Vous êtes sur la page 1sur 24

PARLEMENT

ARMÉE
ARMÉE

Le général de corps d'Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP) a pré- sidé, hier à Alger, la cérémonie de remise du Prix de l'ANP pour la meilleure œuvre scientifique, culturelle et médiatique au titre de l'année 2016.

Remise du Prix de l'ANP pour la meilleure œuvre

scientifique, culturelle et médiatique pour l'année 2016

P. 24

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO 29° : ALGER 37° : TAMANRASSET p. 2
MÉTÉO
29°
: ALGER
37° : TAMANRASSET
p. 2

Mercredi 13 juillet 2016 - 8 Chaouel 1437 - N° 1351 - 4 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

- Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€ www.dknews-dz.com FÊTE NATIONALE DE SAO TOME-ET-PRINCIPE

FÊTE NATIONALE DE SAO TOME-ET-PRINCIPE

Le Président Bouteflika félicite le Président Manuel Pinto Da Costa

P.

24

RÉUNIONS MINISTÉRIELLES PRÉPARATOIRES DU SOMMET DE L'UA DU 13 AU 15 JUILLET

M. Lamamra

représente l'Algérie

à Kigali

P. 24

ALGÉRIE-RUSSIE

Le Dialogue stratégique bilatéral consolide les relations entre

les deux pays

P. 5

ALGÉRIE-USA

M. Kerry

félicite l'Algérie à l'occasion du 54 e anniversaire de son indépendance

P. 3

LE PROJET DE LOI PORTANT RÈGLEMENT BUDGÉTAIRE DE 2013 PRÉSENTÉ HIER AU CONSEIL DE LA
LE PROJET DE LOI PORTANT RÈGLEMENT BUDGÉTAIRE
DE 2013 PRÉSENTÉ HIER AU CONSEIL DE LA NATION
BUDGÉTAIRE DE 2013 PRÉSENTÉ HIER AU CONSEIL DE LA NATION LE MINISTRE DES FINANCES, M. HADJI

LE MINISTRE DES FINANCES, M. HADJI BABAAMMI :

«Il n'y aura pas de loi de finances complémentaire en 2016»

Le ministre des Finances Hadji Baba Ami a indiqué hier à Alger qu'il n'y aura pas de loi de finances complémentaire (LFC) pour l'année 2016, faisant savoir que la loi de finances 2017, actuelle- ment en élaboration, marquera le début de l'adaptation des dépenses aux ressources financières du pays. «Il n'y aura pas de loi de finances complémen- taire cette année. Nous avons la loi de finances 2017 qui sera soumise dans les délais légaux. Pas de LFC 2016», a insisté le ministre dans une déclaration à la presse en marge de la présentation du projet de loi portant règlement bud- gétaire 2013 devant le Conseil de la nation. «La loi de finances 2017 appor- tera une vision sur le moyen terme et marquera le début d'adaptation du niveau des dépenses aux ressources financières du pays», a-t-il expliqué ajoutant que «la loi de finances 2017 développera une vision sur le moyen terme et nous y adapterons le niveau des dépenses en fonction des res- sources dont nous disposerons.

P. 4

«De nouvelles mesures pour améliorer le recouvrement fiscal»
«De
nouvelles
mesures
pour
améliorer
le
recouvrement
fiscal»

BAC 2016:

M me Benghebrit : «Taux de réussite de 49,79% pour les élèves scolarisés et de 33,7% pour les candidats libres»

P. 3

SELON LE MINISTÈRE DE LA JUSTICE :

L'obtention du certificat de nationalité toujours possible par internet

P. 3

ÉNERGIE

Légère baisse de la production d'énergie primaire en 2015

P. 6

SANTÉ
SANTÉ
la production d'énergie primaire en 2015 P. 6 SANTÉ Alimentation et chimiothérapie Comment mieux la
Alimentation et chimiothérapie Comment mieux la supporter ? P.p 12-13
Alimentation et
chimiothérapie
Comment
mieux la
supporter ?
P.p 12-13

CULTURE

Anouar Hadj Smaïne

en lice pour le prix du meilleur réalisateur dans un festival à Los Angeles

P. 16

F TBALL PRÉPARATION DES JO 2016 Premier test des Olympiques algériens face aux Irakiens à
F
TBALL
PRÉPARATION DES JO 2016
Premier test
des Olympiques
algériens face
aux Irakiens
à Blida
P. 22
PROTECTION CIVILE 19430 appels de secours en une semaine P. 9
PROTECTION
CIVILE
19430
appels
de secours
en une
semaine
P. 9

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Mercredi 13 juillet 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:42

2 DK NEWS

Mercredi 13 juillet 2016

D’

EIL

Horaires des prières

NEWS Mercredi 13 juillet 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:42 Dohr 12:54 Asr 16:45
NEWS Mercredi 13 juillet 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:42 Dohr 12:54 Asr 16:45
NEWS Mercredi 13 juillet 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:42 Dohr 12:54 Asr 16:45
NEWS Mercredi 13 juillet 2016 D’ EIL Horaires des prières Fajr 03:42 Dohr 12:54 Asr 16:45
Fajr 03:42 Dohr 12:54 Asr 16:45 Maghreb 20:13 Isha 21:52
Fajr
03:42
Dohr
12:54
Asr
16:45
Maghreb
20:13
Isha
21:52

SAMEDI 16 JUILLET À 14H AU FORUM DE DK NEWS Célébration du 26 e anniversaire du décès de l’érudit savant Cheikh Omar Bouhafs Ezzemmouri

A l’occasion de la célé- bration du 26e anniver- saire du décès de l’érudit savant Cheikh Omar Bou- hafs Ezzemmouri (1913- 1990), le Forum de DK News abritera samedi 16 juillet 2016 à 14h, une conférence qui sera ani- mée par le professeur Ab- derrahmane Bouhafs, fils

du défunt cheikh, le pro- fesseur Aït Hamou Belka- cem, le professeur Mo- hamed El Arbi et le pro- fesseur Mohamed Ben Laouar. La rencontre aura lieu au Centre de presse de notre publica- tion, sis au 3, rue du Djurdjura, Ben Aknoun, Alger.

tion, sis au 3, rue du Djurdjura, Ben Aknoun, Alger. CONSEIL DE LA NATION Présentation du

CONSEIL DE LA NATION

Présentation du projet de loi sur la promotion de l'investissement

du projet de loi sur la promotion de l'investissement - COMMUNICATION Grine demain à Oran Le
du projet de loi sur la promotion de l'investissement - COMMUNICATION Grine demain à Oran Le
- COMMUNICATION Grine demain à Oran Le ministre de la Communication, M. Hamid Grine, effec-
-
COMMUNICATION
Grine demain à Oran
Le ministre de la
Communication, M.
Hamid Grine, effec-
tuera demain jeudi
14 juillet, une visite
de travail et d’ins-
pection dans la wi-
laya d’Oran. Le mi-
nistre procédera à
l’inauguration d’un
musée dédié à l’his-
toire du quotidien
El Djoumhouria. M.
Grine se rendra éga-
lement au centre de
formation de la radio
et inspectera le siège
régional de l’ENTV.
Météo
Max
Min
Alger
29°
18°
Oran
29°
21°
Annaba
29°
19°
Béjaïa
28°
21°
Tamanrasset
37°
23°
VENDREDI 16 JUILLET
À AIN TAGOURAÏT
6 e édition de la course
nage libre en mer de la
Sûreté nationale
4
4
Sous le patronage du général-major A1bdel-
ghani Hamel, la Direction générale de la Sû-
reté nationale (DGSN) organise vendredi 15 juil-
let à partir de 07h30 au centre de repos fami-
lial de la Sûreté nationale, sis à Ain Tagourait
(Tipaza), la 6éme édition de la nage libre en
mer. La compétition connaîtra la participation
de plusieurs nageurs représentant les diffé-
rents clubs, ainsi que ceux relevant des corps
constitués.

ARTISANAT M me Tagabou à Aïn Témouchent

La ministre déléguée au- près du ministre de l’Aména- gement du territoire, du Tou- risme et de l’Artisanat, char- gée de l’Artisanat, Mme Aïcha Tagabou, effectuera au- jourd’hui, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Aïn Témouchent.

et d’inspection dans la wilaya de Aïn Témouchent. Le Conseil de la nation reprendra, aujourd'hui, ses

Le Conseil de la nation reprendra, aujourd'hui, ses travaux en séance plé- nière consacrée à la pré- sentation et au débat du projet de loi sur la promo- tion de l'investissement.

BIBLIOTHÈQUE CHAÏB DZAÏR

Rencontre demain avec Kamel Bouchama

Les éditions ANEP, organisent demain 14 juillet à par- tir de 16h30 à la bibliothèque Chaïb Dzaïr, sise 1 avenue Pasteur, Alger-Centre, une rencontre-débat avec l’auteur Kamel Bouchama suivie d’une séance vente-dédicace de son livre «Dzaïr, âme captive de son histoire».

de son livre « Dzaïr, âme captive de son histoire ». CASIF SIDI FREDJ Festival de

CASIF SIDI FREDJ

Festival de musique diwan

L'Office natio- nal de la culture et de l'informa- tion(ONCI), or- ganise à partir d’aujourd’hui et jusqu’ au 24 juil- let au théâtre de plein air (Casif ) de Sidi Fredj, le festi- val musique diwan.

air (Casif ) de Sidi Fredj, le festi- val musique diwan. DU 17 AU 20 JUILLET

DU 17 AU 20 JUILLET À SÉTIF Finale du sport adapté aux métiers de l'agent de la Protection civile

La Direction générale de la protection civile, organise du 17 au 20 Juillet au niveau de la Direction de la Protec- tion civile de la wilaya de Sétif, la finale du sport adapté aux métiers de l'agent de la Protection civile.

LE 19 JUILLET AU FCE Présentation d’une étude sur la Sécurité alimentaire

Le Forum des chefs d’en- treprise (FCE), organise mardi 19 juillet, une impor- tante rencontre-débat qui portera sur la présentation de l’étude initiée sur la pro- blématique de la sécurité alimentaire. Cette étude s’inscrit dans la volonté du FCE de contribuer efficacement au débat national sur les grands enjeux de l’économie nationale. Elle fait partie d’un programme d’études que le FCE considère comme stra- tégiques et structurantes pour le développement et la sé- curité du pays : sécurité alimentaire, transition énergétique et économie numérique.

transition énergétique et économie numérique. DAR EL BEIDA Portes ouvertes sur les douanes La Direction

DAR EL BEIDA

Portes ouvertes sur les douanes

La Direction régionale des Douanes d’Alger, organise jusqu’au 14 juillet en son siège sis à Dar El Beida, des jour- nées portes ouvertes sous le thème «La douane algérienne, une stratégie au service de l’économie nationale».

CE SOIR AU TNA

Présentation de la pièce Torchaka

CE SOIR AU TNA Présentation de la pièce Torchaka Le Théâtre national algérien et le Ballet

Le Théâtre national algérien et le Ballet national présentent ce soir à partir de 18h au TNA, une pièce théâtrale intitulée Tor- chaka "L’Allumette".

4 VENDREDI À LA SALLE IBN KHALDOUN

Spectacle chorégraphique La flamme du Sahara

IBN KHALDOUN Spectacle chorégraphique La flamme du Sahara L’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger,

L’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger, orga- nise vendredi 16 juillet à partir de 19h à la salle Ibn Khaldoun, un spectacle chorégraphique du Ballet national intitulé «La flamme du Sahara». Le spectacle est produit par le Ballet na- tional algérien. Il est adapté par Zohor Namous Senouci et Salim Dada sur un texte «Le Cheval» de Slimane Ben Brahim, avec un décor de Abdelhalim Rahmouni et costumes de Setti Zoubida. Le spectacle en question sera présenté, par la mu- sique algérienne, africaine, européenne dans ses différents genres (Chaoui, Tindi, Zendani, moderne, ….) dirigé par le compositeur du spectacle Salim Dada, et animé par 28 dan- seurs et danseuses du Ballet national algérien.

Mercredi 13 juillet 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

BAC 2016:

M me Benghebrit : « Taux de réussite de 49,79% pour les élèves scolarisés et de 33,7% pour les candidats libres »

ALGÉRIE-USA

M. Kerry Félicite l'Algérie à l'occasion du 54 e anniversaire de son indépendance

Le secré-

du 54 e anniversaire de son indépendance Le secré- taire d'Etat américain John Kerry, a félicité

taire d'Etat

américain

John Kerry,

a félicité

l'Algérie, à

l'occasion

de la célé-

bration du

54e anni-

versaire du

recouvre-

ment de son indépendance, a-t-on appris hier du ministère des Affaires étrangères. Dans un communiqué de presse du

secrétaire d'Etat, daté du 5 juillet et pu-

blié

hier par le département américain

sur

son site web, M. Kerry "se félicite,

au nom du président Barack Obama

et au nom du peuple américain de la célébration par l'Algérie du 54e anni- versaire du recouvrement de son in- dépendance".

Outre sa satisfaction du "niveau" des relations bilatérales, du partenariat économique et du développement

des relations de peuple à peuple, le se-

crétaire d'Etat américain "y rend hom- mage appuyé et exprime sa profonde gratitude à l'endroit de notre pays pour ses efforts diplomatiques en cours tendant à faire valoir la paix et la sécurité dans la région en citant par- ticulièrement les efforts engagés au Mali et en Libye", selon la même source. M. Kerry a, par ailleurs, réitéré "l'engagement des Etats-Unis aux cô-

tés de l'Algérie pour relever le défi de

construction des sociétés pacifiques et prospères et n'a pas manqué de re- lever la force de caractère et la déter- mination du peuple algérien qu'il fé- licite pour ses réalisations".

Le taux de réussite au baccalauréat session 2016 a atteint 49,79% pour les élèves scolarisés et de 33,7 % pour les candidats libres, a annoncé hier, la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit.

"Le taux de réussite au bacca- lauréat 2016 est de 49,79% pour les candidats scolarisés et de 33,7% pour les candidats libres", a affirmé Mme Benghebrit sur les ondes de la Radio algérienne. Les filières qui ont enregis- tré les taux de participation les plus élevés sont les Mathéma- tiques (63,26%) et Lettres et Langues (56,09%), a-t-elle pré- cisé. La ministre a relevé que le

a-t-elle pré- cisé. La ministre a relevé que le taux global de réussite au bac 2016

taux global de réussite au bac 2016 est inférieur à celui de l'année précédente qui était de 51,36%. Elle a expliqué cela par

les fuites de sujets diffusés sur les réseaux sociaux, une "ac- tion criminelle" qui a déstabilisé les candidats, a-t-elle dit.

DE

LA JUSTICE

Pour Mme Benghebrit, "l'an- née était stable, les programmes respectés, malheureusement on a été victimes d'une action criminelle", a-t-elle déploré. Il est à rappeler que 818.515 candidats ont passé l'examen du baccalauréat session 2016 du- rant la période allant entre le 29 mai et le 2 juin 2016 dont 549.593 élèves scolarisés et 268.925 can- didats libres. La session 2016 a été mar- quée par la refonte partielle des épreuves du baccalauréat du 19 au 23 juin, après la fuite des sujets lors de la session de mai. Ainsi, 555.000 candidats ont pris part aux épreuves de cette deuxième session, dont une majorité dans les branches scientifiques. Les résultats se- ront mis en ligne ce mardi à par- tir de 20 heures sur le site de l'Office national des examens et concours (Onec).

SELON LE

MINISTÈRE

des examens et concours (Onec). SELON LE MINISTÈRE nécessaire de suivre les étapes indiquées à

nécessaire de suivre les étapes indiquées à l'adresse :

https://portail.mjustice.dz, rap- pelle-t-on.

ORAN:

L'obtention du certificat de nationalité toujours possible par internet

Les citoyens peuvent obtenir un certificat de nationalité par internet et il suffit de s'inscrire au tribunal le plus proche, rap- pelle mardi le ministère de la Justice dans un message à la veille des inscriptions universi- taires. "Pour obtenir votre certificat de nationalité via internet, veuil- lez vous inscrire au tribunal le plus proche", lit-on dans un SMS transmis sur les téléphones cellulaires des Algériens. Il s'agit d'un message de rap- pel, a-t-on indiqué au ministère de la Justice. L'opération d'obtention du certificat de nationalité par In- ternet ainsi que d'autres docu- ments a été lancée depuis plu- sieurs mois. Ce message intervient en cette période précise dans la mesure où les nouveaux ba- cheliers auront à fournir des certificats de nationalité pour

UNIVERSITÉ

s'inscrire à l'université et dans des écoles spécialisées, précise- t-on encore, relevant que le re- cours aux nouvelles technolo- gies de l'information et de la communication évitera aux de- mandeurs du certificat de natio- nalité de se déplacer aux tribu- naux. Le citoyen algérien peut de- mander et recevoir son certifi- cat de nationalité algérienne à partir d'Internet en s'inscrivant

à la banque de données du mi-

nistère de la Justice. Il doit ainsi se présenter per- sonnellement, au guichet du tribunal le plus proche, une seule fois muni de sa pièce d'identité, du numéro de son té- léphone portable et des docu- ments d'état civil ou des pièces nécessaires pour obtenir le cer-

tificat de nationalité, est-il expli- qué sur le site du ministère. Par la suite, le greffier remettra

à l'intéressé un document pa-

pier, comportant le nom et le prénom du concerné, le compte (nom d'utilisateur et mot de passe) qui lui a été attribué. Le compte attribué à l'intéressé est activé au cours des 48 heures de l'obtention du nom d'utilisateur et du mot de passe personnel, après réception, par SMS (à partir du numéro de té-

léphone communiqué par l'in- téressé au guichet de la juridic- tion) d'un deuxième compte personnel (nom d'utilisateur et mot de passe) qui lui donnera la possibilité d'accéder au ser- vice en ligne de demande et de réception du certificat de natio- nalité algérienne, accessible sur le site web du ministère de la Justice. Pour bénéficier du service de demande et retrait du certificat de nationalité algé-

rienne à partir d'Internet, il est

Les nouvelles mesures adoptées par les Douanes mises en exergue

Les nouvelles mesures adoptées par la Direction générale des Douanes dans le cadre du pro- gramme du plan stratégique 2016- 2019 sont mises en exergue, lors d'une manifestation d'information sur les activités du secteur lancée mardi à Oran. Parmi ces mesures, la nouvelle tarification pratiquée dans les pays développés permettant de définir toutes les marchandises im- portées avec plus de précision, a indiqué le directeur régional des Douanes d’Oran dans une déclara- tion à la presse en marge d’une journée d’information et des portes ouvertes tenues à l’Ecole nationale des douanes à hai "El Othmania". Cette mesure tarifaire de dix chiffres comporte plus de 15.000 positions tarifaires comparée à celle de huit chiffres (6.000 positions), a expliqué M. Abbès El Hadi lors de cette ma- nifestation à laquelle ont assisté des responsables des directions ré- gionales des douanes d’Oran, de Tlemcen, de Béchar et Chlef, d'opé- rateurs économiques et d'agents de transit et de commerce. Cette tarification permettra d’améliorer les données statistiques du pays qui ont des répercussions positives sur la décision écono- mique d’une part et permettent une politique économique et des dé-

cisions de protection des produits al- gériens, a affirmé le même respon- sable dans une allocution d’ouver- ture de cette journée d’informa- tion, citant d’autres mesures dont celles du système d’opérateur éco- nomique agrée (OPA), de facilitation du contrôle douanier des voyageurs sur le couloir vert par le scanner et de formalités de voyage à bord du navire avant accostage. Un cadre de la Direction générale des Douanes a animé une commu- nication abordant à distance le plan stratégique du secteur des douanes (2016-2019) approuvé en janvier dernier. Quatre autres communications sont prévues pour débattre des nou- velles mesures adoptées par la Direc- tion générale des Douanes dont la nouvelle tarification douanière et fa- cilités octroyées en matière d’expor- tation hors hydrocarbures. Ces portes ouvertes qui se pour- suivent jusqu’au 14 juillet consti- tuent une occasion pour prendre connaissance des activités des douanes au port d’Oran, des statis- tiques des produits saisis en 2014 et 2015 et du bilan d'activités du pre- mier semestre 2016 et du trafic des voyageurs au port d’Oran.

APS

Des étudiants universitaires réclament l'application du décret exécutif sur la poursuite de la formation doctorale en sciences

Une cinquantaine d'étudiants universitaires ont observé hier un sit-in devant le siège du mi- nistère de l'Enseignement supé- rieur et de la Recherche scien- tifique pour réclamer l'applica- tion du décret exécutif relatif à la poursuite de la formation doctorale (ancien système) en sciences pour les titulaires d'un diplôme de magister. Les étudiants protestataires ont appelé la tutelle à "ne pas ap- pliquer les dispositions de l'ar- rêté ministériel 547 du 2 juillet 2016 aux étudiants titulaires d'un diplôme de magister", ar- guant que le texte en question "est venu régir le doctorat dans le cadre du nouveau système". Les étudiants ont dénoncé "une tentative de faire passer les

politiques du nouveau système au détriment des étudiants ins- crits au titre de l'ancien sys- tème et qui sont régis par des lois et décrets en vigueur depuis des années". Par ailleurs, le ministère a précisé à l'APS par la voix du conseiller auprès du ministre, chargé des relations avec les partenaires sociaux, Seghour Saïd, que des rencontres avaiaent été tenues avec les re- présentants des protestataires en vue d'expliquer la vision de la tutelle notamment pour ce qui est de la mise en oeuvre de l'ar- rêté ministériel 547. Il a indiqué dans ce sens que le ministère avait demandé aux représentants des étudiants d'établir une plateforme de re-

vendications afin de "pouvoir les examiner et les prendre en charge". Il a ajouté que le ministère avait décidé d'unifier le système du doctorat à l'instar des au- tres pays car il est inconcevable, a-t-il dit, de "délivrer trois types de doctorat, d'autant plus tous ces types se valent en matière de valeur scientifique et adminis- trative". Le même responsable indi- qué également que l'unifica- tion du système de doctorat s'inscrit dans le cadre de re- commandations issues de la conférence nationale de l'uni- versité tenue cette année. Il s'agit d'un engagement que le ministère tend à honorer", a-t- il soutenu.

