Vous êtes sur la page 1sur 37

Stagiaire :

M. Nordine BESSAD I.U.T. Vélizy Dépt. : G.T.R. Visa :

Tuteur d’entreprise :

M. Aimé ANAGONOU Bouygues Telecom Dépt. : Quality of Service Visa :

Tuteur pédagogique :

M. Pierre BLAZEVIC I.U.T. Vélizy Dépt. : Recherche Visa :

Stage effectué du 07 avril au 13 juin 2003

Rapport de stage de fin d’étude

Rapport de stage de fin d’étude Direction des Opérations Réseau

Direction des Opérations Réseau

stage de fin d’étude Direction des Opérations Réseau Centre d’Affaire La Boursidière 92355 Le Plessis Robinson
stage de fin d’étude Direction des Opérations Réseau Centre d’Affaire La Boursidière 92355 Le Plessis Robinson

Centre d’Affaire La Boursidière 92355 Le Plessis Robinson

2

2 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée –

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite
REMERCIEMENTS Je tiens d’abord à dire que ce stage s’est déroulé dans de parfaites conditions

REMERCIEMENTS

REMERCIEMENTS Je tiens d’abord à dire que ce stage s’est déroulé dans de parfaites conditions et

Je tiens d’abord à dire que ce stage s’est déroulé dans de parfaites conditions et dans une ambiance de travail exceptionnelle.

C’est pourquoi, je remercie les gens qui m’ont entouré durant toute la durée de mon stage :

Joël GYONNAUD pour m’avoir accueilli au département OCR, Johan GUILLERME et toute son équipe pour m’avoir intégré au sein de la QoS, et plus particulièrement Aimé ANAGONOU, mon tuteur de stage, pour avoir placé en moi toute sa confiance pour la réalisation de ce projet.

Mes remerciements s’adressent en particulier à l’ensemble des collaborateurs que j’ai été amené à rencontrer durant ce stage : l’équipe support niveau 1 du domaine Réseau Informatique, les collaborateurs du département Opération Contrôle Réseau (OCR) et du département Opération Support Data (OSD). Je voudrais aussi témoigner toute ma reconnaissance à Chafik GHERBI pour sa participation active à la bonne marche de ce stage.

Ce rapport n’est pas seulement le compte rendu de dix semaines de stage, il est avant tout l’aboutissement de deux années d’études au sein du département GTR de l’IUT Vélizy. C’est pourquoi, je tiens sincèrement à remercier tout le corps enseignant pour leur patience, leur dévouement et pour m’avoir apporté le bagage nécessaire à l’entrée dans la vie active.

Enfin, je remercie toutes les personnes que j’ai pu rencontrer pendant ces dix semaines et qui ont rendu ce stage intéressant et agréable.

3

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

SOMMAIRE   I NTRODUCTION 5 1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE BOUYGUES TELECOM 6 1.1 B OUYGUES

SOMMAIRE

SOMMAIRE   I NTRODUCTION 5 1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE BOUYGUES TELECOM 6 1.1 B OUYGUES T
 

INTRODUCTION

5

1.

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE BOUYGUES TELECOM

6

1.1

BOUYGUES TELECOM : LA FILIALE DUN GRAND GROUPE INDUSTRIEL

6

1.1.1

LE GROUPE BOUYGUES

6

1.1.2

BOUYGUES TELECOM AU SEIN DU GROUPE BOUYGUES

7

1.2

BOUYGUES TELECOM : 3 E OPÉRATEUR FRANÇAIS

8

1.3

ORGANISATION DE BOUYGUES TELECOM

10

2.

LE CENTRE D’EXPLOITATION DU RESEAU

11

2.1

PRÉSENTATION DE LA DIRECTION DES OPÉRATIONS RÉSEAUX

11

2.1.1

SON RÔLE

11

2.1.2

SON ORGANISATION

11

2.1.3

SON FONCTIONNEMENT

12

2.2

LE DÉPARTEMENT OPÉRATIONS CONTRÔLE RÉSEAUX (OCR)

12

2.2.1

LES ÉQUIPES DE SUPERVISION

13

2.2.2

LA CELLULE DEXPLOITATION : SUPPORT 1 ER NIVEAU

14

2.2.3

LE MÉTIER QUALITÉ DE SERVICE (QOS)

15

2.2.4

LES AUTRES MÉTIERS DU DÉPARTEMENT OCR

15

2.3

LA SUPERVISION DU RÉSEAU

16

2.3.1

DÉTECTION DES INCIDENTS

16

2.3.2

GESTION DES INCIDENTS

17

3.

LE STAGE

20

3.1

LES ACTIVITÉS POUR L'OPTIMISATION

20

3.1.1

LA MISE À JOUR DES RÉFÉRENTIELS GIR ET HP-OV

19

3.1.2

LA MISE EN PLACE D'UNE PROCÉDURE DE TRAITEMENT

21

3.1.3

LA MISE EN PLACE D'UN INDICATEUR

27

3.2

L'OPTIMISATION DU LOGICIEL

27

3.2.1

L'OPTIMISATION DU CODE VB

27

3.2.2

L'IMPORTANCE DES RÉSULTATS

28

CONCLUSION

29

BIBLIOGRAPHIE LEXIQUE ANNEXES RESUME – ABSTRACT

30

31

32

35

4

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

INTRODUCTION La radiotéléphonie mobile constitue sans nul doute l’une des révolutions technologiques majeures de ces

INTRODUCTION

INTRODUCTION La radiotéléphonie mobile constitue sans nul doute l’une des révolutions technologiques majeures de ces

La radiotéléphonie mobile constitue sans nul doute l’une des révolutions technologiques majeures de ces dix dernières années bouleversant les habitudes de chacun en matière de communication. Discrète à ses débuts, elle s’est en effet développée de manière remarquable par la suite pour devenir un nouveau moyen de communication utilisé quotidiennement. Fin 2002, soit près de 8 ans après l’introduction des premiers téléphones mobiles, on compte en France plus de 38 millions de clients.

En France, trois opérateurs se partagent le marché de la radiotéléphonie mobile : Orange, SFR et Bouygues Telecom. Ces trois opérateurs exploitent un réseau de type GSM (Global System for Mobile) : il s’agit d’un ensemble de normes visant à standardiser le fonctionnement des réseaux de radiotéléphonie mobile, notamment concernant les questions de sécurité et de mobilité de l’abonné. Cela se manifeste concrètement pour l’utilisateur par la présence d’une carte SIM (Subscriber Identity Module) : cette carte contient toutes les informations personnelles de l’utilisateur et permet à celui-ci, par insertion de la carte SIM dans n'importe quel téléphone portable, de recevoir des appels, en donner et avoir accès à tous les services qu'il a souscrit.

Mon stage s’est effectué sur le site de la Direction des Opérations Réseaux de Bouygues Telecom : la DOR. Il s’agit d’un centre d’exploitation et de maintenance du réseau. La DOR est en effet chargée de superviser en temps réel l’ensemble du réseau Bouygues Telecom, à savoir le réseau GSM mais aussi le réseau informatique de l’entreprise. Ce stage ayant pour objectif premier de se familiariser avec le monde de l’entreprise et des télécommunications, la DOR constitue donc un endroit idéal permettant de se faire une idée concrète du fonctionnement et de l’exploitation d’un réseau de télécommunications.

La première partie de ce rapport de stage sera consacrée à la présentation de l’entreprise Bouygues Telecom. L’objet de ce stage étant directement lié à l’activité d’exploitation de la DOR, nous étudierons donc dans la deuxième partie son organisation et le rôle des différents services afin de mieux comprendre son fonctionnement et les enjeux de ce stage. Enfin, la troisième partie sera consacrée au stage : je présenterai donc dans un premier temps la situation existante au niveau des outils de supervision et des processus en cours. Dans un deuxième temps, j’exposerai les solutions retenues et les nouvelles fonctionnalités apportées pour améliorer l’outil d’audit. Pour finir, je passerai à l’aspect pratique de ce stage qui s’est traduit par une mise à jour et l’obtention de résultats qui permettent de mieux visualiser les différences entre les bases.

5

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

1. PRESENTATION GENERALE DE BOUYGUES TELECOM Bouygues Telecom est aujourd’hui le 3 e opérateur français
1. PRESENTATION GENERALE DE BOUYGUES TELECOM Bouygues Telecom est aujourd’hui le 3 e opérateur français

1. PRESENTATION GENERALE DE BOUYGUES TELECOM

Bouygues Telecom est aujourd’hui le 3 e opérateur français de radiotéléphonie mobile. Créée en 1994, cette jeune société appartient principalement au groupe Bouygues. Ce groupe a su diversifier avec succès ses activités pour devenir un grand groupe industriel présent dans le monde entier.

1.1 Bouygues Telecom : la filiale d’un grand groupe industriel

1.1.1 Le groupe Bouygues

Le groupe Bouygues a été créé en 1952 par Francis Bouygues. Tout d’abord spécialisé dans les travaux industriels et le secteur du bâtiment en Ile-de-France, le groupe Bouygues s’est rapidement imposé dans le domaine de la construction (BTP, Route) en France et dans le monde entier. On peut citer à titre d’exemple la réalisation de la Grande Arche de la Défense et du Stade de France mais aussi de la Grande Mosquée Hassan II au Maroc ou du Palais des Congrès de Hong-Kong.

Le groupe Bouygues se distingue par le succès de sa politique de diversification. En plus du secteur de la construction, le groupe est en effet présent dans le domaine de l’immobilier (Bouygues Immobilier), des services (Saur) et des télécoms-média. On retrouve dans ce dernier pôle TF1 (première chaîne généraliste en Europe) et la société Bouygues Télécom (3 e opérateur français).

Aujourd’hui, le groupe Bouygues est implanté dans plus 80 pays et compte près de 125 000 collaborateurs. En 2002, son chiffre d'affaires s'établit à près de 22,2 milliards d'euros.

6

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Organigramme simplifié du groupe Bouygues Bouygues Télécoms - Média Services Construction Télécoms Télévision
Organigramme simplifié du groupe Bouygues Bouygues Télécoms - Média Services Construction Télécoms Télévision

Organigramme simplifié du groupe Bouygues

Organigramme simplifié du groupe Bouygues Bouygues Télécoms - Média Services Construction Télécoms Télévision
Bouygues Télécoms - Média Services Construction Télécoms Télévision Saur BTP Route Immobilier Bouygues
Bouygues
Télécoms - Média
Services
Construction
Télécoms
Télévision
Saur
BTP
Route
Immobilier
Bouygues
TF1
Bouygues
Colas
Bouygues
Télécom
TPS
Construction
Immobilier
Colas Bouygues Télécom TPS Construction Immobilier 1.1.2 Bouygues Telecom au sein du groupe Bouygues 1.1.2.1
Colas Bouygues Télécom TPS Construction Immobilier 1.1.2 Bouygues Telecom au sein du groupe Bouygues 1.1.2.1
Colas Bouygues Télécom TPS Construction Immobilier 1.1.2 Bouygues Telecom au sein du groupe Bouygues 1.1.2.1
Colas Bouygues Télécom TPS Construction Immobilier 1.1.2 Bouygues Telecom au sein du groupe Bouygues 1.1.2.1

1.1.2 Bouygues Telecom au sein du groupe Bouygues

1.1.2.1 L’actionnariat de Bouygues Telecom

groupe Bouygues 1.1.2.1 L’actionnariat de Bouygues Telecom Bouygues Telecom est détenu directement à 27,6% par le

Bouygues Telecom est détenu directement à 27,6% par le groupe Bouygues et à 50% au travers de sa filiale BDT, ce qui en fait de loin l’actionnaire principal. On compte parmi ses autres actionnaires J.C. Decaux (mobilier urbain), e-on (groupe industriel allemand centré sur les métiers de l’énergie) ainsi que BNP-Paribas (groupe financier, 1 ère banque européenne).

(groupe financier, 1 è r e banque européenne). 7 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie

7

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

1.1.2.2 Les résultats de Bouygues Telecom Avec un chiffre d’affaire de plus de 2,9 milliards

1.1.2.2 Les résultats de Bouygues Telecom

1.1.2.2 Les résultats de Bouygues Telecom Avec un chiffre d’affaire de plus de 2,9 milliards d’euros

Avec un chiffre d’affaire de plus de 2,9 milliards d’euros réalisé en 2002, soit une hausse de 10% par rapport à l’année précédente, Bouygues Telecom conforte sa situation privilégiée au sein de groupe Bouygues. Bouygues Telecom est en effet devenue en l’espace de quelques années la deuxième contribution bénéficiaire du groupe après le pôle construction.

Chiffres d'Affaires par Métiers (2002)

Routes (Colas)

34%

Bouygues

Télécom Immobilier 13% 5% TF1 12% Services (Saur) 11%
Télécom
Immobilier
13%
5%
TF1
12%
Services (Saur)
11%

Construction

25%

1.2 Bouygues Telecom : 3 e opérateur français

En 1994, la Direction Générale des Postes et Télécommunications (remplacée aujourd’hui par l’ART : Autorité de Régulations des Télécommunications) décida de lancer un appel à candidatures excluant les deux opérateurs GSM 900 français (à savoir France Télécom et SFR) pour attribuer une licence d’exploitation d’un réseau DCS 1800.

Cette licence fut attribuée à un consortium mené par le groupe Bouygues désireux de s’introduire sur le jeune marché de la radiotéléphonie mobile. La décision fut donc prise de créer la société Bouygues Telecom.

Troisième opérateur français, Bouygues Telecom a déployé son réseau sur l’ensemble du territoire en un temps record afin de combler son retard et couvrir aujourd’hui près de 99% de la population française. On compte fin 2002 plus de 6,5 millions de clients.

Evolution de la couverture nationale 2002 99,10% 98,50% 2000 98,30% 97,10% 1998 93,40% 57,00% 1996
Evolution de la couverture nationale
2002
99,10%
98,50%
2000
98,30%
97,10%
1998
93,40%
57,00%
1996
20,00%
0,00%
20,00%
40,00%
60,00%
80,00%
100,00%
120,00%
1998 93,40% 57,00% 1996 20,00% 0,00% 20,00% 40,00% 60,00% 80,00% 100,00% 120,00% % de la population
% de la population couverte

% de la population couverte

1998 93,40% 57,00% 1996 20,00% 0,00% 20,00% 40,00% 60,00% 80,00% 100,00% 120,00% % de la population
2002 2000 1998 1,4 0,5 1996 0,1
2002
2000
1998
1,4
0,5
1996
0,1

0

1

2002 2000 1998 1,4 0,5 1996 0,1 0 1 2 3 3,2 4 5 Nombre d'abonnés

2

3

3,2

4

5

Nombre d'abonnés (en millions)

Nombre d'abonnés (en millions)

5,2

6

6,2

6,5

7

0 1 2 3 3,2 4 5 Nombre d'abonnés (en millions) 5,2 6 6,2 6,5 7

Evolution du nombre d'abonnés

8

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Face à ses concurrents (Orange et SFR) déjà bien implantés sur le territoire, Bouygues Telecom
Face à ses concurrents (Orange et SFR) déjà bien implantés sur le territoire, Bouygues Telecom

Face à ses concurrents (Orange et SFR) déjà bien implantés sur le territoire, Bouygues Telecom a dû faire preuve d’originalité pour se démarquer et attirer de nouveaux clients.

Il profita ainsi des dernières évolutions technologiques pour devenir l’un des premiers opérateurs à exploiter un réseau DCS 1800, adaptation du GSM aux bandes de fréquence des 1800 MHz. Le DCS 1800 dispose d'un spectre de fréquence deux fois plus large que le GSM 900 (fonctionnant pour des bandes de 900 MHz), ce qui offre la possibilité de réaliser un réseau cellulaire plus dense, particulièrement bien adapté aux zones urbaines.

Toujours dans cette optique, Bouygues Telecom se distingue de ses concurrents par ses innovations en terme de services. C’est en effet le premier opérateur qui proposa des forfaits, participant ainsi activement à la popularisation du portable en France. Il est aussi le seul en Europe à utiliser un nouveau système de codage de la voix (EFR) permettant d’offrir un son Digital Haute Qualité.

Dernièrement (novembre 2002), Bouygues Telecom s’est distingué avec le lancement de l’i- mode en France. Ce service permet à l’utilisateur de naviguer sur des sites spécialement conçus pour les mobiles et utilisant des standards Internet (format HTML). Cela permet aussi l’envoi et la réception de courrier électronique à partir des mobiles.

Evolution

logique

de

la

radiotéléphonie

mobile,

Bouygues

Telecom

tient

donc

à

se

positionner en force sur le marché prometteur du multimédia mobile avec le développement de son réseau GPRS et l’annonce de sa candidature pour une licence UMTS.

9

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

1.3 Organisation de Bouygues Telecom Bouygues Telecom Direction Générale Direction adjointe Direction Finances,

1.3 Organisation de Bouygues Telecom

1.3 Organisation de Bouygues Telecom Bouygues Telecom Direction Générale Direction adjointe Direction Finances,
Bouygues Telecom Direction Générale Direction adjointe Direction Finances, Gestion et juridique Direction des
Bouygues Telecom
Direction Générale
Direction
adjointe
Direction Finances,
Gestion et juridique
Direction des systèmes
d'information
Direction Marketing
et Marque
Direction de la Stratégie,
Innovation et Développement
Direction Licences
et Régulation
Direction Adjointe
Technique
Direction Technique
Direction Support Réseaux
Direction Marché Entreprises et Roaming
Direction Outre Mer et International
Direction Achats
Direction QSE / Services généraux
Direction Exploitation Déploiement
Direction des
Opérations Réseaux
Réseaux nationaux
et Support Région
Direction Régionale
Ile de France
Direction Régionale
Centre Alpes
Direction Régionale
Nord Ouest
Direction Régionale
Nord Est
Direction Régionale
Sud Ouest
Direction Générale
Méditerranée

10 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

2. LE CENTRE D’EXPLOITATION DU RESEAU Mon stage s’est déroulé sur le site de la

2.

LE CENTRE D’EXPLOITATION DU RESEAU

2. LE CENTRE D’EXPLOITATION DU RESEAU Mon stage s’est déroulé sur le site de la Direction

Mon stage s’est déroulé sur le site de la Direction de Opérations Réseaux, au sein du département des Opérations Contrôle Réseau (OCR). Ce site est essentiellement consacré à la supervision de l’ensemble du réseau Bouygues Telecom : le réseau GSM, le réseau GPRS et le réseau informatique interne de l’entreprise.

2.1

Présentation de la Direction des Opérations Réseaux

2.1.1 Son rôle

La mission principale de la Direction des Opérations Réseaux est de gérer et d’exploiter l’infrastructure de l’ensemble du réseau de manière optimum en termes de qualité et de productivité. La DOR doit aussi maîtriser les changements nécessaires à son évolution (intégration de nouvelles technologies et de nouveaux services).

Les fonctions de la DOR sont :

- Supervision du réseau en temps réel, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7

- Maintenance préventive et curative des sites et des équipements du réseau

- Support technique spécialisé sur l’ensemble des systèmes

- Contrôle et analyse des performances du réseau

- Contrôle globale des coûts d’exploitation du réseau

2.1.2 Son organisation

Direction des Opérations Réseaux (DOR) Méthodes Maintenance Régionales (ERM) Opérations Contrôle Réseau (OCR)
Direction des Opérations Réseaux
(DOR)
Méthodes Maintenance
Régionales (ERM)
Opérations Contrôle Réseau
(OCR)
Support Technique
(OPS)
Support Transmission
(OPT)
Support Plate-Forme Service
(SPS)
Support NSS
(OPC)
Support Réseaux de Données
(OSD)
Support BSS
(OPR)

11 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

2.1.3 Son fonctionnement A la base de l’organisation de la DOR, on trouve le département

2.1.3 Son fonctionnement

2.1.3 Son fonctionnement A la base de l’organisation de la DOR, on trouve le département des

A la base de l’organisation de la DOR, on trouve le département des Opérations de Contrôle du Réseau (OCR) dont la mission principale est de superviser l’ensemble du réseau en temps réel. Nous verrons plus en détail les différentes fonctions du département OCR par la suite.

On retrouve ensuite un ensemble d’équipes chargées d’apporter un support technique pour l’exploitation et la supervision du réseau. Chacune des équipes est spécialisée dans un domaine bien précis :

- Le département OPR sert de support technique aux équipes de contrôle réseau et de

maintenance terrain sur la gestion des incidents BSS (correspondant au sous-sytème radio, voir annexe). On parle de support BSS.

- Le département OPC est responsable de l’ensemble des données de configuration du réseau de commutation (support NSS).

- Le département OPT assure le support technique sur l’ensemble des systèmes du réseau de transmission (support TRANS).

- Le département OSD apporte un support technique spécialisé sur les différents

systèmes et technologies composant le réseau de données GPRS et réseau informatique d’entreprise (support DATA).

- Le département SPS est responsable de l’ensemble des services opérant sur réseau

GSM (la messagerie par exemple) et des services Multimédia (I-mode, 6 e Sens…). On parle ici de support PFS (Plate-Forme Service).

des structures

d’exploitation régionales. Il est aussi chargé de répondre aux besoins pratiques de ces structures et

de définir les procédures et les méthodes d’exploitation.

- Le département ERM est chargé de coordonner les activités

Les supports sont aussi chargés de réfléchir à la mise en place de nouveaux systèmes de production et d’exploitation de manière à intégrer les dernières évolutions technologiques au sein du réseau Bouygues Telecom. Ils supervisent la mise en service de nouveaux équipements en concertation avec les constructeurs afin d’assurer leur bon fonctionnement et sont chargés de rédiger des documents techniques nécessaires à leur exploitation.

Enfin, les supports sont chargés de négocier les contrats d’exploitation et de maintenance avec les constructeurs et les prestataires de service (TDF, France Telecom par exemple) afin d’optimiser la productivité du réseau.

2.2 Le département Opérations Contrôle Réseaux (OCR)

12 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Le département OCR constitue l’entité principale de la DOR et regroupe à lui seul une
Le département OCR constitue l’entité principale de la DOR et regroupe à lui seul une

Le département OCR constitue l’entité principale de la DOR et regroupe à lui seul une centaine de collaborateurs sur les 250 que compte la DOR. Il a pour mission principale de superviser en temps réel l’ensemble du réseau Bouygues Telecom et d’optimiser sa disponibilité.

Organisation du département OCR

Département OCR

Joël GUYONNAUD

Supervision 3 * 8

Bruno LEVEQUE

Supervision 2 * 8

Laurent BONNET

Support 1er niveau Christophe ANCHELERGUES

Grands comptes et Partenaires

Franck UYTTENDAELE

MOA du SIR

Baptiste BRIBARD

Projet T-REAGIR

Denis Genvresse

Qualité de Service (QoS)

Johann GUILLERME

2.2.1 Les équipes de supervision

La salle de contrôle : le cockpit, constitue l’entité de base pour la supervision et l’exploitation du réseau. Elle centralise en effet toutes les remontées d’alarmes signalant un incident quelconque sur le réseau. Ces incidents sont alors traités en fonction de leur criticité (perte de service par exemple).

le « cockpit »

criticité (perte de service par exemple). le « cockpit » Afin de superviser de manière optimum

Afin de superviser de manière optimum l’ensemble du réseau, les contrôleurs se répartissent en plusieurs équipes s’attachant chacune à un domaine bien précis. On retrouve ainsi 2 contrôleurs

13 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

chargés de la supervision NSS (commutation), 4 de la supervision BSS (liaison radio), 2 de
chargés de la supervision NSS (commutation), 4 de la supervision BSS (liaison radio), 2 de

chargés de la supervision NSS (commutation), 4 de la supervision BSS (liaison radio), 2 de la transmission (Fibres optiques et liaisons hautes fréquences) et 4 affectés au domaine DATA (GPRS, Réseau Informatique). Enfin, un contrôleur est chargé de superviser la disponibilité de l’ensemble des services offerts par Bouygues Telecom (domaine PFS : Plate-Forme de Services).

On distingue 2 groupes de travail :

- le groupe 3 ¥ 8 est composé de 6 équipes de 8 contrôleurs se relayant à tour de rôle afin d’assurer une supervision permanente de l’ensemble du réseau. Les jours sont découpés suivant les plages horaires des « 3 ¥ 8 » : 6h-14h, 14h-22h et 22h-6h. - le groupe 2 ¥ 8 est composé de 2 équipes de 5 contrôleurs. Il est chargé de soutenir le groupe 3 ¥ 8 en journée, en particulier au niveau du domaine BSS dont la supervision n’est pas assurée la nuit. Les contrôleurs disposent d’un ensemble d’ « outils » et d’instructions permettant de résoudre certains problèmes à distance. Ils ont aussi la possibilité de contacter un technicien de maintenance afin qu’il effectue sur place les réparations nécessaires. Ces techniciens sont répartis sur l’ensemble du territoire et peuvent intervenir jour et nuit suivant la gravité de la situation.

