Vous êtes sur la page 1sur 28

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Avertissement

Sivousarrivezdirectementsurcettepage,sachezquecetravailestunrapportd'étudiantsetdoitêtrepriscommetel.Ilpeutdonccomporterdesimperfectionsoudesimprécisionsquelelecteurdoit

admettreetdoncsupporter.Ilaétéréalisépendantlapériodedeformationetconstitueavant­toutuntravaildecompilationbibliographique,d'initiationetd'analysesurdesthématiquesassociéesaux

technologiesbiomédicales.Nousnefaisonsaucunusagecommercialetladuplicationestlibre.Sivousavezdesraisonsdecontestercedroitd'usage,mercidenousenfairepart.L'objectifde

laprésentationsurleWebestdepermettrel'accèsàl'informationetd'augmenterainsileséchangesprofessionnels.Encasd'usagedudocument,n'oubliezpasdelecitercommesourcebibliographique.

Bonnelecture

MAITRISEDEL'INSTALLATIONELECTRIQUEAUBLOCOPERATOIRE

MAITRISEDEL'INSTALLATIONELECTRIQUEAUBLOCOPERATOIRE C h t i h a H a n a n e AboulayKoné A s

ChtihaHanane

C h t i h a H a n a n e AboulayKoné A s s
C h t i h a H a n a n e AboulayKoné A s s

AssierYoann

a n a n e AboulayKoné A s s i e r Y o a n

Référencebibliographiqueàrappelerpourtoutusage:

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Projet"ManagementdesOrganisationsBiomédicales",MASTERManagementdesTechnologiesenSanté(MTS),UTC,2007­2008

RESUMEENFRANCAIS

Danslesétablissementsdesanté,ladépendanceélectriqueestextrême.Comptetenudesadangerositéainsiquedesdégâtsmatérielsethumainssurvenuscesdernièresannées,le MinistèredelaSantéarééditécertainstextesenyintégrant denouvellesrecommandationspouraméliorerlasécuritédel’environnement hospitalier. Ainsi, cesnouvellesmesures appellentlesresponsablesdesétablissementsdesantéàréadapterl’architectureélectriquedeleursstructurespoursatisfairelanouvelleréglementation,enparticuliercellesdéfinies

danslanormeNFC15­211deaoût2006,ledécret2007­1344du12septembre2007etlacirculaireDHOS/E4/2006/393du8septembre2006.Cesexigencesconcernentnotamment

lesinstallationsélectriquesdesblocsopératoires, la continuité électrique et la maintenance. Leursobjectifsprincipauxsont d’assurerlessoinsdansdesconditionsoptimales, de sécuriserlepatientetlepersonneldesantéenparticulieraublocopératoire.Leprocessusdemiseenœuvredelaconformitédel’architectureélectriquedoitdoncêtrelapréoccupation desservicesbiomédicauxettechniquesquidoivents’assurerdelabonneapplicationdecestextes.

Motsclés:Sécuritéélectrique,NormeNFC15­211,Blocopératoire.

RESUMEENANGLAIS

Inthehospitalcomplex,thedependenceonelectricityisextreme. Takingintoaccounttherisksandhumanandmaterialdamageswhichoccurredlastyear,theFrenchdepartment ofhealthhasrepublishedsomeregulationtextsbyintegratingsomenewrecommendationsinordertoimprovethesecurityofhealthcareestablishments.Thus,thesenewmeasures havehospitals readjust electrical systems tomeet thenew regulations, inparticular, thosedefinedinthestandardNF C 15­211of August 2006, inthedecree2007­1344of September12th2007,andinthecircularDHOS/E4/2006/393ofSeptember8th2006. Theserequirementsfocusontheelectricalinstallationoftheoperatingrooms,theelectrical continuity,andthemaintenance. Theirmaingoalsaretoensurethehealthcarefacilityremainsinoptimalconditionsandtoprovidemorereassurancetopatientsandhealthcare staff,especiallyintheoperatingroom. Theprocessofimplementingtheconformityofelectricalsystemsmustbetheconcernofbiomedicalandtechnicalservices,whichmust ensuretheimplementationofthesetexts.

KeyWords:Electricalsecurity,StandardNFC15­21,Operatingroom.

Sommaire

Introduction

ChapitreI: LesRisquesElectriques

I.1) Donnéessocio­économiques

I.1.1) Quelqueschiffres I.1.2) Enjeudelasécuritéélectrique

I.2)Architecturedel’alimentationélectriqueàl’hôpital

I.2.1)Présentationgénéraledel’alimentationélectriqueparlefournisseur

I.2.2)Exempled’unschémasynoptiqued’uneinstallationélectriqueinterneàl’établissement

I.2.3)Structureduréseauinterneàl’établissement

I.3)Lescorpshumainetsesrapportsavecl’électricité

I.3.1)Contexte

I.3.2)Physiologiehumaine

I.3.3)Leseffetsducourantélectriquesurlecorpshumain

I.3.4)Continuitéélectrique

I.4)Identificationdelaproblématiquedenotreétude

ChapitreII: Processusd’applicationdelanouvellenormeNF15211aublocopératoire

II.1)LignesdirectricesémisesparleMinistèredelaSantéetdel’AgenceFrançaisedeNormalisation

II.1.1)Présentationréglementaireetnormativeincontournable

II.1.2)ClassificationdeslocauxàusagemédicalselonNFC15211

II.1.3)ProcessusdemiseenœuvredelanormeNFC15211

II.2)LesdifférencesfondamentalesentrelanouvelleNFC15­211(août2006)etl’ancienneNFC15­211(juin1987)

II.2.1)Comparaisondelafiabilitéélectrique

II.2.2)Comparaisonauniveaudessourcesderemplacement,analyseduniveaudeCriticité

II.2.3)Analysedesrisques

II.3)Lesexigencesdelanorme(avecanalysetransversaleintégrée)

II.3.1)Protectioncontreleschocsélectriques

II.3.1.1) Mesuredeprotectionparcoupureautomatiquedel’alimentation

II.3.1.1.1)Laprotectioncontrelescontactsdirects

II.3.1.1.2)Laprotectioncontrelescontactsindirects

II.3.1.1.3)Coupureautomatiquedel'alimentation

II.3.1.1.4)ProtectionpartrèsBasseTensionFonctionnelle(TBTF)

II.3.1.2)Mesuredeprotectionparisolationdoubleourenforcée

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

II.3.1.3)Mesuredeprotectionparséparationélectrique

II.3.1.4)Mesuredeprotectionpartrèsbassetension

II.3.1.5)Protectionscomplémentaires

II.3.1.5.1)Pardispositifsàcourantdifférentiel–résiduel

II.3.1.5.2)Liaisonéquipotentiellesupplémentaire (LES)

II.3.1.6)SchémaITmédical

II.3.1.7)ProtectionparDDRHS

II.3.1.8)Liaisonéquipotentiellesupplémentaire

II.3.2)Protectioncontrel’incendie

II.3.3)Protectioncontrel’explosion

II.3.4)Limitationdesperturbationsélectromagnétiques

II.3.5)Sourcesderemplacement

II.3.6)Protectioncontreleseffetsdelafoudre

II.3.7)Maintenance,essais,vérificationduréseauélectriquedesétablissements

ChapitreIII:Etatdelieuetenseignements

III)1)Objectifsetméthodederédactiondel’enquête

III.2)Résultatsetanalysedel’enquête

II.2.1)Synthèsegénérale

III.2.2)Répartitiondutypederaccordementauréseaupublic

III.2.3)Evaluationdudegrédesatisfactionréglementairedes14établissementsdesantéayantréponduàl’enquête

III.2.4)Critiquesdel’enquête

Conclusion

Bibliographie

Annexe1PrésentationduQuestionnaireenvoyéauxservicesBiomédicaux

Introduction

Avecenviron1000établissementsdesantédusecteurpublic,1900dusecteurprivéet3455sallesd’opérationsen2004,leterritoireFrançaisestdotéd’unsystèmedesanté

trèsdéveloppé[1].Decefait,lesbesoinsenélectricitépouralimenterlesétablissementsdesantéreprésententunebonnepartiedelaconsommationd’électricitéannuelledela

France.Parexemple,en2004,environ34TeraWattheuresfurentconsomméssoitprèsde7%delaconsommationfrançaisetotalequiestde516TeraWattheures[2].Les

3220transformateurs[1]utilisésdanslesétablissementsdesantéauservicedelasécuritéélectrique(soitenmoyenneplusd’unparétablissement)révèlentl’importancedes

architecturesélectriquesetdel’implicationhospitalièredanslamaîtrisedel’électricité.Malgrétout,aucoursdesdeuxdernièresannées,leministèredelasantéaenregistré16

incidentspotentiellementgravesliésauxcircuitsélectriquesdansleshôpitaux,poussantmêmelasécuritéélectriqueàdevenirunenjeupolitico­économique.Acepropos,le

Ministredelasantéaannoncéque«lapoursuitedelamiseauxnormesdesétablissementsdesantéconstitueunedesprioritésduplanHôpital2012»[3].Enconséquence,la

répétitiondesincidentsélectriquesentraînelarééditionrégulièredestextesréglementairesafindetenircomptedesexpériencespasséespouréviterderépéterlesmêmes

erreurs.

Ainsipourgarantirlasécuritédupatient,lesresponsablesdesétablissementsdesantédoiventréadapterl’architectureélectriquedeleursstructurespoursatisfairelesnouvelles exigencesréglementaires.Danslecadreduprojetd’intégrationintitulé«Maîtrisedel’installationélectriqueaublocopératoire»,nousavonsmenéunerecherchedesprincipaux textesconcernantlasécuritéélectrique,pourenextrairelesprincipalesrecommandationsetainsiétablirplusieursprocessusvisantàsimplifier leurmiseenoeuvre.

Parconséquent,ceprojetd’intégrationaurapourobjectifdetravaillersurl’aspectméthodologiquedesrecherchesdocumentairesmaisaussidemesurerl’impactdecette

nouvelleréglementationsurlesservicesbiomédicaux.Troisgrandespartiescomposentcerapport:

­Lesgénéralitésrelativesauxrisquesélectriques(donnéessocio­économiques,effetsélectriquessurlepatient)

­LaprésentationapprofondiedelanouvellenormeNFC15­211d’août2006«Installationsélectriquesàbassetension,Installationsdansleslocauxàusagemédical»,

applicabledepuisfévrier2007.

­Laréalisationd’uneenquêtesurlaconformitédesétablissementsdesantérelativeauxstructuresélectriques.

ChapitreI: LesRisquesElectriques

I.1) Donnéessocio­économiques

I.1.1) Quelqueschiffres

retoursommaire

Avecenviron1000établissementsdesantédusecteurpublic,1900dusecteurprivéen2004[1]et3455sallesd’opérationsen2004[1],lesystèmedesantéFrançaisest

l’undesplusdéveloppédanslemonde.En2004,saconsommationreprésente7%delaconsommationfrançaisesoitunedépenseannuelled’environ2,7Milliardsd’eurosetle

parcd’équipementdumilieuhospitalierdisposaitde1245 groupesélectrogènes(générateurd’électricité)etles1542onduleursdepuissancesupérieureà5KiloVoltAmpères[1].

Cependant,lesgroupesélectrogènessontennombreinsuffisantetnepermettentpasdesatisfairelaréglementationpuisqueles2900établissementsdoiventposséderaumoins

unesourcederemplacementde48heuresd’autonomie,sansoublierquecertainsd’entreeuxenpossèdentsouventplusieurs. Cesquelqueschiffresmontrentl’importancede larelationentrel’électricitéetlemondedelasanté. Leserviceinternedel’hôpitalestchargédecontrôlerl’accèsàl’énergieélectrique(servicetechniqueoubiomédical)doit donccomposerchaquejouraveclanotiondesécuritéélectriquecardansleshôpitauxplusqu’ailleurs,lemoindredéfautpeutengendrerdesaccidentsmortels.

I.1.2) Enjeudelasécuritéélectrique

Larépétitiondesincidentsélectriquesentraînerégulièrementlarééditiondestextesafindetenircomptedesexpériencespasséesetneplusreproduirelesmêmeserreurs.

Ainsi,suiteàl’incidentsurvenudanslanuitduvendredi25ausamedi26septembre1998àl’hôpitalEdouard­HerriotdeLyon[3],unepanneélectriquededeuxheuresseraità

l’originedelamortd’aumoinsdeuxpatients.Lesconséquencesdramatiquesdecetincidentontd’ailleursentraînélaparutiondelacirculairedu6octobre1998quiarappelé

combienilétaitimportantpourlesétablissementsdesantédesepréoccuperdelasécuritéélectrique.

Demême,leministèredelasantéaenregistré16incidentspotentiellementgravesentre2004et2005[4]liésauxcircuitsélectriquesdansleshôpitaux.Lebureau

d’ingénierieetdestechniqueshospitalièresdelaDHOS(Directiondel’Hospitalisationetdel’OrganisationdesSoins),reconnaîtqu'ils'agitvraisemblablementd'unesous­

estimationcartouslesétablissementsnedéclarentpaslesproblèmesqu'ilsrencontrent[4].Lenombreimportantd'incidentsaconduitlaDHOSàdiffuserenmai2005une

circulaire[5]rappelantlesdispositionsréglementairesetlesprincipesdelasécuritéincendie.Ledernierincidentendate,quiestactuellementencoursd’expertise,estintervenu

le14août2007àl’HôpitalEuropéenGeorgesPompidou(armoireélectriqueayantprisfeu)[7].

I.2)Architecturedel’alimentationélectriqueàl’hôpital

retoursommaire

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

I.2.1)Présentationgénéraledel’alimentationélectriqueparlefournisseur

L’interactionentreleréseaudedistributionélectriquelocaletl’établissementdesanté,sesitueauniveauduraccordementdecelui­ciauréseauHauteTensiondetypeA

(HTA)(moyennetensionde1à50KV,latensionnormaliséeestde15à20KV).Ceréseaualimentedesclientsprofessionnelspourlesquelslapuissanceàfournirestinférieureà

250KVA.Ilestleplussouventsouterrainenzoneurbaineetaérienenzonerurale.LeréseauHTAutilisédanslesétablissementsdesantéestconstituédecâblessouterrains

d’unetensionde20KVutiliséeenboucleouverte.Ilesttriphaséetexploitéenantenneselonleschéma1.Lechoixdesautresschémas1et3dépenddel’analyseentrele

responsabledel’établissementetledistributeurlocalpourdéfinirla qualitédel’alimentationélectriqueàfournir.Lesétablissementsdesantépeuventdoncêtrealimentéspar uneoudeuxalimentationsdistinctesafind’assurerlacontinuitéélectriqueduréseau local.Encasdepanned’unealimentationHTA,lasecondeestmiseenfonctionnementen moinsd’uneminuteparunsystèmed’inverseurtélécommandédepuis lepostedecontrôleEDF(Figure1).

télécommandédepuis lepostedecontrôleEDF(Figure1). Figure1:PostedecontrôleEDF: source: http://www .edf.fr

Figure1:PostedecontrôleEDF:source:http://www.edf.fr

retoursommaire Schéma1: Schéma2: Schéma3: retoursommaire
retoursommaire
Schéma1:
Schéma2:
Schéma3:
retoursommaire

I.2.2)Exempled’unschémasynoptiqued’uneinstallationélectriqueinterneàl’établissement

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Figure2:Exempled’unschémasynoptiqued’uneinstallationélectriqueinterneàl’établissement

I.2.3)Structureduréseauinterneàl’établissement

retoursommaire

Lelocaltechniqueestinstalléauseindel’établissement.Ilestconstituédesélémentscitésci­dessous:

LacellulederaccordementHTAàl’hôpital:

LacellulederaccordementHTA(Figure2)représentelalimitedepropriétédudistributeurélectrique.Sonentretienincombeàl’établissementdesanté.Bienqu’ellesoitsituée

dansl’établissement,elleestmanœuvréeparlesservicestechniquesdudistributeur.Sonaccèsestinterditauxautrespersonnelsdemaintenancedel’hôpital.Cettecellule renfermelespointsderaccordementdel’arrivéeduréseauHTAetlesprotectionspourlestransformateursdepuissanceetdisjoncteursdeprotectiongénérale.

Lamaintenancepréventivedecescellulesesteffectuéetouslestroisansetrépondauxniveaux4et5demaintenance:

Figure2:CellulederaccordementduréseauHTAduCHCompiègne:PhotostagiaireMTS­UTC

retoursommaire

Niveau4:

Actionsdontlesprocéduresimpliquentlamaîtrised’unetechniqueoutechnologieparticulière.Cesontengénéraltouslestravauximportantsdemaintenancecorrectiveou

préventive(lesréparationsouremplacementdecomposants,desréparationsspécialiséesetlavérificationdesappareilsdemesures).Cestravauxsonteffectuésparun

technicienouuneéquipespécialisée.

Niveau5:

Concernetouteslesopérationsdontlesprocéduresimpliquentunsavoir­faire,faisantappelàdestechniquesoutechnologiesparticulières,desprocessuset/oudeséquipements

desoutienindustriel(rénovation,reconstruction).Cesopérationssonteffectuéesparleconstructeur.[8]

LesTransformateurs

Lestransformateurs(Figure3)serventàtransformerlahautetension(HTA)de20KVAenbassetension(BTA)400V.Leurinstallationestsouventdoubléeafindefournirune

alimentationglobalede800Vrepartieselonlesbesoinsdel’établissementdesanté.Touslestroisans,ildoitêtreeffectuéuncontrôledeserragedesconnexionsHTAetBT,les

testsdefonctionnementdesdispositifsdeprotection,lavérificationdufonctionnementdesdéclenchementsainsiquelereportd’alarmeetl’analysedudiélectriquetouslestrois

etcinqans[8].

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Figuren°3:TransformateursHTA/BTduCHCompiègne:PhotostagiaireMTS­UTC

LeTableauGénéraldeBasseTension(TGBT)

retoursommaire

LeréseaudedistributioninterneserésumeauTGBT(Figure4).Unepannesurcetélémentprivel’établissementdesantéd’électricitépendantladuréedesaréparationsaufsi

celui­ciestredondant.Ildoitdoncêtreprotégécontrelesfoudrescomptetenudesasensibilité.Ilpiloteledémarrageoul’arrêtduoudesgroupesélectrogèneslorsqu’ildétecte

uneabsenceouprésencedetensionduréseaulocalenuntempstrèscourtgrâceausystèmed’inverseursnormal/secours.Ilfacilitel’exploitationdelaredondancedes

transformateursHTA/BTAetpalieàladéfaillanced’untransformateur.LeTGBTestcomposédesdisjoncteursdecommandedébrochablesdontcertainssontmotoriséset

commandésparbatteries.Sonexploitationetsamaintenancedoiventêtreeffectuéesavecleminimumdeperturbationspourlesutilisateurs.Ilestchoisiselonl’exploitation,

l’évolutivitédesinstallations,delasécuritédesintervenantsetdel’environnement.

Figure4:TGBTduChCompiègne:PhotostagiaireMTS­UTC

Figure4:TGBTduChCompiègne:PhotostagiaireMTS­UTC

Legroupeélectrogène(GE):

Lesgroupesélectrogènes(Figure5)sontconstitués:

­ D’unmoteuralternatifàcombustioninterneproduisantuneénergiemécanique

­ D’unegénératriceconvertissantcetteénergiemécaniqueenénergieélectrique

­ D’élémentsdetransmissiondel’énergiemécanique(accouplement,réducteur,multiplicateur)

­ D’élémentsdemontageetdesupport.

retoursommaire

LesGEserventàproduiredel’électricité.Ilssontutiliséspouralimenterlesinstallationssensiblesencasdepertedelasourceélectriquenormale.Ilsontunepuissancede800à

1250KVAetpeuventêtredoublésselonlesbesoinsoulastratégiedesétablissements.

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Figure5:GroupeélectrogèneduCHRd’Orléans:PhotostagiairesMTS­UTC

AlimentationSansInterruption(A.S.I)Statiques:

retoursommaire

LesASIstatiques(Figure6)sontcommunémentappeléessouvent«onduleur» quin’estrellementqu’unélémentdel’ASI.Laréserved’énergieestconstituéepardes

batteriesd’accumulateurayantuneautonomievariantde10minà30minselonlenombredebatteries.Ellesserventàproduiredel’énergieélectriquepourlesactivités

répondantau1erniveaudecriticité (activitésnesupportantaucunecoupured’alimentationélectrique,dontfaitpartileblocopératoire).Ellesassurentl’autonomieetletemps

dudémarragedugroupeélectrogène[8].Leplussouvent,lesASIutiliséesontunepuissancevariantde15à40KVApourrépondreauxexigencesdel’alimentationcontinueet

lafournitured’unetensionstablepourl’exploitationdesdispositifsélectro­médicaux.

Cesappareilssontredondants,certainssontinstalléspratiquementprèsdetoutesleszonescritiques.Ilsalimententdirectementlesprisesidentifiéesparlacouleurrougeaubloc

opératoire.

opératoire. Figure6:ASIstatiqueauCHCompiègne:photostagiairesMTS­UTC

Figure6:ASIstatiqueauCHCompiègne:photostagiairesMTS­UTC

retoursommaire

Laréglementation

Toutecettearchitecturedoitdoncrespecterlaréglementationenvigueurafind’assurerlafiabilitédel’installationélectrique.Letableau1rassemblelestextesréglementaires

relatifsàlasécuritéélectrique.

NormeouTexte

Applications

NFC13­100

RaccordementauréseaudedistributionHTA(15à20000V)

NFC13­200

Relativeauxinstallationsélectriqueshautetension

NFC14­100

RaccordementauréseaudedistributionBTA(400V)

NFC15­100

Relativeauxinstallationsélectriquesbassetension

NFC15­211

Relativeauxinstallationsélectriquesbassetensiondansleslocauxàusagemédical

NFX60­010

Relativeauxconceptsetdéfinitionsdesactivitésdemaintenance

UTEC18­510

Relativeauxinstructionsgénéralesdesécuritéd’ordreélectrique

UTEC18­540

Relativeauxinstructionsgénéralesdesécuritéd’ordreélectriquedestinéau

personnelhabilitébassetension

NFEN60439­1

RelatifàlaconformitédesTGBT

NFC17­100et17­102

Relatifauxdispositifsdeprotectioncontrelafoudre

NFISO8528­1àNFISO8528­7Relativesauxexigencesdeconformitédesgroupesélectrogènes

NFS61­940

Relativesauxalimentationsélectriquesdesécurité(AES)

Arrêtédu17janvier1989

DuMinistèredel’industrieportantapprobationdel’UTEC18­510

Arrêtédu7janvier1993

Relatifauxcaractéristiquesdusecteuropératoirementionnéàl’articleD712­31du

CSPpourlesstructurespratiquantl’anesthésieoulachirurgieambulatoireviséeà

l’articleR.712­2­1

Arrêtédu3Octobre1995

Relatifauxmodalitésd’utilisationetdecontrôledesmatérielsetdesdispositifs

médicauxassurantlesfonctionsetactescitésauxarts.D.712­43etD.712­47

Arrêtédu14avril1995

Relatifauxconditionstechniquesderaccordementauréseaupublicdesinstallations

deproductionautonomed’énergieélectrique

Arrêtédu25avril2000

Relatifauxlocauxdepré­travail,detravailetauxdispositifsmédicauxetaux

examenspratiquésennéonatalogieetàlaréanimationnéonatale,àl’obstétrique

Tableau1:Synthèsedesdifférentstextesrelatifsàlasécuritéélectrique

sommaire

retour

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

I.3)Lescorpshumainetsesrapportsavecl’électricité

I.3.1)Contexte

Lerisqueélectriqueprendnaissanceavecl’actiondutravailleurdanssonmilieudetravail. En2005,7accidentsd’origineélectriquefurentenregistrésdanslesétablissementsde santéFrançais,générant203heuresd’arrêtsmaladies[9]. Cechiffretientcomptedesacteursintervenantactivementsurleréseauélectrique,néanmoinsdanslescentresde soins,lepatientestgénéralementendormietestincapablederessentiruneagressionélectrique.

Lepatientestsoumisàdeuxdangersprincipaux:

• L’arrêtdel’alimentationélectriquequinepermetplusdepoursuivrelessoins.

• Unchocélectriquedûàundispositifmédicalouunopérateur.

Pourcomprendrelasusceptibilitéélectriquedupatientaublocopératoire,ilestnécessairedeparcourirlescaractéristiquesrésistivesetdesusceptibilitéélectriqueducorps

humain.

I.3.2)Physiologiehumaine[10]

Lecorpshumainselaisseparcourirparlecourantélectriqueavecplusoumoinsdefacilitésuivantsaproprerésistanceélectriquequireprésentel’obstacledelapeauetdestissus intérieursquis’opposentaupassageducourant. Lapeauconstituelabarrièrelaplusefficaceàlapénétrationducourantàl’intérieurducorpsetsarésistanceélectriquevarieen fonction:

­Desonétatdesurface(peausèche,humide,imprégnéedeproduitschimiques…).

­Desonépaisseur(peaufineoucalleuse).

Pourunepeausècheetfine,au­delàd’unetensionélectriquequel’onpeutestimerà40ou50volts,labarrièreisolantecèdeetlecourantaugmentetrèsrapidement,iln’est

alorspluslimitéparlarésistancedestissusetliquidesinternesquiestfaibleparrapportàcelledelapeau.Onpeutestimercetterésistanceà300Ohmsenvironpourunadulte.

Leseffetsducourantélectriquediffèrentselonl’intensitéducourantcommelemontreletableau2.

COURANT

EFFETSPHYSIOLOGIQUES

(milliampère)

0.05

Perceptionsensorielleauniveaudelalangue

0.8

Perceptioncutanéepourlafemme

1

Perceptioncutanéepourl’homme

4

Perceptioncutanéedouloureuse

8

Impossibilitédelâcherpour0.5%desindividus

12

Seuldelâcher,seuildebrûlurepourunesurfacede1mm 2

16

Impossibilitédelâcherpourlaquasi­totalitédesindividus

20

Possibilitéd’asphyxieventilatoiresidurée>3mm

50

Possibilitédefibrillationsidurée>2s

100

Possibilitédefibrillationventriculairesidurée>0.5s

200

Fibrillationventriculaireà50%sidurée>0.5s

500

Fibrillationventriculairequasicertainepourdurée>0.5s

Tableau2:LesEffetsphysiologiquesducourantélectriquesurlecorpshumain:[11]

Nousretiendronsdanscetableauquelepluspetitcourantélectriqueestressentiauniveaudelalangueetestde50microampères.

I.3.3)Leseffetsducourantélectriquesurlecorpshumain

retoursommaire

Lecorpshumainpeutêtreconsidérécommeunrécepteurélectriqueetlagravitédesdommagescorporelsprovoquésparlecourantélectriquerésultedelaconjugaisonde

plusieursfacteursconcomitants.

• Valeurdel’intensitéducourantélectriquecirculantàtraverslecorpshumain,valeurquidépendelle­mêmedelasourced’énergieélectrique(puissance,tension)etdumilieu

danslequels’exercehabituellementl’activitédutravailleur(emplacementdetravailisolantoutrèsconducteur).

• Duréedepassageducourantélectriqueàtraverslecorpshumain.

• Trajetducourantdansl’organismesuivantquelecontacts’établisseentredeuxmainsouentreunemainetlespieds.

• Susceptibilitéparticulièredelapersonnesoumiseàl’actionducourantélectrique:corpulence,électrisationinvasive(patient…).

Ilyadeuxmodesdemanifestationquisontsimultanésetdontlepoidsvarieselonlescirconstances[13]:

U=R.I (effetexcitomoteurélectrisation) W=R.I2.t (effetthermiqueBrûlure)

Lesmanifestationsélectriquesencouruesparlecorpshumainsontalorsmultiplesetsontregroupésdansletableauci­dessous:

Fibrillation

Troubledurythmecardiaquecaractérisépardescontractionsrapides,

désynchroniséesettotalementinefficacescauséesparuneactivitéélectrique

désordonnéedesfibresmusculairescardiaques.

Electrisation

Effetdupassaged’uncourantélectriqueàtraversl’organisme

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Electrocution

Effetmortelsdupassaged’uncourantélectriqueàtraversl’organisme.

Tétanisation

Contractionmusculaireprolongéeetinvolontairesanspossibilitéd’exercerune

commandemotricevolontaire.

Brûlures

Lesbrûluresélectriquessuperficiellespeuventsemanifesterpourlesintensitésde

l’ordrede10milliampèresmaintenupendantquelquesminutes

Tableau3:Quelquesdéfinitionsrelativesauxdifférentsaccidentsélectriquessurlecorpshumain[12]

retoursommaire

Dansl’organisme,lecourantélectriquesuitdestrajetspréférentielsquipassentparlesorganesoffrantlemoinsderésistance:lecœur,lespoumons,lesreins. Descontacts établisentredeuxdoigtsd’unemêmemainn’offrirontqu’uncourttrajetlimitéàlamain,alorsqu’uneliaisonentrelesdeuxmainsintéresseralatotalitéduthorax,c'est­à­direle

cœuretlespoumonscommelemontreletableau4ci­dessous:

FACTEURS TRAJETS

1,5

PoitrineMaingauche

1,3

PoitrineMaindroite

1

Maingauchepiedgauche,oupieddroit deuxpieds,oudesdeuxmains deuxpieds

0,8

Maindroitepiedgauche,oupieddroitoudeuxpieds

0,7

Dos maingauche

0,4

Maingauchemaindroite

0,3

Dos maindroite

0

Pieddroit piedGauche

Tableau4:FacteursdecourantdecœurindiquantlapondérationdesintensitésdecouranttraversantlecœurenfonctiondestrajetsCEI60601

Lecœurétantsituéàgaucheduthorax,nouscomprenonslefacteurdepondérationleplusimportant (1,5)lorsqueletrajetducourantpassedelapoitrineàlamaingauche, celui–cipasseàtraverslecœuretlespoumonssansqueletrajetducourantnesoitdiffusédanslestissuscarletrajetestcourt(poitrinemaingauche)

Voicilesdeuxeffetslesplusgravesducourantsurlecorpshumain:

Arrêtrespiratoire=tétanisationetblocagedesmusclesrespiratoires, intercostauxetdiaphragme=>asphyxie

­ordredegrandeur:20à30mAà50/60Hertzpendant2à3minutes.

retoursommaire

Arrêtcirculatoire=arrêttotalducoeuroufibrillationcardiaque

­Ordredegrandeur:100à500mAà50/60Hz+probabilitémaximalependantlarepolarisationventriculaire(phaseascendantedel’ondeT)

­Pourl’Homme(70Kg,50%delapopulation):

Iminidefibrillation=KT­0,5avec:T=tempsd’application=10millisecondesà5s

K=constantede185à116mAs­2

Cesnotionsdetrajetducourantélectriquedépendentdelacorpulencedel’individucarledébitd’électronsparcourantlethorax,etdonclesorganessensibles(cœur,poumons), utiliserontunesectiond’autantplusimportante(diffusion)queladistanceparcouruedanslestissusestimportante. Icinousdiscriminonsdonclavulnérabilitéd’unnouveauné parrapportàcelled’unadulteobèse. Eneffet,cedernierdiffuserad’avantagelecourant,diminuantainsi,dansunvolumeconsidéré,lefluxd’électronsetdoncsoneffet destructeur.

Maisaublocopératoire,lecœurdupatientpeutêtretouchépardesdispositifsmédicauxd’unemanièreinvasivecommeaveclebistouriélectrique.Ilnefautdoncplusconsidérer lacorpulencedupatientmaisuncontactélectriquedirectsurlecœur. Cescourantssonttransmisaupatientsousladénominationdecourantsdefuite. Laprobabilitédes

manifestationsphysiologiquesestfonctiondel’intensitéducourantdefuiteappliquésurlecorps,lafigure7représentelaprobabilitédefibrillationventriculaireenfonctiondu

courantdirectquiluiestappliqué.

courantdirectquiluiestappliqué.

Figure7:Probabilitédefibrillationventriculaireenfonctiondel’intensitéducourantappliquésurlecœur[11&20]

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Auregarddecegraphique,uncourantde10μAsuffitàgénérerunedéfibrillationdans0.2%descas. LanormeNFEN60601­1[11]précise,pourlesdispositifsdetypeCF(à

entréeflottanteetàprotectionélectriquepatientmaximale)utiliséencardiologie,quelecourantdefuitepatientnedoitpasexcéder10μAdanslesconditionsnormaleset50

μAdanslesconditionsdepremierdéfaut(Cf.SchémaITmédicalquiévitelacoupuredecourantlorsqu’undéfautd’isolationapparaît,voirpartieII.3.1.6p33). Autrementdit,

danslesconditionsnormales(sansdéfaut)lerisqueacceptéparcettenormeestuncourantde10μAetdoncuneprobabilitéde0.2%defibrillationcardiaqueetde1%encas

depremierdéfaut. Parcetteremarque,nouscomprenonstoutl’intérêtderésoudreleplusrapidementpossiblelepremierdéfautélectriquesurvenantsurunestructureIT médicale.

I.3.4)Continuitéélectrique

retoursommaire

­Le14Août2007,pouruneraisonquiresteàdéterminer,unearmoireélectriqueprendfeudanslesoussoldel’HEGP(HôpitalEuropéenGeorgesPompidou)[7].Cettearmoire

quialimentaitdeuxdesquatresecteursdel’hôpital,arencontréunesituationdepremièrecriticité.Selon«lequotidiendumédecinn°8205»aucunblessén’estàdéploreren

revanchelamoitiédesservicesfutplongéedanslenoir,etdeuxsemainesaprèsl’incident,certains étaienttoujours dépourvusd’alimentationélectrique. Parchancel’incendie n’aurapastropperturbélesconditionsdetravailcarleprogrammed’étéesttraditionnellementallégédurantlescongés.Actuellement,cetincidentestencoursd’expertiseet

selonlesdernièresdéclarationsdu6décembre2007dePerrineCOLLET,responsableduService&Relationinternationalesdel’HEGP;«Aucuneautredéclarationnepeutêtre

émisedansl’attentedesrésultatsdel’expertise».

­Aussi,suiteàl’accidentsurvenudanslanuitduvendredi25ausamedi26septembre1998àl’hôpitalÉdouard­HerriotdeLyonquidoitêtrelesecondenimportanceauniveau

national[3],unepanneélectriquededeuxheuresestàl’originedelamortd’aumoinsdeuxpatients. Lesconséquencesdramatiquesdel’incidentélectriqueontentraînéla

parutiondelacirculairedu6octobre1998quiarappelécombienilétaitimportantpourlesétablissementsdesantédesepréoccuperdelasécuritéélectrique.

Lepatientassistépardesdispositifsmédicaux(DM)lorsd’uneinterventionaublocopératoire,peutêtreexposéàuneinsécuritédueàunecoupuredel’alimentationélectrique.

Pourpallieràcegenred’incidentélectrique,lepremierprincipedeprécautionàprendreconcernel’applicationdelaréglementationetdesnormes.Lesinstallationsélectriques

doiventeneffetlessatisfaireetêtrevérifiéesàunepériodicitéadéquate.

TYPEDEDOMAINE

DESCRIPTION

TBT

DomaineTrèsBasseTension(<50Volts)

BTA

DomaineBasseTensionA(50V<tension<500V)

BTB

DomaineBasseTensionB(500V<tension<1000V)

HTA

DomaineHauteTensionA(1000V<tension<50000V)

HTB

DomaineHauteTensionB (>50000V)

Tableau5:Classificationdesinstallationsélectriquesenfonctiondestensionsqu’ellestransportent.

Lepersonnelintervenantsurlesdifférentsdomainesdesinstallationsélectriquesdevraêtrehabilitépardesorganismescertifiés.

I.4)Identificationdelaproblématiquedenotreétude

retoursommaire

Lasécuritéélectriqueestdoncfondamentaleauseind’unétablissementdesantécommeilaétéconstatéautraversdelasusceptibilitéélectro­physiologiqueducorpshumain

mentionnédanslapremièrepartie.Unequestionsepose:

Commentprévenirlesrisquesélectriquesafind’assurerlasécuritédesactesopératoires?

Siunecomparaisondevaitêtrefaite,lasécuritéélectriqueseraitunegrandechaîneconstituéedebeaucoupdemaillonsdifférents.Maisfinalement,lepatientsubitletransfert

d’énergie,ildevientdecefaitunmailloncapitaldelachaînequileplaceaucentredesdébats.Lamissionprioritaired’unétablissementdesantéestdoncdeprévenirlepatient

deschocsélectriquesetdepoursuivrelessoinsencasdepanne.Eneffet,l’impédanceélectriquedelapeauconstituedanscertaineslimitesuneprotectioncontreleseffetsdu

courant.Cetteprotectiondisparaîtlorsdecertainsexamensoutraitementsinvasifs(parexemplelorsqu’oninsèredespartiesd’appareilsdanslecorpsdupatient).Ainsi,pour

pouvoirtraiterlaprotectioncontreleschocsélectriques,lafiabilitédel’alimentationélectriquedoitégalementêtredéveloppée:ilfautdoncassurerlacontinuitéélectrique

puisquel’ondoitdisposerdetouteslesressourcesnécessairesafindeveilleràl’intégritédupatient.Nousavonsparconséquentdécidédenouscentrersurl’étudedelafiabilité

del’installationélectriquedestinéeàalimenterlesdispositifsmédicauxaublocopératoire.

Lesingénieursbiomédicauxdoiventdoncseconformerauxexigencesetauxrecommandationsàtraverslescirculairesetlesnormes.Laréglementationestainsisanscessemise àjourafindecollerauplusprèsàla«réalitéduterrain».Lesaccidentsrencontrésparlesétablissementsdesantésontlemoteurdesrévisionsdestextesentraînantleur

rééditiondanslebutdepallieràtouscesrisques.Parexemple,etpourn’enciterqu’une,lanormeNFC15­211dejuin1987[14]futmiseàjourenAoût2006[15]Lemonde

normatifestdoncenperpétuelmouvement:

Faceàcebesoinprioritairedesétablissementsdesanté,nousnoussommesimpliquésdanslarecherchedesprincipauxtextesconcernantlasécuritéélectriquedanslesblocs

opératoirespourendégagerlesprincipauxpourétablirunprocessusvisantàsimplifierleurlecture.

L’undestexteslesplusimportantsàétudierestlaNormeNFC15­211deaoût2006.Eneffet,cettedernièrefutrééditéeily’apeudetempsetestapplicabledepuisfévrier

2007.Parcontre,l’étudedecettenormeàelleseulen’apasdesenssielleestdépourvuedesoncontextelégislatif.Enconséquence,nousavonségalementchoisid’étudierla

DHOS deseptembre2006[6],l’arrêtédu3octobre1995[16]etledécretdeseptembre2007[17]. Enparallèledel’étudedecestextes,uneenquêtefutélaboréeetenvoyéeàdifférentsétablissementsdesantéafindeconnaître,àl’heureactuelle,leurniveaudeconformitéà cesdifférentstextes.

UnQQOQCPciaprès (outilqualité)apermisdedégagerlaproblématiquedel’étude:

Donnéed’entrée:Commentprévenirlesrisquesélectriquesafind’assurerlasécuritédesactesopératoires?

Qui?

­

Patients.

­

Personnelmédical&paramédical.

­

Agentsdemaintenance(électrique)

Quoi?

­ Risqued’électrocution

­

Rupturesdecontinuitéélectrique

Ou?

Blocopératoire

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Quand?

Toujours

Comment?

Satisfaireauxexigences(circulaires)etrecommandation(normes).

Pourquoi?

Assurerlacontinuitédesoinsetdiminuerlesrisquesd’accidents.

Donnéedesortie:Commentaider lesétablissementsdesantéàsatisfairelaNormeNFC15­211relativeàlasécuritéetàlacontinuitéélectrique?

retoursommaire

ChapitreII) Processusd’applicationdelanouvellenormeNF15211aublocopératoire

II.1)LignesdirectricesémisesparleMinistèredelaSantéetdel’AgenceFrançaisedeNormalisation

II.1.1)Présentationréglementaireetnormativeincontournable

Arrêtédu3octobre1995[16]relatifauxmodalitésd’utilisationetdecontrôledesmatérielsetdispositifsmédicaux.

Définitiond’unArrêté:Décisionexécutoirequiémaned'uneautoritéadministrativeetquipeutavoiruneportéegénérale(parex.exécutiond'uneloi)ouindividuelle(parex.

nominationd'unfonctionnaire).

Ilobligel’exploitantdedisposerd’unplanpalliatifencasdedéfaillancedel’alimentationélectriqueetengazàusagemédical. Lacontinuitédessoinsdoitêtreeffectivejusqu’àla sortiedupatientdelasalledesurveillancepost­interventionnelle.Lesprocédurespermettantl’activationdesdispositifsderelestage(mécanismesdesuppléanceenélectricité) doiventêtreécritesetréviséestouslessemestres.

Lacirculairen°DHOS/E4/2006/393du8septembre2006[6]relativeauxconditionstechniquesd’alimentationélectriquedesétablissementsdesantépubliqueetprivée

mentionnelespointssuivants:

Définitiond’unecirculaire:Lescirculairesémanantd'unministre,dontbeaucoupontpourfonctiond'aideràl'interprétationd'untextelégislatif,nepeuventavoirqu'unusage

administratifinterneetnecréentpasledroit.

­Ledistributeurn’ayantpasd’obligationderésultats,lesétablissementssensibles(laboratoire,blocopératoires,urgences,réanimation…)doiventobligatoirementsedoterde source(s)autonome(s)deremplacement. ­L’exploitantdoits’assurerauprèsdesondistributeurd’énergiequel’établissementestreliéauréseauHTAenstructuresdites«encoupured’artère»ouen«doubledérivation

»oud’unealimentationpar2lignes«enantenne»individualiséesissuesdedeuxpostessourcesdifférents.

­Conseillel’applicationdelanormeNFC15211relativeauxinstallationsélectriquesàbassetensiondansleslocauxàusagemédical.

­Maintenanceetinterventiondoiventêtrearchivées. ­Chargeursetbatteriesnécessairesàlamotorisationdudisjoncteurdecouplagedesgroupesélectrogènesdoiventêtreinstalléesenredondancel’undel’autre.

­Lapériodicitédesessaisdesinstallationsdesecoursnedoitpasexcéder1mois,ellesdoiventêtreréaliséesdanslesconditionsréellesdefonctionnement.

­Unchargéd’exploitationdelachaînededistributionenénergiedoitêtreclairementidentifié.

­Uneanalysedesrisquesdoitêtremenéepourmettreenœuvredescontremesuresimmédiates.

­Lespersonnesintervenantsurlachaînededistributionenénergiedoiventêtrehabilitées.

­Mettreenplaceuneorganisationdegestiondecriseentenantcomptedespréparationstechniquesauxrisquesélectriques,larédactiond’unguidedesconduitesàtenirainsi

quesaformationsousjacente.Cettecelluledeveilledoits’articuleravecleplanblanc;uneformation,révisionetévaluationdesprocéduressontobligatoires.

retoursommaire

Décretn°2007­1344du12septembre2007[17]relativeàlamodernisationdelasécuritécivile.

Définitiond’unDécret:Décisionécritedel'exécutif,dontleseffetssontanaloguesàceuxd'uneloi.

Ceprésentdécretélargitlepérimètred’applicationdel’obligationdemaintenirlacontinuitéélectriquedanstouslesétablissementsmédicaux­sociaux.Eneffet,elles’appliqueà touslesétablissementsquiassurentunhébergementcollectifàtitrepermanentetdessoinsprisenchargeentoutoupartieparl’assurancemaladie. Aussi,elleobligelespoints fondamentauxsuivants:

­Garantirlasécuritéencasdedéfaillancedesréseauxdedistributiond’énergieélectrique.

­Assurerlacontinuitéélectriquependant48heuresaumoins.

­Prévoirdesmesurespermettantd’assurerlasécuritédespersonneshébergéesencasdedéfaillancedesréseauxd’énergie. ­Ecrirelesmesuresprévuesencasdedéfaillancedesréseauxd’énergie. ­Auregarddesniveauxdecriticitédesactivitésmédicalesdanslesétablissementsdesoins(hôpitaux…)etceuxdispensésdanslesétablissementsmédicauxsociaux(maisonsde

retraites…),uneétonnanterépartitiondesdélaisd’applicationduprésentdécret,(Art.3,)stipulequelesétablissementsdesoinsdisposentd’undélaide5ansalorsqueles

établissementsmédicauxsociauxdisposentde2anspourappliquercedécret.

NormeNFC15­211Août2006[15]

Définitiond’unenorme:Documentétabliparconsensusetapprouvéparunorganismereconnu,quifournit,pourdesusagescommunsetrépétés,desrègles,deslignes

directricesoudescaractéristiques,pourdesactivitésouleursrésultatsgarantissantunniveaud'ordreoptimaldansuncontextedonné.»

Danslecasgénéral,unfabriquantouunprestatairedeservicen'estpasobligédesuivreunenorme.Ellespeuventcependantêtreimposéesparundonneurd’ordrepourla

réalisationd’uncontrat.Danscertainscas,ledroitpeutimposerl'utilisationd'unenorme.

Citéepoursonapplicationdanslacirculairen°DHOS/E4/2006/393du8septembre2006,lanormeNFC15­211deaoût2006remplacecelledejuin1987. Ellecontientles prescriptionsdestinéesàassurerlasécuritéélectriquedespersonnesdansleslocauxàusagemédical. Elleesteffectivepourtouslestravauxeffectuésaprèsle31janvier2007.

L’AgenceFrançaisedeNormalisation(AFNOR)àjointenannexeàcettenormeNFC15­211deaoût2006lacirculaireDHOSE/E4/2005/295du30mai2005[5].Cettecirculaire

apourtantétérévisée,ilfautdoncconsidérerlacirculairen°DHOS/E4/2006/393du8septembre2006[6].

retoursommaire

Avecl’ensembledesnormestransversalescitéesdanslanormeNFC15­211,cettedernièreparcourtlesrecommandationsrelativesauxitemsabordésdansleprocessusfigure

8.

8.

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Figure8:ProcessusintroduisantleschapitresdelanormeNFC15211ainsiquesesinteractionsaveclesautrestextesréglementaire.(Silafigure8n'estpaslisible,cliquerici)

retoursommaire

L’étudedelanormeNFC15­211estconséquentecarelleintègreunnombreimportantdenormestransversales. Lapartiesuivanteexpliquelespointsnormatifsdélicatset

transformelanormeNFC15­211enprocessusafindeparcourirlesrecommandationsnormativesessentielles(Figure9).

Lesprincipauxprocessusintégrésdanslemanagementdelasécuritéélectriquepeuventêtreschématiséssouslaformed’unecartographiedesprocessus:

Figue9:ActivitésparticipantàsatisfairelasécuritéélectriqueselonlanormeNFC15­211:

retoursommaire II.1.2)ClassificationdeslocauxàusagemédicalselonNFC15211
retoursommaire
II.1.2)ClassificationdeslocauxàusagemédicalselonNFC15211
Lesactivitésmédicalessontclasséesentroisniveauxdecriticitéselonletempsdecoupureadmissiblepourl’alimentationdesactivitésconcernées:
Figure10:Lesniveauxdecriticité
retoursommaire

Voiciunexempledeclassificationdesactivitésmédicaleslespluscourantes,lesexemplessontissuesdelanormeNFC15­211:

Activité

Equipements

Niveau1

Niveau2 Niveau3

Blocopératoire

Salled’opération

Respirateur,Moniteurdesurveillance,Bistouriélectrique,Défibrillateur,Pompeàperfusion,

 

Tabled’opération,Scialytique

X

 

Sallesurveillancepost­

Respirateur,Moniteurdesurveillance

interventionnelle

X

Blocobstétrical

X

Salled’accouchement

ECG, Respirateur,Scialytique,Défibrillateur

X

Anesthésie

Respirateur

X

Réanimation

Respirateur,Moniteurdesurveillance

X

Unitédesoinsintensifs

X

Servicedeprématurés

   

X

 

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Hémodialyse

Appareilled’hémodialyse

X

Imagerieinterventionnelle

 

X

Explorationsfonctionnelles

 

X

Imagerie

SallederadiologieconventionnelleTabletélécommandé

 

X

médicale

 

Salled’angiographie

X

Salledecoronarographie

X

Salledescanographie

Scanner

X*

X

Salled’imagerieparrésonance

IRM

magnétique

X*

X

MédecinenucléaireSalledescintigraphie

PET,SCECT,Scanner

X*

X

 

Ventilation

Ventilateur

X

Radiothérapie

X

Laboratoire

Automated’analyse,Centrifugeuse,Bainmarie

X

Pharmacie

Conservateur

X

Unitésd’hospitalisation

X

Tableau6:NiveaudecriticitédecertainesactivitésmédicalesselonnormeNFC15211

retoursommaire

Leslocauxàusagemédicalsontclassésen3groupes(figure11)pouraideràréaliserlesmesuresdeprotectioncontreleschocsélectriques,cesmesuresdeprotectiondestinées

àempêcherquelespersonnesenexamenouentraitementpuissentêtresoumisesàdestensionsdecontactdangereuses,comptetenudesconditionsphysiologiquesdans

lesquellesellessetrouvent.

lesquellesellessetrouvent.

Figure11:Lesdifférentsgroupesdemesuresdeprotectioncontreleschocsélectriques.

Leclassementdesgroupes1ou2serafaitsouslaresponsabilitéduchefd’établissement.

II.1.3) ProcessusdemiseenœuvredelanormeNFC15­211

retoursommaire

Lamaîtrisedel’alimentationélectriquepasseparunebonneapplicationdesexigencesetrecommandationsnouvellementdéfinies.Leurmiseenœuvreexigedoncune

interactiondetouslesacteursàchaqueniveauderesponsabilité,commelemontrelafigure12:((Silafigure12n'estpaslisible,cliquerici)

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Légende:

Légende:

DHOS:Directiondel’Hospitalisationetdel’OrganisationdesSoins

DRASS:DirectionRégionaledesAffairesSanitairesetSociales

APAVE:AssociationdesPropriétairesdesAppareilsàVapeuretElectriques

DAO:Dossierd’Appeld’Offres

retoursommaire

II.2)LesdifférencesfondamentalesentrelanouvelleNFC15­211(août2006)etl’ancienneNFC15­211(juin1987)

II.2.1)Comparaisondelafiabilitéélectrique:

Concernantlafiabilitéélectrique,l’anciennenormeNFC15­211étaitdiviséeen«mesuredeprotection»alorsquelanouvelleestbaséesurlaclassificationengroupedeslocaux

àusagemédicalcommelemontreletableau7:

àusagemédicalcommelemontreletableau7:

Tableau7:Comparaisonancienne/nouvellenormesurlafiabilitéélectrique

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

II.2.2)Comparaisonauniveaudessourcesderemplacement,analysedu niveaudecriticité

retoursommaire

L’évolutiondesrèglesdeprotectionaentraînéàdistinguerclairementlesactivitésmédicalesselonleurimportancedupointdevuedelacontinuitéélectriquelorsqu’undéfaut

électriqueseproduit:

 

AnciennenormeNFC15­211

 

NouvellenormeNFC15­211(paragraphe9)

(partie3)

 

Lorsqu’unealimentationde

Classementdesactivitésmédicalesetdesinstallations liéesàcesactivitésentroisniveauxdecriticitésselonle

remplacementestnécessaire,

sescaractéristiquesdoivent

tempsdecoupureadmissible.(tableau1page12dela

permettrel’alimentationdetous

 

norme)

lesmatérielsdontle

 

fonctionnementdoitêtrerequis

Niveau1

Niveau2

Niveau3

Pasdeniveauxdistingués

   

Accepteles

 

Pasdecoupurestolérées

Accepte

coupured’une

duréeinférieure

à15secondes

coupuresd’une

durée

supérieureà15

secondeset

Lorsdeladéfaillancede l’alimentationnormale, l’alimentationdoitassurerla puissancenécessairedansun

inférieurà30

délaide15secondes

minutes

Choixdesgroupes

Nonmentionné

électrogènes

Plusieurscaspossiblesselonleniveaudecriticité

ChoixdesbatteriesPlusieurscaspossiblesselonleniveaudecriticité

Nonmentionné

ASI

Plusieurscaspossiblesselonleniveaudecriticité

Nonmentionné

 

2sourcesderemplacements,sil’unetombeenpanne,la

Délaidemiseenservicede0.5

Eclairage

opératoire

2 ème doitprendrelerelaisous0.5secetavoirune

autonomiede1heure

secondesavecuneautonomiede

3H

Tableau8:Comparaisonancienne/nouvellenormeNFC15­211surlessourcesderemplacements.

retoursommaire

II.2.3)Analysedesrisques

L’analysedesrisquessurplusieurspointscritiques(alimentation,maintenance…)estégalementunecomposantedelanouvellenormecarilestnécessairedemettreenplace

unenouvelleinstallationetdeconnaîtreexactementquelssontlesbesoinsdel’établissementdesanté:

 

NouvellenormeNFC15­211

AnciennenormeNFC15­211

 

Bientraitéavecl'explicationdes

 

Alimentationetstructuredes

installations

niveauxdecriticitédecertaines

activités

Nonmentionné

Maintenanceetessaisdes

installations

Traitéetexplicité

Nonmentionné

   

Prisesinterditesmaisautoriséessiellessont

Mesures

Prisesinterditesenzonede

risque

muniesdedispositifsdeprotectioncontreles

risquesd'incendies

Tableau9:Comparaisonancienne/nouvellenormeNFC15­211surl’analysedesrisques

II.3)Lesexigencesdelanorme(avecanalysetransversaleintégrée)

II.3.1)Protectioncontreleschocsélectriques

II.3.1.1) Mesuredeprotectionparcoupureautomatiquedel’alimentation

Généralité

retoursommaire

Lamesuredeprotectionparcoupureautomatiquedel'alimentationestdestinéeàempêcherqu'àlasuited'undéfautd'isolement,unepersonnepuisseêtresoumiseàune

tensiondecontactsupérieureà50Vencourantalternatif(valeurefficace)ouà120Vencourantcontinupendantuntempstelqu'ilpuisseenrésulterdesdommages

organiques.Pourrespectercetterègle,toutdéfautsurvenantsurunmatérielélectriqueprovoquelacirculationd'uncourantquidoitêtreinterrompudansuntempscompatible

aveclasécuritédespersonnes.Ilenrésultequecettemesuredeprotectionreposesurl'associationdedeuxconditions:

a)Laréalisationoul'existenced'uncircuit­dénommé"bouclededéfaut"­pourpermettrelacirculationducourantdedéfaut.Laconstitutiondecettebouclededéfautdépend

duschémadesliaisonsàlaterre(TN,TTouIT)(voirpartie«II.3.1.6)SchémaITmédical»).Cetteconditionimpliquelamiseenœuvredeconducteursdeprotectionreliantles

massesdetouslesmatérielsélectriquesalimentésparl'installationdefaçonàconstituerunebouclededéfaut.

b)Lacoupureducourantdedéfautparundispositifdeprotectionappropriédansuntempsdépendantdecertainsparamètrestelsquelatensiondecontactàlaquellepeutêtre soumiseunepersonne,laprobabilitédedéfautsetdecontactsaveclespartiesendéfaut.Ladéterminationdutempsdecoupureestbaséesurlaconnaissancedeseffetsdu courantélectriquesurlecorpshumainetdesconditionsd'influencesexternes(voirChapitreI).Cetteconditionimpliquelaprésenced'undispositifdecoupureautomatiquedont

lescaractéristiquessontdéfiniessuivantleschémadesliaisonsàlaterreTT,TNouIT(voirII.3.1.6);SchémaITmédical).

Laprotectionparcoupureautomatiquedel’alimentationestunemesuredeprotectiondanslaquelle,nousavons:

­Laprotectioncontrelescontactsdirects

­Laprotectioncontrelescontactsindirects

­Protectionparcoupureautomatiquedel'alimentation

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

­ProtectionpartrèsBasseTensionFonctionnelle(TBTF)

II.3.1.1.1)Laprotectioncontrelescontactsdirects

retoursommaire

Elleestassuréesoitparl’isolationprincipaledespartiesactives,soitpardesbarrièresoudesenveloppes. Parisolationdespartiesactives L'isolationestdestinéeàempêchertoutcontactavecdespartiesactivesdel'installationélectrique.Cespartiesactivesdoiventêtrecomplètementrecouvertesd'uneisolationqui nepeutêtreenlevéequepardestruction.Pourlesautresmatériels,laprotectiondoitêtreassuréeparuneisolationcapabledesupporter,d'unemanièredurable,lescontraintes auxquellesellepeutêtresoumise,tellesquedesinfluencesmécaniques,chimiques,électriquesetthermiques. Parbarrièresouenveloppes Lesbarrièresouenveloppessontdestinéesàempêchertoutcontactaveclespartiesactivesdel'installationélectrique.Cespartiesactivesdoiventêtreplacéesàl'intérieur

d'enveloppesouderrièredesbarrièrespossédantaumoinsledegrédeprotectionIP2XouIPXXB

Lesmatérielsnerépondantpasàcesdispositionsdoiventêtreprotégéspardesbarrièresouenveloppescomplémentaires.

II.3.1.1.2)Laprotectioncontrelescontactsindirects

Elleestassuréepardesliaisonsdeprotectionassociéesàlacoupureautomatiquedel’alimentation:

Liaisonéquipotentielleprincipale Danschaquebâtiment,leconducteurprincipaldeprotection,laborneprincipaledeterreetlesélémentsconducteurssuivantsdoiventêtreconnectésàlaliaisonéquipotentielle

principale(Figure13)aussiprèsquepossibledeleurpointd’entrée(canalisationsmétalliquesd’eau,gaz,dechauffagecentral,deconditionnementd'air,lescâblesde

communicationettousélémentsmétalliquesdelaconstruction).

communicationettousélémentsmétalliquesdelaconstruction).

Figure13:Connexionsàlaliaisonéquipotentielleprincipale(normeNFC15­100).

Cetteliaisonéquipotentielleprincipalepermetnotammentd'éviterqu'unélémentconducteurnepropageunpotentielsoitparrapportàlaterrerésultantd'undéfautd'origine

externeaubâtiment,soitlepotentieldelaterrelointaine.

Miseàlaterredesmasses

retoursommaire

LesmassesdoiventêtrereliéesàunconducteurdeprotectionselonlesconditionsparticulièresdesdiversschémasdesliaisonsàlaterrecommespécifiédanslesschémasTN,TT

etIT(voirpartie«II.3.1.6)SchémaITmédical»).Lesmassessimultanémentaccessiblesdoiventêtreconnectéesàlamêmeprisedeterreselonleschémadeconnexion

généralesuivant(Figure14).

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Figure14:Schémadeprincipedemiseàlaterred’unbâtiment(normeNFC15­100)

II.3.1.1.3)Coupureautomatiquedel'alimentation

retoursommaire

Undispositifdeprotectiondoitséparerautomatiquementdel'alimentationlecircuitoulematérielconcernéencasdedéfautentreunepartieactiveetunemasseouun

conducteurdeprotectiondanslecircuitoulematériel,dansuntempsmaximaldonné(tableau10).

 

50V<U o <=120V

120V<U o <=230V

230V<U o <=400V

400V<U o

 

AC

DC

AC

DC

AC

DC

AC

DC

tempsdecoupureenTNouIT

0.8

5

0,4

5

0,2

0,4

0,1

0,1

tempsdecoupureen TT

0,3

5

0,2

0,4

0,07

0,2

0,04

0,1

Tableau10:Tempsdecoupuremaximal(ensecondes)pourlescircuitsterminaux

Remarque:

DansleschémaIT(voirfigure20et21),engénéral,lacoupureautomatiquen'estpasprescritelorsd'unpremierdéfaut.Enpratique,lestempsdecoupuredesdispositifsde

protectionnesontàprendreenconsidérationquesicesdispositifssontdesfusiblesoudesdisjoncteursdontledéclenchementestretardé.Lorsquelaprotectionestassuréepar

d'autrestypesdedisjoncteurs,ilsuffitdevérifierquelecourantdedéfautestaumoinségalaupluspetitcourantassurantlefonctionnementinstantanédudisjoncteur.

II.3.1.1.4)ProtectionpartrèsBasseTensionFonctionnelle(TBTF)

Lorsque,pourdesraisonsfonctionnelles,ilestfaitusaged’unetensionnominalenedépassantpas50Vefficaceencourantalternatifou120Vencourantcontinulisse,mais

quetouteslesprescriptionsrelativesàlaTBTS(voirII.3.1.4:mesuredeprotectionpartrèsbassetension)ouàlaTBTPnesontpasrespectées,etlorsqu'uneTBTSouuneTBTP

n'estpasnécessaire,ilfautprendrelesmesuresdeprotectioncomplémentairespourassureraussibienlaprotectioncontrelescontactsdirectsquelaprotectioncontreles

contactsindirects.Detellesconditionspeuvent,parexemple,serencontrerlorsquelecircuitcomportedesmatériels(transformateurs,relais,télérupteurs,contacteurs)ne

présentantpasunisolementsuffisantparrapportàdescircuitsàtensionplusélevée.

Laprotectioncontrelescontactsdirectsdoitdoncêtreassurée:

­Soitaumoyend'uneisolationcorrespondantàlatensionminimaled'essairequisepourlecircuitprimaire.

­Soitaumoyendebarrièresouenveloppes.

Lesprisesdecourantutiliséesdanscecasdoiventsatisfairelesexigencessuivantes:

­Lesfichesnedoiventpaspouvoirentrerdanslessoclesalimentéssousd'autrestensions.

­Lessoclesdoiventempêcherl'introductiondefichesconçuespourd'autrestensions.

­Lessoclesdoiventprésenteruncontactdeprotection.

II.3.1.2)Mesuredeprotectionparisolationdoubleourenforcée

retoursommaire

L’isolationdoubleourenforcéeestunemesuredeprotectiondanslaquelle:

• Laprotectioncontrelescontactsdirectsestassuréeparuneisolationprincipaleetlaprotectioncontrelescontactsindirectsestassuréeparuneisolationsupplémentaire,

• Oulaprotectioncontrelescontactsdirectsetcontrelescontactsindirectsestassuréeparuneisolationrenforcéeentrelespartiesactivesetlespartiesaccessibles.

Cettemesureestprévuepourempêcherl'apparitiondetensionsdangereusessurlespartiesaccessiblesdesmatérielsélectriqueslorsd'undéfautdel'isolationprincipale.

Lamesuredeprotectionparisolationdoubleourenforcéeestapplicabledanstouteslessituations.Elleestprescritepourlaprotectioncontrelescontactsdirectsetindirects.

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Laprotectiondoitêtreassuréeparl’utilisationdematérielsayantuneisolationdoubleourenforcée(matérielsdelaclasseII)oud’ensemblesdesérieetdérivésdesérieet

possédantuneisolationtotale.Cesmatérielssontmarquésdusymbole(doublecarréinscrit).

II.3.1.3)Mesuredeprotectionparséparationélectrique

Laséparationélectriqueestunemesuredeprotectiondanslaquelle:

­laprotectioncontrelescontactsdirectsestassuréesoitparuneisolationprincipaledespartiesactives,soitpardesbarrièresoudesenveloppes

­laprotectioncontrelescontactsindirectsestassuréeparuneséparationdeprotectionentrelecircuitséparéetlesautrescircuits.

Cettemesuredeprotectionparséparationélectriqueconsisteàséparerlecircuitd'utilisationdel'installationd'alimentationdetellesortequ'encasdedéfautd'isolementdansle

circuitséparé,aucunetensiondecontactdangereusenepuisseapparaître.Lecircuitdoitêtrealimentéparl'intermédiaired'unesourcedeséparation,c'estàdired'un

transformateurdeséparation,oud'unesourcedecourantassurantunesécuritééquivalenteàcelledutransformateurdeséparation,parexempleunmoteurgénérateurayant

desenroulementsprocurantuneséparationéquivalente.

II.3.1.4)Mesuredeprotectionpartrèsbassetension

retoursommaire

Laprotectionpartrèsbassetensionestunemesuredeprotectionconstituéepardeuxtypesdifférentsdecircuitsàtrèsbassetension:

­TrèsBasseTensiondeSécurité(TBTS,circuitsnonreliésàlaterre),

­TrèsBasseTensiondeProtection(TBTP,circuitsreliésàlaterre),pourlesquelslaprotectionestassuréepar:

­ UnelimitationdelatensionTBTSouTBTPà50Vencourantalternatifet120Vencourantcontinu; ­ UneséparationdeprotectionentrelescircuitsTBTSouTBTPettouslesautrescircuitsautresqueTBTSouTBTP,etuneisolationprincipaleentrelescircuits

TBTSetTBTP,

PourlesseulscircuitsTBTS,uneisolationprincipaleestassuréeentrelecircuitTBTSetlaterre.

L’utilisationdelaTBTSoudelaTBTPestconsidéréecommeunemesuredeprotectiondanstouteslessituations.Cestensionssontproduitespardestransformateursdesécurité

conformesàlaNFEN61558­2­6,unesourceélectrochimique(pilesouaccumulateurs)ouuneautresourcequinedépendpasdecircuitsdetensionplusélevéetelqueles

groupesmoteurthermiquegénérateur.

LorsquelatensionnominaleducircuitTBTSestsupérieureà25Vvaleurefficaceencourantalternatifou60Vencourantcontinulisse,laprotectioncontrelescontactsdirects

doitêtreassuréesoitparuneisolationsoitpardesbarrièresouenveloppes

LorsquelatensionnominaleducircuitTBTPestsupérieureà12Vvaleurefficaceencourantalternatifou30Vencourantcontinulisse,laprotectioncontrelescontactsdirects

estidentiqueàcelledeTBTSmaislaprotectioncontrelescontactsdirectsn’estpasnécessaire.

UenAC

U<=12V

12<U<=25 25<U<=50

UenDC

U<=30v 30<U<=60 60<U<=120

TBTS

pasnécessairepasnécessaire nécessaire

TBTP

pasnécessaire nécessaire

nécessaire

Tableau15–Synthèsedelaprotectioncontrelescontactsdirects

II.3.1.5)Protectionscomplémentaires

II.3.1.5.1)Pardispositifsàcourantdifférentiel­résiduel:

Courantrésiduel:courantdefuitelorsqu’unconducteurestmalisolé.

retoursommaire

Uneprotectioncomplémentaireauxmesuresdeprotectionparcoupureautomatiquepeutêtreassuréeparl’emploidedispositifsàcourantdifférentiel­résidueldontlavaleurdu

courantdifférentielnominaldefonctionnementestinférieureouégaleà30mA.Ellereprésenteunemesurecomplémentaireencasdedéfaillancedeladispositiondeprotection

contrelescontactsdirectsouencasd’imprudencedesusagers.Cettemesurecomplètetouteslesautresmesuresdeprotectioncontrelescontactsdirects,ellessontde caractèrepréventifetpeuventserévéleroccasionnellementdéfaillantessoitpardéfautd'entretiensoitparusurenormaleouanormaledel'isolation.Lemeilleurmoyen permettantd'éliminerunepartiedesrisquesd'accidentsparlamisehorstensiondel'installationélectrique,oudelapartied'installationintéressée,dèsl'apparitiond'untrès

faiblecourantdedéfautàlaterre,estl’utilisationd’undispositifdeprotectionàcourantdifférentiel­résidueltelquedésignédanslafigure16cidessous

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

FigureN°16:Exemplededispositifdeprotectionàcourantrésidueldeprotectiondansuneinstallation.

II.3.1.5.2)Liaisonéquipotentiellesupplémentaire (LES)

retoursommaire

Laliaisonéquipotentiellesupplémentairedoitcomprendretouteslespartiesconductricessimultanémentaccessibles,qu'ils'agissedesmassesdesmatérielsfixesoudeséléments

conducteurs,ycompris,danslamesuredupossible,lesarmaturesprincipalesdubétonarméutiliséesdanslaconstructiondesbâtiments.Acesystèmeéquipotentieldoivent

êtrereliéslesconducteursdeprotection(PE)detouslesmatériels,ycomprisceuxdesprisesdecourant.

LecourantdedéfautoucourantrésiduelvacirculerparlePE.Labouclen'estpasparfaite,maisrésistive.Lesdifférentesrésistancesproviennentdelaqualitédelamiseàla

terre,delanaturedusoletdelarésistancedesconducteurs.LesrésistancessontramenéesendeuxpointspardesrésistanceséquivalentesnotéesRaetRb

Laliaisonéquipotentiellebas_droite(L.E.P.)annuletoutedifférencedepotentiel.

Situationdangereusesiundéfautd'isolementmetles2canalisationsàdespotentielsdifférents,ouunecanalisationàunpotentieldifférentdeceluidelaterre.

Ainsitouslesélémentsprésentantunesurfaceconductricede2dm2oupouvantêtresaisieàlamaindoiventêtrereliésparunceinturaged’équipotentialité(larésistancedes

connecteursdedevantpasexcéder0.2ohmafindefaciliterl’évacuationducourantdedéfaut).

Encasdedoutesurl'efficacitédelaliaisonéquipotentiellesupplémentaire,elledoitêtrevérifiéeens'assurantquelarésistanceRentretoutemasseconsidéréeettoutélément

conducteursimultanémentaccessibleremplitlaconditionsuivante

enAC:R≤50/I a

enDC:R≤120/I a

I a estlecourantdefonctionnementen5secondesaupluspourlesdispositifsdeprotectioncontrelessurintensités

II.3.1.6)SchémaITmédical

retoursommaire

NB:cetterédactionnecontientquedesexplicationsconcernantlamiseenplaceduschémaITmédical,desDispositifsDifférentielsRésiduelsàHautesensibilité(DDRHS)etdes

liaisonséquipotentiellessupplémentaires(points5.3à5.5delanorme).

Selonlafigure19,ilestimportantdenoterqueleneutreestreliéàlaterreparuneimpédanceparticulière:ZNT.L’étudedesliaisonsàlaterreportelenomde«régimesde

neutres»etconstitueuneparticularitéquimodifieprofondémentlanatureetlefonctionnementdesprotections.

Ilexistetroisfaçonsderelierleneutreetlesmassesdesinstallationsàlaterre.Parmicestroisrégimes(TT,TN,IT),nousétudieronsleschémaIT[18]:

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

QuelestleprincipedurégimedeneutreIT? retoursommaire

QuelestleprincipedurégimedeneutreIT?

retoursommaire

Cerégimeestutilisélorsquelesdéfautsd’isolationdoiventêtredétectésmaissansprovoquerdecoupureafind’assurerlacontinuitédeservice.Deuxcaspeuventseprésenter,

leneutren’estpasreliéàlaterre(figure20)ouestreliéàtraversuneimpédancedefortevaleur(figure21).Parcontre,lesmassesdesappareils,elles,sontreliéesàlaterre.

retoursommaire

retoursommaire

Cetteinstallationpermetlapoursuitedel’exploitationd’énergiemalgréunpremierdéfautd’isolementmêmeimportant.Eneffet,siunpremierdéfautd’isolementapparaît,le

courantdedéfautestsuffisammentfaiblepourpouvoirêtrenégligé,commenouslemontrentlesfigures22et23:

Casdupremierdéfautd’isolement:

Casdupremierdéfautd’isolement:

Lorsqueleneutreestisoléedelaterre(figure22),lecourantdedéfautserépartit surl’ensembledescapacitésparasitesqueformentlesdifférentesphasesavecleneutre (l’impédancerésultantedecescapacitésestsuffisammentimportantepourlimiterlecourant).Aucundangerpourl’utilisateur.

Lorsquel’installationestreliéeàlaterreparuneimpédance(figure23),l’intensitéducourantdepremierdéfautestlimitéeparlavaleurdel’impédancerésultantdelamiseen

parallèledeZsetdescapacitésdesdeuxautresphasesparrapportàlaterre.Aucundangerpourl’utilisateur.

Source:http://www.electromate.org/pdf/cours/securite/securite_personnes.pdfvisitéle19/12/07

Danslesdeuxcas,lecourantetlatensiondedéfautsontfaibles(del’ordrede70mAet0,7V).Ilestcependantsouhaitabled’éliminerledéfautrapidementpouréviterqu’un

autredéfautapparaisse.Uncontrôleurpermanentd'isolement(CPI)doitdoncêtreprévupourindiquerl'apparitiond'unpremierdéfautd'unepartieactiveàlamasseouàla

terre.Cedispositifdoitactionnerunsignalsonoreouunsignalvisuel.IlestbranchéaucircuitBasseTension(BT)àlasortiedutransformateur.Voicilafigure24quinous

présenteleschémasimplifiéduschémaIT:

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Figure24:schémasimplifiéduschémaIT,Source:

retoursommaire

Enrevanche,Silepremierdéfautn'estpaséliminéetqueseproduitundeuxièmedéfautd'isolementaffectantunautreconducteuractif,uncourantdedoubledéfaut,(lequel estuncourantdecourt­circuitentrephases(ouentrephaseetneutre)),vas’établir,maisdontl'intensitéestnettementinférieureàuncourantdecourt­circuitdansuncircuit,

dufaitqu'ilintéressedeuxcircuitscommelemontrentlesfigures25et26:

Onpeutremarquerquedanslesdeuxcas,noussommesenprésenced’uncourt­circuit,ilfautdoncprotégerchaquegroupedemasseparunDispositifDifférentielRésiduelà

HauteSensibilité(ouDDRHS):

II.3.1.7)ProtectionparDDRHS

retoursommaire

NB:Cettepartiefaitl’objetd’uneétudeplusdétailléedanslapartieII­3­1­5­1

LanormeNFC15­211précisequ’ilfaututiliser,selonlescas,desDDRHSdetypeAouBetàimmunitérenforcée.

Enfin,toujoursdanslecadredelaprotectioncontreleschocsélectriques,lanormestipulequedanstoutlocalàusagemédicaldesgroupes1et2,uneliaisonéquipotentielledoit

êtremiseenplace:

II.3.1.8)Liaisonéquipotentiellesupplémentaire

NB:cettepartiefaitl’objetd’uneétudeplusdétailléedanslapartieII­3­1­5­2.

L'ensembledescarcassesdoitêtrereliéàlaterreparleconducteurPE(Equipotentielle­fildecouleurvert­jaune).Lecourantdedéfautoucourantrésiduelvacirculerparle

PE.Labouclen'estpasparfaite,maisrésistive.Lesdifférentesrésistancesproviennentdelaqualitédelamiseàlaterre,delanaturedusoletdelarésistancedesconducteurs.

LesrésistancessontramenéesendeuxpointspardesrésistanceséquivalentesnotéesRaetRb

Enrésumé,lesconditionsàrespecterpourmettreenplaceleschémaITsontrécapituléesdanslafigure27:

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

retoursommaire

retoursommaire

LeschémaITestdoncperformant,maisuniquementsouscertainesconditions.Ainsi,suivantlanatureduréseau,desrécepteursetdestypesd’activités, ils’avèrenécessaire

d’êtrevigilantcommelemontreletableau16:

 

schémaITconseillé

schémaITdéconseillé

   

­Réseautrèsétenduavecdebonnesou

natureduréseau

­Réseauoùlaprotectionnécessitedesorganesdesécuritéou

quandlacontinuitéd’exploitationprédomine

mauvaisesprisesdeterre

­Installationsdetrèscourtesdimensions

­pourlesréseauxperturbésetréseauxavec

lignesaériennes

naturedes

 

­nombreuxrécepteursmonophasés, mobiles,semi­fixésportatifs équipements électroniques,calculateurs,automates programmables

récepteurs

récepteursd’unefonctiondesécurité

 

­Sallesd’opération,sallesd’anesthésiesassociéesetsallesde

 

typed'activité

cathétérisme

cardiaque

 

­lescircuitsdesécurité

Tableau16:Conditionsd’utilisationduschémaIT[8]

retoursommaire

Commecitéprécédemment,ilexistedeuxautresrégimesdeneutres(TT,TN).Selonletypedelocalalimenté,lechoixentrecestroisrégimespeutserévélerdélicat.Ainsi,le

tableau17compareleschémaITparrapportauxautresrégimesdeneutres:

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Tableau17:LeschémaITparrapportauxautrestypesdeprotection

Tableau17:LeschémaITparrapportauxautrestypesdeprotection

L’avantageduschémaITestqu’iloffrelacontinuitédeservicemêmeencasdepremierdéfautd’isolement.Néanmoins,cepremierdéfautdoitêtrerésoluavantl’apparitiond’un

seconddéfautparunpersonnelqualifié.

II.3.2)Protectioncontrel’incendie[15]

retoursommaire

LesinstallationsélectriquesdansleblocopératoiredoiventrespecterlanormeNFC15­211:

Lesmatérielsélectriquesnedoiventpasprésenterdedangerd’incendiepourlesmatériauxvoisins.

Lorsquelestempératuresextérieuresdesmatérielsfixespeuventatteindredesvaleurssusceptiblesdeprovoquerunincendiedematériauxvoisins,lesmatérielsdoiventêtre:

­Soitinstalléssur,ouàl’intérieurdesmatérielsfixespouvantatteindreunegrandevaleurdeconductivitéthermique;

­Soitséparésdesélémentsdeconstructionpardesmatériauxsupportantdetellestempératuresetdefaibleconductivitéthermique.

­Soitinstallésàunedistancesuffisantedetoutmatériaudontlaconservationpourraitêtrecompromisepardetellestempératures,enpermettantunedissipationdelachaleur,

enutilisantdesmatérielsdesupportayantunefaibleconductivitéthermique.

Lorsquelesmatérielsélectriquesinstallésdanslemêmelocalcontiennentunequantitéimportantedeliquideinflammable,desdispositionsdoiventêtreprisespourempêcherle

liquideenflamméetlesproduitsdecombustion(flamme,fumée,gaztoxique)desepropagerdansd’autrespartiesdubâtiment.

Lesconduits,goulottesposésenapparenceetlescheminsdecâblesdoiventsatisfaireauxcaractéristiquesdenonpropagationdelaflamme.

Lesrèglesdeprotectiondesconducteurscontrelessurintensités[15]:

Lesconducteursactifsdoiventêtreprotégésparunouplusieursdispositifsdecoupureautomatiquecontrelessurchargesetcontrelescourts­circuits. Ilfautassureruneprotectiondesconducteursdephaseetduconducteurneutre,(lepointneutreétantreliédirectementàlaterre(schémasIT exigédansunBlocOpératoire).

II.3.3)Protectioncontrel’explosion[15]

retoursommaire

LesblocsopératoirescorrespondentauxlocauxAIA(AnesthésiquesInflammablesAutorisés).LanormeNFC15­211deaoût2006recommandelespointssuivants:

a)Enl’absenced’indicationsparticulières,dansleslocauxoùsontutilisésdesproduitsanesthésiquesinflammables,leszonesderisquesdessallesd’opérationetd’anesthésiesont

définiescommesuit(Figure28):

• Levolumelimitépar:

­ Latabled’opérationoulesupportdupatientenpositionhaute,

­ Lasurfaceconiquecirconscriteàlatabled’opérationouausupportdupatientetprésentant,parrapportàcesderniers,unanglede30°aveclaverticale,

­ Lesol.

• Lazonesphériquede25cmderayoncentréesurlabouchedupatient;

• Lazonesphériquede25cmderayoncentréesurleraccordementdusystèmed’extractiondesgazd’anesthésie.

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Figure28:Source: http://www.curie.fr

Figure28:Source:http://www.curie.fr:Elémentsprésentantunrisqued’explosiondansunesalled’opération

retoursommaire

1.Soufflerie;

2.Suspensionavecbornesd’alimentationélectrique,distributiondegaz,devideetaspirationpourlesappareilsélectromédicaux;

3.Eclairageopératoire;

4.Appareilélectromédical;

5.Tabled’opération;

6.Pédale;

7.Zonesderisque;

8.Appareild’anesthésie,

9.Systèmed’extractiondesgazd’anesthésie.

10.Prisesélectrique

b) Dansleszonesderisqued’explosion

LesappareilsélectromédicauxutilisésdoiventêtredutypeAPouAPG[11]

UnappareildetypeAPestconçupouréviterl’apparitiondesourcesd’inflammationdansunmélangeanesthésiqueinflammableavecl’air. UnappareildetypeAPGestconçupouréviterl’apparitiondesourcesd’inflammationdansunmélangeanesthésiqueinflammableavecdel’oxygèneouduprotoxyded’azote.

Lesmatérielsélectriquesdoiventêtrechoisiscommeprescritdansleparagraphe424.2delanormeNFC15­100pourlesrisquesd’explosion[15].Letableaudonneles

référencesdesnormesàconsidérer,ainsiqueleszonesdanslesquellespeuventêtreinstalléslesmatérielsdesdifférentsmodesdeprotection(tableau18).

Modedeprotection

Norme

Zoned’atmosphère(G)

Zone0 Zone1

Zone2

Enveloppeantidéflagrante(d) NFEN50018

 

X

X

Sécuritéintrinsèque(e)

NFEN50019

X

X

Sécuritéintrinsèque

NFEN50020

X

X

X

Modedesécurité(ia)

X

X

Modedesécurité(ib)

Encapsulage(m)

NFEN50028

X

X

Immersiondansl’huile(o)

NFEN50015

X

X

Surpressioninterne(p)

NFEN50016

X

X

Remplissagepulvérulent(q) NFEN50017

 

X

X

Modedeprotection(n)

NFEN50021

X

Tableau18:Indicationsurl’utilisationdesmatérielsconformesauxnormesspécifiquesdesmodesdeprotectionenatmosphèreexplosivegazeuse

NB:‘X’Utilisationpossiblesousréservedel’adéquationàlanaturedel’atmosphèreexplosive

retoursommaire

c)Lerevêtementdessolsdeslocauxcomportantdeszonesderisquedoitprésenterunerésistanceaupluségaleà25mégohms:solantistatique.

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Unsolantistatiquen'estrequisquedansleslocauxoùsepratiquel'anesthésieparinhalationàl'aidedeproduitssusceptiblesdeformeravecl'atmosphèreambianteunmélange pouvants'enflammerouexploser(sallesclasséesAIA:AnesthésiquesInflammablesAutorisés).Pour«évacuer»lecourantdefuite,unfildecuivreestreliéaveclamassedans

l’armoireélectriquedelasalled’opération(Figure29).

II.3.4)Limitationdesperturbationsélectromagnétiques[15]

Dansleslocauxmédicaux,lefonctionnementdesappareilsélectromédicauxpeutêtreperturbépardesrayonnementsélectriquesoumagnétiques.

Parmilesmesuresdelimitationdesperturbations,lesprécautionssuivantespeuventêtreprises:

• L’éloignementdesmatérielsperturbateurs;

Lesmatérielsélectriquessusceptiblesdeperturberlefonctionnementdesappareilsélectromédicauxcomprennentnotamment:

­Lescanalisationsélectriqueslorsquelecourantn’estpasrépartirégulièremententrelesdifférentsconducteursd’unmêmecircuit.

­ Lesconvertisseurs,lesmoteurs,lesvariateurs,etc.…

­ Lestransformateurs,lestableauxdedistribution,etc.…

­ Lesballastedesluminairesàfluorescence.

• Leblindagedesparois,solsetplafonds;

• Lamiseenœuvredefiltres(ex:Ferritessurcâbled’alimentation…);

Lechoixdecâblesavecécranmisàlaterrepourlescanalisationsélectriquespénétrantdansceslocaux.

II.3.5)Sourcesderemplacement [15]

retoursommaire

Décretn°2007­1344du12septembre2007[17]relativeàlamodernisationdelasécuritécivile.

• Assurerlacontinuitéélectriquependant48heuresaumoins.

Lacirculairen°DHOS/E4/2006/393du8septembre2006[6]relativeauxconditionstechniquesd’alimentationélectriquedesétablissementsdesantépubliqueetprivée

recommandequelesdispositifsderemplacementdoiventfonctionnerdanslesconditionsprévuesparlanormeNFC15­211

Lelogigramme(figure30)suivantpermetdeparcourirlesprincipalesexigencesetrecommandationsdelapartiesourcesderemplacementsdelanormeNFC15211en

intégrantlesrelationsnormativestransversales.

intégrantlesrelationsnormativestransversales.

Figure30:Processusdécisionnelpourlechoixdessourcesderemplacement.

retoursommaire

II.3.6)Protectioncontreleseffetsdelafoudre[15]

Laprotectiondesétablissementsdesantécontrelafoudreestfortementrecommandéecomptetenudesrisquesencouruspourlesbâtiments,etpourlesinstallationsélectriques

etleursconséquencespourlespersonnes.

Lesdispositifsdeprotectionmisenplacesont[19]:

­Lesparatonnerresàtigesimple:hauteurde2à8m.Ilsprésententunepointetrèseffilée(diamètreducorps:18mmminimum)etsontfixésdetellesortequ’ilsrésistentaux

intempéries(neige,vent). ­ Filstendus:cesystèmeestcomposéd’unoudeplusieursfilsconducteurstendusau­dessusdesinstallationsàprotéger. ­ Conducteursmaillés:pourlesparatonnerresàcagemaillée,lesconducteursdetoitureformentunpolygonefermédontlepérimètreestvoisindupourtourdelatoiture.Ce polygoneestcomplétépardestransversalesdontl’unesuitlefaîtage(conducteurdefaîte)etdontlesautresrelientlespointespolygone.

II.3.7)Maintenance,essais,vérificationduréseauélectriquedesétablissementsdesanté[15].

Lafiabilitéd’uneinstallationélectriquedépenddesonarchitecture,desmatériels,maisaussidesonexploitationetdesamaintenance. Eneffet,lerisquedepannesimultanée surleréseausecoursdel’établissementetsurleréseaudedistributionestfaiblemaisnonnulle.Lorsquel’exploitationetlamaintenancesontinsuffisantes,leréseaupeutrester indisponibleplusieurssemainessansquel’ons’enaperçoive.Danscecas,lerisquedepannesimultanéesurlesréseaux«normal»et«secours»d’unétablissementestaccru.

LesrecommandationsdelanormeNFC15211entermedemaintenanceetdesessaispériodiquesrenvoieàlacirculaireDHOS/E4/2005/256du30mai2005abrogéeparle

circulairen°DHOS/E4/2006/393du8septembre2006,elle­mêmepréconisedesuivrelesrecommandationsdelanormeNFC15­211.

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

L’analysedes4textessuivants(Arrêtédu3octobre1995,Circulairen°DHOS/E4/2006/393du8septembre2006,NormeNFC15­211Août2006,décretn°2007­1344du12

septembre2007)apermisd’intégrerdansunprocessus(figure31)parcourantlesprincipalesrecommandationsetexigencesrelativesauxessaisetàlamaintenanceduréseau

électrique.

électrique.

Figure31:Principalesrecommandationsetexigencesdestextesréglementairesrelativesàlasécuritéélectriqueaublocopératoire.

ChapitreIII) Etatdelieuetenseignements

III.1)Objectifsetméthodederédactiondel’enquête

retoursommaire

Lavisitedesinstallationsélectriquesdedeuxcentreshospitaliers,apermisdeconfronterlathéoriedelapratiqueetdesefaireunemeilleureidéequantauxchoixdesobjectifs:

• Connaissancedutyped’installationélectriquedontdisposel’établissementdesanté(distributionencoupured’artère,enantenne…).

• Moyenstechniques,organisationnelsethumains(concernantlacontinuitéetsécuritéélectrique)danslebutdecomparerlesdifférentesméthodesquelesétablissementsde

santéutilisentenvued’assurerlasécuritédupatient.

• Impactdelaréglementation(NormeNFC15­211d’Aout2006,DHSO/E4/2006/393du8septembre2006etdécretn°2007­1344du12septembre2007)enmatièrede

sécuritéélectrique.Lebutestd’identifierlesdifficultésrencontréesdansleurmiseenœuvreetd’avoiruneidéesurlenombred’établissementssatisfaisantlaréglementation.

• Problèmesélectriquesrencontrésavecincidencessurpatientspourapprécierlafiabilitédesinstallations

Cetteenquête,composéede18questions,concernaitlesservicesbiomédicaux(ingénieurs,techniciens)oulesservicestechniqueslecaséchéant.Elleaétéenvoyéeparmailà

touslesingénieursBiomédicauxinscritsàl’AssociationFrançaisedesIngénieursBiomédicaux(AFIB)soit168ingénieursbiomédicaux.

III.2)Résultatsetanalysedel’enquête(questionnaireenannexe1)

II.2.1)Synthèsegénérale

retoursommaire

Sur168ingénieursbiomédicauxcontactés,seuls32ontrépondusoit19%desservicescontactés:

­ 15retours,soit47%desréponses, sansquestionnaireremplimentionnantque«lacellulebiomédicalen’estpasconcernée».

­ 14retours,soitplusde43%desréponses,avecquestionnairerempliàplusde70%.Ces14retoursferontl’objetd’uneanalyseconsidérantquelespersonnesayantrépondu

àmoinsde70%n’avaientpaslescompétencespourrépondrecorrectementàcelui­ci.

­ 3retours,soit10%desréponses,avecquestionnairerempliàmoinsde70%

Auregarddecefaibletauxderéponse,ilestàconstaterquecertainsservicesbiomédicauxnesesententpasvraimentconcernésparl’installationélectriquedeleur

établissement,l’idéegénéraleétantquecelle­cirelèveplutôtdescompétencesdesservicestechniques.Ilestd’ailleursànoterqueplusieursquestionnairesfurentremplisparles

servicestechniques(transmissionduquestionnaireparl’ingénieurbiomédical).

III.2.2)Répartitiondutypederaccordementauréseaupublic

Lesstatistiquesréaliséessurles14questionnairesretournés(soit14établissements)etremplisàplusde70%sontissuesde2cliniquesetde12Hôpitaux.

Larépartitiondestypesderaccordementdesétablissements(Figure32)nesemblepasécartersignificativementunearchitectureparticulière,laconceptiondes

raccordementsdiffèreaisémentd’unétablissementàl’autre.

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Figure32:Répartitiondutypederaccordementauréseauélectriquepubliquesur14établissements.(Raccordementenantenne,Raccordementencoupured’artère,

Raccordementendoubledérivation)

Concernantlaquestion:«Dérégulationdel'électricité:Rencontrezvousdesdifficultés pourrentrerencontactavecvotrefournisseurd'énergie(citezle)pourvérifierlespoints deraccordementàlaHauteTension…?(sioui,lesquels)?» Surles14établissementsinterrogés:6estimentavoirrencontrédesdifficultés,4semblentsatisfaitet3nesesontpasprononcé. Selonlesremarquespréciséesparles établissementsdesanté,lesprincipalesdifficultésapparaissentlorsqu’ilexisteunpartagedesactivitésentreplusieurssociétésintervenantsurleréseauélectrique.

retoursommaire

III.2.3)Evaluationdudegrédesatisfactionréglementairedes14établissementsdesantéayantréponduàl’enquête.

Legraphiquesuivantsynthétiseplusde50%desquestionsposéesdansl’enquête. Ilapourobjectifdedonnerunaperçuglobaldusuividelaréglementationparles

établissementsdesoins. Unedifficultédereprésentationdesrésultatsauseind’unmêmegraphiques’estavéréedélicateétantdonnéqueletauxderéponsepourchaquequestionestdifférent. Pour interprétercorrectementlesdonnéesdecegraphiqueilestnécessairedecomprendrecommentlesdonnéesontétésuniformisésafindelesreprésenterensemble.

Sil’onconsidèrechaquebarredepuissancefigurantdansleradarci­dessous(Figure33)celle­cicorrespondàlavaleurZ1en%:

Z1brut= Nombred’observationayantrépondu«oui» Nombrederéponsesrenseignées=«oui+non» Z1estunratio (ex:8/11), quinousinformequesurles14questionnairesretournésrempliàplusde70%,seulement11réponsesontétérenseignées,parmielle,8ont répondufavorablement.

Sinoustraitonsuneautrequestion,ilestpossiblederencontrerleratioZ1=9/14.

Pourquelesvaleurspuissentêtrecomparéesentreelles,nousreprésenteronslespourcentagessoit«Z1en%»(Figure33)accompagnésdesvaleurs«brute»(Tableau19).

Lesdonnéesbrutespermettrontd’évaluer:

• Lenombrederéponsesaveclesquelslespourcentagesontétécalculés,

• Lareprésentationdesabstentions(NeSePrononcePas=NSPP)correspondàlapartiecoloriéeenbleuciel.

Seuleslesdonnéestracéesenbleuessontinterprétables.

     

NSPP=Ne

Pourcentages

Pourcentages

Pourcentages

SeSontPas

uniformisés

uniformiséssi

uniformiséssi

oui

non

Prononcés

(Z1%)

NSPP="non"

NSPP="oui"

Référentélectricité

12

2

0

86

86

86

Formationdupersonnel

12

0

2

100

86

100

Electricienprésentsursite24h/24h 5

9

0

36

36

36

EvaluationdesRisquesélectriques 9

5

0

64

64

64

MaintenanceenInterne

10

1

3

91

71

93

Contrôlespériodiques

12

1

1

92

86

93

Autonomiede48heures

13

1

0

93

93

93

UtilisationdeGroupesélectrogène 14

0

0

100

100

100

LiaisonsEquipotentielles supplémentairesaubloc­opératoire 8

3

3

73

57

79

SchémasITmédicalaubloc

opératoire

12

2

0

86

86

86

Commutateurautomatique

6

6

2

50

43

57

Archivage

2

10

2

17

14

29

Transformateur

5

7

2

42

36

50

TableauGénéralBasseTension

6

8

0

43

43

43

Tableau19:Partiedesdonnéesbrutesdel’enquêteutiliséespourtracerlegraphique.

Note:Pourretrouverlesquestionsvouspouvezconsulterlequestionnaireenannexe1.

retoursommaire

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

retoursommaire

retoursommaire

Sur14questionnairesretournéspasplusde3champsnonrenseignésontétéobservéspourchacunedesquestionsreprésentéesci­dessus.Nouspouvonsextrairedemultiples

observations:

• Lepersonnelestformédefaçontrèssatisfaisante(entre86%et100%),surlesréponsesrecueillieslapériodicitémoyennedesformationsestde1.5années.

• Lessixréponsesayantpréciséesleniveaudemaintenanceinterneréalisédansleurétablissementontpermisdecalculerlamoyennedesniveauxdeformation celle­ciétant

d’unniveaumoyende2,2.

• Unseulétablissementsur14semblenepassatisfairelesrecommandationsdes48heuresd’autonomieélectrique.

• LeschémaITmédicalétantimposéparlanormeNFC15211n’estrencontréquedans12cassur14réponsesrenseignéesles2autresétablissementsutilisentunautre

schémaélectrique.

Nousremarquonsnéanmoinsquelaredondancedesélémentsconstituantsleréseauélectriqueestinsuffisante,eneffet, seulement[14%à29%]desétablissementsont doubléleursystèmed’archivageet[43%à57%]leurscommutateurs(tauxlefort). Laprésenced’untechniciendegardeprésentsursite24/24hn’estobservéquedans36% descascequipermettraitpourtantuneréactivitésurleréseaunettementaméliorée. L’ensembledesdispositionsdesécuritéélectriquedoittrouvertoutesacohérenceenmenantuneévaluationcomplètedesrisquesélectriquesduréseaudel’établissement;

l’analysecomplètedesrisquesencourusparlesétablissementsestdoncméconnuedecesdernierspuisqueseulement64%desrépondantsontréalisécetteétude.

III.2.4)Critiquesdel’enquête

retoursommaire

Bienquecertainsétablissementsontrépondu«non»àcertainesquestions,ilsseclassentainsidanslapartdesétablissementsnerépondantpasàlaréglementation, néanmoins,untexteestapplicablesietseulementsil’établissementapportedesmodificationsarchitecturalesensonseinaprèslaparutiondutexteaujournalofficiel,eneffet lestextesnesontpasrétroactifs.Dansnotreétudeuneréponse«non»(nesatisfaisantpaslestextes)nepeutpasêtreinterprétécommeunnonrespectdela réglementation. Néanmoinscetteétudepermetderendrecomptedesinsuffisancesarchitecturalesdesétablissementsdesanté.

Laquestion n°18:«Quelssontlesproblèmesélectriquesavecincidencessurpatientaublocopératoirequevousavezrencontréetayantinduitunemodificationde

l'installationélectrique?»avaitpourbutdeconnaîtreleséventuelsincidentsélectriquessurvenusdanslesétablissements.Surles14répondants100%n’ontpasrencontrés

d’incidents. Cetauxderéponsen’estpeutêtrepasreprésentatifdelaréalitépuisquedesincidentsélectriquesontétérecensésurleterritoirefrançaissansparlerdes disfonctionnementsdontlesorganisationsseréserventledroitdenepasrendrepublics.

Laquestionn°17duquestionnaire«Quelsdélaisvousêtesvousaccordéspourêtreconformeauxnouvellesréglementationsquisuivent?(date?)» avaitpourobjectifde

connaîtrelesdélais(Tableau20)quesesontfixéslesétablissementsdesantépoursatisfairelanormeNFC15211,ledécretn°2007­1344du12septembre2007,ainsiquela

circulaireDHOS/E4/2006/393du8septembre2006.Voicileurreprésentationgraphique(figure34):

Lenombreimportantd’abstentionpeutêtreexpliquéparlefaitquelaveilleréglementaireestdifficileàmettreenplaceetquelesprévisionstemporellessontparfoisdifficilesà

connaîtrepuisquelescréditsfinanciersnesontpastoujourssuffisantspoursatisfairepleinementlaréglementationdeplusenplusexigeanteetdonccoûteuse.

Délaismoyensenmoisrequis pour satisfairelaréglementation

Nombrederéponsesayantproposé

cesdélais

NFC15211

40

3

DHOS/E4/2006/393du8/9/2006

33

4

Décretn°2007­1344du12/9/2007

32

3

24/07/2016

Maîtrisedel'installationélectriqueaublocopératoire,ChtihaHanane,AboulayKoné,AssierYoann,CardinaleFabien,

Tableau20:Délaisproposésparles14établissementsdesantéaumoisdedécembre2007poursatisfairelaréglementation.

Ilexistedoncundélaiconséquentetnécessairepourquelesétablissementss’organisentafindesatisfairelaréglementation.

Conclusion

retoursommaire

Unebonnemaîtrisedel’électricitéàl’hôpitalviseàminimiserlenombred’incidentspotentiellementmortels.Laréglementationétudiéedansceprojetapourbutd’aiderles

servicesbiomédicauxettechniquesàsécuriserleréseauélectriqueetdeguiderlesresponsablesdanslechoixdesdispositifslorsdesconstructionsetdesrestructurationsdes

établissementsdesanté.Laréglementationnedoitpasêtrevécuecommeunecontraintemaisconsidéréecommeuneaidepouridentifierlesrisquesetadapterl’architecture

électriqueauxexigencesdesécurité.

L’externalisationdescompétencesobservéeauseindesétablissementsdesantéestfavoriséesociétésquiproposentdesinstallationsélectriques«clefsenmains»,limitantainsi lesservicesinternesdesétablissementsdesresponsabilitésetdesmoyensd’actionssurleréseau. Cettepertedesavoirfairedesacteursinternessurlesnouvellesinstallations

peutexpliquerlefaibletauxderéponseexploitable(43%desrépondants)surlesquestionnairesenvoyésauxservicesbiomédicaux.Ilsemblepourtantfondamentaldecapitaliser

surlesnouvellesconnaissancesoutechnologiesetdeseformercontinuellementenmatièrederéseauélectriqueauseindechaqueétablissementdesanté.Ceciafind’être

capabledemeneruneanalysecohérentedesrisques,depouvoirexploiterconcrètementlanouvelleréglementationavecunregardaverti,etdeparticiperauxprojetsde

restructuration.

L’enquêteaégalementrévéléequelamajoritédesservicesbiomédicauxnesesentpasvraimentconcernéparl’installationélectriquedanslesétablissements,l’idéegénérale

étantquecetteresponsabilitérelèveplutôtdescompétencesdesservicestechniques.L’unitébiomédicaledoitdoncunirsaréflexionaveclesautresacteursafindeprendre

connaissancedel’organisationd’uneinstallationélectriqueetdemeneruneactivitécohérenteaveclesactivitésdesonservice.

Avecdestechniquesdesoinsdeplusenplusassistéespardesdispositifsélectromédicaux,touslesacteursconcernésdoivents’inscriredansunelogiqued’améliorationcontinue

delaqualitédessoinsetdelasécuritédespatientsdanslesétablissementsdesanté.

Bibliographie

retoursommaire

[1]:GrynfogelBernard–GueyAlain­ « LePatrimoineHospitalier2007»­imprimeriechirat­Editionjuin2007­ 638pages [2]: Rapportsurlaconsommationd’électricitéproduiteàpartir desourcesd’énergierenouvelableenFrance–[PDF]–RapportdelaRépubliqueFrançaise–enapplicationde

l’article3deladirectiven°2001:77/CEdu27/09/2001(Pageconsultéele14/12/2007)disponiblesur:http://www.industrie.gouv.fr/energie/renou/rapp­art3.pdf

[3]:ArticleduMondeLibertaire–Editorialdun°1136dujeudi15octobre1998–2735caractères–rubriquesantéservicepublique–consultéle02/11/2007–Disponiblesur

[4]:«Sécuritéélectrique»AgencedePresseMédicaledu18/05/200619:03ACTUréf:cb/eh/APMPolsan,EHJEI011­ Pageconsultéele05/12/2007­Disponiblesur:

[5]:CirculaireDHOS/E4no2005­256du30mai2005relativeauxconditionstechniquesd’alimentationélectriquedesétablissementsdesantépublicsetprivés–Bulletin

OfficielN°2005­7:AnnonceN°14­Applicationimmédiate­P. Douste­Blazy

[6]:CirculaireN°DHOS/E4/2006/393du8septembre2006–Conditionstechniquesd’alimentationélectriquedesétablissementsdesantépublicsetprivés.Nonparueau

journalOfficiel,Applicationimmédiate,6pages.

[7]:«Aprèsl’incendieàl’HôpitalPompidou» LeQuotidiendumédecin–N°8205­Jeudi30Août2007–RubriqueInformationsProfessionnelles–DelphineChardon. [8]CoutyE, Goldberg.S,InformationHospitalières,Lasécuritéélectriquedanslesétablissementsdesanté,dec2000/Fev2001,N°54,188p.

[9]INRSParis–L’électricité–EditionINRSED596–7èmeédition(1991)ISBN2­55599­16­7–Réimpressionavril2006–100pages.

[10]CRAMRhone­Alpes.Servicepréventiondesrisquesprofessionnels–SP1075–L’énergieélectrique,risquesetpréventions­juin2002–110p

[11]NormeUTE60601.NFEN60601­1Appareilsélectromédicaux­Partie1:règlesgénéraledesécurité(IEC601­1:1991)

[12]INRSParis–L’électricité–EditionINRSED596–7èmeédition(1991)ISBN2­55599­16­7–Réimpressionavril2006–100pages.

[13] CRAMRhone­Alpes.Servicepréventiondesrisquesprofessionnels–SP1075–L’énergieélectrique,risquesetpréventions­juin2002–110p

[14]:NFC15­211Installationsélectriquesàbassetension–Installationsdansleslocauxàusagemédical.Juin1987–UnionTechniquedel’Electricitéetl’AssociationFrançaise

deNormalisation(AFNOR).AbrogéeparNFC15211deAoût2006

[15]:NormeFrançaise:NFC15­211Installationsélectriquesàbassetension–Installationsdansleslocauxàusagemédical.AssociationFrançaisedeNormalisation(AFNOR).

Editéetdiffuséeparl’unionTechniquedel’électricité(UTE)etdiffuséparAFNOR.Momentanémentindisponibleau09/01/2008,documentnonlivréparUTE.Août2006–31

pages

[16]:Arrêtédu3octobre1995–Modalitéd’utilisationetdecontrôledesmatérielsetdispositifsmédicauxassurantlesfonctionsetactescitésauxarticlesD.712­43etD.712­

47ducodedelasantépublique.J.On°239du13octobre1995,Page14932–3pages.

[17]:Décretn°2007­1344du12septembre2007prispourl’applicationdel’article7delaloin°2004­811du13août2004relativeàlamodernisationdelasécuritécivile.J.O

n°213du14septembre2007page15298texten°6­2pages

[19]:NFC17­100:Protectioncontrelafoudre­Protectiondesstructurescontrelafoudre­Installationdeparatonnerres­décembre1997­(39pages)

[20]:Cours«sécuritéélectrique»­GilbertFarges–EnseignantchercheurGénieBiologique–UniversitétechnologiquedeCompiègne­ PDF–22pages–Courssuivile10

octobre2007.

Annexe1: Présentationduquestionnaireenvoyé(exempleduquestionnairevierge)

retoursommaire

retoursommaire