Vous êtes sur la page 1sur 60

Département de Génie Mécanique

Ministère de l’Enseignement Supérieur - Université de Monastir


Ecole Nationale d’Ingénieurs de Monastir

Fascicule de Cours

Etude de Conception
Deuxième Année Génie Mécanique

A. BENAMARA 2005/2006
Tables de Matières

Chapitre I : Analyse Fonctionnelle des Produits Mécaniques. ................................. 6


1. DEFINITION...................................................................................................................................................... 6
2. LES FONCTIONS:............................................................................................................................................. 6
2.1. CLASSEMENT EN FONCTION DE LA NATURE DU SERVICE ............................................................................... 6
2.1.1. La fonction de service ....................................................................................................................... 6
2.1.2. La fonction technique........................................................................................................................ 6
2.1.3. La fonction d'estime .......................................................................................................................... 7
2.2. CLASSEMENT EN FONCTION DE L'IMPORTANCE ............................................................................................. 7
2.2.1. La fonction principale....................................................................................................................... 7
2.2.2. La fonction secondaire ou complémentaire:..................................................................................... 7
2.2.3. Les fonctions temporaires ................................................................................................................. 8
3. LES CONTRAINTES: ....................................................................................................................................... 8
4. METHODOLOGIES DE RECENSEMENT DES FONCTIONS D’UN PRODUIT .................................... 8
4.1. LA METHODE INTUITIVE................................................................................................................................ 8
4.2. LA METHODE S.A.F.E : SEQUENTIAL ANALYSIS OF FUNCTION ESTIMATION..................................................... 8
4.2.1. Etude des séquences d'utilisation...................................................................................................... 9
4.2.2. Etude du cheminement des efforts et des mouvements:..................................................................... 9
4.3. L'EXAMEN DE L'ENVIRONNEMENT ............................................................................................................... 10
4.3.1. Exemple d’application : « Lève vitre électrique » .......................................................................... 10
4.4. EXAMEN D'UN PRODUIT CONCURRENT ........................................................................................................ 11
5. CARACTERISATION DES FONCTIONS ................................................................................................... 11
5.1. LES CRITERES D’APPRECIATION DES FONCTIONS ......................................................................................... 11
5.2. NIVEAU DU CRITERE ................................................................................................................................... 11
5.3. FLEXIBILITE ................................................................................................................................................ 12
5.3.1. Limite d'acceptation: ...................................................................................................................... 12
5.3.2. Taux d'échange ............................................................................................................................... 12
5.3.3. Classe de latitude............................................................................................................................ 12
6. EXEMPLE D'APPLICATION: CDCF D'UNE VANNE A COMMANDE PNEUMATIQUE. ................ 13
7. METHODE DE CLASSEMENT DES FONCTIONS : DIAGRAMME FAST .......................................... 15
7.1. LA METHODE FAST ................................................................................................................................... 15
7.2. RECHERCHE DES FONCTIONS DE SERVICES. ................................................................................................ 16
7.3. VALIDER LES FONCTIONS DE SERVICE ......................................................................................................... 17
7.4. EXEMPLE D’APPLICATION 2 : DIAGRAMME FAST D’UN ASPIRATEUR ......................................................... 18
8. LE CAHIER DES CHARGES FONCTIONNEL .......................................................................................... 19
8.1. DEFINITION ................................................................................................................................................. 19
8.2. ROLE DU CDCF .......................................................................................................................................... 19
9. EXEMPLE D’APPLICATION I : LEVIER DE FREIN A MAIN............................................................... 20
9.1. PRESENTATION DU LEVIER DE FREIN A MAIN ............................................................................................... 20
9.2. ANALYSE FONCTIONNELLE DU BESOIN ....................................................................................................... 20
9.2.1. Diagramme pieuvre ........................................................................................................................ 21
9.2.2. Caractérisation des éléments du milieu environnent ...................................................................... 21
9.2.3. Caractérisation des FS : ................................................................................................................. 22
10. EXEMPLE D’APPLICATION II : CAPOT DE RAMPE D’UNE BATTERIE ......................................... 25
10.1. ANALYSE FONCTIONNELLE DU CAPOT DE RAMPE ........................................................................................ 26
10.2. RESISTANCE DES CROCHETS AU CISAILLEMENT .......................................................................................... 28
10.3. RESISTANCE DU CAPOT A LA FLEXION ......................................................................................................... 28

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


10.4. POSITIONNEMENT DES BUTEES DE LIMITATION DE COURSE DE GLISSIERE ................................................... 29
10.5. CHOIX DU SEUIL D'INJECTION ...................................................................................................................... 29
10.6. POSITIONNEUR ............................................................................................................................................ 31
10.7. RETASSURE ET DEMOULAGE ....................................................................................................................... 31
10.8. PLAN DU CAPOT .......................................................................................................................................... 32

Chapitre II : Méthodes de Recherche des Solutions Technologiques. ................... 34


1. INTRODUCTION ;.......................................................................................................................................... 34
2. METHODOLOGIES DE CONCEPTION ..................................................................................................... 34
3. PRINCIPALES ETAPES DU PROCESSUS DE CONCEPTION ............................................................... 35
4. LA CONCEPTION PRELIMINAIRE ........................................................................................................... 36
4.1. NOTION DE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ................................................................................................ 37
4.2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT .................................................................................................................. 37
4.2.1. Exemple d’application. ................................................................................................................... 37
4.2.2. Principes de transformation et d’adaptation d’énergie : les actionneurs ...................................... 40
4.2.3. Principes de transformation et d’adaptation de mouvement : les mécanismes .............................. 40
5. RECHERCHE DE SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES. ........................................................................... 40
5.1. STRUCTURE, TOPOLOGIE, GEOMETRIE ET DIMENSIONS DES SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES ......................... 41
5.2. EXIGENCES FONCTIONNELLES DE COMPORTEMENT MECANIQUE................................................................. 41
6. EXEMPLE D’APPLICATION : SECATEUR INFACO.............................................................................. 42
6.1. RECHERCHE DE SOLUTION TECHNOLOGIQUE :............................................................................................. 42
6.2. CLASSEMENT DES SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES ....................................................................................... 44
6.2.1. Développement de la solution 18 .................................................................................................... 44
6.2.2. Développement de la solution 17 .................................................................................................... 45
6.2.3. Détails techniques des modifications proposées............................................................................. 46

Chapitre III : Optimisation des solutions mécaniques par analyse de la valeur. . 50


1. INTRODUCTION ;.......................................................................................................................................... 50
2. VALORISATION DES FONCTIONS; .......................................................................................................... 50
3. COUT D’UNE FONCTION............................................................................................................................. 50
3.1. DEFINITION DU CDCF DU PRODUIT............................................................................................................. 50
3.2. ETUDE DES COUTS DE FABRICATION DES COMPOSANTS............................................................................... 51
3.3. DEFINITION DES FONCTIONS TECHNIQUES LIEES AUX DIFFERENTS COMPOSANTS ........................................ 52
3.4. REPARTITION DES FONCTIONS TECHNIQUES SUR LES FONCTIONS PRINCIPALES : ......................................... 54
3.5. CALCUL DES COUTS DES FONCTIONS TECHNIQUES ...................................................................................... 56
3.6. CALCUL DES COUTS DES FONCTIONS PRINCIPALES ..................................................................................... 56
4. BILAN : CLASSEMENT DES FONCTIONS ............................................................................................... 58
5. SOLUTION OPTIMISEE : ............................................................................................................................. 59

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


Chapitre I : Analyse fonctionnelle

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


Chapitre I : Analyse Fonctionnelle des Produits Mécaniques.
1. Définition
C'est le stade de l'étude du besoin au quel le produit doit répondre. Ce besoin est défini par le client
ou le service Marketing sous forme d'un cahier des charges dit fonctionnel CDCF. Les fonctions et
contraintes doivent être quantifiées, c'est à dire qu'on doit préciser pour chaque caractéristique la
valeur nominale ainsi que les tolérances et le niveau de qualité acceptable. L'analyse fonctionnelle
constitue le coeur même de l'analyse de la valeur.

Selon la norme AFNOR l’analyse fonctionnelle est une "Démarche qui consiste à recenser,
caractériser, ordonner, hiérarchiser et valoriser les fonctions. "

C'est une démarche efficace pour le concepteur d'un produit. Elle applique au niveau du produit les
questions posées au niveau des services:
• Qui est le client direct?
• Quel est son besoin?
• Comment le satisfaire?

L'analyse fonctionnelle s'applique à des produits nouveaux ou à des produits existants, en vue de
leurs améliorations. Elle dématérialise (abstraction) le produit pour le traduire en terme de fonction.
2. Les fonctions:
Selon la norme AFNOR, Une fonction est « une action d'un produit ou de l'un de ses constituants
exprimés exclusivement en terme de finalité ». Une fonction est formulée par un verbe à l'infinitif
suivi d'un complément.

L’expression d’une fonction fait abstraction de toute référence à des solutions. En effet, il s’agit
d’exprimer le service rendu par le produit sans préciser comment ce dernier doit assurer le service
considéré.

Pour mieux distinguer les différentes catégories de fonction, on peut considérer deux type de
classement : une classement selon la nature et un classement selon l’importance.

2.1. Classement en fonction de la nature du service

2.1.1. La fonction de service

Répond au besoin exprimé par l'utilisateur. Par exemple:


• Pour un stylo: « Laisser une trace ».
• Pour un verre: « Contenir un liquide ».
• Pour une lumière: « Eclairer une surface ».
• Pour un moteur électrique: « Transformer l'énergie électrique en énergie
mécanique ».

2.1.2. La fonction technique.

N'est pas demandé explicitement par l'utilisateur, mais elle est nécessaire au concepteur pour
assurer la fonction de service. Selon la norme AFNOR une fonction technique est : « Action interne au
produit défini par le concepteur pour assurer les fonctions de service ».

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


Exemple :
• La fonction de service d'une paire de lunettes correctives est « améliorer la
vision ». Les fonctions telles que: « soutenir le verre », « s'appuyer sur les
aspérités du visage », ne sont pas demandées par l'utilisateur. Ce sont des
fonctions techniques.
• La fonction « refroidir un moteur thermique » est une fonction technique. Elle est
interne au produit. L'automobiliste n'en exprime pas le besoin, mais le concepteur
doit l'assurer pour satisfaire le besoin final de l'automobiliste.

Certaines fonctions techniques sont aussi classées en contraintes. Par exemple, les contraintes de
construction. Elles traduisent la nécessité d'assurer le montage du mécanisme ou l'utilisation de
composants imposés par l'état de la technique.

2.1.3. La fonction d'estime

Elle est souvent reliée à un aspect esthétique ou à la présence d'un élément jugé valorisant.
• Pour un stylo: « Posséder une plume en or ».
• Pour un verre : « Avoir le reflet du cristal ».
• Pour un véhicule automobile: « Donner une image sportive ».

