Vous êtes sur la page 1sur 190
Etude d ’ un Projet Industriel de Fabrication d ’ articles en Caoutchouc pour Automobiles

Etude dun Projet Industriel de Fabrication darticles en Caoutchouc pour Automobiles

en Caoutchouc pour Automobiles

Etude d’un Projet Industriel de Fabrication d’articles en Caoutchouc pour Automobiles Page 1

Etude d’un Projet Industriel de Fabrication d’articles en Caoutchouc pour Automobiles

TABLE DES MATIERES

CHAPITRE I : DEFINITION DU PRODUIT

3

CHAPITRE II : CLASSIFICATION DES CAOUTCHOUCS:

4

CHAPITRE III : APPLICATIONS CLES :

5

CHAPITRE IV : DEFINITION DU METIER

5

CHAPITRE V : ANALYSE DU MARCHE

11

5.1. PROFIL DU MARCHE ALGERIEN

11

5.2. ENVIRONNEMENT DU MARCHE ALGERIEN

26

5.3. LE MARCHE INTERNATIONAL

28

5.4. COMPARAISONS INTERNATIONALES

39

5.5. ANALYSE DES PERSPECTIVES DE MARCHE

42

CHAPITRE VI : PLAN DE DEVELOPPEMENT DU PRODUIT

44

6.1. MARCHE CIBLE

46

6.2. OBJECTIFS ET STRATEGIES

48

6.3. PLAN MARKETING

49

6.4. PLAN GENERAL DE DEVELOPPEMENTSCENARII :

53

CHAPITRE VII : MOYENS NECESSAIRES POUR DEMARRER L’ACTIVITE

55

7.1

RESSOURCES HUMAINES :

55

7.3.

PROCEDE DE FABRICATION :

63

7.4.

EQUIPEMENTS NECESSAIRES :

72

7.5.

TECHNIQUES NOUVELLES :

81

7.6.

IMPLANTATIONS INTERNES ET CHOIX DES SITES D’IMPLANTATION :

83

7.7.

COUT DES INVESTISSEMENTS:

96

CHAPITRE VIII : FINANCEMENT

97

8.1.

CHIFFRE D’AFFAIRES : PROJECTION SUR 10 ANS : (VOIR ANNEXE 2)

97

8.2.

BESOIN DE FINANCEMENT GLOBAL :

98

8.3.

MONTANT DES FONDS RECHERCHES

103

8.4

BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT

105

8.5

PRIX DE REVIENT ET CALCUL DU COUT :

110

8.6

RATIOS- TAUX DE RENDEMENT ET POINT D’EQUILIBRE :

112

8.7

SCHEMA DE FINANCEMENT :

114

8.8.

DOCUMENTS FINANCIERS – PROJECTIONS :

116

8.9.

AVANTAGES ET AIDES SPECIFIQUES :

135

CHAPITRE IX : LES REGLES DE LA PROFESSION

136

9.1

CONTEXTE GENERAL :

136

9.2

STRUCTURE JURIDIQUE DE LA SOCIETE A CREER :

136

9.3.

QUALIFICATION, CERTIFICATION :

137

9.4

NORMES, REFERENTIEL :

137

9.5.

REGLEMENTATION :

137

9.6.

ORGANISMES SOCIAUX :

138

9.7

REGIME FISCAL :

140

CHAPITRE X : LES ANNEXES FINANCIERS

142

CHAPITRE

XI : LES ANNEXES MARCHE:

161

CHAPITRE XII : LES FICHES PROJET:

182

CHAPITRE I : DEFINITION DU PRODUIT

Les élastomères, comme les matières plastiques, font partie de la famille des polymères. Le terme « élastomère » est utilisé aujourd'hui pour désigner d'une façon générale tous les caoutchoucs, c'est-à-dire les substances macromoléculaires, naturelles ou synthétiques, possédant l'élasticité caoutchouteuse.

Le terme « caoutchouc » vient du mot indien cahutchu (« bois qui pleure ») et rappelle ainsi l'origine du caoutchouc naturel, précurseur des élastomères d'aujourd'hui. Le caoutchouc à l'état naturel, se présente sous la forme d'uns suspension colloïdale de latex secrétée par les plantes à caoutchouc. Les plus importantes de ces plantes sont l'Hévéa brasiliensis, arbre de la famille des euphorbiacées et d'autres espèces du même genre.

Les caoutchoucs synthétiques sont obtenus par polymérisation (création de macromolécules à partir de molécules de base) et par transformations physiques en présence de catalyseurs. Les caoutchoucs possèdent de très nombreuses propriétés. Ils sont notamment élastiques, étanches et antivibratoires. La combinaison de ces trois (3) propriétés leur assure un spectre d’utilisation extrêmement large.

a) Elasticité

L’élasticité se caractérise par la capacité d’un matériau à se déformer sous contrainte et à reprendre sa dimension initiale lorsque cesse la contrainte. Les caoutchoucs ne sont pas les seuls matériaux élastiques, mais ils sont les seuls à offrir une telle capacité de déformation. Ainsi, un ressort d’acier n’accepte guère de subir un allongement de plus de 10 %. En revanche, les caoutchoucs peuvent s’allonger couramment jusqu’à 500 % et dans certains cas, jusqu’à 1000 % ! On parle alors d’hyperélasticité.

De surcroît, les caoutchoucs conservent leur propriété d’élasticité à très basse température. Leur transition vitreuse, c’est-à-dire la température à laquelle ils se rigidifient se situe, en règle générale, aux alentours de –50 °C.

Exemples d’application : joints de portière d’automobile, flexibles, profilés pour portes et fenêtres…

b) Etanchéité

La seconde des grandes propriétés des caoutchoucs est l’étanchéité. Les caoutchoucs sont ainsi imperméables à l’air, aux gaz et à l’eau. Ils ont également une grande capacité à filtrer le bruit.

Exemples d’application : tubes et tuyaux, pneumatiques, toiles enduites, revêtement de toiture, joints…

c) Amortissement

Le caoutchouc possède également la capacité d’amortir les chocs ou de filtrer les vibrations. Il s’agit là de deux propriétés extrêmement importantes dans le monde des transports (automobile, aéronautique, aérospatial, ferroviaire…), dans celui de l’industrie (production d’énergie, machine / outil…) ou encore du BTP (appuis de pont, plots antisismiques

route),

pièces antivibratoires (filtration des vibrations en provenance du moteur ou des organes de liaison au sol…).

Exemples

d’application :

pneumatique

(amortissement

des

irrégularités

de

la

CHAPITRE II : CLASSIFICATION DES CAOUTCHOUCS:

On compte plus d’une quinzaine de familles de caoutchoucs. La classification courante consiste à séparer les caoutchoucs en trois catégories (les sigles utilisés sont ceux qui sont recommandés par la norme ISO 1 629 de 1995) :

1. Les caoutchoucs à usage général : Ils ne résistent pas aux huiles, mais résistent bien

aux acides et aux bases. Ils font preuve d’une élasticité exceptionnelle. Applications dans l’automobile : supports moteurs, balais d’essuie-glaces.

2. Les caoutchoucs à usages spéciaux : Ils présentent une bonne résistance vis-à-vis des

liquides agressifs (solvants, acides) ou des huiles et des carburants, et aussi un meilleur comportement à haute température. Ils vieillissent bien. Applications dans l’automobile : amortisseurs, joints de vitrage, de pare-brise, courroies de distribution, durites

3. Les caoutchoucs à usages très spéciaux : Ils ont d’excellentes tenues thermiques et

chimiques, et ils représentent plus de 5 % de la consommation totale. Applications dans l’automobile : fils d’allumage, bagues d’étanchéité.

TABLEAU DE SYNTHESE DES CAOUTCHOUCS

dans l’automobile : fils d’allumage, bagues d’étanchéité. T ABLEAU DE SYNTHESE DES CAOUTCHOUCS Page 4
(SOURCE : SNCP) Les deux premières familles de caoutchouc représentent 94% de la consommation. La

(SOURCE : SNCP)

Les deux premières familles de caoutchouc représentent 94% de la consommation. La troisième famille regroupe les élastomères à hautes performances thermiques et/ou chimiques indispensables et sont en plein développement sur le marché.

CHAPITRE III : APPLICATIONS CLES :

L’industrie de transformation des élastomères occupe une place de plus en plus importante dans l’économie mondiale. La production annuelle des caoutchoucs naturels ou synthétique dépasse les 24 millions de tonnes dans le monde, dont 24% en Europe. Grâce à leurs propriétés d’élasticité, d’imperméabilité et d’amortissement, l’utilisation des élastomères s’est donc généralisée à divers secteurs de l’industrie, tels que :

- l’industrie automobile représente plus de 75% de la consommation mondiale d’élastomères, avec les joints, les durites, les supports moteurs, les balais d’essuie-

et surtout la production de pneumatiques qui consomme à elle seule 63% de

glace

la production mondiale d’élastomères ;

- l’industrie aéronautique et spatiale, pour des pièces techniques, généralement composites et jouant le rôle de liaisons élastiques et/ou systèmes antivibratoires.

- le secteur BTP, avec les appuis de pont et les systèmes d’isolation antisismiques, utilisés notamment dans la construction des centrales nucléaires ;

- l’habillement, et en particulier l’industrie des chaussures (bottes, semelles,

qui, avec un siècle et demi d’existence, reste l’une des

chaussures de sport

)

premières applications du caoutchouc ;

- dans les domaines de l’industrie médicale et pharmaceutique, on utilise d’une part, des élastomères répondant à des exigences de pureté et biocompatibilité (principalement les silicones et les polyuréthanes, pour la conception d’articles tels que les prothèses ;

- dans d’autres secteurs, pour l’étanchéité, les revêtements anti-corrosion, tubes et tuyaux, les colles et mastics

3.1. Les applications dans le secteur de l’automobile

L’automobile

rassemble

de

nombreux

matériaux

appartenant

aux

grandes

familles

suivantes :

matériaux ferreux : fontes, aciers, tôles (environ 62 % de sa masse) ;

matériaux non ferreux : aluminium (fonte et tôle), cuivreux, magnésium (environ 9 %) ;

matériaux minéraux : verre, céramique (environ 4 %) ;

matériaux organiques : environ 25 %, répartis en moyenne de la manière suivante :

4 % : élastomères,

6 % : peintures, adhésifs, textiles, fluides,

15 % : matériaux plastiques, thermoplastiques (TP) ou thermodurcissables (TD).

Le caoutchouc, dans un véhicule ne se limite pas aux seuls pneumatiques. En effet, ces derniers font sensiblement jeu égal en terme de poids avec les quelques centaines de pièces techniques en caoutchouc présentes, en moyenne, sur un véhicule. Il s’agit pour l’essentiel de pièces de petites dimensions, produites en caoutchouc ou associés à d’autres matériaux (métal, plastique, tissu…).

3.2. Classification des pièces par fonction Les pièces montées sur un véhicule ont une fonction à remplir. Nous avons classé les pièces en caoutchouc en trois (3) principales fonctions en l’occurrence :

- la fonction étanchéité ;

- la fonction vibratoire isolation et acoustique ;

- la fonction transfert de fluide.

a) La fonction étanchéité : Cette fonction consiste à empêcher ou à réduire le passage d'éléments liquides, solides ou gazeux entre deux milieux. Il peut s'agir aussi bien d'éviter la sortie de fluides que l'on souhaite confiner dans un espace donné que l'entrée d'éléments indésirables dans une enceinte. L’étanchéité peut être statique ou dynamique : dans le premier cas, il n'y a aucun mouvement relatif entre les éléments intervenant dans l'étanchéité, dans le second il peut se produire des mouvements relatifs de rotation, de translation ou de « vissage » entre les pièces.

Les pièces d’étanchéité en fonction de leur emplacement sont sur la carrosserie ou sous capot. Les pièces sous capot concernent tous les types de joint (plat, torique, à lèvres…) alors que l’ensemble des joints assurant l’étanchéité des pare-brises, des portes, des glaces, de panneaux de carrosserie sont des pièces d’étanchéité carrosserie.

Exemples de pièces d’étanchéité :

de panneaux de carrosserie sont des pièces d’étanchéité carrosserie. Exemples de pièces d’étanchéité : Page 6
de panneaux de carrosserie sont des pièces d’étanchéité carrosserie. Exemples de pièces d’étanchéité : Page 6
de panneaux de carrosserie sont des pièces d’étanchéité carrosserie. Exemples de pièces d’étanchéité : Page 6

b) Fonction isolation vibratoire, acoustique : Diverses composantes d'un véhicule en circulation (moteur, pot d'échappement, pneus…) contribuent de manière plus ou moins significative à la puissance sonore globalement dégagée par celui-ci. On recense ensuite un certain nombre de phénomènes entre la bande de roulement du pneu et le revêtement de la chaussée, le phénomène d'adhérence - décollement du caoutchouc sur le revêtement, l'effet de compression - détente de l'air…) qui peuvent influencer la production de bruit et de vibration. Les conditions de conduite (vitesse du véhicule, phase d'accélération ou vitesse constante, choix du rapport de boîte de vitesses, …) jouent également un rôle dans la production de vibration et de bruit d'un véhicule.

Les principales pièces en caoutchouc qui participent à la diminution des phénomènes d’isolation, vibratoire et acoustiques sont :

Les supports cabines : Ce support est constitué de deux composants élastomères

montés précontraints dans une armature métal ou aluminium. Il doit permettre une déflexion importante dans les trois axes, des débattements limités dans toutes les directions pour un confort vibratoire optimum.

Les articulations élastiques : Les articulations élastiques servent essentiellement

à réduire le jeu et les frottements, elles limitent l’usure des pièces en mouvement et les bruits. L’articulation élastique remplace avantageusement l’articulation mécanique

dans le cas de mouvements d’oscillation ou de pivotements d’amplitude limitée. Une articulation élastique est composée d’un anneau en élastomère, pré comprimé entre deux armatures cylindriques. Sous l’effet de forces ou couples extérieurs, le mouvement relatif entre les tubes entraînera une déformation élastique de l’élastomère.

Les supports moteurs / boites de vitesses : Les supports élastiques sont des

organes possédant à la fois des propriétés d’élasticité et d’amortissement. Ils apportent une solution technique pour neutraliser la transmission des bruits et des vibrations mais assurent également une protection contre les chocs.

Les silents blocs de bras de suspension, de barres stabilisatrices et d’essieu :

Ils facilitent le transfert des mouvements de direction et réduisent les vibrations et les bruits. Ils de réduisent le roulis aussi bien dans les courbes que dans les changements de direction rapides. Ils permettent d’absorber les bruits et les vibrations au niveau de l’essieu supportant le poids du véhicule.

a) Fonction de transfert de fluides

Pour les circuits de refroidissement : Tuyau flexible permettant le transport de

fluide caloporteur à travers les différents éléments d’échanges thermiques de tout système nécessitant un refroidissement.

Pour les circuits hydrauliques : Tous types de tuyaux flexibles ou rigides permettant le transport de fluide dans des circuits hydrauliques.

Pour l’assistance freinage : Tuyau flexible ou rigide permettant le transport de

fluide hydraulique qui assure la fonction de freinage du maître-cylindre jusqu’au frein.

Pour l’air conditionné : Tuyau flexible ou rigide permettant d’assurer la liaison

entre les différents organes du circuit de réfrigération pour permettre le transfert de fluide frigorigène.

Exemples de pièces de transfert de fluide :

Exemples de pièces de transfert de fluide : Les autres pièces restantes concernent les courroies, les
Exemples de pièces de transfert de fluide : Les autres pièces restantes concernent les courroies, les

Les autres pièces restantes concernent les courroies, les bavettes les tapis de sol 3.3. Normes pour les caoutchoucs Les caoutchoucs techniques pour les applications automobiles font appel à des normes et cahiers des charges, utilisés par les constructeurs RENAULT et SNVI, qui permettent : la classification, la symbolisation et la définition des propriétés. Cette norme s’applique aux produits à base de caoutchoucs compacts vulcanisés.

1) Cahier des charges des prescriptions générales : Le présent cahier des charges définit les caractéristiques générales techniques et de stockage, les conditions d’agrément et de réception des pièces constituées principalement :

- d’un mélange de caoutchouc naturel,

- d’élastomères de synthèse,

- ainsi que de produits souples alvéolaires.

2) Cahier des charges de joints d'étanchéité pour vitres fixes : Ce cahier des charges définit les prescriptions générales techniques, les conditions d’agrément et de réception des joints d’étanchéité en caoutchouc compact de vitres fixes (pare brise, lunette arrière, vitres latérales…….).

3) Cahier des charges de pièces en caoutchouc compact pour extérieur de carrosserie, moulées, extrudées ou découpées : Le présent cahier des charges définit les prescriptions générales techniques, les conditions d’agrément et de réception des pièces en caoutchouc compact, situées à l’extérieur des véhicules et en général visible.

4) Cahier des charges du profil d'étanchéité de porte du compartiment moteur pour véhicule de l'avant blindé : Ce cahier des charges définit les prescriptions générales techniques, les conditions d’agrément et de réception des joints d’étanchéité de porte du compartiment moteur, pouvant recevoir une aspersion d’huile.

L’ensemble de ces cahiers des charges contribue à la détermination des éléments indispensable à la définition du produit.

CHAPITRE IV : DEFINITION DU METIER :

4.1. Définition du métier Réaliser des opérations diverses de fabrication, d’assemblage, de finition et/ou de conditionnement de pièces caoutchouc, manuellement ou sur machines, dans le cadre d’un mode opératoire précis, à partir des gammes de travail définies et en appliquant les

instructions, dans le respect des consignes de fabrication, de qualité, de sécurité et de protection de l’environnement.

Dans le respect des procédures, des instructions, du manuel de poste et des consignes de sécurité, il est chargé d’assurer la production industrielle dans les domaines d’activités professionnelles suivants : l’approvisionnement et la préparation des installations, machines et accessoires / la mise en production / la conduite de systèmes de production / le contrôle qualité / l’entretien et la maintenance de premier niveau des systèmes et matériels conduits.

L’essentiel des savoir-faire dans le caoutchouc peut se résumer ainsi :

- Conduite du système de production en mode normal, selon les instructions du document de production, du dossier machine et du manuel de poste et/ou consignes orales ou écrites ;

- Démarrage, arrêt et mise en en sécurité des différents systèmes, machines et installations ;

- Identification, caractérisation et compte rendu des anomalies, dysfonctionnements ou incidents de différentes natures (matières, fonctionnement, approvisionnements)

- Identification, expression, qualification des besoins en matières premières et outillages ;

- Reconnaissance, par la vue et/ou le toucher, de la qualité des matières travaillées ;

- Repérage des non-conformités des produits en cours et/ou finis en fonction de critères retenus ;

- Lecture, compréhension, restitution du contenu d’un document, d’une notice, d’un ordre de fabrication ;

- Mise en œuvre des consignes d’hygiène, de sécurité et d’environnement en vigueur ;

- Travail en équipe.

4.2. Définition des familles professionnelles et postes clés

FAMILLES

DEFINITION DES FAMILLES PROFESSIONNELLES

SOUS-FAMILLES

PROFESSIONNELLES

 

Activités liées à la fabrication et au conditionnement des produits, à la conception, réalisation et maintenance des équipements industriels ainsi qu’à l’organisation industrielle.

- Management

- Fabrication moules/outillages

INDUSTRIELLE

- Fabrication produits caoutchouc

- Fabrication de sous-ensembles

- Maintenance industrielle

 

- Organisation et méthodes

 

Activités de recherche, d’innovation et d’amélioration des formulations, des produits, des procédés et méthodes de fabrication, ainsi que des moyens de fabrication.

- Management

RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT

- Conception et développement des matériaux

- Conception et industrialisation des produits

 

- Gestion technique

 

- Prototypes et tests

 

Activités d’analyse du marché et de définition de l’offre/demande d’acquisition, de diffusion, de vente/d’achat et de gestion/administration commerciale des produits et services, ainsi que le support technique à ces différentes activités.

- Management

- Achats

Gestion

- administrative

et

commerciale

COMMERCIALISATION

- Marketing

- Ventes

- Support technique ventes

En résumé les postes clés dans une entreprise industrielle de caoutchouc sont :

Parmi les métiers les plus caractéristiques du secteur caoutchouc, nous pouvons énumérer les emplois suivants :

- Opérateur sur machines de formage des matières en caoutchouc,

- Technicien de méthodes - ordonnancement planification,

- Technicien de production des industries de process,

- Technicien de fabrication,

- Technicien de maintenance industrielle,

- Conducteur d’équipements industriels transformation caoutchouc,

- Technicien de laboratoire de recherche des industries de process.

- Opérateur sur appareils de transformation physique ou chimique,

- Opérateur sur machines de finition, contrôle et conditionnement,

- Opérateur de fabrication et de finition caoutchouc,

- Assistant de gestion technique matériaux,

- Assistant de gestion technique produits,

- Concepteur – développeur de produits,

- Concepteur – développeur – formulateur matériaux,

- Concepteur – développeur de procédés de fabrication de produits,

- Concepteur – développeur méthodes de fabrication des moules/outillages.

Ainsi que les postes d’encadrement :

- Encadrement stratégique : Directeur industriel,

- Encadrement intermédiaire : Responsable de fabrication,

- Encadrement de proximité : Animateur d’équipe fabrication produits.

CHAPITRE V : ANALYSE DU MARCHE

5.1. Profil du marché Algérien

L’étude a pour but de dimensionner le marché algérien de pièces en caoutchouc pour l’automobile. Ces produits d’origines diverses sont fabriqués par des sous-traitants sur le marché local ou importés dont le volume (quantité ou valeur) sont de loin supérieurs à la production locale.

Le marché des pièces en caoutchouc pour l’automobile se scinde en deux (2) segments différents : le marché de la première monte et le marché de la deuxième monte (pièce de rechange). La présence et/ou l’absence d'industries de production de véhicules (industriels et/ou légers) en Algérie induit des volumes plus conséquents pour le marché de la première monte que celui de la pièce de rechange et inversement.

5.1.1. Le marché de la première monte

Le marché algérien de la première monte est essentiellement constitué des entreprises suivantes :

SNVI : Producteur de véhicules industriels sur son site de Rouiba ;

ETRAG : Producteur de tracteurs agricoles à El Khroub ;

ENMTP : Producteur de matériel de travaux publics à Ain Smara Constantine ;

BTK : Producteur de véhicules tractés du carrossier français Behm-Titan-Kaiser à Tiaret ;

TOUFIK TRAILER, une entreprise de transformation de métal qui produit des véhicules

tractés, dans la zone industrielle de la wilaya de Batna à Kechida,

TIRSAM : une entreprise privée de production de véhicules tractés, dans la zone

industrielle de la wilaya de Batna à Kechida.

OMEGA, SICAME et COMET : qui commercialisent des semi-remorques à partir des

collections SKD qu’elles importent.

5.1.2. Le marché de la deuxième monte

Le marché de la deuxième monte (pièce de rechange) des pièces en caoutchouc porte sur les besoins de maintenance des véhicules motorisés industriels (lourds), utilitaires et particuliers (légers) et des véhicules tractés constituant le parc en circulation en Algérie 1 , qui présente une diversité importante de marques et de modèles.

5.1.3. Taille et volume du marché

Le recours aux données des services douaniers (CNIS) nous a permis d’évaluer le volume financier ainsi que le tonnage (matières premières, produits semi-finis, produits finis et pneumatiques) importés ainsi que leur origine. Les données disponibles (année 2010 et 2009) sont très agrégées dans la Section 7 et le Chapitre 40 : Caoutchouc et ouvrages en caoutchouc 2 et ont permis d’avoir une analyse très fine permettant d’approcher le marché sur plusieurs angles.

1 Pour plus de détail voir Annexe-9 : Le parc automobile au 31/12/2010 s’élève à 4,314 607 millions d’unités dont 62 % de véhicules particuliers et 38 % à caractère utilitaire. Le marché est en très forte expansion pour réduire la moyenne d’âge des véhicules mis en circulation. L’Algérie a importé 390 140 véhicules en 2011. 2 Pour plus de détail voir Annexe-1.

L’étude 3 effectuée s’est basée également sur les questionnaires renseignés par les entreprises publiques : SNVI (Rouiba), ETRAG (Constantine), ENMTP (Ain Smara) et BTK (Tiaret). Le canevas renseigné par AMF (Ateliers Mécaniques Ferroviaires) de Sidi Bel Abbès relevant de la SNTF n’étant pas exploitable sur le plan économique.

Il est à remarquer qu’un nombre assez restreint de sociétés privées (sous-traitants) fournit le marché algérien en pièces de caoutchouc. Nous avons tenté de répertorier ces entreprises, avec l’assistance des principales entreprises (donneurs d’ordre), la BAST et l’UPIAM, il semble qu’elles ne dépassent pas le nombre de 20. Il faut préciser que toutes les pièces en caoutchouc fabriquées localement utilisent de matériaux importés.

Le traitement et l’analyse des données d’importation du fichier CNIS nous ont permis de cerner la taille du marché algérien en 2010 4 qui représente une valeur de 33 952 716 086 Dinars (456 259 277 $) pour un volume de 119 830 716 kg pour l’équivalent de 176 031 442 pièces. Ce volume global a été réparti en trois (3) catégories :

1. Matières premières ;

2. Pneumatiques et chambres à air ;

3. Caoutchouc industriel (pièces techniques).

IMPORTATION 2010 TOTAL CAOUTCHOUC 119 831 tonnes VALEUR 33 952 716 086 DA Caoutchouc Matières
IMPORTATION 2010
TOTAL CAOUTCHOUC
119 831 tonnes
VALEUR
33 952 716 086 DA
Caoutchouc
Matières
Source CNIS
Dont
Pneumatiques et
Chambres à air
industriel
premières
(Pièces
techniques)
Tonnes
36 960
78 208
3 937
14 932 082 466
Valeur DA
674 005 562
18 098 297 084
2 %
44%
54 %

(Source : Données CNIS retraité 2010)

3 Les sources de données en provenance de l’ONS, CNRC et MIPME sont globales : ‘Branche Chimie – Plastiques – Caoutchouc’ ou bien ‘Secteur Plastiques et Caoutchouc’. Elles ne permettent pas de faire les recoupements/validations nécessaires pour ce genre d’études et apprécier le marché algérien du caoutchouc.

4 Les données du CNIS 2011 ne sont pas encore disponibles. Les chiffres de 2009, pour le caoutchouc, sont sensiblement identiques à 2010 (légères croissances de 2,3% en 2010).

Ces valeurs nous apparaissent réalistes compte tenu de notre base industrielle ainsi que de la part que représente le caoutchouc dans cette industrie (L’industrie de préparation et mélange ne représente qu’une faible part inférieure à 4 000 tonnes).

Cette répartition du volume global [54% de pneumatiques (dont près de 80% pour la deuxième monte) et 44% caoutchouc industriel)] traduit également la configuration du parc algérien et son importance dans la pièce de rechange et sa composante remplacement.

Pour cerner le marché des pièces techniques (caoutchouc industriel) dédié aux transports, nous avons réparti équitablement le volume à part égale comme le souligne les différentes analyses et études dans le monde (Sources : Pays de l’OCDE et SNCP).

REPARTITION EN TONNAGE
REPARTITION EN TONNAGE
TRANSPORTS AUTRES TOTAL SECTEURS PNEUMATIQUES 78 208 t 78 208 T 0 18 480 t
TRANSPORTS
AUTRES
TOTAL
SECTEURS
PNEUMATIQUES
78 208 t
78 208 T
0
18 480 t
CAOUTCHOUC
36 960 T
18 480 t
(50%)
INDUSTRIEL
(50%)
115 168 T

Pour répartir le marché de la première monte et celui de la seconde monte (pour le secteur des transports) nous nous sommes appuyés sur les données des principales entreprises ‘donneurs d’ordre’. Il est utile de signaler que la configuration industrielle est l’inverse de ce que l’on observe en Europe. On est très différent de la segmentation mondiale, ce qui n’est pas très surprenant puisque l’Algérie n’a pas de constructeur automobiles.

HYPOTHESE DE LA CONFIGURATION INDUSTRIELLE TRANSPORTS AUTRES TOTAL SECTEURS CAOUTCHOUC 18 480 t 18 480
HYPOTHESE DE LA CONFIGURATION
INDUSTRIELLE
TRANSPORTS
AUTRES
TOTAL
SECTEURS
CAOUTCHOUC
18 480 t
18 480 t
36 960 T
INDUSTRIEL
(50%)
(50%)
7 466 MDA
SNVI+
310 MDA
Autres
(4,15%)
TRANSPORTS
1 ere monte
Remplacement
5%
45%

Par contre dans le cadre des projets futurs avec un ou des constructeurs automobiles, on aurait une situation inverse où la première monte supplanterait le marché des transports.

SYNTHESE
SYNTHESE

MONDE/EUROPE

1 ere Monte

45%

Remplacement

5%

Total

50%

ALGERIE

1 ere Monte : 5% 1 848 tonnes 300 936 680 DA

Remplacement : 45% 16 632 tonnes 7 166 MDA

Total : 50% 18 480 tonnes 7 466 000 000 DA

5.1.4 Analyse par entreprise donneuse d’ordre

Pour analyser le marché de la première monte, des pièces en caoutchouc, nous nous sommes appuyés sur les données collectées et transmises sur la base de deux (2) documents séparés, l'un renseignant sur le produit et l'autre sur les éléments commerciaux :

la quantité et la valeur.

SNVI Les pièces en caoutchouc gérées par la SNVI sont de l’ordre de 418. La décomposition des pièces par grande fonction 5 est la suivante :

     

Références pour

Nombre

       

Entreprise

de

Etanchéité (I)

Antivibratoire et

Transferts

Autres

pièces

Sous

Carrosserie

isolation (II)

de fluide

(III)

applications

(IV)

 

capot (a)

(b)

SNVI

Nombre

418

194

21

139

52

12

%

100

46,41

5,02

33,25

12,45

2,87

Les fonctions ‘étanchéité sous capot’ ainsi que ‘antivibratoire et isolation’ sont celles qui consomment le plus de pièces en caoutchoucs.

La situation de la valeur globale des volumes par année est la suivante :

10³ DA

U

:

   

Volumes réceptionnés

   

Volumes projetés

 

Entreprise

2010

2011

2012

2013

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

SNVI

440 488

68 214

505 018

118 567

1 700 537

300 937

Non précisé

Sur une base historique de cinq (5) années, nous avons établis une moyenne annuelle puis répartis par fonctions les références de pièces.

   

Moyenne

Besoin annuel moyen par pièce pour les fonctions

ENTREPRISE

Volumes

réceptionnés

annuelle

Etanchéité (1)

Antivibratoire

Transferts

Autres

des

et isolation

de fluide

applications

 

et projetés

volumes

Sous

Carrosseri

capot (a)

e (b)

(2)

(3)

(4)

SNVI

3 222 425

644 485

299 105

32 353

214 291

80 231

18 497

5 La décomposition les pièces par grande fonction permettront de définir par la suite les techniques de fabrication:

- Etanchéité (tous joints et bagues d’étanchéité, joints de porte de, glaces) ;

- Antivibratoire et isolation (plot, garniture, soufflet, tampon, silent bloc, sangle, anneau, …) ;

- Transfert de fluides (tuyau, durites coudes) ;

- Autres (bavettes, recouvre pédales, … ).

A partir du nombre de références gérées, nous avons identifiés la part de la sous-traitance locale.

ENTREPRISES

SNVI

Nombre de références gérées

418

Références sous-traitées localement

Nombre

100

%

23,92

Nombre par fonction

Etanchéité

40

Antivibratoire

60

Transferts

Autres

Nombre de sous-traitants locaux

10

BTK

Selon le canevas transmis, le nombre de pièces en caoutchouc gérées par BTK est égal à 3. La décomposition des pièces par grande fonction est la suivante :

Références pour

Nombre

de

pièces

Etanchéité (I)

Antivibratoire et isolation (II)

Transferts

de fluide

(III)

Autres

applications

(IV)

Entreprise

Sous

capot (a)

Carrosseri

e (b)

BTK

Nombre

3

2

1

%

100

66,67

33,33

La situation de la valeur globale des volumes par année est la suivante :

U : 10³ DA

   

Volumes réceptionnés

   

Volumes projetés

 

Entreprise

2010

 

2011

2012

2013

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

BTK

6 100

1

575

Non disponible

Non disponible

Non disponible

Sur une base historique de quatre (4) années, nous avons établis une moyenne annuelle puis répartis par fonctions les références de pièces.

   

Moyenne

 

Besoin annuel moyen par pièce pour les fonctions

ENTREPRISE

Volumes

réceptionnés

et projetés

annuelle

Etanchéité (I)

 

Transferts

Autres

des

Antivibratoire et

de fluide

applications

 

volumes

Sous

capot (a)

Carrosserie

(b)

isolation (II)

 

(III)

(IV)

 

Donnée

           

BTK

pour 2010

6

100

4 067

2 033

A partir du nombre de références gérées, nous avons identifié la part de la sous-traitance locale.

ENTREPRISES

BTK

Nombre de références gérées

3

Références sous-traitées localement

Nombre

3

%

100,00

Nombre par fonction

Etanchéité

Antivibratoire

1

Transferts

Autres

1

Nombre de sous-traitants locaux

1

ENMTP Les pièces en caoutchouc gérées par ENMTP sont de l’ordre de 188. La décomposition des pièces par grande fonction est la suivante :

     

Références pour

Nombre

Etanchéité (I)

     
   

Antivibratoire et isolation (II)

Transferts

Autres

Entreprise

de pièces

Sous

capot

(a)

Carrosserie

(b)

de fluide

(III)

applications

(IV)

ENMTP

Nombre

188

118

25

30

9

6

%

100

62,77

13,30

15,96

4,78

3,19

La

fonction

caoutchoucs.

‘étanchéité

sous

capot’

est

celle

qui

consomme

le

plus

de

pièces

en

La situation de la valeur globale des volumes par année est la suivante :

U : 10³ DA

   

Volumes réceptionnés

   

Volumes projetés

 

Entreprise

2010

 

2011

2012

2013

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

ENMTP

40 628

27 130

22 621

9 397,4

15 645

5 371

12 298

5 043

Sur une base historique de quatre (4) années, nous avons établis une moyenne annuelle puis répartis par fonctions les références de pièces.

   

Moyenne

 

Besoin annuel moyen par pièce pour les fonctions

Entreprise

Volumes

réceptionnés

et projetés

annuelle

Etanchéité (I)

 

Transferts

 

des

Antivibratoire et isolation (II)

de fluide

(III)

Autres

 

volumes

Sous

Carrosserie

applications (4)

 

capot (a)

(b)

 

ENMTP

78 894

19 724

12 380

2 623

3 147

945

629

A partir du nombre de références gérées, nous avons identifiés la part de la sous-traitance locale.

ENTREPRISE

ENMTP

Nombre de références gérées

188

Références sous-traitées localement

Nombre

36

%

19,15

Nombre par fonction

Etanchéité

25

Antivibratoire

11

Transferts

Autres

Nombre de sous-traitants locaux

8

ETRAG Les pièces en caoutchouc gérées par ETRAG sont de l’ordre de 19. La décomposition des pièces par grande fonction est la suivante :

     

Références

Nombre

Etanchéité (I)

     

de

Transferts

Autres

Entreprise

pièces

Sous

Carrosserie

Antivibratoire et isolation (II)

de fluide

applications

capot

(a)

(b)

(III)

(IV)

 

Nombre

19

3

2

11

3

 

ETRAG

%

100

15,79

10,53

57,89

1579

 

La fonction ‘Antivibratoire et isolation’ caoutchoucs.

est

celle qui consomme le plus de pièces en

La situation de la valeur globale des volumes par année est la suivante :

U : 10³ DA

   

Volumes réceptionnés

   

Volumes projetés

 

Entreprise

2010

 

2011

2012

2013

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

Quantité

Valeur

ETRAG

77 700

3 367

92 500

3 941

92 500

4 106

108 000

4 924

Sur une base historique de quatre (4) années, nous avons établis une moyenne annuelle puis répartis par fonctions les références de pièces.

       

Besoin annuel moyen par pièce pour les fonctions

 

ENTREPRISE

Volumes

réceptionnés

Moyenne

annuelle

Etanchéité (I)

 

Transferts

Autres

et projetés

des

volumes

Sous

 

Antivibratoire et isolation (II)

de fluide

applications

capot

Carrosserie (b)

(III)

(IV)

(a)

 

ETRAG

366 300

91 975

14 523

9 685

53 244

14 523

 

A partir du nombre de références gérées, nous avons identifiés la part de la sous-traitance locale.

   

ENTREPRISES

   

ETRAG

   
 

Nombre de références gérées

   

19

Références sous-traitées localement

   

Nombre

   

18

 

%

 

94,74

   

Etanchéité

   

4

 

Antivibratoire

   

14

 

Nombre par fonction

   

Transferts

   
   

Autres

   
 

Nombre de sous-traitants locaux

   

3

SYNTHESE

 

Pièces caoutchouc

 

SNVI

   

ENMTP

AMF/SNTF

ETRAG

   

BTK

 

TOTAL

   

Quantité (nombre)

 

418

   

188

   

47

 

19

 

3

 

675

Pourcentage (%)

 

61,93

   

27,86

   

6,96

2,81

   

0,44

 

100

 

Nombre

 

Références

 
 

Etanchéité (I)

   

Transferts

 

Autres

 

Entreprises

   

de

pièces

 

Sous

 

Carrosserie

 

Antivibratoire et isolation (II)

de fluide

applications

 

capot

 

(III)

 

(IV)

ENMTP

Unités

 

188

 

118

   

25

 

30

9

 

6

%

 

100

 

62,77

   

13,30

 

15,96

 

4,78

 

3,19

SNTF

Unités

 

47

 

47

 

%

 

100

 

100

 

BTK

Unités

 

3

     

2

   

1

%

 

100

   

66,67

     

33,33

 

ETRAG

Unités

 

19

 

3

 

2

 

11

3

 

%

 

100

 

15,79

   

10,53

 

57,89

 

1579

 

SNVI

Unités

 

418

 

194

   

21

 

139

52

 

12

%

 

100

 

46,41

   

5,02

 

33,25

 

12,45

 

2,87

TOTAL

Unités

 

675

 

362

   

48

 

182

64

 

19

%

 

100

 

53,63

   

7,11

 

26,97

 

9,48

 

2,81

 

U : 10³ DA

 
   

Volumes réceptionnés

   

Volumes projetés

 

Entreprises

 

2010

   

2011

   

2012

   

2013

 

Quantité

 

Valeur

 

Quantité

Valeur

 

Quantité

 

Valeur

Quantité

Valeur

 

SNVI

440 488

 

68

214

 

505 018

118 567

 

1 700 537

 

300 937

Non précisé

 
 

ENMTP

40

628

27

130

 

22

621

9

397

15

645

 

5

371

12 298

5

043

 

ETRAG

77

700

3 367

 

92

500

3

941

92

500

 

4

106

108 000

4

924

 

BTK

6 100

 

1 575

   

Données non disponibles

 
 

TOTAL

564 916

 

1 00 286

 

620 139

131 905

 

1 808 682

 

310 414

 

ND

 
 

Volumes

Moyenne

 

Besoin annuel moyen par pièce pour les fonctions

 

annuelle

       

ENTREPRISE

réceptionnés

et projetés

 

Etanchéité (1)

 

Antivibratoire

Transferts

 

Autres

des

 

Sous

Carrosserie

et isolation

de fluide

applications

 

volumes

capot (a)

 

(b)

 

(2)

 

(3)

(4)

SNVI

3 222 425

644 485

299 105

32 353

214 291

80

231

18 497

ENMTP

78 894

19

724

12

380

2

623

 

3

147

945

 

629

ETRAG

366 300

91

975

14

523

9

685

53 244

14

523

 

BTK

Donnée pour

6 100

       

4

067

2 033

   

2010

TOTAL

 

762 284

326 008

44 661

274 749

97 732

 

19 126

%

 

100

 

42,77

5,86

 

36,04

12,82

 

2,51

ENTREPRISES

   

SNVI

ENMTP

 

ETRAG

 

BTK

SNTF

 

TOTAL

 

Nombre de références gérées

   

418

 

188

19

 

3

 

47

 

675

             

Non

 

Références sous- traitées localement

Nombre

 

100

 

36

18

 

3

précisé

 

157

 

%

 

23,92

19,15

 

94,74

 

100,00

   

23,26

 

Etanchéité

   

40

 

25

4

     

69

Antivibratoire

 

60

 

11

14

 

1

   

86

Nombre par fonction

Transferts

             

Autres

         

1

   

1

Nombre de sous-traitants locaux

   

10

 

8

3

 

1

   

En examinant les 675 références gérées par les quatre (4) entreprises industrielles, nous pouvons les segmenter selon leurs fonctionnalités comme suit :

3% 13% 36%
3%
13%
36%
selon leurs fonctionnalités comme suit : 3% 13% 36% 6% 42% 5.1.5. Caractéristiques de la demande

6%

42%

5.1.5. Caractéristiques de la demande

Etanchéité sous le capot Etanchéité carrosserie Antivibratoire et isolation Transferts de fluides Autres
Etanchéité sous le capot
Etanchéité carrosserie
Antivibratoire et isolation
Transferts de fluides
Autres applications

La demande est caractérisée par des donneurs d’ordres actuels et potentiels essentiellement publics. Nous n’avons pas eu accès aux données quantitatives des entreprises privées spécialisées dans le montage des remorques 6 .

Il est à noter que la demande se concentre essentiellement sur deux (2) grands pôles industriels, celui d’Alger (Rouïba et Alger), Constantine (Ain Smara et El Khroub) et à degré moindre Tiaret. Notons que les deux principaux privés dans le montage des remorques se trouvent à Batna.

