Vous êtes sur la page 1sur 75

L'emploi des finisseurs pour le répandage des matériaux de couches de chaussées

pour le répandage des matériaux de couches de chaussées techniques et méthodes des laboratoires des ponts
pour le répandage des matériaux de couches de chaussées techniques et méthodes des laboratoires des ponts

techniques et méthodes

des laboratoires des ponts et chaussées

et méthodes des laboratoires des ponts et chaussées Guide technique L'emploi des finisseurs pour le

Guide technique

L'emploi des finisseurs pour le répandage des matériaux de couches de chaussées

L’emploi des finisseurs pour le répandage des matériaux de couches de chaussées

Guide technique

Février 2002

de couches de chaussées Guide technique Février 2002 Laboratoire Central des Ponts et Chaussées 58, bd
de couches de chaussées Guide technique Février 2002 Laboratoire Central des Ponts et Chaussées 58, bd

Laboratoire Central des Ponts et Chaussées 58, bd Lefebvre, F 75732 Paris Cedex 15

Ce document a été rédigé par :

Marie-Line GALLENNE (Laboratoire Central des Ponts et Chaussées), Jean BAUER (Laboratoire Régional du Laboratoire de Rouen), Guy COUGOUIL (Laboratoire Central des Ponts et Chaussées), Jean-Claude DUROS (Laboratoire Régional du Laboratoire de Saint-Brieuc), Daniel JULE (Laboratoire Régional du Laboratoire de Blois), Jean-Claude VALEUX (Centre d’Études et de Recherches de Rouen), Bernard GUIEYSSE (Laboratoire Central des Ponts et Chaussées).

Pour commander cet ouvrage :

Laboratoire Central des Ponts et Chaussées DISTC-Diffusion des éditions 58, boulevard Lefebvre F-75732 PARIS CEDEX 15 Téléphone : 01 40 43 50 20 Télécopie : 01 40 43 54 95 Internet : http://www.lcpc.fr

Prix : 35

€ HT

En couverture : Représentation des éléments essentiels du finisseur.

Ce guide a été rédigé entre 2001 et 2002. Il n'a pas fait l'objet de révisions depuis cette date.

Ce document est propriété du Laboratoire Central des Ponts et Chaussées et ne peut être reproduit, même partiellement, sans l’autorisation de son directeur général (ou de ses représentants autorisés). © 2008 - LCPC ISSN 1151-1516 ISBN 978-2-7208-2538-7 N° DOI/Crossref 10.3829/gt-gtfinis-fr

SOMMAIRE

1. INTRODUCTION

5

1.1. OBJECTIFS

5

1.2. UTILISATION DU FINISSEUR

5

2. ADEQUATION DU FINISSEUR AU CHANTIER

7

2.1. INTRODUCTION

7

2.2. CATEGORIES DATELIER DE REPANDAGE

8

2.2.1. Les types de tracteur

8

2.2.2. Les types de table

9

2.2.3. Système de guidage

11

2.2.4. Equipements spécifiques

15

2.2.5. Mode d’alimentation du finisseur

15

2.3. FICHE DESCRIPTIVE DU FINISSEUR

16

2.4. DEFINITION DU TYPE DE CHANTIER VIS A VIS DES SPECIFICITES DE MISE EN OEUVRE

18

2.4.1. Niveau de Service de la chaussée

18

2.4.2. Type de couche

18

2.4.3. Taille du chantier

18

2.4.4. Cadence de la réalisation

18

2.4.5. Cas particuliers de mise en œuvre

19

2.5.

SUGGESTION DATELIER DE REPANDAGE EN FONCTION DU CHANTIER

19

2.5.1.

Le tracteur

19

2.5.1.1. Le train de roulement

19

2.5.1.2. Adéquation du tracteur à la pente longitudinale

19

2.5.1.3. Type de tracteur en fonction de la largeur d’application et de l’épaisseur de mise en œuvre

19

2.5.2.

La table

20

2.5.2.1. Adéquation de la table à la largeur d’application

20

2.5.2.2. Adéquation de la table à l’épaisseur de la couche et à la déformation du support

20

2.5.3. Le système de guidage

21

2.5.3.1. Adéquation du système de guidage au profil en long

21

2.5.3.2. Adéquation du système de guidage au profil en travers

22

2.5.4. Equipements spéciaux

23

2.5.5. Mode d’alimentation

23

2.5.6. Adéquation de l’atelier de répandage au chantier : tableaux de synthèse

24

2.5.6.1. Train de roulement du finisseur

24

2.5.6.2. Tracteur du finisseur

25

2.5.6.3. Table du finisseur

25

2.5.6.4. Système de guidage longitudinal

25

2.5.6.5. Système de guidage transversal

26

2.5.6.6. Mode d’alimentation

26

2.5.7. Exemple de choix du finisseur et de ses équipements en fonction du cas de chantier

27

2.5.7.1. Cas de chantier:

27

2.5.7.2. Caractéristiques correspondantes du finisseur et de ses équipements

27

3. PREPARATION DU MATERIEL AUX BESOINS DU CHANTIER

28

3.1. OBJECTIFS

28

3.2. MISE A NIVEAU DU FINISSEUR EN ATELIER

28

3.2.1. Eléments à réviser

28

3.2.2. Moteur et éléments de sécurité

28

3.2.3. Pièces d'usure

29

3.3.

VERIFICATIONS DU FINISSEUR AU DEMARRAGE

29

3.3.1. Vérifications sur le tracteur

29

3.3.2. Vérifications de la partie alimentation

30

3.3.3. Vérifications sur la

table

32

3.3.4. Vérifications sur le système de guidage

33

3.4.

VERIFICATION DE L'ETAT DU FINISSEUR

34

4. REGLAGES DU FINISSEUR POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA COUCHE

36

4.1. OBJECTIF

36

4.2. OBTENTION DE LEPAISSEUR

36

 

4.2.1.

Commandes disponibles

36

3

4.2.2.

Réglage de l’épaisseur

37

 

4.2.3.

Réglage supplémentaire pour une table extensible

39

4.3.

OBTENTION DE LA PRECOMPACITE

40

4.3.1. Commandes disponibles

40

4.3.2. Réglage de la vitesse de travail

40

4.3.3. Réglage des dameurs

41

4.3.4. Réglage des vibreurs

42

4.4.

4 REGLAGES DE LALIMENTATION EN MATERIAU

43

4.4.1. Organes de commandes

43

4.4.2. Réglage des asservissements

44

4.5.

ASPECT VISUEL DE LA SURFACE DE REPANDAGE

45

4.5.1. Paramètres influents

45

4.5.2. Réglage de la température

45

4.6.

OBTENTION DES PROFILS ET DE LUNI

46

4.6.1. Types de réglages

46

4.6.2. Respect du profil en travers

46

4.6.3. Respect du profil en long

46

4.6.4. Réglage du système de guidage

46

4.6.4.1. Notations

46

4.6.4.2. Réglages des organes de commande du finisseur

46

4.6.4.3. Réglage du MNL

47

4.6.4.4. Réglage du moniteur de nivellement transversal

48

4.6.4.5. Réglage des références de guidage

50

4.7.

VERIFICATION DES POINTS DE FONCTIONNEMENT

51

4.7.1. Valeur des réglages

51

4.7.2. Calibrage des indicateurs du finisseur

52

4.7.3. Vérification des réglages

53

4.7.4. Ajustement des réglages

53

5. CONDUITE

55

5.1.

OBJECTIFS

55

5.1.1. Principe de base

55

5.1.2. Effet d’une modification de réglage

55

5.2.

PRISE EN COMPTE DUNE DERIVE DEPAISSEUR

56

5.2.1. Origine possible d’une dérive en épaisseur

56

5.2.2. Modification de l’épaisseur

57

5.3.

PRISE EN COMPTE DUNE DERIVE EN PRECOMPACITE

59

5.3.1. Origine possible d’une dérive en précompacité

59

5.3.2. Modification de la précompacité

60

5.4.

PRISE EN COMPTE DUNE DERIVE DU PROFIL EN TRAVERS

61

5.4.1. Origine possible d’une dérive du profil en travers

61

5.4.2. Modification du profil en travers

61

5.4.2.1. cas 1

-

61

5.4.2.2. cas

-

2

61

5.4.2.3. - cas

3

61

5.5.

PRISE EN COMPTE DUNE DERIVE EN UNI

61

5.5.1. Origine possible d’une dérive en uni

61

5.5.2. Correction de l’uni

62

5.6.

PRISE EN COMPTE D'UN MAUVAIS ASPECT DE SURFACE

62

6. BIBLIOGRAPHIE

63

7. PROCEDURES

64

7.1. VERIFICATION DE LA VITESSE DE TRANSLATION DU FINISSEUR

64

7.2. VERIFICATION DE LA FREQUENCE DES DAMEURS ET DES VIBREURS

64

7.3. VERIFICATION DE LEPAISSEUR DENROBES MISE EN ŒUVRE

65

7.4. VERIFICATION DU TAUX DE PRECOMPACTAGE ET DE LA PRECOMPACITE

66

7.5. VERIFICATION DE L'ANGLE D'INCIDENCE

68

7.6. VERIFICATION DU CONTRE POIDS DU PALPEUR DU MONITEUR LONGITUDINAL DE NIVELLEMENT

69

7.7. VERIFICATION DE LA TENSION DU FIL DE GUIDAGE

69

7.8. VERIFICATION DE LA VITESSE DE MONTEE ET DE DESCENTE DES VERINS DE NIVELLEMENT ET DE LEUR

70

7.9. VERIFICATION DU MONITEUR DE NIVELLEMENT TRANSVERSAL OU PENDULE

71

7.10. VERIFICATION DE LA PLAGE MORTE DU MONITEUR DE NIVELLEMENT LONGITUDINAL

72

4

1. INTRODUCTION

1.1. Objectifs

L'objectif de ce document est de fournir des indications à l’ensemble de la profession routière (maîtrise d’œuvre, entreprise, laboratoire de contrôle, …) concernant l'emploi du finisseur et de ses équipements. Appuyé sur un ensemble de connaissances issues de la recherche, mais aussi de l’expérience pratique, il suit un plan calqué sur le déroulement d’un chantier:

L’étude du marché;

la préparation du chantier;

la réalisation du chantier:.

Les termes propres au finisseur ne sont pas définis dans ce guide, car ils figurent dans la norme relative à la terminologie et à la définition des performances du finisseur : NFP 98-702-1.

1.2. Utilisation du finisseur

Le finisseur a pour fonction principale de répandre, de régler et de compacter par la table, en une seule passe, les matériaux de chaussées, préalablement déversés dans la trémie de réception. Dans la suite du texte, on appellera précompactage, le serrage assuré par la table du finisseur.

Ces opérations regroupées et rapidement menées en font l’engin adapté pour la mise en œuvre:

des produits chauds (enrobés), car dans ce cas le refroidissement est limité (photo 1-1); d’éventuels matériaux à évolution rapide (enrobés spéciaux à l’émulsion); de toute couche de chaussée de matériaux de granulométrie 0/4 à 0/30 mm en épaisseur compatible avec les caractéristiques du finisseur : par exemple enrobés à l’émulsion, grave émulsion, grave et sable ciment ou laitier, béton compacté, béton poreux.

Cependant, on note un usage assez limité du finisseur pour la mise en œuvre de matériaux traités aux liants hydrauliques, du fait d’une abrasion plus importante des éléments d’usure.

Les couches appliquées à l’aide d’un finisseur présentent, au compactage près, les caractéristiques géométriques finales.

5

Photo 1-1 : Mise en œuvre de matériaux chauds au finisseur 6

Photo 1-1 : Mise en œuvre de matériaux chauds au finisseur

6

2. ADEQUATION DU FINISSEUR AU CHANTIER

2.1. Introduction

Bien avant que le chantier ne démarre, il est intéressant de connaître le matériel qui réalisera le chantier, que ce soit lors de la préparation de l'offre avec l'établissement du SOPAQ ou au moment de la rédaction du PAQ (Plan d'assurance Qualité). L’objectif de ce chapitre est de distinguer plusieurs catégories de finisseurs, de façon à proposer un éventail de matériels les mieux adaptés au chantier. Trois aspects seront ainsi traités dans ce chapitre : les catégories de matériels, l'énumération des contraintes du chantier qui vont influer sur le choix du matériel et enfin une suggestion d'adéquation entre le matériel et le chantier.

Les catégories de finisseur dépendent des performances de ses éléments constitutifs (figure 2-1) et de ses équipements:

le tracteur; la table; le système de guidage; les équipements particuliers; le type d’alimentation. Parmi l'ensemble des caractéristiques du chantier, seules quelques une d'entre elles intéressent la mise en œuvre au finisseur, les principales sont les suivantes:

la pente longitudinale; l’épaisseur et la largeur de pose; la déformation du profil support; le débit de fabrication.

1 Poste de conduite

2 Trémie

3 Chenilles (ou pneus)

4 Groupe de puissance

5 Vérin de nivellement

Tracteur Bras de nivellement Table
Tracteur
Bras de nivellement
Table

Figure 2.1 : schématisation des éléments constitutifs du finisseur

7

2.2. Catégories d’atelier de répandage

L’atelier de répandage est constitué : d’un ensemble d’alimentation (généralement formé d’un parc de camions quelquefois complété d’un alimentateur), d’un finisseur (composé d’un tracteur et d’une table), d’un système de guidage (comprenant différentes références de guidage et des moniteurs de nivellement) et parfois d’équipements spécifiques. La variété des matériels et la diversité des organes qui les constituent, rendent l’opération de tri difficile. Ce chapitre rappelle les principaux éléments dimensionnant de l’aptitude et de la facilité d’un atelier de répandage à réaliser les travaux.

2.2.1. Les types de tracteur

Les caractéristiques retenues sont:

ses performances; et son train de roulement (photos 2-1 et 2-2).

et son train de roulement (photos 2-1 et 2-2). Photo 2-1 : Train de roulement sur
et son train de roulement (photos 2-1 et 2-2). Photo 2-1 : Train de roulement sur

Photo 2-1 : Train de roulement sur chenilles

Photo 2-2 : train de roulement sur pneus

Les performances considérées sont:

la puissance motrice, parce qu’elle permet au finisseur, parfois en pleine charge, de pousser un camion en côte; la masse du finisseur, qui conditionne la stabilité du matériel et sa pression au sol; le débit d’alimentation, qui détermine le nombre de finisseurs nécessaire pour l’application de la quantité fabriquée; la régulation de l’alimentation (figure 2-2).

Ultrason Ultrason Palpeurs de veine
Ultrason
Ultrason
Palpeurs
de veine

Figure 2.2: Exemple de régulation de l’alimentation: des convoyeurs et des vis.

8

Le parc actuel de finisseurs peut être représenté selon trois groupes en fonction des critères définis dans le tableau 2-1. Le train de roulement n’intervient pas dans cette proposition, puisqu’il peut être choisi indépendamment.

Catégorie

Puissance

Masse

Débit

Régulation de

en kW

en t

en t/h

l’alimentation

T1

< 75

< 12,5

< 430

Non

T2

compris entre 75 et 120

comprise entre 12,5 et 20

comprise entre 430 et 705

Oui

T3

> 120

>20

> 705

Oui

Tableau 2-1 : Catégories de tracteur de finisseur

2.2.2. Les types de table

Les types de table se différencient selon deux critères relatifs aux moyens de précompactage et à la présence éventuelle d’automatismes (tableau 2-2). Les principaux moyens de précompactage de la table sont les dameurs et les vibreurs (figure 2-3). La possibilité de faire varier en marche la largeur de la table (table extensible : figure 2-4 et photo 2-3) peut être choisie indépendamment en fonction du cas de chantier. Le type de chauffage n'est pas en général, considéré comme un facteur déterminant de son choix. Seuls les deux premiers aspects sont pris en compte dans la répartition proposée ci-dessous.

Catégorie

Type de

Automatismes

précompactage

 

Dameur et

Blocage table + Arrêt simultané vibration / avancement

DV

Vibreur

HPC

HPC (Haut Pouvoir de Compactage)

Blocage table + Arrêt simultané vibration / avancement

Tableau 2-2 : Catégories de la table

Une table est dite "à Haut Pouvoir de Compactage" si, d'une part, elle est vibrante avec dameurs et si, d'autre part, elle possède des éléments supplémentaires tels qu'un second dameur, des plaques de pression à l'arrière ou tout autre système constitué de l'un et/ou de l'autre de ces éléments.

Certaines tables ne sont équipées que de dameurs ou de vibreurs ; leur nombre en France étant très réduit, il n'en est pas tenu compte ici.

Les automatismes principaux d’une table de finisseur sont les suivants:

blocage altimétrique de la table à l’arrêt du finisseur; arrêt simultané de l’avancement du finisseur et des moteurs des dameurs et des vibreurs; régulation de la vitesse de rotation des dameurs et des vibreurs; chauffage de la table, progressif et régulé en plusieurs points; lestage ou délestage de la table (figure 2-5).

9

4 1 1 Vibreur 2 Dameur 3 Plaque lisseuse 4 Bouclier 5 chauffage Caisson SENS
4 1 1 Vibreur 2 Dameur 3 Plaque lisseuse 4 Bouclier 5 chauffage Caisson SENS
4 1 1 Vibreur 2 Dameur 3 Plaque lisseuse 4 Bouclier 5 chauffage Caisson SENS
4 1
4
1

1 Vibreur

2 Dameur

3 Plaque lisseuse

4 Bouclier

5 chauffage

Caisson

SENS DE TRAVAIL

lisseuse 4 Bouclier 5 chauffage Caisson SENS DE TRAVAIL 2 5 3 Figure 2.3 : Schématisation
2 5
2
5
3
3

Figure 2.3 : Schématisation des éléments constitutifs de la table du finisseur

des éléments constitutifs de la table du finisseur Figure 2.4 : Schématisation du réglage de la

Figure 2.4 : Schématisation du réglage de la table extensible

2.4 : Schématisation du réglage de la table extensible Photo 2-3 : Extension d’une table extensible

Photo 2-3 : Extension d’une table extensible

10

de la table extensible Photo 2-3 : Extension d’une table extensible 10 Figure 2.5 : schématisation

Figure 2.5 : schématisation du lestage

2.2.3.

