Vous êtes sur la page 1sur 2

Centre d’appui social et d’insertion (CASI)

Pour le secteur, 2008 reste l’année des déménagements ! Vevey et Lausanne prennent
possession de leurs nouveaux locaux.

Le CASI de Vevey a fermé, au office a souligné la qualité et la pertinence du travail d’ob-


printemps, son atelier de la rue servation effectué par nos équipes.
d’Italie pour emménager sur
deux étages dans les locaux de On retiendra, par contre, une ombre au tableau en 2008 :
l’ancienne Eglise Méthodiste la sous utilisation de la mesure ESSOR par les centres
de Vevey, rue du Clos 8. En sociaux régionaux, ce qui a incité le SPAS à la retirer du
juin, c’est le CASI de Lausanne catalogue des mesures subventionnées par le Canton.
qui quitte la rue César-Roux 29
pour reprendre une partie des locaux que Caritas avait Une fois encore, nous relevons un fort taux d’occupation
loué pour la CARL, chemin de la Colline 6. de nos CASI. Cet intérêt grandissant s’explique d’une
part, par notre capacité à accueillir des mesures AI et,
Qui dit déménagements dit aussi importants investisse- d’autre part, par la volonté d’ouvrir nos ateliers sur l’ex-
ments ! Nous tenons ici à remercier la Loterie Romande térieur. En effet, en 2008 nous avons réalisé une mul-
qui, une fois de plus, est venue à notre aide avec une titude d’activités de service : déménagements à Vevey,
subvention de CHF 200’000. Ce don, associé à une valorisation des objets encombrants à Lausanne, arti-
participation de près de CHF 60’000 de l’OFAS, nous a sanat à Nyon et, pour Yverdon : création d’un atelier de
permis de couvrir les investissements consentis à Vevey ; conciergerie au profit d’associations, soumissionnement
en revanche c’est près de CHF 100’000 qui manquent avec « Lausanne Roule » pour la création d’un disposi-
encore pour les travaux au CASI de Lausanne. tif de vélos en libre service, et réalisation de nombreux
chantiers externes. Dans ce contexte, la réalisation d’une
En ce qui concerne les budgets d’exploitation des CASI, semaine de travaux dans un alpage valaisan, dans le
nous avons par contre obtenu une formidable recon- cadre de l’aide aux paysans de montagne organisée par
naissance de la part du Service de prévoyance et d’aide Caritas Suisse, a constitué une expérience intéressante
sociale (SPAS), qui a consenti à intégrer, dès 2009, la et originale pour nos participants.
plus grande part des frais de fonctionnement de nos
structures dans le cadre de la facture sociale. L’utilité et la Toutes ces activités s’inscrivent dans notre volonté
pertinence de l’offre d’accueil et d’insertion de nos cen- d’offrir à nos participants une reconnaissance de leurs
tres de jour sont enfin reconnues sur le plan cantonal. aptitudes, de les aider à retrouver une image valorisante
d’eux-mêmes et leur permettre de se rapprocher du
Autre nouvelle réjouissante, nos CASI ont signé un monde du travail.
contrat avec l’Office AI du canton, nous permettant de
faire reconnaître notre capacité à accueillir des assurés Yves Pommaz
au bénéfice des nouvelles mesures de réinsertion mises Responsable Secteur Centre d’appui social
en place dans le cadre de la 5ème révision de l’AI. Cet et d’insertion (CASI)

Fréquentation des journées d’ouvertures des CASI – 2007-2008


Total 2007 Lausanne Yverdon Vevey Nyon Total 2008
Journées d’ouverture 598 183 197 200 157 737
Nbre de journées / 8’210 1’665 3’311 3’430 1’671 10’077
participants
Nbre de personnes 255 156 69 106 42 373
différentes
Nbre moyen 12.12 9.1 16.8 17.2 10.6 13.4
de personnes
Taux d’occupation 86.31 53.5 140.1 100.9 88.7 95.8

Nbre de repas 8’925 1’860 3’185 3’951 2’008 11’004

6
Typologie des personnes fréquentant les CASI, année 2008

+,-./
0(&
!
%(&

'!"#!$
(&

'!
)*&
!"#!$
%&

Témoignage
Christian, habitué du Point-Virgule à Nyon et des repas communautaires

Ancien serrurier indépendant, Christian a géré son Christian vient désormais tous les jours au Point-
entreprise pendant 20 ans. Il est fier de parler des Virgule, lieu où il peut exprimer sa créativité et son
portails et autres enseignes de commerces qu’il a habileté. Son activité du moment : créer des sets
réalisés et qu’il voit encore dans les rues. de table. Mais il sait aussi très bien faire à man-
Puis, ce fut la fameuse spirale infernale qui fait géné- ger. Le week-end, il tient un stand au marché aux
ralement suite à un problème de santé pour un puces. Cette activité lui permet, là aussi, d’avoir des
patron : fermeture de l’entreprise, chômage, désin- contacts et de mettre à profit son don de bricoleur. Il
tégration totale de la famille. Et il s’est retrouvé seul, restaure les objets et répare lui-même les meubles.
sans travail fixe ni régulier, dans la précarité. La Fon- Christian dit avec beaucoup de reconnaissance
dation Intégration Pour Tous lui conseille alors d’aller qu’il ne serait probablement plus là s’il ne pouvait
au Point-Virgule pour retrouver une occupation, un aller tous les jours au Point-Virgule, et s’il n’était pas
espace de sérénité et des contacts. entouré par les collaborateurs de Caritas.

Témoignage
Ursula, bénévole au Point-Virgule

C’est une des fondatrices de l’Association ASO- «J’ai décidé de m’investir autant et donner de mon
LAC, créée en 2002 pour «venir en aide aux per- temps pour aider les autres, les rencontrer, parta-
sonnes en difficulté vivant dans notre région par le ger et cheminer avec eux», dit Ursula, pour qui le
biais d’une action sociale concertée, conduite dans lien social est essentiel. Il se fait immanquablement
l’esprit de la diaconie» (www.asolac.ch). Deux axes autour des tables réunissant 8 personnes. Pas de
sont mis sur pied : un centre de jour, Point-Virgule, solitaires ou d’isolés. On y est reçu comme à la
et des repas communautaires à Nyon, Gland et maison. Des fleurs ornent toutes les tables, les
St-Cergue (un par mois et lieu). assiettes sont très bien présentées, le repas est
Ursula, cheville ouvrière de l’association, est active excellent et le service est fait par les bénévoles.
dans les deux volets : elle fait le pain au Point-Vir- Et c’est aussi une rencontre des générations, on
gule (c’est une excellente cuisinière) et participe y trouve enfants et grands-parents réunis autour
aux trois repas communautaires de la région. des tables. Ces ren-
Assistante sociale de profession, Ursula voulait dez-vous hebdoma-
poursuivre son action en aidant les personnes daires, Ursula fait en
vivant proche de chez elle. sorte d’y participer,
si possible.
Aider non seulement les gens dans la précarité,
mais aussi ceux qui manquent de liens sociaux.