2.2.2 La cellule d’exploitation : support 1 er niveau

Si pour des raisons de complexité ou de temps, les contrôleurs ne parviennent pas à résoudre rapidement le problème, ils doivent le transmettre à une autre entité : la cellule d’exploitation. Celle-ci a pour rôle de traiter les incidents plus complexes et d’établir des procédures de résolution dans le cas de problèmes clairement identifiés. La cellule est donc chargée d’apporter un premier support technique aux contrôleurs : on parle de support 1 er niveau.

De même que pour le cockpit, la cellule d’exploitation est répartie en plusieurs équipes, chacune étant spécialisée dans un des domaines du réseau : BSS, NSS, TRANS (Transmission), PFS (Plate- Forme Services) et DATA (réseaux de données).

Organisation du Service QoS

Service QoS Johann GUILLERME Reporting Sylvain CARRARD Responsable PFS Didier TOUYAROU Responsable Domaine NSS
Service QoS
Johann GUILLERME
Reporting
Sylvain CARRARD
Responsable PFS
Didier TOUYAROU
Responsable Domaine NSS
Angelo MORAIS
Responsable domaine BSS
Christophe Anchelergues
Responsable Domaine GPRS et TRANS
Hugues ROUSSEAU
Responsable Domaine RI
Aimé ANAGONOU

14 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

2.2.3 Le métier Qualité de Service (QoS) La principale mission du service QoS est d’optimiser

2.2.3 Le métier Qualité de Service (QoS)

2.2.3 Le métier Qualité de Service (QoS) La principale mission du service QoS est d’optimiser l’exploitation

La principale mission du service QoS est d’optimiser l’exploitation du réseau. Les responsables domaine de la QoS assurent ainsi la formation des contrôleurs et jouent le rôle d’interface entre les services d’exploitation (salle de contrôle, cellule) et les supports spécialisés afin que le réseau soit exploité de manière optimum.

Dans cette optique, les responsables domaine de la QoS sont chargés de répondre aux besoins des équipes d’exploitation et de mettre en place avec l’aide des supports des procédures permettant de rendre les équipements exploitables. Il s’agit par exemple de configurer un équipement de manière à obtenir des remontées d’alarmes pertinentes ou de rédiger une Instruction Technique permettant de résoudre un certain type d’incident.

Les responsables domaines sont aussi chargés de faire remonter les plaintes des clients vers les services d’exploitation afin de répondre au plus vite à la perte de services. En retour, ils doivent diffuser en temps réel vers les conseillers clientèle les éventuels dysfonctionnements du réseau.

place de nouveaux projets et à la réalisation des

changements sur le réseau en concertation avec les supports concernés. On peut citer à titre d’exemple le projet « Zones blanches » dont l’objectif vise à couvrir l’ensemble du territoire français sans exception.

Enfin, ils participent à la mise en

Le service QoS assure aussi une mission de « Reporting ». Cela consiste à créer des indicateurs permettant de mesurer la performance et la disponibilité du réseau afin d’optimiser son exploitation.

2.2.4 Les autres métiers du département OCR

- Exploitation Grands Comptes et Partenaires : ce service est spécialement

entreprises ayant recours aux services de Bouygues Telecom (réseau GPRS entreprise, numéros courts…) ainsi que celles entretenant un partenariat pour l’exploitation du réseau. Il joue le rôle de

les

orienté

vers

service client.

- Maîtrise d’ouvrage du Système d’Information Réseau (MOA du SIR) : ce service est chargé de la mise à jour et du bon fonctionnement des outils de supervision du réseau.

- Projet T-REAGIR : ce service est chargé de réfléchir aux solutions alternatives à adapter en cas

d’incidents critiques sur le réseau ou dans le cas d’événements exceptionnels (ex : inondations) afin de rétablir au plus vite les services du réseau Bouygues Telecom.

15 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

2.3 La supervision du Réseau 2.3.1 Détection des Incidents La détection des incidents s’effectue au

2.3 La supervision du Réseau

2.3.1 Détection des Incidents

2.3 La supervision du Réseau 2.3.1 Détection des Incidents La détection des incidents s’effectue au moyen

La détection des incidents s’effectue au moyen d’un outil de supervision, appelé OSS_IP et plus connu sous le nom de HP-OV. Celui-ci envoie des requêtes à intervalles réguliers (de l’ordre de quelques minutes) vers les équipements du réseau pour s’assurer de leur bon fonctionnement. Si l’équipement ne répond toujours pas au bout de la troisième requête, le superviseur déclenche une alarme qui s’affiche sur les écrans de contrôle du cockpit. Certains équipements peuvent aussi remonter de leur propre gré des informations de signalisation vers le superviseur et indiquer de cette manière tout dysfonctionnement.

Outils de supervision du réseau

tout dysfonctionnement. Outils de supervision du réseau HPOV OSS Polling (envoi de requêtes) En cas de
tout dysfonctionnement. Outils de supervision du réseau HPOV OSS Polling (envoi de requêtes) En cas de
HPOV OSS Polling (envoi de requêtes) En cas de non-réponse de l’équipement ou de remontée
HPOV
OSS
Polling
(envoi de requêtes)
En cas de non-réponse de
l’équipement ou de remontée
signalant un dysfonctionnement de
l’équipement
Polling
(envoi de requêtes)
Equipements Réseau
Informatique et GPRS
Ex : serveurs, hubs, switchs…
Equipements GSM
Ex : BSS, BSC, MSC
hubs, switchs… Equipements GSM Ex : BSS, BSC, MSC Création d’une Alarme (type d’incident et criticité)
Création d’une Alarme (type d’incident et criticité)

Création d’une Alarme (type d’incident et criticité)

Création d’une Alarme (type d’incident et criticité)
Création d’une Alarme (type d’incident et criticité)
Création d’une Alarme (type d’incident et criticité) Cockpit Gestion de l’incident Remarque : Les équipements

Cockpit Gestion de l’incident

Remarque :

Les équipements supervisés par HP-OV sont de type IP. En effet, pour pouvoir poller (envoie d’un ping ou d’une requête SNMP) un équipement distant, il faut que celui-ci possède une adresse IP. Or, tous les équipements du parc n’en possèdent pas forcément une. C’est pourquoi, HPOV constitue une base de référence partielle, mais utile pour car fiable. Associé à GIR, on obtient un ensemble d’outil performant.

16 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Exemple de remontées d’alarmes Cette image est un extrait de l’interface permettant aux contrôleurs de
Exemple de remontées d’alarmes Cette image est un extrait de l’interface permettant aux contrôleurs de

Exemple de remontées d’alarmes

Exemple de remontées d’alarmes Cette image est un extrait de l’interface permettant aux contrôleurs de visualiser

Cette image est un extrait de l’interface permettant aux contrôleurs de visualiser les remontées d’alarmes. Ils ont ainsi connaissance du niveau de criticité de l’incident (“Severity”), de la date et de l’heure à laquelle il s’est produit (“Date/Time”), du nom de l’équipement impacté (“Source”) ainsi qu’un message désignant le type de problème remonté (“Message”).

2.3.2 Gestion des incidents

La gestion des incidents est une gestion dite “en escalade”. Il existe en effet plusieurs niveaux de compétence pour traîter l’incident suivant la complexité de celui-ci et le temps de résolution.

Les incidents sont traîtés en premier lieu au niveau du cockpit en fonction de leur impact sur le réseau. Il existe ainsi plusieurs niveaux de criticité caractérisant les alarmes et permettant aux contrôleurs de traiter en priorité les incidents les plus handicapants pour le réseau.

17 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

COCKPIT Suivant le type d’incident à traiter: Résolution du problème à distance par les contrôleurs
COCKPIT Suivant le type d’incident à traiter: Résolution du problème à distance par les contrôleurs

COCKPIT

Suivant le type d’incident à traiter:

COCKPIT Suivant le type d’incident à traiter: Résolution du problème à distance par les contrôleurs Envoi
COCKPIT Suivant le type d’incident à traiter: Résolution du problème à distance par les contrôleurs Envoi

Résolution du problème à distance par les contrôleurs

Envoi d’un technicien sur le site pour effectuer le dépannage

d’un technicien sur le site pour effectuer le dépannage Résolution de l’incident ? OUI NON SUPPORT
d’un technicien sur le site pour effectuer le dépannage Résolution de l’incident ? OUI NON SUPPORT

Résolution de

l’incident ?

OUI
OUI
NON
NON
le dépannage Résolution de l’incident ? OUI NON SUPPORT NIVEAU 1 résolution de l’incident par les

SUPPORT NIVEAU 1 résolution de l’incident par les cellules d’exploitation suivant le domaine concerné (BSS, NSS, DATA, PFS ou TRANS)

OUI
OUI
le domaine concerné (BSS, NSS, DATA, PFS ou TRANS) OUI Résolution de INCIDENT l’incident ? RESOLU
Résolution de INCIDENT l’incident ? RESOLU NON SUPPORT NIVEAU 2 Résolution de l’incident par les
Résolution de
INCIDENT
l’incident ?
RESOLU
NON
SUPPORT NIVEAU 2
Résolution de l’incident par les supports techniques :
OPR (BSS), OPC (NSS), OSD (DATA), SPS (PFS), OPT (TRANS)
OUI
NON
Résolution de
l’incident ?
Appel aux constructeurs
pour réparer l’équipement
impacté

Lorsqu’une alarme s’affiche sur l’écran de contrôle, le contrôleur tente en premier lieu de résoudre l’incident à son niveau. Il dispose pour cela d’un outil de gestion des incidents, appelé GIR (Gestion des Incidents Réseau). La première étape de gestion de l’incident consiste à créer un ticket d’incident sur lequel le contrôleur va inscrire diverses informations sur la panne, sa cause, son importance, l’équipement impacté…

18 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Lors de la création de ce ticket, le contrôleur a la possibilité d’envoyer un SMS
Lors de la création de ce ticket, le contrôleur a la possibilité d’envoyer un SMS

Lors de la création de ce ticket, le contrôleur a la possibilité d’envoyer un SMS à un technicien pour que ce dernier aille sur place résoudre l’incident. Il peut aussi assigner ce ticket à la cellule ou au support suivant la complexité et le temps de traitement de l’incident, ou bien appeler directement le constructeur. Tous les événements intervenant par la suite lors du traitement de l’incident seront retracés sur ce ticket. L’outil GIR permet ainsi de notifier et d’historier tous les incidents rencontrés. Ces informations sont ensuite utilisées par la QoS (Qualité de Service) pour créer des indicateurs et optimiser l’exploitation du réseau.

Page d’accueil de l’outil GIR

du réseau. Page d’accueil de l’outil GIR L’outil GIR constitue également une base de données de

L’outil GIR constitue également une base de données de l’ensemble des équipements du réseau GSM, GPRS, et informatique. De ce fait, il est ainsi possible de consulter les références d’un ou plusieurs équipements : on peut, en effet, connaître le type d’équipement, le site géographique, le nom DNS, le domaine…

Remarque : il existe une procédure d’urgence pour la gestion des incidents critiques impliquant une perte de service importante pour l’usager. Dans ce genre de situation de crise, l’ensemble des supports niveau 1 et 2 se réunissent dans la ‘War Room” jusqu’à la résolution du problème. Cette salle située en retrait du cockpit met à disposition un ou deux postes par domaine et un équipement de vidéo-conférence permettant de communiquer avec les techniciens sur site. Ces situations de crise restent exceptionnelles et correspondent en général à la mise en production de nouveaux services dont le fonctionnement n’est pas encore optimisé. Typiquement, la mise en

19 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

service de l’i-mode a donné lieu à quelques réunions d’urgence en War Room et a
service de l’i-mode a donné lieu à quelques réunions d’urgence en War Room et a

service de l’i-mode a donné lieu à quelques réunions d’urgence en War Room et a permis de vérifier l’efficacité de cette procédure

3.

LE STAGE

 
 

La supervision des réseaux Télécoms est une fonction essentielle pour l’entreprise

Bouygues Telecom. Cette fonctionnalité est réalisée pour le domaine Data avec deux outils : GIR (Gestion des Incidents Réseaux) et OSS_IP, appelé aussi HP-OV (Outil de Surveillance des Equipements de type IP). Ces outils sont renseignés et mis à jour au fur et à mesure des évolutions du parc. De la justesse de ces informations dépend l’efficacité de l’exploitation. C’est dans ce cadre que j’ai opéré durant ce stage. Mes activités pour l’optimisation consistaient, dans une première partie, à :

mettre à jour les référentiels GIR et HP-OV des équipements à auditer (dialogue avec les supports, modification des paramètres),

mettre

en

place

une

procédure

de

traitement

(identification

des

dysfonctionnements et présentation des résultats), mettre en place un indicateur permettant de tracer les évolutions du parc et la consistance des bases de l’outil GIR et HP-OV. Pour garantir ces activités, un logiciel d’audit a été conçu, mais resté incomplet. Dans un second temps, mon activité s’est orientée vers l’optimisation du logiciel. Pour cela, il faut vérifier la cohérence des résultats auprès des supports et prendre en compte les différents changements pour mieux adapter le logiciel (en participant au groupe de travail : Working Group).

3.1

Les activités pour l’optimisation

 

Objectif :

Le projet a pour but d’optimiser et de finaliser l’outil d’audit existant, qui permet une meilleure gestion des incidents survenant sur le réseau informatique et sur le réseau GPRS (General Packet Radio Service) de BOUYGUES TELECOM. Pour cela, le fichier d’audit se basera sur les deux référentiels GIR et HP-OV.

3.1.1 La mise à jour des référentiels GIR et HP-OV

L’état des logiciels GIR et HP-OV

Au début du stage, le référentiel GIR comporte quelques différences avec les autres référentiels. En effet, on s’aperçoit qu’un certain nombres d’équipements sont à l’origine de quelques imperfections :

-ils possèdent un nom différent sous GIR (donc à modifier en suivant la règle de nommage), -ils n’existent plus dans la base GIR mais sont présents sur le réseau (donc à déclarer sous

GIR),

20 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

-ou ils existent encore dans la base GIR mais sont absents du réseau (donc à
-ou ils existent encore dans la base GIR mais sont absents du réseau (donc à

-ou ils existent encore dans la base GIR mais sont absents du réseau (donc à supprimer de

GIR). Tout ceci est dû à la maintenance et à l’évolution du réseau. En effet, le réseau est «vivant » et nécessite une supervision en temps réel.

Malgré tous les niveaux de contrôle, certains équipements qui ont un problème sont introuvables dans l’outil GIR. La création de Ticket Trouble s’effectue sans indiquer précisément le nom de l’équipement. Celui-ci figure sur le ticket sous la forme d’un nom générique. L’information est donc incomplète.

En ce qui concerne HP-OV, les dysfonctionnements sont du même ordre, il faut donc entreprendre les mêmes décisions.

Remarque : pour les deux référentiels, on observe la présence de doublons des noms d’équipement. Ces doublons constituent aussi des problèmes à résoudre, puisqu’il s’agit de pollution d’information au sein des bases.

Le dialogue avec les supports

Pour pouvoir effectuer ces modifications ou ajouts dans la base GIR, il est primordial de consulter les personnes qui s’en occupent, à savoir le personnel d’OSD. Il est évident que l’ajout ou le renommage d’un équipement fait l’objet d’une justification. Ainsi, on indique les problèmes liés au nom ou à l’existence pour un équipement donné. D’autre part, les supports fournissent, à l’occasion de mises en production, la liste des nouveaux équipements intégrés. On peut ainsi vérifier les équipements pris en compte et installés.

La création d’actions

Lorsqu’un dysfonctionnement au niveau des noms est observé, le Groupe de Travail (Working Group) se réuni et décide de plusieurs actions :

-on recherche la cause, -on établit une liste des personnes concernées, -on associe à cette personne la ou les actions à réaliser, -et on crée le fichier d’actions du WG (Working Group). Ces actions font l’objet d’un suivi régulier : le fichier d’actions est mis à jour et disponible dans un répertoire commun. Dans le cas de l’altération du nom dans les référentiels, il faut corriger ces différences en suivant scrupuleusement la règle de nommage. A noter également, le WG se réunit périodiquement pour prendre en compte l’avancement du travail. Ce qui permet, à chaque fois, de faire le point sur les difficultés majeure rencontrées.

L’utilisation de l’outil d’audit

Il s’agit en fait d’un fichier Excel contenant plusieurs macros Visual Basic (VB). Ces macros représentent le cœur du logiciel : il est à l’origine de toutes les réponses apportées. En revanche, on s’aperçoit clairement, à travers quelques résultats obtenus, que le script ne s’effectue pas correctement sur certains points. L’outil d’audit permet de se rendre compte de l’état des déclarations des équipements sous GIR et sous HP-OV. C’est pourquoi, durant le WG, une des actions à mener était de revoir ce détail, pour permettre une mise à jour des bases GIR et HP-OV.

