Vous êtes sur la page 1sur 48

Action: Assistance Technique

Stratégie Nationale du Secteur des Biotechnologies

Bénéficiaire: Ministère de l’Industrie

Rapport préliminaire

Sous-secteur Biotech-Agroalimentaire

ECT: Prof. Ahmed MLIKI

Objectifs et méthodologie

La présente étude repose sur l exploration du milieu de la

recherche et celui des Industries Agroalimentaires, à travers la

documentation et les enquêtes de terrain pour :

- faire l’état des lieux de la maîtrise et de l’application des

biotechnologies en Tunisie,

- identifier les forces et les faiblesses de chacun de ces deux

- identifier les forces et les faiblesses de chacun de ces deux
- identifier les forces et les faiblesses de chacun de ces deux milieux,

milieux,

- identifier des opportunités de collaborations entre eux

- identifier des opportunités de collaborations entre eux
- identifier des opportunités de collaborations entre eux
- identifier des opportunités de collaborations entre eux

- et proposer des orientations stratégiques et un plan d’action

pour la promotion des biotechnologies dans le secteur

des IAA en Tunisie.

Plan de la présentation

A-ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION UNIVERSITAIRE EN

A-ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION UNIVERSITAIRE EN

A-ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION UNIVERSITAIRE EN

TUNISIE

Données générales, formation en Biotechnologie, agroalimentaire

Recommandations

B-ETAT DES LIEUX DE LA RECHERCHE EN
B-ETAT DES LIEUX DE LA RECHERCHE EN

B-ETAT DES LIEUX DE LA RECHERCHE EN

B-ETAT DES LIEUX DE LA RECHERCHE EN BIOTECHNOLOGIE EN TUNISIE

BIOTECHNOLOGIE EN TUNISIE

B-ETAT DES LIEUX DE LA RECHERCHE EN BIOTECHNOLOGIE EN TUNISIE

Données générales , Performances

Les mécanismes de valorisation et de financement de la recherche et de

l’Innovation

Les structures de liaisons et d’interfaces

LA RECHERCHEDEVELOPPEMENT DANS L E DOMAINE DES BIOTECHNOLOGIES A

VOCATION AGROALIMENT AIRE

Principales Institutions et structures de recherche

Principales thématiques développées

Analyse SWOT

Plan (suite)

C- ETAT DES LIEUX DU SECTEUR DE L’INDUSTRIE

C- ETAT DES LIEUX DU SECTEUR DE L’INDUSTRIE

AGROALIMENTAIRE EN TUNISIE

C- ETAT DES LIEUX DU SECTEUR DE L’INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE EN TUNISIE

ETAT DES LIEUX DU SECTEUR DE L’INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

PRINCIPAUX ATOUTS ET CONTRAINTES DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE

ETAT DE L’UTILISATIO N DES BIOTECHNOLOGIE S DANS L’INDUSTRIE AA

Analyse SWOT

D- ORIENTATIONS STRATEGIQUES POUR LE SECTEUR

D- ORIENTATIONS STRATEGIQUES POUR LE SECTEUR

BIOTECHNOLOGIES-AGROALIMENTAIRES

D- ORIENTATIONS STRATEGIQUES POUR LE SECTEUR BIOTECHNOLOGIES-AGROALIMENTAIRES

Au niveau de la formation académique

Au niveau R&D et partenariat recherche -entreprise

A-ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION UNIVERSITAIRE Répartition géographique des Universités en Tunisie: (13 université,
A-ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION UNIVERSITAIRE

A-ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION UNIVERSITAIRE

A-ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION UNIVERSITAIRE

Répartition géographique des Universités en Tunisie: (13 université, 181 institutions)

Université/région

Nombre d’institutions

Tunis (Universités Tunis-Ezzitouna- El

83

institutions (5 Universités)

Manar, Mannouba et Carthage)

 

Sousse et Monastir

33

institutions (17+16 , 2univ.)

Sfax

20

institutions (01 Univ)

Jendouba-Béjà-Kef-Siliana

13

institutions

(une seule université pour les 4 gouvernorats)

 
 

(une seule université pour les 2 gouvernorats)

15

institutions

Gabès-Médenine-Tataouine

(une seule université pour les 3 gouvernorats)

Etablissements de formation d’ingénieurs

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Tunis

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Gabès

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Bizerte

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Monastir

+/- 20

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sousse

Institut National Agronomique de Tunis

Ecole Polytechnique de Tunisie

Faculté des Sciences de Tunis

Sup-Com

Ecole Nationale des Sciences de l'Informatique de Tunis

Ecole Supérieure des Ingénieurs de l'Equipem ent Rural de Medjez El Bab

Ecole Sup. des Industries Alimentaires de Tunis

Ecole Sup. d'Agriculture du Kef

Ecole Sup. d'Agriculture de Mateur

Ecole Sup. d'Agriculture de Mograne

Institut Supérieur Agronomique Chott - Meriam

Les Instituts Préparatoires aux Etudes d'Ingénieur

Institut Préparatoire aux Etudes d'Ingénieur de Tunis

Institut Préparatoire aux Etudes d'Ingénieur El Manar (Tunis)

Institut Préparatoire aux Etudes d'Ingénieur de Bizerte Institut Préparatoire aux Etudes d'Ingénieur de Nabeul Institut Préparatoire aux Etudes d'Ingénieur de Sfax

Institut Préparatoire aux Etudes d'Ingénieur de Gafsa

Institut Préparatoire aux Etudes d'Ingénieur de Monastir

Les instituts de Biotechnologies

Institut Supérieur de Biotechnologie de Sidi Thabet Institut Supérieur de Biotechnologie de Monastir Institut Supérieur de Biotechnologie de Sfax

Institut Supérieur de Biotechnologie de Béjà

Institutions dispensant des formations et des diplômes universitaires en Agroalimentaire

Ecole Supérieure des Industries Alimentaires de Tunis (ESIAT)

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax (ENIS)

Institut National des Sciences Appliquées et de Technologie (INSAT)

Institut National Agronomique de Tunis INAT

Institut Supérieur de Biotechnologie de Monastir (ISBM)

ISET Médenine

ISET Bizerte

Faculté des Sciences de Bizerte (FSB)

10

Institut Supérieur de Pêche et d’Aquaculture de Bizerte (ISPAB)

Institut National de Nutrition et de Technologie Alimentaire (INNTA).

Institutions spécialisées en Agro-alimentaire

Ecole Supérieure des Industries Alimentaires de Tunis (ESIAT)

Centres sectoriels de formation professionnelle en AA

Production diplômante des écoles doctorales selon le domaine de recherche (2009-2011)

Domaine de recherche

Domaine de recherche

Nombre des écoles

doctorales

 
cotutelle

cotutelle

cotutelle

Sciences humaines

et sociales

Sciences juridiques

et politiques

Sciences exactes

Sciences de la vie

et biotechnologie

techniques de

Sciences et

8

487

78

1902

Bourses jeunes chercheurs

Année

Contrats chercheurs par spécialité

Total
Total
Biotechnologie Sci. de L’Ingénieur Eau Energie

Biotechnologie

Sci. de

L’Ingénieur

Eau
Eau

Energie

Technol. de

l’information

48 3
48 3

48

48 3
3

3

3
3

Sci. des

matières

Autres
Autres
2007 17 6 5 2008 71 23 16 8 2009 85 23 14 1 2010
2007 17 6 5 2008 71 23 16 8 2009 85 23 14 1 2010
2007 17 6 5 2008 71 23 16 8 2009 85 23 14 1 2010
2007 17 6 5 2008 71 23 16 8 2009 85 23 14 1 2010
2007 17 6 5 2008 71 23 16 8 2009 85 23 14 1 2010

2007

17

6

5

2008

71

23

16

8

2009

85

23

14

1

2010

115

23

20

5

2011

189

42

30

11

2012

136

58

25

14

644

186

111

44

115 23 20 5 2011 189 42 30 11 2012 136 58 25 14 644 186
115 23 20 5 2011 189 42 30 11 2012 136 58 25 14 644 186

4

8

2

4

13

34

644 186 111 44 4 8 2 4 13 34   1 81 126 125 9
644 186 111 44 4 8 2 4 13 34   1 81 126 125 9
644 186 111 44 4 8 2 4 13 34   1 81 126 125 9
644 186 111 44 4 8 2 4 13 34   1 81 126 125 9
644 186 111 44 4 8 2 4 13 34   1 81 126 125 9
 

1

81

126

125

9

175

24

300

49

5

300

82

6

1107

  1 81 126 125 9 175 24 300 49 5 300 82 6 1107
  1 81 126 125 9 175 24 300 49 5 300 82 6 1107
  1 81 126 125 9 175 24 300 49 5 300 82 6 1107
4 8 2 4 13 34   1 81 126 125 9 175 24 300 49

58% des bourses sont en biotechnologie (la plus grande progression : +de 300% en 5 ans)

Les effectifs dans l’enseignement supérieur (2011/2012)

Effectif des étudiants du secteur public 339 619 Relevant du MERS 315 291 Placés sous
Effectif des étudiants du secteur public
339
619
Relevant du MERS
315
291
Placés sous la cotutelle du MERS et
24
328
d’autres ministères
Effectif des étudiants dans le secteur
17
773
privé
Répartition des étudiants par genre
Garçons
130
555
· Filles
209
064

MERS : Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique

Nombre de diplômés par genre

Année 2008/2009 2009/2010 2010/2011 2011/2012 2012/2013 Masculin 24566 32317 25602 23355 41064 Féminin
Année
2008/2009
2009/2010
2010/2011
2011/2012
2012/2013
Masculin
24566
32317
25602
23355
41064
Féminin
53718
48534
45525
65630
86035
Ensemble
74133
68880

Formation universitaire et employabilité

En 2013:

Population active : 3.961.800 personnes

Nombre de chômeurs: 620.600 soit 15,7%

(13,1% hommes et 22,5% femmes)

Diplômés de l’université au chômage: 248.400 soit 33,5%

du total des chômeurs dans le pays

(23,1% homme et 43,5%femmes).

Recommandations - Formation

-Révision des cursus et programmes des enseignements et formations universitaires

afin de les rendre plus adéquats et compatibles avec les besoins de lenvironnement socio-économique (emplois).

-Réhabilitation des halls technologiques et salles de TP .

-Donner de limportance à certaines matières scientifiques et littéraires stratégiques (anglais-bioinformatiques,) et les assurer par des professionnels.

- Instaurer la formation par alternance université-industrie (surtout pour les ingénieurs)

-Enseignement de la qualité et de linnovation dès les 1ères années de l’université.

- Soutenir linfrastructure des universités et laboratoires de recherche par des fonds

spécifiques (dans une stratégie nationale impliquant les régions)

B-ETAT DES LIEUX DE LA Recherche En 2013 , 270 LR et un nombre équivalent
B-ETAT DES LIEUX DE LA Recherche

B-ETAT DES LIEUX DE LA Recherche

B-ETAT DES LIEUX DE LA Recherche

En 2013, 270 LR et un nombre équivalent d’UR

110 LR et 108 UR : soit 40% de la totalité sont dans le domaine

des sciences et technologie du vivant (Biologie/biotechnologie/santé), 38 LR et 26 UR sont directement impliqués dans des recherches

biotechnologiques

61%

des mastères et doctorats pour la période 2009-2011 sont dans le

domaine des sciences de la vie et biotechnologie (1333 mastères et 589 doctorats)

Financement de la recherche

Budget de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (En million de dinar tunisien)

Budget

 

2008

2009

2010

2011

2012

2013

Enseignement sup et

 

974 141

1035 237

1111 137

1 163 090

1 236 868

1 339,074

recherche

 

Par rapport au PIB (%)

 

1,76

1,76

1,75

1,80

1,75

5

 

Part de la recherche

             
 

scientifique

 

25 280

16 410

27 067

(Laboratoires et unités)

-

-

-

 

%total :

2,5

1,5

2,4

%PIB :

0,44

0,26

0,42

Source : Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique

Le budget moyen d’un laboratoire de recherche (accordé par le MESRS) au cours des 4 dernières années est de l’ordre de 150 000 dinars

Quelques indicateurs de performance
Quelques indicateurs de performance

Evolution du nombre total de publications tunisiennes (source : Thomson Reuters)

Tunisie/Maghreb

Tunisie/Maghreb Evolution de la production scientifique des pays maghrébins (source : Thomson Reuters)

Evolution de la production scientifique des pays maghrébins (source : Thomson Reuters)

Composition et activité des structures de recherche participant à l’enquête de la présente étude

Paramètre Moyenne corps A 5 Corps B (MA - A) 14,8 Ingénieur 0,91 Potentiel humain
Paramètre
Moyenne
corps A
5
Corps B (MA - A)
14,8
Ingénieur
0,91
Potentiel humain
Doctorant
23,25
Nombre de doctorants encadrés par un corps A
4,65
*Budget annuel octroyé par le MESRS en MD
129,16
*Autre budget annuel (tunisien et/ou étranger) en MD
95
Budget
*Budget total annuel par laboratoire
224,16
*Budget annuel par chercheur
5,1
Nombre d’articles publiés par an par laboratoire
24,41
Production
Nombre d’articles par an et par chercheur
0,6
scientifique
Production de thèse de doctorat/an par laboratoire
2,8
et Diplômante
Production de thèse de doctorat/corps A
0,56
Nombre de brevets déposés en Tunisie pendant les 4 dernières années par
1,5
laboratoire
Nombre de brevets déposés en Tunisie par laboratoire et par an
0,375
Valorisation des
Nombre de brevets déposés en Tunisie par chercheur et par an
0,009
résultats de la
Nombre de projet de valorisation déposé par laboratoire pendant les 4 dernières
recherche
0,25
années
Et interaction avec
Autre projet de valorisation (PNRI, PIRD,…) déposé par laboratoire pendant les
0,08
l’industrie
4 dernières années
Nombre de bourse Mobidoc pour doctorant impliquant la collaboration avec
1,08
l’industrie pendant les deux dernières années par laboratoire
Nombre de bourse Mobidoc pour post -doctorant impliquant la collaboration avec
0,41
l’industrie pendant les deux dernières années par laboratoir e
Implication en
Implication directe des activités en agroalimentaire (en %)
38,91
agroalimentaire
Implication indirecte des activités en agroalimentaire (en %)
79,16

MD : mille dinars,

*Le budget englobe tout les besoins d’un chercheur ou d’un laboratoire : équipement, consommables et réactifs, missions et

stages, contrats, maintenance, sous -traitance,…

Principales thématiques de recherche en Biotechnologie-agroalimentaire Développées par les structures de recherche

Thématique

Institution

Microorganismes

Enzymes (microbiennes)

Extraits naturels de plantes

Ferments

Substances bioactives (anti-

microbiennes)

Aliments fonctionnels

Composés d’arômes

Produits alimentaires

biologiques

Procédés alimentaires

CBS, ENIS, FST, INSAT, ISBST, CBBC,

CBS, INSAT, ENIS,

IRA, CBBC, INSAT, ESIAT, ENIS,

CBS, ENIS, INSAT,ESIAT

INSAT, CBS, CBBC, FST, ISBST, IRA, ESIAT,

INAT

ENIS, CBS, INSAT, ESIAT, INAT,

INAT, CBBC, INSAT, ESIAT

CBBC, FST, CTAB,

ENIS, INSAT, CBS, ESIAT, INAT

Principales Institutions et structures de recherche actives en biotechnologies-AA

