Vous êtes sur la page 1sur 62
ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www .

ROYAUME DU MAROC

ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www . tax
ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www . tax

RAPPORT D’ACTIVITÉ

ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www . tax
ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www . tax
ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www . tax

DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS

ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www . tax

2013

ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www . tax
ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www . tax
ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www . tax

www . tax .g ov .ma

ROYAUME DU MAROC RAPPORT D’ACTIVITÉ D IRECTION G ÉNÉRALE DES I MPÔTS 2013 www . tax
CATEGORISATION DES ENTREPRISES Les remboursements au titre de la TVA ont atteint 5.082 millions de
CATEGORISATION DES ENTREPRISES Les remboursements au titre de la TVA ont atteint 5.082 millions de
CATEGORISATION DES ENTREPRISES Les remboursements au titre de la TVA ont atteint 5.082 millions de

CATEGORISATION DES ENTREPRISES

CATEGORISATION DES ENTREPRISES Les remboursements au titre de la TVA ont atteint 5.082 millions de dirhams.
CATEGORISATION DES ENTREPRISES Les remboursements au titre de la TVA ont atteint 5.082 millions de dirhams.

Les remboursements au titre de la TVA ont atteint 5.082 millions de dirhams.

Les restitutions au titre de l’IS se sont élevées à 954 millions de dirhams.

de l’IS se sont élevées à 954 millions de dirhams. IDENTIFICATION DES ACTIVITES INFORMELLES Le nombre

IDENTIFICATION DES ACTIVITES INFORMELLES

Le nombre cumulé d’inscriptions à la taxe professionnelle de personnes ayant exercé préalablement dans l’informel a atteint 19.400 à fin 2013.

dans l’informel a atteint 19.400 à fin 2013. EN CHIFFRES RECETTES FISCALES SERVICES ELECTRONIQUES 53

EN CHIFFRES

RECETTES FISCALES

a atteint 19.400 à fin 2013. EN CHIFFRES RECETTES FISCALES SERVICES ELECTRONIQUES 53 milliards de dirhams

SERVICES ELECTRONIQUES

53 milliards de dirhams ont été collectés via les télépaiements «Simpl», ce qui a représenté environ 75% des recettes totales.

ENQUETE DE SATISFACTION

Les résultats de l’enquête de satisfaction menée par la DGI ont affiché des taux de satisfaction globaux de :

• 72% pour les entreprises

• 71% pour les partenaires

• 62% pour les professionnels et les particuliers

• 60% pour les usagers occasionnels

AFFAIRES JURIDIQUES

• 62% pour les professionnels et les particuliers • 60% pour les usagers occasionnels AFFAIRES JURIDIQUES
Abdellatif ZAGHNOUN, Directeur Général des Impôts Editorial L’année 2013 a été marquée par la tenue

Abdellatif ZAGHNOUN, Directeur Général des Impôts

Editorial

L’année 2013 a été marquée par la tenue d’un événement d’envergure : les Assises Nationales sur la Fiscalité.

La préparation des Assises a suivi une démarche participative fondée sur la concertation avec tous les acteurs et partenaires constituant une force de proposition dans le domaine fiscal.

Nous avons écouté et recueilli les analyses et positions des acteurs politiques, des représentants de la société civile, de l’Université, du monde du travail, de l’entreprise et d’un nombre important d’associations, en plus des avis des citoyens à travers un forum électronique.

Ces propositions ont fait l’objet de débats ouverts et constructifs qui ont abouti à des recommandations traçant la voie pour la fiscalité de demain.

Je tenais à ce propos à remercier tous ceux qui ont, des mois durant, travaillé sans relâche pour préparer et rendre possible ce moment fort dans la vie de notre pays. Notre gratitude va aussi à toutes les personnes qui, à un titre ou un autre, ont contribué à l’organisation et à la réussite de cet événement.

une enquête de

satisfaction des usagers qui nous a renseignés sur leur perception des services que nous leur offrons et sur

leurs attentes.

Cette étude nous a permis d’identifier les priorités de notre action et les leviers d’amélioration de la qualité de nos services.

En outre, au cours de l’année 2013, la Direction Générale des Impôts a poursuivi son action dans le cadre des orientations stratégiques prônées par la Vision stratégique 2012-2017, particulièrement :

• L’amélioration du service rendu au contribuable, notamment les conditions d’accueil et le traitement accéléré des requêtes et des réclamations des contribuables ;

• La poursuite de la modernisation du système d’information, à travers la généralisation du déploiement du SystèmeIntégrédeTaxationauniveaudelaDirectionRégionaledesImpôtsdeCasablancaetledéveloppement des télé services SIMPL avec un nombre d’adhérents à ces services qui a atteint 3407 adhérents ;

• Le renforcement du contrôle fiscal et la lutte contre la fraude fiscale ;

• Le renforcement du recouvrement.

Au plan législatif, les dispositions fiscales de la loi de finances pour l’année 2014 ont consacré la mise en œuvre des recommandations des Assises Nationales sur la Fiscalité, en visant principalement l’amélioration des relations entre l’administration et le contribuable et la promotion de la compétitivité de l’entreprise, de la concurrence loyale et de l’équité fiscale.

Les résultats et performances réalisés en 2013 sont l’œuvre des femmes et des hommes qui constituent la Direction Générale des Impôts. Je tiens à les remercier pour leur engagement continu dans le processus de modernisation institué par la Vision stratégique 2012-2017 et les invite à poursuivre leurs efforts sur la voie de la construction d’un système fiscal moderne et efficace.

Dans cette même démarche d’écoute et de concertation, nous avons mené, cette année,

Notre visioN stratégique 2012-2017

PERFoRmaNCE Et INNovatIoN PouR mobIlISER lES RESSouRCES avEC équIté Et gaRaNtIR uN SERvICE dE qualIté aux CItoyENS

NOUVEAU CAP

Notre vision stratégique 2012-2017 s’appuie sur les attentes des contribuables et les défis et enjeux de l’administration fiscale. Elle se décline en quatre orientations stratégiques et repose sur trois pré- requis fondamentaux.

ORIENTATIONS STRATEGIQUES

1. Construire une relation de partenariat et de confiance avec le contri- buable

Faciliter les différentes démarches et procédures liées au contribuable ;de partenariat et de confiance avec le contri- buable Garantir au contribuable ses droits ; Communiquer

Garantir au contribuable ses droits ;démarches et procédures liées au contribuable ; Communiquer et favoriser l’adhésion à l’Impôt et le

Communiquer et favoriser l’adhésion à l’Impôt et le civisme fiscal ;au contribuable ; Garantir au contribuable ses droits ; Lutter contre la corruption. 2. Devenir une

Lutter contre la corruption.favoriser l’adhésion à l’Impôt et le civisme fiscal ; 2. Devenir une administration numérique Réussir le

2. Devenir une administration numérique

Réussir le déploiement du Système Intégré de Taxation ;la corruption. 2. Devenir une administration numérique Renforcer et sécuriser l’infrastructure informatique ;

Renforcer et sécuriser l’infrastructure informatique ;Réussir le déploiement du Système Intégré de Taxation ; Développer et généraliser des télé-procédures

Développer et généraliser des télé-procédures sécurisées.; Renforcer et sécuriser l’infrastructure informatique ; 3. Renforcer l’action de l’administration en matière de

3. Renforcer l’action de l’administration en matière de contrôle

Disposer d’informations pertinentes, fiables et exploitables ;l’action de l’administration en matière de contrôle Mettre en place les ressources et outils nécessaires à

Mettre en place les ressources et outils nécessaires à l’analyse des risques et au ciblage de la fraude.en matière de contrôle Disposer d’informations pertinentes, fiables et exploitables ; Rapport d’activité / 2013

Rapport d’activité / 2013

4. Développer une parfaite maîtrise du métier du recouvrement

Renforcer les structures et les ressources dédiées au recouvrement ;une parfaite maîtrise du métier du recouvrement Optimiser le recouvrement spontané ; Améliorer le

Optimiser le recouvrement spontané ;les structures et les ressources dédiées au recouvrement ; Améliorer le recouvrement forcé ; Réviser le

Améliorer le recouvrement forcé ;au recouvrement ; Optimiser le recouvrement spontané ; Réviser le cadre législatif pour favoriser le recouvrement

Réviser le cadre législatif pour favoriser le recouvrement de l’impôt.recouvrement spontané ; Améliorer le recouvrement forcé ; TROIS PRE-REQUIS FONDAMENTAUX Notre vision s’appuie sur

TROIS PRE-REQUIS FONDAMENTAUX

Notre vision s’appuie sur trois pré-requis fondamentaux qui traduisent les aspirations de développement de la DGI :

Un système d’information puissant, intégré, ouvert et évolutif ;qui traduisent les aspirations de développement de la DGI : Des ressources à la hauteur des

Des ressources à la hauteur des ambitions ;d’information puissant, intégré, ouvert et évolutif ; Une organisation et une gouvernance favorisant

Une organisation et une gouvernance favorisant l’efficacité et l’ouverture de l’administration.puissant, intégré, ouvert et évolutif ; Des ressources à la hauteur des ambitions ; Rapport d’activité

et une gouvernance favorisant l’efficacité et l’ouverture de l’administration. Rapport d’activité / 2013
et une gouvernance favorisant l’efficacité et l’ouverture de l’administration. Rapport d’activité / 2013
et une gouvernance favorisant l’efficacité et l’ouverture de l’administration. Rapport d’activité / 2013
et une gouvernance favorisant l’efficacité et l’ouverture de l’administration. Rapport d’activité / 2013
et une gouvernance favorisant l’efficacité et l’ouverture de l’administration. Rapport d’activité / 2013

Rapport d’activité / 2013

et une gouvernance favorisant l’efficacité et l’ouverture de l’administration. Rapport d’activité / 2013

SommaIRE

Notre stratégie eN actioNs

Chapitre 1 : Mobiliser les recettes fiscales Mobiliser les recettes fiscales

Chapitre 2 : Construire une relation de partenariat et de confiance avec le contribuable Construire une relation de partenariat et de confiance avec le contribuable

relation de partenariat et de confiance avec le contribuable Chapitre 3 : Devenir une administration numérique

Chapitre 3 : Devenir une administration numérique Devenir une administration numérique

Chapitre 3 : Devenir une administration numérique Chapitre 4 : Renforcer l’action de l’administration en

Chapitre 4 : Renforcer l’action de l’administration en matière de contrôle Renforcer l’action de l’administration en matière de contrôle

l’action de l’administration en matière de contrôle Chapitre 5 : Développer une parfaite maîtrise du métier

Chapitre 5 : Développer une parfaite maîtrise du métier du recouvrement

Chapitre 6 : Valoriser le capital humain
Chapitre 6 : Valoriser le capital humain

Chapitre 7 : Améliorer les infrastructures et les équipements Améliorer les infrastructures et les équipements

Chapitre 8 : Moderniser le dispositif législatif
Chapitre 8 : Moderniser le dispositif législatif

7

9

24

29

32

34

42

44

Chapitre 9 : Promouvoir la coopération fiscale internationale 50 Chapitre 10 : Assises Nationales sur
Chapitre 9 : Promouvoir la coopération fiscale internationale
50
Chapitre 10 : Assises Nationales sur la Fiscalité
56
Chapitre 9 : Promouvoir la coopération fiscale internationale 50 Chapitre 10 : Assises Nationales sur la
Chapitre 9 : Promouvoir la coopération fiscale internationale 50 Chapitre 10 : Assises Nationales sur la
Chapitre 9 : Promouvoir la coopération fiscale internationale 50 Chapitre 10 : Assises Nationales sur la
M obiliser les recettes fiscales I. RECETTES FISCALES A. Evolution des recettes fiscales En 2013,

Mobiliser les recettes fiscales

I. RECETTES FISCALES

A. Evolution des recettes fiscales

En 2013, les recettes fiscales gérées par la DGI ont atteint 118.865 MDHS, avec un taux de réalisation des prévisions de la loi de finances de 96,6%.

Elles ont enregistré une baisse de 0,9% (-1.069 MDHS) par rapport à l’année 2012 qui représente un record absolu au niveau des recettes fiscales gérées par la DGI. Il convient de signaler, à cet égard, que les réalisations au titre de l’année 2013 sont supérieures à celles de l’ensemble des exercices antérieurs à l’année 2012.

En millions de DH

119 934 118 865 108 707 103 322 101 861 2009 2010 2011 2012 2013
119 934
118 865
108 707
103 322
101 861
2009
2010
2011
2012
2013

En 2013, les recettes fiscales gérées par la Direction Générale des Impôts se déclinent par impôt comme suit (en millions de dirhams) :

déclinent par impôt comme suit (en millions de dirhams) : Impôts Recettes Impôts Directs 74 759
Impôts Recettes Impôts Directs 74 759 TVA intérieure 28 792 D.E.T 13 454 Majorations 1
Impôts
Recettes
Impôts Directs
74
759
TVA intérieure
28
792
D.E.T
13
454
Majorations
1 860
Recettes Fiscales D.G.I
(y compris TVA des Collectivités Locales)
118 865
1 860 Recettes Fiscales D.G.I (y compris TVA des Collectivités Locales) 118 865 Rapport d’activité /
1 860 Recettes Fiscales D.G.I (y compris TVA des Collectivités Locales) 118 865 Rapport d’activité /

Rapport d’activité / 2013

7
7
1 860 Recettes Fiscales D.G.I (y compris TVA des Collectivités Locales) 118 865 Rapport d’activité /

B. Pression Fiscale

La pression fiscale est passée de 24% en 2012 à 22,1% en 2013.

C. Structure Fiscale

La structure fiscale s’est caractérisée par une augmentation de la part des impôts indirects par rapport aux impôts directs. La part des impôts directs est passée de 38,7% en 2012 à 38,2% en 2013.

La part de l’IS a atteint 20,8% en 2013 contre 21,8% en 2012. La part de l’IR a augmenté également en passant de 16,8% en 2012 à 17% en 2013.

Evolution de la structure fiscale

Désignation

2012

2013

Impôts Directs

38,7%

38,2%

Impôts Indirects

53,7%

54,0%

Enregistrement et Timbre

1,0%

0,9%

Majorations

6,6%

6,9%

Total

100,0%

100,0%

II. REMBOURSEMENTS D’IMPôTS

Les remboursements au titre de la TVA ont atteint 5.082 millions de dirhams en 2013 contre 5.208 millions de dirhams en 2012.

Les restitutions au titre de l’IS sont passées de 1.660 millions de dirhams en 2012 à 954 millions de dirhams en 2013.

Total des remboursements et restitutions engagés par la DGI

En millions de DH

Désignation

2012

2013

Remboursements TVA

5 208

5 082

Restitutions IS

1 660

954

Total

6 868

6 036

8
8

Rapport d’activité / 2013

c oNstruire uNe relatioN de parteNariat et de coNfiaNce avec le coNtribuable I. AMéLIORATION DES

coNstruire uNe relatioN de parteNariat et de coNfiaNce avec le coNtribuable

I. AMéLIORATION DES CONDITIONS D’ACCUEIL

Des Bureaux d’accueil et de coordination modernes sont aménagés dans les Directions Régionales pour assurer :

la réception des usagers ;aménagés dans les Directions Régionales pour assurer : leur information ; la prise en charge de

leur information ;Régionales pour assurer : la réception des usagers ; la prise en charge de leurs requêtes

la prise en charge de leurs requêtes ;assurer : la réception des usagers ; leur information ; la délivrance des attestations qui ne

la délivrance des attestations qui ne nécessitent pas un traitement préalable de l’inspecteur gestionnaire.; leur information ; la prise en charge de leurs requêtes ; L’année 2013 a connu

L’année 2013 a connu l’achèvement des travaux d’aménagement des espaces d’accueil des immeubles sièges des Directions Régionales des Impôts d’Agadir et de Tétouan.

II. TRAITEMENT DES RéCLAMATIONS

Dans le cadre de la garantie des droits des contribuables, ces derniers peuvent, au moyen de réclamations, contester tout ou partie des impositions mises à leur charge.

La DGI peut alors réparer, au moyen de dégrèvements, les erreurs survenues pendant les émissions des différents impôts et taxes et accorder des remises ou modérations, le cas échéant, et ce, conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur.

La Vision stratégique de la DGI a mis le contribuable au centre de ses missions. Pour répondre à ses attentes, il a été décidé, dans un premier temps, de prendre des mesures urgentes visant entre autres la résorption du stock des réclamations, dont :

l’obligation faite aux gestionnaires des dossiers de traiter un nombre déterminé de dossiers contentieux par semaine, selon le nombre et l’importance des affaires dans chaque Direction Régionale des Impôts ;autres la résorption du stock des réclamations, dont : la généralisation de la délégation de pouvoir

la généralisation de la délégation de pouvoir aux subdivisionnaires.le nombre et l’importance des affaires dans chaque Direction Régionale des Impôts ; Rapport d’activité /

des Impôts ; la généralisation de la délégation de pouvoir aux subdivisionnaires. Rapport d’activité / 2013
des Impôts ; la généralisation de la délégation de pouvoir aux subdivisionnaires. Rapport d’activité / 2013
des Impôts ; la généralisation de la délégation de pouvoir aux subdivisionnaires. Rapport d’activité / 2013
des Impôts ; la généralisation de la délégation de pouvoir aux subdivisionnaires. Rapport d’activité / 2013
des Impôts ; la généralisation de la délégation de pouvoir aux subdivisionnaires. Rapport d’activité / 2013
des Impôts ; la généralisation de la délégation de pouvoir aux subdivisionnaires. Rapport d’activité / 2013

Rapport d’activité / 2013

9
9
des Impôts ; la généralisation de la délégation de pouvoir aux subdivisionnaires. Rapport d’activité / 2013

A. Réalisations

L’année 2013 a principalement connu au niveau des affaires juridiques :

l’amélioration et plus de célérité dans le traitement du contentieux et partant, la réduction du délai de réponse aux réclamations ;a principalement connu au niveau des affaires juridiques : la résorption du stock des réclamations existant.

la résorption du stock des réclamations existant.la réduction du délai de réponse aux réclamations ; Le stock a atteint 32 104 dossiers

Le stock a atteint 32 104 dossiers à fin 2013, soit une augmentation de l’ordre de 23,80 % par rapport au stock de départ.

Cette variation positive du stock peut avoir pour explication les dispositions de l’article 10 de la loi des finances 2013, dans la mesure où un nombre de réclamations anciennes, portant uniquement sur des demandes de remise des pénalités et qui étaient en stock de départ, ne pouvaient être traitées avant la date du 30/12/2013.

B. Affaires juridiques en chiffres

1 - Nombre de dossiers en instance de liquidation

Au 1 er janvier 2013, le nombre de dossiers en instance de liquidation s’élevait à 25.920 dossiers.

2 - Nombre de dossiers constitués en 2013

Nature d’impôt

Nombre de dossiers constitués

Taxe d’habitation / TSC

20

541

Taxe Professionnelle

11

356

IR

22

146

IR/PF

10

746

IS

5

107

TVA

3

280

AUTRES/DIVERS

6

172

ENREGISTREMENT

1

824

TOTAL

81 172

10
10

Nombre de dossiers constitués en 2013/Pourcentage par nature d’impôts

TH/TSCconstitués en 2013/Pourcentage par nature d’impôts Taxe Professionnelle IR IR/PF IS TVA Autres/Divers

Taxe Professionnelleen 2013/Pourcentage par nature d’impôts TH/TSC IR IR/PF IS TVA Autres/Divers Enregistrement 2% 8% 4% 26%

IRpar nature d’impôts TH/TSC Taxe Professionnelle IR/PF IS TVA Autres/Divers Enregistrement 2% 8% 4% 26%

IR/PFpar nature d’impôts TH/TSC Taxe Professionnelle IR IS TVA Autres/Divers Enregistrement 2% 8% 4% 26% 6%

ISpar nature d’impôts TH/TSC Taxe Professionnelle IR IR/PF TVA Autres/Divers Enregistrement 2% 8% 4% 26% 6%

TVAnature d’impôts TH/TSC Taxe Professionnelle IR IR/PF IS Autres/Divers Enregistrement 2% 8% 4% 26% 6% 14%

Autres/Diversd’impôts TH/TSC Taxe Professionnelle IR IR/PF IS TVA Enregistrement 2% 8% 4% 26% 6% 14% 13%

EnregistrementTH/TSC Taxe Professionnelle IR IR/PF IS TVA Autres/Divers 2% 8% 4% 26% 6% 14% 13% 27%

2% 8% 4% 26% 6% 14% 13% 27%
2%
8%
4%
26%
6%
14%
13%
27%

Rapport d’activité / 2013

3

- Nombre de dossiers liquidés en 2013

Nature d’impôt

Nombre de dossiers liquidés

Pourcentage

TH / TSC

19

744

26,33

Taxe Professionnelle

9

086

12,12

IR

21

467

28,63

IR/PF

9

833

13,11

IS

3

506

4,68

TVA

2

985

3,98

AUTRES/DIVERS

6

726

8,97

ENREGISTREMENT

1

641

2,18

TOTAL

74

988

100

4 - Stock détaillé au 31 décembre 2013

Nature d’impôt

Nombre de dossiers liquidés

Pourcentage

TH / TSC

9

011

28,07

Taxe Professionnelle

6

494

20,23

IR

5

924

18,45

IR/PF

3

638

11,33

IS

3

973

12,38

TVA

1

638

5,10

AUTRES/DIVERS

1

000

3,11

ENREGISTREMENT

 

426

1 ,33

TOTAL

32

104

100

Les statistiques relatives au contentieux montrent que :

38,60 % des réclamations reçues concernent la fiscalité des collectivités locales (taxe d’habitation et taxe professionnelle), 36,54 % sont relatives à l’impôt sur le revenu alors que le pourcentage des réclamations reçues ne dépasse pas 10% pour l’IS, la TVA et les droits d’enregistrement.100 Les statistiques relatives au contentieux montrent que : Le nombre de dossiers liquidés depuis le

Le nombre de dossiers liquidés depuis le début de l’année 2013 s’élève à 74 988 dossiers. Cependant cet effort de liquidation se trouve toujours, neutralisé par l’importance des entrées des réclamations (81 172 réclamations entre le 01/01/2013 et le 31/12/2013) ;10% pour l’IS, la TVA et les droits d’enregistrement. Cette importance des entrées s’explique notamment par

Cette importance des entrées s’explique notamment par la consolidation des travaux d’assiette, l’augmentation du nombre des contribuables et l’amélioration de la relation entre ceux-ci et l’Administration fiscale.

La moyenne mensuelle de liquidation qui était de 5 283 dossiers au cours du premier semestre de l’année 2013 est passée à 7 215 dossiers au cours du deuxième semestre de l’année, enregistrant un taux de liquidation de 92 % par rapport au nombre de réclamations reçues au cours de l’année 2013 et 70 % par rapport à l’ensemble des dossiers à traiter ;de la relation entre ceux-ci et l’Administration fiscale. 40% des réclamations reçues concernent la fiscalité des

40% des réclamations reçues concernent la fiscalité des collectivités locales (taxe d’habitation et taxe professionnelle), 40% sont relatives à l’impôt sur le revenu alors que le pourcentage des réclamations reçues ne dépasse pas 12 % pour l’IS, la TVA et les droits d’enregistrement.au cours de l’année 2013 et 70 % par rapport à l’ensemble des dossiers à traiter

reçues ne dépasse pas 12 % pour l’IS, la TVA et les droits d’enregistrement. Rapport d’activité
reçues ne dépasse pas 12 % pour l’IS, la TVA et les droits d’enregistrement. Rapport d’activité
reçues ne dépasse pas 12 % pour l’IS, la TVA et les droits d’enregistrement. Rapport d’activité
reçues ne dépasse pas 12 % pour l’IS, la TVA et les droits d’enregistrement. Rapport d’activité
reçues ne dépasse pas 12 % pour l’IS, la TVA et les droits d’enregistrement. Rapport d’activité

Rapport d’activité / 2013

11
11
reçues ne dépasse pas 12 % pour l’IS, la TVA et les droits d’enregistrement. Rapport d’activité

C. Situation des recours judiciaires introduits en 2013

La situation globale des recours introduits devant l’ensemble des juridictions administratives nationales durant l’année 2013 a atteint 2.477 recours se présentant comme il suit :

1. En phase de première instance

L’examen du nombre de recours introduits durant les quatre dernières années permet de constater l’évolution suivante :

 

2010

2011

2012

2013

Nombre de recours

2157

2297

2621

2727

Evolution

       

par rapport à N-1

-

+6%

+14%

+4%

La situation des recours de première instance par tribunal compétent au titre de 2013 fait état d’une concentration de 68% du contentieux judiciaire devant les tribunaux administratifs de Rabat, Casablanca et Fès.

Proportions par tribunal compétent

Nombre de recours 2013

%

Rabat

549

29%

Casablanca

473

25%

Fès

260

14%

Total

1282

68%

Signalons que les deux tribunaux de Rabat et de Casablanca coiffent territorialement 9 DRI. Il s’agit respectivement des Directions Régionales de Rabat, Tanger, Tétouan, Kénitra, Casablanca, Mohammedia, Settat, El Jadida et Béni Mellal.

Situation analytique des recours introduits en 2013

La situation analytique des recours introduits en 2013 au niveau national se présente comme il suit :

 

Nombre de

 

Par type de procédure

recours

%

 

IR PI

708

37%

Contrôle fiscal 55%

Comptabilité

281

15%

ENR

55

3%

Taxations et Régularisations d'office

348

18%

 

Recouvrement forcé

64

3%

Sursis au recouvrement

214

11%

Recouvrement 15%

Redressement judiciaire

15

1%

Autres (fiscalité locale, retenues à la source, PSN-TNB, etc.)

223

12%

Les affaires judiciaires inhérentes au contrôle fiscal viennent au devant des procédures les plus contestées en justice, suivies des procédures de taxation et régularisations d’office.

12
12

Rapport d’activité / 2013

2.

En phase d’appel

En phase d’appel, le nombre de recours introduits devant les deux cours administratives d’appel de Rabat et de Marrakech a atteint, en 2013, 569 recours dont 282 recours à l’initiative de la DGI (soit 49% des recours intentés), sachant que la Cour d’appel administrative de Rabat statue sur 84% des recours en appel impliquant la D.G.I.

3. En phase de cassation

Le nombre de recours enregistrés auprès de la chambre administrative de la Cour Suprême en 2013

a atteint 250 recours, dont 180 recours à l’initiative de l’administration (soit 68% des recours en cassation introduits).

III. CATéGORISATION DES ENTREPRISES

A peine une année après le lancement de la procédure de catégorisation des entreprises, la Direction

Générale des Impôts a signé, le 20 novembre 2013, les premières conventions portant sur l’octroi du « Statut de contribuable catégorisé », avec quatre entreprises : SITI, DELTA HOLDING, LABINAL et IKS.

Cette labellisation leur permettra, désormais, de bénéficier d’un certain nombre d’avantages au niveau de la gestion administrative de leurs dossiers fiscaux auprès de tous les services de la DGI, sur la base de la relation de confiance et de transparence qu’elles ont instauré avec l’administration fiscale ainsi que des engagements qu’elles ont pris envers elle.

Ces avantages comprennent notamment :

Le bénéfice de services personnalisés et rapides dans le cadre du guichet dédié ;ont pris envers elle. Ces avantages comprennent notamment : La célérité dans le traitement de tout

La célérité dans le traitement de tout contentieux les opposant à l’Administration ;personnalisés et rapides dans le cadre du guichet dédié ; Le remboursement rapide de TVA à

Le remboursement rapide de TVA à hauteur de 80 % sans aucun contrôle préalable ;de tout contentieux les opposant à l’Administration ; Un accompagnement afin d’anticiper tout risque fiscal

Un accompagnement afin d’anticiper tout risque fiscal pouvant entacher la conformité de leurs déclarations ;de TVA à hauteur de 80 % sans aucun contrôle préalable ; Le bénéfice d’un bonus

Le bénéfice d’un bonus proportionnel à la classe A dans la matrice d’analyse risque servant à la programmation au contrôle fiscal ;pouvant entacher la conformité de leurs déclarations ; L’accomplissement à leurs sièges sociaux, des

L’accomplissement à leurs sièges sociaux, des formalités de paiement de la vignette afférente à leur parc automobile et à celui de leur personnel.risque servant à la programmation au contrôle fiscal ; Ces conventions seront en vigueur pendant une

Ces conventions seront en vigueur pendant une durée de deux ans, à compter de la date de signature.

une durée de deux ans, à compter de la date de signature. y a lieu de
une durée de deux ans, à compter de la date de signature. y a lieu de

y a lieu de rappeler que la catégorisation s’applique aux entreprises en situation fiscale régulière, gérées d’une manière transparente et ayant un bon comportement fiscal.

Il

transparente et ayant un bon comportement fiscal. Il Lancée à la demande de l’entreprise, la procédure

Lancée à la demande de l’entreprise, la procédure de catégorisation comporte cinq phases :

Le dépôt de la demande et des documents l’accompagnant ;la procédure de catégorisation comporte cinq phases : Une étude préliminaire statuant sur l’éligibilité de

Le dépôt de la demande et des documents l’accompagnant ; Une étude préliminaire statuant sur l’éligibilité

Une étude préliminaire statuant sur l’éligibilité de l’entreprise. Cette étape consiste à s’assurer de la complétude des dossiers déposés ;Le dépôt de la demande et des documents l’accompagnant ; L’analyse des rapports d’audit et de

L’analyse des rapports d’audit et de diagnostic économique ;à s’assurer de la complétude des dossiers déposés ; Le rating et le classement de l’entreprise

Le rating et le classement de l’entreprise dans la catégorie A ou B ;des rapports d’audit et de diagnostic économique ; La signature de la convention précisant les engagements

La signature de la convention précisant les engagements de l’entreprise et les avantages qui lui sont accordés.économique ; Le rating et le classement de l’entreprise dans la catégorie A ou B ;

Rapport d’activité / 2013

13
13
précisant les engagements de l’entreprise et les avantages qui lui sont accordés. Rapport d’activité / 2013

Tout au long de la procédure, des échanges sont établis, au titre d’un réel partenariat, entre la Cellule de catégorisation et l’entreprise pour compléter son dossier ou éclaircir certains points et l’accompagner vers l’octroi du «Statut de contribuable catégorisé».

III. COMMUNIQUER ET FAVORISER L’ADhéSION à L’IMPôT ET LE CIVISME FISCAL

A. Campagne d’information sur la loi de finances

M. le Directeur Général des Impôts a mené une large campagne de présentation des nouvelles dispositions de la loi de finances, notamment auprès de :

L’Ordre des Experts Comptables ;dispositions de la loi de finances, notamment auprès de : Le Rotary Club ; La Chambre

Le Rotary Club ;notamment auprès de : L’Ordre des Experts Comptables ; La Chambre Française de Commerce et d’Industrie

La Chambre Française de Commerce et d’Industrie ;de : L’Ordre des Experts Comptables ; Le Rotary Club ; La Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise

La Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise ;Club ; La Chambre Française de Commerce et d’Industrie ; La Section Nord de la CGEM

La Section Nord de la CGEM ;; La Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgeoise ; La Chambre Espagnole de Commerce et de Navigation ;

La Chambre Espagnole de Commerce et de Navigation ;Belgo-Luxembourgeoise ; La Section Nord de la CGEM ; La CGEM Tensift ; Le Corps des

La CGEM Tensift ;CGEM ; La Chambre Espagnole de Commerce et de Navigation ; Le Corps des Comptables Agréés

Le Corps des Comptables Agréés par l’Etat du Maroc ;Espagnole de Commerce et de Navigation ; La CGEM Tensift ; La Chambre de Commerce, d’Industrie

La Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services d’Agadir.; Le Corps des Comptables Agréés par l’Etat du Maroc ; De même, dans le cadre

De même, dans le cadre d’une communication de proximité, les Responsables régionaux de la DGI ont animé des séminaires de présentation des dispositions fiscales de la loi de finances notamment au profit de :

L’Association des Professionnels de la Comptabilité de la Région Doukkala Abda ;fiscales de la loi de finances notamment au profit de : La Chambre Française de Commerce

La Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc ;de la Comptabilité de la Région Doukkala Abda ; Le Club des Financiers de l’Hôtellerie de

Le Club des Financiers de l’Hôtellerie de Marrakech ;Chambre Française de Commerce et d’Industrie du Maroc ; La Chambre de Commerce et d’Industrie de

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Tanger ;; Le Club des Financiers de l’Hôtellerie de Marrakech ; La Chambre de Commerce et d’Industrie

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Safi ;; La Chambre de Commerce et d’Industrie de Tanger ; La Chambre de Commerce et d’Industrie

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Marrakech ;Tanger ; La Chambre de Commerce et d’Industrie de Safi ; La Chambre de Commerce, d’Industrie

La Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services de la Région de Fès, en partenariat avec la Faculté de droit ;; La Chambre de Commerce et d’Industrie de Marrakech ; La Chambre de Commerce et d’Industrie

La Chambre de Commerce et d’Industrie d’El Jadida.Région de Fès, en partenariat avec la Faculté de droit ; B. Campagne autour de l’annulation

B. Campagne autour de l’annulation des pénalités et majorations

La DGI a lancé une campagne de communication relative à la mesure introduite par la loi de finances 2013 concernant l’annulation des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement.

Cette campagne a compris les actions suivantes :

Information des contribuables concernés par envoi de lettres d’information personnalisées ;Cette campagne a compris les actions suivantes : Affichage au niveau des DRI et des Mouqataa

Affichage au niveau des DRI et des Mouqataa (1000 affiches) ;par envoi de lettres d’information personnalisées ; Envoi d’un communiqué de presse à la MAP ;

Envoi d’un communiqué de presse à la MAP ;personnalisées ; Affichage au niveau des DRI et des Mouqataa (1000 affiches) ; 14 Rapport d’activité

14
14

Rapport d’activité / 2013

Insertion de communiqués de presse, en arabe et en français, dans les supports de presse écrite :- 1 è r e vague : 13 journaux pendant la semaine du 4 au

- 1 ère vague : 13 journaux pendant la semaine du 4 au 7 mars (Retombées au niveau des rédactions: au moins 10 articles de presse ont repris l’information et des Radios et Médi1 TV l’ont relayée dans le journal) ;

- 2 ème vague : 2 ème semaine d’avril ;

- 3 ème vague : fin mai.

Publication du communiqué de presse sur les portails Internet de la DGI et du MEF ;e semaine d’avril ; - 3 è m e vague : fin mai. Opération d’envoi de

Opération d’envoi de 300.000 SMS avec les messages :de presse sur les portails Internet de la DGI et du MEF ; - «Jusqu’au 30

- «Jusqu’au 30 décembre 2013, profitez de l’annulation totale ou partielle des pénalités, majorations de retard, frais de recouvrement dès paiement de vos impôts» ;

- « 2013 ربنجد 30 ةياغ ىلإ مكبئارض عفد دنع تامارغلل يئزج وأ يلك ءاغلإ ةصرف مكل »

Réalisation d’un spot TV et d’un message radio qui sont diffusés sur Al Oula, 2M et Al Idaa Al watania au titre de 5 vagues :يئزج وأ يلك ءاغلإ ةصرف مكل » - du 10 au 20 mai 2013; - du

- du 10 au 20 mai 2013;

- du 18 au 28 juin 2013 ;

- du 5 au 15 août 2013 ;

- du 17 au 27 septembre 2013 ;

- du 4 au 14 novembre 2013.

Tenue de réunions de sensibilisation avec les représentations professionnelles

Plusieurs directions régionales ont participé ou organisé des rencontres pour la présentation des mesures insérées dans la loi de finances 2013, notamment la contribution sociale à la solidarité et l’article 10 de la loi de finances portant sur l’annulation des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement :

La Direction Régionale de Tétouan avec :majorations de retard et frais de recouvrement : - l’Association Madinati pour l’encouragement des

- l’Association Madinati pour l’encouragement des activités génératrices de revenu et de promotion du tourisme sur le thème : «Amnistie fiscale, locomotive réelle pour le développement durable».

- les professionnels, les commerçants et les représentants de la société civile à Tétouan, M’diq et Chefchaouen ;

de la société civile à Tétouan, M’diq et Chefchaouen ; - les représentants de l’Association des

- les représentants de l’Association des Fiduciaires du Nord.

représentants de l’Association des Fiduciaires du Nord. La Direction Régionale de Tanger avec la Chambre de

La Direction Régionale de Tanger avec la Chambre de Commerce, d’industrie et des Services au sujet des axes d’amélioration de la relation de l’administration fiscale avec ses usagers à travers, notamment la simplification des procédures, la réduction des délais de délivrance des attestations ainsi que celui des réponses aux réclamations.représentants de l’Association des Fiduciaires du Nord. C. Médias Au lendemain de l’adoption de la loi

ainsi que celui des réponses aux réclamations. C. Médias Au lendemain de l’adoption de la loi

C. Médias

ainsi que celui des réponses aux réclamations. C. Médias Au lendemain de l’adoption de la loi

Au lendemain de l’adoption de la loi de finances, M. le Directeur Général a répondu à l’invitation :

du Club de l’Economiste ;M. le Directeur Général a répondu à l’invitation : de l’hebdomadaire la VIE ECO. Rapport d’activité

de l’hebdomadaire la VIE ECO.M. le Directeur Général a répondu à l’invitation : du Club de l’Economiste ; Rapport d’activité

a répondu à l’invitation : du Club de l’Economiste ; de l’hebdomadaire la VIE ECO. Rapport
a répondu à l’invitation : du Club de l’Economiste ; de l’hebdomadaire la VIE ECO. Rapport

Rapport d’activité / 2013

15
15
a répondu à l’invitation : du Club de l’Economiste ; de l’hebdomadaire la VIE ECO. Rapport

Au niveau local, les Responsables régionaux ont menés plusieurs actions médiatiques :

Les changements de tarifs au niveau de la TSAVA ont été présentés par :régionaux ont menés plusieurs actions médiatiques : - la Direction Inter Préfectoral des personnes physiques Al

- la Direction Inter Préfectoral des personnes physiques Al Fida Maarif- Est à Radio Aswat ;

- la Direction Préfectorale de Salé à MED RADIO dans le cadre de l’émission « Zone Eco » ;

- la Direction Préfectorale de Ben Msik Sidi Othman à Casablanca à l’antenne régionale de la SNRT, au cours du journal parlé ;

- la Direction Régionale de Tanger à AL AOULA qui a réalisé un reportage sur le déroulement des opérations de paiement de la TSAVA.

Entretien avec la Station Régionale de la SNRT à Tanger sur :sur le déroulement des opérations de paiement de la TSAVA. - L’organisation de la DRI de

- L’organisation de la DRI de Tanger (organisation territoriale, services, missions d’assiette, de contrôle et de recouvrement) ;

- les réformes législatives (simplification, élargissement, baisse des tarifs) ;

- les efforts de modernisation de l’administration (structures adaptées aux besoins et aux attentes des contribuables, généralisation de l’utilisation des nouvelles technologies d’information) ;

- la présentation des mesures phares de la loi de finances 2013 ;

- le rappel des délais de déclaration et de paiement ;

- la catégorisation des entreprises.

Participation à l’émission « Mine Samime Al Waqie » diffusée sur les ondes de la Station Régionale de la SNRT Meknès-Tafilalet :et de paiement ; - la catégorisation des entreprises. - l’explication de certaines mesures de la

- l’explication de certaines mesures de la loi de finances 2013 particulièrement celles qui concernent l’annulation des pénalités et des majorations de retard ;

- les mesures à caractère économique et social ;

- les droits et garanties offerts aux contribuables ;

- le respect des obligations légales en matière de déclaration et de paiement.

Participation à l’émission « Les experts Atlantic » à Atlantic Radio. L’occasion a été saisie pour rappeler aux auditeurs les dispositions de l’article 10 de la loi de finances de 2013 concernant l’avantage accordé pour le paiement des arriérés.légales en matière de déclaration et de paiement. Participation à l’émission radiophonique « رحبلا

Participation à l’émission radiophonique «رحبلا ربع نم اي كلاح فيك » diffusée en direct. Les participants ont intervenu en رحبلا ربع نم اي كلاح فيك» diffusée en direct. Les participants ont intervenu en arabe, tachelhit et tarifit pour traiter plusieurs thèmes intéressant les MRE ainsi que :

- les dispositions de l’article 10 de la loi de finances 2013 concernant l’annulation totale des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement ;

- l’instauration de la contribution sociale de solidarité sur la livraison à soi-même de construction.

Entretien avec la station de radio SNRT Tétouan dans le cadre de l’émission Sbah El Kheir Ya Tétouan. Ce passage sur antenne a permis aux auditeurs d’être informés sur les dispositions de l’article 10 de la loi de finances 2013 concernant l’annulation totale des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement ;solidarité sur la livraison à soi-même de construction. Participation à l’émission «Koun aala bal» sur la

Participation à l’émission «Koun aala bal» sur la Station Régionale de la SNRT à Oujda sur le thème des dispositions de l’article 10 de la loi de finances 2013 concernant l’annulation totale des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement.l’annulation totale des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement ; 16 Rapport d’activité /

16
16

Rapport d’activité / 2013

D.

Publications

Supports écrits

Affiches pour la campagne de la TSAVA ;D. Publications Supports écrits Affiches pour la campagne sur l’annulation des pénalités, majorations de retard et

Affiches pour la campagne sur l’annulation des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement ;Supports écrits Affiches pour la campagne de la TSAVA ; Affiches pour les Marocains Résidant à

Affiches pour les Marocains Résidant à l’Etranger ;majorations de retard et frais de recouvrement ; Guide des impôts : Dispositif d’incitations fiscales ;

Guide des impôts : Dispositif d’incitations fiscales ;; Affiches pour les Marocains Résidant à l’Etranger ; Guide fiscal des Marocains Résidant à l’Etranger

Guide fiscal des Marocains Résidant à l’Etranger ;; Guide des impôts : Dispositif d’incitations fiscales ; Rapport d’activités pour l’année 2012. Audiovisuel

Rapport d’activités pour l’année 2012.; Guide fiscal des Marocains Résidant à l’Etranger ; Audiovisuel Réalisation et diffusion d’un message radio

Audiovisuel

Réalisation et diffusion d’un message radio relatif à l’annulation des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement.