21 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

3.1.2 La mise en place d’une procédure de traitement La présentation de l’outil d’audit Comme
3.1.2 La mise en place d’une procédure de traitement La présentation de l’outil d’audit Comme

3.1.2 La mise en place d’une procédure de traitement

La présentation de l’outil d’audit

Comme il est indiqué précédemment, il s’agit d’un fichier de type Excel contenant des macros. Le fichier contient plusieurs feuilles, chacune possédant un bouton permettant d’obtenir une ou plusieurs informations. Les scripts VB permettent trois processus principaux :

-une importation des listes d’équipements sous GIR et HP-OV ; -une comparaison effective entre ces listes ; -une visualisation des statistiques en temps réels.

Voici la page de démarrage du fichier d’audit :

réels. Voici la page de démarrage du fichier d’audit : Le menu contient plusieurs boutons :

Le menu contient plusieurs boutons : chacun ayant un rôle défini. Certains de ces boutons correspondent en fait à un regroupement d’autres boutons, ceci à fin d’exécuter plusieurs macros successivement.

22 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Le logiciel présente au total 11 feuilles : *le menu, *les importations : GIR, HP-OV,
Le logiciel présente au total 11 feuilles : *le menu, *les importations : GIR, HP-OV,

Le logiciel présente au total 11 feuilles :

*le menu, *les importations : GIR, HP-OV, Equipements.xls, EqtsansIP, *les comparaisons : GIR et HP-OV, GIR et Equipt, HP-OV et Equipt (Equipt signifie Equipements.xls), *DeclSupp, *Stat, *Fichier de référence. La feuille EqtsansIP (signifiant équipements sans adresse IP) est une feuille qui extrait une liste d’équipements particuliers : ils n’ont pas d’adresse IP. Ce fichier à été créé uniquement pour réaliser un filtrage au cours de la comparaison entre HP-OV et Equipements.xls. La feuille DeclSupp (Déclarer – Supprimer) constitue une base de référence pour les équipements à déclarer ou à supprimer sous GIR et sous HP-OV. Cette liste représente, en fait, un résultat important dans la gestion des équipements, car elle est issue de l’association des différentes comparaisons. Cette base permet également de vérifier le nommage d’un équipement. La feuille Stat (Statistique) synthétise l’ensemble du travail réalisé, puisqu’il dénombre dans un tableau les équipements par type (routeur, serveur, firewall, hub…), par domaine (RI et GPRS) et par référence (GIR et HP-OV). Par ailleurs, cette feuille suggère un graphique montrant l’évolution du nombre d’équipements en temps réel.

Voici un extrait des différentes feuilles que l’on rencontre à travers l’outil d’audit :

Importation de GIR :

à travers l’outil d’audit : Importation de GIR : 23 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de

23 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Importation de HP-OV : Importation de Equipements.xls : 24 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de

Importation de HP-OV :

Importation de HP-OV : Importation de Equipements.xls : 24 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie
Importation de HP-OV : Importation de Equipements.xls : 24 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie

Importation de Equipements.xls :

Importation de HP-OV : Importation de Equipements.xls : 24 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie

24 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Comparaison entre GIR et HP-OV : Les comparaisons entre les autres référentiels sont du même

Comparaison entre GIR et HP-OV :

Comparaison entre GIR et HP-OV : Les comparaisons entre les autres référentiels sont du même type
Comparaison entre GIR et HP-OV : Les comparaisons entre les autres référentiels sont du même type

Les comparaisons entre les autres référentiels sont du même type (il est donc inutile d’en montrer l’extrait).

Déclaration / Suppression dans GIR et HP-OV :

l’extrait). Déclaration / Suppression dans GIR et HP-OV : 25 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de

25 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Les Statistiques : Remarque : *en vert, sont affichés les chiffres de OSD, c’est-à-dire les

Les Statistiques :

Les Statistiques : Remarque : *en vert, sont affichés les chiffres de OSD, c’est-à-dire les supports.
Les Statistiques : Remarque : *en vert, sont affichés les chiffres de OSD, c’est-à-dire les supports.

Remarque :

*en vert, sont affichés les chiffres de OSD, c’est-à-dire les supports. *il est évident que par mesure de confidentialité, tous les chiffres annoncés, dans ce rapport, sont tronqués ; et donc non représentatifs.

Le graphique associé :

 

Variation quotidienne du nb d'éqpts sous GIR et HPOV (mai)

 

1800

1800  
1800  
1800  
1800  
1800  
1800  
1800  
1800  
1800  
1800  
1800  
1800  
1800  
1800  
 

1700

                           

1600

                             

1500

                           

GIR1500                            

1400

 
1400                       HPOV
1400                       HPOV
       
1400                       HPOV
           

HPOV1400                      

                                       

OSD                               

1300

   
1300          
1300          
1300          
1300          
1300          
   
1300          
1300          
1300          
1300          
1300          
 
                             

1200

J18

J19

J20

J21

J22

J23

J24

J25

J26

J27

J28

J29

J30

J31

26 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Les dysfonctionnements de l’audit : En analysant les résultats du fichier d’audit, on visualise rapidement

Les dysfonctionnements de l’audit :

Les dysfonctionnements de l’audit : En analysant les résultats du fichier d’audit, on visualise rapidement ses

En analysant les résultats du fichier d’audit, on visualise rapidement ses dysfonctionnements. On constate, par exemple, un défaut apparaissant comme évident : on sait que GIR contient l’ensemble des équipements des réseaux informatiques et GPRS de Bouygues Telecom, tandis que HP-OV ne contient que les équipements de type IP. Il est donc évident de s’apercevoir que HP-OV « est inclus dans » GIR. Ainsi, à l’issue d’une comparaison entre GIR et HPOV, il est normal de trouver des équipements sous GIR et non sous HP-OV. Ceci doit donc être filtré par le script.

Les correctifs apportés au script

Les correctifs du script sont nombreux. En effet, ils concernent différentes parties, et dans chacun des cas il a fallu changer le code original :

L’erreur de référence de ligne pour le remplissage du tableau « Equipements dans GIR et dans

Equipements.xls », la présentation du menu pour les nouveaux boutons,

le marquage des doublons sous GIR et HP-OV,

la remise en forme des colonnes des équipements sous HP-OV,

la création des éléments informatifs concernant les équipements sous HP-OV.

Les modifications apportées à l’outil

Les modifications de l’outils sont en corrélations avec les correctifs du scripts, car certaines parties du code VB interagissent directement sur l’affichage des colonnes et la présentation des résultats. Voici ce qui a été modifié ou ajouté :

la présentation de la feuille d’importation de HP-OV(: ajout des colonnes « type d’équipement », « domaine » et « registre », ajout de la colonne « domaine » dans la feuille de comparaison « Equipements sous GIR et HP- OV », création de la feuille « équipements sans IP » (pour filtrage), création de la feuille « Déclarer / Supprimer », réorganisation de la feuille « Statistique ».

La présentation des résultats

Les résultats sont obtenus par la feuille de statistique. En effet, elle contient une macro qui réalise un recensement de tous les équipements sous GIR et sous HP-OV. Le graphique proposé dans la feuille révèle la variation du nombre d’équipements dans le parc à différents instants (en jours). Ces résultats font l’objet d’une publication hebdomadaire : un communiqué est envoyé aux personnes concernées pour leur informé de la disponibilité du nouveau bilan sur le répertoire commun. En fonction des résultats, un certain nombre d’actions sont lancées pour corriger les éventuels défauts. Tout ceci dans le but d’obtenir une cohérence entre les différents supports.

27 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

3.1.3 La mise en place d’un indicateur La présence d’un indicateur est primordiale pour l’exploitation
3.1.3 La mise en place d’un indicateur La présence d’un indicateur est primordiale pour l’exploitation

3.1.3 La mise en place d’un indicateur

La présence d’un indicateur est primordiale pour l’exploitation du réseau. En effet, il permet de se rendre compte de l’effectif des équipements sous les référentiels, ainsi que sur les domaines RI et GPRS. Il est nécessaire que cet indicateur soit le plus proche de la réalité, car il est utilisé par le cockpit. C’est pourquoi, il est développé grâce et renseigné sur les extractions des bases.

