance ind. et
superviseur
des
travaux
cherche emploi.
Tél. : 0696 29 61 14
—————————————
H 27 ans, soutien de famille,
licence en droit 2012 + CAPA
2014, 18 mois d’expérience
dans divers bureaux, cherche
emploi.
Tél. : 0672 15 81 40
—————————————
Retraité 55 ans cherche
emploi comme chauffeur avec
voiture dans société étrangère
ou privée. 32 ans d’expérience. Tél. : 0771 98 25 34
—————————————
H marié 3 enfants 18 ans
d’exp. cherche emploi chauffeur, livreur ou autre.
Tél. : 0552 37.23.58
—————————————
Ingénieur en génie civil (master II), expérience 1 an,
cherche emploi.
Tél. : 0549 67 94 23
—————————————
JH opérateur machine industrielle presse inject. soufflage,
exp. 10 ans, diplôme dessin
charpente
métallique,
connaissance dessin industriel
Autocad CAO, DAO et libre
de suite, habitant AlgerCentre cherche emploi.
Tél. : 0795 00 13 47
—————————————
Homme sérieux 42 ans, avec
expérience cherche emploi en
qualité d’agent de sécurité.
Tél. : 0550 47 57 01
—————————————
Ingénieur génie civil plus de
20 ans d’expérience professionnelle dans le BTPH désire
poste en rapport, libre de suite
et disponible.
Tél. : 0665 53 06 89
—————————————
JH marié, résidant à Alger,
ing. en instrumentation, plus
de 10 ans d’exp. dans le
domaine ind. bonne connaissance en instrumentation
automatisme
électricité,
maintenance ind. et supervision travaux de construction
instrumentation
cherche
emploi.
Tél. : 0696 29 61 14
—————————————
JH 31 ans, licencié en science
commerciale et finances responsable compta et finance, 8
ans d’exp. cherche emploi.
Tél. : 0661 45 76 14
—————————————
Homme de confiance, retraité, cherche travail chez famille avec hébergement.
Tél. : 0542 81 61 63
—————————————

H 59 ans, ancien comptable
ayant longue expérience SCF
droit, social, fiscalité audit,
cherche emploi 9h-13h.
Tél. : 0558 08 64 01
—————————————
Chef comptable +35 ans exp.
dans domaine, résidant à
Rouiba, cherche emploi axe
Réghaïa-DEB. Libre de suite.
Tél. : 0553 63 60 46
—————————————
JH red hat ingénieur système
réseaux et sécurité unix/linux
exp. 8 ans dans différents
postes. Tél. : 0559 26 38 45
—————————————
JF d’Alger cherche emploi
secrétaire, assistante, hôtesse,
réceptionniste, agent de saisie,
caissière ou vendeuse, exp.
5 ans. Tél. : 0556 84 88 25
—————————————
JH de Alger, licence bac + 4
traduction allemande-français-arabe exp. 2 ans dans le
commercial cherche emploi.
Tél. : 0550 66 78 74
—————————————
JH 27 ans de Alger licenciée en
sciences économiques spécialité
finance et monnaie exp. 2 ans,
cherche emploi dans le domaine des finances ou du recouvrement, maîtrise logiciel Compta
et Paie. Tél. : 0696 037 562
—————————————
H retraité comptable long.
exp. SCF droit social fiscalité
PC Compt PC paie PC stocks
cherche emploi axe RéghaïaRouiba-DEB, libre de suite.
Tél. : 0553 63 60 46
—————————————
Retraité célibataire technicien
gestion stocks + 25 ans exp.
prof. gestion approv stocks PR
distribution
magasins,
démarches prospection, suivi
commercial ventilation clientèle cherche emploi.
Tél. : 0542 81 95 36
jobbard060@yahoo.fr
—————————————
JH ingénieur en génie civil
cherche emploi dans le domaine dans le territoire national,
exp. 2 ans dans un bureau
d’études. Tél. : 0795 93 33 65
—————————————
Retraité 59 ans hab. à
Birtouta, long. exp. dans la
gestion du personnel, paie et
moyens généraux cherche
emploi. Tél.: 0793 04 93 96
—————————————
JF comptable ayant exp. de
plus de 8 ans cherche emploi
dans les environs d’Oued
Smar. Tél. : 0795 32 25 75
—————————————
JH 37 ans, père de famille
cherche emploi en commercial ou agent de sécurité, maîtrise informatique et véhiculé.
Tél. : 0662 64.74.30
—————————————
H 44 ans avec 16 ans d’exp. en
tant que chef département
gestion des stocks et approvisonnement cherche emploi
dans le domaine ou similaire à
Alger et ses environs disponible
immédiat. Tél. : 0662 33 76 57
—————————————
H 34 ans 10 ans d’exp. en tant
que responsable management
qualité et HSE licence en
QHSE véhiculé libre de suite
cherche emploi.
Tél. : 0661 82.85.77
duoluom55@gmail.com
—————————————
H retraité comptable long.
exp. SCF droit social fiscalité
PC Compta, PC paie, PC
stocks cherche emploi axe
Réghaïa-Rouiba-DEB, libre de
suite. Tél. : 0559 01 80 45
—————————————

LIBERTE

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

Publicité 17

0523

Anniversaire

AVIS
Aux buralistes
et lecteurs du journal
Liberté.
Pour toute
réclamation au sujet
de la distribution
du journal
Tél./Fax : 021 50 54 08

Le 30 juin 2015, un petit ange prénommé
KILILI IAOUDAREN
est venu égayer notre foyer.
En ce jour exceptionnel, ta tante Hassina tient
énormément à te souhaiter un joyeux
anniversaire et une longue vie pleine de succès
et de réussite. Un bisou de la part de
Maamou Mahdi.
XMT

Félicitations
M. et Mme
Bey-Boumezrag
félicitent leur fille
LILIA BEY-BOUMEZRAG
pour sa brillante
soutenance “master 2 en
traduction” avec mention
“excellent”.
Bravo, tu es notre fierté.
BR20475

SPR

Condoléances

Condoléances

La direction et l’ensemble du personnel
de Liberté, très affectés par le décès de
la sœur de Mme Mahieddine Bengana
Malika, correctrice au journal,
présentent à cette dernière leurs sincères
condoléances et l’assurent de leur
profonde sympathie.
Que Dieu Tout-Puissant accorde à la
défunte Sa Sainte Miséricorde et
l’accueille en Son Vaste Paradis.

SOS

La direction et l’ensemble du
personnel de Liberté, très affectés
par le décès de la sœur de leur
collègue et ami Rachid Abbad,
présentent à ce dernier ainsi qu’à
toute sa famille leurs sincères
condoléances et les assurent de leur
profonde sympathie.
“À Dieu nous appartenons et à Lui
nous retournons.”

Père d’une famille démunie
demande à toute âme
charitable un don si possible
de couches pour adultes
medium, enfant âgé de 17 ans
atteint de trisomie 21.
Tél. : 0542 93 51 68
Rabi idjazikoum Inch’Allah.
———————————
Urgent cherche
Concentrateur d’oxygène
portable + Oxymètre.
Tél. : 0558 55 86 51

Carnet
———————————————————

Pensée
———————————————————
C’est avec les larmes aux yeux et le cœur plein de chagrin que je rédige cette pensée.
Trois années (3 ans) et la douleur est toujours là, brûlante et poignante. Combien sourde, lourde et douloureuse,
cette date du 30 juin 2013, quand le destin a frappé à
notre porte, nous séparant à jamais de l’être le plus cher
à notre cœur, notre père et grand-père Rabia Mohand
dit Ouamar. Ce jour-là, le ciel a versé quelques larmes
pour la perte d’un homme qui reflétait le respect. Tu
étais unique en ton genre; tu avais une personnalité à
part. On dit que les jours peuvent faire oublier un malheur, mais pas la perte d’un homme exceptionnel.
En ce douloureux souvenir, ton épouse, tes filles et tes
petits-fils demandent à tous ceux qui ont partagé leur
douleur d’avoir une pieuse pensée pour toi. A Dieu nous
appartenons et à Lui nous retournons. Repose en paix, a
vava azizen.
Ta fille Souad et son fils Rayane qui t’adorent - F647
———————————————————

Décès
———————————————————
La famille Aoucheta d’Azazga et de Paris, parents
et alliés, a l’immense douleur de faire part du décès
de son cher et regretté père et grand-père
Aoucheta Lounès (ex-cadre de l’Onaco et ancien
directeur des Galeries algériennes à Tizi Ouzou)
rappelé à Dieu à l’âge de 83 ans après une longue

maladie. L’enterrement a eu lieu hier après la prière d’El-Asr au cimetière de Tizi Bouchène
(Azazga).“À Dieu nous appartenons, à Lui nous
retournons.”
———————————————————
Les familles Khalfi et Absi de Belcourt et de
Saoula, Alger, les parents et alliés ont la douleur de
faire part du décès de leur cher et regretté père et
beau père, Khalfi Hallel, rappelé à Dieu hier, vendredi 1er juillet 2016, à l’âge de 70 ans.
L’enterrement a eu lieu le même jour au cimetière
de Sebala. Que Dieu Tout-Puissant accorde au
défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son
Vaste Paradis.
“À Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.”
———————————————————
Les familles Aïssani, Mahieddine Bengana, Djeha,
Benissad, Kerdel et Ameur font part du décès de
leur chère et regrettée épouse, mère belle-mère et
sœur, Aïssani Chérifa, survenu le mercredi 29
juin 2016. L’enterrement a eu lieu hier vendredi au
cimetière de Bourouba (Alger).
“À Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.”
———————————————————
Les famille Abbad et Boumazber, les parents et
alliés ont la douleur de faire part du décès de leur
chère et regrettée sœur et épouse, Boumazber
Zahia, dite Wassila, née Abbad, à l’âge de 46
ans. L’enterrement aura lieu aujourd’hui au cimetière d’El-Alia.
“À Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.”

Pensée
A la mémoire de
notre père
ROUMANE LARBI
décédé le 2 juillet
2012. Déjà quatre
ans depuis que tu
nous as quittés pour
un monde meilleur. Quel bouleversement
dans notre vie ! “Si notre mère représente
la tendresse, toi tu étais pour nous la
protection.” Le temps n’effacera jamais
de notre cœur ton visage, tu resteras
toujours ancré dans notre mémoire à
travers ta générosité et ta bonté.
En ce douloureux souvenir, sa famille
demande à tous ceux qui l’ont connu
d’avoir une pieuse pensée à sa mémoire.
Epcom

Pensée
A la mémoire de la
moudjahida
BERTOUS OUIZA
ÉPOUSE ALIANE
MOHAMED
Cela fait déjà un an,
1er juillet 2015 1er juillet 2016, depuis que nous a quittés à
jamais notre moudjahida Bertous Ouiza
épouse Aliane Mohamed. En ce douloureux
souvenir, ses enfants, sa famille ainsi que
ses proches demandent à tous ceux qui l’ont
connue et aimée d’avoir une pieuse pensée
à sa mémoire. Ton image restera gravée
dans notre mémoire. Repose en paix.
Que Dieu Tout-Puissant t’accueille en Son
Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.
Acom

Pensée
Il est des dates que l’on
ne pourra jamais oublier.
Triste et cruel, ce jour
du 1er juillet 2015,
quand tu nous quittais
pour l’Eternel, chère et
inoubliable mère, bellemère et grand-mère
BENAMARA TITEM ÉPOUSE HAOUCHE
Cela fait déjà une année, Mama Nini, que tu
nous as quittés à jamais. Le vide que tu nous
as laissé est toujours présent. Nous demandons à tous ceux qui t’ont aimée et connue
d’avoir une pieuse pensée pour toi en priant
Dieu Tout-Puissant de t’accorder Sa Sainte
Miséricorde et de t’accueillir en Son Vaste
Paradis. Repose en paix.
A Dieu nous appartenons,
à Lui nous retournons.

BR20466

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

18 Culture

LIBERTE

AMBIANCE DE FOLIE À LA MAISON DE LA CULTURE DE TIZI OUZOU

Malika Domrane fait son show !
La chanteuse s’est produite jeudi soir, à la maison de la culture Mouloud-Mammeri, devant un large public venu de
plusieurs localités de Kabylie.

R

le a fêtés le 12 mars 2016, Malika
Domrane garde encore toute sa
verve sur scène et l’enthousiasme juvénile de ses 18 ans, autrement dit
du temps où la jolie “blondinette” de
Tizi Hibel animait majestueusement la fameuse chorale du lycée de
jeunes filles El-Khansa de Tizi-Ouzou. “C’est vrai que je vis en France
depuis quelques années et la chaleur
du pays et du public me manquent
beaucoup mais chaque fois que l’occasion se présente je n’hésite pas à
prendre l’avion et retrouver mes
proches, mes amis et mes fans comme c’est le cas ce soir où j’ai eu droit
à un public en or avec lequel j’ai fait
la fête comme d’habitude”, nous
dira dans sa loge en fin de spectacle
l’artiste qui, vêtue d’une belle robe
berbère et magnifiquement parée de
bijoux en argent, a eu bien du mal
à se défaire de ses nombreuses admiratrices venues en masse pour la
traditionnelle chasse aux photossouvenirs. “C’est un vrai bonheur que
de retrouver mon magnifique public
qui répond toujours présent mais
aussi de revoir tous ces visages familiers, toutes mes anciennes co-

pines du lycée El-Khansa de Tizi Ouzou avec lesquelles j’ai vécu les plus
belles années de ma tendre jeunesse.
N’est ce pas là, la meilleure façon de
venir se ressourcer auprès des siens ?”
dira encore Malika Domrane qui
compte animer un autre gala ce
soir soir à la maison de la Culture
d’Azazga pour terminer sa tournée
à Ifri-Ouzelaguène, dans la wilaya de
Béjaïa, où l’attend un nombreux
public.
Décidément, avec un parcours artistique riche d’une quarantaine
d’années et un répertoire impressionnant, Malika Domrane n’a cessé de nous surprendre et, apparemment, elle est bien partie pour durer
dans le temps et enthousiasmer davantage les foules, en tout cas le plus
longtemps possible, car le public en
redemande. “Je serai toujours là
pour faire la fête avec mon fidèle public, du moins tant que la santé me
le permettra, car j’aurai tout le temps
de … mourir en paix !”, conclut l’artiste avec son éclat de rire légendaire. Sacrée Malika !

M. Haouchine

ésidant en France depuis quelques années
déjà, la grande vedette de la chanson kabyle, Malika Domrane, revient souvent en
Algérie, et surtout dans sa Kabylie
natale, pour retrouver son fidèle public et partager quelques moments
d’ambiance folle, notamment en
ces belles soirées du Ramadhan où
les galas artistiques ont une saveur
particulière. Après avoir animé deux
galas la semaine dernière aux Issers,
dans la wilaya de Boumerdès, puis
à Bouira où elle a subjugué ses fans
avec son style particulier, Malika
Domrane était à l’affiche à la maison
de la culture Mouloud-Mammeri de
Tizi Ouzou.
En effet, jeudi soir, un large public
composé en grande partie de familles venues de plusieurs localités
de Kabylie, a chanté et dansé tout au
long de la soirée sur les titres phares
de la chanteuse. À travers ses chansons rythmées qui caractérisent son
riche répertoire, l’artiste a fait vibrer
la maison de la Culture. Il est vrai
qu’à soixante ans bien portés qu’el-

MOHAMED HAOUCHINE

Malika Domrane animera ce soir un concert à Azazga.

