Juillet 2016

CCI Leaks
Il y a quelque chose d’inexplicable en moi, qui porte malheur à celui qui me néglige. Talleyrand.

CPN extraordinaire du 20 Juillet 2016 :
les effets de la fin d’une mandature qui a su se fâcher avec tout le monde
Cela sent la fin de mandature : Ainsi ce 20 juillet , encore une commission paritaire pour RIEN !
Des présidents qui se contredisent et qui ne savent dialoguer ni avec l’Etat, ni avec les salariés et leurs représentants ! Souvenez-vous des dos tournés au Ministre des Finances, des mises à la porte de leur Tutelle lors des AG …nos
CCI ainsi conduites droit dans le mur !
On aurait imaginé que pour cette CPN demandée par les présidents eux-mêmes , leur délégation reviendrait vers les organisations syndicales avec de meilleures intentions que celles montrées lors de la CPN du 7 juin , où ils avaient réussi à faire
l'unanimité contre eux et à provoquer le départ anticipé de toutes les OS de la table des négociations : cette fois, les représentants des salariés sont tous restés face à des Présidents de CCI qui ont refusé la moindre demande de modification ou négociation de leur texte.

Fusions des CCI pour les régions 2017: le mystère éclairci de l’instance parallèle,
la CPRI
Ainsi on a découvert que les CPRI, instances parallèles aux Commissions Paritaires Régionales, devaient se voir confier une
mission impossible !
En effet Les présidents ont tenté de faire passer une nouvelle conception des règlements intérieurs applicables aux personnels
des CCI : Leur idée était de mettre en demeure les partenaires sociaux de renégocier tous les règlements intérieurs existants
dans toutes les CCI avec une date limite au 30 septembre 2016, donc en 4 semaines , faute de quoi tous les droits seraient
perdus ! Alors que depuis plus d’un an, avec le cas de la fusion des 2 « Normandie » les organisations syndicales interpellent
CCI France.
Qu'espèrent donc ces présidents de fin de mandature pour les prochains qui prendront leur place ?
Toujours le même modus operandi : c’est ce que propose l’employeur ou rien, non négociable. Or, ce que les Présidents
« proposent », ce sont de nouveaux reculs. Et toujours le risque qu’une organisation syndicale ne les signe à sa mauvaise habitude : en d’autres termes, c’est le choix entre RIEN ou MOINS.
Si au 1er octobre 2016, les nouveaux règlements intérieurs pour les nouvelles CCI fusionnées en 2017 , qui auront de nouveaux
présidents et de nouveaux représentants du personnel, ne sont pas revus par les anciens présidents parfaitement démobilisés car
trop occupés à leurs élections de novembre 2016 , les présidents de fin de mandature décrètent que tous les RI disparaissent et
tous les droits avec, en introduisant dans le statut la possibilité de ne pas avoir de règlement intérieur et garder le statut « nu ».
Après avoir interdit aux CPR de négocier des « droits plus favorables » les présidents veulent supprimer les Règlements
intérieurs !
Dans le même temps, les présidents ont tenté de faire voter la diminution drastique du nombre des représentants du personnel
pour les prochaines CCI régionales fusionnées en divisant à nouveau leur nombre par 2 (total national) qui avait déjà diminué de
moitié en 2013.
Là aussi , ils peuvent toujours rêver : toutes les organisations syndicales leur ont opposé un VETO
A cette heure, CCI France refuse de produire les bilans sociaux de sorte que personne ne puisse savoir combien il reste
d'agents après les suppressions de postes et licenciements pratiqués dans toutes les CCI.

CFE-CGC,
59 rue du Rocher 75008 Paris

http://cfecgc-cci.blogspot.fr/

Valeur du point 2016: ce sera encore 0%, un scandale
La valeur du point d'indice après 6 ans de blocage
Pendant 6 ans les présidents ont pris comme prétexte la situation de la Fonction Publique dont la valeur du point
d'indice ne bougeait pas pour bloquer celle des CCI qui sont des établissements publics !
Parallélisme des formes : puisque la valeur du point d'indice de la Fonction Publique vient d 'être réévaluée, 0.6%
en juillet 2016 et 0.6 % en janvier 2017, il est légitime de recevoir la réévaluation des établissements publics dans
les CCI.
Pendant 6 ans les présidents ont pris comme prétexte la situation de la Fonction Publique dont la valeur du point
d'indice ne bougeait pas pour bloquer celle des CCI qui sont des établissements publics !
Parallélisme des formes, la valeur du point d'indice de la Fonction Publique vient d 'être réévaluée 0.6% en juillet
2016 et 0.6 % en janvier 2017 , il est légitime de recevoir la réévaluation des établissements publics dans les CCI.
C'était sans compter sur le nouvel argument du président Marcon " les CCI sont des entreprises de services dans
un contexte concurrentiel" sic
Pour la réévaluation de la valeur du point : circulez il n'y aura rien !
Donc pour la délégation de présidents en fin de mandature : plus de fonction publique, plus d'augmentation, à part
une misère pour quelques uns qui finiraient par tomber en dessous du SMIC !

La CCART de substitution
Une organisation syndicale avait proposé la CCART de
SUBSITUTION : un salarié se porte volontaire à la place
d’un autre dont le poste est supprimé.
Le volontaire part avec des indemnités minorées par rapport à la suppression de poste car il s’agit d’une CCART.

re à la baisse un projet qui leur était déjà favorable
puisque moins bien indemnisé que la suppression de
poste.

L'après midi, le président Marcon a retiré le projet alors
même que l'organisation syndicale à l'initiative lui faisait
La CFE CGC a prévenu qu'elle soutenait à la condi- justement remarquer que l'employeur y gagnait ( et si
tion que les indemnités soient du même montant que l'employeur y gagne sur le coût , il y en a forcément
celles de la suppression de poste et non pas des indem- un qui perd ! ) :
nités inférieures comme proposées par la dite organisation syndicale. Il faut modifier les critères de licencie- Donc le président de CCI France à la manœuvre l'après
ment et cela reste de la suppression de poste à la midi annule les positions de ses homologues du mabonne indemnisation
tin. Nul n'est dupe : ils se disputent tous entre eux en ce
moment, période électorale oblige !
Il vaut mieux qu' on en reste au statut à savoir la suppression d'emploi avec ses indemnités statutaires et si Quant au dialogue social, à l'évidence , cela ne fait pas
quelqu'un , volontaire , se propose pour prendre la triste partie de la culture de nos présidents de fin de mandatuplace de celui qui doit être licencié, il bénéficiera des re !
mêmes indemnités de suppression de poste ( ce qui est Comme le dit le président Marcon, annonçant qu'il ne se
mieux que la CCART de substitution qui prévoyait des représentait pas à la présidence de CCI France dans le
indemnités minorées par rapport à la suppression de figaro du 19 juillet , "il y aura probablement 50% de reposte )
nouvellement d'élus dans les CCI "
Bref, le matin , les présidents ont tenté de revoir enco- Grand bien fasse aux CCI !

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful