Vous êtes sur la page 1sur 5
Position/affectation Position : Tout fonctionnaire est placé dans l'une des positions suivantes: 1- en activité ; 2- en service détaché ; 3- en disponibilité ; 4- mise à disposition ; 5- décharge syndicale. La position d’un fonctionnaire détermine l’ensemble de ses droits et obligations et à cet égard, tous les actes de gestion qui le concernent doivent tenir compte de sa position.  Position d’activité : Un fonctionnaire en activité lorsque :  Régulièrement titulaire d’un poste, il exerce effectivement les fonctions de l’un des emplois correspondants dans l’administration d’affectation y compris les périodes de congés administratifs, de maladie, de maternité et sans solde.  Est dans la même position : o le fonctionnaire mis à disposition, o le fonctionnaire bénéficiant des congés administratifs, des congés pour raisons de santé, du congé de maternité, du congé sans solde et de la décharge de service pour l’exercice d’une activité syndicale auprès de l’une des organisations syndicales les plus représentatives. Les fonctionnaires appartenant aux corps et cadres communs aux administrations, sont en position normale d’activité dans les administrations de l’Etat et dans les collectivités locales ou ils sont affectés  Détachement : Le fonctionnaire est en position De détachement lorsqu'il est placé hors de son cadre d'origine mais continue à appartenir à ce cadre et à bénéficier de ses droits à l'avancement et à la retraite. Le détachement a lieu sur demande du fonctionnaire et présente un caractère révocable (peut être annulé, aboli). Il s'effectue auprès : 1- d'une administration de l'Etat ; 2- d'une collectivité locale ; 3-des établissements publics, des sociétés de l’Etat, des filiales publiques, des sociétés mixtes et des entreprises concessionnaires 4- d’un organisme privé revêtant un intérêt public ou d’une association reconnue d’utilité publique ; 5- d'un pays étranger ou d'une organisation régionale ou internationale. Le détachement est prononcé pour une durée maximum de 3 ans renouvelable. A l’expiration de la période de détachement, le fonctionnaire détaché peut être: - soit réintégré dans son cadre d’origine à la première vacance et réaffecté à un emploi correspondant à son grade - soit, éventuellement, intégré sur sa demande dans l’administration d’accueil - soit continuer en position de détachement (Renouvellement) Le fonctionnaire détaché peut être immédiatement remplacé sauf s’il est détaché pour une période égale ou inférieure à six mois et si cette période n’est pas renouvelable. A l’expiration du détachement, (A52) le fonctionnaire détaché regagne obligatoirement son administration d’origine où il occupe le premier poste vacant. S’il ne peut être réintégré, faute de poste vacant correspondant à son grade dans son cadre d’origine, il continue à percevoir de l’administration de détachement la rémunération correspondant à sa situation statutaire durant l’année budgétaire en cours. L’administration d’origine prend obligatoirement en charge le fonctionnaire concerné, à compter de l’année suivante, sur l’un des postes budgétaires correspondants. Le fonctionnaire détaché auprès d’un Etat étranger ou d’une organisation régionale ou internationale est réintégré immédiatement dans son cadre d’origine lorsqu’il est mis fin à son détachement. A défaut de poste vacant correspondant au grade du fonctionnaire dans son cadre d’origine, l’intéressé est réintégré, en surnombre, par arrêté du chef de l’administration intéressé, visé par l’autorité gouvernementale chargée des finances. Le surnombre ainsi créé doit être résorbé à la première vacance venant budgétairement à s’ouvrir dans le grade considéré. Sont réintégrés également en surnombre : - les fonctionnaires visés à l’article 48 bis ci-dessus ; - les fonctionnaires détachés pour exercer des fonctions de membre de cabinet ministériel. Le fonctionnaire est détaché, de plein droit, dans les cas suivants : 1- nomination en qualité de membre du gouvernement ; 2- exercice d’un mandat public ou d’un mandat syndical, lorsque ce mandat comporte des obligations empêchant l’exercice normal de la fonction ; 3- occupation de l’un des emplois supérieurs prévus à l’article 6.  Mise en disponibilité : Le fonctionnaire est en position de mise en disponibilité lorsque il est placé hors de son cadre d'origine. Ce dernier continue d'appartenir à ce cadre mais cesse d'y bénéficier de ses droits à l'avancement et à la retraite. La position de disponibilité ne fait l’objet d’aucune attribution d'émoluments, en dehors des cas expressément prévus par le statut général de la fonction publique. La mise en disponibilité est prononcée par arrêté du ministre dont relève le fonctionnaire, soit d’office, soit à la demande de ce dernier. Le fonctionnaire est placé d’office en position de disponibilité s’il ne peut, à l’expiration du congé pour raisons de santé, reprendre son service. Cette durée ne peut pas excéder une année renouvelable à deux reprises pour une période égale. Dans le cas d’une mise en disponibilité à cause d’un congé maladie de courte durée, le fonctionnaire reçoit pendant six mois la moitié de ses émoluments. La mise en disponibilité à la demande des fonctionnaires est accordée dans les cas suivants : - Accident ou maladie grave du conjoint ou enfant ; - Engagement dans les Forces armées royales ; - Etudes et recherches présentant un intérêt général ; - Convenances personnelles ; - Education des enfants mineurs de moins 5 ans ou atteint d’une infirmité exigeant des soins continus ; - Suivi du conjoint. La durée de mise en disponibilité autorisée dépend des raisons invoquées. Le fonctionnaire mis en disponibilité sur sa demande doit solliciter sa réintégration deux mois au moins avant l’expiration de la période en cours. Le fonctionnaire qui ne demande pas sa réintégration dans les délais prévus ou qui refuse le poste attribué lors de sa réintégration, peut être rayé des cadres par licenciement après avis de la commission administrative paritaire. Mise à disposition : Le fonctionnaire est en situation de mise à disposition lorsque, tout en relevant de son cadre dans l’administration d’origine au sein d’une administration publique ou d’une collectivité locale et y occupant son poste budgétaire, il exerce ses fonctions dans une autre administration publique. Le fonctionnaire mis à disposition conserve, au sein de son administration ou collectivité d’origine, tous ses droits à la rémunération, à l’avancement et à la retraite La mise à disposition ne peut avoir lieu que pour les besoins nécessaires du service, afin de réaliser des missions déterminées durant une période limitée et avec l’accord du fonctionnaire Le fonctionnaire mis à disposition exerce des missions d’un niveau hiérarchique similaire à celui des missions qu’il exerçait dans son administration ou collectivité d’origine, avec l’obligation de lui soumettre un rapport périodique afin de lui permettre de poursuivre son activité  Décharge syndicale Le fonctionnaire bénéficie d’une décharge de service pour l’exercice d’une activité syndicale lorsque, tout en relevant de son cadre dans son administration d’origine et en y occupant son poste budgétaire, il exerce ses missions dans l’un des syndicats les plus représentatifs. Le fonctionnaire bénéficiant d’une décharge de service pour l’exercice d’une activité syndicale auprès de l’un des syndicats les plus représentatifs conserve, dans son administration d’origine, tous ses droits à la rémunération, à l’avancement et à la retraite.  Affectation : L'affectation représente l'entité de localisation du poste (lieu ou structure d'affectation) du fonctionnaire ou de l'agent… Tout fonctionnaire ou agent en position d’activité dispose d’une affectation. C’est l’autorité investie du pouvoir de nomination (Chef de l’administration) qui a la responsabilité de l’affectation. L’affectation est supportée par un poste budgétaire et caractérisée par une date de début Une affectation peut être interrompue par la suppression de l'emploi, par un changement de position statutaire, par une mutation ou par la sortie de service du fonctionnaire ou de l’agent  Mutation : La mutation a pour objet le transfert d'un fonctionnaire ou agent d’une entité administrative à une autre à l'intérieur de la même administration (Même ordonnateur)... L’ordonnateur ou le chef de l’administration détient le pouvoir de mutation sur le personnel relevant de son autorité. Les affectations prononcées doivent tenir compte des demandes formulées par les intéressés et de leur situation de famille en compatibilité avec l’intérêt du service. La mutation externe est un type de mouvement codifié par le système GIPE. Les mutations externes concernent les départements ministériels ayant instaurés des structures d’organisation ou des directions déconcentrées ayant des délégations de pouvoir au niveau des actes de gestion du personnel (Directions à réseau du Ministère des Finances, Ministère de l’Equipement et du Transport, Ministère de l’Intérieur..).  