ÉDITORIAL

14 Chawal 1437 - Mardi 19 Juillet 2016 - N° 15802 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

LA RUPTURE ?

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

L’UA DÉCERNE DEUX PRIX À L’ALGÉRIE

RECONNAISSANCE
DES EFFORTS
DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA

« Le Prix des Prix » et le « Prix du développement social »

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a quitté hier la capitale rwandaise Kigali, où il a pris part à la 27e Conférence
des Chefs d'État et de gouvernement de l'UA. M. Sellal représentait le Président de la République, Abdelaziz
Bouteflika, aux travaux du Sommet. Lors de la cérémonie de clôture de cette rencontre continentale, l'UA, dans le
cadre de la décennie sur les droits de l'homme, a décerné à l'Algérie un prix exceptionnel, «Le Prix des Prix», en
reconnaissance des efforts fournis par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour la promotion du rôle
de la femme dans la société. Ce Prix a été remis par la présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana DlaminiZuma, au Premier ministre. Cette distinction consacre le leadership de l'Algérie en Afrique en matière de promotion
des droits de l'homme, qu'ils soient politiques, économiques ou sociaux. L'Algérie a reçu aussi le «Prix du
développement social», en hommage aux efforts et à la politique menée par le Chef de l'État en la matière. P. 3

CONSEIL DE LA NATION

PROJET DE LOI PORTANT RÉGIME ÉLECTORAL

TRANSPARENCE
ET
SÉRÉNITÉ
P. 4

Ph : T.Rouabah

Le pouvoir turc a vacillé pendant
une douzaine d’heures, mais le
président Erdogan a désormais les
choses en main. Le putsch manqué de la
nuit de vendredi 15 juillet a été
particulièrement sanglant, puisque, selon
des bilans qui restent provisoires, plus de
260 personnes ont été tuées et près de 3.000
militaires, dont une trentaine de généraux,
ainsi que des centaines de juges, arrêtés.
Les putschistes ont tenté de bloquer
l’aéroport et les ponts d’Istanbul par des
chars, au moment où le Parlement et le
palais présidentiel sont bombardés à
Ankara, non sans avoir pris en otage le chef
d’état-major. Le fait que la population ait
répondu favorablement à l’appel télévisé du
président Erdogan, relayé par les mosquées,
pour descendre dans la rue et y faire face, a
été sans doute un élément capital dans
l’échec de cette intrusion militaire qui est
loin de constituer une exception, pour ne
pas dire qu’il s’agit d’une tradition depuis
les janissaires de l’empire ottoman.
Toutefois, si historiquement l’armée a
toujours occupé une place singulière dans
la politique intérieure du pays et entretient
une relation pour le moins complexe avec le
président de la République, la chose
nouvelle réside dans le fait qu’elle est
aujourd’hui divisée, puisque seulement une
infime partie s’est engagée dans ce coup
d’État (commandements des forces
aériennes et de la gendarmerie, ainsi que
quelques troupes des forces blindées). Estce une rupture radicale avec la tradition et
donc l’avènement d’une ère démocratique
qui rend toute intrusion militaire
anachronique ou sont-ce les prémices
d’une crise plus grave et plus profonde ?
Bien entendu, le fait que la classe politique,
à commencer par les trois formations de
l’opposition parlementaire, ait rejeté les
putschistes, suivie en cela par une saine
réaction de la population sur le terrain,
ainsi que la non-implication de la majorité
de l’armée sont autant d’indices qui
permettent de soutenir que l’ancrage de la
démocratie est important dans la société.
Toutefois, c’est la manière avec laquelle
Erdogan va résoudre les problèmes
résultant des conséquences de cette sédition
qui va constituer l’indice le plus probant
quant à la profondeur de cet ancrage.
D’autant plus qu’il a fait porter la
responsabilité à une personnalité
religieuse, l’imam Fethullah Gülen, qui
était son principal allié, avant le divorce de
2013 suite à un scandale de corruption. Ce
prédicateur, bien que vivant en reclus aux
États-Unis depuis 1999, se trouve à la tête
d'un mouvement puissant et tentaculaire en
Turquie et dans le monde, sous le nom
d'Hizmet (Service en turc) et dont
l’influence souterraine dans les médias, la
police et la magistrature est avérée.
D’ailleurs, Erdogan et ses partisans le
désignent sous l’appellation d’«État
parallèle», et exigent aujourd’hui son
extradition. Oui, en attendant la manière
dont le parti au pouvoir depuis 2002, de
tendance islamiste, va gérer l’après-putsch,
il est certain que ce «coup» ne sera pas sans
conséquences sur l’unité des forces armées,
et va contribuer au renforcement des
pouvoirs du président Erdogan, surtout
dans un contexte sécuritaire interne et
régional qui est loin d’être stable et
rassurant. Oui, des pouvoirs qu’il a jusquelà revendiqués, mais qui ne lui ont pas été
accordés par le Parlement qui le soupçonne
de velléités autoritaires. Oui, si l’échec de ce
putsch constitue une sorte de rupture avec
la tendance lourde de l’implication des
militaires dans le jeu politique, et donc
d’une levée de la tutelle militaire sur la
République, il est, bien entendu, tout aussi
souhaitable que celle-ci ne soit pas
prisonnière d’une autre tutelle de tendance
politico-religieuse. Car l’une comme l’autre
sont mortelles pour la démocratie.
EL MOUDJAHID

ÉNERGIE

AFFAIRE KBC

LE PARTENARIAT

DES PEINES
DE 6 À 12 MOIS
DE PRISON AVEC

REVÊT UNE GRANDE IMPORTANCE
JIJEL

P. 5

23 CAMPINGS
LE LONG DE LA CORNICHE

P. 9

SURSIS

P. 11

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2

DE

EL MOUDJAHID

Bouche À Oreille

DEMAIN À 19H

d’El Moudjahid

CE MATIN À 10H

« Nelson Mandela
et les mouvements de libération »

Le Forum de la mémoire d’El Moudjahid, et l’association
Machaâl Echahid, en coordination avec le réseau des journalistes qui soutiennent la cause sahraouie, organise, ce matin à
10h, à l’occasion de la Journée internationale Nelson Mandela, une conférence sur le thème «Nelson
Mandela et les mouvements de libération : le Front Polisario un exemple».

MÉTÉO

NUAGEUX

Passages nuageux au Centre. Généralement dégagé sur l’ensemble du pays.
Températures
(maximales-minimales) prévues aujourd’hui :
Alger (31° - 18°), Annaba (29° - 18°),
Béchar (42° - 31°), Biskra (39°- 27°),
Constantine (36° - 17°), Djelfa (36° 20°), Ghardaïa (42° - 26°), Oran (32° 21°), Sétif (35° - 17°), Tamanrasset (37°26°), Tlemcen (39° - 22°).

CE MATIN À 8H

DEMAIN À 11H À L’HÔTEL EL-AURASSI

Dans le cadre des actions du Forum des
chefs d’entreprise visant le développement de
partenariats économiques, et dans le but de
promouvoir la coopération algéro-italienne,
le FCE et l’ambassade d’Italie créent le «Club
d’Affaires algéro-italien». L’assemblée générale constituante se tiendra demain à l’hôtel
El-Aurassi.
DEMAIN À 18H

Club d’affaires algéro-italien

Le Premier ministre, M.
Abdelmalek Sellal, procèdera à l’inauguration de
l’Opéra d’Alger, à Ouled
Fayet, demain à 19h.

ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES

DIMANCHE 24 JUILLET À SÉTIF

M. Boudiaf aujourd’hui au CHU
de Bab El-Oued

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme
hospitalière, M. Abdelmalek Boudiaf, inaugurera et inspectera, aujourd’hui, plusieurs services de Centre hospitalo-universitaire de Bab El-Oued.

« Éthique de l’information
dans la presse écrite »

DEMAIN À 12H À L’INSP

Clôture de la rencontre préparatoire
de la mission médicale du hadj

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Abdelmalek Boudiaf, présidera, demain à 12h, la cérémonie de clôture de la rencontre
préparatoire de la mission médicale encadrant le hadj, à l’Institut national de santé
publique d’El-Biar.

CET APRÈS-MIDI À 14H

Les préinscriptions des nouveaux
bacheliers

Réglementation
des rencontres
footballistiques

La DGSN organise une journée d’information sur «Les nouvelles dispositions prises pour la gestion et
la réglementation des rencontres footballistiques dans les stades», au siège du Centre de commandement et de contrôle de la
sécurité nationale.

Inauguration
de l’Opéra
d’Alger

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Tahar Hadjar, animera, cet aprèsmidi à 14h, au siège du ministère, un point de presse sur le
lancement de l’opération de préinscription des nouveaux bacheliers.

CE MATIN À 9H30 À L’INRAA

Dans le cadre de la
série de conférences intitulée «Connaître les
médias, le citoyen a droit
à une information fiable», lancée en décembre 2015 à Constantine,
le ministère de la Communication organise, en
partenariat avec la wilaya de Sétif, une conférence sur le même
thème, dimanche 24 juillet, à l’auditorium de l’université Ferhat-Abbas.
La conférence, qui sera rehaussée par la présence
du ministre de la Communication, M. Hamid
Grine, sera animée par M. Mohamed Koursi, directeur de la rédaction du quotidien El Moudjahid.
Le ministre visitera également les studios de
la radio locale de Sétif, d’où il fera le point sur
la situation du secteur dans la wilaya.

CE MATIN À 8H À L’APN

L’APN organise une journée parlementaire sur le thème  :  «Le rôle et la
La cérémonie de clôture du séminaire de trois jume- place de l’institution législative dans la
lages institutionnels organisée conjointement avec Constitution», ce matin à partir de 8h.
l’Unité de gestion du programme P3A et la délégation
de l’Union européenne en Algérie, se tiendra, ce matin
à 9h30, à l’Institut national de la recherche agronomique d’Algérie, El-Harrach.

Clôture du séminaire de trois
jumelages institutionnels

Cérémonie en l’honneur des
médaillés de championnats
internationaux

Le ministère de la Jeunesse et des Sports organise une
cérémonie en l’honneur des athlètes médaillés de championnats internationaux, au cours du premier semestre
2016, demain à 18h au restaurant du Golfe – Dély Ibrahim.

ACTIVITÉS CULTURELLES

JUSQU’AU 24 JUILLET À SIDI FREDJ

Journée parlementaire

CE MATIN À
9H
À SÉTIF

Protecti
finale de la 5eon civile :
Challenge natiédition du
on
sport adaptéal du
Dans le cadr

SAMEDI 23 JUILLET À 11H

ANR : conférence de
presse

Une
conférence de presse
sera animée par le
secrétaire général
du parti, suite à la
réunion du bureau national au
siège central du parti à Alger.

SAMEDI 23 JUILLET À SÉTIF

la Direction e des activités sportif,

la cinquième nérale de la Protection ci
vile
éd
de l’agent deition du Challenge nation organise la finale de
al du sport ad
la Protection
apté au
civile
rection de la
Protection ci , ce matin à partir de 9h, x métiers
à
vile de la wil
aya de Sétif la di(stade 8-Mai
1945).

JUSQU’AU 22 JUILLET À LA SALLE
AHMED-BEY – CONSTANTINE

ACTIVITÉS DES PARTIS

Les travaux
du
premier
congrès
du
Front démocratique libre se
tiendront samedi 23 juillet
à 10h, au centre
culturel de l’APC de Sétif.

FDL : 1er congrès

DU 23 AU 30 JUILLET À 22H

Samedi 23 juillet :
Soirée maghrébine  :
Hatem Ammour Mona
Dandani, Cheb Djelani,
Doursaf Hamdan, Souhila Ben Lachhab, Imad
Bacha,Youba.
Dimanche 24 juillet :
Wael Jassar (Liban),
Masinissa, Nada El Rayhan, Boualem Chaker,
Yacine Tiguer.
Lundi 25 juillet :
Khalid Bennani (Maroc), Sofia Sadek(Tunisie), Hocine Lasnami, Amel Zane, Cheb Didine, Samir Toumi.
Mardi 26 juillet : Rym Nasri(Syrie), Anas Karim (Syrie),
JUSQU’AU 21 JUILLET AU THÉÂTRE DE PLEIN Amal Wahbi, Groupe Raina Rai, Mohamed Laaraf.
Mercredi 27 juillet : Haitham Khalaily (Palestine), HumSAMEDI 23 JUILLET
AIR HASNI-CHEKROUNE À ORAN
mam (Irak), Cheb Wahid, Cheba Sihem, Hassiba Amrouch.
À ORAN
Spectacles musicaux
Jeudi 28 juillet : Walid Taoufik (Liban), Fella djazairia,
54e anniversaire de la création de la
Aujourd’hui : Spectacle chinois «La lune sur le Abdou Deriassa, Kenza Morsli.
Vendredi 29 juillet : Hazem Cherif (Syrie), Youcef El Oumont du Holan».
police algérienne
mani
(Oman), Benzina, Cheb hossem, Cheb Arass.
e
Demain
:
Julian
Marly
(Jamaïque).
À l’occasion de célébration du 54 anniversaire de la créaSamedi 30 juillet  : Saber Rebaï (Tunisie), Bekakchi El
Jeudi 21 juillet : Malam Madjber, Hasna Béchria,
tion de la police algérienne, qui coïncide avec le 22 juillet de
Kheir, Sraoui.
chaque année, la DGSN célèbre cet évènement dans la wilaya Souad Asla.
d’Oran, samedi 23 juillet.

ONCI : programme estival

Aujourd’hui : Julian
Marley.
Demain : Najwa Karam.
Jeudi 21 juillet : Spectacle chinois «La lune sur
le mont du Holan».
Vendredi 22 juillet :
Kadem Saher.
Samedi 23 juillet : Nadia
Baroud, Nada Rayhane, Cheb
Redouane, Abdou Skikdi.
Dimanche 24 juillet :
Amina Zohir, Ilham Chaouia,
Toufik Nadroumi, Houari Dauphin.

Aujourd’hui
:
Wafik Habib (Syrie).
Demain : Khadem
Essaher (Irak).
Jeudi 21 juillet :
Fouzi El-Hami, Bougataïa, Cheb Zoubir,
Cheb Wahid.
Vendredi 22 juillet
: Salim Chaoui, Yacine
Tiger, Chaba Abla et
Cheb Fares.

Soirées artistiques

Mardi 19 Juillet 2016

12e festival arabe de Djemila

EL MOUDJAHID

L’événement

RECONNAISSANCE

3

L’UA DÉCERNE DEUX PRIX À L’ALGÉRIE

DES EFFORTS DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA
« Le Prix des Prix » et le « Prix du développement social ».

L’

Union africaine (UA), dans le cadre de
la décennie sur les droits de l'homme en
particulier les droits de la femme, a décerné, hier à Kigali (Rwanda), un prix exceptionnel, «Le Prix des Prix», en reconnaissance des
efforts fournis par le Président de la République,
Abdelaziz Bouteflika, pour la promotion du rôle
de la femme dans la société.
Ce prix a été remis par la présidente de la
Commission de l'UA, Nkosazana DlaminiZuma, au Premier ministre, Abdelmalek Sellal,
lors de la cérémonie de clôture de la 27e session
de la Conférence ordinaire des chefs d'État et de
gouvernement de l'UA.
Cette distinction a été créée exceptionnellement à cette occasion et consacre le «leadership»
de l'Algérie en Afrique en matière de promotion
des droits de l'homme qu'ils soient politiques,
économiques ou sociaux.
L'Algérie a reçu aussi le «Prix du développement social» en hommage aux «efforts et à la politique qui été menée par le Chef de l'État en la
matière». À cette occasion, M. Sellal, qui représente le Président Bouteflika aux travaux du
Sommet, a été invité par la Conférence des chefs
d'État et de gouvernement à prononcer la motion
de remerciement, dans laquelle il a salué l’adoption des décisions de «grande ampleur répondant
aux défis de l’heure», en soulignant en particulier la décision «historique» sur le financement
de l’Union africaine.
À ce titre, il a exprimé sa profonde gratitude
au Président Idris Deby Itno pour la «compétence et la dextérité» avec lesquelles il a conduit
les travaux et les «résultats remarquables obte-

nus». «Nous voulons exprimer notre haute appréciation au Président Paul Kagame du
Rwanda, pays hôte, pour l’accueil et l’hospitalité
exceptionnelle et toute africaine réservée à toutes
les délégations et participants depuis notre arrivée dans ce beau pays», a-t-il ajouté.
«Nous voulons également exprimer notre admiration pour l’œuvre de transformation socioéconomique conduite sous la houlette du

Président Kagame, faisant de ce pays, naguère
victime du terrible génocide de 1994, un modèle
de développement et de réconciliation nationale», a-t-il poursuivi.
M. Sellal a aussi salué Mme Dlamini-Zuma et
toute son équipe pour la compétence avec laquelle elle a conduit la préparation de ce Sommet
qui s’est conclu dans des conditions «très satisfaisantes».

L’EXPÉRIENCE ALGÉRIENNE EXPOSÉE

FIN DU SOMMET
DE L’UA

M. Sellal quitte
Kigali
Le Premier ministre, Abdelmalek
Sellal, a quitté, hier en fin d’aprèsmidi, la capitale rwandaise, Kigali, où
il a pris part à la 27e Conférence des
chefs d’État et de gouvernement de
l’Union africaine (UA), qui s’est
tenue les 17 et 18 juillet. M. Sellal représentait le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, aux
travaux du Sommet.
Il était accompagné du ministre
d’État, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et du
ministre des Affaires maghrébines, de
l’Union africaine et de la Ligue des
États arabes, Abdelkader Messahel.
Lors de la cérémonie de clôture de
cette rencontre continentale, l’UA,
dans le cadre de la décennie sur les
droits de l’homme en particulier les
droits de la femme, a décerné à l’Algérie un prix exceptionnel, «Le Prix
des Prix», en reconnaissance des efforts fournis par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour
la promotion du rôle de la femme
dans la société.
Ce Prix a été remis par la présidente de la Commission de l’UA,
Nkosazana Dlamini-Zuma, au Premier ministre. Cette distinction a été
créée exceptionnellement à cette occasion et consacre le «leadership» de
l’Algérie en Afrique en matière de
promotion des droits de l’homme
qu’ils soient politiques, économique
sou sociaux. L’Algérie a reçu aussi le
«Prix du développement social» en
hommage aux «efforts et à la politique
qui été menée par le Chef de l’État en
la matière».

PROMOTION DES DROITS ET DU RÔLE DE LA FEMME

Les travaux de la 27 session ordinaire de la
Conférence des chefs d'État et de gouvernement
de l'Union africaine(UA) se sont poursuivis hier
à Kigali (Rwanda), avec à l'ordre du jour l'élection des membres de la Commission de l'organisation continentale qui, finalement, a été
reportée. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, représente le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, aux travaux de ce Sommet
qui se tiendra à huis clos. Inscrit cette année sous
le thème de «2016 : année de protection des
droits de l’homme, avec un accent particulier sur
les droits des femmes», le Sommet a également
réservé une partie de son ordre du jour à la protection des femmes et le droit des minorités,
ainsi qu’aux droits et bien-être de l'enfant.
La cérémonie d'ouverture officielle de la
Conférence de l'UA a été marquée par le lancement du passeport panafricain et du rapport de
la décennie de la femme africaine. Les premiers
bénéficiaires du passeport africain seront les
chefs d’État et de gouvernement, les ministres
des Affaires étrangères et les représentants permanents des États membres de l’UA à son siège
d’Addis-Abeba (Éthiopie). Cette initiative, lancée en 2014, entre dans le cadre de l’Agenda
2063 de l’UA, visant à faciliter la circulation des
personnes, des biens et des services au sein de
l’Union, en vue de dynamiser le commerce panafricain, l’intégration du continent et son développement économique
Au premier jour des travaux, dimanche,
M. Sellal a présenté l'expérience algérienne en
matière de promotion des droits et du rôle de la
femme. Il a affirmé que les réformes lancées par
le Président Bouteflika «améliorent considérablement» la place et le rôle de la femme dans la
société algérienne et témoignent d'une «authentique volonté d'élargir les espaces démocratiques
et d'asseoir une gouvernance performante».
Ces réformes s'inscrivent dans «la logique et
le prolongement de la dynamique globale des
vastes chantiers de réformes lancées par le Président de la République en l'Algérie depuis 1999
dont l’objectif ultime est de conduire à la consécration de l'État de droit et au renforcement de
la démocratie participative», a indiqué M. Sellal.
Le Premier ministre a souligné, à ce propos, que
la dernière révision constitutionnelle a prévu la
création d'une haute instance indépendante de
e

surveillance des élections dans le but d'entourer
les scrutins électoraux de transparence et d'impartialité, tout en élargissant les droits et moyens
d’action de l’opposition parlementaire. «Cette
révision énonce également la mise en place un
Conseil national des droits de l'homme, destiné
à assurer des missions de surveillance, d'alerte
précoce, d'évaluation et de sensibilisation en
matière de droits de l'homme», a-t-il rappelé,
précisant que ce conseil est habilité à examiner
les situations d'atteinte ou de violation des droits
de l’homme et de porter les résultats de ses investigations à la connaissance des autorités administratives ou judiciaires compétentes.
Le Premier ministre a expliqué que «l'Algérie qui a installé la dignité de l'homme au cœur
de son combat libérateur, se devait, au lendemain de son indépendance, de prolonger les aspirations de ses citoyens dont l'émancipation
politique confisquée durant plus d'un siècle s'est
accompagnée d'une dépossession non seulement
économique, mais également sociale, culturelle
et identitaire». «Aussi ses Constitutions successives ont-elles proscrit, tout naturellement, l'esclavage, la servitude et l’exploitation de
l'homme et retenu la pleine citoyenneté comme
pilier porteur du contrat national qui rassemble
tous les Algériens», a-t-il dit. Il a relevé que l'Algérie a, depuis, «développé, en faveur de ses citoyennes et citoyens, une politique volontariste
en matière d'éducation, de santé, d'emploi,de
protection sociale et d'épanouissement culturel
dans une approche associant harmonieusement
la fidélité à l'authenticité et l’ouverture sur la
modernité». S'agissant plus spécifiquement de
la promotion des doits et du rôle de la femme,

M. Sellal s’entretient
avec les présidents du Rwanda
et du Zimbabwe...

M. Sellal a rappelé que l'Algérie a procédé, ces
dernières années, à «une adaptation de son dispositif législatif et réglementaire qui s’est traduite par la mise en place d'organes, de
mécanismes et d'espaces concourant à la définition et à la mise en œuvre de l'approche ‘‘genre’’
ainsi que des dispositifs d'écoute, d'orientation
et d'accompagnement dans l'ensemble des secteurs».
En outre, «les réformes intervenues récemment dans le corpus juridique national constituent une évolution avant-gardiste en matière de
promotion du rôle sociétal, politique et économique de la femme, consacrant ainsi une avancée notable en termes d’autonomisation et
d’amélioration de ses conditions socioprofessionnelles».
Dans ce cadre, le Premier ministre a mis en
avant les «mesures concrètes» comme la révision constitutionnelle de 2008 qui «garantit aux
femmes une présence accrue au sein des assemblées élues aux niveaux national et local». «Ce
nouvel acquis constitutionnel a permis aux
femmes d’accéder, lors des élections législatives
de mai 2012, à 31,60 % des sièges de l’APN,
classant ainsi l’Algérie au 26e rang mondial et
au 9e rang africain en termes de présence des
femmes dans les parlements nationaux», a-t-il
fait valoir. Parmi les autres mesures, le Premier
ministre a cité l’amendement du code de la nationalité qui confère à la mère algérienne, sur un
plan égalitaire avec le père, la faculté de transmettre sa nationalité à ses enfants, rappelant également l'adoption, en 2007, d’une stratégie
nationale de lutte contre la violence faite aux
femmes qui a abouti à la consécration dans le

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, s’est entretenu, hier à Kigali,
avec le président rwandais, Paul Kagame, et le président du Zimbabwe,
Robert Mugabe.
L’entretien s’est déroulé en présence du ministre d’État, ministre des
Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane
Lamamra, et du ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine
et de le Ligue des États arabes, Abdelkader Messahel.

Mardi 19 Juillet 2016

code pénal de nouvelles dispositions inhérentes
à la protection de la femme contre toutes les
formes de violence, y compris la pénalisation du
harcèlement sexuel. L’institutionnalisation d’un
fonds de pensions alimentaire en faveur des
femmes divorcées sans ressources et la mise sur
pied d’une commission nationale de conception
d’une charte de la femme travailleuse visant à
permettre à la femme de concilier vie familiale
et vie professionnelle, sont parmi les mesures citées par le Premier ministre. M. Sellal a mis également en exergue le renforcement de la
présence de la femme au niveau des centres de
décision, sur la base du système de quotas, en
consacrant un taux de 30% au minimum aux
femmes pour l'obtention de postes supérieurs au
niveau des institutions de l'administration publique, des entreprises publiques et privées. La
confection, en décembre 2015, d’un guide pratique sur l’accueil et l’orientation des femmes,
en vue de leur insertion socioprofessionnelle,
notamment celles se trouvant en difficulté sociale ou victimes de violences, est l'autre mesure
citée par le Premier ministre. Il a rappelé, dans
ce sens, que l’Algérie avait abrité, les 7 et 8 mars
2016, la 5e assemblée générale de la Déclaration
de Kigali 2010 pour débattre de la violence faite
aux femmes. Le Premier ministre a souligné, à
ce propos, que la dernière révision constitutionnelle a prévu la création d'une haute instance indépendante de surveillance des élections dans le
but d'entourer les scrutins électoraux de transparence et d'impartialité, tout en élargissant les
droits et moyens d’action de l’opposition parlementaire. APS

… et le vice-président du Conseil
présidentiel libyen

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, s’est entretenu, hier à Kigali,
avec le vice-président du Conseil présidentiel libyen, Moussa El-Kouni,
en marge de la 27e session ordinaire de la Conférence des chefs d’État et
de gouvernement de l’Union africaine. L’entretien s’est déroulé en
présence du ministre d’État, ministre des Affaires étrangères et de la
Coopération internationale, Ramtane Lamamra, et du ministre des
Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États
arabes, Abdelkader Messahel. M. Sellal représente le Président de la
République, Abdelaziz Bouteflika, aux travaux de ce Sommet.

4

ioN
CoNseiL De LA NAt

Nation

EL MOUDJAHID

TRANSPARENCE et SÉRÉNITÉ
PROJET DE LOI PORTANT RÉGIME ÉLECTORAL

L

Le Conseil de la nation a poursuivi, hier, ses travaux en séance plénière présidée par M. Abdelkader Bensalah, président, consacrée à
la présentation au débat général du projet de loi organique portant régime électoral et du projet de loi organique relative à la Haute
instance indépendante de surveillance des élections, en présence du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine
Bedoui, et de la ministre des Relations avec le Parlement, Ghania Eddalia.

a révision de la loi organique portant régime électoral et de celle relative à la
création de la Haute instance indépendante de surveillance, procèdent de la volonté
politique du chef de l’Etat que ces nouvelles
règles électorales ainsi que la Haute instance
indépendante chargée de surveiller les élections, puissent être de nature à introduire davantage de transparence et de sérénité dans les
échéances électorales à venir, et notamment au
sein de la classe politique. C’est dans ce sens
que le Président de la République a appelé le
Parlement à statuer sans délais sur ces deux
projets de lois organiques, de sorte à permettre
leur entrée en vigueur rapide, y compris la
mise en place de la Haute instance indépendante chargée de la surveillance des élections
qui devra être opérationnelle en prévision des
élections législatives puis locales de 2017.

Nouredine Bedoui
« Le même système de l’opération
du baccalauréat sera élargi aux autres
opérations électorales »

Ph : T. Rouabah

Des dispositions pour protéger
les voix des électeurs

d’exercer leur droit de contrôle des opérations
de vote à toutes les étapes et d’enregistrer leurs
contestations et recours dans les procès-verbaux de dépouillement au niveau des bureaux
de vote.
Tout comme les nouvelles dispositions garantissent la mise à disposition des listes électorales au profit des candidats et des
représentants des partis politiques participant
aux élections et des électeurs, ainsi qu’à toutes
parties concernées par les opérations électorales conformément à l’article 193 de la
Constitution.

Dans son exposé des motifs, le ministre de
l’Intérieur et des Collectivités locales a affirmé
que le texte de loi qui vise l’adaptation du
cadre juridique des élections à la dernière révision constitutionnelle en couronnement du
processus des politiques décidées par le Président de la République en 2011.
Aussi, les nouvelles réformes introduites
dans la Constitution amendée ont porté sur la
révision des dispositions de la loi organique relative au régime électoral en vigueur à travers
l'introduction de dispositions garantissant l’intégrité et la transparence des opérations de
vote ainsi que la création d’une Haute instance
indépendante chargée de la surveillance des
élections dans toutes ses étapes.
Le projet de la loi organique relative au régime électoral, articulée autour de 225 articles,
pour lequel 26 intervenants se sont prononcés
sur son contenu, a pour objet l’organisation des
élections électorales à travers la révision de loi
organique de 2012 relative au régime électoral.
Le texte de loi, approuvé dernièrement par
les députés de l’Assemblée, a pris en considération l’une des principales revendications de
la classe politique, concernant la mise à la disposition des candidats et des partis politiques

concernés ainsi que de la Haute instance indépendante de surveillance des élections les
listes électorales. Un sujet qui a dominé les débats de l’examen du texte de loi dans les deux
chambres parlementaires.
En effet, il convient de noter que parmi les
nouvelles dispositions du texte, le texte soumet
les candidatures indépendantes ou celles des
partis n’ayant pas atteint un seuil de 5% des
suffrages lors du précédent scrutin, à des collectes de signatures pour le dépôt des candidatures, comme il codifie la répartition des sièges
dans le cas où aucune liste n'aurait obtenu le
seuil minima de voix fixé lors des élections
législatives et locales. Il énonce en outre des
dispositions en vue d’astreindre les candidats
au respect de leur programme durant la campagne électorale, et de prévenir le nomadisme
politique parmi les députés et les membres du
Conseil de la nation. A ce titre, il est fait obligation aux candidats aux élections de respecter
leurs engagements durant la campagne ainsi
que la formation politique sous l’égide de laquelle ils ont été élus. La transhumance politique est interdite et le candidat risque de

perdre son mandat parlementaire. En termes
des modalités d’accès à la candidature, il est
question de l’allègement des procédures relatives à la constitution des dossiers de la candidature aux élections locales et législatives avec
l’instauration du principe de déclaration sans
exiger aucun dossier, à l’exception de la justification de la situation vis-à-vis du service national et de la présentation du programme
électoral pour les candidats indépendants.
En effet, il est demandé aux candidats postulants aux élections de ne présenter qu’un seul
formulaire dont le contenu fait l’objet d’une
vérification par les institutions concernées.
Le présent projet de loi organique a introduit d’autres mesures de nature à amener les
partis politiques à enrichir la composante des
assemblées élues locales et à mettre fin à certaines pratiques qui altèrent la crédibilité de
ces partis et la bonne représentativité des électeurs. Le texte de loi qui intervient en consolidation du processus de l’acte électoral dans ses
fondamentaux démocratiques et pluralistes, en
ce sens où il préserve les acquis de la loi en vigueur, permet aux représentants des candidats

Garantir le droit D’ASSISTER au scrutin
PROJET DE LOI PORTANT CRÉATION DE LA HAUTE INSTANCE
INDÉPENDANTE CHARGÉE DE SURVEILLER LES ÉLECTIONS

Les travaux du Conseil de la nation se
sont poursuivis dans l’après midi sous la
présidence de M. Abdelkader Bensalah, en
séance plénière consacrée à la présentation
et débat général du projet de la loi organique
portant création de la Haute instance indépendance de surveillance des élections, en
présence du ministre de l’Intérieur et des
Collectivités locales.
Ce second projet de loi, portant création
de la haute instance indépendante de surveillance des élections, en application des nouvelles dispositions de la révision
constitutionnelle promulguée le 6 mars
2016, intervient dans le cadre du processus
de réformes politiques lancé par le président
de la république depuis 2011 dans le but de
consacrer l’Etat de droit, de consolider l’expérience démocratique et de renforcer les
droits et libertés individuels et collectifs. Le
texte de loi articulé autour de 53 articles, a
pour objet de fixer les missions, la composition, l’organisation et le fonctionnement de
la HISE, en tant qu’organe de contrôle, de
veille à la transparence et à la probité des
élections présidentielles, législatives et locales et du référendum, depuis la convocation du corps électoral, jusqu’à la
proclamation des résultats provisoires du
scrutin.
En détails, le projet de loi dispose que le
Président de cette Haute instance sera choisi
à l’issue de consultations avec les partis politiques, que cette institution sera composée

de 410 membres, dont la moitié seront des
magistrats proposés par le Conseil supérieur
de la magistrature et l'autre moitié des compétences indépendantes issues de la société
civile, représentant toutes les wilayas et la
communauté nationale à l'étranger, ainsi que
tous les acteurs de la société civile. La Haute
instance qui disposera de l’autonomie administrative et financière, sera articulée autour
d’un Président, d’un Conseil plénier et d’un
Comité permanent de dix membres élus par
le Conseil plénier, à parité entre magistrats
et représentants de la société civile. Parmi
ses attributions, la Haute instance, en période électorale, déploiera des permanences
au niveau des wilayas et des circonscriptions
électorales à l’étranger.
Avant les élections, la Haute Instance
veillera à la régularité de toutes les opérations liées, notamment à la révision des listes
électorales, au dépôt des candidatures, à la
remise des listes électorales aux candidats,
à une répartition équitable des moyens de
campagne, ainsi qu’au déroulement de cette
dernière conformément à la loi. Durant le
scrutin, la Haute Instance sera notamment
chargée de garantir aux candidats leur droit
d'assister au scrutin, de veiller à la disponibilité des bulletins de votes et au respect de
leur ordre de classement, et de veiller au respect des horaires d'ouverture et de clôture
des bureaux de vote.
Après le scrutin, la Haute instance veillera notamment à la régularité des dépouil-

lements, au respect du droit des candidats de
consigner leurs réclamations sur les procèsverbaux de dépouillement, et d'obtenir des
copies de procès-verbaux de dépouillement
aux candidats.
Le projet de loi organique portant sur la
Haute instance indépendante de surveillance
des élections, pour lequel une dizaine de parlementaires du Conseil de la nation se sont
prononcé, disposera de larges pouvoirs dont,
notamment celui de demander au Parquet la
réquisition de la force publique ou de le saisir de faits constatés susceptibles de revêtir
un caractère pénal, du pouvoir de saisir les
pouvoirs publics et les candidats de toute carence ou dépassement que les destinataires
sont tenus de redresser, de la capacité d’obtenir tout document ou information relatifs
à l’organisation et au déroulement des opérations électorales pour en effectuer l’évaluation.
Le Conseil de la nation poursuivra, cet
après midi, ses travaux lors d’une séance
plénière consacrée au vote de trois projets de
loi. Il s'agit du projet de loi organique fixant
l'organisation et le fonctionnement de l'Assemblée populaire nationale (APN) et du
Conseil de la nation ainsi que les relations
fonctionnelles entre les deux chambres du
Parlement et le Gouvernement, du projet de
loi relatif au régime électoral et du projet de
loi relatif à la Haute instance indépendante
de surveillance des élections (HIISE).
H. A.

Mardi 19 Juillet 2016

Dans ses réponses aux préoccupations soulevées lors du débat général du texte portant
régime électoral, le ministre de l’intérieur et
des collectivités locales a précisé que l’opération électorale subira les mêmes procédures
que celles entreprises au niveau de l’examen
du baccalauréat, autrement dit, il sera procédé
au système numérique et d’autres procédés en
termes de révision des listes des candidats,
d’assainissement des dossiers et d’études des
dossiers de candidature.
Concernant le décompte du dépouillement,
il sera procédé à la répartition des sièges en
fonctions du nombre de voix afin de protéger
les voix des électeurs et de la prise en compte
des listes.
A propos de la suppression de l’article 80,
un retrait valorisé par l’ensemble des intervenants, tant il a impacté par ses effets négatifs,
l’opération de vote car faisant l’objet de marchandage, de surenchère, ce qui a fini par
conduire au blocage de nombreuses
APC/APW. Dans ses réponses, le ministre de
l’intérieur a enfin affirmé que les deux textes
de lois présentés au débat général constituent
un premier jalon des réformes politiques décidées par le Chef de l’Etat ajoutant qu’il sera
suivis par un autre arsenal juridique devant
compléter la législation du secteur, citant les
deux codes (commune et wilaya).
Houria AkrAm

Vote aujourd’hui
de trois projets de loi

Le Conseil de la nation tiendra aujourd’hui à partir de 14h30 une séance plénière consacrée au vote
de trois projets de loi. Il s'agit du projet de loi organique fixant l'organisation et le fonctionnement de
l'Assemblée populaire nationale et du Conseil de la
nation ainsi que les relations fonctionnelles entre les
deux chambres du Parlement et le Gouvernement,
du projet de loi relatif au régime électoral et du projet de loi relatif à la Haute instance indépendante de
surveillance des élections (HIISE), a indiqué hier,
un communiqué du Conseil.