Institution

Structure de recherche

Principales activités de

recherche en Biotechnologie-

AA

Principaux partenaires

industriels (AA) et ou

Techniques

Principaux partenaires industriels (AA) et ou Techniques Centre de Biotechnologie de Sfax(CBS) Centre de
Principaux partenaires industriels (AA) et ou Techniques Centre de Biotechnologie de Sfax(CBS) Centre de
Principaux partenaires industriels (AA) et ou Techniques Centre de Biotechnologie de Sfax(CBS) Centre de
Principaux partenaires industriels (AA) et ou Techniques Centre de Biotechnologie de Sfax(CBS) Centre de
Principaux partenaires industriels (AA) et ou Techniques Centre de Biotechnologie de Sfax(CBS) Centre de

Centre de

Biotechnologie de

Sfax(CBS)

Centre de

Biotechnologie de

Borj-Cédria

(CBBC)

Ecole Nationale des

Ingénieurs de Sfax

(ENIS)

Institut National

des Sciences

Appliquées et de

Technologie

(INSAT)

L.

de Microorganismes et

Production et caractérisation

CTAB,

Biomolécules

d’additifs alimentaires, enzymes,

L.

Valorisation de la biomasse et

microorganismes probiotiques,

production de protéines chez les

fermentation en bioréacteur.

Eucaryotes

L.

Bioprocédés Environnementaux

Laboratoire Protection et

Amélioration des plantes

L.

des substances bioactives

Production de substances

CTAB, PRESIDENT,

L.

des Légumineuses

bioactives à partir de plantes et de

CTAA, CTC, UCCV,

L.

des plantes extrêmophiles

microorganismes, additifs

L.

de physiologie moléculaire des

alimentaires, production de

plantes

produits agricoles biologiques,

L.

de biotechnologie de l’huile

composés naturels d'origine

d’olive

végétale

L.

Valorisation, d’analyse et de

Procédés agroalimentaires,

CDS, GIPA, VACPA,

sécurité des aliments

Enzymes à usage agroalimentaire

SOCOHUILES,

L.

de Génie Enzymatique et lipase

(lipase, protéase,…),

PARACHIMIE , ElWAHA,

L.

Génie Enzymatique et Micro

microorganismes,

CHO, CHAHRAZED,

biologie

CONFISERIE

Enzymes et Bioconversion

ETTRIKI

LETMI

fermentation alimentaire dirigée,

Industries du lait, des viandes,

aliments fonctionnels, additifs

produits de la mer emballage,

alimentaires, procédés

olives, céréales, boissons,

agroalimentaires, probiotiques,

enzymes, composés naturels

d'origine végétale

Ecole Supérieure des

Industries

Alimentaires de

Tunis (ESIAT)

Faculté des sciences

L.

Biochimie et Technobiologie

Production de substances

de Tunis (FST)

L.

Microorganismes et Biomolécu

bioactives à partir de

 

Actives

plantes et de

 

L.

biodiversité, biotechnologies et

microorganismes, additifs

 

changements climatiques

alimentaires, production de

 

L.

Biochimie des lipides et éléme

produits agricoles

Actifs des plantes

biologiques,

UR Biochimie des lipides et des

interactions avec les

macromolécules

Unité de bioconservation et val

de produits agroalimentaires

procédés agroalimentaires,

ferments lactiques, huiles

essentielles,

bioconservateurs,

Sciences et

Technologies de la

Mer (INSTM)

Institut National

L.

agroalimentaire

Agronomique de

Tunis (INAT)

Institut des Régions

L.

écologie pastorale

Arides (IRA)-

Médenine

Institut National es

L.

biodiversité et biotechnologie

Procédés technol. alim:

aliments fonctionnels

composés naturels d'origine

végétale

Huiles, microalgues

Technopole

agroalimentaire,

CTAB,

Industries olives,

lait, viande,

céréales, CTAA

Technopole AA

Bizerte, Société

AOLGOY

L.: Laboratoire, AA: agroalimentaire, UR. Unité de recherche

Les mécanismes de valorisation de la recherche et de l’Innovation

Programme de Valorisation des Résultats de la Recherche « VRR »

Projets de recherche fédérée ou PRF

Programme National de Recherche et d’Innovation ou « PNRI » Prime accordée au titre des Investissements dans les activités de Recherche

Développement« PIRD

Les structures de liaisons et d’interfaces

L’Agence Nationale de Promotion de la Recherche Scientifique " ANPR «

Les technopôles

Les pépinières d’entreprises Les centres d’affaires Les cyber-parcs Les Bureaux de Transfert de Technologie

Outils spécifiques de financement de création d’entreprises

Fonds d’essaimage : Loi n°2005 - 56 du 18 Juillet 2005 Fonds d’amorçage : Loi n°2005 - 58 du 18 Juillet 2005

Institutions financières spécialisées : Banque de Financement des PME, Banque Tunisienne de Solidarité, SICARs, …

Fonds Spéciaux du Trésor : FOPRODI, FODEC, RIICTIC (ex RITI)

Un Technopôle dédié à l’agroalimentaire: Bizerte

Composante

Etat d’avancement du projet

 

Ecole Nationale d’Ingénieurs de Bizerte : en activité dans des locaux provisoires (au stade de lancement de l’Appel d’Offres pour la construction des nouveaux locaux)