CLÔTURE DU 12e FESTIVAL THÉÂTRAL AMAZIGH DE LA SOUMMAM

Pari réussi pour l’Étoile culturelle d’Akbou
e rideau est tombé, mardi dernier, sur la 12e édition du Festival de théâtre amazigh de la
Soummam qui s’est étalée, du 23 au
28 juin, à Akbou et les communes
limitrophes (Ighram, Seddouk et
Chellata). Dédié à l’un des passionnés du 4e art, en la personne de
Achour Djerrada, artiste et poète natif de Tazmalt, décédé en 2003 dans
un tragique accident de la circulation, ce rendez-vous annuel qu’organise l’association Étoile culturelle d’Akbou est devenu, au fil des ans,
un événement culturel incontournable dans la région. “Il apporte ainsi un apport considérable à la promotion et à l’épanouissement de la
culture berbère. Aussi, il contribue au
développement de l’animation de
proximité par la création d’un climat
festif à l’occasion du mois sacré de
Ramadhan”, notent les organisateurs.
En somme, un vibrant hommage a
été rendu au défunt Achour Djerrada, dont le parcours et les œuvres

L

ont été remis au goût du jour en cette occasion. Nombreux étaient ses
amis, ses proches et ses anciens ca-

marades de classe venus
apporter leurs témoignages sur la vie et les
qualités du défunt. Mais
aussi son engagement
et son investissement
dans les domaines culturel, sportif et politique. “Toutefois, son attachement à sa vocation
ne l’a pas détourné pour
autant des obligations
et devoirs familiaux.
Étant l’aîné d’une fratrie
de 6 enfants et endurant des conditions de
vie difficiles, il connut
l’univers du travail et
les affres du quotidien
assez jeune. Il se sentait
le devoir impérieux de
venir en aide à son père
ouvrier, pour atténuer
quelque peu les difficultés d’une famille nombreuse”, témoigne son ancien ami, M’hand
Mekaouche. À noter qu’une quin-

zaine de troupes issues de plusieurs
régions du pays (Oran, Bouira, Tizi
Ouzou, Béjaïa…), n’ont pas manqué
d’égayer de nombreuses familles
akbouciennes et des villageois
d’Akhenak, Felden, Fethoune et
Ighram, avec des spectacles nocturnes ayant agrémenté ces longues
soirées ramadhanesques.
La cérémonie de clôture, qui s’est
déroulée dans une ambiance conviviale, a été marquée par la présentation de la pièce théâtrale intitulée
Timest (Incendie).
Produite par la troupe théâtrale
Assirem (l’espoir) d’Aghbalou (wilaya de Bouira), cette œuvre artistique a vraiment réussi à susciter la
curiosité et l’émerveillement du public, notamment les férus du 4e art.
Pour les responsables de l’association organisatrice, les troupes théâtrales participantes n’ont rien à envier aux professionnels du 4e art, tant
sur le plan du décor, du jeu de scène que sur les différentes thématiques d’actualité traitant des sujets

aussi divers que variés. Pari gagné,
donc, pour les membres de l’Étoile
culturelle d’Akbou qui se félicitent
de la réussite totale de leur manifestation. “Tous les ingrédients
étaient réunis pour faire de cette édition un événement aussi important
qu’indispensable pour une société
avide de moments de détente, d’un
espace d’évasion, d’un point de rencontre… Surtout pour ces centaines
de familles qui ont afflué vers les différents endroits pour suivre avec
beaucoup d’intérêt les spectacles organisés en la circonstance”, se réjouit
Mouloud Salhi, président de l’association organisatrice.
Néanmoins, notre interlocuteur
tient à déplorer que la seule fausse
note à retenir de ce festival est le
manque d’infrastructures capables
d’abriter de manifestations de telle
envergure.
Et dire que la commune d’Akbou est
l’une des plus nanties sur le territoire
national !
KAMAL OUHNIA

PARLEMENT EUROPÉEN À BRUXELLES

La ville de Constantine s’invite le temps d’une exposition
onstantine s’est invitée mercredi au Parlement européen à Bruxelles le temps
d’une exposition photos qui a mis en
avant la richesse architecturale de cette vieille
ville, ses ponts suspendus, ses vieux métiers
d’artisanat et les coutumes de la population de
l’ancienne Cirta, consacrée en 2015, capitale
de la culture arabe.
Organisée par la Délégation pour les relations
avec les pays du Maghreb au Parlement européen (DMAG), cette exposition intitulée
“Constantine, regards croisés, patrimoine et
culture”, a été réalisée par un groupe de photographes, algériens et européens, qui ont immortalisé  les merveilles de la ville du VieuxRocher.

C

Lancée en 2014 à Constantine par la délégation de l’UE en Algérie dans le cadre de la 2e
édition de la résidence euro-algérienne des
photographes, cette initiative visait à mettre
en place une exposition photo itinérante et un
livre d’art sur la ville de Constantine qui a été
présenté à l’occasion de l’exposition.
Ce projet réalisé grâce à la collaboration
entre artistes algériens et européens “traduit
le succès d’un dialogue interculturel”, a affirmé la vice-présidente de la DMAG, l’eurodéputée française, Tokia Saïfi lors de ce vernissage.Elle a, ainsi, plaidé pour “le renforcement
des instruments de coopération et la promotion
davantage du dialogue interculturel” pour ouvrir le champ à d’autres collaborations.

De son côté, l’ambassadeur, chef de la délégation de l’UE en Algérie, Marek Skolil a estimé que cette œuvre collective réalisée par 10
photographes algériens et 10 autres européens,
visait à “stimuler l’échange artistique entre artistes algériens et européens” et à “jeter des ponts
entre cultures”.
L’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani a salué le “magnifique travail artistique”
accompli par le groupe de photographes, algériens et européens, qui ont “croisé les regards” pour réaliser “ces photos qui saisissent
et capturent la réalité d’une ville à l’histoire trois
fois millénaire”.
Il a ainsi rendu hommage à tous ceux qui ont
contribué à cette œuvre pour montrer “les

multiples facettes” de l’ancienne Cirta, ainsi que
l’influence de beaucoup de civilisations: ottomane,  phénicienne et arabo-islamique sur
cette ville de culture et d’histoire.
Les photos exposés, fruits d’une collaboration
entre l’Algérie et l’Europe, permettent de
confronter les regards d’artistes de nationalité divers sur la ville de Constantine au riche
patrimoine culturel et historique.
Par ailleurs, le film Algérie vue du ciel de Yann
Arthus Bertrand et Yazid Tizi a été projeté en
marge de cette exposition, révélant au public
du Parlement européen, un territoire aux
paysages à vous couper le souffle et un spectacle éblouissant.
APS

LIBERTE

Chroniques ramadhanesques 19

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

L'ALGÉRIE À L’ÈRE OTTOMANE

e
Dr
Moulay
Belhamissi,
parlant
d'une grande ville française ou le marché des
captifs algériens est
assez connu dans
l'Histoire : "Si Marseille fut un
centre
de
Par : MOHAMED vente, elle
fut surtout
GHRISS
une place
importante de captifs. Elle éprouva
un grand besoin d'acquérir des
esclaves musulmans. Le grand
nombre de galères ancrées dans le
port ainsi qu'à Toulon, exigeait la
possession de plus de dix mille
rameurs. Et comme le recrutement
local était déficient, il ne restait
plus que le recours à la course et à
l'achat pour combler le déficit. Les
corsaires de Marseille se mirent à
courir les mers. Le poète
Malherbe(22) chanta leurs exploits.
Dans une ode à Henri le Grand, il
dit:
“Tantôt nos navires braves,
De la dépouille d'Alger,
Viendront les Mores esclaves,
À Marseille décharger”.
Voilà esquissé brièvement une
idée sur la réalité de l'esclavagisme
à l'époque de la Régence ottomane
où les Occidentaux ne faisaient cas
que des captifs chrétiens dans les
geôles algériennes, s'indignant
avec fracas des supplices infligés
aux leurs mais taisant discrètement ceux réservés aux musulmans tombés entre leurs mains.
Ainsi ces mauvais traitements qui
remplissent la bibliothèque “barbaresque”, répercutant le mythe
entretenu du pirate esclavagiste
musulman, que les conquérants
occidentaux sont allés provoquer,
chez lui, sa réaction de défense, et
par conséquent, sa mainmise sur