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Mercredi 13 juillet 2016

P

A

R

L

E

M

E

N

T

Présentation du projet de loi de règlement budgétaire 2013 au Conseil de la nation

Le projet de loi portant règlement budgétaire de 2013 a été présenté hier au Conseil de la nation par le ministre des Finances, M. Hadji Babaammi, lors d'une séance plénière présidée par M. Abdelkader Bensalah, président de cette institution parlementaire.

Le texte de loi fait ressortir une réalisation effective des recettes budgétaires de près de 102% et un taux d'exécution réelle des dé- penses budgétaires de 96% par rapport aux pré- visions de la loi de finances 2013. Les recettes budgétaires effectivement en- caissées en 2013 ont été de 3.890,81 milliards de dinars (mds DA), contre 3.820 mds DA prévues par la Loi de finances 2013 (LF 2013), soit un taux de réalisation de 101,85%. La fiscalité ordi- naire réalisée en 2013 a été de 2.274,91 mds DA (taux de réalisation de 103,21%), alors que la fis- calité pétrolière budgétisée a été de 1.615,9 mds DA. Les dépenses budgétaires ont, quant à elles, atteint réellement 6.649,18 mds DA

(contre 6.879,8 mds DA dans la LF 2013), soit un taux de réalisation de 96%. Les dépenses de fonctionnement effectives ont été de 4.156,35 mds DA (contre 4.335,614 mds DA ), soit un taux d'exécution de 95,87%. Les dépenses d'équipement ont été de 2.356,67 mds DA (contre 2.544,206 mds DA), soit un taux d'exécution de 92,62%, tandis que 136,158 mds DA ont été décaissés au titre des dé- penses imprévues. Quant au déficit budgé- taire effectif de 2013, il s'est établi à 2.758,36 mds DA, soit 16,65% du PIB, contre un déficit bud- gétaire prévisionnel de 3.059,8 mds DA (19% du PIB). Les comptes spéciaux du Trésor ont dé- gagé un solde négatif de 974,98 mds DA en 2013. Pour les indicateurs macroéconomiques effectifs de l'année 2013, la croissance écono- mique réalisée a été de 2,8% (contre une pré- vision de 5% dans la LF 2013) alors que la croissance hors hydrocarbures a atteint 7,1% (contre un pronostic de 5,3%). Le taux d'inflation a été de 3,25% (contre une prévision de 4%), alors que le prix moyen du ba- ril de pétrole a été de 109,08 dollars (contre une prévision de 90 dollars). Les exportations des hydrocarbures ont été de 63,48 mds de dollars (contre une prévision de 61,28 mds usd). A la fin 2013, les réserves de change étaient

LE MINISTRE DES FINANCES HADJI BABA AMI :

de change étaient LE MINISTRE DES FINANCES HADJI BABA AMI : à 194 mds de dollars,

à 194 mds de dollars, la dette publique exté- rieure à 29 mds DA et le Fonds de régulation des recettes (FRR) avait un solde de 6.586 mds DA.

«De nouvelles mesures pour améliorer le recouvrement fiscal»

Le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi a annoncé hier de nouvelles mesures pour améliorer le recouvrement fiscal, qui reste faible en dépit des dispositions prises ces dernières années.

En réponse aux interventions des membres du Conseil de la na- tion sur le projet de loi portant rè- glement budgétaire de 2013, le ministre a affirmé que le projet de la loi de Finances 2017 comportera de nouvelles dispositions permet- tant d'arrêter un nouveau calen- drier pour le recouvrement de la fiscalité et l'effacement des péna- lités de retard. Ces nouvelles dispositions in- terviennent après les facilités ac- cordés par la loi de finances 2012 (article 51) et la loi de finances

2013 (article 18) aux contribua-

bles pour le paiement de leurs dettes fiscales en contrepartie de

l'effacement total ou partiel des pé- nalités de recouvrement. Le ministre a souligné la mo- dernisation en cours de l'ensem- ble des structures du secteur des Finances notamment l'Administra- tion des impôts, du budget et de la comptabilité et celle du domaine public en vue d'une plus grande transparence dans la gestion, une meilleure maîtrise des recettes et dépenses et l'amélioration du re- couvrement fiscal. Le taux de recouvrement fiscal en Algérie ne dépasse pas les 12 à 13% annuellement même si l'année

2015 a enregistré le montant le

plus élevé avec prés de 3050 mil- liards, soit une hausse de 20% par rapport à 2014, selon les données de la Direction générale des impôts (DGI). La faiblesse du recouvrement fiscal a été le point le plus saillant des interventions des membres du Conseil de la nation lors du dé- bat du projet de loi portant règle- ment budgétaire de 2013. Ils ont mis l'accent sur la néces- sité de réformer le système fiscal afin d'améliorer les revenus de l'Etat notamment en la conjonc- ture économique difficile que tra- verse l'Algérie. Les membres du Conseil de la

nation ont en outre axé leurs inter- ventions sur la nécessité de réduire l'exercice budgétaire pour la loi portant règlement budgétaire de n-3 à n-2 ou n-1 et de soumettre ce texte avant l'adoption de la loi de finances afin de pouvoir rattraper les insuffisances.

A ce propos, le ministre a fait sa-

voir que le projet de loi portant rè- glement budgétaire 2013 a été sou-

mis en même temps que projet de

la loi de finances 2016 expliquant

que le retard enregistré était dû à une mauvaise programmation au

niveau du Parlement.

Il a affirmé cependant que la ré-

duction de la durée de l'exercice

entre la loi de finances et la loi por- tant règlement budgétaire de trois

à deux années ne pouvait se réali-

ser avant la modernisation du sys- tème informatique au ministère des Finances. M. Baba Ammi a ajouté que la loi portant règlement budgétaire

a été élaborée sur la base de l'actuel système législatif, précisant que"son contenu sera développé dans le cadre des amendements

apportés au titre de l'avant projet de loi organique portant loi de Fi- nances". Il a indiqué que les chiffres comptables apportés par la loi portant règlement budgétaire n'ont pas été contestés par la Cour des comptes dont les observations

ont porté sur des carences admi- nistratives. "Il n'y aura pas de loi de fi- nances complémentaire (LFC)

cette année. Nous avons la loi de finances 2017 qui sera soumise dans les délais légaux.

Pas de LFC 2016", a insisté le mi- nistre dans une déclaration à la presse en marge de la présentation du projet de loi portant règlement

budgétaire 2013 devant le Conseil de la nation. "La loi de finances 2017 dévelop- pera une vision sur le moyen terme et nous y adapterons le niveau des dépenses en fonction des res-

sources dont nous disposerons. Nous ne procèderons pas à un changement brusque du niveau des dépenses des années précé-

dentes, nous amorcerons graduel- lement la maîtrise des dépenses et leur adaptation à nos ressources fi- nancières". En réponse à une question sur un lien entre la visite d'une délé- gation du Fonds monétaire inter- national (FMI) en Algérie et un re- tour à l'endettement extérieur, M. Hadi Baba Ammi a opposé un dé- menti catégorique, précisant que cette visite était programmée de- puis longtemps et qu'elle n'a pas de lien avec un quelconque endette- ment extérieur. Concernant l'emprunt obliga- taire lancé en avril dernier, le mi- nistre a qualifié de "très encoura- geants" les montants souscrits à ce jour, ajoutant que les résultats définitifs seront communiqués au mois de novembre prochain, date de clôture de l'opération. Par ailleurs, le ministre a indi- qué que le dossier des bureaux de change était encore à l'étude et que la Banque d'Algérie examinait ac- tuellement les modalités d'ouver- ture de ces bureaux.

«Il n'y aura pas de loi de finances complémentaire en 2016»
«Il n'y aura pas de loi de finances complémentaire en 2016»

«Il n'y aura pas de loi de finances complémentaire en 2016»

«Il n'y aura pas de loi de finances complémentaire en 2016»
Le ministre des Finances Hadji Baba Ami a indi- qué hier à Alger qu'il n'y

Le ministre des Finances Hadji Baba Ami a indi- qué hier à Alger qu'il n'y aura pas de loi de finances complémentaire (LFC) pour l'année 2016, faisant sa- voir que la loi de finance 2017, actuellement en éla- boration, marquera le début de l'adaptation des dé- penses aux ressources financières du pays. «Il n'y aura pas de loi de finances complémentaire cette année. Nous avons la loi de finances 2017 qui sera sou- mise dans les délais légaux. Pas de LFC 2016», a insisté le ministre dans une déclaration à la presse en marge de la présentation du projet de loi portant règlement budgétaire 2013 devant le Conseil de la nation. «La loi de finances 2017 apportera une vision sur le moyen terme et marquera le début d'adaptation du niveau des dépenses aux ressources financières du pays», a-t-il expliqué ajoutant que «la loi de fi- nances 2017 développera une vision sur le moyen terme et nous y adapterons le niveau des dépenses en fonction des ressources dont nous disposerons. Nous ne procèderons pas à un changement brusque du niveau des dépenses des années précé- dentes, nous amorcerons graduellement la maîtrise

des dépenses et leur adaptation à nos ressources fi- nancières». Cette loi introduit de nouvelles dispositions pour améliorer le niveau de recouvrement fiscal après les facilités accordées en vertu de la loi de fi- nances 2012, ce qui permettra d'arrêter un nouveau calendrier pour le recouvrement fiscal et l'effacement des pénalités de retard», a souligné le ministre. En réponse à une question sur un lien entre la vi- site d'une délégation du Fonds monétaire interna- tional (FMI) en Algérie et un retour à l'endettement extérieur, M. Hadi Baba Ami a opposé un démenti catégorique, précisant que cette visite était program- mée depuis longtemps et qu'elle n'a pas de lien avec un quelconque endettement extérieur. Concernant l'emprunt obligataire lancé en avril dernier, le ministre a qualifié de «très encourageants» les montants souscrits à ce jour, ajoutant que les ré- sultats définitifs seront communiqués au mois de no- vembre prochain, date de clôture de l'opération. Par ailleurs, le ministre a indiqué que le dossier des bureaux de change était encore à l'étude et que la Banque d'Algérie examinait actuellement les modalités d'ouverture de ces bureaux.

à l'étude et que la Banque d'Algérie examinait actuellement les modalités d'ouverture de ces bureaux.

Finances

Les Douanes présentent leur plan stratégique

2016-2019

Le plan stratégique des

Douanes 2016-2019 a été présenté au ministre des Finances, Hadji Ba- baammi, et au ministre délégué auprès du minis- tre des Finances, chargé de l’Economie numérique

et de la modernisation des

systèmes financiers, Moua- tassem Boudiaf, par la Di- rection Générale des Douanes (DGD). Lors d'une réunion qui

a regroupé, hier à Alger,

MM. Baba Ammi et Boudiaf avec le Directeur général des Douanes, M. Kaddour Bentahar, et l’ensemble des cadres de la DGD, il a été procédé à la présenta- tion de ce plan stratégique fondé non seulement sur

les orientations et direc- tives du gouvernement mais aussi sur les résultats de l’expertise nationale et internationale.

Il a également été ques-

tion de la nouvelle dé- marche managériale ba- séé sur le management

participatif, et du projet de nouveau système d’in- formation des douanes, précise un communiqué de la DGD.

A ce propos, MM. Ba-

baammi et Boudiaf ont marqué leur appui et leur volonté d’accompagner l’aboutissement des dé- marches entreprises qui s’inscrivent dans le cadre du nouveau modèle de croissance lequel met l’en- treprise au cœur des préoc- cupations du gouverne- ment à travers la promo- tion de l’économie numé- rique. Dans ce sens, le minis- tre des Finances a exhorté les cadres de l’administra- tion douanière à préparer, d’ores et déjà, les textes d’application du nouveau code des douanes qui sera soumis à l’examen du pro- chain Conseil des minis- tres. Par ailleurs, il a salué la mise en place du tarif inté- gré à 10 chiffres et des me- sures prises pour la pro- motion des exportations hors hydrocarbures, et a recommandé le développe- ment de la géo-localisa- tion des conteneurs. Concernant les nou- velles missions sécuritaires de l’administration des Douanes, M. Baba Ammi a rappelé l’impérieuse né- cessité de déployer les postes des douanes de sur- veillance, tout en adres- sant son message de condoléances aux agents des douanes décédés en service commandé. De son côté, M. Boudiaf

a apprécié le recours de la DGD à l’usage du réseau de TDA et a recommandé sa mise à niveau et son déve- loppement.

APS

Mercredi 13 juillet 2016

COOPÉRATION

DK NEWS 5

ALGÉRIE-RUSSIE

Le Dialogue stratégique bilatéral consolide les relations entre les deux pays

La première session du Dialogue stratégique bilatéral sur les questions politiques et sécuritaires entre l’Algérie et la Fédération de Russie, tenue lundi à Moscou, a été l'occasion de consolider la concertation algéro-russe et la coordination de leurs positions sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun.

Co-présidée par le ministre des Affaires maghrébines, de l'Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, et par Evgueny Loukyanov, responsable des relations internationales au Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, cette session de dia- logue est venue confirmer la vo- lonté des deux pays d'aller de l'avant dans leurs relations et leur coopé- ration, aussi bien dans le domaine politique que ceux de l'économie, du commerce et de la culture. Cette première session du dialogue stratégique bilatéral, intervient conformé- ment aux instructions des présidents des deux pays, Abdelaziz Bouteflika et Vla- dimir Poutine, pour conforter les posi- tions et la coordination des deux Etats, vis- à-vis des grands sujets d'actualité qui posent aujourd'hui des défis majeurs. Elle se veut également une opportunité pour promouvoir davantage les excel- lentes relations bilatérales et de confor- ter le partenariat stratégique que les deux pays entretiennent dans différents domaines. Les deux parties ont, à cette occasion, rappelé l’attachement de leurs pays aux principes de règlement politique des conflits, de la nécessité de dialogue, de non ingérence dans les affaires inté- rieures des autres pays et de respect de la Charte des Nations unies. Dans cet esprit, les deux parties ont examiné les questions internationales et régionales d’intérêt commun, notam-

internationales et régionales d’intérêt commun, notam- ment la situation en Syrie, en Libye, au Sa- hara

ment la situation en Syrie, en Libye, au Sa- hara occidental, au Sahel, la lutte contre le terrorisme et le crime organisé trans- national, ainsi que la cybercriminalité. Les deux parties ont décidé de tenir la deuxième session du dialogue straté- gique à Alger, au courant du premier tri- mestre de 2017.

Algérie-Russie : un partenariat solide et prometteur

Un partenariat solide et prometteur lie l'Algérie et la Russie à la faveur du parte- nariat stratégique signé en avril 2001, mais également à la faveur des nombreux ac- cords de coopération bilatérale conclus dans divers domaines. La visite officielle du Premier minis- tre, Abdelmalek Sellal, en avril 2016 à Mos- cou, est venue couronner une intense ac- tivité et échanges de visites de délégations entre les deux pays. Un nombre impor- tant d'accords ont été signés à cette occa- sion dans les domaines de l’habitat, la cul-

ture, la communication, l’éner- gie atomique et les nouvelles technologies. Concernant les investisse- ments et les échanges commer- ciaux, le partenariat bilatéral a enregistré un nouvel élan consé- cutivement au forum d'affaires, organisé en marge de la visite de M. Sellal, et qui avait réuni près de 500 opérateurs économiques. Un mémorandum d'entente et de coopération économique entre l'Algérie et la Russie a été signé également, confirmant la volonté des deux pays d'asseoir, sur des bases so- lides, un partenariat pérenne et mutuel- lement avantageux. Le Premier ministre avait affirmé à cette occasion que «des mesures législa- tives et organisationnelles concrètes sont prises en Algérie pour encourager l’inves- tissement et le partenariat, améliorer le climat des affaires et lever tous les obsta- cles». Au plan politique, l'Algérie et la Rus- sie enregistrent une forte convergence de vue sur diverses questions, grâce à une concertation et une coordination bien an- crées. Le ministre l'avait clairement ex- primé lors de sa dernière visite en Russie, en notant que les deux pays «partagent les mêmes points de vue dans la plupart des questions» qui se posent actuellement, mettant en exergue «la longue histoire d’amitié et de solidarité qui caractérise les relations entre l’Algérie et la Russie».

ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE :

Lancement d'un jumelage institutionnel entre l'Algérie, la France et l'Italie

Un jumelage institutionnel entre l'Algé- rie, la France et l'Italie, intitulé «Appui au ren- forcement de l'administration péniten- tiaire en accord avec les normes internatio- nales pour l'amélioration des conditions de détention et de réinsertion des détenus», a été officiellement lancé hier à Alger en pré- sence des représentants des trois parties concernées. Le jumelage, doté d'un budget estimé à

2 millions d'euros sur une durée de 30 mois (mai 2016-novembre 2018) s'inscrit dans le cadre du Programme d'appui à la mise en œuvre de l'Accord d'Association en- tre l'Algérie et l'Union européenne (P3A), qui bénéficie, lui, d'un financement global de 36 millions d'euros ciblant divers secteurs. Ce jumelage institutionnel dans l'ad- ministration pénitentiaire, pour lequel sont mobilisés 90 experts, prévoit 240 missions,

5 voyages d'études dans les deux Etats mem- bres de l'UE (France-Italie). Il a comme ambition, selon ses concep-

teurs, la formation d'un millier d'agents de

la Direction générale de l'administration pé-

nitentiaire (DGAPR). Les actions de ce jumelage visent, dans ce sens, à «améliorer la gestion des établis-

sements pénitentiaires, renforcer la capa- cité de prise en charge en matière de réin- sertion et renforcer la sécurité des établis- sements». Le responsable de la DGAPR, Mokhtar Felioune, qui a présidé le lance- ment du jumelage, a indiqué que cette coo-

pération triangulaire «constitue un appui fort quiprofiteraàl'administrationpénitentiaire pour améliorer ses connaissances et hisser le niveau de professionnalisme parmi ses ca-

dres». Il a souligné, à la même occasion, le processus de réformes pénitentiaires engagé par les autorités algériennes, mettant en évi- dence, notamment, la promulgation au mois de février 2005, d'une loi portant orga- nisation de l'insertion sociale des détenus.

M. Felioune a évoqué aussi les résultats

positifs obtenus suite au programme de ré- insertion des détenus, qui a permis, dit-il, un accroissement des inscrits dans les sec-

teurs de l'éducation, la formation profession- nelle et l'emploi. Il a cité, à ce propos, le nombre d'inscrits dans l'enseignement global qui «est passé de

3.165 en 2003 à 37.840 en 2015, au moment où la Formation professionnelle a compté 41.779 inscrits en 2015 contre 1.676 en 2003. Le même intervenant a relevé que le

nombre de lauréats à l'examen de BEM (Brevet de l'enseignement moyen) a atteint 3.346 en 2015 contre 117 en 2003, alors que les admis au baccalauréat étaient de 1.513 en 2015 contre 151 en 2003. Pour sa part, le Directeur national du pro- gramme P3A, Djilali Lebibat, a déclaré que «le jumelage lancé est de nature à permet- tre une modernisation du système carcéral algérien», annonçant, par ailleurs, d'au- tres projets de coopération touchant di- vers secteurs. De son côté, le chef adjoint des opérations de coopération à la délégation de l'UE, An- dreas Schmidt, a estimé que «l'accord de ju- melage atteste du rapprochement entre

l'Algérie et l'UE dans l'esprit du bon voisi- nage». Pour l'ambassadeur de France en Al- gérie, Bernard Emie, «la coopération judi- ciaire et juridique est une priorité absolue de la France en Algérie», soulignant que le jumelage en question «était un signe de confiance entre les pays signataires». L'am- bassadeur d'Italie en Algérie, Michèle Gia- comelli, a déclaré, quant à lui, que «l'amé- lioration des conditions de détention fi- gure parmi les objectifs visés par tout Etat de droit».

ALGÉRIE-CHINE

L'Algérie a octroyé plus de 55.000 visas à des travailleurs et visiteurs chinois en 2015

L'Algérie a octroyé plus de 55.000 visas

à des travailleurs et visiteurs chinois en 2015,

a indiqué lundi à Alger le ministre d'Etat, mi-

nistre des Affaires étrangères et de la Coo- pération internationale, Ramtane La- mamra. «L'année dernière, il y a eu plus de 55.000 visas qui ont été délivrés à des travail- leurs et des visiteurs chinois de manière gé- nérale», a déclaré M. Lamamra lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion préparatoire à la conférence algéro-africaine sur l'investissement qui aura lieu du 3 au 5 décembre en Algérie.

