Vous êtes sur la page 1sur 2

Lettre ouverte à l'attention de M.

le maire de Bordeaux, Alain Juppé

Comme bon nombre de citoyens et certainement vous-même, nous avons été profondément
choqués par le reportage intitulé “À l'extrême droite du père”, diffusé le 27 avril dernier sur
France 2. C'est donc en tant que fervents républicains attachés à la démocratie moderne, ou
simples habitants de Bordeaux, que nous vous interpellons à ce sujet.
Selon nous, les agissements de l'association Dies Irae, affiliée indirectement à l'association
Saint-Eloi, vont à l'encontre des valeurs que nous partageons et défendons. Aujourd'hui, il
nous semble que l'inquiétante situation dépeinte au cours de ce reportage (même si nous
sommes conscients de ses limites journalistiques) est l'affaire de tous, et a fortiori du
politique.

Nous attirons votre attention sur :


Le flot de paroles haineuses qui file le propos des membres de l'organisation. Derrière le
caractère raciste, xénophobe, antisémite, révisionniste et réactionnaire de leur discours se
cache surtout la volonté insidieuse de détruire le lien social à Bordeaux, comme ailleurs. Les
plus radicaux allant jusqu'à envisager le meurtre systématique et barbare de populations
entières (musulmans, africains, en particulier les femmes). Certains procèdent à des
entraînements paramilitaires pour parvenir à leur fin. D’autres s'improvisent même
enseignants, ou au moins surveillants, dans une école hors-contrat qui dispense des cours dont
le contenu incite volontiers à la haine raciale et les propos révisionnistes échappent à tout
contrôle.
Même si tous ne participent pas à ces différentes activités, tous fréquentent, de près ou de
loin, la paroisse de Saint-Eloi, dont le propos va urbi et orbi et dépasse le simple cadre des
messes. Une Eglise créée avec votre aval et qui aujourd'hui constitue le socle de cette
nébuleuse métapolitique.

C'est sur ce point que nous vous renvoyons à vos responsabilités. En 2002, une décision du
Conseil Municipal a permis l'implantation de l'association Saint-Eloi, avec pour président
l'Abbé Lagueyrie et comme locaux l'église éponyme. Puis en 2004, une décision du tribunal
administratif a mis fin à la convention liant la mairie à l'association. De ce fait, cette
association occupe illégalement les lieux. Certes, le travail de leur paroisse a permis de
remettre en état les ornements de l'église...mais cela valait-il le prix de voir resurgir les thèses
les plus poussiéreuses de l'Eglise catholique ? D'autant que le Tribunal Administratif de
Bordeaux a constaté “l'absence totale de respect de la procédure exigée par la loi du 9
décembre 1905” concernant la désaffectation de ce bâtiment. C'est donc de l'application de la
loi sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat qu'il s'agit.
Une telle violation du droit, en face de l'ancienne mairie, située de l'autre côté de la rue, où
vos prédécesseurs exercèrent leurs mandats ! Auraient-ils tolérés une telle association, un tel
affront à la République ?
Nous ne pensons pas que ce soit la question principale qui est surtout : que comptez-vous
faire aujourd'hui ?

Bien entendu, nous soutenons votre demande de poursuites judiciaire ainsi que vos recours au
rectorat de l'Académie de Bordeaux et à la préfecture de la Gironde. Mais nous déplorons que
rien ne soit fait concernant l'association Saint-Eloi qui prend place sur le banc des accusés,
que ce soit pour ses liens avérés avec le dit groupuscule ou pour son occupation illégale de
l'église. Et surtout, nous estimons que cette action juridique et symbolique ne suffit pas à
prévenir les agissements dramatiques qui pourraient survenir si la situation continuait à se
scléroser.
Nous vous demandons d'être le premier à agir. Vous qui avez manifesté une certaine réticence
devant le débat sur l'identité nationale. Vous qui avez occupé les plus hautes fonctions de la
République française, laïque et démocratique. Vous qui avez œuvré pour l'image déjà
sérieusement entachée de la Ville de Bordeaux. Vous qui souhaitez lutter contre toute forme
de violence. Vous qui appelez à un rassemblement le 21 mai prochain pour la tolérance…
Agissez maintenant que vous savez.

En réaction à ces récents événements, SOS Racisme Gironde et le collectif Horizon Laïque
demandent instamment :

1°) Une stricte application des décisions de justice, sollicitées par l'archevêché et des
collectifs d'horizons divers ordonnant la fin de l'occupation illégale de l'église Saint-Eloi.

2°) La mise hors-la-loi illégale des activistes factieux, xénophobes, racistes et antisémites,
ayant trop longtemps bénéficiés d'indulgences de la part d'autorités civiles, municipales et
préfectorales

3°) La ferme condamnation par les autorités ecclésiales de groupe se servant de paravents
religieux pour poursuivre des buts exclusivement politiques portant atteinte à la sûreté de
l'Etat, à la laïcité républicaine et à la dignité humaine.

4°) Que les autorités ayant compétences en matière d'éducation réagissent sévèrement
lorsqu'une école, même hors-contrat, va au-delà des missions qui lui sont confiées.

Dans l'attente d'une réponse écrite ou factuelle à nos demandes, nous vous prions d'accepter
nos plus sincères salutations.

Cette lettre est signée par un collectif de citoyens

Nom:

Prénom:

Adresse: