Vous êtes sur la page 1sur 6

UNIVERSITE MOHAMMED V FACULTE DES SCIENCES RABAT – AGDAL

Année universitaire 2013 / 2014 SMP4 - Module 16 - Physique 7

TD de Thermodynamique II Série n° 2

Exercice 1 : Soient les différentielles : dH

=

C

p

dT

+

(h

+

v) dP

, et

dS = (Cp / T)dT + (h / T) dP , où

C

p et h sont les coefficients calorimétriques relatifs au système monophasé étudié.

1) En explicitant les relations imposées par le fait que dH et dS sont des différentielles totales exactes,

déterminer le coefficient h. En déduire le coefficient

2) On s’intéresse à l’équation d’état des gaz parfaits PV – nRT = 0, calculer h. Montrer que C p ne

dépend pas de P. Calculer alors les fonctions d’état H et S en supposant que

3) On s’intéresse successivement aux équations d’état :

(C

p

/ P)

T

.

C

p ne dépend pas de T.

P(V - nb) – nRT = 0

et

(P

+

n

2

a / V

2

) (V - nb)

=

nRT

.

Reprendre la question 2 avec les mêmes hypothèses.

Exercice 2 : Transformation polytropique d’un gaz parfait

1) Montrer que pour une mole de gaz parfait, on a : dU

sont les capacités thermiques molaires respectivement à pression et volume constants. Exprimer

/ C

2) Ce gaz subit une transformation polytropique entre l’état 1 (T 1 ,V 1 ,P 1 ) et l’état 2 (T 2 ,V 2 ,P 2 ).

Une transformation est dite polytropique si à chaque instant le système est dans un état d’équilibre

interne et vérifie PV k = cte, où k est une constante positive fonction des conditions expérimentales.

Montrer que le travail échangé par la mole de gaz au cours de la transformation s’écrit :

=

C

vm

dT

, et dH

=

C

pm

dT

, où

C

pm

C

vm

pm

vm

.

et

C

pm

et C

en fonction de la constante des gaz parfaits R et du rapport constant

= C

vm

W =

P

2

V

2

- P V

1

1

k -1

.

3) En déduire une expression du transfert thermique Q sous la forme Q

C

m en fonction de k et .

=

C

m

(T

2

- T )

1

. On exprimera

4) Donner une interprétation physique de la quantité C m .

5) Donner la valeur de

k = 0,

Exercice 3 : On fait subir à un gaz parfait une transformation isotherme à T o qui le fait passer de la pression P 1 à la pression P 2 . On note c p et c v les chaleurs spécifiques respectivement à pression et à volume constant. 1) Donner l’expression différentielle de l’énergie interne U du gaz en fonction des variables P et T. En déduire celle de l’entropie S en fonction des mêmes variables. 2) La transformation étant réversible, calculer les énergies travail W r et chaleur Q r mises en jeu. Calculer la variation d’entropie S du gaz. 3) La transformation étant irréversible, on impose tout au long de la transformation une pression extérieure P 2 . 3.a) Calculer les énergies travail W i et chaleur Q i mises en jeu.

3.b) Etudier la quantité

3.c) Etudier la quantité W i – W r en fonction des valeurs de

4.a) Le gaz n’est pas parfait, la transformation est réversible, à partir du premier et du second principes de la thermodynamique, exprimer l’énergie travail W r en fonction de U, S et T o . 4.b) Que pensez-vous de la quantité W i – W r .

C

m ainsi qu’une interprétation physique de cette valeur dans les cas suivants :

k = 1, k = et k

S - Q

i

/ T

o

en fonction de

P

2

/ P . Conclure.

1

P

2

/ P . Conclure.