M. Lamamra a ajouté que «si on visait

spécifiquement le secteur du tourisme,

une réflexion est lancée par le ministère en

charge de ce secteur (

quelle mesure nous pouvons être amenés à prendre de nouvelles dispositions en matière d'octroi de visas». I l a soutenu que l'Algérie avait «la volonté de moderniser, comme c'est le cas du code de l'investissement, le cadre législatif et ré- glementaire en vigueur pour faire en sorte que l'économie algérienne se modernise, s'adapte aux nouvelles mutations et gagne en compétitivité». M. Lamamra a ajouté que

pour voir dans

)

les ambassadeurs et les consuls algériens avaient la possibilité, en vertu du cadre lé- gislatif et réglementaire en vigueur, d'oc- troyer des visas avec 2 ans de validité et en- trée multiple, précisant que cela ne devrait pas constituer un handicap pour les hommes d'affaires souhaitant investir en Al- gérie. Il a fait savoir qu'elle l'Algérie était «dis- posée» à engager des négociations avec ses partenaires étrangers pour la suppres- sion «pure et simple» des visas pour les pas- seports diplomatiques de service ou pour l'ensemble des documents de voyage de pas- seport.

ALGÉRIE-AFRIQUE

La rencontre économique Algérie- Afrique reportée au 3 décembre 2016

La rencontre économique Algérie-Afrique se tiendra du 3 au 5 décembre 2016 à Alger au lieu du 19-21 novembre, a indiqué lundi à Alger le minis- tre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane Lamamra. M. Lamamra s'exprimait lors d'une confé- rence de presse qu'il a animée conjointement avec le ministre de l'Industrie et des mines et celui du Commerce, respectivement MM. Abdessalam Bouchouareb et Bakheti Belaib ainsi que du pré- sident du Forum des chefs d'entreprise (FCE) Ali Haddad, à l'issue d'une réunion dédiée aux pré- paratifs de cette rencontre. Le report de cette rencontre, qui verra la par- ticipation de plusieurs pays d'Afrique, est lié à des raisons conjoncturelles internes et externes, a ex- pliqué M. Bouchouareb. «L'organisation de ce

forum s'inscrit dans le cadre de la politique de l'Al- gérie en Afrique, guidée par le président de la Ré- publique M. Abdelaziz Bouteflika, visant à renfor- cer sa place dans le continent et à contribuer à son intégration, notamment économique», a affirmé M. Lamamra. «Les pays africains restent atta- chés à l'Algérie qui dispose d'énormes potentiali- tés pour conquérir ce vaste marché sur le volet com- mercial mais aussi sur celui de l'investissement», a-t-il souligné. Selon lui, cette rencontre va réunir, pour la pre- mière fois, des hommes d'affaires de plusieurs pays du continent, ce qui leur permettra d'explorer de nouvelles opportunités de partenariat écono- mique, surtout industriel. En outre, elle intervient dans le sillage du nouveau modèle économique de croissance de l'Algérie qui mise sur la diversifica- tion économique en réduisant la dépendance du pays aux hydrocarbures, selon M. Lamamra. «L'objectif de cette rencontre est de (trouver les moyens, ndlr) pour que la présence de l'Algérie en Afrique soit plus qualitative et continue en touchant tous les domaines», a-t-il encore dit.

A rappeler qu'un Comité de préparation pour

cette rencontre avait été déjà installé. Il est com- posé de représentants des ministères des Affaires étrangères, de l'Industrie et du Commerce.

Il sera prochainement élargi à d'autres dépar-

tements ministériels, directement ou indirecte- ment concernés par la rencontre, ainsi qu'aux deux secteurs public et privé, a assuré M. Lamamra. Interrogé par la presse sur les modes de finan- cement auxquels les opérateurs algériens envisa- gent de recourir pour investir en Afrique, M. La- mamra a assuré que plusieurs types de finance- ment potentiels existaient, citant à titre d'exemple les banques de développement en Afrique. De son côté, le ministre de l'Industrie et des mines a in- diqué que l'organisation de cette rencontre a été

initiée après l'intérêt exprimé par plusieurs pays africains pour accueillir des investissements et im- porter des produits algériens. «Aujourd'hui, nous sommes très sollicités par les Africains dans plusieurs domaines, en particu- lier la mécanique», a indiqué M. Bouchouareb à ce propos. Dans ce sens, il a avancé que l'Algérie devien- drait un «pôle» en Afrique pour la firme américaine Massey Fergusson qui a une unité de fabrication de tracteurs agricoles à Constantine. Dans ce même contexte, le ministre a cité les be- soins énormes du continent africain en électrifi- cation, ce qui donne à l'Algérie une grande poten- tialitépourconcrétiserdesprojetsd'investissement.

Il a également annoncé la signature la se-

maine prochaine de trois contrats avec des parte- naires étrangers dans le domaine du phosphate dans lequel l'Algérie ambitionne de devenir un grand producteur. Sur un autre volet, M. Bouchouareb a fait savoir que la loi de finances de 2017 prévoyait des mesures visant à faciliter l'acte d'exporter, soulignant qu'il s'agissait d'une démarche de soutien globale. Selon MM. Bouchouareb Belaib, le soutien ap- porté actuellement à l'exportateur «n'est peut être pas suffisant» sur le plan financier, indi- quant que les deux ministères étaient en cours de discussion pour régler cette question. De son côté, le président du FCE a exprimé l'engagement et la volonté de son organisation à assurer la réussite de cet événement et surtout contribuer au développement de l'économie algérienne. Il a appelé à cette occasion les entrepreneurs algériens à «faire confiance en eux-mêmes et à faire confiance au gouvernement qui est disposé à les aider et ac- compagner».

APS

6 DK NEWS

ÉCONOMIE

Mercredi 13 juillet 2016

LAIT

La facture d'importation en baisse de 23% sur les 5 premiers mois

d'importation en baisse de 23% sur les 5 premiers mois La facture d'importation de lait (y

La facture d'importation de lait (y compris matières premières) a reculé à 399,71 millions de dollars (usd) durant les cinq premiers mois de 2016, contre 519,04 millions usd à la même période de 2015, soit une baisse de 23%, a appris l'APS auprès des Douanes. Les quantités importées de ce pro- duit (lait en poudre, crèmes de lait et matières grasses laitières utilisées comme intrants) ont également reculé

mais de moindre ampleur pour s'éta- blir à 161.225 tonnes (t) contre 172.930 t, soit une baisse de 6,77% entre les deux périodes de comparaison, indique le Centre national de l'informatique et des statistiques des douanes (Cnis). Outre la baisse, quoique légère, des quantités importées, la facture a sur- tout reculé en raison de la chute des prix à l'importation par l'Algérie de cette denrée alimentaire. En effet, les prix à l'importation des poudres de lait ont reculé durant le 1er trimestre 2016 en passant à 2.469 dol- lars/tonne contre 3.040 dollars/tonne durant la même période en 2015 (-20%). Afin de réduire les importations de ce produit subventionné et de promou- voir la filière lait, de nouvelles mesures ont été décidées, il y a quelques mois, par le gouvernement en faveur des éle- veurs et des opérateurs de ce secteur en augmentant la subvention du lait cru et en encourageant l'investissement, avec l'objectif de baisser les importations de la poudre de lait de 50% à l'horizon 2019. Le gouvernement a ainsi décidé que le prix de référence du litre de lait cru de vache soit fixé à 50 DA (contre 46 DA auparavant), se répartissant entre

36 DA le prix de cession du lait cru aux

laiteries et 14 DA de subvention de l'Etat, contre, respectivement, 34 DA et

12 DA auparavant.

En réponse à la préoccupation des éleveurs relative à l'accès à l'aliment de bétail et à la régulation du marché de ce

produit, il a été décidé d'approvision- ner directement les éleveurs en matière de son (résidu de mouture de blé). D'autres mesures de facilitation à moyen terme ont été prises par le gou- vernement afin d'asseoir une stratégie de relance de la filière lait. Il s'agit notamment de l'accès des professionnels de la filière lait au fon- cier agricole pour leur permettre d'in- vestir en amont de cette filière et concourir au développement des grandes cultures (céréales et four- rages). Les pouvoirs publics ambitionnent, dans ce cadre, de promouvoir la créa- tion de fermes modernes intégrées pour l'élevage bovin laitier et la produc- tion de céréales et de fourrages dans le cadre de contrats-programmes. Il s'agit aussi d'encourager l'utilisa- tion du crédit de campagne «R'fig» pour investir dans la production des four- rages, tandis que les coopératives des éleveurs seront incitées à recourir à l'exploitation des périmètres irrigués, notamment dans les Hauts-Plateaux et le Sud.

SELON UN BILAN DU MINISTÈRE DE L'ÉNERGIE

Légère baisse de la production d'énergie primaire en 2015

La production nationale d'énergie primaire s'est établie à 154,87 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) en 2015 contre 155,32 millions tep en 2014, soit une baisse de 0,3%, a indiqué mardi le ministère de l'Energie.

de 0,3%, a indiqué mardi le ministère de l'Energie. Dans son rapport sur le bilan énergé-

Dans son rapport sur le bilan énergé- tique de l'année 2015, le ministère de l'Energie impute ce résultat à la baisse de production du pétrole brut (-3,2%), du condensat (-1,7%) et de l'électricité pri- maire produite par le secteur de l'hydrau- lique (-12,2%). Toutefois, cette baisse a été compensée par la hausse de la production du gaz natu- rel (+1,5%) et du gaz de pétrole liquéfié

(+3,3%).

La production du gaz naturel est passée à 84,58 milliards de mètres cubes (mds m3) en 2015 contre 83,29 mds m3 en 2014 (+1,5%), alors que celle du pétrole brut a atteint 54,25 millions tep en 2015 contre 56,03 millions tep l'année précédente (-

3,2%).

La production de condensat a baissé à 10,88 millions tep en 2015 contre 11,06 mil- lions tep une année auparavant (-1,7%), celle du GPL aux champs à 9,75 millions tep contre 9,43 millions tep en 2014 (+3,3%), tandis que la production d'électricité pri- maire s'est chiffrée à 223 gigawatts/heure (Gwh) contre 254 Gwh en 2014 (-12,2%). En outre, la structure de la production d'énergie primaire en 2015 est restée domi- née par le gaz naturel à hauteur de 51,6%, suivi du pétrole brut à 35%, du condensat à 7% et du GPL aux champs à 6,3%. Concernant la production d'énergie dérivée, elle a baissé à 63,72 millions tep en 2015 contre 65,37 millions tep en 2014 (-

2,5%).

Cette évolution négative s'explique par la baisse de production des produits pétro- liers passés à 30,29 millions tep en 2015 contre 31,65 millions tep en 2014 (-4,3%), du gaz naturel liquéfié (GNL) à 16,36 mds m3 contre 17,98 mds m3 en 2014 (-7,5%) et du

GPL récupéré au niveau des unités de raffi- nage avec une production de 1,28 million

tep en 2015 contre 1,38 million tep (-7,7%).

Toutefois, la branche électricité ther- mique a compensé une partie de cette contre-performance avec une production de l'ordre de 68,57 Gwh en 2015 contre 63,98 Gwh en 2014 (+7,2%). La structure de production d'énergie dérivée en 2015 est demeurée dominée par les produits pétroliers (47,5%), suivis par l'électricité thermique (25,7%), le GNL (24,7%) et le GPL-unités de raffinage (2%). Concernant la transformation de l'éner- gie, il est observé une légère baisse de 1,1% des quantités transformées en 2015 par rapport à 2014 avec un volume global de 67,01 millions tep (contre 67,78 millions tep en 2014). Les baisses enregistrées au niveau de l'activité liquéfaction (-7,9%) et du raffinage (-4,5%) sont à l'origine de ce recul. Parallèlement, il a été enregistré une hausse de 12,5% des prélèvements de gaz pour les besoins des centrales électriques afin de répondre à une demande en constante croissance en électricité sur le marché intérieur.

Hausse de 2% des exportations en 2015

D'autre part, les exportations en énergie primaire ont atteint 66,82 millions tep en 2015 contre 65,48 millions tep en 2014

(+2%).

Les exportations de GPL ont enregistré la plus importante performance avec une croissance de 5,2% avec un volume expédié de 8,92 millions tep en 2015 (contre 8,48 millions tep en 2014), alors que les exporta- tions de pétrole brut se sont évaluées à 26,67 millions tep en 2015 contre 25,97 mil- lions tep l'année précédente (+2,7%). Par contre, les ventes extérieures de gaz naturel ont accusé un léger recul pour s'établir à 27,03 mds m3 en 2015 contre 27,07 mds m3 une année auparavant (-0,2%).

La répartition des exportations par pro- duit démontre une légère prédominance du pétrole brut avec une part de 39,9%, de 38,2% pour le gaz naturel, de 13,4% pour le GPL et de 8,5% pour le condensat. Concernant les importations de pro- duits énergétiques primaires, elles ont porté sur le pétrole brut avec un volume de 294.000 en 2015 contre 324.000 tep en 2014

(-9,2%).

Par ailleurs, les exportations d'énergie dérivée ont affiché une baisse à 33,37 mil- lions tep en 2015 contre 34,88 millions tep en 2014 (-4,3%). Ce repli a touché l'ensemble des pro- duits énergétiques dérivés: les exporta- tions de GNL ont été de 16,47 mds m3 en 2015 contre 17,54 mds m3 en 2014 (-6,1%), alors que celles des produits pétroliers ont atteint de 17,65 millions tep en 2015 contre 18,01 millions tep en 2014 (-4,3%). L'énergie électrique exportée a, quant à elle, sérieusement baissé pour atteindre 641 Gwh en 2015 contre 877 Gwh l'année précédente (-27%). Ainsi, les exportations algériennes des produits dérivés sont dominées par les pro- duits pétroliers (52,9%) et le GNL (46,6%), alors que l'électricité ne représente qu'une part infime (0,5%). Par contre, les importations des pro- duits énergétiques dérivés ont affiché une hausse de 22,4% pour s'établir à 4,44 mil- lions tep, tirée essentiellement par la hausse des importations des produits pétroliers (+25,3%) dont notamment le gasoil (+59,7%) et les essences (+55%), et ce, pour satisfaire la demande de carburant sur le marché national, alors que les importations de l'électricité ont baissé de

11%.

Les importations énergétiques dérivées sont dominées par le gasoil (40,5%) et les essences (38,5%).

LE DG DE L’OPÉRATEUR DE TÉLÉPHONIE MOBILE « OOREDOO » EN ALGÉRIE, JOSEPH GED :

«L'introduction de la 4G est une importante étape pour le secteur des télécommunications »

L’introduction du service de quatrième génération (4G) au réseau du téléphone mobile est une importante étape pour le sec- teur des télécommunications et l’économie nationale, a affirmé, lundi à Tlemcen, le directeur géné- ral de l’opérateur de téléphonie mobile "Ooredoo" en Algérie, Joseph Ged. Intervenant lors d'une cérémo- nie de lancement de la 4G à Tlemcen en présence des autorités locales, M. Ged a salué les efforts déployés par les pouvoirs publics pour moderniser l’infrastructure des télécommunications et encourager l’émergence d’une économie numérique nationale, soulignant que la technique de la 4G permet de poursuivre les actions de renforcement de cette structure écono- mique numérique et de contribuer en force à la diversification de l’économie

contribuer en force à la diversification de l’économie nationale. Il a souligné que Ooreedo est le

nationale. Il a souligné que Ooreedo est le premier opérateur à lancer ses services 4G en adoptant les mêmes tarifs que la 3G. L’équipe technique de l’entreprise Ooreedo a donné des explications pra- tiques sur la 4G ouvrant le champ aux évo- lutions de la vitesse de téléchargement, de

télévision par le mobile, de diffu- sion directe et des appels de haute qualité, énumérant les applica- tions et prestations sophistiquées offertes en matière d’économie dont les transactions bancaires par téléphone mobile et autres dans les domaines de l’enseigne- ment et de la santé. Après avoir rappelé le lance- ment de la 4G d’Ooreedo à partir des wilayas de Tlemcen, Tizi Ouzou et Béchar avant de les généraliser aux autres wilayas, des intervenants techniques ont indiqué que cet opérateur a effec- tué, au mois de mai dernier en présence des représentants de l’autorité de régula- tion de la poste et des télécommunications, des tests réussis en partenariat avec l’en- treprise "Nokia" où le débit a atteint 75 mégabits/seconde.

APS

Mercredi 13 juillet 2016

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

ZONE EURO

La Commission européenne révise à la baisse ses prévisions de croissance

La Commission européenne a revu à la baisse ses prévisions de croissance économique de la zone euro et de la Grande-Bretagne pour 2016 et 2017 après le vote des Britanniques en faveur d’une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE).

«La croissance de la zone euro devrait baisser de 0,2% à 0,5% d’ici 2017, alors que celle du Royaume-Uni sera réduite de 1% à 2,5%», a indiqué le Commissaire européen chargé des Affaires économiques, Pierre Moscovici en marge de la réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles. Dans ses prévisions de printemps, la Commission tablait sur une crois- sance du PIB de la zone euro de 1,6 % en 2016 et 1,8 % en 2017. Pour la grande Bretagne, l’exécutif européen, prévoyait une croissance de 1,8% et 1,9% respectivement. Le président de la BCE Mario Draghi a récemment déclaré que le Brexit aurait un impact négatif cumulé sur la croissance en zone euro de 0,3% à 0,5% sur les trois prochaines années. Selon un compte rendu de la réu- nion des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) tenue début juin, la victoire des partisans du Brexit au référendum du 23 juin der- nier, «pourrait avoir un impact négatif significatif sur la zone euro et affaiblir davantage ses perspectives de crois- sance». Les responsables de la poli-

de crois- sance». Les responsables de la poli- tique monétaire ont réaffirmé que la banque centrale

tique monétaire ont réaffirmé que la banque centrale était prête à utiliser tous les instruments à sa disposition dans le cadre de son mandat si cela s'avère nécessaire au vu des perspec- tives d'inflation en zone euro. Pour la BCE, l'un des problèmes principaux pourrait être la fuite des investisseurs vers les obligations sou- veraines les mieux notées constatée depuis le référendum en Grande-

Bretagne, un mouvement qui limite le montant des obligations disponibles dans le cadre de son programme de rachat d'actifs de 1.740 milliards d'eu- ros. De son côté, le Fonds monétaire international (FMI) a révisé vendredi à la baisse sa prévision de croissance pour la zone euro en 2017, tablant dés- ormais sur 1,4%, contre 1,6% aupara- vant, en raison des résultats du réfé- rendum du 23 juin au Royaume-Uni.

ÉNERGIE

Les cours du pétrole en hausse en Asie

Les cours du pétrole rebondissaient modestement mardi en Asie et restaient proches de plus bas de deux mois, les craintes quant à l'excès d'offre reprenant le dessus. Les cours avaient profité au printemps de nombreux problèmes de production à travers le monde, en particulier au Canada et au Nigeria. Mais plusieurs facteurs défavorables au marché sont survenus depuis et les investisseurs prennent conscience qu'il en faut plus pour équilibrer durablement l'offre et la demande. Vers 03h15 GMT, le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en août prenait 10 cents, à 44,86 dol- lars, dans les échanges électroniques en Asie. Le baril de Brent, référence européenne du brut, pour livraison en septembre, gagnait 13 cents, à 46,38 dollars. Depuis le choc provoqué par le vote britannique pour sortir de l'Union européenne, le dollar se renforce, ce qui affecte la demande des acheteurs munis d'autres devises. L'augmentation de 10% la semaine dernière du nombre

de plateformes de forage opérationnelles aux Etats-Unis, indicateur de la production future, pèse aussi sur les cours. Idem en ce qui concerne des indications selon lesquelles l'Iran et la Libye veulent augmenter la production d'or noir. D'après l'agence financière Bloomberg News, qui cite un responsable de la société publique National Iran Oil Co, Téhéran prévoit de doubler ses exportations tant que les marchés seront capables d'absorber ce surcroît d'offre. La Libye prévoit aussi de rouvrir ses ports pétroliers et de rétablir ses niveaux de production, ajoute l'agence. «Des informations venant de Libye tendent à montrer que la production pourrait repartir à la hausse», a dit à Bloomberg Angus Nicholson, analyste chez IG ltd à Melbourne. Lundi à la clôture, le WTI, qui avait déjà beau- coup baissé la semaine précédente, a perdu 65 cents à 44,76 dollars sur le New York Mercantile Exchange. A Londres, le Brent a reculé de 51 cents à 46,25 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

BOURSE DE TOKYO

Nikkei frôle en séance son niveau d'avant-Brexit

L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo s'est élevé de plus de 3% hier dans la matinée, frôlant même ponc- tuellement, pour la première fois, son niveau précédent l'annonce de la déci- sion des Britanniques de quitter l'Union européenne. Il avait connu une chute vertigi- neuse le 24 juin, à l'annonce des résul- tats du référendum sur le Brexit, et n'avait pas réussi depuis à se rétablir

totalement, en dépit d'une série de six séances positives fin juin/début juillet. Après déjà un gain de près de 4% lundi, le Nikkei des 225 valeurs vedettes s'est élevé momentanément mardi de 3,37% dans la matinée, jusqu'à 16.237,62 points. Le 23 juin, avant le Brexit, il avait fini à 16.238,35 points. Il a affiché à la pause de la mi-journée un gain moin- dre, de 2,65% à 16.124,36 points, sur

fond de repli du yen, de bonne orien- tation de Wall Street et d'espoirs de plan de relance massif au Japon. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau grimpait pour sa part de 2,59% (+32,53 points) à 1.288,32 points. Du côté des changes, le dollar a augmenté à 103,02 yens (contre 101,70 yens lundi à la fermeture) et l'euro à 114,21 yens, soit près de deux yens de plus en moins de 24 heures.

ITALIE

Un accord sur les banques «à portée de main»

ITALIE Un accord sur les banques «à portée de main» Le chef du gouvernement italien Matteo

Le chef du gouvernement italien Matteo Renzi a estimé lundi qu'un accord avec les institutions européennes sur l'aide aux banques de la péninsule était «à portée de main». «Un accord compatible avec les règles actuelles est à portée de main», a déclaré M. Renzi au cours d'une interview à la chaîne télévisée du principal quotidien italien, le Corriere della Sera. Le gouvernement ita- lien tente de trouver une solution pour aider ses banques sans que son intervention ne soit considérée par Bruxelles comme une aide d'Etat faussant la concurrence et sans que les épargnants, et si possibles les petits actionnaires, ne soient lésés. Eclaté avec plus de 700 établissements, le système bancaire italien est fragilisé par des problèmes de capitalisation et plie sous le poids de 360 milliards d'euros de créances douteuses. Résultat: en six mois, l'indice des banques italiennes a cédé 55%. Le Brexit puis l'ap- proche de la publication, le 29 juillet, des résultats des tests de résistance menés par l'Autorité bancaire européenne ont ajouté à la nervosité du marché. M. Renzi a une nou- velle fois affirmé que les banques italiennes ne représentent pas le principal problème du secteur bancaire en Europe, assurant que ce serait plutôt les produits dérivés des autres établissements financiers à le préoc- cuper. «A mon avis, le problème des banques en Europe ne concerne pas les banques ita- liennes. La question du crédit en Europe concerne de nombreuses institutions. Je suis beaucoup plus préoccupé par les dérivés des banques des autres pays, c'est ça le vrai pro- blème», a-t-il ajouté. «Qui connaît la réalité sait que la vraie question sur la finance en Europe n'est pas celle des créances dou- teuses italiennes, mais celle des produits dérivés des autres banques», avait dit M. Renzi il y a cinq jours déjà dans une allusion très claire aux banques allemandes. Il est d'ailleurs revenu lundi soir sur ce sujet, estimant qu'il aurait «peut-être fallu intervenir sur les banques» italiennes dans le passé, comme l'a fait la chancelière alle- mande Angela «Merkel qui a mis 247 mil- liards (d'euros, ndlr) dans les banques alle- mandes pensant que c'était une bonne occa- sion pour le système économique de son pays».

ARGENTINE

L'opposition conteste l'extension de la vente de terres aux étrangers

l'extension de la vente de terres aux étrangers L'opposition et des alliés du gouverne- ment argentins

L'opposition et des alliés du gouverne- ment argentins ont contesté lundi un décret du président argentin, Mauricio Macri, facilitant la vente de terres aux investisseurs étrangers. Le décret, publié la semaine dernière, assouplit une loi du gouvernement de Cristina Kirchner (2007/2015), approuvée en 2011, qui limitait à 15% les terres sus- ceptibles d'être détenues par des étran- gers, et qui interdisait à tout investisseur étranger d'acheter plus de 1.000 hec- tares. «C'est préoccupant, le président change l'esprit de la loi originale par le biais d'un décret, et affiche une compli- cité évidente entre le gouvernement et

certaines entreprises privées qui dispo- sent de beaucoup de terres», a déclaré un député du Front pour la victoire (FPV), parti de centre gauche kirchnériste, dans l'opposition. «De nombreux chefs d'entreprise ont même fait fermer des lacs et des bassins naturels», a assuré le parlementaire, ajoutant que dans la zone touristique de Bariloche, «l'indice de terres rurales détenues par des étranger atteint 21%». Selon l'ONG Centre d'Etudes de Patagonie, l'intiative de Mauricio Macri est «susceptible d'être annulée car elle est contraire à la Constitution (un décret ne peut modifier une loi)». La sénatrice Magdalena Odarda, de la

Coalition civique (social-démocrate) et qui a intégré l'alliance de Mauricio Macri «Cambiemos», a également réclamé que «le président abandonne ce décret». L'italien Luciano Benetton, patron et cofondateur du groupe textile Benetton, qui détient près de 900.000 hectares en Patagonie, est en tête de liste des proprié- taires étrangers en Argentine. D'autres, les américains Douglas Tompkins, cofondateur de la marque de vêtements de sports The North Face, et Ted Turner, magnat des médias, détien- nent respectivement 1.500 et 5.000 hec- tares en Argentine, notamment en Patagonie.

APS

8 DK NEWS

RÉGIONS

Mercredi 13 Juillet 2016

MAATKAS (TIZI-OUZOU) :

Des mesures pour améliorer l’alimentation en eau potable

Des mesures pour améliorer l’alimentation en eau potable Des mesures ont été prises lundi par le

Des mesures ont été prises lundi par le wali de Tizi Ouzou, Brahim Merad, en vu d’amélio- rer la dotation en eau de la commune de Mâatkas (25 km au sud-est de Tizi-Ouzou) qui souffre de perturbations dans l’alimentation en ce liquide vital. Lors d'une réunion de travail à laquelle ont pris part lundi les direc- teurs locaux des Ressources en eau (DRE), de l’Algérienne des eaux (ADE), le président et des élus à l’Assemblée populaire communale (APC) de Mâatkas, le wali a instruit le directeur de l’ADE de "lancer les travaux de réparation de la conduite d’adduction, en fonte desservant cette localité et dont l’état de vétusté est avéré". Il a été également décidé, au cours de cette séance de travail consacrée à l’examen des dispositions à prendre pour une réparti- tion "judicieuse" et équitable des ressources en eau disponibles entre toute la population de Mâatkas, de lancer une étude technique afin de déterminer la manière de renforcer le ré- servoir de 500 m 3 de Tassadort, située à la pé- riphérie de la ville de Tizi-Ouzou, et qui ali- mente en eau les communes de Mâatkas et de Tirmitine, a-t-on ajouté de même source. Lors de cette réunion, le wali a pris la dé- cision de mettre sur pied une cellule de suivi pour une évaluation quotidienne de la situa- tion. Elle est composée de représentants de la DRE, de l’ADE, de la daïra et de l’APC de Mâatkas, a-t-on indiqué. "Cette cellule s’attachera à suivre la distri- bution de l’eau potable aux populations de la commune de Mâatkas et à trouver la solution appropriée à chaque fois qu’une difficulté sur- girait sur le réseau. Elle établira un bulletin quotidien relatif à l’alimentation en eau et dont une copie sera adressée au cabinet du wali", a- t-on précisé de même source. En attendant la concrétisation de ces dé- cisions qui permettront de régler de manière définitive ce problème, M. Merad a instruit le directeur de l’ADE de renforcer l’alimentation en eau potable de Mâatkas par deux camions- citernes, en appoint au réseau d’AEP de cette localité. Durant cette même réunion, il a été relevé que l’eau est "disponible de manière ap- préciable" au niveau de Mâatkas et qu’ "il y a lieu d’arrêter une démarche qui permette d’éviter les perturbations et la répartition déséquilibrée", a-t-on observé. Ces mesures ont été décidées en réponse aux doléances des habitants de certains villages de Mâatkas dont ceux de Thakhrivt qui ont lancé, samedi dernier, un appel aux autorités locales afin de trouver une solution aux rup- tures "plusieurs semaines durant" de l’alimen- tation en eau potable.

Cent-trente-deux (132) postes en doctorat toutes spécialités confondues se- ront ouvert à l’Université des sciences et de la tech- nologie d’Oran (USTO) "Mohamed Boudiaf", au titre de l’année 2016-2017, a annoncé la rectrice, Na- céra Benharrat. En marge de la céré- monie de clôture de l’an- née universitaire 2015-

BÉCHAR

Les températures caniculaires ralentissent la vie quotidienne

Les températures caniculaires qui sévissent depuis quelques jours sur la région de Béchar n’ont pas affecté la vie quotidienne, mais l’ont ralentie dans de nombreux segments, a-t-on constaté.

ralentie dans de nombreux segments, a-t-on constaté. bitants qui recourent large- ment aux différents moyens

bitants qui recourent large- ment aux différents moyens d’humidification et de clima- tisation pour se prémunir de la canicule. Il reste qu’il est nécessaire la création de nouveaux jardins et espaces vert, ainsi que de nouvelles palmeraies pour le repos des habitants durant les soirées estivales et la création d’un microclimat à travers la région, estiment des observa-

teurs locaux. Depuis l’annonce, il y a quelques jours d’un bulletin météorologique spécial (BMS) par l’Office national de mé- téorologique et relatif à une hausse des températures pou- vant atteindre les 48 degrés Celsius, tant à Béchar que d’au- tres wilayas du sud du pays, "aucune personne n’a été éva- cuée vers les hôpitaux pour des malaises pouvant être en-

Les établissements com- merciaux et autres activités prestataires de services conti- nuent de fonctionnes norma- lement, mais à des heures dé- terminées de la journée, ex- cepté pour les institutions et services publics qui activent se- lon les horaires légales du tra- vail. Les températures élevées dans plusieurs communes de la wilaya, et qui dépassent les 42 degrés Celsius, n’ont pas empêché la poursuite nor- male de la vie quotidienne des citoyens qui, cependant, s’ar- rête en milieu de journée à cause justement de cette vague de chaleur, selon des citoyens des villes de Béni-Abbès, Abadla et Taghit, contactés par l’APS. Les projets et programmes de renforcement et de moder- nisation des réseaux d’élec- tricité à travers les 21 com- munes que compte la wilaya ont amplement atténué les ef- fets de ces chaleurs sur les ha-

MOSTAGANEM

gendrés par la canicule", si- gnale le responsable de la com- munication de la direction lo- cale de la Protection civile. "Un dispositif d’alerte cani- cule et de lutte contre les in- cendies de tout genre est mis en place depuis début juin au niveau de nos neuf (9) unités disséminées à travers la wi- laya ainsi que le poste avancé du quartier de Debdeba", a as- suré Tahar Sfissifi. "Depuis le début du mois de juin dernier à ce jour, nous avons par contre enregistré quinze (15) incendies d’oasis ayant détruit 167 palmiers- dattiers, 21 autres arbres-frui- tiers, en plus d’un hectare de blé dur et six (6) autres hec- tares de différentes espaces végétales", a-t-il toutefois si- gnalé. "Nos brigades d’inter- vention et de secours restent durant toute la période estivale mobilisées en permanence pour faire face à toutes éven- tualités", a conclu M.Sfissifi.

Diminution sensible des coupures de courant répétées

La Société de distribution de l’électri- cité et du gaz de l’ouest (SDO) a amélioré, dans la wilaya de Mostaganem, ses pres- tations au profit des ses clients, a-t-on af- firmé à l'antenne de wilaya de la SDO. Un grand taux du problème de cou- pures répétées du courant électrique surtout durant la saison estivale a été ré- solu grâce aux actions concrétisées ces trois dernières années dans le cadre du programme d’urgence, a-t-on indiqué. Dans ce cadre, 422 transformateurs électriques ont été réalisés à travers dif-

férentes communes de la wilaya dont un grand taux au chef-lieu de wilaya (310 transformateurs en 2013, 62 et 50 dans les années 2014 et 2015 respectivement). Les travaux sont en cours pour l'ins- tallation de 25 autres au titre du pro- gramme de l’exercice précédent compor- tant un total de 75 transformateurs suite à l’extension urbanistique que connaît la wilaya, en plus de la réalisation de 120 km du réseau de basse et moyenne tension, a-t-on ajouté. Les redevances dues à la société pour

RÉSORPTION DE L’HABITAT PRÉCAIRE À ANNABA :

Relogement de 126 familles à la cité Kalitoussa

Cent-vingt-six familles (126) qui habitaient un bi- donville dans la lo- calité de Bouaka- dia dans la com- mune d’El Bouni (Annaba) ont été relogées lundi dans de nouvelles habitations à la cité Kalitoussa à Berra- hal, a-t-on constaté. Inscrit dans le cadre du programme de résorption de l’habitat précaire (RHP), les nouvelles habitations de type F3 sont dotées de toutes les commo- dités devant assurer aux relogés un meilleur cadre de vie, ont précisé des responsables de l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI), sou- lignant que des moyens de transport ont été mobilisés pour permettre aux fa-

de transport ont été mobilisés pour permettre aux fa- milles de regagner leurs nouvelles de- meures.

milles de regagner leurs nouvelles de- meures. L’assiette foncière du bidon- ville de la localité de Bouakadia sera destinée à l’implan- tation de nouveaux programmes de lo- gements, a-t-on noté. Le chantier d’habitat dans la wi- laya d’Annaba comptabilise 12 317 loge- ments, en cours de réalisation, dans di- vers formules à travers les sites de Ka- litoussa, Besbassa, Ain Djbara, Draâ Errich, dont 6 817 logements publics lo- catifs (LPL). La wilaya d'Annaba a béné- ficié d’un programme de logement "imposant" totalisant 50 000 unités de différentes formules dans la nouvelle ville de Draa Errich dont 25% du projet est actuellement en chantier.

inscriptions pour les nou- veaux bacheliers est prévu le 19 juillet. Les 91 ma- jors de promotions en li- cence et en master toutes spécialités confondues ont été primés lors de cette cérémonie de clôture. Il s’agit de 23 diplô- més en licence et de 68 en master qui ont reçu des cadeaux et des bourses d’études à l’étranger.

des cadeaux et des bourses d’études à l’étranger. consommation de l’énergie ont dépassé 971 millions DA

consommation de l’énergie ont dépassé 971 millions DA l’année dernière, soit une hausse de 17 % par rapport à 2014 dont 60 % auprès des clients ordinaires et 40 % auprès des instances administratifs et des communes. Le taux de recouvrement des créances de la SDO a atteint l’an dernier 8 % de plus que 2014, a-t-on souligné. Le nombre de clients de Sonel- gaz a atteint dans la wilaya jusqu’à la fin de l’année dernière 170.715 au réseau électrique et 58.913 à celui du gaz.

TIARET

Salon du cheval à partir du 28 septembre prochain

Le 9ème salon du cheval sera organisé dans la wilaya de Tiaret à partir du 28 sep- tembre prochain, a-t-on appris lundi auprès de la direction des services agricoles, ini- tiatrice de cette manifestation. Cette édition de quatre jours prévoit des activités cultu- relles, sportives et touristiques liées à l’éle- vage équin et aux traditions et coutumes de la wilaya de Tiaret, célèbre dans l’histoire de l’élevage des pur-sang arabes et chevaux barbes, a souligné Mohamed Yahia, chef de service statistique à la DSA et membre du comité de préparation de ce festival. Une réunion de préparation a été tenue dimanche au siège de la wilaya en pré- sence des instances concernées par l’orga- nisation du festival pour désigner neuf co- mités chargés de la préparation et l'organi- sation de cet événement. Ces comités, a-t- il ajouté, sont présidés par le wali, Abdes- lam Bentouati, alors que le coordinateur gé- néral est le directeur des services agri- coles (DSA). Ce dernier a présenté, à cette occasion, un rapport sur la vision générale d’organisation du 9ème salon et les grandes lignes à développer lors des réunions heb- domadaires des comités désignés. La 8ème édition du salon du cheval avait connu, en 2014, la tenue de la réunion de l’Organisation mondiale du cheval barbe, en plus d'activités sportives dont la coupe d’Algérie de saut d’obstacles et d’endurance et le concours du modèle de Sloughi.

APS

UNIVERSITÉ DES SCIENCES ET DE LA TECHNOLOGIE D’ORAN

Ouverture de 132 postes en doctorat

2016, elle a précisé que l'offre de formation docto- rale retenues par le conseil de recherche pour la rentrée 2016 2017 s’élève à 132 contre 74 pour la rentrée précédente. S’agissant des nou- veaux bacheliers, elle a indiqué que plus de 4.500 postes seront ouverts pour les accueillir à l’USTO pré- cisant que le début des

Mercredi 13 juillet 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS 9

BILAN DE LA POLICE URBAINE D'AÏN DEFLA

« 45 dossiers transférés vers la justice »

La police de l'urbanisme et de la protection de l'environnement de la wilaya d'Ain Defla a présenté son bilan du mois de juin de l'année 2016, suite à une présence et observation sur le terrain à travers les villes de la wilaya.

Salim Ben

Quotidiennement, les comporte- ments sauvages se multiplient et les agressions se comptent par milliers à travers les communes de la wilaya d'Ain Defla et comme partout dans les régions du pays. L'anarchie qui a gagné l'espace urbain rend insupportable le cadre de vie des populations qui ont une partie

de ces trouble et victime en totalité. Se- lon un bilan de cette brigade, émanant de la cellule de communication de la sû- reté de wilaya d'Ain Defla, les agressions n'ont pas diminué. Bien au contraire, dans certains cas,

la hausse est largement constatée. C'est

ainsi que durant ce mois du juin 2016, le nombre de constructions illicites

réalisées sans autorisation s'élève à 35 cas, qui ont été toutes arrêtées.

Les brigades de la police de l'urba-

nisme et de l'environnement ont dé- nombré l'émergence dans la nature de 03 décharges anarchiques et 06 cas des abattoirs anarchiques et incontrô-

et 06 cas des abattoirs anarchiques et incontrô- lés qui font fi de la santé des

lés qui font fi de la santé des popula- tions. Les mauvaises tendances ne se li- mitent pas à cela mais elles apparaissent également sur le plan du comportement général dans la place publique, car les entraves à la circulation s'élèvent à 29

cas. Selon le bilan, 39 plaintes des ci- toyens ont été étudiés et 64 mises en de- meure des autorités locales ont été transférées vers les causeurs. Alors que 45 PV ont été transférés a la justice et 77 vers les APC et les daïras.

TAMANRASSET

10 blessés suite à des affrontements entre jeunes du quartier Gataâ El-Oued et ressortissants africains

 

Dix

personnes ont été bles-

dégénéré en rixes émaillées

cués à l’hôpital de la ville

tements. Des sources locales,

sées suite à des affrontements

d’échange de jets de pierres

pour y recevoir les soins né-

qui soutiennent que ce type

entre jeunes du quartier de Gataâ El-Oued à Tamanrasset

qui se sont poursuivies jusqu’à lundi après-midi à

cessaires, a indiqué une source hospitalière qui ne

d’incidents se produit par- fois, et pour des raisons aussi

et

des ressortissants africains

Gataâ El-Oued, avant de

fait état d’aucun décès.

diverses qu’insolites, appel-

vivant dans le même quartier,

s’étendreà des quartiers limi-

D’après des témoins ocu-

lent pour cela à la nécessité

appris hier l’APS de sources locales et hospitalières.

a

trophes, tels que Tahaggart et Choumoue, ont confirmé des

laires, les forces de maintien de l’ordre sont aussitôt in-

d’une implication de tous à la propagation de la culture de

 

La

confrontation a éclaté

sources locales.

tervenues pour calmer les

la tolérance et le rejet de

suite à un différend ayant op- posé les deux parties autour de la rencontre finale de l’euro-2016 de football, di- manche soir, qui a ensuite

Dix (10) blessés, à diffé- rents degrés de blessures mais sans gravité, ont été en- registrés parmi les deux par- ties en conflit et ont été éva-

esprits, avant de procéder à l’évacuation des ressortis- sants africains des quartiers précités, afin d’éviter une éventuelle reprise des affron-

toutes formes de haine, afin d’éviter ces situations conflic- tuelles et préserver la quié- tude et la stabilité.

ANNABA Saisie de 12 embarcations et des équipements de pêche du corail à la plage El Kharouba

Douze (12) embarcations de fabrication traditionnelle, trois (3) moteurs et des équipements utilisés dans la pêche illicite du corail ont été saisis lundi sur la plage El Kharouba à Annaba, a- t-on constaté. La saisie a été effectuée lors d’une opération combinée de contrôle entre la Gendarmerie nationale et une brigade du groupement territorial des Gardes côtes d’Annaba. Cette opération est inscrite dans le cadre des efforts dé- ployés dans la lutte contre l’im- migration clandestine et la préservation des ressources maritimes contre l’exploita- tion illégale, a souligné une source de du groupement de wilaya de la Gendarmerie na- tionale

FEUX DE RÉCOLTES À BORDJ BOU-ARRÉRRIDJ :

Plus de 58 hectares dévastés depuis début juillet

Pas moins de 58.5 hec- tares ont été décimés dans la wilaya de Bordj Bou-Arré- ridj dans les 44 incendies de récoltes survenus depuis le début du mois courant, ap- prend-on lundi auprès de la Protection civile. Le capitaine Dahmane Rabedj , chargé de commu- nication auprès des services de la protection ci- vile, a précisé que les 44 incendies qui se sont déclarés dans plusieurs régions de la wilaya

BISKRA

sont déclarés dans plusieurs régions de la wilaya BISKRA ont dévasté cinq (5) hectares de forêts

ont dévasté cinq (5) hectares de forêts et 34.62 hectares de broussailles et détruit 2.240 bottes de foin et 372 arbres fruitiers . Les éléments de la protec- tion civile de la wilaya de Bordj Bou Arrerij ont enregistré, de- puis le 1er janvier à ce jour, plus de 132 incendies détruisant plus de 142 hectares de récoltes, 25 hectares de forêts, 56 hectares de broussailles et 4.090 bottes de foin, a-t-on encore appris.

Bientôt une entreprise de travaux urbains et de nettoiement

Une entreprise spéciali- sée dans les travaux ur- bains et de salubrité pu- blique sera prochainement créée à Biskra, a-t-on appris hier du directeur de l’envi- ronnement. L’entreprise aura à in- tervenir à travers les diffé- rentes communes de la wi- laya avec pour missions principales l’entretien des panneaux routiers et pu- blicitaires, la maintenance des équipements d’éclai-

rage public, la collecte des déchets et ordures ména- gères, et également l’em- bellissement de l’environ- nement, a précisé Moha- med Kerfaoui. La même source a aussi révélé que l’entreprise sera chargée, dans une deuxième phase, d’organi- ser des campagnes pour sensibiliser le public quant au respect de l’environne- ment et l’importance de préserver l’équilibre écolo-

gique. M. Kerfaoui a égale- ment fait savoir que l’en- semble des missions de cette nouvelle entreprise est précisé dans le cadre du cahier des charges qui lie cette unité aux com- munes et à la wilaya. Mise sous la tutelle des services de la wilaya, les activités de cette entreprise baptisée Sokara-NET cou- vriront l’ensemble des 33 communes de la wilaya de Biskra, a-t-on signalé.

PROTECTION CIVILE

19430 appels en une semaine

Durant la période du 03 au 09 juil- let 2016, les unités d’interventions de la Protection civile ont enregistré 19430 appels de secours dans les différents secteurs d’interventions pour répon- dre aux appels de détresses émis par les

citoyens, suite à des accidents de la cir- culation, accidents domestiques, éva- cuations sanitaires, extinction d’in- cendies et dispositif de sécurité etc. Concernant le secours à personnes

8801 interventions ont été effectuées

avec la prise en charge de 1080 blessés traités par nos secours médicalisés,

7375 évacuations sanitaires avec 3161

interventions effectuées suite à 1697 ac- cidents de la circulation ayant causé le décès de 53 personnes et 2242 autres blessés, traités et évacués vers les struc- tures hospitalières. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Sétif avec 05 personnes décé- dés et 99 autres blessés pris en charge par nos secours puis évacuées vers les structures hospitalières suite à 68 ac- cidents de la route. En outre, nos secours ont effectué

3322 interventions pour procéder à

l'extinction de 2609 incendies ur- bains, industriels et incendies divers. Par ailleurs 4146 interventions ont été effectuées durant la même période pour la couverture de 3885 opéra- tions divers et l’assistance aux per- sonnes en danger.

BORDJ BOU-ARRÉRIDJ :

1 mort et 6 blessés dans un accident de circulation sur la RN45

Une personne a été tuée dans un ac- cident de la circulation survenu sa- medi à Zeguar commune d'El Hamma-

dia, 15 kilomètres au sud de Bordj Bou- Arréridj, apprend-on auprès de la cel- lule de communication de la Protection civile. L'accident s'est produit sur la RN45, aux environs de 5h00 du matin. Une voi- ture a heurté un camion, précise la même source. Un homme de 54, A.B.,

à trouvé la mort sur le coup, six autres personnes ont été grièvement bles- sées. Les raisons de l'accident restent en- core indéterminées. Une enquête a été ouverte par la Gendarmerie nationale pour déterminer les causes et les cir- constances exactes de l'accident.

M.B.

ACCIDENTS DE LA CIRCULATION

53 morts et plus de 2.200 blessés en une semaine

Cinquante-trois personnes (53) ont été tuées et 2.242 autres ont été blessées dans 1.697 accidents de la circulation en- registrés au niveau national en une semaine (3-9 juillet 2016), selon un bi- lan hebdomadaire établi hier par la Protection civile. Le bilan le plus lourd a été enregis- tré dans la wilaya de Sétif avec cinq (05) morts et 99 blessés dans 68 accidents. Par ailleurs, les éléments de la Pro- tection civile ont effectué un total de

8.801 interventions pour orter secours

à des personnes en détresse, alors que

3.322 autres interventions ont été enre-

gistrées pour l'extinction de 2.609 incen- dies urbains et industriels, selon la même source.

APS

10 DK NEWS SOCIÉTÉ Mercredi 13 juillet 2016
10 DK NEWS
SOCIÉTÉ
Mercredi
13 juillet 2016

COLLISION DE 2 TRAINS EN ITALIE

Au moins 20 morts

2016 COLLISION DE 2 TRAINS EN ITALIE Au moins 20 morts Au moins 20 personnes ont

Au moins 20 personnes ont péri et des dizaines d'autres ont été blessées dans une collision entre deux trains hier dans le sud de l'Ita- lie, indique un nouveau bilan of- ficiel. "Une collision entre deux trains dans le région des Pouilles a causé la mort de 20 personnes", ont pré- cisé les autorités locales dans un communiqué. Un précédent bilan faisait état de 10 morts et de dizaines de bles- sés. L'accident, qui a eu lieu près

USA

Meurtres et incidents armés en baisse à New York

de la ville de Bari --sur la côte adriatique--, s'est produit lors

d'une collision frontale entre deux convois composés de quatre voi- tures chacun qui se trouvaient sur

la même ligne ferroviaire locale, se-

lon des images diffusées sur les té- lévisions. Les circonstances de l'accident ne sont pas claires pour le moment mais le chef du gouvernement Matteo Renzi a promis que toute la lumière serait faite sur cette tra- gédie.

que toute la lumière serait faite sur cette tra- gédie. Les meurtres et les incidents ar-

Les meurtres et les incidents ar- més ont baissé à New York durant le premier semestre 2016, les inci- dents armés étant au plus bas de- puis 20 ans, ont annoncé lundi les autorités locales. La ville a enregistré 161 meur- tres durant le premier semestre, contre 172 durant le premier se- mestre 2015, soit une baisse de 6,3%. Pour les mêmes périodes, les incidents impliquant des armes à feu sont eux passés de 545 à 435 (- 20%), selon un communiqué de la police, et les arrestations liées aux armes à feu ont augmenté de 20%. Mais le nombre de viols a aug- menté, passant de 661 à 706, selon les statistiques hebdomadaires de la police datées du 3 juillet.

Le chef de la police Bill Bratton

a souligné que près de 500 mem-

bres de gang violents avaient été ar-

rêtés depuis janvier, à la faveur d'enquêtes ciblées. Il a ajouté que la criminalité al- lait continuer à baisser grâce à

cette approche ciblée et aux avan- cées de la technologie. La crimina- lité à New York a beaucoup baissé depuis les années 90. Quelque 2.559 incidents armés avaient par exemple été comptabilisés durant

le 1er trimestre 1993, et 933 meur-

tres, selon la police. Les meurtres

et les viols avaient cependant aug-

menté légèrement l'an dernier par rapport à 2014, respective- ment de 5,7% et 6,3%, représentant 352 meurtres et 1.438 viols.

INDE:

Au moins 22 morts dans des inondations

Le bilan des victimes causées par les inondations dans l'Etat indien du

Madhya Pradesh (centre) s'est alourdi hier à 22 morts, avec sept décès de plus

survenus ces dernières 24 heures.

sont mortes dans des incidents liés aux inondations et neuf personnes sont portées disparues", a confirmé un responsable du gouvernement aux mé- dias à Bhopal, chef-lieu du Madhya Pradesh. Près de 2.500 maisons ont été détruites dans les inondations provoquées par des pluies torrentielles, ont

"Selon nos informations, 22 personnes

rapporté les médias locaux, ajoutant que plus de 7.000 personnes ont été se- courues par le service de gestion des catastrophes. Le département météo- rologique a prédit davantage de pluie à travers le Madhya Pradesh dans les

"Toutes les agences de secours ont été réquisition-

prochaines 24 heures.

nées pour travailler d'arrache-pied afin d'éviter de nouvelles victimes dans ces inondations", a poursuivi le responsable.

ÉQUATEUR

Renvoi d'une quarantaine de migrants cubains voulant entrer aux Etats- Unis

de migrants cubains voulant entrer aux Etats- Unis L'Equateur a renvoyé lundi 46 migrants clandestins

L'Equateur a renvoyé lundi 46 migrants clandestins cubains, qui demandaient un visa pour le Mexique afin de rejoindre les Etats- Unis, ce qui porte à 75 le nombre d'immigrés sans papier renvoyés dans leur pays depuis samedi, a an- noncé le ministère de l'Intérieur. «Le renvoi du second groupe de ressortissants cubains vers leur pays d'origine a été effectuée», a in- diqué le ministère dans un com- muniqué, précisant qu'il s'agis- sait de «31 hommes et 15 femmes, renvoyés à La Havane dans un avion de la force aérienne équato- rienne». Vingt-neuf autres Cu- bains sans visa avaient été ren- voyés samedi. Ces migrants font partie d'un groupe de Cubains qui campaient depuis le mois de juin aux abords de l'ambassade du Mexique à Quito, en réclamant un visa qui leur aurait permis ensuite de ten- ter d'entrer aux Etats-Unis. Les autorités ont interpellé les

CHINE

Davantage de pluie pèsera sur le contrôle du fleuve Yangtsé

manifestants mercredi dernier afin de contrôler leur statut migra- toire et 22 ont été libérés. Ils sont environ 5.000 Cubains présents en Equateur désireux de rejoindre le Mexique, en avion afin de limiter les risques, pour en- suite franchir la frontière vers les Etats-Unis, selon un représentant de ces migrants cité par l'AFP. Après l'avoir supprimé en 2008, Quito a réactivé le visa touristique de trois mois en décembre dernier pour les Cubains, dont environ 50.000 étaient entrés en Equateur pendant la période, dont 30% n'ont pas régularisé leur situation par la suite. Le ministre des Affaires étran- gères équatorien Guillaume Long a déclaré que ce que demandaient les migrants cubains est «un peu difficile à satisfaire». Ils ne de- mandent «que nous leur affré- tions des avions pour qu'ils puis- sent atterrir à Mexico et de là aux Etats-Unis, si possible», a-t-il dit.

Davatage de pluies augmentera la pres- sion sur le contrôle du fleuve Yangtsé, a rap- porté lundi l'agence de presseChinenouvelles. La première tem- pête devrait arriver

sécheresse relevant de la ville du Yangtsé, lors d'une conférence de presse. Les cours moyen et inférieur du Yangtsé et le nord-est de la pro- vince du Sichuan de-

tielles ont touché le bassin versant et causé de graves inondations. Les averses depuis le 30 juin dans 11 régions de niveau provincial ont fait 164 morts et 26 dis- parus vendredi matin,

mercredi et durer

vraientsubirdespréci-

selon le ministère des

jusqu'à samedi, alors quelestroisautressont attendues d'ici fin juil- let, a indiqué un porte- parole du centre pour le contrôle des inonda-

pitations de plus de 20% que l'habitude en- tre juillet et septem- bre, selon les prévi- sions. Depuis mars, 27 cy-

Affaires civiles. Le centre a appelé à ne pas se relâcher dans la lutte contre les inon- dations, qui sont com- munes fin juillet et dé-

tions et la lutte contre la

cles de pluies torren-

but août.

PORTUGAL

UN AVION DE L'ARMÉE DE L'AIR PORTUGAISE S'EMBRASE AU DÉCOLLAGE :

Trois morts

PORTUGAISE S'EMBRASE AU DÉCOLLAGE : Trois morts Trois militaires de l'armée de l'air portugaise ont

Trois militaires de l'armée de l'air portugaise ont trouvé la mort quand leur appareil, un avion de transport C-130, s'est embrasé alors qu'il se préparait à décoller de la base aérienne de Montijo près de Lis- bonne, ont indiqué les services de se- cours et l'armée. Les quatre autres oc- cupants de l'avion, également des mi- litaires, ont été blessés, dont un griè- vement, et transportés à l'hôpital, a précisé dans un communiqué l'ar-

mée de l'air. Une enquête a été ou- verte sur les causes de l'accident quiestintervenualorsquel'appareil

décollait pour un vol d'entraîne- ment, a ajouté l'armée de l'air. Bap- tisé «Hercules», le C-130 de l'améri- cain Lockheed, qui a réalisé son premier vol en 1954, est l'avion de transport tactique (hommes, véhi-

cules, armement

le plus utilisé

dans le monde. Il est équipé de qua- tre moteurs à hélice.

)

Mercredi 13 juillet 2016

SANTÉ

DK NEWS 11

EL-BAYADH

73 cas de rougeole enregistrés et des mesures préventives entreprises

 

TIZI-OUZOU

Forte adhésion de policiers à la campagne de don du sang

 

La campagne de don du sang, organisée, hier,

responsable. Les membres de la com- mission ont recommandé le respect des consignes de précaution, telles que le port de masques par le personnel soignant, la promptitude dans la prise en charge des cas confirmés et leur isolement pour éviter une propagation de la pathologie, a-t-on ajouté de même source. Les enquêtes prélimi- naires ont laissé apparaitre que 60 pourcent de ces cas ont été provoqués par contamination lors d’un évène- ment familial, comme cela a été le cas dans la commune de Kef-Lahmar. Tout comme 59 % de ces cas n’ont pas respecté leur calendrier de vacci- nation concernant la prévention contre la maladie de la rougeole, no- tamment parmi les populations no- mades en constants déplacements, a-t-on également fait savoir. Selon les services de la santé, aucun cas de rougeole n’avait été signalé durant les années 2011, 2012 et 2014, contre cinq (5) cas en 2013 et un (1) seul cas l’an dernier, puis 73 cas cette année, sans heureusement déplorer de décès.

par la sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou au niveau

de

son siège, a enregistré une forte affluence de

policiers a-t-on constaté.

 

Placée sous le slogan "Sauver une vie, c’est no-

tre

préoccupation", cette opération de collecte or-

ganisée en collaboration avec le Centre de trans- fusion sanguine (CTS) du centre hospitalo-uni- versitaire (CHU) Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou, s’est déroulée dans une ambiance imprégnée du sens de la solidarité, exprimée par les nombreux volontaires. Plusieurs éléments des différents services de la Sûreté de wilaya, qui ont participé à cette opé- ration, ont témoigné de leur satisfaction de pou-

voir contribuer à sauver une vie, en donnant un peu de leur sang, en plus du fait de veiller quoti- diennement à la sécurité des personnes et de leurs biens afin de leur garantir un climat de quiétude. Cette initiative humanitaire qui reflète l’esprit

de

solidarité chez les policiers est aussi organisée

au

niveau des sûretés de daïras dont les localités

disposent d’un établissement hospitalier. Les

éléments des autres structures implantées dans des régions dépourvues de ce type de structures

de

santé, ont été invités à donner leur sang au ni-

veau de la sûreté de wilaya, a expliqué, la chargé

de

communication de cette institution, le Com-

 

missaire Temmar Djamila.

La Roumanie confirme son premier cas de Zika

Le ministère roumain de la Santé a confirmé

m rdi le premier cas de Zika en Roumanie. Une femme de 27 ans est la première personne dans le pays à avoir été testée positive au virus

Zika, après un voyage en Martinique, île française

de l'est des Caraïbes, a précisé le ministère.

"Son cas est isolé, lié à un voyage entrepris dans une région dans laquelle le virus est acti- vement transmis", a déclaré le porte-parole du ministère, Laurentiu Colintineanu, soulignant que "nous ne parlons pas d'une contamination

en Roumanie, mais d'un cas importé". "Le risque de transmission est minime en

Roumanie", a-t-il ajouté. D'après le porte-parole,

la femme de 27 ans s'est rendue en Martinique

à la fin du mois de juin.

CHINE :

Les maladies infectieuses font 1.564 morts en juin

Un total de 1.564 personnes sont mortes de ma- ladies infectieuses en juin dans la partie continen- tale de la Chine, a déclaré hier la Commission na- tionale de la santé et de la planification familiale. Un total de 869.281 cas ont été signalés le mois der- nier, selon la commission. Parmi eux, un cas de cho- léra et un cas de peste ont été enregistrés, mais au- cun d'eux ne s'est avéré mortel. La peste et le cho- léra sont des maladies infectieuses de Classe A, la ca- tégorie la plus grave. Un total de 300.051 cas de maladies infectieuses de Classe B ont été rapportés, dont 1.518 mortels. L'hé- patite, la tuberculose, la syphilis, la dysenterie et la blennorragie représentent 91% des cas de cette ca- tégorie, selon la même source. Les maladies infectieuses de Classe C ont fait 46 morts en juin, et les plus fréquentes de cette caté- gorie sont la maladie pieds-mains-bouche, la diar- rhée infectieuse et les oreillons.

APS

Soixante-treize (73) cas de rougeole, sans causer de décès, ont été enregistrés cette année dans la wilaya d’El-Bayadh, en majeure partie dans la commune de Kef-Lahmar, donnant lieu à une série de mesures préventives pour éviter la propagation de la maladie, a-t-on appris lundi auprès de la direction de la santé et de la population (DSP).

de la direction de la santé et de la population (DSP). Les premiers cas ont été

Les premiers cas ont été enregistrés

à la fin avril dernier dans la com-

mune de Kef-Lahmar sur une jeune dame (25 ans) et son enfant (2 ans), avant de diagnostiquer deux autres cas

en mai dernier dans la même com- mune chez deux enfants (2 et 14 mois),

a indiqué le directeur de la santé de la

wilaya, Smain Benbrahim. Soixante (69) autres cas ont été si- gnalés, entre le 11 mai et la fin juin der-

HERBICIDES

niers, dans les communes d’El-

Bayadh, Roggasa, Bougtob et kef-Lah- mar ou a été enregistré le plus grand nombre, a-t-il précisé. Une commis- sion sanitaire, constituée de spécia- listes, a été dépêchée du ministère de tutelle au mois de juin dernier pour

évaluer la situation, identifier les causes de l’apparition de ces cas, et s’enquérir des principales mesures préventives adoptées, selon le même

L'UE restreint les conditions d'utilisation du glyphosate

Les Etats membres de l'UE ont approuvé lundi une restriction des condi- tions d'utilisation du gly- phosate, l'herbicide contro- versé dont la Commission européenne vient de pro- longer temporairement la licence malgré les réti- cences de plusieurs pays

pays de l'Union sont repré- sentés par des experts, a indiqué un porte-parole de l'exécutif européen. Ces res- trictions vont s'appliquer pendant au maximum dix- huit mois. Cette période corres- pond à la prolongation tem- poraire de la licence du gly-

pendant au maximum dix- huit mois. Cette période corres- pond à la prolongation tem- poraire de

européens. Ces mesures, visant à prendre en compte les in- quiétudes exprimées sur de possibles effets néfastes sur la santé, incluent une

phosate décidée par la Com- mission le 29 juin, à la veille de son expiration, faute de soutien suffisant des Etats membres pour la renouve- ler. Cette prolongation est

phosate, mais pas suffisam- ment pour obtenir la majo- rité qualifiée requise, te- nant compte notamment du poids démographique

des pays. La France et Malte

la

décision. La Commission

lisé par les agriculteurs eu- ropéens. Partisans et dé- fenseurs de l'herbicide s'af- frontent par études scienti- fiques interposées.

duit actif est prise en

interdiction de certains ad- juvants du glyphosate et des règles pour limiter son utilisation dans des endroits comme les parcs et les jar- dins publics.

valable jusqu'à la publica- tion d'un avis scientifique de l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) pour évaluer les effets sani- taires du glyphosate, au

avaient voté contre et sept pays s'étaient abstenus (Al- lemagne, Italie, Portugal, Autriche, Luxembourg, Grèce, Bulgarie), bloquant

D'un côté, Bruxelles s'ap- puie sur l'Efsa, l'Agence eu- ropéenne de sécurité des aliments, qui juge le risque cancérigène "improbable" lorsque l'exposition au pro-

"Les Etats membres ont

plus tard le 31 décembre

approuvé une proposition

2017.

Lors d'un vote le 24 juin,

a

prolongation temporaire

alors décidé seule d'une

compte. Ses détracteurs lui

de la Commission de res- treindre les conditions d'uti- lisation du glyphosate dans l'UE", lors d'un vote au sein d'une instance où les 28

une majorité de pays (19) avait accepté la proposition de la Commission de re- nouveler la licence du gly-

pour éviter qu'un vide déci- sionnel ne conduise à une interdiction de fait du gly- phosate, massivement uti-

préfèrent celle du Centre international de recherche contre le cancer (CIRC), une branche de l'OMS, qui estime le risque "probable".

SELON UNE ÉTUDE Les enfants qui sucent leur pouce ou se rongent les ongles sont moins sensibles aux allergies

Les enfants qui sucent leur pouce

ou

se rongent les ongles ont moins

de

risque de développer des aller-

ongles ont moins de risque de développer des aller- Sears de la faculté de médecine de

Sears de la faculté de médecine de l'uni-

versité McMaster au Canada, le principal

auteur. "Nous ne recommandons pas que ces habitudes soient encouragées chez les enfants mais cette étude semble en montrer un bon côté", ajoute-t-il. Pour cette étude, les chercheurs ont travaillé en Nouvelle-Zélande avec un

groupe de 1.000 enfants nés à partir de 1972. Ils ont constaté que 31% des enfants suçaient fréquemment leur pouce ou se rongeaient les ongles. Parmi tous les participants, testés à 13 ans et jusqu'à 32 ans, 45% ont montré des prédispositions à des allergies. Mais chez ceux qui, soit suçaient leur pouce ou se rongeaient les ongles, seulement 40% avaient des allergies. Dans le groupe de ceux cumulant les deux habitudes, ce pourcentage chu- tait à 31%. L'absence d'allergie chez ces enfants a persisté à l'âge adulte. Toutefois, cette étude n'a pas déter- miné de lien entre le fait de sucer son pouce ou de se ronger les ongles et l'ap- parition de l'asthme ou du rhume des foins, une allergie aux pollens.

gies plus tard dans leur vie, selon une étude publiée lundi. S'ils cumulent ces deux "mau- vaises habitudes", ces enfants seront probablement moins sensibles aux acariens, au foin, aux poils de chats, de chiens et de chevaux ou aux spores de moisissures dans l'air, ont déterminé les chercheurs dont

l'étude paraît dans la dernière édition de

la revue médicale américaine Pedriatrics.

"Les résultats confortent la théorie concernant l'hygiène selon laquelle être exposés très jeunes à la saleté ou aux germes réduit le risque de développer des allergies", explique le professeur Malcolm

12 DK NEWS

SA

Mercredi 1

ALIMENTATION ET CHIMIOTHÉRAPIE :

COMMENT MIEUX LA SUPPORTER ?

Si elle reste l'un des remparts les plus sûrs contre la propagation d'un cancer, la chimiothérapie provoque de nom- breux effets secondaires, dont l'apparition de nausées et vomissements, rendant les repas très difficiles à vivre. Quelle alimentation pendant la chimiothérapie ? Comment retrouver l'appétit ? Explications du Pr Ivan Krakowski, on- cologue à l'Institut Bergonié (Bordeaux).

Que sait-on des effets du jeûne court pratiqué avant une chimiothérapie?

Il n'existe aucune donnée scientifique qui incite à pratiquer le jeûne avant une chimio. En l'absence d'éléments issus d'études contrôlées, qui compareraient des patients qui jeûnent et d'autres pas, je n'ai pas d'argument pour dire que c'est béné- fique ou nocif. Néanmoins, un jeûne de 48 heures ne me paraît pas monstrueux au plan médical. Si cela permet d'améliorer la sensation de bien-être et de confiance du patient, et si cela lui convient, pourquoi pas? Mais il faut toujours garder à l'esprit qu'il peut exister des effets délétères lorsqu'on utilise des méthodes non prou- vées. C'est le risque.

Que faut-il manger avant une séance de chimio et cela a-t-il de l'importance ?

Ce qui compte, c'est d'avoir une alimen- tation équilibrée et saine au quotidien, et modérée la veille de la chimio. Pour autant, que les patients se fassent plaisir! Même si, pour une choucroute, il vaut mieux patien-

ter. L'essentiel est d'arriver le moins fati- gué possible pour recevoir sa chimio, donc de bien dormir, de faire chaque jour un peu d'exercice et de bien s'hydrater. Mieux on se sent psychologiquement (bon moral, bon sommeil, en forme), mieux on sup- porte le traitement. Lorsqu'on se sent stressé et fatigué, on peut, en effet, éprou- ver plus d'effets secondaires.

Quelles sont les solutions pour diminuer les effets secondaires du traitement ?

Il ne faut surtout pas hésiter à en parler à son oncologue. Souvent, les patients n'osent pas, alors que leur médecin peut les aider en trouvant d'autres combinai- sons de molécules. Il faut juste l'évoquer suffisamment tôt, c'est-à-dire sans atten- dre le jour de la chimio suivante, afin d'avoir le temps d'adapter le traitement. On dispose de molécules de plus en plus per- formantes, tant pour juguler les nausées que pour lutter contre les céphalées in- duites par les médicaments. Il est rare au- jourd'hui de ne pas réussir à limiter ces effets gênants.

de ne pas réussir à limiter ces effets gênants. LUNETTES ANTI-LUMIÈRE BLEUE : FAUT-IL PROTÉGER NOS

LUNETTES ANTI-LUMIÈRE BLEUE :

FAUT-IL PROTÉGER NOS YEUX DES ÉCRANS ?

Smartphones, tablettes, ordinateurs, té-

lévisions

trois et quatre heures par jour devant ces écrans (enquête Insee, 2010). Problème : les LED (abréviation anglaise pour «diodes élec- troluminescentes») qui les composent diffu- sent une lumière bleue, partie la plus énergétique de la lumière qui offre une forte luminosité pour une faible consommation, mais qui est la plus susceptible de générer des risques sur la santé. En effet, de nom- breuses études pointent déjà du doigt les ef- fets négatifs de cette lumière bleue sur la qualité de notre sommeil, sur les risques de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) et de cataracte. Pour protéger les yeux de cette lumière, les lunettes anti lu- mière bleue fleurissent sur les rayonnages des opticiens.

Nous passons en moyenne entre

Pourquoi la lumière bleue est-elle nocive ?

La lumière est composée de plusieurs ondes qui correspondent chacune à une couleur différente. La lumière bleue com- prend deux spectres : le bleu turquoise, sans danger, et le bleu-violet «qui représente un danger pour la rétine et le cristallin» nous explique le docteur Jacques Darondeau, ophtalmologue à Clichy (Hauts-de-Seine). Au quotidien, elle est présente dans tous nos écrans à technologie LED mais aussi dans nos systèmes d'éclairage à l'exception des

dans nos systèmes d'éclairage à l'exception des lampes halogènes, dont la lumière est jaune. Mais si

lampes halogènes, dont la lumière est jaune. Mais si nous ne fixons pas les lampes d'éclairage, en revanche, nous passons une bonne partie de notre temps les yeux rivés sur nos écrans. Or, ils se situent à seulement quelques dizaines de centimètres de nous :

de fait, leur lumière est plus susceptible d'abîmer nos yeux. Ça n'est donc pas tant la lumière bleue qui est cause mais plutôt notre exposition constante.

Des lunettes anti lumière bleue, pour qui ?

Et c'est justement là que ces lunettes anti- lumière bleue sont censées intervenir. Equi- pées d'un filtre à la surface du verre qui bloque le passage de ces ondes, comme les lu- nettes solaires bloquent le passage des rayons

UV. «Elles s'adressent à tous les utilisateurs d'écrans, quels qu'ils soient, notamment aux personnes qui prennent de l'âge et dont l'œil vieilli» développe l'ophtalmologue. «Il n'y a pas de contre-indication, mais certaines per- sonnes peuvent être gênées par un petit reflet bleu ou par le fait que certains contrastes soient légèrement atténués» précise-t-il. Qu'en est-il des enfants ? «Les enfants ne sont pas spécialement concernés, il faut surtout veiller à ne pas les exposer à des écrans trop jeunes et veiller à ce qu'ils ne les utilisent pas plus d'une heure par jour. Au-delà, il existe un risque de développer une myopie» met en garde l'ophtalmologue. Ces lunettes sont dis- ponibles sans correction, pour les personnes qui n'ont pas de problèmes de vue ou qui por- tent des lentilles de contact. Comptez alors

entre 30 et 50 euros selon les modèles (Blue-

Pour

les porteurs de lunettes, au même titre que les filtres anti-UV ou anti reflets, l'opticien peut apposer un filtre anti-lumière bleue sur le verre correcteur, pour un coût supplémen- taire variable mais qui reste assez faible, entre 10 et 20 euros selon le type de correction ini- tiale.

berry, Edie & Watson, Krys, Varionet

).

Les écrans, vraiment dangereux ?

«Les écrans ne sont pas dangereux en tant que tel, il faut surtout apprendre à s'en protéger comme on se protège du soleil en appliquant de la crème solaire sur sa peau ! Plus on se protège, mieux c'est « souligne le docteur Darondeau. «Mais les effets sur la santé de l'utilisation intensive des écrans sont encore peu connus, car nous man- quons de recul pour le moment sur le sujet» renseigne l'ophtalmologue. En attendant, les lunettes anti-lumière bleue offrent un fil- tre préventif efficace. «Au premier regard, on ne voit pas la différence. Mais c'est le principe de la démonstration par l'absurde : c'est en regardant un écran sans mes lu- nettes que je me suis rendue compte du confort qu'elles m'apportaient» témoigne Chloé, utilisatrice de lunette anti-lumière bleue. «Je les ai essayé pour la première fois il y a un mois, et depuis je ne peux travailler devant l'ordinateur sans les porter.»

In topsanté.fr

NTÉ

3 juillet 2016

UNE CEINTURE VIBRANTE POUR ORIENTER LES MALVOYANTS

UNE CEINTURE VIBRANTE POUR ORIENTER LES MALVOYANTS Feelspace est un dispositif qui attaché à la ceinture

Feelspace est un dispositif qui attaché à la ceinture permet aux personnes malvoyantes de s'orienter. Les innovations high-tech ré- centes destinées à améliorer le quotidien des malvoyants ne manquent pas : les applications smartphone en braille pour télé- phoner ou lire, les cannes qui vi- brent pour s'orienter ou bien les gants vibrants électroniques pour apprendre le braille, etc. Feelspace continue sur cette dynamique avec un dispositif de ceinture vibrante qui guide les personnes malvoyantes. Pas de braille ni de message sonore ici mais un système de vibrations as- socié à une application en blue- tooth et un système de navigation comme Googlemaps. Objectif :

orienter facilement l'utilisateur dans l'espace. La ceinture est composée de 32 petits moteurs vi- brants placés autour du ventre. Une petite vibration est envoyée du côté droit de l'abdomen quand il faut aller à droite, une du côté gauche pour se diriger à gauche. Pas de risque de confusion, la vibration se déplace le long du ventre et s'ajuste au fur et à me- sure des déplacements de la per- sonne pour lui montrer le chemin. Elle sait quand elle peut marcher droit devant quand la vi- bration se situe au niveau du nombril. L'avantage de ce concept est que la personne malvoyante a les mains libres par ailleurs. L'idée de Feelspace a germé dix ans plus tôt dans l'esprit de cher- cheurs de l'Institut des sciences cognitives d'Osnabrück en Alle- magne. Wache, une Allemande qui l'a utilisée pendant six mois, assure que cette ceinture lui a donné un "nouveau sens". "J'aime particulièrement la porter à vélo, affirme-t-elle, citée par thenext- web.com. Même sans avoir la ceinture, je sens beaucoup plus nettement quand je tourne, et je sais exactement d'où je suis venue. Sans trop penser, sans trop me concentrer. Et j'ai une meil- leure impression de qui je suis". Feelspace devrait être com- mercialisée en 2016 au prix de 800 €. "Les associations de mal- voyants, les rééducateurs et les ai- dants à la mobilité seront les premiers clients", assure Wache.

DK NEWS 13

DÉTECTER AVEC PRÉCISION LES RISQUES DE CANCER DE L'OVAIRE

Une meilleure compréhension des échographies pratiquées lorsqu'il y a suspicion de cancer de l'ovaire permet de prédire si une tumeur est bénigne ou maligne dans 89 à 99% des cas. Un diagnostic de haute précision.

Du nouveau dans la détection précoce du cancer de l'ovaire. Des chercheurs en gynécologie et en oncologie des universités de Lou- vain (Belgique), de Lund (Suède) et de l'Imperial College de Lon- dres (Royaume-Uni) ont amé- lioré la lecture des échographies à ultrasons pour détecter avec précision les risques de cancer de l'ovaire. Leur étude est publiée dans la revue American Journal of Obstetrics and Gynecology.

Tumeur maligne ou bénigne ?

Les tumeurs et les kystes ova- riens peuvent être tantôt bénins, tantôt annonciateurs de cancer. Dans les premiers cas, une opé- ration n'est pas nécessaire mais dans le second, elle s'impose et comprend des risques de compli- cations. La prise en charge des femmes présentant un risque ovarien est donc très différente selon sa gra- vité mais il est souvent difficile

selon sa gra- vité mais il est souvent difficile pour les médecins de l'évaluer avec précision.

pour les médecins de l'évaluer avec précision. Ce diagnostic se fait par échographies à ultrasons.

"Jusqu'à récemment, ce test était inefficace pour 20 à 25% des pa- tientes" raconte dans un commu-

niqué le professeur Dirk Tim- merman, principal auteur de l'étude. Pour améliorer cette tech- nique, les chercheurs ont analysé les résultats médicaux de 5 000 patientes de 22 pays différents. Ils ont ainsi pu déterminer les com- binaisons de données qui révé- laient le caractère malin ou bénin des tumeurs et des kystes. Ce nouvel algorithme fonctionnerait sur 89 à 99% des patientes pré- sentant un kyste. "Notre équipe a réussi à calibrer plus précisé- ment cet examen. A partir de maintenant, chaque patiente peut bénéficier d'un diagnostic précis. Ce nouveau test fournit même le risque exact qu'a la tu- meur d'être bénigne ou maligne" explique le professeur Timmer- man. Ce nouvel examen doit maintenant faire l'objet d'essais cliniques avant de pouvoir être plus largement utilisé en oncolo- gie.

LE VOLTARÈNE SERAIT UN MÉDICAMENT ANTI-CANCER ?

L'anti-inflammatoire diclofénac (volta- rène) pourrait être utilisé dans des traite- ments anti-cancers, selon les résultats d'une étude publiée dans la revue médicale ecan- cermedicalscience. Il serait efficace pour ré- duire les risques de métastases post-chirurgie. Le projet de recherche internationale, le Repurposing Drugs in Oncology (ReDO) pro- ject a pour but de trouver des médicaments déjà disponibles et largement utilisés, qui présenteraient des propriétés anticancé- reuses jusque-là inexploitées. Les chercheurs ont réalisé une méta-analyse sur les effets de l'anti-inflammatoire diclofénac (voltarène) sur différents types de cancers (ovaire, colo- rectal, sur le neuroblastome (la tumeur ma-

ligne extra-cérébrale la plus fréquente du

jeune enfant), pancréas

Le diclofénac (DCF) est un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien couram- ment utilisé (AINS) utilisé dans le traitement de la douleur dans la polyarthrite rhumatoïde et d'autres troubles musculo-squelettiques, la migraine, la fièvre, la goutte aiguë et de la douleur post-opératoire. Ce traitement est maintenant disponible à l'échelle mondiale et existe sous la forme peu coûteuse de médica- ment générique. Leur nouvelle étude rap- porte que l'anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) diclofénac (voltarène) au- rait des propriétés anti-cancéreuses. Ce trai- tement peu coûteux pourrait réduire le risque de métastases post-chirurgie. Pris en

).

réduire le risque de métastases post-chirurgie. Pris en ). association avec d'autres traitements, tels que la

association avec d'autres traitements, tels que la chimiothérapie et la radiothérapie, il peut améliorer leur efficacité. « Les données précliniques et cliniques, indiquent que le DCF a un certain nombre d'effets anti-cancer distinctes, qui justifient une enquête plus approfondie dans un cadre clinique », concluent les auteurs de l'étude.

CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE :

UN FUTUR TRAITEMENT EFFICACE ?

Une nouvelle combinaison médicamen- teuse serait efficace pour traiter le cancer de la prostate métastatique. Les chercheurs de l'université de Montréal (Canada) ont analysé les conclusions d'une étude de grande ampleur menée dans 196 hôpitaux pour tester l'efficacité de la combi- naison d'une nouvelle association de combi- naison médicamenteuse pour traiter le cancer de la prostate. « Détecté à temps, le cancer de la prostate est traitable. La vaste majorité des hommes s'en sortent. Mais c'est une autre histoire dans les cas de cancer de la prostate métastatique résistant à la castra- tion. Dans cette forme la plus avancée de la maladie, le cancer évolue malgré les options thérapeutiques disponibles : radiothérapie, administration d'hormones et même abla- tion de la prostate ou des testicules. Il existe actuellement peu d'options pour freiner un

tel cancer qui s'est propagé à l'extérieur de la prostate et qui résiste au traitement hormo- nal », rappelle le Dr Fred Saad, chercheur au Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) et inves- tigateur principal de l'étude. Les chercheurs ont testé l'innocuité d'un premier traitement combiné comprenant l'acétate d'abiratérone et un autre médica- ment qui n'est pas encore approuvé pour le marché, le JNJ-56021927. «Nos essais menés auprès d'une quarantaine de patients indi- quent que ce traitement s'avère sécuritaire. Les médicaments combinés sont bien tolérés et le traitement semble efficace», explique le Dr Saad. Devant ces résultats encourageants, la Food and Drug administration des États- Unis et Santé Canada ont rapidement auto- risé le début d'une étude clinique de phase III. L'essai vise à comparer l'efficacité de

l'acétate d'abiratérone (1000 mg) et un pla- cebo versus un traitement combinant l'acé- tate d'abiratérone (1000 mg) et le JNJ-56021927 (240 mg). Les conclusions de cette étude clinique ne seront pas connues avant environ trois ans. Le futur traitement ne pourra donc pas être mis en marché avant plusieurs années. Mais les chercheurs espèrent que ce premier trai- tement combiné réussira à retarder la pro- gression de la maladie et à prolonger la vie. Et surtout, à améliorer la qualité de vie des patients atteints de cette maladie dévasta- trice. «Nous espérons avoir trouvé un traite- ment bien toléré et efficace pour freiner la progression du cancer de la prostate chez les hommes atteints d'un cancer de la prostate avancé. Cette approche combine plusieurs molécules et attaque le cancer sur plusieurs fronts», explique le Dr Fred Saad.

14 DK NEWS

AFRIQUE

Mercredi 13 juillet 2016

CÔTE D'IVOIRE

L'ONU dénonce l'"impunité persistante" à

l'égard des auteurs de viols

CÔTE D'IVOIRE L'ONU dénonce l'"impunité persistante" à l'égard des auteurs de viols

SAHARA OCCIDENTAL

Le COPESA félicite Brahim Ghali pour son élection SG du Front Polisario et président de la RASD

son élection SG du Front Polisario et président de la RASD compatit et soutient les déci-

compatit et soutient les déci-

sahraouie dispose que "le se-

Le Conseil péruvien de solidarité avec le peuple sahraoui (COPESA) a adressé un message de féli- citations à M. Brahim Ghali à l'occasion de son élection samedi Secrétaire général du Front Polisario et prési- dent de la République

gueuse du martyr Mohamed Abdelaziz", a-t-il ajouté saluant "les déclarations du nouveau président à renforcer l'Armée populaire de libération sah- raouie et mettre davantage l'ac- cent sur la diplomatie". "Car, explique le Conseil pé- ruvien, il est connu pour le tra- vail inefficace de l'Organisation

arabe sahraouie démocra- tique (RASD) espérant que

des Nations unies (ONU) qui est pétrifié par le veto irrespon-

sions que votre peuple et vous

crétaire général du Front Polisa-

sable de la France (

)

même si

Les Nations unies ont dénoncé la persis- tance des viols en Côte d'Ivoire, notam- ment contre des enfants, et fustigé l'"impu- nité persistante" qui règne à l'égard de leurs auteurs. "La Côte d'Ivoire a enregis- tré ces dernières années des progrès signi- ficatifs en termes de droits de l'Homme, mais la persistance des viols et de l'impunité à l'égard de leurs auteurs reste l'objet de vives préoccupations et requiert une action urgente", a indiqué le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, dans un communiqué publié lundi soir. Un rapport établi par le Haut- Commissariat et l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci) dénonce ce "fléau qui continue de faire de nombreuses victimes dans le pays". L'ONU ne dispose pas d'"estimation totale du nombre de cas en Côte d'Ivoire en raison de l'absence de statistiques officielles conso- lidées" dans le pays, a indiqué une respon- sable de l'Onuci, Sarah de Hemptinne. Le recours très répandu aux règlements à l'amiable, notamment dans les cas de viol d'enfants, préoccupe particulièrement l'ONU, qui explique que cette pratique se fait au détriment des droits de la victime et gé- néralement sans son consentement. Le pays a connu une décennie de crise politico-militaire, marquée par une parti- tion entre le Nord aux mains d'une rébellion et le Sud contrôlé par le camp de l'ex-prési- dent Laurent Gbagbo (au pouvoir entre 2000 et 2011). Cette période troublée a culminé avec la crise post-électorale de 2010-2011, provoquée par le refus de M. Gbagbo de reconnaitre la victoire de son rival Alassane Ouattara à la présidentielle de novembre 2010. Les vio- lences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

l'autodétermination du peuple sahraoui intervien- dra durant son mandat.