2.2. Classement en fonction de l'importance

Toutes les fonctions énoncées durant la phase de recherche n'ont pas un même degré d'importance
vis à vis du besoin exprimé. Le classement a pour objectif d'établir une certaine hiérarchie entre les
diverses fonctions. On établit un classement en trois grandes familles:
• Les fonctions principales,
• Les fonctions secondaires,
• Les contraintes.

2.2.1. La fonction principale

C'est la fonction pour laquelle le produit est conçu. Un produit peut posséder plusieurs fonctions
principales:
• Une paire de lunettes doit: « être en harmonie avec le visage », « être
empochable », « résister aux rayures ».
• Un moteur électrique doit: « fournir une puissance mécanique » et « être fiable ».
• Une fonction d'estime constitue la fonction principale pour certains produits:
o Posséder une voiture de luxe.
o Donner une image dynamique.

2.2.2. La fonction secondaire ou complémentaire:

On recense dans cette classe toutes les fonctions qui ne sont pas principales. Mais cette
construction doit pouvoir offrir de nombreuses autres fonctions, nécessaires, mais classées comme
secondaires par rapport à la fonction principale.

La fonction principale d'un abri bus est d'abriter les passagers. Les usages doivent pouvoir:
• Repérer aisément la ligne de bus;
• Visualiser les bus qui arrivent (tout en étant abrités);
• S'informer sur le service, etc.

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


2.2.3. Les fonctions temporaires

Les fonctions temporaires sont utilisées durant certaines phases de la vie d'un produit. Un produit
est livré dans son emballage en état de fonctionnement. Le transport (routier, maritime, ferroviaire) ne
doit pas altérer ses qualités. La fonction « emballage », bien que temporaire, elle répond à un besoin
vital pour la qualité du produit. Une fonction protectrice peut être:
• Technique : « résistance au choc, à l'humidité »;
• D'estime : « étui à bijoux », « sachet pour un parfum ou un vêtement ».
3. Les contraintes:
Selon la norme AFNOR une contrainte est une « limite à la liberté du concepteur - réalisateur du
produit ».

Elles sont imposées par : Une norme, un texte de loi, un brevet (propriété industrielle),
l'indisponibilité d'un matériau, les délais impartis, etc.
4. Méthodologies de recensement des fonctions d’un produit
Parmi les méthodes de recensement des fonctions on distingue :
• La méthode intuitive qui consiste à se placer à la place de l'utilisateur du produit
et à énoncer les fonctions à tracer les services rendus.
• La méthode S.A.F.E. : Sequential Analysis of Function Estimation.
• L'examen de l'environnement: Conditions imposées par l'environnement
• L'examen d'un objet type: Il consiste à examiner un produit concurrent déjà
existant.

4.1. La méthode intuitive.

Il s’agit de se substituer à l’utilisateur (se mettre à sa place) et de prononcer les services attendus du
produit à concevoir. Cette méthode basique peut servir pour la conception de produit de complexité
très réduite.

4.2. La méthode S.A.F.E : Sequential Analysis of Function Estimation.

Cette méthode est basée sur l’étude des séquences d’utilisation du produit ainsi que l’étude des
cheminements des efforts et mouvement. Il est donc nécessaire d’avoir une idée, non seulement sur les
modes d’utilisation du produit (séquences opératoires), mais aussi sur la structure fonctionnelle du
produit pour permettre d’examiner les efforts et les mouvements.

La méthode S.A.F.E. peut aussi être appliquée à la recherche des différentes fonctions assurées
durant la vie du produit: fonctions temporaires de protection, fonction prévues pour le transport,
fonctions prévues pour la maintenance du produit, etc.

Lors de l’étude des séquences d’utilisation il est aussi recommandé de tenir compte des contraintes
(normes, règlements d'hygiène, les textes de loi sur l'environnement, etc.). Certains utilisateurs
peuvent posséder des normes de sécurité internes à l'entreprise (agroalimentaire, aéronautique).

Pour mieux illustrer cette méthode nous considérons l’exemple suivant : Recherche des fonctions
sur un bidon (figure ci-dessous).

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


Exemple : Méthode SAFE

4.2.1. Etude des séquences d'utilisation.

Elle consiste à exprimer les fonctions assurées à travers les diverses séquences d'utilisation du
produit. Pour l’exemple considéré (cf. figure ci-dessus) :
• L'utilisateur le pose sur un support: Il doit être stable.
• Il faut donc qu'il soit prenable.
• Le conteneur vide doit être léger.
• Il ne doit pas glisser de la main. Il doit être adhérant.
• Il doit être rempli avec un entonnoir.
• Il doit contenir un liquide.
• Son ouverture doit pouvoir verser.
• L'utilisateur le bouche. Il doit être étanche.

Au travers de ces étapes d’utilisation, 8 fonctions (stable, prenable, léger, adhérant, etc.) ont été
identifiées. Il est aussi possible de considérer d’autres séquences d’utilisation (stockage, transport,
etc.) qui peuvent générer d’autres fonction de ce produit.

4.2.2. Etude du cheminement des efforts et des mouvements:

Cette technique consiste à exprimer les fonctions à partir des efforts exercés sur objet et des
mouvements qu'il subit. Pour l’exemple traité, le bidon doit:
• Résister à la pression localisée de la main;
• Résister à la pression du liquide;
• Résister sans fuite à chutes accidentelle: Résister au choc.
• Le liquide contenu peut être corrosif. Le bidon doit être chimiquement neutre.
Aucune particule ne doit se détacher du bidon et se mélanger au produit (défaut
de surface interne).
• Il doit pouvoir être stocké et transporté.

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


4.3. L'examen de l'environnement

Cette méthode consiste à étudier les interactions du produit avec son environnement. L’outil
« pieuvre » ou « bête à corne » est le moyen privilégié pour dresser les diagrammes des interacteurs
d’un produit.

4.3.1. Exemple d’application : « Lève vitre électrique »

Sur l’exemple ci-dessous, on considère le produit « lève vitre électrique » utilisé sur la plus part des
voitures actuelles pour faciliter la montée et la décente des carreaux de vitre.

Le système de lève vitre a des multiples phases de vie. Le diagramme pieuvre représenté ci-dessous
est relatif aux phases « a, b, c, d, e, f » illustrée par le tableau ci-dessous :
4.3.1.1. Phases d’utilisation du système « lève vitre électrique »
a : Activité de la vitre b : Position de la vitre
1 - Montée de la vitre 1 - En butée basse
2 - Descente de la vitre 2 - Entre butée basse et limite inférieure de la zone de détection
3 - Vitre à l’arrêt (pas de mouvement) 3 - Dans la zone de détection
4 - Entre la limite haute de la zone de détection et le joint de porte
5 - Entre le contact avec le joint de porte et la butée haute
6 - En butée haute
c : Présence d’obstacle dans le champ d’action de la vitre d : Température
1 - Pas d’obstacle 1 - Température -40°
2 - Avec obstacle cylindrique de raideur 5N/mm 2 - Température comprise entre -40° et 0°
3 - Avec obstacle cylindrique de raideur 10N/mm 3 - Température comprise entre 0° et 90°
4 - Avec obstacle cylindrique de raideur 20N/mm 4 - Température 90°
e : Environnement vibratoire du système f : Environnement
1 - Vibrations comprises entre 0 Hz et 20 Hz 1 - Sous ambiance poussiéreuse
2 - Vibration comprises entre 20 Hz et 120 Hz 2 - Sous brouillard salin
3 - Sous pluie, etc.

4.3.1.2. Diagramme pieuvre du système « lève vitre électrique »

Diagramme pieuvre : lève vitre électrique


4.3.1.3. Fonctions caractéristiques du système « lève vitre électrique »

FS1 : Le LV permet au Client de manœuvrer et positionner la Vitre

FS3 : Le LV doit s’adapter au calculateur multiplexé

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


FS4 : Le LV doit respecter les normes et règlement en vigueur

FS5 : Le LV doit s’adapter à l’environnement

FS6 : Le LV doit résister aux obstacles

FS7 : Le LV doit s’adapter aux spécifications de la batterie

4.4. Examen d'un produit concurrent

Il est toujours intéressant d'effectuer l'étude des produits similaires existants sur le marché. Ils
peuvent présenter des fonctionnalités particulières. Ils peuvent aider à déterminer certains critères
utiles pour la définition du niveau de qualité. Cette technique de recensement des fonctions est très
courante dans le milieu industriel. Il est permit de copier les fonctionnalités d’un produit, mais il n’est
pas autorisé de copier les technologies permettant de réaliser ces fonctionnalités. En effet, les
téléphones portatifs type GSM de nos jours intègrent quasiment les mêmes fonctionnalités (répertoire,
camera, agenda, etc.) amis la technologie support de ces fonctionnalités diffère d’un constructeur à un
autre.

L’étude des produits de référence permet, d’une part, de recenser les fonctionnalités intéressantes
(pour les utilisateurs) en vue de les supporter dans les produits à concevoir, et d’autre part, d’identifier
les défaut des ces produits de référence en vue de les éviter.
5. Caractérisation des fonctions
La caractérisation des fonctions et contraintes d’un produit consiste à spécifier les critères
d’évaluation permettant d’évaluer la façon avec laquelle une fonction est remplie ou une contrainte est
respectée.

5.1. Les critères d’appréciation des fonctions

Selon la norme AFNOR un critère d’appréciation d’une fonction ou d’une contrainte est « le critère
retenu pour apprécier la manière dont une fonction est remplie ou une contrainte respectée »

A chaque fonction est assorti un ou plusieurs critères d’appréciation. Par exemple, la fonction
technique « Guidage en rotation » peut être appréciée par les différents critères suivants : Vitesse de
rotation, charges radiales, durée de vie, fiabilité, niveau acoustique, etc.

5.2. Niveau du critère

A chaque critère correspond un niveau objectif à atteindre. Pour la fonction guider en rotation :

Critère d’appréciation Niveau

Vitesse 2000 t/mn

Faux rond sous 3000 N 0,005 mm

Raideur au droit de la charge 50000 daN/mm

Durée de vie 25000 Heures

fiabilité 0,97

Puissance dissipée 200 W

Niveau acoustique 45 dBA

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


5.3. Flexibilité

Chaque niveau de critère est assorti d'une flexibilité qui fixe la latitude du concepteur par rapport à
l'objectif à atteindre. Cette notion constitue un élément fondamental pour le C.D.C.F. La flexibilité
s'exprime sous trois formes:

5.3.1. Limite d'acceptation:

C'est une limite supérieure ou inférieure, au-delà de laquelle la fonction n'est plus satisfaite. Elle est
impérative et incontournable. Par exemple : Faux rond sous 3000 N : 0,005mm avec une limite
d'acceptation de 0,008 mm.

Toute mesure révélant un faux rond supérieur à 0,008 mm sous 3000N entraîne un non-respect du
cahier des charges.

5.3.2. Taux d'échange

C'est un rapport entre deux critères. Il relit souvent le niveau d'une fonction au coût à engager. Soit
par exemple : Vitesse de pointe: 200 Km/h avec un taux d'échange de « 1 » Km/h pour « X » Dinars.
Toute solution proposant une diminution de vitesse doit s'accompagner d'une diminution relative du
coût.

5.3.3. Classe de latitude

Elle définit le dégréé de négociabilité du critère. Par exemple :


• 0Æ Le niveau de critère est impératif.
• 1ÆLa flexibilité est très faible. Toute remise en cause doit apporter un gain
considérable sur d'autres critères.
• 2ÆLe niveau de critère peut être discuté au plan économique.
• 3ÆBonne flexibilité. Le niveau du critère peut être modifié pour améliorer la
compétitivité du produit.

Exemple : Guidage en rotation :

Critère de la fonction Niveau du critère Limite d’Accept. Latitude


Vitesse 2000 t/mn 0
Faux rond sous 3000 N 0,005 mm 0,008 mm
Raideur au droit de la charge 50000 daN/mm 46000 daN/mm
Durée de vie 25000 H 2
Fiabilité 0,97 0 0
Puissance dissipée 200 W 3
Niveau acoustique 45 dBA 2

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


6. Exemple D'application: CDCF d'une vanne à commande pneumatique.

Exemple : Vanne à commande pneumatique

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


CDCF : Vanne à commande pneumatique
a- Adaptabilité
Le corps de la vanne est universel. Il doit pouvoir s'adapter à tous les produits de la même famille:
vanne à commande manuelle, vanne à commande électrique, vanne pour fluides corrosifs, etc.
b- Obturer sans manoeuvre extérieure
L'obturation devra être automatiquement réalisée en l'absence de commande extérieure. Elle devra
répondre aux critères énoncés:
• Obturer les fluides suivants: fuel, essence, pétrole, huile minérale et synthétique.
• La fourchette de température tolérée sera: 5°C à 80°C ces deux limites constituent des
limites d'acceptation.
• Pour une pression de 10 Bar. Ce niveau de pression constitue une limite d'acceptation.
• Le temps de fermeture défini entre l'instant ou l'en cesse de fournir une énergie
pneumatique et l'instant ou le débit de fuite est nul, sera de deux secondes. Cet objectif est
assortit d'une classe de latitude de niveau 2.
• Le débit de fuite durant la période d'obturation sera nul. Cet objectif est assortit d'une
classe de latitude de niveau 0.
• Ce débit nul devra être assuré pour un objectif temps correspondant à 5000 H d'utilisation
pour une fréquence moyenne de manoeuvre de 10 obturations par heure. Cet objectif est
assortit d'une classe de latitude de niveau 1.
c- Laisser passer
Autoriser un débit de 0.25 Ils pour une veine fluide s'écoulant à une vitesse de 2m/s. Ce niveau
constitue une limite d'acceptation.

Les pertes de charge au passage de la vanne ne devront pas dépasser 0.5 Bar. Cette limite est une
limite d'acceptation.

Le temps d'ouverture définit entre l'instant ou l'en commande l'ouverture par pression d'air
comprimé (débit de fuite est nul) et l'instant ou le débit est maximum sera de 1s. Cet objectif est
assortit d'une classe de latitude de niveau 2.
d- Capter et évacuer
Le produit pourra s'adapter sur des tuyauteries filetées conformément aux normes en vigueur.
e- Evacuer les déchets
Un dispositif devra permettre d'évacuer des déchets qui s'accumulent contre la soupape.

f- Pouvoir démontrer
On devra pouvoir effectuer un changement des pièces d'usure et des pièces assurant l'étanchéité
dans le cadre d'une maintenance préventive.
g- Utiliser l'air comprimé.
La commande de l'ouverture sera assurée par l'utilisation d'air comprimé sous une pression de 6
Bar. L'ouverture doit pouvoir être effectuée dans des conditions de temps moins sévères sous une
pression de 3 Bar. Ce niveau constitue une limite d'acceptation.

Le système traitant l'air comprimé devra pouvoir résister a une pression d'air de 16bar. Ce niveau
constitue une limite d'acceptation.
h- Fiabilité : Le taux de défaillance sera égal: 1,6 .10-6/heure.

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


7. Méthode de classement des fonctions : Diagramme FAST
Le classement de fonctions d’un produit permet d'établir un graphe d'analyse fonctionnelle qui
représente le produit à travers ses fonctions (représentation de la structure fonctionnelle).

On peut également classer les fonctions techniques (internes au produit). Cela dépend de
l'exploitation qui doit être faite de l'analyse.

Soit l'exemple suivant: La vanne à commande pneumatique présentée ci dessous:

Une recherche des fonctions de service permet d'établir:


Les fonctions principales:
• Obturer sans manoeuvre extérieure,
• Laisser passer sous manoeuvre extérieure.
Les fonctions secondaires:
• Evacuer les déchets (Boues, gravillons),
• Capter le fluide,
• Evacuer le fluide.
Les contraintes:
• Pouvoir démonter pour changer un organe d'usure,
• Utiliser de l'aire comprimée,
• Respecter les standards de jonction normalisés.
Le produit, traduit en termes de fonctions, est représenté ainsi:

La méthode de FAST, mise au point par Charles W.Bytheway en 1964, permet d’établir un
classement des fonction d’un produit et de générer ainsi un diagramme FAST.
7.1. La Méthode FAST

Un diagramme FAST permet d’établir le lien entre le besoin fondamental et l’architecture d’un
produit, en passant par les fonctions de service (extérieures au produit) et les fonctions techniques
(internes au produit). Lorsque les fonctions de services sont identifiées, la méthode FAST les ordonne

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


et les décompose suivant une logique fonctionnelle pour aboutir aux solutions techniques de
réalisation. Cet outil d’analyse vise particulièrement l’analyse fonctionnelle d’un produit existant. Les
fonctions connues sont écrites dans des rectangles ou boîtes ("vignettes rectangulaires FAST").

La méthode FAST « Function Analysis System Technique » permet de hiérarchiser les fonctions en
répondant aux questions « Pourquoi ?», « Comment ?» et « Quand ?» .
Les réponses aux questions « Pourquoi ?» permettent de regrouper les fonctions principales.

Les réponses aux questions « Comment ?» permettent de regrouper les fonctions qui doivent être
réalisées simultanément. Cette question relie les fonctions qui se situent à un même niveau de service.

Les réponses aux questions « Quand ?» permettent de regrouper les fonctions secondaires.

La méthode FAST permet lorsque les fonctions de service sont identifiées de les ordonner et
obtenir une décomposition en fonctions techniques (FT) pour aboutir aux solutions technologiques.
Elle s’appuie sur la technique interrogative suivante :
Quand cette fonction doit-elle être assurée ?

Quand ?

FONCTION
Pourquoi ? Comment ?
Pourquoi doit-elle être assurée ? Comment doit-elle être assurée ?

Remarque : Cet outil d’analyse fonctionnelle s’adapte particulièrement l’analyse d’un produit
existant.

On construit ainsi le F.A.S.T (Function Analysis System Technique) relatif au moulinet :

7.2. Recherche des Fonctions de services.

L’outil “diagramme pieuvre” est utilisé pour analyser les besoins et identifier les fonctions
de service d’un produit.

En analysant le produit, on peut déduire le diagramme “pieuvre”, graphique circulaire qui met en
évidence les relations entre les différents éléments de l’environnement du produit et le produit. Ces
différentes relations sont appelées les fonctions de services qui conduisent à la satisfaction du besoin :
pêcher.

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


Parmi les fonctions retenues, on distingue deux types de fonctions de service : les fonctions
principales (FP : liaison entre deux éléments extérieurs par l’intermédiaire du moulinet) et les
fonctions contraintes (FC : liaison entre un élément extérieur et le moulinet) :
• FP1 : Permettre à l’utilisateur d’agir sur le fil.
• FP2 : Ne pas gêner l’utilisateur dans le maniement de la canne.
• FC1 : Eviter la rupture du fil.
• FC2 : Se fixer sur tout type de canne.
• FC3 : S’adapter à l’utilisateur.
• FC4 : Résister aux agressions du milieu extérieur.
• FC5 : Respecter les normes en vigueur en terme de sécurité, de pollution et de dimensions de fil.

7.3. Valider les fonctions de service

Il s’agit de s’assurer du bien fondé et de la stabilité de chacune des fonctions de service en


répondant aux questions suivantes : But ?, Raison ?, Disparition ?

Nous allons présenter ici seulement deux exemples, le reste de la validation étant fourni en annexe.
FP2 : But : Tenue de la canne possible et agréable
Raison : Volume et masse importants gêneraient le maniement de la canne
Disparition : Moulinet infiniment léger
Î Fp1 validée
FC3 : But : Utilisation universelle
Raison : Manœuvrer, utiliser le moulinet sans effort
Disparition : Système automatique
Î Fc1 validée
• Fonction FP1 :

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


7.4. Exemple d’application 2 : Diagramme FAST d’un aspirateur

Ce graphe représente le produit dématérialisé. Il sert de référence à l'établissement d’une étude de


type analyse de la valeur.

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


8. Le cahier des charges fonctionnel
8.1. Définition

Selon la norme AFNOR, le CDCF est un « Document par lequel le demandeur exprime son besoin
en terme de fonction de service et de contraintes. Pour chacune d'elle sont définis des critères
d'appréciation et leurs niveaux. Chacun de ces niveaux est assorti d'une flexibilité ».

8.2. Rôle du CDCF

Le C.D.C.F. est une interface entre un demandeur et un fournisseur (ou concepteur). Il fixe les
devoirs et les latitudes des divers partenaires industriels. Le demandeur y exprime son besoin en
dématérialisant le produit sous forme de fonctions et contraintes. L’analyse fonctionnelle est l’outil
privilégié pour élaborer des CDACF

Le concepteur répond au cahier des charges en exerçant sa compétence dans le choix des solutions
et des techniques. Le C.D.C.F. laisse à "l'homme de l'art" toutes les possibilités d'innovation.

Le C.D.C.F. est un outil qui permet:


• L'innovation. Il ne prescrit aucune solution, mais uniquement des fonctions à
satisfaire;
• La compétitivité. Il n'impose aucune caractéristique superflue et laisse au
spécialiste le soin d'exercer sa compétence;
• La concurrence.

Le C.D.C.F. s'élabore dans un groupe de travail réunissant les spécialistes de divers services: Le
groupe d'analyse fonctionnelle.

Le C.D.C.F. s'exécute: .

• Au niveau d'un produit nouveau ou d'un projet: C'est un élément des contrats
d'étude et de développement. Il est associé aux autres cahiers des charges. Il est
parfois intégré dans le C.C.T.P. : Cahier des Clauses Techniques Particulières;
• Au niveau d'un sous-ensemble;
• Au niveau d'une fonction.

Le C.D.C.F. peut se pratiquer vis à vis:


• De clients externes à l'entreprise;
• De clients internes ou clients directs (entre les différents services d'une même
entreprise).

Dans la partie suivante nous présentons quelques exemples d’illustration.

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


9. Exemple d’application I : levier de frein à main
Le cahier des charges proposé ici n'est pas celui de Renault qui est confidentiel. La ressource
réalisée est une transposition de la problématique industrielle en un document qui permet une
appropriation par l'enseignant. L'intitulé des fonctions, des critères ainsi que les valeurs forment un
tout cohérent. Les valeurs sont principalement issues de l'analyse du système et de mesures.

Les outils utilisés (diagramme pieuvre et bloc diagramme) pour réaliser l'analyse fonctionnelle du
besoin et l'analyse fonctionnelle technique sont également utilisés dans l'industrie automobile.
L'appropriation du support est donc proposée au travers de l'utilisation de ces outils industriels.

9.1. Présentation du levier de frein à main

Afin de maintenir le véhicule en position prolongée à l’arrêt (moteur à l’arrêt ou tournant),


l’utilisateur actionne le levier de commande du frein de stationnement. Sur les nouvelles Mégane, ce
levier s’intègre parfaitement dans le poste de conduite et renforce le design général. Il a été dessiné
pour ressembler à une commande d’avion.

Ce frein doit être directement actionné par le conducteur et ne pas nécessiter l’utilisation du
moteur. Il a aussi une fonction de frein de secours. Ainsi, le levier de commande est actionné par
l'utilisateur et vient par un système de transformation de mouvement et un câble actionner les freins
arrières. Ce système purement mécanique doit garantir le maintien en position du véhicule et donc le
maintien de l’effort de serrage. Un dispositif directement intégré dans le levier de commande permet
de maintenir automatiquement la tension dans le câble. Ce dispositif peut être déverrouillé par le
conducteur.

9.2. Analyse Fonctionnelle du Besoin

Limite de l’étude : L’étude se limite au levier de commande composé de {levier, socle, poussoir,
came, contacteur}. Le levier de commande se monte sur la caisse. Il est connecté à un câble qui va
actionner les freins. L'ensemble {câble + frein} est appelé récepteur. Le récepteur et la caisse seront
intégrés dans le même élément du milieu extérieur appelé "véhicule".

Enoncé du besoin : Le levier permet au conducteur de maintenir immobile le véhicule en agissant


sur les freins.

Phase de vie: Utilisation du levier


• Verrouillage automatique du frein de stationnement
• Déverrouillage du frein de stationnement par le conducteur
• Maintien en position du levier de commande

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


9.2.1. Diagramme pieuvre

FS1 Le levier permet au conducteur de maintenir immobile le véhicule en agissant sur les freins
FS2 Le levier doit allumer le voyant lorsque la position est suffisante
FS3 Le levier doit respecter les normes et réglementations
FS4 Le levier doit résister à l’ambiance
FS5 Le levier doit s'adapter à l’environnement
FS6 Le levier doit satisfaire l'agrément du conducteur
FS7 Le levier doit résister aux sollicitations du conducteur

9.2.2. Caractérisation des éléments du milieu environnent


conducteur
Qualification Critère Niveau Limite
Effort vertical pour effort en N (vertical ascendant au milieu de 650 N maxi
actionner le levier la poignée) 250 N mini
Bruit acceptable par le Bruit à 100 mm du levier 57dB maxi
conducteur Ecart entre 2 bandes de spectre 10dB maxi
Effort du pouce 32N mini
Capacité à actionner le Effort du pouce 45 N maxi
levier Course du pouce 6 mm
Surface de contact 1cm2 mini

Véhicule = { caisse + intérieur véhicule + câble + frein+ ...}


Qualification Critère Niveau Limite
masse PTAC 1195 kg
taille du câble Diamètre 4 mm
frein tambour diamètre 240 mm (type DP240)
résistance du câble à la
Effort 3000N mini
rupture

Voyant
Qualification Critère Niveau Limite
alimentation Tension 12V
Ambiance
Qualification Critère Niveau Limite

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


viscosité X X min, X max
graisse
Acidité Y Y min, Y max

Nous ne disposons pas d'éléments nous permettant de donner les valeurs de ces critères
Environnement
Qualification Critère Niveau Limite
angle maxi 40° maxi
volume balayé pour non
interférence Longueur 400 mm maxi
angle repos 0°
fixation au plancher nombre de fixations 4 mini

9.2.3. Caractérisation des FS :


FS1 : Le levier permet au conducteur de maintenir immobile le véhicule en agissant sur les freins
Qualification Critère Niveau Limite
couple (masse / masse voiture 2000Kg chargée maxi
inclinaison) limite de inclinaison route 30% maxi
maintien
réversibilité effort appliqué par le 200 N maxi
récepteur sans que le
levier ne bouge
nombre de cycles nombre 100 000 pour 250 N sur la mini
poignée (vertical ascendant au
milieu de la poignée)
Effort maxi tension du Effort sur le câble pour 1600 N
câble 370 N sur la poignée
(vertical ascendant au
milieu de la poignée)
variation d'effort (vertical effort 30N mini
ascendant au milieu de la 36N maxi
poignée)entre deux crans
autour de la position
d'immobilisation
loi de commande: relation équation droite. La relation est linéaire.
entre la position angulaire voir courbe ci-dessous
et l'effort à fournir sur le (effort vertical ascendant
levier au milieu de la poignée)
Rapport d'amplification 2 mini
3 maxi

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


FS2 : Le levier doit allumer le voyant du tableau de bord
Qualification Critère Niveau Limite
durée de vie nombre de cycles 100 000 mini
position angulaire de la Angle 10° mini
première dent efficace

FS3 : Le levier doit respecter les normes et règlement en vigueur


Qualification Critère Niveau Limite
recyclabilité plastique recyclable (thermoplastique) 100%
inflammabilité plastique auto extinguible 100%
accessibilité du jeu entre levier et console 5mm (un maxi
mécanisme une fois monté doigt ne
doit pas
pouvoir
passer)

Remarque: la console est la pièce centrale qui sert d'accoudoir.

FS4 : Le levier doit résister à l’ambiance


Qualification Critère Niveau Limite
durée de vie nombre d'années 10 ans mini
tenue à la corrosion % surface visible corrodée / surface totale 0 maxi

FS5 : Le levier doit s'adapter à l'environnement


Qualification Critère Niveau Limite
- - - -
Nous ne disposons pas d'éléments nous permettant de donner les valeurs de ces critères

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


FS6 : Le levier doit satisfaire l'agrément du conducteur

Qualification Critère Niveau Limite


Aspect défaut de symétrie entre 1mm maxi
le levier et les deux
passages dans la console
aucun frottement parasite jeu entre console et levier 0.5 mini

Toucher taille bavure 0.05 mm maxi


plage température pour le respect des Température de -40° à
conditions d'aspect 70°

FS7 : Le levier doit résister aux sollicitations du conducteur


Qualification Critère Niveau Limite
déformation permanente admissible avec % déformation 0 maxi
une sollicitation transversale de 300N permanente
sur la poignée
flèche verticale au milieu de la poignée Flèche 5mm maxi
pour un effort de 30 N
déformation permanente admissible avec % déformation 0 maxi
une sollicitation verticale en utilisation permanente
de 390N sur la poignée
Protection du contacteur contre les espacement entre le 5mm maxi
agressions de l'utilisateur mécanisme et la console
qui protège le mécanisme

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


10. Exemple d’application II : Capot de rampe d’une batterie
Le produit étudié est un capot de rampe d'une batterie qui est un des éléments du couvercle de
batterie. Le capot permet la mise en place des bouchons et leur enlèvement simultané lors des visites.
De plus, il participe à l'étanchéité.

Les bouchons permettent l'obturation des orifices du couvercle tout en autorisant l'évacuation des
gaz produits lors de la réaction chimique.

Les autres composants de la batterie sont :


• La cuve: compartimentée, elle permet de recevoir les éléments et l'électrolyte.
Son embase permet la fixation sur le véhicule.
• Le couvercle: thermosoudé sur la cuve, il assure l'étanchéité de l'ensemble. Il
comporte deux inserts constituants les bornes + et -. Six orifices de section
circulaire permettent l'introduction de l'électrolyte et les visites pour l'entretien.
En utilisation, ces orifices sont obturés par des bouchons.
• Une poignée: articulée sur le couvercle, elle facilite le transport de la batterie
• Des caches bornes: ils contribuent à la sécurisation de la batterie et participent à
l'esthétique de l'ensemble ainsi qu'ou repérage des différents modèles (couleurs
différentes)

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


10.1. Analyse fonctionnelle du capot de rampe

• FP1: Permettre la mise en place simultanée des bouchons par l'utilisateur


• FP2: Permettre la dépose par soulèvement des bouchons par l'utilisateur
• FC1: Recevoir les bouchons par clipsage
• FC2: S'adapter aux formes et aux dimensions du couvercle
• FC3: Faciliter l'intervention de l'utilisateur lors du démontage
• FC4: S'intégrer à l'esthétique de l'ensemble
• FC5: Résister aux agents acides présents dans la batterie

Critères d'appréciation Valeurs

FP1 -apui plan entre la face supérieure des 6 bouchons - plan mini 210 x 24
bouchons et le capot
-autopositionnement des bouchons dans
leurs orifices de montage par une liaison
e=3mm
glissière suivant l'axe x:
0.15±0.15
- course limitée suivant x par butée.
Décalage maxi bouchon/orifice 0.75±0.15
- jeu fonctionnel suivant y 38mm
- jeu fonctionnel suivant z jeu mini =0.5 mm
- espacement entre les orifices
- jeu latéral suivant z entre capot et
couvercle

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


FP2 - Résistance des clips au cisaillement

- Résistance du capot à la flexion


E=1.5 mm; L=12 mm; F=10N; résistance au cisaillement 15
MPa; Coefficient de sécurité s=2
- Forme clipsage non démontable
effort utilisateur F=26N coefficient de sécurité de 2

angle de retenue 90°

FC1 - angle d'entrée favorisant le montage angle d'entrée maxi 60°

FC2 -surface enveloppe du couvercle

-écart maxi entre les profils


1 mm
capot/couvercle

FC3 - forme encoche permettant de décoller le h x l =1.5 x 14 mm mini


capot du couvercle avec l'ongle ou un
outil

FC4 - traces d'injection sur les faces visibles aucune


capot monté

-présence d'un positionneur longitudinal


débordement maxi 1mm
calant le capot au montage pour éviter le
débordement

FC5 Matière choisie résistant aux acides PP Stamylan

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


10.2. Résistance des crochets au cisaillement

Les clips sont modélisés par des poutres encastrées cisaillées à la base.

E=1.5 mm; L=12 mm; F=10N; résistance au cisaillement 15 MPa; Coefficient de sécurité s=2

La forme du clip permet de résister au cisaillement lors de la dépose

10.3. Résistance du capot à la flexion

Hypothèses: Toutes les actions mécaniques sont situées dans le plan de symétrie (O,x,y). Le
contact en B est considéré comme un appui simple. La force F représente l'action exercée par
l'utilisateur. Le cas le plus défavorable correspond à l'action simultanée de quatre bouchons (action
d'un bouchon = 10N)

On considère que la section du capot est constante sur toute la longueur. Trois sections différentes
sont testées.

Le calcul nous donne σS1=44Mpa; σS2=25.3Mpa; σS3=19.59Mpa La limite à la flexion du matériau


est σmaxi=40Mpa D'après le cahier des charges, un coefficient de sécurité de 2 est demandé. La section

S3 vérifie la condition: C'est donc la section S3 qui est retenue.

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


Remarque: L'usage des outils classiques de la résistance des matériaux est commun dans le
dimensionnement de pièces plastiques. Rappelons que les lois utilisées en RdM sont pour des
matériaux ayant un comportement élastique (loi de Hooke). Les matériaux plastiques ont eux un
comportement plutôt de type viscoplastique. Il y a donc un écart entre le résultat obtenu par le calcul et
la réalité. Néanmoins les outils de résistance des matériaux sont utilisés depuis longtemps et le retour
d'expérience a permis maîtriser les écarts. Ainsi, beaucoup de fabricants de matières proposent des
abaques utilisant ces outils pour le dimensionnement. Aussi, il convient de prendre un coefficient de
sécurité pour palier à ces écarts. Un coefficient de sécurité de 2 apparaît comme raisonnable.

10.4. Positionnement des butées de limitation de course de glissière

Les bouchons sont en liaison glissière avec le capot de rampe pour permettre un auto
positionnement. Néanmoins, la course de cette liaison glissière est limitée par l'écartement maxi entre
l'axe d'un bouchon et l'axe de son orifice en vis à vis. Le calcul de la position des butées fait l'objet de
deux chaînes de cotes.

Equation sur les nominaux: e= cf1 - c - b1 - b2 => c f1= 1.5 + 38 +12 +12 = 63.5

Equation sur les IT (calcul arithmétique): ITe= ITcf1 + ITc + ITb1 + ITb2 => ITc f1= 3 - 0.2 - 0.05
- 0.05 = 2.7

d'où cf1 = 63.5±1.35

Equation sur les nominaux: e= c - b2 - cf2 - b1 => c f2= 38 -12 - 12 - 1.5 = 12.5

Equation sur les IT (calcul arithmétique): ITe= ITc + ITb2 + ITcf2 + ITb1 => ITc f2= 3 - 0.2 -
0.05 - 0.05 = 2.7

d'où cf2 = 12.5±1.35

10.5. Choix du seuil d'injection

Afin de choisir la position du seuil d'injection, quatre positions différentes ont été testées. Il s'agit
de choisir le meilleur compromis en tenant compte :
• du cahier des charges

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


• des caractéristiques matières (Température d'injection = 230°C et Contrainte de
cisaillement maxi pour l'écoulement = 0.26 MPa)
• des données outillage: Moule à deux empreintes et décarottage automatique
souhaité à l'ouverture de l'outillage

Remarque:
• - Si la contrainte de cisaillement maxi est dépassée, la matière est détériorée.
• - Si la température mini du front de matière est trop écartée de la température
d'injection, la solidification se fera trop tôt et le remplissage sera mauvais

Avantages Inconvénients

- Aspect respecté - pression de remplissage élevée

- Seuil situé dans une zone de sollicitation - Contrainte de cisaillement proche de la limite mais

Position 1 faible. acceptable

-Bonne orientation

-Ecart thermique /T°inj acceptable (<20°).

- Remplissage facile avec une faible - Il se forme une ligne de soudure au milieu ce qui

Position 2 pression de remplissage et température pose des problèmes d'aspect et de résistance.


basse
- Ecart thermique /T°inj > 20°

- Aspect respecté - Position du seuil dans la zone la plus sollicitée.

Position 3 - Ecart thermique /T°inj acceptable (<20°).

- Contrainte de cisaillement acceptable

- Bonne orientation - Le remplissage est plus difficile. Il faut une


Position 4
pression et une température élevée.

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


- Le seuil est sur une face d'aspect ce que
recommande d'éviter le cahier des charges.

- contrainte de cisaillement supérieure à la limite


tolérée (>0,26 Mpa).

10.6. Positionneur

Pour s'intégrer dans l'esthétique de l'ensemble, le cahier des charges propose de placer un
positionneur. L'encoche du capot est située dans une zone de moment fléchissant faible donc de
contrainte faible. L'encoche est également sur une face qui n'as pas de contrainte d'aspect.

10.7. Retassure et démoulage

Le produit présente 3 faces d'aspect sur lesquelles il faut éviter les lignes de soudure ainsi que les
retassures. Le choix du seuil d'injection évite les lignes de soudures gênantes mais les nervures
peuvent poser des problèmes. Il faut donc penser à adapter l'épaisseur de la nervure par rapport à
l'épaisseur de la face d'aspect.

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


Ainsi, le capot a une épaisseur de 1.8 mm. L'épaisseur de la nervure qui rigidifie le capot et sur
laquelle se trouve également les crochets a une épaisseur de 1.6 mm. Les butées ont aussi une
épaisseur plus faible (1mm). Ces épaisseurs plus faibles diminuent le problème de retassure.

Concernant le démoulage, les crochets peuvent poser des problèmes. Il faut donc prévoir une
certaine souplesse de la nervure pour pouvoir l'écarter au moment du démoulage. Le bout de la
nervure n'est donc pas collé au capot pour pouvoir permettre une flexion.

10.8. Plan du capot

ENIM, 2006, Cours : Etude de Conception, Méca2, A. BenAmara


Chapitre II : Méthodes de Recherche
des Solutions Technologiques

Page(33)
Chapitre II : Méthodes de Recherche des Solutions
Technologiques.
1. Introduction ;
Ce chapitre traite le passage d’une représentation abstraite du produit mécanique (CDCF) à une
représentation technique concrète (schéma, pièces, assemblage). Il s’agit de donner un aperçu sur les
méthodes et techniques de conception. Quelques illustrations permettront au lecteur de mieux
comprendre les principales étapes conduisant à la proposition d’un ensemble de spécifications
techniques qui concourent à la définition des solutions technologiques capables de répondre à un
cahier des charges fonctionnel.

L’illustration ci-dessus montre une solution technologique particulière (joint tripode) d’un CDCF.
triaxe
s

tulipe

ωe C1
ωs
CDCF O

{Fonction & Contrainte}


Critère, Niveau, Flexibilité
bâti
C
2
α
C
3

1
2 u

L’exemple ci-dessus montre qu’un produit mécanique peut être perçus de plusieurs points de vue
différents. D’un point de vue conception, un produit mécanique est un ensemble de modules
fonctionnels assurant chacun une fonction technique (énergie, cinématique, résistance, etc.).

Si on s’intéresse exclusivement à la partie opérative (mécanique), la structure fonctionnelle d’un


produit peut être modélisée, selon la phase de conception considérée, par schéma de principe, un
graphe de structure, un schéma cinématique ou un dessin d’ensemble.

Parmi les modules fonctionnels permettant la mise en œuvre du principe de fonctionnement retenu
on distingue : la partie transformation et/ou adaptation de mouvement (mécanismes) et la partie
transformation et/ou adaptation de l’énergie (actionneurs). Il existe bien évidemment d’autres partie
fonctionnelles dans un produit : partie commande, etc.

L’ensemble des fonctions techniques assurées par les différents modules fonctionnels met en œuvre
un principe de fonctionnement technique. Ce principe de fonctionnement constitue l’idée de
conception de base proposée par le(s) concepteur(s) pour répondre au CDCF.

Ci-dessous, on s’intéresse aux méthodes de conception recensées dans la bibliographie en vue de


les classer et spécifier leur contexte d’utilisation.
2. Méthodologies de conception
La conception d’un produit est un processus complexe permettant de passer de l'expression d'un
besoin (CDCF) à la définition des caractéristiques d'un objet permettant de le satisfaire et à la
détermination de ses modalités de fabrication. Nous pouvons ainsi définir la conception comme une
activité constituée par une série de transformation provoquant un changement d'état du produit. Il
s’agit plus précisément d’une conversion de données disponibles dans le CDCF en données techniques
décrivant le produit et son processus de réalisation. En effet, il s’agit de faire évoluer une
représentation abstraite vers une représentation physique. Pour certains auteurs (Ullman), la
conception est l'évolution technique et sociale de l'information, ponctuée par des prises de décision.

Page(34)
Un processus de conception est une séquence non monotone et itérative d'activités de conception,
nécessaires pour créer une ou plusieurs représentations du produit. L'objectif d'un processus de
conception est de synthétiser des systèmes qui réalisent les fonctions et les performances désirées par
le client.

Les techniques de conception diffèrent suivant la nature des produits et des entreprises (contexte).
Toutefois, il existe (selon la bibliographie) trois grandes classes de comportement humain face à un
problème de conception.
• Le comportement "machinal" (skill-based behaviour) ne demande presque
pas d'activité de conception intelligente (pas besoin d’un grand effort de
réflexion) car il s’git de reproduire des cas de conception prfitement mitrisés..
• Le comportement procédural (rule-based behaviour) fait appel à une activité
mentale consciente. Il consiste à exécuter des tâches de manière coordonnée en
suivant des règles ou procédures qui ne sont pas assez maîtrisées pour être
appliquées "machinalement". Ces tâches ne nécessitent pas de choix complexes
entre plusieurs alternatives.
• Le comportement cognitif (knowledge-based behaviour) est basé sur une activité
mentale complexe et consciente, afin de résoudre des problèmes et planifier des
tâches.

Les deux premiers comportements sont privilégiés durant la conception préliminaire, lorsque les
connaissances sur le futur produit sont limitées.

Il est possible d'identifier d'autres typologies de démarches que l'on peut classer selon la proportion
de connaissances nouvelles qu'elles nécessitent :
• La re-conception est une situation courante. Elle peut concerner des
modifications à apporter à un produit commercialisé, nécessitées par de nouvelles
exigences ou un manque de performances. Il peut s'agir également d'une mise à
jour, planifiée dans le cycle de vie du produit avant son introduction sur le
marché, afin qu'il reste compétitif. Dans tous les cas, la re-conception part d'une
solution existante, d'un produit existant pour les faire évoluer.
• La conception routinière concerne l'utilisation de principes de solutions
possibles, qui sont souvent catalogués. Même si le problème est nouveau,
l'ensemble des sous problèmes et leurs solutions sont connus ; les stratégies et
méthodes sont connues, le cahier des charges ne change que d'une manière
quantitative. Ainsi, le produit trouve son origine dans la mémoire industrielle des
produits antérieurs.
• Lors de conception créative, ni les attributs ni la méthode ne sont connues. Il
s’agit dans ce cas de faire appel à l’intuition et l’ingéniosité du concepteur pour
proposer des nouveaux principes physiques ou de fonctionnement ou des
nouvelles technologies.
3. Principales étapes du processus de conception
De manière générale, et indépendamment des démarches de conception présentées ci-dessus, nous
pouvons considérer que le processus de conception peut être subdivisé en 4 étapes interdépendantes :
• Spécifications fonctionnelles du besoin (élaboration du CDCF) ;
• Recherche de concepts ;
• Recherche d'architecture ;
• Conception détaillée ;

Page(35)
La première étape de ce processus a fait l’objet du premier chapitre. Elle permet principalement de
recenser les fonctions de service et les contraintes du produit à concevoir en vue de formuler son
cahier des charges fonctionnel.

La troisième phase consiste à définir les détails nécessaires pour la réalisation du produit
(géométrie, dimensions, cotations) elle couvre également les calculs de dimensionnement et
d’optimisation.

Les deux autres phases (2 et 3) consistent, respectivement, a explorer diverses solutions de principe
(principe de fonctionnement) pour aboutir au choix répondant au CDCF, puis synthétiser une structure
de produit (topologie, forme et dimensions) permettant mettre en œuvre le principe de fonctionnement
proposé.
4. La conception préliminaire
Le domaine de la conception préliminaire (preliminary design) ou préconception couvre les phases
de recherche de concept (principe de fonctionnement) et de conception architecturale (topologie +
forme + dimensions).

La conception préliminaire est une phase cruciale du processus de conception, dont les enjeux
financiers sont bien connus (figure ci-dessous). Elle représente moins de 5% des dépenses de
développement, mais peut engager jusqu'à 70% des coûts du projet qui sont figés pour la suite des
activités de conception.

Sur la figue ci-dessous, la courbe en trait pointillé représente l'évolution des coûts de
développement du produit durant les phases du processus de conception : les phases de conception
préliminaire et détaillée représentent seulement 7.5% du coût global du projet jusqu'à
l'industrialisation.

Nous voyons donc que les choix réalisés durant la première phase du processus de conception sont
déterminants. Se pose notamment le problème la multitude des concepts peuvent émerger durant cette
étape. En effet, même si un des concepts proposés semble être le plus pertinent, les concepteurs
peuvent passer à côté d'un autre moins connu mais plus performant. Il serait donc souhaitable de
pouvoir évaluer plusieurs solution de principe malgré que durant les premières phases du processus de
conception, les données sont imprécises.

Page(36)
La phase de recherche de concepts ou "conceptual design" met en œuvre des processus de
créativité et consiste à explorer diverses solutions de principe répondant au CDCF.

4.1. Notion de principe de fonctionnement

Un principe de fonctionnement est une combinaison de principes physiques et techniques


permettant de traduire une idée de conception en un système technique en vue de répondre à nu ou
plusieurs fonctions techniques.

Dès son premier contact avec un CDCF, le concepteur tente de trouver une solution de principe
permettant de répondre au mieux à l’ensemble des spécifications fonctionnelles exprimées dans le
CDCF. Une telle solution traduit un principe de fonctionnement préalablement sélectionné par le
concepteur. Dans la plupart des cas, le concepteur génère des solutions par combinaisons des principes
de fonctionnement qu’il connaît « association fonctions-principes ». Il est aussi envisageable que le
concepteur propose des principes de fonctionnement innovants. Cela dépend bien évidemment du
l’expérience et du savoir faire de ce dernier.

4.2. Principe de fonctionnement

A l’aide de diagramme FAST le concepteur décrit les étapes de l’accomplissement du service


désiré avec le maximum de détail par le biais des fonctions techniques (interne au produit). En vue
d’illustrer la traduction d’un principe de fonctionnement sous forme d’un FAST, nous dressons ci-
dessous le diagramme FAST(Function Analysis System Technique) relatif au produit « scooter ».

La méthode FAST permet de relier et d’ordonner toutes les fonctions techniques assurées par les
éléments du système. Pour chaque fonction technique, le diagramme FAST répond aux 3 questions
précitées au chapitre I (pourquoi, quand, comment) :

Après avoir défini les fonctions de service d’un produit existant (diagramme pieuvre), le
diagramme FAST permet de décomposer chacune en fonctions techniques ordonnées et d’aboutir aux
solutions constructives. Il s’agit donc d’une analyse interne du produit.

4.2.1. Exemple d’application.

Fonctions de service et contraintes d’un « SCOOTER » :

FC2 Respecter l'environnement


FC9 Etre protéger contre le vol
FC6 Installer confortablement
l'utilisateur
FP Déplacer l'utilisateur par rapport à
la route, sans effort physique.
FC3 Respecter les autres usagers et se
faire respecter d'eux
FC1 Avoir une autonomie suffisante
FC5 Avoir un prix accessible
FC7 Sécuriser l'utilisateur
FC4 Transporter des bagages

FC8 Plaire à l'utilisateur

Page(37)
DIAGRAMME FAST « SCOOTER »’

Fonctions de service Fonctions techniques Solutions constructives


‘Exigences fonctionnelles’

FP Déplacer FT01 : Convertir


l'utilisateur par rapport l’énergie thermique en Moteur thermique
à la route, sans effort énergie mécanique de
physique.
FT02 : Transmettre le
mouvement de Mécanisme de
rotation à la roue transmission

FT03 : Transformer la
rotation de la roue en Roue
translation du scooter sur le
sol.

FC1 Avoir une FT11 : Stocker le


autonomie suffisante carburant Réservoirs

FC2 Respecter FT21 : Limiter le bruit


l'environnement et la pollution Pot d’échappement

FT22 : être recyclable


Matériaux recyclables

FC3 Respecter les FT31 : signaler sa Feux de position, clignotants,


autres usagers et se position et prévenir de avertisseur sonore.
faire respecter d'eux ses mouvements

FT32 : éclairer la
chaussée Phare

FT33 : voir les


usagers situés Rétroviseurs
derrières.

Page(38)
Fonctions de service Fonctions techniques
Solutions constructives
FC4 Transporter des FT41 : Contenir ou
bagages supporter des objets Coffre, porte bagages

FC6 Installer FT61 : permettre à


confortablement l’utilisateur de Selle, repose pieds
l'utilisateur s’installer

FT62 : faciliter l’accès Sélecteurs, poignées


aux commandes pivotantes, leviers...

FT63 : Protéger
l’utilisateur Bulle, brise vent

FC7 Sécuriser FT71 : Arrêter


l'utilisateur efficacement le Freins
scooter

FT72 : Améliorer la
tenue de route Amortisseurs

FC8 Plaire à FT81 : Personnaliser Carénage, caches


Revêtements (peintures,
l'utilisateur et varier les modèles sigle,…)

FC9 Etre protéger FT91 : Empêcher une


contre le vol utilisation usurpatoire Dispositifs antivol

Exemple de diagramme FAST : Fonction FP2

Les informations données par le diagramme FAST ci-dessus peuvent être classées en 3 colonnes :
« Fonctions de Services ou contraintes », « Fonctions Techniques » et « Solutions Constructives ». Les
fonctions techniques réalisent les fonctions de service ou contraintes par le biais des solutions
constructives.

Page(39)
A chacune des ces solutions constructives le concepteur choisi ensuite un principe de
fonctionnement, puis une structure (topologie, forme et dimensions).

Le principe de fonctionnement constitue la solution de principe pour répondre à une exigence


technique au niveau du produit. Il associe un ensemble de principes physiques en vue de résoudre un
problème technique.

Par exemple, pour la fonction technique « FT71 : Arrêter Efficacement le scooter », le concepteur à
choisi la solutions constructive « Freins ». Il dois ensuite choisir un principe de fonctionnement pour
cette solution constructive (frein à disque, freins à tambour, etc.). Ces principes de fonctionnement
traduisent un principe physique (fortement, effort électromagnétique, etc.).

Le chois du principe de fonctionnement fait appel à des transformations de l’énergie (actionneurs)


et des mouvements (mécanismes).

4.2.2. Principes de transformation et d’adaptation d’énergie : les actionneurs

La transformation de l’énergie est une fonction technique incontournable dans la plupart des
systèmes industriels. En effet nous sommes souvent appelé à passer d’une forme d’énergie à une autre.
Le tableau ci-dessous présente quelques actionneurs permettant de transformer la nature de l’énergie.

Energie d’entrée Actionneur Energie de sortie


Electrique Moteur électrique Mécanique
Mécanique Pompe Hydraulique
Hydraulique Vérin / Moteur hydraulique Mécanique

4.2.3. Principes de transformation et d’adaptation de mouvement : les mécanismes

En conception mécanique, on est souvent appelé de transformer un mouvement ou d’adapter sa


vitesse en vue d’assurer une fonction technique. Les principes d’adaptation et de transformation de
mouvement utilisés sont divers et variés. La transformation et l’adaptation d’un mouvement sont
souvent assurées par une chaîne de solides agencés entre eux par des liaisons cinématiques
élémentaires (pivot, glissière, etc.) ou complexes (mécanisme). Le tableau ci-dessous illustre quelques
mécanismes de transformation et d’adaptation de mouvement.

Mouvement d’entrée Mécanisme Mouvement de sortie


Rotation continue Bielle manivelle Translation alternative
Rotation continue Système articulé Rotation discontinue
Rotation continue Réducteur de vitesse Rotation continue
5. Recherche de solutions technologiques.
Il s’agit ici de proposer une solution technologique permettant de mettre en œuvre un principe de
fonctionnement.

Si on se restreint aux solutions technologiques permettant de mettre en œuvre des principes de


fonctionnement basés sur la transformation de mouvement (mécanismes).

Dans ce cas, il s’agit de trouver une ou des structures de systèmes mécaniques permettant de
répondre à des exigences fonctionnelles de comportement cinématique. Ce type d'approches, dites de
synthèse, consiste à trouver une structure d’un mécanisme (topologie & dimensions) assurant la
fonction cinématique désirée. Nous pouvons schématisé ce processus par le schéma ci-dessous.