Les tableaux

Le fichier d’audit réalise plusieurs exécutions de macro successives. En conséquence, les feuilles du fichier en sont impactées. Les informations obtenues par ces différents scripts VB vont servir à la création d’un indicateur. En effet, le tableau de la feuille « Statistique » constitue l’indicateur. Tous les supports se basent sur ce tableau pour connaître l’état des équipements supervisés. Ils s’appuient, dans le même temps, sur la liste des équipements qu’ils ont déclarés. Cet indicateur, sur simple exécution de toutes les macros, dévoile l’état de l’ensemble du réseau. Dans le compte rendu hebdomadaire, les résultats sont accompagnés d’explications. Ce qui constitue une source d’information supplémentaire. Ces explications reflètent les consultations des personnes concernées selon les référentiels et les domaines.

Les graphiques

Dans le compte rendu, on y insère également le graphe obtenu de la feuille «Stat ». Ceci permet de se rendre compte de l’historique des évolutions des équipements du parc. Ces graphes sont obtenus par un simple calcul : il s’agit de la somme des équipements en fonction de la base choisie à une date donnée. Ce chiffre est aussi enregistrée dans un grand tableau. On conserve ainsi une trace du nombre d’équipements dans le temps. On peut ainsi, analyser l’évolution à des dates antérieures.

3.2 L’optimisation du logiciel

Le logiciel d’audit, une fois terminé, est opérationnel et fiable. En outre, pour l’optimiser, il est nécessaire de revoir sa structure informatique.

3.2.1 L’optimisation du code VB

Après la réalisation des actions demandées, le script Visual Basic peut être facilement « allégé ». En effet, le logiciel, étant devenu plus complet, il est facile de retravailler les scripts de façon à réduire le temps d’exécution de la macro. On peut choisir l’exemple suivant :

initialement, le tableau des importations de HP-OV ne contenait pas la colonne « type d’équipement ». Or, il s’agit d’un critère essentiel pour la feuille de statistique, d’autre part, il pourrait être utilisé pour établir des filtres lors des comparaisons. Donc, après sa création, le logiciel d’audit s’exécute plus rapidement !

28 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

3.2.2 L’importance des résultats Hormis l’aspect programmation de l’optimisation, il existe aussi un côté «
3.2.2 L’importance des résultats Hormis l’aspect programmation de l’optimisation, il existe aussi un côté «

3.2.2 L’importance des résultats

Hormis l’aspect programmation de l’optimisation, il existe aussi un côté « feed- back » des résultats. En effet, les résultats obtenus déterminent l’efficacité du fichier d’audit. La cohérence des résultats est sa pertinence. De plus, ceux-ci sont repris par les équipes Supports. Ce qui permet de mieux prendre en compte les changements pour adapter le logiciel.

29 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

CONCLUSION Effectuer un stage dans une entreprise renommée, comme BOUYGUES TELECOM, a été une véritable

CONCLUSION

CONCLUSION Effectuer un stage dans une entreprise renommée, comme BOUYGUES TELECOM, a été une véritable opportunité

Effectuer un stage dans une entreprise renommée, comme BOUYGUES TELECOM, a été une véritable opportunité personnelle et professionnelle. J’ai reçu un très bon accueil de la part des collaborateurs BOUYGUES TELECOM. Ils m’ont permis de m’intégrer rapidement et ont contribué à mon enrichissement.

Il m’a été confié au sein de la DOR, dans le service QoS, de conduire un projet de développement dans le cadre de la gestion d’un réseau informatique et GPRS d’envergure nationale. Me confier la finalisation et l’optimisation d’un outil d’audit permettant d’améliorer la qualité du service rendu aux clients et aux collaborateurs de BOUYGUE TELECOM était pour moi un enjeu important. Pour mener à bien la mission confiée, j’ai dû, tout d’abord, découvrir le fonctionnement du réseau GSM, la manière de l’exploiter et la manière de le superviser. La compréhension de la supervision du réseau au « cockpit » m’a permis de cibler les difficultés rencontrées par les contrôleurs des domaines RI et GPRS et d’assimiler le processus de gestion des incidents. Ensuite, j’ai du étudier le fonctionnement des deux outils de supervision GIR et HP-OV. Cette étude m’a permis par la suite de comprendre le mode d’extraction des listes des équipements. Je connaissais déjà le langage de programmation Visual Basic pour Application (VB), et je m’en suis servi afin d’optimiser le fichier d’audit pour les importations, les traitements et les comparaisons de ces listes. Ces étapes ont permi d’obtenir une liste fiable et officielle des équipements présents sur le réseau BOUYGUE TELECOM et de créer un indicateur permettant de tracer le contenu et les variations des bases GIR et OSS_IP. L’outil d’audit a d’une part l’avantage pour l’entreprise d’être simple, convivial et de ne pas nécessiter de maintenance et d’autre part le résultat de l’audit permettra aux contrôleurs de déclencher plus rapidement les interventions des techniciens pour la totalité des équipements du réseau.

Ce stage m’a permis de conduire un projet utile à la gestion du réseau, de mettre en pratique mes connaissances informatiques mais aussi d’avoir une vision fonctionnelle d’un réseau GSM et d’entreprise. De plus, j’ai pu approfondir mes connaissances de base du langage Visual Basic pour Application, étudier l’organisation du réseau BOUYGUES TELECOM et découvrir les différents équipements qui le composent ainsi que leurs spécificités.

Enfin, ce stage m’a permis d’avoir une vision pratique du fonctionnement et de l’exploitation d’un réseau de télécommunication. J’ai en effet pu côtoyer quotidiennement l’univers du centre d’exploitation et de maintenance du réseau Bouygues Telecom. J’ai ainsi été amené à travailler dans le cadre de ce stage avec les différents services de la DOR ( les équipes d’exploitation et les supports techniques). En outre, j’ai participé aux différentes réunions du Working Group, aux différentes déclarations, suppressions ou modifications des équipements dans

tous les référentiels.

service et d’exploitant réseau. J’ai aussi eu l’occasion de me rendre à plusieurs reprises au Cockpit, permettant de voir concrètement le déroulement de la supervision du réseau GSM et GPRS. En cela, ce stage représente une expérience particulièrement enrichissante et m’a conforté dans l’idée de poursuivre ma formation dans le secteur des télécommunications.

Ce qui m’a permis de me faire une idée plus précise du travail de qualité de

30 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Bibliographie http://www.visualbasic.net/ http://www.bouygues.fr/ http://www.art-telecom.fr/ Sites Internet: Sites

Bibliographie

http://www.visualbasic.net/

http://www.bouygues.fr/

http://www.art-telecom.fr/

Sites Internet:

http://www.art-telecom.fr/ Sites Internet: Sites Intranet: http://wooby/ http://webdor/

Sites Intranet:

http://wooby/

http://webdor/

Cours personnels de Réseaux et de Transmission

Cours personnels sur la programmation en Visual Basic

Documentations extraites des livres sur la programmation en VBA de la bibliothèque universitaire de Vélizy

31 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Lexique Les départements : DOR : Direction Opérations Réseaux OCR : Opération Contrôle Réseau QoS

Lexique

Les départements :

DOR : Direction Opérations Réseaux OCR : Opération Contrôle Réseau QoS : Quality of Service OSD : Opération Support Data SPS : Support Services et Gestion des Changements ERM : Méthodes Maintenance Régionales OPR : Support BSS (Radio) OPC : Support NSS (Commutation) OPT : Support Transmission et SIR SIR : Système d’Information Réseau SN1 : Support Niveau 1 SN2 : Support Niveau 2 OPS : Opération Support

Les technologies :

GIR : Gestion des Incidents Réseaux HP-OV : Hewlett Packard – Open View GSM : Global System Mobile GPRS : General Packet Radio Services RI : Réseau Informatique TT : Trouble Ticket GGSN : Gateway GPRS Support Node SGSN : Service GPRS Support Node IT : Instruction Technique SMS : Short Message Services VB : Visual Basic

Technique SMS : Short Message Services VB : Visual Basic 32 Nordine BESSAD – Institut Universitaire

32 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

ANNEXES: Code Visual Basic du fichier d’audit: Cf. manuel du code VB pour le fichier

ANNEXES:

Code Visual Basic du fichier d’audit:

ANNEXES: Code Visual Basic du fichier d’audit: Cf. manuel du code VB pour le fichier d’audit

Cf. manuel du code VB pour le fichier d’audit GIR/HP-OV

Architecture fonctionelle d’un réseau GSM

GIR/HP-OV Architecture fonctionelle d’un réseau GSM Infrastructure des réseaux GSM Le GSM définit 3

Infrastructure des réseaux GSM

Le GSM définit 3 sous-sytèmes au sein d’un réseau :

-

Le sous-sytème radio (BSS), qui regroupe les fonctions spécifiques à l’environnement cellulaire du GSM ; il est en contact direct avec les stations mobiles.