FORUM POLITIQUE
SUR LE DÉVELOPPEMENT
DURABLE

Une délégation
de l’APN à New York

L'Assemblée populaire nationale prendra part
aux travaux du Forum politique de haut niveau
sur le développement durable qui se tiendra du 18
au 20 juillet à New York, a indiqué un communiqué de l'APN.
L'APN participera également aux travaux de
l'assemblée générale de l'ONU sur "l'interaction
entre l'ONU, les parlements et l'Union parlementaire internationale", prévu le 25 du mois en
cours. L'APN sera représentée lors de ces deux
rencontres par le député Seddik Chihab, membre
permanent de la commission de l'ONU de l'Union
parlementaire internationale (UPI).

EL MOUDJAHID

Nation

Des projets d’un montant
de 4,5 milliards USD

ExPLOITATION ET VALORISATION DES PHOSPHATES EN ALgÉRIE

ÉNERgIE

5

Le partenariat
revêt une
grande
IMPORTANCE

● APRÈS LES MINES, LE GROUPE INDORAMA EST INTÉRESSÉ PAR L’INVESTISSEMENT DANS LA PÉTROCHIMIE.

ans le cadre de l’exploitation et
la valorisation des phosphates
en Algérie, il a été procédé,
hier, en présence de M. Abdeslam
Bouchouareb, ministre de l’Industrie
et des Mines, au niveau du siège de
son département ministériel, à la signature de trois accords de partenariat
entre le groupe indonésien Indorama
et les groupes nationaux Asmidal et
Manal. Les trois accords en question
représentent un investissement cumulé s’élevant à 4,5 milliards de dollars US qui atteindra «les 5 milliards
de dollars US avec la signature prochaine d’une quatrième joint-venture
avec le groupe français Roullier, avec
à la clef la création de près de 16.000
emplois dont 12.000 en phase de
construction et 4.000 en exploitation»,
a affirmé le ministre dans son allocution. Et d’ajouter que «Le montant des
accords est le plus important investissement hors hydrocarbures réalisé depuis l'Indépendance ».
Ainsi, selon le ministre, «les trois
futurs projets complémentaires permettront à l’Algérie de se positionner
sur toute la chaîne des valeurs des
phosphates et du gaz». Les signatures
ont été paraphées par Sri Prakash
Lohia, PDg du géant indonésien Indorama Corporation, Miloud Louhichi, PDg du groupe Asmidal et du
côté du groupe Manal, Messaoud
Houfani, PDg. Ces trois accords seront axés principalement sur le développement et l’exploitation de la
nouvelle mine de phosphate de Bled
El-Hadba à Tébessa entre Manal
(51%) et Indorama (49%) ; sur la

Ph. Billal

D

transformation des phosphates pour la
production de l’acide phosphorique et
le Di-ammonium phosphate (DAP) à
Souk Ahras entre Asmidal- Manal
(51% ) et Indorama/Indonésie (49%)
mais aussi sur la Transformation du
gaz naturel pour la production d’ammoniac, de nitrate d’ammonium technique (TAN) et du Calcium
ammonium nitrate(CAN) à Hdjar Essoud à Skikda entre Asmidal & Indorama/Indonésie. D’après le membre
du gouvernement «le groupe Indorama est intéressé également par l'investissement dans la pétrochimie».
Pour sa part, ASMIDAL est un
groupe industriel algérien leader dans
son domaine qui gère un portefeuille
d’entreprises de "développement, production, et commercialisation" des engrais et des produits phytosanitaires.
Le ministre a exprimé sa satisfaction quant au potentiel attractif que re-

présente le domaine minier en Algérie,
qui selon lui se veut être «un signal
fort à l’adresse des investisseurs internationaux de notre détermination à
aller de l’avant et à gagner leur
confiance». «L’Algérie veut dans les
années à venir exploiter pleinement
son potentiel minier et assurer l’émergence d’industries structurées et nous
comptons pour cela impliquer les
meilleurs du secteur national (publics
et privés) et étrangers et mettre en
place un cadre réglementaire qui préserve les intérêts de l’Etat», dira-t-il.
Il faut savoir que L’objectif stratégique de ce partenariat vise la transformation de 5 millions de tonnes de
phosphates marchands en engrais
phosphatés et la production de 1 million de tonnes d’ammoniac
et
800.000 tonnes de CAN. Ainsi, la
production issue de ces plates-formes
industrielles couvrira les besoins du

OMC

secteur agricole en différents produits
fertilisants et permettra l’exportation
de l’excédent qui sera dégagé vers les
marchés internationaux. Pour M. Bouchouareb, l’Algérie se donne une nouvelle ambition minière axée, en ce qui
concerne les phosphates, sur la stimulation de la production nationale, l’exploitation du nouveau gisement de
Bled El Hadba (en plus de Djebel El
Onk) et la promotion des industries de
transformation des phosphates à l’effet de figurer à l’horizon 2019 dans le
Top trois des producteurs africains
avec une production de plus de 10
millions de tonnes/an dont 80 % transformée localement. «Je signale que
pour nous, 10 millions de tonnes/an
d’ici 2019 est un objectif intermédiaire que nous viserons à dépasser
très vite» a expliqué le ministre à la
presse en présence de l’ambassadeur
de l’Indonésie. Selon le premier responsable du secteur de l’industrie et
des mines «Le défi est de redevenir visible sur les marchés mondiaux à
moyen terme, soit d’ici 2019». Et
d’ajouter que «l’Algérie doit retrouver
ses clients traditionnels et en acquérir
de nouveaux. Notre action doit aussi
tendre à convaincre les grands acheteurs, ceux qui orientent le marché
mondial à renouer avec l’Algérie et
toute notre action va vers la restauration de la confiance». A l’occasion, M.
Bouchouareb a tenu à rassurer les partenaires internationaux, actuels et futurs, parmi ceux qui s’engagent avec
l’Algérie, de l’engagement et du soutien indéfectibles du gouvernement.
Mohamed MENDACI

Soutien à l’Algérie dans sa démarche d’adhésion

Le directeur général de l’Organisation mondiale de commerce , Roberto Azevêdo, a affirmé hier à
Nairobi (Kenya) sa disponibilité à
soutenir la démarche de l’Algérie
dans son processus d’adhésion à cette
organisation, a indiqué un communiqué du ministère de Commerce Lors
d’un entretien avec le ministre du
Commerce, Bakhti Belaïb, en marge
de la 14è session de la Conférence
des Nation Unies sur le commerce et
le développement (CNUCED) tenue
à Nairobi, M. Azevêdo a fait part de
«sa disponibilité à soutenir la démarche de l’Algérie, à condition
d’exprimer clairement les besoins du
pays pour conforter son processus
d’adhésion», a précisé le communiqué. Le directeur de l’OMC s’est dit
également «prêt à soutenir l’Algérie
pour organiser des rencontres bilatérales avec les pays membres influents», a ajouté la même source.
De son côté, M. Belaïb a exprimé la
volonté de l’Algérie «à poursuivre le
processus d’adhésion, tout en précisant que le pays transmettra inces-

samment les réponses aux questions
des membres de l’Organisation ainsi
que le programme de transformation
législatif et réglementaire afin de réunir les conditions d’organisation du
13ème round» des négociations. Le
ministre a saisi cette occasion pour
faire part à son interlocuteur du
«souci de l’Algérie de préserver ses
intérêts économiques légitimes dans
le cadre de son intégration au commerce international», a, en outre, indiqué le communiqué. Les deux
parties se sont aussi mis d’accord
pour «lever toutes les contraintes qui
entravent la démarche de l’accession
de l’Algérie à cette organisation». Le
ministre du Commerce s’est entretenu également avec le secrétaire général de la CNUCED, Mokhisa
Kituyi. Exprimant sa satisfaction
quant au niveau de coopération entre
l’Algérie et la CNUCED, M. Belaïb
a manifesté son souhait de voir cette
institution «continuer à assister l’Algérie dans sa démarche d’intégration
au commerce multinational». «Cette
coopération s’inscrit dans le cadre du

projet d’accord de coopération entre
l’Algérie et la CNUCED qui va être
concrétisé dans un proche avenir», a
précisé le communiqué. Le projet
d’accord en question portera «aussi
bien sur d’autres domaines de coopération tel que le cadre de la politique commerciale, la politique de la
concurrence, de l’investissement et
de facilitation des affaires», a détaillé
la même source. A ce propos, M. Ki-

ENTREPRISES INDUSTRIELLES

Apprendre à travailler en réseau

Les entreprises industrielles algériennes doivent
apprendre à travailler ensemble en réseau pour pouvoir améliorer les exportations hors hydrocarbures
et contribuer au développement de l’économie nationale, a souligné, lundi à Oran, le chef de division
des industries chimiques, pharmaceutiques, plastiques et matériaux de construction au ministère de
l’Industrie et des Mines. S’exprimant en marge d’un
workshop sur le cluster de l’industrie mécanique
qui sera installé à Constantine et celui de l’industrie
automobile à Oran, Malek Laidouni a déclaré que
"les entreprises industrielles algériennes dans une
filière donnée doivent travailler ensemble en réseau
et aller vers des créneaux à forte valeur ajoutée,
dans le but de développer les exportations hors hydrocarbures et par conséquent l’économie nationale". Ce workshop est le deuxième du genre après

celui organisé en mai dernier dans le cadre d’une
étude de faisabilité financée par l’Agence française
de développement (AFD) et pilotée par le ministère
de l’Industrie et des Mines pour la structuration de
ces projets. Pour ce responsable, "c’est aux entreprises nationales de se manifester et travailler ensemble en réseau pour prouver leur savoir-faire et
participer au développement du pays".
"L’Etat a clairement montré sa volonté pour tout
mettre à disposition pour atteindre cet objectif et
c’est aux industriels de se regrouper et créer leur
cluster", a-t-il souligné. "L’Europe dispose de 2.000
clusters dont plus de 200 en France ont un vrai pouvoir d’influence sur les décisions. Il faudra qu’on
arrive, nous aussi, à fédérer nos efforts pour le bien
de notre pays", a-t-il ajouté. "Nous croyons réellement qu'Oran va permettre l’émergence de la

tuyi a affirmé «son entière disponibilité à mettre l’expérience de la CNUCED au profit de l’Algérie pour
réussir son intégration au commerce
multinational». Par ailleurs, le ministre de Commerce a eu un autre entretien avec le vice ministre suédois de
l’Infrastructure. Les discussions ont
notamment porté sur le développement de la coopération économique
et commerciale entre l’Algérie et la
Suède. A cette occasion, M, Belaïb a
exprimer son souhait d’élargir cette
coopération à l’investissement en Algérie tout en mettant en exergue les
conditions attractives prévues dans
le nouveau code des investissements.
Il a ainsi proposé la création d’un
conseil d’affaires algéro-suédois et
d’accueillir des hommes d’affaires
suédois à Alger.
Le vice ministre suédois a, quant à
lui, évoqué les opportunités d’investissements que présente l’Algérie
pour les hommes d’affaires de son
pays et a donné son accord pour la
création du conseil des hommes d’affaires bilatéral. APS

construction automobile et favoriser le travail en réseau.
C’est le réseau de sous-traitance qui permettra
l’essor de cette filière", a-t-il estimé. Puisque ce créneau ne peut pas s’en passer d’un autre domaine
aussi important qu’est la chimie, un cluster des industries chimiques est en phase de création à Oran,
de même qu'un centre technique des industries chimiques qui disposera de quatre laboratoires avec des
équipements de dernière génération, a-t-on fait savoir. Le workshop a été animé par un expert international en management de clusters, Alain Tubiana,
et un expert comptable et commissaire aux comptes,
Zahir Madani, qui réalisent cette étude de faisabilité. Les deux experts ont abordé le rôle des clusters
industriels et leur contribution dans le développement de l’économie.

Mardi 19 Juillet 2016

Sonatrach prévoit l’augmentation de sa production en hydrocarbures de l’ordre de 30 % à
l’horizon 2020, a annoncé Nouredine Bouterfa. Cet objectif
entre dans le cadre de la stratégie
des pouvoirs publics visant à
faire face aux nouvelles tendances des marchés internationaux, a indiqué le ministre, lors
de sa visite de travail dans la région. «Les efforts sont déployés
pour atteindre cet objectif dans
les délais ciblés», a-t-il souligné.
Lors de sa visite de travail dans
la daïra de Hassi-Messaoud, M.
Bouterfa a procédé à la mise en
service d’une nouvelle centrale
électrique dotée d’une puissance
totale de production de 660, 94
MW.
Implantée sur une superficie
de 15 hectares, au Nord-ouest de
Hassi-Messaoud, cette centrale
est rattachée au pôle de production TV/Tg (turbines à
vapeurs/turbines à gaz) Ouest de
la Société algérienne de production de l’électricité, selon les explications
fournies
à
la
délégation ministérielle.
Le projet en question, qui est
constitué de trois (3) groupes de
turbines à gaz d’une capacité de
220,31 MW chacun, a pour objectif de satisfaire la demande et
de sécuriser davantage la région
en matière de couverture en électricité, en plus d’assurer une
meilleure fiabilité et qualité de
service pour les clients et d’offrir un appoint au réseau national, a-t-on fait savoir. Le ministre
s’est enquis, par ailleurs, du projet de montage d’appareils de forage de l’Entreprise nationale des
travaux aux puits (ENTP). Cette
dernière a réalisé de 2012 à ce
jour, en efforts propres, quatre
(4) appareils de forage de différentes puissances. Au terme de sa
visite à Hassi-Messaoud, M.
Bouterfa a inspecté le laboratoire
de Carothèque centrale, dédié
notamment à la centralisation de
toutes les carottes et échantillons
de roches du domaine minier algérien, au rapprochement des
analyses de proximité du site
d’archivage des carottes et de déploiement des analyses et méthodes non destructives, a-t-on
expliqué.
Auparavant, le ministre avait
visité le gisement d’Ourhoud, localisé à l’Est de Hassi-Messaoud, dans le bassin de Berkine,
dont l’Organisation d’exploitation a été créée le 1er juillet
1997 par l’entreprise nationale
Sonatrach, en association avec
différents partenaires, à savoir
Cepsa, Anadarko, ENI (ex-part
LASMO), Maersk, ConocoPhillips (ex-part LAMPE) et Talisman, en application d’un
accord-cadre d’unitisation pour
développer et exploiter son important réservoir.

Nation

EL MOUDJAHID

GÉNÉRALISER l’usage d’internet
ADMINISTRATION ÉLECTRONIQUE

Les administrations algériennes ont procédé à des facilitations induites par l'usage d'internet pour
l'obtention des différents documents, à l'instar du certificat de nationalité, du casier judiciaire ou de
l'inscription pour les différents concours.

C

e processus de modernisation de l’administration en Algérie, entamé notamment en 2015, vise l'amélioration du
service public par l’allègement des procédures
administratives, la décentralisation de l’établissement des documents biométriques et la
généralisation de l'administration électronique.
Cette volonté est clairement définie et affichée
par le gouvernement, à travers une nouvelle
stratégie visant à «humaniser» l’administration, en la «dépoussiérant» pour la rapprocher
davantage du citoyen et en assurant des prestations de service public de qualité. Ainsi, dans
le secteur de la Justice, les citoyens peuvent
obtenir un certificat de nationalité par internet
en s'inscrivant simplement au tribunal le plus
proche. «Pour obtenir votre certificat de nationalité via internet, veuillez vous inscrire au tribunal le plus proche», pouvait-on lire dans un
SMS transmis sur les téléphones cellulaires
des Algériens. L'opération d'obtention du certificat de nationalité par internet ainsi que d'autres documents a été lancée depuis plusieurs
mois. Ce message intervenait dans une période
où les nouveaux bacheliers auront à fournir
des certificats de nationalité pour s'inscrire à
l'université et dans des écoles spécialisées et
le recours aux nouvelles technologies de l'information et de la communication évitera aux
demandeurs du certificat de nationalité de se
déplacer aux tribunaux. Ainsi, le citoyen algérien peut demander et recevoir son certificat
de nationalité algérienne à partir d'internet en
s'inscrivant à la banque de données du ministère de la Justice. Il doit ainsi se présenter personnellement, au guichet du tribunal le plus
proche, une seule fois muni de sa pièce d'identité, du numéro de son téléphone portable et
des documents d'état civil ou des pièces nécessaires pour obtenir le certificat de nationalité,
est-il expliqué sur le site du ministère. Pour bénéficier du service de demande et retrait du
certificat de nationalité algérienne à partir d'internet, il est nécessaire de suivre les étapes indiquées à l'adresse : https://portail.mjustice.dz,
rappelle-t-on. Pour le secteur de l'Enseigne-

ment supérieur, il met à la disposition des
330.000 nouveaux bacheliers l'adresse
http://www.orientation.esi.dz pour remplir la
fiche de vœux et la déposer, en ligne, sur cette
adresse. Le ministère précise à l'adresse du
nouveau bachelier qu'il doit effectuer sa réinscription du 19 au 21 juillet 2016 et confirmer
sa pré-inscription du 22 au 24 juillet 2016 avec
une possibilité de modifier sa précédente fiche
de vœux. «Dans ce cas, c'est la deuxième fiche
de vœux qui est prise en considération pour
ton orientation», note le ministère. Les affectations et les recours seront établis en ligne du
31 juillet au 02 août 2016, et le nouveau bachelier peut introduire un recours dans le cas
où aucun de ses six choix n'a été retenu.
Concernant le secteur de l'Éducation nationale,
le retrait des convocations pour les candidats
aux examens partiels du baccalauréat session
2016 s'était fait sur le site internet de l'Office
national des examens et des concours (ONEC)
(http://http.onec.dz). Ce site web de l'ONEC
est dédié, depuis quelques années, à l'inscription et à la publication des résultats des examens de la 5e année primaire, du BEM et du
baccalauréat. Le secteur des collectivités locales avait été, lui aussi, boosté auparavant
avec développement la e-administration, à travers l'activation du registre électronique de

l'état civil, la réduction des délais d'élaboration
et de délivrance du passeport biométrique et le
lancement de l'élaboration de la carte d'identité
nationale biométrique. Délivrés, par le passé,
au niveau des daïras, les documents d’identité
(carte nationale et passeport biométrique) sont
dorénavant établis au niveau des communes,
dans le cadre de la nouvelle stratégie du gouvernement. L’opération de décentralisation
ayant déjà été mise en application dans plusieurs wilayas du pays. Cette décentralisation
a pour but d’éradiquer, notamment, la bureaucratie, qui se concrétisera avec l'appui d'une
politique «plus entreprenante» en matière de
simplification et d'harmonisation des procédures, permettant ainsi un gain conséquent en
temps dans l'établissement et la délivrance des
documents administratifs. Ainsi, l’un des objectifs fixés par les pouvoirs publics est de parvenir en 2016 à «zéro papier» administratif. Le
citoyen pourra, depuis son domicile et grâce à
l’internet, formaliser un dossier et se faire établir le document administratif qu’il souhaite.
Dans ce cadre, le président de l’Observatoire
national du service public (ONSP), Fouad
Makhlouf, avait appelé, en juin, à accélérer le
processus de mise en place d’une administration électronique afin de consolider davantage
le service public avec toutes les facilitations et
la simplification que cela procure. «L’administration électronique économiserait à l’État annuellement des dépenses de près de 2 milliards
de dinars d’où la nécessité d’accélérer le processus de mise en place de cette administration», avait-il souligné, précisant que «le fait
de privilégier la numérisation et de ne pas
consommer du papier épargnerait à l’État des
dépenses inutiles». Après l'administration, la
simplification des procédures, notamment
dans les secteurs économiques, connaîtra un
coup de fouet certain avec la nomination, à la
faveur du dernier remaniement ministériel,
d'un ministre délégué chargé de l'Économie
numérique et la Modernisation des services financiers. APS

La FORMATION pour le développement
des compétences

PREMIÈRE PROMOTION DE L’ÉCOLE SUPÉRIEURE DE SÉCURITÉ SOCIALE

ment un centre de formation pour les spécialistes en la matière à l’échelle nationale. Le
ministre a évoqué le rôle qu’elle doit jouer,
pour en faire une référence au Maghreb et en
Afrique. Pour atteindre ce but, le ministre préconise la consolidation de cette réputation en
«faisant valoir la primauté de la qualité de la
formation tant pédagogique que scientifique».
Le ministre a ajouté que les missions de cette
école doivent «s’inscrire dans une logique
d’organisation et de gestion efficace de ses activités». Le ministre a rassuré que cette école
sera accompagnée par des professionnels en la
matière. Il prévoit même des universitaires
étrangers qui viendront appuyer la mission des
nationaux dans cet établissement spécialisé.

Ph. Louiza

«L’École supérieure de sécurité sociale
constitue un véritable instrument stratégique
de formation et de développement des compétences des ressources humaines dans le domaine de la protection sociale», tels sont les
propos tenus, hier, par le ministre du Travail,
de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El Ghazi, à l'occasion de la cérémonie de
sortie de la première promotion de l'École supérieure de sécurité sociale (session juin
2016). Dans une allocution devant les élèves
promus de l’école et les responsables du secteur, le ministre a indiqué que le projet de création de l’école constitue une démarche
stratégique entrant dans le cadre de la politique de formation et de développement de la
ressource humaine dans le domaine de la protection sociale. «L’école a pour mission d’assurer une formation hautement qualifiée des
personnels d’encadrement exerçant au niveau
des organismes et institutions de sécurité sociale et une formation continue des cadres des
secteurs public et privé, ainsi que des membres des organisations professionnelles», a-til fait savoir. Il a également précisé que cet
établissement est placé en co-tutelle pédagogique avec le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
«L'école est fortifiée d'un accord de partenariat
signé à Genève, en 2013, entre le gouvernement algérien et l'Organisation internationale
du travail (OIT), à l'occasion de la Conférence
internationale du travail», a précisé M. Ghazi.
Il a ajouté, à ce propos, qu'il s'agissait pour
l'Algérie de donner à cette école, dans le cadre
de ce partenariat, une «dimension stratégique
qui conditionne essentiellement l'accès à une
formation de référence pour les pays du Maghreb arabe et d'Afrique». Il y a lieu de dire
que la cérémonie de sortie, à laquelle ont assisté le ministre de la Justice, garde des
Sceaux, Tayeb Louh, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, et la ministre de la
Solidarité nationale, de la Famille et de la
Condition féminine, Mounia Meslem, a été

marquée par la distribution des diplômes et la
distinction des neuf lauréats en master professionnalisant. Ont également pris part à cette
cérémonie le conseiller à la présidence de la
République, Mohamed Benmeradi, le secrétaire général du ministère de l'Intérieur et des
Collectivités locales, Hocine Mazouz, le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs algériens, Abdelmadjid Sidi Saïd, les
représentants des organisations patronales et
du représentant du bureau régional de l'OIT à
Alger, Ali Diahi. Les diplômés de cette école
ont reçu une formation de deux ans dans différentes spécialités, notamment en droit de la
protection sociale et en management stratégique et opérationnel des organismes de protection sociale. Un quota de 25% des places
pédagogiques sera réservé aux étudiants des
autres pays du Maghreb arabe et de l'Afrique
à partir de la prochaine rentrée universitaire
2016/2017. Baptisée du nom de feu Idriss Mohamed, un des fondateurs de la sécurité sociale
en Algérie, la promotion compte 54 étudiants.
Une référence à l’échelle
maghrébine et africaine
Il y a lieu de souligner que l’École supérieure de la sécurité sociale n’est pas unique-

Les missions de l’école
Créé en vertu du décret exécutif n° 12-158
du joumada el-oula 1433 correspondant au 1er
avril 2012, cet établissement a la charge de
fournir les professionnels de la sécurité sociale
à toutes les structures de la CNAS et «à exporter» leur savoir-faire au-delà des frontières nationales. Il sera aussi doté d’un département
de recherche, de l’information et de la gestion
des activités des organismes de la sécurité sociale. Selon les premières décisions, pour
chaque année, 400 places pédagogiques seront
ouvertes, en post-graduation et autres aux candidats.
Le cycle est couronné par un master professionnalisant. Les formations dispensées
concernent les licenciés en droit et en sciences
politiques pour la spécialisation dans le droit
de la protection sociale. Pour la spécialité de
la protection sociale de l’entreprise, les diplômés en droit, en management, en sciences économiques, en sciences sociales et ceux de
l’ENA peuvent s’y inscrire. D’autres spécialités, comme la gestion du système d’information, management stratégique, sont aussi
prévues pour les filières scientifiques.
Sarah A. BENALI CHERIF

Mardi 19 Juillet 2016

7
MISE À NIVEAU
DES ENSEIGNANTS
UNIVERSITAIRES

Un arrêté ministériel
promulgué
prochainement
Une conférence nationale sur les œuvres
universitaires sera organisée, en septembre
prochain, par le ministère de l’Enseignement
supérieur et de la Recherche scientifique.
Le ministre de l'Enseignement supérieur et de
la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a annoncé,
hier, la promulgation prochaine d'un arrêté ministériel qui comprend de nouvelles mesures relatives
à la mise à niveau des enseignants universitaires.
Dans une déclaration à la presse à l'issue d'une rencontre avec les représentants des partenaires sociaux du secteur, M. Hadjar a précisé que l'arrêté,
en cours d'élaboration par son département, comprend de nouvelles mesures axées sur l'aspect pédagogique dans l'opération de mise à niveau.
Qualifiant le fait que les maîtres assistants restent
des dizaines d'années dans ce grade de «situation
anormale», le ministre a révélé que «l'arrêté comprend, notamment, des mesures visant à faciliter
leur promotion». Pour remédier à cette situation, M.
Hadjar a indiqué que le ministère, «qui envisage de
revoir la question de promotion des enseignants, a
accordé des facilitations à cette catégorie d'enseignants pour leur permettre de présenter leurs thèses
et passer du grade d'enseignant à celui de maîtreassistant», ce qui permettra, a-t-il dit, «de revaloriser leurs salaires». À une question sur les œuvres
universitaires, le ministre a annoncé que son secteur
organisera, en septembre prochain, une conférence
nationale sur ce dossier. «La mise à niveau», a-t-il
rappelé, est «une étape indispensable pour les enseignants-chercheurs afin de hisser l'université algérienne au rang de pôle scientifique au double plan
national et international». Pour ce qui est de la promotion au grade d'enseignant-conférencier, catégorie «A», «le postulant doit impérativement posséder
une expérience en matière d'enseignement et de recherche et avoir réalisé des études scientifiques l'habilitant à diriger des recherches et encadrer des
étudiants en doctorat», sachant que «30% des enseignants universitaires sont titulaires d'un doctorat». Le ministre a mis l'accent sur le rôle de
l'enseignant-chercheur dans la promotion de l'enseignement et de la recherche, ce qui induit, a-t-il
ajouté, «des exigences professionnelles qui doivent
être développées sans cesse». En effet, la promotion
et la mise à niveau sont tributaires de la production
scientifique et pédagogique et de la capacité à innover, à l'instar de ce qui est en vigueur dans les
universités étrangères.
Le ministre a également mis en évidence le fait
que son secteur œuvrait à «faciliter l'opération de
mise à niveau et à renforcer les chances de réussite»
à travers des mesures comme la création d'une commission scientifique nationale pour accompagner
les structures de rédaction de magasines scientifiques universitaires et contribuer à l'amélioration
de leur classement au niveau international.
Il faut dire également que «l'association de
l'avancement dans la carrière professionnelle à la
production scientifique et pédagogique permet
d'éviter à l'université algérienne les effets négatifs
résultant de la cessation par l'enseignant de développer son activité pédagogique ou scientifique et
son éloignement des laboratoires dès l'obtention de
la thèse de doctorat». Concernant les conditions
d'accès des professeurs universitaires aux cycles de
formation et les problèmes rencontrés concernant
l'obtention des lettres d'admission auprès d'établissements scientifiques étrangers, le ministère avait
pris une série de mesures pour faciliter cette démarche, dont l'exigence de l’existence d'accords
conclus préalablement entre l'Algérie et les pays
concernés ou d'accords de coopération ou de partenariat entre les laboratoires de recherches et leurs
homologues. Les dispositions en question prévoient
de définir le type d'établissement d'accueil qui doit
être hautement qualifié et de charger les responsables des laboratoires de recherches de veiller à faciliter l'envoi des lettres d'admission aux chercheurs
concernés, par les laboratoires appropriés selon le
domaine de spécialité. Aussi, dans le souci d'améliorer la qualité de l'enseignement supérieur, le ministère organise annuellement des formations de
mise à niveau et autres résidentielles à l'étranger,
outre 500 bourses de formation résidentielle d'une
durée de 18 mois.
Il y a lieu de souligner, à la fin, que suite à l’immense effort entrepris par les pouvoirs publics au
cours de la dernière décennie, le réseau universitaire
algérien compte actuellement pas moins de 111 établissements d'enseignement supérieur répartis sur
quarante huit wilayas, couvrant tout le territoire national. Ce réseau est constitué de 50 universités, 10
centres universitaires, 20 écoles nationales supérieures, 11 écoles normales supérieures, 12 écoles
préparatoires et 4 classes préparatoires intégrées et
4 annexes.
Salima ETTOUAHRIA

EL MOUDJAHID

Nation

m. nouri « nécessité d’une
évaluation objeCtive »
RelANCe du TOuRiSMe

9

Le ministre de l'Aménagement du territoire, du Tourisme et de l'Artisanat, M. Abdelouahab Nouri, a fait une analyse
sans concession sur la situation actuelle du secteur du Tourisme.

ors d’une conférence de
presse organisée en marge
de la rencontre nationale
des cadres de ce secteur, placée
sous le thème : «le développement
du tourisme et de l’artisanat, vecteurs de diversification économique
et
de
dynamique
territoriale», le ministre a indiqué
qu’à travers ses différentes sorties
d’inspection et de travail dans certaines wilayas, il a constaté beaucoup de lacunes. «il s’agit, entre
autres, du non respect de l’aspect
architectural et de l’environnement
dans la construction des infrastructures touristiques, le manque des
services de qualité, de faibles capacités d’accueils et de l’exploitation
de certains ZeT anarchiquement,
pour ne citer que cela.»
il ajoute, dans ce sens, qu’«il
faut reconnaître qu’il nous attend
un effort énorme pour le développement et la croissance de ce secteur. Maintenant, je pense qu’il est
primordial de faire en premier lieu
une évaluation objective et bien
étudier pour passer ensuite à l’action». Regrettant le fait que l’Algérie recèle d’énormes potentialités
mais qu’elle soit toujours au stade
de pays émetteur de touristes et
non un pays récepteur, le ministre
a affirmé que «c’est cette équation
que nous voulons changer à travers
justement les différents projets lancés ou en cours de réalisation», at-il insisté. S’agissant des objectifs
de cette rencontre, Abdelouahab
Nouri a indiqué qu’«elle permettra
notamment d’évaluer, depuis l’indépendance à ce jour, les différents
domaines de ce secteur porteur
pour l’économie nationale et de
trouver les formules nécessaires
pour sa relance, et quels sont les
obstacles de sa croissance». «il
faut reconnaître qu’il y a quelques
temps, l’État n’a pas réellement accordé une grande importance à ce
secteur générateur de richesse et
créateur d’emploi, et nous avons
compté seulement sur la rente pétrolière pour financer l’économie».
le ministre estime qu’il est
temps aujourd’hui de rendre notre
pays une destination touristique par
excellence et de rattraper le temps
perdu, ainsi que de lui accorder une
grande importance pour qu’il
puisse participer dans la croissance
économique, avant d’ajouter qu’«il
est impératif de se concentrer aujourd’hui sur ce secteur en encourageant les investissements et en
accompagnant les opérateurs et les
professionnels, surtout que notre
pays traverse une période très difficile due à la chute des prix du pétrole».

Ph. Nesrine T.

L

1.500 projets agréés,
dont 511 en cours de réalisation

le ministre n’a pas manqué de
rappeler qu’il y a plusieurs ateliers
qui ont été déjà été installés, différents programmes et plans, tels que
le Schéma directeur d'aménagement touristique (SdAT 2030), ont
été élaborés pour booster le tourisme. «à travers ces programmes,
nous voulons donner aux investisseurs l’opportunité de connaître les
potentialités que recèle l’Algérie»,
a relevé le ministre.
Abdelouahab Nouri a insisté sur
la nécessité pour les collectivités
locales d’accompagner les investisseurs et de leur instaurer un climat favorable : «J’ai remarqué

dans certaines régions de grands
investissements, mais malheureusement leur rendement est trop faible, c’est pour cela que je voulais
impliquer l’administration pour
l’accompagnement et l’orientation
de ces investisseurs», a-t-il dit.
S’agissant du renouvèlement
d’agrément pour les agences de
voyage, le ministre a trouvé regrettable que cet agrément se renouvèle chaque trois années, chose qui
est, selon lui, «anormale».
«est-ce que c'est normal de
trouver qu’au niveau du ministère
du Tourisme 1.800 agences renouvèlent chaque trois années leur
agrément ? Cela ne va-t-il pas créer
une nuisance et une frustration au
niveau des administrations ?», s’in-

Vers la création des PME
chargées de la commercialisation

de son côté, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Aménagement de territoire, du
Tourisme et de l’Artisanat, chargée
de l’Artisanat, Mme Aïcha Tagabou,
a souligné que «les artisans rencontrent beaucoup de difficultés et
d’obstacles pour la commercialisa-

JiJel

tion de leurs produits devant les
produits importés». Pour faire face
à cet obstacle, elle a indiqué que
plusieurs mesures ont été prises
pour faire la promotion de notre
produit d’artisanat.
Appuyant ses dires, elle a annoncé l’installation de deux
groupes de travail, le premier en
collaboration avec le ministère du
Commerce, pour l’interdiction de
l’importation des produits qui sont
produits localement, et la seconde
avec les douanes, pour l’augmentation des taxes à tous les produits
importés. elle a fait savoir qu’une
rencontre avec les responsables de
l'institut national algérien de la
propriété industrielle (iNAPi) a été
organisée récemment pour mettre
en place des normes aux produits
de l’artisanat afin de fabriquer des
produits de qualité et pour la protection de l’environnement, ainsi
que la santé des citoyens.
à une question relative aux
possibilités offertes pour l’exportation et la commercialisation des
produits d’artisanat, la ministre a
tenu à préciser que l’option est en
train d’être étudiée actuellement,
en collaboration avec le ministère
du Travail, de l’emploi et de la Sécurité sociale. il s’agit d’un projet
concernant la création de
PMe/PMi chargées de l’activité de
commercialisation au niveau national et à l’étranger.
Makhlouf AIT ZIANE

Création de 23 campings le long de la corniche

Vingt trois campings ont été crées à Jijel dans
le cadre de la saison estivale, au niveau de plusieurs communes côtières de la wilaya, dans le
but de promouvoir le tourisme populaire et de générer des recettes financières pour ces collectivités locales, a-t-on appris, hier, auprès des services
de la wilaya. Cette mesure, décidée par le ministère de l’intérieur et des Collectivités locales, a
fait l’objet du lancement d’une procédure d’adjudication au profit d’investisseurs, a précisé la
même source. les nouveaux campings, qui activeront durant toute la saison estivale, permettront
de relancer une activité qui était quelque peu en
hibernation dans cette région remarquable par ses
potentialités et atouts touristiques, a-t-on encore
fait savoir de même source. Pour cette saison,
une nouvelle plage, celle de Melmech à Ziama
Mansouriah (ouest), est venue s’ajouter à la liste
déjà forte de 23 portions de plages surveillées et
autorisées à la baignade sur la corniche jijelienne,
a indiqué le directeur du tourisme et de l’artisanat, Noureddine Mansour. en matière de sécurité,
toutes les institutions concernées par ce volet déploient leurs dispositifs pour assurer les meil-

le ministre de la Santé, de la Population
et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek
Boudiaf, a assuré à Bordj Bou-Arréridj qu’il
n’y avait aucun déficit en encadrement médical dans cette wilaya.
le déficit en encadrement médical que
connaissait la wilaya, notamment en gynécologie obstétrique, orthopédie et oncologie,
a été totalement résorbé, a indiqué le ministre, affirmant que 270 médecins spécialistes
dont 150 dans le secteur privé exercent dans
cette wilaya, aux côtés de 400 généralistes
fournissant une couverture suffisante pour la
population. M. Boudiaf a insisté sur la né-

terroge le ministre, qui a ajouté que
«c’est pour ce genre de petits problèmes que nous devons trouver
des réponses pour mieux avancer».
Évoquant le problème des zones
d’expansion touristiques (ZeT), le
ministre a rappelé l’adoption du
décret 88 qui a permis la création
de 205 ZeT. «et depuis, dans nos
statistiques, on dit toujours que
nous avons 205 ZeT, mais en vérité, et malheureusement, il y a plusieurs zones agressées, elles sont
devenues urbanisées avec des
constructions illicites et préjudiciables à l’environnement dans lequel
elles se trouvent.» le ministre a
promis que toutes ces zones
«squattées» seront récupérées afin
d’être exploitées rationnellement et
au profit de la croissance de notre
activité économique. Mettant à
profit cette occasion, le ministre a
mis l’accent sur la réalisation des
projets en indiquant qu’«il y a
1.500 projets agréés dont 511 en
cours de réalisation, cela confirme
qu’il y a une dynamique».

leures conditions de séjour aux estivants. Sûreté
nationale, Gendarmerie nationale et Protection
civile sont au rendez-vous dans le cadre de cet
évènement social et économique de l’année, où
le taux de fréquentation des plages atteint
quelque neuf millions d’estivants. la saison estivale bat son plein actuellement à Jijel et les
plages sont prises d’assaut par les estivants à la
recherche de détente. des numéros de téléphone
pour la location de logement, d’un étage ou appartement pour un séjour dans cette contrée édénique, sont des «graffiti» sur les murs, les
poteaux électriques, les arbres ou tout autre support, n’échappant pas au regard. en plus du
«bouche-à-oreille», ce mode publicitaire semble
efficace, a-t-on noté. la formule «logement chez
l’habitant», initiée conjointement par les ministères de l’intérieur et du Tourisme, il y a quelques
années, n’a pas suscité l’engouement attendu et
n’a pas trouvé de répondant auprès des milliers
de «loueurs de sommeil», préférant activer dans
l’informel. Sur la vingtaine d’hôtels existant dans
la wilaya, avec une capacité d’accueil de 1.700
lits, un seul établissement hôtelier est classé avec

deux étoiles. S’agissant de l’animation, celle-ci
est richement meublée par des activités sportives,
culturelles et artistiques avec la contribution des
structures concernées. le port de pêche et de
plaisance de Boudis (Jijel) qui a abrité des manifestations culturelles durant le mois de Ramadhan reste ouvert à l’occasion de la saison
estivale, ont rappelé les responsables de la wilaya. «Jijel n’a jamais été aussi animée comme
cette année», a affirmé M. Mansour, précisant
que plusieurs sites accueilleront des manifestations culturelles ou artisanales afin que les estivants puissent allier l’utile à l’agréable et ne pas
faire de cette période de l’année uniquement une
affaire de plage.
Comme point d’orgue, le traditionnel Salon
national du cuir, prévu au mois d’août, ne manquera certainement pas d’attirer de nombreux visiteurs, comme en témoignent les précédentes
éditions organisées au chef-lieu de wilaya. la direction de la culture a, elle aussi, concocté un
riche programme d’animation qui touche
jusqu’aux communes rurales, éloignées ou montagneuses, a-t-on affirmé. APS

M. ABdelMAlek BOudiAf à BORdJ BOu-ARRÉRidJ

Pas de déficit en enCadrement médiCal

cessité pour les établissements hospitaliers
de passer à une nouvelle phase d’efficience
qui assure des prestations sanitaires de qualité y compris en zones reculées, affirmant
que l’État a mis en place tous les moyens
pour cela en termes d’encadrement, d’équipements et d’infrastructures en plus des formations continues d’actualisation des
connaissances des staffs médicaux. le ministre a inauguré à l’occasion un hôpital de
60 lits dans la commune de Mansourah et
une polyclinique à Ras el-Oued. il a également inspecté au chef-lieu de wilaya le projet d’une école de formation paramédicale et

Mardi 19 Juillet 2016

celui de l’hôpital d’orthopédie qui se trouve
actuellement à la phase d’acquisition des
équipements et du matériel médical. Sur
place, M. Boudiaf a relevé que ce futur hôpital qui constitue un acquis pour la wilaya,
doit être élargi à d’autres spécialités. Au
terme de cette visite, le ministre a annoncé
que le secteur de la santé à Bordj Bou-Arréridj bénéficiera prochainement de deux scanners, un pour l’hôpital lakhdar-Bouzidi du
chef-lieu de wilaya et le second pour le nouvel hôpital d’orthopédie qui bénéficiera également d’un appareil d’imagerie résonnance
magnétique (iRM).

Nation

EL MOUDJAHID

pRojet de loi Relative au conseil national
des dRoits de l’homme

Une nouvelle AVANCÉE

m.

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a présenté, hier, devant les membres
de la commission des affaires juridiques et administratives, et des libertés, de l'Assemblée populaire
nationale, un exposé sur le projet de loi fixant la composition et les modalités de désignation
des membres du Conseil national des droits de l'homme, ainsi que les règles relatives
à son organisation et à son fonctionnement.

louh a précisé, dans son intervention, que ce projet de loi traduit la volonté politique de
l'algérie à promouvoir davantage les droits
de l'homme et à consacrer les principes de
base énoncés dans la constitution, premier
garant des libertés fondamentales et des
droits de l'homme, découlant des préceptes
de l'islam et des chartes internationales des
droits de l'homme, a indiqué un communiqué de la chambre basse du parlement.
les principes universels présidant à la
création d'organismes nationaux de protection et de promotion des droits de l'homme
adoptés par l'assemblée générale de l'onu
ont également été pris en compte lors de
l'élaboration de ce texte de loi, a souligné
le ministre.
selon lui, ce projet permettra de lever
les réserves enregistrées à l'égard de la
commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de
l'homme (cncppdh) qui a perdu sa place
dans le classement international des organismes des droits de l'homme depuis 2009.
en effet, la commission a été classée dans
la catégorie "B" qui comprend les organismes qui ne sont pas en totale conformité
avec les principes établis par l'assemblée
générale, ce qui ne lui permet pas de participer aux travaux des instances et mécanismes onusiens. le conseil national des
droits de l'homme est une instance indépendante placée auprès du président de la
République. il jouit de l'autonomie administrative et financière et assure une mis-

affaiRe KBc

Des peines
de 6 à 12 mois
de prison avec
SURSIS

Des peines allant de 6 à 12
mois de prison avec sursis ont
été prononcées, hier par le tribunal de Sidi M'Hamed, à
l'encontre des trois mis en
cause dans l'affaire de la
chaîne de télévision KBC.
Abbassi Nouria, sous-directrice au ministère de la Culture a été condamnée à une
année de prison avec sursis.
Le tribunal de Sidi M'Hamed
a également prononcé une
peine de six mois de prison
avec sursis à l'encontre de
Mehdi Benaïssa, directeur de
KBC et Hartouf Ryad, directeur de la production. Les
trois mis en cause ont été
condamnés en outre à une
amende de 50.000 DA avec
leur libération immédiate
sauf implication dans d'autres
affaires.

sion de surveillance, d'alerte précoce et
d'évaluation en matière de respect des
droits de l'homme. sans préjudice des attributions du pouvoir judiciaire, le conseil
examine toute situation d'atteinte aux droits
de l'homme constatée ou portée à sa
connaissance, et entreprend toute action
appropriée. ii porte les résultats de ses investigations à la connaissance des autorités
administratives concernées et, le cas
échéant, devant les juridictions compétentes.
le conseil initie des actions de sensibilisation, d'information et de communication pour la promotion des droits de
l'homme. il émet également des avis, pro-

positions et recommandations relatives à la
promotion et à la protection des droits de
l'homme. le conseil élabore un rapport annuel qu'il adresse au président de la République, au parlement et au premier
ministre, et qu'il rend public également.
au terme de l'exposé du ministre, les
membres de la commission, présidée par
amar djilani, ont pris la parole pour saluer
le projet de loi, le qualifiant de "socle fondamental pour la consécration de l'etat de
droit et la bonne gouvernance" qui traduit
la détermination de l'algérie à adapter ses
systèmes juridique et judiciaire aux
conventions et traités internationaux des
droits de l'homme.

Remise en cause des décisions de justice

Le Syndicat national des magistrats
monte au créneau

affaire du rachat du groupe de presse el
Khabar, procès des responsables de KBc ou
tout autre affaire judiciaire, « une sentence de
la justice doit être respectée et jamais commentée » de l’avis des hommes de loi. le syndicat
national des magistrats en fait sien ce principe
et invite l’opinion publique à en faire de même.
en effet, dans une déclaration à la presse, le
syndicat national des magistrats n’apprécie en
effet point les « attaques » dont fait objet le
pouvoir judiciaire et met en garde ses auteurs
contre d’éventuelles poursuites judiciaires.
« nous nous réservons le droit de recourir à
tous les moyens légaux, comme par exemple se
constituer partie civile pour répliquer à ces
graves dérapages et défendre l'ensemble des
membres de l'institution judiciaire », a averti
l’organisation, que dirige djamel laidouni, qui
dénonce à l’occasion une campagne médiatique
« féroce », menée, par certains cercles « malintentionnés », qui « doutent » de l’indépendance
de la justice en algérie. des « dérives », ajoute
le snm, qui se sont traduites par des déclarations «  irresponsables  » et «  fallacieuses  »
contre le pouvoir judiciaire et les magistrats à
la lumière des affaires déférées devant la justice, allusion clairement faites aux procès impliquant el Khabar et KBc. le syndicat
national des magistrats dit ne pas comprendre

de tels agissements et qualifie les déclarations
et articles publiés par certaines parties sur les
missions constitutionnelles dévolues aux magistrats « d’ingérence flagrante » dans le travail
de la justice et « d’outrage » à l'encontre des
membres du pouvoir judiciaire. « il s'agit là
d'actes criminalisés par la loi », a-t-il rappelé
en assurant que le snm « n’a pas cessé » d’œuvrer à la consécration des principes de l'etat de
droit et à l'indépendance du pouvoir judiciaire.
« les prérogatives du pouvoir judiciaire et
des magistrats s'inspirent de la constitution et
des lois de la République. se conformer à la légalité juridique à travers la justice concernant
toutes les questions fondamentales et décisives
reste le seul moyen d'imposer la suprématie de
la loi, d'éviter le chaos et les dérapages et de
réaliser l'égalité de tous devant la loi », lit-on
encore dans le communiqué du syndicat qui
montre clairement sa totale « désapprobation »
avec les observations et les commentaires parus
dans les médias y compris à l’étranger. car aux
yeux du snm, l'indépendance de la magistrature n'est pas un « tremplin » pour réaliser des
« fins politiques ou politiciennes » et des fins
« personnelles », mais un « principe fondamental ».
S. A. M.

conseil supéRieuR de la magistRatuRe

253 magistrats bénéficient des dispositions
liées à la bonification du Sud

les magistrats qui font l'objet de mesures disciplinaires et n'ayant pas encore
été réhabilités, ceux qui ont été exclus ainsi
que ceux qui sont poursuivis pénalement
ne sont pas concernés par la promotion.
le conseil supérieur de la magistrature
qui a réuni son bureau, avant-hier, a approuvé une liste de 1.110 magistrats candidats à la promotion dans le cadre de la
préparation des travaux de sa 1re session ordinaire en sa 2e session de l'année 2016, a
appris l’aps auprès d’une source du csm
dont le bureau permanent a abordé lors de
ce conclave les questions liées à la carrière
des magistrats, à l’exemple de la mise en

disponibilité, le détachement et la fin de
détachement, l'étude des listes d'aptitude et
le mouvement des magistrats. a ce propos, le conseil a accordé un avis favorable
aux demandes de mise en disponibilité de
11 magistrats, motivées par des raisons familiales ou de santé, et approuvé deux cas
de fin de détachement et un cas de détachement. concernant le mouvement des magistrats et après une étude approfondie des
demandes au « cas par cas », le csm qui a
tenu à saluer l’ensemble des magistrats
pour les efforts fournis durant l'année a
adopté le projet établi par son bureau permanent en prenant en considération les cas

de rapprochement familial, les cas sociaux
ou de santé et les demandes des magistrats
exerçant au sud et ayant dépassé la durée
d'exercice fixée préalablement. « le csm
précise avoir fait bénéficier 253 magistrats
exerçant ou ayant exercé au sud, des dispositions des décrets exécutifs du 12 janvier 1995 sous le n° 95-28 et du 4 octobre
1995 sous le n° 95-30 relatifs à la bonification du sud », a révélé la même source à
l’aps, soulignant à la fin que le conseil
supérieur de magistrature a examiné et statué sur d’autres points liés à la carrière des
magistrats.
Synthèse S. A. M.

mardi 19 juillet 2016

m. aBdelKadeR ouali
à sétif

11

Une vocation
hydroagricole

À DÉVELOPPER

en se rendant hier
dans la wilaya de sétif où
il a inspecté différents
projets, m abdelkader
ouali n’a pas manqué de
consacrer une large part
de son temps au mégaprojet des grands transferts hydrauliques où il a
annoncé plusieurs décisions tendant notamment
à redynamiser les travaux
sur certains tranches de ce
projet. un grand projet
dont l’impact n’échappe à
personne sachant que
dans leur vocation d’aménagement des hautes plaines sétifiennes, ces grands transferts
sont destinés au niveau des deux systèmes qui les composent
à métamorphoser l’agriculture dans cette wilaya avec l’irrigation de 40.000 hectares de terres agricoles et le renforcement en eau potable à l’horizon 2040, de plus de 1.800.000
habitants dans plus de 28 communes de cette wilaya. ce sont
là autant d’indicateurs et de réalisations d’envergure que le
ministre accompagné du wali mohamed Bouderbali, du président de l’apW, d’une délégation de cadres et des autorités
civiles et militaires, devait passer en revue dans les moindres
détails soulignant à chaque fois l’impact qu’il est appelé à
produire dans un contexte économique qui fait de l’hydroagricole une des priorités gouvernementales de l’heure au
titre de la réalisation du programme initié par le président de
la République. de ce fait, pas moins de 313 millions de m3
d’eau seront transférés chaque année pour le système ouest
à partir des deux barrages de ighil emda dans la wilaya de
Bejaia en direction du barrage de maouane et pour le système est du barrage d’erraguene (jijel) vers celui de tabelout qui se veut être un joyau en la matière vers le barrage
de draa ediss dans la commune de tachouda ( sétif).
dès son arrivée, le ministre se rendra dans la commune
montagneuse de ain sebt aux confins de la wilaya de jijel
où il inspectera le chantier de la galerie de tabelout dont le
creusement sur 14 km avait fait l’objet d’arrêt en 2013 après
la réalisation de 4 km suite à des contraintes d’ordre géologique et géotechnique, faisant ressortir la nécessité de recourir à un tracé alternatif pour le contournement de la montagne
et la réalisation d’une conduite en aérien. sur place, le ministre annoncera, sur instruction du président de la République et en application des décisions du premier ministre,
la décision de reprise des travaux à ce niveau dans les 15
jours à venir et un délai de 24 mois sans plus pour voir arriver
l’eau à partir du barrage de tabelout. la décision de remise
cette semaine des décisions d’affectation des 334 logements
aux familles expropriées sera aussi annoncée. comme il annoncera que dorénavant aucun projet ne se fera sans étude
géotechnique préalable, de même que la mise en place d’un
comité technique national chargé de la validation des projets.
de cette solidarité territoriale qui s’impose plus que jamais
le ministre fera état de la nécessité de « combattre les inégalités qui existent en matière d’alimentation en eau potable et
donner de l’eau à l’agriculture pour permettre à ce secteur
de contribuer à la croissance économique », mettant dans ce
contexte l’accent sur les priorités du gouvernement et le volet
inhérent à la diversification économique.
le système est permettra de transférer 189 hm3 à partir
du barrage d’erraguene (jijel) sur un linéaire de 39 km de
conduite avec 5 stations de pompage vers le barrage de draa
ediss. une réalisation achevée à 100% et que le ministre ne
manquera pas de visiter sachant qu’elle constitue un maillon
fort de ces transferts avec une capacité de 137 hm3 et permettra à ce système de fournir à l’aval 42,5 hm3 pour l’aep
de 15 communes et 148 hm3 pour l’irrigation de plus de
20.000 hectares. Revenant sur le volet inhérent à la formation, le ministre ajoutera : « nous devons changer de comportements et faire qu’au-delà de la réalisation, l’entretien et
la gestion de nos infrastructures soient des éléments forts de
notre action. »
dans la commune d’ouricia, abdelkader ouali s’enquerra de l’état d’avancement du système ouest de ces
grands transferts et visitera le barrage de maouane achevé et
doté d’une capacité de 148 hm3. le ministre annoncera que
les équipements spécifiques de refoulement seront réceptionnés d’ici la fin de l’année, instruisant l’entreprise concernée
de mettre en place un séquentiel de montage. il écoutera un
exposé sur le schéma directeur d’alimentation en eau potable
de la wilaya et dira qu’avec les deux systèmes des grands
transferts et l’apport du barrage de tichy haf « 44 communes
seront renforcées en eau potable, soit plus de 1 million d’habitants », instruisant les responsables de l’ade de booster
le rythme de réalisation et insistant particulièrement sur la
réhabilitation du service public et sur le nécessaire lancement
des 3.000 hectares du premier périmètre irrigué de 3.319 hectares. une visite à l’issue de laquelle abdelkader ouali visitera l’entreprise nationale de production de compteurs à eau,
gaz et électricité (amc), l’entreprise ecoset de gestion
des déchets ménagers avant de tenir une rencontre avec les
cadres du secteur.
F. ZOGHBI

Monde

12

EL MOUDJAHID

Des milliers de Turcs
DANS LA RUE

Attachement
à l’accord
d’Alger

TENTATIVE DE PUTSCH EN TURQUIE

MALI

La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) du
Mali et les membres de la Plateforme ont réaffirmé dimanche à
Niamey leur "attachement" à
l'accord pour la paix et de la réconciliation, issu du processus
d'Alger, indique un "document
d'entente" signé par les responsables des deux parties.
"La CMA et la Plateforme
réaffirment leur attachement à
l'Accord d'Alger pour la paix et
la réconciliation au Mali", précise le document signé dimanche
soir et publié hier par les médias
officiels.
Les deux groupes se sont dit
"attachés" aux "mécanismes de
mise en œuvre" de l'accord et ont
"exprimé leur volonté de contribuer à faciliter son application",
souligne le texte.
"C'est extrêmement important
pour vous-mêmes, pour le Mali,
pour le Niger et pour toute la
sous-région", a commenté à la télévision, le Premier ministre nigérien Brigi Rafini.
Ils ont également souhaité
une "accélération du processus"
de mise en place des autorités intérimaires" et "l'opérationnalisation des patrouilles mixtes".
L'accord de paix et de réconciliation au Mali signé, dans une
première étape en mai 2015 et
dans une deuxième phase en juin
de la même année, par toutes les
parties maliennes à Bamako,
avait été conclu après cinq
rounds de dialogue, engagé en
juillet 2014 sous la conduite
d'une médiation internationale,
dont l'Algérie avait été le chef de
file.

Plusieurs milliers de Turcs sont à nouveau descendus dans les rues, dans la nuit de dimanche à hier, afin de protester
contre la tentative de coup d'État militaire, selon des informations d'agence.

S

ur la place Taksim, à Istanbul,
ou sur la place Kizilay, à Ankara, des milliers d'hommes, de
femmes et d'enfants se sont rassemblés, agitant des drapeaux turcs et
brandissant des portraits de M. Erdogan, selon l'AFP. Le Premier ministre
turc Binali Yildirim, qui a fait une apparition surprise sur la place Kizilay
dans la nuit, a exhorté ses concitoyens à rester mobilisés. "Le jour,
allons travailler. Le soir, après le travail, poursuivons notre veille sur les
places publiques", a-t-il lancé, cité
par l'agence de presse Anadolu.
"Ceux qui attaquent leur propre peuple avec des chars ne peuvent pas être
des soldats turcs. Ces gens-là sont des
monstres, des terroristes qui ont revêtu l'uniforme militaire et ils en
paieront le prix le plus lourd", a poursuivi M. Yildirim, au sujet des putschistes. Le ministre de la Justice
Bekir Bozdag a révélé dimanche que
6.000 personnes étaient en garde à
vue. Par ailleurs, quelque 800 membres des forces spéciales de la police
étaient en cours de déploiement dans
la nuit à Istanbul afin de sécuriser les
points sensibles de la mégalopole, a
rapporté tôt hier Anadolu.
L’attaché militaire turc au Koweït
arrêté en Arabie saoudite
L'attaché militaire de l'ambassade
de Turquie au Koweït a été arrêté en
Arabie saoudite où il a tenté d'embarquer à bord d'un vol pour l'Europe
après le putsch avorté en Turquie, a
rapporté hier la presse saoudienne.
Citant une source diplomatique, le
quotidien saoudien Asharq Al-Awsat
précise que ce diplomate a été inter-

pellé dimanche peu après son arrivée
à l'aéroport de Dammam (est), et ce,
à la demande d'Ankara. "Il est actuellement détenu par les autorités saoudiennes" qui l'avaient arrêté alors
qu'il "tentait de s'enfuir, probablement pour son implication dans la
tentative de putsch" dans son pays, a
ajouté le journal, indiquant que le diplomate devrait être remis aux autorités turques. Celles-ci mènent une
campagne d'arrestations en chaîne
après le putsch avorté en Turquie.
L'attaché militaire, identifié comme
étant Mikail Gullu, devait se rendre
à Dusseldorf, en Allemagne, via
Amsterdam, a indiqué pour sa part
Al-Arabiya, la chaîne de télévision à
capitaux saoudiens basée à Dubaï. A
Koweït, l'ambassadeur de Turquie,
Salih Morad Tamer, cité par le quotidien koweïtien Al-Qabas, a indiqué
qu'une implication de son attaché militaire dans le putsch raté était "une

simple accusation". "Il sera interrogé
par les autorités compétentes dès son
extradition vers la Turquie", a-t-il
ajouté. Quelque 6.000 militaires sont
en garde à vue après le coup d'Etat
manqué en Turquie qui a fait au
moins 290 morts, selon un dernier
bilan officiel.
L’UE et les États-Unis appellent à
respecter l’État de droit
L'UE et les Etats-Unis appellent
la Turquie à respecter l'Etat de droit,
après le putsch avorté dans ce pays, a
déclaré hier le secrétaire d'État américain John Kerry à Bruxelles, où la
chef de la diplomatie européenne a
averti que la réintroduction de la
peine de mort bloquerait toute perspective d'adhésion d'Ankara. "Nous
appelons fermement le gouvernement
de Turquie à maintenir le calme et la
stabilité dans le pays, et nous appelons aussi le gouvernement de Tur-

quie à respecter les institutions démocratiques de la nation et l'Etat de
droit", a plaidé M. Kerry lors d'une
conférence de presse à l'issue d'une
réunion avec ses homologues des Affaires étrangères de l'UE, une première dans l'histoire de l'Union.
"Aucun pays ne peut adhérer à l'UE
s'il introduit la peine de mort", une
mesure évoquée dimanche par le président Recep Tayyip Erdogan après le
putsch raté, a souligné la chef de la
diplomatie européenne, Federica Mogherini, en réponse à une question
lors de la même conférence de presse.
Le porte-parole du gouvernement allemand avait estimé hier que la réintroduction de la peine de mort par
Ankara serait "la fin des négociations
d'adhésion" d'Ankara à l'UE. Interrogé sur la demande faite par le président turc Recep Tayyip Erdogan
pour que Washington lui livre le prédicateur en exil Fethullah Gülen, accusé par Ankara d'avoir fomenté le
putsch avorté, M. Kerry a estimé que
le régime turc devait présenter "des
preuves, pas des allégations" contre
l'opposant de 75 ans qui vit reclus
dans le nord-est des Etats-Unis depuis 1999. M. Gülen est à la tête
d'un mouvement puissant en Turquie,
qui compte des écoles, des ONG et
des entreprises sous le nom d'Hizmet
(Service, en turc). Il est l'ennemi juré
du président turc Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier l'a accusé samedi
d'avoir organisé le coup d'Etat militaire avorté de vendredi soir, au cours
duquel au moins 265 personnes sont
mortes, et a demandé aux Etats-Unis
de l'extrader.
Synthèse R. I.

Le spectre de la FAMINE
ALEP ASSIÉGÉE

Les risques de famine et de pénurie générale s'accroissent pour les plus de 200.000 habitants des quartiers contrôlés par les rebelles à
Alep, désormais totalement assiégés par l'armée
syrienne. "Je ne sais pas ce qui adviendra de
nous", déclare à l'AFP Mohammad Roukbi, au
chômage et père de 4 enfants, qui habite dans
le quartier rebelle de Boustane al-Qasr. "Toutes
les routes sont fermées et depuis des jours, on
manque de pain, de nourriture, pratiquement de
tout", ajoute cet homme de 38 ans.
Les pénuries de nourriture et d'essence se
font sentir dans les quartiers situés dans l'est de
la deuxième ville de Syrie depuis que les forces
du régime de Bachar al-Assad ont coupé le 7
juillet la route du Castello, dernier axe d'approvisionnement du secteur contrôlé par les insurgés.

Ce week-end, les troupes gouvernementales
se sont emparées de la totalité de la route, isolant complètement Alep-Est du monde extérieur
et faisant craindre un long siège. "J'ai peur de
l'avenir (...) Le régime ne se contentera pas d'assiéger les quartiers Est mais les attaquera
A Machad, un
aussi", craint Mohammad.
autre quartier rebelle, le mécanicien Mohammad Zaytoun affirme ne plus avoir de travail en
raison des pénuries d'essence.
"Penser au siège m'empêche de dormir",
confie à l'AFP cet homme de 44 ans et père de
cinq ans. "J'ai des provisions pour à peine une
semaine. Si tous les produits alimentaires
viennent à manquer au marché, bientôt ça sera
la famine", prédit-il. 'J'essaie de fuir la ville
mais il n'y a aucune route sûre'. L'ancienne capitale économique de Syrie est l'une des villes

les plus affectées par la guerre, qui a entraîné
en 2012 sa division en deux secteurs, l'un tenu
par le régime à l'ouest, l'autre par les rebelles à
l'est. Pour les experts, l'avancée de l'armée,
qui est soutenue par l'aviation russe, est un
coup très dur pour les insurgés et pourrait être
un tournant du conflit qui a fait plus de
280.000 morts. "Outre la catastrophe humanitaire, les récents évènements d'Alep sont très
importants politiquement parlant", souligne
Karim Bitar, directeur de recherches à l'Institut
de relations internationales et stratégiques
(IRIS). "Privés d'oxygène, les rebelles font face
à une mission impossible", explique-t-il. Le
président syrien, lui, se sent en revanche "considérablement plus à l'aise qu'il y a quelques
mois" et ses forces "pourraient encore consolider leurs positions", selon lui. Selon les Na-

tions unies, près de 600.000 personnes vivent
dans des zones assiégées en Syrie, dans la plupart des cas par le régime, sans accès à la nourriture ni à une aide médicale, provoquant des
cas de malnutrition. Des dizaines de personnes
sont mortes de faim en conséquence. Si les
quartiers est d'Alep ne sont pas encore définis
comme "assiégés" par l'ONU, cette dernière
s'est déclarée "très inquiète de l'escalade de la
violence" qui "met en danger des centaines de
milliers de personnes" dans cette ville. Elle a
appelé "toutes les parties à autoriser la livraison
de l'aide humanitaire" et à "l'évacuation des civils qui le désirent". Le Bureau de coordination
des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) a
fait état d'une situation "particulièrement inquiétante en raison de la forte concentration
d'habitants dans cette zone".

Publicité

Numéro d’identification fiscale : 099916000950834
———

AVIS D’INFRUCTUOSITÉ

L’EGT Centre informe l’ensemble des soumissionnaires,
ayant retiré le cahier des charges et participé à l’appel d’offres
national n°04/EGTC/2016 portant sur «L’installation, le
raccordement et la mise en service de 298 ventiloconvecteurs au profit de l’hôtel SOFITEL/EGTC» que
l’appel d’offres a été déclaré infructueux lors de la séance
d’évaluation des offres du 11 juillet 2016.

El Moudjahid/Pub

ANEP 423545 du 19/07/2016

République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville
Entreprise nationale de promotion immobilière
Direction régionale Sud

MISE EN DEMEURE

Vu les marchés conclus avec EURL Société Tedjini Bâtiment - SOTEBA - concernant :

Projet

Marché

ODS

249-G/2015/CME/ENPI 01/2016 du
35/220 LPP à
27/01/2016
Ouargla-(Lot 02) du 28/12/2015

109-G/2015/CME/ENPI 29/2015 du
18/190 LPP à
23/07/2015
Ouargla-(Lot 07) du 27/05/2015

L’écoulement
du délai

Taux d’avancement
des travaux

55.56 %

23 %

31.25 %

04 %

Vu le non-respect du planning d’exécution et le manque des moyens matériels et humains
qualifiés ;
L’Entreprise est mise en demeure de procéder à l’approvisionnement du chantier en moyens
matériels et humains qualifiés et d’activer la cadence des travaux objet de son marché ; dans un
délai de 08 jours à compter de la date de la parution de cette présent mise en demeure dans la
presse.
Faute de quoi des mesures coercitives prévues par la réglementation en vigueur seront
appliquées à l’encontre de la société.
El Moudjahid/Pub

Mardi 19 Juillet 2016

ANEP 30000593 du 19/07/2016

EL MOUDJAHID

Culture

13

Madiba, promoteur
d’une culture DE PAIX

FESTIVAL DU FILM
ARABE D’ORAN

JOURNÉE INTERNATIONALE « NELSON MANDELA »

34 œuvres en lice

Fidèle à ses traditions et à ses prises de position en faveur des peuples et nations libres, l’Algérie, à l’exemple de plusieurs pays du monde, a
célébré, hier au centre culturel Larbi-Ben-M’hidi, la Journée internationale «Neslson Mandela», militant politique et ancien président de l’Afrique
du Sud ayant inspiré la lutte du peuple contre la ségrégation raciale, Apartheid.

H

éros continental et universel, Nelson Mandela est un symbole de liberté et de résistance, après avoir purgé une peine de 27
ans, mais aussi de courage et de conviction en luttant de toutes ses forces contre le système politique
institutionnel de ségrégation raciale «Apartheid ».
Les valeurs humaines de Madiba font de lui un
homme d’exception. Le père spirituel de la nation
«Arc en ciel» est devenu également un symbole
de tolérance lorsqu’il a fait table rase du passé et
en œuvrant à bâtir son pays avec un grand dévouement. Pour cette occasion, l’APC d’Alger-Centre,
l’association nationale des échanges entre jeunes amitié et solidarité (ANEJ), l’initiative agenda
2063, l’amicale des africains étrangers en Algérie
et l’ambassade d’Afrique du Sud en Algérie ont
rassemblé une assistance nombreuse de journalistes, étudiants algériens et africains et représentants de la société civile. Il était question entre autres de rappeler le grand sacrifice de Nelson
Mandela dans sa lutte contre l’injustice et pour répandre la paix. « Nous avons tenu à organiser cet
évènement pour marteler le grand rôle joué par
Madiba quant à l’ancrage des valeurs de paix et
d’égalité dans les pays africains. L’Algérie et
l’Afrique du Sud se ressemblent dans la mentalité
des peuples qui aspirent la liberté et la paix », a
précisé Naledi Msimang, secrétaire à l’ambassade
de l’Afrique du Sud en Algérie. Pour Lara Swart,

chargée d’affaires auprès de l’ambassade de
l’Afrique du sud en Algérie, Nelson Mandela a été
une grande inspiration pour le monde entier et le
continent africain en particulier. Elle est revenue
par la suite sur la place privilégiée de l’Algérie
dans le cœur de Nelson Mandela. « Madiba a effectué son entraînement militaire en Algérie dans
les années 60 où il est revenu dans les années 90,
juste après sa libération. Il avait un grand respect

Reggae, diwan et... MAGIE

pour l’Algérie, pays des révolutionnaires ; il recommandait aux Sud-africains de visiter l’Algérie
», a-t-elle noté. Auteur de deux livres sur l’Afrique
du Sud, l’écrivain algérien Debbache a mis en
exergue la similitude entre les deux pays : « Géographiquement et géo-stratégiquement parlant,
l’Algérie et l’Afrique du Sud étaient considérés
comme des bases de colonies durables, voire éternelles. C’est le courage des deux peuples qui a dit
non à l’oppression et oui à la souveraineté et la liberté », a-t-il noté. Un débat a suivi les différentes
interventions avec la participation massive des étudiants africains en Algérie, venus de différentes
wilayas, et d’autres intellectuels. L’«unité africaine» était le mot d’ordre du débat, avec notamment la coopération entre les pays de l’Afrique du
nord et ceux du sud et ce, afin de permettre à une
prise de conscience continentale et un épanouissement culturel. La Journée internationale «Nelson
Mandela» fut proclamée par l’UNESCO en 2009
afin de commémorer la contribution de Mandela à
la promotion d’une culture de paix. Durant cette
journée, chaque citoyen du monde est appelé à
consacrer symboliquement soixante-sept minutes
de son temps à une œuvre, au service de la collectivité, en mémoire des soixante-sept années que
Mandela a voué à la lutte pour l'égalité, la réconciliation et la diversité culturelle.
Kader BENTOUNÈS

FESTIVAL INTERNATIONAL DE TIMGAD
La sixième soirée du Festival international de
Timgad dans sa 38e édition a offert, dans la nuit de
dimanche à lundi derniers, un show magique et exceptionnel avec de la musique reggae et diwan à un
public déchaîné.
Malgré un temps étonnement frais pour la saison, la soirée a été "réchauffée" par des sons et des
rythmes ensorcelants qui ont fait vibrer des heures
durant l’antique Thamugadi. Julian Marley, le fils
de la légende Bob Marley, ouvre le bal et chante
"Reggae is my name", "Let’s get together and feel
all right", dans un mélange de rythmes jamaïcains,
africains et caribéens époustouflants devant un public en euphorie. Débordant d’énergie et d’ondes
positives, l’artiste venu de la Jamaïque enchaîne
avec "Africa is so nice" et d’autres tubes. L’assistance, en parfaite symbiose avec le chanteur, danse,
chante et "hurle" sa joie. Après le spectacle, Julian
Marley, qui visite pour la première fois l’Algérie,

s’est dit surpris de découvrir un public "magnifique", assurant que la musique demeure "le langage de l’humanité reflétant la liberté, la paix et
l’amour". Julian a ajouté que son père, Bob, était
son guide dans la musique reggae, affirmant qu’il

œuvre à travers ses chansons à "distinguer son style
de celui de la Légende du reggae".
La sixième soirée du Festival international de
Timgad s’est poursuivie sur les rythmes de la musique diwan, avec les artistes de Bechar : Souad
Assla, Maalem Medjeber et Hasna Al Becharia. Le
trio s’est distingué avec la présentation d’un cocktail de musiques : Hidoussi, Ahlil, Gnawi et Chaâbi
de la région de Béchar dans un moment rythmé par
des acclamations d’un public conquis. L'autre moment fort de cette soirée était lorsque le trio de Béchar est monté ensemble sur scène pour chanter
"Salamou, salamou" et "Al Jazair Jawhara" sous
un déluge d’ovations. A l’affiche de la sixième soirée de cette 38e édition du Festival international de
Timgad, figurent le Syrien, Wafik Habib, et les artistes algériens, Kamel Al Guelmi, Salim Al Chaoui
et Mohamed Allia.

12 NOUVEAUX sites

La 9e édition du festival international d’Oran du film arabe (FIOFA),
prévue du 22 au 27 juillet dans la capitale de l’ouest du pays, mettra en
lice 34 films pour des prix, a-t-on appris dimanche dernier du commissariat du Festival. Au programme de
cette compétition officielle, figurent
24 longs et courts métrages et 10 documentaires, a indiqué le responsable
de la communication du commissariat, Faycel Chibane. Cette édition,
dont l’ouverture est prévue au théâtre
régional d’Oran (TRO) "AbdelkaderAlloula" au centre-ville, verra la présence d’une pléiade d’artistes arabes
d’Egypte, de Syrie et du Liban dont
Farouk El Fichaoui, Ayman Zidane,
Suzanne Nejmeddine et Pamela El
Kik. Une journée de ce festival sera
consacrée au "Panorama des courts
métrages algériens" avec au programme 10 films réalisés par des
jeunes metteurs en scène, selon la
même source. Ce festival sera mis à
profit pour honorer dans cette édition des figures et œuvres cinématographiques de renom dont le défunt
réalisateur et scénariste algérien,
Slim Ryad, (1933-2016) et le célèbre
film "La bataille d’Alger" de Gillo
Pontecorvo. Il est aussi prévu d’honorer, à cette occasion, l'équipe de
travail du film "Omar Gatlatou" en
présence de son réalisateur, Merzak
Allouache, 40 ans après sa production, a-t-on indiqué. Le trio "Bila
houdoud" sera également honoré au
cours de cette 9e édition du film
arabe. Dans le cadre de la commémoration du 4e centenaire de la mort de
William Shakespeare, trois films
adaptés de ses célèbres œuvres seront
projetés en accord avec l’ambassade
de la Grande Bretagne en Algérie et
l’Institut culturel britannique, selon
la même source.

PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO
Le Comité du patrimoine mondial a décidé,
dimanche, d'ajouter douze nouveaux sites à la liste du
patrimoine mondial de l'Humanité, et ce juste avant la
clôture de sa 40e session à Istanbul. Neuf autres sites
avaient déjà été approuvés vendredi. Cette année, ce sont
donc 21 sites —sur un total de 27 sites candidats— qui
auront été inscrits sur la prestigieuse liste de l'UNESCO.
Avec ces 21 nouveaux sites —dont douze sites culturels
(six sites naturels et trois sites mixtes)— la liste du

patrimoine mondial de l'Humanité compte à présent 1.052
sites dans 165 pays ou régions. L'état de conservation de
155 sites et monuments a également été examiné au cours de
la réunion. Cinq sites libyens ont été inscrits sur la liste du
patrimoine menacé, ainsi qu'un autre site en Ouzbékistan
et un autre encore au Mali. Un site situé en Géorgie a quant
à lui été retiré de la liste des sites en danger. Le site de Nan
Madol, un grand centre cérémoniel situé en Micronésie
orientale, dans les Etats fédérés de Micronésie, a enfin été à

Avis

Publicité

République AlgéRienne DémocRAtique et populAiRe
miniStÈRe DeS tRAnSpoRtS
entRepRiSe métRo D’AlgeR
170 b, Rue HASSibA-ben-bouAli - AlgeR
n.i.F. : 0000 1600 1 456642
———

AVIS DE PROROGATION DE DÉLAI

Appel d’offres national ouvert avec exigence de capacités
minimales n°04/2016

Suite à l’avis d’appel d’offres national ouvert avec exigence de capacité minimales
n°04/2016 relatif à : «La réalisation d’un Institut de formation au transport ferroviaire
urbain-IFF avec hébergement à Bachjerrah - Alger», paru dans les deux quotidiens
nationaux el moudjahid et el chaab, le 21 juin 2016, l’entreprise métro d’Alger «emA»
informe les entreprises et les groupements d’entreprises intéressées par cet appel d’offres,
que la date limite de dépôt des offres, prévue initialement pour le 21 juillet 2016, est prorogée
au 21 août 2016.
l’heure limite de dépôt des offres est à 13h30.
l’ouverture des plis se fera le même jour à partir de 13h30 au siège de l’entreprise métro
d’Alger sise à 170 b, rue Hassiba-ben-bouali - Alger.

El Moudjahid/Pub

ANEP 212319 du 19/07/2016

la fois inscrit sur la liste du patrimoine mondial et sur la
liste du patrimoine menacé. La 40e session du Comité a
débuté le 10 juillet et a été écourtée de quatre jours, après
une tentative de coup d'Etat, vendredi soir en Turquie. Le
Comité du patrimoine mondial qui dépend de l'UNESCO,
une agence de l'ONU, a annoncé qu'il continuerait ses
discussions sur les sujets n'ayant pas encore été abordés au
cours d'une rencontre extraordinaire qui sera organisée
dans quelques jours à Paris.

Article n°849 à la date du 15/05/2016 relatif à une enquête publique, le wali de la wilaya
de tiaret, sur proposition du directeur de l'environnement de la wilaya de tiaret décide
Article 1 : Annonce et publie l'ouverture d'une enquête publique sur l'étude de l'impact
sur l'environnement relative au projet d'extraction de sable à oued touil (Roukba el Hamra),
commune d’el Faija au profit de m. RAbHi bouamama .
Article 2 : m. gARn cHeikH, ingénieur d'état en génie civil, est désigné comme
commissaire-enquêteur de ce projet .
Article 3 : le présent avis sera affiché au siège de la commune et publié par tous les moyens
dans les quotidiens nationaux pour avis aux citoyens et leur permettre de donner leur avis.
Article 4 : le dossier déposé, l'enquête est ouverte au siège de la commune d’el Faidja
pour une durée de quinze (15) jours continus à partir du 17/0712016 jusqu'au 04 août 2016
pour permettre à toute personne d'en connaître le contenu et ce, tous les jours de la semaine
à l'exception du week-end (vendredi - samedi)
Article 5 : les observations seront inscrites dans un registre ouvert à cette fin et
transmises par écrit à l'enquêteur, qui reçoit personnellement les observations écrites et
verbales mentionnées sur le registre.
Article 6 : l’enquêteur dépose dans un délai de huit (8) jours les résultats de l'enquête et
envoie le dossier au wali accompagné de son avis argumenté.
Article 7 : mr le Secrétaire général de la wilaya, le Directeur de la réglementation, le
Directeur de l'environnement de la wilaya et le chef daïra de Sûreté et le président de
l'Assemblée populaire de la commune d’el Faidja et le conservateur-enquêteur sont chargés
pour exécuter cette décision qui sera publiée au journal des actes administratifs de la wilaya
de tiaret.

El Moudjahid/Pub du 19/07/2016

Mardi 19 Juillet 2016

Almagharibia (0661) 31-53-53

22
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mardi 14 Chaoual 1437
correspondant au 19 juillet 2016 :
- Dohr.........…..............12h55
- Asr..............................16h45
- Maghreb.....................20h08
- Ichaa………………...21h43

Mercredi 15 Chaoual 1437
correspondant au 20 juillet 2016 :
- Fedjr........................ 03h59
- Echourouk.................05h45

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA

EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Président-Directeur Général
de la Publication
Achour CHEURFI

Directeur de la Rédaction
Mohamed KOURSI
Rédacteur en chef
Kamal OULMANE
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
er
3, place du 1 Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de
Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service commercial
: 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02

France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

Vie pratique

REMERCIEMENTS

La famille Bensmaia,
parents et alliés, tient à
remercier vivement et
sincèrement toutes les
personnes qui lui ont
apporté soutien et
réconfort suite au
décès de son très cher
et regretté mari, père,
grand-père et beaupère,

pENSÉE

À ma grand-mère

Déjà 40 jours depuis
que tu nous as quittés
chère grand-mère,

BENDRIS Aouicha
née CHABANE

BENSMAIA Abderrahmane
survenu le 05-07-2016

Nous sommes profondément reconnaissants de
votre présence chaleureuse et de votre soutien et
amitié indéfectibles. Dans l'impossibilité de
répondre individuellement à chacun d'entre
vous, nous vous demandons de bien vouloir
trouver ici le témoignage  sincère de nos vifs
remerciements et de notre gratitude.
«A Dieu nous appartenons
et à Llui nous revenons».

CONDOLÉANCES

El Moudjahid/Pub du 19/07/2016

Le directeur général et
l’ensemble du personnel de
l’APS, profondément attristés
par le décès du père de leur
collègue,
Monsieur
FEDDAMADJI Boubakeur,
présentent à toute sa famille
leurs sincères condoléances,
et l’assurent, en cette
douloureuse circonstance, de
leur profonde sympathie.
Qu’Allah le Tout-Puissant
accorde au défunt Sa sainte
miséricorde et l’accueille en
Son vaste paradis.
«À Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.»

Tu étais une maman formidable et
une grand-mère exceptionnelle. Nous
évoquons tous les jours ta bonté, ta
sagesse et surtout ton éducation
exemplaire.
Ton départ rapide, sans adieu, nous
a fait beaucoup souffrir. Ton époux, tes
enfants et petits-enfants prient pour toi
«à seti aazizen».
Repose en paix et que Dieu
t'accueille en son Vaste Paradis
inch’allah.
Ton époux, tes enfants et petits-enfants.

CONDOLÉANCES

---CONDOLÉANCES

Le ministre d’État, ministre des
Affaires
étrangères
et
de
la
Coopération internationale, le ministre
des Affaires maghrébines, de l’Union
africaine et de la Ligue des États
arabes, le secrétaire général et
l’ensemble des fonctionnaires, très
affectés par le décès de la sœur de
leurs collègues, Messieurs Romani
Aissa et Romani Brahim, leurs
présentent, ainsi qu’aux membres de
leurs
familles,
leurs
sincères
condoléances, et les assurent, en cette
pénible circonstance, de leur profonde
compassion.
Ils prient Dieu le Tout-Puissant
d’accorder à la défunte Sa sainte
miséricorde et de l’accueillir en Son
vaste paradis.
«À Dieu nous appartenons,
et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub

El Moudjahid/Pub

Bravo

C’est la grande joie chez les
HAMZA de Dely Ibrahm.
En effet leurs enfants,

Imad et Chahine

viennent de
réussir
leurs
examens de 5e année avec brio.
En cet heureux évènement,
tous les membres de la famille
les félicitent et leurs souhaitent
encore plus de succés et de
réussite à l’ avenir et qu’ils
passent de bonnes vacances
bien
méritées.

Bravo

ANEP 423483 du 19/07/2016

Mardi 19 Juillet 2016

Imad et
Chahine
El Moudjahid/Pub du 19/07/2016

Isma
El Moudjahid/Pub du 19/07/2016

Les
familles
Mahi et Dadou
félicitent leurs fils
et petit-fils
Mahi Islam

pour sa brillante
réussite
au
baccalauréat, filière maths,
16,38 avec mention .
Son père, sa mère et ses
grands parents lui souhaitent
plein d'autres succès.
Inch’ Allah

Bravo

ANEP 423492 du 19/07/2016

Anep 25012987/C du 19/07/2016

El Moudjahid/Pub

Le secrétaire général, les
cadres et l’ensemble des
fonctionnaires
du
HautCommissariat à l’amazighité,
très attristés par le décès du
père de leur collègue, M.
Ghermoul
Mourad,
lui
présentent
leurs
sincères
condoléances et l’assurent de
leur profonde sympathie, en
cette douloureuse circonstance.
Puisse Dieu le Tout-Puissant
lui
accorder
Sa
sainte
miséricorde et l’accueillir en Son
Vaste Paradis.
«À Dieu nous appartenons,
et à Lui nous retournons.»

Isma

Il n'y a que dans le
dictionnaire que le mot
« Succès » vient avant
le mot « Travail ». Nous
avons
encore
en
mémoire ton premier
jour d'école, ta réussite
au brevet, les devoirs
en groupe qui te
prenaient tous tes
week-end, toutes ces
heures à réviser. C'est impressionnant tout
ce travail et ce chemin accompli. Chacune
de ces étapes à été comme un bloc de
construction dans ta vie. C’est pour cela
que Les familles AZZI, MARIF et CHIBANI
te félicitent pour l’obtention du bac avec
mention et te souhaitent toujours plus de
succès.

El Moudjahid/Pub du 19/07/2016

CONDOLÉANCES
Le président-directeur général, le président
du comité de participation, le président du
syndicat et l’ensemble du personnel de
l’ENMTP, très affectés par le décès de
Monsieur Benslim Rachid, présidentdirecteur général de l’EPE CYCMA Spa
Guelma, présentent à la famille du défunt
leurs condoléances les plus attristées.
Que Dieu le Tout-Puissant accorde au
défunt Sa sainte miséricorde et l’accueille en
Son vaste paradis.
El Moudjahid/Pub du 19/07/2016

EL MOUDJAHID

Mahi Islam
El Moudjahid/Pub du 19/07/2016

La famille Messaili
félicite leur fils et neveu

Abderrahim

pour son succès au Bac
avec mention et lui
souhaite
d’autres
succès, inch’Allah.

Bravo

Abderrahim

El Moudjahid/Pub du 19/07/2016

Le professeur Boubekeur
Benhamouda, ainsi que les
membres de sa famille
présentent leurs félicitations à M.
et Mme Medah, suite à la réussite
de leur fille

Medah Ryma

au baccalauréat, en lui
souhaitant plus de réussite dans
ses études et plein de succès
dans sa vie.

Bravo

Ryma
El Moudjahid/Pub du 19/07/2016

Sports

EL MOUDJAHID

65 athlètes
au RENDEZ-VOUS de Rio

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU COA

Le président du Comité Olympique Algérien, Mustapha Berraf, a tenu, hier en son siège à
Ben Aknoun, une conférence de presse en vue de parler de la préparation des Algériens aux
JO de Rio de Janeiro, prévus du 5 au 21 août prochain, mais aussi de certaines opérations
liées à l’activité de la structure qu’il préside.

I

l était accompagné par
Boulmerka, Amar Brahmia, chef de délégation,
Benida Merah et du Secrétaire
général du COA, Izzem Abdelhafid. Après avoir souhaité la
bienvenue aux présents, il affirmera que ce rendez-vous de
Rio de Janeiro (Brésil) coïncide avec la treizième (13e)
participation algérienne aux
JO. Cette fois-ci, ce sera dans
13 disciplines. Le nombre
d’athlètes qui prendront part à
cet évènement mondial a atteint le chiffre de 65. C'est-àdire mieux qu’à Londres, lors
de l’édition précédente avec
seulement 38 athlètes. Selon
Berraf, il s’agit d’un record.
«L’Etat algérien, le COA, le
MJS et les fédérations sportives ont été solidaires pour offrir les meilleures conditions à
nos athlètes. On peut dire aujourd’hui que c’est le retour de
la sérénité et de la solidarité au
sein de la «famille sportive nationale». Il faut dire que toutes
les opérations programmées
conformément aux résolutions
de l’Assemblée générale ont
été réalisées à 100%. Tout s’est
déroulé selon une planification
bien pensée. Il faut dire qu’on
aurait pu atteindre le nombre
de 70 athlètes comme prévu
initialement, mais le nouveau
mode de qualification a tout
chamboulé. L’athlète de la Natation, Magda Chebaraka pourrait être prise en ligne de

compte du fait qu’elle a réalisé
les minimas B, selon le président de la FAN. La décision
devrait être prise hier en début
de soirée par les instances
concernées. Il y a aussi un
autre athlète en athlétisme.
C’est ainsi que le COA, en collaboration avec le MJS, a pris
en charge pour 17 milliards de
centimes les stages et compétitions des différentes disciplines
présentes aux JO.»
Le président du COA, Mustapha Berraf — même si les fédérations sportives n’ont pas
précisé les couleurs de leurs

AS RADIEUSE

CHALLENGE NATIONAL
« RADIEUSE BAHIA-FOOT »

Une participation
nationale et un objectif social

Après la grande réussite du tournoi «Ramadhan-Foot
» qui a connu la présence des stars nationales et internationales : Mahrez, Slimani, Ziani et Antar- Yahia, la Radieuse continue sa politique de développement du sport
de proximité. Dans ce sens, Chafi Kada, le président de
cette dynamique association et Gharbi Badredine, le représentant du ministre de la Jeunesse et des Sports, ainsi
que les autorités locales de la wilaya d’Oran, ont donné
le coup d’envoi du 19e Tournoi national « Bahia-foot ».
Ce challenge de l’été regroupe 85 équipes en catégorie
« seniors », « benjamins » et « poussins ».
Cette grande manifestation de la jeunesse se déroule
tous les jours au stade Reguig Abdelkader de Maraval,
dans la capitale de l’ouest, avec la participation
d’équipes de quartiers venues de Laghouat, Tipaza,
Batna, Souk-Ahras, Khenchela, Chleff, Mascara, Bel
Abbès, Relizane, ainsi que des formations des différentes communes de la wilaya d’Oran et connaîtra, sans
aucun doute un engouement populaire, tout comme elle
va créer des relations d’amitié et de fraternité entre les
participants et le nombreux public qui profite de la saison estivale.

médailles — est assez optimiste. Il avait affirmé que durant ces JO (Brésil 2016), la
délégation algérienne, dont le
porte-drapeau est la judokate,
Sonia Asselah (judo), espère
décrocher quatre médailles.
Toujours est-il, on peut espérer
plus si nos footballeurs parviennent à créer l’exploit face
au Honduras, le Portugal et
l’Argentine. Outre le fait que
Berraf était préoccupé par la
préparation de notre élite aux
Jo de Rio, le Comité olympique algérien a effectué également plusieurs opérations

comme par exemple le complexe de Souidania où il est eu
la pose de la climatisation, Jacusi, sauna, salle de Musculation… Cette opération a coûté
la bagatelle de 2 milliards 600
millions de centimes.
A Oran, pour les Jeux méditerranéens, «il y a eu la réhabilitation d’un bâtiment qui
servira plus tard de siège du
comité régional de l’ouest. On
a aussi payé 500.000 dollars
comme frais pour l’organisation des JM. On a aussi bénéficié d’un terrain de 3.000m2
pour l’hébergement des volontaires et autres pour une bonne
organisation des JM en 2012.
Et à Ben Aknoun, on a acquis
un bâtiment qui sera le siège du
Comité d’organisation des
Jeux africains 2018 qui sont
qualificatifs aux Jeux olympiques de la jeunesse prévus en
Argentine. Il y a aussi l’Académie et le Musée, situés à Ghermoul. On est en train d’édifier
un bâtiment de R+7», avait-il
ajouté.
Il est certain que le président du COA, qui est en superforme actuellement après les
difficiles moments qu’ils avait
traversés, espère réussir de très
bons JO. Il n’a pas manqué
d’exhorter nos athlètes à faire
preuve de «fair-play, de sportivité et surtout d’être respectueux
des
idéaux
de
l’olympisme».
H. G.

Tirage au sort des premiers
tours le 26 août
COUPE ARABE DES CLUBS

Le tirage au sort des premiers tours de la coupe arabe des clubs de
football aura lieu le 26 août prochain, a annoncé la Commission d'organisation de cette compétition qui refait son apparition après trois
années d'absence et pour laquelle 19 pays ont déjà confirmé leur participation. La décision a été prise samedi, à l'occasion d'une réunion
de ladite commission à Alger sous la présidence de Mohamed Raouraoua, président de la Fédération algérienne de football (FAF), premier vice-président de l'Union arabe de football (UAFA) et patron de
la Commission des compétitions de l'instance arabe.
Cette réunion à laquelle a assisté le secrétaire général de l’UAFA
et le représentant de la société "Sila", détentrice des droits de cette
compétition, a été consacrée à plusieurs sujets, a indiqué la FAF sur
son site. Ainsi, la finalisation des textes réglementaires qui seront soumis "immédiatement" au Comité exécutif pour examen et adoption a
été discutée par les présents, de même que la répartition des primes
de participation et le financement des voyages et séjours des clubs.
Le représentant algérien dans cette épreuve, à savoir le NA Husseïn-Dey, finaliste malheureux de l'édition 2015-2016 de la coupe
d'Algérie, sera qualifié d'office au deuxième tour préliminaire programmé pour novembre et décembre prochains, grâce à la première
place arabe qu'occupe l'Algérie au classement de la Fédération internationale de football (FIFA) du mois de juin dernier.
La phase finale, dont le lieu qui l'abritera n'a pas été divulgué, est
prévue pour août 2017 avec la participation des huit formations (4
Asiatiques et 4 Africaines) issues du deuxième tour, en plus du représentant du pays hôte.
Les neuf équipes seront réparties sur trois groupes de trois chacun.
Le premier de chaque poule validera son billet pour les demi-finales,
auxquelles participera aussi le meilleur deuxième des trois groupes.
Les Fédérations de football arabes avaient jusqu'au 14 juillet pour
communiquer les noms de leurs représentants (les champions ou vicechampions de l'exercice 2015-2016, ainsi que les détenteurs des
coupes nationales ou les finalistes de l'édition 2015-2016). Les règlements et mode d’organisation de la compétition seront publiés dès
leur adoption par le Comité exécutif de l'UAFA fin juillet 2016.