"Compte tenu de son brillant état-major et le chemin comba- tif du peuple sahraoui, il laisse présager le plus grand succès et espère que l'autodétermination du peuple sahraoui sera atteint durant son mandat", écrit le président de COPESA, Ricardo Sanchez Serra, dans son mes- sage de félicitations. "A Ghali correspond la déli- cate mission de poursuivre et de surmonter la grande œuvre fou-

les Sahraouis sont soutenus par l'histoire et le droit internatio- nal". "L'ONU est incapable d'ar- rêter les violations des droits de l'homme et de piller les res- sources naturelles sahraouies perpétrées par le Maroc, puis- sance occupante du Sahara oc- cidental", a regretté le COPESA, notant que "si les nations n'agis- sent pas avec les principes et les valeurs dans leur politique étrangère et les relations diplo- matiques, il n'y aura pas de jus- tice et de paix dans le monde". "Par conséquent, le COPESA

amène à récupérer le Sahara occidental pour les Sahraouis par des moyens diplomatiques ou militaires", conclu M. San- chez Serra dans son message au président Ghali. Brahim Ghali a été élu à la majorité écrasante des partici- pants au Congrès extraordi- naire, Secrétaire général du Front Polisario et président de la RASD, en remplacement de Mo- hamed Abdelaziz, décédé le 31 mai dernier des suites d'une longue maladie, conformément à la Constitution. L'article 51 de la Constitution de la République

rio assume la Présidence de la République". Brahim Ghali a recueilli 1.766 voix sur les 1.895 exprimées lors du scrutin, a annoncé la com- mission électorale après le dé- pouillement et la proclamation des résultats définitifs. Né le 16 septembre 1949 à Smara (ville sahraouie occupée), Ghali est une figure historique du peuple sahraoui qui lutte pour son droit à l'autodétermination. Il compte parmi les figures les plus influentes du Front Po- lisario, dont il fut membre fon- dateur en 1973.

Soudan du Sud Au moins 36.000 déplacés depuis vendredi

Au moins 36.000 personnes ont été déplacées par les combats au Soudan du Sud depuis vendredi, a indiqué hier l'ONU, après quatre jours d'affrontements meur- triers à Juba entres forces gouvernemen- tales et ex-rebelles. "Les derniers combats depuis ven- dredi ont déplacé 36.000 personnes", a ex- pliqué une porte-parole du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), Vanessa Huguenin, préci- sant que ce chiffre risquait d'évoluer en rai- son de la volatilité de la situation. Ces personnes - en majorité des femmes et des enfants - ont fui les affrontements et se sont réfugiées dans les sites de protection des civils de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (Minuss) et dans d'autres endroits de la capitale, selon l'Ocha. "Il est impératif que les civils soient au- torisés à se déplacer librement pour se ré- fugier et que le personnel humanitaire soit protégé pour avoir un accès immédiat, sûr et sans entrave aux personnes" qui ont be- soin d'aide, a indiqué le bureau de l'ONU. "La situation humanitaire est grave et les

de l'ONU. "La situation humanitaire est grave et les besoins sont immenses. De fortes pluies dans

besoins sont immenses. De fortes pluies dans certaines parties de Juba ont aggravé la situation", sou- ligne par ailleurs l'Ocha. Sur le terrain, le cessez-le-feu décrété la veille par les deux camps rivaux était respecté mardi matin dans la capitale du Soudan du Sud.

NIGERIA

Une urgence "extrême" contre la famine dans le nord-est, prévient l'ONU

Le coordonnateur humani- taire régional de l'ONU pour le Sahel, Toby Lanzer, a indiqué que les organisations humani- taires ont besoi de finance- ments d'urgence pour secourir des milliers de personnes me- nacées par la famine dans le nord-est du Nigeria, en proie aux violences du groupe terro- riste Boko Haram. Après une tournée dans l'Etat de Borno, épicentre de l'in- surrection, M. Lanzer s'est dit "horrifié" par la situation de la population des villes de Bama, de Dikwa et de Monguno. "J'ai travaillé dans de nombreux endroits

- la Centrafrique, le Darfour, le Soudan du Sud

- et la situation des populations vivant dans les zones très rurales de l'Etat du Borno figurent parmi les pires que j'ai eu à connaître", a-t-il déclaré depuis le Cameroun, selon l'agence de presse AFP. "Il y a une urgence extrême", 220 millions de dollars (200 millions d'euros) sont nécessaires pour "maintenir les gens en vie" dans ces zones lors des dix prochaines se- maines, a-t-il ajouté. L'économie du Nigeria, premier producteur de pétrole d'Afrique, est

Nigeria, premier producteur de pétrole d'Afrique, est durement frappée par la chute des cours mondiaux du

durement frappée par la chute des cours mondiaux du brut et le pays n'a pas les moyens d'en faire plus financièrement pour aider ces populations, pré- vient-il. Dans un camp de Banki, à 60 km de Bama, "la si- tuation des gens est atroce", a déclaré Toby Lanzer, se ba- sant sur le témoignage d'une équipe de l'ONU qui a réussi à s'y rendre malgré les difficultés d'accès. "Des dizaines de personnes meurent chaque jour de malnutrition. Nous estimons qu'il y a là 15.000 personnes et que sur ce nom-

bre cinq meurent chaque jour au moment où

nous parlons", dit le responsable onusien. Se-

lon Médecins sans frontières (MSF) qui a pu récemment se rendre sur place, au moins 188 personnes sont mortes, principalement de diarrhée et de malnutrition dans un camp de cette ville entre le 23 mai et le 22 juin. Et d'après l'Unicef, 250.000 enfants de moins de cinq ans vont souffrir de malnutri- tion sévère extrême dans l'Etat de Borno cette année, dont 50.000 risquent même de mourir si rien n'est fait.

Retour au calme à Juba après le ces- sez-le-feu Le calme semblait être de retour mardi matin à Juba, la capitale du Soudan du Sud, au lendemain d'un cessez-le-feu annoncé après quatre jours de combats meurtriers entre forces loyalistes et ex-rebelles, ont in- diqué les médias. Contrairement aux jours précédents, aucun coup de feu ou tir d'ar- tillerie n'était entendu, aucun char ne circulait dans les rues et aucun hélicoptère de combat n'était visible dans le ciel de Juba, selon la même source et des médias locaux. "La situation est calme tout près de l'aéroport", où de violents combats avaient éclaté lundi, a par ailleurs affirmé un ha- bitant de Juba. De vendredi soir à lundi, Juba a été le théâtre d'affrontements entre forces loyalistes fidèles au président Salva Kiir, et les ex-rebelles répondant aux or- dres du vice-président Riek Machar. Ces nouveaux combats ont fait "plus de 300 morts" dans la seule journée de vendredi, selon le ministre de l'Information, Mi- chael Makuei, mais aucun bilan n'est dis- ponible pour les jours suivants. Ces com- bats mettent en péril l'accord de paix du 26 août 2015, dont la mise en œuvre est très compliquée depuis le retour fin avril de Riek Machar dans la capitale sud-souda- naise.

Ban Ki-moon appelle à prendre des "sanctions ciblées" Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a vivement dénoncé lundi ma- tin la reprise des combats ces derniers jours dans la capitale du Soudan du Sud, Juba,

appelant le Conseil de sécurité de l'ONU à imposer un embargo immédiat sur les armes dans le pays et à prendre des sanc- tions ciblées supplémentaires contre les responsables. "La reprise des combats est scandaleuse. C'est un nouveau revers. Elle aggrave les souffrances du pays. Elle tourne en ridicule les engagements pris en faveur de la paix", a déploré M. Ban lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU, à New York. Selon un communiqué de l'ONU, le se- crétaire général a tout particulièrement condamné les meurtres de deux casques bleus chinois de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), dont les camps et sites de protection des civils à Juba ont été pris pour cible lors de la re- prise des combats dans la capitale, les 7, 8 et 10 juillet, entre soldats de l'Armée popu- laire de libération du Soudan (APLS) et de l'APLS/opposition. M. Ban a également condamné fermement les attaques aveu- gles contre des civils, précisant que des mil- liers d'entre eux ont fui leur domicile et no- tamment trouvé refuge dans les deux camps de la MINUSS à Juba. Il a aussi in- diqué qu'au moins deux personnes dépla- cées ont été tuées dans les sites de protec- tion des civils de la MINUSS dans la capi- tale et environ 35 autres blessées. "Les dirigeants u Soudan du Sud ont une fois de plus abandonné leur peuple. Rare- ment un pays aura gaspillé aussi rapide- ment autant d'espoir", a dénoncé le chef de l'ONU, constatant l'échec des dirigeants du pays et appelant à ce que justice soit faite pour les atrocités commises au Soudan du Sud depuis 2013. "Ce ne sont pas seulement les dirigeants qui doivent rendre des comptes, mais toute la chaîne de comman- dement, y compris les chefs du personnel et autres fonctionnaires, complices de la violence", a-t-il dit. Dans ce contexte, M. Ban a appelé le Conseil de sécurité de l'ONU à imposer un embargo immédiat sur les armes vers le Soudan du sud et à pren- dre des sanctions ciblées supplémentaires contre les responsables qui entravent la mise en œuvre de l'Accord de paix. Il a aussi jugé nécessaire de renforcer les effectifs de la MINUSS, estimant qu'elle avait "déses- pérément" besoin d'hélicoptères de com- bat et d'autres matériels pour remplir son mandat de protection des civils. Le se- crétaire général a par ailleurs exhorté le président Salva Kiir et le premier vice-pré- sident Riek Machar à désamorcer les vio- lences et à ordonner à leurs troupes res- pectives de regagner leurs casernes.

Mercredi 13 Juillet 2016

MONDE

DK NEWS

15

SYRIE

L'armée syrienne prolonge la trêve de 72 heures

L'armée syrienne a annoncé lundi soir la prolongation de la trêve de 72 heures, ce qui constitue la troisième prolongation consécutive, a rapporté l'agence de presse SANA.

COLOMBIE

Un vote contre l'accord de paix anéantirait le processus

vote contre l'accord de paix anéantirait le processus Le chef des négociateurs du gouvernement colom- bien

Le chef des négociateurs du gouvernement colom- bien avec les Farc a déclaré que si le «non» l'empor- tait au plébiscite sur l'accord avec la guérilla le processus de paix serait anéanti, selon une interview publiée lundi. «Si le peuple dit non, le processus sera achevé et n'aura produit aucun résultat», a déclaré Humberto de la Calle dans cet entretien publié par le quotidien El Tiempo, en référence à la consulta- tion pour ou contre l'accord de paix négocié depuis novembre 2012. «Si le non l'emporte, nous aurons perdu, entre guillemets, quatre ans de notre vie», a- t-il ajouté. M. De La Calle a rappelé que le président Juan Manuel Santos avait avertiv qu'en cas de rejet de l'accord dans les urnes, «le processus sera ter- miné» avec les Forces armées révolutionnaires de Co- lombie (Farc, marxistes), mené à Cuba pour mettre fin à 52 ans de conflit armé avec cette guérilla. Le 23 juin dernier, le gouvernement et les Farc ont signé un agrément de cessez-le-feu bilatéral et de désar- mement des rebelles, qui entrera en vigueur une fois l'accord de paix définitif conclu. Ils ont en outre convenu que cet accord serait soumis à l'approba- tion des électeurs, selon une mécanisme dont doit décider la Cour constitutionnelle, qui examine ac- tuellement le projet de loi d'un plébiscite. «Cela me semble fondamental que les gens puis- sent voter et prendre leur décision», a estimé M. De La Calle. Il a par ailleurs qualifié d'«extrêmement préoccupante» la déclaration faite la semaine der- nière par un front de la guérilla contre les accords de La Havane, mais souligné avoir eu l'«impression» durant les pourparlers de paix que «la direction des Farc commande et maintient le contrôle des troupes». «Ce ne serait pas la première fois que lors d'un ac- cord, il y ait un certain type de factions rebelles. Ce n'est pas si étonnant que cela paraît, mais ne le jus- tifie ni n'en fait quelque chose de secondaire. C'est extrêmement sérieux, grave», a-t-il déclaré. La Co- lombie est meurtrie depuis plus d'un demi-siècle par un conflit armé qui, au fil des décennies, a impliqué plusieurs guérillas d'extrême gauche, des milices pa- ramilitaires d'extrême droite et forces armées, fai- sant au moins 260.000 morts, 45.000 disparus et 6,9 millions de déplacés.

Cette nouvelle prolonga- tion est entrée en vigueur le 12 juillet, selon la source. Le premier cessez-le-feu de 72 heures est entré en vigueur mardi dernier et a été pro- longé de 72 heures supplé- mentaires samedi dernier. Cette trêve aurait dû s'appli- quer à l'ensemble du pays, mais la ville d'Alep (nord) a connu de graves violences la semaine dernière, les rebelles ayant lancé des offensives contre les zones contrôlées par le gouvernement en guise de représailles à la suite de la prise par l'armée syrienne de la dernière voie de ravitail- lement des rebelles au nord d'Alep. Plus de 60 personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées au cours des derniers jours quand les re- belles du Front al-Nosra lié à Al Qaida et de groupes simi- laires ont ravagé Alep à coup de tirs d'artillerie. Lundi ma- tin, le Front al-Nosra et leurs alliés ont lancé des attaques simultanées dans les zones contrôlés par le gouverne- ment dans l'ouest d'Alep. Des activistes de l'opposition ont

d'Alep. Des activistes de l'opposition ont indiqué que les rebelles avaient progressé vers la cita-

indiqué que les rebelles avaient progressé vers la cita- delle historique d'Alep, où sont stationnées depuis long- temps les forces gouverne- mentales. Les sources pro- gouvernementales ont dé- menti cette information. La seule certitude est que la ville vit actuellement un cauche- mar sanglant. Située stratégi- quement près de la frontière avec la Turquie, Alep est la plus grande ville de Syrie et était un centre économique avant la guerre. Elle est l'un

des principaux champs de bataille de l'armée syrienne et des rebelles. Au cours de l'été 2012, des milliers de mili- tants armés ont pris d'assaut les districts résidentiels d'Alep, ce qui a ébranlé le nerf économique du gouver- nement syrien, qui a accusé à plusieurs reprises la Tur- quie d'avoir soutenu les re- belles pour défendre ses inté- rêts cachés à Alep. Les rebelles se sont empa- rés de plusieurs districts de l'est d'Alep et ont tenté à plu-

au mois de juillet, sans indiquer de date précise. Selon le ministre russe, M. de

Mistura "dit que si la Russie et les Etats- Unis se mettent d'accord entre eux sur

la Syrie, alors à ce moment-là les Nations

unies organiseront une nouvelle série de consultations entre Syriens". "Ce n'est pas la bonne approche", a jugé M. Lavrov. Le ministre russe a par ailleurs précisé que la lutte contre le

groupe Al-Nosra serait au coeur des discussions russo-américaines vendredi

à Moscou. "En janvier, les Etats-Unis

avaient promis que tous les éléments

coopérant avec Washington se retire- raient des lieux occupés par Al-Nosra, mais jusqu'à présent, ça n'a pas été fait",

a affirmé M. Lavrov. "Nous examinerons cette question lors de la visite de Kerry à Moscou car c'est une promesse faite par les Etats-

Unis", a-t-il martelé, Moscou appelant de- puis des mois les groupes rebelles sou-

sieurs reprises d'étendre leur présence dans les zones de l'ouest contrôlées par le gou- vernement. Les rebelles ont assiégé les districts de l'ouest après avoir coupé la route internationale conduisant à Alep en 2014. Le siège a par la suite été brisé par l'armée syrienne. Des experts militaires ont in- diqué que l'objectif initial des nouvelles offensives de l'armée syrienne était d'assié- ger les zones contrôlées par les rebelles et de couper leurs voies de ravitaillement pour les forcer à se rendre. Un au- tre objectif est d'assurer la sécurité des zones contrô- lées par le gouvernement et de prévenir le blocage par des groupes armés des ar- tères reliant Alep aux côtes ainsi qu'à d'autres provinces du centre et du sud de la Sy- rie. Des observateurs ont in- diqué que la campagne de l'armée syrienne vise aussi à reprendre des zones rurales au sud et au nord d'Alep pour déjouer les tentatives présu- mées de la Turquie d'établir une zone de sécurité dans le nord de la Syrie.

LE CHEF DE LA DIPLOMATIE RUSSE SERGUEÏ LAVROV

«De Mistura se défausse de ses responsabilités»

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s'est dit hier préoccupé par le fait

que l'envoyé spécial de l'ONU pour la Sy- rie, Staffan de Mistura, se "défausse de ses responsabilités" et d'être "incapable" de relancer les négociations de paix sur la Syrie, ont rapporté des médias. Ces cri- tiques surviennent deux jours avant l'arrivée à Moscou du secrétaire d'Etat américain John Kerry, avec qui M. Lavrov

a promis d'évoquer notamment la lutte

contre les terroristes du Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda. En visite à Bakou, le ministre russe des Affaires étrangères a critiqué l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie de se "défausser de ses responsabilités". Staffan de Mistura "ne parvient pas à convoquer la prochaine table des négo- ciations entre Syriens", a fustigé M. La- vrov, alors que le responsable de l'ONU

a indiqué fin juin espérer convoquer une

nouvelle session de pourparlers de paix

USA-AFGHANISTAN

une nouvelle session de pourparlers de paix USA-AFGHANISTAN tenus par Washington à prendre leurs distances avec

tenus par Washington à prendre leurs distances avec le front Al-Nora.

Le chef de la diplomatie américaine est attendu demain soir dans la capitale russe pour évoquer, outre la Syrie, la si- tuation en Ukraine et les tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan concernant la région disputée du Nagorny-Karabakh.

USA

Plus de flexibilité sur le port d'armes des militaires américains

Le Pentagone va se doter d'un peu plus de flexibilité sur le port d'armes des militaires, a-t-il annoncé lundi, un an après la tuerie de cinq mili- taires dans un centre de réservistes du sud des Etats-Unis. Les militaires américains n'ont pas le droit de porter des armes en dehors de leurs bases, sauf lorsqu'ils sont spécifiquement chargés d'assurer la sécurité. Le port d'armes dans les bases est également très strictement encadré. Selon le porte-parole du Pentagone Jamie Davis, le Pentagone devrait publier «d'ici deux mois» une révision des règles sur le port d'armes des militaires. Ces nouvelles dispositions «appliqueront la volonté du Congrès et don- neront aux commandants l'autorité pour armer» des personnels mili- taires «dans les installations situées en dehors des bases, quand jugé né- cessaire», a-t-il indiqué. «Les commandants auront plus d'options à leur disposition», cela va leur «donner de la flexibilité», a-t-il précisé. En ce qui concerne le port d'armes «privées et militaires» dans les bases, les nouvelles règles «préciseront l'autorité des commandants» en la ma- tière, a-t-il indiqué. La tuerie de Chattanooga, dans le Tennessee, le 16 juillet 2015 avait relancé le débat sur ces restrictions, jugées par certains comme contradictoires avec le sacro-saint droit de porter des armes dont bénéficient les citoyens américains. Le Congrès notamment avait demandé à l'administration Obama de donner plus de flexibilité aux commandants militaires locaux pour déroger au principe du non-port d'armes, dans un amendement à la loi pour le financement de la Défense de 2016. APS

Le secrétaire américain de la Défense à Kaboul pour rencontrer le président Ghani

Le secrétaire américain à la Dé-

fense Ashton Carter est arrivé hier en Afghanistan pour rencontrer le président Ashraf Ghani, au lende- main des décisions des Etats-Unis

et de l'OTAN à maintenir leur pré-

sence militaire dans ce pays. M. Carter, dont la visite avait été tenue secrète, s'est posé en fin de matinée sur la base militaire américaine de Bagram, à 50 km de Kaboul, d'où il devait gagner la capitale, selon

l'agence de presse AFP. Les deux res- ponsables tiendront une confé- rence de presse commune en début d'après-midi au palais présidentiel. Ashton Carter, qui a participé au sommet de l'Otan samedi à Varso- vie au côté du président Barack Obama, a fait lundi étape à Baghdad, où il a annoncé le renforcement de la présence américaine en Irak pour lutter contre le groupe terro- riste autoproclamé «Etat Islamique»

le groupe terro- riste autoproclamé «Etat Islamique» (EI/Daech) en Irak et en Syrie. Le chef de

(EI/Daech) en Irak et en Syrie. Le chef de la Maison-Blanche a an- noncé à la veille du sommet sa dé- cision de maintenir 8.400 soldats américains en Afghanistan jusqu'à la fin de son mandat début 2017, au lieu de la réduction d'effectifs initia- lement prévue de 9.800 hommes ac- tuellement à 5.500. Les forces amé- ricaines déployées dans le cadre

de l'opération «Resolute Support» de l'Otan continueront de former les forces afghanes et de leur apporter un soutien aérien, tout en partici- pant à la lutte antiterroriste. La majorité des forces occidentales se sont retirées fin 2014 d'Afghanistan laissant l'armée et la police af- ghanes en première ligne face à l'in- surrection des talibans et des terro- ristes de Daech, présent dans l'est du pays. Environ 13.000 hommes, amé- ricains aux trois-quarts, restent présents en Afghanistan. Les Etats membres de l'Otan ont promis à Varsovie de maintenir environ 12.000 hommes, issus de 41 pays, au moins jusqu'en 2017 et de poursuivre leur aide financière à l'armée et à la police afghanes jusqu'à 2020, pour un montant avoisinant les 5 milliards de dollars en 2017 dont 3,5 milliards fournis par les Etats-Unis.

CULTURE 16 DK NEWS Mercredi 13 Juillet 2016
CULTURE
16 DK NEWS
Mercredi
13 Juillet 2016

ORAN :

Ouverture du 9 e festival de la chanson oranaise

ORAN : Ouverture du 9 e festival de la chanson oranaise La 9e édition du Festival

La 9e édition du Festival de la musique et

de la chanson oranaises s'est ouverte di- manche au théâtre régional «Abdelkader-Al- loula» d’Oran sous le slogan «Une nouvelle génération pour porter le flambeau de la chanson oranaise». Dans une allocution d'ou- verture, la commissaire du festival, Rabéa Moussaoui a souligné que cette manifestation

a pour objectif de détecter de nouvelles voix de jeunes capables de poursuivre le parcours ini-

tié par les leaders de ce genre musical dans les années cinquante.

A cet effet, dix artistes chantant le genre

oranais sont en lice de cette édition où cinq

soirées verront des chanteurs célèbres d’Oran interpréter des chansons du terroir oranais dont Djahida, Baroudi Bekhedda, Oulhaci, Messabih, Maati Hadj et des chanteurs de raï.

La commissaire du festival a ajouté qu'elle

demandé aux artistes anciens et nouveaux à présenter de nouvelles chansons dans ce genre au lieu de reproduire d'anciens tubes, faisant remarquer de nombreux lauréats des

éditions précédentes ont frayé un chemin dans le monde de la chanson et leurs voix sont devenues très connues sur la scène artistique. La première soirée du festival animée par

le maestro Kouider Berkane en genre oranais

comporte le passage sur scène de plusieurs

voix connues dans la chanson oranaise dont Hebri Soltane, Houria Baba, Senhadji Kandil, Oulhaci Houari et cheikh Bnedenia et cheb Abbès. A l'occasion, un hommage symbolique

a été rendu à la chanteuse Meriem Abed et le

chanteur rai et parolier, le regretté Belkacem Boutheldja. Meriem Abed, ancienne actrice et animatrice de radio née en 1933 dans la wilaya

de Chlef, a commencé son parcours comme animatrice d’une émission de radio avant de rejoindre le théâtre en participant à plusieurs oeuvres dont des opérettes en tant qu’actrice et chanteuse. Sa renommée artistique date de 1958 avec ses tubes «El Bahdja medinet El Dja- zair», «Ya sbaib galbi» avant de revenir à Oran

et poursuivre son parcours artistique jusqu’en

1974. Elle a quitté ensuite le pays pour s’instal- ler en France et son apparition sur scène di- minua. Sa dernière apparition remonte à

2003. Chanteur et parolier Belkacem Bou- theldja est lauréat du festival du rai organisé à Oran au début des années 80 où il décrocha le premier prix ex aequo avec cheb Khaled. Est l’un des noms qui ont créé le rai actuel en compagnie de Bellemou Messaoud et Bou- taiba Seghir. Il a commencé à chanter dans les années 60 à l’âge de 13 ans et mourut le 2 sep- tembre 2015 à l’âge de 68 ans.

FESTIVAL INTERNATIONAL DE TIMGAD :

Notoriété et prestige

Le Festival international de Timgad (Batna) qui soufflait hier soir sa 38e bougie tire sa notoriété non seule- ment de son site archéologique classé patrimoine universel mais également du prestige que lui confère le fait d’être le plus ancien des grands festivals culturels de l’Algérie indépendante.

Rendez-vous annuel pour les mélomanes et fenê- tre sur les cultures du monde, le festival a toujours attiré les stars de la chanson nationale et arabe ainsi que des troupes des quatre coins du globe. Cet évènement culturel majeur qui s’était éclipsé pendant 10 années avant de

majeur qui s’était éclipsé pendant 10 années avant de vie) étaient activement asso- ciés au festival.

vie) étaient activement asso- ciés au festival. La relance du festival à la fin des années 1990 lui ap- porta un nouveau souffle, assure l’ancien président d’APC (Assemblée populaire communale) de Timgad, Chaféï Mahboubi qui se rap- pelle que durant la soirée d’ouverture de l’édition 1998, animée pour la pre- mière fois par la star arabe Kadhem Essahir, l’affluence du public était telle que beaucoup n’avaient même pas pu accéder à la ville. Le défilé des stars sur la scène de Timgad ne pouvait que régaler les mélomanes avec les artistes Majda El Roumi, Ahlem, Anouchka, Assala Nasri, Najwa Karem, Ihab Toufik, Saber Rebaï, les grandes vedettes algériennes et des troupes de tous les continents. Le transfert depuis la 32e édition des concerts du festi- val vers un nouveau théâtre de plein air construit près du site archéologique dans l’ob- jectif de préserver le site ar- chéologique a privé quelque peu, de l’avis de beaucoup de Batnéens, la manifestation de la splendeur que lui conférait le bimillénaire théâtre romain. La cité ar- chéologique de Timgad est depuis 1967 classée patri- moine national par l’arrêté 281/67 et figure depuis 1981 sur la liste du patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).

reprendre en 1997 doit son existence à un groupe d’in- tellectuels et personnalités des Aurès qui, par désir de créer une animation cultu- relle au sein de la cité ar- chéologique Thamugadi, avaient en 1967 organisé des

pièces de théâtre sur le site et

l’année d’après, le groupe lança la première édition du Festival musical de Timgad.

devient en 1968 un festival de musique qui a réuni des troupes d’Algérie, d’Espagne et de France. Une année après, il prit une dimension méditerra- néenne. A partir de 1973, il devient un festival interna- tional des arts populaires. Après son éclipse, le festival revient avec force en 1997. Son organisation est depuis confiée à l’Office national de la culture et l’information (Onci) et un commissariat du festival.

Maria Casarès, Wadi’ Es- safi, Sabah Fakhri sont pas- sées par là Peu de gens se souvien- nent aujourd’hui des stars ayant chanté à Timgad du- rant les années 1960 et 1970. Le plasticien Hocine Houara qui a rejoint la comité d’or- ganisation du festival au début des années 1980 en est un. Il cite notamment le chanteur engagé Léo Ferré,

la chanteuse d’opéra Maria Casarès et George Moustaki au côté des grandes stars arabes Wadi’ Essafi, Sabah Fakhri, Abdelwahab Doukali et Ahmed Hamza. Les troupes populaires des quatre coins du monde qui s’étaient produites à Timgad furent innombra- bles notamment entre 1968 et 1987, ajoute Houara qui souligne que le festival qui était tenu en avril durant les vacances scolaires avant d’être programmé l’été était précédé d’un grand défilé des participants au centre- ville de Batna. Le peintre Abdou Tamine dessinait des motifs chaouis sur des étoffes en soie qu’il vendait durant la manifesta- tion aux festivaliers, notam- ment étrangers, ajoute Houara qui souligne que les autres plasticiens Chérif Merzougui, Boughrara Ab- delali (décédés), Mostefa La- kehal et Chérif Menoubi (en

En 1968, le début d’une belle aventure Le doyen des journalistes à Batna, Ali Benbelgacem, se souvient que lors de l’édition

1968, les organisateurs avaient distribué un pros- pectus publicitaire qui rap- pelait que le théâtre romain de Timgad abritait depuis sa fondation des festivals et avait accueilli en 1939 sa pre- mière manifestation cultu- relle des temps modernes à

l’initiative de la Société des amis de Carthage et des villes d’or créée en 1907 et qui or- ganisait alors sa célèbre «tournées des villes d’or» à Tébessa, Timgad puis à Car-

thage. Selon plusieurs intel-

lectuels de la ville, le Festival de Timgad a connu plu- sieurs évolutions. Au début, il était organisé sous forme de journées culturelles. Il

Si Moh à l'affiche du Festival Les Suds à Arles (France)

Le compositeur et interprète Moha- med Ahmane, plus connu sous le nom

artistique de Si Moh, participe au 21e

Festival «Les Suds» prévu du 11 au 17 juillet à Arles (Sud de la France), indi- quent les organisateurs. Si Moh donnera demain un concert aux côtés de Dorsaf Hamdani (Tunisie) et Aynur Dogan (Turquie), entre au- tres. Réservé et peu visible sur scène, Si Moh se distingue par ses textes re- cherchés et la douceur de sa musique, un brassage de traditionnels kabyles et méditerranéens. Le caractère univer- sel de son œuvre lui a procuré une no- toriété en dehors de l'Algérie où il est

apprécié notamment pour le contenu de ses textes jugés «philosophiques». Poète, Si Moh s'est imprégné des textes de grands noms de la chanson fran- çaise tels que Jacques Brel et Gilbert Bécaud. L'artiste qui a débuté sa car- rière dans les années 1980, a édité une dizaine d'albums dont «Ur neslib ara» (On n'est pas fous), «Yir argaz» (L'homme sans scrupules) et «Tatti ba- tata (La parlotte). Dans son dernier album «Lexla», sorti en 2013, le chan- teur a exploré de nouvelles sonorités musicales méditerranéennes pour rythmer des textes où il convoque le passé et interroge la raison. Pour sa

part, le groupe «Super Orient Spécial», issu d'une rencontre de musiciens africains dont les Algériens Sofiane Saidi et Mohamed Ben Amar, figure au programme de cette édition. Ce groupe fondé en 2014 croise les mu- siques maghrébines et orientales avec le Mbalax, un genre de musique popu- laire d'origine sénégalaise. Créé en 1996 à l'initiative de pas- sionnés et professionnels de la culture méditerranéenne, «Les Suds à Arles» est dédié aux musiques du monde et œuvre à la promotion de la diversité culturelle à travers la musique.

Anouar Hadj Smaïne en lice pour le prix du meilleur réalisateur dans un festival à Los Angeles

Le

jeune cinéaste algé-

core l'Américain Sean

Né en 1974 à Alger,

et qui traite de la situation

APS

rien Anouar Hadj Smaïne fi- gure sur la liste des nominés au prix du meilleur réalisa- teur pour son film "Sharia", au 4e Los Angeles Nolly- wood Film Awards, prévu du 4 au 7 août, annoncent les organisateurs sur le site du festival. Anouar Hadj Smaïne est en compétition avec six au- tres cinéastes dont les Nigé- rians Stanley Acholonu et Ikechukwu Onyeka, le Haï- tien Romane Simon ou en-

McCarthy. Ecrit et réalisé par Anouar Hadj Smaïne en 2014, "Sharia", moyen mé- trage de 35 mn primé dans plusieurs manifestations ci- nématographiques interna- tionales, traite du dialogue entre les cultures, à travers l'histoire d'une liaison amoureuse en péril entre "Heathers" et "Sofiane", campés par Lauren Byrnes et Said Faraj, un couple issu de deux cultures différentes.

Anouar Hadj Smaïne a com- mencé son parcours artis- tique comme comédien dans des seconds rôles, avant séjourner en France pour s'établir ensuite à Hol- lywood (Californie) où il a poursuivi une formation dans la réalisation et la pro- duction. En 2010, il produit quelques courts métrages dont "Axis of Evil" (L'axe du mal), projeté dans nombre de festivals internationaux

des minorités et des émigrés après les attentats de New York du 11 septembre 2001. Fondé en 2013, le "Los An- geles Nollywood Film Awards" est organisé par la "LANFA Company", une or- ganisation à but non lucratif qui oeuvre en collaboration avec les studios d'Hollywood à la production et la promo- tion d'oeuvres cinématogra- phiques et télévisuelles d'Afrique.

d'Hollywood à la production et la promo- tion d'oeuvres cinématogra- phiques et télévisuelles d'Afrique.

Mercredi 13 juillet 2016

SCIENCE

DK NEWS

17

SELON UNE ÉTUDE

Le réchauffement climatique bouleverse aussi les nuages

Les nuages, régulateurs thermiques de la planète, ont changé sous l'effet du réchauffement climatique, et en retour ils pourraient contribuer à empirer, selon une étude parue dans la revue Nature.

à empirer, selon une étude parue dans la revue Nature . Depuis les années 1980, la

Depuis les années 1980, la nébulosité s'est réduite dans les zones tempérées de moyenne latitude, avec une expansion des zones sèches subtropicales en direc- tion des pôles, révèle l'analyse de quelque 20 ans d'images satellite. Et partout, les nuages se sont élevés en altitude. «Ces changements renforcent l'ab- sorption par la Terre de la radiation so-

laire et réduisent le retour des radiations thermiques vers l'espace,» explique-t-on à la Scripps Institution of Oceanography,

de l'Université de Californie à San Diego,

qui a pris part à l'étude. «Le tout exacerbe le réchauffement mondial, en augmentant les concentra- tions de gaz à effet de serre (GES)». Les nuages régulent la température

terrestre en renvoyant vers l'espace une partie des radiations solaires avant que celles-ci puissent toucher le sol. La nuit, ils agissent comme une cou- verture permettant de limiter les pertes

de chaleur.

Leurs liens avec le changement clima- tique constituent «l'une des principales zones d'incertitude pour les scientifiques qui travaillent sur le climat et tentent d'anticiper son évolution future», rappel- lent les chercheurs. Les satellites, conçus à l'origine pour prévoir la météo, ne sont pas suffisam- ment stables pour suivre l'évolution des

nuages sur des décennies. Mais l'équipe a pu corriger les données, en agissant sur l'orbite des satellites, la calibration des instruments ou la dégradation des cap- teurs. Les résultats ont ainsi montré des changements nets dans la répartition des nuages, que les auteurs ont ensuite mis en parallèle à l'historique des concentra- tions de GES dans l'atmosphère. «Le comportement des nuages est alors apparu en cohérence avec l'aug- mentation, générée par l'homme, des concentrations de GES», poursuit l'insti-

tut de recherche dans son communiqué. Tandis qu'aucune corrélation n'appa- raissait avec d'autres facteurs éventuels comme les niveaux d'ozone, les aérosols d'origine humaine, ou des changements naturels de radiation solaire. Autre facteur d'influence en revanche, deux éruptions volcaniques importantes -- l'éruption du Chichon au Mexique en 1982 et celle du Pinatubo aux Philippines en 1991 -- ont agi sur les nuages et eu un

impact refroidissant pendant quelques années, en envoyant dans l'air de la pous- sière réfléchissant la lumière du soleil. Mais «sauf nouvel événement volca- nique de ce type, les scientifiques s'atten- dent à ce que les tendances affectant les nuages se poursuivent tandis que la pla- nète se réchauffe sous l'effet des concen- trations accrues de GES», préviennent les auteurs.

La mangrove victime

du réchauffement en Australie

Des milliers d'hectares de mangroves ont péri dans l'extrême nord de l'Austra- lie, en raison du changement clima- tique, ont expliqué lundi des chercheurs. Quelque 7.000 hectares, soit 9% des mangroves du Golfe de Carpentarie, ont péri en seulement un mois, selon des chercheurs de l'université australienne James Cook, qui n'avaient jamais ob- servé un tel phénomène. «Voila à quoi ressemble le changement climatique. Vous voyez les choses pousser à des ni- veaux maximum ou au contraire mini-

à quoi ressemble le changement climatique. Vous voyez les choses pousser à des ni- veaux maximum

mum

ici

ce que nous voyons c'est une

saison sèche inhabituellement longue»,

déclaré Norm Duke, spécialiste de cet écosystème au sein de l'université. «La raison de ce dépérissement ac- tuel est la sécheresse. Les sécheresses sont normales, mais

a

les mangroves jouent un rôle majeur pour la préservation des littoraux et la subsistance des populations. Des gardes de la région ont déclaré aux scienti- fiques que certaines espèces de fruits de mer, comme les crabes, qui ont besoin

pas d'aussi sévères, et c'est ça la diffé-

rence», a-t-il ajouté. Ce dépérissement

-

qui se traduit soit par la mort des ar-

de l'ombre des palétuviers, sont en train

bres soit par leur défoliation - a été confirmé par des observations aé- riennes et satellitaires et est vraisembla- blement dû à une longue période de sécheresse. Forêts de palétuviers présentes sur près des trois quarts des côtes tropicales,

de mourir et que les tortues et les du- gongs, qui dépendent de cet écosystème, «pourraient mourir de faim dans quelques mois». Selon eux, le phéno- mène s'est produit fin novembre ou début décembre l'année dernière, dans cette région semi-aride de l'Australie. APS

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Anep : 422 913 du 13/07/2016 DK NEWS
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
Anep : 422 913 du 13/07/2016
DK NEWS

18 DK NEWS

DÉTENTE

Mercredi 13 juillet 2016

Programme de la soirée

DÉTENTE Mercredi 13 juillet 2016 Programme de la soirée 19:30 Blacklist Créée par : Steven A

19:30

Blacklist

Créée par : Steven A Adelson Avec : James Spader, Megan Boone

Steven A A delson A vec : James Spader, M egan Boone Le FBI est en

Le FBI est en alerte à cause de l'arrivée sur le sol américain de Karakurt, un tueur russe à la solde des services secrets de son pays. Sa présence pourrait déclencher un conflit diplomatique entre les deux grandes puissances, d'autant plus que Karakurt travaille en réalité pour la Cabale. Reddington craint qu'il commette prochainement un attentat. De leur côté, Tom et Elizabeth parlent de l'avenir de leur relation.

Tom et Elizabeth parlent de l'avenir de leur relation. 19:55 Vogue la vie TÉLÉFIL M D

Tom et Elizabeth parlent de l'avenir de leur relation. 19:55 Vogue la vie TÉLÉFIL M D

19:55

Vogue la vie

TÉLÉFILM DRAMATIQUE - France (2016)

Vogue la vie TÉLÉFIL M D RAMA TIQUE - France ( 2 016) Raphaëlle, Karen, Yvonne,

Raphaëlle, Karen, Yvonne, Marie, Nadine, Safia, Corinne, Virginie et Marylin ont un point commun : elles ont survécu à un cancer du sein. Avocate entreprenante, Raphaëlle les incite à participer à la Vogalonga, une course de 32 km à la rame sur la lagune de Venise. Elles ont quatre mois pour s'entraîner et apprendre à pagayer à bord d’une étrange pirogue à tête de dragon. Raphaëlle convainc Didier, ancien champion de kayak devenu moniteur d'auto-

école, d'être leur coach. ancien champion de kayak devenu moniteur d'auto- 19:55 Des racines et des ailes MAGAZINE DE R

19:55devenu moniteur d'auto- école, d'être leur coach. Des racines et des ailes MAGAZINE DE R EPO

moniteur d'auto- école, d'être leur coach. 19:55 Des racines et des ailes MAGAZINE DE R EPO

Des racines et des ailes

MAGAZINE DE REPORTAGES - 1 saison / 174 épisodes

MAGAZINE DE R EPO RTAG ES - 1 saison / 174 épisodes L'animatrice a installé son

L'animatrice a installé son pla- teau à Bonifacio, en Corse-du- Sud, à la pointe méridionale de l'île de Beauté. Du golfe de Porto à Ajaccio. Sur la côte ouest, Porto, Sagone et Ajaccio offrent des dé- cors spectaculaires. Des passion- nés évoquent leur attachement à la Corse qui abrite des trésors ar- chitecturaux et naturels • Un bel- védère sur la montagne. Com- posé d'une motrice et d'un wa- gon, l'autorail Trinighellu (trem- blotin) enjambe de remarquables ouvrages d’art d'Ajaccio à Ponte Leccia • Un parc entre Corse et Sardaigne. Inauguré en décem- bre 2012, le Parc marin interna- tional des bouches de Bonifacio (PMIBB) est un site unique en Eu- rope. Il rassemble deux aires ma- ritimes protégées dont la Réserve naturelle des bouches de Bonifa- cio et le Parc national de l'archi-

pel de La Maddalena (Italie).bouches de Bonifa- cio et le Parc national de l'archi- 20:00 On voulait tout casser R

Parc national de l'archi- pel de La Maddalena (Italie). 20:00 On voulait tout casser R éalisateur
Parc national de l'archi- pel de La Maddalena (Italie). 20:00 On voulait tout casser R éalisateur

20:00

On voulait tout casser

Réalisateur : Philippe Guillard Avec : Kad Merad, Charles Berling Date de sortie : Mer. 03 juin 2015

Charles Berling Date de sortie : M er. 03 j uin 2 01 5 Kiki, un

Kiki, un quinquagénaire, apprend qu'il est atteint d'une maladie incurable et qu'il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Ses meilleurs amis, Tony, Bilou, Poncho et Gérôme, qui doivent déjeuner avec lui, n'en savent encore rien. Il décide de ne pas annoncer tout de suite la triste nouvelle à ses amis, dont les existences naviguent entre joies et peines. Il préfère leur donner une autre nouvelle : il va accomplir un vieux rêve et faire le tour du monde sur un bateau.

un vieux rêve et faire le tour du monde sur un bateau. 19:55 Zone interdite MAGAZINE
un vieux rêve et faire le tour du monde sur un bateau. 19:55 Zone interdite MAGAZINE
un vieux rêve et faire le tour du monde sur un bateau. 19:55 Zone interdite MAGAZINE

19:55

Zone interdite

MAGAZINE DE SOCIÉTÉ - 1 saison / 85 épisodes

interdite MAGAZINE DE SOCIÉTÉ - 1 saison / 8 5 épisodes L'aire d'autoroute reste un passage