Réaffectation : Les fonctionnaires appartenant aux corps et cadres communs aux administrations publiques, peuvent être réaffectés d'une administration publique à une autre ou d'une collectivité locale à une autre ou d'une administration publique à une collectivité locale... La réaffectation des fonctionnaires se fait: - soit sur leur demande ; - soit sur la demande du chef de l'administration publique ou de la collectivité locale à laquelle appartient l'intéressé; dans ce cas la commission administrative paritaire compétente est consultée. Intégration L’intégration est l’opération ayant pour objet le changement de la position des fonctionnaires (Intégration des détachés dans l’administration de détachement) ou leur reversement dans un nouveau statut particulier. Un détaché peut demander son intégration dans l’administration de détachement et ce dans un cadre correspondant à la situation statutaire qu’il détient dans son cadre d’origine à la date de son intégration. A la rentrée en vigueur d’un nouveau statut particulier, les fonctionnaires concernés sont intégrés ou reversés dans le nouveau statut. Et même, les agents contractuels, le cas échéant, peuvent faire l’objet d’intégration dans le nouveau statut. L’intégration peut impacter la situation administrative des fonctionnaires : changement d’administration ou de cadre et grade, d’échelon et d’indice.  Réintégration C’est la prise en charge dans son cadre d’origine d'un fonctionnaire détaché, après congé maladie, mis en disponibilité ou non proposé à la titularisation après la période de stage suite à l’accès sur titre à nouveau grade. Un fonctionnaire exclu temporairement ou révoqué peut être réintégré suite à la fin de la période d’exclusion temporaire ou après grâce royale ou décision judicaire. La réintégration implique la disponibilité des postes budgétaires. Les fonctionnaires en position de mise en disponibilité pour une période supérieure à une année doivent passer une visite médicale avant leur réintégration. Les fonctionnaires recrutés par voie de concours et licenciés après la période de stage sont réintégrés dans leur cadre d’origine. Il en est de même des fonctionnaires détachés de leur cadre d’origine suite à l’accès sur titre à un autre grade dans lequel ils n’ont pu être titularisés.  Nomination La nomination est l’acte par lequel est assigné ou attribué un emploi public, une fonction ou un poste conformément à la réglementation régissant la fonction publique. Le terme de nomination est plutôt utilisé pour la nomination aux emplois supérieurs (Secrétaires généraux, gouverneurs, chargées d’études,..) et aux fonctions de responsabilité (Directeurs, chefs de division ou de service,..). Les nominations aux emplois supérieurs sont effectuées à travers des décrets. Les chefs de division et les chefs de service ou les responsables ayant des fonctions similaires sont nommés par arrêté ministériel. Parfois, le terme nomination est utilisé aussi pour désigner l'attribution d'un grade à un fonctionnaire. On parle dans ce cas de nomination dans le grade.  Maintien C'est le maintien, en position d'activité, des fonctionnaires dans leur emploi pendant une période déterminée au-delà de l'âge légal de départ à la retraite. Le maintien est une procédure d'exception, et à laquelle on ne doit avoir recours que dans l'intérêt du service Certains statuts particuliers prévoient la possibilité du maintien des fonctionnaires nommés dans des emplois statutaires pendant des périodes maximales renouvelables, le cas échéant, plusieurs fois. Les fonctionnaires en position de maintien conservent leurs situations administratives initiales

Centres d'intérêt liés