Pour réussir le challenge de la filière sous-traitance en pièces en caoutchouc, il est impératif que les habitudes évoluent vers une notion de partenariat et non de mise en concurrence par le biais d’appel d’offres. Les entreprises publiques doivent traiter les entreprises de sous- traitance comme il est d’usage sur un marché de sous-traitance mature, c’est à dire avec des règles claires, des délais, une qualité référence connue et des contrats respectés comme les

6 Les questionnaires transmis à ces entreprises n’ont pas été renseignés.

délais de paiement d’ailleurs. A ce titre, la charte mise en place par l’UPIAM est intéressante cependant il faut la mettre en œuvre. C’est seulement dans ce cadre formalisé que les grands donneurs d’ordre peuvent inciter les entreprises de transformation du caoutchouc à les accompagner.

En effet, tandis que les grandes entreprises (donneuses d’ordre) ont une taille suffisante pour mener de front la pénétration des marchés à forte croissance, la production de volumes importants à bas coûts et le maintien de capacités de production sur les marchés domestiques, les PME atomisées sont souvent contraintes de choisir l’une ou l’autre des stratégies.

5.1.6. Caractéristiques de l’offre

L’offre au niveau de la transformation du caoutchouc se caractérise par une faiblesse numérique et une difficulté d’accéder aux données socio-économiques. La visite des entreprises SAEL (Société d’applications d’élastomère) ainsi que TRECYPLAST (Filiale de SOGESTPLAST du Groupe ENPC) nous a permis de prendre connaissance des moyens dont disposent ces entreprises et de leurs souhaits d’élargir leur coopération avec le donneur d’ordre SNVI. La visite technique et les discussions des sites de production ont été riches d’enseignements. C’est ainsi que ces sous-traitants soulèvent les contraintes rencontrées dans le cadre de travail avec le donneur d’ordre et qui voudraient qu’un partenariat soit instauré leur permettant une véritable coopération, une fidélisation et une visibilité à moyen terme.

Il est à noter que les PME existantes doivent opérer à des choix stratégiques : elles ne sont pas dans une démarche catalogue que peuvent faire de grandes entreprises, mais elles font du sur-mesure. Leur problématique, pour la plupart, étant de rester artisans et de se repositionner en niches. Dans le cadre de ces niches, ces PME et TPE devront donc garder et développer des produits techniquement pointus (à forte valeur ajoutée), en petites séries (peu de volume) ou même parfois grandes séries. Elles devront avoir une grande souplesse de développement, respecter les délais, développer une forte réactivité ainsi qu’un réel partenariat clients.

A l’heure actuelle, il existe un faible développement de la relation client : La PME/TPE n’est pas en « avance de phase », intégrée en amont dans le développement produits client, dans le cadre de relations croissantes partenariales avec de (grands) donneurs d’ordre, ce qui est autre chose qu’une simple relation commerciale.

Une autre caractéristique de l’offre est celle relative aux prix : en effet les prix deviennent prioritaires par rapport à la qualité et bon nombre de clients sont prêts à se passer de la « qualité ISO » s’il a le produit à 30% moins cher ! Ceci est d’autant plus vrai que les équipementiers, qui sont des intégrateurs, n’ont pas la compétence caoutchouc. Ils voient moins les problèmes techniques de fabrication, considérés comme une fabrication simple et banale de produits manufacturés, et valorisent / négocient surtout les prix.

Un autre élément également concernant l’offre ‘produits’ qui est purement caoutchouc, intégrant peu de fonctions ou des fonctions peu complexe 7 . Dans le futur, on s’orientera vers une fonctionnarisation des produits plus complexes intégrant plusieurs matériaux divers avec le développement de produits intelligents, disposant d’un plus grand nombre de fonctions 8 .

7 L’offre se limite dans la quasi-totalité des cas à des produits issus de la transformation du caoutchouc.

8 Un joint d’étanchéité tournant avec un capteur : la transmission du signal permet alors de calculer la vitesse de la voiture, ou un différentiel de vitesse.

Les principales entreprises de transformation de caoutchouc en Algérie sont des PME privées (hormis l’unité TRECYPLAST de la filiale SOGESTPLAST).

ENTREPRISES

Localisation

 

Processus utilisés

 

Coordonnées

Unité caoutchoucs

Zone industrielle

Extrusion caoutchouc Moulage Injection

Capacités : 980 tonnes/an

Tel : 021 81 12 53 Fax : 021 81 23 97 Email : trecyplas@yahoo,fr

TC-1R

de Rouiba

TRECYPLAST (Filiale SOGESTPLAST du Groupe ENPC)

115

employés

 

SAEL : Société d’Applications d’Elastomères

21, Route de Meftah Voie N°2 Zone industrielle de Oued Smar

Capacité de transformation de plus de 4 000 tonnes Mélanges maîtres ou crus prêts au moulage (15 T/J) Pièces techniques moulées diverses Pièces techniques moulées caoutchouc/métal

(Bavettes, tapis de voiture, soufflet butées, protecteur silent blocs, pédaliers…)

Mail : info@sael-dz.com www.sael-dz.com Tel : 021 51 66 75

021

51 66 74

47

références

 

021

51 64 35

homologuées et 6 en préparation pour le compte de SNVI (15% CAHT).

Fax : 021 51 59 21

18

références

220

salariés

homologuées pour le

 

compte de BTK.

TECHNOFLEX :

1, Rue Mesbahi Saoula - Alger

Exclusion, vulcanisation (LCM) bain de sel Compression Injection (Circuits de refroidissements, durites, joint de pare-brise, joints toriques, formes S)

sarltechnoflex@gmail.com technoflex_saoula@yahoo.fr Tel : 021 35 65 63 Tel/Fax : 021 35 75 97

Société de fabrication et de transformation du caoutchouc

TECHNIFAC

: Rue des Frères Djaknoun Khemis El Khechna – Boumerdes

Equipements et matériaux composites (pièces en caoutchouc)

Tel : 024 87 14 90 Fax : 024 87 14 90 technifac.ci@hotmail.fr

BENOUNICHE

Birmandreis

   

CAC et

Rue n°1

Equipements et matériaux composites (pièces en caoutchouc)

Tel: 021 77 00 46 Fax: 021 77 56 89 cacz@voila.fr

Etablissements

Hahouche Hamza

ZERROUKI

Baraki Alger

 

GARNIFLE

43, Avenue du 11 Décembre Ben Boulaid, Blida Algérie

Fabrication de pièces en polyuréthane Revêtement de cylindre en Caoutchouc

Tel: 06 61 61 26 09 / 025 40 21 25/ 025 40 36 01 Fax: 025 40 36 01

gamiflex2005@yahoo.fr

MCT

Siège social: Cité 306 Lots Ferdjioua W. Mila

Etude Conception et Réalisation de Pièces Techniques en Caoutchouc et caoutchouc-Métal

Tel : 031 59 73 56 Fax : 031 59 78 28 adjib@yahoo.com

 

Zone d’activité Lot N°55 (Drâa El Mizan)

Pièces moulées, tout caoutchouc et adhérisées, matériaux transformés toutes élastomères classiques et spéciaux.

www.polycad-dz.com

POLYCAD

mail : contact@polycad- dz.com

15400 Tizi

ouzou

ouzou

026

23 49 49

   

026

23 34 57

 

116, Rue de Mostaganem 31000 ORAN

Fabrication d'articles en caoutchouc et joints d'étanchéité :

Tel : 041 50 45 51 Fax : 041 28 28 72 metalgum@hotmail.com

METALGUM

- Durites automobiles, profilés, pièces moulées par injection et compression, flexibles, bandes et feuilles de caoutchouc, ralentisseurs de vitesse.

AFRIC MOULE

51, Zone

modèles et moules (fabrication) modelage mécanique matière plastique de base (transformation) caoutchouc (transformation)

Tél :

d'Activité

Fax :
Fax :

16012

Dar El

Beida

 
 

Adresse :

matière plastique de base (transformation) caoutchouc (transformation)

Tél :

Cité 306 logts Code Postal :

Cité 306 logts Code Postal :

FEDJ

Fax :

CAOUTCHOUC

43301

 
CAOUTCHOUC 43301  

Ville :

Ferdjioua, Mila

 

Lotissement 105

Pièces pour étanchéité statique et dynamique, en plusieurs matières

tél.: +213 30 22 61 68/+213 30 22 61 67 Fax: +213 31 68 25 53 Mobile: +213 7 70 98 82 11/+213 7 70 99 42 44 Email :

contact@hydromecanique.net

lot 312

SARL

HYDROMECANIQUE

25140

Ain Smara,

(NBR, FKM, EPDM, VMQ…)

Constantine

 

CRCIA SARL

485 Cité El Mouna El Khroub Constantine

Fabrication de tous types de pièces en caoutchouc et caoutchouc métal

Tel : 0770.33.28.06.

