Vous êtes sur la page 1sur 3

université

le soutien du Conseil régional, des et huit industriels et financiers.


Conseils généraux de la Vienne et D’ici à la fin de l’an 2000, six
de la Charente, des communautés dossiers seront retenus, dans les
d’agglomération de Poitiers et La domaines des biotechnologies, de
Rochelle. Son directeur, Pierre l’agroalimentaire, du multimédia
Incubateur d’entreprises Gohar, nommé le 1er octobre 2000,
connaît bien la région puisqu’il fut
et d’Internet, de la santé. Evidem-
ment, ces projets bénéficient d’une
Du labo au marché en poste à l’Anvar Poitou- stricte confidentialité. Plusieurs
Charentes entre 1991 et 1993. En projets «extérieurs» émanent d’an-
our valoriser la recherche outre, il a créé et géré une entre- ciens universitaires et étudiants de
P publique sous forme d’entre-
prises innovantes, le ministère de
prise technologique (1995-1998)
qui fonctionne toujours, puis il fut
la région.
«Trois conditions sont requises
la Recherche a suscité la création directeur adjoint de l’essaimage au pour passer la première sélection,
d’incubateurs d’entreprises. Vingt- CEA, et contribua ainsi à la création explique Pierre Gohar : un porteur
neuf incubateurs publics sont re- des incubateurs de Grenoble et de de projet motivé, un marché iden-
connus en France, dont un en Poi- l’Ile-de-France sud. tifié, une technologie démontrée
tou-Charentes. Il a été fondé par «L’incubateur Poitou-Charentes (après la phase recherche/dévelop-
les universités de Poitiers et La présente des particularités, dit-il. pement). Le laboratoire doit pren-
Rochelle, l’Ensma et le CNRS, avec C’est une structure sans mur et par dre en charge l’intégralité des coûts
conséquent le projet est hébergé de développement technologique.»
dans le laboratoire où il est né, ou là Une fois accepté, le projet est ac-
où le souhaite le créateur, dans la compagné de façon professionnelle
structure d’accueil la plus adaptée afin «d’augmenter les chances de
à son développement. D’autre part, réussite». Sans lésiner sur les
si l’incubateur est naturellement moyens d’accompagnement, l’in-
ouvert aux projets issus des labora- cubateur s’appuie sur un réseau de
toires des établissements fonda- prestataires extérieurs. Il assure
teurs, il l’est également à tout pro- également une veille technologi-
jet extérieur à ces établissements que et stratégique, sachant que
(par exemple, essaimage d’entre- l’identification d’un marché local
prise). Enfin, la thématique n’est ne dispense pas d’une vision inter-
pas seulement technologique, elle nationale de la concurrence, au con-
intègre la notion de services traire. Pour les projets qui appel-
innovants.» Un budget de 2,5 MF à lent de lourds développements tech-
3 MF devrait permettre de soutenir nologiques, il travaille en parfaite
une dizaine de projets chaque an- synchronisation avec l’Anvar.
née, en apportant financement, ap- Le candidat, qu’il soit chercheur
pui technique, conseil, suivi. Le reconnu, jeune diplômé, doctorant,
directeur effectue une première essaimé d’entreprise, dispose de
Marc Deneyer

sélection des dossiers puis présente deux ans pour transformer son pro-
celle-ci au comité de sélection com- jet en entreprise. J.-L. T.
posé de huit membres fondateurs www.irpc.fr

