Vous êtes sur la page 1sur 16
MESSAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA À SON HOMOLOGUE SAHRAOUI SOLIDARITÉ CONSTANTE Le Président de la République,

MESSAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA À SON HOMOLOGUE SAHRAOUI

SOLIDARITÉCONSTANTE

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à M. Brahim Ghali, à l’occasion de son élection, samedi dernier, secrétaire général du Front Polisario, et Président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), dans lequel il a souligné la «constante solidarité fraternelle de l’Algérie» avec le peuple du Sahara occidental.

P. 24

de l’Algérie» avec le peuple du Sahara occidental. P. 24 ÉDITORIAL SAGESSE ET DÉTERMINATION ● Lors

ÉDITORIAL

SAGESSE ET DÉTERMINATION

Lors d’une conférence de presse, tenue à

l’issue des travaux du Congrès

extraordinaire du Front Polisario qui

vient de s’achever, le nouveau Président de la

République arabe sahraouie démocratique, M. Brahim Ghali, a clairement défini les priorités du mouvement de libération qu’il dirige, après avoir adressé un message à l’occupant marocain en lui faisant savoir que l’unité du peuple est le seul garant de la continuité du combat pour l’indépendance. Sa feuille de route comprend à la fois des réformes organisationnelles et institutionnelles de manière à ce que la mobilisation soit plus grande et que toutes les composantes nationales soient présentes sur le terrain, comme elle comprend le renforcement et le rajeunissement de l’Armée de libération sahraouie, à travers la diversification de la formation et de l’instruction. Enfin, à cette préparation politique et militaire, il faudrait ajouter le volet non moins important de l’action diplomatique, d’autant plus que les succès remportés ces dernières années l’encouragent à s’investir dans ce domaine. Tout en appelant l’organisation onusienne et le Conseil de sécurité

à assumer pleinement leurs responsabilités et à

faire pression sur l’occupant marocain qui, depuis 25 ans, ne fait que saper les efforts de règlement du conflit de manière pacifique en

louvoyant et en reniant ses propres engagements

à négocier directement avec le Polisario et en

facilitant l’organisation d’un référendum d’autodétermination. Il est clair qu’en dehors de cette démarche, nulle autre n’est possible, et encore moins la fumeuse proposition «royale» de «large autonomie», dont le but évident est d’imposer au peuple sahraoui la voie de la servitude et de la soumission. Le successeur du Président Mohamed Abdelaziz, M. Brahim Ghali, est lui aussi un historique du mouvement et un homme d’une grande expérience, puisqu’il a été à la fois membre fondateur du Polisario, et un guérilléro contre les occupants (espagnol, mauritanien et marocain) et diplomate. Sage et déterminé, il a fait savoir au Roi marocain qu’il a tout intérêt à ne pas gaspiller cette chance de résoudre le conflit sans recourir aux armes, mais que le statu quo actuel n’est plus possible désormais s’il ne montre pas sa volonté d’aller de l’avant. Bien entendu, le nouveau Président sait aussi que bien rares sont les occupants qui empruntent le chemin de la raison, et c’est pourquoi il entend mobiliser toutes les énergies de son peuple en faveur de la poursuite de la lutte jusqu’au recouvrement de l’indépendance. Oui, tous les tenants de l’idée coloniale de tous les temps tablent sur le fait accompli et la fuite en avant, en croyant que la conviction de la liberté est une question de génération et qu’elle finit par s’émousser avec le temps. Grossière erreur, car ils ne font ainsi que rendre plus nécessaire le recours aux moyens extrêmes, coûteux aux uns et aux autres, générateurs de rancune et de ressentiment, mais l’esprit de la liberté finit toujours par avoir le dessus, car il se situe toujours dans le sens de l’histoire. Et l’Algérie, fidèle à elle-même parce qu’elle sait ce qu’est la liberté pour lui avoir consenti un lourd tribut, entend apporter à cette cause juste son soutien public sur tous les plans et dans tous les domaines. Et cette solidarité active avec ce peuple frère et voisin, poussé à l’exil par un occupant qui malheureusement n’est autre que notre voisin de l’ouest, est inconditionnelle et n’accepte aucun marchandage. Parce que le différend oppose deux voisins et deux frères, l’Algérie a toujours appuyé la solution pacifique et les efforts onusiens pour la tenue le plus rapidement possible d’un référendum d’autodétermination qui ouvre de larges perspectives de paix et de développement, non seulement aux peuples sahraoui et marocain, mais également à tous les peuples de la région maghrébine et du continent africain.

EL MOUDJAHID

7 Chawal 1437 - Mardi 12 Juillet 2016 - N° 15796 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

À LA VEILLE DE LA TENUE DU SOMMET DE L’UNION AFRICAINE

ENJEUXETDÉFIS

M. SELLAL REÇOIT L’ANCIEN MINISTRE DES AE DU GHANA.
M. SELLAL REÇOIT L’ANCIEN MINISTRE DES AE DU GHANA.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu, hier à Alger, l’ancien ministre des Affaires étrangères du Ghana, James Victor Gbeho, porteur d’un message au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, indique un communiqué des services du Premier ministre. Lors de cette audience, «les questions liées à la situation en Afrique et au fonctionnement des instances régionales et continentale, et ce à la veille de la tenue du sommet de l’Union africaine, prévu les 17 et 18 juillet 2016 à Kigali (Rwanda), ont été abordées». L’entretien, qui s’est déroulé en présence du ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, a concerné aussi «les questions d’intérêt commun tant au niveau régional que continental», ajoute le communiqué.

LE PRÉSIDENT DE LA CACI À NOTRE FORUM ÉCONOMIE

« Le marché africain NOTREPRIORITÉ» P. 4 Ph : Louiza
« Le marché africain
NOTREPRIORITÉ»
P. 4
Ph : Louiza

FORUM ALGÉRO-AFRICAIN D’INVESTISSEMENTS

POUR UN PARTENARIAT FÉCOND

P. 3

CAISSE DE RETRAITE

POUR UN PARTENARIAT FÉCOND P . 3 CAISSE DE RETRAITE AUGMENTATION DESDÉPENSES ● Revalorisation de 2,5%

AUGMENTATION

DESDÉPENSES

Revalorisation de 2,5% des pensions

à partir de ce mois.

P. 9

BACCALAURÉAT

BACCALAURÉAT Les résultats dès CE SOIR P. 6

Les

résultats

dès

CE SOIR

P. 6

Bouche 2 DE À Oreille EL MOUDJAHID d’El Moudjahid ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES DEMAIN À 9H30 À
Bouche
2
DE
À Oreille
EL MOUDJAHID
d’El Moudjahid
ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES
DEMAIN À 9H30 À JIJEL
M me Aïcha Tagabou demain
à Aïn Témouchent
JEUDI 14 JUILLET
« La contribution
du commissaire politique
pendant la Révolution »
M. Hamid Grine à Oran
Le Forum de la mémoire d’El Moudja-
hid, et l’association Machaâl Echahid, en
coordination avec la famille révolutionnaire
de la wilaya de Jijel, organisent, à l’occa-
sion du 54 e anniversaire du recouvrement
de la souveraineté nationale, une confé-
rence sur le thème «La contribution de
conservateur politicien pendant la Révolu-
tion», en hommage au moudjahid Amar La-
trech dit petit Amar.
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Amé-
nagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat,
chargée de l'Artisanat, M me Aïcha Tagabou, accompa-
gnée d’une délégation ministérielle, effectuera, de-
main, une visite de travail et d’inspection dans la
wilaya.
LE 16 JUILLET À 9H30
CCI : clôture de la saison
cultuelle
MÉTÉO
Le Centre culturel islamique organise la cérémo-
nie de clôture de la saison cultuelle (1436/1437 –
2015/2016), sous la présidence du ministre des Af-
faires religieuses et des Wakfs, M. Mohamed Aïssa,
le 16 juillet au palais de la Culture Moufdi-Zakaria,
à 9h30.
Le ministre de la Com-
munication, M. Hamid
Grine, effectuera, jeudi 14
juillet, une visite de travail
dans la wilaya d’Oran. Le
ministre se rendra au siège
du journal El Djoumhouria,
où il procèdera à l’inaugura-
tion du musée éponyme qui
raconte des décennies d’his-
toire de cette institution pu-
blique de presse.
Il inspectera, par ailleurs, le siège local et le centre
de formation de la radio où des travaux de finition
sont toujours en cours, avant de se rendre au siège
régional de l’ENTV, sur le même site, où des travaux
de rénovation et de modernisation sont actuellement
engagés.
rénovation et de modernisation sont actuellement engagés. DÉGAGÉ CE MATIN À 8H30 À LA RÉSIDENCE DES

DÉGAGÉ

DÉGAGÉ

CE MATIN À 8H30 À LA RÉSIDENCE DES MAGISTRATS-EL-BIAR

Jumelage institutionnel Algérie-France-Italie

Le lancement officiel du jumelage ins- titutionnel Algérie-France-Italie, intitulé «Appui au renforcement de l’administra- tion pénitentiaire en accord avec les

normes internationales pour l’amélioration des conditions de détention et de réinser- tion des détenus», organisé par la direction générale de l’administration pénitentiaire

et de la réinsertion, en partenariat avec la direction du programme du P3A et la dé- légation de l’Union européenne à Alger, aura lieu ce matin.

LES 12, 13 ET 14 JUILLET À DAR EL-BEIDA

VENDREDI JUILLET À 9H30 AU PARC 15 ZOOLOGIQUE Le temps sera généralement dégagé sur l’ensemble
VENDREDI
JUILLET À 9H30
AU PARC 15 ZOOLOGIQUE
Le temps sera généralement dégagé
sur l’ensemble des régions du pays. Pas-
sages nuageux à l’Est et au Centre.
Journée
mondiale
de l’enfant
l’occasion
de
la
Journée
Températures (maximales-mini-
males) prévues aujourd’hui :
mondiale
de
l’enfant,
seau
organise,
en
parte-
Alger (31° - 18°), Annaba (301 - 19°),
Béchar (43° - 30°), Biskra (46°- 29°),
Constantine (37° - 19°), Djelfa (37° -
21°), Ghardaïa (45° - 31°), Oran (34° -
22°), Sétif (36° - 18°), Tamanrasset (37°-
24°), Tlemcen (37° - 22°).
nariat
avec
ministère
la
Jeunesse
et
des
Sports,
le
reau
de
l’Unicef
Alger,
le
parc
À arabe de Nada zoologique
et à
d’attrac-
tions
Ben
Aknoun,
l’organi-
sation
mondiale
SOS
Village
d’enfants
de
le Draria
et
le
seau
des
droits
le et de l’en- bu- re- ré- ré- de
de
fant
Manara,
avec
la
participation
de
Sonelgaz
Naftal,
des
festivités
qui
venant de toutes les wilayas,
enfants et 100 encadreurs
groupent 600
ACTIVITÉS CULTURELLES
sous le slogan
«L’enfant d’aujourd’hui
citoyen de demain».
,
DU 13 AU 21 JUILLET À ORAN
DU 13 AU 24 JUILLET À SIDI FREDJ
Spectacles artistiques
ONCI : programme estival
Dans le cadre de
son programme esti-
val, l'Office national
de la culture et de
l'information, avec
la participation de
l'ENTV, de l'ENRS,
de l’ONDA, d’Air
Algérie et de l’En-
treprise de gestion
des hôtels de Sidi
Fredj, organise une
série de spectacles
artistiques, avec la
L’Office national de la culture et de l'information, avec
la participation de l'ENTV, de l'ENRS, l’ONDA et Air Al-
participation de grandes stars de la chanson mondiale, arabe
et algérienne :
Demain : Hasni Sghir, Cheb Khalas, Tanina.
Jeudi 14 juillet : Wafik Habib (Syrie).
Vendredi 15 juillet : Free-Kline, Tikoubaouine
Samedi 16 juillet : Dj Sem, Sultan, H-magnum, Blacko,
Azzou.
Dimanche 17 juillet :Amina Fakhat (Tunisie), Moha-
med Rouane, Selma Kouiret.
Lundi 18 juillet : Malam Madjber, Hasna Bachria,
Souad Asla.
Mardi 19 juillet : Julian Marley.
gérie, organise une série de spectacles artistiques, avec la
participation de grandes stars de la chanson au Théâtre de
plein air Hasni-Chakroun :
Demain : Sultan, Blacko, H Magnum, Karim El-Gang.
Jeudi 14 juillet : groupe Caméleon, Groupe Les Dja-
ristes.
Vendredi 15 juillet :Wafik Habib (Syrie).
Samedi 16 juillet : Amina Fakhat (Tunisie), Mohamed
Rouane, Selma Kouirette. Dimanche 17 juillet
Mercredi 20 juillet : Najwa
Karam.
Jeudi 21 juillet : Spectacle chi-
nois «La lune sur le mont du Holan».
Vendredi 22 juillet : Kadem
Saher.
Samedi 23 juillet : Nadia Baroud,
Nada Riyhane, Cheb Redouane,
Abdou Skikdi.
Dimanche 24 juillet : Amina
Zohir, Ilham Chaouia, Toufik Na-
droumi, Houari Dauphin.
: Khadem Saher (Irak).
Lundi 18 juillet :
JEUDI 14 JUILLET À 16H30
ANEP : vente-dédicace
de Kamel Bouchama
Nadjwa Karam (Liban).
Mardi 19 juillet :
Les éditions ANEP organisent
un débat, suivi d’une vente-dédi-
cace de Kamel Bouchama,
autour
de son livre Dzaïr, âme captive de
son histoire, jeudi 14 juillet à partir
Spectacle chinois «La
lune sur le mont du
Holan».
Mercredi 20 juillet
: Julian Marly (Ja-
maïque).
Jeudi 21 juillet :
de
16h30,
à la librairie Chaïb-
Malam Madjber, Hasna
Bachria, Souad Asla.
Dzaïr.

Portes ouvertes sur les Douanes

Souad Asla. Dzaïr. Portes ouvertes sur les Douanes La direction régionale des Douanes d’Alger Extérieur

La direction régionale des Douanes d’Alger Extérieur organise des portes ouvertes sous le slogan «Stratégie doua- nière algérienne dans l'économie nationale», les 12, 13 et 14 juillet au siège de la direction régionale des Douanes d’Alger Extérieur, à Dar El-Beida.

LE 19 JUILLET À L’HÔTEL EL-AURASSI

L’amélioration des soins au patient

GS1 Algeria (Association algérienne de codification des articles) organise son 6 e séminaire international por- tant sur «Les standards GS1 pour l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement et l’amélioration des soins au patient», le 19 juillet à l’hôtel El-Aurassi.

TÉLÉCABINES D’OUED KORICHE

Fermeture pour travaux du 11 au 27 juillet

D’OUED KORICHE Fermeture pour travaux du 11 au 27 juillet Les télécabines d'Oued Koriche seront mises

Les télécabines d'Oued Koriche seront mises à l'arrêt du 11 au 27 juillet, pour travaux de maintenance. Ces travaux s'inscrivent dans le cadre de l'opération lancée par l'entreprise et qui touche plusieurs régions du pays.

N ation

3

EL MOUDJAHID

FORUM ALGÉRO-AFRICAIN D’INVESTISSEMENTS

Pour un partenariat FÉCOND Ph. Billal
Pour un partenariat FÉCOND
Ph. Billal

l LA DATE OFFICIELLE FIXÉE DU 3 AU 5 DÉCEMBRE.

L a date du Forum africain d’investissements et d’af- faires, qui a été prévue ini-

tialement du 19 au 21 novembre puis reportée en octobre, vient d’être officiellement arrêtée du 3 au 5 décembre prochain. Les relations de partenariat entre les opérateurs économiques algériens et leurs ho- mologues d'une quarantaine de pays africains seront au centre de cette rencontre organisée par le Forum des chefs d'entreprise (FCE) qui se déroulera au Centre Interna- tional de Conférences (CIC), Staouéli à Alger, selon les déclara- tions du ministre d’état, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Ramtane Lamamra, lors d’une conférence de presse qui a suivi la tenue d’une réunion à huis clos, hier au siège du ministère des Af- faires étrangères, qui a regroupé entre autres les représentants des ministères de l’Industrie, du Com- merce ainsi que le président du FCE, Ali Haddad. M. Lamamra, a fait savoir que

« cette réunion des membres de ce

forum a pour but de valider la note conceptuelle (dont nous avons ob- tenu une copie en exclusivité), ar- rêter le programme et identifier les moyens à mobiliser pour réussir l'évènement qu’on veut à la hauteur des défis économiques qui doivent être relevés par les pays de l’Afrique », a-t-il souligné, ajoutant que « les organisateurs estiment que la grande manifestation écono- mique continentale à Alger dont l’objectif est de réunir ensemble les gouvernements et les entreprises, les secteurs public et privé, les pro- ducteurs et les consommateurs, les concepteurs et les réalisateurs au- tour de la problématique centrale qui est le développement du poten- tiel économique africain, et de contribuer ainsi à la mise en œuvre des décisions et du plan d’action de l’Union africaine pour l’intensifica- tion du commerce intra-africain et

sa stimulation », a-t-il encore pré-

cisé. Il a toutefois, affirmé que « le rendez-vous d’Alger se veut une opportunité de travailler ensemble pour réussir collectivement afin d’atteindre une avancée par le compter-sur-soi en vue de solutions africaines aux problèmes du conti- nent », a-t-il noté, poursuivant que

« c’est également une opportunité

pour tous les entrepreneurs, hommes d’affaires et opérateurs africains qui souhaiteraient être partie prenante dans la revitalisa- tion de l’économie africaine et en définitive, de la renaissance de notre continent ».

Renforcer les relations intra-africaines L'Algérie a d'excellentes rela- tions diplomatiques et politiques avec les pays africains, mais en économie, ces relations n'ont pas été capitalisées. La rencontre pré- vue par le FCE regroupera des di- zaines de chefs d'entreprises avec leurs homologues algériens pour hisser les relations économiques et

retisser des partenariats importants. L’Algérie doit profiter de ses

« bonnes relations » avec l'Afrique

pour créer des opportunités écono- miques, ce qui permettra aux entre-

prises nationales d'exporter vers ces pays. Il a par ailleurs, relevé que dans la note conceptuelle, « les or- ganisateurs mettent en avant l’his- toire commune des Africains, leurs souffrances et leurs combats pour

la libération », mais aujourd’hui,

pour s’affranchir totalement des in- terférences et de la dépendance

économique, ils ont besoin de

« s’ériger en force économique apte

à contribuer de façon décisive à

l’émergence du continent, les entre- prises africaines ont d’abord et

avant tout besoin de se déployer sur l’immense marché africain. Or, pour l’heure, les échanges intra- africains ne représentent que 10% du total des échanges du continent avec le reste du monde alors que le commerce intra-régional représente 70% en Europe, 50% en Asie, 22 %

en Amérique latine ». Et d’ajouter

« compte tenu du fait que le conti-

nent offre des rendements les plus élevés sur les investissements, les

possibilités d'attirer des investisse- ments, les économies africaines ont

le potentiel pour faire partie des

chaînes de valeur internationales dans le cadre des partenariats ga-

gnant-gagnant ». De son côté, le

ministre de l’Industrie et des Mines

a indiqué que l’organisation de

cette rencontre a été initiée après l’intérêt exprimé par plusieurs pays africains pour accueillir des inves- tissements et importer des produits algériens. « Aujourd’hui, nous sommes très sollicités par les Afri-

cains dans plusieurs domaines, en particulier la mécanique », a indi- qué M. Bouchouareb à ce propos. Dans ce sens, il a avancé que l’Al-

gérie deviendrait un « pôle » en

Afrique pour la firme américaine Massey Fergusson qui a une unité de fabrication de tracteurs agri- coles à Constantine. Dans ce même contexte, le ministre a cité les be- soins énormes du continent afri- cain en électrification, ce qui donne à l’Algérie une grande po- tentialité pour concrétiser des pro- jets d’investissement. Il a également annoncé la signature la

semaine prochaine de trois contrats

avec des partenaires étrangers dans le domaine du phosphate dans le- quel l’Algérie ambitionne de de- venir un grand producteur. Sur un autre volet, M. Bouchouareb a fait

savoir que la loi de finances de 2017 prévoyait des mesures visant à faciliter l’acte d’exporter, souli- gnant qu’il s’agissait d’une dé- marche de soutien globale. Kafia Ait Allouache

DÉCOLONISATION DE L’AFRIQUE

L’Algérie a été à l’avant-garde

L’Algérie a été à l’avant-garde de la lutte pour la dé- colonisation et de l’intégration du continent africain pour qu’il soit au diapason de l’évolution écono- mique mondiale, a indiqué hierà Alger le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coo- pération internationale, Ramtane Lamamra. «L’Al- gérie a été à l’avant-garde de la lutte pour la décolonisation et de l’intégration du continent afri- cain pour atteindre la prospérité en faveur de ses po- pulations», a déclaré M. Lamamra lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion prépa- ratoire à la conférence algéro-africaine sur l’inves- tissement qui aura lieu du 3 au 5 décembre en Algérie. Interrogé sur «les tentatives d’octroi, par

certains pays africains, d’une place en tant qu’ob- servateur dans les instances africaines à un prétendu lobby juif», M. Lamamra a affirmé que cette propo- sition avait été faite par le passé, mais elle a «essuyé un refus» de la plupart des pays africains. Le chef de la diplomatie algérienne a assuré, à cet égard, que la plupart des pays africains étaient «convaincus» que le continent africain et le monde arabe ont une «des- tinée commune», soulignant que cela atteste leur so- lidarité avec le peuple palestinien. «Je peux affirmer que la plupart des pays africains, à leur tête l’Algérie, restent farouchement attachés à ces convictions pour le soutien en faveur des frères palestiniens», a-t-il assuré.

TRAVAILLEURS ET VISITEURS CHINOIS

55.000 visas octroyés en

2015

L'Algérie a octroyé plus de 55.000 visas

à des travailleurs et visiteurs chinois en 2015,

a indiqué le ministre d'Etat, ministre des Af- faires étrangères et de la Coopération inter- nationale, Ramtane Lamamra. "L'année dernière, il y a eu plus de 55.000

visas qui ont été délivrés à des travailleurs et des visiteurs chinois de manière générale", a déclaré M. Lamamra lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion préparatoire

à la conférence algéro-africaine sur l'inves- tissement qui aura lieu du 3 au 5 décembre en Algérie. M. Lamamra a ajouté que "Si on

visait spécifiquement le secteur du tourisme, une réflexion est lancée par le ministère en

charge de ce secteur (

quelle mesure nous pouvons être amenés à prendre de nouvelles dispositions en matière d'octroi de visas". Il a soutenu que l'Algérie avait "la volonté de moderniser, comme c'est le cas du code de l'investissement, le cadre législatif et réglementaire en vigueur pour faire en sorte que l'économie algérienne se modernise, s'adapte aux nouvelles mutations et gagne en compétitivité". M. Lamamra a ajouté que les ambassadeurs et les consuls al- gériens avaient la possibilité, en vertu du cadre législatif et réglementaire en vigueur, d'octroyer des visas avec 2 ans de validité et entrée multiple, précisant que cela ne devrait pas constituer un handicap pour les hommes d'affaires souhaitant investir en Algérie. Il a fait savoir qu'elle l'Algérie était "dis- posée" à engager des négociations avec ses partenaires étrangers pour la suppression "pure et simple" des visas pour les passeports diplomatiques de service ou pour l'ensemble des documents de voyage de passeport.

voir dans

)

pour

La Chine souhaite renforcer sa coopération

Le représentant spécial du ministre chi- nois des Affaires étrangères, Wu Sike, a in- diqué à Alger que sa visite en Algérie entrait dans le cadre de l’échange de vues entre les deux parties pour le renforcement de la coo- pération bilatérale dans les domaines poli- tique, économique et sécuritaire. « Ma visite en Algérie entre dans le cadre de l’échange de vues entre les deux parties sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale dans les domaines politique et économique mais aussi sécuritaire y compris la lutte antiterro- riste », a déclaré le responsable chinois à la presse à l’issue de ses entretiens avec le mi-

nistre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra. Le monde est confronté au- jourd’hui à de multiples défis, dont la lutte contre le terrorisme, a-t-il dit, soulignant l’importance du renforcement de la coopéra- tion dans ce domaine. M. Wu Sike a souligné

« la coopération » entre l’Algérie et la Chine

pour le règlement « politique » des diffé- rentes questions posées aux niveaux régional et international. Le responsable chinois s’est, par ailleurs, félicité des « relations historiques privilé- giées » entre les deux pays, rappelant « les contacts bilatéraux et les visites échangées entre les deux parties à tous les niveaux ».

SESSION DU DIALOGUE STRATÉGIQUE BILATÉRAL À MOSCOU

Confirmer le RÈGLEMENT POLITIQUE des conflits

La première session du dialogue straté- gique bilatéral sur les questions politiques et sécuritaires entre l’Algérie et la Fédération de Russie, s'est tenue hier à Moscou sous la co- présidence du ministre des Affaires maghré- bines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, et Ev- gueny Loukyanov, responsable des relations internationales au Conseil de sécurité de la Fé- dération de Russie. La tenue de cette session est venue compléter les mécanismes déjà mis en place par les deux pays dans le cadre de la concertation et de la coordination de leurs po- sitions sur les questions régionales et interna- tionales d’intérêt commun. Les deux parties se sont félicitées de la tenue de la première ses- sion de ce nouveau mécanisme qui reflète la

première ses- sion de ce nouveau mécanisme qui reflète la volonté des Présidents Abdelaziz Bouteflika et

volonté des Présidents Abdelaziz Bouteflika et Vladimir Poutine de promouvoir davantage les excellentes relations bilatérales et de conforter le partenariat stratégique qu’ils entretiennent dans différents domaines. Les deux parties ont, à cette occasion, rappelé l’attachement de leurs pays aux principes de règlement politique des conflits, de la nécessité de dialogue, de non- ingérence dans les affaires intérieures des au- tres pays et de respect de la Charte des Nations unies. Dans cet esprit, les deux parties ont exa- miné les questions internationales et régionales d’intérêt commun, notamment la situation en Syrie, en Libye, au Sahara occidental, au Sahel, la lutte contre le terrorisme et le crime organisé transnational, ainsi que la cybercri- minalité. Sur toutes les questions abordées,

l’échange de vues a été profond et dense. Une convergence de vues dans le règlement poli- tique de tous les conflits dans le cadre du res- pect de la souveraineté, de l’intégrité territoriale, de l’unité des Etats et des buts et principes de la Charte des Nations unies, a été dégagée lors de cette rencontre. Dans le cadre de la lutte contre le terro- risme, les deux parties sont convenues de ren- forcer la concertation bilatérale et la coordination au niveau international pour faire face à la menace que représente ce fléau pour la paix et la sécurité internationales. Elles ont décidé de tenir la deuxième session du dia- logue stratégique à Alger, au courant du pre- mier trimestre de 2017.

N

4

ation

EL MOUDJAHID

Le prÉsiDent De La CaCi, invitÉ Du Forum ÉConomie

« Le marché africain NOTRE PRIORITÉ »

«La Chambre algérienne de commerce et d’industrie organise le déplacement d’une délégation composée d’une quarantaine d’hommes d’affaires algériens en Côte d’Ivoire, au Togo et au Bénin, et ce du 17 au 25 juillet 2016», a indiqué, hier, Mohamed Laïd Benamor, président de la CACI.

S’ exprimant au Forum écono- mie d’El Moudjahid, il a tenu à souligner que «lors

de cette visite, notre délégation sera reçue par les présidents des trois pays». Cette tournée, intitulée «West africa road show», a notam- ment pour objectif de nouer des contacts de partenariat avec des par- tenaires ivoiriens, togolais et béni- nois, d’examiner les potentialités de partenariats et joint-ventures, ainsi que la création d’une plateforme lo- gistique, comme elle permettra éga- lement, a-t-il ajouté, «aux opérateurs économiques algériens d’avoir plus de visibilité sur les pos- sibilités de placement de leurs pro- duits sur un marché porteur qui compte plus de 350 millions d’habi- tants». et de poursuivre : «Des ren- contres b2b et des visites de terrain, ainsi que des réunions avec des ac- teurs-clés du monde des affaires se- ront organisés dans chacun des trois pays.» mohamed Laïd benamor a précisé que la visite sera entamée par la Côte d’ivoire et le togo et elle sera clôturée par une visité au bénin. mettant l’accent sur le climat des affaires en algérie, il a exprimé sa pleine satisfaction quant au pro- grès de l’algérie, surtout ces der- nières années, indiquant que «cette évolution est due, notamment, aux efforts déployés par les acteurs éco- nomiques et les pouvoirs publics». il ajouté que le climat des affaires, en ce qui concerne les entreprises al- gériennes, «est encourageant, no- tamment si on le stimule par des actions fortes, comme souhaite le faire le gouvernement. il faut cesser d’être dans l’attentisme et de ne compter que sur le politique. La vie économique doit être animée par

«nous sommes dans une économie de marché où le temps joue un rôle primordial dans
«nous sommes dans une économie
de marché où le temps joue un rôle
primordial dans la croissance. Les
investisseurs qui ont bénéficié du
foncier et qu’ils n’ont pas exploité,
il faut qu’ils le cèdent à d’autres in-
vestisseurs», a-t-il soutenu.
« Les agences de notation
ne tiennent pas compte
de l’engagement
des autorités politiques »
Photos : Louiza M.

ses entreprises d’abord. C’est dans cet esprit que nous travaillons à la CaCi». s’agissant du développe- ment de l’économie régionale, le président de la CaCi a souligné que ce sont les walis qui peuvent contri- buer efficacement à la relace de l’économie régionale». «on ne peut pas créer une croissance écono-

mique régionale sans la contribution efficace des walis et acteurs écono- miques», a-t-il ajouté. Évoquant le foncier, l’invité du Forum a insisté sur le nécessité de donner plus de lé- gitimité aux walis afin de pouvoir retirer les terrains accordés à cer- tains investisseurs qui n’arrivent pas à les exploiter durant six mois.

Concernant les agences de nota- tion, le conférencier a souligné que «les analyses ne tiennent pas compte de l’engagement nouveau des autorités politiques et des opé- rateurs économiques. elles peuvent être hors sol». «si on se tient aux in- dicateurs, le pessimisme s’impose», a-t-il dit, «mais, si on croit ferme- ment que toutes les solutions sont

entre les mains des politiques, on ne fait que se focaliser sur une partie des solutions à apporter». il ajoute :

«À mon avis, je pense que les opé- rateurs économiques jouent un rôle majeur dans la crise que nous traver- sons et qu’il est tout à fait envisa- geable qu’ils prennent une part plus importante dans le plan d’émer- gence qui se dessine petit à petit.» Concernant les alertes à propos de notre Fonds de régulation des re- cettes et de notre Fonds de réserves de change, il a précisé qu’«ils ne doivent pas cacher l’essentiel, c’est- à-dire notre volonté à tous de renfor- cer nos capacités d’innovation, notre efficience productive et notre compétitivité à l’international». en ce qui concerne les grandes ré- formes lancées au sein de la CaCi, il a souligné, entre autres, l’amélio- ration des capacités d’orientation des politiques publiques par une dis- cussion et un lobbying intelligent, la sensibilisation au développement à l’international des entreprises, soit par des actions volontaires de diplo- matie économique ou par le pro- gramme de la CaCi «global business Discovery» qui amène les adhérents à se conforter directement aux marchés internationaux du monde entier. Cela, a-t-il dit, «a des effets formidables sur nos adhérents qui désormais s’engagent dans des stratégies dignes des pays émer- gents». Le président de la CaCi n’a pas manqué de mettre l’accent sur la croissance du pib, en indiquant que «celui-ci a enregistré 2.8% en 2013 et 2.8 en 2016». Quant à l’inflation, il a indiqué qu’«elle a atteint 4.1 en 2016 alors qu’en 2013 elle n’a pas dépassé 3.3%». Makhlouf Aït Ziane

seCteur minier

Un GISEMENT d’opportunités

L’agence nationale des activités minières (anam) a lancé un appel d’offres national et international pour l’adjudication de 25 sites miniers en vue de leur exploration. il s’agit de 8 sites de calcaire destinés à la production de granulats et sables concassés, de 8 sites d’argile pour produits rouges, de 4 sites de sable pour construction, de 2 sites de granite pour la production de pierres décoratives ornementales, de 2 sites de sel pour l’industrie ali- mentaire et d’un site de tuf pour les travaux publics, précise cet appel d’offre publié dimanche par voie de presse. Ces sites, ré- partis à travers 8 wilayas, s’étalent sur des superficies allant de 2 hectares jusqu’à 1.395 hectares. il s’agit des wilayas de té- bessa (6 sites), d’adrar (5), de batna (4), d’illizi (3), de ghardaïa (2), d’el-oued (2), de tamanrasset (2) et de Chlef (1). pour rap- pel, le ministre de l’industrie et des mines, abdessalem bou- chouareb, a affirmé à plusieurs reprises que le secteur des mines connaîtrait, dès 2016, une grande dynamique à travers le lance- ment de plusieurs projets visant la création d’une véritable in- dustrie minière pour contribuer à la réduction des importations dans ce domaine. selon lui, le secteur des mines génère actuel- lement une faible plus-value et se caractérise par un manque de moyens humains et matériels, une insuffisance de compétences dans les domaines de la recherche et de l’exploitation minières, un effort insuffisant des entreprises minières dans le financement de la recherche géologique et minière ainsi qu’un management globalement inefficace des entreprises publiques minières. sur le plan de l’action, une grande étude exploratoire pour mettre à jour les indices des minerais dans le sud du pays a été lancée avec l’assistance d’une expertise internationale, qui devra per- mettre de connaître le véritable potentiel minier pour affiner les axes de valorisation. il s’agira de valoriser toutes les ressources naturelles du pays autant pour les besoins de l’industrie nationale que pour l’exportation, avait avancé le ministre, qui a soutenu que l’exportation à l’état brut des minerais doit cesser. C’est dans ce sens que le gouvernement va réviser prochainement la loi sur les mines qui date de 2001 et qui a été révisée en 2014, afin de mieux valoriser les sites miniers à travers le pays, et faciliter leur exploitation via les projets d’investissement.

Campagne moissons-battage

Résultats ENCOURAGEANTS

« La production céréalière pour la campagne moissons-battage de cette

année connaîtra une légère baisse»,

a annoncé le ministre de l’agricul-

ture, du Développement rural et de la

pêche, abdesslam Chelgham, hier, à

l’issue de la visite de travail et d’ins- pection qui l’a mené dans la wilaya de Constantine. s’exprimant lors d’un point de presse tenu au niveau de la forêt ré- créative d’el-meridj, le ministre, qui

a imputé cette baisse à la sécheresse

exceptionnelle ayant sévi cette année, notamment dans la région ouest du pays, a tout de même tenu à être rassurant : «Les résultats obte- nus restent quand même encoura- geants.» selon lui, les priorités de son département sont «la résorption

des terres en jachère ainsi que la lutte contre la dégradation des terres agri- coles». pour cela, le ministère s’ins- crit dans la continuité des efforts entrepris par l’État afin d’encourager la production agricole, que celle-ci soit destinée aux besoins locaux ou

à l’exportation . «notre stratégie ne doit aucune- ment rester figée. il faut consolider les acquis de ces dernières années, le secteur affichant une croissance moyenne de 5%, et voir dans quelle mesure on peut apporter les correc- tifs nécessaires afin de continuer sur cette lancée», a-t-il notamment sou- tenu. Le premier point de la tournée du ministre a été l’institut techniques

de la tournée du ministre a été l’institut techniques des grandes cultures (itJC) du Khroub, se

des grandes cultures (itJC) du Khroub, se trouvant au niveau de la ferme pilote d’el-baâraouia. sur place, abdesslam Chelgham a assisté à une présentation du secteur au ni- veau local, notamment en ce qui concerne l’exploitation des terres en jachère, qui représentent 35% de

l’ensemble des terres agricoles, de même que les énormes potentialités que recèle la wilaya en termes de cé- réaliculture, avec une production avoisinant les 900 quintaux par hec- tare pour cette saison (jusqu’au 10 juillet). sur ce dernier point, le mi- nistre a déclaré, s’adressant aux ca- dres de l’iJtC, que son département comptait sur la wilaya de Constantine «un pôle agricole d’excellence», afin d’approvisionner

les autres régions du pays en diffé- rents produits, et n’a pas manqué d’exhorter les responsables locaux, de même que les différents interve- nants du secteur, à «multiplier les ef- forts, parce que la wilaya n’en est qu’à 50% de son potentiel, et que l’algérie se trouve à une étape char- nière qui demande la mobilisation de toutes les bonnes volontés afin de re- lever le défi et permettre un dévelop- pement agricole durable». La délégation s’est par la suite rendue au niveau d’une exploitation agricole privée de 98 hectares, située dans la commune d’aïn abid, et spé- cialisée dans les céréales, les arbres fruitiers et l’élevage ovin et bovin, avant de faire un crochet par le siège de la Coopérative des céréales et lé- gumes secs (CCLs), sise à Khroub, où m. Chelgham s’est vu exposer le projet de réalisation d’un dock silo d’une capacité de 500.000 quintaux, dont le taux d’avancement des tra- vaux a atteint les 55 %, et lequel de- vrait permettre, à moyen terme, de résoudre de manière définitive le problème de stockage d’une récolte annuelle oscillant entre 1.2 et 1.5 million de quintaux. avant de se ren- dre au niveau de la forêt d’el-meridj, la délégation a fait un crochet par le Complexe moteurs-tracteurs d’oued Hamimime, au niveau duquel sont produits, depuis 2013, des tracteurs de la marque américaine massey Fergusson.

Issam Boulksibat

mardi 12 Juillet 2016

N

CONSEIL DE LA NATION
CONSEIL DE
LA NATION

ation

5

EL MOUDJAHID

Contester les prérogatives du Président de la République « une attitude inacceptable »

Président de la République « une attitude inacceptable » Le président du Conseil de la nation,

Le président du Conseil de la nation, Abdel- kader Bensalah, a affirmé que contester les pré- rogatives du Président de la République concernant la désignation au titre du tiers pré- sidentiel au sein du Conseil de la nation «est une transgression de la Constitution», estimant qu’il s’agit d’une «attitude inacceptable, voire immorale». Intervenant à la reprise des travaux du Conseil, M. Bensalah a précisé que les dési-

gnations au titre du tiers présidentiel au sein du Conseil de la nation entrent dans le cadre des prérogatives constitutionnelles «exclusives» du Président de la République (article 118) qui a «le pouvoir de choisir la personne qu’il estime digne d’être nommée et quand doit se faire cette nomination». «Les propos désobligeants et les jugements dépourvus d’objectivité auxquels re- courent certaines plumes pour s’attaquer à l’institution et à ses membres (sans droit) im- posent de rappeler à leurs auteurs la nécessité de respecter les règles de la déontologie de la profession et les clauses régissant la liberté d’expression». Après avoir souligné que son institution accepte la critique, M. Bensalah a insisté sur la nécessité que cette critique ne se transforme pas «en prétexte pour émettre des jugements non objectifs, impertinents, voire of-

». Il a indiqué en outre que ces juge-

ments «sont une atteinte à la liberté d’opinion, même avant d’atteindre les personnes visées», ajoutant que «les écarts de langage qui vont souvent jusqu’à la diffamation et l’offense sont en fait des comportements qui nuisent à la cul-

ture de la différence et à la liberté d’expression,

voire à la pratique démocratique

occasion, M. Bensalah a annoncé que son ins- titution a finalisé les dispositions relatives à la validation de la qualité de membre d’Amar Ghoul, désigné au titre du tiers présidentiel, soulignant que la désignation au Conseil de la nation est un honneur, mais elle implique sur- tout des obligations. La désignation au sein du Conseil de la na- tion constitue, «en réalité et dans les faits, une mission pour consentir des efforts et apporter un plus au travail de l’institution», a souligné M. Bensalah, précisant que «lorsque le Prési- dent de la République donne sa confiance à la personne qu’il honore par la désignation en tant que membre du Conseil de la nation, celle-ci a la responsabilité d’apporter une plus-value et mettre son expérience personnelle au service de cette institution». Par cette désignation, «le concerné est appelé à poursuivre son engage- ment au service de l’État et à renforcer les ef- forts consentis par les collègues au sein de cette institution au fil des ans à l’appui des ef- forts qualitatifs de ses membres (élus et dési- gnés)», a estimé M. Bensalah. Pour lui, «c’est cette diversité dans le mode de sélection des membres de l’institution indépendamment de leurs obédiences et de leurs spécialités profes- sionnelles et la richesse de leurs expériences personnelles qui, associées à leurs efforts sin- cères au sein de l’institution, ont conféré au Conseil de la nation et à sa composante hu- maine le poids, la place et la crédibilité dont il jouit». «Ces faits sont connus de tout un cha- cun, mais, malheureusement, certains ne par- tagent pas cette vision et cette conviction ( ), et s’attachent à les contredire en avançant des jugements infondés et dépourvus de toute ob- jectivité à l’encontre de cette institution et de ses membres».

». À cette

fensants

ARMÉE NATIONALE POPULAIRE

Au-dessus des ENJEUX politiques

Le Conseil de la nation a repris, hier matin, ses travaux présidés par M. Abdelkader Bensalah, président, lors d’une séance plénière consacrée à la présentation au débat général de trois textes de loi, en présence du ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, et de la ministre des Relations avec le Parlement, Ghania Eddalia.

En effet, le texte de loi modifie et complète l’ordonnance du 9 décembre 1976 portant statut des officiers de réserve a été complété par deux articles 15 bis et 15 ter qui prévoient respecti- vement que tout manquement au devoir de na- ture à porter atteinte à l’honneur et au respect dus aux institutions de l’État constitue un ou- trage et une diffamation, et peut faire l’objet, à l’initiative des autorités publiques, de retrait de la médaille d’honneur, de plainte auprès des ju- ridictions compétentes conformément aux dis- positions légales en vigueur. En outre, il est prévue que le militaire de carrière admis à ces- ser définitivement son activité au sein de l’ar- mée et versé dans la réserve, qui manque gravement au devoir de retenue et de réserve, encoure la rétrogradation dans le grade. À rele- ver que la rétrogradation dans le grade n’a pas d’effet sur les droits versés aux intéressés au titre de la retraite. Plus précisément, le projet de loi qui complète l’article 2 de l’ordonnance en question stipule, dans son nouvel article 15 bis, que «le militaire de carrière admis à cesser dé- finitivement son activité au sein de l’armée et versé dans la réserve, exerce librement les droits et libertés que lui confèrent les lois de la République. Il reste, cependant, astreint à un de- voir de retenue et de réserve».

L es travaux se sont poursuivis par la pré- sentation au débat général du projet de loi modifiant et complétant l’ordon-

nance N° 76-11-112 du 9 décembre 1976 por- tant statut des officiers de réserve et celui complétant l’ordonnance N°06-02 du 28 février 2006 portant statut général des personnels mi- litaires. La séance s’est déroulée en présence de la ministre des Relations avec le Parlement qui a exposé les motifs des deux textes de loi.

Statut des officiers de réserve :

« Devoir de retenue et de réserve »

Dans son exposé des motifs du premier pro- jet de loi relative au statut des officiers de ré- serve, la ministre des Relations avec le Parlement a indiqué que le texte de loi a pour objet de modifier et de compléter l’ordonnance de 1976 en insérant deux nouveaux articles au sujet des militaires versés dans la réserve, ajou- tant que les nouvelles mesures introduites met- tent en place un nouveau dispositif judiciaire dissuasif, impératif et gradué qui consacre le devoir de réserve à l’égard des militaires de car- rière versés dans la réserve, un devoir auquel ils resteront astreint après toute la durée de leur cessation d’activité.

Dans son exposé des motifs du projet de loi, le ministre de la Jus- tice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a rappelé que le texte s’ins- crit dans le prolongement de l’or- ganisation des diverses professions et spécialités des auxiliaires de jus- tice qui occupent une grande im- portance dans le processus global de la réforme du secteur tant elles constituent une interface et un contact de proximité avec le ci- toyen, en particulier, et les justi- ciables, en général. C’est dans cette même philosophie d’adapta- tion et de mise à niveau des textes des loi, que le législateur a pro- cédé à la modification du cadre ju- ridique régissant les professions d’avocat, d’huissier de justice et de notaire, et, bien entendu, l’actuel projet de loi portant organisation de la profession de commissaire- priseur, une profession instituée par l’ordonnance N° 96-02 du 10 janvier 1996. Au chapitre de l’organisation, de l’inspection et du contrôle, le projet de loi qui vient adapter la lé- gislation du secteur aux mutations économiques et sociales nationales institue un conseil supérieur, pré- sidé par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, pour toutes les questions d’ordre général relatives

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a affirmé que l'élargissement des missions du commissaire-priseur induira «des charges supplémentaires» pour le trésor public. En réponse aux questions des membres du Conseil de la nation, lors du débat qui a suivi la présentation du projet de loi portant organisa- tion de la profession de commissaire-priseur, M. Louh a indiqué que «ce texte défini avec précision les prérogatives de cette catégorie»,

L’article ajoute que «dans cette position, tout manquement au devoir de nature à porter atteinte à l’honneur et au respect aux institu- tions de l’État, constitue un outrage et une dif- famation, et peut faire l’objet, à l’initiative des autorités publiques, de retrait de la médaille d’honneur, et de plainte auprès des juridictions compétentes, conformément aux dispositions légales en vigueur». Au chapitre de l’article 15 ter, le texte de loi précise, pour sa part, que «le militaire de car- rière admis à cesser définitivement son activité au sein de l’armée et versé dans la réserve qui manque gravement au devoir de retenue et de réserve encoure la rétrogradation dans le grade». À relever que la rétrogradation dans le grade n’a pas d’effet sur les droits versés aux intéressés au titre de la retraite. Le projet de loi énonce également des clari- fications, en précisant, dans son article 3, que «l’expression officier de l’armée de l’active» est remplacée dans l’ensemble des dispositions de l’ordonnance N°76-112 du 9 décembre 1976 par l’expression «officier de carrière». Quant à l’article 4, il est énoncé que «l’expression offi- cier de réserve» est remplacée dans l’ensemble des dispositions de l’ordonnance par l’expres- sion «officier versé dans la réserve».

des commissaires-priseurs, comme il est institué une commission na- tionale de recours, en charge de statuer sur les recours contre les décisions des conseils de disci- pline. Le texte de loi pour lequel deux interventions des membres parle- mentaires du Conseil de la nation se sont prononcés vient réviser l’ordonnance de 1996, une refonte de la loi rendue nécessaire par le développement social et écono- mique du pays, a pour objectif de permettre à cette catégorie d’auxi- liaires de justice de contribuer avec énergie et efficacité à l’administra- tion d’une justice de proximité, crédible et à la portée de tout le monde. Dans son rapport prélimi- naire, la commission permanente du Conseil de la nation chargée des affaires administratives, juridiques et des droits de l’homme a valorisé les nouvelles dispositions intro- duites à la loi de 1996, considérant que le cadre juridique établi dans le projet de loi permettra de donner une nouvelle dynamique à la pro- fession, pour contribuer, à l’instar des autres professions d’auxiliaire de justice, et apporter sa plus-value à la bonne marche de la société au plan économique et social du pays. Houria Akram

fonctions, contrairement au commissaire-pri- seur», ajoutant que les nouvelles dispositions contenues dans ce projet de loi prévoient la «possibilité pour les services des douanes ou autres de recourir, en cas de nécessité, aux commissaires-priseurs». Les interventions des membres du Conseil de la nation se sont axées sur la possibilité d'élargir les prérogatives du commissaire-priseur.

Élargissement des prérogatives du commissaire-priseur

Ph : Nacera I.
Ph : Nacera I.

à la profession, avec l’institution

d’une Chambre nationale et des Chambres régionales jouissant de la personnalité morale qui veille à

mettre en œuvre toute action visant

à garantir le respect des règles

d’usage de la profession. C’est dans ce cadre que le ministre de la Justice a insisté hier sur les aspects liés à l’inspection et au contrôle, en affirmant que le texte de loi qui donne à l’État, par l’intermédiaire du ministère de la Justice, le droit de contrôler l’office de commis- saire-priseur pour garantir l’amé- lioration de ses services, prévoit un ensemble de mesures dont la fina- lité est directement liée à la protec-

tion du commissaire-priseur et de son office. Tayeb Louh a par ail- leurs mis l’accent sur les missions qui visent à promouvoir la profes- sion par le suivi permanent des of-

fices et veillent à la conformité de leur activité avec la législation en vigueur et le code de déontologie. Au niveau de la discipline, le texte de loi institue au niveau de chaque chambre régionale, un conseil de discipline que préside le président de la chambre en question. Ce conseil est saisi selon les mis en cause dans l’action disciplinaire, par le ministre de la Justice, le pro- cureur général compétent ou le président de la Chambre nationale

M. Tayeb Louh « Des charges supplémentaires »

soulignant que l'élargissement de ces préroga- tives induira «des charges supplémentaires» pour le Trésor public. «D'autres secteurs, à l'ins- tar des Douanes, sont habilités à procéder à la vente aux enchères des biens publics, et, par conséquent, le transfert de cette mission aux commissaires-priseurs induira pour l'État des dépenses supplémentaires», a précisé le minis- tre. Il a indiqué que l'agent public ou douanier «assume cette mission dans le cadre de ses

CONSEIL DE L’ARAV

Examen de plusieurs projets de décret

Le Conseil de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) a tenu une réunion por- tant sur de nombreux points en relation avec l’action de l’ARAV en plus de l’examen de plusieurs projets de décrets proposés par le gouvernement au Conseil pour « avis et enri- chissement », indique un communiqué de cette instance. « Le Conseil de l’ARAV a tenu, hier, dans le cadre ses activités ordinaires une réunion sous la présidence de Zouaoui Benhamadi en présence de tous les membres pour débattre de plusieurs points relatifs à la création et au fonc-

de plusieurs points relatifs à la création et au fonc- tionnement de l’instance », selon le

tionnement de l’instance », selon le communi- qué. Le Conseil « a largement débattu de plu- sieurs projets de décrets proposés par le gou- vernement au Conseil pour avis et enrichissement », ajoute la même source. Au terme de cette réunion, le président et les mem- bres de l’ARAV ont effectué une visite au cen- tre téléport de Bouchaoui (Alger) relevant de l’Entreprise nationale de Télédiffusion d’Al- gérie (TDA) pour « s’enquérir des moyens techniques dont dispose le centre et les facilités qu’il assure ».

Mardi 12 Juillet 2016

N

6

ation

EL MOUDJAHID

Baccalauréat

Les résultats dès CE SOIR

Les correcteurs ont même travaillé les jours de l’Aïd, et le processus de compilation des résultats du baccalauréat a dépassé 95% pour la plupart des centres de regroupements régionaux.

L es résultats définitifs de l’examen du baccalauréat devraient être dévoilé dès aujourd’hui par le ministère de l’Edu-

cation nationale, a-t-on appris, hier auprès du ministère de l’Education, sachant que plus de 800.000 candidats se sont présentés à la ses- sion ordinaire, et 550.000 à la session par- tielle. ceux-ci seront on mesure de consulter les résultats par le biais du site de l’Office na- tionale des examens et concours, site :

www.onec.dz l’annonce des résultats, selon la même source, comprendra l’ensemble des candidats des deux sessions, ordinaire et extraordinaire, et la publication des résultats à l’avance, va s’effectuer sur ordre de la ministre de l’Edu- cation, M me Nouria Benghebrit, a-t-on appris, « après l’instruction que nous avons reçue du ministère, nous avons fait en sorte de finir les corrections et le calcul des moyennes avant la date impartie par la tutelle et qui est fixée au 15 juillet, date de l’énoncé des résultats », a fait savoir notre source, tout en affirmant que la plus grande partie des formalités de cet exa- men national, a été belle et bien achevée avant l’aïd al-Fitr. l’on apprendra également que, contraire- ment aux sessions précédentes, les résultats obtenus par les candidats à l’examen du bac- calauréat dans les filières scientifiques ont en- registré une nette amélioration cette année et cela d’après le constat fait par les enseignants correcteurs. le même responsable affirme que les can- didats à l’examen du baccalauréat dans les fi- lières scientifiques ont obtenu d’excellents résultats « 20% ont obtenu des notes au-des- sus de 15/20 », a-t-il dit. le plus surprenant est que les résultats ob- tenus par les candidats dans les filières litté- raires varient entre moyenne et faible, dans les langues étrangères, dont la langue fran- çaise, où 45% seulement des candidats ont obtenu des résultats au-dessus de la moyenne. D’autre part, la ministre de l’Education, Nouria Benghebrit, a affiché sa satisfaction, par rapport au déroulement de l’année sco- laire, en dépit des tentatives de déstabilisation du secteur. « l’année scolaire qui vient de se terminer a été quelque peu mouvementée. Sauf que, malgré toutes les tentatives de dé- stabilisation du secteur de l’éducation, la fa- mille éducative a réussi à relever le défi, celui d’organiser un baccalauréat partiel en un temps record de 15 jours », s’est-elle félici- tée. la progression des résultats des élèves, selon le ministère de l’Education, est due à la stabilité dans le secteur, suite à la signature de la charte d’éthique et de la stabilité, mais aussi aux efforts engagés par la tutelle depuis la

mais aussi aux efforts engagés par la tutelle depuis la rentrée scolaire pour l’amélioration de l’en-

rentrée scolaire pour l’amélioration de l’en- seignement des matières scientifiques.

Réunion de la commission mixte pour la reforme du baccalauréat

Par ailleurs, et pour ce qui concerne la fa- meuse décision prise, de procéder à une pro- fonde réforme de cet important examen national, le ministère a annoncé hier, la tenue de la réunion de la commission mixte, com- posée de représentants du ministère de l’Edu- cation nationale et de partenaires sociaux. une rencontre qui sera sanctionnée par un communiqué portant sur la réforme de l’exa- men du baccalauréat. le communiqué sera, par la suite, présenté

à l’atelier national consacré à la réforme des

épreuves du Bac prévu jeudi prochain, où plu- sieurs propositions sur ce sujet « très délicat » seront avancées dont la nécessité de réduire le nombre de jours d’examen et la manière de valoriser le travail continu des élèves. S’exprimant à ce sujet, le coordonnateur national du Syndicat national autonome des professeurs du secondaire et du technique (Snapest), Meziane Meriane, a indiqué que la réunion d’hier, la 6 e du genre, a été consacrée

à l’étude de l’ordre des priorités des proposi-

tions, qui sont au nombre de sept, relatives à la réforme du Bac. « le point essentiel dont la quasi-totalité des syndicats de l’éducation nationale sont d’accord est la réduction du nombre de jours d’examen de 5 à 3 jours avec deux matières par jour », a-t-il déclaré. Il a fait savoir qu’une réflexion a été ouverte pour trouver une solu- tion aux matières qui ne feront pas l’objet d’examen le jour J.

« Il a été proposé la prise en considération

de la fiche de synthèse de la 2 e année secon-

daire ou bien de passer ces matières une année avant », a indiqué M. Meriane.

lui emboîtant le pas, le président de la Fé- dération nationale des travailleurs de l’éduca- tion nationale relevant du Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNaPaP), laghlayadh Belamouri,

a relevé l’importance de la réduction du nom-

bre de jours des épreuves du Bac et la concen- tration uniquement sur les matières essentielles pour chaque filière. M. Belamouri

a émis le souhait de revenir au système de ra-

chat, et ce par le biais de la fiche de synthèse, pour forcer l’élève, selon ses propos, à ne pas quitter tôt les bancs d’école. le SNaPaP souligne également la néces- sité de la création de nouvelles filières à l’exemple des sciences islamiques qui exis- taient, a-t-il fait rappeler, jusqu’au 2008. Pour sa part, le président de l’union na- tionale des personnels de l’éducation et de la formation (uNPEF), Sadek Dziri a déclaré que son syndicat est pour le principe de la ré- duction du nombre de jours d’examen de 3 à 4 jours, à condition de l’instauration de deux fiches d’évaluation touchant toutes les ma- tières des 2 e et 3 e années secondaires.

« Pour nous, il est important de passer, le

jour du Bac, les matières essentielles mais avec, aussi, celles représentant l’identité na- tionale à savoir l’arabe, l’amazighité, l’his- toire et les sciences islamiques », a-t-il fait remarquer. une revendication qui fait appa- remment consensus de la part des partenaires et autres acteurs du secteur.

Sarah A. Benali Cherif

FOrMatION PrOFESSIONNEllE

Du tableau à l’établi

Des formations « à la carte » en adéqua- tion avec les besoins réels des entreprises et le marché du travail pour offrir aux nouveaux apprentis stagiaires des formations qui leur conviennent, vont être proposées incessam- ment par le secteur de la formation et de l’en- seignement professionnels de la wilaya d’alger. cette décision a été prise après qu’il eut été constaté que des formations à la carte étaient la meilleure façon de proposer des for- mations utiles pour les futures stagiaires qui pourront à l’avenir, exceller dans leur futur métier. Selon ahmed Zaghnoun, directeur de la formation et de l’enseignement profession- nels de la wilaya d’alger, cette nouvelle offre de formation a été déployée « après avoir constaté des incohérences entre les spécialités enseignées dans les centres de la formation et de l’enseignement professionnels et les mé- tiers demandés par les entreprises écono- miques. Il a ainsi été décidé d’offrir aux apprentis stagiaires des formations en adéqua- tion avec les besoins du marché du travail ». ces formations « à la carte » vont permet- tre de privilégier la mise sur pied de partena- riat entre la direction de la formation et de l’enseignement professionnels de la wilaya d’alger et les différentes entreprises écono- miques pour la concrétisation des actions de formation, selon M. Zaghnoun.

cette nouvelle orientation s’inscrit dans le cadre de la nouvelle carte pédagogique de for- mation professionnelle de la wilaya d’alger,

à l’horizon 2025, adoptée en début du mois

de mai dernier au siège de la wilaya, pour in- vestir davantage dans la ressource humaine et créer une main-d’œuvre qualifiée, afin de ré- pondre aux besoins du marché du travail et de contribuer à la relance de l’économie natio- nale. « la nouvelle carte pédagogique de for- mation professionnelle de la wilaya d’alger sera soumise jeudi prochain, au comité du conseil exécutif de la wilaya d’alger pour approbation avant son application immé- diate », a affirmé le directeur. « contraire- ment à l’ancienne, la nouvelle carte répond mieux aux exigences et demandes des entre- prises économiques et industrielles, présentes en force au niveau de la wilaya d’alger, en termes de spécialités et de qualité de la for- mation », avait également indiqué M. Zagh- noun lors d’une rencontre tenue en présence de représentants des entreprises économiques et industrielles, des directeurs des centres et instituts de la formation professionnelle, ainsi que des walis délégués de la wilaya d’alger. aussi, « après recensement des entreprises économiques implantées au niveau de la wi- laya d’alger, les besoins de chaque entreprise ont été définis, grâce à une coordination, dans le cadre de la nouvelle carte, entre les spécia- lités enseignées au niveau des centres et ins-

tituts de la formation professionnelle et les métiers demandés par les grandes entreprises économiques », a ajouté le responsable. Il faut noter que l’Etat continue à déployer tous les moyens pour assurer un système de formation performant, qui répond aux exi- gences du développement économique et so- cial en matière de qualifications et de maîtrises diverses, et à la demande d’une po- pulation jeune pour acquérir compétences et métiers et trouver un emploi. la nomenclature des spécialités de la for- mation et de l’enseignement professionnels compte actuellement 420 spécialités. « cette nouvelle nomenclature, mise au point depuis janvier 2013, a intégré les besoins en forma- tion apparus ces dernières années, mais aussi des spécialités nouvelles liées au développe- ment économique et technologique, en tenant compte des spécificités locales », avait expli- qué à la presse, le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Mohamed Mebarki. Il faut le rappeler également que la rentrée professionnelle a été marquée, en outre, par la mise en œuvre des conventions de partenariat conclues avec plusieurs sec- teurs d’activité, dont l’industrie, le tourisme et l’agriculture, dans le but de « former utile » pour l’entreprise et faciliter l’insertion profes- sionnelle des jeunes porteurs de diplômes dans ces spécialités. Mohamed Mendaci

JOurNéE MONDIalE DE la POPulatION

Un quart des Algériens âgés entre 10 et 24 ans

le ministre de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière, abdelmalek Boudiaf, a affirmé hier, que près de 10 mil- lions d’algériens sont âgés entre 10 et 24 ans. « un quart de la population algérienne (environ 10 millions) sont âgés de 10 à 24 ans, soit un taux de 24% de la population to- tale, dont 62% sont âgés entre 10 et 19 ans

avec un taux de 49 % de filles », a indiqué M. Boudiaf dans une allocution lors de la journée scientifique organisée à l’occasion de la journée mondiale de la Population, cé- lébrée le 11 juillet, et placée sous le slogan

« Investir dans les adolescents ». Il a appelé

les participants à engager une réflexion en faveur de l’investissement au profit des ado- lescents et des adolescentes, de mettre en lu- mière les défis et les obstacles auxquels fait

face cette frange de la population durant cette étape cruciale de sa vie, insistant sur les fléaux sociaux et comportementaux dange- reux comme la violence, la délinquance, le tabac, les drogues, les délits et les crimes. Il

a souligné à ce propos, que certaines pra-

tiques sociales touchaient tout particulière- ment les adolescentes, dont les mariages et grossesses précoces et la déperdition scolaire mettent fatalement en échec leur avenir, celui de leur famille et de la société tout entière. concernant le mariage précoce chez les filles, M. Boudiaf a relevé que ce dernier

laissait des traces indélébiles d’incapacités diverses tant sur le plan individuel que sur le plan social, faisant remarquer qu’il était à l’origine de la déperdition scolaire chez la fille la privant de recevoir une éducation complète lui permettant de poursuivre ses études universitaires, d’acquérir et de conserver son autonomie notamment écono- mique. les grossesses d’adolescentes ne sont pas seulement un problème de santé mais constituent un problème de développe- ment au regard de leurs conséquences qui se font ressentir tout le long de la vie des concernées et se répercutent négativement sur leur vie d’adulte en les enlisant dans la pauvreté et l’exclusion, a-t-il poursuivi. Il a ajouté également que les plus jeunes mères enceintes pour la première fois, encouraient un risque sensiblement élevé de décès ou d’invalidité maternelle, rappelant que les cas de mortalité et les décès infantiles étaient plus fréquents chez les bébés nés de mères âgées de moins de 20 ans. le ministre de la Santé, de la Population

et de la réforme hospitalière a précisé d’au-

tre part, que l’âge moyen de mariage chez les femmes était de 29,5 ans en 2013 en algérie et celui de la maternité 31,4 ans, évoquant que les données de l’enquête par grappes à indicateurs multiples (MIcS) révèlent que 3,5% des filles âgées de 15 à 19 ans ont déjà

été mariées. S’agissant de la planification fa- miliale en tant que « droit humain », il a es- timé qu’il « reste cependant d’accès limité chez les adolescentes mariées avec 28,7% en 2013 par rapport à 60% plus de 60% chez les 25-44 ans ». Enfin, il a appelé les partici- pants à cette rencontre à engager un débat réaliste et constructif autour de la probléma- tique posée en veillant à cerner les lacunes

et insuffisances, à définir les domaines d’in-

tervention prioritaire et à proposer des ac- tions et mesures pratiques susceptibles de faciliter aux jeunes d’aborder une vie d’adulte productive. Il faut rappeler, par ail- leurs que la journée mondiale de la Popula- tion (JMP), célébrée depuis 1989, a pour but d’attirer l’attention sur une problématique liée à la population. le thème choisi cette année, très évocateur, met en exergue les dif- ficiles conditions de vie qu’éprouvent les adolescentes. car, partout, elles affrontent des défis plus nombreux et plus redoutables que leurs frères. Dans de nombreux pays, une fille qui atteint la puberté est jugée par sa famille et sa communauté prête pour le mariage, la grossesse et l’accouchement. Elle peut alors être donnée en mariage et contrainte de quitter l’école. Elle peut tom- ber dans un état débilitant pour avoir donné

le jour à un enfant avant que son corps n’y

soit prêt. Elle peut se voir refuser ses droits fondamentaux. les défis et les obstacles qu’affronte une adolescente se multiplient davantage si elle est membre d’une minorité ethnique, vit dans un village et appartient à une famille pauvre. Salima Ettouahria

N

ation

7

EL MOUDJAHID

PERSONNES HANDICAPÉES

Des FACILITATIONS pour l’accès aux plages

Alors que le lancement du projet de jumelage avec l’Union européenne pour leur insertion professionnelle est prévu à la fin de cette année, les personnes handicapées en Algérie souffrent encore beaucoup en ce qui concerne l’accessibilité.

C ar force est d’admettre qu’en dépit des progrès réalisés dans ce sens, des in- suffisances criardes sont relevées dans

ce sens. Mais qu’à cela ne tienne. Au nombre de deux millions, les personnes aux besoins spécifiques pourront se réjouir de certaines nouveautés annoncées par la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, à l’occasion d’un sé- minaire organisé dimanche à Alger. Il s’agit des mesures prises en prévision

de la saison estivale et devant faciliter l'accès

à cette catégorie de la société aux plages. M me

Mounia Meslem a assuré à cet effet avoir «instruit» les directions de l'action sociale et de solidarité dans les wilayas côtières afin de veiller à l’application de cette mesure. Autre bonne nouvelle pour les personnes handicapées, le début de la concrétisation du

projet de la ville-type «amie des personnes en situation d'handicap», pris à l'initiative du ministère de la Solidarité nationale en 2015, effectif certes uniquement au niveau de la commune d'Alger-Centre en attendant sa gé- néralisation dans l’ensemble des communes de la capitale. «La première phase du projet qui com- prend 17 points allant de la Place Addis- Abeba jusqu'au quartier de Bab El Oued est désormais achevée», s’est félicitée Mounia Meslem qui a révélé que les travaux des par- ties restantes de ce projet (de la rue Didouche Mourad jusqu'au Théâtre national d'Alger) seront lancés dans les prochains jours. Ceci vient s’ajouter à d’autres «acquis» arra- chés ces derniers temps, notamment concer- nant la pension dont bénéficie cette catégorie, et cela dans le cadre du décret exécutif relatif

à l'insertion professionnelle qui prévoit de

consacrer 1% au moins des postes de travail au profit des personnes handicapées, une mesure consacrée dans le cadre de la loi de 2002, relative à la protection et la promotion des handicapés.

Ph : Nesrine T.
Ph : Nesrine T.

Toutefois, et de l’aveu même de la minis- tre, cette disposition tarde à se concrétiser sur le terrain en raison du «rythme lent» constaté dans son application. Ce qui a poussé Mou- nia Meslem à organiser prochainement, des rencontres au niveau des wilayas entre les re- présentants du secteur de la solidarité natio- nale au niveau local et les représentants des entreprises et partenaires sociaux pour la «sensibilisation» sur l'importance de la mise en œuvre de cette clause. La ministre a rap- pelé à ce sujet les politiques adoptées par l'Etat en matière d'insertion professionnelle des personnes handicapées, notamment de- puis la ratification par l'Algérie en 2009 des conventions internationales dédiées à cette catégorie et portant sur leur accès à l'emploi. Les facilitations (exonérations de la TVA) accordées pour l’acquisition de véhicules aménagés au profit des personnes aux be- soins spécifiques et contenues dans la loi de finances 2016 figurent aussi parmi les nou- veautés. D’ailleurs, un décret exécutif pour

la mise en œuvre de cette mesure est en phase d'élaboration en concertation avec les sec- teurs concernés y compris des Finances et du Commerce », a-t-elle noté en écartant en revanche une éventuelle revalorisation de la pension des handicapés, arguant que la situation financière actuelle ne le permet pas, du moins pas pour le moment. «Des aides en nature sont cependant octroyées aux personnes handicapées», a-t-elle ajouté. A rappeler que la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, avait annoncé lors de ce récent séminaire que le projet de jumelage avec l'Union européenne pour l'in- sertion des personnes handicapées dans le milieu du travail sera lancé décembre pro- chain et regroupera le ministère de la Solida- rité avec des établissements similaires dans les pays de l'UE. Il portera sur l'insertion des personnes portant un handicap dans le milieu du travail.

S. A. M.

EL- BAYADH

Mesures préventives contre la rougeole

Soixante-treize cas de rougeole, sans causer de décès, ont été enregistrés cette année dans la wilaya d’El Bayadh, en ma- jeure partie dans la commune de Kef Lah- mar, donnant lieu à une série de mesures préventives pour éviter la propagation de la maladie, a-t-on appris hier, auprès de la Di- rection de la santé et de la population (DSP). Les premiers cas ont été enregistrés à la fin avril dernier dans la commune de Kef Lahmar sur une jeune dame (25 ans) et son enfant (2 ans), avant de diagnostiquer deux autres cas en mai dernier dans la même commune chez deux enfants (2 et 14 mois), a indiqué le directeur de la santé de la wilaya, Smain Benbrahim. Soixante au- tres cas ont été signalés, entre le 11 mai et la fin juin derniers, dans les communes d’El- Bayadh, Roggasa, Bougtob et Kef Lahmar ou a été enregistré le plus grand nombre, a-t-il précisé. Une commission sa- nitaire, constituée de spécialistes, a été dé- pêchée du ministère de tutelle au mois de juin dernier pour évaluer la situation, iden- tifier les causes de l’apparition de ces cas, et s’enquérir des principales mesures pré- ventives adoptées, selon le même responsa- ble. Les membres de la commission ont recommandé le respect des consignes de précaution, telles que le port de masques par le personnel soignant, la promptitude dans la prise en charge des cas confirmés et leur isolement pour éviter une propagation de la pathologie, a-t-on ajouté de même source. Les enquêtes préliminaires ont laissé appa- raitre que 60 % de ces cas ont été provoqués par contamination lors d’un évènement fa- milial, comme cela a été le cas dans la com- mune de Kef Lahmar. Tout comme 59 % de ces cas n’ont pas respecté leur calen- drier de vaccination concernant la préven- tion contre la maladie de la rougeole, notamment parmi les populations nomades en constants déplacements, a-t-on égale- ment fait savoir. Selon les services de la santé, aucun cas de rougeole n’avait été si- gnalé durant les années 2011, 2012 et 2014, contre cinq cas en 2013 et un seul cas l’an dernier, puis 73 cas cette année, sans heu- reusement déplorer de décès.

