Vous êtes sur la page 1sur 875

PROPHÉTIE

LA

DES

PAPES

^TTRIBUBE A S. MALACHIE

vjÈ$frtjTz>oe

CRITIQUE

PAR

L'ABBÉ JOSEPH MAITRE

DOCTEURBNPHILOSOPHIEETENTHBOLOQIB

LICENCIÉESSCIENCES MATHÉMATIQUES

Avec plus de 80 vignettes dansle texte.

LIBRAIRIE

BEAUNE G. LOIREAU

4, rue Maufoux.

1901

PROPHÉTIE

L Al

EÈM

ATTRIBUÉE A S. IALAGHIE

3ÉJ3:a^a=>^

CJFtïTiQTjraEî

,

\

'"" ; JOSEPH MAITRE

l'.UâJIBÉ DOCTRUFy* ENPKILOSOPIIIBHTEN THBOUOG(E

SCIENCES

MATHÉMATIQUES

.

,

i\*.*Okvyfcaaciû es

'"

Avec plus de So vignettes dans le texte.

' .-.

^

/.

BliAUNU

'' '. *^V.

x.,ii"i»AiRiE

a. L.om\c&#]J<

', nie MtUifoux

1901

*<• 0

* '

,^

'

*.

Librairie G. LOIREAD (BEAUNE, Gôte-d'Or)

La Prophétie des Papes

— Elude

philosophie

critique par

et en

attribuée à S. Malachie.

l'abbé J. MAÎTRE, docteur en

licencié es sciences ma-

théologie,

thématiques. Un vol. in-18 jésus de xvi-864pages.

( broché

Prix (

6 »

cartonné

6 75

( (percaline souple, plaque spéciale) 7

25

DU MEME AUTEUR

Lamartine l'application Bulletin de

et la

de la

musique, à la

musique

ou le

de

problème

poésie (Extrait du

Sales, 7e année,

de

l'Ecole Saint-François

1895-1896)

Les Béatitudes analytique

de C. Franck. — Commentaire

» 50

» 50

SOUS PRESSE

Les

à

et la

Papauté d'après la Prophétie attribuée

historique. et la fin du monde

d'après

au mont des Oliviers. (Extrait de

Papes

S. Malachie. — Etude

La Ruine de Jérusalem

les'

la Prophétie des Papes.)'

prédictions de Jésus

L'Apocalypse

et les derniers

temps. (Item.)

Chants de l'âme, recueil de chants

français écrits pour

l'Ecole Saint-François de Sales de Dijon.

IMPRIMATUR

t F. HENRICUS,cps. Diuion. Divionc,ilii!-T meiisisJuuii181IS.

— XI —

pas satisfaisant dans le de contrôler

proposai

et

d'approfondir

tout ne me

paraissait

Cependant

de M. l'abbé Cucherat. Je

ou l'autre,

travail

me

moi-même, un jour une question qui

ses

me semblait digne d'intérêt.

affirmations,

disais adieu à la Ville éternelle et

de mon

venais tra-

En 1882,je

sous

je

le regard

Evèque vénéré, à l'oeuvre qui

près

de

quatorze formé d'exa- temps et les

vailler,

m'était

ans, je

miner plus à fond la Prophétie des P,apes. Le

documents me

son autorité. Pendant

ne assignée pus donner par suite au

projet que j'avais

1895,

manquaient.

vers la fin de décembre

désireux de satisfaire

Enfin,

une curiosité renaissante,

je me mis à la recherche du travail

à la

complaisance la bonne fortune de MM. de les le

bibliographique

Répertoire

de

des

de M. l'abbé Directeurs du

retrouver. Guidé d'ailleurs

Cucherat, et, grâce

Grand-Séminaire, j'eus

par

l'article

M. l'abbé Ulysse Chevallier,

sources

thèque de Dijon divers ouvrages publiés sur le même sujet.

dans son célèbre

consultai à la Biblio-

historiques

au moyen âge, je

Découvrant

fis

de nouveaux horizons à éclaircir et à

la trouver.

de

à

partout

je pus

travaillai à la

Bibliothèque me rendis

Troyes,

explorer, je cherchai toujours la lumière

Je

quatre voyages Paris, où je

a

Lyon, je

à

Nationale et aux autres

trois fois à

grandes bibliothèques ; je

Bibliothèque

consultai la riche

à

j'écrivis à Rome, Turin,

Vienne, en Allemagne,

Venise, à Florence, à Londres,

en Suisse.

C'est le résultat de toutes ces recherches que je viens vous

aujourd'hui,

cher Lecteur.

plus impartiale,

les

renseignements que j'ai pu

longues

otïrir

et la

J"ai tâché de mettre en oeuvre, de la manière la plus exacte

recueillir

de divers côtés. Deux

travail,

partie

de mon temps.

années ont été consacrées à ce

en raison des occupations qui absorbaient la majeure

L'abondance des matières m'a d'ailleurs amené à faire deux volumes au lieu d'un.

Dans le j'examine les et

premier, me plaçant

questions générales

de vue j'étudie

point : surtout

au

critique,

l'Autorité

les

l'Authenticité,

Prophétie,

chent à

Dans un autre rentes devisesau

et la Fin de J.a

Principes d'Interprétation

les nombreuses

ainsi

Objections qui se ratta-

que

ces divers

sujets.

volume, je traite de la Réalisation des diffé-

point

de

vue historique.

— XII — deux choses en vue dans tout mon travail :

Je n'ai eu

que

servir la

tion des autres.

vérité, et contribuer, pour ma faible part, à l'édifica-

Si, parmi

toutes les questions si délicates

;

m'a fallu trai- la condamne

qu'il

il m'est arrivé de

ter,

par inconsidéréesou imprudentes

commettre quelque erreur, je

avance dès maintenant

rétracte toutes les affirmations

je qui auraient pu échapper à mon

humilité mon livre, et chacune

attention. Je soumetsd'ailleurs en toute

de ses parties, au jugement de l'Eglise.

Et maintenant, cher Lecteur, si mon sujet vous parait de ne encore

ou

dangereux, je

vous

prie

pas

bizarre, inopportun

formuler votre sentence de condamnation avant d'avoir passé

en revue les raisons

Quel que

soit d'ailleurs que j'expose. votre verdict, je

eu,

ne

m'estimerai bien

satisfait d'avoir

l'honneur de converser avec vous, et d'avoir

fût-ce que pour quelques instants,

ce bonheur

même

que procure l'échange

éprouvé,

dans vos

loyal et sincère des pensées et des sentiments.

contradictions,

J. MAITRE.

Dijon, itr mai iS>S.

AVERTISSEMENT

CONCERNANT LES KEPRODUCTIONS D'AHMOIUIES QUI SE TROUVENT DANS CET OUVRAGE

Les armoiries des papes auxquelles il est fait allusion

reproduites d'après Onuphre Pan-

dans la

vini,

sont

Prophétie

le Grand Bullaire Romain, Pietrasanta,

du

le P.

Gorgeu,

Ghacon de la Villestraux, Rietstap, originaux, tels que reliures anciennes

des

contemporains La forme de l'écu est

et divers documents

les armoiries

portant

temps ou frontispices de livres

papes.

papes, gravures

de ces divers

empruntée aux reproductions

l'Epitome

d'Onuphre

d'armoiries

Panvini. Elle diffère de la forme actuellement usitée en

Italie, qui est l'ovale allongé.

se trouvent dans

qui

Quant aux figures et émaux, j'en donnerai pour chaque

et la

description complète

justification,'

historiques sur la Prophétie.

dans mes

la

commentaires

pape

Les interprétations

communément

savantes,

reçues ne se basent comme il est facile de

pp. 194-221. Elles ne font

sur des considérations

d'après

du

que

point

le constater

le tableau des

des

papes,

allusion

autres détails de la vie des

aux

place

qu'aux particularités extérieures des armoiries, ou

qu'elles apparaissent

pas sa

par

telles

vulgaire.

présent

volume. Le langage héraldique

points équipollés

croix,

n'a donc

yeux dans le

C'est ainsi

(n° 42) donnent

leur

disposition

l'idée de

une bande

échiquetée (n° 46)

65

et

de celles boules de cubes ou de juxtaposés,

On

pourrait

empruntés

par

les

citer globes. des

des tourteaux (n°»

72)**celles

exemples analogues pour

de

les termes

aux noms de famille,

pays, ou aux titres portés

papes.

ERRATA

>uues.Lignes.

Aulieude:

liêez:

21 3

12.S o

204 8

206 14

en particulier honoréRédacteur Desfasecsondées

spécialement

honorésRédacteurs

Desbnudesondées

(Noms)Beat\/vrl

239 9 on remont.

en-tete

307 3, manchette 4SI) 23

424

8

427

4

437

17et 18

489

23et

29

498

H

5*6 7 ï»79 4 ,i32 lr>

Yotmg

Yung

ClémentVIII

351 19, manchette ClémentIII

2S'J

3l>« 21

L'Apocalypse.

(7.8). — Satan

ChapitreXVI.

(3)

hérétiques

Livredivin L'Apocalypse,

(7.8), — Satan ChapitreXXII (a> ChapitreXV.

(11)

interprètes

livredivin

condamnablecommehérésiebientéméraire

Isaïe XI, I GrégoireIX

Isaïe XI, l Grégoire X (Luc.XVIII,S) Couronnés le nom;E$a<la}>ii

(XVIII.8)

Couronnes le nom A\K$vitlapii

(a) P. 307, 1.8 en manchette,supprimerChapitre XXI.

PROPHÉTIE

LA

DES

PREMIERE PARTIE

PRÉLIMINAIRES

PAPES

PROPHÉTIE

LA

DES

PAPES

PREMIÈRE PARTIE

PRÉLIMINAIRES

CHAPITRE I.

La Papauté

et les destinées

du monde,

« Le

est le souverain pasteur et

est le

suprême

des

Pape

père spirituel

vicaire de

chrétiens, parce qu'il

en terre; partant

qualité

cette autorité

S. François

1833,

t.

Jésus-Christ-

spirituelle

il a l'ordinaire souveraine autorité

lui doivent non seulement

sur tous les

en cette

révérence et

envers tous et contre tous ceux

chrétiens, empereurs, rois, princes et autres, qui

amour, honneur,

respect, mais aussi aide,

qui

spirituelle

secours et assistance

l'Eglise,

en

l'offensent ou

et en l'administration d'icelle. »

de Sales,

Lettre 8,|o° (OEuvres complètes, Paris,

XI, page 498).

Un homme nous est

présenté, revêtu du double caractère de Pasteur et de Père.

Grande et merveilleuse

vision!

Vicaire du Christ, il est

Il

l'intermédiaire providentielle-

à ce

titre,

ment choisi entre

parle

Dieu et les hommes ;

aux princes unit

qui

il

et, du monde!

en maître aux rois et

est le chef d'une société

les âmes pour les société, en vertu

humaines,

enlever

conduire à leur fin surnaturelle ; et cette

do sa mission divine, domine toutes les sociétés

les compénôtrc,

les assemble et les allie, sans leur

LoPapo souverainspirl- tuol(lumondu. .

i

CH.I

Créationde l'Eglise et

dela hpaulr.

leur

mutuelle et leurs droits

indépendance

temporels.

Et pourtant,

si les intérêts

spirituels et temporels

envoyé

sont en

la société dont est chef cet

de Dieu fait

et dirige toutes les

conflit, taire les

forces vers le but

exigences d'ordre inférieur,

invisible,

surnaturel !

L'idéedela Var-auté

Mais cette vision est-elle une réalité ou bien une pure illusion?

qui et souverain

humainement irréalisable. Où trouver un homme

Un

pouvoir unique

à la vie des et de chacun

pouvoir

domino ainsi le monde?

s'imposant,

et dans

se mêlant

et

pour-

peuples et des individus,

temps

réclamant de tous

amour, respect, soumission, assistance, un

universel dans-le

l'espace,

tant résidant en un homme mortel et naturellement sou-

mis aux

infirmités humaines, utopie, folle .illusion,

somble-t-il.

Un

est-il seulement

pareil pouvoir

homme sensé aurait

pu songer même à le

possible? Quel fonder?

ecttocréation. .Ténusa fait

Et cependant cet homme s'est rencontré.

I.ca Apôtres. Il y a dix-huit siècles, Jésus, pauvre

inconnu, ignoré, méprisé do beaucoup,

de Galilée aussi vous ferai

pauvres que

je

pêcheurs

Jésus

Et do fait,

més en

l'assistance de

a

artisan

dit à des

de Judée, pêcheurs

lui : « Venez, suivez-moi

;

transfor-

leur promet leur

puissance,

d'hommes. »

envoie ces pauvres pêcheurs,

le monde. Il : « Toute

apôtres, évangéliser

l'Esprit-Saint

dit-il, m'a été donnée au Ciel et sur la terre. Allez

toutes les nations;

donc, enseignez

du Père,

server tout ce

suis avec vous tous les

des siècles.» (Matth. XXVIII, 18-20.)

baptisez-les

au nom

dû Fils

et du Saint-Esprit. Apprenez-leur à ob-

que je vous ai commandé. Et voici que je

jours,

et jusqu'à la consommation

Pierre.

Il a choisi l'un d'entre eux

et les

portes

en faire le chef de ses

pour et sur cette pierre je bâtirai mon

contre

frères : « Tu es Pierre,

Eglise,

de l'Enfer ne

prévaudront pas

Elle. » — Le pouvoir de Pierre s'étendra

jusqu'au Ciel

5

'

Caractère surnaturelde l'Eglise.

même : « Et je te donnerai les clefs du royaume

Et tout ce que

Cieux,

dans

des Cieux.

tu auras lié sur la terre sera lié dans les

que tu auras délié sur la terre sera délié

18. 19.)

et tout ce

l'es Cieux. » (Matth. XVI,

il dit au môme Simon Pierre de confirmer

dans la foi : « Et tu aliquando conversus con-

et ses" brebis, tous

Plus tard,

ses frères

firma fratres tuos. » (Luc, XXII, 32.)

Il lui ordonne de

exception

paître

ses

agneaux

: « Pasce agnos meos Pasce agnos meos

sans

Pascc oves meas. » (Jo. XXI, 15-17.)

Ce pauvre ouvrier qui

d'une société

le Messie

fils de

Simon,

est devenu

subitement s'est manifesté comme

aussi extraordinaire, c'est le Fils

fondateur

de Dieu, maître du

Sauveur,

roi du ciel et de la terre.

et de

C'est

le

temps

l'espace.

attendu depuis plus

Jésus,

ans, le

toute-puissance de

de 4000

un acte de

Jean, par Pierre,

et la vision de cette

Jésus,

puissance est deve-

surnaturelle, humainement impossible,

céleste,

nue une réalité.

est fondée.

L'Eglise Pierre et ses successeurs

l'action bienfai-

perpétueront

sante du Sauveur

qu'à la fin des temps.

dans le monde,

ils la continueront jus-

La manière seule dont

perpétuée

l'Eglise

s'est

établie,

déve-

garant

loppée et

de la force vitale et surnaturelle qui déborde en elle.

clans le monde, est le meilleur

Tous Fidèles à la voix du Maître, les apôtres

^

ou presque

ils

tous

pauvres,

Croix

truction,

prêchent la

Gentite, scandale pour

la

mortification, le

Et

sans

sont partis.

éducation, sans ins-

les

de Jésus, folie pour

Ils

les Juifs.

exaltent l'humilité,

l'orgueil

renoncement, la vertu.

pour propager une doctrine si contraire à

tous les

moyens

défaut et aux ]jassions,

trie, ils

Mais ils ont

humains leur font

: richesse, honneurs, recours à la force ou à l'indus-

méprisent tout.

Dieu avec eux ; à leur tête, ils ont Pierre

L'Egliseporto enollc-inôtno loa divineorigine preuvesdora

ticl'Kglisc.

0

en. i

Naissance,développement,perpétuité de l'Eglise.

résident la puissance et l'autorité de Jésus-Christ

en

qui

lui-même.

Développement

de l'Eglise. Non seulement la

c'est tout un, a

nement impossibles,

pris

s?est

cultés les

et

promesses, du scliisme et de marche glorieuse

propagée

et avec elle

car

naissance clans des conditions humai-

Papauté,

l'Eglise,

action,

elle

et conservée invariable au milieu des diffi-

mais elle a étendu son

plus grandes. Difficultésdu dehors

et du dedans, résistances, attaques

pleines d'attraits sortes, épreuves

rien n'a pu l'arrêter dans sa

humaine

persécutions, séductions trompeuses,

âges.

parfois, dans son histoire,

et de

trahisons, luttes de toutes

l'hérésie,

à travers les

la

Et si

fragilité

s'est manifestée, son

qui

qui

était

caractère divin n'en a point souffert.

cpù

puissance était faible, saint et infaillible

fonde l'indéfectibi-

L'infirmité naturelle fait mieux ressortir la

divine

ce

lité et l'immortalité sur une nature mortelle et

— Lors donc

rend fort ce

fragile et incertain, et qui

passagère.

la faiblesse humaine se montre dans

n'en

que ceux qui détiennent l'autorité

paraît que plus

principe

spirituelle, l'Eglise

plus

forte, car elle renferme

divine,

sans

lequel

évidemment

le

turellement succomber depuis tant de siècles.

de vie

elle aurait dû na-

Ainsi •vérité ; la

l'histoire même de son action à travers le monde. — Pré-

avec une

l'Eglise porte en elle-même les preuves

Papauté s'impose

aux

respects

Jésus, établie dans le monde

célérité, la puissance

de

toujours

l'athéisme,

de sa

par

de l'humanité

païen

dite

par

merveilleuse

de Pierre et de ses

intangible

en

successeurs est restée

face de tous les obstacles et de toutes les contradictions.

Aujourd'hui encore, au milieu des ténèbres de l'irréli-

invariable et

gion et elle

l'Eglise

semblable à un astre lumineux,

brillante que jamais dans le ciel de

rayonne plus

: Lumen in coelo.

' "-

Perpétuité Divine dans son

0

et dans sa

nature, la puissance

origine

dcl'Egliseotdi Ici Papauté. du Pontife de Rome en effet l'est surtout dans sa durée

immortelle. Depuis que Jésus-Christ a constitué Simon

en. i

Le Pape estimmortel.

7

lui a confié la direc- s'est trouvé au timon

compagnons

lui d'une mission

de lui la les

et les

d'hommes, depuis qu'il

Pierre

tion du

de ce vaisseau un homme,

suprême,

fragés

de "travail, chargés divine, quoique

tempête

épaves mieux armés

raissent tour à tour. Seule la barque de Pierre

pêcheur

vaisseau de l'Eglise, toujours

cherchant à

investi du commandement

passage les nau-

recueillir sur son

de la vie. Il est aidé de ses frères et

comme lui et

par

d'ordre inférieur. Autour

les

,

fait fureur

vagues engloutissent

plus superbes

tremblantes des vaisseaux les

Principautés, royaumes, empires dispa-

surnage

invariable dans ses vues et dans la

esquif, en apparence si fragile,

donner à son

barque, pour

la force et la vie,

l'étoile de la mer, est

et le diri-

le

guider

Debout, impassible,

direction

le.

donne à sor.

qu'il semble immortel.

pilote Et il l'est en effet. C'est que Jésus est dans la

courage et l'espérance devant ses

Les

Anges

représentant, d'une manière invisible,

le

resplendissante

ger

côtés pour soutenir sa

Marie, yeux pour

et les Saints du Paradis sont à ses

barque

et lui faire éviter lesécueils.

unique de son long

préoccupations

distraire

Le

voyage

céleste enfin est le but

siècles,

pas

port à travers les

et les vaines troubler

du monde ne viennent

son regard,

son attention, ou paralyser ses efforts.

Oh! combien admirable est cette marche incessante à

travers les flots des événements humains! Cette lutte

surnaturelle contre les éléments et les

toujours enveloppée d'espérance et suivie de victoire !

de

puissances

l'air,

Dans les merveilles du monde

le doigt

matériel,

nous aimons Dieurévèlesa

uabontédans puissanceet

in

création

nouvelle qui

Pape, * '

s'appelle:

le

à reconnaître

couvre tous les

régissent proclame lence et la

de Dieu Créateur. La science- dé-

en

jours plus clairement, dans les lois qui

du souverain

merveilles, l'homme est en même

les éléments, l'unité, l'ordre et l'harmonie

par là

même, qu'elle

toute-puissance

; elle

le veuille ou non, l'excel-

législateur.

temps

Témoin de ces

8

CH.I

Grandeurdeh Papantr.

l'objet des prédilections divines dans une création dont il

est, par son intelligence

clans ce monde qu'il domine atteste la

et sa

le chef et le roi.

volonté,

Sa seule

présence

bonté et la sagesse du Créateur.

Combien

plus justement encore pouvons-nous adorer

qui s'appelle :

l'action de Dieu dans cette nouvelle création

l'Eglise,

Elle

le

Pape

!

le Pontife suprême est la source et la

celte

veilleuse,

bien et la sanctification des âmes !

action,

perpétuité, cette force et cette grandeur !

est vraiment admirable, cette unité de l'Eglise dont

sauvegarde

; mer-

cette direction incessante vers le

cette constance, cette

En présence

de ce

d'un homme

commande en maître au ciel,

approprier

spectacle surprenant

qui, depuis dix-huit siècles, à la

les accents

veilles du Créateur C> :

bien nous

terre, aux enfers, nous pouvons

inspirés

du saint roi David chantant les mer-

«

notre

votre nom est admirable

Seigneur

Dieu, que

par

toute la terre! votre

cieux.

magnificence a dépassé les hauteurs des

Des

de

enfants chantent vos

que

à la

enfants,

petits

louanges,

confusionde vos ennemis.Ils laissentsans excusevos

les

ennemis,

impies, qui

se dressentcontre vous.

cet homme pour

Qu'est-ce

donc

vous

dirigiez vers

pour que

que

regards? Qu'est-ce que

lui vos

le fils de l'homme

vous l'honoriezde votre visite ? Il était dans votre créationd'un degré inférieuraux Anges :

U)Domine.Dominusnoslcr,quam ailmirahilcestnnniftiitiuimin iinivrisi terra Quoniam clcvalaest magnificentia tua super ca.'los.

Exoreinkiitliiimet lactenliuni peiiccisli lauilcm nropter iuimicos luos, "I ilestruasinimimmcl ullorcm. Quoniam vitleijocxlosluos,opérailigitoruin tuorum, lunamet slcllas.qua' tu fiindasli. Quld estliomo quoil memores ejus, ouifiliuslionlinis quoniam visitaseiim'?

Minuisticuni paulo minusal)

gloria et honorecoronaslicum,et

angelis;

constituisticuui superopéra manuumtuarum.Omnia suliji'cisti sut) pctliuus ejus, oveset liovesuniversas,insuper cl pecoracampi; voluercsca;licl pisces

maris Domine, quipcramhutant Dominusnoster,quam semitasmaris. admirabilcestnoincntuiimin universaterra! Ps. VIII.

en. i

•9

L'histoire du mondeliéeà cellede la Papauté.

et d'honneur : vous l'avez

tout abolument :

couronné de gloire

mais vous l'avez

constitué le Par vous,

brebis

chef de vos créatures »>.

tout a été soumis à son

empire,

et bêtes des

oiseaux du

animaux domestiques

de la mer,

poissons

profondeurs

!

champs,

ce qui a vie et mouvement

notre Dieu ! Que votre nom est donc

ciel et

tout

des abîmes.

la terre !

dans les

Oh

Seigneur Seigneur

toute

admirable par

Ps. VIII.

la

doit durer

est son influence

jusqu'à la fin des siècles,

que

son histoire

se

Puisque

Papauté

si grande

puisque confond tion de

avec celle du monde, et son action avec l'ac-

que les

dépen-

Dieu sur les hommes, il faut donc bien

destinées de Vhumanité soient essentiellement

dantes do son existence et de sa durée.

célèbre, attribuée

à un saint de saint la

sur

Or, une prophétie évoque d'Irlande,

saint Malachie,

ami

Bernard, semble précisément

succession

que celte histoire du monde

s'appuyer pour annoncer

à sa fin.

des Pontifes romains

touche

Par rémunération

symbolique des derniers suc-

I/hlstoirenu estintimement liéeh monde collodo In Papauté,

Lacélfcbro Pape*somblo Prophétiede* decettopensée. s'inspirer

cesseurs de Pierre, elle paraît prédire que l'époque

du Jugement approche, les hommes

et engager

par là même

qui

a. se préparer

aux événements

précéderont la venue du Juge suprême.

Grande et sublime

celle-là ! Ramener

pensée que

tout,

la vie même du monde,

seurs; préparer les voies au second avènement de

à Pierre vivant dans ses succes-

I" Dansson

Epilre aux

Hébreux (il, 6-9) d;ns sa 1" Epilre

cl

aux

Corinthiens (xv, 20), S. Paul clurnul,chefinvisiblede l'Eglise.

applique tout ce texteà Jésus,le Pontife

10

en. i

Objet denotreIraiailsurla Prophétie des Papes.

Jésus en immortel

les

de

dirigeant

qui

regards

l'Eglise sur ce Pape

d'une

préside à ses destinées !

à

et,

propos des Pontifes

énumération

romains, célébrer caractériser les

grandes époques moment où elle va se transformer dans la

là assurément une

mystérieuse et symbolique

les

de la

prérogatives de la vie de

Papauté,

l'Eglise,

au

! — C'est

et pleine de gran- en enseignements

gloire

conception superbe

féconde

deur, en même temps que pratiques.

Objetde étude. uotro Mais la Prophétie de saint Malachie mérite-t-elle son

titre de

?

A-t-elle vraiment

prophétie

ou du moins

son

et à

ou moins obs-

curs et bizarres a-t-elle seulement un sens et un but? Et

la faveur dont on a entouré la

depuis

méritée ? Grave et délicate question qui fera l'objet de cette étude.

son

origine,

par une autorité

par

qui l'impose à notre respect

aux termes

plus

Prophétie

des

caractère, notre attention ? Cette suite de

légendes

Papes

trois siècles qu'elle est connue, est-elle bien

Question

la.

Toutefois, parce que

question

est

grave et délicate,

et

préliminaire. parce qu'elle

les

touche au surnaturel par tant de

points,

tirer sont d'un

l'Eglise

de rechercher et

conséquences qu'on en pourrait

d'elle ce

général,

qu'il nous est permis

de prophétie,

que

intérêt si vivant et si

recueillir. Il nous faut écouter la voix de

apprendre d'étudier en matière faire cette étude.

il est nécessaire de nous

et

et comment doit se

CHAPITRE II.

Législation

de l'Eglise

SURLAPUBLICATION ETL'ÉTUDEDESPROPHÉTIESNONCONTENUES DANSLESLIVRHSSAINTS.

de la

Dépositaire

parole

qui

les livres saints

jaloux

divine, l'Eglise garde avec un soin la contiennent.

Mais Dieu s'est réservé de faire dans le cours des siècles les

révélations

prophétie

et saint Paul

compte selon la

qu'il juge opportunes,

parmi

les dons

U)

que l'Esprit-Saint répartit

son bon vouloir.

gardiennedelà Révélation. L'Eglise

Permanence dans du l'Egllso don

de prophétie

Alii quidcmpcr

Spiritum daturscrnio sapicnliae, aliiaulcniscrmoscicn-

alii

gratia

«

lioesccunilunicumdem Spirilum; altcri lidcsin codcin Sp:.ritu; alii

sanitatumin

uno Spirilu;

opcratiovirlutum; niti prophelia, alii discrclio

spirituum; alii gêneralingiiaruni, alii intcrprclalioscrnionum.lkccaulcm

omnia opcralur unus

U

Cor.xii, 8-11)

alquc idem Spirilus, diVidcus siugulisprout

vult.»

si

il

Cependant,

l'Esprit-Saint parle

de

à

qui

veut, l'Eglise

de

soumet à des ses révélations.

sagesse la publication

règlements pleins

La

de

législation

l'Eglise qui

à ce

se

sujet

se trouve Lalégislation

rapporte

actuellement contenue dans la dernière Constitution aposto-

lique

l'étudeet concernant la publication prophéties des aétérenouvelée S.S.LéonXIII. par

étudierl'an- Pourquoi cienne législation.

de Léon XIII

en

ont

sur l'Index, Officiorum ac munerum,

avant cette

pro-

publiée

Constitution les études ou

phéties

de

Léon XIII. Il nous sera

1897. Les règlements qui régissaient

publications

relatives aux

été supprimés et annulés par les décrets nouveaux

utile de les connaître :

de

droit ont été

Prophétie

quel

de la

quelle

autorité

pourtant

comprendre

nous

faites

des

pourrons ainsi mieux

précédemment de

nombreuses publications

et de

Papes, avec ou sans

commentaires, ces diverses publications.

jouissent

W

Lemol prophétie,dansles

Epitrcs de saint Paul,n'est pas pris dansle

prophète,c'estcelui quiparleau

sensexclusifde

prédictionde l'avenir.Le

nomde Dieuet sousson

desonécrit.Maissi

ou dela

inspiration,quelque soit l'objet desondiscoursou

l'avenirn'est

pas nécessairement l'objet de la révélation

êlre exclu systématiquement.

prophétie, il ne sauraiten

l-i

CH. II, g I ta publication dela Prophétie était-elle légitime avant1897?

Législation

I I.

de

avant la Constitution

l'Eglise

Officiorumac muncrum.

Objection du

relativen I>.deBuck la législationdo

Bien avant la Constitutionde S. S. Léon

question

de la

XIII,

le P. de

Buck S. J., dans un article d'une intéressante Revue de

Belgique (Précis historiques, 1871, p.

manière la

481), tranchait à sa

des

prophéties.

Il

circu-

concerne

condamnait

l'Eglise prophéties surdes

privées

publication

s'élevait avec

ce

indignation contre les prophéties qui

qui

particulier, il la

laient en Europe sousdes titres divers. — Pour ce

la prophétie

par

de S. Malachieen

simpleargument : Elle n'a pas

le droit d'exister.

Ucninrque.

Nous

Lorsmême

nous permettrons une remarquepréliminaire.

publication et à

que l'Eglise danssa sagesse, met des bornessalu-

l'examend'unerévélation quelconque,

tairesà la

ces

ou telle

règles de prudence ne prouvent rien contre le fait

de telle

prophétie en particulier, tant que son jugement n'est

pas intervenu.

Exposé

Mais

sont ces

règles de

vigueur à

quelles

prudence? — Nousdemandons

son

duP.deBuck. au P. de Buck de nous

trictive de

l'Eglise

en

exposer lui-même la législation res-

époque, sur laquelle il

s'appuie pour rejeter la Prophétie des Papes

:

LeV«ConciledeI.atran,danssa premièreConstitution,prononce lasen-

prédicateursqui,

«

tenced'excommunicationcontreles

déterminentle lemps del'avèncmcnlde l'Antéchrist,du

proposent surces objets ousurd'autressemblablesdevainesrévélations. Cettedéfinitionconcernetanllesrévélationsanciennes (pie lesnouvelles.

du hautde la chaire,

dernier jugement, ou

prédicateursqui

Le Concile prononce encorel'excommunicationcontreles

prêcheront denouvelles inspirations ou révélations,qu'elles soientvéritables

dulieu. ou fausses, siellesn'ont pas étéd'abordexaminéeset approuvéesparl'évéque

LeConcilede Trente attaqueégalement cetabus,et nele

proscritpas seu-

lementchezles euchaire. prédicateurs, maischez,toulle momie,dansleslivrescomme

DanssaXXVe session, dansledécretsurle

cultedes Saints,des reliques et

desimages.il statue que nulmi'aclenouveaune soiladmisnon pins qu'aprèsquel'évcqucs'cn serarenducertainet y auradonnéson approbation. »

le P. de

Buck, les

Or, ajoute

prophéties sont des miracles.Et

prophétie non offi-

il donne sa conclusion qui repousse toute

ciellement approuvéepar le jugement de l'Eglise.

13

Sensel occasion du llccreldu Concilede Lalran.

discuter le sens de ces décrets.

On pourrait

Celui

de LatranUJ concerne évidemment la

du Concile

l'enseignement de la chaire t et se trouve assez

prédication,

Sensdesdécrets Réponse. nlléguès.

(!) Pourcomprendre la portée decelledéfense, il fautvoirà

159-103.

dem Ausgang des

quelle occasion

qu'écrit à ce sujet lesavantprofesseur allemand

clicavaitélé"formulée.Voicice

PASTOI., Geschichtedevl'.rpste seil

Mittelallers,dritter

quelpoint, premières annéesdu on le voit

Bo/id(1895),p-

par

« D'aussisévères prescriptions étaient nécessaires; à

lesexcès que

se

permettaientprécisément dansles

pontificat deLéonX desermites quiprêchaient et desmoines qui

» Versl'an i>i3,

se

»

vaticinaient.

raconte Jacques Pitti, douzeFranciscainsConventuels

l'Italiesuivantl'ordre

s'étaient entenduspourparcourir lesdiverses régions de

leurs danslequel auditeurs. ils

lesétaient partagées; ils prétendaient annoncerl'avenirà

L'und'entreeux,François de Montepulciano,prêcha 1*Avent à Sainte-

tableausi effrayant deschâtiments qui menaçaient

les

Florentins,que

les assistantsen

plusieursreprises :

tète.Saisid'effroi, le peuple s'écriaa

émotionnouvelleles

(Misericordia). La

ceux que la

villeentièrefutmiseen révolution loisque les pro-

doute plutôtaggravéesque diminuées, furent

presse avait empêchés de l'approcher en personne.

prédictions de Savonarole, tousles

gouvernement.

prédicateur : il trouva

Le vicairede l'archevêque de Florencemandale

Croixde Florence. Il fitun

lesItaliens,spécialement lesRomainset

perdirentpresque la

Pitié!

phéties du prédicateur, sans

rapportées à

On rappela avecune

mécontents s'agitèrent de manièreà inquiéter le

»

sa conduitemeilleure que son jugement.

»

A la Saint-Ktienne,François de Montepulcianoprophétisa la ruinedela

prêtres et

:

villede Rome, des

Pendanttroisans on devaitrestersans prédication et sansmesseUn horrible

des moines.Aucundesméchantsne survivrait.

massacreauraitlieu presque tous les hommesseraienttués, les femmes

mêmeet lesenfantsne seraient pasépargnés. Touslesliensde la sociétése-

raientdissous: des mèresdévoreraientleurs propres enfants.Tous ces

événementsse

quand le filsdu roi FrédéricrentreraitdanssesKtntset

papecanoniquement élu.

produiraientquand le roi de France paraîtrait sans puissance,

quandrégnerait un

La conclusiondu discoursfut une excitationà la

comme ayantperdu la raison.

à

pénitence. » Sesauditeursse tenaientlà

Le

»

le 31

»

gouvernement recourutau pape Léon X, Rome,lorsque subitement

poitrine.

décembre 1513, le prédicateur succombaà unefluxionde

Cefut alorsuneinvasiondu

peuplequi

voulaitbaiserles pieds du mort

commeceuxd'un saint. On dut à causede cela ensevelirle cadavretout

secrètement pendant la nuit. Maislestendancesaux

un

prédictions avaient reçu

aliment nouveau, et on ne

» D'autresmoines parurent et

l'Eglise ;

des évoques, jeunesfilles,des de faux prophètes. paysansqui

put lescontenir qu'àgrand'pcine.

on éliraitun

prêchèrent sur la persécutionquimenaçait

antipape, on verrait surgir de faux cardinaux, de faux

Bientôtce furentdes

religieuses, des dévotes,

sévères,de

vinrent prophétiser.

peines les plus

» L'oflicialitédiocésaineinterdit donc, sousles

confessersansla

religion;

prêcher et de

permission de l'autorité compétente; elledé-

interprétation arbitrairede la SainteEcriture,

fendittoute prophétie, toute

touteréunionsecrètesous prétexte de

à

la sévéritéde ces

elledécréta qu'on n'eût plus

ses partisans.

porter commedes reliques les corps deSavonaroleet de

» En

dépit de

put

ordonnances» l'agitation déchaînée par

génération se

c'étaitcommeune secte qui

Savonarolene

être calméede sitôt. Pendanttoute une

prophète défunt ;

perpétuèrent les partisans du

14

CH. Il, l \

Sensel occasiondu Décretdu Conciled« Lairan.

inutilement invoqué dans le cas actuel où il

cations

être comparée à un enseignement public.

rampait dans l'ombre.La superstition des admirateursde Savonaroleétait

piétismepublic nationalflo-

devenueun

rentin.On fitde Savonaroleun vrai saintdans ce milieu.On attribuaà ses

de

s'agit

publi-

Une discussion

qui

n'a

rien d'officiel, ne saurait

privées.

systèmequi

mériteraitle nom de

restes,ossements,cendres,etc.,

sérieux,paraît

»

une vertumiraculeuse.On s'attachaobsti-

némentà ses prédictions de la terribledestructionde Romeet du rétablisse-

mentde la

si

peupleflorentin, les prédictions de Savonaroleau sujet

république florentine. Michel-Angelui-même,malgré soncaractère

avoir été enveloppé dans ces menées

répéta de

boucheen bouche, dans le

Pendantdes annéesencoreon se

du renouvellement

f'retendu de l'Eglise, d'uneère nouvellede bonheuret de félicité pour tous

chrétiens, et spécialement d'une époque de paix et de liberté pour

grandchangement du monde.

» L'un de ces

présagesqui

»

les

Florence.

devaientannoncer

es

Des esprits exaltéscherchèrentavecaviditéles

le

prophètesparut au temps de Machiavelen*la personne de

esclave tchèque.Jeunehomme,

commerce, à

1473, probablementpar

les affairesde son

il discuta beaucoup avecdes juifs sur la conversionde leur

séjour dansla capitale

radicalela

chrétienté,

plus

jeune hommecommencèrentà s'orientervers la recherche

participer à l'agitationque dirigeait

prophétiques.

un don spécial de l'Esprit-Saint, en état de soulever

François Françoisétait de Mélètc. filsd'un Florentinet d'une

il fut amenéen Constantinople, où

nationau catholicisme. — C'est sansdoutedurantson

de l'ennemiterrible qui menaçait de la manièrela

que

pensées du

de l'avenir qui délivreraitle mondede la barbariede l'Islam.

»

à

De retour Florence,Françoisdut

»

crut, par

Savonarole.Plus tard, il se plongea dans la lectured'écrits

Finalementil se

le voile qui recouvraitl'avenir,

Ses recherchesse fondaient principalement sur descalculs.Il en consigna

aussitôt imprimes.

Sainte Ecriture,paraît avoir

la

croyance à

les résultatsdansdeuxécrits qui furent

»

obtenuun tel

une

pape Dansce secondécritle

tion du mondecommenceraiten

par

»

»

»

Le premier de ces écrits, sur les secretsde la

mission prophétique;

LéonX ce dernieren

succès,que Françoisfut vivementconfirmédans

;

il se décidaà dédiersousecondtravailau nouveau

acceptal'hommage.

cette

grande

transforma-

et finirait

juifs,

prophèteexpliquaitque

1517parla

1536.

conversiondes

l'exterminationde l'Islamismeen

Cependant cesidéess'étaient répandues AFlorence: plus d'un prédicateur

Tout cela

avecraison dangereux à l'autorité

se tint en

ecclésiastique.

la

Le

décréta présidence que les du

1517 sons

François de Mélètcétaientinterdites ; on défenditaussila

s'étaitsi

publica-

approuva cette décision, et

on ne

singulièrementtrompé,parait s'être soumis ;

l'on détruisittousles

exemplairesque

l'on

put se procurer.

les publiait du haut de la chaire.

parut

Concile provincial de Florence,qui

cardinal archevêqueJules de Médicis (plus tardClément VII),

oeuvresde

tion de sesthéoriesdu haut de la chaire. Léon X

le

trouveen effet plus tracede lui dansl'histoire.L'extraordinairerareté de ses

écrits

prophète,qui

prouveque

» Il est

»

fort remarquablequ'A cette époque critique on vit paraître d'au-

la

seconde conquêtefrançaise,

Sienne,qui se mit A prêcher au Dômesans

tres prophètes du même genre dansd'autres parties encorede l'Italie.

ij 16, se montra,après

A Milan, en août

étrangesque

un solitairetoscan,Jérôme de

l'autorisationde étaientsi

l'archevêque.L'apparition et l'entréeen scènede ce prophète

bientôttoute la villevoulutle voir et l'entendre.Des

en. n, \ i

Décretdu Conciledo Trente.

15

L'auteur lui-même semble le reconnaître à propos du second

texte qu'il Quant

allègue. au Concile

de Trente W, il emploie l'expression

écrivainscontemporainscomparent le

lérômede Sienne

nouveau prédicateur a Jean-Baptiste

la plus grande véhémencecontre les prêtres

moines.Aucunede ses prédications ne se passait sans

Le nombre des partisans du prédicateur allait^ gran-

surtoutchez les femmes.Mis en demeurede s'expli-

tonnaitavec

et de spécialement semblablesattaques. contreles

dissantde

quer

déclarabrièvementet nettement qu'il

jour en jour,

sur sa manièrede faire par

les autoritéscivileset ecclésiastiques,Jérôme

était venu annoncer*la

parole de

Dieu.

encore fut celle d'un cer-

» Une apparitionincomparablementplus grave

à Romeau moisde mai de la mêmeannée

sauveurdu

monde,objet

tain Pierre Bonaventure,qui surgit

il se donnait commele

pape atigêliqtie et le

de 1516: très

une influence de

Savonarole qui restaitabsolumentda.is le cercled'idéesdes Joachîmites et de

Télesphore. Ce n'est pas par

née I>I6,

soinsd'ermites augustiniens d'Italie.

Le nombredes partisans du "frèreBonaventureétait, dit-on, de 20,000;

anciennes prophéties. Il est

bien vraisemblable qu'on doit reconnaître

justement,

en l'an-

tête représentait prédicateur de l'ou-

chezlui commechez les autres prophètes de cette époque

une simple coïncidence que

les vaticinationsde

»

tous lui baisaientles

composa un écrit destinéau

pieds

Télesphore furent imprimées à Venise par les

précurseur du Christ.

Ce

commeau

Doge

de Venise; dans cet écrit, il

l'Apocalypse. En

l'Hglise romainesousles traits de la femmede

vrage était un

passagequi commençaitpar

le salut du

ces mots : « Bonaventure,élu de

»

» Dieucomme pasteur de

l'Eglise de Sion, couronné par la main des anges,

monde,

adresseà tous les chrétiensle salut et la

Léon X, tous les cardinauxet

il le prélats; prophète

envoyépour

» bénédiction apostolique. »

»

Cet écrit anathematisele

se

sépare de l'Eglise pape

exige qu'on

demandeassistance w Quoi d'étonnant si l'on enferma au château Saint-Ange cet homme exalté? H »

romaine. Aux rois chrétiens,

Les détails

précédents sont plus que suffisants pour expliquer le sens des

l'Eglise, disons-le qui en

caractériseles

passant,

décretsdu Concilede LaIran. L'espritde révoltecontrel'autoritéde

prétendus

prophètes de cette époque, est d'ailleurs,

plus pour séparerabsolumentleur causede celle de l'auteur des

Papes,chez qui on ne sairait

pourla foi cl la soumissionaux

une raisonde

légendes des

surprendreun seul mol irrespectueux ou dangereux

autorités légitimes.

U) Voicile texteen questiondu Concilede Trente :

Omnis

imaginum sacrousu tollatur, omnis turpis q 11cestus eliminetur,omnis denique

porro superstitio in sanctorum invocatione,reliquiarum venerationc

pingantur nec ornentur,

rtîrectementfftitc d'aprèsVHiatoiredes Papes de Pastor

et

lascivia vitetur,ita utprocaci venustate imagines non

r/iir?CttC-p:tfttÎ0Ua lans le coursde °té

l'impressiondu présentouvrage, nouseûmes.connaissance

Kurcy-ltayimudde ce tomeIII (tomesV et

l'apparition

1

l

,7

traaucV°n qu<ivmwitde publierM.

Y \ i

necestleuxnouveaux volumes,qui

ilans1édition française).Nousnousfaisonsun devoirde saluerici

mettentsi heureusementa- la portéedes lecteurs

inmçaislessavantset

remarquablestravauxdu professeurd'Innsbriick.

16

llfcrclri Bulled'UrliainVIII.

en. H,\ i

bien significative : « Nulla etiam admiltenda esse nova mira-

cula. Il ne faut

»

admettre de nouveaux miracles, sans le

décret, signifie une

pas

jugement de l'Eglise.

Le mot

admettre,

d'après le contexte du

reconnaissance publique et définitive du miracle.

Il est

question

Trente de

indigne le Or

supprimer

tout ce

culte des Saints et des

rapporter, en reconnaîtreou en admettre

compromettre le culte officielde

Images. examineret discuter une

On

pourrait peut-être

prophéties

entre les décret.

en effet dans cette décision du Concile de

qui pourrait rendre ridicule et

n'est

prophétie

pas

Faulorité, surtout

l'Eglise.

de manière à

aussi mettre une certaine distinction

et les miraclesdont il est question d<