Fonction Synthèse Structure (topologie + dimensions)

Page(40)
Synthétiser directement un mécanisme est un processus réflexif complexe et non formalisé. Ce
problème n'a toujours pas de solution générale satisfaisante. De ce fait, il est souvent nécessaire
d’adopter un processus inverse qui consiste à déterminer la fonction cinématique d'un mécanisme et de
la comparer à celle désirée puis introduire des modifications (topologiques et dimensionnelles) sur la
solution considérée en vue de caler son comportement sur la fonction cinématique désirée. Ce
processus, dit d'analyse, se fait par l'intermédiaire d'outils de simulation comportementale,

Une solution technologique de type mécanisme est caractérisée par sa géométrie, sa topologie et
ses dimensions.

5.1. Structure, topologie, géométrie et dimensions des solutions technologiques

La structure des solutions technologiques est caractérisée par sa topologie, sa géométrie, puis ses
dimensions caractéristiques. La topologie définie l’architecture de la solution. Par exemple,
l’architecture d’une presse peut être de type une colonne (chaîne cinématique ouverte) ou à deux
colonnes (chaîne cinématique parallèle). C’est aussi le cas dans la conception des pompes ou
d’échangeurs dans le quel le nombre d’étage est un paramètre relatif à l’architecture du produit.

La géométrie concerne la définition de la morphologie générale des composants qui seront ensuite,
à leur tour, caractérisés par des dimensions fonctionnelles.

Exemple : schéma d’architecture d’une presse

5.2. Exigences fonctionnelles de comportement mécanique.

Le concepteur doit ensuite introduire un ensemble d’exigences fonctionnelles au niveau des


solutions technologiques pour garantir le bon comportement mécanique da la solution considérée en
vue de répondre efficacement au CDCF. Ces exigences fonctionnelles jouent un rôle important pour
aider le concepteur à étudier le comportement mécanique de la solution envisagée.

Nous pouvons classer les exigences fonctionnelle de comportement mécanique comme suit :
• Les exigences fonctionnelles de comportement cinématique.
• Les exigences fonctionnelles de comportement dynamique
• Les exigences fonctionnelles de résistance
• Les exigences fonctionnelles de positionnement

Page(41)
Ces exigences fonctionnelles sont directement liées au comportement mécanique du produit. Par
exemple, le cas de celles qui décrivent la cinématique d'un mécanisme, la résistance mécanique d'une
liaison, la déformation d'une pièce, etc. Le rôle des modèles de comportement est alors de permettre au
concepteur de proposer une solution structurelle répondant à des telles exigences fonctionnelles

Si on s’intéresse, à titre d’exemple, aux aspects mouvement et énergie, on constate que dans la
plupart de cas, le(s) concepteur(s) aura à proposer des principes de transformation et/ou d’adaptation
de mouvement et d’autres pour la transformation et/ou l’adaptation de l’énergie.

On parle de transformation d’énergie ou de mouvement si le système proposé transforme la nature


de l’énergie ou du mouvement. Cependant, quand le type d’énergie ou la nature de mouvement sont
conservés, nous considérons qu’il s’agit juste d’une adaptation. (Adaptation de mouvement :
réducteur, adaptation de l’énergie électrique : adaptateur secteur).
6. Exemple d’application : Sécateur INFACO.

Fonction Principale : FSP1 Critères Niveau et flexibilité

« Couper des bois de vigne • Diamètre des branches • 25 mm maxi


préalablement sélectionnés par
• Effort de coupe • 1000 N mini (à mi-bois)
l’utilisateur. »
• Cadence à vide • 100 à 160 coupes / mn
Contraintes :
• Rapport temps ouverture / temps • 3 mini
• utiliser une lame pradine
fermeture de la lame
• La source d’énergie est
• Masse et encombrement
électrique • Masse : 1040 g, longt 320 mm

6.1. Recherche de solution technologique :

Fonction de Service Principe de Actionneur(s) Système de transformation


fonctionnement de mouvement
Came - levier 11
Secteur denté – pignon 12
Vis – écrou 13
Mécanique Moteur électrique Bielle manivelle 14
Coulisse manivelle 15
Balancier manivelle 16
« Couper des bois de Système articulé 17
vigne préalablement Came tambour 18
sélectionnés par Pistons radiaux 21
l’utilisateur. » Hydraulique Moteur électrique + Pisons axiaux 22
pompe et moteur à : Palettes 23
engrenage 24
Moteur électrique + Pistons radial 31
Pneumatique compresseur et moteur à : Piston axiaux 32
Piston axial 33
Electrique - Electro-aimant 41
Moteur linéaire 42
Vérin électrique 43

Page(42)
Page(43)
6.2. Classement des solutions technologiques

6.2.1. Développement de la solution 18

Page(44)
6.2.2. Développement de la solution 17

Page(45)
6.2.3. Détails techniques des modifications proposées

Page(46)
Page(47)
Références bibliographiques.

"Qualité en conception. La rencontre Besoin - Produit - Ressources". Ed. AFNOR. 1996.

B. ADAM "Animer une étude analyse de la Valeur". ESF, 1989.

C. BOULET "L'analyse de la valeur". AFNOR. Memento A SAVOIR, 1995.

J. CHEVALLIER "Produits & analyse de la valeur". CEPADUES Edition, 1989.

J. LACHNITT "L'analyse de la valeur". PUF, Que sais-je n° 1815, 1980

M. LITAUDON "La dynamique de l'analyse de la valeur". Mémento Édition


d'Organisation, 1988.

C. PETITDEMANGE "Créer et développer vos produits - Analyse de la Valeur". AFNOR,


1987.La qualité des produits industriels (Christian Maria) , DUNOD,
Paris 1991.

Christian Maria « La qualité des produits industriels », DUNOD, Paris 1991

Page(48)
Chapitre III : Analyse de la valeur

Optimisation des Solutions Mécaniques.

Page(49)
Chapitre III : Optimisation des solutions mécaniques par
analyse de la valeur.

1. Introduction ;
Dans ce chapitre on se focalise sur l’optimisation des solutions mécanique par la méthode
« Analyse de la Valeur ». Il s’agit de chercher les fonctions ou les contraintes de valeurs importante en
vue d’agir, ensuite, au niveau des solutions relatives à celles-ci.
2. Valorisation des fonctions;
La valeur d’une fonction exprime son importance par rapport aux autres fonctions d’un même
produit. Si on considère un critère de type coût, les fonctions les plus importantes seront celles ayant
un coût élevé. Cela nous conduit à la définition du coût d’une fonction.
3. Coût d’une fonction.
Le coût des fonctions est déterminé à partir des coûts des différents composant du produit objet de
l’étude.

Pour déterminer les coûts de chacune des fonctions d’un produit, on procède d’abord par les étapes
suivantes :
• Définition du CDCF du produit
• Etude des coûts de fabrication des composants
• Définition des fonctions techniques de chaque partie (surface fonctionnelle) des
différents composant
• Répartition des fonctions techniques sur les fonctions de service.
• Calculer le coût de chacune des fonctions techniques (coût des opérations
d’usinage + coût du % de matière).
• Calculer ensuite le coût de chaque fonction de service.

Ci-dessous nous détaillons sur un exemple les étapes de cette démarche (vanne à commande
pneumatique, cf. chapitre 1).

3.1. Définition du CDCF du produit

Le CDCF de la vanne à commande pneumatique contient les fonctions suivantes :

Adaptabilité :
Le corps de la vanne est universel. Il doit pouvoir s’adapter à tous les produits de la même
famille : vanne à commande manuelle, vanne à commande électrique, vanne pour fluides
corrosifs, etc.
Obturer sans manœuvre extérieure :
L’obturation doit être automatiquement réalisée en l’absence de commande extérieure. Elle
devra répondre aux critères énoncés :
Obturer les fluides suivants : Fuel, essence, pétrole, huile minérale et synthétique.
La fourchette de température tolérée sera : 5°C à 80°C .ces deux limites constituent des limites
d’acceptation.

Page(50)
Le temps de fermeture défini entre l’instant ou l’en cesse de fournir une énergie pneumatique et
l’instant ou le débit de fuite est nul, sera de deux secondes. Cet objectif est assortit d’une classe
de latitude de niveau 2.
Le débit de fuite durant la période d’obturation sera nul. Cet objectif est assortit d’une classe de
latitude de niveau 0.
Ce débit nul devra être assuré pour un objectif temps correspondant à 5000 H d’utilisation pour
une fréquence moyenne de manœuvre de 10 obturations par heure. Cet objectif est assortit d’une
classe de latitude de niveau 1.
Laisser passer :
Autoriser un débit de 0.25 l/s pour veine fluide s’écoulant à une vitesse de 2m/s. Ce niveau
constitue une limite d’acceptation.
Le temps d’ouverture définit entre l’instant ou l’en commande l’ouverture par pression d’air
comprimé (débit de fuite est nul) et l’instant ou le débit est maximum sera de ls. Cet objectif est
assortit d’une classe de latitude de niveau 2.
S’adapter aux normes :
Le produit pourra s’adapter sur des tuyauteries filetées conformément aux normes citées en
référence.
Evacuer les déchets :
Un dispositif devra permettre d’évacuer des déchets qui s’accumulent contre la soupape.
Pouvoir démonter :
On devra pouvoir effectuer un changement des pièces d’usure et des pièces assurant l’étanchéité
dans le cadre d’une maintenance préventive.
Utiliser l’air comprimé
La commande de l’ouverture sera assurée par l’utilisation d’air comprimé sous pression de 6
Bar. Louverture doit pouvoir être effectuée dans ces conditions de temps moins sévères sous
une pression de 3 Bar. Ce niveau constitue une limite d’acceptation.
Fiabilité :
Le taux de défaillance sera égal : 1.6 10-6/heure.

L’analyse fonctionnelle fournit les fonctions. Seules les fonctions principales sont retenues : Celles
assurant la satisfaction de besoin. On peut découvrir des fonctions qui ne sont pas prévues dans le
cahier des charges, et que le concepteur a rajoutées (exemple les fonctions B et D), I).

Une étude, auprès du service commercial, renseignera sur l’utilisation et l’appréciation de cette
fonction par les clients. Si certaines fonctions n’apportent aucune valeur supplémentaire au produit,
elles seront supprimées.

Pour la vanne nous pouvons retenir :

A : Obturer ; B : Maintenir fermé ; C : Laisser passer ; D : Maintenir levé ; E : Etancher ; F :


Capter ; G : Evacuer ; H : Evacuer les déchets ; I : Contrainte de construction (utiliser une vanne
universelle pouvant recevoir des commandes de divers types : pneumatiques, électriques, manuelles,
hydrauliques).

