Vous êtes sur la page 1sur 5

Comptabilité approfondie

FSJES

M.BOITI

Comptabilité approfondie FSJES M.BOITI CHAPITRE 2 : OPERATIONS EN DEVISES Dans le cadre de la mondialisati

CHAPITRE 2 : OPERATIONS EN DEVISES

Dans le cadre de la mondialisation, les entreprises sont de plus en plus ouvertes sur l’extérieur et, de ce fait, réalisent des opérations commerciales et financières non seulement sur leur marché domestique mais également avec des partenaires étrangers dont la monnaie n’est pas le dirham marocain (MAD). On parle alors d’opérations en devises. Sur le plan comptable, un détail de ces opérations doit figurer dans les ETIC au titre des "autres informations complémentaires".

Les opérations en devises donnent lieu à l’établissement de pièces justificatives en monnaie étrangère. Or, selon l'article 22 de la loi 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants, les documents comptables sont établis en monnaie nationale. En outre, selon le PCG, la conversion et la comptabilisation des créances et les dettes libellées en devises se font

sur la base du dernier cours de change connu. Ainsi, La valorisation en MAD des éléments du patrimoine de l’entreprise libellés en devises et la traduction des flux en devises qui les ont engendrés seront fonction des cours de conversion choisis. Ce qui pose le problème du choix du taux de conversion au moment de l’émission ou de la réception de la pièce justificative.

Le travail comptable ne s’arrête pas à ce niveau là. En effet, même si lors de la comptabilisation de ces opérations en devises a été faite en MAD, la créance ou la dette à laquelle l’opération donne lieu reste libellée en devises et son extinction se fera en devise. Parallèlement, le cours de change de cette devise continue à fluctuer de jour en jour, d’une part, et l’opération en devise peut s’étaler sur deux exercices : elle est née au cours d’un exercice (N) et ne sera réglée que l’exercice suivant (N+1), d’autre part. Ce qui nécessite la régularisation du montant de l’opération en devise à la date d’inventaire pour tenir compte des écarts de conversion qui font apparaitre des gains ou pertes de change latents.

En fin, au moment du règlement de la créance ou de la dette, le taux de change aura encore varié à la hausse ou à la baisse. Ce qui donne lieu à la constatation de gains ou pertes de change correspondants à la différence entre la valeur d’entrée et le montant final du règlement.

En fin, il faut noter que les opérations en devises doivent apparaitre sur l’ETIC : « autres informations complémentaires ».

I- Enregistrements au moment de l’émission ou de la réception de la pièce justificative :

1. Valeur d’entrée :

La valeur d'entrée des immobilisations et marchandises acquises en monnaie étrangère ou dont la production a été élaborée à l’étranger (coût de production exprimé en devises) est calculée par

conversion en dirhams du coût en devises sur la base du cours de change du jour de l’entrée.

Dans le cas de versement d'avances ou d'acomptes, leur montant en monnaie étrangère s'impute sur le prix convenu ; la valeur d'entrée du bien en dirhams est égale à la somme de :

- la contre-valeur en dirhams des avances et acomptes versés convertis au cours de change du jour de leur paiement ;

- la contre-valeur en dirhams du solde en monnaie étrangère restant dû à la date d'entrée, sur la base du cours de change à cette date d'entrée.

30

Comptabilité approfondie

FSJES

M.BOITI

Comptabilité approfondie FSJES M.BOITI Remarque : rappel fiscal - La taxe sur la valeur ajoutée qui

Remarque : rappel fiscal

- La taxe sur la valeur ajoutée qui est une taxe sur le chiffre d’affaires, s’applique aux opérations d’importation ;

- Les matériels éducatifs, scientifiques ou culturels est importés en franchise des droits et taxes applicables à l’importation ;

- La TVA dont le paiement à l’importation peut être justifié pour les importations directes est déductible ;

- Pour les immobilisations acquises à un prix libellé en devises, la base de calcul des amortissements est constituée par la contre valeur en dirhams à la date de l’établissement de la facture.