PERSONNES ÂGÉES DANS LA POPULATION

Légère progression

La part des personnes âgées dans la population de l’Algérie (60 ans et plus) a enregistré une légère progres- sion, passant ainsi de 8,5% en 2014 à 8,7% en 2015 par rapport à 2014, selon les statistiques de l’Office na- tional des statistiques (ONS). La part des personnes âgées de 60 et plus, continue toujours sa progression, passant de 8,5% à 8,7% entre 2014 et 2015, avec un effectif de 3.484.000 personnes, dont plus de 511.000 sont âgés de 80 ans et plus, détaille l’ONS. La population en âge d’activité (15 à 59 ans) continue d’enregistrer une régression, passant ainsi de 63,1% à 62,5%, entre 2014 et 2015, alors que la part de la popu- lation âgée de moins de 15 ans pour- suit également sa progression puisqu’elle passe de 28,4% à 28,8% durant la même période. La part de la population âgée de moins de 5 ans continue sa progres- sion, passant de 11,6% à 11,7% entre 2014 et 2015, tandis la population féminine en âge de procréer (15-49 ans) a atteint 10,8 millions de femmes. L’espérance de vie a enre- gistré un recul d’un dixième de point, par rapport à l’année 2014, at- teignant ainsi 77,1 ans, en raison de l’augmentation en 2015 du nombre de décès. En effet, l’année 2015 a connu un volume des décès attei- gnant 183.000, soit un accroisse- ment relatif de 5,2% par rapport à l’année 2014, et qui s’est traduit par

par rapport à l’année 2014, et qui s’est traduit par l’augmentation du taux brut de mor-

l’augmentation du taux brut de mor- talité qui est passé de 4,44‰ à 4,57 durant cette période. Il est à relever que cette baisse a plutôt touché les hommes, dont le niveau est passé de 76,6 à 76,4 ans durant cette même période, alors que celle des femmes a connu plutôt une stagnation en s’établissant à 77,8 ans. Même le vo- lume des décès de moins d’un an a atteint 23.150 en 2015, correspon- dant à une augmentation relative de 3,9% par rapport à l’année précé- dente. Cette hausse peut être impu- tée aussi bien à l’augmentation du volume des naissances vivantes en- registrée au cours de l’année, mais aussi à une augmentation relative- ment significative du niveau de la mortalité infantile. Concernant la mortinatalité, après la stagnation en- registrée en 2013 et en 2014, le vo-

lume des mort-nés a connu un recul durant l’année 2015, pour atteindre 14.620 cas, soit une baisse relative de 3,0% par rapport à 2014. Cette di- minution en volume associée à l’augmentation du volume des nais- sances vivantes s’est traduite égale- ment par une réduction significative du taux de mortinatalité qui est passé à 13,9 ë, soit un gain de 0,7 point par rapport à l’année 2014. Pour la mor- talité infanto juvénile, après la baisse enregistrée entre 2013 et 2014, la probabilité de décès entre la nais- sance et l’âge exact de 5 ans exprimé par le quotient de mortalité infanto juvénile, a connu une légère hausse estimée à un dixième de point (0,1) entre 2014 et 2015, atteignant ainsi un niveau de 25,7‰. Cette hausse, bien que dans une proportion moindre que celle enre-

gistrée par la mortalité infantile, a été atténuée par le recul notable de la mortalité juvénile, dont le niveau est passé de 3,6‰ à 3,4‰ durant cette même période. Décliné par sexe, le quotient de mortalité infanto juvénile a atteint 27,1‰ auprès des garçons et 24,2‰ auprès des filles. Par ailleurs, la baisse enregistrée dans le volume des mariages entre 2013 et 2014 s’est poursuivi en 2015, toutefois avec un rythme «plus soutenu». En effet, les bureaux de l’état civil ont registré une diminu- tion du nombre des mariages enre- gistrés par rapport à 2014 avec 369.074 unions contractées en 2015, contre 386.422 l’année auparavant, soit une baisse relative de 4,5%. Ainsi le taux brut de nuptialité a connu ainsi un fléchissement passant de 9,88‰ à 9,24‰ entre 2014 et 2015. L’année 2015 a été, en outre, marquée par l’enregistrement de 1.040.000 naissances vivantes au- près des services de l’état civil, soit une moyenne de plus de 2.800 nais- sances vivantes par jour, alors que la moyenne enregistrée au cours de l’année 2014 s’établissait à 2.700 naissances/jour et celle de 2013 à 2 .600 naissances/jour. Il est à noter que c’est la seconde année consécu- tive où le volume de naissances dé- passe le seuil d’un million. La répartition de ces naissances par sexe exprimée par le rapport de mas- culinité donne 104 garçons pour 100

filles. En volume, les naissances ont connu une augmentation de 26.000 naissances entre 2014 et 2015, soit un accroissement relatif de 2,6% qui correspond à la moitié de celui enre- gistré entre 2013 et 2014 (5,3%). Le taux brut de natalité continue d’enregistrer une progression conti- nue pour atteindre 26,03‰ après avoir atteint 25,93 ‰ en 2014 et 25,14 ‰ en 2013. De même, l’in- dice conjoncturel de fécondité a connu une hausse, passant de 3,0 à 3,1 enfants par femme durant cette période, dépassant ainsi le seuil de trois enfants par femme. En re- vanche, l’âge moyen à l’accouche- ment affiche le même niveau que celui observé l’année précédente, soit 31,8 ans. En termes d’évolution de la population, au cours de l’année 2015, la population résidente totale a connu un accroissement naturel at- teignant 858.000 personnes, soit un taux d’accroissement naturel de

2,15%.

Ce taux a connu une stagnation entre 2014 et 2015 imputée essen- tiellement à l’augmentation dans le même ordre de grandeur aussi bien des naissances vivantes que du vo- lume des décès. En résumé, l’Algé- rie compte 40,4 millions d’habitants au 1er janvier 2016, avec des prévi- sions de 41,2 millions d’habitants au 1er janvier 2017, 1.040.000 nais- sances vivantes, 183.000 décès et 369.000 mariages en 2015.

E conomie 9 EL MOUDJAHID REVALORISATION DES PENSIONS DE RETRAITE 2,5% à partir DE JUILLET

Economie

9

EL MOUDJAHID

REVALORISATION DES PENSIONS DE RETRAITE

2,5% à partir DE JUILLET

n LES DÉPENSES MENSUELLES DE LA CNR AUGMENTENT À PRÈS DE 86 MILLIARDS DA.

U ne revalorisation de pensions et allocations de retraites de 2,5% pour l’année 2016 a été mise

en application et les retraités perce- vront cette augmentation à partir du mois de juillet en cours, selon la même source, qui précise que l’impact financier de cette revalorisation est évalué à 20 milliards DA annuelle- ment, à la charge de la CNR. Pour améliorer la qualité des prestations servies aux retraités, la Caisse a entre- pris plusieurs actions, notamment en matière de suivi permanent du traite- ment et l’allégement lié à la constitu- tion des dossiers de retraite, et en ce qui concerne l’accès au registre natio- nal automatisé d’état civil et le suivi des travaux des commissions natio- nales et locales de recours. La tenue régulière et périodique (tous les mois au niveau local et tous les trimestres au niveau national) de réunions de tra- vail avec le partenaire social pour le maintien du climat social et la partici- pation aux travaux du comité sectoriel chargé de la simplification et l’amé- lioration des procédures administra- tive, notamment pour le déploiement du guichet polyvalent à travers l’en- semble des agences locales de la CNR, figurent parmi ces actions. La Caisse a également procédé au renfor- cement et à la redynamisation des cel- lules d’accueil du citoyen, de la communication et de l’écoute sociale, au niveau de l’ensemble des agences locales de la CNR, et ce dans le cadre du travail de proximité, a-t-on affirmé.

ce dans le cadre du travail de proximité, a-t-on affirmé. Pour l’intensification des démarches dans le

Pour l’intensification des démarches dans le cadre du dispositif d’aide à do- micile, au profit des catégories parti- culières de retraités et leurs familles, (handicapés, invalides et dépendants), la Caisse a procédé à une formation des assistantes sociales en vue d’opti- miser et d’améliorer leurs actions sur le terrain. Au plan de la modernisation des méthodes de gestion, la mise en œuvre du plan directeur informatique constitue un outil performant de ges- tion moderne, intégrant les différentes fonctions liées à la liquidation et au paiement des prestations de retraite, précédemment exécutées soit manuel- lement, soit au niveau de plusieurs lo- giciels séparés. La CNR a également procédé à la diversification des modes de paiement des pensions et alloca-

tions de retraites à travers le canal bancaire (BDL) à compter du 1 juillet 2015, et qui touche 43.239 retraités déjà au 30 juin 2016. Le plan de mo- dernisation prévoit aussi le lancement d’une opération de gestion électro- nique des documents (GED) des dos- siers de retraites dont la phase de numérisation qui constitue l’étape la plus importante est en cours de finali- sation. S’agissant de dépenses men- suelles de la Caisse nationale de retraites (CNR) en matière de pen- sions et allocations de retraites, elles ont atteint près de 86 milliards DA en 2016, en hausse de près de 18% par rapport à la moyenne mensuelle de 2015, a appris l’APS auprès de la Caisse qui prévoit des dépenses de 1.000 milliards DA pour toute l’année

en cours. «La dépense mensuelle de la CNR est passée de 73 milliards de di- nars en janvier 2015 à près de 85,7 milliards de dinars en mai 2016, en matière de pensions et allocations de retraites», a indiqué la même source, qui révèle que la Caisse gère plus de 2,8 millions de dossiers de retraites. Au total, 2.880.180 dossiers de pen- sions et allocations de retraites sont gérés par la CNR, dont 2.016.817 re- traites normales (âge 60 ans), 594.247 retraites proportionnelles, 261.717 re- traites sans conditions d’âge, 507 re- traites anticipées et 6.892 retraites servies à l’étranger. La Caisse a enre- gistré 130.000 nouveaux dossiers en 2014, 180.000 autres en 2015, alors que pour le premier semestre (janvier- juin) 2016 seulement, elle a enregistré 100.000 nouveaux dossiers, selon les responsables de cet organisme qui s’attendent à 200.000 nouveaux dos-

siers d’ici à la fin de l’année en cours. L’augmentation des dépenses d’une manière «constante» est due à l’aug- mentation du nombre de bénéficiaires de cet organisme à caractère «haute- ment social», a-t-on expliqué. S’agis- sant de la dépense annuelle, la même source a fait savoir que le montant est passé de 797 milliards DA en 2014 à

507 milliards DA uniquement pour le

premier semestre (janvier-juin) de 2016, une somme qui va dépasser les

1.000 milliards DA pour toute l’année en cours, soit une augmentation de

200 milliards DA durant cette période

de référence (2014-2016).

LE DIRECTEUR ADJOINT DU FMI POUR LE MOYEN-ORIENT

Actualisation des données

Le directeur adjoint du dépar- tement Moyen-Orient et Asie cen- trale du FMI, Adnan Mazarei, effectue une visite de deux jours en Algérie, depuis dimanche, a-t- on appris, hier, auprès de cette ins- titution financière. M. Mazarei devrait rencontrer les responsa- bles du ministère des Finances et de la Banque d’Algérie, selon la même source. Le représentant du FMI accompagne un staff de cette institution financière internatio- nale qui va séjourner en Algérie pour une semaine afin d’actualiser les données du FMI sur l’écono- mie algérienne. Dans son dernier rapport annuel sur l’économie al- gérienne, le FMI avait souligné que l’Algérie était en mesure de faire face au choc pétrolier, en af- firmant que la chute des cours de pétrole n’a eu qu’un effet limité sur la croissance. Les prévisions de croissance du FMI laissent en- trevoir une amélioration jusqu’en 2021, malgré la baisse des cours de brut qui semble se maintenir dans la durée. En 2015, le PIB réel de l’Algérie a progressé de 3,9%, selon le FMI qui table sur une croissance de 3,4% en 2016 et de 2,9% en 2017. La croissance re- bondira à partir de 2019 pour at- teindre 3,4% en 2021, selon les mêmes projections. Le secteur des hydrocarbures, qui a renoué avec la croissance en 2014 après deux années de contraction, va mainte- nir cette tendance haussière durant les cinq prochaines années, pré- voit le Fonds.

ALGÉRIE - AUTRICHE

Optimiser le potentiel À LEXPORTATION

La Chambre algérienne de com- merce et d’industrie organise, en colla- boration avec l’ambassade d’Autriche en Algérie et l’organisme «Advantage Austria», une journée d’information sur le marché autrichien. L’évènement, prévu le 27 septembre prochain au siège de la CACI, s’inscrit dans le cadre de la nouvelle vision économique de l’Algé- rie visant à diversifier ses partenariats et à optimiser son potentiel à l’exporta- tion. Cette rencontre aura ainsi pour ob- jectif de faire connaître aux opérateurs algériens, intéressés par le marché au- trichien, les opportunités d’affaires et de coopération avec les entreprises au- trichiennes et de présenter, par la même occasion, les possibilités de placement de leurs produits sur ce marché. Il faut souligner, à ce propos, que le base lé- gislative censée faciliter les échanges bilatéraux existe, mais le volume de ces derniers demeure en deçà du niveau

souhaité par les deux parties. Le repré- sentant de la section commerciale de l’ambassade d’Autriche en Algérie avait évoqué près de 600 millions d’eu- ros d’échanges en 2015 dont 300 mil- lions d’euros d’exportations et près de 300 millions d’euros d’importations, soit une augmentation de près de 6% enregistrée entre 2010 et 2015. Les principaux produits importés par l’Al- gérie sont des équipements et machines pour l’industrie, le bois, le papier, les produits pharmaceutiques et les bovins. En plus de l’hydrocarbure, l’Autriche importe dattes, miel et huile d’olive. L’ambassadrice d’Autriche, M me Franziska Honsowitz, avait déclaré, à ce propos, que les relations bilatérales évoluaient dans le bon sens, sachant que notre pays, a-t-elle affirmé, est le premier partenaire maghrébin et le deuxième partenaire africain de l’Au- triche. L’Autriche, qui a conservé sa po-

sition sur le marché algérien, compte soutenir cette dynamique dans le cadre de partenariats dans divers domaines, à l’instar du mémorandum d’entente et de coopération signé, en 2012, dans le do- maine agricole ou encore les contrats paraphés dans les secteurs des trans- ports. D’autres projets de création de joint-ventures entre des entreprises al- gériennes et autrichiennes sont au pro- gramme, notamment dans l’industrie qui intéresse les Autrichiens, les indus-

tries légères, en particulier, dont l’élec- tronique et l’agroalimentaire. L’Autriche, qui compte 16 entreprises en activité en Algérie, est, par ailleurs, sur deux joint-ventures dans les sec- teurs automobile et de l’énergie renou- velable. Depuis son installation dans notre pays, en 1971, la section commer- ciale de l’ambassade autrichienne à Alger a conclu près de 600 joint-ven-

D. Akila

tures.

SALON INTERNATIONAL DE L’INDUSTRIE ORAN-2016

L’innovation à l’affiche

Le Salon international de l’industrie Oran-2016 se tiendra du 5 au 8 septembre 2016 au Centre des conventions d’Oran, Le Méridien. Plusieurs participants prendront part à cet im- portant événement. Ce Salon sera organisé dans un contexte extrêmement important, marqué par la mise en œuvre du nou- veau modèle de croissance pour la relance de l’économie. Une nouvelle orientation qui repose essentiellement sur la promotion de la production nationale et le déploiement spatial de l’industrie. Pendant quatre jours, cet événement dédié ex- clusivement au développement de l’industrie algérienne sera le rendez-vous des plus grands acteurs de l’industrie, en ac- cueillant des participants nationaux et étrangers qui présen- teront technologies, équipements et matériaux de production essentiels aux industries. Les organisateurs ont souligné que le Salon met ses moyens et son expertise à la disposition des visiteurs et des exposants, et sera une plate-forme de rencon- tres et d’échanges. Durant cet événement, toutes les oppor- tunités seront ouvertes aux professionnels pour exposer leurs produits et services ou échanger leurs expériences et conclure

des partenariats. Il est à rappeler que dans les politiques de développement industriel, les pouvoirs publics ont axé les ef- forts sur la mise à niveau des entreprises qui veulent se mo- derniser, et dont les objectifs et les modalités de gestion s’inscrivent dans le cadre de la stratégie d’industrialisation. Le développement des ressources humaines et des quali- fications est une des orientations fortes de la stratégie indus- trielle, alors que la promotion de l’investissement direct étranger (IDE) obéit à une politique visant à mobiliser les ap- ports extérieurs en les orientant vers le financement des acti- vités et la diffusion des nouvelles technologies. L’État a donné également une grande importance pour le développe- ment du domaine de l’innovation et la production des idées qui constituent aujourd’hui la pierre angulaire de la crois- sance. D’ailleurs, un système national d’innovation (SNI) sera élaboré et mis en place pour soutenir une politique de promotion et de développement du progrès technique. Makhlouf Aït Ziane

HYDROCARBURES

Hausse de la production

La production du secteur des hydrocarbures a affiché une hausse de 3,3% au premier tri- mestre 2016 par rapport au même trimestre 2015, a appris l’APS auprès de l’Office national des

statistiques (ONS). Cette progres- sion intervient après des baisses consécutives enregistrées en

2015 : -7,1% au 1 er trimestre (par

rapport au 1 er trimestre 2014), - 2% au 2 e trimestre (par rapport au 2 e trimestre 2014), -1,4% au 3 e trimestre et -1,8% au 4 e trimestre. La production des hydrocarbures à reculé de 3,1% sur l’année 2015 par rapport à l’année 2014. Il est, cependant, constaté que l’évolution remarquable de la production du secteur des hydro- carbures sur les trois premiers mois de 2016 a été notamment

tirée par l’activité de liquéfaction de gaz naturel qui a enregistré une croissance de 21,5% compa- rativement au 1 er trimestre 2015. Sur l’année 2015, cette activité a décéléré de 4,5% : -17,7% au 1 er trimestre 2015 (par rapport au 1 er trimestre 2014), +10,2% au 2 e tri- mestre (par rapport au 2 e trimes- tre 2014), -4,3% au 3 e trimestre et -5,9% au 4 e trimestre 2015. Pour l’activité de raffinage de pétrole brut, elle a augmenté de 5% au premier trimestre 2016. Sur l’an- née 2015, cette activité a baissé de 2,4% : -8,9% au 1 er trimestre

2015 (par rapport au 1 er trimestre

2014), -6,1% au 2 e trimestre (par rapport au 2 e trimestre 2014), +1,5% au 3 e trimestre et +3,9% au 4 e trimestre 2015. Mais à la différence des activités de liqué- faction de gaz naturel et de raffi- nage de pétrole brut, celle de la production de pétrole brut et de gaz naturel a connu, par contre, une baisse de 0,5% au 1 er trimes- tre 2016. Mais cette baisse est de moin- dre ampleur par rapport aux tri- mestres précédents : -4,3% au 1 er trimestre 2015 (par rapport au 1 er trimestre 2014), -3,7% au 2 e tri- mestre 2015 (par rapport au 2 e tri- mestre 2014), -1,5% au 3 e trimestre 2015 et -2,1% au 4 e tri- mestre 2015. Sur l’année 2015, la production de pétrole brut et de gaz naturel a reculé de 2,9% par rapport à 2014.

39.600 nouveauxavions Le constructeur aéronau- tique américain Boeing a revu en hausse de 4,1% ses

39.600

nouveauxavions

Le constructeur aéronau- tique américain Boeing a revu en hausse de 4,1% ses prévisions de marché à 20 ans, grâce à la hausse conti- nue du trafic aérien dans le monde. Ainsi, Boeing estime désormais que plus 39.600 nouveaux avions pour une valeur de 5.900 milliards de dollars seront nécessaires d’ici 20 ans, indique l’avion- neur américain dans son étude de marché annuelle, en tablant sur une progres- sion du trafic aérien de l’or- dre de 4,8% par an sur la période.

La facture d’importation de sucre s’est chif- frée à 346,92 millions de dollars (usd) durant les cinq premiers mois de 2016, contre 365,73 millions usd à la même période de 2015, soit une baisse de 5,14%, a appris, hier, l’APS au- près des Douanes. En revanche, les quantités importées de sucre (de betterave brute, de canne

FACTURE D’IMPORTATION DE SUCRE

Légère baisse

à sucre, sirop de lactose et lactose à l’état so- lide) ont été à la hausse pour s’établir à 961.247,7 tonnes (t) contre 847.178,7 t (+13,5%), indique le Centre national de l’infor- matique et des statistiques des Douanes (CNIS). Cette réduction de la facture, en dépit de la hausse des quantités importées, s’explique par

un recul des cours mondiaux des sucres roux et blanc. Durant l’année 2015, les prix moyens à l’importation par l’Algérie des sucres roux et blanc ont baissé de 18% par rapport à 2014. Cette tendance baissière s’est poursuivie durant le premier trimestre de l’année 2016 avec un prix moyen à l’importation du sucre roux de

340 dollars/tonne contre 401 dollars/t à la

même période de 2015, soit une baisse de 15%. Même tendance pour le sucre blanc dont le prix moyen à l’importation par l’Algérie a été de

500 dollars/t sur les trois premiers mois 2016 contre 542 dollars/t sur la même période de

2015 (-8%).

Mardi 12 Juillet 2016

Monde

10

EL MOUDJAHID

APRÈS LE VOTE SUR LE GÉNOCIDE ARMÉNIEN

TENSIONS germano-turques

Le gouvernement d'Angela Merkel a insisté hier pour qu'Ankara lève son opposition à une visite de députés allemands sur une base turque où stationne la Bundeswehr, nouvelle pomme de discorde dans les relations déjà tendues entre les deux pays.

I l est nécessaire que nos députés puissent se

rendre auprès de la Bundeswehr sur la base d'Incirlik" dans le sud de la Turquie, où sont

stationnés des soldats allemands dans le cadre de la lutte contre Daesh, a déclaré à la presse le porte- parole de la chancelière, Steffen Seibert. La Tur- quie a récemment empêché la visite d'une délégation de parlementaires allemands sur place, après le vote le 2 juin par les députés allemands d'une résolution reconnaissant le génocide armé- nien de 1915 sous l'empire ottoman. Une initiative qui a ulcéré Ankara. Le porte-parole a rappelé que les missions de la Bundeswehr étaient strictement encadrées par les députés allemands, qui ont donc un devoir de contrôle, et même employé à ce sujet l'expression d'"armée parlementaire". La chance- lière est elle-même montée au créneau au cours du week-end, tentant d'obtenir le feu vert de la Turquie lors d'une rencontre en marge du sommet de l'Otan à Varsovie avec le président Recep Tayyip Erdo- gan. Elle a reçu une fin de non recevoir. "Les dis- sensions ne disparaissent pas après seulement un tel entretien", a-t-elle déclaré à l'issue. Le vice-Pre- mier ministre turc Numan Kurtulmus a justifié hier le blocage par le fait que des parlementaires n'avaient rien à faire sur un site de l'armée. "Pour

«

rien à faire sur un site de l'armée. "Pour « nous il s'agit d'une affaire militaire",

nous il s'agit d'une affaire militaire", a-t-il dit, alors que "du côté allemand la question d'Incirlik ou de l'envoi de soldats allemands est sous l'autorité du

la visite n'est pas encore

parlement allemand (

certaine, les discussions continuent". Mais il ne fait guère de doute qu'il s'agit surtout d'une mesure de

SOUDAN DU SUD

L’escalade

)

rétorsion après le vote du Bundestag sur le géno- cide arménien. Face au blocage turc, le ton com- mence à monter en Allemagne, dont les relations avec la Turquie ont déjà été envenimées récemment par une satire télévisée du président Erdogan dif- fusée sur une chaîne publique allemande. Le chef de l'Etat a porté plainte contre l'auteur du pamphlet. Les attaques et menaces personnelles dont ont été victimes les députés allemands d'origine turque de la part de médias ou responsables en Turquie ont suscité aussi un vif émoi à Berlin et conduit le pré- sident du Bundestag à protester publiquement. Le président Erdogan "risque un retrait de la Bundes- wehr par son attitude", a jugé Andreas Scheuer, le secrétaire général de la CSU, la branche bavaroise du parti conservateur d'Angela Merkel. "Il faut que ce soit clair, un refus durable de la part de la Tur- quie peut amener la fin de la participation alle- mande à la mission de l'Otan" sur place, lui a fait écho Niels Annen, du parti social-démocrate. An- gela Merkel préfère pour le moment la voie du dia- logue car elle a besoin de la Turquie notamment dans le cadre de l'accord passé avec l'UE pour contenir le flux de réfugiés venant de Syrie vers l'Europe.

R. I.

Alors que les affrontements se poursuivaient hier dans la capitale du Soudan du Sud, faisant craindre une escalade des combats entre les soldats fidèles au président Salva Kiir et ceux qui soutiennent le premier vice-pré- sident Riek Machar, le Conseil de sé- curité de l'ONU a demandé l'aide des pays de la région afin de mettre un terme aux combats et les a exhorté à fournir des Casques bleus supplé- mentaires à sa mission dans le pays. Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du Conseil exigent aussi du président sud-soudanais Salva Kiir et de son rival, le vice-pré- sident Riek Machar, de "faire le maximum pour contrôler leurs forces respectives et mettre fin d'urgence aux combats". Le Conseil demande aux "pays de la région", sans préciser lesquels, au Conseil de paix et de sé- curité de l'Union africaine et à l'orga- nisation régionale des pays d'Afrique de l'Est (Igad) de "discuter ferme- ment avec les dirigeants sud-souda- nais pour traiter cette crise". Ils

sud-souda- nais pour traiter cette crise". Ils "envisagent de renforcer la Minuss (la mission de

"envisagent de renforcer la Minuss (la mission de l'ONU au Soudan du Sud, ndlr). Le Conseil "condamne de la manière la plus ferme l'escalade des combats à Juba" et souligne en particulier que s'attaquer aux civils et au personnel de l'ONU peut consti- tuer un crime de guerre. Selon un res-

ponsable de l'ONU, un Casque bleu chinois a été tué dans les combats à Juba et 12 autres de diverses nationa- lités ont été blessés dont deux griève- ment. Parmi les blessés se trouvent des soldats rwandais de la Minuss. L'organisation Human Rights Watch (HRW) a critiqué l'attitude du

Conseil de sécurité de l'ONU, la qua- lifiant de " stratégie perdante" qui a "échoué". Akshaya Kumar, directeur adjoint de HRW pour l'ONU, a es- timé que "pendant trop longtemps, le Conseil de sécurité s'est reposé sur la bonne volonté des dirigeants du Sou- dan du Sud" et "a brandi des menaces vides d'embargo sur les armes et de sanctions individuelles", écrit M. Kumar. "Les événements de cette fin de semaine confirment que cette stra- tégie perdante a échoué", relève-t-il. Les Etats-Unis ont demandé la cessa- tion immédiate des combats et ont or- donné le retrait de tout le personnel de leur ambassade jugé non-essentiel. Les combats entre les soldats fidèles au président du Soudan du Sud Salva Kiir et les forces du vice-président Riek Machar ont fait en fin de se- maine au moins 270 morts, selon des médias locaux. Des milliers d'habi- tants fuyaient dimanche la capitale Juba devant les combats intenses qui se poursuivaient. M. T. et agences

SYRIE

Offensive des rebelles à Alep

Des groupes rebelles en Syrie ont lancé hier une offensive majeure contre plusieurs secteurs contrôlés par le gouvernement dans la ville d'Alep après que l'armée a coupé leur unique voie de ravitaillement, selon des médias. La ville d'Alep, dans le nord du pays en guerre, est divisée depuis 2012 entre quartiers aux mains du gouvernement à l'ouest et quartiers contrôlés par les groupes re- belles à l'est. Les forces gouverne- mentales sont parvenues à couper de facto la semaine dernière la route dite du Castello, dernier axe de ravitaille- ment vers les quartiers contrôlés par les rebelles, où vivent quelque 200.000 personnes. "Les rebelles ont lancé une vaste offensive sur quatre fronts contre les forces gouverne- mentales à Alep, notamment dans la vieille ville", également divisée, ont annoncé des sources. De violents af- frontements sont en cours mais les rebelles n'ont pas progressé en raison des intenses bombardements aériens de l'armée sur les zones de combats.

Les rebelles ont tiré 300 roquettes sur les secteurs ouest d'Alep, tuant au moins cinq personnes. La télé- vision d'Etat a fait état de «huit ci- vils tués et 80 personnes blessées dans l'attaque terroriste sur des quartiers résidentiels à Alep».

RAPPORT DU QUARTETTE SUR LES DERNIERS ÉVÈNEMENTS EN PALESTINE

Le MAE palestinien exprime son « vif étonnement »

Le ministère palestinien des Af- faires étrangères a demandé au quar- tette de se pencher sur les provocations racistes des milieux of- ficiels israéliens contre le peuple pa- lestinien et ses dirigeants. Dans un communiqué, rendu public di- manche, le ministère a fait part de son "vif étonnement" quant au contenu du rapport du quartette, ju- geant "totalement injustifiables" les passages de ce rapport au sujet de soi-disant ''provocations palesti- niennes'', lesquels passages consti- tuent un "deux poids-deux mesures, un parti pris pour l'occupant et une condamnation de la victime''. Les

composantes de la coalition au pou- voir en Israël et ses partisans conti- nuent leurs provocations flagrantes contre le peuple palestinien et sa di- rection, ajoute le communiqué, fai- sant état des déclarations quasi quotidiennes qui incitent à la vio- lence, à la haine et au racisme contre les Palestiniens arabes, tant dans les territoires de 1948 ou au sein de l'Etat palestinien. Par ailleurs, faisant fi des condamnations de la commu- nauté internationale, les autorités d'occupation israéliennes ont an- noncé avoir débloqué près de 13 mil- lions de dollars pour les colonies de Kiryat Arba et El Khalil en Cisjorda-

nie occupée. Le gouvernement Neta- nyahu, qui soutient le développe- ment des colonies dans les Territoires palestiniens, avait déjà annoncé en juin une aide de 70 mil- lions de Shekels (16 millions d'eu- ros) à plusieurs d'entre elles. Il a approuvé récemment 560 nouveaux logements à Maale Adumim, une autre colonie de Cisjordanie. Les Etats-Unis, l'Union européenne et plusieurs autres pays de la commu- nauté internationale ont appelé à l'ar- rêt du développement de ces colonies.

SOMMET DU CONSEIL DE L’ENTENTE À NIAMEY

La coopération sécuritaire à l’ordre du jour

Les dirigeants de cinq pays ouest-africains, pays membres du Conseil de l'Entente, se réuniront lundi à Niamey, capitale nigérienne pour discuter notamment de la coopération politique et du problème de la sécurité dans la sous-région, a indiqué dimanche une source of- ficielle à Niamey. En prélude à cette conférence au som- met, une réunion ministérielle s'est tenue samedi à Niamey et a adopté d'importantes mesures. Parmi les mesures qui seront soumises au sommet figure l'institu- tion d'une réunion annuelle des ministres en charge de la sécurité. Les ministres ont recommandé l'adoption de l'Indice MO Ibrahim et le mécanisme africain d'évalua- tion par les pairs pour l'évaluation de la gouvernance

tion par les pairs pour l'évaluation de la gouvernance dans les pays membres. Ils ont aussi

dans les pays membres. Ils ont aussi proposé l'adoption de l'Indice Doing Business et de l'Indice du Développe- ment humain (IDH) du PNUD, afin de stimuler le déve- loppement de l'espace Entente.

GRAND ANGLE
GRAND ANGLE

La bataille de Mossoul

l Il y a de cela quelques jours, les forces irakiennes

ont repris à Daech une base aérienne au sud de Mossoul.

Cette nouvelle victoire militaire sur le groupe terroriste conforte la détermination des autorités irakiennes, soutenues par la coalition conduite par les USA, de reconquérir les territoires tombés aux mains de Daech et par la même chasser de manière définitive ce groupe du pays. Le chemin sera forcément long et difficile, car le groupe terroriste ne renoncera pas facilement à son projet d’instaurer son Khalifat et ne cèdera les territoires occupés que forcé, car il aura été vaincu militairement. Mais la bête est capable encore de soubresauts. Ainsi pour les analystes, les attentats perpétrés ces dernières semaines en Irak et ailleurs dans le monde sont la riposte par laquelle le groupe terroriste tente de démontrer que ses capacités de frappe n’ont pas été anéanties, et qu’en dépit des revers subis sur le terrain, il n’en reste pas moins dangereux car capable de semer la mort et la destruction. Mais cette dangerosité n’est pas pour décourager ceux qui ont fixé comme objectif l’anéantissement de Daech. Et malgré la difficulté, l’Irak, dépossédé d’une partie de son territoire, a entamé la reconquête de ses villes et villages occupés. Une reprise qui se fait de manière progressive mais régulière. Mais l’essentiel est que le début de la fin a été entamé. La libération de la ville de Ramadi, il y a de cela quelques semaines, à laquelle il y a lieu de rajouter la reprise d’autres villes tant en Irak qu’en Syrie a sonné le glas de Daech, selon l’avis de nombreux spécialistes. Elle a permis de mettre un terme à cette invincibilité que certains lui prêtaient. A tord finalement La reprise de la base aérienne ne pouvait dès lors que confirmer la perspective envisagée par les stratèges d’une éradication prochaine de Daech. D’où l’importance de la bataille qui sera incessamment engagée pour la reconquête de Mossoul, tombée en ses mains en juin 2014. Un territoire qui viendra s’ajouter à ceux déjà reconquis. Selon le Pentagone, la lutte contre l’organisation, lancée il y a deux ans, a permis de reprendre 45%

terrain que les terroristes

du

contrôlaient en Irak depuis 2014

et 20% des régions occupées par le groupe en Syrie.

Nadia K.

SYSTÈME ANTIMISSILE AMÉRICAIN

Pyongyang annonce « une action physique »

La Corée du Nord a annoncé lundi "une action physique" contre le système antimissile américain THAAD qui doit être déployé en Corée du Sud. "La République po- pulaire démocratique de Corée en- gagera une action physique pour contrôler entièrement le THAAD", et cela "dès le moment où sa posi- tion en Corée du Sud aura été confirmée", a annoncé le comman- dement de l'artillerie des forces ar- mées nord-coréennes, dans un communiqué cité par l'agence de presse officielle KCNA.

EL MOUDJAHID

EL MOUDJAHID NOUVELLESDE LAMEKKERA 11 PAGE ANIMÉE PAR : A. BELLAHA L’environnement, AXE PRIORITAIRE du développement
EL MOUDJAHID NOUVELLESDE LAMEKKERA 11 PAGE ANIMÉE PAR : A. BELLAHA L’environnement, AXE PRIORITAIRE du développement

NOUVELLESDE LAMEKKERA

EL MOUDJAHID NOUVELLESDE LAMEKKERA 11 PAGE ANIMÉE PAR : A. BELLAHA L’environnement, AXE PRIORITAIRE du développement

11

PAGE ANIMÉE PAR : A. BELLAHA

L’environnement, AXE PRIORITAIRE du développement

Même si les résultats ne sont pas encore perceptibles face à la consistance des projets structurants en cours, où le chef-lieu de la wilaya, cette première vitrine, est érigé en un grand chantier aujourd’hui à travers, notamment, le renouvellement des réseaux d’AEP et d’assainissement, l’aménagement d’Oued Mekkerra et les travaux du tramway en voie d’achèvement, force est de reconnaître que la notion d’environnement a guidé l’approche de développement et de modernisation, pour constituer un axe fondamental et un paramètre essentiel de la promotion de la collectivité.

P aysagistes, architectes, écolo- gistes, sociologues et représen- tants de la société civile ont été

conviés à l’élaboration d’un schéma directeur de manière à réhabiliter les repères de la cité, à étendre les es- paces verts et les sites de détente, et à enraciner une culture environne- mentale. La démarche s’inscrivait dans le temps et l’espace, comme pour entreprendre un travail pédago- gique et motiver le citoyen à prendre part graduellement à l’amélioration de son cadre de vie et à sa préserva- tion, notamment. Une démarche qui s’est avérée productive au demeu- rant, en dépit des réticences çà et là dues à des reflexes fraîchement déve- loppés par le phénomène de l’exode rural et de l’incivisme. et la première initiative a consisté en la création d’une entreprise de ramassage des or- dures (NadHiF), pour l’accomplis- sement de la mission d’hygiène publique, la première sûrement de la commune qui a négligé cette presta- tion, il faut le dire, pour se «noyer» dans des actions conjoncturelles sans aucun impact sur la vie du citoyen. Cette entreprise fut vivement relayée par l’aménagement du boulevard de la Macta, devenu véritablement une

du boulevard de la Macta, devenu véritablement une esplanade et un espace de détente pour la

esplanade et un espace de détente pour la population qui l’envahit chaque soir, avant de procéder à la ré- habilitation du jardin public, un autre acquis pour la cité de la Mekkerra. Une enveloppe de 12 milliards de centimes a été consacrée aux travaux de restauration ,de reboisement et de création de jardins d’eau, au grand

bonheur du citoyen avide de se ré- concilier avec ses marques et ses re- pères. Parallèlement, des études sont engagées pour la reprise des travaux du lac Sidi-Mohamed-Benali et l’aménagement d’une immense place publique au niveau de Sidi djillali, la nouvelle zone urbaine, sans omettre l’action d’embellissement engagée

pour le nouveau pôle urbain. C’est dire tout l’effort consenti pour la va- lorisation des potentialités de cette at- tachante ville et sa modernisation de manière à la rendre attrative. Une ac- tion encore appelée à reconfigurer tout le paysage de cette aggloméra- tion qui connaît une énorme muta- tion. Ce programme axé sur une notion d’environnement a incité les respon- sables de la wilaya à engager la ré- flexion pour la promotion du tourisme naturel en exploitant les fo- rêts récréatives, les montagnes encore à l’état de virginité et les quelques barrages existants. des projets d’in- vestissement sont en cours de matu- ration, même pour le développement de ce secteur, générateur de richesse et créateur d’emploi. La remise à ni- veau semble être opérée au niveau de cette région si privilégiée par sa po- sition géographique et le passage d’une autoroute sur au moins 70 km, et de lignes de chemins de fer menant jusqu’aux zones des Hauts Plateaux et du Sud. Plus que jamais, il appar- tient seulement et uniquement aux élus et aux operateurs locaux d’ac- compagner cet élan.

Le waLi de Sidi BeL-aBBèS

« Susciter l’investissement productif »

L’efficacité réside dans la discrétion… la maxime semble bien s’adapter au tempérament et au ca- ractère du premier responsable de la wilaya, M. Hattab Mohamed, qui a entrepris, depuis sa nomi- nation, il y a trois ans, à la tête de cette région, un travail en profondeur remettant à niveau tous les secteurs d’activité et boostant une activité socio- économique. Zéro projet non lancé demeure cet indice qui dénote cette relative performance réali- sée dans la sérénité et le dialogue avec l’ensem- ble des partenaires, certainement persuadés de la justesse de la vision de ce gestionnaire à cheval sur le respect des échéances et du moindre détail du programme d’équipement de la wilaya. L’en- vironnement, par exemple, figure dans les priori- tés d’une action de développement. Rendre attractive cette région, notamment le chef-lieu, pour susciter l’investissement productif et déve- lopper le tourisme naturel restent un slogan ani- mant le commun des intervenants. dans cet entretien, il nous livre ses impressions…

El Moudjahid : M. le wali, cette notion d’envi- ronnement vous préoccupe pour figurer dans les priorités de l’action de développement de la wilaya ? Le wali : Sans doute. On ne peut parler de mo- dernisation d’une ville sans justement accorder une importance particulière à cette notion d’envi- ronnement, la base de l’amélioration du cadre de vie du citoyen. L’État a consenti des efforts consi- dérables pour l’équipement du pays, qu’il faut au- jourd’hui impérativement rentabiliser et valoriser. Sidi Bel-abbès, cette cité si réputée pour son ar- chitecture, ses grands boulevards, son hygiène et ses espaces verts, avait besoin d’une réhabilita- tion de ces repères, justement pour redorer son blason et accompagner sa mutation. Une mutation à travers la mise en œuvre de projets structurants, tels que l’autoroute, les nouvelles lignes de che- min de fer, le renouvellement des réseaux d’aeP et d’assainissement, l’aménagement d’Oued Mekkerra, la réalisation du tramway et autres. il était donc nécessaire d’introduire dans notre dé- marche le volet environnemental pour la perfec- tion de l’œuvre et être au même diapason également d’une politique nationale de l’environ- nement. aussi, je ne dois oublier l’existence d’un mouvement écologique actif qui a favorisé notre entreprise et permis du moins de jeter les fonde- ments d’une stratégie. en outre, nous avons paral-

lèlement une société, à savoir l’eNie, qui s’est étalée dans l’activité des énergies renouvelables pour justement œuvrer dans le sens de cette op- tion de la préservation de l’environnement. Pour l’illustration, pas mal de quartiers et bientôt le nouveau pôle urbain seront éclairés à partir de panneaux photovoltaïques. Je dois ainsi dire que toutes les conditions s’y prêtent pour constituer un modèle, et pourquoi pas une locomotive.

De grandes ambitions sont affichées alors après les premières tentatives qui se sont avérées concluantes, on est amené à approfondir le pro- cessus et s’étendre sur tous le champ de la wi- laya. La création de l’entreprise de ramassage d’ordures et la mise à niveau de la station de trai- tement et les centres d’enfouissement furent le prélude, pour ensuite aménager les sites et boule- vards existants et donner de l’animation à cette ville qui reprend des couleurs. Une ville toutefois en chantier, à travers les travaux de réalisation du tramway et l’aménagement d’Oued Mekkerra, autrefois plaie de la cité, car ce cours d’eau était tout bonnement un canal d’eaux usées à ciel ou- vert, avec l’ensemble des désagréments causés à la population. Une étude confiée à une société étrangère a été réalisée pour permettre, dans une première étape, d’éliminer les réseaux versants d’assainissement, pour que l’on se consacre, dans un proche avenir, à l’aménagement des abords et leur équipement. L’autre préoccupation était de réhabiliter le jardin public, ce poumon de la ville, et de donner la dimension au boulevard de la Macta, aujourd’hui envahi au quotidien par la po- pulation, tandis que l’effort demeure soutenu pour la reprise sur la base d’une étude approfon- die du lac Sidi-Mohamed-Benali, cette vaste éten- due d’eau à même de devenir un lieu de villégiature et de détente, ainsi qu’un pôle d’at- traction, surtout qu’il est situé dans une zone tou- ristique. Pour le programme de l’année en cours, il y a un projet en cours de lancement au niveau du quartier Sidi djillali, cette nouvelle zone ur- baine, d’un autre espace de repos et de distraction pour égayer le paysage et assurer cet équilibre entre les zones ou les secteurs urbanistiques. enfin, l’intérêt est également accordé au massif forestier et aux alentours de nos deux barrages Sarno et Tabia, pour l’aménagement d’espaces créatifs. des dossiers d’investissement ont été ap- prouvés déjà dans le cadre de la relance de l’éco-

nomie nationale et conformément aux orienta- tions du Premier ministre.

Cet effort dissimule cependant mal l’état de dégradation des routes décrié par le citoyen Pas entièrement d’accord avec un tel constat. il est vrai que l’état de quelques chaussées laisse à désirer, mais il ne faut pas perdre de vue l’effort fourni durant ces deux dernières années où plus de 100 km ont été bitumés, soit une première pour cette agglomération en chantier, faut-il le rappeler. Je dois vous informer que la priorité dans l’action à entreprendre durant cet exercice a été accordée aux routes. Pour la réalisation par exemple du tramway, il faut inclure 14 km d’aménagement urbain, c’est-à-dire bitumage, boisement et point lumineux, pour attribuer de la sonorité et de la couleur à la cité. enfin, je dois préciser que tout un programme est finalisé pour la prise en charge de cette préoccupation.

Un dernier mot, M. le wali Je dois dire surtout que l’effort de l’État demeure soutenu et exprime toute la détermination du Pré- sident de la République à aller jusqu’au bout pour l’équipement du pays. Sidi Bel-abbès a eu sa part de développement en se permettant parfois de se doter d’éléments et d’atouts à même de lui assu- rer un développement durable. elle s’est inscrite dans la nouvelle vision du gouvernement pour ne compter que sur ses propres ressources et ses ca- pacités humaines, notamment. elle compte tenir son pari et relever le défi.

Aménagement du jardin public

Aménagement du jardin public Grande était la joie de la population, cette semaine, à la suite

Grande était la joie de la population,

cette semaine, à la suite de la récep- tion des travaux d’aménagement du jardin public, un espace jugé comme étant le poumon de la cité de la Mek- kerra. et elle est venue en masse pour assister à la cérémonie d’inau- guration comme pour manifester un sentiment de satisfaction et de fierté tant que l’édifice évoque un passé, une jeunesse ou une époque pour s’assimiler, dans une grande mesure,

à un repère d’identification. Le mois de Ramadhan a été exceptionnel d’ailleurs au vu de cet engouement manifesté pour cet espace familial.

Avenue de la Macta en vert et blanc

La réputée avenue de la Macta est

érigée carrément en un site de ville- giature et de détente pour être enva- hie au quotidien par une population

à la recherche de fraîcheur en ces

temps de grandes chaleurs. au gré des aménagements effectués et de la création de jardins d’eau, le site at- tire pour constituer un espace de ren- contres familiales surtout qu’il reste bien surveillé et si encadré par les agents en charge de son entretien.

Nadhifcom, outil de salubrité publique

Un simple tour de la ville suffit pour percevoir une amélioration de la notion d’hygiène et se rendre compte de l’effort fourni permet- tant à cette si attachante agglomé- ration de renouer avec ses repères et ses marques faisant autrefois sa réputation et sa fierté. Certaine- ment, il reste beaucoup à faire et à parfaire dans le domaine de l’envi- ronnement, un axe au cœur des priorités désormais dans le pro- gramme de développement et de modernisation de la wilaya. L’en- treprise de ramassage des ordures ménagères, créée il y a une année, a célébré, le week-end dernier, son premier anniversaire, pour juste- ment faire une évaluation de ses ac- tivités, de situer les contraintes dans l’accomplissement de ses mis- sions de service public et de mesu- rer le degré d’efficacité dans l’assurance d’une telle prestation au niveau d’une cité pratiquement en chantier. des traditions semblent s’instaurer au fil du temps pour être consolidées par un sens civique et une implication citoyenne.

Au diapason d’une approche nationale

Lors de son intervention d’ouverture, le wali, M. Hattab Mohamed, ne s’est pas empêché de fustiger un certain nombre de directeurs de l’exécutif, notamment celui de l’urbanisme et de la construction, et les élus de l’aPC du chef-lieu, pour les re- tards causés dans la délivrance des permis de construire aux investisseurs. «Nous devrons être au diapason d’une approche nationale. Les responsables de tout man- quement aux délais de délivrance de ce genre de documents seront désormais sanc- tionnés. Je ne tolère plus ce genre de comportements pour le moins inadmissibles», a-t-il déclaré, sur un ton menaçant, avant d’informer l’assistance de la cellule de suivi créée à cet effet.

Mardi 12 Juillet 2016

Société

12

EL MOUDJAHID

DIABÈTE ET ADOLESCENCE

Éviter LE PIÈGE

Depuis les 20 dernières années, l’incidence du diabète de type 2 chez l’enfant et l’adolescent est en progression dans le monde. En Algérie, on recense entre 60.000 et 80.000 enfants et adolescents diabétiques.

L’ adolescence est une période charnière de la vie, notam- ment en ce qui concerne la

nutrition, du fait d’une croissance et d’un développement accéléré. Aussi les besoins nutritionnels sont énormes. On observe des change- ments d’habitude et de mode de vie, une consommation excessive de boissons sucrées, des distributeurs automatiques et des fast-foods, ou à l’inverse sauter des repas pour garder la ligne. Tout cela entraîne une ali- mentation déséquilibrée, une trop grande consommation de produits hypercaloriques, trop sucrés, trop gras. C’est dans ce sens que l’associa- tion des diabétiques de la wilaya d'Alger a appelé dimanche à une sen- sibilisation ciblée des adolescents aux produits de large consommation durant l'été, en vue d'éviter d'éven- tuelles complications, sachant que ces derniers représentent 20% des diabétiques au niveau national. Le président de l'Association, M. Fayçal Ouhada, a insisté, à l'occasion d'une campagne de sensibilisation lancée par l'Association au niveau des plages d'Alger sur la nécessité de contrôler les produits de large consommation lors de la période es- tivale notamment la pâte à pizza, les jus et les glaces

CONSTANTINE

Ruée vers

la mer

Les familles constantinoises n’ont pas attendu longtemps après la fin du mois de jeûne pour prendre d’assaut les plages des wilayas cô- tières environnantes, Skikda, An- naba et Jijel en tête. En effet, dès l’après-midi du 1 er jour de l’Aïd, la RN 43, de même que l’autoroute Est-Ouest ont connu une fébrilité notable, et ce en comparaison des semaines passées. Ainsi, certaines familles ont choisi de passer la fête au bord de la plage, à la grande joie des enfants en vacances pour la plupart depuis plus d’un mois. De leur côté, les autorités locales n’ont pas voulu être en reste de cette dynamique, et ce en mettant sur pied le Plan bleu qu’organise l’Office des établissements de jeunes (ODEJ) de la wilaya, et qui devrait concerner, d’ici la fin de la saison estivale, 25.000 citoyens. À ce propos, le directeur de l’ODEJ, Mohamed Leulmi, a déclaré : « le lancement du Plan bleu était prévu pour le weekend passé, cependant, on a enregistré le départ de seule- ment 3 bus. Au rythme où vont les inscriptions, nous pouvons dire que les choses sérieuses commen- ceront vendredi prochain ». Concernant les destinations les plus convoitées par les citoyens, ce dernier a énoncé dans l’ordre :

Collo (Skikda), Jijel et El Kala (El Taref), tout en appelant les familles constantinoises à se présenter au niveau des différents établisse- ments de jeunes (maisons de

jeunes, centres culturels

s’inscrire, moyennant 100 DA. Du côté de la société nationale des transports ferroviaires (SNTF), deux nouvelles destinations sont proposées : une quotidiennement reliant Constantine à Skikda (dé- part à 8h05, retour à 18h20), et une trihebdomadaire (samedi, mardi et jeudi), reliant Biskra à Skikda, en passant par Batna, Aïn Mlila, El Gourzi, Ouled Rahmoune et Constantine. D’autres destinations sont à l’étude : Jijel et Annaba. Ce- pendant, aucune date n’est fixée pour le moment. À signaler que ce programme prendra fin à l’issue de la saison estivale.

I. B.

)

pour

fin à l’issue de la saison estivale. I. B. ) pour Il a en outre attiré

Il a en outre attiré l'attention des adolescents et des adultes sur le café moulu qui, lors de sa fabrication, est mélangé à d'importantes quantités de sucre, soulignant que pour 80 kg de café moulu on ajoute 20 kg de sucre pour doubler son poids, sans se sou- cier de la santé du consommateur. Il a salué la politique de rationali- sation de la consommation du sucre suivie en Algérie, à travers des lois qui fixent les taux réglementés de certains produits dont les boissons

gazeuses. M. Ouhada a appelé à l'évaluation de la situation du diabète chez les adolescents, garçons et filles, profitant de la célébration, cette année en Algérie, de la Journée mon- diale de la population, le 11 juillet. Plus de 4 millions de personnes sont atteintes de diabète au niveau national, dont 80 % suivent un traite- ment de type 2, a-t-il indiqué. Dès l'âge de 18 ans, les adolescents at- teints de diabète trouvent des difficul- tés à prendre en charge les frais de

SOLIDARITÉ À SÉTIF

leur traitement eu égard des coûts

élevés des médicaments, varient entre

4000

nonobstant le problème du chômage auquel est confrontée la majorité des malades et leurs parents. Selon le président de l'association, les causes du taux élevé de diabète chez les adolescents et les enfants sont une mauvaise hygiène de vie, notamment une consommation ex- cessive de boissons gazeuses et des

repes dans les fast-foods, la sédenta- rité et le manque de sommeil. M. Ou- hada a mis en garde contre l'exposition au soleil et la marche pieds nus sur le sable.

A l'occasion de la saison estivale,

une campagne de sensibilisation sera lancée par l'association au cours de

cette semaine pour sensibiliser tous les citoyens.

Il faut dire que sur le plan psycho-

logique, l'adolescent peut être tiraillé entre son désir d'autonomie, qui le conduit à vouloir s'occuper seul de son diabète et sa dépendance aux adultes, notamment, pour les prises de rendez-vous médicaux ou l'achat du traitement à la pharmacie. Il peut aussi refuser de parler de sa maladie à ses amis, par peur d'être mis à l'écart ou considéré comme diffé-

rents. Benhamed Wassila

DA,

et

7000

226.000 repas servis et 2.100 trousseaux

Après un mois de ramadhan où spiritualité et solidarité primaient à tous les niveaux, pour compenser un

temps soit peu la flambée des prix qui

a prévalu tout au long de ce mois, et

répondre ainsi aux attentes des dému- nis, l’heure est venue pour une pre- mière évaluation des efforts et de l’impact produit sur toutes ces couches de la société qui n’en de- mandaient pas tant et qui auront passé ce mois sacré dans des condi- tions jugées satisfaisantes. Pour ce faire, et comme chaque année à cette période, des efforts d’envergure ont été consentis par l’État, plusieurs membres bienfai- teurs et le mouvement associatif ,qui n’est pas resté en marge de cette dy- namique. Ils sont ainsi parvenus, grace à la disponibilité de des ci- toyens, le cœur sur la main, à mettre

du pain sur les tables et de la chaleur dans les cœurs de tous ceux là qui n’ont pas été laissé en marge de cette dynamique de la solidarité. Pour une première évaluation, Sebti Terfaya, directeur de l’action sociale et de la solidarité de la wilaya de Sétif, ne manque pas d’afficher sa satisfaction

: «Nos objectifs ont été même dépas-

sés cette année sur tous les plans et nous ne pouvons que nous en réjouir. Dans ce contexte, les instructions et apports du ministère de la Solidarité

et celles du wali, aidées en cela par la contribution des nombreuses APC, de membres bienfaiteurs et du mouve- ment associatif agissant précisément dans ce domaine, ont été d’un impact plus que positif dans la réalisation des objectifs que nous nous sommes fixé au début du mois de Ramadhan, tant et si bien que ce vent de solidarité a soufflé plus fort que nous ne l’espé- rions. Merci à tous ceux qui ont ap- porté leur contribution et leur touche à la réalisation de tels résultats. » C’est ainsi que plus de 93 000 couffins-kits comprenant des produits alimentaires nécessaires ont été dis- tribués à la veille du mois de rama- dhan aux familles démunies recensées par les éléments des cel- lules de proximité agissant au niveau de la wilaya. Par ailleurs, ajoute notre interlocuteur, 69 restaurants dont 12 relevant des communes, 15 du mou- vement associatif et 42 de bienfai- teurs ont ouvert leur porte, cette année, avec une gestion conforme

aux instructions de la tutelle et des

VACANCES

La Coquette accueille des jeunes du Sud

menus adaptés aux exigences de ce mois de jeune. Des restaurants qui ont travaillés sans répits durant tout ce mois de Ramadhan, d’autant plus impulsés par cette action volontariste qui a permis aux vertus de la solida- rité d’être mise davantage en exergue et attester de bien des spécificités » du peuple Algérien. Pas mois de 226 000 repas, dont 152 000 servis à table et 74 165 à em- porter, ont ainsi fait le bonheur de beaucoup de démunies ou des per- sonnes de passage sur les grands axes routiers de la wilaya, consolidés par les apports de la Sûreté nationale du- rant ce mois de ramadhan ; au terme duquel les apports financiers de Radio Thon organisé sous le haut pa- tronage du wali de Sétif et du direc- teur de la radio Algérienne avec

Radio Sétif se sont traduits par la col- lecte de 812 millions et de nombreux effets vestimentaires flambants neufs.

A ce titre, il est utile de souligner

que 2.101 trousseaux d’habits neufs pour l’Aïd ont été distribués aux en- fants des couches sociales défavori- sées, soit un montant de global de 1 milliard 162 millions de centimes. F. Zoghbi

Des groupes de jeunes en provenance des wilayas du sud du pays dont des enfants âgés entre 6 ans et 14 ans ont bénéficié de camps d’été à Annaba au titre de la saison estivale 2016, a-t-on appris di- manche auprès du respon- sable local des structures et centres d’animation de jeunes. Une première déléga- tion de jeunes venus de la wilaya d’Ouargla a été ac- cueillie à la maison de jeunes "Athmane Bou- maza" d’Annaba dans le cadre de ce programme d’échange entre jeunes, a souligné M. Djamel Boukerdine, pré- cisant que cette opération cible 250 jeunes. Les bénéficiaires de ce pro- gramme auront droit le long de leur séjour à Annaba, à des sorties de dis- traction sur les plages, en plus d’ex-

des sorties de dis- traction sur les plages, en plus d’ex- cursions de découverte sur le

cursions de découverte sur le littoral et dans les sites archéologiques et historiques que recèle la wilaya d’Annaba, a-t-on détaillé de même source, indiquant qu’il est attendu l’arrivée dans les prochains jours de

200 enfants issus des wi- layas de Tamanrasset, Ghardaïa, Tissemssilt, Bis- kra, Batna, et M’sila. Plu- sieurs structures éducatives ont été aménagées pour permettre un meilleur ac- cueil des invités, a-t-on en- core ajouté de même source, précisant qu’il a été également prévu dans le cadre du programme d’ani- mation destiné aux enfants, des concours scientifiques, et culturels en plus d’ex- cursion d’exploration. Parallèlement à ce pro- gramme d’échange entre les jeunes des wilayas du nord et du sud, des pro- grammes d’animation et de distrac- tion sur les plages de la wilaya d’Annaba ont été également prévus au profit des enfants habitant des communes enclavés d’Annaba.

REGARD
REGARD

Les plages envoûtent

l Sidi Fredj, Palm Beach, Azur, Tamaris, les jumelles

et bien d’autres plages sont irrésistibles, à couper le souffle. Toutes les plages des villes côtières sont sur leur «trente et un» en ce début de juillet qui, annonce en fait, du moins socialement parlant, l’ouverture de la saison estivale, décalée cette année encore en raison du mois de ramadhan. Elles sont charmeuses, voire même allumeuses, en cette période de grandes chaleurs. Sa couleur bleue, sa tenue parfaite fait miroiter en nous des besoins de faire trempette et de profiter pleinement au plus vite des bienfaits de la grande bleue. Très

douce ces jours-ci, elle ouvre les bras aux vacanciers qui rejoignent ces lieux de villégiature qui garantissent, détente et farniente, à moindre coût. Les amateurs de

la formule classique « Sea, Sun and Sand » envahissent déjà le littoral et tentent à tous les coups d’oublier les tracasseries du quotidien, l’ennui et l’incommensurable stress. La résolution de se ressourcer au bord de la mer n’attend pas. Il n’est pas question, d’ajourner ces indispensables sorties en mer. Se rendre tous les jours à la plage, seul ou avec des copains, pour se décharger de la charge négative, accumulée durant toute l’année est un pêché mignon. Le tourisme balnéaire, qui a toujours détrôné les autres segments en été, fera, sans doute cette année encore le bonheur des Algériens, notamment avec les dernières mesures prises par le ministère de l’Intérieur et Collectivités locales relatives à l’interdiction de la concession des plages aux personnes privées qui viennent réitérer ainsi le principe de gratuité de l’accès aux plages, sachant que celles-ci demeurent la plaque tournante des estivants.

Congé annuel rime chez-nous avec plage. Cet été encore, des baigneurs succomberont à

l’ensorcellement de Mme Bleue. Une petite escapade au bord de la mer s’impose ! Bonne trempette à

Samia D.

toutes et à tous !

ANNABA

Collision entre un bus et un camion :

23 blessés

Pas moins de 23 blessés ont été enregistrés dans la nuit de samedi à dimanche, lors d’un accident de la circulation survenu à proximité de la nouvelle gare routière de An- naba, a-t-on appris du chargé de la cellule de communication de la protection civile. En effet, un bus de transport de voyageurs assurant la liaison El Tarf-Alger a percuté un ca- mion de collecte des ordures do- mestiques circulant sur la RN 44 Annaba-Berrahal plus précisé- ment au lieu jouxtant la nouvelle gare routière. Àgés entre 13 et 56 ans, les blessés ont été évacués au service des urgences médicales de l’hôpital Ibn Rochd d’Annaba. Une enquête a été ouverte par les éléments de la police judiciaire relevant de la gendarmerie natio- nale pour déterminer les circons- tances exactes de cet accident. Par ailleurs, un autre accident de la circulation a eu lieu au chef lieu de la commune de Sidi Amar, causant la mort du conducteur d’un véhicule touristique qui a heurté de plein fouet un poteau électrique a proximité d’une sta- tion de carburants. B. G.

Mardi 12 Juillet 2016

Culture

13

EL MOUDJAHID

LE COIN DU COPISTE OmarGatlato
LE COIN DU COPISTE
OmarGatlato

symboled’une

génération

l Il y a de ces œuvres cinématographiques qui

se distinguent, d’autres marquent toute une génération, tandis que d’autres parviennent à prendre le statut de «film culte» dont l’aura se transmet à travers les décennies. On ne peut parler du cinéma algérien sans se perdre dans des débats sinueux, notamment de l’étincelle d’un septième art, tellement unique en son genre aux années 70 et 80, qu’il affecte l’émotion et stimule la nostalgie, le regret et parfois la

colère. Lançons un défi, qui est l’Algérien, même le plus inculte, qui ne connaît pas le personnage d’Omar, enfant de Climat de France sur les hauteurs de Bab El Oued, passionné de musique chaâbi, des salles obscures et du Mouloudia d’Alger… Autre indice, l’ami de Moh Smina et de Cocomani, l’employé au service des fraudes, et surtout

le Don Juan dont la virilité n’a

pas de limites, le jeune Algérois aux principes masculins extrêmes… Radjla … le symbole de toute une

génération. Il s’agit bel et bien de Omar gatlato, film emblématique signé Merzak Alouache en 1977 qui a magistralement transmis le vécu social de la cité algéroise

et ses caractéristiques

socioculturelles. Hélas la nouvelle génération, en rupture exponentielle avec les traditions citadines d’Alger de naguère, connaît peu ou pas cette œuvre d’anthologie. La faute à qui ? Éternelle question ! Ce film sélectionné au festival de Cannes salué et primé partout dans le monde n’a pas été projeté dans les salles de cinéma algérien depuis belle lurette, pour ne pas dire depuis plus de 30 ans… un crime à l’encontre de la mémoire du cinéma

algérien. Un festival de cinéma

a enfin songé à rendre

hommage à Omar Gatlato, il s’agit du festival du film arabe d’Oran dans le coup de starter est prévu pour le 22 juillet.

Une initiative qui devrait rendre le sourire sans l’ombre d’un doute à toute l’équipe

artistique du film. Des artistes

à l’exemple de Boualem

Bennani qui ont fait le bonheur de tout un peuple mérite une place au panthéon de la culture algérienne, mais aussi les autres, les comédiens de Tahya ya didou, de Hassan Taxi ou du Clandestin»… Kader Bentounès

HOMMAGE À L’ÉCRIVAIN ABDERRAHMANE ZAKAD

« SUR LE LONG CHEMIN DES ANGES » *

Il a tiré sa révérence dans le plus grand silence, tout seul face à l’Eternel, sans mot dire et crier gare, cette fois, lui qui avait tant protesté contre toutes les formes d’injustice de son vivant, appelant ses contemporains à mieux faire, à rester malgré tout optimiste devant l’adversité ou les maux de l’existence.

devant l’adversité ou les maux de l’existence. Guelma à Skikda en passant dans la capitale par

Guelma à Skikda en passant dans la capitale par Hussein Dey et la Casbah. Il a notamment été di- recteur régional, chargé des programmes d’aména- gement régional, chef de projet de construction, ingénier subdivisionnaire responsable de la réha- bilitation et enfin responsable de l’AADL avec des études sur les vieilles villes et du suivi de la réali- sation de la nouvelle ville de Sidi Abdellah et éga- lement consultant en cartographie. Mais Abderrahmane Zakad avait une fibre sensible pour

l’écriture romanesque, les nouvelles et la poésie. Ses nouveaux amours qui ont constitué la deuxième partie de sa vie consacrée à la création et à la diffusion culturelle. L’auteur de livres comme Un chat est un chat, Jeux de l’amour et de l’honneur, Le vent des musées, Une enfance dans le M’zab, Une femme dans les affaires et du Terro- riste, appréciait les rencontres littéraires et discutait avec les écrivains lors de rencontres-dédicaces et animait sur la Toile, un blog où il affirmait sans ambages qu’«il faut vivre pleinement et intelligem- ment, car la vie est courte» et ajoutait à l’adresse de ses semblables : « De préférence avec le rire et les sourires. Si je suis arrivé à l’âge de 78 ans sans encombre, ni pneus usés, c’est que je vis de l’hu- mour et de l’amour des gens». L’ancien inspecteur principal à la présidence du Conseil, avait été l’élève de Jean Maisonseul, Pierre Salam, Claudine Chaulet et Djillali Sari. Peiné par son décès, son ami qui l’avait bien connu, Mohamed Benhamadi écrit à son sujet : « Il était généreux, volubile, pas- sionné, malheureux de certaines choses et tendu vers ce qu’il faut faire pour changer les choses() Il fut ingénu au point de croire à l’effet de conscience sur les conduites politiques et sociales». Abder- rahmane Zakad avait en outre réalisé des documen- taires, collaboré à divers journaux et s’était vu décerner des prix littéraires, notamment pour les contes qu’il rédigeait pour enfants. Lynda Graba

* Phrase extraite de l’hommage de Mohamed Benhamadi

9 e FESTIVAL DE LA CHANSON ORANAISE

Au rendez-vous de

L’AUTHENTICITÉ

Ce festival se fixe comme objectif de fournir la scène artistique de nouveaux artistes et assurer la relève dans la chanson et la musique oranaise» a déclaré à notre journal, M me Moussaoui Rabéa, la commissaire de la 9 e Edition de la Chanson oranaise qui a débuté, hier soir, au théâtre régional Abdelkader- Alloula. Près d’une cinquantaine d’artistes participent à l’édition de cette année, placée sous le slogan «Une nouvelle génération pour reprendre le flambeau de la chanson oranaise». C’est d’ailleurs, à ce titre, que le commissariat du festival a organisé un grand casting, suite auquel, une douzaine de jeunes talents ont été retenus pour participer à cet évènement aux côtés de leurs aînés, parmi eux Houria Baba, Djahida, Baroudi Benkhedda, Houari Oulhaci, Messabih et Maati El Hadj. Pour M me Rabéa Moussaoui, ce festival jouit d’une grande importance étant donné qu’il est dédié un style musical considéré comme un patrimoine national «Cette musique vient du Bedoui des années 30, avant qu’elle ne soit pas développée par les deux grands maîtres de la chanson oranaise, en l’occurrence le feu Ahmed Whabi et Blaoui El Houari. C’est pourquoi, nous devons tout faire pour la préserver. Justement, ce festival se

tout faire pour la préserver. Justement, ce festival se fixe comme objectif de fournir la scène

fixe comme objectif de fournir la scène artistique de nouveaux artistes, encourager les nouveaux talents et assurer la relève de la chanson oranaise» dira la même responsable avant d’ajouter «Depuis sa naissance et puis son institutionnalisation en 2008, ce festival a permis la découverte de nombreuses voix et talents dont certains ont participé à Alhane wa chabab et ont emprunté la bonne voie vers une carrière artistique prometteuse» a-t-elle indiqué. Pour l’édition de cette année, les organisateurs ont exigé des chanteurs participant de chanter une nouvelle chanson afin d’enrichir le répertoire de la chanson oranaise et relancer la production. L’édition

2016 du festival de la chanson oranaise rend hommage à l’un des piliers de la chanson raï, le regretté Belkacem Boutheldja, disparu en 2015, et également à la chanteuse actrice Meriem Abed. Pour rappel, plus de 120 artistes ont animé la 8 e édition du Festival de la chanson et de la musique oranaise, tenue au théâtre de verdure. La directrice de la culture et commissaire du festival, Rabéa Moussaoui, a introduit une réduction dans le nombre des participants pour cette neuvième édition en raison de la faiblesse du budget alloué à l’événement, expliquée par la conjoncture économique actuelle. Amel Saher

L a nouvelle de la mort de l’homme de plume qui aimait le parfum des villes d’Algérie, était tombé de court car personne ne le savait

souffrant d’une maladie. Abderrahmane Zakad est décédé jeudi dernier à l’âge de 78 ans. Il a été en- terré au cimetière de Garidi et nombreux sont ses amis journalistes, philosophes et éditeurs qui ont réagit à cette annonce et ont tenu à marquer d’un sceau la date de sa disparition rappelant à tous les qualités humaines de l’auteur. Originaire de Bejaia, l’homme avait fait des études d’urbaniste à l’ori- gine avant de s’intéresser aux belles lettres. C’était un homme de terrain qui avait à son actif plusieurs projets d’aménagements et de construction. Cette profession qu’il a mené avec une grande convic- tion pour un métier qui l’habitait littéralement puisqu’il n’avait cessé de militer sa vie durant pour la sauvegarde des villes historiques d’un pays qu’il aimait par-dessus tout même si les dernières an- nées, il piquait des coups de gueule, des colères contre le laisser-aller de certains. Il faut rappeler ici que l’homme était resté un moudjahid qui avait conservé ses idéaux de révolutionnaires et de pa- triote quelque soient les époques, les marasmes, les déceptions, les désillusions, sa ligne de conduite était la même se dévouer pour la patrie qu’il avait contribué à libérer avec ses frères d’armes. Regor- geant d’énergie et d’idées généreuses, il a été ap- pelé après l’indépendance à occuper plusieurs poste et le moins que l’on puisse dire est que sa carrière fut brillante. De 1963 jusqu’aux années 2000, il a sillonné un certain nombre de régions d’Algérie, de Annaba, Tébessa, Souk-Ahras,

THÉÂTRE

Riq Echaytan en

compétition au Maroc

La pièce de théâtre Riq Echaytan, mise en scène par Azzouz Abdelkader prendra part au 2 e Festival international du théâtre de la province de Sidi Kacem (nord du Maroc) prévu du 19 au 23 juillet, a-t-on appris auprès des organisateurs. Produit par la coopérative "Sarkhat Errok'h" (le cri de la scène) de Tamanrasset, ce monodrame joué par la comédienne Wahiba Bâali est au programme de la compétition officielle de cette édition avec sept autres spectacles produits par des troupes marocaines d'autres pays arabes ou européennes. Comédienne de renom, Wahiba Bâali doit son succès à sa première apparition professionnelle sur les planches avec son rôle dans Nedjma, une adaptation éponyme du roman de Kateb Yacine) mise en scène par Ahmed Benaïssa qui avait réuni en 2013 des comédiens amateurs autour de cette œuvre référence. Deux ans plus tard, la comédienne avait remporté le Prix de la meilleure interprétation féminine pour cette même pièce au 15 e festival international du théâtre d'El Bouqâa au Soudan. Avec cette troupe, Wahiba Bâali participe activement au développement du théâtre dans sa région, Tamanrasset, et tout le sud du pays. Créé en 2015 par la troupe locale de théâtre "Nour Edidjour", ce festival ambitionne de lancer une dynamique locale autour du 4 e art, de permettre l'échange et de promouvoir la culture du théâtre en donnant l'opportunité au public de découvrir des artistes venus d'autres horizons.

SÉTIF

Le roman algérien à la page

Un premier séminaire national sur le roman al- gérien réunira à partir de mercredi prochain, au théâtre communal de Sétif, critiques, universi- taires et romanciers à l’initiative de l’associa- tion culturel "Ennibras". Une quarantaine de ro-

manciers et critiques prendront part à ce ren- dez-vous littéraire qui coïncide avec la célébra- tion du 54 e anniversaire de la double fête de l’In- dépendance et de la Jeu- nesse, a indiqué Nabil Ghendoussi, président d’Ennibras qui organise

cette rencontre avec le concours de l’Assemblée populaire communale (APC) de Sétif. La rencontre prendra la forme d’un dialogue- débat entre les critiques et les romanciers, assure Ghendoussi qui cite, entre autres participants, le D r

Saïd Boutadjine de l’uni- versité de Mostaganem et les romanciers Amine Zaoui et Smaïl Yebrir. Une trentaine de commu- nications avec des séances face-à-face critiques-ro- manciers sont program- mées durant cette rencontre qui verra no-

tamment l’analyse du roman Fi Hadhrat El Ma de Mabrouk Dridi, lauréat du 3 e prix au concours Sharjah (Emirats arabes unis), ainsi que Irhabisse et Confessions d'Asse- krem d’Azzedine Mi- houbi.

Vie pratique

21

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du mardi 7 Chaoual 1437 correspondant au
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mardi 7 Chaoual 1437
correspondant au 12 juillet 2016 :
- Dohr … 12h54
- Asr 16h45
- Maghreb 20h12
- Ichaa……………… 21h49
Mercredi
8
Chaoual
1437
correspondant au 13 juillet 2016 :
- Fedjr
03h51
- Echourouk
05h39
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Président-Directeur Général
de la Publication
Achour CHEURFI
Directeur de la Rédaction
Mohamed KOURSI
Rédacteur en chef
Kamal OULMANE
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de
Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service commercial
: 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation
A notre cher fils Laifaoui Hamza Abdelhak Après une longue et dure année, ton travail

A notre cher fils

Laifaoui Hamza Abdelhak

Après une longue et dure année, ton travail vient d’être récompensé par ta réussite à l’examen de 6 e . En cette heureuse occasion, maman, papa, tes sœurs, tes grand-parents, tes tantes et tes oncles, tes cousins et cousines, toutes les familles Laifaoui et Tayeb te félicitent et te souhaitent beaucoup d’autres succès incha’Allah.

nous sommes fiers de toi.

El Moudjahid/Pub du 12/07/2016

Un grand bravo à Zakaria Moumenine pour sa réussite à l’examen du BEM avec mention

Un grand bravo à

Zakaria Moumenine

pour sa réussite à l’examen du BEM avec mention « très bien ».

Les familles Moumenine et Kalkef sont fières de toi et te souhaitent d’au- tres succès dans tes études Inchallah.

El Moudjahid/Pub du 12/07/2016

Anniversaire Mon grand garçon Après des Amir années de travail acharné, ma petite princesse Abderrahmane
Anniversaire
Mon grand garçon
Après
des
Amir
années de travail
acharné, ma petite
princesse
Abderrahmane
Nessah Melina
TRIAKI
Bravo
Nessah
Melina
vient d’obtenir sa
récompense, un BEM avec
une brillante moyenne de
13,24.
En cette heureuse
occasion, ton père Chaâbane
et ta mère te souhaitent tout le
meilleur pour ta future carrière
et te félicitent pour ta belle et
grande réussite.
Tu entres dans ta
cinquième année. 5
ans de bonheur pour
nous.
Mon fils chéri ! Tu
nous étonnes chaque jour un peu plus
par ta joie de vivre.
Tu es pour ton papa et ta maman un
cadeau de la vie, notre raison de vivre
Yacine, tes grands-parents, tes tantes
et oncles ainsi que tes cousins et spécia-
lement Rania se joignent à nous pour te
couvrir de doux bisous.Tes parents ché-
ris qui t’aime plus que tout au monde …
El Moudjahid/Pub du 12/07/2016
El Moudjahid/Pub du 12/07/2016

COndOléAnCES

COndOléAnCES
Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le ministre des

Le ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, le secrétaire général et l’ensemble des fonctionnaires, très affectés par le décès du père de leur collègue M. lARbAOuI Mohamed Enadir, lui présentent ainsi qu’aux membres de sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion.  Ils prient Dieu le Tout-Puissant d’accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et de l’accueillir en Son Vaste Paradis.

A Dieu nous appartenons et à lui nous retournons.

A Dieu nous appartenons et à lui nous retournons.

El Moudjahid/Pub

ANEP 422776 du 12/07/2016

COndOléAnCES

COndOléAnCES
Le ministre, le secrétaire général, le chef de cabinet et l’ensemble du personnel du Ministère

Le ministre, le secrétaire général, le chef de cabinet et l’ensemble du personnel du Ministère de l’Enegie très affectés par le décès de la mère de M me dzIRI née KERROuChE nadjia, fonctionnaire au ministère de l’Energie, présentent à l’intéressée et à toute sa famille leurs condoléances les plus attristées et les assurent de leur profonde sympathie.

Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son

Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis.

A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

El Moudjahid/Pub

ANEP 422756 du 12/07/2016

Société de Maintenance Industrielle et Fours EPE-SMIF Spa Filiale du groupe GICA SMQcertifié selon la

Société de Maintenance Industrielle et Fours EPE-SMIF Spa Filiale du groupe GICA SMQcertifié selon la norme ISO9001-2008

AvIS d'AnnulATIOn de l’appel d’offres national et international restreint

n° 02/dT/SMIF/2015

La Société de Maintenance Industrielle et Fours (SMIF) dénommée par abréviation EPE SPA SMIF, Filiale du Groupe GICA, sise à BP 77 Meftah, wilaya de Blida, porte à la connaissance de l'ensemble des soumissionnaires à l'avis d'appel d'offres national et international restreint

n° 02/dT/SMIF/2015 Relatif à l'acquisition de :

- «deux (02) nacelles articulées, tous terrains, motorisées sur roues, hauteur de travail 38 à 42 mètres»

Est annulé.

El Moudjahid/Pub

ANEP 212130 du 12/07/2016

COndOléAnCES

Les membres du Conseil d’Administration, le Syndicat d’Entreprise et l’ensemble du personnel de la Banque Extérieure d’Algérie, profondément affectés par le décès de la belle-mère de M. KESSASRA Saïd, président- directeur général, présentent à sa famille leurs sincères condoléances et l’assurent en cette pénible circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub

ANEP 422642 du 12/07/2016

PERdu-TROuvé

Perdu depuis le 30 juin 2016, un cachet rond portant la mention suivante :

Entreprise Travaux bâtiment (T.C.E) bIOuR SAId Cité benzerga Groupe 04 n° 61 dergana (b.E.K) - Alger RC : 04 A 4811105

et une griffe carré portant la mention :

le directeur bIOuR SAId

A cet effet, l’entreprise décline toute responsabilité quant à l’utilisation frauduleuses de ces derniers.

El Moudjahid/Pub du 12/07/2016

Enquête de Commodo et incommodo

Il est porté à la connaissance des citoyens qu'une enquête de commodo et incommodo a été ouverte portant sur l'impact de l'environnement d'un projet de production de boissons gazeuses sur décision n°1697 du 10/07/2016 SISE zOnE InduSTRIEllE SIdI SAlEM n°40, sup 500 m2, commune El-Bouni, daïra El-Bouni, W. Annaba, au profit de Frikh Fethi.

Toute personne désirant se protester à ce projet doit se présenter à l'APC pour s'inscrire dans le registre dans un délai de 15 jours à partir de la parution de cette annonce.

El Moudjahid/Pub du 12/07/2016

Mardi 12 Juillet 2016

Sports

22

EL MOUDJAHID

U23

Les OLYMPIQUES en stage

L’ équipe Nationale olym- pique a repris le boulot après une courte pause,

le temps, pour les joueurs, de fêter l'Aid El Fitr en famille. Les capés

de Pierre-André Schurmann ont effectué une légère séance de dé- crassage, samedi et vingt joueurs de la sélection olympique se sont entraînés deux fois, dimanche. Les trois joueurs manquant à l'appel, en l'occurrence Mohamed Benkhemassa, Ryad Kenniche et Oussama Derfalou, évoluent ac- tuellement loin du groupe pour cause de blessure. Le premier cité s'est contenté d'un travail de ren- forcement musculaire, alors que les deux autres ont effectué un contrôle médical "à cause de quelques bobos sans gravité", nous annonce la FAF. Comme attendu, Ramy Bense- baini et Said Benrahma ont brillé

attendu, Ramy Bense- baini et Said Benrahma ont brillé par leur absence durant ce stage. Les

par leur absence durant ce stage. Les deux internationaux rateront

à coup sûr la double confrontation face à l'Irak, entrant dans le cadre

STADE DU 8-MAI 1945 DE SÉTIF

de la préparation des JO, "événe- ment" important pour les U23. Apparemment, les deux joueurs n'ont pas été autorisés à prendre part à ce stage par leur club res- pectif. Sur le principe, Saïd Ben- rahma sera présent pour le stage en Espagne, contrairement, selon toute vraisemblance, à Ramy Bensebaini que Christian Gour- cuff voudrait garder pour la pré- paration d'avant-saison du Stade Rennais. Le joueur refuse pour le moment de se prononcer, mais tous les indices laissent penser que l'ancien défenseur du Paradou AC déclarera forfait pour les JO. Comme les clubs professionnels ne sont pas obligés de céder leurs internationaux pour les JO, Chris- tian Gourcuff ferait valoir ce "droit" dans le cas Bensebaini. Amar Benrabah

Installation d’un système de TÉLÉSURVEILLANCE

Plus rien ne sera comme avant, les fauteurs de troubles ne pourront plus en- vahir la pelouse du stade du 8 Mai 1945 illégalement et par des jets de projectiles ajoutés, entrainer la disqualification de l’Aigle Noir Sétifien de cette épreuve reine qu’est la Champions League Afri- caine. Des pratiques plutôt étranges pour ce public Sétifien qui a tant brillé, de longues années durant, par sa sportivité, son fair-play et son hospitalité que voici soudainement altérés par des personnes qui visiblement n’ont rien compris aux vertus du sport et toutes ces spécificités nobles, qu’il a depuis la nuit des temps

véhiculé pour consolider l’amitié et la fraternité. Maintenant que les « clameurs » se sont tues, que les lumières se sont éteintes et que la sagesse aura eu raison de tous ces dépasse- ments inutiles et sans point d’impact, sinon celui qui devait impulser cette entente vers les justes ambitions qu’elle animait sur la scène Africaine, ces pseudo supporters auront cer- tainement le temps de se remémorer leurs gestes et paroles inutiles et en mesurer les conséquences. Même si le mal est fait, espé- rons que des enseignements ont été tirés, que plus rien ne sera comme avant. Pour ce faire, le wali accompagné des responsables des ser- vices de sécurité, du directeur de la Jeunesse et des sports et des autorités locales, s’est rendu au stade du 8 Mai 1945 où il a visité la régie de la télé-surveillance qui a été implan- tée récemment à ce niveau pour assurer la couverture des rencontres sportives, de foot- ball notamment, qui attirent une affluence nombreuse.

foot- ball notamment, qui attirent une affluence nombreuse. Dans cette grande salle où sont placés plu-

Dans cette grande salle où sont placés plu- sieurs écrans et autres micro-ordinateurs pour l’enregistrement de tout geste suspect pouvant influer négativement sur le spectacle et par la même donner lieu à une intervention précise et rapide des services concernés, le wali rece- vra des explications et des démonstrations au moment où les responsables de ces équipe- ments procédaient aux derniers réglages. À cet effet, Mohamed Bouderbali , le wali de Sétif ne manquera pas de préciser que l’ins- tallation de ces caméras relève d’une mesure qui a été prise bien avant ces incidents, accu- sant cependant un retard dans l’installation du dispositif : « Nous avons voulu faire coïncider sa mise en fonction avec ce match de la Cham- pions League Africaine contre la formation Sud Africaine, mais malheureusement, il y a encore quelques imperfections techniques qu’il va falloir prendre en charge. Nous avons d’ailleurs instruit l’entreprise de réalisation de

les prendre en charge au plus vite. Nous l’avons également sollicité afin qu’elle nous fournissse un équipement qui soit efficace, efficient et qu’il soit un instru- ment de travail qui sera mis à la disposi- tion des services de sécurité qui, faut-il le souligner, font beaucoup d’efforts pour maitriser la situation lors de chaque com- pétition organisée au stade du 8 Mai 1945. En plus de ce nouveau système, nous avons beaucoup d’autres travaux qui ont été entrepris au niveau de ce stade pour lui rendre l’image qu’il mérite et celle qui convient au statut de l’entente de Sétif. »

« Des choses intolérables »

A propos des 34 personnes dont l’accès à été interdit au stade du 8 Mai 1945, le wali de Sétif poursuivra : «les services de sécurité se feront un devoir de contrôler leur accès au ni- veau du stade. Ce n’est qu’une mesure admi- nistrative qui peut-être suivie par des mesures judiciaires. Je demande donc aux supporters de faire acte de sportivité, un match de foot reste un match, on peut gagner un match et en perdre un autre. Ce n’est pas la fin du monde et cela ne peut en aucun cas constituer des jus- tifications pour aller vers de tels débordements Ce sont des choses intolérables ! Je ne sais pas si ces personnes le font de leur propre chef ou sont guidées par d’autres considérations, mais je le dis et je le redis, je condamne fermement ceux qui sont à l’origine de ces actes malveil- lants, et l’administration avec l’aide des ser- vices de sécurité seront à pied d’œuvre pour lutter contre de tels comportements. » F. Zoghbi

ATHLÉTISME : ÉTATS-UNIS

Allyson Felix manque la qualification sur 200 m

L'athlète Américaine Allyson Felix, championne olympique en titre du 200 m, a raté la qualification sur sa distance de prédi- lection pour les JO-2016, en se classant 4 e des sélections olympiques, dimanche à Eu- gene (Oregon). La quintuple championne olympique n'a jamais été en mesure d'inquiéter Torie Bowie, victorieuse en 22 sec 25/100, devant la surprise Deajah Stevens (22.30). Felix a perdu du temps dans la première par- tie de la course et n'a pas réussi à revenir sur Jenna Prandini qui l'a privée du dernier billet pour Rio (22.53 contre 22.54). La Californienne âgée de 30 ans ira à Rio, puisqu'elle a décroché sa qualifi- cation sur 400 m le week-end dernier. Mais elle n'imitera pas sa compatriote Va- lerie Brisco-Hooks et la Française, Marie-José Pérec, les deux seuls à avoir réussi le doublé 200/400 m lors de la même quinzaine olympique, respectivement en 1984 et 1996. Felix avait abordé les "trials" dans le plus grand flou en raison d'une blessure à la cheville droite qui, depuis fin avril, a perturbé sa préparation et n'a pas pu notamment s'entraîner en sprint.

et n'a pas pu notamment s'entraîner en sprint. TENNIS : WIMBLEDON-2016 Deuxième titre pour le

TENNIS : WIMBLEDON-2016

Deuxième titre pour le Britannique Andy Murray

Le joueur britannique Andy Murray a remporté pour la deuxième fois le tournoi de Wimbledon, après sa victoire en finale devant le Canadien Milos Raonic, 7e mondial, en trois sets 6-4, 7-6 (7/3), 7-6 (7/2). C'est le troisième titre majeur pour l'Ecossais après l'US Open en

2012 et l'édition 2013 de Wimbledon. Murray a proposé un jeu solide de bout en bout, avec une qualité de retour et une résistance dans les échanges qui ont posé de gros problèmes à l'outsider Raonic, malgré ses coups de canon au service. L'Ecossais ne voulait tout simplement pas rater une belle occasion d'être sacré une nouvelle fois devant son public. Depuis trois ans, il ne gagnait plus de grands tournois, empêché par ses trois encombrants rivaux : Rafael Nadal, Roger Federer et surtout Novak Djokovic. Murray (29 ans) a remporté durant sa carrière 37 tournois dont 2 en 2016 (Rome, Queen's).

et surtout Novak Djokovic. Murray (29 ans) a remporté durant sa carrière 37 tournois dont 2
CYCLISME : TOUR DE FRANCE Contador s’arrête à la 9 e étape Le coureur espagnol
CYCLISME :
TOUR DE FRANCE
Contador
s’arrête
à la 9 e étape
Le coureur espagnol Alberto
Contador (Tinkoff), double
vainqueur du Tour de France, s'est
arrêté dès la 9e étape, après avoir
renoncé à une centaine de
kilomètres de l'arrivée à Arcalis
(Andorre). Avant la 9 e étape,
Contador avait chuté à deux
reprises et comptait déjà lors de
cette étape, un retard de trois
minutes au départ sur le maillot
jaune, le Britannique Chris Froome
(Sky). L'Espagnol, âgé de 33 ans a
gagné à deux reprises le Tour, en
2007 et 2009. Ambitieux, au départ
du Mont-Saint-Michel, alors qu’il
espérait lutter pour le maillot jaune
à Paris, Contador est tombé à deux
reprises en début d'épreuve lors des
deux premières journées passées
dans la Manche.
Blessé sur les deux côtés du
corps, le Madrilène a gardé le
contact avec les favoris du Tour
jusqu'à la 5 e étape au Lioran, où il
a été légèrement distancé. Dans les
Pyrénées, il a été de nouveau à la
peine lors de la 8 e étape, menant à
Bagnères-de-Luchon.
Au classement général, l'Espagnol,
relégué à la 20 e place, pointait à 3
min 12 sec de Froome au départ de
l'étape à Vielha (Espagne).
«Jusqu'à présent, mon Tour a été
difficile, vraiment compliqué»,
reconnaissait Contador dimanche
matin. «J'ai perdu beaucoup de
temps et, pour le classement
général, ce n'est pas bon». Dans
cette étape, le Castillan s'est laissé
décrocher plusieurs fois pour
parler avec la voiture de son
directeur sportif. Dans l'ascension
du Port del Canto, la deuxième des
cinq montées du jour, il a fini par
mettre pied à terre, poser le vélo, et
prendre place sur le siège passager
avant. Pour Contador, le Tour de
France était son grand objectif de
la saison, avant les JO-2016 de Rio
le mois prochain.
Depuis sa seconde victoire en
2009, l'Espagnol a cumulé les
déceptions sur le Tour. Sa victoire
de 2010 lui a été retirée l'année
suite à cause d'un contrôle
antidopage positif, pour quelques
nanogrammes de clenbutérol.
Absent en 2012, il a échoué près du
podium en 2013 et a été contraint à
l'abandon l'année suivante après
une chute dans la descente d'un col
des Vosges. L'an passé, Contador
avait gagné le Giro mais il n'avait
pu faire mieux que 5e dans le Tour,
à près de dix minutes de Froome.

Mardi 12 Juillet 2016

Sports

23

EL MOUDJAHID

LIGUE 1-MOBILIS

RENFORTS et questionnements

Les années passent et se ressemblent pour nos clubs de l'élite. À chaque fin de saison, ils sortent un peu affaiblis après les grosses dépenses consenties pour non seulement terminer la saison dans de très bonnes conditions, mai aussi pour payer les joueurs afin d'éviter la menace de la commission des règlement des litiges.