Institut Supérieur des Etudes Technologiques (en activité)

Enseignement

Institut Supérieur de Commerce et de Comptabilité : en activité dans

Supérieur

des locaux provisoires (en cours de construction des nouveaux

locaux)

Institut Préparatoire aux Etudes d'Ingénieurs de Bizerte : en activité dans des locaux provisoires (au stade de préparation du programme fonctionnel des nouveaux locaux)

Innovation et Valorisation

Pépinière d’entreprises (en cours de réalisation)

Centre de ressources technologiques (au stade des études)

Production et Développement

Zone d’activités économiques constituée de lots de terrain aménagés et d’ateliers relais (réalisée)

Services

 

Communs

En cours de réalisation

SWOT Recherche

Forces

Bonne formation des chercheurs (niveau international) Compétences reconnues internationalement Collaboration internationale assez développée +/- bonne maîtrise de l’Anglais scientifique

Instruments multiples de financement (niveaux national et

international)

« Recherche en relation avec les besoins nationaux »

Plateaux techniques existant ou en cours d’implémentation: capacité

potentielle

d’analyse Maîtrise des nouvelles technologies Biodiversité/bio-ressources

«

»

«

Environnement socio-économique potentiellement favorable

Organisation/intégration de certains centres de recherche en technopoles

Création de technopôles et de pôles de compétitivité »

 

Faiblesses

 

La recherche n’est pas suffisamment être prise en compte en tant que secteur de développement socio -économique.

-

Lois/réglementations tunisiennes pèsent lourdement sur la bonne gestion, la rentabilité et la compétitivité de la recherche

-

 

Infrastructure

 

Infrastructure non adéquate (espace, sécurité,…)

 

Logistique très insuffisante au niveau des établissements de recherche

Normes de sécurité de travail non respectées et insuffisamment contrôlées

Maintenance défectueuse (manque de compétences spécialisées)

Assistance, suivi et contrôle défectueux (consommation, gaspillage)

 

Gestion administrative et financière

 

Le responsable d’une structure de recherche n’a aucune liberté de gestion du budget de sa structure

Fonctionnement et entretien des équipements lourds (Plateforme) souvent non rentable

Appels d’offres et concessions trop longs et lourds

 

Financement national faible et arbitraire

Nombre élevé de doctorants par structure de recherche et par encadreur (recherche de moindre qualité)

La gestion des projets de recherche est soumise aux contraintes administratives et financières de l’institution

Montants des budgets inadéquats et insuffisants pour faire une recherche de quali té

Maintenance défectueuse (manque de compétences spécialisées)

Assistance, suivi et contrôle défectueux (consommation, gaspillage)

Système d’évaluation et de suivi de la recherche inadéquat et inefficace : Système s d’évaluation et de financement des proj ets: non contraignant s.

Systèmes de recrutement des chercheurs arbitraire (inadéquation des profils)

Absence de la culture de l’innovation et de l’entrepreneuriat

Absence de motivations à tous les niveaux : Manque d’incitation aux chercheurs pour qu’ils fa ssent le plus

Pas de frais spécifiques pour des missions et déplacements pour la négociation de collaboration et de contrats (ex : H2020)

Manque de coordination entre centres de recherche y compris dans la même technopole ou région. La responsabilité est à qui ?

Opportunités

Assouplissement de la gestion administrative et financière des institutions et structures de recherche (ex : EPNA) Infrastructure scientifique de bonne qualité Collaboration et réseautage aux niveaux national et international Motivation-Encouragement et incitations

Structure d’évaluation compétente et autonome (disposant de moyens propres et

conséquents) stratégie de rapprochement avec l’industrie (une vraie stratégie de valorisation) :

volonté politique mais aussi « initiatives locales et régionale»

Structures et spécialistes d’interfaçage en Recherche-Industrie Bonne gestion, pilotage, et gouvernance de l’innovation

Communication professionnelle et non opportuniste et publicitaire

-Identification des priorités nationales/besoins du tissu socio-économique et sur la réalité et les moyens de notre potentiel de la recherche scientifique (prise en compte des spécificités régionales)

-Financement conséquent aux projets prioritaires et innovants (compétition) -Les Appels à projets doivent être sous forme de PRF multidisciplinaires à objectifs clairs et quantifiables grâce à une évaluation continue (financements mixtes de la part des différents ministères, secteurs professionnels, régions,…) Accès aux appels d’offres internationaux (européens en particulier) Proximité géographique des partenaires européens

Menaces

Faible volonté politique:

stratégie de développement et de promotion de la

Faible volonté politique: stratégie de développement et de promotion de la

recherche

pour devenir un pilier du développement socio -économique

Maintien des lois de la gestion actuelles

Maintien des lois de la gestion actuelles

Pas de réformes

Maintien des lois de la gestion actuelles Pas de réformes

de R&D

efficaces et adéquates de la Formation et de

l’Encadrement des étudiants

Pas d’autonomie

(même partielle) des universités et structures de

recherche

Mauvaise visibilité auprès des industriels

Mauvaise visibilité auprès des industriels

Pas d’incitations

Mauvaise visibilité auprès des industriels Pas d’incitations

conséquentes aux chercheurs et aux industriels pour faire

du développement par la recherche et l’innovation

Incompétence aux niveaux gestion, pilotage, et gouvernance de la RDI

Collaboration et réseautage

Collaboration et réseautage Structure d’évaluation compétente et non autonome
Structure d’évaluation compétente et non autonome

