Vous êtes sur la page 1sur 10

Documents mis à disposition par

:

http://www.marketing-etudiant.fr

Attention
Ce document est un travail d’étudiant,
il n’a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr.
En conséquence croisez vos sources :)

Ex : Les ingénieurs de la fonction de production veulent souvent diriger les services qualité mais le service marketing qui est en contact direct avec les clients veut aussi souvent diriger le service qualité.CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE DE L’ENTREPRISE Définition : L’entreprise est un ensemble de salariés avec des objectifs et des intérêts différents. contremaître Employés et ouvriers . d’atelier Agents de maîtrise. on y liste par écrit les tâches que le salarié doit effectuer. B L’entreprise : L’entreprise est un système pyramidal. au sommet il y a le PDG et la DG. La fiche de fonction est rarement suivie à la lettre. de bureaux. cette répartition peut être orale ou écrite. techniciens. PDG DG Cadres supérieurs : - Directeur financier Directeur commercial Direction des ressources humaines Cadres moyens : . Ex : Fiche de fonction d’un vendeur  Prendre les commandes lorsque le montant de la commande est faible  Présenter les produits nouveaux de l’entreprise  Négocier les moyens de paiement  Enquête sur la satisfaction des clients Plus on monte dans la hiérarchie de l’entreprise plus la fiche de fonction est courte et générale.Chefs de services. Dans les grandes entreprises (+ de 500 salariés) il y a des fiches de fonction ou de poste écrites. I ANALYSE GENERALE DE L’ENTREPRISE : L’entreprise a 4 caractéristiques principales : A La division des tâches : Le travail est réparti entre les salariés spécialisés.

Le rôle des cadres et aussi des techniciens est la transmission des informations et des décisions mais les cadres et les techniciens risquent d’être court-circuités lorsque les ouvriers s’adressent directement à la direction. il y a une série de grèves dans les usines. le PDG a négocié directement avec les syndicats. l’entreprise a été fermée. Il peut le faire même s’il fait des bénéfices en France. Ex : Les délocalisations industrielles . Par exemple il peut y avoir des divergences sur la conduite de l’entreprise entre le cadre et l’employeur. Les salariés ne peuvent s’opposer à la fermeture de l’entreprise. Il y a trois types de communication : a) La communication verticale descendante : DIRECTION  CADRE  MAÎTRISE  OUVRIERS / EMPLOYERS C’est la forme de communication la plus répandue. c’est-à-dire que l’employeur n’a plus confiance en son cadre / technicien. l’employeur ne peut demander à son salarié de violer les lois : Ex : Espionnage industriel c) L’employeur doit respecter le règlement intérieur de l’entreprise qu’il a lui-même rédigé : Seul l’employeur est habilité juridiquement à définir les objectifs et les intérêts Ex : Arrêt BRION 1956 cour de cassation : un employeur voulait prendre sa retraite. Les salariés ont été licenciés. un employeur a parfaitement le droit juridiquement de former son entreprise en France et de transférer le matériel de production à l’étranger. La cour de cassation a décidé que l’employeur est le seul juge de l’intérêt de l’entreprise. cependant Auchan ne peut pas transformer un chef de rayon en agent de sécurité sans le consentement du salarié concerné. votre employeur Auchan doit respecter la fonction prévue dans le contrat de travail. Le salarié doit obéir aux ordres de son employeur mais il y a plusieurs limites à cette subordination juridique : a) Cette obéissance s’inscrit dans le respect du contrat de travail : Ex : Vous êtes chef de rayon chez Auchan. il n’avait pas de successeur. Il y a un risque de transformation ou de perte d’information au cours de cette communication. fin des années 80. Auchan peut demander à un chef de rayon de changer de rayon. un malaise est apparu chez les cadres qui avaient l’impression d’être inutiles. C’est une communication autoritaire et traditionnelle. Ex : Un employeur peut licencier un cadre ou même un technicien pour défaut de confiance.Juridiquement ont dit que le salarié est dans une situation de subordination juridique vis à vis de l’employeur. C L’entreprise est un système de communication : Il s’agit de mettre en relation les salariés spécialisés les uns avec les autres. Ex : Chez Renault. b) La communication verticale ascendante : OUVRIERS / EMPLOYERS  MAÎTRISE  CADRE  DIRECTION . b) Cette obéissance à l’employeur s’inscrit dans le respect des lois.

la charge nerveuse (stress) l’obligation d’adhérer aux valeurs de l’entreprise. Le salarié doit donc être motivé. Les rétributions sont diverses : monétaires (les salaires). atelier) vers la direction. c) La communication horizontale de même niveau hiérarchique : Ouvriers  Ouvriers Employés  Employés C’est une communication au quotidien essentielle. Elle est peu développée car les cadres y sont hostiles. E L’entreprise est aussi un système de surveillance et de contrôle des salariés : (théorie d’ALCHIAN. JENSEN) Pour l’économiste américain Alchian l’entreprise est un ensemble de contrats. Un salarié travaillera activement dans l’entreprise si ses rétribution (ce qu’il reçoit de l’entreprise) sont supérieures à ses contributions (ce qu’il apporte à l’entreprise). Les contributions sont aussi diverses : perte du temps libre parce qu’il travaille.…). Chaînes de communication longues et courtes : Ex : Un problème de panne dans un atelier de fabrication se déclare.Cette communication est nécessaire pour assurer la remontée des informations venant du terrain (client. elle n’existe pas indépendamment des salariés et de l’employeur qui la constituent. C’est une communication démocratique efficace. une mauvaise entente entre collègues de même niveau hiérarchique rend le travail extrêmement difficile. plus de la moitié des échanges d’informations entre salariés se fait à un même niveau hiérarchique. elle est au centre de nombreux contrats : - Contrat de travail Contrat d’achat-vente Contrat de société qui crée l’entreprise Les contrats de prêt et d’emprunt . symboliques (le prestige social de l’entreprise). Le salarié va comparer ce qu’il donne à l’entreprise et ce qu’il reçoit en contre-partie. voiture de fonction. deux moyens de communication sont possibles :  Le 1er moyen est la chaîne de communication longue : OUVRIERS DE FABRICATION  CHEF D’ATELIER  CHEF DU SERVICE ENTRETIEN  OUVRIER D’ENTRETIEN  Chaîne de communication courte : OUVRIER DE FABRICATION  OUVRIER D’ENTRETIEN D L’entreprise est un système de contribution rétribution : L’entreprise est un groupe d’individus. matérielles (bureaux.

Il y a alors deux problèmes de surveillance et d’information : a) La sélection adverse. II L’ENTREPRISE EST UN SYSTEME : A Notions générales sur les systèmes : Définition : un système est un ensemble d’éléments en interaction organisés en fonction d’un but. un hôpital sont des systèmes. L’entreprise est un système pour deux raisons : - Son but et de faire du profit Les salariés sont dépendants les uns des autres pour atteindre ce but B Les caractéristiques d’un système ouvert : L’entreprise est un système ouvert car c’est un système qui est en relation avec son environnement. comment le subordonné va-t-il se comporter au moment d’exécuter son contrat de travail : Ex : Le salarié embauché va-t-il effectuer toutes les tâches prévues dans son contrat de travail ? C’est pour cela qu’il existe une structure hiérarchique très forte dans l’entreprise. mais les subordonnés essaient souvent de tricher en travaillant moins c’est-à-dire de modifier le contrat de travail en leur faveur.L’entreprise organise l’ensemble de ses contrats de manière cohérente afin de produire des richesses. son objectif principal est de maximiser ses bénéfices. Tout système ouvert comprend : 5 . Ex : Une ville. L’entreprise est une relation entre le supérieur et les subordonnées Le supérieur est chargé de surveiller les subordonnés afin qu’il effectue correctement ses tâches. les caractéristiques du subordonné ne sont pas connues par le supérieur ou par l’employeur : Ex : les diplômes et les références présentés par un candidat à l’embauche sont-ils exacts ? b) Le risque moral.

(ex : le mécontentement d’un client peut conduire à modifier la production). ces soussystèmes peuvent être également décomposés en systèmes (ex : la fonction personnel (doc.…) b) Des variables d’entrée : une entreprise a besoin de 3 catégories d’entrées. Contrôle l’évolution de l’entreprise et des objectifs en comparant les réalisations et les objectifs.  En fonction de divers autres critères (Doc. fournisseurs. cette direction : - Fixe les objectifs : bénéfices. comptabilité) (Doc. l’énergie et les informations. production. parts de marché. Déclenche des actions correctives si les réalisations sont inférieures aux objectifs fixés. c) Des variables de sortie : ce sont les ventes de l’entreprise principalement mais aussi les salaires et impôts payés. concurrents. Il y a donc une hiérarchie de système dans l’entreprise. L’entreprise est dirigée par une direction dont le nom peut être variable.a) Un environnement (clients. L’analyse de système peut s’appliquer à tous les niveaux depuis un poste de travail jusqu’à l’entreprise tout entière. 1-A)  Les produits ou les marchés de l’entreprise (ex : Renault se scinde en 2 grandes divisions : les camions et les véhicules particuliers).A). On peut découper l’entreprise en systèmes selon :  Les fonctions d’entreprise (personnel. C Les caractéristiques du système entreprise : a) L’entreprise est un système composé de multiples sous-systèmes (doc. 1. f) Les rétroactions : les résultats de l’entreprise et ce qu’elle produit peuvent influencer le fonctionnement de cette même entreprise. d) Une structure : ensemble d’éléments interdépendants du système (ex : le service comptable va travailler avec le service commercial pour la facturation). les matières premières.  En fonction des régions ou des pays où l’entreprise est présente (Ex : Ford est divisé en Ford USA pour les grosses voitures et Ford Europe pour les petites voitures). 6 . e) Une régulation au pilotage du système entreprise. ventes. 2-A). 3-A et 4-A)).

L’entreprise permet d’étendre cette rationalité limitée. Conséquences : 7 . Ex : Le sous-système gestion du personnel : environnement marché du travail et réglementation du travail. La direction contrôle ses dépenses budgétaires grâce à des contrôleurs de gestion. 1-A et 2-A). l’Etat. les banques.b) L’entreprise est un système intégré et hiérarchisé (doc. le marché du travail. ils réagissent les uns sur les autres (ex : les concurrents obtiennent des crédits des banques qui prêtent également à l’entreprise concernée. Chaque service dispose d’un budget annuel. il lui faudrait un système mathématique avec plusieurs centaines d’équation.1 et 2) : L’entreprise fait face à de nombreux environnements très différents : les concurrents.  L’intelligence humaine est souvent insuffisante pour résoudre des problèmes importants et complexes. matières premières et machines. Une entreprise ne peut donc prendre les meilleures solutions possibles. les salariés. Le sous-système direction générale a deux buts principaux :  Intégrer et coordonner les autres sous-systèmes de l’entreprise (ex : le service de production doit travailler avec le service de recherche pour élaborer de nouveaux produits). une partie de l’information disponible est donc seulement utilisée. D L’entreprise est un système dont la rationalité est limitée : Tous les agents économiques (les entreprises.  Contrôler les autres sous-systèmes de l’entreprise pour atteindre les buts fixés. Ces environnements sont interdépendants. elle va se contenter de solutions satisfaisantes. raisonnables. ces contrôleurs ont pour rôle de calculer les écarts entre les objectifs et les résultats. Ils doivent aussi contrôler les dépenses de chaque service. Ex : Une firme multinationale possédant plusieurs centaines de produits différents ne peut maximiser son profit comme le voudrait la théorie économique. c) L’entreprise est un système ouvert (doc. Ex : Le sous-système production : environnement énergie. Chaque sous-système de l’entreprise a souvent un environnement particulier.…) ont une rationalité limitée pour deux raisons :  Les capacités des individus sont trop limitées pour traiter l’ensemble des informations riches et complexes. elle a des capacités de traitement supérieures à celles d’un individu.

Dans un environnement incertain il faut beaucoup d’informations. c’est le PDG. dont l’objectif est d’augmenter les salaires et d’empêcher les licenciements.a) L’entreprise permet de réduire les comportements de tricherie. Un groupe de travail dans une usine. donc perd de l’argent. ex : artisan) sera important. Les dirigeants de l’entreprise. il faut un minimum de coopération entre les salariés. qui dirige et fixe les objectifs. Le syndicat et la direction négocient un compromis. Chacune de ces coalitions a ses propres objectifs. Ex : Un syndicat peut être divisé entre les modérés et les « durs » vis-à-vis de l’employeur. pour réduire les coûts et augmenter les bénéfices. b) Avec un environnement incertain l’avantage de l’entreprise (par rapport à l’individu . EST PLUS FACILE POUR LES SALARIES D’ATTEINDRE LEURS OBJECTIFS EN PARTICIPANT A DES COALITIONS : III IL A Seul les individus ont des objectifs dans l’entreprise : Les entreprises n’ont pas d’objectif. 8 . Il y a généralement une coalition dominante mais pas toute-puissante de la direction générale. l’entreprise ne fonctionne plus. B Les entreprises sont constituées de coalitions de salariés : Ex : - Les syndicats. C Des conflits éclatent entre les coalitions pour imposer leurs objectifs : Ex : Conflit entre un syndicat et la direction qui veut licencier les salariés . l’entreprise n’est pas un être humain qui donne des ordres aux salariés. Les coalitions doivent donc aboutir à des compromis pour que l’entreprise fonctionne. Les entreprises peuvent donc survivre avec un grand nombre d’objectifs contradictoires. le syndicat déclenche une grève. représentant social de l’entreprise. par exemple pas de licenciement en contrepartie d’un gel des salaire. d’opportunisme grâce à une meilleure information. Ces coalitions de salariés peuvent se diviser en sous-coalitions.

Un technicien ou un cadre ne reçoit pas seulement un salaire mais la promesse implicite d’une carrière. les directions délèguent aux cadres et aux techniciens le contrôle sur les employés et ouvriers. Un ouvrier ne fait qu’échanger son plan de travail contre un salaire. Ils sont entre les ouvriers. les cadres et techniciens doivent adhérer aux objectifs et aux valeurs de la direction. les techniciens bénéficient d’une certaine autonomie. Les membres des coalitions reçoivent des avantages pour y rester. ils sont pris sur les ressources contrôlées par la coalition. Conclusion : Les techniciens et les cadres sont des salariés dans une position ambiguë lors des conflits sociaux au sein de l’entreprise. ils ne peuvent être licenciés. 9 . ces avantages sont inégaux selon les individus. cela implique un niveau de confiance et de loyauté élevée vis-à-vis de son employeur. les cadres.Ces coalitions fonctionnent comme des partis politiques avec des intérêts et des objectifs qui leur sont propres. Pour réaliser ce contrôle. Ex : Les syndicats disposent de bureaux et des coalitions de leurs adhérents. les employés et la direction. les salariés sont de plus en plus spécialisés. Ces coalitions se partagent les ressources financières et matérielles de l’entreprise. elles peuvent s’allier ou s’opposer (ex : un syndicat peut s’allier à une direction générale pour signer un accord de réduction du temps de travail). c’est un avantage important en période de chômage. La répartition des tâches de travail entre les salariés et de plus en plus poussée. Cette autonomie implique un minimum de confiance entre employeurs et cadres. Ex : Les délégués syndicaux sont des salariés protégés.

il n’a pas été relu et vérifié par Marketing-etudiant.fr Attention Ce document est un travail d’étudiant. En conséquence croisez vos sources :) 10 .Documents mis à disposition par : http://www.marketing-etudiant.fr.