2. Exemple :

L’entreprise ABC est une entreprise industrielle installée à Casablanca. Elle réalise une partie de son chiffre d’affaire à l’export à partir de matière premières qu’elle importe de l’étranger. Au cours de décembre 2015, elle a réalisée les opérations suivantes en devises :

Le 02/12, achat de M.P chez le fournisseur CHRISTIAN, à Marseille. Le transport a été effectué par une entreprise espagnole GARCIA. A l’occasion de cette importation, l’entreprise ABC a reçu les factures suivantes :

CHRISTIAN

GARCIA

ADM. DOUANES

 

ODEP

M.B

10 000 €

M.B

400 €

D.D

5 000 Dhs 12 000 Dhs

Frais de port TVA 20%

1 000 Dhs

R

1%

 

PFI

NAP

 

NAP

TVA 20%

 

Règlement à crédit sur 90 j fin de mois

Règlement

sous

Règlement

par

chèque

Règlement en espèces

huitaine

bancaire

Le 10/12, règlement de la facture du fournisseur GARCIA. La banque a prélevé une commission de 300 Dhs HT Le 14/12, exportation de produits finis au client SPENCER aux USA.

- Prix départ usine : 14 000 $

- Règlement de 25% à lexpédition le 30/12, le reste à crédit sur 2 mois

Le 20/12, emprunt de 50 000 € auprès d’une banque française au taux de 3%. Le remboursement se

fera le 20/06/2016. Le 30/12, importation d’une machine outil auprès du fournisseur Anglais SMITH & WESSON.

S & W

 

ADM. DOUANES

 

ODEP

M.B

250 000 £

D.D

45 000 Dhs 2 000 Dhs

Frais de port TVA 20%

10 000 Dhs

R

5%

PFI

Transport : 3 000 £

TVA 20%

 

NAP

 

Règlement à crédit sur 3 ans

Règlement

par

chèque

Règlement

par

chèque

bancaire

bancaire

Remarque :

Dates

Taux de change

 

£

$

02/12

10,95

   

10/12

11,25

   

14/12

   

9,80

20/12

11,15

   

30/12

 

15,80

10,05

Travail à faire :

Enregistrer ces opérations au journal de l’entreprise ABC

31

Comptabilité approfondie

FSJES

M.BOITI

Comptabilité approfondie FSJES M.BOITI II- Enregistrements à la date d’inventaire : 1. principe : Les différences

II- Enregistrements à la date d’inventaire :

1. principe :

Les différences entre les valeurs initialement inscrites dans les comptes (valeurs "historiques") et

celles résultant de la conversion à la date de l’inventaire majorent ou diminuent les montants initiaux et constituent :

- des pertes latentes dans le cas de majoration des dettes ou de minoration des créances ;

- des gains latents dans le cas de majoration des créances ou de minoration des dettes.

Ces différences ou " écarts de conversion " sont inscrits en contrepartie des variations des créances et dettes :

- à l’actif du bilan pour les pertes latentes dans les rubriques " Ecarts de conversion - Actif " de l’actif immobilisé et de l’actif circulant ;

- au passif du bilan pour les gains latents dans les rubriques " Ecarts de conversion - Passif " du Financement Permanent et du Passif Circulant.

En application des principes de clarté et de prudence :

- il n'est pas opéré de compensation, sauf exception prévue dans le CGNC, entre gains latents et pertes latentes (les pertes et gains latents compensés par " couverture de charge " et figurant dans les rubriques " Ecarts de conversion " doivent être mentionnés distinctement dans l’ETIC (A1).

- les gains latents ne sont donc pas inscrits dans les produits, car non encore réalisés ;

- les pertes latentes, représentant un risque de change à la date de l’inventaire, entraînent la

constitution de provisions pour risques et charges de caractère durable pour les créances et les dettes à plus d'un an d'échéance à la date du bilan, ou de provisions pour risque et charges du passif

circulant pour celles à moins d'un an d'échéance à la date du bilan.

Remarque :

Existence d’une couverture de change :

Lorsque l’opération traitée en monnaie étrangère s'accompagne d'une opération parallèle destinée à

couvrir les conséquences de la fluctuation de change, la provision pour risques n'est à constituer qu'à concurrence du risque non couvert.

Réajustement exceptionnel des valeurs d'entrée :

Dans le cas exceptionnel d'une forte perte de change latente résultant d'une grave dépréciation de la monnaie nationale affectant des dettes relatives à l’acquisition récente de biens facturés en monnaie étrangère et encore en possession de l’entreprise, celle-ci pour réajuster en hausse la valeur d'entrée de ces biens de tout ou partie de la perte latente dans la limite de la " valeur actuelle " du bien à la date du bilan.

2. Enregistrement comptable :

À la date d’inventaire, il y a lieu de passer les écritures suivantes selon les cas :

Cas de moins values latentes :

27 /37

écarts de conversion actif Compte d’actif concerné

x

2 /3

 

x

 

6393

Dotat° aux prov pour R&C financiers PP perte de change

x

1516/4506

 

x

Cas de plus values latentes :

 
 

1

/4

compte de passif concerné

   

y

17

/

47

écarts de conversion passif

 

y

32

Comptabilité approfondie

FSJES

M.BOITI

Comptabilité approfondie FSJES M.BOITI 3. Exemple : Reprenons l’exemple précédent de l’entreprise ABC . Les cours

3. Exemple :

Reprenons l’exemple précédent de l’entreprise ABC.

