Vous êtes sur la page 1sur 5

Procédés littéraires

I. Les figures de l’analogie

1. Les images

Figure qui permet de rendre une idée plus sensible (comparaison, métaphore, allégorie…)

2. La comparaison

Elle rapproche deux termes en explicitant ce qui leur est commun (motif de rapprochement).
Outils de comparaison : ressembler à, pareil, semblable à…
Exemple : « la religion / Est restée simple comme les hangars de Port-Aviation »
(Apollinaire)

3. La métaphore

La métaphore permet elle aussi de rapprocher deux termes, mais sans outil de comparaison :
elle peut se développer sur plusieurs termes (métaphore filée).
Exemple : « le troupeau des ponts bêle » (Apollinaire)

4. L’allégorie

Proche de la personnification, l’allégorie rend concrète et souvent humaine une idée abstraite,
développée dans une description ou un récit.
Exemple : « et l’Angoisse atroce, despotique, / Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.
(Baudelaire)

5. La personnification

C’est une forme particulière de métaphore, qui donne un caractère humain à un inanimé ou à
un animal.
Exemple : « Bergère ô tour Eiffel » (Apollinaire)
II. Les figures de la substitution

1. La métonymie

C’est une substitution fondée sur un rapprochement d’ordre logique.


Exemples : « boire un verre » (le contenu par le contenant), « une bouche à nourrir » (le tout
par la partie), « un bordeaux, une Renault » (l’objet par son lieu d’origine), « un Picasso, un
Balzac » (l’œuvre par son auteur), « les lauriers symbolisent la gloire » (l’abstrait par le
concret), « l’hôtel Matignon désigne le gouvernement » (la fonction par le lieu où elle est
exercée).

2. La périphrase

La périphrase remplace un mot soit par une expression qui développe sa définition soit par
l’une des caractéristiques de ce qui est nommé.
Exemples : « la capitale de l’Italie » (Rome), « la ville lumière » (Paris)

3. L’antiphrase

Il s’agit de l’expression d’une idée par une expression contraire.


Exemple : « Conseillers vertueux […] serviteurs qui pillez la maison » (Victor Hugo, Ruy
Blas)

4. La litote

Elle renforce l’expression en feignant l’atténuation.


Exemple : « Nous aimons toujours ceux qui nous admirent et nous n’aimons pas toujours
ceux que nous admirons » (La Rochefoucauld)

5. L’euphémisme

C’est une expression qui atténue, par souci réel ou feint de bienséance, une réalité
douloureuse.
Exemple : « Elle a vécu, Myrto, la jeune Tarentine » (A. Chénier), qui remplace « elle est
morte ».
III. Les figures de l’opposition

1. L’antithèse

Elle met en construction syntaxique parallèle des éléments antonymes (noir/blanc, en bas/en
haut) pour mettre en valeur ce qui les oppose.
Exemple : « L’homme naît avec ses vices, il acquiert ses vertus. » (J. Renard)

2. L’oxymore

L’oxymore met en relation grammaticale des termes qui s’excluent par leur sens.
Exemples : « mon mal est délicieux » (Apollinaire), « Une noirceur émiettée en blancheurs »

3. Le chiasme

C’est un jeu de balancement et de construction en miroir AB/BA.


Exemples : « J’ai appris qu’une vie (A) ne vaut rien (B) mais que rien (B) ne vaut une vie
(A) » (A. Malraux), « La neige (A) fait au nord (B) ce qu’au sud (B) fait le sable (A). » (V.
Hugo)

IV. Les figures de l’omission

1. L’ellipse

Figure de rhétorique qui consiste à ne pas exprimer un ou plusieurs mots dans une phrase.

V. Les figures de l’amplification et de l’insistance

1. L’hyperbole

L’hyperbole est une forme d’exagération, courante dans la langue familière.


Exemple : « Je suis morte de fatigue »

2. La gradation

C’est une série de termes juxtaposés ou coordonnés, de même rôle grammatical, exprimant la
même idée généralement de manière de plus en plus forte.
Exemple : « C’est un roc ! c’est un pic ! c’est un cap ! Que dis-je ? c’est un cap ?... C’est une
péninsule ! » (E. Rostand, Cyrano de Bergerac)
3. L’anaphore

L’anaphore est la répétition du même mot ou groupe de mots en début de phrase ou à


l’intérieur d’une phrase.
Exemple : « Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré ! » (De
Gaulle)

VI. Les figures de la Poésie

1. Allitération

Répétition de consonnes.

2. Assonance

Répétition de voyelles.

3. Diérèse

Prononciation dissociant en deux syllabes un groupe de voyelle.

4. Synérèse

Prononciation groupée en une syllabe de deux voyelles (contraire de la diérèse)

Vous aimerez peut-être aussi