1

Corrigé Exercice 1 :

C p h 1) dH = C dT + (h + V) dP et dS
C
p
h
1)
dH
=
C
dT
+
(h
+
V) dP
et
dS =
dT
+
dP
p
T
T
∂ C
p
h
V
dH est une différentielle totale exacte
=
+
(1)
P
T
T
P
P
T
(
)
C
/T
)
(
h/T
p
dS est une différentielle totale exacte
=
P
T
P
T
 ∂ C
1
p
∂ (1/T)
1
h
h
+ C
p
=
-
T
P
P
T
T
2
T
P T
T
 ∂ (1/T) 
∂ C
p
∂ h
h
= 0
=
-
(2)
∂ P
P
∂ T
T
T
P
T
 ∂ h 
 ∂ V 
2 V
= -
- T 
 
 ∂ T 
 ∂ T 
2
P
P
 ∂ T 
P
C
2
V
p
=
- T
 (3)
2
P
T
T
P
h = - V
.
C
p
=
0
.
C p ne dépend pas de P.
P
T
H = C
T + H
p
o
S = C .ln(T) - nR.ln(P) + S
.
p
o

3) On reprend la démarche de la question précédente avec les résultats généraux de la question 1.

a) P(V - nb) = nRT

dH

=

C

p

dT

+

nb.dP

dS =

C

p

dT

+

h

T T

dP

b) (P +

n

2

a

V

2

) (V - nb)

=

nRT

(V - nb) =

nRT

P

V

T

P

=

nR

P

H = C

p

T + nb.P + H

o

S = C .ln(T) - nR.ln(P) + S

p

o

C

 

p

= - T

2

V

 

= 0

 

P

T

T

2

  ∂ P  T   ∂ T   2 P

P

V =

h

=

nRT

P

+

nb

- T

V

T

P

=

nb

V

C p ne dépend pas de P.

n

2

a

n

3

ab

PV +

P

P +

V

2

a

+

- =

n

V

a

2

V

n

2

V

2

3

2n ab

V

3

dV

2n

2

a

(V

2

V

3

=

nRT

+

nbP

nRdT

nb) dV

=

nRdT

(4)

Le terme

2

a , correctif de la pression P, est introduit par Van Der Waals pour tenir compte des

n

V

2

interactions entre les molécules gazeuses d’un gaz réel. Pour une quantité fixe de gaz, plus le volume

V est grand et plus les molécules sont éloignées les unes des autres. Le terme

n 2

a devient d’autant

V

2

plus faible que le volume est grand, et en première approximation, le terme

négligé. L’équation (4) se réduit alors à :


nRT

P +

n

2 a

2n

2 a

V

2

V

3

dV

=

nRdT

(V - nb)

(V

nb) dV

dV

dT

=

P

+

n

2

a

V

2

V

T

P

=

dV =

nRT

(V - nb)

V

nb

T

dV

h

2n

2

a

V

3

(V

=

=

nRdT

-T

V

T

P

nb)

pourra être

=

nb

V

Les expressions de H et S seront les mêmes que celles obtenues à la question 3a). Corrigé Exercice 2 :

1) dU = Q - PdV

à volume constant : dU = Q

et

Q

=

C

v

dT

dU

dH

De même : dH = dU + d(PV) = Q + VdP

dT

Pour une mole de gaz parfait, on a donc :

= =

v

=

p

=

C

C

dT

mc dT

v

mc dT

p

dU

=

C

= à pression constante : dH = Q

=

=

nMc dT

v

nMc dT

p

=

vm

dT

et dH

nC

nC

=

C

dT

dT

vm

pm

pm

dT

.

et

dH = Q

A partir des deux relations :

C

pm

C

vm

=

R

et

C pm

C vm

=

,

=

R

-1

=

R

-1

.

on en déduit :

Physiquement, C pm et C vm correspondent au transfert thermique molaire échangé par le système pour une variation de température de 1 K au cours d’une transformation isobare, respectivement isochore.

C pm

et

C vm

2) A chaque instant le système est en équilibre thermodynamique interne : sa pression est définie est uniforme à chaque instant et W = - PdV .

dV Ainsi : W = - PdV = - cte . , k V V
dV
Ainsi :
W = - PdV = - cte .
,
k
V
V
dV
1
1-k
1-k
soit :
W
=
- cte .
2
= - cte .
.
V
- V
2
1
V 1 k
1- k
V
k
1
1-k
1-k
cte = P 1 V 1 k
W
=
- P V
.
.
V
- V
1
1
2
1
1- k
1
k
1-k
W
= -
.
P V
V
- P V
1
1
2
1
1
1- k
1
k
1-k
P
V
- P V
2
2
1
1
W
= -
.
P
V
V
- P V
P 1 V 1 k = P 2 V 2 k
2
2
=
2
1
1
1- k
k -1
3) Pour une mole d’un gaz parfait,
R
1
dU
= C
dT
U =
(T
- T ) =
(P V
- P V )
vm
2
1
2
2
1
1
-1
-1

Le bilan énergétique appliqué au système gazeux s’écrit : U = Q + W

d’où :

ou encore :

Q

=

(P V

2

2

- P V )

1

1

Q =

k -

( -1) (k -1)

1

-1

-

R (T

2

1

k

-1

- T )

1

,

Q = U

W

Q est donc de la forme Q

=

C

m

(T

2

- T )

1

, avec

C m

=

k -

( -1) (k -1)

R

.

4) On rappelle que :

- pour une transformation isochore : dQ

=

- pour une transformation isobare : dQ =

- pour une transformation polytropique :

U

=

C

vm

dT

H

Q

=

=

C

C

pm

dT

m

dT

C

C

C

vm

pm

= (Q/ T)

= (Q / T)

V

P

m

=

(

Q/ T)

PV

C vm , C pm et C m on la même unité : J.K -1 .mol -1 , C m apparaît donc comme le transfert thermique molaire échangé par le système pour une variation de température de 1 K au cours d’une transformation polytropique.

5) k = 0 :

C m

=

-1

R

, soit C

m

= C

; la transformation est isobare puisque PV 0 = P = cte.

pm

k = 1 :

,

il faut que dT = 0 . La transformation est alors isotherme, ce qu’on retrouve puisque si k = 1, PV 1 = cte, or le gaz est parfait, soit PV = RT = cte.

k

est nulle revient à dire que le système n’a pas la capacité d’échanger de la chaleur avec

Dire que

, ce qui correspond au cas où le système peut emmagasiner une quantité de chaleur

quelconque sans variation de température. En effet, pour que

C

m

Q

=

C

m

dT

soit finie pour C

m

= : C

m =

C

m

0

; la transformation est adiabatique caractérisée par PV = cte.

le milieu extérieur puisque

système de varier, la transformation n’est pas isotherme.

Q

=

C

m

dT

=

0

. Noter bien que cela n’empêche pas la température du

1

k

••••

:

C m

1/ k

V

=

; la transformation est isochore puisque PV

=

-1

cte

R

; soit

C

m

= C

vm

encore P

On regroupe les résultats dans le tableau suivant :

, soi si k

, V = cte .

k =

cte

s’écrit

transformation

capacité thermique

isobare, P = cte

C

pm

isochore, V = cte

C

vm

isotherme, T = cte

infinie

adiabatique

nulle

Corrigé Exercice 3 :

1. dU = m c v dT

U = m c v T + U o .

dS =

Q

=

dU -

W

=

m c

v

dT

+

PdV

T

T

T

=

mc

v

dT

dV

+ mr

T V

.

En différenciant l’équation des gaz parfaits PV = nRT, on obtient :

PdV + VdP = nRdT

dS

dS

=

=

mc

mc

v

p

dT

T

dT

T

+

mr

mr

dV

V

dP

P

dV =

=

mc

nR

P

dT

v

dT

T

+

V

P

dP

mr

dT

T

dP

P

dV =

dT

dP

 

V

T

P

m(c

v

+

r)

dT

T

mr

dP

P

=

mc

p

S = mc .ln(T) - mr ln(P) + S

p

o

 

=

dT

T

Ce résultat peut être obtenu par intégration directe de la différentielle :

dS

S = m c .ln(T) + mr.ln(V) + S'

v

o

S

=

m c .ln(T)

v

+

m r ln

=

mc

v

mrT

P

dT

T

+ mr

+ S'

o

dV

V

mr

S = mc .ln(T) + mr ln(mrT) - mr ln(P) + S'

S =

v

o

{

mc

v

+ mr ln(T) - mr ln P + mr ln(mr) + S'

}

{

S = mc .ln(T) - mr ln(P) + S

p

o

.

2.

Le gaz est parfait, la transformation est isotherme

dU = mc v dT = 0

U

=

W

r

+

Q

r

=

mc

v

T

W

r

= -

V 2

V 1

PdV

S =

Q

r

T

o

, soit :

V

2

V 1

dV

V

P

2

=

- mrT

o

S = - m r ln

P

1

=

- mrT

o

= m r ln

ln

V

2

P

2

= mrT

o

ln

V 1 P

1

V

2

V

1

=

0

P V

2

2

⇒⇒⇒⇒

= P V = mrT

1

1

o

:

⇒⇒⇒⇒

Q r

Q

r

= - W .

ln

r

2

P

P

1

= - mrT

o

3. La transformation est irréversible et isotherme :

3.a -

=

-

V

2

V

1

U

P .dV

=

2

W

=

i

+

- P

Q

i

=

2

V

2

V

1

0

dV

P

2

P

1

P 2

- mrT

o

  P

P

2

1

-1

(V

1

- V

2

)

=

U =

0

- Q

mrT

i

o

=

W

i

et

=

-

P .dV

e

P V

2

=

- P

2

(V

2

- V )

1

P

2

o

P

1

-1

P V = mrT

1

1

o

W i

=

V

1

=

P

o

P

1

2

P

-1

1

1

Q

= mrT

o

i

=

mrT

mrT

3.b -

S

Q

i

T

o

=

mr ln

P

2

P

1

En posant :

x =

P

2

P

1

+

P

2

mr

S

P

1

Q

i

T

o

1

soit :

=

mr [x

1

S

ln x]

Q

i

T

o

0

.

=

(cas où P 2 > P 1 )

P

mr

P

2

P

1

2

P

1

1

ln

.

.

Transformation irréversible

S

i

0

S

Q

i

T

o

=

S

i

=

mr [x

1

ln x]

0

.

S i ≥ 0 S Q i T o = S i = mr [ x

3.c - Etude de la quantité W i – W r :

Pour une transformation réversible :

U = W

r

+ Q

r

;

S = S

e

+ S

i

= S

e

(S i = 0 car transformation réversible)

dP

P

o

}

S =

Q

r

T

o

W

r

=

U - Q

r

=

U - T .

o

S

Pour une transformation réversible :

S = S

e

W

i

- W

r

+ S

=

i

=

Q

i

T

o

U - T

o

+ S

i

.

S

+

T

o

.S

i

-

U

+

Q

i

T

o

.

U = W

i

= T S - T S

o

o

S

=

T

o

.S

i

>

D’après 3) :

W

r

= m r T

o

ln

P

2

P

1

, et d’après 4.a :

W

i

=

+ Q

i

i

0

P

2

o

P

1

mrT

W =

i

U - Q

i

= U - T

o

. S + T

o

W

i

-1

= W

r

i

+ T .S .

o

P

P

2

1

-1

>

ln

P

2

P

1

i

.S .

4.a) La transformation étant réversible : W

W

i

> W

r

"La transformation réversible est plus efficace que la transformation irréversible".

r

=

U - Q

r

=

U - T .

o

S

.

4.b) W

i

- W

r

T .S

o

i

= =

0

(transformation réversible) donc W r = W i .