Les cours de change au 31/12/2015 s’établissent comme suit :

- 1 € = 11,08 Dhs

- 1 $ = 09,92 Dhs

- 1 £ = 16,01 Dhs

III- Enregistrements au moment du règlement :

1. Principe :

Les encaissements en devises sont convertis en dirhams, lors de leur acquisition, au cours de change à la date du recouvrement. Dans le bilan, elles figurent donc sur la base du dernier cours de change et les écarts constatés sont inscrits directement dans les produits et les charges de l’exercice (gains de change et pertes de change).

Lorsque la naissance et le règlement des créances ou des dettes s'effectuent dans le même exercice, les écarts constatés par rapport aux valeurs d'entrée en raison de la variation des cours de change, constituent des pertes ou des gains de change à inscrire directement dans les charges financières ou les produits financiers de l’exercice.

Dans le cas de versement d'avances ou d'acomptes, leur montant en monnaie étrangère s'impute sur le prix convenu. La valeur d'entrée du bien en dirhams est égale à la somme de :

- la contre-valeur en dirhams des avances et acomptes versés convertis au cours de change

du jour de leur paiement ;

- la contre-valeur en dirhams du solde en monnaie étrangère restant dû à la date d'entrée, sur la base du cours de change à cette date d'entrée.

2. Enregistrement comptable :

La banque intervient généralement dans les cas de recouvrement de créances et de règlement de

dettes en devises. Ce qui donne lieu au prélèvement par celle-ci de commissions taxées à 10%.

À titre d’exemple non exhaustif, nous pouvons proposer les écritures suivantes :

Cas de recouvrement d’une créance :

 

Date règlement

 

5141

Banque

 

6147

Services bancaires

 

34552

Etat-TVA récupérable sur charges

6331

Perte de change

271. /370.

Diminution des créances

3421

Clients étrangers

 

1516/4506

7393

3421 Clients étrangers   1516/4506 7393 31/12 Provisions pour perte de change Reprises/prov pour RC

31/12

Provisions pour perte de change

3421 Clients étrangers   1516/4506 7393 31/12 Provisions pour perte de change Reprises/prov pour RC finan

Reprises/prov pour RC finan

33

Comptabilité approfondie

FSJES

M.BOITI

Comptabilité approfondie FSJES M.BOITI Ou bien :   Date règlement   5141 Banque   6147

Ou bien :

 

Date règlement

 

5141

Banque

 

6147

Services bancaires

 

34552

Etat-TVA récupérable sur charges

171. /470. Augmentation des créances

7331

Gain de change

3421

Clients étrangers

 

N.B :

Ne pas oublier qu’une partie de la créance client a déjà été enregistrée en contrepartie du compte de l’écart de

conversion, et que le compte "3421

Clients étrangers" doit être soldé à la fin de l’opération.

Cas de règlement d’une dette :

 

Date règlement

 
 

4411

Fournisseurs étrangers

 

6147

Services bancaires

 

34552

Etat-TVA récupérable sur charges

6331

Perte de change

5141

Banque

2720

/3702

Augmentation des dettes

1516/4506

7393

Ou bien :

/3702 Augmentation des dettes 1516/4506 7393 Ou bien : 31/12 Provisions pour perte de change Reprises/prov

31/12

Provisions pour perte de change

7393 Ou bien : 31/12 Provisions pour perte de change Reprises/prov pour RC finan   Date

Reprises/prov pour RC finan

 

Date règlement

 
 

4411

Fournisseurs étrangers

 

6147

Services bancaires

 

34552

Etat-TVA récupérable sur charges

1720

/4702

Diminution des dettes

7331

Gain de change

5141

Banque

N.B :

Ne pas oublier qu’une partie de la dette fournisseurs a déjà été enregistrée en contrepartie du compte de l’écart de

conversion, et que le compte "4411

Fournisseurs étrangers" doit être soldé à la fin de l’opération.

3. Exemple :

Reprenons l’exemple précédent de l’entreprise ABC. Les cours de change au moment des différents règlements s’établissent comme suit :

- Le 31/03 : 1 € = 11,04 Dhs

- Le 20/06 : 1 € = 11,10 Dhs

- Le 28/02 : 1 $ = 09,90 Dhs

34