Vous êtes sur la page 1sur 3

Tanger, vendredi 10 décembre 2010

SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI, Que Dieu L'Assiste, a présidé à la gare de Tanger-Ville la cérémonie de présentation de l’état d’avancement du projet de Train à Grande Vitesse devant relier Tanger à Casablanca et de signature deplusieurs conventions, accords et contrats s’y rapportant. Ainsi, les conventions pour le financement du projet signées concernent :

le protocole d’accord relatif à la participation du Fonds Saoudien pour le Développementau financement du projet .

la convention de garantie entre le Royaume du Maroc et le Fonds d’Abou Dhabi pour le Développement.

la convention de prêt du Fonds d’Abou Dhabi pour le Développement.

la convention d’application de prêt du Trésor Français.

la convention d’application des crédits bancaires garantis par la Compagnie Française d’Assurance pour le Commerce Extérieur (COFACE).

A été signé également lors de cette cérémonie, le Contrat d’acquisition

des rames de Train à Grande Vitesse entre l'Office National des Chemins

de

Fer

et

le

constructeur

français

Alstom.

Le projet de Train à Grande Vitesse entre Tanger et Casablanca s'inscrit dans le cadre de la politique nationale des grands chantiers engagée sous

la Conduite Eclairée de SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI, et visant à

placer le citoyen au cœur de la stratégie du développement durable de notre pays. Il inaugure ainsi une nouvelle étape sur la voie de l'essor du système des transports et du secteur ferroviaire au Maroc.

Le projet contribueraà:

répondre à l’augmentation de la demande du transport ferroviaire des voyageurs sur l’axe Casa-Tanger (+70% entre 2002 et 2009),

accompagner le développement du nouveau pôle économique de Tanger- Tétouan, en raccourcissant les distances entre le nord et le sud du pays,

libérer de la capacité pour fluidifier le trafic ferroviaire fret sur cet axe (effets d’entrainement du port de Tanger-Med).

Avec plus de 6 millions de voyageurs attendus dès la première année de sa mise en service à fin 2015, il permettra de réduire considérablement les temps de parcours : 2h10 au lieu de 4h45 entre Tanger et Casablanca et 1h20 au lieu de 3h45 entre Tanger et Rabat. L’offre de tarification sera compétitive et en harmonie avec le pouvoir d’achat des usagers du train. Le coût global du projet s’élève à 20 milliards de dirhams, affectés aux études et au pilotage du projet, à l’infrastructure aux équipements

ferroviaires

et

à

l’acquisition

du

matériel

roulant.

Quant au financement de ce projet d’envergure, il est aujourd’hui achevé conformément aux contributions suivantes :

budget général de l’Etat et Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social avec 5,8 milliards de dirhams .

don de l’Etat Français de 825 millions de dirhams et prêts français du trésor et de banques commerciales de 6,875 milliards de dirhams et de l’Agence Française de Développement pour 2,42 milliards de dirhams .

prêt du Fonds Saoudien pour le Développement pour 1,585 milliards de dirhams.

prêt du Fonds Koweitien pour le Développement Economique Arabe pour 1,1 milliards de dirhams.

prêt du Fonds d’Abu Dhabi pour le Développement pour 770 millions de dirhams.

prêt du Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social pour 626 millions de dirhams.

Concernant le planning arrêté pour ce projet, il prévoit l’achèvement des travaux à la fin de l’année 2014, suivi de la réalisation, durant une année, des essais et des tests d’homologation suivant les standards mondiaux pour une mise en service de la ligne en décembre 2015.

S’agissant de l’état d’avancement de ce projet, plusieurs étapes ont déjà

été

En effet, le projet a été déclaré d’Utilité Publique, a reçu l’acceptabilité environnementale accordée par le Comité National d’Etude d’Impact et les travaux préparatoires sont entamés depuis Juillet 2010.

franchies.

Les prochaines étapes de ce projet concernent, le lancement des approvisionnements stratégiques en février 2011 et le démarrage à mi 2011 des grands travaux de génie civil. Quant au début des travaux des équipements ferroviaires, il est programmé en août 2011.

Concernant le matériel roulant, dont le contrat d’acquisition a été signé lors de cette cérémonie, celui-ci porte sur l’acquisition de 14 rames duplex à grande vitesse pour un montant de 4400 millions de dirhams auprès du

les meilleures conditions de

compétitivité internationale du fait que les prix de ce contrat sont au moins aussi avantageux que ceux des marchés comparables conclus récemment en France et en Europe et ce, en application du protocole

selon

constructeur français Alstom,

d’accord conclu entre le Royaume du Maroc et la République Française le

22

octobre

2007.

Ces rames sont composées chacune de deux motrices encadrant huit remorques articulées, dont deux de première classe, cinq de seconde

classe et une buvette. Chaque rame offre une capacité de 533 places assises dont 10% sont réservées aux personnes à mobilité réduite et deux espaces pour usagers de fauteuils roulants. Quant au design intérieur, il allie modernité empreinte d’une touche traditionnelle et commodités garantissant confort et sécurité de voyage.

Pour la maintenance de ce matériel, un atelier est prévu à Tanger- Moghogha pour assurer l’entretien des rames duplex à grande vitesse. Avec une capacité de maintenance de 30 rames, cet atelier s’étale sur une superficie de 22 Ha dont 30.000 m2 couverts et emploiera 200 salariés.

Enfin, grâce à la construction de cette première ligne de trains à grande vitesse, le Maroc est ainsi le premier pays d’Afrique et du monde arabe à se doter d’un système de transport ferroviaire d’un très haut niveau technologique qui ouvre la voie à des réalisations futures à grande portée. Et partant, l’ONCF intègre ainsi le groupe des opérateurs qui offrent quotidiennement dans le monde un service ferroviaire à très grande vitesse.

Ainsi, à l’instar ce qu’il a réalisé depuis le début des années 1990 en lançant et en réalisant son programme autoroutier puis au début de l’actuelle décennie en s’engageant dans la concrétisation du complexe portuaire Tanger-Med, de portée régionale et internationale, le Maroc réalise aujourd’hui sous La Conduite Eclairée de SA MAJESTE LE ROI, un autre saut qualitatif, à travers un développement structurant de son système de transport privilégiant le transport de masse, la multi-modalité et la protection de l’environnement et ce, à travers la technologie de la grande vitesse qui s’est progressivement imposée au niveau mondial comme le mode de transport de personnes le plus performant sur les moyennes et longues distances.