3.2. Etude des coûts de fabrication des composants

Il s’agit d’étudier le coût de chaque composant en vue de détailler le coût de la matière et le coût de
chaque opération (usinage, emboutissage, soudure, etc.),

Page(51)
Par exemple, la pièce N°1 de la vanne à commande pneumatique (cf. chapitre 1) est réalisée par
assemblage de deux parties (a et b)

Renseignements sur le matériau : Embout a : Acier E24, dimensions : d=22 ;


L=13mm. Coût du matériau : 0.6 DT/Kg.
Opérations effectuées : Sciage : TH=22 DT, temps : 0.016 h. Perçage et
taraudage : TH=28 DT. Temps: 0.018 h.
Coût d’exploration : 0.16 DT/pièce.
Coût investissement : 0.132 DT/pièce.
Tôle b : Acier E24, dimensions : d=8mm ; ep=2mm.
Coût du matériau : 0.16 DT/Kg.
Opération effectuée : Emboutissage : TH=28DT, temps : 0.017h.
Coût d’exploitation : 0.016 DT/pièce.
Coût des investissements : 0.086 DT/pièce.
Sur a + b : cadmiage. Soudage de a sur b : TH=26 DT, temps : 0.014h.
En sous-traitance, coût / pièce : 0.644 DT.
Soit le coût totale par pièce : coût de production de a : 1.166 DT.
Coût de production de b : 0.762. DT. Coût de l’assemblage a + b : 1.008 DT.
Coût totale : 2.936 DT.
3.3. Définition des fonctions techniques liées aux différents composants

Il s’agit d’estimer la valeur des fonctions par le biais des fonctions techniques et des documents
relatifs aux procédés de fabrication utilisés.

Le coût de chaque pièce doit être décomposé sur les fonctions techniques assurées par cette pièce.
Cela nécessite :
• D’estimer le pourcentage de matière utilisée pour chaque fonctions technique ;
• De répartir le coût des procédés d’obtention sur chaque fonction technique.

Les documents méthodes (gammes), et des renseignements issus de la comptabilité permettent de


conduire ce travail.

Lorsque la répartition rigoureuse du coût n’est pas possible, on effectue une estimation. Une
ventilation trop rigoureuse des coûts n’est pas toujours nécessaire. Le jugement d’un groupe de travail
peut avantageusement remplacer une recherche trop longue : La synthèse des avis conduira à une
estimation proche de la réalité analytique.

Page(52)
Fonctions techniques assurées par les pièces 1, 3, 2, 9 et 13.

Il faut rechercher ensuite les fonctions techniques remplies par chaque pièce. Les figures
précédentes présentent les fonctions techniques assurés par les pièces 1, 3, 2, 9 et 13.
Cette recherche permet de préparer la phase suivante.

Page(53)
3.4. Répartition des fonctions techniques sur les fonctions principales :

Les fonctions techniques sont réparties sur les fonctions principales comme montré sur l’exemple
ci-dessous :.

A : La pièce 1 assure quatre fonctions techniques :


• Capter l’air comprimé ;
• Retenir l’air comprimé ;
• Centrer la membrane 17 ;
• Centrer la membrane sur 2.

Ces quatre fonctions techniques concourent à la réalisation de la fonction principale : maintenir


levé.

B : La pièce 2 assure quatre fonctions techniques :


• Supporter la membrane 17 ;
• Fixer la membrane et la pièce1 ;
• Supporter les axes 7 ;
• Assurer la liaison avec 9.

Ces quatre fonctions techniques concourent à la réalisation de diverses fonctions principales :


Supporter la membrane 17 MAINTENIR LEVE. Fixer la membrane et la pièce 1.
Supporter les axes 7. MAINTENIR FERME.
Assurer la liaison avec 9. CONTRAINTE DE CONSTRUCTION.

Cette analyse est portée sur un tableau à deux entrées.

Page(54)
Tableau de répartition des Fonctions Techniques sur les Fonctions Principales

Pièces Coût Fonctions F. P.


Techniques A B C D E F G H I

1 3 Capte l’A .C. x


Retient l’A .C.
Fixe 1 sur 2.
Centre.
Retient 17.

2 27.8 Supporte 17
Fixe17 sur 1 x
Supporte 7 x
Lie 2 à 9 x
3 3.6 Reçoit la poussée x
Transmet l’effort
4 4 Reçoit la poussée du
ressort
Centre du ressort x
Transmet l’effort
5 4.2 Maintient fermé x
6 1.4 Supporte le ressort x
7 1.2 Supporte 6 x
8 0.5 Exerce un effort sur11 x
9 35 Capte le fluide x
Conduit le fluide x
Evacue le fluide x
Obture le fluide x
Permet le montage x
Guide la tige 12 x x
Reçoit l’étoupe x
10 0.6 Fixe 2 sur 9 x
11 0.28 Presse l’étoupe x
12 1.6 Maintient ouvert x
Maintient fermé x
Centre 13 x
Reçoit l’étoupe x
13 1.4 Obture x
Reçoit Force d’ouverture x
Reçoit Force de fermeture x
14 3 Evacue les déchets x
15 2.8 Permet le montage x
Evacue les déchets x
16 0.7 Etanche
17 0.67 Transforme la pression en x
effort
18 1.22 Maintient lié x

Page(55)
3.5. Calcul des coûts des fonctions techniques

La pièce 2 concourt à la réalisation de trois fonctions principales :


• Maintenir levé ;
• Maintenir fermé ;
• Contrainte de construction.

a) La fonction maintenir levé est assuré par :


• Une partie de la matière ;
• Le plan supérieur avec des les taraudages.
Cette fonction coûte sur cette pièce :
• 70 % des coûts de la matière et de la fonderie ;
• Les coûts de fabrication relatifs à l’usinage du plan et des taraudages. Soit 14.4
DT.

b) La fonction maintenir fermé est assuré par :


• Une partie de la matière.
• Les perçages qui supportent la pièce 6.
• 20 % des coûts de la matière et de la fonderie.
• Les coûts de fabrication relatifs aux perçages. Soit 4.2DT.

c) La contrainte de construction est réalisée par :


• La matière entourant les surfaces de liaison avec le corps de vanne.
• Les surfaces qui assurent la liaison avec le corps de vanne ;
Cette contrainte coûte sur cette pièce :
• - 10 % des coûts de la matière et de la fonderie.
• - Les coûts de fabrication relatifs aux surfaces de liaison. Soit 9.2DT.

3.6. Calcul des coûts des Fonctions Principales

Le coût total de la pièce 2 est donc ventilé sur les trois fonctions assurées :
• 14.4DT. Pour : maintenir levé.
• 4.2 DT. Pour : maintenir fermé.
• 9.2 DT. Pour : contrainte de construction.

Ces coûts sont reportés pour chaque colonne, cela permet de calculer le coût de chaque
fonction.

Page(56)
Tableau de répartition des coûts :
Pièces Coût Fonctions Techniques F. P.
A B C D E F G H I
1 3 Capte l’A .C.
Retient l’A .C.
Fixe 1 sur 2. 3
Centre.
Retient 17.
2 27.8 Supporte 17
Fixe17 sur 1 14.4
Supporte 7 4.2
Lie 2 à 9 9.2
3 3.6 Reçoit la poussée 3.6
Transmet l’effort
4 4 Reçoit la poussée du
ressort
Centre du ressort 4
Transmet l’effort
5 4.2 Maintient fermé 4.2
6 1.4 Supporte le ressort 1.4
7 1.2 Supporte 6 1.2
8 0.5 Exerce un effort sur11 0.5
9 35 Capte le fluide 3.6
Conduit le fluide 5
Evacue le fluide 3.6
Obture le fluide 6.4
Permet le montage 5
Guide la tige 12 2.4 2.4
Reçoit l’étoupe 6.6
10 0.6 Fixe 2 sur 9 0.6
11 0.28 Presse l’étoupe 0.28
12 1.6 Maintient ouvert 0.6
Maintient fermé 0.6
Centre 13 0.2
Reçoit l’étoupe 0.2
13 1.4 Obture 1
Reçoit Force 0.2
d’ouverture 0.2
Reçoit Force de
fermeture
14 3 Evacue les déchets 0.3
15 2.8 Permet le montage 2.2
Evacue les déchets 0.6
16 0.7 Etanche 0.7
17 0.67 Transforme la pression 0.76
en effort
18 1.22 Maintient lié 1.24
Total du coût de chaque fonction : 7.6 18.2 5.76 25.44 8028 3.6 3.6 0.9 17

Page(57)
4. Bilan : Classement des fonctions
La présentation du coût de chaque fonction sous forme de diagramme permet de distinguer
visuellement les différences : Figures ci-dessous.

Fonction D B I E A C F G H

Coût 25.44 18.2 17 8.28 7.6 5.76 3.6 3.6 0.9

Coût des fonctions :

25.44

18.2 D
8.28
B
I
5.76

E
3.6
A
C
0.9 F G
H
Fonctions

Ce résultat d’analyse constitue une base pour orienter recherches de réduction de coût. La priorité
d’étude est donnée aux fonctions de coût le plus élevé.

La suite de l’analyse de la valeur consiste en une remise en cause des solutions constructives en
vue d’abaisser le coût des fonctions les plus onéreuses.

Cette recherche s’effectue en travail de groupe. Elle nécessite la présence de technologues


connaissant bien les techniques et les divers aspects du produit. C’est une phase l’expérience des
membres de groupes joue un rôle très important.

Dans l’exemple traité le groupe d’étude a remis en cause la réalisation des fonctions :
MAINTENIR LEVE et MAINTENIR FERME.

Page(58)
5. Solution optimisée :
Après avoir localisé la source des coûts superflus, le groupe de conception à proposé la solution
techniques présenté ci-dessous.

Cette solution se distingue de la première par :


• Suppression des pièces 6 et 7.
• Modifications de la pièce 2.
• Etude d’un procédé d’élaboration différent pour la pièce 2.
• Obtention de la fonction MAINTENIR FERME par intégration du ressort dans le
corps de vanne

Les fluides imposés dans le cahier des charges autorisent cette intégration sans problème majeur.

Le corps de vanne utilisé pour d’autres produits de la même famille n’est pas modifié. Cette
nouvelle solution est représentée ci-dessous. Le gain réalisé sur le coût de production est de 22%.

Page(59)
Références bibliographiques.

ƒ B. ADAM "Animer une étude analyse de la Valeur". ESF, 1989.

ƒ C. BOULET "L'analyse de la valeur". AFNOR. Memento A SAVOIR, 1995.

ƒ J. CHEVALLIER "Produits & analyse de la valeur". CEPADUES Edition, 1989.

ƒ J. LACHNITT "L'analyse de la valeur". PUF, Que sais-je n° 1815, 1980

ƒ M. LITAUDON "La dynamique de l'analyse de la valeur". Mémento Édition d'Organisation, 1988.

ƒ C. PETITDEMANGE "Créer et développer vos produits - Analyse de la Valeur". AFNOR, 1987.La


qualité des produits industriels (Christian Maria) , DUNOD, Paris 1991.

ƒ Christian Maria « La qualité des produits industriels », DUNOD, Paris 1991

Page(60)