Structure d’évaluation compétente et non autonome

faibles aux niveaux national et international

Insuffisance de l’accompagnement national et international (coatching)

Communication opportuniste

et publicitaire et non professionnelle

Pas de développement de structures propres de propriét é intellectuelle

Migration des compétences

Recommandations- Recherche

Stratégie nationale

 

Réviser les statuts des institutions de recherche pour faciliter leur gestion et améliorer leur

compétitivité aux niveaux national et international

Organiser des Jury spécifiques de recrute ment (propre ou impliquant les structures concernées)

capables de satisfaire les besoins réels des structures de recherche (identifier le bon profil)

Revoir le système et les critères d’évaluation pour promouvoir la compétition et l’excellence

(faire part iciper l’industrie). Système d’évaluation à adapter en fonction des exigences du

« marché de la recherche »

Etablir des centres et des laboratoires de recherche d’excellence avec des moyens et incitations

conséquents

Encourager l’investissement national et international

Légiférer le traitement et la valorisation des déchets

Il faut une recherche à la carte en fonction des besoins du pays et des régions qui doivent être

correctement planifiés à long terme

Financement en fonction de la pertinence scientifique et technologique

Instaurer des instruments d’encouragement et de soutien de la performance aux niveaux

institutionnel -structure de recherche et individuel (chercheur distingué)

Instaurer des structure de sout ien (et de coaching) pour faciliter et améliorer l’accès au financement

externe (industrie, international notamment européen)

Créer des structures de développement et d’ouverture (coopération) sur l’environnement au niveau

national-maghrébin-méditerranéen-africain et international

Stratégie de lutte contre la migration des compétences nationales

Statut chercheur : doit bénéficier d’incitation et d’encouragement à l’excellence et à l’innovation

Infrastructure

Infrastructure

Mise à niveau intégrale des institutions et structures de recherche selon les

normes internationales

Inscrire un Budget d’entretien et de maintenance des équipements et des

locaux

Management de la recherche

: Lourdeur administrative

Gestion administrative et financière

 

Statut EPNA des institutions de recherche

Comptes en devises et dinar convertible au nom des institutions de

recherche

Faciliter la sous-traitance avec des structures spécialisées

Maîtrise et contrôle de la consommation et du gaspillage (eau, énergie,…)

Gestion de la recherche au laboratoire

 

Un laboratoire de recherche doit être géré comme une PME

Encadrement: limiter le nombre d’étudiants pour promouvoir la qualité

Encourager le recrutement des post -docs tunisiens et étrang ers

Revoir les critères de constitution des laboratoires pour les rendre plus rentables

 

Valorisation des résultats de la recherche

 

Développement de projets répondant aux besoins spécifiques, conjointement avec le département ou

 

secteur concerné

Former des professionnels et spécialistes en interfaçage recherche-industrie

Les projets de recherche doivent faire l’objet d’appels d’offre et de financement conjoints entre la recherche

 

et l’industrie

Instaurer la recherche d’alternance: mobilité recherche -industrie

Création de labos associés: Recherche-Centre Technique et Recherche-Industrie

Faciliter et encourager les projets collaboratifs laboratoire -entreprise « instaurer un système de partenariat

 

souple et efficace » Il faut des outils pour établir la confiance et la confidenti alité.

Collaboration technopole-Gouvernorat (conseil socio-économique régional) : représentation dans les conseils

 

respectifs

Instances certifiées permettant l’obtention des certificats de mise sur le marché

l’industrie peut ouvrir (et gérer) des laboratoi res dans les universités et centres de recherche pour promouvoir

 

la formation des étudiants mais profite directement des produits issus de ces laboratoires.

Assistance pour les aspects de certification -brevets -normes,…

Instaurer un système Post -doc dans l a recherche et dans l’entreprise

Eclaircir et Renforcer le rôle des sociétés de gestion des technopôles dans la gestion et la promotion de la

 

recherche à l’échelle régionale (priorité absolue), nationale et internationale .

Mobilité recherche-industrie-recherche afin de connaitre les attentes et les contraintes des uns et des autres et

 

d’instaurer un climat de confiance.

Promotion de la R&D et de l’innovation auprès de l’entreprise: (pour plus d’ouverture à la collaboration

 

et à l’investissement dans la recherche)

C- Etat des lieux du secteur des IAA

Dynamisme du secteur

Le secteur de l’IAA occupe la 4 ème place dans l’industrie tunisienne et il est 1 er au niveau des industries manufacturières. L’IAA : plus de 70000 emplois soit 13 % de l’ensemble des emplois des industries manufacturières.

L’IAA emploie 25 % des ingénieurs du pays

L’IAA représente plus de 3% du PIB national. L’IAA totalise 18% des entreprises industrielles et un taux de valeur ajoutée générée en 2013 de l’ordre de 20%. La Tunisie 2e exportateur mondial d’huile d’olive après l’Union européenne.

La Tunisie est le 1er exportateur mondial de dattes.

La Tunisie est le 2e pays exportateur d’Afrique de produits bio et 24ème mondial en termes de valeur. La Tunisie est le 3e pays mondial producteur d’huile d’olive bio. Les exportations du secteur de l’IAA génèrent plus de 2000 millions de DT

Institutions d’appui du secteur des IAA

Le secteur de l’industrie agroalimentaire en Tunisie est appuyé par un grand nombre

d’institutions (financières, techniques, réglementaires,

)

:

Agence de promotion des investissements agricoles (APIA)

Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (APII)

Agence de promotion de l’investissement extérieur (FIPA-TUNISIA)

Centre de promotion des exportations (CEPEX)

Fédération nationale de l’agroalimentaire (FENAAL–UTICA)

Centre technique de l’agroalimentaire (CTAA)

Centre technique de l’emballage et du conditionnement (PACKTEC)

Centre sectoriel de formation en industries agroalimentaires d’Elkhadra

Centre technique de l’agriculture biologique (CTAB)

Office national de l’huile (ONH)

Office des céréales (OTC)

Office des terres domaniales (OTD

Indicateurs sur la R&D et l’utilisation des biotechnologies dans les entreprises agroalimentaires

ntreprise Domaine d’activité Taille Activité Collab- Utilisation Besoin en Invest. Appro-
ntreprise Domaine d’activité Taille Activité Collab- Utilisation Besoin en Invest. Appro-

ntreprise

Domaine

d’activité

ntreprise Domaine d’activité

Taille

Activité

Collab-

Utilisation

Besoin en

Invest.

Appro-

Valor-

(Nbre

R&D

oration

Biotech :

Biotech

R&D

ision-

isation

emplois

avec la

type,

(mD/an)

nnement

déchets

Perman

recherche

échelle,

ents)

cadre

emplois avec la type, (mD/an) nnement déchets Perman recherche échelle, ents) cadre

1 Fromage

25

2 Conserves

120

3 Lait

650

4 Fruits

-

Légumes

5 Huiles et

520

dérivés

6 viande

1250

7 Poissons

15

8 Conserves

35

9 Conserves

25

10 Céréales et

200

dérivés

11 Céréales et

300

dérivés

12 Huiles et

350

dérivs

13 Céréales et

12

dérivés

14 Céréales et

550

dérivés

15 Céréales et

400

dérivés

PFE

Non

PFE

Non

Oui

Non

PFE

Non

PFE-

-

thèse-

Post-doc

PFE-

Oui

thèse

-

-

PFE

--

PFE

-

PFE

-

PFE

-

PF-thèse

-

mobidoc

Non

non

PFE-

Oui

mastère-

thèse

PFE-

Oui

mastère

-

30

Oui

-

Oui

-

Oui

-

Oui

-

Oui

-

-

-

Oui

-

Oui

-

Oui

-

Oui

-

Oui

2

Oui

-

Oui

2%

budget

Oui b

1MD

Oui

Oui

Oui

Non

Non

Non

Oui

Non

Non

Oui

Non

Oui

Oui

Non

Oui

Non

Oui

Non

Non

Non

Oui

Non

Oui

Non

Oui

Non

Oui

Oui

Oui

Non

Oui Non Oui Non Non Non Oui Non Oui Non Oui Non Oui Oui Oui Non

SWOT - IAA

Forces

-Diversité des produits -Disponibilité de la matière première -Production de produits biologiques en plein essor -Disponibilité et accessibilité aux équipements -Produits de norme internationale -Même qualité sur le marché local et à l’exportation -Avantage Qualité/prix des produits tunisiens à l’exportation - Formation professionnelle -Bureau de mise à niveau -Institutions d’appui

des produits tunisiens à l’exportation - Formation professionnelle -Bureau de mise à niveau - Institutions d’appui

Faiblesses

Niveau production/approvisionnement MP

Productivité insuffisante et approvisionnement irrégulier :

Les contrats de culture ne sont pas bien respectés.

Prix élevés de la matière première importée

Transport et stockage souvent dans de mauvaises conditions

Main d’œuvre et conditions de récolte

Plusieurs variétés de fruits et légumes cultivées en Tunisie ne sont pas orientées vers l’industrie de transformation

L’ UTAP n’est pas suffisamment associée dans la planification agricole

Respect des exigences de production de qualité (emplois des pesticides, traçabilité,…).

Faiblesses

Niveau Industrie AA

Faible développement d’une stratégie de filière impliquant tous les acteurs.

Problème de standardisation des produits (irrégularité au niveau de la MP).

Perfectionnement de la qualité

Discipline et respect des conditions de travail

Faible compétitivité à l’export

Absence de consortium industrie intégrée

Transport et stockage

Faiblesses

Niveau R&D

Généralement, l’entreprise a besoins réactivité et de correction rapide mais pas vraiment de recherche (création-innovation)

La R&D est souvent perçue comme un investissement non fructueux

Très faible présence de «chercheurs professionnel» au niveau du service R&D de l’entreprise

Très faible utilisation des biotechnologies dans les procédés AA

Faible contact et collaboration avec le monde de la recherche

La recherche en Tunisie n’est pas suffisamment orientée vers l’industrie

Les structures de recherche en Tunisie manquent d’unités pilotes pour faire

des essais pré- et/ou semi industriels. Ceci handicape le chercheur pour valoriser ses résultats et convaincre l’industriel pour adopter des procédés innovants.

Opportunités

Recherche en fonction des besoins de l’industrie

Structures d’interfaçage professionnelles

Communication efficace

Concertation entre tous les acteurs de la chaine de valeurs

Stratégie et vision à très long terme (assurer un développement

durable et servir les générations futures)

Menaces

Détérioration de la productivité agricole dans le cadre du changement climatique Concurrence des produits étrangers

Homologation des prix

Insuffisance de fonds pour la R&D et l’innovation

Absence de vision et de stratégie intégrée de recherche et de

développement des IAA à long terme v

Recommandations - IAA

-Amélioration de la productivité agricole par un partenariat avec la recherche

-Promotion de la filière Biologique -Mécanisation de la récolte -Promouvoir la concurrence sur la base qualité-prix. -Avoir une vraie équipe R&d en entreprise

-Développer la veille technologique

-formation continue du personnel et des dirigeants (R&D, innovation, valorisation,…) -Renforcer le rôle des CT dans la stratégie d’innovation et la formation

professionnelle (manque de main d’œuvre spécialisée)

-Cofinancement de projets entre recherche et industrie : coresponsabilité -Prioritarisation des thématiques de recherche à grande valeur ajoutée et forte intégration dans le tissus économique et industriel du pays

Recommandations - IAA

-Incitation pour retenir les compétences nationales (qui émigrent) capables d’améliorer et d’innover

-Prioritarisation des thématiques de recherche à grande valeur ajoutée et forte intégration dans le tissus économique et industriel du pays -Communication: journées ouvertes, workshops thématiques -Recyclage de la matière à renforcer:sensibiliser l’entreprise sur la valorisation des déchets/coproduits et au respect de l’environnement (jusqu’à les contraindre) -Améliorer l’efficacité énergétique -Evaluation en fonction de nouvel environnement (nouveaux marchés: Afrique)

-Espaces de communication et de rencontre pour: recherche-industrie-financiers-

marché

Conclusion : Le rapprochement entre recherche et industrie et l’utilisation des

biotechnologies en entreprise nécessiterait l’union et la volonté de tous les acteurs et

intervenants dans la chaîne de valeurs dans le cadre d’une vision à long terme et

d’une stratégie intégrée.

D- ORIENTATIONS STRATEGIQUES POUR LE SECTEUR
D- ORIENTATIONS STRATEGIQUES POUR LE SECTEUR

D- ORIENTATIONS STRATEGIQUES POUR LE SECTEUR

D- ORIENTATIONS STRATEGIQUES POUR LE SECTEUR BIOTECH-AA : Quelques axes prioritaires

BIOTECH-AA : Quelques axes prioritaires

D- ORIENTATIONS STRATEGIQUES POUR LE SECTEUR BIOTECH-AA : Quelques axes prioritaires

Au niveau de la formation académique

-Modernisation et autonomie des universités :

Modernisation à tous les niveau (infrastructure ------Gestion autonome)

Formation de Qualité

Implication dans les programmes de développement régionaux

et nationaux en tant que partenaire

-Mise en réseaux les universités:

La mise en réseau et la mutualisation des infrastructures de formation et de

recherche (plateformes multidisciplinaires et complémentaires) ainsi que des

compétences contribuera à enrichir et améliorer la formation et la recherche

dans tout pays mais aussi à rationaliser les dépenses publiques .

enrichir et améliorer la formation et la recherche dans tout pays mais aussi à rationaliser les
 

Au niveau R&D et partenariat recherche -entreprise

 

- soutien financier conséquent à la recherche

 

-une

amélioration

structurale

en

profondeur,

juridique

et

administrative des structures de recherche

 

-

Encouragement de la R&D en entreprise :

 

-financement des projets hébergés et conduits en partenariat recherche -

entreprise ou public -privé.

- faciliter l’intégration et le recrutement de jeunes d octorants dans les

entrep rises ( moyennant une subvention ou contribution financière )

L’initiative des bourses Mobidoc est un pas positif qui mérite d’être amélioré

et poursuivi.

- Les Appels à projets de recherche:

Projets fédérés

Financement con jo int

Evaluation indépendante

- Financement de l’innovation :

S outenir les efforts et projets d’innovation des PME à travers des

financements avantageux et des primes et aides.

- Décentralisation de l’innovation :

Des encouragements spécifiques devraient être dédiés au développement

industriel, à la recherche et à l’innovation dans les régions, notamment dans

des secteurs stratégiques spécifiques des régions

-

Ouverture à l’investissement étranger :

 

L’implantation d’entreprises étrangères de haut niveau technologique et avec un

potentiel R&D élevé inciterai les entreprises tunisiennes à s’améliorer pour

résister à la concurrence

Ces entreprises contribueraient à lemploi

des diplômés des universités

et

chercheurs tunisiens

Plusieurs autres mesures sont envisageables pour l’amélioration de

l’utilisation des résultats de la R&D, de façon générale et des

biotechnologies en particulier, au niveau de l’industrie d’une manière

générale (ce qui est aussi valable à l’industrie agroalimentaires)

,

mais lessentiel cest de commencer quelque part.

Merci

Ceci est un document préliminaire qui nécessiterait d’être amélioré et complété.