D’ ailleurs, avant même le début de la présente saison, plusieurs clubs

de Ligues 1 et 2 sont interdits de recrutement s'ils n'apurent pas leurs situations respectives vis-à- vis de leurs joueurs. Si l'on prend en ligne de compte les directives de la LFP, plusieurs clubs ris- quent ainsi d'en pâtir. Ceci dit, et malgré les sérieux problèmes fi- nanciers auxquels nos clubs sont confrontés, ils continuent de se comporter comme s'ils n'étaient exposés à aucun ennui. Ce qui est faux ! Toutefois, ils ne veulent pas assumer les réalités de leurs situations. On a agi comme s'ils n'étaient nullement concernés par ce qui se passe autour d'eux. Faisant fi des appels fré- quents de la commission des rè- glements des litiges et aussi les mises en garde de la LFP, les clubs professionnels de Ligue 1 espèrent toujours un coup de pouce de la part des pouvoirs pu- blics pour les aider à surmonter leur mauvaise passe actuelle. Toutefois, les spécialistes et les

mauvaise passe actuelle. Toutefois, les spécialistes et les observateurs ne comprennent plus rien, lorsqu'ils voient

observateurs ne comprennent plus rien, lorsqu'ils voient les dé- penses tous azimuts de ces mêmes clubs. D'abord, sur le plan du recrutement, on peut dire qu'ils ne lésinent pas sur les moyens pour se renforcer et se renouveler. Les «grosses cylin- drées», comme on a tendance à les appeler, font leurs «mues»,

un peu comme les «reptiles» à chaque fin de cycle. Nombreux parmi eux ont recruté jusqu'à 12 joueurs, parfois 15. C'est-à-dire plus de 50% de leurs effectifs de la saison écoulée. Sont-ils, à ce point, mécontents par leurs joueurs de l'exercice passé ? On peut le supposer. Car ils laissent perplexes tous ceux qui suivent

de plus près notre «jeu à onze». Si on recrute plus de 10 joueurs durant ce mercato d'été, c'est que l'effectif antérieur était vraiment en deçà des espérances. L'USMA, par exemple, a prati- quement renouvelé complète- ment son effectif. Il y' a aussi le MCAlger, la JSK, l'ESS, le CSC, le DRBT, le MCO et les autres. Une politique qui ne peut qu'être «ruineuse» pour nos clubs et no- tamment ceux qui vont jouer les compétitions africaines et arabes. Il est certain qu'ils seront confrontés à des problèmes de cohésion et de bonne entente entre joueurs. Ce n'est pas les stages que certains de nos clubs sont en train d'effectuer à l’étran- ger qui vont régler les choses, et ce malgré le fait qu'ils vont jouer des matches amicaux sur place. Jusqu'ici, cette façon d'agir n'a pas donné les résultats escomp- tés. Et nos clubs ne veulent aucu- nement changer de politique sportive pour améliorer les

choses. Hamid Gharbi

 

EURO-2016

Le Portugal sur le toit de l’Europe

  EURO-2016 Le Portugal sur le toit de l’Europe Le Portugal a gagné l'Euro-2016 en s'imposant

Le Portugal a gagné l'Euro-2016 en s'imposant face à la France (1-0) en pro- longation, au Stade de France, décrochant son premier titre international malgré la sortie sur blessure de la star Cristiano Ro- naldo en début de match. Un but d'Eder à la 110 e minute permet à la Seleçao d'effacer le souvenir traumatisant de l'Euro-2004 et une finale perdue à domicile face à la Grèce. Le match a été marqué par les larmes de Cristiano Ronaldo touché au genou et contraint de sortir sur une civière dès la 25 e minute. Avant le but d'Eder, un des tournants du match a été la frappe sur le poteau d'André-Pierre Gignac. Maigre consolation pour les français, Antoine Griezmann termine meilleur buteur de l'Euro-2016 avec six buts.

Palmarès et finales du Championnat d'Europe des nations, dont la 15 e édition s'est achevée dimanche par la victoire du Portugal face à la France (1-0, a.p) au Stade de France :

1960

: URSS (bat Yougoslavie 2-1 a.p.)

1964

: Espagne (bat URSS 2-1)

1968

: Italie (bat Yougoslavie, 1-1 puis

2-0 en finale rejouée)

1972

: RFA (bat URSS 3-0)

1976

: Tchécoslovaquie (bat RFA 2-2

a.p., 5-3 t.a.b.)

1980

: RFA (bat Belgique 2-1)

1984

: France (bat Espagne 2-0)

1988

: Pays-Bas (battent URSS 2-0)

1992

: Danemark (bat Allemagne 2-0)

1996 : Allemagne (bat République

tchèque 2-1 but en or)

2000

: France (bat Italie 2-1 b.e.o.)

2004

: Grèce (bat Portugal 1-0)

2008

: Espagne (bat Allemagne 1-0)

2012

: Espagne (bat Italie 4-0)

2016

: Portugal (bat France 1-0 a.p)

Bilan :

3

titres : Allemagne (et RFA), Espagne

2

titres : France

titre : URSS (Russie), Italie, Tchéco- slovaquie (République Tchèque), Pays-

1

TOTTENHAM HOTSPURS

Bentaleb, proche de la sortie

L’avenir de Nabil Banta- leb avec la formation An- glaise de Premier League, Tottenham Hot Spurs, semble compromis. L’international algérien ne fait plus partie des plans du coach argentin Mauricio Pochettino, bien que le joueur en question jouit d’une grande estime des supporteurs de la formation Londonienne. Notamment depuis l’arrivée, il y a dix jours, du joueur Kenyan Vic- tor Wanyama. Les choses se sont un peu plus confirmées, dimanche, à l’occasion du match amical disputé face à l’équipe de Nottingham Fo- rest, qui s’est soldé par un succès écrasant de 3 à 0 de Tottenham. Malgré l’absence des cinq internationaux An- glais du club londonien, en l’occurrence Harry Kane, Kyle Walker, Danny Rose, Dele Alli et Eric Dier, Benta- leb, qui avait repris les entrai- nement avec son teams avec le premier groupe, a chauffé le banc. Il a été incorporé dans les dernières minutes de

banc. Il a été incorporé dans les dernières minutes de cette partie amicale. Même s’il a

cette partie amicale. Même s’il a contribué à la réalisa- tion du troisième but, son cas est visiblement tranché par le staff technique des Spurs qui n’avait d’yeux que pour la nouvelle coqueluche Wa- nyama. Arrivé au club au cours de la saison 2013/2014, Bentaleb a tout de suite mar- qué les esprits en s’offrant une place de titulaire. Cepen- dant, ses blessures à répéti- tion au genou et à la cheville, ont poussé l’entraîneur à le recaler au second rang, en faisant plus confiance à

Dembélé et à Dier. L’ancien Lillois n’a disputé que 167 minutes durant toute la sai- son. Ainsi, avec l’arrivée d’autres éléments au club, qui ne manque d’ailleurs pas d’afficher ses intentions de jouer les premiers rôles en Angleterre et en Ligue des Champions la saison pro- chaine, le milieu de terrain des Verts est clairement poussé vers la porte. Toute- fois, ses agents, en l’occur- rence son frère Karim et Karim Yebda, le frère de l’ancien international algé- rien Hassan, sont déjà en contact avec plusieurs clubs, à l’image de Naples et Crys- tal Palace. Après avoir eu une discussion avec le président Levy, Bentaleb à choisi de re- prendre les entrainements avec son club dans l’espoir de reconquérir sa place de ti- tulaire. S’il s’avère que Po- chettino ne lui fait pas confiance, il souhaite être li- béré.

Rédha M.

OLYMPIQUE DE LYON

Aulas met la pression sur Ghezzal

Rachid Ghezzal a repris les entraînements avec son club, l’Olympique de Lyon. Toutefois, la situation de l’in- ternational algérien n’est tou- jours pas réglée. L’attaquent vedette de la formation rho- danienne, dont le contrat ex- pire en juin 2017, a rejeté l’offre du président Aulas pour prolonger. Ghezzal, qui touche un salaire de 20.000 euro par mois, veut une reva- lorisation conséquente. Il souhaite que ses indemnités salariales soient alignées sur les mensualités des cadres de l’équipe à l’image de Fekir et Lacazette (200.000/mois). Dimanche, à l’issue de la ren- contre amicale face au Zenith Saint Petersbourg, Michel

Aulas s’est exprimé sur le

sujet pour mettre un peu plus

la pression sur l’attaquant des verts. «Pour le moment, il y a un débat autour de Rachid. Il

«Pour le moment, il y a un débat autour de Rachid. Il y a ceux qui

y a ceux qui souhaitent qu’il reste et ceux qui imaginent que c’est en réclamant plus qu’on peut obtenir plus. Je pense que Rachid a intérêt à rester ici. Je lui ai encore écrit dernièrement. On lui a fait une offre très intéressante. L’OL a besoin de Rachid. Tout autour du stade, il n’y a que des supporters de Rachid. Mais, il faut vrai- ment qu’il confirme. Ça se- rait dommage pour sa

carrière de partir trop tôt. Il aura encore l’occasion de partir plus tard», s’est ex- primé dans les médias de l’Hexagone, le président de l’OL, qui n’a pas manqué d’enfoncer le clou en annon- çant l’arrivée d’un attaquant colombien, pour mettre un peu plus la pression sur Ghezzal. «Nous sommes sur le point de conclure avec le Colombien sociétaire de la formation argentine du Ra- cing. Roger Martinez est un attaquant dont on dit le plus grand bien. Ca sera un renfort de qualité pour Lyon en pré- vision de la Ligue des cham- pions, notamment», a-t-il souligné. Par ailleurs, l’inter- national algérien est bousculé par les clubs qui souhaitent l’enrôler. Sa situation devrait être tranchée dans les quelques jours à venir. R. M.

DANS LA LUCARNE
DANS LA LUCARNE

On continue de faire ses emplettes

l A peine la saison 2015/2016 terminée, nos clubs ont déjà mis la

main à la poche pour entamer l'opération relative à la préparation de la nouvelle saison. Quels que soient les moyens des différents protagonistes, on ne recule devant rien pour faire ses «emplettes» et se renforcer pour le prochain exercice qui pointe déjà à l'horizon. Lorsqu'il s'agit de ramener de nouveaux joueurs, aucun club ne rechigne sur les moyens pour atteindre l'objectif qu'il s'était fixé. Pourtant, on a limité les effectifs pour chaque club à 22 joueurs, même pour les formations engagées dans les compétitions africaines et arabes. Nombreux sont ceux qui ont libéré plus de 12 joueurs tout en engageant autant. Une frénésie qui semble s'imposer à tous, et les présidents de clubs trouvent, apparemment, leurs comptes. Car, on constate, à chaque fin d'exercice, le nombre très important de dossiers au niveau de la commission de règlement des litiges. Plus de 33 joueurs ont été victimes des présidents de clubs mauvais payeurs. On ramène des joueurs en début de saison. On leur promet monts et merveilles avant de refuser de les payer en dernier ressort. A vrai dire, il s'agit d'un marché de dupes, le plus souvent favorable aux présidents de clubs, surtout que pour libérer un joueur donné, on exige de celui qui est

intéressé les «yeux de la tête». On ne se refuse rien pour convaincre le joueur «ciblé». Pour se payer les services de Nekkache, le MCA d'Omar Ghrib n'a pas été avare sur les «dinars». Il avait réussi à l'enrôler en dépit de la concurrence de l'USMA, de la JSK et du CSC. Ce dernier, pourtant figure parmi les quinze clubs qui sont interdits de recrutement par nos instances sportives, notamment la LFP. En dépit de la mesure prise en réunion du Bureau Fédéral de la FAF à Sidi Moussa, certains clubs ne prennent pas, à priori, au sérieux cette mesure du fait qu'ils se sont renforcés comme si de rien n'était. Ces situations ont tendance à se répéter de saison en saison. Les clubs en question se disent dans leur for intérieur qu'ils ne seront pas sanctionnés et que les structures qui gèrent notre football finiront toujours par fermer les yeux. Sauf si

H. Gharbi

T

OPS

EURO-2016 :FRANCE

Ils ont perdu une prime de 300.000 euros

Les « 23 » joueurs de l'équipe de France de football ont perdu une prime de 300.000 euros après leur défaite (1 à 0) devant le Por- tugal en finale du Championnat d'Europe des nations (Euro-2016), ont révélé des mé- dias locaux. Le montant de cette prime aurait été fixé juste avant le coup d'envoi de la compétition, lors d'une réunion entre la Fé- dération française de football (FFF) et les re- présentants de l'équipe de France. "Réuni avec les deux délégués de la sélection fran- çaise, Hugo Lloris et Blaise Matuidi, juste avant le début de l'Euro pour fixer le mon- tant de la prime des joueurs, le président de la FFF, Noël Le Graët, a donné son accord pour une récompense de 300.000 euros", ont rapporté des médias locaux. "C'est une somme acceptable", aurait-il indiqué pen- dant ces négociations.

Mardi 12 Juillet 2016

MESSAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA À SON HOMOLOGUE SAHRAOUI SOLIDARITÉ CONSTANTE Le Président de la République,

MESSAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA À SON HOMOLOGUE SAHRAOUI

SOLIDARITÉCONSTANTE

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à M. Brahim Ghali, à l’occasion de son élection samedi dernier, secrétaire général du Front Polisario et Président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) dans lequel il a souligné la «constante solidarité fraternelle de l’Algérie» avec le peuple du Sahara occidental.

«E xcellence, cher frère. A l’occasion de votre élection à l’unanimité Secré- taire général du Front Polisario et

Président de la République arabe sahraouie dé- mocratique, je saisis cette heureuse occasion pour vous adresser au nom de l’Algérie, peuple et gouvernement, et en mon nom personnel, mes sincères félicitations et mes meilleurs vœux de succès dans l’accomplissement de votre noble mission », écrit le Chef de l’Etat dans son mes- sage. « Vous avez de tout temps fait preuve, aux côtés de vos compagnons de lutte, d’une déter- mination accrue à l’attachement à la vie, et d’une force sans pareil à faire face aux épreuves, une qualité que votre peuple a fait sienne, ce qui lui a valu le soutien de l’Afrique et la solidarité des autres peuples épris de justice et qui croient en la conformité de votre cause à la légalité in- ternationale. A aucun moment le Sahara occi-

légalité in- ternationale. A aucun moment le Sahara occi- dental n’a montré, aussi bien durant la

dental n’a montré, aussi bien durant la lutte armée que durant les négociations et les quatre dernières décennies, de sentiments d’hostilité à l’égard de l’autre, vouant ainsi un respect à la sacralité de la vie humaine et aux valeurs de co- existence avec le voisinage sur la base d’une vi- sion tournée vers un avenir unificateur de tous les pays de la région », souligne le Président Bouteflika. « Alors que vous vous apprêtez à assumer cette lourde responsabilité qui incombait au martyr président Mohamed Abdelaziz, cet homme qui a fait preuve de sagesse, de clair- voyance et du sens de la responsabilité, ce grand dirigeant dont les hautes qualités reflètent les valeurs de son peuple, je vous réaffirme la constante solidarité fraternelle de l’Algérie à son voisin le peuple du Sahara occidental», conclu le Chef de l’Etat.

DÉCÈS DE MOHAMED BOUARROUDJ, ANCIEN DIRECTEUR DU QUOTIDIEN ECHAÂB

PARMI LES PIONNIERS DU JOURNALISME POSTINDÉPENDANCE

M. Mohamed Bouarroudj, an- cien directeur du quotidien national en langue arabe Echaab est décédé avant-hier à l’âge de 81 ans des suites d’une longue maladie. Il fai- sait partie des pionniers et des pi- liers de la presse algérienne postindépendance. Ici quelques étapes du parcours de ce journaliste nationaliste et de cet animateur modeste, homme de conviction, compétent et disponible pour son pays. Né le 8 octobre 1935 à Mila, après ses études à l’Institut Benba- dis de Constantine (1950-1954), il obtient son baccalauréat à Lattaquié (Syrie) en 1957 et une licence en droit de l’Université de Damas en 1961 avant de rejoindre, pour une année, la Faculté militaire de Bagh- dâd. A l’indépendance, il rentre au pays et fait partie des premiers jour- nalistes qui vont animer le quotidien Echaab depuis le mois de décembre 1962 jusqu’à ce qu’il accède à sa di- rection (1980-1984). Bouarroudj commence à mener une activité journalistique en 1959 au moment où il étudiait à la Faculté de droit de Damas. Il faisait partie d’un groupe d’étudiants algériens chargé par le bureau du FLN d’animer une émis- sion radiophonique à caractère poli- tique destinée au Maghreb. Parmi

à caractère poli- tique destinée au Maghreb. Parmi ces étudiants, il y avait Mohamed Mehri, Belkacem

ces étudiants, il y avait Mohamed Mehri, Belkacem Khammar et El Hachemi Kaddouri. Après l’indé- pendance du pays, il était parmi le premier noyau qui anime le premier quotidien algérien de langue arabe :

Echaab. Ce noyau comprend Mohand Oubélaid Saïd, comme secrétaire général de rédaction qui venait des Affaires étrangères, Ahmed Gha- zali, futur wali et ministre de l’Ha- bitat, Abderrezak Guessoum, futur président de l’Association des Ou- lémas d’Algérie, Larbi Zoubeiri, futur président de l’Union des Ecri- vains et des Journalistes Algériens ainsi que Brahim Azzouz comme maquettiste (et futur animateur de l’émission météo à la télévision), Tayeb Cherif, écrivain tunisien et Zineb Tébessi, l’épouse de Moha- med El Mili, le directeur général. En 1967, il cède sa place de rédacteur en chef pour la radio nationale. A la fin de l’année 1980, il revient au quotidien Echaab comme directeur, nommé par M. Abdelhamid Mehri, alors ministre de l’Information. Il voulait moderniser le journal en lui cherchant un nouveau local et en le dotant d’une nouvelle impri- merie offset. Si le local d’Hussein Dey (une partie d’une vieille ca- serne réaménagée avec beaucoup de difficultés) a pu être réceptionné,

l’imprimerie est demeurée bloquée au port. En 1984, M. Bachir Rouis, le nouveau ministre après M. Boua- lem Bessaieh, lui propose alors de diriger une nouvelle entreprise de presse (El Massa), mais il refuse. Avec l’ouverture politique, après les événements d’octobre 1988, il re- joint, pour un temps, El Badil, l’or- gane du Mouvement pour la Démocratie d’Ahmed Ben Bella qui paraissait en France avant de se consacrer à la construction d’une maison familiale et de l’exégèse du Coran qu’il intitulera At Tafsir al djami’ al mokhtassar paru chez Dar el Mizane tout en restant attentif à l’évolution du pays (1). En 1992, il

a été nommé membre de l’Observa-

de

toire

Ach. C.

l’homme.

national

des

droits

(1). Debili (Ahmed).- Mohamed Bouarroudj chahid ‘ala marhala mouhimma min massar echaab :

«sahifat achaab bada-at tariqouha mithla athawra bi khatawat takbor thoumma tatawassa’ », in numéro spécial du quotidien Echaab paru en 2012 intitulé « Massiratou nisf qarn…Aqlam hibrouha min ‘araq wa dam », pages 20 et 21.

CONDOLÉANCES DE M. HAMID GRINE, MINISTRE DE LA COMMUNICATION

Suite au décès de Mohamed BOUARROUDJ, ancien direc- teur général du journal Echaâb et ancien cadre du ministère de la Communication, le ministre de la Communication, Monsieur Hamid GRINE, peiné par cette disparition, adresse à la famille du défunt ses sincères condoléances et l’assure de sa solidarité et de sa compassion. Puisse Dieu accueillir le défunt en Son Vaste Paradis A Dieu nous sommes et à Lui nous appartenons.

C OMMENTAIRE

Fidélité aux principes

tionale tente de se frayer, vaille que vaille, un passage vers une émancipation radicale et globale. C’est ce choix que l’Algérie a fait. Résolument et irréversiblement. Elle mani- feste avec conviction cette volonté dans le sil- lage du programme de développement du Président Bouteflika. Le point d’orgue se dé- cline par une fidélité aux principes cardi- naux de justice sociale et de promotion de l’individu, puisés dans l’esprit de Novembre 1954. Cette politique de justice sociale n’a pas manqué de polariser l’attention et de gé- nérer une controverse attisée par certains segments de l’opposition qui tente d’en alté- rer la portée. Dans une levée de bouclier, pour le moins inique, ces voix se sont courroucées prétex- tant une manipulation ou une instrumentali- sation de la rente pour garantir la paix sociale. Plutôt qu’un débat serein, dépas- sionné et responsable, il semble que le cap

soit mis sur l’invective stérile, la polémique sans fondement et les récriminations creuses

qui alimentent un alarmisme déplacé.

chose est pourtant sûre. Le déni est le pire des arguments. Il suffit juste de jeter un œil sur les quitus et les satisfécits des organismes et des institutions internationales, à l’égard de la politique sociale de notre pays, pour se convaincre de l’inanité d’une telle « croisade ». Ces avis positifs sont un repère utile qui se situe aux antipodes du « catastro- phisme » clamée par une frange de cette élite politique qui refuse d’affronter la vérité d’une résilience de plus en plus accrue et d’une prégnance qui accordent la part du lion à la promotion du citoyen. Nos compa- triotes sont donc forcément insensibles à une rhétorique contestatrice de cet acabit. Car en définitive, réduire toutes ces avan- cées sociales et toutes les réalisations accom- plies, à une sournoise tactique politicienne c’est les dépouiller de leurs valeurs. Le regard critique est nécessaire mais voir le mal constamment est préjudiciable. M. B.

Une

n Comme chaque année, le 11 juillet

marque la célébration de la journée

mondiale de la Population. C’est

l’occasion de rappeler que les questions de population sont au cœur de la lutte contre la pauvreté, la promotion du développement durable et les droits humains. Néanmoins, il est bon de rappeler, pour ne pas sombrer dans un doux angélisme, que le monde de- meure hélas, le théâtre d’un combat acharné entre les hommes de bien et les forces du mal pour l’affranchissement et d’incommensura- bles sacrifices pour la dignité humaine. Eter- nel manichéisme. Les espoirs nourris après l’écroulement de dogmes surannés, ont perdu de leur ardeur sous les effets d’un dés- enchantement que l’on espère fugace. Ces espoirs se sont abandonnés aux chants des sirènes des néo-oppresseurs vêtus du lin blanc de la mondialisation. A telle enseigne que cet « universalisme » est soumis à un phénomène d’attirance et de répulsion sans jamais rompre à une étrange ambivalence. Avec le pessimisme de la raison et l’opti- misme de la volonté, la communauté interna-

FÊTE NATIONALE DE LA MONGOLIE ET DU COMMONWEALTH DES BAHAMAS

Le Président Bouteflika félicite M. Tsakhigiyn Elbegdorj

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a félicité son homologue mongol, Tsakhigiyn El- begdorj, à l’occasion de la fête na- tionale de son pays, lui exprimant dans un message sa volonté d’œu- vrer à ses côtés au « renforcement des relations de coopération » bila- térale. « Il m’est agréable au mo- ment où la Mongolie célèbre sa fête nationale, de vous présenter au nom du peuple et du gouvernement algé- riens et en mon nom personnel, nos chaleureuses félicitations et nos vœux de santé et de bien-être pour vous même et au peuple mongol ami davantage de progrès et de pros- périté », a écrit le Chef de l’Etat dans son message.

« Je tiens à cette occasion à vous

exprimer ma volonté d’œuvrer avec vous au renforcement des relations de coopération entre les deux pays au mieux des intérêts de nos deux peuples amis », a souligné le Prési- dent Bouteflika.

et le gouverneur général, Dame Marguerite Pindling

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations au gou- verneur général du Commonwealth des Bahamas, Dame Marguerite

Pindling, à l’occasion de la célébra- tion de la fête nationale de l’indé- pendance de son pays.

« La célébration par votre pays de

la fête nationale de son indépen- dance m’offre l’agréable opportu- nité de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algé- riens ainsi qu’en mon nom person- nel, nos chaleureuses félicitations et mes vœux de bonne santé et de bien-

être pour vous-même, et davantage de progrès et de prospérité au peuple ami du Commonwealth des Baha-

mas », a écrit le Président Bouteflika dans son message.

« C’est aussi l’occasion pour moi

de vous exprimer mon entière dis- ponibilité à œuvrer, avec vous, au renforcement des relations d’amitié et de solidarité entre nos deux pays, au bénéfice de nos deux peuples », a ajouté le Chef de l’Etat.

Mise en liberté provisoire du général Benhadid Le général à la retraite, Hocine Benhadid, a
Mise en liberté provisoire du général Benhadid Le général à la retraite, Hocine Benhadid, a
Mise en liberté provisoire du général Benhadid Le général à la retraite, Hocine Benhadid, a

Mise en liberté provisoire du général Benhadid

Le général à la retraite, Hocine Benhadid, a été libéré hier, à titre provisoire, pour des raisons liées à sa santé. Sa défense avait demandé la liberté conditionnelle après que son état de santé s’est détérioré. Selon ses avocats, il serait atteint d’un cancer de la prostate.

après que son état de santé s’est détérioré. Selon ses avocats, il serait atteint d’un cancer