AE CAOUTCHOUC INDUSTRIEL

207, route de Tala Guilef

Fabrication de pièces en caoutchouc

Tél :+213 26 28 37 92 Fax :+213 26 284822

15425

Boghni

METALGUM SARL

116, rue Mohamed Boudiaf (ex rue Mostaganem)

caoutchouc : articles (fabrication)

Tél : +213 41 45 20 47 Fax : +213 41 452502

31007

Oran

SNTPC

Chaig Route de Bou Ismail

matière plastique de base (transformation)

Tél : +213 24 48 38 16 Fax : +213 24 483792

42400

Koléa

caoutchouc (transformation)

 

Adresse :

Fabrication de pièces en caoutchouc

Tél: 213 21 81 22 26 Tel/Fax : 021 81 23 81

ZI

de Rouiba voie

C

lot n°5 BP 140A

 

STIC SARL

Code Postal :

16013

Ville :

Rouïba

L’examen du document « Recensement Economique 2011 » 9 fait ressortir les données suivantes :

Nombre d’entités industrielles recensées : 92 202 dont :

Code

         

Division

Désignation

Public

Privé

Autres

TOTAL

22

Fabrication de produits en caoutchouc et en plastiques

26

968

18

1 052

Ce chiffre global ne donne pas d’éléments plus agrégés pour faire ressortir les entités industrielles spécialisées dans le caoutchouc. En compilant des données plus anciennes de 2005, le rapport élaboré par EDPme fait ressortir le :

9 ONS - In collections Statistiques N° 168.

Sous secteur « Industrie du caoutchouc et des plastiques » 10 : 580 entreprises

Classe 26.13 : Fabrication d’autres articles en caoutchouc : 32 entreprises en 2005 (soit 5,51%).

Si on doit extrapoler les chiffres de 2011 avec un rapport de 6%, alors le nombre d’entités industrielles spécialisées dans le caoutchouc, toutes proportions gardées, devrait se situer entre 60 et 65.

Afin de déterminer l’offre locale globale, nous proposons des hypothèses pour reconstituer certaines données manquantes.

Nos hypothèses de travail reposent sur l’existence de deux (2) unités industrielles possédant des capacités de préparation et mélange. Il s’agit de SAEL et TRECYPLAST.

SAEL

Mélanges maîtres ou crus prêts au moulage (15 T/J)

320

jours X 15 tonnes =

TUC 11 = 75% 3 600 tonnes

4 800 tonnes/an

TRECYPLAST

980 tonnes/an

980

tonnes/an

TUC 12 = 50% 490 tonnes

 

4 090 tonnes

En additionnant les deux entités (4 090 tonnes) on retrouve pratiquement le tonnage importé en 2010 (3 937 tonnes) pour une valeur de 674 MDA. Le tonnage de la matière première importée nous donne une moyenne de 171 DA/kg. En ce qui concerne les produits semi-finis, il a été importé l’équivalent de 10 614 tonnes pour une valeur de 1 932 MDA ce qui représente une moyenne de 182 DA/kg. Sur cette base historique, et en reconstituant les données manquantes, on peut avancer que les importations de matières premières et semi-finis sont destinées à l’appareil de production (unités de transformation). Alors nous pouvons estimer globalement le chiffre d’affaires des sous-traitants tous secteurs confondus de l’ordre de 2 606 MDA.

Si on considère que le secteur de l’automobile représente 50%, alors la contribution des sous-traitants serait de l’ordre de 1 303 MDA.

5.1.7. Les importations par pays d’origine (Base 2010)

Les pays d’origine de l’importation des pièces en caoutchouc sont par ordre décroissant :

Rang

PAYS

VALEUR

PAYS

POIDS KG

1

Chine

125 411 990

Chine

53

317 647

2

Japon

64

052 529

Japon

13

100 010

3

France

62

496 831

France

9

591 804

4

Allemagne

35

037 118

Espagne

6

244 115

5

Italie

24

656 041

Turquie

6

022 181

6

Turquie

18

414 360

Italie

4

889 623

7

Rép. Corée

15

970 839

Rép. Corée

4

492 122

8

Espagne

14

515 681

Tunisie

3

415 937

9

USA

14

069 198

Allemagne

3

402 235

10

Tunisie

13

674 910

Inde

2

182 655

10 Selon une définition large généralement usitée, le sous-secteur « Industrie du caoutchouc et des plastiques » regroupe les entreprises dont l’activité principale consiste à fabriquer des produits par traitement du caoutchouc et du plastique brut, selon différents procédés technologiques. Celui-ci est codifié selon la Nomenclature Algérienne des Activités et de Produits (NAP 2000) de l’ONS (26.13).

11

12

Selon dire des responsables.

Idem.

Les importations globales des pièces en caoutchouc (18 480 tonnes) représentent une valeur de 7 466 MDA ce qui donne un coût moyen de la pièce achetée de 404 DA/kg.

4% 4% 4% 4% 5% 6% 9%
4%
4% 4% 4%
5%
6%
9%

16%

32% 16%
32%
16%

CHINEJAPON France Allemagne Italie TURQUIE REP COREE Espagne USA TUNISIE

JAPONCHINE France Allemagne Italie TURQUIE REP COREE Espagne USA TUNISIE

FranceCHINE JAPON Allemagne Italie TURQUIE REP COREE Espagne USA TUNISIE

AllemagneCHINE JAPON France Italie TURQUIE REP COREE Espagne USA TUNISIE

ItalieCHINE JAPON France Allemagne TURQUIE REP COREE Espagne USA TUNISIE

TURQUIECHINE JAPON France Allemagne Italie REP COREE Espagne USA TUNISIE

REP COREECHINE JAPON France Allemagne Italie TURQUIE Espagne USA TUNISIE

EspagneCHINE JAPON France Allemagne Italie TURQUIE REP COREE USA TUNISIE

USACHINE JAPON France Allemagne Italie TURQUIE REP COREE Espagne TUNISIE

TUNISIECHINE JAPON France Allemagne Italie TURQUIE REP COREE Espagne USA

5.1.8. Les exportations

L’Algérie n’exporte pas de pièces en caoutchouc pour l’automobile.

5.1.9. Balance commerciale et taux de couverture

Le schéma montre la répartition des différentes données :

BALANCE 0% 0%
BALANCE
0%
0%

Achat local

Import

15%

85% Achat local
85%
Achat local
BALANCE 0% 0% Achat local Import 15% 85% Achat local Import

Import

BALANCE 0% 0% Achat local Import 15% 85% Achat local Import
BALANCE 0% 0% Achat local Import 15% 85% Achat local Import

La part du marché sous-traité (achat local) est de 1 303 MDA (14,85%). La part du marché importé représente 7 466 MDA. Le marché des pièces en caoutchouc pour l’automobile en Algérie sur la partie retraitée représente l’équivalent 8 769 MDA.

5.2. Environnement du Marché Algérien

L’Algérie a engagé une politique de libéralisation avec l’adoption de l’économie de marché et la mise en place d’un nouveau dispositif législatif conçu pour soutenir l’investisseur privé national et rendre possible l’appel aux capitaux étrangers. A cet effet, plusieurs textes législatifs ont été promulgués ou amendés.

5.2.1. L’environnement juridique des affaires

Le droit algérien des affaires est de droit civil. La législation économique, complétée et/ou modifiée, assure la liberté de commerce tout en organisant les règles qui doivent nécessairement la régir ; répondant en cela aux principes et aux standards juridiques universels.

La liberté de commerce ne va pas sans les règles d’organisation et d’établissement des sociétés commerciales, tout comme la libre concurrence ou la liberté de circulation des marchandises ne vont pas sans l’encadrement des transferts des capitaux ou l’abus de position dominante. En outre, l’Algérie a adhéré à diverses conventions internationales telles que la Convention de Paris pour la protection de la propriété industrielle entre autres. L’adaptation des règles à l’environnement économique tant local qu’international est marquée par une profusion de textes.

5.2.2. Promotion de l’investissement et environnement des entreprises

Elle est articulée autour des PME considérées comme pourvoyeuses de croissance et d’emplois. Le cadre réglementaire et institutionnel (ordonnance relative au développement de l’investissement, politique de la concurrence, normalisation, métrologie, propriété industrielle, financement des PME par la mise en place du FGAR 13 et CGCI 14 , mesures d’aides et de soutien, pépinières incubateurs) existe depuis 2001 (loi d’orientation du 12/12/2001). Un programme de mise à niveau des entreprises est prévu dans le programme de relance, doté d’une allocation budgétaire d’environ 30 millions €. Un autre programme touchant 20.000 PME d’envergure est en voie de lancement dans le cadre du programme 2010-2014. C’est le Ministère de l’Industrie de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotion des Investissements qui est en charge de l’élaboration de la stratégie et de veiller à sa mise en œuvre.

Les avantages fiscaux susceptibles d’être accordés aux investisseurs sont prévus par l’Ordonnance. Elle prévoit deux (2) régimes d’octroi d’avantages fiscaux : un régime général et un régime dérogatoire. Pour en bénéficier, les investisseurs doivent faire une demande d’avantages expresse auprès de l’ANDI 15 . L’octroi des avantages est subordonné obligatoirement à l’engagement écrit du bénéficiaire d’accorder la préférence aux produits et services d’origine algérienne entrant dans la réalisation et l’exploitation du projet d’investissement.

Pour les investissements dont le montant est égal ou supérieur à 500 millions de dinars, l’octroi des avantages du régime général est désormais subordonné à une décision du Conseil National de l’Investissement (CNI). Le Conseil national de l’investissement est habilité à consentir, pour une période qui ne peut excéder cinq (5) années, des exemptions ou réductions des droits, impôts ou taxes, y compris la taxe sur la valeur ajoutée, grevant les

13 FGAR : Fonds de Garantie.

14 CGCI : Caisse de Garantie de Crédit d’Investissement.

15 ANDI : Agence Nationale de Développement de l’Inv estissement.

prix des biens produits par l’investissement qui entrent dans le cadre des activités industrielles naissantes.

5.2.3. La réglementation douanière

La libéralisation du commerce extérieur en Algérie a été entamée dès le début des années 1990. Aujourd’hui, la plupart des produits sont libres à l’importation. Les prohibitions restrictives prévues par la réglementation algérienne concernent essentiellement la sauvegarde de l’ordre public, la santé publique et la protection de l’environnement.

Sur le plan tarifaire, le niveau de protection a considérablement diminué. Cette tendance se trouve confirmée depuis l’entrée en vigueur, en septembre 2005, de l’accord d’association avec l’Union européenne (UE) et depuis le 1 er janvier 2009, de la zone arabe de libre échange (ZALE).

TVA et droits de douane sur les équipements importés

TVA et droits de douane sur équipements importés

Droits communs

Ordonnance 01-03 sur les investissements

Droits

de

douane

sur

les

0

à 30%

0%

équipements

   

TVA

0

à 17%

0% (franchise)

5.2.4.

Préservation de l’environnement

 

Une réglementation stricte existe pour la préservation de l’environnement, l’écologie et les règles d’hygiène et de sécurité. Ce sont des exigences législatives et réglementaires. Des décrets exécutifs nombreux obligent les industriels à observer des mesures sur la médecine du travail, maladie et accidents du travail, recyclage de produits polluants ainsi que les nuisances sonores. Cependant, on note l’inexistence de réglementation spécifique à l’usage de la transformation des caoutchoucs 16 .

5.2.5. Coûts des facteurs

Dinars algériens par mois

Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti

15 000 pour 40 heures de travail par semaine

 

Cadre

32

000

Salaire mensuel moyen

Maîtrise

21

500

Agent d’exécution

17

000

Salaire moyen par activité dans l’industrie

19

500

(Source ANDI)

16 Dans le chapitre précédant 2.2.3. Normes pour les caoutchoucs, SNVI à l‘instar du constructeur RENAULT fait appel à des normes et cahiers des charges permettant la classification, la symbolisation et la définition des propriétés.

Charges sociales et fiscales

Cotisations

Charge de l’employeur

Charge du salarié

Pourcentage

Assurance sociale

12,5

1,5

14

Accident de travail

1,25

-

1 ,25

Retraite

10,5

6,75

17,25

Assurance chômage

1

0,5

1,5

Retraite anticipée

0,25

0,25

0,5

Fonds logement social

0,5

-

0,5

Total

26

9

35

(Source ANDI)

En termes de tarifs des énergies

a) Électricité : Le prix H.T. de kW/h, en Algérie, en haute tension est encore le plus bas qui

soit pratiqué dans les pays du pourtour méditerranéen.

b) Eau 17

Catégories d’abonnés

Tranche de consommation en

Prix DZD

 

m

3

   

1 à 25

6,30

Domestique

25

à 53

20,48

54

à 82

34,65

 

> 83

40,95

Administration et collectivités locales

Tranche unique

34,65

Secteur tertiaire

Tranche unique

34,65

Industrie - Tourisme

Tranche unique

40,95

Formes et taux de crédit :

- Crédits d’investissement à moyen et long terme :

Long terme, plus de 7 ans ; pratique libre, le taux d’intérêt varie de 7 à 9 % + 17 % de TVA sur intérêt.

Moyen terme : 2 à 7 ans ; taux inférieur au taux pratiqué pour les crédits à long terme.

Le taux de réescompte étant de 4%.

5.3. Le Marché International

5.3.1. Les acteurs de la filière du caoutchouc

La filière caoutchouc prise dans son ensemble ne se limite pas aux seuls transformateurs de caoutchouc.

17 Inclure également dans la facturation une taxe d’assainissement constituant environ 1/3 de la somme totale.

 

En

amont

de

la

filière,

PRODUCTEURS

ET

FOURNISSEURS

DE

MATIERES

PREMIERES

POUR

AMONT DE

LA FILIERE

LINDUSTRIE DU CAOUTCHOUC proposent aux industriels les ingrédients nécessaires à la formulation et à la fabrication des mélanges caoutchouc : les caoutchoucs naturels et synthétiques, les matières premières issues de la pétrochimie ou de la chimie minérale.

LES

FABRICANTS

ET

FOURNISSEURS

DEQUIPEMENTS

OU

DOUTILLAGES

DE

PRODUCTION,

indispensables à la transformation du caoutchouc, font également partie intégrante de la filière

:

• Les premiers proposent les machines : mélangeurs, presses, extrudeuses, machines de coupe, • Les seconds fabriquent et vendent les outillages : moules, vis…

 

LES ENTREPRISES QUI FORMULENT ET FABRIQUENT LES MELANGES DE CAOUTCHOUC ET LES INDUSTRIELS QUI TRANSFORMENT LE CAOUTCHOUC, A TITRE PRINCIPAL OU SECONDAIRE, sont au

coeur de la filière.

 

Dans la transformation du caoutchouc, deux (2) catégories de produits se distinguent :

 

LA FILIERE

CŒUR DE

les produits semi-finis (tels que les plaques, feuilles, bandes, profilés, …) qui vont subir une « seconde transformation », principalement par des techniques de découpe, usinage, collage, …

-

les produits finis qui peuvent être soit entièrement en caoutchouc soit de nature composite (pièces adhérisées caoutchouc/métal, pneumatiques, …).

-

Les produits issus d’une première transformation, qu’ils soient finis ou semi-finis, sont fabriqués par des industriels maîtrisant les procédés de mise en forme (moulage, extrusion, calandrage, …) et de vulcanisation du caoutchouc. Les entreprises intervenant au niveau de la seconde transformation de produits semi-finis utilisent essentiellement des procédés mécaniques (découpage, tronçonnage, usinage, …).

 

En aval de la filière, LES UTILISATEURS DE PRODUITS FINIS EN CAOUTCHOUC appartiennent à des

AVAL DE LA FLIERE

 

marchés très divers qui témoignent des applications multiples du matériau caoutchouc. La vente des produits finis aux utilisateurs se fait soit de façon directe soit via des structures de négoce.

LES ENTREPRISES DE COLLECTE, DE RECYCLAGE ET DE VALORISATION complètent la chaîne de

valeur de la filière. Elles gèrent à la fois les produits finis en fin de vie avec une collecte auprès des utilisateurs finaux mais également les chutes et rebuts de production des industriels transformateurs de caoutchouc.

5.3.2. Tendances du marché mondial et européen du caoutchouc

5.3.2.1. La production du caoutchouc dans le monde

Le matériau caoutchouc a la particularité de provenir de deux (2) types de production très différents : le caoutchouc naturel, issu de la culture de l’hévéa, et le caoutchouc synthétique, issu de l’industrie pétrochimique.

Le caoutchouc naturel est quasi exclusivement issu de la culture de l’hévéa, une plante