Mardi 19 Juillet 2016

DANS LA LUCARNE

23

Homologation
problématique

l

Le football moderne doit impérativement se
jouer dans des stades répondant aux normes
internationales. On avait vu lors de
l’Euro2016, qui a été abrité par la France, la
qualité des stades, mais aussi des pelouses. Celle de
Lille, qui était assez glissante, avait poussé
certaines équipes à se plaindre auprès des
organisateurs et notamment les responsables de
l’UEFA. Elle fut renouvelée en un tour de main.
Toutes les équipes et tous les joueurs aspirent à
évoluer sur des pelouses impeccables qui leur
évitent des blessures graves. Aujourd’hui, le
football exige des joueurs d’être toujours au « top »
physiquement, eu égard à la multiplicité des
matches. On est loin des compétitions européennes
où l’on joue parfois 60 matches par saison. Chez
nous, et malgré le fait qu’on ne joue que 30
matches par saison et un peu plus pour les équipes
qui jouent la coupe d’Algérie ou les compétitions
africaines ou arabes, on reste loin de ce nombre.
Ceci dit, chez nous, la LFP trouve toujours chaque
année que dieu fait des difficultés pour assainir le
volet relatif aux stades. En effet, pour la prochaine
saison, dont la première journée sera entamée par
le fameux match entre la JSK et le MCA, au stade
du 1er -Novembre de Tizi Ouzou, le vendredi 19
août, on ne peut pas dire que tout «baigne dans
l’huile». Il y a encore certaines résurgences qui
font qu’on revient à la case départ avant chaque
début de saison. Nos instances et plus
particulièrement la LFP sont confrontées aux
problèmes de la disponibilité d’une très bonne
infrastructure. Sur les 31 stades visités par la
commission chargée de cette opération
d’homologation, seulement 10 stades ont été
homologués, alors qu’on a émis des réserves pour
certains d’autres dans les deux divisions. Malgré
les remontrances et les remarques officielles des
structures qui veillent à la bonne marche de cette
opération d’homologation des stades, les
responsables de certains stades donnent
l’impression de ne pas vouloir agir comme il leur a
été demandé. Ils le font souvent à la dernière
minute et d’une façon des plus bâclées.
Aujourd’hui, faut-il le répéter, beaucoup de nos
stades laissent à désirer et ne méritent nullement
d’être homologués. Car, ils ne répondent pas tous
aux cahiers des charges exigés par la pratique du
professionnalisme. Si l’on a demandé aux clubs
d’évoluer sur des stades d’au moins 10.000 places,
on ne peut pas dire que c’est le cas pour beaucoup
de nos stades, même ceux qui abritent des matches
d’équipes jouant les premiers rôles dans notre
championnat national d’élite. C’est le cas du stade
d’El Mohammadia, de Bologhine, du 20-Août, de
Zioui, de Benhaddad… Il est temps que nos
responsables se penchent sur la question des stades et
obligent ceux qui en ont la responsabilité à faire
bouger les choses. Si l’on continue de cette manière,
on ne pourra pas élever le niveau de notre football.
Des stades comme celui de Tizi Ouzou, qui pourrait
être réceptionné durant le premier semestre 2017 ou
bien celui d’Oran prévu en 2021 pour les Jeux
méditerranéens, seront certainement la solution. Là,
nos jeunes footballeurs peuvent se transcender. En
attendant, il faut se se contenter de ce que l’on a».
Hamid GHARBI

T

OPS

Les abeilles interrompent
un match
INSOLITE

Un match de la 21e journée du championnat de
football d'Equateur a été suspendu dimanche pour
«attaque d'abeilles» dans un stade de Guayaquil
(sud-est), a annoncé la Fédération équatorienne de
Football (FEF). A la 10e minute de l'affrontement
entre les clubs River Ecuador et Aucas, le score
stagnait à 0-0, quand «une attaque d'abeilles a paralysé le jeu», d'après un communiqué de la FEF.
Les joueurs sont restés plusieurs minutes sur la pelouse, espérant que la rencontre, peu suivie dans
les tribunes, reprenne. Pourtant, «les autorités ont
décidé de ne pas poursuivre le match, dû à la gravité de l'attaque», comme le note la Fédération. La
partie a dû reprendre hier pour 80 minutes à 12h00
heure locale (17h00 GMT).

LE MINISTRE DES MOUDJAHIDINE À ORAN

APPEL à restituer les crânes
des martyrs
«L

a commémoration du
60e anniversaire de la
célèbre bataille d’El
Ghoualem est une belle opportunité
pour rappeler le passé glorieux et
héroïque de notre nation et la
monstruosité du colonialisme », a
indiqué, hier, le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, dans une
allocution à l’occasion de l’ouverture d’un colloque national sur « La
guerre de libération dans la cinquième zone historique dans sa première phase 1954 à 1956 » au
Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle. Le
ministre a, par ailleurs, annoncé la
création d’une commission mixte
algéro-française à laquelle a été confiée
la mission de restitution des crânes des
martyrs algériens. A ce propos, le ministre s’est interrogé : « Comment un pays
comme la France, qui se dit démocratique
et terre des droits de l’homme, expose

dans son musée national, des crânes de
personnes tuées avec une telle monstruosité et une barbarie sans égal. Auparavant,
devant les participants au colloque national, Tayeb Zitouni a rappelé le sacrifice
des chouhada et des moudjahidine pour

le recouvrement de la souveraineté nationale, parmi eux, le Groupe des 22 et
le moudjahid Abdelaziz Bouteflika qui,
dit-il, a été, le seul dirigeant historique
de l’époque à avoir visité les huit zones
de la Wilaya V, en plus des maquis de
Ouarsenis, avant de conduire le front
du Sud. M. Zitouni a salué, par ailleurs,
le soutien apporté par la Constitution
algérienne à l’écriture de notre glorieuse histoire afin que les valeurs portées par cet héritage soient transmises
aux générations futures et, par conséquent, constituer une source d’inspiration pour aller de l’avant. En marge de
l’ouverture des travaux le ministre a
distingué des enseignants chercheurs et
des élèves ayant obtenu d’excellents
résultats aux examens de fin d’année. Le
ministre s’est également rendu au cimetière des Martyrs avant de visiter la commune de Tafraoui où il a inauguré une
stèle commémorative.
Amel SAHER

AADL 2

Les NOUVEAUX TARIFS connus le mois d’août

Les souscripteurs au programme
« AAdL 2 » sont appelés dès le début du
mois d’août à payer la deuxième tranche,
soit 5% de la valeur de leur logement,
vient d’annoncer le ministre de l'Habitat,
Abdelmadjid Tebboune. Il a souligné que
le paiement de la 2e tranche s’effectuera
juste après la clôture du dossier des souscripteurs « AAdL 1 », prévue à la fin du
mois courant, précisant que les prix des logements ne connaîtront aucune hausse du
prix de vente « à l'exception de celle déjà
décidée, auparavant qui est celle du paiement de 20% du prix du logement ».
Il a expliqué que cette augmentation est
dictée par celle des matériaux de construction, en précisant toutefois, qu’elle sera appliquée par une hausse du montant des
versements mensuels après réception du
logement, la valeur des tranches (4) à
payer avant la remise des clefs reste inchangée, a-t-il précisé, tout en rappelant
que le prix des logements AAdL est estimé actuellement à 2,1 millions de dinars
pour les appartements de types F3 et à 2,7
millions de dA pour les F4.
Le ministre a affirmé que « rien ne justifie le maintien des prix actuels alors que
le coût de réalisation a fortement augmenté ». Il a, également, indiqué que le
prix de vente par facilités pour les souscripteurs au programme AAdL 2013 sera
fixé entre 6.200 et 6.500 dA par mois avec
des réajustements concernant le paiement
de la deuxième tranche de manière, à introduire les 20% décidés par la tutelle.
dans ce contexte il expliquera que les nouveaux tarifs seront connus d’ici le mois
d’août. Néanmoins, comme tiendra à le
préciser le ministre, « notre engagement à
appliquer le programme du Président de la
République ne nous permet pas de nous arrêter devant des entraves financières ».
Par ailleurs, et pour ce qui est de l’opé-

C

Pas de 3e tranche
pour les souscripteurs LPP

ration des choix des sites pour les souscripteurs, le ministre a indiqué qu’ils pourront
procéder au choix des sites, à travers
l'Agence de l'amélioration et du développement du logement (AAdL), au plus tard,
fin juillet, soulignant que l'Agence ne procèdera à aucune opération concernant les
souscripteurs AAdL de 2013, avant la remise des clés aux souscripteurs AAdL de
2001 et 2002.
En se référant à ces déclarations, on
constatera que la date de l’opération des
choix des sites pour les souscripteurs
d’AAdL 2, annoncée par le ministre ne
sera pas maintenue hélas ! C'est dire qu'elle
prendra encore un peu plus de temps, alors
que théoriquement, et selon le même ministre, le paiement de la deuxième tranche
était programmé en janvier dernier avec
une remise des décisions de pré-affectation
en mai 2016. Selon ses explications, le
« nombre très important » de souscripteurs
d’AAdL-2 serait à l’origine de ce retard.
« Vu le nombre de souscripteurs d’AAdL2, et pour mieux se préparer, le choix des
sites sera pour la première quinzaine du
mois d’août ou la deuxième ».

Par ailleurs, et pour ce qui concerne les
souscripteurs au programme « LPP », le
premier responsable du secteur, a fait savoir qu’ils « n’auront pas à payer une troisième tranche  » en précisant que ces
derniers doivent verser la totalité du prix
pour recevoir les clés de leurs logements.
Lancée en juin 2013, par le gouvernement, cette formule destinée à la classe
moyenne est, longtemps, demeurée dans
l’expectative de sa mise en route et notamment, sur le prix final que devra payer les
souscripteurs. Jusqu'à avril dernier, ils
étaient 20.201 souscripteurs à avoir reçu
les notifications des sites de leurs logements. 11.965 se trouvent dans la capitale.
Le nombre de demandeurs de logements
LPP qui ont payé la deuxième tranche, en
attente, donc, d'une pré-affectation, est de
29.971, dont 19.362 à Alger. 26.336 d'entre
eux, dont 17.837 à Alger, ont choisi leurs
sites. L'ENPI doit encore répondre à plus
de 6.000 autres demandeurs.
Cette formule n'a pas non plus échappé
aux circuits informels, puisque plusieurs
ordres de versement pour des logements
LPP ont été mis en vente en ligne.
Tebboune a souligné que son département avait demandé aux services de sécurité d'ouvrir une enquête sur le site Web
ayant publié les annonces, affirmant que la
loi interdisait ce genre de pratiques.
Outre le fait d’être dépossédé de son logement, le souscripteur qui aura vendu son
appartement sera poursuivi en justice,
avertit M. Tebboune qui précise que ces
souscripteurs avaient signé une déclaration
sur l’honneur auprès des services concernés.
Kafia AIT ALLOUACHE

OMMENTAIRE

La connaissance historique ne consiste pas à raconter ce qui
s’est passé d’après les documents écrits, mais en fonction de ce
qu’il convient de découvrir et quelles sont les principales
exigences de toute collectivité, à se mettre en quête de matériaux
qui ouvriront l’accès au passé, à son exploration méthodique.
En effet, par l’histoire, chaque génération transmet la mémoire
des générations passées, et la jeune génération bénéficie des
découvertes et des leçons du passé. Ainsi, les hommes ne sont
pas condamnés à recommencer de zéro, comme le font les
animaux. Par conséquent, la responsabilité morale et politique
à l’égard du passé est toujours sous-jacente à la prégnance d’un
travail de mémoire qui privilégie la promotion de l’histoire
pour en fortifier la structure, la cohérence et la cohésion.
L’histoire est indissociable dans ce contexte spécifique, des
aspirations à vivre ce passé et de s’exprimer au présent.
L’opinion publique, les militants de la cause nationale, les
chercheurs affichent un unanimisme au sujet de la nécessité de
continuer à faire pression sur la France pour avancer dans les
dossiers encore en suspens entre les deux parties. Ils soulignent

QUESTION
DE SOUVERAINETÉ
l’importance de la restitution des archives de l'Algérie pour
l’écriture de l’histoire. Il s’agit bien d’une bataille de
souveraineté que le pays se doit de mener, que la question doit
être appréhendée dans son ensemble, dès lors que tous les
documents se rapportant à la période coloniale ont leur
importance. Dans une région sismique comme la nôtre, même
les archives liées à l’architecture et à l’urbanisme peuvent être
utiles. Il y a lieu de revendiquer une plus grande insistance à
faire valoir ce droit inaliénable et qu’il appartient à l’Algérie
d’être plus offensive dans ce domaine, et ne pas attendre que la
France daigne rendre publiques toutes les archives, celle-ci
ayant forcément des choses à cacher et des personnes à
préserver. L’histoire s’écrit et se réécrit en permanence, dès lors
que chaque nouvelle génération a tendance à l’écrire selon de
nouvelles visions et sources de recherche. Il faut plaider à ce

ATTENTAT DE NICE

Une cinquième victime
algérienne identifiée et un jeune
garçon gravement blessé
Une cinquième victime algérienne de l'attentat terroriste de Nice a été identifiée alors qu'un jeune garçon
algérien a été gravement blessé, a annoncé hier le porteparole du ministère des Affaires étrangères.
"Nous avons le regret de confirmer le décès de Mme
Myriam Bellazouz, citoyenne algérienne née à Nice le 7
décembre 1986, exerçant en qualité d'avocate, portée
disparue suite à l'attentat terroriste de Nice", a indiqué
Abdelaziz Benali Cherif dans une déclaration à l'APS.
Selon les informations recueillies auprès du cabinet du
maire de Nice, le corps de la défunte "a été formellement identifié. Sa famille à Alger a été informée et ses
obsèques devraient avoir lieu à Nice", a précisé le porteparole. Le décès de Myriam Bellazouz "porte à cinq le
nombre des victimes algériennes de l'acte terroriste innommable commis à Nice le 14 juillet dernier", a-t-il
ajouté.
Par ailleurs, "un jeune enfant algérien âgé de 4 ans
et demi, gravement blessé, se trouve actuellement en situation assez critique au service de réanimation d'un
hôpital de Nice", a encore indiqué le porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

SERVICE NATIONAL

Les citoyens de la classe 2013
appelés à RÉGULARISER
leur situation

Les citoyens de la classe 2013 et ceux retardataires des
classes antérieures, ayant achevé ou abandonné leurs études
au plus tard le 31 décembre 2013, sont appelés à régulariser
leur situation vis-à-vis du service national, a indiqué hier un
communiqué du ministère de la défense nationale (MdN).
"La direction du service national porte à la connaissance des
citoyens de la classe 2013 (nés entre le 1er janvier 1993 et le
31 décembre 1993) et ceux retardataires des classes antérieures, ayant achevé ou abandonné leurs études au plus tard
le 31 décembre 2013, qu'ils sont appelés à se rapprocher des
centres ou bureaux du service national de rattachement, en
vue de procéder à la régularisation de leur situation vis-à-vis
des obligations du service national", précise le MdN. La direction du service national a, à cet effet, établi le calendrier
suivant :
- du 24 juillet au 28 juillet 2016 pour ceux nés entre le 1er
janvier et le 31 mars ;
- du 31 juillet au 4 août 2016 pour ceux nés entre le 1er
avril et le 30 juin ;
- du 7 au 11 août 2016 pour ceux nés entre le 1er juillet et
le 30 septembre ;
- du 14 au 18 août 2016 pour ceux nés entre le 1er octobre
et le 31 décembre.
Les citoyens concernés sont par ailleurs appelés à fournir
une copie de la pièce d'identité et une copie du diplôme ou
de l'attestation d'abandon des études.

MINES COLONIALES

1.147 engins détruits
en juin

Un total de 1.147 mines datant de la période coloniale ont
été découvertes et détruites durant le mois de juin 2016 dans
le cadre des opérations de déminage menées par les unités de
l'Armée nationale populaire (ANP) le long des frontières est
et ouest du pays, a-t-on appris hier de source officielle. Ainsi,
au niveau de la 2e Région militaire, 14 mines antipersonnel et
quatre mines anti-groupes ont été découvertes et détruites,
alors qu'au niveau de la 5e Région militaire, 1.099 mines antipersonnel, 28 mines anti-groupes et deux mines éclairantes ont
été découvertes et détruites, précise la même source.
Suite à ces opérations, le total général des mines découvertes et détruites à la date du 30 juin 2016, s'élève à 839.639
mines, soit 696.177 mines antipersonnel, 137.813 mines antigroupes et 5.649 mines éclairantes, ajoute la même source.

propos, pour une utilisation de notre passé comme un stimulant
pour avancer et non pas comme une rente qu’il suffit de
consommer, tout en faisant remarquer que les générations
actuelles sont en train de comprendre cela, en ayant
naturellement leurs propres exigences et enjeux. S’agissant de
la question des archives, si la France a consenti, depuis 2012, à
les ouvrir et à les mettre à la disposition des Algériens, elle ne le
fait qu’avec parcimonie, de manière sélective et intéressée, que
pour les documents non compromettants, à savoir
administratifs, diplomatiques, divers rapports. Alors que
l’historien, pour ne parler que de ce cas de figure, est convaincu
que l’ancien colonisateur ne pourra pas remettre
volontairement de ses propres mains, ce qui pourra le
condamner, ou contribuer à le discréditer. Ce combat est
fondamental pour le peuple algérien qui ne peut supporter ou se
résigner d’être privé d’un patrimoine historique utile pour
l’écriture de son histoire et pour la fortification de sa mémoire
nationale.
M. B.