COLLOQUE Quinze prix de thèses


SUR LE PAYSAGE
our encourager les jeunes la «régulation de l’expression fonc- nous révèle certains de ses secrets au
L’équipe Geste de l’Université
de Poitiers, dirigée par le P chercheurs, le Conseil régional
Poitou-Charentes décerne des prix
tionnelle des canaux calciques par
les catécholamines au cours du dé-
cours d’une analyse mécanique»),
ainsi que Eric Auroux, Eric Etien,
géographe Michel Périgord,
organise un colloque national de thèse, dotés de 10 000 F pour le veloppement in vitro des cardio- Emmanuel Grolleau et Frédéric
sur le thème «Action paysagère premier et de 5 000 F pour le myocytes ventriculaires de rats Jacquot.
et acteurs territoriaux», les 7 deuxième. Chaque candidat passe nouveaux-nés». Les deuxièmes prix A l’école doctorale des sciences juri-
et 8 décembre à la Maison des une audition publique devant un jury sont attribués à Jean-Marc Clacens, diques, deux prix sont remis, à Denis
sciences de l’homme et de la
d’universitaires et de personnalités Fabrice Compère et Emmanuel Jou- Rochard («La protection internatio-
société. Trois grands thèmes
qualifiées. Elisabeth Morin, vice-pré- bert. Au titre de l’année 1999, Laetitia nale des indications géographiques»)
seront abordés : les enjeux du
sidente du Conseil régional, a remis Becq-Giraudon, notre collaboratrice, et Marguerite Canedo.
paysage, les outils de l’action,
la mise en œuvre et l’évaluation quinze prix cette année à des doc- a reçu le premier prix pour sa thèse Le premier prix de l’école doctorale
des politiques paysagères teurs des Universités de Poitiers intitulée «Vip, Pacap et réponse im- des sciences humaines, économiques
publiques. et de La Rochelle. munitaire : des questions subsistent». et sociales revient à Sylvain Souchaud.
Tél. 05 49 45 32 92 A l’école doctorale d’ingénierie chi- A l’école doctorale des sciences pour Deux prix sont décernés à l’école
mique, biologique et géologique de l’ingénieur, Fabrice Holvoet est lau- doctorale de l’Université de La Ro-
Poitiers, Christophe Pignier a ob- réat («Une figure gymnique à haut chelle, le premier à Ingrid Fruitier et
tenu le premier prix pour sa thèse sur risque, le Tkatchev à la barre fixe, le second à Christine Dupuy.