E. Insertions dans la presse

Des communiqués de presse ont été publiés et ont concerné :

L’échéance du paiement de la vignette ;communiqués de presse ont été publiés et ont concerné : La suppression de l’exonération des véhicules

La suppression de l’exonération des véhicules ayant plus de 25 ans d’âge en matière de TSAVA ;ont concerné : L’échéance du paiement de la vignette ; Le rappel de l’obligation de dépôt

Le rappel de l’obligation de dépôt de l’état explicatif de l’origine du déficit ou du résultat nul déclaré à partir du 1 e r janvier 2013 ; er janvier 2013 ;

La signature des premières conventions de catégorisation des entreprises par la DGI ;nul déclaré à partir du 1 e r janvier 2013 ; Le lancement du Forum de

Le lancement du Forum de discussion de la DGI ouvert en marge des Assises Nationales sur la Fiscalité ;conventions de catégorisation des entreprises par la DGI ; L’information sur la tenue des Assises Nationales

L’information sur la tenue des Assises Nationales sur la Fiscalité.ouvert en marge des Assises Nationales sur la Fiscalité ; Publication d’articles dans la revue Al

Publication d’articles dans la revue Al Maliya sur :

Les mesures fiscales insérées dans la loi de finances pour l’année 2013 (en arabe et en français) ;Publication d’articles dans la revue Al Maliya sur : Les dépenses fiscales évaluées au titre de

Les dépenses fiscales évaluées au titre de l’année 2013 en arabe et en français ;finances pour l’année 2013 (en arabe et en français) ; Le dispositif incitatif fiscal en faveur

Le dispositif incitatif fiscal en faveur du logement social au Maroc ;au titre de l’année 2013 en arabe et en français ; La compétitivité des entreprises ;

La compétitivité des entreprises ;incitatif fiscal en faveur du logement social au Maroc ; Les Assises Nationales sur la Fiscalité

Les Assises Nationales sur la Fiscalité ;social au Maroc ; La compétitivité des entreprises ; Les téléservices développés par la DGI. F.

Les téléservices développés par la DGI.des entreprises ; Les Assises Nationales sur la Fiscalité ; F. e-mailing Des opérations d’information par

la Fiscalité ; Les téléservices développés par la DGI. F. e-mailing Des opérations d’information par e-mailing

F. e-mailing

Des opérations d’information par e-mailing ont été menées en faveur des membres de la CGEM, l’OEC, l’ACAM et l’Ordre National des Notaires du Maroc, au sujet de :

et l’Ordre National des Notaires du Maroc, au sujet de : l’état explicatif du déficit ;
et l’Ordre National des Notaires du Maroc, au sujet de : l’état explicatif du déficit ;

l’état explicatif du déficit ;et l’Ordre National des Notaires du Maroc, au sujet de : l’annulation des pénalités, majorations de

l’annulation des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement.l’Ordre National des Notaires du Maroc, au sujet de : l’état explicatif du déficit ; Rapport

déficit ; l’annulation des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement. Rapport d’activité / 2013
déficit ; l’annulation des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement. Rapport d’activité / 2013

Rapport d’activité / 2013

17
17
déficit ; l’annulation des pénalités, majorations de retard et frais de recouvrement. Rapport d’activité / 2013

G. Internet

Le portail Internet offre des services électroniques ainsi que des espaces documentaires, d’information et de vulgarisation. Les actions entreprises au niveau du portail en 2013 ont totalisé 310 opérations d’alimentation en rédactionnel et en mises à jour diverses et ont concerné :

la gestion des courriels : réception, transfert, réponse et suivi des courriels reçus en 2013 sur le portail Internet de la DGI et celui du Ministère de l’Economie et des Finances ;et en mises à jour diverses et ont concerné : la gestion du contenu de toutes

la gestion du contenu de toutes les rubriques du portail, notamment les actualités, les annonces, les nouveautés fiscales, les guides et brochures, les questions fiscales (regroupant les réponses de la Direction Générale des Impôts aux questions posées par les citoyens), le calendrier fiscal, les formulaires fiscaux, etc.DGI et celui du Ministère de l’Economie et des Finances ; la création de deux nouvelles

la création de deux nouvelles rubriques :le calendrier fiscal, les formulaires fiscaux, etc. - Assises fiscales ; - Vision Stratégique 2012-2017. h.

- Assises fiscales ;

- Vision Stratégique 2012-2017.

h. Traitement des courriels

Cette année, 608 questions reçues via le portail Internet de la DGI et celui du Ministère de l’Economie et des Finances ont été traités : réception, acheminement, réponse et suivi des courriels.

V. ENQUêTE DE SATISFACTION DES USAGERS

L’amélioration de la qualité des services rendus aux usagers, l’instauration d’un service de proximité et la valorisation des relations avec le contribuable, sont placées au cœur de la démarche organisationnelle et managériale de la Direction Générale des Impôts.

C’est dans cette optique que la DGI a mené, en 2013, une enquête auprès de ses usagers, pour évaluer leurs perceptions et attentes à son égard, et partant, identifier les leviers d’amélioration de la qualité de ses prestations.

Mesurer la satisfaction, c’est avant tout se placer du point de vue de l’usager et définir les critères pertinents qui déterminent sa vision de la qualité du service. La notion d’usager représenterait ainsi l’ensemble des personnes avec lesquelles l’administration fiscale est appelée à entrer en relation.

A. Caractéristiques de l’enquête

Objectifs de l’enquête

Evaluer la satisfaction des usagers par rapport aux critères de satisfaction retenus ;Caractéristiques de l’enquête Objectifs de l’enquête Recueillir l’avis des usagers sur les principales raisons

Recueillir l’avis des usagers sur les principales raisons de non satisfaction ;usagers par rapport aux critères de satisfaction retenus ; Collecter les suggestions et propositions d’amélioration

Collecter les suggestions et propositions d’amélioration des usagers.usagers sur les principales raisons de non satisfaction ; Population cible La population cible représente les

Population cible

La population cible représente les différentes catégories d’usagers des services de la DGI :

Les entreprises ;catégories d’usagers des services de la DGI : Les professionnels ; Les particuliers ; Les usagers

Les professionnels ;d’usagers des services de la DGI : Les entreprises ; Les particuliers ; Les usagers occasionnels

Les particuliers ;services de la DGI : Les entreprises ; Les professionnels ; Les usagers occasionnels ; Les

Les usagers occasionnels ;de la DGI : Les entreprises ; Les professionnels ; Les particuliers ; Les partenaires. 18

Les partenaires.DGI : Les entreprises ; Les professionnels ; Les particuliers ; Les usagers occasionnels ; 18

18
18

Rapport d’activité / 2013

Les catégories d’usagers sont présentées dans le tableau ci-dessous :

Catégories de contribuables

Echantillon

Entreprises (IS)

380

Grandes Entreprises

80

PME

300

Professionnels

680

Forfaitaires

350

RNR

150

RNS

100

Particuliers

280

Fonctionnaires et salariés

80

Autre IR déclaratif (foncier, etc.)

200

Usagers occasionnels (Autres usagers ne disposant pas de dossier fiscal : opérations occasionnelles, bourse, attestation de non-imposition, etc.)

150

Partenaires (Experts comptables, Comptables agréés, Notaires, Organisations socioprofessionnelles)

60

TOTAL

1550

Représentativité régionale

L’enquête est d’une portée nationale. Les travaux de terrain ont été effectués au niveau des 15 villes suivantes : Agadir, Casablanca, El Jadida, Fès, Kénitra, Marrakech, Meknès, Mohammedia, Nador, Oujda, Rabat, Settat, Béni Mellal, Tanger, Tétouan.

Thèmes d’évaluation

Les thèmes d’évaluation reprennent les différents points de relation de l’administration avec les usagers :

1. L’accessibilité de l’administration fiscale ;

2. La qualité de la réception au niveau des bureaux d’accueil de l’administration fiscale ;

3. La qualité de la réception dans les services d’assiette ;

4. La réactivité de l’administration fiscale envers les demandes ;

5. La qualité de l’information fournie par l’administration fiscale ;

6. La qualité des services rendus par les recettes de l’administration fiscale ;

7. La qualité du traitement des réclamations et doléances ;

8. La qualité des formulaires fiscaux ;

9. La qualité des échanges à distance (Courrier, téléphone, etc.) ;

des échanges à distance (Courrier, téléphone, etc.) ; 10. La qualité des télé-déclarations et des
des échanges à distance (Courrier, téléphone, etc.) ; 10. La qualité des télé-déclarations et des
des échanges à distance (Courrier, téléphone, etc.) ; 10. La qualité des télé-déclarations et des
des échanges à distance (Courrier, téléphone, etc.) ; 10. La qualité des télé-déclarations et des

10. La qualité des télé-déclarations et des télépaiements ;

11. La procédure de recouvrement ;

12. La législation et la réglementation fiscales.

11. La procédure de recouvrement ; 12. La législation et la réglementation fiscales. Rapport d’activité /
11. La procédure de recouvrement ; 12. La législation et la réglementation fiscales. Rapport d’activité /

Rapport d’activité / 2013

19
19
11. La procédure de recouvrement ; 12. La législation et la réglementation fiscales. Rapport d’activité /

B. Résultats globaux

Indice de satisfaction global par catégorie d’usagers : 75 72 71 70 62 62 65
Indice de satisfaction global par catégorie d’usagers :
75
72
71
70
62
62
65
60
60
55
50
Entreprises
Professionnels
Particuliers
Usagers
Partenaires

occasionnels

Sur la base de l’indice de satisfaction global, il ressort que les usagers en général sont globalement satisfaits des services de la DGI avec quelques nuances :

- Les usagers occasionnels représentent la catégorie qui manifeste le niveau le plus bas de satisfaction ;

- La catégorie des entreprises est la plus satisfaite.

C. Résultats par catégorie d’usagers

Entreprises

satisfactioninsatisfaction Qualité du traitement des réclamations et doléances Qualité des formulaires fiscaux 90% 51% 61%

insatisfactionsatisfaction Qualité du traitement des réclamations et doléances Qualité des formulaires fiscaux 90% 51% 61% 49%

Qualité du traitement des réclamations et doléances

Qualité des formulaires fiscaux

90% 51% 61% 49% 39% 88% 68% 10% 32% 12% 79% 21% 31% 69% 25%
90%
51%
61%
49%
39%
88%
68%
10%
32%
12%
79%
21%
31%
69%
25%
30%
27%
29%
29%
75%
70%
71%
73%
71%

Qualité des échanges à distance

Qualité des télé- déclarations et des télépaiements

Procédures de

recouvrement

Accessibilité de

l’Administration fiscale

Qualité des services rendus par la recette de l’administration fiscale

Législation et réglementation fiscales

Qualité de la réception au niveau des bureaux d’accueil de l’administration fisale

Qualité de l’information fournie par l’administration fisale

Qualité de la réception dans les services d’assiette

Réactivité de

l’Administration fiscale

20
20

Rapport d’activité / 2013

Professionnels

Qualité du traitement satisfaction des réclamations et insatisfaction doléances Qualité des formulaires
Qualité du traitement
satisfaction
des réclamations et
insatisfaction
doléances
Qualité des
formulaires fiscaux
83%
67%
Législation et
réglementation fiscales
54%
Accessibilité de
l’Administration fiscale
Réactivité de
l’Administration fiscale
envers les demandes
75%
46%
17%
54%
33%
46%
25%
Qualité des télé-
déclarations et des
télépaiements
Procédures de
71%
29%
45%
55%
recouvrement
33%
43%
Qualité des services
rendus par la recette
de l’administration
fiscale
57%
67%
36%
39%
36%
Qualité de la réception
au niveau des bureaux
d’accueil de
l’adminitration fiscale
61%
64%
64%
Qualité de la réception
dans les services
d’assiette
Qualité des échanges à
distance
Qualité de
l’information fournie
par l’adminstration
fiscale

Particuliers

satisfaction Qualité du traitement insatisfaction des réclamations et doléances Législation et Qualité des
satisfaction
Qualité du traitement
insatisfaction
des réclamations et
doléances
Législation et
Qualité des
réglementation
formulaires fiscaux
68%
81%
fiscales
53%
Accessibilité de
32%
Procédures de
recouvrement
l’Administration fiscale
80%
47%
19%
50%
50%50%
20%
Qualité des services
rendus par la recette
de l’administration
fiscale
30%
48%
52%
70%
Réactivité de
l’Administration fiscale
envers les demandes
45%
36%
55%
37%
38%
64%
Qualité de
l’information fournie
par l’administration
63%
62%
Qualité des échanges à
distance
fiscale
Qualité de la réception
dans les services
d’assiette
Qualité de la réception
au niveau des bureaux
d’accueil de
l’administration fiscale
de la réception au niveau des bureaux d’accueil de l’administration fiscale Rapport d’activité / 2013 21
de la réception au niveau des bureaux d’accueil de l’administration fiscale Rapport d’activité / 2013 21

Rapport d’activité / 2013

21
21
de la réception au niveau des bureaux d’accueil de l’administration fiscale Rapport d’activité / 2013 21

Usagers occasionnels

satisfactioninsatisfaction Qualité du traitement des réclamations et doléances 79% 64% 59% 36% 70% 21% 41%

insatisfactionsatisfaction Qualité du traitement des réclamations et doléances 79% 64% 59% 36% 70% 21% 41% 51%

Qualité du traitement des réclamations et doléances

79% 64% 59% 36% 70% 21% 41% 51% 30% 49% 68% 32% 47% 53% 44%
79%
64%
59%
36%
70%
21%
41%
51%
30%
49%
68%
32%
47%
53%
44%
34%
42%
56%
39%
66%
58%
61%

Qualité des formulaires fiscaux

Législation et réglementation fiscales

Qualité des services rendus par la recette de l’administration fiscale

Réactivité de l’Administration fiscale envers les demandes

Accessibilité de l’Administration fiscale

Procédures

de recouvrement

Qualité des échanges à distance

Qualité de la réception au niveau des bureaux d’accueil de l’administration fiscale