33

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

- Le sous-système réseau (NSS), qui regroupe les fonctions de communication du réseau ; il
- Le sous-système réseau (NSS), qui regroupe les fonctions de communication du réseau ; il

- Le sous-système réseau (NSS), qui regroupe les fonctions de communication du réseau ; il est en contact d’une part avec le BSS et d’autre part avec les autres réseaux de télécommunication.

- Le sous-sytème d’exploitation et de maintenance du réseau constitue le 3 e sous-sytème.

I – Le Sous-Système radio (BSS : Base Station Sub System)

? assure les transmissions radioélectriques et gère la ressource radio

a) La station mobile (le téléphone portable)

La station mobile est constituée du téléphone portable à proprement parler mais aussi d'une carte appelée carte SIM (Subscriber Identity Module), qui est indispensable pour accéder au réseau. Cette carte contient, sur un microprocesseur, les informations personnelles de l'abonné. Ce dernier peut donc, par insertion de la carte SIM dans n'importe quel téléphone portable, recevoir des appels, en donner et avoir accès à tous les services qu'il a souscrit.

Le téléphone portable est identifié par le numéro IMEI (International Mobile Equipment Identity). La carte SIM, elle, contient le numéro IMSI (International Mobile Subscriber Identity), mais aussi une clé secrète pour la sécurité, ainsi que d'autres informations. Les numéros IMEI et IMSI sont indépendants, ce qui permet la séparation du téléphone portable et de l'utilisateur (le téléphone portable et l'utilisateur sont ainsi totalement indépendants). De plus, la carte SIM protège l'abonné des connections frauduleuses par l’introduction d’un numéro d'identité personnel (code PIN) lors de l’accès au réseau.

b)

La station de base (BTS : Base Transceiver Station)

-

La BTS est un ensemble d'émetteurs-récepteurs (= relais radio-électriques). Elle a la charge de la transmission radio (modulation, démodulation, codage correcteur d'erreurs, multiplexage…).

-

Elle réalise aussi les mesures de puissance d'émission des MS. Ces mesures servent à réguler la puissance d'émission des mobiles; elles sont transmises au BSC pour être exploitées.

-

La BTS gère la couche liaison de données pour l'échange de signalisation entre les mobiles et l'infrastructure.

-

Enfin, elle gère la liaison de données avec le BSC afin d'assurer la fiabilité du dialogue.

c) Le contrôleur de station de base (BSC : Base Station Controller)

Il est l'organe intelligent du BSS:

-

il gère les stations de bases: allocation et gestion des ressources radio, reconfiguration des BTS en cas de nécessité en mettant à jour les paramètres système.

-

il exécute des procédures de maintien des communications: traitement des mesures effectuées par MS et BTS pour contrôler leurs puissances d'émission, décision de l'exécution des Hand Over ? gestion des transferts de communication intercellulaire (lorsque la qualité de la communication devient inférieure à un seuil critique, en particulier lorsque la station mobile s’éloigne de la BTS).

-

Enfin, il réalise une concentration des circuits vers le centre de commutation (MSC).

d)

Les transcodeurs :

Sur l'interface radio, la voix est codée sur 13 kbits/s. Or, le réseau fixe gère des circuits de parole de 64 kbits/s. Il faut donc réaliser dans le réseau un transcodage 13-64 kbits/s. Afin d’économiser les circuits de parole, il est logique de transcoder le plus tard possible, c'est à dire le plus près possible du MSC. Aussi, les transcodeurs sont généralement placés physiquement à coté du MSC, mais font fonctionnellement partie du BSC.

II – Le Sous-Système réseau (NSS : Network Sub System)

?

regroupe toutes les fonctions de routage et de communication

a)

34

Le centre de commutation du service mobile (MSC: Mobile services Switching Center)

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

? Il agit comme un commutateur classique de réseau numérique auquel on a ajouté les
? Il agit comme un commutateur classique de réseau numérique auquel on a ajouté les

? Il agit comme un commutateur classique de réseau numérique auquel on a ajouté les fonctionnalités nécessaires pour gérer la mobilité des abonnés.

C'est l'élément central du NSS:

-

il gère l'établissement des communications entre un mobile et un autre MSC.

-

il dialogue avec les autres entités du NSS pour répondre aux spécificités imposées par le caractère mobile des abonnés: authentification, localisation, hand over, routage.

-

il sert de passerelle : pour accéder au réseau GSM à partir du RTCP, c'est le MSC le plus proche de l'appelant qui achemine l'appel.

b)

L'enregistreur de localisation des visiteurs (VLR : Visitor Location Register)

Les fonctions du MSC et du VLR sont intimement liées. C'est pourquoi on associe souvent à chaque MSC son VLR.

Le VLR est une base de données regroupant les informations nécessaires à la gestion des mobiles présents dans sa zone notamment celles nécessaires à la numérotation, la localisation, et le type d'abonnement. Il gère plusieurs dizaines de milliers d'abonnés, ce qui correspond à une région.

c) L’enregistreur de localisation nominale (HLR : Home Location Register)

Il s’agit d’une base de données assurant la gestion de tous les abonnés. Elle contient toutes les caractéristiques d'abonnement de tous les utilisateurs du réseau GSM, leurs identités IMSI (identité internationale de l’abonné mobile) et MSISDN (numéro d’appel du portable) ainsi que les localisations des portables. Le HLR travaille en étroite collaboration avec les différents VLR, en particulier pour les mises à jour de localisation.

35 Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technologie Propriété de Bouygues Telecom – Diffusion contrôlée – Reproduction interdite

Résumé Mon stage s’est effectué dans le centre d’exploitation et de maintenance du réseau Bouygues

Résumé

Résumé Mon stage s’est effectué dans le centre d’exploitation et de maintenance du réseau Bouygues Telecom.

Mon stage s’est effectué dans le centre d’exploitation et de maintenance du réseau Bouygues Telecom. La Direction des Opérations Réseaux est en effet chargée de superviser en temps réel l’ensemble du réseau GSM (et GP RS) ainsi que le Réseau Informatique de l’entreprise. Pour ce faire, les équipes d’exploitation ont à leur disposition un ensemble de documents techniques utilisés pour la résolution des incidents pouvant survenir sur les équipements du réseau. Ces documents sont produits par des équipes chargées d’apporter un support technique aux équipes d’exploitation. L’objectif de ce stage est d’optimiser l’outil d’exploitation pour la Supervision DATA. La supervision des réseaux Data est une fonction essentielle de l’entreprise Bouygues Telecom. Cette fonctionnalité est réalisée avec deux outils : GIR et OSS_IP (HP-OV). Ces outils sont renseignés et mis à jour au fur et à mesure des évolutions. De la justesse de ces informations dépend l’efficacité de l’exploitation. Le travail à donc consisté à :

-mettre à jour le référentiel GIR des équipements, par le biais de modification de certains paramètres gérés par les supports, -mettre en place une procédure de traitement, en réalisant un tableau de comparaison et une présentation des résultats, -créer un indicateur permettant de tracer les différences entre le référentiel GIR et l’OSS_IP. L’aspect pratique de ce travail s’est soldé par un fichier d’audit opérationnel et fiable, prenant en compte l’évolution des équipements du parc.

Abstract

My training course (placement) has taken place in the working network centre of Bouygues Telecom, a French operator of mobile telecommunication. The teams in charge of the network supervision make use of technical documents in order to solve the incidents that can occur over the equipment. A staff charged to bring a technical support produces these documents. The objective of this training is to optimise the software of exploitation for the DATA network Supervision. The supervision of Data networks is an essential function of the company Bouygues Telecom. This feature is possible thanks to tools: GIR and OSS_IP (HP-OV). These tools are informed and updated according to the evolutions of the network. On the accuracy of this information depends the efficiency of the exploitation. Thus, the work consisted in:

-updating repository equipment’s GIR, by means of modification of certain parameters managed by back up teams, -setting up a treatment process, by creating a comparison array and a presentation of the

results,

-creating an indicator allowing to trace the differences between repository GIR and the OSS_IP. The practical aspect of this work ended in a file of operational and reliable audit, (which takes in consideration network’s evolutions).

37

Nordine BESSAD – Institut Universitaire de Technolo ie