4 L’Actualité Poitou-Charentes – N° 50
Abélard et Héloïse,
version revue et corrigée
a deuxième traduction de la mois et sur son temps libre, ce originale, à la portée de tous. La LES ILES DE L’OUEST
L correspondance d’Abélard et
d’Héloïse est éditée en collection
passionné d’histoire a pris soin de
décortiquer les huit lettres afin d’of-
satisfaction est grande pour
Edouard Bouyé, mais cet historien
«Les îles océaniques des mers
exotiques semblent souvent et
de poche, chez Folio Classique. frir aux lecteurs « une traduction jamais rassasié ne compte pas en paradoxalement plus familières
L’échange épistolaire quasi my- plus littérale que littéraire » et de rester là. Il part à l’automne à Rome que les îles pré-continentales
thique d’Abélard et d’Héloïse a été rendre ainsi à l’histoire d’Abélard comme pensionnaire de la Fonda- que sont Bréhat, Sein,
traduit par Edouard Bouyé, direc- et d’Héloïse son authenticité con- tion Thiers. Il travaillera à sa thèse Noirmoutier ou l’île d’Aix.»
teur adjoint des Archives départe- textuelle. La souffrance physique sur les armoiries des papes et des La rédaction de ce volumineux
mentales de la Vienne. Selon lui, si et morale d’Abélard répond aux cardinaux jusqu’à la Renaissance. travail de recherche paraît
Abélard et Héloïse peut être consi- déclarations enflammées d’une répondre à ce constat
déré comme la première vraie cor- Héloïse qui se veut «sa putain». Le Aline Chambras liminaire. Dix-sept îles du
respondance d’amour, c’est aussi ton n’est donc plus à l’élégance littoral ouest français sont
un témoignage concret sur les trompeuse comme dans les traduc- ainsi passées au crible de
mœurs et les relations amoureuses tions précédentes où Héloïse était l’analyse géohistorique :
au XIIe siècle. Abélard appartenait à désignée par le terme fallacieux de Bréhat, Batz, Ouessant,
l’ordre des clercs et enseignait la «courtisane», mais est tel que celui Molène, Sein, Groix, Belle-Île-
théologie. Après avoir épousé Hé- employé par ces deux amants vic- en-Mer, Arz, l’île-aux-Moines,
loïse, qui était son élève, et eu un times d’un tragique destin. Edouard Houat, Hoëdic, Bouin,
enfant avec elle, Abélard fut vic- Bouyé a su concocter une édition Noirmoutier, Yeu, Ré, Aix et
time de l’atroce mutilation qui lui a savante, ou plutôt savamment me- Oléron.
valu sa renommée. Séparés – corps née avec chronologie, notes et no- Rien ne semble laissé au
et âmes – , Héloïse, femme lettrée, tice : le texte se déploie dans toute hasard, la vie quotidienne des
et Abélard, le chanoine châtré, se sa réalité historique. Un critère insulaires s’offre à nos yeux
sont écrit pendant deux ans des qu’Edouard Bouyé, en tant qu’his- dans ses moindres détails. Par
lettres dictées par l’amour, la ran- torien, ne pouvait ignorer. Cet delà les caractéristiques
cœur, le divin et le quotidien. Grâce homme travaille en effet à «l’uti- démographiques, climatiques,
au minutieux travail de traduction lité et l’intérêt» : utilité de faire linguistiques et géopolitiques
d’Edouard Bouyé, cette correspon- parler le passé et intérêt de le trans- de ces îles du Ponant, c’est la
dance est remise au goût du jour. mettre. Et ainsi cette histoire notion d’iléité, «concept
Le travail fut laborieux mais pas d’amour meurtri ne l’est pas par le topopsychologique», qui
effrayant pour cet ancien chartiste temps qui a passé puisqu’elle est apparaît insensiblement au
érudit en lettres latines. En trois aujourd’hui, dans sa version la plus regard du lecteur, dans les
interlignes du texte.
Aux antipodes de notre vision
habituelle de petit paradis

Profession␣ : Instituteurs estival, l’île est perçue par ses


habitants comme une Terre-
aître de conférences à l’Uni- positions historiquement consti- ment public. Si l’introduction de la Mère : «Faire l’histoire des îles
M versité de Poitiers et cher-
cheur au Centre de sociologie de
tuées.»
Tiraillé entre la perpétuation des
pensée libérale dans l’institution
scolaire n’est pas sans soulever quel-
c’est donc aussi se départir de
son image d’île quand on n’est
l’éducation et de la culture, Ber- pratiques et la logique des trans- que inquiétude, des solutions appa- pas ou plus insulaire.»
trand Geay retrace dans ce livre les formations, l’instituteur se voit par raissent néanmoins envisageables : En «cédant à l’utopie d’une
transformations structurelles et ailleurs confronté à un hiatus entre «Car ce qui est en cause, c’est la Histoire totale», Dominique
identitaires qui se sont opérées dans son appartenance institutionnelle capacité des personnels à se saisir Guillemet (maître de
cette profession au cours de ces et ses propres options pédagogi- des enjeux relatifs à la définition conférences d’histoire
vingt dernières années. ques. Cette bipolarité conflictuelle de leur métier, au nom de valeurs moderne à l’Université de
La démarche sociohistorique met participe d’un processus de recons- largement en rupture avec les prin- Poitiers) nous plonge au cœur
ici à jour les mécanismes plus ou truction de l’identité profession- cipes du marché et les idéologies de ces microcosmes insulaires
moins visibles qui sous-tendent les nelle. néo-entrepreneuriales.» bien avant les invasions
changements liés aux représenta- Les contradictions constatées en- Le travail d’observation que né- touristiques de l’ère moderne.
tions que nous pouvons avoir de tre les mutations sociétales et les cessite l’investigation sociologique Abondamment enrichi en
cette profession. Et parallèlement, valeurs au nom desquelles il exerce est relayé par de nombreux docu- notes, cartes, tableaux et
du regard que les instituteurs por- sa fonction modifient le devenir ments : biographies, données sta- témoignages, ce livre s’impose
tent sur leur propre fonction : même du monde éducatif. tistiques, enquêtes ethnographi- comme une «réflexion sur le
«Comment regarder d’un œil neuf Le souci de gommer les dysfonc- ques, dossiers administratifs, tex- littoral, parce que l’île
un groupe professionnel dont la tionnements de l’univers scolaire tes officiels, entretiens… présuppose le continent». B.L.
simple désignation réveille tant tend progressivement à se traduire Boris Lutanie
d’images préconstruites et ranime, par l’apparition d’une conception Geste Editions, collection
même inconsciemment, tant d’op- managériale au sein de l’enseigne- Seuil, collection Liber, 288 p., 130 F. Pays d’Histoire, 356 p., 139 F.