Qualité de l’information fournie par l’administration fiscale

Qualité de la réception dans les services d’assiette

Partenaires

Qualité du traitement des réclamations et doléances

92% 50% 61% 90% 39% 63% 37% 8% 10% 14% 36% 64% 86% 25% 31%
92%
50%
61%
90%
39%
63%
37%
8%
10%
14%
36%
64%
86%
25%
31%
29%
31%
69%
75%
71%
69%

Réactivité de l’Administration fiscale envers les demandes

Qualité des échanges à distance

Qualité de l’information fournie par l’administration fiscale

Qualité des formulaires fiscaux

Qualité de la réception au niveau des bureaux d’accueil de l’administration fiscale

Accessibilité de

l’Administration fiscale

Législation et réglementation fiscales

satisfaction

insatisfaction

Qualité de la réception dans les services d’assiette

Qualité des services rendus Qualité de la réception dans les services d’assiette par la recette de l’administration fiscale Procédures de

par la recette de l’administration fiscale Qualité de la réception dans les services d’assiette Qualité des services rendus Procédures de recouverement

Procédures de recouverement

22
22

Rapport d’activité / 2013

D. Forces et champs d’amélioration

Par thème, les meilleurs taux de satisfaction qui dénotent de nos points forts, ont été enregistrés au niveau de :

l’accessibilité de l’administration ;de nos points forts, ont été enregistrés au niveau de : La qualité des formulaires ;

La qualité des formulaires ;au niveau de : l’accessibilité de l’administration ; La qualité des télé services ; La qualité

La qualité des télé services ;de l’administration ; La qualité des formulaires ; La qualité des services fournis par les Recettes

La qualité des services fournis par les Recettes de l’administration fiscale.qualité des formulaires ; La qualité des télé services ; Un niveau de satisfaction moyen a

Un niveau de satisfaction moyen a été reporté au niveau de :

La qualité de l’information fournie par la DGI ;niveau de satisfaction moyen a été reporté au niveau de : La qualité de la réception

La qualité de la réception au niveau des services d’assiette ;de : La qualité de l’information fournie par la DGI ; La qualité de réception dans

La qualité de réception dans les bureaux d’accueil et de coordination.de la réception au niveau des services d’assiette ; Des améliorations sont à entreprendre, d’après la

Des améliorations sont à entreprendre, d’après la perception des personnes interrogées, au niveau de :

La qualité des échanges à distance (courrier, téléphone) ;la perception des personnes interrogées, au niveau de : La réactivité envers les demandes ; Le

La réactivité envers les demandes ;qualité des échanges à distance (courrier, téléphone) ; Le traitement des réclamations. Rapport d’activité /

Le traitement des réclamations.des échanges à distance (courrier, téléphone) ; La réactivité envers les demandes ; Rapport d’activité /

téléphone) ; La réactivité envers les demandes ; Le traitement des réclamations. Rapport d’activité / 2013
téléphone) ; La réactivité envers les demandes ; Le traitement des réclamations. Rapport d’activité / 2013
téléphone) ; La réactivité envers les demandes ; Le traitement des réclamations. Rapport d’activité / 2013
téléphone) ; La réactivité envers les demandes ; Le traitement des réclamations. Rapport d’activité / 2013

Rapport d’activité / 2013

23
23
téléphone) ; La réactivité envers les demandes ; Le traitement des réclamations. Rapport d’activité / 2013
d eveNir uNe adMiNistratioN NuMerique I. RéUSSIR LE DéPLOIEMENT DU SySTèME INTéGRé DE TAXATION «

deveNir uNe adMiNistratioN NuMerique

I. RéUSSIR LE DéPLOIEMENT DU SySTèME INTéGRé DE TAXATION « SIT »

L’année 2013 a connu la généralisation du déploiement du SIT au niveau de la Direction Régionale des Impôts de Casablanca. Il a été procédé :

A l’achèvement du déploiement du SIT-Assiette et Recouvrement au niveau de toutes les Directions Inter préfectorales et Préfectorales de Casablanca, avec sa mise en service au sein des 2 Directions Inter Préfectorales des personnes morales de Casa Nord et de Casa Centre et des 4 Directions Inter Préfectorales des personnes physiques de Aiï Sebaa, Ben Msik Sidi Othmane, Anfa et El Fida ;Régionale des Impôts de Casablanca. Il a été procédé : A la mise en service de

A la mise en service de SIT-Enregistrement à la RAF El Qods (Casa Nord) ;de Aiï Sebaa, Ben Msik Sidi Othmane, Anfa et El Fida ; Au déploiement de la

Au déploiement de la comptabilité à la RAF de Roudani (Casa grandes entreprises) ;de SIT-Enregistrement à la RAF El Qods (Casa Nord) ; Au déploiement des applications des affaires

Au déploiement des applications des affaires juridiques au niveau de toutes les DIP/DP de la Direction Régionale des Impôts de Casa.à la RAF de Roudani (Casa grandes entreprises) ; Par ailleurs, concernant le volet contrôle, il

Par ailleurs, concernant le volet contrôle, il a été procédé :

Au déploiement des applications de la programmation des vérifications au niveau de toutes les DRI ;concernant le volet contrôle, il a été procédé : A l’installation d’environ 50 licences du produit

A l’installation d’environ 50 licences du produit ACL au niveau de Rabat et Casa au titre de la première phase du projet relatif à l’acquisition de l’outil d’aide à la vérification ;des vérifications au niveau de toutes les DRI ; A la poursuite de la réalisation du

A la poursuite de la réalisation du projet d’analyse risque.l’acquisition de l’outil d’aide à la vérification ; En outre, 782 ressources ont été formées sur

En outre, 782 ressources ont été formées sur SIT dans le cadre de ces déploiements.

II. DéVELOPPER ET GéNéRALISER DES TéLé-PROCéDURES SéCURISéES

A. SIMPL en chiffre

En 2013, le nombre d’adhérents aux services du Simpl a atteint 3407 adhérents. En terme de recettes, 53 milliards de DH ont été collectés via les télépaiements « Simpl » ce qui a représenté environ 75% des recettes totales.

Simpl-IR

Les téléprocédures de télédéclaration et de télépaiement ainsi que les simulateurs et les assistants ont été réalisés conformément à la spécification de la DGI. Le téléservice Simpl-IR sera ouvert progressivement pour les professionnels exerçant une activité libérale.

24
24

Rapport d’activité / 2013

Simpl-Adhésion

Au cours de l’année 2013, la DGI a mis en ligne le Simpl-Adhésion. Ce service a pour objet de faciliter l’adhésion des contribuables aux téléservices Simpl. La demande d’adhésion a été dématérialisée (seule subsiste l’autorisation de prélèvement bancaire à fournir en original sur papier). L’adhérent peut à travers cette application gérer par lui-même, et à tout moment, ses utilisateurs et leurs habilitations.

Externalisation de la certification

Pour centrer ses efforts sur les principales missions des téléservices, à savoir la télédéclaration et le télépaiement, la DGI a adapté les services Simpl pour fonctionner avec les certificats de l’opérateur de certification agréé conformément à la loi n°53-05.

L’année 2013 a vu les premiers dépôts signés par des certificats de Poste Maroc.

Dépôt des liasses fiscales par modes EDI/EFI

Cette année a été caractérisée par la collecte des premières liasses fiscales en mode EDI. Au total une centaine d’adhérents ont procédé, lors de l’échéance de Mars 2013, à leur dépôt par le mode EDI et une centaine par le mode EFI.

B. CREOL

Au cours de cette année, la DGI a finalisé et validé la réalisation du 1 er palier de CREOL, relatif à la création juridique des entreprises SARL par les Centres Régionaux d’Investissement ainsi que par les professionnels de la création.

La solution CREOL a été mise en ligne pour procéder à des tests à blanc avec des partenaires. Dans ce sens, des formations sur l’utilisation de l’application ont été assurées aussi bien au profit des agents des administrations parties prenantes que des utilisateurs du partenaire qui a participé aux tests. La premiere création de société à blanc, déroulée sous CREOL, a eu lieu en octobre.

Pour le volet juridique, la DGI a poursuivi l’animation du comité y afférent. La proposition d’amendement du code de commerce et des textes pris pour son application est à l’étude au niveau du Secrétariat Général du Gouvernement.

C. Identifiant Commun de l’Entreprise (ICE)

Gouvernement. C. Identifiant Commun de l’Entreprise (ICE) Suite à la désignation de la DGI pour héberger

Suite à la désignation de la DGI pour héberger la base de données ICE, l’administration fiscale a lancé et finalisé les travaux de conception, de développement et de test d’une première maquette de gestion de l’ICE.

La DGI a également organisé des présentations au profit du Ministère des Affaires Générales et de la Gouvernance et a collaboré avec ce Ministère pour la mise en place d’une équipe projet ICE interministérielle.

avec ce Ministère pour la mise en place d’une équipe projet ICE interministérielle. Rapport d’activité /
avec ce Ministère pour la mise en place d’une équipe projet ICE interministérielle. Rapport d’activité /
avec ce Ministère pour la mise en place d’une équipe projet ICE interministérielle. Rapport d’activité /
avec ce Ministère pour la mise en place d’une équipe projet ICE interministérielle. Rapport d’activité /
avec ce Ministère pour la mise en place d’une équipe projet ICE interministérielle. Rapport d’activité /
avec ce Ministère pour la mise en place d’une équipe projet ICE interministérielle. Rapport d’activité /

Rapport d’activité / 2013

25
25
avec ce Ministère pour la mise en place d’une équipe projet ICE interministérielle. Rapport d’activité /

III. SySTèME D’INFORMATION DéCISIONNEL

Suite à la relance du projet relatif au Système d’Information Décisionnel (SID) de la DGI, la réalisation a été déclenchée en mars 2013 avec un nouveau prestataire.

La première phase concernant la conception du système Décisionnel a été achevée.

IV. RENFORCER ET SéCURISER L’INFRASTRUCTURE INFORMATIQUE

A. Nouvelles applications

Simplification de la délivrance des attestations fiscales

Dans le cadre de la simplification de la procédure de la délivrance des attestations fiscales grevant l’immeuble, liées au transfert de propriété immobilière, trois applications ont été conçues pour gérer cette procédure, il s’agit de :

L’application de réception des demandes de renseignement de la TGR ;conçues pour gérer cette procédure, il s’agit de : L’application de prise en charge des demandes

L’application de prise en charge des demandes de renseignements par la DGI ;de réception des demandes de renseignement de la TGR ; l’application d’envoi des réponses de la

l’application d’envoi des réponses de la demande des renseignements.prise en charge des demandes de renseignements par la DGI ; Gestion du courrier Dans le

Gestion du courrier

Dans le cadre de la mise en place d’une solution de gestion du courrier à l’échelle du Ministère, la DGI a contribué aux différents travaux de ce projet notamment à travers l’étude et la validation des documents livrés par le prestataire.

L’application a été testée par les différentes Directions du Ministère y compris la DGI et une formation des formateurs sur la solution « eRSAL » a été assurée.

Centre d’Information Téléphonique

La mise en œuvre du Centre d’Information Téléphonique de la DGI a nécessité des actions d’installation matérielle et logicielle de la plateforme, de configuration et de paramétrage de la solution.

B. Maintenance des applications du système d’information actuel

Applications métier

Cette année a connu l’élaboration et le déploiement de module applicatif pour la prise en charge de la contribution à l’appui à la cohésion sociale (CACS) ainsi que l’assistance des utilisateurs. Au cours de cette année, le nombre total de Logs ouverts concernant les applications du SIA s’élève à 148 dont 136 ont été résolus soit 91,89%.

En outre, une assistance a été fournie aux Receveurs de l’Administration Fiscale notamment ceux nouvellement nommés.

Applications de support

Gestion du courrier

Dans le cadre de la mise en place d’une solution de gestion du courrier à l’échelle du Ministère, une équipe de la DGI a participé à l’étude des besoins, à la rédaction du CPS et du règlement de

26
26

Rapport d’activité / 2013

consultation et au lancement de l’appel d’offre y afférent. Cette équipe a également participé à l’étude technique des offres et à l’élaboration du rapport de la sous commission technique.

La maintenance de l’application actuelle de la gestion du courrier de la DGI a été poursuivie ainsi que l’assistance des utilisateurs.

Gestion des interactions avec le contribuable

Dans le cadre du plan d’action à court terme du projet « Développer et déployer un outil de Gestion des interactions avec le contribuable », l’application « Bureau d’accueil » de la Direction Régionale des Impôts de Casablanca a été retenue comme solution provisoire à déployer au niveau des Directions régionales. C’est ainsi qu’après son amélioration, l’application a été déployée au niveau des sièges de toutes les Directions régionales.

C. Exploitation

L’adhésion des sociétés aux services «SIMPL» en 2013 a nécessité de créer et de renouveler 3 585 certificats correspondant à 1729 adhérents.

Les prélèvements bancaires concernant les télépaiements TVA et IS communiqués en 2013 aux banques ont atteint 34 462 prélèvements contre 33 391 en 2012, en évolution de 7,74%.

En 2013, il a été procédé, en partenariat avec Poste Maroc, au tirage de 3 984 956 avis d’imposition de la Taxe d’habitation/Taxe des Services Communaux, la Taxe Professionnelle et l’Impôt sur le Revenu

contre

Les systèmes informatiques ont permis la prise en charge des opérations de recouvrement dont les plus importantes sont présentées dans le tableau suivant :

3 743 912 avis en 2012, soit une augmentation de +6,4%.

Opérations de paiements spontanés

Opérations de paiements différés

Opérations de

Opérations

télépaiements

des DET

IS

TVA

IR/S

IS

TVA

IR/S

IS

TVA

 

300 531

1 547 639

23 133

53 543

59 255

18 467

22 655

11 803

2 151 724

Les échanges entre la DGI et ses partenaires, la TGR et l’ADII, se sont poursuivis en 2013 et ont porté entre autres sur les importations/exportations, les comptes échus et non régularisés et les achats en suspension de la T.V.A à l’importation (Admission temporaire).

Dans le cadre du support aux utilisateurs, 2025 appels ont été traités par les équipes internes de la DGI et ont porté principalement sur les applications informatiques (SIA, SIT et SIMPL) et bureautiques (Windows, Office, Outlook, antivirus, messagerie et archivage) et 1612 appels ont été traités par les prestataires assurant la maintenance des systèmes et des applications.

assurant la maintenance des systèmes et des applications. E. Réseaux informatiques Au cours de l’année 2013,
assurant la maintenance des systèmes et des applications. E. Réseaux informatiques Au cours de l’année 2013,
assurant la maintenance des systèmes et des applications. E. Réseaux informatiques Au cours de l’année 2013,

E. Réseaux informatiques

des systèmes et des applications. E. Réseaux informatiques Au cours de l’année 2013, il a été

Au cours de l’année 2013, il a été procédé à l’installation du câblage informatique du siège de la DRI de Rabat et du Bureau d’accueil du siège de la DRI d’Agadir, et à l’extension du câblage du siège de la DRI d’El Jadida, de la subdivision de Sidi Bennour et de la DPPP de Témara.

de la subdivision de Sidi Bennour et de la DPPP de Témara. Le Service des Réseaux

Le Service des Réseaux a coordonné les opérations régulières de maintenance des équipements d’interconnexion prévues dans 5 contrats de maintenance et a procédé à l’étude et à l’évaluation des besoins ayant conduit à la conclusion d’un marché pour le renouvellement des équipements de routage.

Rapport d’activité / 2013

27
27
à la conclusion d’un marché pour le renouvellement des équipements de routage. Rapport d’activité / 2013

En vue d’améliorer la qualité du réseau, il a été procédé à l’augmentation des débits de 30 accès et dans le cadre de l’amélioration du taux de disponibilité du son réseau, la DGI a procédé à la dotation des 40 sites les plus importants en accès data secondaires de secours.

Le taux de disponibilité des accès data au niveau du réseau étendu durant l’année 2013 a atteint

99,99%.

Un second accès Internet a été mis en production auprès d’un 2 ème opérateur pour garantir l’accès aux télé-services en cas d’interruption ou de dégradation de la liaison principale (le taux de disponibilité du SIMPL a atteint : 99,86%).

Le site abritant les plateformes de secours a été doté en équipements réseau nécessaires et connecté au siège.

Par ailleurs, le réseau étendu a connu la connexion des représentants de la DGI aux Centres Régionaux d’Investissement de Rabat, Marrakech, Agadir et Tanger.

F. Sécurité du système d’information

Une convention a été signée en 2013 pour l’adhésion de la DGI au Centre de veille, de détection et de réaction aux attaques informatiques (maCERT) afin de bénéficier des services de supervision par ce dernier du système d’information de la DGI.

La DGI a procédé à l’acquisition, l’installation et la mise en œuvre d’une nouvelle version de sa solution antivirale, pour la protection de 4000 postes de travail et de 43 serveurs. Cette version a été enrichie par plusieurs fonctionnalités permettant de renforcer la sécurité des postes.

G. Bureautique

La DGI a poursuivi le renforcement et le renouvellement de son parc par l’acquisition et le déploiement de 100 postes de travail et de 440 imprimantes laser.

Il a été également procédé à la livraison et à l’installation des 33 imprimantes laser destinées aux tirages des rôles au niveau des Directions Régionales.

h. Messagerie

Il a été procédé au retrait définitif de la plateforme installée en 2003 et à la mise en service de la plateforme de backup.

237 nouveaux comptes de messagerie ont été créés en 2013 et le service a été assuré à 4658 boîtes aux lettres avec un taux de disponibilité de la plateforme qui s’est établi à 99,58%.

28
28

Rapport d’activité / 2013

r eNforcer l ’ actioN de l ’ adMiNistratioN eN Matiere de coNtrole Le renforcement

reNforcer l actioN de l adMiNistratioN eN Matiere de coNtrole

Le renforcement du contrôle fiscal, orientation stratégique de la DGI, a été décliné à travers plusieurs actions à la fois en amont, en cours et en aval des travaux de contrôle :

Ciblage optimisé des dossiers à programmer à travers la mise en place d’un système informatisé d’analyse risque. L’outil est en phase d’adaptation et il est prévu de le lancer pour la programmation de l’année 2015 ;en amont, en cours et en aval des travaux de contrôle : Amplification des échanges avec

Amplification des échanges avec les différents partenaires en vue de développer les synergies entre administrations et de renforcer la lutte contre la fraude fiscale ;de le lancer pour la programmation de l’année 2015 ; Accentuation du recours aux divers modes

Accentuation du recours aux divers modes opératoires du contrôle fiscal : contrôles ponctuels, contrôles sur pièces, contrôles conjoints avec l’A.D.I.I. et l’Office des Changes ;et de renforcer la lutte contre la fraude fiscale ; Mise en service d’un outil d’aide

Mise en service d’un outil d’aide à la vérification et informatisation des processus et activités du contrôle fiscal à travers des applications dédiées. L’outil est en phase d’adaptation ;conjoints avec l’A.D.I.I. et l’Office des Changes ; Activation des travaux de finalisation du guide de

Activation des travaux de finalisation du guide de vérification orienté métier, outil essentiel pour la rationalisation et l’harmonisation du travail de contrôle. Sa finalisation est prévue en 2014 ;dédiées. L’outil est en phase d’adaptation ; Prévision de renforcement substantiel des effectifs

Prévision de renforcement substantiel des effectifs affectés au contrôle fiscal ; une centaine d’inspecteurs vérificateurs en 2014.travail de contrôle. Sa finalisation est prévue en 2014 ; Les résultats du contrôle fiscal sont

Les résultats du contrôle fiscal sont notamment appréciés à travers :

Les droits recouvrés ;du contrôle fiscal sont notamment appréciés à travers : Les droits émis suite à vérification ;

Les droits émis suite à vérification ;notamment appréciés à travers : Les droits recouvrés ; Le nombre de dossiers vérifiés ; Le

Le nombre de dossiers vérifiés ;recouvrés ; Les droits émis suite à vérification ; Le rythme d’apurement des dossiers par les

Le rythme d’apurement des dossiers par les commissions.suite à vérification ; Le nombre de dossiers vérifiés ; A- Droits recouvrés (Contrôle sur pièces

A- Droits recouvrés (Contrôle sur pièces et sur place)

A- Droits recouvrés (Contrôle sur pièces et sur place) En milliers de DH Désignation 2012 2013
En milliers de DH Désignation 2012 2013 Taux de variation Droits recouvrés 7 883 000
En milliers de DH
Désignation
2012
2013
Taux de variation
Droits recouvrés
7 883 000
9 653 000
+22,45%

Par rapport à l’année 2012, les droits recouvrés en matière de contrôle au titre de 2013, ont enregistré une variation de 22,45%. Cette évolution a concerné aussi bien le contrôle sur place que le contrôle sur pièces.

Cette performance a été réalisée en dépit de l’insuffisance des effectifs des contrôleurs externes.

a été réalisée en dépit de l’insuffisance des effectifs des contrôleurs externes. Rapport d’activité / 2013
a été réalisée en dépit de l’insuffisance des effectifs des contrôleurs externes. Rapport d’activité / 2013

Rapport d’activité / 2013

29
29
a été réalisée en dépit de l’insuffisance des effectifs des contrôleurs externes. Rapport d’activité / 2013

Répartition des droits recouvrés selon l’aboutissement de la procédure (Contrôle sur place) :

En milliers de DH

   

Droits

   

%

par

 

Motif de la taxation

recouvrés en

2012

%

par rapport

au total

Droits recouvrés

en 2013

rapport au

total

%

de

variation

Accords

4

088 664

 

97,8%

4

960 426

98,28%

21,32%

Taxations d’office

 

9 998

 

0,2%

 

49

710

0,98%

397,19%

Décisions des

         

commissions

 

80 202

 

1,9%

 

37

166

0,74%

-53,65%

Total général

4

178 864

 

100%

5

047 303

100%

22,45%

B -Droits émis (Contrôle sur place)

En milliers de DH

Désignation

2012

2013

Taux de variation

Droits émis

6 229 730

7 864 826

+26,24%

Répartition des droits émis selon l’aboutissement de la procédure :

En milliers de DH

       

%

par

 

Motif de la taxation

Droits émis

en 2012

%

par rapport

au total

Droits émis en

2013

rapport au

total

%

de

variation

Accords

4

666 273

 

74,90%

4

886 474

62,13%

4,72%

Taxations d’office

846

506

 

13,59%

1

082 489

13,76%

27,88%

Décisions des

         

commissions

716

951

 

11,51%

1

895 863

24,11%

164,43%

Total général

6

229 730

 

100%

7

864 826

100%

26,25%

Par comparaison avec l’année 2012, les droits émis au titre de 2013, font apparaître une évolution de 26,25%, avec une forte progression des émissions suite à décisions de commissions (+164,43%).

C- Nombre de dossiers vérifiés

Désignation

2012

2013

Taux de variation

Nombre de dossiers vérifiés

1

774

1 415

-20,2 %

Ce chiffre est constitué de :

1092 dossiers ayant fait l’objet de vérifications générales de comptabilités ;1 774 1 415 -20,2 % Ce chiffre est constitué de : 323 dossiers ayant été

323 dossiers ayant été soumis à contrôle ponctuel.l’objet de vérifications générales de comptabilités ; Au titre de l’année 2013 le nombre de dossiers

Au titre de l’année 2013 le nombre de dossiers vérifiés a enregistré une baisse de 20.2% par rapport à 2012. Cette baisse en nombre, en partie due à la baisse des effectifs des vérificateurs, a été largement compensée par l’importance des dossiers à fort enjeu fiscal, ce qui s’est traduit par une augmenta- tion importante du rendement des dossiers.

30
30

Rapport d’activité / 2013

D- Evolution des travaux des commissions

Commissions locales de taxation (CLT)

Nombre de dossiers examinés

 

Nature des contrôles

 

Vérification de comptabilité IS -IR (professionnel)-TVA

Contrôles d’IR/PF et des DE

Total

 

Années

Nombre de dossiers traités

 

Année 2012

441

1390

1831

Année 2013

530

1402

1932

Evolution 2013/2012

20%

1%

6%

Commission Nationale du recours fiscal (CNRF) :

 

1.

Répartition des recours formulés auprès de la CNRF par nature de contrôle

 
 

Nature des contrôles

 

Vérification de comptabilité IS -IR (professionnel)-TVA

Contrôles d'IR/PF et des DE

Total

 

Années

Nombre de dossiers traités

 

ANNEE 2012

340

500

840

ANNEE 2013

322

305

627

Evolution 2013/2012

-5%

-39%

-25%

2.

Répartition des décisions rendues par la CNRF par nature de contrôle

 
 

Nature des contrôles

 

Vérification de comptabilité IS -IR (professionnel)-TVA

Contrôles d'IR/PF et des DE

Total

 

Années

Nombre de dossiers traités

 

ANNEE 2012

314

390

704

ANNEE 2013

367

500

 

Evolution 2013/2012

17%

28%

867 23%
867
23%
500   Evolution 2013/2012 17% 28% 867 23% L’analyse des statistiques relatives aux affaires

L’analyse des statistiques relatives aux affaires traitées par les différentes commissions locales de taxa- tion (CLT) et par la commission nationale du recours fiscal (CNRF), appelle les observations suivantes :

recours fiscal (CNRF), appelle les observations suivantes : une augmentation de l’ordre de 6% du nombre

une augmentation de l’ordre de 6% du nombre de dossiers examinés par les CLT au cours de l’année 2013 par rapport à 2012 ;recours fiscal (CNRF), appelle les observations suivantes : une diminution de l’ordre de 25% du nombre

une diminution de l’ordre de 25% du nombre de recours formulés auprès de la CNRF au cours de l’année 2013 par rapport à l’année 2012 ;les CLT au cours de l’année 2013 par rapport à 2012 ; une amélioration du rythme

une amélioration du rythme d’apurement des dossiers soumis à l’appréciation de la CNRF. Au cours de l’année 2013, le nombre de dossiers examinés par la CNRF (et dont les décisions sont notifiées aux parties) s’élève à 867 dossiers contre 704 en 2012, soit une augmentation de 23%.au cours de l’année 2013 par rapport à l’année 2012 ; La conjonction de cette augmentation

La conjonction de cette augmentation avec la diminution des recours précédemment mentionnés est à l’origine de la baisse notable des stocks de dossiers au niveau de la CNRF qui est passé de 760 dossiers en 2012 à 520 en 2013.

de dossiers au niveau de la CNRF qui est passé de 760 dossiers en 2012 à

Rapport d’activité / 2013

31
31
de dossiers au niveau de la CNRF qui est passé de 760 dossiers en 2012 à
d evelopper uNe parfaite Maitrise du Metier du recouvreMeNt Depuis 2004, la DGI a progressivement

developper uNe parfaite Maitrise du Metier du recouvreMeNt

Depuis 2004, la DGI a progressivement pris en charge le recouvrement des principaux impôts et taxes (IS, TVA et partiellement l’IR) qui étaient gérés avant cette date par la Trésorerie Générale du Royaume.

Cette opération de transfert s’est traduite par des actions visant un meilleur traitement des dossiers des contribuables (gestion du remboursement de la TVA et restitution de l’IS, centralisation des opérations comptables, réduction des litiges, suivi des régularisations, contrôle et suivi des déclarations).

Pour répondre à cette mission, la DGI a procédé au recrutement et à la formation du personnel chargé du recouvrement tout en mettant à sa disposition les moyens d’accompagnement nécessaires (création des Recettes de l’Administration Fiscale, affectation de locaux, de matériel informatique).

Le réseau comptable de la DGI assure aujourd’hui le recouvrement de plus de 88% des impôts d’Etat.

L’action en recouvrement se fait en deux phases :

La phase du recouvrement à l’amiable ;L’action en recouvrement se fait en deux phases : La phase du recouvrement forcé, le cas

La phase du recouvrement forcé, le cas échéant.en deux phases : La phase du recouvrement à l’amiable ; La finalité de l’action en

La finalité de l’action en recouvrement est d’aboutir dans l’idéal à un paiement dans les meilleurs délais. A défaut de recouvrement amiable, le Receveur de l’Administration Fiscale (RAF) procède au recouvrement forcé en mettant en œuvre les voies d’exécution prévues en la matière, en application stricte du code de recouvrement des créances publiques (CRCP).

I. AMéLIORATION DU RECOUVREMENT

Dans le cadre de la réalisation de son plan stratégique, la DGI a engagé des actions d’amélioration du recouvrement, principalement à travers :

le renforcement des effectifs des RAF ;du recouvrement, principalement à travers : la formation avec notamment : - La programmation de sessions

la formation avec notamment :à travers : le renforcement des effectifs des RAF ; - La programmation de sessions de

- La programmation de sessions de formation portant sur des thèmes pointus au profit du personnel dédié au recouvrement (recouvrement forcé, le contentieux du recouvrement, etc.) ;

- La programmation d’un cycle de formation à distance sur le « Recouvrement forcé » au profit du personnel chargé du Recouvrement ;

32
32

Rapport d’activité / 2013

- L’organisation de sessions spécifiques de formation de formateurs destinées aux intervenants internes de la DGI (Package pédagogique pour formateurs domaines du recouvrement) ;

- La désignation de cadres pour bénéficier des formations en matière de recouvrement à l’étranger ;

l’aménagement des locaux dédiés au recouvrement en vue de les adapter aux exigences de cette fonction ;formations en matière de recouvrement à l’étranger ; la création à l’instar de la TGR, de

la création à l’instar de la TGR, de la Recette Centrale, chargée des télépaiements et de la consolidation des états comptables ;en vue de les adapter aux exigences de cette fonction ; Le renforcement de la collaboration

Le renforcement de la collaboration avec les divers organismes intervenant dans les différentes étapes du recouvrement forcé (TGR, Bank Al Maghrib, ADII, Office des Changes, GBPM, Conservation Foncière, CNSS, CIMR).et de la consolidation des états comptables ; En outre, la réflexion est menée pour créer

En outre, la réflexion est menée pour créer au niveau des Directions Régionales, des Services régionaux de recouvrement à l’instar de celui de Marrakech ainsi que des pôles chargés du recouvrement forcé .

II. RECOUVREMENT FORCé

Au titre de l’année 2013, les réalisations en matière de l’action en recouvrement forcé ont permis des recettes d’un montant de 2 947 millions de dirhams .

En outre, le montant recouvré suite à l’application de l’article 10 de la LF 2013 est de 1 360 MDHS pour la partie recouvrée par la DGI et de 1205 MDHS pour la partie TGR, soit un total de 2565 MDHS. Les recettes sont ventilées comme suit :

de 2565 MDHS. Les recettes sont ventilées comme suit : TVA : 270 MDHS IS :
de 2565 MDHS. Les recettes sont ventilées comme suit : TVA : 270 MDHS IS :

TVA: 270 MDHS

:

270 MDHS

IS: 858 MDHS

:

858 MDHS

: 1193 MDHScomme suit : TVA : 270 MDHS IS : 858 MDHS IR DET : 151 MDHS

IR

DET: 151 MDHS

:

151 MDHS

Autres: 93 MDHS

:

93 MDHS

IS : 858 MDHS : 1193 MDHS IR DET : 151 MDHS Autres : 93 MDHS
IS : 858 MDHS : 1193 MDHS IR DET : 151 MDHS Autres : 93 MDHS
IS : 858 MDHS : 1193 MDHS IR DET : 151 MDHS Autres : 93 MDHS
IS : 858 MDHS : 1193 MDHS IR DET : 151 MDHS Autres : 93 MDHS
IS : 858 MDHS : 1193 MDHS IR DET : 151 MDHS Autres : 93 MDHS

Rapport d’activité / 2013

33
33
IS : 858 MDHS : 1193 MDHS IR DET : 151 MDHS Autres : 93 MDHS
v aloriser le capital huMaiN L’effectif de la Direction Générale des Impôts au 31 décembre

valoriser le capital huMaiN

L’effectif de la Direction Générale des Impôts au 31 décembre 2013 est de 4735 personnes, dont 88% relèvent des services extérieurs.

44% de nos effectifs sont des femmes.

I. GESTION PRéVISIONNELLE DES RESSOURCES hUMAINES

A.Détermination des besoins des DRI en effectifs

Afin de permettre une affectation judicieuse des cadres et agents nouvellement recrutés, une étude a été menée sur la base des besoins réels et par métier des différentes DRI. Elle a fait ressortir un besoin global de 393 cadres supérieurs et moyens répartis en 67% au niveau de l’Assiette et 33% pour les entités chargées de l’Enregistrement, de l’Accueil, du Recouvrement et des Affaires Judiciaires.

B. Cartographie des Ressources humaines de la DGI

Dans le cadre de l’élaboration d’outils d’aide à la décision en matière de Ressources Humaines, la DGI a élaboré un livret qui dresse une cartographie globale du capital humain de la DGI et présente une analyse de ses principales composantes.

Ce livret fait ressortir les principales informations suivantes :

Evolution des Effectifs entre 2002 et 2013 ;fait ressortir les principales informations suivantes : Répartition des effectifs entre Service central/Services

Répartition des effectifs entre Service central/Services extérieurs ;suivantes : Evolution des Effectifs entre 2002 et 2013 ; Répartition des effectifs de la DGI

Répartition des effectifs de la DGI par DRI ;des effectifs entre Service central/Services extérieurs ; Répartition des effectifs par genre ; Répartition par

Répartition des effectifs par genre ;extérieurs ; Répartition des effectifs de la DGI par DRI ; Répartition par catégorie de personnel

Répartition par catégorie de personnel ;de la DGI par DRI ; Répartition des effectifs par genre ; Répartition des effectifs par

Répartition des effectifs par âge ;par genre ; Répartition par catégorie de personnel ; Répartition des effectifs par famille professionnelle ;

Répartition des effectifs par famille professionnelle ;de personnel ; Répartition des effectifs par âge ; Répartition des effectifs par famille professionnelle et

Répartition des effectifs par famille professionnelle et par genre ;; Répartition des effectifs par famille professionnelle ; Répartition des effectifs des familles professionnelles par

Répartition des effectifs des familles professionnelles par échelle ;des effectifs par famille professionnelle et par genre ; Prévision des départs à la retraite par

Prévision des départs à la retraite par famille professionnelle 2013-2017 ;des effectifs des familles professionnelles par échelle ; Prévision des départs à la retraite par genre

Prévision des départs à la retraite par genre ;à la retraite par famille professionnelle 2013-2017 ; Prévisions des départs à la retraite des responsables

Prévisions des départs à la retraite des responsables par famille professionnelle.par famille professionnelle 2013-2017 ; Prévision des départs à la retraite par genre ; 34 Rapport

34
34

Rapport d’activité / 2013

C.

Réorganisation des Structures

En 2013, le processus de réorganisation des entités centrales et régionales a été poursuivi, en tenant compte du profil et de la taille des contribuables, ainsi que de l’évolution de la matière imposable.

La mise en œuvre de ce processus a été particulièrement marquée par :

Ia mise en place d’une structure chargée de la gestion des Télé-Services ayant pour objectif la prise en charge à distance des demandes d’informations et la délivrance de renseignements au public ainsi que l’assistance des contribuables dans les télé-procédures ;de ce processus a été particulièrement marquée par : la réorganisation des deux Services Régionaux d’Assiette

la réorganisation des deux Services Régionaux d’Assiette de la DRI de Settat ;des contribuables dans les télé-procédures ; la création d’une Subdivision polyvalente à la ville de

la création d’une Subdivision polyvalente à la ville de Lâayoune ;deux Services Régionaux d’Assiette de la DRI de Settat ; la réorganisation des structures de la

la réorganisation des structures de la DIP des Personnes Physiques Ain Chock-Hay Hassani, à travers la spécialisation des Services Polyvalents en Particuliers et Professionnels ;d’une Subdivision polyvalente à la ville de Lâayoune ; la création d’une 2 è m e

la création d’une 2 è m e Subdivision des Particuliers au sein de la DRI d’Oujda ; ème Subdivision des Particuliers au sein de la DRI d’Oujda ;

la création de nouveaux Bureaux d’Accueil et de Coordination au niveau des DRI de Marrakech, El Jadida et Béni Mellal.Subdivision des Particuliers au sein de la DRI d’Oujda ; D. Mobilité des responsables et Nominations

D. Mobilité des responsables et Nominations dans les postes de responsabilité

Parallèlement à l’organisation des structures, il a été procédé à la nomination de 13 responsables à des fonctions supérieures répartis entre 5 Directeurs Régionaux, 7 Directeurs Inter-Préfectoraux et 1 Directeur Préfectoral.

Par ailleurs, il a été procédé, au cours de 2013, au lancement de 10 appels à candidature ayant donné lieu à la nomination de 85 responsables.

L’année 2013 a été également marquée par l’organisation d’une opération de confirmation dans les postes de responsabilité d’un chef de subdivision et de trois Receveurs de l’Administration Fiscale ainsi que la désignation de 26 intérimaires.

Enfin, sur 20 demandes de mutations de responsables étudiées, 13 ont été satisfaites.

E. Renforcement des effectifs chargés du contrôle

E. Renforcement des effectifs chargés du contrôle Dans le cadre du renforcement de l’effectif du contrôle

Dans le cadre du renforcement de l’effectif du contrôle fiscal, la DGI a procédé à la révision de la procédure de sélection des Vérificateurs en adoptant les mesures suivantes :

des Vérificateurs en adoptant les mesures suivantes : Présélection, sur dossier, des candidats répondant aux

Présélection, sur dossier, des candidats répondant aux critères de sélection ;des Vérificateurs en adoptant les mesures suivantes : Programmation d’une formation d’une durée de 2 mois

des candidats répondant aux critères de sélection ; Programmation d’une formation d’une durée de 2 mois

Programmation d’une formation d’une durée de 2 mois au profit des candidats présélectionnés ;des candidats répondant aux critères de sélection ; Organisation d’un test écrit ; Programmation d’un stage

Organisation d’un test écrit ;de 2 mois au profit des candidats présélectionnés ; Programmation d’un stage pratique d’une année au

Programmation d’un stage pratique d’une année au profit des candidats admis ;présélectionnés ; Organisation d’un test écrit ; Confirmation en qualité de vérificateur après une année

pratique d’une année au profit des candidats admis ; Confirmation en qualité de vérificateur après une
pratique d’une année au profit des candidats admis ; Confirmation en qualité de vérificateur après une

Confirmation en qualité de vérificateur après une année de stage pratique.pratique d’une année au profit des candidats admis ; Un appel à candidature a été lancé

Un appel à candidature a été lancé et a abouti à la sélection de 61 candidats, dont 52 ont passé avec succès le test final.

a abouti à la sélection de 61 candidats, dont 52 ont passé avec succès le test

Rapport d’activité / 2013

35
35
a abouti à la sélection de 61 candidats, dont 52 ont passé avec succès le test

F. Opération de sélection pour l’emploi d’Opérateur du Centre d’Information Téléphonique

Suite à la mise en place de la structure chargée de la gestion des télé-services, il a été procédé au lancement de l’opération de sélection pour l’emploi d’Opérateur du Centre d’Information Téléphonique en date du 15/04/2013. A l’issue de cette opération, 10 opérateurs, sur 31 candidats, ont été retenus.

Suite à la mise en place de la structure chargée de la gestion des télé-services, il a été procédé au lancement de l’opération de sélection pour l’emploi d’Opérateur du Centre d’InformationTéléphonique.

A l’issue de cette opération, 10 opérateurs, sur 31 candidats, ont été retenus.

De même, le Centre d’Information Téléphonique a été renforcé par un 2 ème superviseur ayant l’expérience professionnelle requise en matière de gestion fiscale.

G. Renforcement des structures en Rh

Il a été procédé, à l’issue d’une formation théorique, à l’affectation au niveau opérationnel de 349 cadres et techniciens recrutés au titre de l’année 2012. Ces affectations ont été effectuées dans le respect de l’adéquation Poste-Profil, et selon les besoins, les priorités, et les demandes des cadres concernés.

Le tableau ci-après illustre la répartition, par famille professionnelle, des nouvelles recrues (Cadres et Techniciens).

Famille Professionnelle

Cadres Supérieurs

Techniciens 3 ème Grade

TOTAL

%

Assiette

185

115

300

86

Recouvrement

13

33

46

13

Support

1

2

3

1

TOTAL

199

150

349

100%

h. Opération de redéploiement

Dans le cadre du renforcement des effectifs, et sur 23 demandes de redéploiement et de détachement formulées par des cadres intéressés par la DGI, 5 cadres ont été retenus.

Par ailleurs et dans le cadre de la mobilité inter-directions, 177 demandes de mutation ont été traitées, donnant lieu à la satisfaction de 105 d’entre elles.

I. Départs à la retraite

Au titre de l’année 2013, 172 cadres et agents ont été admis à la retraite pour limite d’âge, soit 3% de l’effectif global de la DGI.

36
36

Rapport d’activité / 2013

80% de ces départs ont touché essentiellement les familles Assiette, Contrôle et Recouvrement et sont répartis comme suit :

Famille Professionnelle

Nombre de départs à la retraite

%

ASSIETTE

86

50%

CONTRÔLE

26

15%

RECOUVREMENT

26

15%

SUPPORT

26

15%

PILOTAGE ET MANAGEMENT

5

3%

LEGISLATION, ETUDES ET COOPERATION INTERNATIONNALE

3

2%

TOTAL

172

100%

J. Recrutement

Afin de combler le manque engendré par les départs à la retraite qui deviennent de plus en plus massifs, la DGI a procédé en 2013 au recrutement de 152 cadres supérieurs, répartis en 20 Ingénieurs et 132 Administrateurs 2 ème grade.

Dans ce cadre, il convient de préciser que la DGI a organisé, au profit des différentes Directions du MEF, une opération de recrutement de 96 Ingénieurs.

Par ailleurs, la DGI a participé à l’organisation, en collaboration avec la TGR, au recrutement de 386 Administrateurs 2 ème grade, au profit du MEF.

II. FORMATION

Suite à l’orientation stratégique de développer un dispositif de formation performant, un rapport sur la réingénierie de formation à la DGI a été adopté, avec la participation des responsables centraux et régionaux.

L’objectif principal de la nouvelle approche de formation est de doter la DGI d’un système de formation dynamique permettant d’adapter les actions de formation aux besoins individuels en compétences, en capitalisant sur les points forts du système actuel et en s’inscrivant dans une démarche d’amélioration continue.

Le plan d’action de réingénierie de la formation est étalé sur les 3 phases suivantes :

de la formation est étalé sur les 3 phases suivantes : une première phase d’alignement de

une première phase d’alignement de la formation sur la stratégie de la DGI prévue en 2014 ;de la formation est étalé sur les 3 phases suivantes : une seconde phase dédiée à

la formation sur la stratégie de la DGI prévue en 2014 ; une seconde phase dédiée

une seconde phase dédiée à la personnalisation de la formation sera mise en œuvre en 2015;la formation sur la stratégie de la DGI prévue en 2014 ; une troisième phase de

de la formation sera mise en œuvre en 2015; une troisième phase de consolidation du système

une troisième phase de consolidation du système de la formation prévue en 2016.de la formation sera mise en œuvre en 2015; Le système de formation projeté est appelé

Le système de formation projeté est appelé à adopter de nouvelles techniques et outils, notamment en matière d’identification des besoins individuels en formation, d’évaluation d’impact, de gestion des hauts potentiels et de préparation de la relève, de transfert des compétences, de knowledge management et de e-formation.

de la relève, de transfert des compétences, de knowledge management et de e-formation. Rapport d’activité /
de la relève, de transfert des compétences, de knowledge management et de e-formation. Rapport d’activité /
de la relève, de transfert des compétences, de knowledge management et de e-formation. Rapport d’activité /

Rapport d’activité / 2013

37
37
de la relève, de transfert des compétences, de knowledge management et de e-formation. Rapport d’activité /

En 2013, 531 sessions de formation ont été dédiées aux métiers de base de la DGI (assiette, contrôle et recouvrement) et ont bénéficié à 2.091 cadres et agents, soit un taux d’accès de 48% de l’ensemble des effectifs de la DGI. Dans le cadre de l’accompagnement du déploiement du SIT, 48 sessions ont été organisées sur ses applications et 782 cadres et agents en ont bénéficié.

Le dispositif de formation a concerné 3 volets : la Formation Initiale, la Formation Continue et la Formation dans le cadre de la Coopération Internationale et du Partenariat avec les Instituts de formation.

Le tableau ci-après, reflète l’effort déployé par la DGI en matière de formation en 2013 :

Axe de formation / Indicateurs

JhF

Effectifs

Fréquence de

Nombre de

bénéficiaires

participation

sessions

Fiscalité

30 584,94

1 092

6,8

272

Comptabilité

3 065,57

583

1,1

38

Contrôle

1 806,00

721

1,4

50

Management

924

340

1,2

55

Langues

901,33

93

1,6

59

Système d'information & Informatique

670,37

1223

1,1

24

Applications du SIT : Système Intégré de Taxation

3001

782

-

48

Audit, Inspection et Contrôle de Gestion

538

111

1

10

Affaires Juridiques et Contentieux

394

164

1

10

Logistique, Patrimoine et Achats

147

45

1,1

3

Budget et Loi de Finances

111

47

1

2

Economie et Finances

47

3

1,7

3

Domaine Privé de l'Etat

36

18

1

1

Gestion des Ressources Humaines

18

4

1

2

Techniques de Communication et Information

10,5

6

1

2

III. ACTION SOCIALE

En vue de contribuer à assurer l’épanouissement du personnel de la DGI et à répondre à ses attentes en matière sociale, les actions suivantes ont été mises en œuvre au cours de l’année 2013 :

A. Activités sociales

Traitement et liquidation de 44 dossiers de demandes de secours ;œuvre au cours de l’année 2013 : A. Activités sociales Octroi d’aides financières à 23 pèlerins

Octroi d’aides financières à 23 pèlerins ;et liquidation de 44 dossiers de demandes de secours ; Traitement de 69 dossiers de décoration

Traitement de 69 dossiers de décoration du personnel de la DGI en reconnaissance de leurs bons et loyaux services ;de secours ; Octroi d’aides financières à 23 pèlerins ; Organisation d’une opération de collecte de

Organisation d’une opération de collecte de sang, suivie d’analyses gratuites au profit du personnel de l’Administration Centrale ;la DGI en reconnaissance de leurs bons et loyaux services ; Célébration de la journée en

Célébration de la journée en l’honneur des retraités ;suivie d’analyses gratuites au profit du personnel de l’Administration Centrale ; 38 Rapport d’activité / 2013

38
38

Rapport d’activité / 2013

Organisation de campagnes de dépistage de l’hépatite (HVC) au profit du personnel des DRI de Meknès, Fès, Nador et Oujda ;Organisation d’une campagne de dépistage du diabète et de l’hypertension, en partenariat avec l’Association des

Organisation d’une campagne de dépistage du diabète et de l’hypertension, en partenariat avec l’Association des Femmes du Ministère de l’Économie et des Finances, au profit du personnel relevant des Services Centraux et des DRI de Rabat-Salé, Casablanca, Kénitra et Marrakech ;du personnel des DRI de Meknès, Fès, Nador et Oujda ; Organisation d’une campagne de dépistage

Organisation d’une campagne de dépistage du cancer du sein au profit du personnel féminin de la DRI d’Agadir ;des DRI de Rabat-Salé, Casablanca, Kénitra et Marrakech ; Organisation d’une opération de dépistage du cancer

Organisation d’une opération de dépistage du cancer du sein à l’Institut National d’Oncologie Sidi Mohamed Ben Abdellah de Rabat, au profit des femmes fonctionnaires, des filles et épouses ;sein au profit du personnel féminin de la DRI d’Agadir ; Aménagement et suivi de la

Aménagement et suivi de la gestion du Centre d’accueil de Rabat, destiné à l’hébergement des nouvelles recrues durant leur stage de formation.profit des femmes fonctionnaires, des filles et épouses ; B. Activités Culturelles et Sportives S’agissant des

B. Activités Culturelles et Sportives

S’agissant des activités à caractère culturel et sportif, celles-ci peuvent être déclinées comme suit :

Célébration de la Journée Mondiale de la Femme ;et sportif, celles-ci peuvent être déclinées comme suit : Inscription et réinscription des enfants du personnel

Inscription et réinscription des enfants du personnel de la DGI aux cours d’anglais pour l’année 2013-2014 ;suit : Célébration de la Journée Mondiale de la Femme ; Exposition d’œuvres photographiques de fonctionnaires

Exposition d’œuvres photographiques de fonctionnaires talentueux dans les locaux des Services Centraux du 05 au 07 juin 2013 ;de la DGI aux cours d’anglais pour l’année 2013-2014 ; Organisation d’une conférence sur le thème

Organisation d’une conférence sur le thème « La santé : comment la préserver » le 28 Novembre 2013 ;les locaux des Services Centraux du 05 au 07 juin 2013 ; Signature d’une Convention avec

Signature d’une Convention avec l’Association Sportive Fath Union Sport (FUS) ;La santé : comment la préserver » le 28 Novembre 2013 ; Organisation de tournois de

Organisation de tournois de football entre les équipes des différentes DRI et celle des services centraux.avec l’Association Sportive Fath Union Sport (FUS) ; IV. DOCUMENTATION La fonction « documentation » vise

IV. DOCUMENTATION

La fonction « documentation » vise à :

capitaliser l’information interne collectée ou produite par les services fiscaux et externe repérée dans différentes sources ;IV. DOCUMENTATION La fonction « documentation » vise à : optimiser l’utilisation des ressources documentaires et

optimiser l’utilisation des ressources documentaires et répondre aux besoins en information et en documentation du personnel de la DGI.fiscaux et externe repérée dans différentes sources ; Au cours de l’année 2013, les actions de

Au cours de l’année 2013, les actions de traitement de la documentation fiscale ont été les suivantes :

Acquisition et traitement de 239 livres ;de la documentation fiscale ont été les suivantes : Traitement de 561 articles de périodiques ;

Traitement de 561 articles de périodiques ;les suivantes : Acquisition et traitement de 239 livres ; Réalisation de 250 veilles documentaires en

Réalisation de 250 veilles documentaires en ligne ;de 239 livres ; Traitement de 561 articles de périodiques ; Elaboration de 3 bulletins de

Elaboration de 3 bulletins de résumés des ouvrages reçus en 2013 ;; Réalisation de 250 veilles documentaires en ligne ; Elaboration du Press book relatif à la

de 3 bulletins de résumés des ouvrages reçus en 2013 ; Elaboration du Press book relatif
de 3 bulletins de résumés des ouvrages reçus en 2013 ; Elaboration du Press book relatif
de 3 bulletins de résumés des ouvrages reçus en 2013 ; Elaboration du Press book relatif
de 3 bulletins de résumés des ouvrages reçus en 2013 ; Elaboration du Press book relatif
de 3 bulletins de résumés des ouvrages reçus en 2013 ; Elaboration du Press book relatif

Elaboration du Press book relatif à la Loi de Finances pour l’année 2013 en arabe et en français.de 3 bulletins de résumés des ouvrages reçus en 2013 ; Les actions d’alimentation des bases

Les actions d’alimentation des bases de données consacrées à la documentation fiscale se sont poursuivies :

Base de données Notes Circulaires comportant 204 notes ;à la documentation fiscale se sont poursuivies : Base de données Notes de Services (94 notes)

Base de données Notes de Services (94 notes) ;fiscale se sont poursuivies : Base de données Notes Circulaires comportant 204 notes ; Rapport d’activité

Rapport d’activité / 2013

39
39
Notes Circulaires comportant 204 notes ; Base de données Notes de Services (94 notes) ; Rapport

Base de données Lois de Finances (1965 à 2013) (100 lois) ;Base de données Réforme fiscale (59 documents) ; Base de données Questions fiscales (241 questions).

Base de données Réforme fiscale (59 documents) ;Base de données Lois de Finances (1965 à 2013) (100 lois) ; Base de données Questions

Base de données Questions fiscales (241 questions).lois) ; Base de données Réforme fiscale (59 documents) ; Par ailleurs une nouvelle base de

Par ailleurs une nouvelle base de données consacrée aux conventions fiscales conclues entre le Maroc et les autres pays a été mise en place ; elle comporte 45 conventions.

La diffusion de la documentation générale et fiscale à l’ensemble du personnel a donné lieu aux actions suivantes :

Diffusion du Code Général des Impôts 2013 sur support papier et électronique en langues arabe et française au personnel de la DGI ;du personnel a donné lieu aux actions suivantes : Diffusion des 6 numéros d’Almaliya édités en

Diffusion des 6 numéros d’Almaliya édités en 2013 ;en langues arabe et française au personnel de la DGI ; Diffusion des 4 numéros du

Diffusion des 4 numéros du journal interne du Ministère Tawassoul (numéros 4, 5, 6 et 7); Diffusion des 6 numéros d’Almaliya édités en 2013 ; Diffusion sur demande via messagerie de

Diffusion sur demande via messagerie de 80 dossiers thématiques et articles de revues.interne du Ministère Tawassoul (numéros 4, 5, 6 et 7) Les demandes documentaires enregistrées en 2013

Les demandes documentaires enregistrées en 2013 se déclinent comme suit :

200 recherches de textes juridiques (Gemadec & Arhémis) ;enregistrées en 2013 se déclinent comme suit : 400 demandes d’information par téléphone ; 400

400 demandes d’information par téléphone ;recherches de textes juridiques (Gemadec & Arhémis) ; 400 Recherches thématiques & consultations des bases de

400 Recherches thématiques & consultations des bases de données sur Cadic intégral ;Arhémis) ; 400 demandes d’information par téléphone ; 120 consultations de document sur place ; 338

120 consultations de document sur place ;consultations des bases de données sur Cadic intégral ; 338 prêts pour les consultants internes ;

338 prêts pour les consultants internes ;Cadic intégral ; 120 consultations de document sur place ; 50 prêts pour les consultants externes.

50 prêts pour les consultants externes.sur place ; 338 prêts pour les consultants internes ; V. COMMUNICATION INTERNE Pour atteindre ses

V. COMMUNICATION INTERNE

Pour atteindre ses objectifs de modernisation, la DGI s’appuie sur l’adhésion et la mobilisation du capital humain. Et partant, des actions de communication interne sont menées pour :

Informer les fonctionnaires sur l’actualité fiscale et les événements au sein de la DGI ;des actions de communication interne sont menées pour : Unir les fonctionnaires autour de : -

Unir les fonctionnaires autour de :fiscale et les événements au sein de la DGI ; - la vision de la DGI

- la vision de la DGI et les stratégies qu’elle déploie ;

- les grands chantiers de la DGI ;

- les valeurs de la DGI ;

Améliorer la connaissance mutuelle des uns les autres ;- les grands chantiers de la DGI ; - les valeurs de la DGI ; Fournir

Fournir aux fonctionnaires des tribunes d’expression et de partage ;; Améliorer la connaissance mutuelle des uns les autres ; Renforcer les liens, le sentiment d’appartenance

Renforcer les liens, le sentiment d’appartenance et la cohésion.fonctionnaires des tribunes d’expression et de partage ; Ces actions s’opèrent principalement par le biais des

Ces actions s’opèrent principalement par le biais des canaux suivants :

Le journal interne de la DGI : LE LIEN.principalement par le biais des canaux suivants : Le premier numéro a été lancé le 1

Le premier numéro a été lancé le 1 er février 2013, suivi d’un deuxième le 1 er septembre 2013.

La vocation première du journal comme l’a précisé M. le Directeur Général dans son éditorial est de « rapprocher l’ensemble des femmes et des hommes qui composent la grande famille DGI, de contribuer à mieux nous connaître et de renforcer notre sentiment d’appartenance ».

40
40

Rapport d’activité / 2013

Le journal constitue « une plateforme d’information, de partage et d’échange (…) Il reflète la culture et l’identit