L

Horaires des prières
27 ramadhan 1437
Samedi 2 juillet 2016
Dohr.............................12h52
Asr.................................16h44
Maghreb....................20h14
Icha................................21h54
28 ramadhan 1437
Dimanche 3 juillet 2016
Fadjr.............................03h43
Chourouk....................05h34

nombre de captifs parmi ses
assaillants. Quant à la nature des
traitements cruels subis par leurs
captifs, les délégués de la Croix
visitant les bagnes du sultan ottoman en 1670, se rendirent compte,
que d'une manière générale “l'esclavage turc est le moins rude de
tous et qu'il vaudrait bien mieux
tomber entre les mains du moindre
bey des galères que du vice-roi de
Naples”(23). Thédénat qui devint
ministre à la Cour de Mascara,
rendit justice, dansses mémoires, à
ses “tortionnaires”, consignant,
notamment : “Quant à nous, nous
ne fumes pas aussi maltraités par
nos ravisseurs que nous l'aurions
cru… Comme ils (les Algériens) ne
trouvèrent en nous aucune résistance (en mer), et que par conséquent personne d'eux n'avait été
blessé, ils furent assez humains pendant les quatre jours (fin mars –
début avril 1779) que nous mimes
pour arriver à Alger”(24).
Par ailleurs, Cervantès qui fut
esclave
du
“cruel
Hasan
Vénéziano” était dispensé du travail et jouissait des largesses de
Zoraide , la fille d'un riche
Maure(25). “D' Aranda mangeait
avec son maître Cartabone
Moustafa du même plat, étant assis
à son coté les jambes croisés à la
mode turque” (Cf. Aranda ( Le
Sieur d'), Relation de captivité, p.
53, cité par Moulay Belhamissi(26).
D'une manière générale, en
Afrique le devenir des captifs assignés à l'état d'esclavage diffère de
celui des condamnés aux galères et
travaux forcés en Europe, “(…) les
esclaves pouvaient presque immédiatement commencer à gravir
l'échelle, menant à la libération, en
partant de leur privation complète
de droits (…) les nombreux esclaves
noirs d'Andalousie jouissaient d'un
code spécial du travail octroyé par
l'autorité royale et leur principal
juge qui était un de leurs congénères et qui les représentait était
connu comme le Comte nègre. À
mesure que les années passèrent, ils
se mêlèrent à leurs voisins libres et
perdirent leur identité ethnique” (
Cf. Basil Davidson, Mère
Afrique)(27). Parmi ces derniers,
ceux notamment qui avaient
accepté d'embrasser la religion de

l'Islam, par conviction ou souci de
se préserver. Mais qu'en fut-il du
sort des innombrables captifs africains et berbères –maures musulmans, acheminés durant des
siècles vers l'Occident dans des
bateaux négriers, portugais et
espagnols, puis, nous dit Basil
Davidson, dans ceux d'Angleterre ,
de France, de Hollande, de Prusse,
du Danemark, de Suède, du Brésil,
des États-Unis d'Amérique ?
L'histoire retiendra que quand ces
malheureux fléchissant dans les
conditions infernales de transportation, n'étaient pas atrocement
livrés aux requins des fonds
marins, ils se voyaient généralement, en Occident, affectés à des
travaux de forçats. Pour ce qui
concerne certains captifs, ils
étaient constamment affectés aux
galères. Entre 1700 et 1710, 10
à15% des effectifs, en France,
étaient musulmans “auxquels on
réservait les postes de vogue les plus
harassants” (Cf. Zysberg,Marseille,
cité des galères à l'age classique,
Marseille)(28). S'appuyant sur des
documents relatifs aux galères
pontificales basées à Civita
Vecchia, le Dr Belhamissi note
qu'en 1720,les esclaves musulmans
originaires de l'Afrique du Nord
représentaient7 4% de l'ensemble
des galériens( Cf. Bono S., Achat
d'esclaves turcs pour les galères
pontificales,
(XVIXVIIIe
siècles),Revue de l'occident musulman et de la Méditerranée, n° 39/

1985-1, p. 88, n. 17). Quant aux
autres documents examinés et
études menées par notre universitaire sur ce sujet descaptifs algériens en Europe, ce dernier prévient que ses pages écrites ne
constituent que le commencement
d'un travail qu'il appartient aux
historiens sensibles et chercheurs
motivés d'approfondir en élargissant les investigations à tous les
pays au nord de notre mer
Méditerranée, dans l'espoir d'apporter d'autres éléments édifiants
ne figurant pas dans son thème
abordé. C'est le devoir d'histoire et
de mémoire du pays en connexion
avec d'autres du voisinage méditerranéen qui interpelle, nécessitant le dépoussiérage des dépôts
d'archives de telle ou telle bibliothèque d'Espagne, de France,
d'Italie, de Malte, du Portugal, de
Turquie, etc., susceptible de mettre
à jour les secrets de toute une littérature sur notre passé. L'effort en
vaut la peine, vraiment, comme
l'avait souhaité le regretté Moulay
Belhamissi (décédé en octobre
2009), laissant en conclusion cette
recommandation : “Au récit fleuve
sur les esclaves européens vivant à
Alger, il faut opposer, sans passion
ni parti pris et grâce aux bons
matériaux qui restent à glaner et à
analyser avec objectivité, une histoire vraie et détaillée de l'esclavage
en terre chrétienne” (dixit le regretté Moulay Belhamissi).
M. G.

27 RAMADHAN : 2 JUILLET 2016

La nuit qui équivaut à plus de 83 années
d’actes d’adoration
magine. Tu te lèves la nuit pour prier avec ton
corps, ton cœur et ton intelligence. Il ne s’agit
pas d’une prière mécanique faite sans
conscience, mais d’une prière de l’amour, de la
proximité et de la tendresPar : AZZEDINE se. Personne ne te voit, sauf
GACI *
Lui. Ensuite, tu lis quelques
passages du Coran avec le cœur et l’intelligence, la
raison combinée avec le cœur. Une lecture de
piété et de méditation, faite avec beaucoup d’attention et accompagnée de méditation et de
réflexions.
Personne ne t’entend, sauf Lui.
Ensuite, tu te lances dans une séance de “dhikr”, le
souvenir de Dieu, pour trouver refuge dans la

I

(22e partie)

D. R.

La Régence face aux menaces
de l'Europe chrétienne

Lumière de Sa proximité. Personne ne peut ressentir ce que tu ressens, sauf Lui. Ensuite, tu
consultes ton compte en banque et tu donnes un
peu de tes richesses pour nourrir un nécessiteux
ou pour construire une mosquée. Tu donnes sans
craindre la pauvreté et sans que ta main droite
sache ce que fait ta main gauche. Personne ne
saura ce que tu as donné pour la construction de
la mosquée, sauf Lui. Enfin, tu lèves tes mains au
ciel et tu dis : “Ô Toi Dieu qui fait retourner les
cœurs, fais que mon cœur soit établi et raffermi sur
ta religion”, “aide-moi à me souvenir de Toi, à Te
remercier et à parfaire mon adoration pour Toi.”
Personne ne peut répondre à ton appel quand tu
appelles, sauf Lui. Puis, au tréfonds de ton cœur,

tu entends ces paroles : “Et quand Mes serviteurs
t’interrogent à Mon propos, alors Je suis tout
proche ; Je réponds à l’appel de celui qui M’appelle
quand il m’appelle […]” (Coran 2/186).
Imagine encore que tout cela coïncide avec
“Laylat al-Qadr”, la nuit du Destin. Une voix te dit
alors : Tout ce que tu viens de faire équivaut à plus
de 83 années d’actes d’adorations : “La nuit du
destin est meilleure que mille mois” (Coran 97/3).
Imagine que ce rêve devienne réalité en ces derniers jours du mois béni du Ramadan… Incha
Allah.
A. G.
(*) UNIVERSITAIRE ET RECTEUR DE LA MOSQUÉE
DE VILLEURBANNE (FRANCE)

NOTES

(22) Cf. Malherbe, œuvres, La Pléade,
Gallimard, 1971, p. 783; Moulay
Belhamissi , Les captifs algériens et
l'Europe chrétienne, p. 30, ENAL,
Alger 1988).
(23) Cf. La Croix ( Le Sieur), Relations
universelle de l'Afrique ancienne et
moderne, Lyon 1688).
(24) Cf.Thédérat, Mémoires… R. A.,
1948, pp. 143- 184.).
(25) Cf. Turbet Delof, Bibliographie
critique n° 105).
(26) Cf. Moulay Belhamissi, idem
p. 53.
(27) Cf. Basil Davidson,idem.
(28) Cf. Zysberg, Marseille, cité des
galères à l'âge classique,
MarseilleRevue municipale, 1980,
pp. 71- 84).

“Le petit livre
des grandes phrases”
de Gilles Guilleron

“Souvent femme
varie. Et bien fol
qui s’y fie.”
François 1er (1494-1547)
n François 1er était un amateur
d’art : il fit venir Léonard de Vinci à
sa cour et fit construire plusieurs
châteaux. Ce fut aussi un grand
guerrier pas toujours très heureux
dans ses choix : sa fameuse
victoire à Marignan en 1515 durant
les guerres d’Italie contracte avec
la terrible défaite de Pavie en 1525.
Ce fut également un ardent
défenseur de la langue française :
sur son initiative, en 1539,
l’ordonnance de Villers-Cotterêts
imposa la langue française dans
les documents officiels. Par
ailleurs, c’était un homme de
haute stature : son armure
d’apparat atteste qu’il mesurait
pratiquement deux mètres. Enfin,
François 1er fut indéniablement un
amateur de femmes, comme en
atteste la liste de ses nombreuses
maîtresses. C’est donc en toute
connaissance de cause que cet
inconstant aurait gravé à la pointe
d’un couteau sur une vitre de con
château de Chambord : “Souvent
femme varie. Et bien fol qui s’y fie.”
n Dans son drame Le Roi s’amuse
(1832), Victor Hugo a repris cette
formule et l’a enrichie : le roi
François 1er, amoureux de Blanche,
la fille de son bouffon Triboulet,
chante dans un cabaret : “Souvent
femme varie / Bien fol qui s’y fie !
Une femme souvent / N’est que
plume au vent !”
(Acte IV, scène 2).

20 Jeux
Par :
Nacer Chakar

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

Décomposant
----------------Conseils

s

Partie de
jour
---------------Rythmées

Mets à base
d’œufs
----------------Mesure de
longueur
(1609 mètres)

s

s

Plante
ombellifère,
telle
la badiane

s

s

s

Arrondissement
----------------Note de
musique

s

s

s

Méridienne
---------------Possessif

s

s

s

Révolution
----------------Les gens

LIBERTE

Cabossées

s

s

Coûtent tel
prix

s

Versus
---------------Soupe de
poisson

Ancien grec
----------------Entoure

Situation

s

Possessif
----------------Soutient la
tête

s

s

s

s

s

s

s

Pus
----------------Côtés d’une
remorque

s

s

s

s

s

s

s

s

s

s
s

s

s

Dont la
véracité est
reconnue

s

Double
consonnes
Principe
odorant
---------------Ville au
Danemark

s

s
s

Ville allemande
----------------Classe sociale
ayant un statut particulier

s

s

s

s

Argent
symbolique
----------------Risettes

s

s

Indique la
négation
----------------Canyons

Cité antique
en Jordanie
----------------Mouches aux
larves
parasites

s

s

Vont avec les
autres
----------------Erbium

s

s

Solution
----------------Garni de
poils

s

s

Lieu de
stockage
souterrain

Centaure de
la mythologie
grecque

s

s

s

Ecole de
cadres
----------------Méprises

Outré

s
Unité
monétaire
de
Roumanie

s

s

Alcaloïde
toxique

s

s

Capucin
---------------Persévérèrent

s

s

s

Chose latine
----------------Roche sédimentaire

s

Attachées

s

s

Située
---------------Fictif

s

Sortie

s

s

s

s

s

Fit des attouchements
----------------Rivière en
Roumanie

s

Négation
----------------Ex-pays
d’Europe

s

s

s

s

Lits douillets
----------------Avant la
matière

Compagnon
du prophète

s

s

Strontium
----------------Petit saint

s

Poissons
d’eau douce

Point
cardinal

s

Terme de jeu
d’échec

s

Rivière
d’Alsace

s

s

s

s

s

s

s

Voies
aménagées

Allonge
--------------Racla avec les
ongles

s

Préfixe
d’égalité

s

Loir des
jardins
----------------Greffa

Roi de théâtre
----------------Serrer avec
les doigts

s

s

s

Regarder
avec dédain
----------------Cordon de
souliers

Traditions
---------------fleuve russe

s

Mammifère au
nez se terminant par unepetite trompe
---------------Conjonction

s

s

s

s

Vieux do
----------------Particule

s

Décédés

s

s

Personne
cherchant à
égaler une
autre
----------------Etoile de mer

s

Formation
militaire
---------------Omettre

Drapeaux

s

Pays
d’Europe
----------------Rescapé

s

Numéral
hollandais

s

s

s

s

s

Article
----------------Symbole du
chlore

s

Etain
---------------Insecte des
marais

Père
d’Andromaque

s

s

Ecarteur
---------------Culottées

Mangeuses
d’enfants

Poèmes
médièvaux

s

Rappel
flatteur
----------------Flânait

s

s

s

Abîmé

Ex-pays
d’Europe

s

s

s

s

Vaste étendue d’eau
----------------Variètés de
pommes

Prend le
repas du soir

Composant
Degré d’une éléctronique
servant de
couleur
redresseur de
courant

Lettre
grecque
----------------Roi de Cilicie

s

GRILLE GEANTE DE MOTS FLÉCHÉS N° 352

s

s

s

s

s

Sur une borne
----------------S’entend
après un coup

Fin
de verbe

s

s

s

Désagrège

Pueraient

Distance
parcourue
d’un lieu
à un autre

Anciennes
épées de
pointe
----------------Obstacle

Enjolive
----------------Transis de
froid

Dans

Mamelle

Note de
musique
----------------Lise

Pareil
----------------Arranger
méthodiquement

Conifère

s

s

s

s

La rumeur
----------------Révolution

s

s

Technétium
----------------Baies du
Japon

s

Vérification

s

s
Pancarte
---------------Pièce de
charrue

s

s

Un, à
Maastricht
----------------Argon

Négation
---------------Volcan sicilien

SOLUTION
DE LA GRILLE N°351

s

Saison
estivale

C - A - P - G - P - O - M - R. Thérmomètres - Ase. Artisan - Emaciés. Essentiellement. Se - Centaure - A - R. Réales - s - Disette. Cu - A - Tes - Aère. Or - Elancé - Een
- Ir. Ors - Scène - Net - A. Diaprer - Opossums. Sire - Ecrite - Tue. Médiocres - Embus. Etna - N - Arbuste. ATU - Sistre - Li - An. Ara - Lire - Résine. In - Collecte Sage. congelée - Gros. Gérer - A - Tri - Nids. Ra - E - Gitâmes - Ré. Balisée - Emet - Don. I - Est - Usinèrent. Bernerai - Etripée. Nuises - Sr - Née - U. êtes - Névé Pincer. Eson - Errât - He. La - Ecartée - Emèse. Mairie - Ino - Asti. Lit - Eteindras - In.

LIBERTE

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

Sudoku

5
8 6

Jeux 21
Comment jouer ?

N° 2318 : PAR FOUAD K.

7
3 4
2
2
8

3

9
8

1

4

8

1

6 5 1 9 3 7 4 8 2

Directeur de la Publication-Gérant :
Abrous Outoudert
e-mail : abrousliberte@gmail.com
Directeur de la rédaction : Saïd
Chekri

VII
VIII

DIRECTION ET RÉDACTION

IX
X
HORIZONTALEMENT - I - Implacable. II - Vocable. Bandit.
III - Période d’épreuves transitoire. IV - Fin de sommeil.
Courroux. V - Démonstratif. Blocage. Direction générale. VI
- Pointe. Léger aéronef. VII - Folle. Cornes de chèvre. VIII Joli. Offre le choix. Patriarche. IX - Manque de légèreté. X Oiseaux ratites. Un peu risqués.
VERTICALEMENT - 1- Parfaitement propre. 2 - Œuvre
littéraire en prose. 3 - Auxiliaire. Potage espagnol. 4 - Cuisse
de chevreuil. Propose une alternative. 5 - En forme d’œuf.
Personnel. 6 - Éructation. Clarté faible. 7 - Titre d’alliage.
Article. Note. 8 - Fête turque. Venus au monde. 9 - Fil textile
gainé. Instrument de labour. 10 - Époque. À l’égard de.

Solution mots croisés n° 6629

II
III
IV
V
VI

“Le temps ne
s'incline pas
devant nous mais
nous devant le
temps.”

2 3 4 8 9 5 1 6 7
8 7 5 6 2 1 3 4 9

9 10

VI

“Meurt & Naît
Celui qui naît,
hurle ; celui qui
meurt se tait.”