L’Actualité Poitou-Charentes – N° 50 5
université
Le regard distancié et objectivant, requis en matière de
recherche, est à lui seul inapte à rendre compte d’un tel
phénomène. Frédérique se positionne toute autrement,
LES BATAILLES
«en tant qu’apprentie-sociologue-engagée». A cet égard,
DE POITIERS
Dans un petit ouvrage de la
elle souscrit pleinement à la formule de Norbert Elias
collection en 30 questions de Sociologie situant son approche «entre engagement et distancia-
tion».
Geste Editions, Elisabeth
Carpentier, historienne du hip-hop Toute la singularité de ce mémoire réside précisément
spécialiste du Moyen-Age, dans cette option méthodologique : «Je ferai une distinc-
retrace les grandes batailles près avoir soutenu, à l’UFR de sciences humaines tion entre la façon de penser le hip-hop, la façon de se
qui ont secoué le Poitou entre
le VIe et le XIVe siècle. Livre
A de Poitiers, un mémoire pour le moins atypique,
Frédérique Miteaud-Masrour, étudiante en maîtrise de
penser hip-hop et la façon de penser hip-hop.»
De fait, il ne subsiste aucune incompatibilité entre son
éclairant, qui, de questions en sociologie, a obtenu les félicitations de jury à l’unani- expérience du milieu hip-hop et son aptitude à la
réponses, nous apprend
mité : 18/20 à l’écrit et 18/20 à l’oral. Son sujet ? «La conceptualisation sociologique : «De la nécessité d’en
comment l’histoire devient
société française au miroir du hip-hop.» être pour en parler.»
mythe ou comment l’homme
A défaut de pouvoir donner une définition exhaustive de Le monde des hip-hoppeurs est délibérément fermé, ses
oublie la vérité historique
pour consolider sa vision du la culture hip-hop, rappelons au passage que celle-ci codes symboliques, vestimentaires, langagiers, «l’en-
monde. L’auteur fait revivre englobe le «rap, le tag, le graph, la danse, le freestyle… » tre-nous du hip-hop» échappent à toute saisie exté-
les batailles oubliées de A l’origine de ce mémoire, Frédérique ne cache pas un rieure : «pour saisir au plus près l’esprit qui règne dans
Poitiers : victoire de Clovis en certain agacement, voire un agacement certain à l’égard le hip-hop, ou bien en extraire la teneur sans déformer les
507 sur les Wisigoths ou des spécialistes autoproclamés de l’univers hip-hop et actes et les propos (par méconnaissance), il faut être
bataille de Vouillé ; défaite de autres pseudo-experts ès Rapologie : «J’ai lu beaucoup engagé dans le phénomène.» Faute de quoi, l’analyse
Jean le Bon, fait prisonnier en de choses qui m’ont énervé.» tourne vite à l’extrapolation ou au sensationnalisme
1356 aux environs de réducteur.
Nouaillé-Maupertuis par les
Le mémoire, divisé en quatre parties, relate la genèse
troupes du Prince Noir, fils du
du mouvement (ses origines controversées), analyse la
roi d’Angleterre ; évènements
souvent éclipsés dans les
thématique des lyrics du Rap, la «Kulture» (le K se
mémoires collectives par la substituant au C par référence au titre AuthentiK de
bataille de 732. La NTM), le langage, son rapport à la société… Le hip-
reconstitution minutieuse des hop se révèle être un univers en-soi comme «une façon
faits permet au lecteur de de voir les choses, une façon de penser.»
prendre conscience des Frédérique Miteaud-Masrour entame dans la foulée
nombreuses idées-reçues qui son cycle d’études doctorales en préparant un DEA
entravent son savoir : l’auteur sur la gestion des incivilités urbaines. Dépassant le
réussit à rendre sa complexité paradoxe, apparent, Frédérique souhaite devenir
à l’histoire du Poitou, dans un
Natacha Cormery

commissaire de police tout en restant 100% hip-


livre à la fois sérieux et
hop. «Ne change pas de route ou tu vas bouffer du
simple. Carte, chronologie et
bibliographie appuient les
mazout.» (NTM)
commentaires et facilitent la Boris Lutanie
compréhension. A. C.
Geste Editions, 63 p., 48 F.
Société des Antiquaires
DICTIONNAIRES
DU FUTUR
de l’Ouest
Jean Tillie, ancien correcteur, a Société des Antiquaires de l’Ouest vient de description des antiquités et des documents historiques
a compulsé et collectionné
des dizaines de dictionnaires.
L publier le premier volume du Grand Cartulaire dans les pays compris entre la Loire et la Dordogne».
de Fontevraud. Recueil des chartes contenant la trans- De fait, elle organise tous les mois des conférences
Il en connaît bien l’usage et
surtout les limites. C’est cription des titres de propriété et des privilèges de ayant trait à l’histoire du Centre-Ouest (entrée libre et
pourquoi il est étonné de l’abbaye, ce grand cartulaire, daté de la fin du XIIe gratuite). Le contenu des communications est retrans-
constater combien l’immense siècle, comportait à l’origine 276 folios de parchemins. crit dans les Bulletins de la SAO. Grâce à l’échange de
capacité de mémoire de La majeure partie de ces feuillets fût dérobée au début publications avec plus de 120 sociétés savantes fran-
l’ordinateur et sa rapidité sont du XIXe siècle et les actes dispersés sur plusieurs sites. çaises et étrangères, la SAO a constitué d’une des plus
sous-exploitées en ce Le travail mené par l’historien Jean-Marc Bienvenu, a belles collections d’érudition locale et régionale.
domaine. Son projet est de permis de rassembler et de reconstituer 945 actes sur 1 Cette année, «afin d’accueillir plus et mieux, annonce
créer une nouvelle génération 050. Suite à son décès, Robert Favreau et Georges Pon Régis Rech, président de la SAO, nous avons entière-
de dictionnaires permettant, ment rénové les locaux de la bibliothèque et nous avons
se sont plongés dans ses notes pour donner vie à
par exemple, d’aller de l’image
l’ouvrage. Le premier tome comprend la publication multiplié par trois les horaires d’ouvertures». A.-G. T.
au mot ou de l’idée au mot, de
des 608 premières chartes. C’est une source d’infor-
se constituer des
mation extraordinaire pour les chercheurs s’intéres- Bibliothèque ouverte du lundi au mercredi, 14h-18h. Tél. 05
dictionnaires personnels ou 49 50 31 16 (Hôtel de l’Echevinage).
bien de construire un sant à l’histoire de cette abbaye rayonnante, ainsi qu’au
dictionnaire en temps réel sur passé de l’Anjou et du Poitou.
Internet. La Société des Antiquaires de l’Ouest, fondée en 1834,
jtjc@club-internet.fr a pour but «la recherche, l’étude, la conservation et la

6 L’Actualité Poitou-Charentes – N° 50

Centres d'intérêt liés