Système de guidage

Le système de guidage permet d’asservir, de façon indirecte, l’altimétrie de la table du finisseur, par une commande des vérins de nivellement sur lesquels sont fixés les points d'attache (figure 2-6).

lesquels sont fixés les points d'attache (figure 2-6). Figure 2.6 : Représentation des éléments essentiels du

Figure 2.6 : Représentation des éléments essentiels du finisseur

Le système de guidage comporte (figure 2-7):

un moniteur de nivellement longitudinal équipé d’un capteur et de son support fixé au bras de nivellement; une référence de guidage.

Moniteur de

nivellement

Vérin de nivellement Bras de nivellement Table Point d’attache
Vérin de
nivellement
Bras de
nivellement
Table
Point d’attache
Référence
Référence

Capteur de détection de la référence

Figure 2.7 : Schématisation des éléments constitutifs d’un système de guidage

Pour le répandage d'une couche de chaussée, trois modes de pilotage peuvent être adaptés:

mode manuel: les points d’attache des bras sont commandés manuellement; mode "vis calées": en régime stabilisé, les hauteurs des points d’attache sont maintenues constantes; mode automatique: la hauteur des points d’attache est asservie à un système de guidage altimétrique.

11

Dans ce dernier cas, le point du bras rattaché au moniteur de nivellement est maintenu à l’altitude définie par la référence de guidage.

La référence de guidage peut être:

un ouvrage particulier (sol support, couche latérale, bordure de trottoir, etc.), alors la référence peut être suivie par l’un des systèmes suivants:

système court: longueur d’auscultation inférieure à 2,5 mètres (photos 2-4,

2-5 et 2-6); système à poutre rigide dont la longueur est supérieure à 2,5 mètres;

système à poutre enjambeuse prenant appui simultanément à l'avant sur le sol support et à l'arrière sur la couche répandue (photo 2-7);

une référence spatiale (fils tendus, LASER, systèmes GPS ou DPS), la référence est alors suivie par des capteurs adaptés à la technique retenue (photos 2-8 et 2-9).

adaptés à la technique retenue (photos 2-8 et 2-9). Photo 2-4 : Finisseur en grande largeur

Photo 2-4 : Finisseur en grande largeur équipé d’un moniteur de nivellement et d’un ski à gauche de la table

12

Photo 2-5 : moniteur de nivellement équipé d’un capteur ultrason détectant la couche adjacente Photo

Photo 2-5 : moniteur de nivellement équipé d’un capteur ultrason détectant la couche adjacente

d’un capteur ultrason détectant la couche adjacente Photo 2-6 : capteur ultrason détectant la couche

Photo 2-6 : capteur ultrason détectant la couche adjacente, les ondes ultra sonores sont schématisées

ultrason détectant la couche adjacente, les ondes ultra sonores sont schématisées Photo 2-7 : Poutre enjambeuse

Photo 2-7 : Poutre enjambeuse

13

Photo 2-8 : Moniteur de nivellement équipé d’un palpeur posé sur un fil tendu Photo

Photo 2-8 : Moniteur de nivellement équipé d’un palpeur posé sur un fil tendu

nivellement équipé d’un palpeur posé sur un fil tendu Photo 2-9 : mât télescopique servant de

Photo 2-9 : mât télescopique servant de capteur pour le guidage par LASER

Ce type de guidage longitudinal peut s'appliquer aux deux points d'attache ou d'un seul côté. Dans ce dernier cas, l'autre côté peut être asservi par un système de guidage transversal, qui dispose d’un moniteur de nivellement transversal appelé quelquefois pendule ou correcteur de dévers.

Les systèmes de guidage ne sont pas distingués en fonction de leur performance, mais simplement identifiés de façon à les préconiser en fonction du cas de chantier.

En pratique, il est commode de distinguer les cas qui figurent dans le tableau 2-3. Ces derniers sont codifiés pour être plus facilement repris dans le chapitre 2-4.

Catégorie

Guidage sur ouvrage particulier

Guidage avec une référence spatiale

1

PC : Poutre courte (2.5 l* 12 m)

F: Fil

2

PE : Poutre enjambeuse

L : LASER

* l : longueur de la poutre Tableau 2-3: Catégories et codification des systèmes de guidage.

Les systèmes GPS ou DPS sont encore peu répandus ; par conséquent nous ne citons que le LASER.

14

2.2.4.

Equipements spécifiques

A l'occasion de chantiers spécifiques, deux équipements particuliers et intéressants (au

moment où paraît ce guide) peuvent être installés sur le finisseur, il s'agit:

D'une rampe intégrée pour l'application de la couche d'accrochage par le finisseur; D'un système de contrôle interne de la mise en œuvre (photo 2-10).

de contrôle interne de la mise en œuvre (photo 2-10). Photo 2-10 : Exemple de système

Photo 2-10 : Exemple de système de contrôle interne

2.2.5. Mode d’alimentation du finisseur

L’alimentation du finisseur ne fait pas partie de la machine, mais elle intervient fortement sur la qualité de la mise en œuvre et sur le rendement de l’application (cf. chapitre 4-4-2). Elle sera donc identifiée en fonction du débit souhaité pour l’atelier composé de l’alimentateur et

du finisseur.

Trois modes d’alimentation existent:

classique, c'est à dire sans matériel intermédiaire entre les camions et la trémie du finisseur; par profileur et élévateur de cordon (photo 2-11);

par alimentateur continu. Une trémie de réception des matériaux complète généralement celui - ci, elle est installée dans la trémie du finisseur (photo 2-12).

15

Photo 2-11 : élévateur de cordon Photo 2-12 : alimentateur continu L’alimentateur continu est défini

Photo 2-11 : élévateur de cordon

Photo 2-11 : élévateur de cordon Photo 2-12 : alimentateur continu L’alimentateur continu est défini comme

Photo 2-12 : alimentateur continu

L’alimentateur continu est défini comme le matériel qui réceptionne les camions chargés de matériau et qui alimente le répandeur, et ce avec le moins d’arrêts possible.

2.3. Fiche descriptive du finisseur

Une fiche descriptive du finisseur est proposée. Son objectif est d’obtenir auprès des constructeurs de matériels, une description homogène des valeurs et domaines de variation des principaux organes définissant le matériel et ses performances. Elle est bien entendu conçue de manière à permettre de renseigner les rubriques définies en 2.2.

16

 

FICHE DESCRIPTIVE DU FINISSEUR

 

Identifiant

 

Date

 

N° de dossier

 

TRACTEUR

 

CATÉGORIE

   

Constructeur

 

Type

 

Année

 

Train de roulement

Pneus

 

Chenilles

 

Puissance moteur

 

Masse à vide

   

Largeur du tracteur (m)

 

Longueur du tracteur (m)

 

Capacité de la trémie (t)

 

Débit théorique maximal (t/h)

 

TABLE

 

CATÉGORIE

   

Constructeur

 

Type

 

Année

 

Masse (t)

 

Fixe

 

Extensible

 

Largeur maxi de travail (m)

 

Epaisseur maximale (cm)

 

Longueur de planage (cm)

   

Dameurs

 

Course (mm)

 

Fréquence

 

maxi (tr/min)

Vibreurs

 

Amplitude

 

Fréquence

 

(mm)

maxi (tr/min)

Autre système

 

Caractéris-

 

Caractéris-

 

compactant

tique 1

tique 2

Mode de chauffage

   

AUTOMATISMES ET REGLAGES

Hauteur de vis réglable

 

Alimentations gauche et droite indépendantes

   

Blocage de la table

   

Automatismes de l'alimentation

Mode proportionnel

 

Mode tout ou rien

 

Autre

 

Arrêt simultané de la vibration et de la translation

   

Régulation du chauffage de la table

   

Système de contrôle interne

 

Type

 

SYSTEMES DE GUIDAGE ADAPTABLES

   

MNL : Moniteur de nivellement longitudinal / MNT : Moniteur de nivellement transversal

MNL

Type

 

MNT

Type

 

Configuration

MNL seul

 

MNT seul

   
 

MNL + MNL

 

MNL + MNT

 

Ski

 

Longueur (cm)

 

Poutre

Marque

 

Longueur totale (m)

 

Longueur avant (m)

 

Longueur arrière (m)

 

Type de liaison entre la poutre et le sol

 

17

2.4. Définition du type de chantier vis à vis des spécificités de mise en oeuvre

Les paramètres principaux, intervenant dans la définition d’un cas de chantier du point de vue de la mise en œuvre, sont :

le niveau de service de la chaussée, ( vitesse maximale autorisée ); le type de couche; la taille du chantier; la cadence de réalisation; la pente longitudinale; la largeur et l'épaisseur d'application; la déformation du support;

Certains d’entre eux sont définis ci-après.

2.4.1. Niveau de Service de la chaussée

Les niveaux de service sont identifiés par la vitesse autorisée des véhicules sur la chaussée en service ; soit :

 

130 km/h 110 km/h 90 km/h 50 km/h

(Chaussée autoroutière); (Chaussée autoroutière); (Chaussée routière); (Chaussée urbaine).

2.4.2.

Type de couche

Les couches sont différenciées par leur position dans la structure ou leur utilisation :

Roulement;

Reprofilage;

Liaison;

Base;

fondation.

2.4.3. Taille du chantier

Les grands et les petits chantiers sont définis par la quantité totale de matériaux mis en œuvre. Dans le contexte actuel, on distingue :

grand chantier: > 5 000 t;

5 000 t.

petit chantier

: <

2.4.4. Cadence de la réalisation

La cadence d’avancement de l’application est différenciée de la façon suivante :

inférieure à 1000 t/j; comprise entre 1000 et 2000 t/j; supérieure à 2000 t/j.

18

2.4.5.

Cas particuliers de mise en œuvre

Ce sont par exemple les travaux en milieu urbain, les cas où l’on formule des exigences particulières de qualité, ceux où l’on redoute des conditions climatiques défavorables ou encore les travaux de nuit.

2.5. Suggestion d’atelier de répandage en fonction du chantier

Ce chapitre suggère un cadre et quelques critères pour optimiser l’adéquation du finisseur au cas de chantier. Rien ne garantit que la solution soit unique, des circonstances ou des équipements particuliers, qu’il est impossible de prévoir ici, peuvent conduire à un atelier différent de celui proposé.

2.5.1. Le tracteur

2.5.1.1. Le train de roulement

En général, l'utilisation du finisseur à pneus convient aux chantiers définis dans le tableau

2-4.

Niveau de service (km/h)

Cadence (t/j)

Taille du chantier (t)

Pente longitudinale

50

Faible (<1000)

Petite (<5000)

< 5 %

Tableau 2-4: Cas d’utilisation du finisseur sur pneus.

2.5.1.2. Adéquation du tracteur à la pente longitudinale

Le tableau 2-5 définit la Catégorie minimale en fonction de la pente longitudinale.

pente longitudinale (en %)

> 10 %

comprise entre 5 et 10 %

< 5 %

Catégorie (tableau 2.1.) et train de roulement du tracteur

T3 C*

T2 C ou T3 C

T1

: C signifie que le train de roulement préconisé est constitué de chenilles.

Tableau 2-5: Adéquation du train de roulement du tracteur à la pente longitudinale

Lorsque la pente longitudinale est comprise entre 5 et 10% et que la cadence du chantier est grande (>1000 t/j), un tracteur de type T3C est plus adapté. Si le niveau de service est de 50km/h et la taille de chantier inférieure à 5000 t, un tracteur de Catégorie 1 peut suffire pour une pente inférieure à 7%.

2.5.1.3. Type de tracteur en fonction de la largeur d’application et de l’épaisseur de

mise en œuvre

Le tableau 2-6 propose des catégories de tracteur adaptées à l’épaisseur et la largeur de répandage.

19

Catégories de tracteur et de train de roulement (tableau 2.1.) proposées

Largeur d’application ( en mètres)

< 5 m

compris entre 5 et 8 m

> 8 m

Epaisseur

< 10 cm

T1 (1)

T2 (1)

T2 C (2)

d’application

comprise entre 10 et 20 cm

     

compactée

T2 (1)

T3 C

T3 C

en cm

> 20 cm

T3 C

T3 C

T3 C

Tableau 2-6 : Adéquation du train de roulement et du tracteur à l’épaisseur et à la largeur d’application. (1) : il est préférable que le tracteur soit sur chenilles pour un niveau de service de 110 ou 130 km/h, (2) : si la cadence est supérieure à 2000 t/j, la catégorie T3C sera plus adapté.

2.5.2. La table

Les principaux critères d’adéquation de la table au chantier dépendent de l’épaisseur et de la largeur d’application, ainsi que du niveau de déformation (suivant les profils en long et en travers) de la couche support.

2.5.2.1. Adéquation de la table à la largeur d’application

Deux types de tables sont utilisés:

- fixes: la largeur est réglable à l’arrêt en fixant rigidement des extensions sur la table mère;

- extensibles: la largeur est réglable en marche grâce à des extensions hydrauliques.

Leur choix dépend de la largeur d’application (tableau 2-7). Dans le cas d'une faible variation de la largeur, il est possible d'utiliser une table fixe disposant d’un élément extensible en extrémité de table.

Largeur d'application

Type de table proposé (Tableau 2.2.)

< 6 m

table fixe ou extensible

> 6m

pas de table extensible (1)

Tableau 2-7: Adéquation de table à la largeur d’application (1) : particulièrement pour un niveau de service 110 ou 130 km/h.

2.5.2.2. Adéquation de la table à l’épaisseur de la couche et à la déformation du support

Un précompactage plus important permet de minimiser l'effet du compactage sur l’uni, c’est à dire la réapparition des défauts de planéité du support. L’ampleur des ces derniers est caractérisée par le niveau de déformation de la couche :

Déformation longitudinale : uni en petites ondes (PO) (pour les couches de liaison et de roulement seulement) ; Déformation transversale : indice de planéité (IP).

Les définitions des indicateurs précédents sont données dans les méthodes d’essai des LPC N° 46 (pour la déformation longitudinale) et 49 (pour la déformation transversale).

20

Le support est considéré comme:

peu déformé

si IP < 4 ou PO

>

5;

moyennement déformé

si 4 < IP < 8

ou

3 < PO < 5;

très déformé

si IP > 8 ou PO < 3.

 

Le tableau 2-8 définit les performances utiles de la table selon deux critères, l’épaisseur et le niveau de déformation du support afin d'optimiser le niveau d’uni de la couche répandue. Si la déformation du support n’est pas connue, ce choix sera établi en fonction de l’épaisseur de la couche.

Catégorie de la table proposée (Tableau 2.2)

 

Déformation du support

 

peu déformé

moyen. déformé

très déformé

inconnu

Epaisseur

<

3

DV

DV

DV

DV

de la

Comprise entre 3 et 8 cm

DV

DV

HPC

DV

couche

compactée

Comprise entre 8 et 15 cm

DV

HPC (1)

HPC (1)

DV

en cm

> 15

HPC (1)

HPC (1)

HPC (1)

HPC (1)

Tableau 2-8: Adéquation de la table à l’épaisseur et à la déformation du support. (1) : Pour le répandage des couches de base et de fondation et un réseau dont la vitesse autorisée est de 110 km/h, une table DV peut être utilisée, les réglages de la table doivent être adaptés.

2.5.3. Le système de guidage

L’adéquation des différents modes de guidage dépend essentiellement du niveau de service et du type de couche.

2.5.3.1. Adéquation du système de guidage au profil en long

Pour ce chapitre, le lecteur peut s’appuyer sur les préconisations du guide technique pour l'application de la circulaire N°2000-36 du 22 mai 2000. Ce guide explicite, en fonction du niveau d’uni à atteindre, le mode de guidage le plus adapté.

Le tableau 2-9 synthétise les différentes propositions. Lorsque le finisseur n’est pas guidé et qu’il fonctionne en mode manuel ou « vis calées », le terme "sans" est utilisé. Certains cas peuvent paraître non réalistes, en fait il faut assimiler le type de couche à son emplacement dans la chaussée. La couche de roulement correspond à la dernière couche mise en œuvre au finisseur, si elle est recouverte d'enduits superficiels ou d'enrobés coulés à froid, ceux – ci ne sont pas considérés comme une couche puisqu'ils ne contribuent pas à une modification notable de l'uni.

Dans les paragraphes suivants, les notations MO et GO sont utilisées, MO signifie moyennes ondes et GO grandes ondes, pour de plus amples précisions, se reporter à la méthode d’essai N°46.

21

Type de guidage du finisseur proposé (Tableau 2.3.)

 

Type de couche

 

Roulement

Liaison

Base

Fondation

Reprofilage

 

e

3

sans

sans

sans

 

PC ou F (5)

Epaisseur

3 < e 5

sans (1) ou PC

PC (2) ou PE

PC

 

PE ou F (5)

en

(2)

(3)

cm

5 < e < 10

PC

PE

PE ou F ou

PE ou F ou L

PE ou F ou L

L

(4)

(4)

(4)

e 10

PE

PE

PE ou F ou

PE ou F ou L

PE ou F ou L

L

(4)

(4)

(4)

Tableau 2-9: Adéquation du guidage à l’épaisseur et à la couche.

(1) : Si les modifications des réglages du finisseur sont nombreuses et que celui-ci ne dispose pas de système de contrôle interne pour suivre les variations provoquées, alors l’emploi d’un système de guidage est conseillé parce qu'il permet de diminuer les effets induits par les variations de réglage.

(2) : L’utilisation de la poutre convient au cas où les notes MO de la couche sous - jacente sont inférieures à 6.

(3) : Si les notes MO de la couche sous - jacente sont inférieures de plus de 2 points au niveau d’uni visé pour la couche de roulement, privilégier la poutre enjambeuse est sans doute préférable.

(4) : Le type de référence choisie dépend du niveau GO de la couche sous – jacente ; s’il est inférieur de 1 point ou plus au niveau d’uni visé, l’utilisation d’une référence de type fils ou laser est conseillée. Le choix entre le fil et le laser dépend de l’écart entre la valeur obtenue et la valeur visée, et de l’expérience de l’entreprise à utiliser ces procédés.

(5) : Le choix entre une référence par poutre ou par fils dépend de la position de la couche de reprofilage et des gains d’uni souhaités. S’il s’agit de gain en MO, l’utilisation de la poutre est favorable. S’il s’agit de gain GO, le fil est plus adapté . Si l'épaisseur moyenne prévue est faible, il faut que le matériau puisse être mis en œuvre en très faible épaisseur (moins de 1 cm), car l'emploi de ces deux références de guidage provoque des variations importantes de l'épaisseur.

L'utilisation de la poutre enjambeuse peut être rendue impossible pour des routes en lacet. Dans ce cas, elle pourra être remplacée par la poutre courte au cas il s’agit d’améliorer le niveau d’uni en MO, sinon la référence par fils peut être employée surtout s'il s'agit d'accroître le niveau d’uni en GO.

2.5.3.2. Adéquation du système de guidage au profil en travers

Le profil en travers peut être respecté à partir d'un guidage transversal du type correcteur de dévers (photo 2-13) ou à partir du réglage de l’écart altimétrique entre les deux points d’attache qui, eux - mêmes, peuvent être guidés longitudinalement.

22

Photo 2-13: Exemple d’un correcteur de dévers Le choix du mode de guidage est fonction

Photo 2-13: Exemple d’un correcteur de dévers

Le choix du mode de guidage est fonction de la largeur d’application et du guidage longitudinal (tableau 2-10).

Largeur d’application

Mode de guidage proposé

<

5 m

correcteur de dévers

>

5 m

vérification de la pente transversale, les deux points d’attache étant guidé longitudinalement

Tableau 2-10: Adéquation du mode de guidage transversal à la largeur de mise en œuvre

2.5.4. Equipements spéciaux

Pour les travaux urbains ou lorsqu’on cherche à garder les abords propres, l'usage de la rampe intégrée est bien adaptée. Lors de chantiers importants ou lorsque aucun système de guidage n’est utilisé, l'emploi d’un système de contrôle interne pour finisseur est approprié. D’une manière générale, ce type de système assure un meilleur suivi des réglages du finisseur.

2.5.5. Mode d’alimentation

Le choix du mode d’alimentation (tableau 2-11) est essentiellement conditionné par :

le débit de chantier, de façon à ce que la vitesse du finisseur soit acceptable (c. f. chapitre 4.4.2.); le niveau spécifié de qualité de l’uni (c. f. chapitre 2.2.5.).

23

Parmi les trois modes d’alimentation présentés au chapitre 2.2.5. : par camions, alimentation par cordon ou alimentateur continu, celui utilisé traditionnellement (par camions) convient dans un très grand nombre de cas. Même si le système d’alimentation n’a pas la même importance que le matériel de répandage ou de compactage sur le résultat final, le parc de camions doit toujours être adéquat au débit d’application. Cependant, ce mode d’alimentation peut s’avérer insuffisant lorsque la cadence est très importante (> 2000 t/j) ou que l’enjeu du chantier le nécessite. Dans tous les cas, tous les modes d’alimentation sont possibles, cependant certains sont conseillés plus particulièrement, comme l’indique le tableau 2-11.

Mode d’alimentation

proposé

Cadence < 1000 t / j

Cadence comprise entre 1000 et 2000 t / j

cadence > 2000 t/j

Couches de surface

(Liaison ou roulement)

Par camions

Par camions ou alimentateur continu

Alimentateur

continu

Couches d’assises

(Base ou fondation)

Par camions

Ou par cordon

Par camions ou par cordon ou alimentateur continu

Alimentateur continu ou par cordon

Tableau 2-11: Adéquation du mode d’alimentation à la cadence et à la couche mise en oeuvre

L'alimentation par cordon fait appel à des matériels généralement issus d'ateliers d'entreprises routières. Ils ont été les précurseurs des alimentateurs continus en France. S'ils n'atteignent pas les performances de ces derniers, il peut être intéressant de les employer lorsque le risque de refroidissement du matériau est faible (taille de cordon importante et conditions météorologiques favorables) et que les arrêts du finisseur sont fréquents (distance entre deux arrêts inférieure à 10 m). Son utilisation en couches de surface peut cependant être source de problèmes, compte – tenu de la faible taille du cordon dans la plupart des cas.

Le choix de l'alimentateur continu permettra d'accroître les gains d'uni escomptés par l'atelier de répandage, pratiquement dans les trois bandes d'onde. Cependant l'amélioration sera plus sensible dans la gamme qui correspond aux arrêts du finisseur évités (par exemple si les arrêts évités étaient tous les 10 m, ce sont les moyennes ondes qui seront avantagées).

La taille du chantier est également un critère à prendre en compte. Pour un petit chantier (< 5000 T), il est difficile de déplacer des matériels encombrants et coûteux comme les profileurs et élévateurs de cordon et les alimentateurs continus. De plus, lorsque le temps de manœuvre des camions est restreint et l’arrêt du finisseur limité à 5 minutes, le mode d’alimentation traditionnel par camions, est acceptable dans de nombreux cas.

2.5.6. Adéquation de l’atelier de répandage au chantier : tableaux de synthèse

Dans les tableaux suivants, les possibilités de choix sont rappelées par un astérisque. Pour connaître la différentiation des différents cas se reporter aux chapitres 2-4-1 à 2-4-5.

2.5.6.1. Train de roulement du finisseur

L'emploi du finisseur sur pneus est proposé pour un tracteur T1 (c. f. tableau 2-12).

24

2.5.6.2.

Tracteur du finisseur

Le tableau 2-12 propose différents choix de tracteur en adéquation avec des cas de chantiers.

Catégorie de

Pente longitudinale en %

largeur d’application (m)

épaisseur (cm)

tracteur

(Tableau 2.1)

 

<5

5 à 10

>10

<5

5 à 8

>8

<10

10 à 20

>20

T1

   

   

   

T2

 

 

T3

 

Tableau 2-12 : Tableau de synthèse pour le choix du tracteur

 

2.5.6.3.

Table du finisseur

 

Le tableau 2-13 présente les différentes possibilités de préconisation de type de table en adéquation avec la largeur d’application et le niveau de service.

Type de table

largeur d’application en m

niveau de service en km/h

<6 m

>6 m

< 110

110

Extensible

 

 

Fixe

Tableau 2-13 : Adéquation du type de table à la largeur d’application et au niveau de service

Pour mieux affiner les propositions du tableau 2-14, se reporter au chapitre 2-4-2.

Catégorie de

Epaisseur d’application (cm)

déformation du support

 

niveau de

table

 

service en

(Tableau 2.2)

 

km/h

 

< 8

8 à 15

>15

P.D. (1)

M.D.(2)

T.D.(3)

I.(4)

< 110

110

DV

 

HPC

Tableau 2-14 : Adéquation de la table à l’épaisseur d’application, à la déformation du support et le niveau de service (1) peu déformé, (2) moyennement déformé, (3) très déformé, (4) déformation inconnue

2.5.6.4. Système de guidage longitudinal

Différentes solutions de système de guidage (tableau 2-15) sont possibles, elles sont explicitées au chapitre 2-4-3-1.

25

Mode de

épaisseur d’application en cm

 

type de couche

 

guidage

<3

3 à 5

5 à 10

>10

R

L

B

F

Rep

proposé

(Tableau 2.3)

                 

Sans

   

   

PC

 

 

PE

 

 

F

 

L

   

   

Tableau 2-15 : Adéquation du système de guidage longitudinal à l’épaisseur et à la couche mises en oeuvre

2.5.6.5. Système de guidage transversal

Le tableau 2-16 reprend le type de guidage transversal proposé en fonction de la largeur d'application.

Mode de guidage transversal proposé

largeur d’application (m)

<5

>5

correcteur dévers

 

vérification de la pente transversale

 

Tableau 2-16 : Adéquation du guidage transversal à la largeur d’application

2.5.6.6. Mode d’alimentation

Pour un choix plus précis du mode d'alimentation (tableau 2-17) se reporter au chapitre 2-4-5.

Mode d’alimentation proposé

 

cadence t/j

Type de couche

 

<1000

1000 à 2000

>2000

surface

assise

Classique par camions

 

Profileur / élévateur de cordon

 

Alimentateur continu

 

Tableau 2-17 : Adéquation du mode d'alimentation à la cadence et à la couche mise en oeuvre

26

2.5.7.

Exemple de choix du finisseur et de ses équipements en fonction du cas de chantier

2.5.7.1. Cas de chantier:

Le chapitre 2.4. fournit les spécificités intéressantes d’un chantier pour la définition des matériels de mise en œuvre.

niveau de service: 110 Km/h; déformation du support: PD (Peu Déformé); pente = 4 %; taille chantier = 15 000 t.; cadence = 3 000 t/j pour chacune des couches; couche de base: épaisseur = 11cm couche de roulement: épaisseur = 4 cm largeur = 8 m.

t/j pour chacune des couches; couche de base: épaisseur = 11cm couche de roulement: épaisseur =
t/j pour chacune des couches; couche de base: épaisseur = 11cm couche de roulement: épaisseur =
t/j pour chacune des couches; couche de base: épaisseur = 11cm couche de roulement: épaisseur =
t/j pour chacune des couches; couche de base: épaisseur = 11cm couche de roulement: épaisseur =
t/j pour chacune des couches; couche de base: épaisseur = 11cm couche de roulement: épaisseur =
t/j pour chacune des couches; couche de base: épaisseur = 11cm couche de roulement: épaisseur =
t/j pour chacune des couches; couche de base: épaisseur = 11cm couche de roulement: épaisseur =

2.5.7.2. Caractéristiques correspondantes du finisseur et de ses équipements

En appliquant la démarche proposée (cf tableaux de synthèse 2.12 à 2.17), les caractéristiques proposées sont les suivantes :

Tracteur: Catégorie T2 (parce que la largeur de répandage est comprise entre 5 et 8

m)

Train de roulement : chenilles (le niveau de service n’est pas de 90 Km/h)

Table DV et fixe (l’épaisseur la plus importante est de 11 cm et la largeur de répandage est supérieure à 6 m);

système de guidage longitudinal : 2 Poutres enjambeuses pour la couche de base (lors de travaux en 2 couches, il n’y pas d’exigence de niveau GO sur la couche de roulement, dans ce cas les poutres enjambeuses sont adaptées), et 2 Poutres courtes ou sans guidage pour la couche de roulement (selon le résultat d'uni en moyennes

ondes);

système de guidage transversal: vérification de la pente en travers puisque les deux points d’attache sont asservis; choix du mode d’alimentation: alimentateur continu (compte – tenu de la cadence et si on veut utilisé le même matériel pour les deux couches).

alimentateur continu (compte – tenu de la cadence et si on veut utilisé le même matériel

27

3. PREPARATION DU MATERIEL AUX BESOINS DU CHANTIER

3.1.

Objectifs

Ce chapitre énumère différentes opérations jugées utiles à la préparation du finisseur. Ceci comprend notamment: sa mise à niveau en atelier et sa vérification au démarrage du chantier. Ces deux étapes préalables et distinctes sont capitales car elles conditionnent la qualité de la mise en œuvre et diminuent le risque de pannes en cours de chantier.

3.2. Mise à niveau du finisseur en atelier

3.2.1. Eléments à réviser

Ce chapitre suggère la vérification d’éléments jugés importants pour la qualité de l'ouvrage. Il s’agit des parties constitutives du finisseur : moteur, train de roulement, l’ensemble d’approvisionnement du matériau sous la table, de la table et du dispositif de guidage. Cette mise à niveau vise le bon fonctionnement des différents organes, de leur usure, de leur possibilité de réglage futur.

Les tableaux (3.1. et 3.2.) récapitulent les principales actions élémentaires de mise à niveau, propose le moment d’intervention, ainsi que les moyens ou dispositifs à mettre en œuvre. La liste n’est pas exhaustive, et ces actions ne dispensent en aucun cas des réglages ou vérifications préconisées par le constructeur conformément au manuel d'utilisation et d’entretien et aux consignes de sécurité. Certains termes utilisés dans ces tableaux sont définis par la figure 3.2.

3.2.2. Moteur et éléments de sécurité

 

Elément

Type de

Vérification Action possible

Moment

contrôlé

contrôle

Huile

 

Vérifier le niveau d'huile hydraulique et la pression d'huile pour un fonctionnement correct des organes

 

hydraulique

Pression

AC

Ensemble

Vitesse de

 

Vérifier la vitesse de rotation du moteur à régime maxi pour un fonctionnement correct des pompes et moteurs

 

Moteur

rotation

Compte

AC

tours

Alternateur

Tension

Vérifier la tension des courroies d'alternateur et turbine

AC

et turbine

Circuit

Témoin

Vérifier la tension (en volt) et le témoin de charge de la batterie pour un fonctionnement correct du circuit électrique (système de guidage)

AC/

électrique

charge

DC

Tableau 3-1 : Principaux réglages à effectuer sur le moteur et les éléments de sécurité Vérification à effectuer, AC : avant le Chantier en atelier, DC : au début du Chantier.

28

3.2.3.

Pièces d'usure

 

Elément

Type de

Vérification Action possible

Moment

contrôlé

contrôle

Ensemble

Chenilles

Usure

Vérifier l'usure des patins

AC

Tracteur

 

Usure

Vérifier l'usure des pneus et la pression de gonflage. Le lestage à l'eau des pneus augmente l'adhérence sur le support

 

Pneus

pression

AC

 

Convoyeur

Tension

Positionnement et réglage des paliers

 

Alimenta-

Usure

Vérifier l'usure et la présence de tous les barreaux

AC

tion

Vis et

Usure

lorsque l’usure atteint plus de 60 % de leur épaisseur d’origine changer ou recharger par secteur les vis trop usées ou déformées

AC

contrevis

Table

Table

Usure

Vérification visuelle et à la règle. Si son épaisseur est inférieure à 40 % de son épaisseur d'origine changement de la plaque d'usure

AC

Dameur

Usure

Vérifier la forme du dameur. Quant la partie plate en contact avec le matériau a diminué de plus de 60 % changer le couteau dameur

AC

Guidage

Poutre de

Usure

Vérifier l'état des patins, skis ou roues, ressorts et articulations

AC/DC

nivellement

Vérification à effectuer, AC : avant le Chantier en atelier, DC : au début du Chantier. Tableau 3-2 : Principaux réglages à effectuer sur les pièces d'usure

3.3. Vérifications du finisseur au démarrage

Ces vérifications concernent l’ensemble tracteur (tableau 3-3), la partie alimentation (tableau 3-4), la table (tableau 3-6) et le système de guidage (tableau 3-7).

3.3.1. Vérifications sur le tracteur

Elément contrôlé

 

Type de

Vérification Action possible

Moment

 

contrôle

 

Poste

de

Situation

Vérifier que le poste de conduite est bien situé du côté du guidage directionnel

AC

conduite

Equilibre

Stabilité

Vérifier que le finisseur reste stable lorsque la trémie est vide vérification de la présence des contrepoids dans le cas d'une table extensible

 

du

AC

finisseur

Ensemble

Train

de

 

Vérifier la tension du train de chenilles tendeurs

 

Tracteur

chenilles

Direction

Vérifier que le finisseur se déplace en ligne droite

AC

réglage du potentiomètre

29

Elément contrôlé

Type de

Vérification Action possible

Moment

contrôle

 

chenilles

Propreté

Vérifier l'absence de matériaux collés aux patins ou aux roues nettoyage

 

ou roues

AC

   

Vérifier la rotation et l'orientation des rouleaux

 

Ensemble

Rouleaux

Fonction-

Tracteur

pousseurs

nement

pousseurs (absence de matériaux) dégraissant huile soluble

Vérifier le positionnement des rouleaux vis à vis des roues du camion Hauteur des rouleaux

AC

Vérification à effectuer, AC : avant le Chantier en atelier, DC : au début du Chantier. Tableau 3-3 : Vérifications du tracteur au démarrage du chantier

3.3.2. Vérifications de la partie alimentation

Elément

Type de

Vérification Action possible

 

contrôlé

contrôle

Moment

 

Trémie

Fonction.

Vérifier le fonctionnement des volets de trémie (absence de matériaux bloquant les portes)

AC/DC

Trappes

Hauteur

Vérifier le fonctionnement des trappes à l'entrée des convoyeurs

AC/DC

Convoyeurs

Vitesse

de

Vérifier la vitesse de rotation des convoyeurs

AC/DC

rotation

Déflecteurs

Présence

Vérifier que les déflecteurs sont équipés de bavettes en partie basse

AC/DC

Vis

Hauteur

Vérifier que la partie basse de la vis est située entre 3 et 5 cm au-dessus de la couche répandue régler hauteur des vis (figure 5- 1,photo 5-1)

AC

des vis

 

Vitesse

de

Vérifier la régularité de la vitesse de rotation des vis potentiomètre

 

Système

Vis

rotation

AC/DC

d’alimen-

   

Vérifier la longueur des vis en fonction de la largeur de répandage (-50 cm aux extrémités) ajout ou enlèvement de paliers

 

-tation

Vis

Longueur

AC/DC

Vis

Alignement

Vérifier l'alignement des paliers de vis

AC

Vis

Diamètre

Vérifier que le diamètre de la vis est compatible avec le débit d'alimentation* (tableau 3-5) et que la vis est propre

AC/DC

Palpeur

 

Vérifier la présence et le fonctionnement des palpeurs de veine ainsi que leur propreté

 

de veine

Présence

AC/DC

Contrevis

Présence

Vérifier la présence des contrevis de chaque côté du puits central

AC/DC

Tableau 3-4 : Vérifications de la partie alimentation du finisseur au démarrage du chantier

30

Figure 3.1 : Réglage de la hauteur des vis (h’ doit être supérieur à h
Figure 3.1 : Réglage de la hauteur des vis (h’ doit être supérieur à h

Figure 3.1 : Réglage de la hauteur des vis (h’ doit être supérieur à h de 3 à 5 cm) et positionnement de la bavette anti – ségrégation sur le déflecteur

A titre indicatif, le diamètre de vis peut être approximativement celui proposé dans le tableau 3-5, sachant que si leur pas est plus serré que celui préconisé par le constructeur, le diamètre peut être réduit.

Débit en T / h

400

500

600

700

Diamètre en mm

250

300

350

400

Tableau 3-5: Diamètre des vis en fonction du débit d’alimentation.

3-5: Diamètre des vis en fonction du débit d’alimentation. Photo 3-1 : exemple de vis et

Photo 3-1 : exemple de vis et de son réglage en hauteur

31

3.3.3.

Vérifications sur la table

Elément

Type de

Vérification Action possible

Moment

contrôlé

contrôle

(1)

 

Table

Planéité

Vérifier la planéité et la propreté de l'ensemble et l'alignement des bords de fuite articulation centrale, raidisseurs et position des extensions

AC

+

rallonges

Forme

Vérifier, pour régler le bombement, que la forme de la table correspond au profil en travers souhaité articulation centrale et tendeurs

AC/DC

Chauffage

Température

Vérifier l'uniformité de chauffe de l'ensemble table + rallonges et le bon fonctionnement des gicleurs indicateurs de chauffe - thermomètre

AC/DC

 

Point

Vérifier que la vitesse de descente et de montée des points d'attache gauche et droit sont identiques PV 7-8

 

Bras

d'attache

AC

 

Déphasage

Vérifier que deux dameurs consécutifs sont en opposition de phase

AC

Table

       

Vérifier que la course des dameurs est identique

et

Dameurs

Course

sur toute la largeur de répandage l'excentrique

Réglage de

AC

bras

 

Dépassement

Vérifier qu'en position basse le nez du dameur dépasse le plan de la table de + 0,4 mm figure

AC/DC

3.2

 

Fréquence

Vérifier la rotation des dameurs et leur propreté calibrage indicateur

AC

Bouclier

Position par rapport au nez du dameur

Vérifier que la partie basse du bouclier est à 5 cm au-dessus du nez du dameur et laisse un jeu de 0,5 mm (figure 3.2)

AC/DC

Vibreurs

Amplitude

Vérifier la présence des masses servant de balourd ou la pression d'huile pour les systèmes à pot vibrant

 
 

Fréquence

Vérifier le fonctionnement des vibreurs

AC

calibrage indicateur

PV : Procédure de vérification chapitre 7

Tableau 3-6 : Vérifications de la table au démarrage du chantier

Sur certains points, des procédures de vérifications sont proposées en annexes de façon à garantir la qualité et la répétabilité de l’opération.

32

Figure 3.2 : Schématisation de la position des différents éléments d’un dameur 3.3.4. Vérifications sur

Figure 3.2 : Schématisation de la position des différents éléments d’un dameur

3.3.4. Vérifications sur le système de guidage

Elément

Type de

Vérification Action possible

Fré-

Contrôlé

contrôle

quence

 

Guidage

Présence

Vérifier la présence et les possibilités de réglage du dispositif de repérage directionnel du finisseur

AC/

directionnel

DC

Moniteur

 

Vérifier la sensibilité et le mode de fonctionnement (tout ou rien, proportionnel) du moniteur PV 7-10 Vérifier la compatibilité électrique entre le MNL et la machine

 

nivellement

Réponse

AC/

longitudinal

DC

MNL

Moniteur

 

Vérifier que le calibrage du moniteur, table à l'horizontale, a bien été fait et que la pente sur la table correspond à celle indiquée PV 7-9 Vérifier la compatibilité électrique entre le MNT et la machine

 

nivellement

Réponse

AC/

transversal

DC

Système

MNT

 

de

   

Palpeur sans contact : qu'il détecte bien sa référence Vérifier la propreté des palpeurs Palpeur avec contact : la force d'appui sur la référence doit être nécessaire et suffisante PV 7-6

 

Guidage

Palpeur

Réponse

AC/

DC

Poutre

 

Vérifier la longueur totale et de chaque partie. Positionner la poutre à 80 cm maxi des bords du tracteur. Vérifier que celle-ci est toujours tractée et que l'écartement entre les 2 parties arrières est maintenu constant Vérifier que l'accrochage de la poutre sur le bras se situe au dessus des vis Vérifier la propreté des points d'appui (roues, patins)

 

de

Configu-

AC

nivellement

ration

Equipement

Configu-

Vérifier la stabilité des mâts de réception

AC

LASER

ration

Tableau 3-7 : Vérifications du système de guidage au démarrage du chantier

33

3.4. Vérification de l'état du finisseur

Une fiche signalétique de l'état du finisseur est proposée. Elle recense l'ensemble des éléments nécessaires pour s’assurer que l’essentiel de la mise à niveau en atelier et des vérifications au démarrage du chantier, de la machine, a été réalisé conformément aux règles de l’art. A l'issue de cette opération, si les éléments vérifiés sont en bon état de fonctionnement, le finisseur est prêt pour le chantier.

34

FICHE D'ETAT DU FINISSEUR - CHANTIER- N° de dossier : - date : - Type
FICHE D'ETAT DU FINISSEUR
- CHANTIER- N° de dossier :
-
date :
- Type de couche :
-
Largeur d'application (m):
- Nombre d'heures de fonctionnement
-
Date de la dernière mise à niveau
:
-Identification
Tracteur
Table
Guidage
- Catégorie
Eléments à vérifier
Etat ou fonctionnement
Remarques
Absence
correct
incorrect
TRACTEUR
- Poste de conduite
Constructeur
- Contrepoids
- Train de roulement
Type
- Rouleaux pousseurs
ALIMENTATION
-
Trémie
-
Trappe(s)
-
Convoyeur(s)
-
Vis
*
hauteur
*
diamètre
*
alignement
*
contrevis
*
vitesse
rotation
- Déflecteurs avec bavette
- Asservissements
TABLE
- Planéité
- Pente transversale
- Chauffage
Constructeur
- Bouclier
- Dameurs
Type
*
course
*
dépassement
*
fréquence
- Vibreurs
*
amplitude
*
fréquence
- Vérins de nivellement
GUIDAGE
- MNL
- MNT
- Poutre
- Equipements pour laser

35

4. REGLAGES DU FINISSEUR POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA COUCHE

4.1. Objectif

L’objectif de ce chapitre est de fournir ou de rappeler des règles simples de détermination des réglages, adaptés à la couche à mettre en œuvre. Ces réglages concourent au contrôle des caractéristiques moyennes de la couche : épaisseur, compacité, uni et profils en long, profils en travers. Leur régularité, qui dépend de la conduite du finisseur, conditionne pour partie la dispersion de ces caractéristiques. Cet aspect est traité dans le chapitre 5.

Certaines caractéristiques de la chaussée sont obtenues de façon définitive par ce matériel; il s’agit de la largeur, des profils en long et en travers. Les autres sont modifiées par le compactage : épaisseur, compacité et uni, normalement les profils ne sont pratiquement pas transformés par le compactage.

Les valeurs des réglages proposées reflètent les tendances générales, elles ne sont pas toujours adaptées à des exigences particulières de mise en œuvre.

Le réglage de l’alimentation, intervenant sur plusieurs caractéristiques, sera présenté séparément.

4.2. Obtention de l’épaisseur

4.2.1. Commandes disponibles

Régler l’épaisseur consiste à positionner la table avec l’angle d’incidence ( ) adapté au matériau mis en œuvre. Cet angle d’incidence est obtenu pour des valeurs données de la hauteur des points d’attache (Hb) et de l’angle de réglage ( ) conformément à la figure N° 4-1 (haut de page).

Ces deux réglages sont nécessaires, sinon la variation de la hauteur des points d’attache se limit e par la course des vérins de nivellement et ne serait pas suffisante pour l'étendue complète des épaisseurs. La modification de l’angle de réglage, à partir des tendeurs à vis à l’arrière de la table ou des éclisses de nivellement pour certains matériels (situées sur le bras de nivellement), permet de déplacer la plage de variation de l’épaisseur comme l’indique la figure N° 4-1 (bas de page).

36

châssis sens de travail vérin de nivellement bras de nivellement point d’attache plaque lisseuse angle
châssis
sens de travail
vérin de
nivellement
bras de nivellement
point d’attache
plaque lisseuse
angle de réglage
tendeur à vis
H
b
bord d’attaque
bord de fuite
angle
d’incidence
e
couche de matériau
r
couche support
L = longueur du bras
Epaisseur 1 = 2 ° 30 cm 20 cm 2 = 4° 10 cm 3
Epaisseur
1 = 2 °
30
cm
20
cm
2 = 4°
10
cm
3 = 6°
Hauteur des
points d’attache
0
10
20
30
40 cm

Figure 4.1 : Schéma de la table (en haut de page) et plages de variation de l’épaisseur pour différents angles de réglage 1, 2, 3 (en bas de page)

4.2.2. Réglage de l’épaisseur

Cette opération est délicate puisqu’elle nécessite de connaître les efforts qui conditionnent l’équilibre entre la table et le matériau. Cette relation n’étant pas connue avec suffisamment de fiabilité, on propose ici une méthode qui fixe l’ordre d’intervention des réglages:

37

1/ détermination de l’angle d’incidence pour l’épaisseur de répandage; 2/ réglage sommaire de l’angle d’incidence en fonction de l’angle de réglage; 3/ réglage fin de l’angle d’incidence à l’aide du réglage de la hauteur des points d’attache.

1/.L’épaisseur répandue est proportionnelle à l’angle d’incidence ( )(figure 4-2). Cette relation dépend du finisseur et de ses réglages (masse de la table et conditions de vibration (fréquence et amplitude de vibration)) et du matériau répandu. L’angle d’incidence varie entre 0,1 et 0,4 ° pour une épaisseur de 100 mm pour différents finisseurs, réglages et matériaux. Pour les mêmes conditions de répandage, l'angle le plus faible correspond au matériau le plus maniable (enrobé) alors que les valeurs les plus fortes sont obtenues pour des graves bitumes ou des GRH.

Angle d'incidence en fonction de l'épaisseur pour différents types de matériau

0,60 0,50 0,40 0,30 0,20 0,10 0,00 0 10 20 30 40 Angle d'incidence en
0,60
0,50
0,40
0,30
0,20
0,10
0,00
0
10
20
30
40
Angle d'incidence en °

Epaisseur en cm

Angle BBAngle BBD/C Angle GB Angle EME Angle GBA Angle GRH

Angle BBD/CAngle BB Angle GB Angle EME Angle GBA Angle GRH

Angle GBAngle BB Angle BBD/C Angle EME Angle GBA Angle GRH

Angle EMEAngle BB Angle BBD/C Angle GB Angle GBA Angle GRH

Angle GBAAngle BB Angle BBD/C Angle GB Angle EME Angle GRH

Angle GRHAngle BB Angle BBD/C Angle GB Angle EME Angle GBA

BB: bétons bitumineux, BBD/C : Enrobés drainants ou de Cusset, GB : Grave bitume, EME :

enrobés à module élevé, GBA : Grave bitume artificielle, GRH : Grave recomposée humidifiée Figure 4.2 : Relation entre épaisseur et angle d’incidence, pour différentes conditions de répandage et de matériaux mis en œuvre

En conclusion, il est donc intéressant de connaître la valeur de l'angle d'incidence pour l'épaisseur et le matériau à répandre, ainsi que le finisseur que l’on utilise. L'angle d'incidence (procédure 7.5) devra être mesuré dans les conditions d'équilibre de la table. La répétition de cette mesure permettra de fiabiliser la connaissance de cet angle.

2/.La valeur de "l’angle de réglage" doit être fixée de façon à ce que le débattement possible du point d’attache du bras soit de l'ordre de 50 % de la valeur de l'épaisseur (exemple: e = 8 cm, débattement = 4 cm). En fait cet ajustement évite que les points d’attache ne se trouvent en butée haute ou basse des vérins de nivellement, précaution très utile lors de l’utilisation d’un système de guidage. Le réglage sommaire de l’angle d’incidence est obtenu à environ 0,5° près.

38

3/.Enfin, les points d’attache des bras seront positionnés de façon à avoir un réglage fin de l’angle d’incidence à 0,1 ° près.

Si l’épaisseur est constante sur toute la largeur de la chaussée, il faut veiller à ce que le point d’attache gauche soit à la même hauteur que le point d’attache droit, même si la table a le même angle d’incidence aux bords gauche et droit. Lorsque les hauteurs des points d’attache sont très différentes, cela induit des torsions des bras et de la table, nuisibles à leur bonne tenue mécanique.

4.2.3. Réglage supplémentaire pour une table extensible

Le réglage de l’épaisseur sur une table extensible comporte une phase supplémentaire : le réglage de l'altitude des bords de fuite de la table mère et des extensions, extensions rentrées ou non. Tous les bords de fuite doivent se situer à la même altitude, conformément à la figure 4.3, quand ce réglage n’est pas réalisé, des marques apparaissent sur le matériau.

pas réalisé, des marques apparaissent sur le matériau. Figure 4.3 : Alignement des bords de fuite

Figure 4.3 : Alignement des bords de fuite des extensions et de la table mère sur une table extensible

Nota: Chaque modification de la hauteur des points d’attache aura pour conséquence de générer des traces sur la couche répandue. Quand cela est possible, il faut ajuster l’altitude du bord de fuite des extensions hydrauliques. Pour le guidage, l'altitude des extensions hydrauliques doit être adaptée à la valeur moyenne de la hauteur des points d'attache, pour minimiser l'importance des traces et rendre possible leur suppression par le compactage.

39

4.3. Obtention de la précompacité

On appelle précompacité la compacité du matériau obtenue après le passage du finisseur et avant le compactage.

4.3.1. Commandes disponibles

En dehors des paramètres fixes de la table (masse, longueur de planage paramètres ajustables qui influencent la précompacité sont:

la vitesse de travail; la fréquence et la course des dameurs; la fréquence et l’amplitude des vibreurs; la largeur pour les tables extensibles.

),

les

différents

L’augmentation de la vitesse d’avancement du finisseur diminue la précompacité du matériau en sortie de table, alors que l’augmentation de la fréquence et de l’amplitude de vibration des dameurs et des vibreurs accroît la précompacité. Sur une table extensible, la pression de la table sur le matériau diminue lorsque les extensions sont déployées (surface de travail plus grande), ceci a pour conséquence de moins compacter le matériau. Le rapport de pression

entre les deux positions limites des extensions (toutes rentrées et toutes sorties) peut atteindre

2.

4.3.2.

Réglage de la vitesse de travail

La vitesse du finisseur sera choisie en partie à partir du débit de la centrale de fabrication et du rendement de l’application. Le rendement de l’application est le rapport entre la durée pendant laquelle le finisseur avance et la durée totale da la mise en œuvre. La vitesse se détermine à partir de la relation :

V = Q / (l x e x M Va x 60 )

avec V: la vitesse du finisseur en m/min;

Q:

le débit de fabrication en t/h;

l:

la largeur du répandage en m;

e:

l’épaisseur finale de la couche après compactage en m;

M Va :

la masse volumique apparente du matériau compacté en t/m3.

Si la vitesse est trop importante par rapport au précompactage attendu, il faut soit augmenter le rendement d’application (moins d’arrêts), soit utiliser un finisseur supplémentaire, soit réduire le débit de fabrication. Le tableau 4-1 donne un ordre d’idée de la vitesse maximale en fonction de l’épaisseur de la couche. Les systèmes d’alimentation en continu permettent d’augmenter le rendement d’application de façon très sensible (rendement de l’ordre de 0,9). La diminution des arrêts en durée et en fréquence est favorable à la qualité du répandage. L'effet de l'irrégularité de vitesse est traité dans le chapitre 5, cependant pallier au manque ou au surplus de camions par une modification de la vitesse conduit à des variations de l'épaisseur et de la précompacité nuisibles à la qualité de la mise en œuvre.

Ordre de grandeur de l’épaisseur

1,5 cm

5 à 6 cm

15 à 20 cm

Vitesse maxi

12 m/min

6 m/min

3 m/min

Tableau 4-1: valeur de la vitesse maximale possible en fonction de l’épaisseur de la couche.

40

4.3.3.

Réglage des dameurs

Les termes utilisés sont définis sur la figure N°4-3.

La course et la fréquence des dameurs sont, dans la plupart des cas, réglables. La course doit être adaptée à l’épaisseur mise en œuvre. La fréquence doit être suffisante pour que le matériau soit compacté de façon homogène, avant son passage sous la table.

Le tableau 4-2 donne une idée des valeurs de courses en fonction de l’épaisseur répandue:

Gamme d’épaisseur

< 5 cm

de 5 à 10 cm

de 10 à 20 cm

> 20 cm

Course souhaitable

3 mm

5 mm

7 mm

8 mm

Tableau 4-2: Valeur proposée de la course des dameurs en fonction de l’épaisseur répandue.

Nota: La course pourra être plus importante pour les matériaux non traités ou traités au
Nota: La course pourra être plus importante pour les matériaux non traités ou traités au liant
hydraulique, ces derniers étant généralement plus sensibles que les matériaux hydrocarbonés,
à l’amplitude de vibration.
bouclier
dameur
course
dépassement
bord de fuite
plaque lisseuse
bord d’attaque
longueur de planage

Figure 4.4 : Schéma du dameur et de la table

de planage Figure 4.4 : Schéma du dameur et de la table La fréquence des dameurs

La fréquence des dameurs doit être réglée en fonction de la vitesse de travail du finisseur. Il faut veiller à ce que le rapport:

N

F d