9 1 6 4 7 3 2 5 8

8

Quotidien national d'information
- Édité par la SARL - SAEC - Capital
463 000 000 DA
Siège social : 37, rue Larbi-Ben
M'Hidi - Alger BP. 178 Alger-Gare

I

3 2 8 7 1 6 5 9 4

7

LIBERTE

1 4 9 2 5 8 7 3 6
5 6 7 3 4 9 8 2 1

6

V

“Ce que l'homme
sobre a dans la
tête, l'homme
saoul l'a sur la
langue.”

7 8 2 5 6 4 9 1 3

5

IV

Proverbes
russes

4 9 3 1 8 2 6 7 5

4

III

Cette grille est de niveau
moyen : elle contient
déjà 30 chiffres.

Solution Sudoku n° 2317

3

II

- chaque bloc de 3X3
contienne tous les
chiffres de 1 à 9.

3

2

N°6630 : PAR FOUAD K.

I

- chaque ligne contienne
tous les chiffres
de 1 à 9 ;
- chaque colonne
contienne tous les
chiffres de 1 à 9 ;

5
7 8
4
3
6
8
6 1
9

2 7
5 4

Mots croisés

Le sudoku est une grille
de 9 cases sur 9, divisée
elle-même en 9 blocs de 3
cases sur 3. Le but du jeu
est de la remplir
entièrement avec des
chiffres allant de 1 à 9
de manière que :

VII
VIII
IX
X

1

2

H
A
L
L
E
B
A
R
D
E

E
C
O
U
T
E

3

4

5

M A T
O N I
U S T
E A
A
N
T E S
E L
E M U G
O I S
N S
A

6

7

8

9

10

O B I E S
T
S O U
I C
L E
T
F E D
E V E
O
A L O I
O S E E S
L E
U E
I
I F
M A S S E

s

Qui agit par
habitude

s

Fin de nuit

Titane

-------------------------

-------------------------

s

Dépôt de fond

s

s

s

Préposition

-------------------------

Personnel

Révolution

s

s

Voiles

s

s

-------------------------

-------------------------

s

s

Vélo

s

Changea

Levant

s

s

Ville de
Lettonie
------------------------Consonnes

s

Concept

Excommunication
------------------------Inconvénients
------------------------Foyer

s

Eau du Congo
------------------------Manche
------------------------Période

s

s
s
s

Xénon
-------------------------

s
Sélectionner

Les manuscrits, lettres et tous documents remis
à la Rédaction ne sont pas rendus
et ne peuvent faire l’objet d’une quelconque
réclamation.

------------------------Griffe d’aigle

s

Tête d’aronde

SOLUTION
DES MOTS FLÉCHÉS N°1024

s

Pouffé

Point de
saignée
------------------------Cours d’eau
------------------------Iridium

Centre : Liberté : 021 50 54 08
11, rue Mouloud Feraoun, Dar El Beïda, Alger
Ouest : Liberté - Est : Sodipresse
Sud : Sarl TDS : 0661 24 209 10
Agence BDL 1 rue, Ali Boumendjel
16001 (Alger)
CB : 005 00107 400 229581020

s

Écot
Roue à gorge

s

s

------------------------- -------------------------

ss

Neptunium

s

Condiment

OUM EL-BOUAGHI
Cité 1000-Logements (NASR)
Tél./Fax : (032) 55 78 99

ALDP - Simprec - Enimpor - SIA-SUD
DIFFUSION

s

s

s

Connu

CHLEF
CIA des Fonctionnaires
Bt C cage M n°03
Tél. / Fax : (027) 77 00 17

PAO
SARL - SAEC
IMPRESSION

s

s

s

s

s

Bouclier
------------------------Rivière de
France
Un à Oslo
------------------------Vampire
fabuleux

s

s

Première
bicyclette
------------------------Fin de verbe

s

TIARET
Maison de la presse
Saim-Djillali
Tél. / Fax : (046) 41 66 92

SÉTIF
9, rue Colonel Amirouche.
Tél/fax : 036 82 14 14

s

Divinité (ph)
------------------------------------------------- ------------------------Oiseau des
Glouton
Lettre grecque Canaries

s

s

s

s

Ambre jaune

BÉJAÏA
Route des Aurès - Bt B - Appt n°2 1er étage
Tél. / Fax : (034) 16 10 33

SIDI BEL-ABBÈS
Immeuble Le Garden
(face au jardin public)
Tél./Fax : (048) 74 57 96

s

s

L’Éternel

TIZI OUZOU
Bâtiment Bleu - cage C
3e ét Tél. : (026) 12 67 13
Fax : (026) 12 83 83

s

Sésame

s

Vieille langue

------------------------Araignée

Jeu de société

Cornée

Pare

s

s

Particules

s

MOTS FLÉCHÉS N° 1025

s

Poil
------------------------Exprimées
------------------------Robes de
magistrats

CONSTANTINE
36, avenue Aouati-Mostéfa
Rédaction : Tél. : (031) 91 20 39
Tél./ Fax : (031) 91 23 71
Publicité : 39, avenue
Aouati-Mostéfa
Tél. : (031) 92 24 50
Tél./ Fax : (031) 92 24 51

s

s

s

Article

ANNABA
26, rue Mohamed-Khemisti
Tél / Fax : (038) 86 75 68

BLIDA
79, boulevard Larbi-Tébessi
Tél. / Fax: (025) 30 70 72

s

s

s

BUREAUX RÉGIONAUX

MASCARA
Maison de la Presse :
Rue Senouci Habib - Mascara
Tél. / Fax : (045) 80 36 85

s

s

PUBLICITÉ
Siège Liberté Tél. : (021) 30 78 97 /
Fax : (021) 30 78 99

ORAN
26, rue de Nancy
(derrière l’ex-consulat de Russie)
Fax : (041) 41 53 99
Tél. : (041) 41 53 97

Par
Naït Zayed

Changement
------------------------Enclin au
pardon
Parti algérien
------------------------Communauté
russe

Lotissement Ezzitoune n° 15 Oued
Roumane- El Achour - Alger
Tél. : (021) 30 78 47/ 48/ 49 (lignes
groupées)
Fax (021) 31 09 09 (direction générale)
- Fax : 021 30 78 70 (rédaction)

Reminiscence - E -Apartheid - C - Set - Ions - A - Os - C - RPR - As - Nanan - Eiders - Nia - I - Ourse - Al - Idoine - On - Ilotes - L - Ut - Si - O - Ars - II Sépulcre - Ulm - A - I - Agréable - Nenni - Hr - En - Cos - Ède - Sa - T - En - Ases - Nib.

Des

22

Gens

& des

Faits

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

LIBERTE

Vous écrivez des histoires et aimeriez les faire publier. Envoyez-les-nous à l’adresse suivante : libertehistoires@gmail.com. Si après sélection elles retiennent l’attention de la rédaction, elles seront publiées.

CHRONIQUE DU TEMPS QUI PASSE

Récit de Yasmina Hanane
6e partie

La bohème

Résumé : Une vieille femme accueille la
Bohème chez-elle. Elle lui propose un repas et
des vêtements chauds… La Bohème ne sait
pas à quel stade de sa grossesse elle est
arrivée. Elle prend un bain et met une chemise
de nuit.
donc de t’asseoir pour déjeuner…
La Bohème, trop heureuse de
pouvoir arrêter les entortillements
de son estomac, avale d’une seule traite son verre de lait chaud,
puis s’attaque au reste. La soupe
sentait bon les herbes, et la tourte était succulente. Rassasiée enfin, elle s’étire sur sa chaise. La
vieille dame sourit :
- Ça va mieux, hein ? Tu m’excuseras, mais je n’ai pas encore fini
ma soupe… Je n’ai pas tes dents
moi…
La Bohème sourit… Cela faisait
longtemps qu’elle ne souriait
plus… Mais aujourd’hui, elle avait
envie de sourire. Personne ne
s’occupait plus d’elle depuis longtemps.
Il faut l’avouer… Elle avait eu
beaucoup de chance de tomber
sur cette brave femme qui lui a

Dessin/Mokrane Rahim

Elle lui arrivait aux chevilles, ce
qui l’arrangeait. La jeune femme
se contemple un moment dans la
glace… Oui cela ira… Cette chemise épaisse et assez longue la
couvre bien… Elle n’aura qu’à rajouter le petit gilet dessus.
Elle relève ses cheveux et les retient en queue de cheval avec son
foulard… Ainsi, plus propre et
mieux habillée, elle passerait plus
facilement pour une fille de la ville, se dit-elle.
Elle revint dans la cuisine où l’attendait un bon bol de lait chaud
et sa soupe…
- Ah ! s’écrie la vieille dame à sa
vue, je vois que ma vieille chemise de nuit te va à merveille… À la
voir ainsi sur toi, cela fait une jolie robe de grossesse…
Mais tu es très belle ma fille avec
tes cheveux noirs relevés et tes
yeux clairs… Allez, dépêche-toi

donné des vêtements chauds, et
mis fin au calvaire de son estomac
affamé…
Les tiraillements de son dos ne lui
laissaient plus de répit… Sous sa
chemise de nuit, elle constate que
son ventre prenait de nouvelles
proportions… Elle doit être largement au 7e mois.
- Ton mari travaille en ville ?, demande la bonne femme en mâchant doucement son pain.
La Bohème rougit. Elle ne s’attendait pas à cette question. Elle
baisse la tête et se met à chercher
une réponse correcte pour ne pas
choquer sa bienfaitrice…
-Alors… Ton mari ou bien c’est
quelqu’un d’autre qui travaille
pour vous ? Par les temps qui courent cela ne m’étonnerait point…
Et dans ton état ma fille… (elle secoue la tête ), tu n’aurais jamais dû
te marier sans assurer ton avenir… Un mari qui ne travaille pas
n’est qu’un lot de misère.
La Bohème la regarde bien en face,
et la vieille femme scrute son visage, et n’eut aucun mal à deviner :
- Tu n’es pas mariée ?
La jeune femme baisse les yeux et
regarde son ventre.
y_hananedz@yahoo.fr
VOS RÉACTIONS ET VOS TÉMOIGNAGES
SONT LES BIENVENUS.

(À SUIVRE)
Y. H.

Récit de Yasmina Hanane

Dessin/ALi Kebir

91e partie

Résumé : Désarçonnée par les répliques de Taos,
Houria suffoque. Elle menace cette dernière et
l’accable de tous les maux. Mais la bonne femme lui
tient tête et consent enfin à lui annoncer la
grossesse de Meriem. Houria s’affole et lui suggère
de trouver une solution.

Entre le marteau
et l’enclume

Houria prend un air hautain :
-J’en avais toutes les raisons. La
preuve est là. Tu m’as caché cette
triste vérité pour n’en faire qu’à ta
tête.
-Je voulais plutôt sauver la tienne.
Amar saura un jour ce qui s’était
réellement passé, je ne répondrai pas
de sa réaction.
Houria se met à trembler :
-Je t’en prie Taos, fais en sorte qu’il
n’en sache rien. Il ne fera de moi
qu’une bouchée.
Taos s’approche d’elle et lui lance
d’une voix forte :
-Alors laisse-moi faire. Et surtout
cesse de malmener cette pauvre
petite qui est en train de payer
pour ton inconscience et tes sottises.
Une autre semaine passe. Omar et
Hakim, qui étudiaient en ville, rentrèrent pour les vacances d’été et furent surpris de retrouver Meriem à
la ferme. Cependant, ils étaient
tous les deux heureux de la revoir.
La jeune fille, de son côté, est ravie
d’avoir enfin des compagnons de sa
génération. Ils parlèrent de leurs
études, des livres qu’ils avaient lus
et des correspondances qu’ils
avaient échangées entre eux depuis son dernier passage. La jeune
fille, si elle était un peu rassurée de
les avoir auprès d’elle, appréhendait
leur réaction s’ils venaient à apprendre la raison réelle de sa venue,
plus tôt que prévue, pour les grandes

vacances d’été. Taos la rassure. Les
garçons seront bientôt occupés par
les travaux des champs et les autres
besognes de la ferme. Ils viendront
de temps à autre lui rendre visite, et
elle pourra passer d’agréables soirées
à discuter avec eux ou à entamer ces
parties de jeux instructifs dont ils
raffolaient. Mais Meriem ne pouvait
s’empêcher de repenser à son état.
Son père sera là dans les semaines
à venir. Avant cela, il lui communiquera les résultats du baccalauréat
qu’elle était à peu près certaine de
décrocher.
C’était le cas. Amar arrive à l’improviste un soir où personne ne l’attendait. Taos, qui se trouvait dans la
cuisine avec Meriem, accourt pour
l’accueillir et s’efforce de cacher sa
surprise de le revoir parmi eux sans
s’annoncer, contrairement à ses habitudes. Elle remarque son air heureux et son rire franc alors qu’il soulevait Aïssa dans ses bras. Houria
était dans sa chambre. Elle non
plus ne s’attendait pas à revoir son
mari de sitôt. Mais Amar ne demande pas après sa femme. Il
cherche des yeux Meriem et demande à Taos où elle était passée :
-Elle est ici. Un moment je vais la
chercher.
Aïssa babillait dans les bras de son
père. Il lui touchait les cheveux et caressait ses joues. Taos s’empresse de
prendre une longue écharpe, et

court la mettre sur les épaules de
Meriem.
-Ton ventre n’est pas encore proéminent, mais je ne veux pas que
ton père soupçonne le moindre
changement dans ton corps.
La jeune fille baisse les yeux et tente de prendre un air serein. Elle
s’emmitoufle dans le châle qui cachait ses rondeurs et se rend dans la
grande salle pour souhaiter la bienvenue à son père. Ce dernier dépose Aïssa, pour la prendre dans ses
bras :
-Meriem, Meriem ma chère fille. Tu
as fait de moi l’homme le plus heureux sur terre ma chérie. Mon bonheur n’a d’égal que celui de te revoir
ici dans cette ferme pour t’annoncer que tu viens de décrocher ton
bac avec une mention très honorable. Tu ne peux pas savoir à quel
point je suis fier de toi !
Taos, qui avait tout entendu, ne put
s’empêcher de pousser un long
youyou. Elle s’essuie les yeux avec
son tablier et pousse encore un second youyou, qui eut pour effet de
faire sortir Houria de sa chambre :
-Que se passe-t-il ? Pourquoi ces
youyous, Taos ?
(À SUIVRE)
Y. H.

y_hananedz@yahoo.fr
VOS RÉACTIONS ET VOS TÉMOIGNAGES
SONT LES BIENVENUS.

LIBERTE

Les recettes du jour

Vendredi 1er - Samedi 2 juillet 2016

Publicité

23

LIBERTE
LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D'INFORMER

www.liberte-algerie.com

- www.facebook.com/JournalLiberteOfficiel
- twitter : @JournaLiberteDZ

AF

PRIS EN OTAGE PAR LEURS PASSEURS

Des centaines de migrants africains
manifestent à Timiaouine
n Le feuilleton des affrontements
entre autochtones et migrants clandestins qui tentent par tous les
moyens de remonter vers Tamanrasset ne semble pas prendre fin
dans le Sud algérien. Après Ouargla, Béchar et Tamanrasset, c'est au
tour de Timiaouine, localité située
à l'extrême sud de la wilaya d'Adrar,
de faire les frais d'un flux migratoire disproportionné en raison de la
politique laxiste des autorités du
pays. De violentes échauffourées
ont encore éclaté entre des migrants de nationalités malienne,
camerounaise, gambienne pour la
plupart d’entre eux, et leurs passeurs
travaillant avec un groupe de transporteurs desservant clandestinement la ligne Timiaouine-Tamanrasset. Il a fallu l’intervention des
GGF déployés dans l’immense désert de Tanezrouft, à quelques encablures de la frontière algéro-malienne, pour remettre de l’ordre
dans cette contrée promise à mille
et un périls. Une source bien informée auprès du consulat général du
Mali, à Tamanrasset, a appris qu’un
groupe de transporteurs travaillant
de connivence avec les passeurs assurant la desserte Gao-Timiaouine
serait à l’origine de ces affrontements. “Ils acceptent (les passeurs,
NDLR) de transporter des migrants

AF

DILEM

alidilem@hotmail.com

sans payer préalablement leur voyage. Une fois arrivé à Timiaouine,
l’autre groupe de transporteurs devant prendre le relais exigent le
paiement de la totalité de la somme
due. Les migrants qui n’ont pas les
moyens de payer se font retirer leurs
papiers en guise de caution avant de
les détenir dans un semblant de
foyer pour migrants clandestins.
Certains sont contraints d’appeler
leurs proches et leurs familles pour
payer le transport en plus des frais
d’hébergement et de restauration
cumulés pendant leur séjour à Timiaouine. D’autres, par contre, refusent de s’inféoder et préfèrent recourir à la violence pour faire pression et, du coup, dénoncer ces pratiques liberticides”, relate notre source. Ainsi, la situation a pris une tournure dangereuse qui a failli plonger
toute une commune dans le chaos.
Ce qui a nécessité l’intervention
des escadrons de la gendarmerie qui
ont procédé à l’évacuation de tous
les migrants, deux fois plus nombreux que la population locale, vers
Talahandak, à 15 km de Timiaouine, ajoute la même source. Profitant
de cette délocalisation forcée, certains opportunistes ont pris d’assaut
le foyer déserté et volé tous les bagages des migrants manifestants.
RABAH KARECHE

LA LFP PUBLIE LE RELIQUAT DES SANCTIONS

Kerbadj douche les espoirs de Ghrib

n La Ligue professionnelle de football (LFP) a publié hier sur son site internet le reliquat des sanctions de la saison 2015-2016, concernant les clubs
de Ligue 1 et Ligue 2. Cette réaction est intervenue au lendemain d’une déclaration du premier responsable du MC Alger, Omar Ghrib, qui a assuré
que le président de la LFP l’avait rassuré concernant les sanctions, notamment
le huis clos, infligées aux clubs des deux Ligues à la fin de la saison dernière.
Ainsi, la Ligue a douché les espoirs du patron du MCA, qui espérait que la
sanction soit levée. Le Mouloudia disputera ses premiers matches à domicile
de la nouvelle saison sans la présence de son public. L’ES Sétif et la JS Saoura sont également sous le coup de la sanction pour un seul match, alors que
deux formations de la Ligue 2 se trouvent aussi dans la même enseigne.
En effet, le CRB Aïn-Fekroun sera privé de son public pendant quatre rencontres, alors que la JSM Skikda est sanctionnée pour un match assorti de
deux rencontres à huis clos avec sursis. Concernant les joueurs, la suspension
de 10 matches du gardien de but du MCA, Fawzi Chaouchi, est maintenue,
ainsi que celle de Zinedine Ferhat, qui avait écopé de six mois de suspension depuis le 13 juin dernier.
M. A.

LA DGSN L’A ANNONCÉ HIER DANS UN COMMUNIQUÉ

Plan sécuritaire en prévision
de la fête de l'Aïd El-fitr
n La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a prévu un
plan sécuritaire global pour la fête
de l'Aïd El-fitr qui coïncide cette année avec le 54e anniversaire de l'Indépendance, a indiqué hier un
communiqué de la DGSN. Le directeur général de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani
Hamel, a donné des instructions à
tous les services de police pour
qu'ils assurent leurs missions
conformément au plan sécuritaire
arrêté à l'occasion de l’Aïd El-Fitr
qui coïncidera cette année avec la
célébration du 54e anniversaire de
l'Indépendance nationale.
À cet effet, “toutes les mesures préventives sécuritaires et de sécurité
routière ont été prises”, précise la
même source, qui a ajouté qu’“une
coordination permanente est assurée entre les directions de la Sûreté
nationale et les différents services de

police opérationnels pour assurer la
mise en œuvre de ce plan sécuritaire global à travers notamment le déploiement de patrouilles et le renforcement du système de permanence”. Dans le cadre de ce plan, “le
dispositif sécuritaire est renforcé
pour assurer la sécurité des citoyens
et des biens dans les aéroports, les
gares routières et ferroviaires et les
stations de taxi durant les derniers
jours du Ramadhan qui connaissent
un trafic dense”. Par ailleurs, les services de la DGSN prévoient un
plan pour les deux jours de l'Aïd ElFitr portant sur “la sécurisation
des artères et des lieux de prière, des
cimetières, des grandes agglomérations, des lieux publics et des centres
de loisirs”. Le plan vise également à
assurer “la fluidité du trafic routier
et le déplacement des personnes lors
des visites familiales, ainsi que le
transport de marchandises”.

APRÈS INTERVENTION DU WALI DE BÉJAÏA
POUR DÉNOUER LA CRISE

BÉJAÏA

Les travailleurs de l’unité Agglo-Béton
d’El-Kseur suspendent leur grève
n Le règlement du conflit collectif qui
oppose les travailleurs et syndicaliste à l’administration Somacob
EPE/SPA d’El-Kseur dans la wilaya de
Béjaïa est  en voie. En effet, sur injonction du wali de Béjaïa, les travailleurs de cette unité,  qui compte
environ 70 travailleurs, ont suspendu
leur mouvement de grève qui a perduré. “Nous avons mis fin à notre
mouvement de grève, et ce, à la suite
à la réunion qui a regroupé l’employeur, les représentants de l’inspection du Travail de la circonscription et
les représentants des travailleurs. Notre
élu local d’Amizour nous a informé
que le wali a exigé la reprise du travail
avant de nous recevoir pour une réunion qui regroupera toutes les parties
afin de discuter de la plateforme de revendications émise par les travailleurs
de l’unité. Nous attendons donc  cette réunion du wali”, nous a déclaré,
hier, M. Zidane, l’organique de la section syndicale de cette entreprise.

Revenant sur les poursuites judiciaires engagées contre les travailleurs,
notre interlocuteur nous apprendra
que “les procédures de justice engagées
contre nous se sont toutes soldées par
des jugements en notre faveur, et ce, en
attendant d’autres”. Pour rappel, ce
conflit résulte, pour la section syndicale de cette unité, de “la violation de
la loi et la réglementation en vigueur
concernant les relations de travail par
l’organisme employeur. Une violation créant un clivage et une ségrégation d’une époque révolue et réduisant
une partie du personnel a un esclavage moyenâgeux”, lit-on, en substance,
dans la dernière déclaration du syndicat de l’unité Agglo-Béton d’ElKseur. Cela dit, en attendant ce
conclave qui réunit autour d’une
table toutes les parties concernées, le
wali de Béjaïa a eu la main heureuse,
et ce, dans l’optique d’un dénouement
heureux de cette crise.

Un deuxième
autorail sur Alger

n Le transport ferroviaire de
voyageurs Béjaïa-Alger et
vice-versa sera renforcé par
un deuxième autorail à partir
du 7 de ce mois, apprend-on
auprès de la gare ferroviaire
de Béjaïa. Néanmoins, ce 2e
autorail assurera du service
les 3 et 4 de ce mois pour
cause de l’Aïd El-Fitr. Pour ce
faire, apprend-on à la gare de
Béjaïa, des aménagements
aux horaires ont été apportés
par la SNTF. Pour le départ à
partir de Béjaïa sur Alger, le
1er est programmé à 5h05 et
l’arrivée à la capitale est à
9h05. Le 2e départ à 14h20 et
l’arrivée à 18h. À partir
d’Alger vers Béjaïa, les
départs sont programmés à
6h et 16h pour arriver à
Béjaïa respectivement à 9h et
21h.
L. OUBIRA

A. HAMMOUCHE

DISPONIBILITÉ DES PRODUITS PÉTROLIERS DURANT L'AÏD EL-FITR

Naftal rassure les automobilistes

n La distribution des produits pétroliers sera assurée sur tout le territoire national durant la fête de
l'Aïd El-Fitr, a affirmé jeudi la Société
nationale de commercialisation et de
distribution de produits pétroliers

(Naftal). “La société nationale de
commercialisation et de distribution
de produits pétroliers informe son aimable clientèle que durant la fête de
l’Aïd El-Fitr moubarak et à l'instar
des autres jours de l'année, la distri-

bution des produits pétroliers sera assurée sur l'ensemble de son réseau stations-service et de ses points de vente 24h/24 à travers tout le territoire
national”, a assuré cette société dans
un communiqué.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful